Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Deuxième partie. L’extension de Paris

L’« annexion » vue de l’Est parisien : inquiétudes, espérances et insatisfactions…

Christiane Demeulenaere-Douyère

Full text

1Le spectacle du théâtre de Belleville du 1er janvier 1860 débute par cette adresse :

  • 1 Paris-Belleville. À-propos mêlé de couplets de M. Émile Delteil joué pour la première fois au théâ (...)

Ô Bellevillois ! […] Non, pas Bellevillois… Ô Parisiens de barrière. […] Parisiens ! Salut ! Salut aussi, ô Parisiennes !… À présent, tant pis pour ceux qui sont de Belleville, patrie des groseilles à grappes… et autres… Endormis hier nés natifs du canton de Pantin, ils se sont réveillés, ce matin, […] tous Parisiens, aussi consommés que ceux du quartier de Bréda ou de la place Maubert1

2L’acteur fait allusion à une mesure législative qui prend son effet le jour même et qui va bouleverser la vie quotidienne de son public. Mais, pour l’heure, le ton est à la plaisanterie, à l’image de la presse qui, depuis plusieurs semaines déjà, s’amuse de l’événement. L’extension des limites de Paris fait la une de l’actualité et le bonheur des humoristes qui saisissent l’occasion de brocarder les « nouveaux Parisiens » de la « petite banlieue » qu’il est de bon ton de dépeindre comme des paysans un peu rustauds.

  • 2 Déjà, en décembre 1840, le maire de Charonne, Delhoste, se fait l’écho des inquiétudes de ses conc (...)

3En fait, les « nouveaux Parisiens » de l’Est parisien ont l’élégance de faire contre mauvaise fortune bon cœur, car, si, depuis l’édification de l’enceinte de Thiers dans les années 1840, l’annexion d’une partie au moins de la banlieue faisait l’objet de débats suffisamment publics pour qu’ils aient pu en saisir les échos et éventuellement s’en alarmer2, ils n’ont guère eu leur mot à dire dans cette affaire.

Fig. 1. – Caricature de Cham sur les «  nouveaux Parisiens  ».

  • 3 Archives nationales, Paris [désormais AN], A/1266. Sur l’annexion en général, on renvoie aux docum (...)

4La mutation que connaît Paris en 1860 est sans égale : la loi du 16 juin 1859 porte ses limites « jusqu’au pied du glacis de l’enceinte fortifiée », réunissant ainsi à la capitale l’intégralité de onze communes de sa proche banlieue et des portions plus ou moins étendues de treize autres3. Cette fusion administrative aura des incidences fiscales qui pèseront lourd dans l’affaire.

5C’est la question de « l’extension des limites de Paris » depuis les hauteurs de l’Est parisien qui sera examinée ici. Ce déplacement de point de vue permet de mesurer les attentes des habitants de la « petite banlieue » face à cette mesure et les réponses qui leur ont été apportées, pour deux communes, Belleville et Charonne, vouées à devenir de « nouveaux » arrondissements parisiens.

L’enquête : le temps des inquiétudes

  • 4 Documents relatifs à l’extension des limites de Paris, op. cit., p. 17-20.

6À Belleville et à Charonne, comme dans les arrondissements parisiens et les autres communes de banlieue concernées, la procédure d’extension des limites de Paris définie par le décret du 9 février 18594 est respectée à la lettre.

  • 5 AN, F/2/II/Seine/36. Les dossiers d’enquête relatifs à Belleville et à Charonne ont été publiés : (...)

7Du 13 au 27 février 1859, une enquête a lieu en mairie, sous la responsabilité d’un commissaire enquêteur ; un registre est ouvert pour recueillir les observations et réclamations des habitants, des dires, qu’ils peuvent ainsi déposer par écrit. Ces documents témoignent des réactions de la population et méritent examen car – même si la parole est retenue – c’est la seule trace qui nous est parvenue5.

Fig.2 – Loi du 16 juin 1859, article 1er. Source : AN Paris, A/1266.

  • 6 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, et Lucien Lambeau, Histoire des communes annexées à Paris en 1859. (...)
  • 7 Joseph Xavier Bonipace, dit Saintine, Promenade de Paris à Marly-le-Roi en suivant les bords du Rh (...)

8À Charonne, commune modeste et encore rurale de 16 000 âmes, on note trente-huit oppositions (soit 0,24 % de la population totale)6. À Belleville, il y a 65 000 habitants en 18607 ; c’est une véritable ville, la deuxième de la Seine après Paris. Néanmoins, le taux de participation à l’enquête y est également faible : cent une observations ou réclamations enregistrées (0,16 %).

  • 8 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, résumé du commissaire enquêteur.

9La plupart des déclarants sont hostiles à la mesure projetée, qu’ils qualifient le plus souvent d’« annexion ». Ils s’inquiètent du « grand préjudice [qui leur sera causé] par l’éloignement des classes laborieuses et l’augmentation du prix des marchandises8 ». L’un d’eux formule clairement les raisons de cette inquiétude :

  • 9 Ibid., registre d’enquête, 22 février 1859, « dire » de Louis Adophe Sendrier, propriétaire à Char (...)

[…] C’est ruiner ces maisons [de commerce] que d’en supprimer les consommateurs de chaque jour accoutumés à y vivre à vingt-cinq pour cent meilleur marché que dans Paris. Le petit commerce se trouve détruit par le fait du reculement des barrières, les établissements perdent cinquante pour cent du jour au lendemain et empêchent de payer les contributions et la location au même taux, le revenu de la propriété baisse pour lors de cinquante pour cent et le propriétaire ne peut plus vivre, et par le fait se trouve poussé à diviser ces maisons qui étaient en plein rapport par le commerce de la localité, en de petites portions de nulle valeur qui finissent par le ruiner9.

  • 10 L’entrepôt à domicile ou fictif permet au débitant de transporter chez lui les marchandises sans a (...)

