Version classiqueVersion mobile

Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine

 | 
Michel Christol
, 
Olivier Masson

I. La Gaule du Sud et l'Epigraphie

L’épigraphie gallo-grecque

Pierre-Yves Lambert

Texte intégral

  • 1 Michel Lejeune, Textes Gallo-grecs, Paris, CNRS. 1985 (vol. I du Recueil des Inscriptions Gauloises (...)
  • 2 Voir, entre autres, Anders Ahlqvist, Eigse XXI, 1986, 266-267 ; Françoise Bader, BSL LXXX, 2, 1985, (...)

1Michel Lejeune, qui a publié en 1985 le Corpus des Inscriptions gallo-grecques dans le premier volume du Recueil des Inscriptions Gauloises1, m'a demandé de présenter ce rapport à sa place. Le corpus dont il est l'auteur mérite bien des éloges, et les divers comptes-rendus qu'il a suscités2 ont été unanimes dans ce sens. Sept ans après, on peut reconnaître qu'un pas décisif a été franchi en 1985 : cette publication a été, pour beaucoup de classicistes et d'historiens de l'Antiquité, une sorte de révélation, par laquelle ils découvraient l'existence d'inscriptions gauloises, et mieux encore l'emploi de l'alphabet grec par nos lointains ancêtres, au moins dans la France méridionale. On ne s'étonnera donc pas que je prenne pour point-de-départ le Corpus des Textes Gallo-grecs de 1985, me bornant à parler des échos qu'il a suscités, de la part des historiens et des linguistes, et des quelques compléments qui ont été apportés, depuis, par l'auteur. Par ailleurs, ce rapport tentera de proposer différentes perspectives de recherches qui sont maintenant rendues possibles par l'existence du Corpus.

2Mais il convient d'abord de caractériser l'épigraphie gallo-grecque, et de dire un mot des circonstances qui ont rendu possible sa naissance et son développement.

Naissance et développement de l'épigraphie gallo-grecque

  • 3 « Diffusion de l'écriture grecque en milieu indigène », dans Marseille grecque et la Gaule, Actes d (...)
  • 4 Voir Michel Lejeune, « Rencontres de l'alphabet grec avec les langues barbares », Actes du colloque (...)

3La diffusion de l’écriture grecque, à laquelle j'ai consacré récemment une communication3, s'est faite à partir de la colonie grecque de Marseille. Nous avons des parallèles typologiques illustrant cette expansion culturelle grecque dans l'ouest du bassin méditerranéen4 : à date archaïque, il y a eu l'élaboration de l'alphabet étrusque à partir d'un modèle grec. En Italie méridionale, nous avons l'emploi de l'alphabet grec pour noter plusieurs langues vernaculaires, celles de Sicile (encore mal connues), dans le Bruttium le messapien, et l'osque méridional. Plus proche encore, l'épigraphie de Tibère comporte quelques documents en écriture grecque (les plombs d'Elne et d'Alcoy, par exemple).

4M. Lejeune a décrit fort justement l'expansion de l'alphabet grec en Gaule, comme un « épiphénomène de colonisation ». Effectivement, il y a eu fondation d'une colonie grecque, le comptoir phocéen de Massalia. Et à partir de cette implantation coloniale, l'écriture grecque s'est diffusée dans l'arrière-pays indigène, avec lequel les habitants de Marseille devaient avoir des relations économiques : échange de marchandises, emploi de main-d’œuvre indigène, peut-être inter-mariages entre les deux communautés.

5Le processus par lequel l'écriture grecque va se trouver employée pour une autre langue que le grec est assez difficile à suivre dans le détail. On suppose qu'à la faveur de contacts pacifiques entre grecs et indigènes, certains indigènes deviennent bilingues, et qu'ils apprennent non seulement la langue grecque mais aussi la façon de l'écrire : ce sont les intermédiaires indispensables pour toute transaction avec les indigènes. Dans ce milieu bilingue, qui doit certainement appartenir à l'élite indigène, il doit apparaître un jour ou l'autre un individu qui a l'idée d'employer l'écriture grecque pour transcrire sa langue maternelle.

6C'est une idée qui ne peut venir que chez un indigène, l'hellénophone quant à lui n'a besoin que de noter par écrit des noms propres de lieux et d'hommes (pour des raisons commerciales, ou mieux fiscales) : c'est un premier contact entre la langue indigène et l'alphabet grec. De ce type de contact relève, par ex., la notation des noms de tribus et des noms de lieux gaulois chez les géographes et historiens grecs. Cette notation intervenait automatiquement dans les « périples », les récits de voyages ou les descriptions de terres nouvelles. Il fallait se renseigner aussi sur l'arrière-pays, garder en mémoire le nom des personnes contactées, des tribus visitées. Ce phénomène a dû intervenir très tôt dans le cas de Massalia. Ainsi j'ai proposé de voir dans le nom grec des Salyens un emprunt antérieur à la palatalisation de hupsilon, si l'on peut comparer le nom latin Salluvii (ce dernier, avec syllabisation de /w/ en /uw/ ?) : ce peuple, plutôt ligure que celte d'ailleurs, devait probablement s'appeler les *Salw[oi].

  • 5 Et, cas particulier, pour ces lettres de créance que constituent les tessères d'hospitalité : celle (...)
  • 6 Cf. Michel Bats, « La logique de l'écriture d'une société à l’autre en Gaule Méridionale protohisto (...)

7L'indigène, quant à lui, a des motifs évidents pour noter sa propre langue : au contact des grecs, il a compris l'utilité de l'écriture (notamment pour la correspondance5, les contrats, les comptes) et il veut pouvoir en profiter chez lui en dehors même du milieu étranger où il vient d'apprendre cette écriture. L'écriture grecque, d'ailleurs, ne lui apparaît pas seulement comme un instrument utile au commerce, mais aussi comme un signe de prestige, notamment dans les inscriptions sur pierre de nature religieuse ou funéraire6.

  • 7 Cf. Pierre Gros, « Les siècles hellénistiques en Gaule Transalpine », Akten des XIII. international (...)
  • 8 Voyage en Massalie, 100 ans d'archéologie en Gaule du Sud, Musées de Marseille-Edisud, 1990.
  • 9 Voir néanmoins Monique Clavel-Lévêque, Marseille grecque, la dynamique d'un impérialisme marchand, (...)
  • 10 D'après C. Brenot (cf. l'ouvrage cité n. 3, p. 468), il ne s'agit pas d'une émission de type couran (...)

