Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Agrandir Paris (1860-1970)

 | 
Annie Fourcaut
, 
Florence Bourillon

Première partie. Autour des fortif’

Le mur en trop

Les fortifications ou la redéfinition d’une « petite banlieue » en discordance

Virginie Capizzi

Volltext

  • 1 Virginie Capizzi, Des fortifications de 1841 à l’annexion de 1860 : anticipations, politiques et c (...)
  • 2 Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860  (...)
  • 3 Outre ses communications à des colloques en 1996 et 1999, voir Frédéric Moret, « Un espace communa (...)

1Pendant longtemps, l’extension de Paris en 1860 est restée dans l’ombre de l’histoire urbaine de la capitale et de ses banlieues. Lorsqu’elle était abordée, l’annexion des espaces englobés par les fortifications – souvent désignés par les historiens par l’expression « petite banlieue » – était considérée comme une évidence, un événement naturel, logique et inéluctable, intrinsèquement lié à l’enceinte, en somme, un destin. À l’occasion d’un travail universitaire, les anticipations de l’extension parisienne de 1860 et les processus de différentiation sociale, économique et urbaine de part et d’autre du mur à Gentilly, commune divisée par l’enceinte, ont été revisités1. Dans le même temps, Nathalie Montel se penchait sur la genèse de l’annexion2 et Frédéric Moret commençait ses travaux sur les implications urbaines des fortifications et la différentiation spatiale au Pré Saint-Gervais.3 Depuis, et plus encore avec l’annonce du « Grand Paris », les recherches se sont multipliées, comme en témoigne cet ouvrage.

2C’est dans ce contexte qu’il importe de revenir sur la réception des fortifications comme élément urbain signifiant et les pratiques du territoire à Gentilly, à la lumière de la dialectique discordance/concordance. L’enceinte militaire érigée entre 1840 et 1845 a introduit dans les lectures de la ville un élément de discordance et a contribué à redéfinir une petite banlieue d’entre-deux-murs dont l’avenir, marqué par l’appel de la concordance, semblait ne pouvoir être que parisien. Mais cette binarité de part et d’autre, qu’impose la présence de l’enceinte, reste notablement absente des représentations spatiales développées par les municipalités gentilléennes. La croissance urbaine et démographique de la petite banlieue redéfinie l’a encore distinguée de l’au-delà des murs, la rapprochant de Paris et l’éloignant du reste de la banlieue ; à la discordance entre forme matérielle et limites s’ajoute alors une discordance entre fait urbain et ville, agglomération et cité. Comment cette situation, qui exerce une pression de plus en plus forte à la jonction entre Paris et la petite banlieue, a-t-elle été vécue dans les communes divisées comme Gentilly ? Les investissements ou l’attention portée aux espaces témoignent-ils d’une discrimination opérée par des municipalités qui auraient négligé ces espaces dont la perte semblait certaine ?

Les fortifications, un facteur de discordance

L’introduction de la discordance et l’appel de la concordance

3Avant la construction des fortifications, les limites de la ville et de l’octroi de Paris sont clairement définies et marquées dans le paysage par des éléments reconnaissables et univoques (enceinte des Fermiers généraux, barrières). Rupture violente de l’espace et du paysage, les fortifications englobent onze communes et en traversent treize autres sans changement de limites communales, brouillant ainsi la lecture des lignes de partage des territoires.

4À Gentilly, l’ancien village éponyme est séparé par l’enceinte des hameaux de la Maison Blanche et de la Glacière (fig. 1 et 2). Dans un système de références et de compréhension de la ville où l’enceinte est associée à la limite, les fortifications ne trouvent pas leur répondant. C’est dans ce hiatus que naissent, dès 1840, le sentiment de discordance et les anticipations d’une extension parisienne devant aboutir, à plus ou moins long terme, à la résolution de la tension. Deux murs pour une seule ville, c’est un mur de trop : les fortifications sont imaginées comme limite future de Paris et de son octroi même si cette perspective est largement rejetée, et le mur des Fermiers généraux apparaît dépassé, dans tous les sens du terme.

  • 4 Délibération du conseil municipal de Gentilly (désormais CMG), 6 nov. 1840, AD du Val-de-Marne (AD (...)

