Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Deuxième partie. L’extension de Paris

Les espaces parisiens en question

Florence Bourillon

Texte intégral

  • 1 Préfecture du département de la Seine, Commission des circonscriptions administratives, Paris, Cha (...)
  • 2 Baron Haussmann, Mémoires, présentés par Françoise Choay, Paris, Seuil, 2000. À l’exception de l’o (...)
  • 3 Sur ce foisonnement de propositions, voir les contributions, parues in Karen Bowie (dir.), La mode (...)

1Plusieurs projets d’aménagements parisiens sont formulés au cours de la période qui s’étend des derniers mois de la Seconde République aux premières propositions d’annexion de la partie ouest de la petite banlieue, au-delà de la barrière de l’Étoile vers le bois, qu’Haussmann présente à la Commission des circonscriptions administratives, en 18561. L’étude de documents laissés de côté ou conservés en mains privées permet de revenir sur la présentation partielle et partiale qu’Haussmann livre de l’extension de Paris dans ses Mémoires2 . Nous avons pris en compte les propositions nombreuses, venues de courants de pensée divers, tous préoccupés du sort de la ville contemporaine3, et limité l’analyse à trois groupes de réflexion dont les membres – s’ils n’appartiennent pas toujours au personnel de la préfecture – ne sont pas très éloignés des instances du pouvoir. À certains égards, cette proximité est présentée par les auteurs comme une garantie du travail effectué…

  • 4 Pour une mise en perspective sur l’expertise urbaine, voir le numéro spécial de la revue Histoire (...)
  • 5 Sur la « crise urbaine », voir l’introduction de Danièle Voldman au numéro consacré à la crise de (...)
  • 6 Voir en particulier Perreymond, « Études sur la ville de Paris », Revue générale de l’architecture (...)
  • 7 Voir notre contribution « Résoudre les dysfonctionnements urbains avant Haussmann, expertises et p (...)

2Leur démarche est celle de l’expertise4 qui, loin d’évoquer une « crise urbaine », relève plutôt d’une réflexion sur l’espace parisien5, suivant en cela le raisonnement d’autres spécialistes de la pensée urbaine contemporaine comme par exemple les socialistes6. Leur analyse aboutit à une série de propositions et de projets d’aménagement qui seront ou non réalisés. L’essentiel repose sur le défi du « plan d’ensemble » à la fois concept méthodologique d’une réflexion sur la ville7 et définition d’un projet précis conçu dans les limites d’un Paris étendu jusqu’aux fortifications. Qui sont les protagonistes de ces débats ? Quelle est leur approche de la ville et quels sont les projets proposés ?

Trois séries de projets

  • 8 À propos de Louis Lazare et de son frère Félix, voir l’introduction de Michel Fleury à la rééditio (...)

3Dans ce milieu, une place particulière doit être accordée à Louis Lazare8, et à la Revue municipale qu’il dirige. Celle-ci, dont le premier numéro est publié le 1er juin 1848, est porteuse d’un projet particulier : « Mettre nos lecteurs à même de se former une opinion sur l’utilité de certaines améliorations de la voie publique à Paris. » Lorsque la formule est modifiée en 1851, Louis Lazare rappelle les conditions de sa création :

  • 9 La Revue municipale, n° 85, 1er novembre 1851, p. 683.

On sait dans quelles circonstances la Revue municipale fut fondée. On était au lendemain d’une révolution et à la veille d’une insurrection. Il n’y avait plus à vrai dire à Paris d’administration municipale, les anciens conseillers, qui avaient porté si haut la prospérité de la Ville, venaient d’être renvoyés comme des laquais9

  • 10 Ancien attaché aux archives municipales de la ville, Louis Lazare est révoqué par le maire Armand (...)

4La revue profite ainsi du vide institutionnel, ou supposé tel par son promoteur, en se faisant le porte-voix de divers groupes de pression, voire de Louis Lazare, lui-même. Les documents ou les projets qui y sont présentés, sans être officiels, deviennent publics et jouissent de l’attention que son directeur a sans doute conservée au sein de la préfecture – même s’il en a été écarté dès les débuts de la Seconde République10.

  • 11 Pierre Casselle, « Commission des Embellissements de Paris, rapport à l’Empereur Napoléon III », C (...)
  • 12 Haussmann évoque dans ses Mémoires un « conseil municipal privé, voire occulte » dont il a obtenu (...)

5Autre série : les travaux de la commission des embellissements de Paris à laquelle on a souvent donné le nom du rédacteur du rapport à l’empereur, le comte Siméon. Acquis récemment par la bibliothèque de l’Hôtel de Ville, ils comprennent différentes versions du rapport et des documents préparatoires aux réunions plénières et aux sous-groupes11. Les membres de cette commission sont nommés au cours de l’été 1853, soit quelques semaines après l’arrivée d’Haussmann à la préfecture de la Seine12 ; ils reçoivent une lettre de mission du ministre de l’Intérieur, Persigny, qui définit avec précision les objectifs à atteindre et la marche à suivre. Selon l’expression de Pierre Casselle, il s’agit pour Napoléon III de « faire expertiser ses idées ». La première réunion se tient le 6 août 1853, au ministère de l’Intérieur, et se prolonge par un travail en sous-commissions. Sous la présidence de Siméon, sont examinés le choix des « grandes voies intérieures », le sort de la rive gauche et « les rues qui doivent aboutir aux gares de chemin de fer ». Le 9 octobre, Siméon est reçu par Napoléon III ; le 25, la commission plénière se réunit de nouveau dans le bureau de Persigny. Le travail se poursuit avant une remise du rapport le 20 décembre à Persigny et le 27 à l’Empereur. Au rapport final, qui correspond à un véritable programme de l’empereur, s’ajoutent les notes discutées dans les sous-commissions sur d’importants aménagements complémentaires.