8Plusieurs études archéologiques récentes ont prouvé cette hellénisation de l'arrière-pays de Marseille, et notamment l'étude de l'architecture7, de l'urbanisme, du monnayage. Lors du colloque de Marseille en novembre 1991, nous avons pu visiter l'exposition archéologique du Musée de la Vieille Charité, qui illustrait tous les principaux sites de Gaule Narbonnaise. Le catalogue de cette exposition (« Voyage en Massalie ») est actuellement la meilleure introduction8 à l'archéologie de cette région. Il n'entre pas dans mon propos d'énumérer tous les éléments qui montrent l'adoption de la culture hellénistique chez les gaulois aisés de la région du Bas-Rhône. C'est d'ailleurs souvent grâce à la répartition des inscriptions gallo-grecques que les historiens mesurent l'extension de la chôra, de l'arrière-pays associé à la métropole massaliète9. Dans la sphère d'influence de Marseille, les cités gauloises semblent jouir d'une certaine autonomie ; ainsi Glanum frappe monnaie au cours du IIe siècle av. J.-C. (légende ΓΛΑΝΙΚΩΝ)10.

  • 11 Charles Ebel, Transalpine Gaul, the emergence of a Roman province, Leiden 1976 ; Christian Goudinea (...)

9La période la plus favorable à l'expansion de l'épigraphie gallo-grecque est probablement la période où la Narbonnaise est pacifiée, mais ne fonctionne pas encore comme province romaine dépendant directement de Rome, comme l'ont montré des travaux récents11. C'est ce qu'on pourrait appeler la « paix Massaliète » : Rome confie à Marseille, son alliée de toujours, le contrôle du passage qui lui est nécessaire entre l'Italie et l'Espagne. Cette paix connaît plusieurs eclipses. L'abandon progressif de l'écriture gallo-grecque doit commencer après la chute de Marseille en 49 av. J.-C. : Vaison, Glanum changent alors de modèle culturel. L'abandon n'est pas du tout immédiat : c'est en fait à la fin du premier siècle avant J.-C. que sont érigées un grand nombre de stèles funéraires gallo-grecques. On voit d'ailleurs l'onomastique latine et même des titulatures latines (praitôr, Inscr. de Vitrolles) attestées sur les inscriptions gallo-grecques, comme si le modèle culturel ancien résistait à une nouvelle mode.

  • 12 Michel Bats a signalé déjà un fragment d'abécédaire découvert à Lattes. Il nous apprend qu'il a déc (...)

10La diffusion de l'écriture gallo-grecque, donc, se fait à partir de Marseille, atteint toute la Narbonnaise, et semble limitée à la période env. — 250 à — 50 av. J.-C. On attend encore la découverte d'abécédaires ou d'alphabets scolaires complets12, qui permettraient de suivre à la trace l’enseignement de l'alphabet grec en milieu indigène, ou de situer dans l'arrière-pays massaliote des centres de rayonnement culturel prenant le relai de la métropole phocéenne.

L'écriture gallo-grecque

11L'invention d'une écriture implique une analyse phonologique de la langue à transcrire. Il va falloir faire correspondre un graphème grec à chaque phonème gaulois. A ce niveau, nous découvrons que les lettres grecques ont la valeur phonétique qu'elles avaient dans le grec hellénistique du début du IIe s. av. J.-C. (env. — 200). Par ex. hupsilon, comme on va le voir, a sa valeur hellénistique /ü/.

  • 13 Un seul exemple dans l'épigraphie gallo-grecque, l'inscription rupestre de Cavaillon, * G-117.

12Plusieurs signes de l'alphabet grec se trouvent sans utilité : parmi les signes consonantiques, le phi13, le psi, le thêta. Ce dernier est néanmoins utilisé, mais avec une valeur nouvelle : le double thêta sert à noter une affriquée /ts/.

13Le chi, qui était devenu une occlusive douce, (plus tard une spirante à l'époque byzantine) est affecté à la notation de la spirante vélaire /x/, qui ne se rencontre d'ailleurs que dans un groupe consonantique /kt/ passé à /xt/.

14Ksi est utilisé parallèlement avec la combinaison gamma-sigma (G-111), dans le second élém. de composé -reix, rix. Bien qu'on ne le trouve jamais en gallo-grec, on peut supposer qu'il y a eu une période où le groupe s'est prononcé avec spirante + sifflante (/xs/), comme semblent l'indiquer certaines graphies gallo-latines en particulier sur les monnaies (XS, dans VERCINGETORIXS, etc.). Signalons en passant le caractère facultatif de la notation d'une nasale vélaire par gamma au lieu de nu.

15Pour les voyelles, hupsilon ne se rencontre pas de façon isolée : car le signe valait déjà /ü/ en grec et le gaulois n'a pas de /ü/. Le /u/ voyelle est noté par le digramme omicron + hupsilon, comme en grec ; mais le gallo-grec se sert aussi de ce digramme pour la semi-consonne /w/ et le second élément des diphtongues, /eu/, /au/, /ou/.

16Le digramme epsilon-iota vaut lui aussi pour une voyelle simple, /i/ long ou bref (et non/ē/long fermé, comme en grec). Curieusement, le gallo-grec renonce à noter la longueur des voyelles, bien que l'alphabet grec ait eu cette distinction au moins pour les timbres intermédiaires /e/ et /o/. Par conséquent, on utilise indistinctement hêta et epsilon pour le timbre /e/, quelle qu'en soit la longueur, et de même omicron ou omega pour la voyelle de timbre /o/, qu'elle soit brève ou longue. Il faut souligner que cette imperfection de l'alphabet gallo-grec ne devait pas entraîner de graves inconvénients : les Grecs eux-mêmes ne notaient pas la longueur dans le cas de alpha, iota et hupsilon, et les Latins ne la notaient qu’épisodiquement.

  • 14 L.H. Jeffery, The local scripts of archaic Greece, Oxford 1961.
  • 15 Inscriptiones Graecae t. XIV, édité par G. Kaibel (les inscriptions grecques de Gaule étant confiée (...)

17Le modèle ionien occidental que pratiquaient les Massaliotes n'est pas encore bien connu, mais depuis le recueil de Jeffery14, plusieurs documents importants ont été mis à jour et permettent de mieux connaître à la fois le dialecte et l'écriture : je pense bien sûr au plomb de Pech-Maho, qui s'ajoute à deux lettres sur plomb trouvées à Ampurias, et à un fragment provenant d'Agde. Ces documents sont archaïques (Ve siècle avant J.-C.) et ne sont pas directement comparables, par conséquent, aux inscriptions gallo-grecques. En tout cas les nouvelles découvertes permettront bientôt, je l'espère, l'élaboration d'un corpus des inscriptions grecques de France méridionale qui fait cruellement défaut, le dernier en date étant plus que centenaire15.

