Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Première partie. Autour des fortif’

Édification et destruction des enceintes militaires au xixe siècle : le cas de Lyon

Jean-Luc Pinol, Claire-Charlotte Butez et Emmanuelle Regagnon

Texte intégral

1La tendance générale des villes européennes au xixe siècle a été la destruction de leurs murailles ; la capitale de la France a suivi une tout autre orientation. Il en est de même pour l’ancienne capitale des Gaules, Lyon. Les spécificités de l’histoire politique et militaire de la France – longtemps les armées royales se sont battues hors du royaume alors qu’avec la Révolution et surtout la fin de l’Empire les combats se déroulent souvent sur le territoire national – expliquent ces distorsions entre les grandes villes européennes, que l’on songe à Vienne ou Barcelone, et les villes françaises.

  • 1 Nous avons travaillé à partir des cartes d’état-major conservées à la cartothèque de l’IGN et nous (...)
  • 2 Voir François Dallemagne et alii, Les défenses de Lyon, enceintes et fortifications, Photographies (...)

2Pour comprendre l’impact des fortifications sur l’espace urbain lyonnais, a été privilégiée, dans le cadre du pôle « Méthodes » du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes, l’utilisation de nombreuses cartes de l’Institut géographique national maintenant numérisées et mises à disposition des chercheurs ainsi que des cartes et plans numérisés aux Archives municipales de Lyon1. Elles viennent compléter les travaux sur les défenses de la ville menées dans le cadre de l’association des Amis du musée d’histoire militaire de Lyon et de la région Rhône-Alpes qui s’intéresse surtout à l’architecture militaire et dans le cadre de thèses d’histoire de l’art2.

3Les cartes ont d’abord été géoréférencées avant d’être digitalisées ce qui permet de disposer d’un ensemble de fonds vectorisés qui peuvent être projetés sur des photos aériennes actuelles. La projection des résultats sur Google Earth a été utilisée lors de cette recherche, elle ne sera pas reprise dans le cadre de cet article, seules trois cartes sont présentées, une carte raster et deux cartes vectorisées, donnant une vision synthétique des deux systèmes d’enceintes de la ville sous la monarchie de Juillet et le Second Empire d’une part, et au début du xxe siècle, d’autre part.

Le contexte militaire et la construction des défenses de la ville

4À la fin du xviiie siècle, les fortifications de Lyon se réduisent à quelques murailles et à quelques forts, situés sur la rive droite (Sainte-Foy, Vaise, Pierre Scize…) et sur la rive gauche de la Saône (le fort Saint-Jean et surtout la ligne de fortifications qui sépare depuis le xvie siècle, Lyon de la commune de la Croix-Rousse). Depuis le rattachement du Bugey et de la Bresse au royaume, en 1601, les défenses de Lyon ont été peu entretenues. Sur la rive gauche du Rhône, aucune défense n’existe.

5Tout change avec la période révolutionnaire et, plus encore, avec la fin de l’Empire. Les fortifications ont été peu utilisables lors du siège de Lyon en 1793. À la fin de l’Empire, alors que les combats se déroulent sur le territoire national pendant la campagne de France, la place de Lyon retrouve un enjeu stratégique. Après le franchissement du Rhin par les Autrichiens le 21 décembre 1813, sa défense est confiée par l’Empereur au maréchal Augereau, duc de Castiglione. Les défenses sur la rive gauche du Rhône sont inexistantes et les fortifications de campagne, édifiées à la hâte, sont incapables de protéger la ville. Après une première défaite des troupes françaises au sud de Mâcon, Augereau est à nouveau battu à Saint-Georges-de-Reneins avant d’établir son quartier général à Limonest, à quelques kilomètres au nord de Lyon. Le 20 mars 1814, à nouveau battues, les troupes d’Augereau entrent dans Lyon dont les défenses sont toujours aussi limitées. En accord avec le comte d’Albon, maire de la ville, les troupes d’Augereau se retirent et la ville est occupée dès le lendemain par les troupes autrichiennes. Napoléon abdique le 16 avril 1814.

6Pendant les Cent jours, la place de Lyon est à nouveau un enjeu militaire car, en cas de défaite au nord, la ville pourrait devenir un camp retranché, et l’Empereur s’y replier. Le renforcement des fortifications est confié à l’armée des Alpes et Napoléon donne personnellement des instructions pour améliorer les défenses de la ville. Dans un premier temps, le Rhône est considéré comme une défense suffisante pour préserver le cœur de ville. Sur la rive gauche du fleuve, seules des redoutes doivent protéger les ponts mais bientôt la construction de forts détachés est décidée aux Brotteaux et à la Guillotière. Plusieurs milliers d’ouvriers s’affairent sur la rive gauche. Les travaux continuent même après l’annonce de la défaite de Waterloo. L’armée des Alpes sous l’autorité du maréchal Suchet se replie dans Lyon mais, comme en 1814, la ville est évacuée, et les Autrichiens traversent le pont de la Guillotière. Pendant cinq mois, de juillet à décembre 1815, les troupes autrichiennes occupent la ville et les fortifications construites à la hâte sur la rive gauche du Rhône sont systématiquement démantelées.