  • 13 L’article 9 du Concordat (15 juillet 1801), complété des articles organiques 61 et 62, prévoit la (...)
  • 14 Voir les analyses de Philippe Boutry sur la « synthèse unitaire et autoritaire » de la période imp (...)
  • 15 Voir à ce propos, Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, (...)
  • 16 Voir Louis Girard, Paris sous la Deuxième République et le Second Empire, NHP/diffusion Hachette, (...)
  • 17 Voir à ce propos, Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., p. 195. Mgr Darboy (...)
  • 18 Archives historiques de l’Archevêché de Paris (désormais AHAP), 1C1/1, Rapport de la Commission ch (...)

6La dernière série concerne les documents émanant de deux commissions dites « mixtes » chargées, conformément au Concordat et à la loi du 18 Germinal an X, de refondre les paroisses parisiennes13. Des tentatives avaient déjà été menées en ce sens au cours des dernières années de la monarchie de Juillet. Mais c’est sous la Deuxième République, puis le Second Empire que le projet semble avancer davantage, au moment où le mouvement de l’Église de France vers Rome, perçu comme l’occasion d’une régénération du catholicisme français, rencontre l’appui de l’Empire14. La proximité entre pouvoirs publics et religieux devient alors un atout pour la capitale, transformant l’archevêque de Paris, en interlocuteur privilégié15, et la ville en « capitale ecclésiastique16 » de la France, accueillant la nonciature. Selon l’expression de Jacques-Olivier Boudon, Mgr Sibour, successeur de Mgr Affre, tué sur une barricade en juin 1848, ou Mgr Darboy, en poste à Paris bien avant sa nomination, font « la découverte de la ville » et prennent rapidement la mesure de la croissance urbaine17. L’initiative de la refonte des paroisses vient de l’évêché, puis est saisie par le préfet. La commission nommée conjointement est composée de représentants de l’administration diocésaine, en l’occurrence les trois vicaires généraux – Buquet, Ravinet et Bautain –, du secrétaire de l’archevêché, Coquand, et de quatre membres de la commission municipale – Périer, Pécourt (également membre de la commission Siméon), Bonjean et Thierry18. Deux commissions sont formées : la première en 1853, dont le projet est vraisemblablement rejeté, et la seconde, l’année suivante.

7Il s’agit de retracer ici la genèse de ces propositions tout aussi importante que les propositions elles-mêmes, d’abord parce que les déroulements de procédures qui y mènent diffèrent et renvoient à la complexité des processus de décisions ; ensuite parce qu’ils révèlent – pendant cette période de maturité de la Deuxième République et des premières années de l’Empire – la diversité des modes de lectures et d’appréciation de la ville ; enfin, parce que tous se placent dans la démarche de projets opérationnels qui diffèrent, cependant, par leurs ampleurs. Si les commissions mixtes prévoient une refonte générale des paroisses intégrant les territoires de la petite banlieue à l’ancien Paris, et si la commission Siméon redessine parcs et jardins, refait les ponts, prévoit hôpitaux, écoles, etc., les projets que rapporte Louis Lazare dans la Revue Municipale en restent au percement de voies nouvelles.

L’expertise

Inventaire des dysfonctionnements

  • 19 Ramené à trente-sept en 1808 ; voir Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., (...)

8L’expertise passe par le relevé des dysfonctionnements. Pour la commission mixte des paroisses, la géographie issue de la réorganisation du 7 mai 1802 – ajoutée à celle de la banlieue, le 15 mai de la même année – à la suite du Concordat est devenue obsolète. Aux trente-neuf paroisses d’origine, c’est-à-dire douze cures correspondant aux douze arrondissements parisiens et vingt-sept succursales19, ont été ajoutées en 1843, Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, puis de 1850 à 1854 cinq nouvelles paroisses : Saint-Augustin, La Trinité, Saint-André, Saint-Joseph et Saint-Eugène. À l’exception de Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, toutes sont situées rive droite, dans les nouveaux quartiers parisiens de la monarchie de Juillet. Mgr Sibour confie la charge à un curé qui reçoit mission de construire l’église grâce à des souscriptions ou à ses frais. En banlieue, à la suite de l’édification de l’enceinte fortifiée, il n’y a pas eu de modifications des circonscriptions paroissiales, mais la création de succursales pour les territoires séparés de la cure par les murs de l’enceinte.

  • 20 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, L’histoire religieuse de la France, géographie xixe-xxe siècle, (...)
  • 21 Rapporté par Jean Manceau, Mgr Marie-Dominique-Auguste Sibour, archevêque de Paris (1848-1857), Pa (...)
  • 22 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 2.

9Dans les années 1850, l’insuffisance de l’encadrement religieux en regard de la progression démographique de la grande ville est patente20. Selon les termes de Mgr Sibour, « une grande partie du troupeau qui nous a été confié n’entend jamais la voix du pasteur21 ». Argument compris par la commission mixte qui relève l’incapacité du clergé à faire face aux charges nouvelles : « Il y a des bornes imposées à la force humaine même la plus intelligente et la plus dévouée22 ». Quarante-trois paroisses pour un million d’habitants soit 25 000 habitants par unité !

  • 23 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 3.

10Pour les responsables, l’indifférence religieuse est liée à l’insuffisance de l’encadrement religieux. Mais d’autres problèmes se posent comme les situations aberrantes : les églises placées aux limites de leurs territoires23, ou les enclaves et les glissements de limites, etc., ou encore l’inégalité financière entre les paroisses puisqu’aucune péréquation n’existe.

11La disproportion entre les paroisses constitue l’un des problèmes majeurs :

  • 24 Ibidem.

En province les paroisses des grandes villes ont en moyenne un prêtre pour chaque mille âmes. À Paris, les paroisses de 10 et 15 mille âmes ont en général un prêtre pour 2 000 âmes de population […] dans chaque grande paroisse, il n’y a qu’un prêtre pour 4, 5 ou 6 mille habitants. Saint-Vincent-de-Paul a pour 37 000 habitants, huit prêtres, il en faudrait dix-huit, Saint-Eustache a pour 38 000 âmes, neuf-prêtres, il en faudrait dix-neuf, Saint-Nicolas-des-Champs a pour 53 000 âmes, neuf prêtres, il en faudrait vingt-six…24.