5Plus que l’extension de la ville, celle de l’octroi, surtout, inquiète Gentilly. Dès le 6 novembre 1840, le conseil municipal évoque les pertes irréparables que subiront les propriétaires et la commune « surtout si le projet depuis si longtemps nourri par la ville de Paris vient à se réaliser, si les limites nouvelles tracées par cette enceinte se trouvent définitivement adoptées comme devant limiter son octroi ». Le conseil demande que soit insérée dans le projet de loi « une clause qui déclarerait textuellement que le tracé définitif n’apportera aucun changement à la circonscription actuelle de l’octroi de Paris4 ». Pour rassurer les inquiets et ménager les intérêts économiques, l’article 9 de la loi du 3 avril 1841 précise que « les limites de l’octroi de Paris ne pourront être changées qu’en vertu d’une loi spéciale ».

Fig. 1 – Paris et son mur d’enceinte.1 : fortifications de Thiers (1840-1845) ; 2 :l’«  entre-deux-murs  » – villes indépendantes ou parties de villes indépendantes ; 3 : mur des Fermiers généraux – limite de Paris jusqu’en 1860 ; 4 :zone non aedificandi de servitudes militaires (250 m à partir du mur d’enceinte).

Fig. 2 – plan cadastral de Gentilly reconstitué avec l’emprise des fortifications (1845-1846).
Les trois principales localités sont schématisées par des cercles. À partir de copies numériques, j’ai géoréférencé chaque feuille et reconstitué le plan. Chaque objet intraparcellaire a été numérisé pour reconstituer parcelles et sections. Ce travail a été réalisé sous arcGis-arcInfo v.8 et 9 au Centre de compétences thématiques du CNRS-MASSIG sous la direction de Françoise Pirot avec l’aide de Catherine Finetin et Anne Varet-Vitu ; cf.Virginie Capizzi, «  Les recompositions foncières dans une commune coupée par les fortifications de Paris, Gentilly, 1840-1860  », Histoire et Mesure, SIG, archéologie-Histoire, CNRS, vol. XIX, n° 3-4, 2004, p. 243-270.

L’individualisation d’un espace d’entre-deux-murs

6Par sa seule présence additive à celle du mur des Fermiers généraux, les fortifications individualisent un espace nouveau d’entre-deux-murs. Dès lors, l’expression « petite banlieue », synonyme de proche banlieue, se charge d’une nouvelle signification et désigne aussi désormais cet entre-deux-murs dont l’existence est sanctionnée par le langage, des découpages spatiaux qui en suivent les contours et la mise en avant d’intérêts ou de conditions propres.

  • 5 Alain Faure, « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », Genèses, 2003/2, n° 51, p. (...)
  • 6 La Banlieue, revue mensuelle, 14 nov. 1846, n° 2 : « Octroyons à la ville de Paris ses limites nat (...)
  • 7 La Semaine illustrée, 23 oct. 1859 (n° 2) et 12 janv. 1860 (n° 14) où on lit « à partir du 1er jan (...)
  • 8 À partir de 1845, le bureau de poste de Bicêtre distribue le courrier « de la section du Kremlin, (...)
  • 9 La « paroisse succursale » de la Maison Blanche érigée civilement le 2 mars 1847 et canoniquement (...)
  • 10 CMG n° 355, 1854, AD94, 1Mi1154. Gentilly réclame alors une taxe unique et le retour à l’organisat (...)
  • 11 Indicateur officiel des environs de Paris, 1er au 15 mars 1858, 5e année, n° 1, BnF, NUMP-3615.
  • 12 Mémoire des boulangers de la banlieue de Paris à M. le Ministre du commerce, Paris, 1853.

7Cet usage, dont il reste difficile d’estimer la diffusion5, est attesté dans La Banlieue6 (1846) ou La Semaine illustrée7 (1859). En ce qui concerne les découpages spatiaux, certains respectent l’intégrité communale tout en s’appuyant sur les fortifications comme limite : à Gentilly, c’est le cas des circonscriptions des deux bureaux de poste en 18458, de la succursale paroissiale de la Maison Blanche en 18479 ou des sections cadastrales en 1845-1846 (fig. 2). D’autres attestent dès avant 1860 d’une tendance à considérer Paris et la petite banlieue comme un tout : à partir du 26 juillet 1854, l’extension de l’arrondissement postal parisien jusqu’à l’enceinte conduit à Gentilly à l’établissement de « deux taxes différentes pour la même commune », de part et d’autre du mur10 ; le tarif des voitures publiques, quant à lui, est identique pour Paris, la banlieue « en deçà des fortifications » et le Bois de Boulogne tandis qu’un autre tarif prévaut pour « l’extérieur des fortifications11 ». Le cas des 376 boulangers de la « petite banlieue » est un peu particulier. Face aux difficultés liées à la différence de fiscalité, les délégués demandent en 1853 l’extension des règlements parisiens à la petite banlieue « sans toutefois diviser les communes » (comme si considérer l’entre-deux-murs en un tout était logique mais non acceptable) et la création d’un syndicat spécifique. Ici, se côtoient la reconnaissance de facto d’une petite banlieue résultant de la combinaison d’une configuration spatiale et d’un statut, le rejet d’une division administrative et fiscale des communes et le mouvement extensif de Paris12.

