Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Politiques de Spinoza

La doctrine politique de Spinoza

La (re)découverte de la philosophie politique de Spinoza par Adolf Menzel

Manfred Walther

Texte intégral

CONTEXTE

Problèmes dominants dans la recherche spinoziste en Allemagne

  • 1 Je défends cette thèse, en me fondant sur l'étude comparée de la réception de Spinoza en Allemagne (...)
  • 2 À vrai dire, cela ne vaut plus pour les travaux et présentations majeurs parus récemment (Hecker, (...)
  • 3 Voir sur ce point aussi Menzel, Wandlungen in der Staatslehre Spinozas (voir note 4) ; Als in der (...)

1Dans la période qui va de 1780 à 1800, Spinoza a occupé une place centrale dans la philosophie, la littérature et le débat public en Allemagne, au point d’être considéré désormais comme un classique de la philosophie1. L’enjeu essentiel, à l’époque, était, dans la discussion de la philosophie transcendantale de Kant, de garantir à la pensée un nouvel accès à l’Être lui-même et de reformuler la dimension religieuse de la vie humaine dans une forme susceptible de rivaliser avec les connaissances et les principes de la nouvelle science mathématique de la nature. En conséquence, on ne retenait dans les œuvres de Spinoza que l’Éthique et le Traité de la réforme de l’entendement, et, dans l’Éthique, seulement l’ontologie et la théorie de la connaissance des deux premières parties, ainsi que la doctrine de l’éternité de l’âme (mens, Geist) dans la deuxième moitié de la Ve partie. Et pour l’essentiel, l’histoire traditionnelle de la philosophie en est restée là jusqu’à aujourd’hui : la doctrine de la société, du droit et de l’État, ainsi que sa théorie de la démocratie sont bien présentes lorsqu’on évoque Spinoza dans le débat des années 1800, mais la plupart du temps à l’état latent (elles ne sont que sous-entendues)2. Il est donc exact de dire que la philosophie politique spinozienne ou la philosophie spinozienne du droit au sens large ne jouent tout au plus qu’un rôle marginal dans la recherche spinoziste allemande3.

2Pourtant, si l’on consulte les travaux parus dans le domaine des sciences juridiques depuis le début du xxe siècle, l’image est toute différente : Spinoza est présent dans les publications spécialisées, tant dans le domaine de l’histoire des idées que dans celui de la réflexion systématique et des questions d’actualité politique, et ce aussi bien à l’époque de l’Empire wilhelmien que durant la République de Weimar.

Causes de la présence de Spinoza dans le discours juridico-politique

  • 4 Dans l'ordre chronologique : « Wandlungen in der Staatslehre Spinoza's », dans Festschrifi zum 70. (...)
  • 5 Zeitschrift für öffentliches Recht, 8 (1929), p. 529-552 (revue autrichienne).
  • 6 Vienne-Leipzig, Hölder-Pichler-Templer, 1929 (Akademie der Wissenschaften in Wien ; Philos.-hist. (...)

3Si l’on cherche à déterminer les causes de cette soudaine apparition de Spinoza dans le discours juridique à partir du tournant du siècle, il en est une en tout cas qui est évidente : il s’agit du corpus de sept articles sur Spinoza d’Adolf Menzel (1857-1938), ordentlicher Professor de droit politique et administratif à l’université de Vienne, publiés dans différentes revues et volumes de mélanges entre 1898 et 19084. Ces articles rencontrèrent un écho remarquable. En 1929, Menzel réunit tous ces essais, dans une version revue ou augmentée, parfois légèrement abrégée, et y ajouta un autre, publié la même année, sur « La théorie spinozienne de la liberté de pensée » (Spinozas Lehre von der Geistesfreiheit)5. Sous le titre « La théorie politique de Spinoza », l’ensemble constitue la troisième partie du livre rassemblant ses travaux d’histoire des idées et de sociologie du droit : Beiträge zur Geschichte der Staatslehre (Contributions à l’histoire de la théorie politique)6.

4Dans une seconde partie, je donnerai quelques exemples illustrant le caractère novateur de l’interprétation de Menzel ; dans une troisième partie, je rechercherai quelques-unes des traces laissées par ces études dans les disciplines juridiques jusqu’à la fin de la République de Weimar ; et dans une quatrième partie, enfin, j’évoquerai brièvement l’interruption de cette tradition en 1933 et depuis lors.

5Mais tout d’abord, qui était Adolph Menzel ?

Repères biographiques

  • 7 J'emprunte les indications qui suivent à la notice nécrologique « Adolf Menzel » publiée par Hans (...)
  • 8 Par exemple dans Naturrecht und Soziologie, Vienne, Kaiserl. und königl. Hof Buchhandlung-Leipzig, (...)
  • 9 La deuxième section des Beiträge, « Beiträge zur griechischen Staatslehre » (p. 136-263), aborde, (...)
  • 10 Sous-titre : Eine geistesgeschichtliche Studie, Baden b. Wien, Rohrer, 1938 (réimpr. Aalen, Scient (...)
  • 11 Vienne-Leipzig, Franz Deuticke, 1935.

6Issu d’une famille juive, Menzel est né en 1857 à Reichenbach en Bohême7. Il fit sa scolarité puis ses études de droit à Prague et passa son doctorat en 1879, à l’âge de 22 ans. Il exerça ensuite plusieurs années à Vienne, tout en complétant sa formation, chez Franz Brentano et Meinong entre autres. Ses recherches portèrent tout d’abord sur le domaine du droit privé, et c’est un travail sur Die Schuldverhältnisse qui lui valut en 1882 un poste de Dozent. Nommé professeur extraordinaire en 1889, Menzel abandonna toutes ses autres activités pour se consacrer dès lors entière ment à la recherche. Il s’orienta vers le droit public, et plus précisément vers la législation sociale, à laquelle il consacra deux monographies. Dans le même temps, il approfondit ses connaissances en économie politique et publia des travaux de droit économique. En 1894, il obtint une chaire de ordentlicher Professor, tout d’abord de droit administratif autrichien, auquel vinrent s’ajouter ensuite le droit politique général et autrichien. Par la suite, le pôle de sa recherche se déplaça vers les « marges philosophiques et historiques de la théorie politique générale, et surtout les problèmes de sociologie générale » (die philosophischen und historischen Grenzgebiete der all gemeinen Staatslehre und vor allem die Probleme der allgemeinen Soziologie, dans Mayer, 1938, p. 347). La première publication dans ce nouveau domaine portait déjà sur Spinoza. Wandlungen in der Staatslehre Spinozas (Transformations de la théorie politique de Spinoza), 1898, publié dans les Mélanges Joseph Unger et dans une édition séparée (voir note 4), est le premier d’une série d’essais qui retinrent l’attention des spécialistes. Dans de nombreux autres essais et monographies, Menzel aborde également Spinoza, en lui consacrant parfois de longs développements8. L’étude de la théorie de l’Etat grec constitue le deuxième pôle de ses recherches, centrées ici sur la théorie de la démocratie, principalement celle de Protagoras, et les idées sociologiques des penseurs grecs, sur lesquelles l’interprétation de Menzel s’oppose à la conception dominante9. Avec l’introduction de la sociologie dans le cursus des études juridiques, Menzel eut à donner aussi des cours de sociologie ; il étudia l’histoire de la sociologie moderne et contemporaine, comprise comme science descriptive et explicative, ainsi que le souligne Mayer, en évoquant par contraste la prolifération des discours idéologiques se réclamant de cette nouvelle science (Mayer, 1938, p. 349). Son manuel de sociologie, Grundriß der Soziologie, qui date de 1938, constitue une présentation systématique10. L’attention que portait Menzel aux événements contemporains se traduit dans l’ouvrage publié en 1935, Der Staatsgedanke des Faschismus (L’idée fasciste de l’Etat)11.