  • 25 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., p. 203.
  • 26 Paris est l’une des villes les plus détachées de France avec une minorité de 15 % de pascalisants. (...)
  • 27 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 4.

12Derrière ces remarques, se trouve posée la question de l’encadrement des fidèles et de son efficacité. Parallèlement au travail de la commission, Mgr Sibour lance une vaste enquête sur toutes les paroisses du diocèse25. Il ressort qu’à Paris coexistent des comportements très dissemblables. Une minorité de catholiques fervents remplit les églises les jours de fêtes religieuses et les dimanches, communie plusieurs fois dans l’année et ouvre des lieux de culte, là où il n’y en a pas, dans les salles de bal ou les entrepôts ; d’autres suivent les préceptes de l’Église ; enfin, une proportion importante de populations « détachées », reste fidèle aux rites de passage que sont le baptême, le mariage et les obsèques26. C’est vers ces populations que l’effort doit particulièrement être mené27.

  • 28 Voir sur la composition de la commission, La Revue municipale, n° 49, 16 mai 1850, p. 402 ; n° 72, (...)
  • 29 Les procès-verbaux de la commission réunie, à la demande du conseiller Lanquetin, au conseil génér (...)

13Ne retenons que deux éléments de la longue série des dysfonctionnements relevés par la Revue municipale. Le premier est l’inégalité entre la rive droite et la rive gauche. La revue se fait ainsi l’écho de la commission du 12e arrondissement composée « d’un grand nombre de propriétaires28 ». Celle-ci renouvelle la thématique bien connue du « déplacement de Paris », évoqué dès 1839 par le conseiller Lanquetin29.

  • 30 La Revue municipale, n° 72, 16 avril 1851, p. 582 ; n° 49, 16 mai 1850, p. 402.

Les quartiers de la Cité, de l’Hôtel de ville, des Marchés, autrefois si malsains sont percés aujourd’hui de larges voies publiques dans lesquelles circulent l’eau et la vie [… En conséquence], l’émigration de la population aisée […] s’accroît avec une effrayante rapidité et à mesure qu’elle s’opère, la population pauvre des autres quartiers, chassée de même par les améliorations et les embellissements qui s’y accomplissent, vient se réfugier en quelque sorte dans le 12e […] N’est-il pas à craindre qu’en la laissant privée de toute espèce d’amélioration que la richesse de sa rivale s’accroissant en proportion de son indigence, nous n’ayons dans un temps peu éloigné deux villes dans Paris : la cité du riche et la ville du pauvre30.

  • 31 Voir à ce sujet, notre contribution : « La rénovation du quartier Saint-Victor sous le Second Empi (...)

14Ou encore « cette agglomération de misères concentrées sur un seul point de la capitale, ne constitue-t-elle pas à elle seule un grave danger ?31 ». Également membre de la commission, Louis Lazare souligne le caractère ancien de ce décalage entre les deux rives :

  • 32 La Revue municipale, n° 495, 1er novembre 1850, p. 495.

Ainsi, par un mouvement naturel, irrésistible, la rive droite accaparait tous les établissements importants qui tenaient au commerce et à l’industrie. La rive gauche conservait tous les monuments religieux, universitaires et hospitaliers. L’une était l’image du mouvement et l’autre de la solitude32.

  • 33 Sur la législation sur l’alignement, voir entre autres Marcel Roncayolo, « Propriété, intérêt publ (...)
  • 34 Voir La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 583.
  • 35 Jeanne Gaillard évoque, dans son livre, « l’orléanisme des propriétaires » à propos des solutions (...)
  • 36 La Revue municipale, n° 65, 29 novembre 1850, p. 528.

15L’autre préoccupation de La Revue municipale est l’insuffisance de la procédure d’alignement33. Au constat sévère de l’état général de la voirie34, s’ajoute la dénonciation des imperfections de cette solution35. Ainsi « on a étudié les alignements de Paris par quarante-huitième », c’est-à-dire par quartier correspondant alors aux circonscriptions des agents-voyers. Les mêmes défauts et mêmes contradictions se retrouvent dans le percement des voies nouvelles dans les quartiers de l’Europe et de Poissonnière36.

Inventaire des besoins

  • 37 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., en annexe, État n° 1, Paroisses de Paris ; État n (...)

16L’expertise se poursuit par une analyse des besoins. Pour la Commission mixte des paroisses, il s’agit de mettre fin aux situations transitoires et de faire cesser le scandale ! La relation est établie entre les dimensions de la paroisse et l’estimation des distances maximales et minimales de l’église « au périmètre », le volume de la population concernée et les ressources financières des fabriques en 1853. Dans deux états distincts, l’un pour Paris, l’autre pour les « 23 paroisses de la banlieue », est également envisagée une prévision des progressions démographiques. Dans le même temps, une évaluation sur l’état des bâtiments est menée. Il appert ainsi que dans Paris sur 49 églises, quatre sont considérées comme « insuffisantes » ; 15 sur 34, rive droite et 13 sur 15, rive gauche, sont « susceptibles d’augmentation » qu’elles ne seraient pas capables dans la situation actuelle d’assumer. Ce tableau accablant est complété par celui encore plus sévère de la banlieue. Quatre églises seulement sont dites « suffisantes » : Auteuil, La Villette grâce aux travaux menés par le curé depuis 1845, Passy pour les mêmes raisons et Les Ternes. En revanche, quatre autres sont nettement insuffisantes : aux Batignolles, l’église est en bon état mais nettement trop petite pour la population ; à Montmartre, l’église très ancienne et en mauvais état est « située en haut de la montagne », aussi la population proche des barrières descend vers les églises parisiennes ; à La Chapelle, l’église tombe de vétusté et est trop petite pour la population nouvelle ; enfin à Belleville « pour une population de plus de 25 000 âmes n’a pour église qu’une simple chapelle37 ».