  • 13 L’incertitude du classement de Paris en place de guerre pèse sur l’avenir de la zone. Le changemen (...)

8Les fortifications ont donc contribué à redéfinir la petite banlieue comme un espace clos, en butée, limité, bien identifiable. Cet espace s’est peut-être trouvé, dès lors, plus facilement manipulable, détachable, et ce d’autant plus qu’au-delà du mur, la zone de servitudes non aedificandi s’offrait comme zone tampon13. Si la ligne fortifiée associée au mur des Fermiers généraux crée et isole une petite banlieue d’entre-deux-murs, elle génère aussi, d’emblée, une autre lecture où l’ensemble Paris-petite banlieue s’oppose à l’au-delà du mur. Dans les communes traversées par l’enceinte comme Gentilly, la séparation physique de l’espace et l’individualisation de l’entre-deux-murs ont-elles généré une vision binaire du territoire ?

Les conceptions municipales du territoire gentilléen

  • 14 CMG, 10 nov. 1843, AD94, 1Mi1154
  • 15 CMG, 6 et 13 fév. 1852, AD94, 1Mi1154

9Ni la correspondance administrative ni les délibérations du conseil n’attestent d’une telle vision. Les représentations municipales oscillent entre deux pôles : l’unité et la division, non pas binaire mais tripartite voire quadripartite (avec l’ajout de l’hospice de Bicêtre et du Kremlin, notamment en matière de santé). Les limites communales sont réaffirmées – par exemple lorsque Paris sollicite Gentilly pour le nettoyage et l’éclairage des boulevards14 – et quand Gentilly plaide en faveur de l’installation d’une succursale de la Justice de Paix sur son territoire (1852)15 ou du transfert de l’étude de l’huissier cantonal, le poids démographique de la commune dans son ensemble est mis en avant. En revanche, lorsqu’elle cherche à obtenir des aides, la ville insiste sur le caractère fragmenté de son territoire et la division en trois localités occasionnant un triplement des dépenses.

10Cette division tripartite sert de base à l’organisation pratique du territoire avant et après la construction de l’enceinte. Gentilly compte très tôt trois groupes scolaires avec écoles de filles et de garçons : à celui du Grand Gentilly (village), la municipalité décide d’ajouter en 1832 (avant même le vote de la loi Guizot) un groupe scolaire dans chacun des hameaux ; les listes d’indigents secourus par le bureau de bienfaisance dans les années 1840 et 1850 sont dressées séparément ; l’enlèvement des boues suit la même organisation ; chacune des trois localités dispose de son cantonnier, etc. Pour les élections, le territoire est divisé en trois sections correspondant aux deux hameaux et au village.

11L’absence notable des fortifications comme principe de division binaire dans les façons de dire, représenter et pratiquer le territoire communal pourrait relever d’un refus d’entériner l’individualisation de l’entre-deux-murs et la séparation de la commune et/ou du rôle éventuel de « sur-limite » joué par une enceinte qui ne ferait que souligner et accentuer une opposition pré-existante entre le village et ses écarts devenus hameaux. À partir de ces seules sources, il reste difficile de trancher.

12Que ce soit comme avenir envisagé, possible parmi d’autres ou inéluctable mais souvent redouté, ou comme projet préparé (1853, 1856) puis annoncé et défendu (1859-1860), l’extension des limites de Paris et de son octroi s’est nourrie du sentiment de discordance entre une forme matérielle connotée et le rôle comparativement restreint qui lui avait été attribué et dont les lectures courantes de la ville s’accommodaient mal. Dans ce contexte, la petite banlieue redéfinie a désigné plus communément cet entre-deux-murs dont l’avenir s’annonçait parisien. À Gentilly, la division binaire de part et d’autre de l’enceinte ne s’est pas imposée comme principe dominant dans les représentations et les pratiques du territoire telles qu’elles se donnent à voir dans les archives municipales. Mais, dans les années 1840 et 1850, l’évolution urbaine, économique et démographique de la petite banlieue a renforcé le sentiment de discordance entre limites et formes.