  • 16 Cf. Michèle Giffault, dans Mélanges Lucien Lerat, Besançon, t. I, 1984 ; et Parola del Passato, fas (...)

18Parmi les « acquisitions nouvelles » de ce Corpus, il y en a qui sont riches en onomastique celtique : ainsi les graffites sur céramique dédiés au dieu Aristée, sur le promontoire d'Acapte16. On relève un Ρεγοαλος (Reigowalos ?), une Κνουιλα (sans doute diminutif de knu(w)-« noisette », cf. gall. cnewyll « noyau », de formation parallèle à bas-latin nucellum > fr. noyau). Dans la notation des noms celtiques, ce petit corpus présente quelques particularités : ainsi le /w/ intervocalique est parfois noté par hupsilon seul, au lieu du digramme omicron-hupsilon (Ρεγουαλος), et il est même omis dans deux cas (Ρεγοαλος, Κονγενοαλος) ; la séquence /uw/ qui aurait dû être notée deux fois par le digramme n'en comporte qu'un seul (Κνουελα). Nous devons cependant reconnaître notre incertitude quant à la valeur phonétique de certaines formes (comme Ολιτταιας : wl- ou ol- ?)

Datation des inscriptions

19Durant la période assez longue où elle est attestée, l’épigraphie gallo-grecque se présente sous diverses variantes. Il y a les inscriptions très soignées, comme la dédicace Ματρεβο Ναμαυσικαβο sur un chapiteau votif, au temple de la Fontaine à Nîmes, il y a des inscriptions beaucoup plus rustiques, certaines même tout à fait frustes. Et surtout apparaissent des variations dans la forme du sigma et de l'epsilon : certaines inscriptions ont une forme arrondie pour ces deux lettres (sigma lunaire en forme de C majuscule, et epsilon correspondant), d’autres ont une forme carrée pour le sigma. Dans une phase tardive (à Alésia notamment) apparaît l'omega de forme cursive, correspondant à l'omega minuscule des imprimeurs modernes.

20Nous n’avons que très peu d’éléments linguistiques permettant la chronologie relative des inscriptions gauloises en caractères grecs : la langue même comporte quelques évolutions phonétiques assez limitées : /ē/ long passe progressivement à /ī/ long, on le voit dans le second élément de composé écrit ρειξ puis ριγς, « roi » ; désinence de dat. sg. thématique, /ūi/ puis /ū/, coexistant avec /ō/ ; dipht. /eu/ passant à /ou/.

21La chronologie probable des inscriptions gallo-grecques, d’après les formes de lettres, et la provenance géographique, permet de distinguer deux groupes d’inscriptions :

22La majorité des inscriptions proviennent de Provence, Languedoc, et Comtat-Venaissin : c’est la Basse vallée du Rhône (en aval de Bourg-Saint-Andéol). Ces inscriptions appartiennent principalement aux deuxième et premier siècles avant J.-C.

23Les inscriptions gallo-grecques éparses dans le reste de la Gaule semblent plus tardives, en général : il y a d’une part les trouvailles faites sur des oppida célèbres comme Bibracte et Alise-Sainte-Reine ; d’autre part, des signatures de sculpteurs sur des stèles bigraphes (gallo-grec et gallo-latin, à Saint-Germain-Source-Seine ; grec et gallo-latin, au Vieux-Poitiers). On peut penser que l’usage de l’alphabet grec pour noter le gaulois remonte au Ier s. av. J.-C. et se prolonge jusqu'à la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Rares sont les inscriptions datables par le contexte archéologique : les inscriptions lapidaires ont rarement été trouvées en place, et les méthodes de l'archéologie moderne ne sont apparues qu'à date récente. Mais la plupart des tessons inscrits retrouvés ces dernières années sont dotés d’un contexte archéologique satisfaisant, si bien que le tesson de Baou-Roux publié par Michel Bats n'est pas le seul qui ait une datation précise.

24Pour être complet, il faudrait citer les documents numismatiques. En attendant le volume du RIG consacré aux Légendes monétaires, je me contenterai de faire quelques remarques : leur extension géographique est beaucoup plus vaste en Gaule Celtique (c'est tout le Bassin parisien ; mais il faudrait y inclure des zones d'Europe Centrale : Bohême) ; les légendes monétaires gallo-grecques se présentent sous des formes particulièrement variées. Il y a les légendes de la région massaliète, parfaitement lisibles et en « bon » gallo-grec ; on trouve aussi à l'époque de la romanisation, des légendes bigraphes avec du gallo-grec et du gallo-latin.

  • 17 Mélanges J.-B. Colbert de Beaulieu, 1987, p. 639-654.

25Mais beaucoup de types ont un mélange de lettres grecques et de lettres latines, dans le même mot, quand ce n'est pas deux formes de lettres grecques, ou encore deux notations grecques divergentes (ex. /w/ noté par upsilon ou par omicron + upsilon). Ces « rencontres d'alphabet » ont fait l'objet d'une première exploration par Moberg17. Ces légendes monétaires n'étaient guère destinées à être lues : elles montrent surtout le type de culture et le degré de culture des graveurs de monnaies.

Typologie des inscriptions gallo-grecques

  • 18 Michel Lejeune, « Compléments gallo-grecs », Etudes Celtiques XXV, 1988, p. 79-106 (Martigue, Istre (...)

26Le corpus très complet de Michel Lejeune permet de détailler les différents emplois de cette écriture. Aux 281 documents qu'il contient, s'ajoutent une trentaine de nouvelles inscriptions18, trouvées à Martigues, Istres, Le Pègue, Beaucaire, Le Baou-Roux, Nîmes et Alise. En dernier lieu, signalons la récente découverte, ici même, près du Temple de la Fontaine, d'une inscription lapidaire monumentale, malheureusement fragmentaire.

27Dans ce corpus, on peut distinguer : 73 inscriptions lapidaires, 223 inscriptions sur céramique, et 10 sur divers matériaux (plomb 6, fer 1, argent 1, or 1, os 1). On doit mettre à part les inscriptions rupestres (3 cas).

28Les inscriptions lapidaires sont soit funéraires (40), soit votives (24). Il y a en plus quelques inscriptions lapidaires partiellement ou entièrement constituées d'une signature de sculpteur (3 cas), et quelques cas inclassables.

29Les stèles funéraires ont, dans 28 cas sur 40, la dénomination double du défunt, nom individuel + patronyme (avec les trois formations patronymiques en - āko-, -icno- et -io — cette dernière étant préférée dans le cas de noms composés). Ces inscriptions se limitent en général au nom du défunt. Dans 7 cas sur 40, le nom est au datif.