  • 38 La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 582 ; les cinq comités ont travaillé sur : 1, L’état (...)
  • 39 La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 586 ; voir à propos de la loi du 13 avril 1850, notr (...)
  • 40 Ibid.

17Une démarche similaire de recensement des besoins est menée par la commission du 12e arrondissement qui opère quartier par quartier, puis détermine en assemblée générale les priorités et se divise ensuite en six comités techniques chargés de rédiger des mémoires qui seront adressés « à l’Autorité Municipale38 ». Deux sous-commissions sont nommées pour s’occuper l’une de l’application de la loi du 13 avril 1850 sur les logements insalubres39, l’autre sur l’impôt des portes et fenêtres « cet impôt si lourd, si inéquitablement réparti40 ».

Fig. 1 – Les paroisses parisiennes en 1854, d’après le Plan des circonscriptions des paroisses au xixe siècle, Paris, Avril frères, 1858.

Appréciation de l’espace urbain

  • 41 Cette analyse n’a en soi rien de très original. On la retrouve exprimée presque dans les mêmes ter (...)
  • 42 Bibliothèque de l’Hôtel de Ville (désormais BDHV), ms 1782, fol. 226. Voir ce que Pierre Casselle (...)
  • 43 BDHV, ms 1780, fol. 16.
  • 44 Voir l’introduction de Michel Fleury à la réédition de Louis et Félix Lazare, Dictionnaire adminis (...)

18L’expertise repose également sur une évaluation de l’espace urbain. La commission Siméon procède à une appréhension à la fois géographique et historique de la ville41. Dans un premier temps, elle a recours à un plan de Paris, dressé en 1853 par l’éditeur Andriveau-Goujon, qui sert de fond de carte au seul plan conservé des voies des douze arrondissements ; elle utilise aussi un plan très récemment remis à jour de Théodore Jacoubet42. L’étape essentielle d’observation met en valeur des « phases d’agrandissements successifs » que le rapporteur définit comme des « couches circulaires » ajoutées les unes aux autres à partir de la Cité : « Si les traces des premiers agrandissements ont maintenant disparu, il en reste de bien apparentes dans la ligne des boulevards intérieurs, dans celle du mur d’octroi qui borne aujourd’hui Paris » et jusqu’aux fortifications dont l’enceinte « trace le but en même temps que la limite de l’extension future43 ». Louis Lazare qui sert de conseiller historique auprès du comte Siméon, fournit sans doute les références en faisant appel aux grands ancêtres pour appuyer ses démonstrations. Il a été déjà démontré qu’il n’hésitait pas à prêter abusivement des propos à Henry IV ou au prévôt des marchands François Myron allant en son sens44. Sa réflexion présente ici l’intérêt de replacer dans une perspective historique le développement de l’agglomération, l’intégration de la petite banlieue n’étant qu’une étape supplémentaire de la progression en cercles concentriques à partir de la Cité.

  • 45 BDHV, ms 1779, fol. 33.

19La commission procède également de la même manière pour l’analyse du réseau : « la commission a remarqué que…45 » et mène l’identification des voies en en dressant une typologie. Dans la petite banlieue, elle distingue ainsi celles qui se dirigent vers l’extérieur de l’agglomération et correspondent au « 54 barrières de Paris », et celles qui mettent les communes en communication entre elles et ressemblent à des rocades.

20Ainsi la démarche d’expertise est construite sur une représentation du fonctionnement urbain, encouragée en ce sens par un autre conseiller, Hippolyte Meynadier qui, dans son essai, Paris sous le point de vue pittoresque et monumental, décrit ainsi sa méthode :

  • 46 Hippolyte Meynadier de Flamalens, Paris sous le point de vue pittoresque et monumental ou élémens (...)

C’est en parcourant Paris dans tous les sens, c’est en voyant ses sites aux différentes heures du jour ; c’est en observant les oscillations des foules plébéiennes sur la voie publique ; c’est en pénétrant dans les coins et recoins de toutes les vieilles rues […] qu’on peut apprécier la nécessité des grandes voies de communication à Paris et qu’on peut indiquer avec plus de sûreté les points les plus utilisés pour leur départ, leurs traversés et leurs aboutissants46.

  • 47 Voir à ce sujet, Éric Anceau, Napoléon III, un Saint-Simon à cheval, Paris, Taillandier 2008 ; pou (...)

21Au-delà de l’analyse historico-géographique et de l’évaluation des besoins, Meynadier conduit le comte Siméon et l’ensemble de la commission à une appréhension pragmatique et sensitive de la ville par l’observation des déplacements de la foule, des passages des portes et des ponts. Il en ressort l’élaboration d’une géographie imaginaire de la ville : pour abandonner les limites administratives qui ne peuvent être prises en compte « lorsqu’il s’agit de percer de grandes voies qui enjambent nécessairement plusieurs arrondissements » ou la division classique rive droite/ rive gauche. La commission conçoit un schéma de réflexion qui intègre Paris intra muros et les territoires compris dans les limites des fortifications (fig. 2). L’espace parisien est ainsi construit en cinq groupes : rive droite entre la Seine et les boulevards intérieurs, de la Concorde en y rattachant les îles, Saint-Louis et de la Cité, toute la partie de la rive droite entre la ligne des boulevards et le mur d’octroi, rive gauche entre la Seine et le mur d’octroi, puis jusqu’à la « ligne fortifiée », et l’équivalent rive droite. Le but est de tenir compte à l’intérieur de chaque ensemble de la répartition de la population, et des prévisions de croissance en particulier de la petite banlieue. Par conséquent, l’analyse issue de l’observation de la situation et de la reconnaissance du poids de l’histoire dans le développement urbain conduit à un affranchissement de ce qui est perçu comme un frein (rôle de l’administration municipale, poids des découpages administratifs, etc.) et à une certaine liberté des propositions47. En ce sens, la commission agit avec opportunité en visant l’efficacité.