10La question des droits d’octroi préoccupe tous les esprits. Leur augmentation prévisible, sur les matières premières, les bois et les matériaux de construction, alarme les industriels – exploitants de carrières de gypse, fabricants de cuir, de vernis, de produits manufacturés destinés à une clientèle hors de Paris… –, les commerçants et les marchands de bois et de vins, très nombreux à Belleville. Beaucoup réclament le maintien des droits d’octroi à leur taux actuel pendant au moins dix ans et sollicitent le bénéfice de l’entrepôt à domicile10.

  • 11 Voir supra, Nathalie Montel, L’agrandissement de Paris en 1860 : un projet controversé.

11Les réactions des habitants de l’Est parisien rejoignent les inquiétudes de ceux du reste de la « petite banlieue » vouée à l’annexion. Car, si la consultation se déroule généralement dans le calme et si, dans leur majorité, les banlieusards s’abstiennent de toute opposition ouverte – dans l’arrondissement de Saint-Denis (312 000 habitants), on ne relève que deux cents oppositions absolues (0, 06 %) –, les communes de La Villette et de Bercy sont en pointe de la résistance. Leurs arguments sont bien connus11.

Fig. 3 – En-tête du «  dire  » de la maison Mirguet. Source : AN, Paris, F/2/II/ Seine/36.

12Malgré les protestations qui ne parlent que d’enchérissement des matières premières, d’incapacité à soutenir la concurrence, d’obligation à augmenter les salaires des ouvriers, etc., le commissaire-enquêteur de Charonne conclut son rapport en appelant à l’optimisme et à la confiance :

  • 12 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, avis du commissaire enquêteur.

Le tout [est] basé sur des réserves insignifiantes ou des raisons toutes personnelles. L’opinion publique de la commune de Charonne ne paraît en aucune manière s’inquiéter de ce qui peut résulter de l’annexion. C’est donc une marque de confiance, c’est autant dire la réalisation par anticipation des promesses faites. Je puis même ajouter que l’impatience se montre déjà de toute part, sur la réalisation du projet en question, et que chacun jette en ce moment un regard sur l’horizon dont le bel avenir est si certain. En effet, comment peut-il en être autrement ? […] Il faut par conséquent mettre toute notre confiance dans les promesses qui nous sont faites, elles ne seront malheureusement que trop longues à se réaliser, y placer toute sa croyance, espérer un avenir meilleur qui ne peut nous échapper, avenir de sécurité, de salubrité, d’éclairage et enfin de tout le bien-être et agrémens dont est appelé à jouir un arrondissement de Paris12.

13Le maire déclare :

  • 13 Ibid., extrait du registre des délibérations du conseil municipal.

Dans la grande pensée de l’annexion de la banlieue à Paris, l’Empereur a voulu qu’elle fût une large, féconde et généreuse adoption, et non une ruine ou un anéantissement. L’annexion sera un grand acte de plus accompli sous un règne où déjà tant de choses grandioses se sont accomplies si rapidement par l’initiative et sous la vigoureuse impulsion d’un souverain dont la pensée peut s’élever aux plus hautes conceptions et dont le cœur sait descendre sympathiquement aux détails des intérêts privés et du besoin de toutes les classes13.

« Belleville, pour sa bouche, n’est tout simplement qu’un quartier14 »

  • 14 Paris-Belleville…, op. cit.

14L’effet de la loi du 16 juin 1859 immédiatement manifeste pour les « nouveaux Parisiens » est la perte de l’autonomie administrative de leur commune.

  • 15 Des portions de l’ancien territoire de Charonne, au-delà des fortifications, sont rattachées aux c (...)
  • 16 Décret du 31 octobre 1859, sur la dénomination des vingt arrondissements municipaux de la ville de (...)

15Toutefois, sur les onze communes annexées, la situation de Belleville est particulière car elle perd aussi son unité territoriale. Scindée en deux, en suivant la rue de Paris (rue de Belleville), elle voit sa partie septentrionale former avec La Villette le 19e arrondissement (dit des Buttes-Chaumont), et sa partie méridionale former, avec Charonne, dont le territoire est un peu amputé15, le 20e arrondissement (dit de Ménilmontant)16.

16Pour la plupart des « nouveaux Parisiens », la perte de l’autonomie municipale est difficile à accepter :

  • 17 Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de Paris. Histoire d’un espace urbain, Paris, Seuil, 1985, (...)

Cette conscience d’être natif de Belleville ou d’Auteuil, de Vaugirard ou de Charonne est tellement forte dans les mentalités qu’il faudra plusieurs dizaines d’années après l’annexion et même après la guerre de 1914 pour voir les appellations des arrondissements prendre le pas sur celles des communes dans le langage des Parisiens17.

17Dans le cas de Belleville, l’éclatement de l’ancienne commune, imaginé peut-être pour des raisons d’équilibre démographique, représente une perte d’identité encore plus violente et choque le chauvinisme local.

18Certains commentateurs dénoncent le caractère artificiel de ce découpage, qui méconnaît les usages locaux.

  • 18 AN, F/2/II/Seine/36, dire n° 19, Dr Comet, Réponse à l’enquête ouverte…, p.6. La numérotation des (...)

Il n’y aura aucun lien d’union entre les intérêts des habitants des deux Villette et ceux de la partie de Belleville annexée au 16e arrondissement. Les premiers sont de grands industriels, fabricants ou commerçants. Les seconds, à peu d’exceptions près, sont de petits propriétaires, des rentiers ou des employés en retraite ; rien ne peut les mettre en rapports, et ils n’en auront de réels ou d’utiles qu’avec les habitants du 17e arrondissement dont ils auront été détachés18.

Fig.4. – L’Est parisien dans l’annexion de 1860. Détail de la carte extraite de François Gasnault (dir.), Sur les traces de vos ancêtres à Paris. La recherche des origines, Paris, Archives de paris, 1997.

19La réunion de Belleville et de Charonne, pour former un seul arrondissement, n’a guère plus de légitimité :

  • 19 Ibid., p. 7.