7Ces deux épisodes montrent bien les hésitations qui vont perdurer jusqu’à la construction de la première enceinte sous la monarchie de Juillet. Faut-il tenir compte ou non de l’urbanisation de la rive gauche ? Est-il nécessaire de la fortifier ? Le fleuve n’est-il pas le meilleur rempart de la ville ?

8À la fin du xviiie siècle, la construction du pont Morand et les différents projets de lotissements des Brotteaux laissaient envisager une urbanisation rapide du nord de la rive gauche du Rhône. La Révolution stoppa cette évolution. À la veille de 1789, les nombreux terrains religieux rendaient urgente la conquête d’espaces à bâtir en dehors de la presqu’île, mais la nationalisation des biens d’Église diminua, au moins pour un temps, la pression exercée et l’intérêt pour les terrains de la rive gauche dont beaucoup appartenaient aux Hospices civils. La partie la plus urbanisée se situe Grande rue de la Guillotière qui mène au pont du même nom.

La première enceinte et son déclassement

9Dès la seconde Restauration, le lieutenant-général Haxo, partisan des enceintes bastionnées continues et membre du comité des fortifications a essayé de faire de Lyon une puissante place forte mais Charles X refuse de signer l’ordonnance qui ferait de Lyon une place de guerre. À la suite de la révolution de Juillet, le général Hubert Rohault de Fleury, polytechnicien, est nommé commandant supérieur des travaux de défense de Lyon. Le projet Haxo lui semble impossible à appliquer car l’urbanisation a progressé rive gauche : la construction d’un nouveau pont, le pont Lafayette (ancien pont Charles X), en étant la manifestation la plus probante. Pourtant, dans un premier temps, il envisage de construire des fortins qui se situeraient en avant de ce qui est toujours considéré comme l’enceinte de sûreté de la ville, le Rhône, mais, dès janvier 1831, le projet d’ensemble est présenté et les perspectives changent. Deux enceintes continues, une reconstruite sur le rempart du xvie siècle à la Croix-Rousse et une autre sur la colline de Fourvière, où courtines et bastions doivent suivre le tracé médiéval, appuyés par des forts au nord et au sud, sont prévues. Sur la rive gauche du Rhône, forts, redoutes et lunettes s’égrènent en chapelet depuis les lônes de la Tête d’Or au nord jusqu’à celles de la Vitriolerie au sud. En avant des enceintes du nord et de l’ouest sont prévus des forts détachés (La Duchère, Caluire et Montessuy).

  • 3 Rappelons que la première insurrection des canuts se produit du 21 au 24 novembre 1831.
  • 4 François Dallemagne et alii, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 94.

10Dès le printemps 1831, avant même que les terrains ne soient acquis, les travaux commencent3. Ils dureront plus de vingt ans. Au total, dix-neuf ouvrages sont construits dont dix sur la rive gauche, espacés de 500 à 800 m pour se couvrir les uns les autres, en fonction de la portée moyenne de l’artillerie des années 18304. Au total, trois à quatre mille hommes sont embauchés pour la construction des différents éléments du projet Rohault de Fleury. Ces chantiers, qui emploient de nombreux terrassiers, servent aussi à atténuer l’impact de la crise chez les tisseurs sans emploi de la Fabrique lyonnaise. À Paris, les fortifications, édifiées une décennie plus tard, rassembleront quelque 40 000 ouvriers.

  • 5 Les inondations de 1840 ou celles de 1856 ont été particulièrement désastreuses. Celle de 1856, a (...)

11Sur la rive gauche, il n’était pas vraiment prévu d’enceinte de sûreté, elle ne devait être construite qu’en cas de nécessité pour éviter que l’infanterie ne pénètre par surprise. En 1833, la municipalité de la Guillotière demande qu’une enceinte soit édifiée pour améliorer la perception de l’octroi. On retrouve là une des constantes des municipalités du xixe siècle, très attentives au rendement de l’octroi qui représentait une part majeure de leurs ressources. De plus, cette zone des Brotteaux et de la Guillotière est menacée par les inondations du Rhône ; relier les forts et les redoutes par des digues et des fossés, voire par un canal, permettrait d’en limiter les effets5.

Fig.1 – extrait de la carte d’Eugène Rembielinski, 1855. À la différence des cartes d’état-major, celle-ci, datée de 1855, comporte une figuration de l’enceinte. La voie ferrée Lyon-Genève n’est pas indiquée sur ce plan puisqu’elle n’est édifiée qu’en 1859. À l’inverse, elle a été rajoutée sur les minutes de la carte d’état-major de 1834.

  • 6 Voir BNF, GE FF-10729 (CARTE).

12La nouvelle enceinte de la rive gauche n’est pas visible sur les cartes d’étatmajor ni en 1834, ce qui est logique mais elle ne l’est pas davantage sur celles de 1841 ou de 1867. Les seuls plans qui fassent état de l’enceinte ne sont pas d’origine militaire. Ainsi sur le « Nouveau Plan topographique et historique de la ville de Lyon » dressé par l’ingénieur géographe J.-B. Noellat en 18466, on lit très nettement sur le plan, depuis la gare d’eau de la Vitriolerie jusqu’aux lônes de la Tête d’or « canal d’enceinte reliant entr’eux tous les forts de l’est ». La même enceinte est représentée sur le plan dressé pour la ville par Eugène Rembielinski en 1855 mais le mot canal n’est pas porté sur le document (fig. 1 et ► 3).