Fig.2 – Schéma interprétatif des propositions de la Commission Siméon.

Fig.3. – Plan de la commission dite des artistes, 1793, reproduit in Adolphe Alphand (dir.), Atlas des travaux de Paris, 1889.

Les projets

  • 48 Pour ne rappeler que les plus récents : mémoires de la période révolutionnaire en 1791 et 1793, pl (...)
  • 49 La Revue municipale, n° 62, 15 novembre 1850, p. 593. À noter que ce plan a disparu et que même so (...)
  • 50 Pierre Pinon évoque plutôt des « servitudes » adressées aux lotisseurs potentiels que des projets (...)

22Armé d’une série de références historiques48, Louis Lazare suggère de reprendre en partie le plan de la commission des artistes (fig. 3 et c 4), prolongé jusqu’aux fortifications. Il renvoie les lecteurs à une analyse détaillée, menée dans le numéro du 16 juillet 1848, des « 108 » projets proposés : « Chaque fois que les architectes ont pris seulement pour guide l’amélioration de la Ville, chaque fois que l’imagination des artistes est restée libre, la pensée a été grande, généreuse et magnifiquement traduite…49 ». Le plan, en application de la loi du 4 avril 1793, est destiné à prévoir les lotissements des nouveaux biens nationaux, et concerne surtout la rive gauche ainsi que l’axe est-ouest sur la rive droite, de la Concorde à la Bastille50.

  • 51 Sur le fonctionnement des enquêtes publiques, voir parmi d’autres à propos des aménagements indust (...)
  • 52 La Revue Municipale, n° 65, 29 novembre 1850.
  • 53 « La commission départementale, sur la proposition de notre rédacteur en chef, avait à l’unanimité (...)
  • 54 Ibidem.

23De façon évidente, ce n’est pas tant le choix des percements des voies nouvelles que la démarche que le plan valide : « Aucun percement nouveau ne se fera avant l’adoption d’un plan d’ensemble ». Il s’agira bien « de faire étudier par un seul homme le tracé des traverses nationales jusqu’aux fortifications ». Le projet de Lazare prévoit la formation d’un groupe d’experts présidé par le préfet dont les propositions seront présentées à la commission départementale, puis débattues en enquête publique après une présentation à l’Hôtel de Ville51. Le classement des voies pourra alors commencer. Présenté à la commission départementale en novembre 185052, il reçoit son appui53, puis est oublié54 !

  • 55 BDHV, ms 1779, fol. 9.
  • 56 BDHV, ms 1779, fol. 22.
  • 57 Voir les commentaires de Pierre Casselle dans « Commission des Embellissements de Paris, rapport à (...)

24La commission Siméon offre un projet bien plus abouti, celui d’un « plan d’ensemble indiquant les embellissements successifs de Paris », et étendu à la petite banlieue : « Les embellissements seraient incomplets si bornés à la ligne du mur d’octroi, ils ne devaient comprendre la partie de la capitale qui s’étend jusqu’aux fortifications55. » Le rapporteur insiste à plusieurs reprises sur le caractère public que devra avoir le plan, pensé en une fois et en amont des premières réalisations. Ainsi la réfection de la voirie est destinée à unifier le réseau parisien et à éviter les solutions de continuité ou les disparités entre Paris-centre et les territoires des anciennes communes. De cette manière, les rues anticipent l’extension de la ville. Les percements doivent « poser les jalons des quartiers encore peu peuplés […] situés aux extrémités de Paris […] en attendant que les besoins de la population y amènent des constructions56 ». Le projet présente vingt-quatre voies nouvelles avec un effort vers le sud-est et les communes de Gentilly, Montrouge et Vaugirard, et vers le nord-est avec La Villette et Belleville. Dans Paris, les voies nouvelles tentent de résoudre le déséquilibre entre la rive droite et la rive gauche ou reprennent les directions du tracé existant57.

  • 58 BDHV, ms 1779, fol. 149.
  • 59 BDHV, ms 1779, fol. 167 ; voir également Pierre Casselle, « Commission des Embellissements de Pari (...)

25Autre exemple, le découpage des arrondissements qui intègre les territoires des anciennes communes et redessine ceux du centre. Dans un passage assez rapide, Siméon souligne l’intérêt d’une circonscription unique pour l’administration urbaine, l’état-civil, les justices de paix, les bureaux de bienfaisance, le fisc, voire même – dans les nouveaux territoires – les paroisses58. Six arrondissements sont dessinés dans l’ancienne petite banlieue et prennent la suite de la numérotation des arrondissements centraux dans un système en escargot à partir du Louvre. Sans surprise, leurs contours se superposent aux limites des communes ou portions de communes intégrées à la ville étendue, et s’appuient à la fois sur un bilan démographique qui signale des déséquilibres évidents, et sur des objectifs de progression future59.

  • 60 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., 1853, p. 5.

26Les propositions de la première des deux commissions mixtes, chargées de reformuler les limites des paroisses en 1853, sont audacieuses. Sont prévues la création de dix paroisses, la suppression de trois, ainsi que la création de cinq « succursales » en banlieue, dans les quartiers neufs et en plein développement de la rive droite, Passy-L’Étoile, Batignolles-Monceaux, Montmartre Saint-Ouen, La Chapelle-Clignancourt, La Petite-Villette. Rien n’est prévu rive gauche car on compte sur la population extérieure au mur d’octroi « pour régulariser » les circonscriptions des nouvelles paroisses Saint-Victor, Saint-Maurice et Notre-Dame-des-Champs car « conformément aux instructions des deux autorités qui l’ont nommée, [la commission] a dû étendre son travail jusqu’aux fortifications afin qu’il n’y ait point à y revenir quand elles deviendront l’enceinte définitive de Paris60 ». Ainsi « il sera établi autant de succursales que le besoin pourra l’exiger »…

  • 61 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., p. 227 et suiv (...)
  • 62 BDHV, Décret fixant la circonscription des paroisses de la Ville de Paris, 22 janvier 1856 ; AHAP, (...)