7Menzel assuma de nombreuses activités et charges honorifiques. Il était membre du tribunal d’Empire austro-hongrois (k.u.k. Reichsgericht) ; dès sa fondation en 1918, il fut nommé premier vice-président du Tribunal constitutionnel, charge qu’il occupa jusqu’à la dissolution de ce tribunal en 1929. Membre de nombreuses sociétés et académies scientifiques, entre autres, à partir de 1927, de 1’« Institut international de droit public » de Paris, promu pour son quatre-vingtième anniversaire au grade de docteur honoris causa de l’université de sa ville de Vienne, Menzel mourut le 12 août 1938, l’année de l’Anschluß.

LES TRAITS FONDAMENTAUX DE LA DOCTRINE SPINOZIENNE DE L’ÉTAT SELON ADOLF MENZEL

8« La philosophie idéaliste et spéculative correspond à l’idée aristocratique ; l’empirisme et le positivisme, en revanche, sont liés à l’idée démocratique » (Menzel, Beiträge, p. 24).

La démarche méthodologique de Menzel

  • 12 Der Gedanke, dass dieselbe [« Spinoza's Staatslehre ». Wa.] Entwicklungsstadien durch-gemacht hat, (...)

9Dans son interprétation de la philosophie spinozienne du droit, Menzel adopte une méthode rigoureuse qu’il décrit de la manière suivante : « Pour ces recherches, je me suis servi notamment de deux instruments que l’on n’avait pas employés jusqu’à présent : j’ai étudié de manière approfondie l’usage de la langue propre à notre philosophe et j’ai appliqué ce que l’on appelle la théorie du milieu » (Ich bediente mich bei diesen Forschungen na mentlich zweier bisher nicht verwendeter Hilfsmittel, einer Vertiefung in den eigenartigen Sprachgebrauch unseres Philosophen und der Anwendung der so genannten Milieutheorie, dans Beiträge, p. 269). De surcroît, une lecture attentive lui permet de dégager les transformations que subit la pensée politique de Spinoza, sous l’influence notamment de ses expériences politiques12.

Unité et cohérence de la langue de Spinoza : la révolution sémantique

  • 13 Manfred Walther, « Die Transformation des Naturrechts in der Rechtsphilosophie Spinozas », Studia (...)

10Pour ce qui est de la langue, Menzel voit la cause de nombreux contresens dans le fait que « l’usage que fait Spinoza de la terminologie est inhabituel ; il emploie un certain nombre de termes fixés par le temps et l’usage, tels que jus, ratio, natura, en un sens qui s’écarte résolument du sens traditionnel » (Die Terminologie, der er sich bedient, ist ungewöhnlich ; er gebraucht manche Worte, welche im Laufe der Zeit eine bestimmte Prägung erhalten haben, wie jus, ratio, natura, in ganz abweichendem Sinne, dans : Wandlungen, p. 3). Menzel attire donc déjà l’attention sur le phénomène que j’ai appelé « révolution sémantique13 », auquel se sont attachés des commentaires récents (par exemple ceux de Yovel et de Mignini). Il en résulte une attention soutenue à la corrélation entre l’emploi des termes traditionnels et la métaphysique de Spinoza.

L’importance du contexte social et intellectuel : le milieu

11« Appliquer la théorie du milieu » veut dire pour Menzel prendre en compte l’environnement intellectuel et social dans lequel Spinoza vivait et pensait. En voici quelques exemples :

  • les expériences avec la communauté juive, l’un des facteurs conditionnant l’importance accordée par Spinoza à la « liberté de pensée » (cf. Beiträge, p. 367-368) ;
  • la révolution des Provinces-Unies, qu’il invoque pour expliquer la posi-tion de Spinoza sur les bouleversements et révolutions dans la structure politique de la société (p. 361) ;
  • les contacts des collégiants néerlandais avec les tendances démocratiques radicales des indépendants anglais, susceptibles d’avoir influencé la théorie spinozienne de la démocratie (p. 399-400 ; Wandlungen, p. 31-34)14.
  • 15 Voir son introduction à son édition du TTP, Leipzig, Felix Meiner, 1908, plusieurs fois réédité de (...)
  • 16 Aber auch an der Bibelkritik [...] hatten die Regenten keinerlei Interesse, noch weniger an der Au (...)

12Tout en relevant les contacts avec le parti des régents des frères de Witt, Menzel s’oppose à la thèse, soutenue notamment par Cari Gebhardt15 et largement répandue depuis, qui fait du TTP un manifeste en faveur de la politique de Jan de Witt (Beiträge, p. 274) ; il fait observer entre autres : « Les régents n’avaient aucun intérêt à la critique de la Bible et encore moins à la construction d’un État démocratique idéal, comme Spinoza s’y essaie dans cet ouvrage » (p. 368)16.

  • 17 Cf. également « Machiavelli-Studien » (voir note 4), p. 566 sqq.

13Parmi les théoriciens antérieurs, Menzel relève le rôle de Machiavel : « Cependant, aucun politique n’a eu autant d’influence que Machiavel sur la doctrine politique de Spinoza » (Dennoch hat kein Politiker auf die Staatslehre Spinozas mächtiger eingewirkt als Machiavelli, dans Beiträge, p. 239), particulièrement en ce qui concerne la méthode de la recherche (p. 338-339)17, et il souligne l’opposition avec Hobbes : « Le matérialiste Hobbes reste à mi-chemin dans la théorie du droit et de l’Etat. Il introduit une faille dans le principe de causalité mécaniste, dès lors qu’il fait intervenir le point de vue de normes juridiques. Spinoza, lui, s’efforce de maintenir la cohérence de sa démarche en conservant la perspective du monisme (nullement matérialiste) jusque dans la vie du droit et de l’Etat » (Der Materialist Hobbes bleibt in der Rechts- und Staatstheorie auf halbem Wege stehen. Die mechanistisch-kausale Betrachtungsweise der Welt erleidet einen Bruch durch die Heranziehung juristischnormativer Gesichtspunkte. Hingegen bemüht sich Spinoza konsequent zu bleiben, indem er seine monis tische (keineswegs materialistische) Weltanschauung auch fur das Rechts- und Staatsleben festhâlt, p. 341). Ces deux constats, étayés par les références textuelles correspondantes, n’étaient nullement monnaie courante dans la recherche spinoziste à l’époque, et pour une part, d’ailleurs, ce n’est toujours pas le cas.

  • 18 « Spinoza in der deutschen Staatslehre der Gegenwart » (cf. note 4) ; Beiträge, p. 425-435.
  • 19 Beiträge, p. 431-432 et autres ; Wandlungen, p. 14-15, et ensuite, tout le chapitre V, p. 23-28.