Si l’on pensait que la population de cet arrondissement [le 17e] s’élèverait plus tard d’une manière trop considérable, la commune de Charonne et le cimetière du Père-Lachaise, Fontarabie et le petit Charonne pourraient en être détachés et réunis au 8e arrondissement, de même que sur le plan officiel on a joint au 9e arrondissement [une] partie de la commune de Saint-Mandé et la Grande Pinte. Ces localités, du reste, trouveraient un grand avantage à être absorbées dans le 8e arrondissement, où leurs communications sont habituelles et plus faciles qu’avec les communes de Ménilmontant et de Belleville, auxquelles on se propose de les annexer19.

20Derrière les contorsions topographiques auxquelles se livre, par exemple, le Dr Comet pour proposer un découpage irrécusable conservant à Belleville son intégrité territoriale, on perçoit un fort sentiment d’appartenance à l’ancienne commune et une nostalgie certaine devant sa disparition programmée.

21Le commissaire-enquêteur, lui-même Bellevillois, partage ce sentiment. Il conclut son rapport en se déclarant favorable à l’extension des limites de Paris, mais, « pour donner satisfaction aux habitudes et au vœu général des habitants, dit-il, il serait convenable que la commune de Belleville ne fût pas partagée en deux parties » et il propose :

  • 20 AN, F/2/II/Seine/36, Belleville, résumé sommaire et avis motivé du commissaire enquêteur, 27 févri (...)

de restreindre les limites du 15e arrondissement à la rue de la Chapelle […], de comprendre le surplus de la Chapelle dans le 16e arrondissement, et d’en fixer les limites soit à la rue d’Allemagne [actuellement avenue Jean-Jaurès] […] soit à la rue de Meaux […], d’ajouter enfin au 17e arrondissement la partie de Belleville qui avait été donnée au 16e, avec ou sans la portion de la Villette comprise entre la rue d’Allemagne et la rue de Meaux. […] Nous pensons que cette modification présenterait une économie réelle pour la ville de Paris et serait tout à fait à la convenance des habitants, en ce que, pour ces trois arrondissements, le 15e, le 16e et le 17e, les mairies, les églises et les écoles se trouveraient au centre des populations20.

22Le conseil municipal de Belleville, dans son avis final du 7 mars 1859, prend très respectueusement position contre le projet de scission de la commune. Cette revendication quasi unanime ne sera pas entendue par l’administration parisienne !

23La scission de Belleville est lourde d’inconvénients qui perturberont durablement la vie quotidienne des habitants.

  • 21 Anne-Marie Châtelet, « Les nouveaux arrondissements s’équipent », in Jacques Lucan (dir.), Paris d (...)
  • 22 Le parc des Buttes-Chaumont y sera ensuite aménagé.

24Couper la commune en deux en suivant la rue de Paris semble présenter l’avantage d’organiser équitablement le partage de ses équipements publics entre les deux parties, l’église Saint-Jean-Baptiste, au nord de la rue de Paris, revenant au 19e arrondissement, la mairie, au sud, au 20e. Toutefois, installer la mairie du nouveau 20e arrondissement dans l’ancienne guinguette de l’Île d’Amour, au 138 rue de Belleville, là où, depuis 1847, se trouvait la mairie de Belleville, revient à placer le centre administratif de l’arrondissement à son extrême lisière nord. Quant à la mairie de La Villette, établie depuis 1832 quai de l’Oise21, sur un emplacement central au regard du territoire de l’ancienne commune, elle devient la mairie du 19e arrondissement mais est aussi très excentrée et difficile d’accès pour les habitants détachés de Belleville, que de vastes espaces inhospitaliers, coupés de carrières, encore peu viabilisés22, séparent de La Villette.

  • 23 AN, F/2/II/Seine/36, Belleville, dire n° 19, Dr Comet, Réponse…, p. 6.

Comment pourra-t-on exiger qu’un nouvau-né soit transporté à travers des chemins d’une pente rapide encombrée de neige en hiver, brûlés par le soleil en été, ou noyés par les pluies de toutes les saisons, pour être présenté à l’officier de l’état civil ? Pas une famille n’y consentira, pas un médecin ne le permettra. La loi sera donc enfreinte, ou il faudra la modifier23.

25Il y a un autre effet, encore plus pénalisant à terme, mais moins immédiatement perceptible, puisque la loi du 16 juin 1859 s’assortit d’un moratoire : l’annexion va entraîner une augmentation importante des charges des populations et donc leur appauvrissement. Si certains osent espérer une baisse des impôts, les esprits sont surtout agités en 1859 par l’enchérissement des produits de consommation courante et des matières premières lié au tarif de l’octroi, plus élevé à Paris que dans les anciennes communes.

  • 24 Arch. Académie des sciences, Paris, prix Montyon de statistique, 1855, V. P. Demay, Histoire de la (...)

26Avant 1860, il existe à Belleville, comme dans de nombreuses communes de la Seine, un octroi de banlieue, qui pèse sur les alcools consommés dans les communes rurales (26 F/hectolitre) et bénéficie majoritairement aux communes du département, et un octroi municipal qui profite au budget communal. À Belleville, ce dernier n’a longtemps pesé que sur les vins (à partir de 1820), à raison de 91 centimes/hectolitre, et la viande (à partir de 1839), à raison de 2 F 28/100 kilogrammes ; en 1853, il a été étendu à d’autres produits (alcools et huiles, matériaux et bois de constructions, fourrages, suifs), mais avec « un droit équivalent au 10e de ce que les mêmes objets paient à Paris24 ». Le même auteur indique que « les droits d’octroi coûtent à chaque habitant à Paris la somme de trente-neuf francs, terme moyen, à Belleville, cinq francs seulement, mais il faut envisager que la population de cette dernière ville est généralement pauvre, ouvrière et nécessiteuse et loin d’avoir l’aisance et la richesse de celle de Paris ».