27Le projet est rejeté. La nouvelle commission, nommée en 1854, fait des propositions plus limitées, à la suite de négociations menées avec les conseils de fabrique61. Sont prévues quatre nouvelles paroisses dans Paris-centre : l’Assomption, Saint-Martin, Saint-Éloi, Saint-Marcel et trois autres sont transformées. Les dispositions essentielles portent sur le remaniement des territoires paroissiaux : dix restent identiques, dix-huit perdent une partie de leur population et quatorze augmentent62.

***

  • 63 David Van Zanten, « Mais quand Haussmann est-il devenu moderne ? », in Karen Bowie (dir.), La mode (...)

28La présentation de ces trois séries de propositions indique l’intensité de la réflexion sur les espaces parisiens, avant même 1856 et les premières suggestions faites à la commission des circonscriptions administratives. C’est laisser de côté d’autres projets comme celui – exhumé par David Van Zanten – d’un premier projet haussmannien, concurrent du dessein de Siméon et voté par le conseil municipal en 1853, portant essentiellement sur le centre de Paris entre le Châtelet et l’Hôtel de Ville63.

29Le jeu des influences demanderait à être plus largement étudié. La commission du 12e arrondissement, qui a l’oreille du Prince, a été reçue à l’Élysée et a sans doute pesé sur le tout premier projet de travaux, porté par l’administration Berger – qu’Haussmann se chargera de différer – de la rue des Écoles.

  • 64 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., p. 232.
  • 65 La résistance la plus considérable vient de la paroisse de la Madeleine et de l’abbé Deguerry.
  • 66 Voir Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., chap. II, (...)

30La réforme des paroisses provoque une bronca considérable des conseils de fabrique ; une hostilité si importante qu’elle remet en cause selon Jacques-Olivier Boudon, l’autorité morale de Mgr Sibour64. Les protestations viennent surtout des paroisses les plus riches mais pas seulement. Le reproche le plus courant est que les commissions ont failli en ne respectant pas le principe d’équité65. Les décisions sont tranchées par le Conseil d’État qui, le 29 novembre 1856, accepte quelques modifications dont la disparition de la paroisse de l’Assomption à la demande de celle de La Madeleine. Lorsque l’annexion a finalement lieu, la réflexion doit être relancée pour adapter de nouvelles circonscriptions paroissiales aux territoires intégrés dans le Paris agrandi66 !

31L’ensemble de ces réflexions correspond à une version « en creux » de l’histoire haussmannienne de la transformation de Paris, en présentant des solutions qui ont été, si ce n’est totalement abandonnées, du moins mises à l’écart. C’est peut-être l’inadaptation du plan d’ensemble qui est ici posée. Après l’abandon de son propre projet, Haussmann applique, en les modifiant sensiblement, les propositions de Berger. Par la suite, il renonce à une définition globale des aménagements à faire et, jusqu’en 1856, ne parle plus d’annexion.

Notes

1 Préfecture du département de la Seine, Commission des circonscriptions administratives, Paris, Charles de Mourgues frères, 1857. Pour le commentaire et la présentation cartographique des diverses propositions d’annexion faites à la Commission, voir Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de l’ancien Paris, Paris, Seuil, 1985, p. 218.

2 Baron Haussmann, Mémoires, présentés par Françoise Choay, Paris, Seuil, 2000. À l’exception de l’ouvrage de Nicolas Chaudun, Haussmann au crible, Paris Éditions des Syrtes, 2000, les biographies récentes sur Haussmann ont peu tenu compte de ces travaux ; voir Michel Carmona, Haussmann, Paris, Fayard, 2000 ; Georges Valance, Haussmann, le grand, Paris, Flammarion, 2000 ; voir également notre contribution, « Des relectures d’Haussmann », Histoire Urbaine, n° 5, p. 189-199. Notons, qu’en fait, Haussmann évoque peu cet épisode.

3 Sur ce foisonnement de propositions, voir les contributions, parues in Karen Bowie (dir.), La modernité avant Haussmann, Paris, Éditions Recherche, 2001, à la suite du colloque franco-américain, du même nom, tenu en 1998.

4 Pour une mise en perspective sur l’expertise urbaine, voir le numéro spécial de la revue Histoire Urbaine, 14, décembre 2005.

5 Sur la « crise urbaine », voir l’introduction de Danièle Voldman au numéro consacré à la crise de la ville, Vingtième siècle, revue d’histoire, n° 64, octobre-décembre 1999 ; voir également Yannick Marek, (dir.), Villes en crise ?, Paris, Créaphis, 2005 ainsi que nos contributions « L’haussmannisation, une solution à la crise urbaine du xixe siècle ? », Historiens-Géographes, n° 338, décembre 1992, p. 131-150, et « L’haussmannisation, une solution à la crise urbaine… dix ans après », Historiens et Géographes, n° 379, juillet 2002, p. 81-94.

6 Voir en particulier Perreymond, « Études sur la ville de Paris », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1842, t. 3, col. 540-554, 570-579 et 1843, t. 4, col. 25-37, 72-88, 449-469, 517-528 ; voir également de façon plus générale, Frédéric Moret, Les socialistes et la ville, Grande-Bretagne, France, 1820-1850, Paris, ENS Éditions, 1999.

7 Voir notre contribution « Résoudre les dysfonctionnements urbains avant Haussmann, expertises et projets », in Yannick Marek (dir.), Villes en crise ?, op. cit., p. 128-138.

8 À propos de Louis Lazare et de son frère Félix, voir l’introduction de Michel Fleury à la réédition du Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris, [1855], Paris, 1994, p. ix-xix.