  • 7 Pierre-Yves Saunier, Lyon au xixe siècle, les espaces d’une cité, Thèse, Université Lyon 2, 1992, (...)
  • 8 Ibidem.

13Les fortifications lyonnaises n’ont pas l’ampleur de l’enceinte parisienne. Comme le dit Pierre-Yves Saunier : « L’enceinte manque de masse.7 » Un rapport du 5 août 1850 décrit l’enceinte de la rive gauche du Rhône entre le fort des Brotteaux et celui de Villeurbanne comme une succession de « fossés remplis d’eau et bordés de digues en terre […] alors que sur le reste du parcours il n’y a qu’un simple terrassement d’effectué ». Le projet de loi du 19 décembre 1882 pour leur déclassement dit de l’enceinte de la rive gauche du Rhône qu’elle est un « parapet en terre avec fossé plein d’eau8 ».

Fig.2 – Enceintes et fortifications à Lyon en 1855. Cette carte rassemble des informations extraites des minutes de la carte d’état-major et de la carte d’Eugène Rembielinski.

14Le plan de l’ingénieur géographe Rembielinski, dressé et gravé en 1855 sous l’administration du préfet Vaïsse, donne une bonne vision d’ensemble des défenses de Lyon pendant la première moitié du Second Empire en particulier sur les lignes plusieurs fois redessinées des enceintes entre le fort des Brotteaux et celui de Villeurbanne (aujourd’hui Montluc). Ce plan, complété par des informations venant des cartes d’état-major a permis d’établir la carte présentée en figure 2.

15Le plan indique la limite de l’octroi de Lyon. Contrairement à ce que disent de nombreux historiens de Lyon, l’enceinte de la ville ne correspond pas aux limites de l’octroi. L’enceinte a un périmètre inférieur à 14 km alors que la zone de l’octroi se développe sur 25 km ; la superficie à l’intérieur de l’enceinte est de l’ordre de 8,5 km2 alors que la superficie de la zone de perception de l’octroi est de 26 km2. Le territoire compris dans l’enceinte continue de Thiers, construite une décennie après celle de Lyon, dépasse les 78 km2.

  • 9 Ruth Revol, L’octroi de Lyon (1840-1870) : histoire, administration, employés. Les conséquences de (...)

16Lyon a précédé Paris dans l’annexion de ses communes périphériques. Les octrois des communes annexées, ainsi que les personnels concernés ont été fusionnés9. Toute l’ancienne commune de Vaise, est incluse dans le périmètre de l’octroi de Lyon depuis le fort de Vaise ultime défense de l’enceinte de la rive droite de la Saône, jusqu’au nouveau fort détaché de la Duchère, édifié à plus de deux kilomètres au nord de celui de Vaise. De même, la commune de la Croix-Rousse, annexée elle aussi en 1852, est tout entière dans le périmètre de l’octroi de Lyon au sud des forts détachés de Caluire et de Montessuy. Le territoire de l’ancienne commune de la Guillotière annexée en 1852 est coupé en deux par l’enceinte. Toute la partie à l’intérieur de l’enceinte appartient à l’octroi de Lyon ainsi qu’une petite zone située à l’est de l’enceinte qui correspond au nord de Montplaisir, limité à l’est par la rue du Professeur Sisley. Au contraire, Montchat ne paie pas l’octroi en 1855. Plus au sud, les espaces soumis à l’octroi sont encore plus vastes et intègrent Combe Blanche et Gerland à près de deux kilomètres des forts de La Motte ou du Colombier.

  • 10 Voir aux archives municipales de Lyon (désormais AML) les dossiers entre militaires et édiles muni (...)
  • 11 Il faut noter que sur les minutes de la carte d’état-major de 1834, cette voie ferrée est représen (...)

17Cette première enceinte, qui combine le réemploi des fortifications du xvie siècle ou antérieures et les ouvrages construits sur la rive gauche du Rhône, perd bientôt de sa pertinence. D’une part, les fortifications de la Croix-Rousse, que les Voraces avaient tenté de démolir lors de la Révolution de 1848, sont déclassées en 1865 et le rempart est remplacé par le boulevard de la Croix-Rousse. D’autre part, en 1884, l’enceinte de la rive gauche du Rhône, rattrapée par l’urbanisation, est déclassée. Auparavant, de nombreux réaménagements ont eu lieu en particulier entre les forts de Villeurbanne et celui des Brotteaux afin de tenir compte des changements engendrés par l’achèvement de la voie ferrée Lyon-Genève entre la gare des Brotteaux et celle de Perrache à la fin de l’année 185910. La ligne serpente entre les différents forts et redoutes de la rive gauche passant à l’ouest des forts des Brotteaux et de Villeurbanne, mais à l’est de la redoute de la Part-Dieu. La voie est construite à l’emplacement de l’enceinte où alternaient levées de terre, fossés et canaux pas toujours en eau11. Demeurent cependant les casernes de la Part-Dieu, ensemble de plus d’une vingtaine d’hectares dont la ville devient propriétaire en 1960 et dont la destruction ne commence qu’en 1968 pour devenir l’un des centres commerciaux les plus vastes d’Europe.