La croissance de la « petite banlieue » à Gentilly

L’effet conjoint des fortifications et de la croissance urbaine

  • 16 Le courrier de la banlieue, 28 oct. 1838.

13Avant même l’érection de l’enceinte, « les communes qui touchent aux barrières de Paris prennent une telle extension dans leur importance et leur population » que Le courrier de la banlieue craint « fort qu’un jour ce progrès se tourne contre elles-mêmes en faisant naître la possibilité de les englober dans les murs d’enceinte16 ». Une fois les fortifications construites, la croissance urbaine a renforcé la double distinction de la petite banlieue d’avec Paris et le reste de la banlieue, tout en la rapprochant de la capitale dans un mouvement de poussée qui exerçait une pression à la jonction.

  • 17 A. Rabusson, Si le mouvement de déplacement auquel est livrée la population de Paris est contraire (...)
  • 18 Charles Nodier, Les Environs de Paris : paysage, histoire, monuments, mœurs, chroniques et traditi (...)

14Cette croissance s’opère selon deux modalités : le débordement et l’attraction. Les visions extensives de Paris liées à l’idée de croissance naturelle sont indépendantes des fortifications. La ville tentaculaire, dévoreuse d’espaces et d’hommes, est très présente dans la littérature (Sue, Hugo, Malo, Zola) et des observateurs préoccupés par le déplacement de Paris vers l’ouest, comme Rabusson ou César Daly, considèrent l’enceinte comme un corset inutile17. « Où finira Paris ? écrivait Charles Nodier en 1845, Paris est un fleuve de pierres, qui tend, chaque jour, à sortir de son lit […] C’est en vain, croyez-le, qu’on essaie de resserrer Paris dans une enceinte continue18. »

  • 19 Enquête sur le projet de loi relatif à l’extension des limites de Paris, AN F/2(II)/ SEINE/36.

15Si Paris « déborde », les communes suburbaines attirent par leurs nombreux avantages : proximité de la capitale, de son bassin d’emploi et de consommation, conditions économiques et fiscales favorables (octroi, coût de la vie, loyers19), densité des transports, espaces plus vastes… À Gentilly, l’attrait fiscal est souligné par plusieurs déposants à l’enquête publique de février 1859 sur le projet de loi sur l’extension des limites de Paris (dans un contexte qui est aussi rhétorique, puisqu’il s’agit de réclamer des indemnités) : Sement, fabricant de papiers établi en mai 1858 « étai[t] loing de prévoir » l’extension de Paris ; Faucher, fabricants de machines-outils pour imprimeurs est venu à Gentilly « pour [s]éviter des frais trop onéreux a Paris » et ne « pensai[t] guère à l’extension des limites de Paris » ; le corroyeur Robert a acheté une maison rue de la Glacière et y a fait « ne sachant pas ce qui allait advenir une dépense de 1 000 francs ». Mais la croissance des communes suburbaines, inégale, profite bien plus à l’entre-deux-murs qu’aux espaces au-delà de l’enceinte.

De part et d’autre des fortifications… un développement très différencié

16À Gentilly, le tracé des fortifications souligne une séparation de fait entre le village historique développé sur la Bièvre et les écarts devenus hameaux ; la croissance différenciée de la commune a accentué cette distinction (fig. 3).

Fig. 3 – La population de Gentilly d’après les recensements, 1801-1891.
Source : Jacques Dupâquier et alii, Paroisses…, op. cit., p. 394-396 ; Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine, t. 6, paris, p. Dupont, 1860.

  • 20 État général de la population de Gentilly dressé au 1er décembre 1820 par ordre du Préfet de la Se (...)
  • 21 Jacques Dupâquier et alii, Paroisses et communes de France, Paris, CNRS, 1974, p. 394-396.
  • 22 Brouillon de la lettre du Maire de Gentilly au sous-préfet de la Seine, 22 mai 1857, Archives Muni (...)
  • 23 Jacques Dupâquier et alii, op. cit., p. 394-396.