14Parmi les théoriciens ultérieurs, Menzel - abstraction faite d’un bref aperçu de la « postérité de la doctrine spinozienne de l’État » (Nachwirkungen der Staatslehre Spinozas)18 où figurent, entre autres, Montesquieu et Sieyès -traite surtout de Rousseau, qui connaissait le TTP et dont la parenté avec Spinoza va bien au-delà de quelques idées fondamentales19. Menzel reven-dique pour lui d’être le premier à avoir indiqué ce « parallélisme, qui sur certaines quesrions va jusqu’au détail de la formulation » (Parallelismus, der sich in manchen Fragen bis auf die Wortfassung erstreckt, dans Wandlungen, p. 23).

L’évolution de la pensée (politique) de Spinoza

15Une lecture soigneuse des différents textes où Spinoza a développé sa doctrine de l’Etat - Menzel cite en premier lieu le Tractatus politicus (TP), mais aussi le TTP, surtout les chapitres 4 et 5, dont l’importance avait été largement méconnue jusqu’alors, ainsi que l’Éthique - fait apparaître de nombreuses contradictions que Menzel aborde du point de vue de l’évolution de la pensée de Spinoza. C’est ainsi que les contradictions résultant d’une lecture synchronique se résolvent dans cette nouvelle perspective. Il cite par exemple :

  • la disparition complète de la théorie du contrat pour expliquer la genèse de l’État dans le TP, alors que le TTP développait la double ligne d’argumentation du contrat et de la genèse du pouvoir ; et, de manière générale, le recul des arguments de la philosophie du droit au profit de l’« élément du réalisme psychologique » (realistisch-psychologisches Element, dans Wandlungen, p. 6-10, ici p. 9), avec la mise en relief du naturaliter convenire dans le TP6/1 ;
  • le primat donné à l’aristocratie sur la démocratie dans le TP (TP 10/9, Wandlungen, p. 11) ; sur ce point, toutefois, Menzel ne voit pas que ce privilège de l’aristocratie est relativisé dans la suite du texte (TP 11/2). La thèse de la préférence donnée par Spinoza à l’aristocratie sur la démocratie dans le TP, avec l’incidence de l’assassinat des frères de Witt - cette thèse de Menzel aussi a fait école ;
  • l’importance accordée à la pax et à la securitas comme fins de l’Etat dans l’œuvre du dernier Spinoza, alors que, dans le TTP, l’accent était mis sur la libertas, donc à tout le moins un déplacement d’accent (Nuancierung, dans Wandlungen, p. 11-12) ; auparavant, Menzel avait fait apparaître que l’égalité et la liberté sont des caractères intrinsèques de la démocratie comme la forme d’État la plus naturelle dans le TTP, et mis en évidence les parallèles stupéfiants chez Rousseau (Wandlungen, p. 13-15) ;
  • la promotion des dogmes du credo minimum énoncés dans le TTP en confession de foi obligatoire pour tous les patriciens dans le TP, par opposition à la défense de la liberté inconditionnelle de croyance et de confession dans le TTP ; et la mise en parallèle avec la religion civile de Rousseau dans le Contrat social (Wandlungen, p. 16-22).

16Cette approche méthodologique - qui combine l’enregistrement de la révolution sémantique, l’inscription dans le contexte de la biographie et de l’histoire de l’époque, ainsi que la prise en compte de l’évolution de l’auteur - permet à Menzel de dégager des perspectives fécondes, que la recherche spinoziste, pour l’essentiel, n’a (re) conquises qu’à partir des travaux d’Alexandre Matheron. Mais certaines conclusions de Menzel aussi restent originales, même au regard de l’état actuel de la recherche, et méritent à mon sens que l’on s’y arrête. C’est ce que je vais faire maintenant.

Les principaux résultats

17On retiendra surtout l’effort d’interprétation systématique, c’est-à-dire la prise en compte de l’Éthique, dans l’enquête soigneuse sur la terminologie de Spinoza, et l’emploi de termes courants de la théorie du droit naturel, dans un sens qui s’écarte de l’usage reçu. Ainsi Menzel est-il en mesure de dégager l’unité et la consistance de la doctrine spinozienne de l’Etat dans sa forme élaborée, et de la défendre contre les nombreux contresens, souvent opposés, et contre l’affirmation de contradictions irréductibles dans la pensée de Spinoza. C’est en cela principalement que résident l’originalité et le caractère novateur de son interprétation de Spinoza.

Positivisme juridique

  • 20 Menzel renvoie au chapitre 3 du TTP et à Ep. 50, ainsi qu'à l'opposition sur ce point avec Hobbes.
  • 21 Menzel mentionne Janet, Bluntschli, Horn et Sigwart (Beiträge, p. 292).

18Selon Menzel, le lien indissoluble qui rattache le « concept de droit naturel propre » (eigenartiger Begriff des Naturrechts) de Spinoza à sa « conception panthéiste du monde » (pantheistische Weltanschauung) et à sa théorie des passions est déjà manifeste dans le programme spinozien d’une « politique fondée sur un réalisme inductif » (induktiv-realistische Politik), qui ne se comprend « qu’à partir de son rejet fondamental de la méthode normative dans la science » (nur aus seiner grundsätzlichen Ablehnung der normativen Methode für die Wissenschaft, dans Beiträge, p. 271). Menzel comprend la doctrine spinozienne de l’Etat comme un positivisme juridique à visée utilitariste (p. 273), dont les fondements demeurent inchangés, au-delà de toutes ses transformations (p. 385). Pour le prouver, il se réfère aux passages du chapitre 4 du TTP où Spinoza définit les décrets du Souverain comme « une partie de la puissance de la nature » (ein Stück Naturkraft), et non comme une puissance (Potenz) agissant en dehors des lois naturelles (p. 292-293). Il en résulte donc une « permanence du droit naturel dans l’État » (Fortbestand des Naturrechts im Staate, p. 290)20. La majorité des commentateurs21 se trompent donc en tirant Spinoza du côté de l’idéalisme, c’est-à-dire en « pensant que le philosophe édifie l’État en substituant le royaume de la raison pure à celui des instincts naturels » (meinen, daß unser Philosoph mit der Errichtung des Staates das Reich der reinen Vernunft an Stelle der Naturtriebe entstehen läßt, p. 292).

Esse sui iuris

  • 22 Homo sui juris (voir note 4) ; Beiträge, p. 14. Chap. : « Die Verschlingung von Recht und Macht be (...)
  • 23 Menzel traduit donc correctement le absolute en le rapportant à sui juris, à la différence de Kirc (...)