9 La Revue municipale, n° 85, 1er novembre 1851, p. 683.

10 Ancien attaché aux archives municipales de la ville, Louis Lazare est révoqué par le maire Armand Marrast après la révolution de février 1848 ; voir Michel Fleury, Dictionnaire…, op. cit., ; voir également Pierre Casselle « Les travaux de la Commission des Embellissements de Paris en 1853. Pouvait-on transformer la capitale sans Hausmann ? », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 155, 1997, p. 670.

11 Pierre Casselle, « Commission des Embellissements de Paris, rapport à l’Empereur Napoléon III », Cahiers de la Rotonde, n° 23, Paris, 2000.

12 Haussmann évoque dans ses Mémoires un « conseil municipal privé, voire occulte » dont il a obtenu de l’Empereur, la suppression. Il note : « Elle mourut ainsi d’inanition et son existence éphémère ne laissa ni trace, ni regrets » ; voir Baron Haussmann, Mémoires, t. II, op. cit., [p. 58], p. 471.

13 L’article 9 du Concordat (15 juillet 1801), complété des articles organiques 61 et 62, prévoit la réorganisation de l’Église de France et, en particulier, la collaboration étroite entre autorités civiles et religieuses pour la détermination des paroisses. La loi de 18 germinal an X instaure une paroisse au moins par justice de paix, le nombre de succursales étant libre. Voir également Pierre-Yves Saunier, « L’Église et l’espace de la grande ville au xixe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue Historique, n° 288/2, 1993, p. 321-348.

14 Voir les analyses de Philippe Boutry sur la « synthèse unitaire et autoritaire » de la période impériale, in Jacques Le Goff Jacques, René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1991, p. 435.

15 Voir à ce propos, Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.

16 Voir Louis Girard, Paris sous la Deuxième République et le Second Empire, NHP/diffusion Hachette, 1981, p. 272.

17 Voir à ce propos, Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., p. 195. Mgr Darboy est l’auteur de Statistiques religieuses du diocèse de Paris, Paris, 1856.

18 Archives historiques de l’Archevêché de Paris (désormais AHAP), 1C1/1, Rapport de la Commission chargée d’un projet de remaniement général des circonscriptions paroissiales de Paris, 1853, p. 1.

19 Ramené à trente-sept en 1808 ; voir Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., p. 220 et Yvan Daniel, L’équipement paroissial d’un diocèse urbain, Paris 1802-1956, Paris, Les Éditions ouvrières, 1957. On y trouve les cartes des paroisses parisiennes 1802, 1856, 1866 et 1896. Cf. Bibliothèque historique de la Ville de Paris (désormais BHVP), G 338 a-c, Plan des circonscriptions des paroisses au xixe siècle, Paris, Avril frères, 1858, a. plan conformément à l’arrêté du 9 floréal an XI, b.… comprenant les changements de l’an XI à 1854, c. conformément au décret général du 22 janvier 1856.

20 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, L’histoire religieuse de la France, géographie xixe-xxe siècle, Toulouse, Privat, 2000, p. 63.

21 Rapporté par Jean Manceau, Mgr Marie-Dominique-Auguste Sibour, archevêque de Paris (1848-1857), Paris, Beauchesne, 1987, p. 208.

22 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 2.

23 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 3.

24 Ibidem.

25 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse, op. cit., p. 203.

26 Paris est l’une des villes les plus détachées de France avec une minorité de 15 % de pascalisants. Fernand Boulard, « Aspects de la pratique religieuse en France, de 1802 à 1939 », Revue d’histoire de l’Église de France, juillet-décembre 1973, p. 269-311.

27 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., p. 4.

28 Voir sur la composition de la commission, La Revue municipale, n° 49, 16 mai 1850, p. 402 ; n° 72, 16 avril 1851, p. 581.

29 Les procès-verbaux de la commission réunie, à la demande du conseiller Lanquetin, au conseil général de la Seine en 1839, sur le « déplacement de Paris », ont été perdus, et ne sont connus que par ce que Lanquetin en dit dans différents mémoires ; voir Pierre Lavedan, La question du déplacement de Paris et du transfert des Halles au Conseil municipal sous la monarchie de Juillet, Paris, Imprimerie nationale, 1969.

30 La Revue municipale, n° 72, 16 avril 1851, p. 582 ; n° 49, 16 mai 1850, p. 402.

31 Voir à ce sujet, notre contribution : « La rénovation du quartier Saint-Victor sous le Second Empire », Recherches contemporaines, n° 2, 1994, p. 79-112.

32 La Revue municipale, n° 495, 1er novembre 1850, p. 495.

33 Sur la législation sur l’alignement, voir entre autres Marcel Roncayolo, « Propriété, intérêt public, urbanisme après la Révolution. Les avatars de la législation impériale », Les Annales de la Recherche urbaine, n° 43, 1989, p. 85-94 ; sur l’effet de la législation sur le Paris de la monarchie de Juillet, voir François Loyer, Paris xixe siècle : l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987 ; à titre de comparaison, voir l’analyse qu’en fait Sylvain Schoonbaert, La voirie bordelaise, Paris, PUPS, 2007, p. 221 sq.

34 Voir La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 583.

35 Jeanne Gaillard évoque, dans son livre, « l’orléanisme des propriétaires » à propos des solutions mises en place par la monarchie de Juillet (Paris, la ville, 1852-1870, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 28).

36 La Revue municipale, n° 65, 29 novembre 1850, p. 528.

37 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., en annexe, État n° 1, Paroisses de Paris ; État n° 2, État des 23 paroisses de la banlieue, 1853.

38 La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 582 ; les cinq comités ont travaillé sur : 1, L’état actuel du 12e arrondissement ; 2, projet d’ouverture de la rue des Écoles ; 3, déplacement de la Halle aux cuirs et sa reconstruction dans le 12e arrondissement ; 4, l’élargissement de la rue Copeau et d’une partie de la rue Mouffetard ; 5, prolongement de la rue Clovis ; 6, dégagement des abords de l’église Saint-Médard.