30Les inscriptions votives sont pour la plupart sur pierre (24), il s'y ajoute une céramique peinte (Alésia) et une inscription rupestre (G-519).

31Les inscriptions céramiques, graffites cursifs, se limitent généralement au nom individuel du propriétaire du vase, qui est parfois d'ailleurs considérablement abrégé (jusqu'aux deux premières lettres) (4). Ces graffites sur céramique constituent les deux tiers du corpus. En nous restituant tous les documents, même les plus lacunaires, M. Lejeune nous donne une idée plus juste de l'extension de l'écriture grecque dans cet emploi « familier ». On en trouve 17 exemples à Martigues, 19 à Beaucaire, 27 aux Pennes-Mirabeau, 70 à Saint-Biaise (Saint-Mitre-les-Remparts). Ces marques de propriété gallo-grecques sont encore attestées en Côte-d'Or, 3 à Vertault et 11 à Alise ; et à Bibracte, 20 graffites.

32Il est difficile de dénombrer exactement les graffites complets et les graffites abrégés, les premiers étant souvent lacunaires. Je compte approximativement 150 marques abrégées et 45 noms complets dans les Textes gallo-grecs (Lejeune 1985), et, dans les différents suppléments, 20 noms abrégés et 4 complets. La proportion a pu varier selon les sites.

33C'est encore, probablement, une marque de propriété que l'on a sur les objets erratiques (torque de Mailly-le-Camp, gobelet de Vallauris, épée de Port), sur une plaque en os (G-75), sur les deux morceaux de plomb trouvés à Alise (G-269, G-270).

34Enfin, on doit classer à part les inscriptions techniques (signatures de sculpteurs ; de fabricants sur des conduites d'eau en pierre, en plomb) et les inscriptions magiques (Plomb d'Eyguière, peut-être ceux de Gaujac).

Inscriptions à caractère public

35A cause de cette large diffusion de l'alphabet grec dans la population gauloise, on a pu parler d'une écriture nationale. César lui-même relève le fait que l'écriture grecque est d'un usage général chez les Gaulois, sauf bien sûr pour ce qui touche à l'enseignement religieux des druides : in reliquis fere rebus, publicis privatisque rationibus, graecis litteris utantur. « Dans les affaires publiques et privées ». Nous venons de parler des usages privés, familiers : j'ai tenté dans ma communication au Congrès archéologique de Marseille de faire le compte des inscriptions gallo-grecques ayant un caractère officiel, public. Je rappellerai brièvement ces résultats :

  • d'abord, pour mémoire, les comptes des Helvètes que César a trouvés dans leurs camps BG I 29, sorte d'archives militaires avec le compte de la population escortée, et le compte de la population sous les armes.

  • l'inscription de Vitrolles, signée par un « praitôr Soma-... ». La fin, ακτος Σομα[, pourrait bien être l'indication d'une démarche des Sema-. Le mot surprend par le fait que /kt/ n'y ait pas devenu /xt/ : cela indiquerait-il un mot étranger ? On peut sans doute estimer que /x/ étant une variante combinatoire de /k/, il n'était pas nécessaire de le noter comme un phonème différent. Cf. lat. pactum ?

  • la troisième semble être l'inscription nouvelle, trouvée à Martigues, ουεχτινιος αλεβινος. Je pense que cela fait référence au « chemin d'Aleba ou d’Alebos » : - *wek-tā (de *wegh-ta) donne aux langues celtiques modernes des noms signifiant « voyage, visite » (virl. fecht), « tour, fois » (virl. fecht, gall. gweith, bret. gwez> gwech). On pourrait supposer qu'un dérivé en -îno-, parallèle à celui qu'on suppose dans (gaul. restitué) *cammino -> « chemin », soit ici employé : wextino-désignerait la « route carrossable » (all. Weg), cammino-le sentier des piétons (cf. virl. céimm « marche », gall. cam, bret. kam « pas »).

    • 19 Edition Etudes Celtiques XXV, 1988, p. 97-101 ; sur la forme, cf. aussi Eric Hamp, Etudes Celtiques(...)

    d'un caractère public moins évident, l'autre inscription rupestre, celle d'Istres (B.-du-Rh.), MATPON, « des Mères », semble bien consacrer une dédicace collective19

  • Toute inscription faisant allusion à la *teutā, la « tribu » (en fait la collectivité politique) pourrait être considérée comme officielle : le chapiteau de Beaucaire G-163 se termine par τεου το (peut-être une abréviation « par décision (to...) de la tribu (τεου[τας ou τεου[τιας) », selon l'hypothèse convaincante de M. Lejeune. Le mot τοουτουνια[-ι] au milieu du même texte doit être plutôt un nom propre. Mais le verbe (α.ταντ) est bien proche du mot αϰτος de l'inscription de Vitrolles. Et surtout, son sujet pluriel (εμουροι, ιεμουροι) indique sans doute un acte collectif, sinon public.

  • 20 Voir les conclusions de Ch. Goudineau, « Les Sanctuaires Gaulois, relecture d'inscriptions et de te (...)

36Il serait tentant de formuler une hypothèse identique pour la pierre de Montmirat, G-202, βρατου τ[ : compléter τ[εουτας, « (par le vœu) de la tribu ». De même, le nom de tribu des « Nitiobroges » et le mot ταουτανοι, sur le torque de Mailly, font de cet objet un bien public, probablement une offrande votive faite au nom de la tribu entière20.

37L'inscription d'Alise trouvée à l'entrée de la zone des temples, G-257, qui comporte le mot τωυτι[ (nom de fonction, mais ici peut-être élément de nom propre), est probablement un acte collectif de dédicace, par les ευρι]σες, dont les noms individuels sont énumérés. Il s'agit sûrement d'une dédicace officielle par un corps constitué de la cité d'Alise. Je remercie Claude Rolley de m'avoir rappelé le caractère public de cette inscription.

38— Inscriptions officielles aussi, les légendes monétaires : on a déjà dit qu'elles illustraient à la fois le succès de l'écriture gallo-grecque dans une bonne partie de la Gaule Celtique, et ses déformations ou même ses corruptions au niveau local.

  • 21 Etudes Celtiques XXII, 1985, p. 168, n. 87.