27Or, beaucoup de Parisiens modestes, victimes de la hausse des loyers liée à l’haussmannisation du centre, sont venus chercher dans l’Est parisien une résidence en accord avec leurs moyens. L’augmentation du coût de la vie va réduire les plus pauvres à un départ vers une banlieue plus lointaine, au-delà des fortifications.

  • 25 Jean-Paul Brunet (Une banlieue ouvrière : Saint-Denis 1890-1939, Lille, 1982) indique qu’à la fin (...)

28C’est aussi le cas de certaines industries qui vont s’installer, quand elles le peuvent, en banlieue où elles trouvent de conditions d’exploitation plus favorables25. Cette inquiétude est présente sous la plume de nombreux industriels auteurs de dires, en 1859.

« Faire de Babel Paris » : une longue insatisfaction

29En contrepartie de ces inconvénients moraux et matériels, les « nouveaux » Parisiens étaient en droit d’attendre beaucoup de leur rattachement à Paris, des attentes qu’en 1859, le maire de Charonne exprimait en ces termes :

  • 26 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, extrait du registre des délibérations du conseil municipal.

Il me reste à rappeler rapidement les conséquences favorables de cette grande mesure qui, sans doute, vous paraîtra aussi nécessaire, conforme à la raison, au bien public et aux besoins de l’administration.
Nous trouvons naturellement et de suite par le fait de l’annexion : sécurité, surveillance, répression des délits qui se multiplient dans la banlieue ; soins et travaux de salubrité, viabilité convenable et assurée sur tous les points, répartition des contributions assise d’une manière uniforme, exonération pour des loyers de 250 F, cotisation moindre pour les loyers au-dessus de ce chiffre, distributions plus abondantes des eaux et du gaz, arrosements ou irrigations ; l’assistance publique étendant ses secours et ouvrant ses hôpitaux et ses hospices aux indigents malades et à tous les malheureux chargés d’infirmités.
Enfin, les édifices publics mis en rapport avec l’importance de la population et les besoins de la population26.

30C’est du moins ce que promet l’administration parisienne. Mais, en dépit des discours officiels, il leur faudra beaucoup patienter, au moins jusqu’aux dernières années du xixe siècle, et il en naîtra un grave mécontentement. Les habitants des « marges » ne vont pas tarder à se dire qu’à l’Hôtel de Ville, on les tient pour des Parisiens au rabais. L’annexion ne serait-elle que ce marché de dupes dénoncé en 1859, comme par le conseil municipal de La Villette qui s’interrogeait :

  • 27 Cité dans Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée… », op. cit., p. 248.

La Villette, dont le territoire est long et étroit, est divisée par le canal et deux routes impériales. Quelle grande artère nouvelle pourra donc être créée ? aucune. Les rues accessoires sont percées à merveille, et si, ce que nous ne croyons pas, des percements nouveaux sont nécessaires, ne peuvent-ils pas être exécutés à l’aide des décimes départementaux ? Le gaz nous éclaire ; l’instruction primaire est distribuée chez nous comme elle l’est à Paris. À tous ces points de vue, l’annexion nous est inutile27.

Les équipements publics

31L’intégration des « marges » à Paris doit se formaliser par la mise en chantier de bâtiments municipaux, d’écoles, d’hôpitaux, de halles, de tribunaux, etc., autant d’opérations coûteuses réalisées aux frais de l’ensemble des Parisiens. Or, la modernisation de Paris qui profite d’abord aux arrondissements du centre absorbe la plus grande part des capacités contributives des Parisiens.

  • 28 Place Gambetta en 1893.

32Les premières actions sont de l’ordre du symbolique. La construction des grands édifices municipaux démarre assez rapidement, avec la livraison, dès 1866, de la mairie du 13e arrondissement. Dans l’Est parisien, la mairie du 20e arrondissement, place des Pyrénées28, est édifiée entre 1867 et 1877, et la mairie du 19e, place Armand-Carrel, en 1876-1878. Ces imposants bâtiments édilitaires, disproportionnés avec le pouvoir réel des maires d’arrondissement, ont pour fonction d’afficher la mainmise du pouvoir municipal central sur les territoires nouvellement annexés, des signaux forts qui apparaissent pour le moins agaçants, sinon provocateurs, pour les « nouveaux » Parisiens.

  • 29 Loi du 28 juin 1833.
  • 30 Inventaire des écoles par Anne-Marie Châtelet, L’École primaire à Paris 1870-1914, Paris, Délégati (...)

33En matière scolaire, les anciennes communes étaient fières des écoles élémentaires que, depuis 183329, elles avaient l’obligation d’entretenir, souvent au prix de gros efforts. Celles-ci passent sous la responsabilité de la direction de l’Enseignement primaire de la Ville de Paris, instance lointaine siégeant à l’Hôtel de Ville, qui procède à partir d’une analyse statistique des besoins généraux de la population parisienne, dont les maires d’arrondissements sont exclus : les écoles ne sont plus réparties à l’échelle du quartier, mais à celle de la ville. Les arrondissements nouveaux passent après ceux du centre. Dans le 20e arrondissement, sur un total de trente-neuf écoles primaires construites ou réaménagées entre 1860 et 1914, si les premiers travaux commencent en 1876, la plupart datent surtout de la décennie 1890-190030. L’effort restera longtemps insuffisant, notamment en regard de l’évolution rapide de la population.

  • 31 Jean-Jacques Cocheton, « L’hôpital Tenon », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie (...)
  • 32 Christiane Demeulenaere-Douyère, « Un “bienfaiteur du petit peuple des enfants de Paris” : le Dr G (...)

34L’hôpital est un autre équipement important : le 1er novembre 1878, est livré l’hôpital de Ménilmontant (hôpital Tenon en 1879), dont la construction, commencée en 1870, a été interrompue par la guerre et les troubles de la Commune. Il offre 635 lits pour une population de 100 000 habitants dans le 20e arrondissement, mais il est aussi ouvert aux malades des arrondissements voisins31. Et, longtemps, dans l’Est parisien, l’hôpital partagera l’espace sanitaire avec des initiatives privées religieuses ou laïques, comme, par exemple, la Goutte de lait de Belleville32.