La seconde ceinture fortifiée (1874-1893)

  • 12 Sur le détail du bombardement et sur les zones touchées, principalement sur la rive gauche de la S (...)
  • 13 Rapport du colonel Duval cité dans François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 144.

18Après la guerre franco-prussienne et le bombardement de Paris en janvier 187112, les progrès de l’artillerie obligent à reconsidérer la manière d’édifier les défenses urbaines et plus globalement d’assurer la sécurité de la nation. Raymond Séré de Rivières, directeur des fortifications de Lyon avant le conflit, avait constaté combien les fortifications lyonnaises construites après 1831 étaient inaptes, en raison de l’importance de l’urbanisation, à permettre une quelconque défense de la ville. D’autant plus que les progrès de l’artillerie, dont Paris venait de faire l’expérience tragique, avaient rendu obsolètes des fortifications antérieures à l’apparition des canons rayés. Les sièges de Strasbourg et de Paris avaient montré que les Prussiens, selon les termes d’un rapport du colonel Duval chargé des fortifications de Lyon en 1874, « épargnent les fortifications pour détruire les maisons et les édifices en les incendiant au moyen d’obus à pétrole13 ». Il devient donc urgent, et c’est ce que fait Séré de Rivières après la défaite de Sedan, d’édifier des fortifications de fortune à distance respectable occupant toutes les hauteurs à environ une dizaine de kilomètres de la ville (Monts d’Or, Mont Cindre, Saint-Fons).

19Après le traité de Francfort, Séré de Rivières, devenu général, est membre du Comité de défense et directeur du Service du Génie au ministère de la Guerre. À ce titre, il présente en 1874 un « Système défensif pour la France » censé répondre aux défis de la défaite et aux nouvelles manières de combattre où l’artillerie ouvre la voie à l’infanterie et devient la reine des batailles. Ainsi va être édifiée une ligne de défense de Lille à Nice, associant en plusieurs rideaux défensifs des forts isolés et des places fortes. Dans les Alpes, le principe des rideaux défensifs n’est pas applicable et chaque vallée est défendue par des forts isolés et des places fortes. Dans ce dispositif, Lyon a une importance particulière car, de son camp retranché, pourraient partir des attaques de flanc au cas où l’ennemi aurait réussi à franchir les rideaux défensifs.

Fig. 3 – Les fortifications de Lyon au début du xxe siècle. Cette carte rassemble les informations figurant sur les mises à jour des minutes des cartes d’état-major et, en particulier, de la carte de 1902 (cf. note 1).

  • 14 François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 147.

20Cet ensemble dont la construction va durer plus de vingt ans représente un coût de 437 millions de francs dont 37 sont consacrés à la défense de Lyon14. La nouvelle ceinture de forts est beaucoup plus éloignée que celle des défenses de la monarchie de Juillet. Les forts construits pendant les années 1830 sont en moyenne à 2,5 km de la place Bellecour et les plus éloignés ne sont qu’à quelque 4 km (forts de la Duchère, de Caluire ou de Montessuy). Avec la seconde enceinte, les forts sont à une dizaine de kilomètres de la place Bellecour comme le fort de Vancia ou du Mont-Verdun même si certains sont plus proches tels celui de Chapoly à 8 km ou celui de Bron, édifié en 1877 à 7,5 km du centre de Lyon. Les derniers construits sont beaucoup plus loin : ainsi le fort de Meyzieu, construit en 1893 est à 14 km. Outre l’ampleur du système défensif, la carte de 1902 (fig. 3) met en évidence l’importance du système ferroviaire et son développement dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 15 Rappelons que Lyon est la première grande ville à supprimer l’octroi dès 1901. À Paris, l’octroi n (...)

21Pour les officiers chargés des défenses de Lyon, la nécessité d’une nouvelle enceinte urbaine ne s’impose pas et, pour tout dire, ils sont hostiles à la construction d’une enceinte continue souhaitée par la ville afin de pouvoir obtenir un meilleur rendement de l’octroi en le percevant aux « barrières »15. La municipalité obtient que le gouvernement décide de la création d’une nouvelle enceinte mieux à même de tenir compte de la progression de l’urbanisation. Pour autant, cette nouvelle enceinte ne sera construite que sur la rive gauche du Rhône car au nord, depuis 1874, un mur d’enceinte relie les forts de Caluire et de Montessuy et à l’ouest, la progression de l’urbanisation a été limitée.

  • 16 Le géoréférencement des cartes raster et leur combinaison avec les cartes vectorisées, ainsi que l (...)
  • 17 À Saint-Fons, une bande de territoire d’une soixantaine d’hectares, pour Vénissieux, quelque 2 km2(...)
  • 18 Un peu plus de 2 km2.
  • 19 Environ 2,82 km2. Le tracé (fig. 3) montre que le mur d’enceinte se situe à l’ouest du canal de Jo (...)