19Menzel reconnaît que les concepts du esse sui iuris et du esse alieni iuris « comptent parmi les idées centrales de sa philosophie du droit et de l’Etat. C’est dans ce concept que se reflète l’idée fondamentale de sa doctrine, l’identité de nature entre le droit et la puissance » (zu den zentra len Gedanken seiner Rechts- und Staatsphilosophie gehören. In jenem Begriffe spiegelt sich die Grundidee seiner Lehre, die Wesensgleichheit von Recht und Macht, p. 307)22. La définition que donne Spinoza de esse alterius juris - « se trouver sous la potestas d’un autre » (TP 2/9) - se distingue fon-damentalement de l’emploi de ce terme dans la jurisprudence du droit romain pour la simple raison que Spinoza emploie « le terme de "potestas" dans un tout autre sens, c’est-à-dire qu’il entend par là la domination effective d’une personne » (das Wort « potestas » in einem anderen Sinne, nämlich als die tatsächliche Beherrschung einer Person, p. 309). Spinoza ne définit pas l’opposition entre les deux termes en un sens absolu, mais graduel ; il connaît des degrés, mais aussi un « degré supérieur d’autonomie » (höchste Stufe der Selbständigkeit), qu’il caractérise comme « absolu (c’est-à-dire sui iuris) » (absolute (sc. sui iuris...), p. 310)23. Quant au rapport du citoyen au Souverain, Menzel fait valoir que les citoyens sont dépendants de la potestas commune, d’une part, mais que, d’autre part, le Souverain aussi est et reste dépendant de la docilité des citoyens (p. 304, 316, 318, 348, 362, 364), de sorte que même le Souverain n’est jamais entièrement sui juris dans son rapport aux citoyens. Toujours est-il que l’individu, par comparaison avec l’état de nature, gagne considérablement en puissance (p. 315, où Menzel indique le parallèle avec Rousseau).

Le dépassement de l’idée du contrat social

  • 24 Cf. sur ce point les analyses d'Usamu Ueno, « Spinoza et le paradoxe du contrat social de Hobbes : (...)

20L’une des idées fondamentales de Menzel est que Spinoza, déjà dans le TTP, ne voit dans l’idée du contrat social que l’un des deux moments de la genèse de l’État : s’interrogeant sur ce qui garantit le respect du contrat, il précise qu’ « il faut adjoindre quelque chose à la promesse pour quelle soit suivie d’effet, à savoir le transfert effectif de la puissance des individus à la communauté » (zu dem Versprechen noch etwas hinzukommen muß, damit es wirksam sei, das ist die tatsächliche Übertragung der Macht der einzelnen Menschen auf die Gesamtheit, dans Beiträge, p. 352, je souligne). Seule, la transformation de l’ « obéissance à la communauté organisée » en « une nécessité psychologique » (Gehorsam gegenüber der organisierten Gesamtheit [...] eine psychologische Notwendigkeit) fournit l’explication causale de la genèse de l’Etat. Mais cela signifie que l’acte de droit et l’acte de fait, la « socialisation de la puissance » [die Vergesellschaftung der Macht) doivent se rejoindre. Spinoza, il faudrait l’ajouter, met ainsi en évidence la logique profonde de la constitution de l’Etat, telle qu’elle a été développée par Hobbes dans le Léviathan, contre l’apparence de sa forme superficielle : le théorème hobbesien de l’état de nature fonde un scénario dans lequel la conservation de soi n’est raisonnable que sous la forme de la soumission à une accumulation de puissance supérieure déjà constituée. Il n’y a donc pas d’alternative24.

21Selon les termes de Menzel, dans le TP, « cet élément de construction juridique est relégué à l’arrière-plan ; c’est la perspective psychologique qui domine presque exclusivement » (tritt dieses juristisch-konstruktive Element in den Hintergrund ; die psychologische Betrachtung herrscht nahezu auss-chließlich vor, p. 353). À la place de constructions contractuelles, Spinoza développe donc une théorie des déplacements et de la concentration du pouvoir dans l’État (p. 353 ; cf. p. 290, 296).

  • 25 En dégageant clairement comment, dans le TP, le contrat social est abandonné et remplacé par une t (...)

22Menzel repère également la conséquence qui résulte de cette réorienta-tion de la démarche vers la théorie du pouvoir - ou, plus exactement, de sa mise en œuvre rigoureuse : « Aucun contrat originel, aucune loi fonda-mentale de l’État ne peut fixer durablement les rapports de force et donc la constitution de l’État » (Kein Urvertrag, kein Staatsgrundgesetz kann auf die Dauer die Machtverhältnisse und damit die Staatsverfassung festlegen, p. 294). Pour autant que je sache, c’est la première reformulation de l’idée spinozienne de la circulation, dans chaque société, d’un pouvoir croissant, non susceptible d’être canalisé et circonscrit par des institutions - donc une première version de la doctrine du pouvoir constituant25.

23Enfin, Menzel ne manque pas d’indiquer que, selon Spinoza, à la différence de Hobbes, « la révolution [représente] un processus purement naturel » : « Le contrat social ne lie donc le peuple qu’aussi longtemps qu’il veut bien être lié - c’est-à-dire qu’il ne le lie pas du tout » (Der Sozialvertrag bindet also das Volk nur solange, als es gebunden sein will, d. h. überhaupt nicht, p. 360).

Les formes d’État

24Dans la section consacrée à la « théorie spinozienne des formes d’État » (Spinozas Lehre von den Staatsformen, dans Beiträge, ch. 18, p. 392-410), Menzel indique que Spinoza :

  • esquisse une théorie de la monarchie constitutionnelle (p. 402) ;
  • a déjà « établi la distinction entre fédération d’États et État fédéral » (die Unterscheidung zwischen dem Staatenbund und dem Bundesstaat aufgestellt, p. 408) ;
  • connaît enfin la figure juridique de la souveraineté partagée entre l’ins-tance supérieure de l’État (Oberstaat) et les États membres (Gliedstaaten, p. 408) - suggérant ainsi une construction à prendre en considération dans le contexte des problèmes de droit constitutionnel posés par l’Union européenne.

Droit international

  • 26 Cf. aussi la première version de « Spinoza und das Volkerrecht » (voir note 4).

25Menzel accorde beaucoup d’attention à un plan de la doctrine spinoziste bien négligé, aussi et surtout aujourd’hui : celui qui concerne les « contrats entre États et le droit international » (Staatsverträge und Völkerrecht, dans Beiträge, ch. 19, p. 410-424)26. Il part de la thèse du TTP sur le carac-tère obligatoire du « pacte de non-agression » ou de l’« alliance défensive » (p. 411-412). Spinoza y enseigne la « validité » du point de vue du droit naturel de la clausula rebus sic stantibus.

  • 27 Cf. sur ce point le travail récent de Francis Cheneval, « Spinozas Philosophie der internationalen (...)

26Dans le TP, on trouve, « d’une part, le renforcement du caractère fondamentalement non obligatoire des traités entre États, mais, d’autre part, une modification de ce point de vue, qui va jusqu’à admettre, pour le futur, la possibilité d’une véritable communauté des peuples sous la forme d’une société des nations sans abandon de la théorie du pouvoir » (einerseits eine Verschärfung der grundsätzlichen Unverbindlichkeit der Staatsvertràge, anderseits aber eine Modifikation des Standpunktes in der Richtung, daß für die Zukunft eine wahre Völkergemeinschaft in der Gestalt eines allgemeinen Völkerbundes ohne Preisgabe der Machttheorie als möglich anerkannt wird, p. 412). Après avoir implicitement critiqué la distinction que fait Grotius entre guerre juste et guerre injuste, et après avoir traité, dans un premier temps, le problème d’une alliance entre États de la même manière que dans le TTP, c’est-à-dire en mettant l’accent sur la clausula, cette fois-ci explicitement nommée, il développe, selon Menzel, le point de vue « que l’alliance entre États se resserre et que le pouvoir inhérent à cette confédération les empêche de recourir pour eux-mêmes à la violence » (daß die Staaten sich immer mehr verbünden und die in dieser Konföderation liegende Macht den Einzelstaat verhindert, gewaltsam aufzutreten, p. 415) ; Menzel prolonge cette ligne jusqu’à Kant et à la conception d’une société des nations (p. 416-417)27.