La voirie

35Une des justifications de l’annexion avancées en 1859 était la nécessaire amélioration de la voirie des communes suburbaines. Le commissaire-enquêteur de Charonne écrivait :

  • 33 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, avis du commissaire enquêteur.

Déshéritée jusqu’à ce jour de toute amélioration, cette commune d’une grande étendue, n’est liée pour ainsi dire par aucune voie facile ou agréable, comme on pourrait l’espérer à la porte d’une grande capitale, et tout cela faute de ressources pécuniaires33.

  • 34 Observations présentées au nom des habitants d’Ivry au sujet de l’annexion des communes suburbaine (...)

36De l’unification de la voirie publique allait dépendre la réussite de l’annexion, « la nécessité d’assimiler ces communes à la grande ville, de les vêtir à la parisienne, de leur donner des pavés, des trottoirs, l’eau, le gaz, les égouts […] », comme le faisait remarquer en 1859 un habitant d’Ivry34, et l’administration parisienne devait se montrer à la hauteur de ses promesses.

37Les besoins sont énormes. Haussmann observe que, dans la zone annexée, plus du tiers de la surface des rues n’est ni pavé ni empierré. En 1883 encore, pour des raisons d’économie, les ingénieurs préconiseront l’empierrement pour les arrondissements périphériques, au motif qu’il résiste bien à des voies peu chargées par la circulation et que son coût est moindre ; en revanche, il a l’inconvénient de transformer la voie en bourbier dès qu’il pleut ou en nuage de poussière par temps sec.

  • 35 Alphand évalue les dépenses engagées pour l’ouverture de voies entre 1852 et 1870 à un milliard de (...)

38Sont rattachés à la voirie les équipements en égouts, trottoirs, éclairage, etc., qui coûtent cher et exigent du temps. La mise à niveau de la voirie de la banlieue annexée exige de gros efforts et, par exemple, en ce qui concerne les trottoirs, la ville repousse jusqu’en 1879 l’application de la loi du 7 juin 1845 qui l’oblige à payer la moitié des dépenses de construction de trottoirs, préférant plutôt accorder des primes aux riverains qui prendraient l’initiative des travaux35.

  • 36 Souligné par Xavier Malverti et Aleth Picard, « La voie publique annexe les faubourgs », in Jacque (...)

39L’administration parisienne elle-même semble avoir du mal à concevoir l’unicité du territoire parisien et, jusqu’en 1885, soit plus de vingt-cinq ans après le vote de la loi de 1859, le service de la Voie publique, chargé de l’établissement et de l’entretien des rues, du nettoiement et de l’arrosage, se répartit toujours en deux divisions territoriales : l’une « centrale » qui comprend les dix premiers arrondissements parisiens, et l’autre « suburbaine » recouvrant les arrondissements extérieurs. C’est aussi jusqu’en 1885 que la Ville individualise un budget particulier consacré aux travaux de pavage et trottoirs neufs de la zone annexée36.

Les circulations

40L’Est parisien va rester longtemps enclavé. L’escarpement naturel fait de Belleville un balcon sur Paris et constitue un obstacle à son intégration dans la ville et les seules voies de liaison avec les boulevards ouverts sur l’emplacement du mur des Fermiers généraux restent longtemps les « vieilles » rues fort étroites, héritières de chemins ruraux anciens, de Belleville, Ménilmontant et, au sud, de Charonne, Avron et Lagny.

  • 37 Sheila Hallsted-Baumert, « Le funiculaire de Belleville », in Jean-Marie Jenn (dir.), Le XIXe arro (...)

41Les deux premières ont une pente rude et dangereuse, qui, déjà avant 1860, entrave le développement de l’économie bellevilloise. Elle est cause de l’échec des tentatives d’organisation d’un service régulier de voitures publiques entre le centre de Paris et l’église de Belleville, car, si les voitures arrivent sans problème jusqu’à la Courtille, il faut ensuite doubler les attelages pour tirer les lourds omnibus ou transborder passagers et marchandises dans des véhicules plus légers. En janvier 1891, on inaugure un funiculaire reliant en quinze minutes la place de la République à l’église de Belleville ; ce funiculaire, le premier à fonctionner en Europe, est une innovation technologique, mais, en dépit de sa rapidité, il connaît d’innombrables incidents d’exploitation et ne sera jamais vraiment fonctionnel37.

  • 38 . L’espace entre la rue de Lagny et le cours de Vincennes ne sera urbanisé que dans les années 193 (...)

42Hormis le cours de Vincennes, qui longe, au sud, des zones encore peu habitées38, l’Est parisien reste dépourvu jusqu’au début de xx e siècle de liaisons aisées avec le centre de Paris. Si, en 1862 et 1867, sont ouvertes deux larges voies, la rue de la Dhuis (partie nord de l’actuelle avenue Gambetta) et la rue Sorbier (actuellement rue Belgrand), elles relient la place Gambetta aux boulevards extérieurs. Quand la rue Sorbier est prolongée en 1876, elle l’est jusqu’à la rue de Ménilmontant. L’avenue des Amandiers (République), commencée en 1857, avant l’extension, atteint le boulevard de Ménilmontant en 1882. Il faudra attendre 1905 pour donner un débouché sur le boulevard de Ménilmontant à la partie basse de l’avenue Gambetta, avec la destruction du lotissement Gasnier-Guy situé en bordure du cimetière du Père-Lachaise.

  • 39 Pierre-Émile Folacci et Astrid Hervieu, « Les agrandissements successifs », in Catherine Healey, K (...)