22Trois tracés sont envisagés entre l’ouest de l’asile d’aliénés de Bron et l’est du fort de Bron. Finalement le projet retenu se situe entre les deux, l’asile étant à l’intérieur du mur et le fort à l’extérieur. Le tracé de ce nouveau mur d’enceinte passe outre les limites territoriales des communes, puisque, globalement le tracé se situe entre 1,5 et 2 km au sud et à l’est des limites de l’octroi lyonnais de 185516. Sur la rive gauche du Rhône, la quasi-totalité du territoire de Lyon est inclus dans le périmètre qui empiète sur les communes de Saint-Fons et de Vénissieux au sud17 et sur celle de Bron à l’est18. Le mur comprend la commune de Villeurbanne mais la partie la plus orientale de la commune reste à l’extérieur de l’enceinte19.

  • 20 Ce document a pour cote AML 923 WP 37. Il est reproduit dans la thèse de Marie Clotilde Meillerand (...)

23Un croquis conservé aux archives municipales permet de prendre en considération la relative modestie de cette enceinte20. Elle se développe sur une largeur de 17,5 m entre deux chemins de desserte, l’un à l’intérieur et l’autre à l’extérieur du mur. De l’intérieur vers l’extérieur, se trouvent d’abord un remblai d’un peu plus de 4 m de large puis la courtine qui précède le fossé. Vers l’intérieur, la courtine dépasse le remblai de deux mètres et elle est surmontée d’une couverture large de 75 cm. La courtine, large de 1,05 m à la base et de 0,5 m au sommet, domine de 6 m un fossé large de 2,8 m. Contrescarpe et glacis occupent 9,6 m et précèdent le chemin extérieur. Onze portes fortifiées permettent de franchir le mur d’enceinte. Pour Sylvain Petitet et Franck Scherrer :

  • 21 Sylvain Petitet et Franck Scherrer, Figures et métamorphoses du fait militaire dans la ville conte (...)

Cette enceinte quelque peu anachronique ne survécut pas assez longtemps pour marquer de son empreinte le tissu urbain de la banlieue est. Son emprise se retrouve en revanche dans celle du boulevard Laurent-Bonnevay21.

24La modestie de la fortification est évoquée par Laurent Bonnevay, président du conseil général du Rhône, qui souhaite améliorer la circulation dans l’agglomération :

  • 22 Voir AML 960 WP 32, boulevard de ceinture et déclassement des terrains militaires 1892-1932. Docum (...)

La ville de Lyon était entourée de toute une série de petits fortins reliés entre eux par un petit chemin. Le tracé était donc tout trouvé. Il suffisait de démolir ces fortins sans importance et d’élargir le chemin. C’est ce qui fut fait. Et ainsi le boulevard de ceinture vit le jour22.

25Il revient sur ce dossier dans la Revue de géographie de Lyon en 1954, quatre ans avant l’ouverture du premier tronçon du nouveau boulevard périphérique, le président du Conseil général du Rhône précise que les municipalités n’ont pas été en mesure de réaliser le projet après le déclassement des fortifications qui ceinturaient l’est de l’agglomération et d’ajouter :

  • 23 Revue de géographie de Lyon, vol. 29, n° 1, 1954. p. 73-74.

S’il est exact qu’en 1920 ce sont ces Municipalités qui conçurent ce projet, celles-ci après un examen prolongé se déclarèrent incapables de le réaliser, et le 22 janvier 1928, elles émettaient le vœu que ce Boulevard soit ouvert comme voie départementale. Le 10 mai 1928 le Conseil Général donnait son accord et passait de suite à l’exécution. Il acheta tout d’abord à l’autorité militaire au prix de 648 051 francs les 108 837 mètres carrés des fortifications, puis il acquit de divers propriétaires, soit à l’amiable, soit par expropriation, les 1 279 070 mètres carrés nécessaires pour porter la nouvelle voie départementale à 55 mètres de largeur sur 13 048 mètres de longueur. Il prenait à sa charge exclusive sa construction et son entretien. En 1939, il avait dépensé à cet effet 70 millions…23.

  • 24 Sur la carte d’Eugène Rembielinski, l’enceinte dans son ensemble mesure entre 40 et 120 m. Seul le (...)

26À Lyon, le système défensif qui se met en place au xixe siècle – qu’il s’agisse de la première enceinte édifiée après 1832 ou, plus encore, de la seconde, construite après le déclassement de la première en 1884 – n’a pas eu l’impact sur l’espace urbain qu’il a eu à Paris. Pendant un temps, l’arrêt de l’urbanisation sur la rive gauche du Rhône, conséquence de la nationalisation des biens du clergé, a contribué à circonscrire l’espace à protéger, aux constructions à l’est du Rhône. Ensuite, et cela découle du point précédent, le Rhône a longtemps été considéré comme l’enceinte orientale de Lyon, une défense naturelle que des forts détachés pouvaient renforcer. L’enceinte finalement construite n’est qu’une succession de talus et de canaux, peu souvent en eau, qui ne tranche pas de manière pérenne dans le tissu urbain d’autant plus que les servitudes qui pèsent sur l’enceinte paraissent très limitées. Rien de tel avec le cas parisien où la seule zone non aedificandi, établie autour des larges remparts de la capitale, représente, avec ses 250 m de large, une emprise très supérieure à celle de l’enceinte entre les forts de Villeurbanne et des Brotteaux24. Et sans parler de la zone non aedificandi de la seconde enceinte qui est officiellement de… 5,5 m !