27Je m’arrêterai ici. L’interprétation que Menzel nous donne de la « doctrine spinozienne de l’État » regorge dans le détail d’observations précises et intéressantes, également sur le contenu sociologique de la doctrine, de sorte que l’étude attentive de ces textes ménagera encore bien des découvertes, même au spécialiste de Spinoza. Si l’on considère l’ampleur et la profondeur de cette réflexion, ainsi que la rigueur avec laquelle elle s’appuie sur le texte de Spinoza, on ne se trompera pas en estimant que la découverte du Spinoza politique « n’est pas antérieure à » - pour reprendre la célèbre formule de Hobbes -, mais coïncide exactement avec la publication des textes d’Adolf Menzel sur Spinoza.

L’INFLUENCE DES ÉTUDES MENZÉLIENNES DANS LA RECHERCHE GERMANOPHONE

  • 28 À cet endroit (note 13), il cite Rosin, Meinecke, Freudenthal et Adelphe.

28En présentant le résumé de ses recherches spinozistes en 1929, Menzel constate avec satisfaction que d’autres auteurs se sont appuyés sur ses interprétations (p. 269)28. L’écho rencontré par ses idées allait d’ailleurs bien au-delà de ce que Menzel lui-même en percevait.

  • 29 Johannes Althusius und die Entwicklung der naturrechtlichen Staatstheorien : Zugleich ein Beitrag (...)

291. Nous dégagerons tout d’abord quelques-unes des traces que les recherches spinozistes de Menzel ont laissées dans la période qui va jusqu’en 1918, c’est-à-dire sous l’Empire : dans son livre de 1880 sur Althusius29, qui a fait date et a amené à redécouvrir ce classique de la théorie fédéraliste de l’État, pratiquement tombé dans l’oubli à son époque, Otto Gierke ne traitait que brièvement de Spinoza. Les annexes de la seconde édition de 1902 et de la troisième édition de 1913 développent ce sujet à dix endroits, toujours en relation avec la réception et la discussion des résultats de la recherche de Menzel. La large diffusion de cet ouvrage a donc attiré l’attention des lecteurs sur les recherches de Menzel.

  • 30 Dans Festschrift für Otto Gierke zum 70. Geburtstag, Weimar, Böhlau, 1911 (Nachdr. Francfort-sur-l (...)

30Dans les Mélanges Gierke de 1911, l’article du juriste fribourgeois Heinrich Rosin (1855-1927), spécialiste de droit administratif et de droit du travail, renvoie l’écho des interprétations de Menzel sur le droit international, ou plutôt de la théorie des relations entre États. Le titre surprendra : Bismarck und Spinoza : Parallelen ihrer Staatsanschauungen (Bismarck et Spi-noza : Parallèle entre leurs conceptions de l’Etat)30 : l’auteur fait ressortir les coïncidences surprenantes entre les réflexions de Bismarck sur la politique d’alliances destinée à assurer la paix et les développements de Spinoza sur ce sujet dans TP 3/11-17, comme Menzel les avait dégagées. La contribution de Rosin est à l’origine de plus de six études consacrées à ce thème ou qui l’abordent. Quant aux Mélanges Gierke, ils contribuent pour une part non négligeable à faire connaître les recherches de Menzel.

  • 31 L'ouvrage porte le sous-titre : Studien zur Genesis des deutschen Nationalstaates, Munich-Berlin, (...)
  • 32 Munich, R. Oldenbourg, 1924. 4. Aufl., hrsg. u. eingel. von Walther Hofer, Munich-Vienne, R. Olden (...)

31L’historien Friedrich Meinecke avait fait sensation avec sa première grande monographie Weltbürgertum und Nationalstaat (Citoyenneté du monde et Etat national) de 190831. Dans sa monographie Die Idee der Staatsräson in der neueren Geschichte (L’idée de la raison d’Etat dans l’histoire moderne)32 qui accéda elle aussi rapidement à la célébrité, Meinecke fait référence aux recherches de Menzel et accorde à Spinoza une place relativement importante.

  • 33 Grundziige der Rechtsphilosophie, Leipzig, Quelle & Meyer, 1914 : 166 Anm. (= Gesamtausgabe, Bd. 2 (...)

32Enfin, l’ouvrage de Gustav Radbruch, Grundzüge der Rechtsphilosophie, de 1914, comporte, dans un paragraphe consacré au problème de la validité juridique, la remarque suivante : la théorie impérative du droit, qui fait reposer la normativité du droit sur le fait qu’une personne autorisée a édicté la norme comme ordre donné à ceux qui sont soumis au droit, se transforme en théorie de la reconnaissance (Anerkennungstheorie) dès que l’on pose la question des causes de l’efficacité de cette norme. A cet endroit, une note précise : « Oboedientia facit imperantem. Phrase attribuée à Spinoza ». (Oboedientia facit imperantem. Angebliches Wort Spinozas)33.

  • 34 Tome III : Die politische Erneuerung, Berlin-Leipzig, Rothschild, 1921, p. 16-26.

332. Hugo Preuß, le père de la Constitution de Weimar, a donné, dans son manuel de politique, Handbuch der Politik, une première présentation des principes juridiques et politiques de la nouvelle démocratie. Cherchant à prouver, dans son essai Vom Obrigkeitsstaat zum Volksstaat (De l’État autoritaire à l’État démocratique)34, le caractère inéluctable de la démocratisation de l’Allemagne, il commence ainsi : « Oboedientia facit imperantem ! C’est l’obéissance qui fait celui qui commande. Dans cette phrase, la sagesse de Spinoza touche au cœur du problème de l’organisation politique. » (« Oboedientia facit imperantem! » Daß er Gehorsam findet, das macht den Herrscher aus. Mit diesem Wort trifft die Weisheit Spinozas in den Kern des Problems politischer Organisation, p. 16.) Et cette « sagesse de Spinoza » réapparaît à maintes reprises comme un fil conducteur de tout le texte.

  • 35 La présentation la plus détaillée et comportant la bibliographie la plus complète se trouve chez T (...)
  • 36 Manfred Walther, « Carl Schmitt et Baruch Spinoza, ou les aventures du concept du politique », dan (...)

34À partir de l’ouvrage sur Politische Romantik, au plus tard, Spinoza joue un rôle important dans la pensée de Carl Schmitt, qui repère lui aussi l’isomorphie de la philosophie de Spinoza avec la théorie du rapport entre pouvoir constituant et pouvoir constitué. Une série de travaux l’ont fait connaître35 et, il y a quelques années, ce fut le thème de ma communication aux « Journées Spinoza36 ».

  • 37 Zeitschrift für öffentliches Recht, 7 (1928), p. 100-105 (revue autrichienne).

35Dans les travaux du juriste social-démocrate Hermann Heller se retrouvent constamment des références à Spinoza, entre autres aussi sous la forme de la citation sur l’obéissance. Dans l’histoire de la théorie du droit international, l’essai de Menzel de 1907 sur ce thème a eu de l’influence. C’est ainsi qu’à la suite de l’année Spinoza (1927), paraît l’année suivante un essai du juriste et philosophe du droit viennois Alfred Verdross sur Das Völkerrecht im System Spinozas (Le droit international dans le système de Spinoza)37 : Verdross y reprend l’interprétation de Menzel, mais en soutenant que Spinoza défend un concept normatif du droit international. Dans la version de 1929 de son article, Menzel critique ce point et rétablit la position de Spinoza (Beiträge, p. 419-420).