39— L'inscription de Segomaros (G-153) qualifié de τουτιος Ναμαυσατις « citoyen de Nîmes », qui agit peut-être à titre public lorsqu'il consacre un νεμετον, un « bois sacré », à Belesama, à Vaison. Cette inscription se distingue des autres dédicaces religieuses de l'ensemble gallo-grec par l'emploi d'un verbe différent, ειωρου (on a partout ailleurs δεδε-βρατου-δεκαντεν, ou βρατου-δεκαντεν seulement). Il n'est pas sûr pour autant que cette différence de vocabulaire recoupe la distinction entre dédicaces publiques et dédicaces privées. La valeur exacte du dérivé en -io-, toutios, n'est pas certaine : chef de la toutâ, ou membre de la toutā ? Si l'on admet la correction proposée par M. Lejeune (toutios au lieu de toutius), il y a peut-être quelque redondance dans le sens de « membre de la toutā » mais n'y a-t-il pas des circonstances où nous nous disons « citoyens français », et non pas simplement « français » ? Sas certitude, j'ai suggéré21 un emploi du sociatif-instrumental pluriel -ois (passé à -ūs), dans le sens de « avec ses concitoyens ». De toute façon la démarche de Segomaros serait publique.

Quelques points de linguistique

40Parmi le matériel linguistique offert par les inscriptions gallo-grecques, quatre mots ont particulièrement retenu l'attention : δεκαντεν - ειωρου et deux datifs pluriels, ροϰλοισιαβο, ανδοουνναβο. Nous nous bornerons à résumer les différentes contributions.

  • 22 Etudes Celtiques XVI, 1979, p. 101-116.
  • 23 K.-H. Schmidt, « Gallica », Studia Celtica XIV, 1980, p. 285 s. (restitue un adj. *pro-klewes-yo- « (...)

41Pour ροϰλοισιαβο, la comparaison faite par Michel Lejeune22 avec la dédicace « Auribus », trouvée sur le même site de Glanum, a emporté la conviction de tous les celtisants. Cependant plusieurs linguistes ont aussi contribué à éclairer la formation du mot : successivement Karl-Horst Schmidt, Enrico Campanile et Eric Hamp23 ont précisé le degré exact de la racine et des suffixes, ainsi que les lois phonétiques qui devaient être supposées en gaulois gallo-grec. De ce point-de-vue le mot est un exemple remarquable de la façon dont un raisonnement épigraphique peut servir les progrès de la linguistique historique.

  • 24 Sur toutes les appellations données aux « Mères », voir Karl-Horst Schmidt, « Die keltischen Matron (...)
  • 25 Patrizia de Bernardo-Stempel, « A Welsh cognate for Gaul. Andoounnabo ? », The Bulletin of the Boar (...)

42Une autre dédicace aux Mères, ανδοουνναβο, est actuellement l'objet d'études divergentes. S'agit-il d'une épithète topique comme Ναμαυσικαβο ou Γλανεικαβο, (on a comparé le Mont Andaon), ou d'une force telle que ου]λατιαβο « les puissances »24 ? Deux études récentes, par Patrizia de Bernardo-Stempel et moi-même25, ont tenté d'éclaircir la formation comme composé de ando- ou ande-.

  • 26 ZCP XXXVII, 1979, p. 207-213.
  • 27 Voir « Zur Rekonstruktion des Keltischen », ZCP XLI, 1986, p. 176 (et ibid. p. 273), et Gedenkband (...)
  • 28 Cf. mon livre La langue gauloise, 1994, p. 103-105. M. Lejeune a isolé ειωραι, Nîmes, comme une for (...)

43L'analyse que j'avais proposée26 pour ειωρου (comparaison avec v.irl. ro-ίr « il a offert ») a été l'objet d'une révision par K.-H. Schmidt27 qui suppose un préverbe *epi- pour expliquer ce qu'il considère comme une voyelle /i/, notée ei. Cette nouvelle analyse semble mieux faire l'unité entre le gallo-grec ειωρου et le gallo-latin ieuru. Mais, de toute façon, les deux formes ne se recouvrent pas exactement et je n'abandonne pas ma propre hypothèse d'un yod apparu en hiatus (e-or-u > eioru) et d'une métathèse en gallo-latin (eioru> ieoru > ieuru)28.

  • 29 Ainsi E. Campanile a souligné les avantages de la nouvelle interprétation, qui débarrassait les épi (...)

44Depuis qu'Oswald Szemerényi a proposé une nouvelle coupe pour la formule de dédicace δεδε βρατουδε καντεν, qu'il lit δεδε βρατου δεκαντεν, plusieurs savants ont exprimé des critiques sur la restitution proposée, même si l'idée d'une « dîme » apparaît à tous comme une possibilité sémantique tout à fait vraisemblable29. Les critiques sont essentiellement d'ordre morphologique et phonétique : si bratu est encore d'étymologie incertaine (thème de lat. gr ātus, grâtia ; ou thème de gall. brawd « sentence », irl. bráth th. en -u-), le rattachement de δεκαντεν au nom de nombre de dix pose le problème de la flexion de l'ordinal : est-ce un thème consonantique (* dekmt-) ou un thème en -â (cf. gr. δεxάτη, *dekmt-ā), ce dernier étant la substantivation d'un adjectif ordinal thématique au masculin et thème en -â au féminin. Comme l’a fait observer Michel Lejeune, si c'était un thème consonantique, la forme dekanten présenterait deux traitements différents de la nasale voyelle, -en en finale et -an- dans le corps du mot : il a proposé d'y voir un thème emprunté à un autre dialecte (peut-être celtique lui aussi).

45Mais un double traitement phonétique est-il impossible ? Le vieil-irlandais en présente de nombreux exemples (con-icc : cumaing, do-bidci : dibirciud), précisément en fonction de la place de l'accent.

46Le rattachement de δεκαντεμ à un thème en - ā est devenu très improbable depuis que de nouveaux documents (plomb du Larzac) sont venus compléter nos connaissances de la flexion gauloise : l'ancien accusatif des thèmes en était en -an (gallo-grec ματικαν), l'accusatif récent est en -im (Severa : Severim Larzac), et à cette même date la désinence -em est réservée aux thèmes consonantiques (matir : (m)aterem Larzac). Rattacher dekanten à un thème en- ā me paraîtrait maintenant illogique : ce serait supposer d'abord que toutes les dédicaces δεδε βρατου δεκαντεν sont postérieures à la dédicace ματικαν, ce qui est hautement improbable, et même impossible si l'on reconnaît l'archaïsme δεκαντεμ avec-μ conservé dans l'une des inscriptions de la série ; de plus, ce serait supposer une tendance évolutive complètement différente dans le gaulois de Narbonnaise et dans celui de l'Aveyron, puisque la nouvelle désinence en -im illustre l'influence analogique des thèmes en -i-ā alors que l'évolution supposée vers -em supposerait l’influence analogique des thèmes consonantiques.

  • 30 « Gallisch δεκαντεμ », ZCP XL, 1984, p. 47-52. Cf. notre compte-rendu, Et. Celt., ΧΧΠΙ, 1986, p. 36 (...)