39 La Revue municipale, n° 65, 16 avril 1851, p. 586 ; voir à propos de la loi du 13 avril 1850, notre contribution « La loi du 13 avril 1850 ou lorsque la Deuxième République invente le logement insalubre », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 20-21, 2000, p. 94-117.

40 Ibid.

41 Cette analyse n’a en soi rien de très original. On la retrouve exprimée presque dans les mêmes termes dans les articles rédigés par Perreymond, « Études sur la ville de Paris » dans La Revue de l’architecture et des Travaux publics, commentées par Frédéric Moret, Les socialistes et la ville, 1820-1850, op. cit. p. 244 sq ; voir également sur ce qu’il appelle les « idéologies de la ville », Marcel Roncayolo, La ville à l’âge industriel, in Georges Duby, (dir.) Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, t. 4, p. 93

42 Bibliothèque de l’Hôtel de Ville (désormais BDHV), ms 1782, fol. 226. Voir ce que Pierre Casselle indique de la collaboration de Théodore Jacoubet, « La commission des Embellissements de Paris, Rapport à l’Empereur Napoléon III », op. cit., p. 16.

43 BDHV, ms 1780, fol. 16.

44 Voir l’introduction de Michel Fleury à la réédition de Louis et Félix Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues et des monuments de Paris, [1855], Paris, 1994, p. ix-xix.

45 BDHV, ms 1779, fol. 33.

46 Hippolyte Meynadier de Flamalens, Paris sous le point de vue pittoresque et monumental ou élémens d’un plan général d’ensemble de ses travaux d’art et d’utilité publique, Cauvin et Fontaine, 1843, p. 7.

47 Voir à ce sujet, Éric Anceau, Napoléon III, un Saint-Simon à cheval, Paris, Taillandier 2008 ; pour un bilan plus contrasté, André Encrevé, Le Second Empire, Paris, PUF, 2004. Voir également, Patrick Harismendy, La France des années 1830 et l’esprit de réforme, Rennes, PUR, 2006. Rappelons qu’avant son ralliement à l’Empire, le comte Siméon était l’un des soutiens importants de la monarchie de Juillet, conseiller d’État depuis 1826, préfet des Vosges, du Loiret, puis de la Somme ; voir Pierre Casselle, « Commission des Embellissements de Paris, rapport à l’Empereur », op. cit., p. 10.

48 Pour ne rappeler que les plus récents : mémoires de la période révolutionnaire en 1791 et 1793, plan de la Commission des artistes, plans d’alignement de l’an V, de 1807, de 1822, etc. La Revue municipale, n° 61, 1er novembre 1850, p. 495-498 ; n° 62, 16 novembre 1850, p. 502-505 ; n° 65, 1er décembre 1850, p. 509-511.

49 La Revue municipale, n° 62, 15 novembre 1850, p. 593. À noter que ce plan a disparu et que même son existence originelle n’est pas établie. On ne connaît que la version reprise par Taxil sur un fond de plan de Verniquet et publiée dans Adolphe Alphand (dir.), Atlas des travaux de Paris, 1889 d’après les procès-verbaux des conseils des Bâtiments civils et des Ponts et Chaussées, réunis les 3 germinal an IV et 24 fructidor an IV. L’un des exemplaires de ce plan reconstitué est conservé au Service technique de la documentation foncière (STDF). Sur ces développements, voir Pierre Pinon, Bertrand Le Boudec, Les plans de Paris, Histoire d’une capitale, Paris, Le Passage, 2004, p. 82-83.

50 Pierre Pinon évoque plutôt des « servitudes » adressées aux lotisseurs potentiels que des projets de percement de voies. Ibidem.

51 Sur le fonctionnement des enquêtes publiques, voir parmi d’autres à propos des aménagements industriels, Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

52 La Revue Municipale, n° 65, 29 novembre 1850.

53 « La commission départementale, sur la proposition de notre rédacteur en chef, avait à l’unanimité émis le vœu dans la séance du 5 novembre dernier qu’un plan d’ensemble des rues de Paris serait étudié jusqu’aux fortifications », La Revue municipale, n° 85, 1er octobre 1851, n° 85.

54 Ibidem.

55 BDHV, ms 1779, fol. 9.

56 BDHV, ms 1779, fol. 22.

57 Voir les commentaires de Pierre Casselle dans « Commission des Embellissements de Paris, rapport à l’Empereur », op. cit. p. 23 sq ainsi que le plan des pages 34, 35 et 36.

58 BDHV, ms 1779, fol. 149.

59 BDHV, ms 1779, fol. 167 ; voir également Pierre Casselle, « Commission des Embellissements de Paris, rapport à l’Empereur », op. cit. p. 29.

60 AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., 1853, p. 5.

61 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., p. 227 et suivantes.

62 BDHV, Décret fixant la circonscription des paroisses de la Ville de Paris, 22 janvier 1856 ; AHAP, 1C1/1, Rapport de la Commission, op. cit., 1854, Mandement de Monseigneur l’archevêque de Paris sur une nouvelle circonscription des paroisses, 30 janvier 1856.

63 David Van Zanten, « Mais quand Haussmann est-il devenu moderne ? », in Karen Bowie (dir.), La modernité avant Haussmann, op. cit., p. 153-164.

64 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., p. 232.

65 La résistance la plus considérable vient de la paroisse de la Madeleine et de l’abbé Deguerry.

66 Voir Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, op. cit., chap. II, « L’invention de la banlieue », p. 243.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les paroisses parisiennes en 1854, d’après le Plan des circonscriptions des paroisses au xixe siècle, Paris, Avril frères, 1858.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig.2 – Schéma interprétatif des propositions de la Commission Siméon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig.3. – Plan de la commission dite des artistes, 1793, reproduit in Adolphe Alphand (dir.), Atlas des travaux de Paris, 1889.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

Historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540