  • 38 Theodor Sternberg, « Spinoza : Gedanken anläßlich seines 250. Todestages », Archiv fur Rechts- und (...)

36L’année 1927, qui marque le 250e anniversaire de la mort de Spinoza, voit paraître deux articles qui lui sont consacrés dans des revues juridiques spécialisées38.

  • 39 Walter Eckstein, « Zur Lehre vom Staatsvertrag bei Spinoza (Aus Anlass von Spinozas dreihunderstem (...)

37A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Spinoza (1932), enfin, paraissent en 1933 deux études sur Spinoza dues au philosophe du droit Walter Eckstein. Il s’y réfère souvent aux travaux de Menzel, tout en critiquant son interprétation utilitariste de Spinoza39. Eckstein étudie aussi le droit naturel antique et Adam Smith ; ses axes de recherche sont donc semblables à ceux de Menzel - à contre-courant de ceux qui n’acceptent que les penseurs idéalistes dans le panthéon classique. C’est ici que s’achève ce parcours.

LA RUPTURE DE LA TRADITION MENZÉLIENNE : L’ANNÉE 1933

Qu’est devenue cette tradition ?

38Radbruch est le premier spécialiste de droit à être destitué de son poste par les nazis ; Hermann Heller, écarté en tant que juif, mourut fin 1933 dans son exil espagnol ; Menzel mourut en 1938, l’année de l’Anschluß. La même année, Eckstein émigra. Il continua de publier des travaux sur Spinoza aux Etats-Unis et en Amérique latine, et mourut en 1981. Verdross fut tout d’abord frappé par l’interdiction d’enseigner la philosophie du droit.

  • 40 En 1965, Carlo Schmitt, un « Weimarer », dirigea une Dissertation sur la philosophie politique de (...)

39Il en résulta que même après 1945, en Allemagne (de l’Ouest), les seuls juristes et politologues à écrire sur Spinoza étaient ceux qui avaient entamé leur carrière scientifique avant le début de la période nazie (ainsi par exemple Ernst Reibstein, spécialiste de droit international). Pour le reste, dans les vingt années succédant à la fin de la dictature nazie, on note l’absence totale de Spinoza dans les disciplines de la philosophie du droit et de la philosophie politique. C’est alors la pensée du droit naturel dans toutes les variantes possibles qui occupe le devant de la scène. À quelques exceptions près, les choses n’ont pas changé en Allemagne jusque dans les années 197040.

Maintenant, qu’en est-il en Autriche ?

40Non seulement Adolph Menzel s’est intéressé de près à Spinoza, mais en outre il s’est attaché notamment à la tradition d’une théorie non normative de l’État et du droit, dont il a étudié l’affinité élective avec la démocratie. En cela, il incarne parfaitement cette génération d’intellectuels viennois, juifs pour la plupart, qui, au tournant du siècle et jusqu’au début de la dictature nazie, accréditèrenr le mode de pensée de Spinoza et bon nombre de ses idées dans les disciplines les plus diverses, mais aussi dans la réflexion sur leur culture présente et dans l’histoire de la philosophie. On a presque l’impression qu’à cette époque Vienne était comme imbibée de spinozisme.

  • 41 Je ne connais qu'un seul chercheur viennois qui ait travaillé sur Spinoza après 1945.

41« Spinoza à Vienne » - voilà un projet fascinant, mais ce n’est pas mon propos ici. La recherche sur Spinoza, qui connut un brillant essor à Vienne dans les trente premières années de notre siècle, au seuil duquel Menzel a publié son œuvre, n’existe plus aujourd’hui41.

42Quelle place occupe Spinoza dans la recherche et la culture germanophones ? La question a valeur de test. Il en est peu qui permettent de mesurer aussi nettement les conséquences à long terme des bouleversements idéologiques induits par la période nazie.

43Nous sommes dans la transition d’un siècle à un autre. Au tournant du siècle précédent, il y eut une grande œuvre de recherche, associée au nom d’Adolf Menzel. Rappeler ici cette mémoire, pour dépasser le deuil de la perte et engager à renouer le fil de cette tradition - tel était le but que je me suis proposé.

Notes

1 Je défends cette thèse, en me fondant sur l'étude comparée de la réception de Spinoza en Allemagne et dans d'autres pays, France, Italie, Angleterre et Pays-Bas, « Spinozissimus ille Spinoza oder : Wie Spinoza zum "Klassiker" wurde. Zur Etikettierungs-, Rezeptions-und Wirkungsgeschichte Spinozas im europäischen Vergleich », dans Beobachter und Lebenswelt : Studien zur Natur-, Geistes- und Sozialwissenschaft, Helmut Reinalter (Hrsg.), Thaur-Vienne-Munich, Druck- und Verlagshaus Thaur, 1996 (Interdisziplinäre Forschungen, Bd. 5), p. 183-238.

2 À vrai dire, cela ne vaut plus pour les travaux et présentations majeurs parus récemment (Hecker, 1975 ; Bartuschat, 1992, 1993, 1996 ; Seidel, 1994).

3 Voir sur ce point aussi Menzel, Wandlungen in der Staatslehre Spinozas (voir note 4) ; Als in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts seine Metaphysik bedeutende Köpfe zu fesseln begann [...] blieb doch seine Rechtsphilosophie ziemlich unbedeutend. Ce point a été établi pour le droit par Marcel Senn, à l'aide des travaux d'histoire du droit : Spinoza und die deutsche Rechtswissenschaft : Eine historische Studie zum Rezeptionsdefizit des Spinozismus in der Rechtswissenschaft des deutschsprachigen Kulturraumes. Zurich, Schulthess, 1991 (Zürcher Studien zur Rechtsgeschichte, Bd. 22). Cf. la recension de Manfred Lauermann, Studia Spinozana, 7 (1991) p. 339-343.

4 Dans l'ordre chronologique : « Wandlungen in der Staatslehre Spinoza's », dans Festschrifi zum 70. Geburtstag des Joseph Unger, überreicht v. d. rechts- u. staatswiss. Fak. d. Univ. Wien, Stuttgart, Cotta, 1898 (réimpr. Aalen, Scientia, 1971), p. 49-86 (texte publié aussi séparément, Stuttgart, J. G. Cotta, 1898, avec mise en pages identique) ; « Spinoza und die Kollegianten », Archiv für Geschichte der Philosophie, 15 (1992), p. 277-298 ; « Machiavelli-Studien », Zeitschrift fur das Privat- und Öffentliche Recht der Gegenwart (= Grünhuts Zeitschrift) 29 (1902), p. 561-586 (« II. Machiavelli und Spinoza », p. 566-577) ; « Homo sui juris, eine Studie zur Staatslehre Spinozas », Zeitschrift fur das Privat- und öffentliche Recht der Gegenwart (= Grünhuts Zeitschrift), 32 (1904), p. 77 sqq. ; « Der Sozialvertrag bei Spinoza », Zeitschrift fur das Privat- und Offentliche Recht der Gegenwart, 34 (1907), p. 551-560 ; « Spinoza in der deutschen Staatslehre der Gegenwart », Jahrbuch fur Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reich (= Schmollers Jahrbuch), 31 (1907), p. 35-48 ; « Spinoza und das Völkerrecht », Zeitschrift für Völkerrecht, 2 (1908), p. 17-30.