47La supposition d'un thème en -i-, faite par Patrizia de Bernardo-Stempel30 entraîne plusieurs hypothèses phonétiques comme l'ouverture de la désinence -im en-em, (à haute époque en gallo-grec), et toutefois la conservation du timbre /i/ en gallo-latin (Ucuetin, Arvernatin, probablement anciens thèmes en -i-, à quoi s'ajoutent maintenant le -im des accusatifs sg. de thèmes en -â, et de thèmes en -ia dans le plomb du Larzac). L'auteur présente le thème dekanti-comme un collectif « décade », ce qui est en plus une difficulté sémantique.

  • 31 ZCP XLIV, 1991, p. 303-312. Remarques critiques de M. Lejeune, Etudes Celtiques XXX, 1994, p. 175-1 (...)

48Différentes combinaisons peuvent être imaginées pour sortir de l'impasse. O. Szemerényi a récemment abandonné son idée d'un thème indigène *dekmto-, plus ancien que *dekameto-, en proposant de considérer δεκαντεμ comme un emprunt, aménagé, au grec δεxάτη31. Michel Lejeune a publié sur ce point de nouvelles propositions. Mon opinion est qu'il faut rester ouvert à toute possibilité nouvelle d'analyse morphologique, aucune des explications apportées à ce jour n'étant vraiment satisfaisante. A tout hasard je rappellerai que le vieil-irlandais connaît un instrumental singulier en-m, restreint, il est vrai, aux thèmes à nasales en neutre : dekantem aurait-il emprunté cette désinence instrumentale ? Cela impliquerait une désinence apocopée * -emi > -em, expliquant la finale-m en gallo-grec où tous les -m finaux anciens étaient déjà devenus -n depuis longtemps ; l'archaïsme n'atant plus compris, la désinence aurait été tardivement confondue avec l'acc. sg. Consonantique -en.

49La prudence de l'éditeur du corpus fait qu'un certain nombre d'inscriptions sont restées sans interprétation, soit qu'elles aient été mal transmises (dessins ; ou lacunes), soit que leur déchiffrement soit encore aujourd'hui impossible étant donné l’état partiel de notre connaissance du gaulois. Ma la parution du corpus a rappelé aux savants imaginatifs l'existence de toutes ces inscriptions encore partiellement comprises, et plusieurs, depuis, se sont lancés dans l'aventure en proposant de nouvelles hypothèses.

  • 32 « Gaulish σονεμετος » and σοσιν νεμητον ? Apropos of RIG I 154« , ZCP xliii, 1989, p. 199-206. Sur (...)

50Ainsi Aldo Prosdocimi a proposé une interprétation pour l'inscription perdue G-124 de Villelaure32

OYA TIOOYNOYICONEME/TOCKOMMOΘECKEГГIOY

51Il propose une interprétation assez prudente, isolant d'abord un datif en -ui, puis un masculin précédé du déictique so-, et enfin un agent, exprimé par un ablatif-intrumental en -u. Les problèmes sont nombreux. Le moindre vient de nemetos, car tous les autres occurrences de ce thème en font un neutre thématique. L'auteur suppose un doublet masculin, comparable à lat. lucus, -i. Mais ce serait aussi le premier exemple d'un ablatif-instrumental singulier de la déclinaison thématique, et cela demande à être prouvé ; l'auteur se contente de discuter la disparition du suffixe patronymique. De même la composition du premier terme n'est pas claire : vati-ouno- ou vatio-uno- ? Enfin l'auteur discute bien plus de l'interprétation de ison, et de sos dans Chamalières que de ce déictique so-, qu’il suppose ici. S'il a raison, il doit comparer non pas les formes déclinées de Chamalières, mais plutôt les particules invariables qui ont été supposées dans se-bnanom (Larzac), et se-coui (Chamalières). Il est naturel de retrouver à cette place les deux démonstratifs se- et so-, « cela, ceci », qui se retrouvent, mais enclitiques, en irlandais ancien et moderne.

  • 33 Thèse intitulée « A study of velar adjectival suffixes in Celtic », Oxford, 1985. Le chapitre conce (...)

52A propos des suffixes patronymiques, il faut attirer l'attention sur la valeur exceptionnelle du suffixe - āko- en gallo-grec : nulle part ailleurs les dialectes celtiques ne prêtent cette valeur au suffixe adjectif- āko-. Néanmoins, comme l'a montré Paul Russell dans une thèse importante de l'Université d'Oxford33, - āko- se retrouve ailleurs dans l'anthroponymie, soit avec la valeur de sobriquet (tous les noms bretons en -ec dérivés d'une partie du corps, Friec de fri « nez », Troadec de troad « pied » etc.), soit avec la valeur de « membre de telle famille » : en irlandais, un dérivé en -ach tiré du nom de famille s'applique soit au chef du clan, soit à un membre éminent de la famille. An Gearaltach est le Fitzgerald chef du clan (en irl., mac Gearailt) ou un célèbre Fitzgerald.

53Quant au suffixe patronymique -(ι)ϰνος, j'aimerais vous soumettre l'idée qu'il pourrait être tout simplement un deuxième élément de composé -gn(H)os, « né de ». Voici quels sont les différents arguments utilisables :

541) les autres langues celtiques n'ont pas trace d'un emploi du thème *ken- « être issu, provenir » comme deuxième élément de composé avec degré réduit. Mais l'on trou ; en irlandais des suffixes diminutifs -ίn,- άn, -éne, qui ne peuvent venir que de -(i)-gnos, -(a)-gnos, -(e)-gnios. Ces suffixes sont très utilisés dans les anthroponymes (Colmān, « petite colombe », latinisé Columbanus ; Máire > Máirín « Maureen » etc.). Ils pourraient très bien être d'anciens éléments de composés, comme c'est le cas pour d'autres suffixes (les suffixes adjectifs -mar, -amail).

552) La notation et même la prononciation des groupes occlusives + sonantes est flottante en celtique insulaire. En gallois et en irlandais, les mots à initiale dr- ont des variantes en tr-. Dans les emprunts entre latin et celtique, il y a flottement pour les groupes occlusive + sonante, ou sonante + occlusive : carpentum représente un *karbanto-celtique (apparenté au lat. corbis) ; inversement, gladium représente un celtique * kladio- et Britanni est supposé provenir d'un celtique *Pritani (gall. Prydein). Parmi les emprunts latins en irlandais, on observe les deux phénomènes : assourdissement (brassica > praiseach) ou sonorisation (prologus > brollach).

56Tous ces phénomènes doivent recouvrir une particularité phonétique qu'il nous est difficile aujourd'hui de définir ; en tout cas ils autorisent à admettre la possibilité que l'écriture grecque ait noté le gaulois -ignos par -ιϰνος.