43Ce dernier joue aussi un rôle non négligeable dans l’enclavement de l’est. En 1860, il atteint déjà près de 44 ha, soit à peu près son emprise actuelle39. Longtemps exclusivement tourné vers Paris – la porte des Rondeaux n’est ouverte qu’en 1898, quand le quartier Gambetta commence à se développer –, il constitue une masse « non productive », sans logements ni activités économiques, donc peu susceptible d’intéresser les promoteurs, et contribue ainsi à isoler le 20e arrondissement du reste de la capitale.

  • 40 La création d’un large boulevard bordant l’enceinte fortifiée et intégrant la route militaire, déc (...)
  • 41 Florence Bourillon, « La rue des Pyrénées », in François Gasnault et Jean-Philippe Dumas (dir.), L (...)

44En revanche, si les liaisons avec le centre sont difficiles, celles avec la couronne absorbée en 1860 sont facilitées par la transformation des chemins de ronde et boulevards extérieurs du mur des Fermiers généraux en promenades, ponctuées de vastes places40. Dans l’Est parisien, est également ouverte la rue des Pyrénées, partie de la grande rocade périphérique destinée à relier les anciennes communes annexées. Toutefois, décidée dans son principe en 1862, sa réalisation dure jusqu’au début du xx e siècle41. De même, la ligne de chemin de fer de petite ceinture qui relie les communes annexées, est achevée en 1865, mais, en 1870 déjà, Lucien Lazare en dénonce les prix trop élevés, inaccessibles aux ouvriers.

  • 42 Ghislaine Bouchet, « Le cheval dans les transports publics parisiens vers 1900 », in Métropolitain (...)

45Cet enclavement n’empêche pas, vers 1885, près de 40 000 ouvriers, employés et artisans de descendre quotidiennement de Belleville pour travailler à Paris, à pied le plus souvent ou en utilisant les voitures de la Compagnie générale des omnibus (CGO), qui est en situation de monopole à Paris jusqu’à la Première Guerre mondiale42.

  • 43 Sheila Hallsted-Baumert, « Enfin le métro ! », in Jean-Marie Jenn (dir.), Le XIXe arrondissement…, (...)

46Si la ligne 2 du métropolitain, qui suit le tracé du mur des Fermiers généraux, est en service dès 1900 (en totalité en 1903), seule l’arrivée de la ligne 3, d’abord jusqu’à la station Père-Lachaise en octobre 1904, puis Gambetta en 1905, initiera le désenclavement de l’Est parisien et aidera les Parisiens des marges orientales à se sentir davantage Parisiens. La ligne 7bis relie les stations Pré-Saint-Gervais et Louis-Blanc en 1911. Mais il faudra attendre les années 1930 pour voir s’ouvrir les lignes 9 et 11 qui desservent le sud et le nord du 20e arrondissement (1933-1937 pour la 9, et 1935-1937 pour la 11 qui reprend l’itinéraire du funiculaire de Belleville). Quant à la ligne 5, qui dessert une partie du 19e arrondissement, son ouverture entre les stations Jaurès et Porte de Pantin, décidée dans les années 1930, date de 1942. La pénétration progressive du métropolitain dans l’Est parisien est une réponse tardive aux plaintes qui, depuis 1860, dénonçaient l’insuffisance, la lenteur et la cherté des moyens de transport desservant ces arrondissements. On peut y voir « un symbole de la prise en compte, par les élus locaux parisiens, des besoins de la population et des entreprises43 ».

***

47L’« extension des limites de Paris », qui cache l’annexion de sa « petite banlieue », est affirmée dans les textes le 1er janvier 1860. En dépit des discours officiels qui parlent de « faire de Babel Paris », elle mettra des années à se manifester concrètement.

48Les « nouveaux Parisiens », qui en attendaient beaucoup, tardent à voir venir les bénéfices de l’annexion, tant est immense la tâche à accomplir mais aussi parce qu’une partie des moyens destinés à financer l’opération a été « détournée » au profit du centre de Paris. Les habitants des arrondissements périphériques se sentent longtemps les mal-aimés de l’administration parisienne centrale et éprouvent une déception profonde, devant le « temps long », trop long à leurs yeux, nécessaire pour faire la ville.

  • 44 Gérard Jacquemet, Belleville au xixe siècle. Du faubourg à la ville, Paris, Éd. de l’École des hau (...)

49Quant au sentiment d’appartenance à la capitale de ces Parisiens des marges, on peut s’interroger. Gérard Jacquemet, historien de Belleville, parle du « quartier le plus parisien de Paris mais le plus mal intégré à la ville44 ». La question de l’intégration des quartiers de l’Est parisien demeure longtemps au centre des débats politiques, notamment lors des campagnes électorales. Aux municipales de 1904, le candidat socialiste écrit aux électeurs de Charonne :

  • 45 Jean El Gammal, Les hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, Paris, Publisud, 1998 (...)

Regardez votre quartier si dédaigneusement négligé. Contemplez ces ruelles étroites, ces passages insalubres, témoins permanents et lamentables de l’indifférence du conseiller Patenne, indifférence qui ne s’atténue qu’aux veilles d’élections45.

50Pour les habitants de Charonne, nul doute que ce reproche s’adresse autant à l’administration parisienne qu’au conseiller municipal sortant !

51Pour les habitants des communes annexées, l’extension des limites de Paris se traduit surtout par une détérioration de leur situation matérielle. Pour certains même, qui déjà avaient fui l’haussmannisation du centre, elle les contraint à s’installer plus loin, au-delà des fortifications, et signifie une nouvelle expulsion.

52L’extension des limites de Paris et l’annexion des communes de sa proche banlieue, en 1860, coïncident avec une crise morale qui frappe alors les banlieusards, particulièrement dans l’Est parisien. Ceux-ci assistent à l’irruption de l’urbanisation et prennent conscience de la disparition du caractère champêtre de leurs villages. Une page de leur histoire se tourne.

  • 46 Saintine, Promenade de Paris à Marly-le-Roi en suivant les bords du Rhin, op. cit., p. 9-10.