5 Zeitschrift für öffentliches Recht, 8 (1929), p. 529-552 (revue autrichienne).

6 Vienne-Leipzig, Hölder-Pichler-Templer, 1929 (Akademie der Wissenschaften in Wien ; Philos.-hist. Klasse, Sitzungsberichte : 210. Bd., 1. Abt.) Réimpr. Glashütten im Taunus, Detlev Auvermann, 1976. La section sur Spinoza se trouve p. 264-447. Cette dernière version est citée dans le texte d'après le reprint, sous la forme Beiträge, suivi des références de pages. Les premiers articles ont été repris presque intégralement. Seuls quelques paragraphes ont été rajoutés, ou supprimés, ou encore déplacés. Seuls « Einleitung » (chap. 11, p. 264-284) et « Grundgedanken der Staatslehre Spinozas » (chap. 12, p. 306-328) sont rajoutés et, à quelques endroits, l'argumentation a été révisée par rapport à la version de l'article portant sur le sujet correspondant.

7 J'emprunte les indications qui suivent à la notice nécrologique « Adolf Menzel » publiée par Hans Mayer dans Almanach für das Jahr 1938 de l'Akademie der Wissenschaften in Wien im 88. Jahrgang, Vienne-Leipzig, Hölder-Pichler-Tempsky, p. 345-351, avec une annexe bibliographique des écrits de Menzel - insuffisante à tous égards (p. 352-353).

8 Par exemple dans Naturrecht und Soziologie, Vienne, Kaiserl. und königl. Hof Buchhandlung-Leipzig, Hof-Verlags-Buchhandlung Carl Fromme, 1912, p. 17-21.

9 La deuxième section des Beiträge, « Beiträge zur griechischen Staatslehre » (p. 136-263), aborde, entre autres sujets, le problème de la démocratie dans la théorie politique grecque, Protagoras comme théoricien de la démocratie et la théorie grecque du pouvoir. Toutes ces interprétations, aujourd'hui encore, présentent un intérêt exceptionnel. Voir aussi Griechische Soziologie, Sitzungsberichte der Akademie der Wissenschaften in Wien, philosophisch-historische Klasse, 1936.

10 Sous-titre : Eine geistesgeschichtliche Studie, Baden b. Wien, Rohrer, 1938 (réimpr. Aalen, Scientia, 1979).

11 Vienne-Leipzig, Franz Deuticke, 1935.

12 Der Gedanke, dass dieselbe [« Spinoza's Staatslehre ». Wa.] Entwicklungsstadien durch-gemacht hat, taucht [in den bisher üblichen Interpretationen. Wajgar nicht auf (Wandlungen, p. 4).

13 Manfred Walther, « Die Transformation des Naturrechts in der Rechtsphilosophie Spinozas », Studia Spinozana, 1 (1985), p. 73-104.

14 Cf. aussi « Spinoza und die Kollegianten » (voir note 4). L'hypothèse de Menzel sur l'importance des collégiants dans la description spinozienne de la démocratie est criti-quée par Willem Meijer, « Spinozas demokratische Gesinnung und sein Verhältnis zum Christentum », Archiv für Geschichte der Philosophie, 16 (1903), p. 455-485.

15 Voir son introduction à son édition du TTP, Leipzig, Felix Meiner, 1908, plusieurs fois réédité depuis, dernière éd., 1955, en partie, p. VII-IX. Cf. Beiträge, p. 274, avec la note 26.

16 Aber auch an der Bibelkritik [...] hatten die Regenten keinerlei Interesse, noch weniger an der Aufstellung eines demokratischen Staatsideals, wie dies in jenem Werk versucht wird. L'interprétation de Menzel se trouve confirmée par la découverte d'un passage du journal du fils du professeur de Leyde, Johannes Gronovius (1611-1671). Cet homme de l'entourage de Jan de Witt rapporte un propos critique sur Spinoza, qu'il tient d'un proche de De Witt, et peut-être de De Witt lui-même. Cf. Giuseppina Totaro, « Un document inédit sur Spinoza », Bulletin de l'Association des amis de Spinoza, n° 29 (1993), p. 27 (fac-similé et transcription), et Wim Klever, « A new document on De Witt's attitude towards Spinoza », Studia Spinozana, 9 (1993), p. 370-388 (texte, traduction anglaise [avec quelques erreurs minimes], commentaire). Giuseppina Totaro suppose qu'il ne s'agit pas d'un propos de Jan de Witt, mais du futur grand-duc de Florence Côme III : « Niels Stensen (1638-1686) e la prima diffusione della filosofia di Spinoza nella Firenze di Cosimo III », dans L'hérésie spinoziste : la discussion sur le Tractatus theologico-politicus, 1670-1677, et la réception du spinozisme / The Spinozistic Heresy : The Debate on the Tractatus theologico-politicus, 1670-1677, and the Immediate Reception of Spinozism, publ. par Paolo Cristofolini, Amsterdam & Maarssen, APA-Holland University Press, 1995, p. 147-168 (cit. p. 161 sqq.).

17 Cf. également « Machiavelli-Studien » (voir note 4), p. 566 sqq.

18 « Spinoza in der deutschen Staatslehre der Gegenwart » (cf. note 4) ; Beiträge, p. 425-435.

19 Beiträge, p. 431-432 et autres ; Wandlungen, p. 14-15, et ensuite, tout le chapitre V, p. 23-28.

20 Menzel renvoie au chapitre 3 du TTP et à Ep. 50, ainsi qu'à l'opposition sur ce point avec Hobbes.

21 Menzel mentionne Janet, Bluntschli, Horn et Sigwart (Beiträge, p. 292).

22 Homo sui juris (voir note 4) ; Beiträge, p. 14. Chap. : « Die Verschlingung von Recht und Macht bei Spinoza », p. 306-327. Paolo Cristofolini renvoie aussi aux travaux antérieurs de Menzel. Cf. Paolo Cristofolini, « Esse sui iuris e scienza politica », Studia Spinozana 1 (1985), p. 53-71 (65, n. 1). Cette étude a été rééditée dans Paolo Cristofolini, La scienza intuitiva di Spinoza, Naples, Morano, 1987, Section IX, p. 121-141.

23 Menzel traduit donc correctement le absolute en le rapportant à sui juris, à la différence de Kirchmann, et plus tard de Gebhardt, ou encore de Bartuschat dans son édition bilingue du TP (Hambourg, 1994).

24 Cf. sur ce point les analyses d'Usamu Ueno, « Spinoza et le paradoxe du contrat social de Hobbes : le reste », Cahiers Spinoza, 6, printemps 1991, p. 269-295 ; Thomas Heerich, Transformation des Politikonzepts von Hobbes zu Spinoza : Das Problem der Souveränität, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2000 (Schriften der Spinoza-Gesellschaft, Bd. 8) ; Joachim Kreische, Konstruktivistische Politiktheorie bei Hobbes und Spinoza, Baden-Baden, Nomos, 2000 (Fundamenta Juridica, Bd. 35), chap. 3.4.3.