27La grande différence entre les fortifications lyonnaises et parisiennes tient aussi à des pérennités sans commune mesure. Alors que les fortifications de Thiers marquent le paysage par leur matérialité pendant un siècle – la zone et les zonards ne disparaissent véritablement que sous le régime de Vichy – à Lyon, les enceintes ont une durée de vie bien plus courte : une cinquantaine d’années pour la partie orientale de la première mais avec de nombreuses modifications de tracé dès le milieu du Second Empire et une trentaine pour l’autre. Faiblesses monumentales, faiblesse de l’emprise, objectifs pas toujours convergents entre municipalités et autorités militaires, expliquent que Lyon n’ait pas été marqué par ses « fortifs ». La littérature ou l’imaginaire collectif n’ont pas ici été marqués par la zone ou par les Apaches. Dans les Mystères de Lyon de Francis Linossier (1852) les crimes et délits ne se déroulent jamais autour des enceintes militaires et, dans le parler lyonnais, les mots zone, zonard ou fortifs n’ont pas grande importance. Même le classement de Lyon en place de guerre, vingt après le début des travaux, en 1851, n’a pas réussi à faire respecter les zones de servitudes autour des ouvrages militaires.

  • 25 Voir François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 107-131.

28Aujourd’hui, les bâtiments de certains forts subsistent au cœur de la ville mais la fonction militaire a cédé la place à d’autres activités. Le fort Saint-Irénée, depuis 1957, a enregistré l’édification de cités universitaires et le glacis accueille, depuis 2003, l’École nationale supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT). Le fort Saint-Jean, reconstruit en 1834 sur les fortifications du xvie siècle, abrite, depuis 2004, l’École nationale du Trésor et le fort de Villeurbanne (Montluc) a été rénové et héberge, depuis 2007, le nouvel hôtel de police, bien visible grâce à son architecture où se mêlent tradition militaire et bâtiments fonctionnels25. Enfin, et c’est sans doute la marque la plus manifeste, le déclassement des enceintes a laissé la place à des boulevards, qu’il s’agisse du plus ancien, celui de la Croix-Rousse dont le tracé des rues adjacentes rappelle celui des anciens bastions ou, à partir de 1886, à la suite du déclassement de la première enceinte de la rive gauche, la « rocade » constituée par les boulevards du Nord (puis des Belges), des Brotteaux, Vivier Merle et des Tchécoslovaques, ou enfin, depuis 1958, à la suite du déclassement de la seconde enceinte, le boulevard périphérique Laurent-Bonnevay.

Annexes

Annexe. Géoréférencement et vectorisation du système défensif de Lyon, 1832-1939

À partir de la série complète des cartes d’état-major de Lyon du xixe siècle jusqu’à 1939, ont été effectués un travail de géoréférencement puis une vectorisation des systèmes défensifs.

Géoréférencement des cartes : deux méthodes

La première méthode testée consistait à se baser sur les limites administratives actuelles de la BD carto de l’IGN. Malgré quelques modifications, on pouvait prendre suffisamment de repères et les reporter de cartes en cartes. Néanmoins, cette méthode avait des limites car elle aboutissait à une déformation importante de l’image des cartes papier, et plus de 200 points d’ancrages étaient nécessaires. Une autre méthode a ensuite été élaborée et suivie pour toute la série :
• les cartes de 1902 présentent la grille de projection dans laquelle elles ont été constituées (Lambert II) mais y sont reportées également les coordonnées et la grille de projection utilisée jusqu’à cette date dans les cartes d’état-major : la projection de Bonne, en grades ;
• le géoréférencement a alors été basé sur la grille Lambert II, puis nous avons utilisé les cartes de 1902 comme une pierre de rosette en reprenant les repères reportés de la projection de Bonne pour géoréférencer les cartes plus anciennes.
Des décalages subsistent néanmoins, notamment sur les cartes découpées aux pliures (cartes de 1841 à 1887, excepté 1867). Mais cette méthode limitait les déformations locales et s’est révélée globalement satisfaisante.

Vectorisation

Elle s’est faite en deux étapes : pour commencer le travail, une recherche sur internet a été effectuée. Elle a permis de recueillir les coordonnées de presque la moitié des forts en longitude/latitude, ainsi que de nombreux détails sur l’historique des fortifications à Lyon. Le maillage des coordonnées ainsi obtenu permettait d’estimer les décalages possibles de géoréférencement des cartes, et améliorer encore, par recoupements, la localisation des autres ouvrages militaires.
Afin de conserver la mémoire des choix de localisation, ceux-ci ont été consignés dans la table attributaire. La marge d’erreur est de l’ordre de 50 m, donc correcte à l’échelle considérée, et difficilement perfectible vue l’ancienneté et la variété des sources des cartes papier.
Les ouvrages militaires ont été ensuite vectorisés par un simple point, auquel était rattachée une série de données attributaires ; un numéro id, le nom, la carte où l’entité apparaît la première fois, celle où elle disparaît, des commentaires éventuels.
D’autre part, certaines cartes représentaient l’emprise du bâtiment. En ce cas, celle-ci a été vectorisée sous forme de polygone, auquel on pouvait facilement rattacher les attributs des points par le numéro d’identifiant.