573) La graphie-ιϰνος pourrait aussi s'expliquer par la volonté d'éviter toute confusion avec la nasale vélaire implosive notée par gamma devant gamma :-ιγνος risquait d'être compris/in nos/sur le modèle de ἔγγυς, ce qui est de toute façon le cas pour le g latin dans des mots comme ignarus, ignauus, ignobilis.

584) la notation de -gnos par -ϰνος peut aussi être une habitude graphique empruntée aux Lépontiques ou aux Gaulois cisalpins : à Todi, TRUTIKNI, TRUTIKNOS est la notation gauloise cisalpine du patronyme dérivé de Drutos, il lui correspond « Drutei f(ilius) » ou « Druti f(ilius) » dans la partie latine de l'inscription. Un autre mot du même texte, ATEKNATI, atteste la notation de /gn/ par-KN-comme on pouvait s'y attendre dans un alphabet d'origine étrusque. De même, TANOTALIKNOI (Briona) sont les « fils de Dannotalos ».

59L'adoption de l'écriture grecque par les Gaulois, loin d'être un phénomène d'extension et de durée limitées, a eu un caractère de généralité dans la zone dépendant de Marseille (Basse vallée du Rhône), et l'on aurait tort d'y voir un phénomène culturel insignifiant. Les Gaulois qui ont ensuite utilisé l'alphabet latin ont bénéficié de cette première expérience, puisque deux lettres de l'alphabet gallo-grec ont été reprises dans l'alphabet gallo-latin (thêta, avec valeur affriquée, et x avec valeur spirante). L'alphabet gallo-latin, lui, n'a pas duré très longtemps car c'était une première étape avant la romanisation complète, quand les Gaulois (de gré ou de force, on ne sait) n'ont plus écrit que le latin. L'épigraphie gallo-grecque a été plus durable et plus riche (il suffit de comparer le nombre d'inscriptions lapidaires, 73 gallo-grecques, 17 gallo-latines). Il n'est pas exagéré de parler, donc, d'une épigraphie nationale gauloise dans le cas de l'épigraphie gallo-grecque, qui est l'un des aspects d'une hellénisation progressive, profonde et réussie.

Notes

1 Michel Lejeune, Textes Gallo-grecs, Paris, CNRS. 1985 (vol. I du Recueil des Inscriptions Gauloises - RIG - dirigé par P.-M. Duval. (Supplément no XLV à Gallia).

2 Voir, entre autres, Anders Ahlqvist, Eigse XXI, 1986, 266-267 ; Françoise Bader, BSL LXXX, 2, 1985, p. 177-179 ; Enrico Campanile, Athenaeum LXV, 1-2, 1987, p. 249-251 ; Pierre Flobert, Revue de Philologie, LX, 1, 1986, p. 132-133 ; Fiorenza Granucci, Archivio Glottologico Italiano LXXII, 1987 (1988), p. 176-184 ; Rolf Koedderitzsch, Zeitschriftfiir Celtische Philologie XLIII, 1989, p. 288-289 ; Pierre-Yves Lambert, Revue des Etudes Anciennes XC, 3-4, 1988, p. 442-444 ; Jean Loicq, Etudes Celtiques XXIV, 1987, p. 332-334 ; Gearóid Mac Eoin, Celtica XVIII, 1986, p. 226-228 ; Jean Pouilloux, Revue des Etudes Grecques, XCVIII, 1985, p. 386-388 ; Karl-Horst Schmidt, Indogermanische Forschungen, XCII, 1987, p. 321-323 ; Jürgen Untermann, Beiträge zur Namenforschung XXII, 2, 1987, p. 186-187.
En outre K.-H. Schmidt a écrit une introduction détaillée à l'épigraphie gallo-grecque : « Probleme der gallo-griechischen Inschriften », dans Gedenkband fiir Hans Herter, 2. Ausgabe, Athènes 1988, p. 216-222.

3 « Diffusion de l'écriture grecque en milieu indigène », dans Marseille grecque et la Gaule, Actes du Colloque international d'Histoire et d'Archéologie et du Ve Congrès archéologique de la Gaule Méridionale, (Marseille, Nov. 1990), 1992 p. 289-294, et 468-469 (Etudes Massaliètes, 3).

4 Voir Michel Lejeune, « Rencontres de l'alphabet grec avec les langues barbares », Actes du colloque 1981 de Cortone, Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Pise, Rome 1983, p. 731-753.

5 Et, cas particulier, pour ces lettres de créance que constituent les tessères d'hospitalité : celle du Cabinet des Médailles, à destination des Vellaunii dans les Alpes (texte : σύμβολον πρòς Οελλαυνίους) suppose qu'il existait dans cette cité indigène des individus hellénisés, capables de lire et de comprendre le grec. Cela rejoint le témoignage de Strabon concernant les barbares « philhéllènes », qui étaient scolarisés à Marseille et se mettaient à écrire en grec.

6 Cf. Michel Bats, « La logique de l'écriture d'une société à l’autre en Gaule Méridionale protohistorique », RAN XXI, 1988, p. 121-148. Cette étude approfondie sur les conditions historiques du développement des épigraphies régionales s'appuie notamment sur la typologie de chaque corpus épigraphique. Je pense qu'il est encore prématuré de faire des hypothèses sur le type de société gauloise qui a abrité la culture gallo-grecque, et en particulier sur la classe sociale (notables ? prêtres ?) responsable de l'invention et de la transmission de l'alphabet gallo-grec.

7 Cf. Pierre Gros, « Les siècles hellénistiques en Gaule Transalpine », Akten des XIII. internationalen Kongresses für klassische Archäologie, Berlin 1988, Deutsches Archaol. Institut Mainz 1990, p. 101-111.

8 Voyage en Massalie, 100 ans d'archéologie en Gaule du Sud, Musées de Marseille-Edisud, 1990.

9 Voir néanmoins Monique Clavel-Lévêque, Marseille grecque, la dynamique d'un impérialisme marchand, Marseille J. Lafitte2e éd. 1985, p. 91 note 66.

10 D'après C. Brenot (cf. l'ouvrage cité n. 3, p. 468), il ne s'agit pas d'une émission de type courant, et la frappe a pu être faite à Marseille pour le compte des Glaniques.

11 Charles Ebel, Transalpine Gaul, the emergence of a Roman province, Leiden 1976 ; Christian Goudineau, « Le statut de Nîmes et des Volques Arécomiques », RAN IX 1976, p. 105-114.