25 En dégageant clairement comment, dans le TP, le contrat social est abandonné et remplacé par une théorie des déplacements de pouvoir, Menzel arrive à une perspective délaissée dans les travaux allemands sur Spinoza. Cf. l'interprétation contractuafiste de Spinoza par Hans Saner, « Baruch Spinoza », dans Neuzeit : Von den Konfessionskriegen bis zur Aufklärung, Munich, R. Piper, 1985 (Pipers Handbucb der politischen Ideen, Bd. 3), p. 369-381, ainsi que chez Wolfgang Kersting, Die politische Philosophie des Gesellschaftsvertrages, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994, p. 103-108.

26 Cf. aussi la première version de « Spinoza und das Volkerrecht » (voir note 4).

27 Cf. sur ce point le travail récent de Francis Cheneval, « Spinozas Philosophie der internationalen Beziehungen », dans Ethik, Recht und Politik bei Spinoza, Marcel Senn ; Manfred Walther (Hg.), Zurich, Schulthess, 2001, p. 195-205.

28 À cet endroit (note 13), il cite Rosin, Meinecke, Freudenthal et Adelphe.

29 Johannes Althusius und die Entwicklung der naturrechtlichen Staatstheorien : Zugleich ein Beitrag zur Geschichte der Rechtssystematik, Breslau, Wilhelm Koeber, 1880 ; 2e et 3e éd. Breslau, M. & H. Marcus, 1902 et 1913, avec des annexes. Depuis, l'ouvrage a été réédité sans changements, la dernière édition est celle-ci : 7" éd. sans changements, Aalen, Scientia, 1981.

30 Dans Festschrift für Otto Gierke zum 70. Geburtstag, Weimar, Böhlau, 1911 (Nachdr. Francfort-sur-le-Main, Keip, 1987), p. 383-420. Sur Rosin, voir Alexander Hollerbach, « Heinrich Rosin : Pionier des allgemeinen Verwaltungs- und des Sozialversicherungsrech ts », dans Deutsche Juristen jüdischer Herkunft, hrsg. von Helmut Heinrichs et al., Munich, C. H. Beck, 1993, p. 369-384.

31 L'ouvrage porte le sous-titre : Studien zur Genesis des deutschen Nationalstaates, Munich-Berlin, R. Oldenbourg.

32 Munich, R. Oldenbourg, 1924. 4. Aufl., hrsg. u. eingel. von Walther Hofer, Munich-Vienne, R. Oldenbourg, 1976 (Friedrich Meinecke, Werke, Bd. 1). Le passage sur Spinoza comportant la référence à Menzel se trouve p. 255-263.

33 Grundziige der Rechtsphilosophie, Leipzig, Quelle & Meyer, 1914 : 166 Anm. (= Gesamtausgabe, Bd. 2 : 158). Dans la 3e édition de 1932, qui a subi des remaniements importants, on trouve la précision suivante : « Über dieses angebliche Wort Spinozas vgl. W. Jellinek, Grenzen der Verfassungsgesetzgebung, 1931, S. 16, Anm. 29 » (Radbruch, Rechtsphilosophie, citée d'après la 5e édition, Stuttgart, K. F. Koehler, 1956 : 177 A2). Sur l'histoire de cette référence de Radbruch à Spinoza, voir Manfred Lauermann, recension de Senn, Spinoza und die deutsche Rechtswissenschaft, Studia Spinozana, 7 (1991), p. 339-343 (cit. p. 343).

34 Tome III : Die politische Erneuerung, Berlin-Leipzig, Rothschild, 1921, p. 16-26.

35 La présentation la plus détaillée et comportant la bibliographie la plus complète se trouve chez Thomas Heerich/Manfred Lauermann, « Der Gegensatz Hobbes-Spinoza bei Carl Schmitt (1938) », Studia Spinozana, 7 (1991), p. 97-160.

36 Manfred Walther, « Carl Schmitt et Baruch Spinoza, ou les aventures du concept du politique », dans Spinoza au xxe siècle, prés, par Olivier Bloch, Presses universitaires de France, 1933 (coll. « Philosophie d'aujourd'hui »), p. 361-372. Cf. la version révisée et augmentée « Carl Schmitt contra Baruch Spinoza oder Vom Ende der politischen Theologie », dans Spinoza in der europâischen Geistesgeschichte, Hanna Delf, Hans-Joachim Schoeps, Manfred Walther (hg.), Berlin, Hentrich, 1994 (Studien zur Geistesgeschichte, Bd. 16), p. 422-441.

37 Zeitschrift für öffentliches Recht, 7 (1928), p. 100-105 (revue autrichienne).

38 Theodor Sternberg, « Spinoza : Gedanken anläßlich seines 250. Todestages », Archiv fur Rechts- und Wirtschaftsphilosophie 20 (1927), p. 1828-1829 ; Wilhelm Sauer, « Spinoza : Eine juristische Betrachtung zu seinem 250. Todestag (21. Februar 1927) », Deutsche Juristen-Zeitung 32 (1927), col. 297-298.

39 Walter Eckstein, « Zur Lehre vom Staatsvertrag bei Spinoza (Aus Anlass von Spinozas dreihunderstem Geburtstag) », (Osterreichische) Zeitschrift : fur öffentliches Recht, 13 (1933), p. 356-368, repris avec une annexe de 1971, dans Texte zur Geschichte des Spinozismus, hrsg. von Norbert Altwicker, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1971, p. 262-376 ; id., « Die rechtsphilosophischen Lehren Spinozas im Zusammenhang mit seiner allgemeinen Philosophie : Zur Erinnerung an den 300 jährigen Geburtstag Spinozas », Archiv fur Rechts- und Wirtschaftsphilosophie 26 (1932-1933), p. 157-167. Sur Eckstein, voir les précisions données par Manfred Lauermann dans la préface et la postface de la réimpression d'une conférence sur Spinoza prononcée par Eckstein devant le Monistenbund autrichien en 1927, dans Spinoza (Topos, Heft 6), Bielefeld, Édition Topos im Verlag Pahl-Rugenstein Nachf, 1995, p. 111, 151-158 (avec une bibliographie d'Eckstein).

40 En 1965, Carlo Schmitt, un « Weimarer », dirigea une Dissertation sur la philosophie politique de Spinoza, où était mentionnée l'interprétation de Menzel : Wolfgang Röhrich, Der Staat der Freiheit : Zur politischen Philosophie Spinozas. Darmstadt, Melzer, 1965 (sur Menzel, voir notes 64 et 69). Les deux thèses de Hubert Neckning, Das Verhältnis von Macht und Recht bei Spinoza, Diss. Munich, 1967, et de Hermann Steffen, Recht und Staat im System Spinozas, Bonn, H. Bouvier u. Co., 1968 (Schriften zur Rechtslehre und Politik, Bd. 56), dénient à la philosophie spinozienne du droit toute actualité. Jusque dans les années 1880, il n'y a pas, à ma connaissance, d'essais dans les revues de sciences juridiques ou politiques. Dans les manuels de philosophie du droit et/ou d'histoire des théories de l'État, il est exceptionnel que le sujet soit traité (Zippelius).

41 Je ne connais qu'un seul chercheur viennois qui ait travaillé sur Spinoza après 1945.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site