Autrefois, Belleville, village de mille âmes, perché sur sa hauteur, en regardant autour de lui, voyait d’un côté Paris se dérouler comme un immense panorama ; de l’autre, les Prés-Saint-Gervais et les bois de Romainville l’encadraient dans la verdure. J’ai passé à Belleville mon enfance et une partie de ma jeunesse. […] Je me rappelais ses beaux jardins, ses élégantes maisons de campagne, ses rues bordées de lilas, sa petite église modeste placée presque en face de l’Île d’amour, guinguette célèbre où le soir au bruit des orchestres de danse, les arbres s’illuminaient de verres de couleur. Aujourd’hui, le village, à la tête de ses soixante-cinq mille habitants, vient de faire son entrée dans la grande enceinte parisienne ; les populations ouvrières des faubourgs, qui, aux jours de fête, comme une marée montante, l’envahissaient naguère, s’y sont fixées ; les lilas ont fait place à des murs, les maisons de campagne à des usines, l’Île d’Amour est une mairie, et la petite église une cathédrale46.

Notes

1 Paris-Belleville. À-propos mêlé de couplets de M. Émile Delteil joué pour la première fois au théâtre de Belleville, à Paris, le 1er janvier 1860, par M. Allart Bernel, Paris, 1860.

2 Déjà, en décembre 1840, le maire de Charonne, Delhoste, se fait l’écho des inquiétudes de ses concitoyens : « l’établissement d’une enceinte continue autour de Paris a fortement inquiété les habitants de ma commune, qui ont cru voir le commencement d’exécution d’un projet d’extension de la capitale, qui ruinerait leur commerce et déprécierait énormément la valeur des propriétés de la banlieue renfermée dans le circuit des fortifications », cité par Lucien Lambeau, Histoire des communes annexées à Paris en 1859, Charonne, Paris, E. Leroux, 1916-1921, p. 290.

3 Archives nationales, Paris [désormais AN], A/1266. Sur l’annexion en général, on renvoie aux documents officiels originaux, conservés sous les cotes C/1063 (examen du projet de loi par le Corps législatif) et F/2/II/Seine/36 et 37 (enquête préalable), ainsi qu’au fascicule publié par la préfecture de la Seine, Documents relatifs à l’extension des limites de Paris, Paris, Charles de Mourgues frères, successeurs de Vinchon, 1859. Pour une étude d’ensemble, voir, outre la contribution de ce volume, Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860 », Recherches contemporaines, n° 6, 2000-2001, p. 217-254, qui propose à la fois un état de la bibliographie antérieure et une relecture critique de l’événement.

4 Documents relatifs à l’extension des limites de Paris, op. cit., p. 17-20.

5 AN, F/2/II/Seine/36. Les dossiers d’enquête relatifs à Belleville et à Charonne ont été publiés : Christiane Demeulenaere-Douyère, « “Belleville, pour sa bouche, n’est tout simplement qu’un quartier”. L’Est parisien et l’extension des limites de Paris », Mémoires Paris Ile-de-France, n° 62, 2011, p. 281-361, et « Enquête préalable à l’extension des limites de la ville de Paris (1859) : commune de Charonne », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, année 2010, Paris, 2012, à paraître.

6 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, et Lucien Lambeau, Histoire des communes annexées à Paris en 1859. Charonne…, op. cit., t. 2, p. 291sq. et p. 362sq.

7 Joseph Xavier Bonipace, dit Saintine, Promenade de Paris à Marly-le-Roi en suivant les bords du Rhin, Paris, 1861, p. 9-10.

8 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, résumé du commissaire enquêteur.

9 Ibid., registre d’enquête, 22 février 1859, « dire » de Louis Adophe Sendrier, propriétaire à Charonne.

10 L’entrepôt à domicile ou fictif permet au débitant de transporter chez lui les marchandises sans acquitter préalablement les droits d’octroi, qu’il ne paie qu’au fur et à mesure de leur écoulement. Avant 1860, à la différence de la banlieue, l’entrepôt à domicile était interdit à Paris, sauf pour le bois. La loi du 16 juin 1859 accorde l’entrepôt à domicile pour le commerce de gros uniquement, en l’étendant aux combustibles et aux métaux, Jules Le Berquier, Administration de la commune de Paris et du département de la Seine ou Traité pratique des lois et règlements qui régissent à Paris et dans le département de la Seine l’administration municipale et l’administration générale, la police, le commerce, l’industrie et la propriété foncière, 3e éd., Paris, Paul Dupont, 1866, p. 63-65. Voir également la contribution de Bernard Gaudillère dans ce volume.

11 Voir supra, Nathalie Montel, L’agrandissement de Paris en 1860 : un projet controversé.

12 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, avis du commissaire enquêteur.

13 Ibid., extrait du registre des délibérations du conseil municipal.

14 Paris-Belleville…, op. cit.

15 Des portions de l’ancien territoire de Charonne, au-delà des fortifications, sont rattachées aux communes limitrophes de Montreuil et Bagnolet.

16 Décret du 31 octobre 1859, sur la dénomination des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris (Bulletin des lois…, 2e série de 1859, t. 14, n° 708-758), complété par l’arrêté préfectoral du 3 novembre 1859, délimitant les circonscriptions des nouveaux arrondissements et quartiers, dans J. Le Berquier, Administration de la commune de Paris…, op. cit., p. 457-475. Ces arrondissements englobent aussi des terrains provenant des communes de Pantin, Bagnolet et Pré Saint-Gervais, inclus dans l’enceinte fortifiée.

17 Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de Paris. Histoire d’un espace urbain, Paris, Seuil, 1985, p. 223.

18 AN, F/2/II/Seine/36, dire n° 19, Dr Comet, Réponse à l’enquête ouverte…, p.6. La numérotation des arrondissements est initialement inversée par rapport à celle que nous connaissons.