12 Michel Bats a signalé déjà un fragment d'abécédaire découvert à Lattes. Il nous apprend qu'il a découvert un second fragment du même tesson avec quelques lettres supplémentaires. S'agit-il d'un abécédaire modèle, ou d'une copie maladroite par un écolier ? Nous devons réserver notre jugement jusqu'à la publication de ce nouveau fragment.

13 Un seul exemple dans l'épigraphie gallo-grecque, l'inscription rupestre de Cavaillon, * G-117.

14 L.H. Jeffery, The local scripts of archaic Greece, Oxford 1961.

15 Inscriptiones Graecae t. XIV, édité par G. Kaibel (les inscriptions grecques de Gaule étant confiées à Albert Lebegue), Berlin 1890.

16 Cf. Michèle Giffault, dans Mélanges Lucien Lerat, Besançon, t. I, 1984 ; et Parola del Passato, fasc. 204-207, 1982, p. 360 sq.

17 Mélanges J.-B. Colbert de Beaulieu, 1987, p. 639-654.

18 Michel Lejeune, « Compléments gallo-grecs », Etudes Celtiques XXV, 1988, p. 79-106 (Martigue, Istres, Le Pègue) ; J.-C. Bessac, Y. Gasco, A. Michelozzi et M. Lejeune, « Un nouveau monument funéraire gallo-grec à Beaucaire (Ugernum) », Gallia XLIV, 1986, fasc. 1, p. 55-64 ; P. Boissinot, Μ. B ATS, « Une inscription gallo-grecque sur céramique au Baou-Roux de Bouc-Bel-Air (B.-d.-R.) », RAN XXI, 1988, p. 115-120 ; Michel Lejeune, « Compléments gallo-grecs », Etudes Celtiques XXVII, 1990, p. 175-177 (Nîmes, Alise) ; suite, Etudes Celtiques XXX, 1994, p. 181-189 (Bouc-Bel-Air, Beaucaire, Nîmes).
Sur l'inscription lapidaire trouvée à Nîmes, cf. Documents d'Archéologie Méridionale 15, 1992, p. 57-59, 90-95, et Etudes Celtiques, XXX, 1994, p. 183-189.

19 Edition Etudes Celtiques XXV, 1988, p. 97-101 ; sur la forme, cf. aussi Eric Hamp, Etudes Celtiques XXVII, 1990, p. 181-182 (« Varia : xliii, Istres MATPON »).

20 Voir les conclusions de Ch. Goudineau, « Les Sanctuaires Gaulois, relecture d'inscriptions et de textes », dans Les Sanctuaires celtiques et leurs rapports avec le monde méditerranéen, Paris 1991 (Dossiers de Protohistoire no 3), p. 255-256. La question du dépôt votif des Nitiobroges a été reprise par Alain Duval au Collogue d'Archéologie de l'Age du Fer, Agen, mai 1992.

21 Etudes Celtiques XXII, 1985, p. 168, n. 87.

22 Etudes Celtiques XVI, 1979, p. 101-116.

23 K.-H. Schmidt, « Gallica », Studia Celtica XIV, 1980, p. 285 s. (restitue un adj. *pro-klewes-yo- « glorieux ») ; E. CAmpanile, compare véd. prάsravas, sravasyά-, épithètes divines, Le lingue indoeuropee di frammentaria attestazione..., ed. Edoardo Vineis, Pisa, 1983, p. 214-215 ; E. Hamp, Etudes Celtiques, ΧΧΙΠ, 1986, p. 47 (les trois lois phonétiques à admettre en gallo-grec). Bien entendu le thème ind.-eur. *aus- n'est pas inconnu en celtique, cf. le nom gaulois Su-ausia « celle qui a de bonnes oreilles » (Holder, Altceltischer Sprachschatz II, 1650).

24 Sur toutes les appellations données aux « Mères », voir Karl-Horst Schmidt, « Die keltischen Matronennamen », in Matronen und verwandte Gottheiten, Beiheste der Bonner Jahrbücher, Bd. 44 - 1987, p. 133-154.

25 Patrizia de Bernardo-Stempel, « A Welsh cognate for Gaul. Andoounnabo ? », The Bulletin of the Board of Celtic Studies XXXVI, 1989, p. 102-105 (compare gall. annwfn, « monde d’en-bas ») ; Pierre-Yves LAMBERT, « Notes lexicographiques », Etudes Celtiques XXVII, 1990, p. 197-199 (compare bret. andon « source »).

26 ZCP XXXVII, 1979, p. 207-213.

27 Voir « Zur Rekonstruktion des Keltischen », ZCP XLI, 1986, p. 176 (et ibid. p. 273), et Gedenkband Herter, p. 219-220.

28 Cf. mon livre La langue gauloise, 1994, p. 103-105. M. Lejeune a isolé ειωραι, Nîmes, comme une forme appartenant au même paradigme (Etudes Celtiques XXX, 1994, p. 178-180). J'ai aussi proposé une étymologie pour un autre verbe des inscriptions gallo-grecques, αυουωτ, dans les Mélanges J.-B. Colbert de Beaulieu, 1987, p. 527-528.

29 Ainsi E. Campanile a souligné les avantages de la nouvelle interprétation, qui débarrassait les épigraphistes et les linguistes d’un certain nombre d'hypothèses devenues encombrantes : une postposition -de, un kant- désignant un objet rond etc. (voir Le lingue indoeuropee di frammentaria attestazione, dejà cité, p. 213)

30 « Gallisch δεκαντεμ », ZCP XL, 1984, p. 47-52. Cf. notre compte-rendu, Et. Celt., ΧΧΠΙ, 1986, p. 364. La même hypothèse a été reprise dans le livre : Die Vertretung der indogermanischen liquiden und nasalen Sonanten im Keltischen, Innsbruck, 1987, p. 105. Voir aussi Aldo Prosdocimi, « Gallisches δεκαντεμ », ZCP XLI, 1986, p. 214-224 et mon étude à paraître dans les Actes du Colloque d'Innsbruck de 1993.

31 ZCP XLIV, 1991, p. 303-312. Remarques critiques de M. Lejeune, Etudes Celtiques XXX, 1994, p. 175-178.

32 « Gaulish σονεμετος » and σοσιν νεμητον ? Apropos of RIG I 154« , ZCP xliii, 1989, p. 199-206. Sur la même inscription, voir aussi Joseph Eska, « A propos de Gaulish σονεμετος », ZCP XLV, 1992, p. 96-101.

33 Thèse intitulée « A study of velar adjectival suffixes in Celtic », Oxford, 1985. Le chapitre concernant le suffixe -akos en celtique continental est paru dans Etudes Celtiques XXV, 1988, p. 131-173 (surtout p. 136-137).

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search