Résultats

Les cartes, malgré leur date d’édition rapprochée sont toutes différentes. Cependant leurs données, notamment sur l’état des fortifications, ne semblent pas toujours actualisées. Il n’y a en effet aucune différence sur ce sujet entre les cartes de 1834 à 1877.Elles s’intéressent d’avantage à d’autres aménagements comme celui du réseau de chemin de fer. En revanche, dix ans plus tard, l’état des fortifications a systématiquement été remis à jour.
Emmanuelle Regagnon

Notes

1 Nous avons travaillé à partir des cartes d’état-major conservées à la cartothèque de l’IGN et nous remercions Bernard Bèze, chef de la cartothèque, pour son aide.
Il s’agit des éditions successives des cartes d’état-major concernant la feuille de Lyon n° 168 au 1 : 80000 (pour les années 1841, 1867, 1877, 1887, 1890) plus les agrandissements ultérieurs (1902, 1939) au 1 : 50 000 en 4 quarts de feuille (NO, NE, SO, SE), et également les quatre minutes manuscrites originales au 1 : 40 000 en couleur de 1834, ainsi que quatre minutes partielles au 1 : 20 000 de 1832 dont celles qui couvrent la ville de Lyon.
Ref IGN : 2EM168_0607_20k_1832.JP2, Ref IGN : 2EM168_12_20k_1833.JP2,
Ref IGN : 4EM168NE_40k_1834.JP2, Ref IGN : 4EM168NO_40k_1834.JP2
Ref IGN : 4EM168SO_40k_1834.JP2, Ref IGN : 4EM168SE_40k_1834.JP2
Ref IGN : 5EM168NE_50k_1902.JP2, Ref IGN : 5EM168NE_50k_1939.JP2
Ref IGN : 5EM168NO_50k_1902.JP2, Ref IGN : 5EM168NO_50k_1939.JP2
Ref IGN : 5EM168NO_50k_1955.JP2, Ref IGN : 5EM168SE_50k_1902.JP2
Ref IGN : 5EM168SE_50k_1939.JP2, Ref IGN : 5EM168SO_50k_1902.JP2
Ref IGN : 5EM168SO_50k_1939.JP2, Ref IGN : 8EM168_80k_1841.JP2
Ref IGN : 8EM168_80k_1867.JP2, Ref IGN : 8EM168_80k_1877.JP2
Ref IGN : 8EM168_80k_1887.JP2, Ref IGN : 8EM168_80k_1890.JP2
Une collection des minutes des cartes d’état-major est désormais accessible sur le site http://www.geoportail.fr. Une fois que l’on a sélectionné les cartes d’état-major, la page d’accueil amène automatiquement sur les côtes de l’Atlantique ; pour voir celles qui concernent Lyon, il faut indiquer Lyon dans le moteur de recherche. Attention, ces minutes comportent des indications ajoutées à différentes périodes. C’est en particulier le cas pour les voies ferrées installées bien après la construction des forts.

2 Voir François Dallemagne et alii, Les défenses de Lyon, enceintes et fortifications, Photographies de Georges Fessy, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 2003. Une partie des informations se retrouvent sur le site web du musée d’histoire militaire de Lyon et de la région Rhône-Alpes. Voir http://www.museemilitairelyon.com/
Voir Madeleine Mettey-Bunevod, Les fortifications de Lyon dans la première moitié du xixe siècle : 1793-1858, Thèse de doctorat. [s.l.], Université Lumière (Lyon), 1997, 300-[101] p. Voir aussi la brochure du Grand Lyon, téléchargeable à l’adresse suivante :
http://www.grandlyon.com/fileadmin/user_upload/Pdf/actualites/fortifications.pdf.

3 Rappelons que la première insurrection des canuts se produit du 21 au 24 novembre 1831.

4 François Dallemagne et alii, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 94.

5 Les inondations de 1840 ou celles de 1856 ont été particulièrement désastreuses. Celle de 1856, a provoqué la mort de dix-huit personnes dans l’ancienne commune de la Guillotière et de nombreuses maisons construites en pisé se sont tout simplement effondrées après avoir « été détrempées » lors de la montée des eaux. Concernant ces inondations, on peut consulter une analyse de Jean Pelletier sur le site des archives municipales de Lyon. Voir http://www.archives-lyon.fr/static/archives/contenu/old/fonds/plan-g/31.htm.

6 Voir BNF, GE FF-10729 (CARTE).

7 Pierre-Yves Saunier, Lyon au xixe siècle, les espaces d’une cité, Thèse, Université Lyon 2, 1992, p. 199.

8 Ibidem.

9 Ruth Revol, L’octroi de Lyon (1840-1870) : histoire, administration, employés. Les conséquences de l’annexion des faubourgs en 1852 sur l’administration de l’octroi de Lyon, Master, Université Lyon 2, 2009, 177 p. Voir aussi, Ruth Revol, François Robert, « Fiscalité et contrôle social. Le cas de l’octroi à Lyon au xixe siècle (1800-1901) », communication au colloque organisé par le Larhra sur le thème Réformer et définir l’action de la police en ville : Lyon, Paris et Marseille au xixe siècle, Lyon, mars 2010, à paraître.