19 Ibid., p. 7.

20 AN, F/2/II/Seine/36, Belleville, résumé sommaire et avis motivé du commissaire enquêteur, 27 février 1859.

21 Anne-Marie Châtelet, « Les nouveaux arrondissements s’équipent », in Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs. Formation. Transformation, Paris, Éd. du Pavillon de l’Arsenal/Picard Éditeur, 1996, p. 125-131.

22 Le parc des Buttes-Chaumont y sera ensuite aménagé.

23 AN, F/2/II/Seine/36, Belleville, dire n° 19, Dr Comet, Réponse…, p. 6.

24 Arch. Académie des sciences, Paris, prix Montyon de statistique, 1855, V. P. Demay, Histoire de la ville de Belleville et de ses accroissements, ou examen des divers rapports de la banlieue de Paris avec la capitale, 1854, chap. XI, p. 568. Nous préparons une édition commentée de ce manuscrit, riche de renseignements inédits sur la commune de Belleville avant 1860.

25 Jean-Paul Brunet (Une banlieue ouvrière : Saint-Denis 1890-1939, Lille, 1982) indique qu’à la fin du xixe siècle, l’hectolitre de houille est taxé à 20 ou 30 centimes (selon la qualité) à Saint-Denis contre 72 centimes à Paris ; le quintal de fer à 2,30 F contre 3,60 F ; le quintal de ciment et de chaux respectivement à 1 F et 40 centimes à Saint-Denis contre 1,20 F à Paris.

26 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, extrait du registre des délibérations du conseil municipal.

27 Cité dans Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée… », op. cit., p. 248.

28 Place Gambetta en 1893.

29 Loi du 28 juin 1833.

30 Inventaire des écoles par Anne-Marie Châtelet, L’École primaire à Paris 1870-1914, Paris, Délégation artistique de la ville de Paris, 1985, p. 102.

31 Jean-Jacques Cocheton, « L’hôpital Tenon », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris, n° 24, 3e trim. 2002.

32 Christiane Demeulenaere-Douyère, « Un “bienfaiteur du petit peuple des enfants de Paris” : le Dr Gaston Variot et le dispensaire de la Goutte de lait de Belleville », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris, n° 12, 1er trim. 1998 et « Des auxiliaires précieux de l’action hospitalière : les Gouttes de lait », in Yannick Marec (dir.), Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2007, p. 279-294.

33 AN, F/2/II/Seine/36, Charonne, avis du commissaire enquêteur.

34 Observations présentées au nom des habitants d’Ivry au sujet de l’annexion des communes suburbaines à la capitale, Paris, Imprimerie de E. Brière, 1859.

35 Alphand évalue les dépenses engagées pour l’ouverture de voies entre 1852 et 1870 à un milliard de francs dans le centre de Paris, et 261 millions de francs dans la zone annexée ; il conviendrait de poursuivre la comparaison après 1870, les travaux de voirie de la zone annexée étant plutôt postérieurs à cette date.

36 Souligné par Xavier Malverti et Aleth Picard, « La voie publique annexe les faubourgs », in Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs. Formation. Transformation, Paris, Éditions du Pavillon de l’Arsenal/Picard Éditeur, 1996, p. 135-144, notamment p. 137-138.

37 Sheila Hallsted-Baumert, « Le funiculaire de Belleville », in Jean-Marie Jenn (dir.), Le XIXe arrondissement. Une cité nouvelle, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1996, p. 198-206.

38 . L’espace entre la rue de Lagny et le cours de Vincennes ne sera urbanisé que dans les années 1930 sur l’emplacement de l’usine à gaz de Saint-Mandé et des dépôts de la Compagnie générale des omnibus.

39 Pierre-Émile Folacci et Astrid Hervieu, « Les agrandissements successifs », in Catherine Healey, Karen Bowie et Agnès Bos (dir.), Le Père-Lachaise, Paris, ADAC, 1998, p. 69-72.

40 La création d’un large boulevard bordant l’enceinte fortifiée et intégrant la route militaire, déclarée d’utilité publique dès 1861, ne sera réalisée qu’au début du xxe siècle.

41 Florence Bourillon, « La rue des Pyrénées », in François Gasnault et Jean-Philippe Dumas (dir.), Le XXe arrondissement. La montagne à Paris, Paris, Action artistique de la ville de Paris/Archives de Paris, 1999, p. 142-148, et « La rue des Pyrénées », Bulletin de l’Association d’histoire et d’archéologie du XXe arrondissement de Paris, n° 23, 2e trim. 2002.

42 Ghislaine Bouchet, « Le cheval dans les transports publics parisiens vers 1900 », in Métropolitain, l’autre dimension de la ville, actes du colloque « Le métropolitain », Paris, BHVP, 1988, p. 9-17.

43 Sheila Hallsted-Baumert, « Enfin le métro ! », in Jean-Marie Jenn (dir.), Le XIXe arrondissement…, op. cit., p. 207.

44 Gérard Jacquemet, Belleville au xixe siècle. Du faubourg à la ville, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales/Jean Touzot, 1984, p. 161.

45 Jean El Gammal, Les hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, Paris, Publisud, 1998, p. 26.

46 Saintine, Promenade de Paris à Marly-le-Roi en suivant les bords du Rhin, op. cit., p. 9-10.

List of illustrations

Caption Fig. 1. – Caricature de Cham sur les «  nouveaux Parisiens  ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2397/img-1.jpg
File image/, 72k
Caption Fig.2 – Loi du 16 juin 1859, article 1er. Source : AN Paris, A/1266.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2397/img-2.jpg
File image/, 188k
Caption Fig. 3 – En-tête du «  dire  » de la maison Mirguet. Source : AN, Paris, F/2/II/ Seine/36.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2397/img-3.jpg
File image/, 66k
Caption Fig.4. – L’Est parisien dans l’annexion de 1860. Détail de la carte extraite de François Gasnault (dir.), Sur les traces de vos ancêtres à Paris. La recherche des origines, Paris, Archives de paris, 1997.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2397/img-4.jpg
File image/, 488k

Author

Conservateur général du patrimoine

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540