10 Voir aux archives municipales de Lyon (désormais AML) les dossiers entre militaires et édiles municipaux : 1211 WP 011 – travaux militaires fortifications (enceintes fortifiées de la Part-Dieu, déplacement de l’enceinte, plans…) 1861-1872 et 321 WP 050 – boulevard de ceinture (traités, plans, échanges de terrains…) 1861-1870. Merci à François Robert de nous avoir signalé ces cotes.

11 Il faut noter que sur les minutes de la carte d’état-major de 1834, cette voie ferrée est représentée. Les minutes ne gardaient pas la chronologie des ajouts.

12 Sur le détail du bombardement et sur les zones touchées, principalement sur la rive gauche de la Seine : Maurice Garden et Jean-Luc Pinol, Atlas des Parisiens de la Révolution à aujourd’hui, Paris, Parigramme, 2009. Voir les p. 30-35.

13 Rapport du colonel Duval cité dans François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 144.

14 François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 147.

15 Rappelons que Lyon est la première grande ville à supprimer l’octroi dès 1901. À Paris, l’octroi n’est supprimé que par la loi sur les octrois, en 1943.

16 Le géoréférencement des cartes raster et leur combinaison avec les cartes vectorisées, ainsi que l’utilisation des transparences des différentes couches qu’autorisent la plupart des systèmes d’information géographique, permettent de calculer les surfaces soustraites ou ajoutées lors des différentes opérations. Sur la rive gauche du Rhône, la superficie du territoire de Lyon incluse dans l’enceinte de sûreté augmente de quelque 12 km2 par rapport à ce qu’était la zone soumise à l’octroi en 1855.
Sur l’utilisation conjointe des cartes raster et des cartes vectorisées, voir l’ouvrage de Gregory Ian, Ell Paul S., Historical GIS : Technologies, Methodologies and Scholarship, Cambridge University Press, 2007. Voir aussi l’ouvrage de Bodenhamer David J., Corrigan John, Harris Trevor M., The Spatial Humanities : GIS and the Future of Humanities Scholarship, Indiana University Press, 2010.

17 À Saint-Fons, une bande de territoire d’une soixantaine d’hectares, pour Vénissieux, quelque 2 km2.

18 Un peu plus de 2 km2.

19 Environ 2,82 km2. Le tracé (fig. 3) montre que le mur d’enceinte se situe à l’ouest du canal de Jonage, coupant ainsi le quartier Saint-Jean du reste du territoire communal de Villeurbanne. Sur certaines cartes diffusées par des sites Internet, le mur se situerait à l’est du canal et non à l’ouest. L’examen de toutes les cartes d’état-major est sans appel, le mur d’enceinte – et le boulevard périphérique qui lui succéda – se trouve bien à l’ouest du canal, construit à partir de 1894, soit sept ans après l’achèvement du mur d’enceinte.

20 Ce document a pour cote AML 923 WP 37. Il est reproduit dans la thèse de Marie Clotilde Meillerand, Penser l’aménagement d’une métropole au 20e siècle, Enjeux territoriaux, acteurs locaux et politiques publiques dans la région lyonnaise, Université Lyon 2, 2010, p. 47 du vol. 1.

21 Sylvain Petitet et Franck Scherrer, Figures et métamorphoses du fait militaire dans la ville contemporaine : l’exemple lyonnais, texte téléchargeable sur le site de l’institut d’urbanisme de Lyon – http://www.iul-urbanisme.fr. Cet article est paru en version papier dans Centre Presqu’île-Lyon, n° 28, 2002/2003. Il faut noter qu’au sud, sur le territoire de Vénissieux et de Saint-Fons, le boulevard Laurent-Bonnevay se situe quelques centaines de mètres au nord de l’ancienne enceinte.

22 Voir AML 960 WP 32, boulevard de ceinture et déclassement des terrains militaires 1892-1932. Document cité in Marie Clotilde Meillerand, Penser l’aménagement…, thèse citée, p. 48.

23 Revue de géographie de Lyon, vol. 29, n° 1, 1954. p. 73-74.

24 Sur la carte d’Eugène Rembielinski, l’enceinte dans son ensemble mesure entre 40 et 120 m. Seul le fort de Villeurbanne, avec sa zone de servitudes, atteint les 350 m.

25 Voir François Dallemagne, Les défenses de Lyon…, op. cit., p. 107-131.

Table des illustrations

Légende Fig.1 – extrait de la carte d’Eugène Rembielinski, 1855. À la différence des cartes d’état-major, celle-ci, datée de 1855, comporte une figuration de l’enceinte. La voie ferrée Lyon-Genève n’est pas indiquée sur ce plan puisqu’elle n’est édifiée qu’en 1859. À l’inverse, elle a été rajoutée sur les minutes de la carte d’état-major de 1834.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2385/img-1.jpg
Fichier image/, 628k
Légende Fig.2 – Enceintes et fortifications à Lyon en 1855. Cette carte rassemble des informations extraites des minutes de la carte d’état-major et de la carte d’Eugène Rembielinski.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2385/img-2.jpg
Fichier image/, 162k
Légende Fig. 3 – Les fortifications de Lyon au début du xxe siècle. Cette carte rassemble les informations figurant sur les mises à jour des minutes des cartes d’état-major et, en particulier, de la carte de 1902 (cf. note 1).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2385/img-3.jpg
Fichier image/, 205k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540