17Dans les années 1830-1840, la centralité démographique et urbaine se déplace. En 1820, Gentilly compte 6 383 habitants (fixes et mobiles) et 258 maisons20. La moitié des 2 379 habitants fixes réside au village, l’autre au Petit Gentilly et à la Maison Blanche-Barrière de Fontainebleau. La population double presque entre 1831 et 1836 et augmente fortement entre 1841 et 1846. En 1847, Gentilly accueille 11 646 habitants21 et l’état de section cadastral recense 1 304 maisons. 62,2 % des constructions et 84,2 % des terrains à bâtir sont au nord de l’enceinte. En 1856, Gentilly compte 21 546 habitants et environ les deux tiers des habitants fixes vivent dans les hameaux englobés (9 320 à la Maison Blanche et 3 700 à la Glacière contre 2 910 à Gentilly22). En 1860, la ville perd plus de la moitié de sa population qui tombe à 9 093 habitants en 186123.

  • 24 AN F/2(II)/SEINE/36.

18En mars 1859, la commission syndicale de Gentilly estime que « 7/8e des Gentilléens appartiennent à la classe ouvrière, plus nécessiteuse dans cette commune que dans aucune autre de celles qui avoisinent Paris24 ». Mais les hameaux proches de Paris n’attirent pas que les ouvriers : l’analyse du domicile des médecins et pharmaciens suggère une migration des notables dans les années 1840.

Fig. 4 – Constructions nouvelles à Gentilly de part et d’autre des fortifications.
Source : Matrices cadastrales de Gentilly, 1848-1860, AD94, E dépôt Gentilly, IGI*-6*.Années de construction.

Fig. 5 – Moyenne des prix/m2 des 396 terres vendues avec prix sûr, couplées à la matrice, toutes classes confondues, au nord et au sud des fortifications, Gentilly, 1844-1859.
Source : Ibidem et tables d’acquéreurs de Gentilly, 1844-1860, aD94, DQ14 922-926.

  • 25 Virginie Capizzi, « Les recompositions foncières… », Histoire et Mesure, SIG, Archéologie-Histoire (...)
  • 26 Matrices cadastrales de Gentilly, 1848-1860, AD94, E dépôt Gentilly, 1G1*-6* ; Tables d’acquéreurs (...)

19Ce renforcement du poids des hameaux concerne aussi le marché foncier25. La localisation des constructions nouvelles entre 1846 et 1857 de part et d’autre du mur montre un dynamisme bien plus grand à la Maison Blanche et la Glacière (fig. 4). Le croisement des matrices cadastrales et des tables d’acquéreurs permet d’établir que le prix de la terre est bien plus élevé dans la partie englobée par l’enceinte (fig. 5)26.

  • 27 Maurice Daumas et Jacques Payen (dir.), Évolution de la géographie industrielle de Paris et sa pro (...)
  • 28 P. Doré fils, Notice administrative, historique et municipale sur le 13e arrondissement de la vill (...)
  • 29 AMG, série I, 162BA et 162 BC ; AD94, 5I1 et DM5 10/3 ; AD75, DM5 3 et 4.
  • 30 AMG, 162BC.

20Les activités industrielles suivent le même mouvement. Selon M. Daumas et J. Payen, la petite banlieue accueille 9 % des « grandes » usines de Paris et de banlieue en 1836 et 14 % en 1848. Cette densification s’opère par le transfert d’établissements parisiens en banlieue et la création de nouvelles usines. En 1850, la moitié des usines suburbaines se situe dans l’entre-deux-murs, surtout au nord-est et au sud27. À Gentilly, la Maison Blanche et la Glacière se développent à partir du milieu des années 1830. Outre les marchands de vin des barrières et de la route de Fontainebleau, Gentilly accueille une forte activité autour des cuirs et peaux et de la blanchisserie le long de la Bièvre où sont aussi installées des glacières28. Les ressources du sous-sol et les besoins de la construction favorisent l’extraction dans de nombreuses carrières. Industries et fabriques souvent insalubres se multiplient. Entre 1816 et 1878, on compte au moins 94 demandes d’installation pour des fabriques d’acide, de phosphore, d’encre (Firmin-Didot), de noir animal dont la très grande majorité se situe dans l’entre-deux-murs en particulier à la Glacière, mais aussi pour des boucheries ou abattoirs plus souvent à l’extérieur du mur29. En 1854, Gentilly recense 64 établissements insalubres en activité. Après 1860, 32 fabriques sont « aujourd’hui à Paris par suite de l’annexion30 ».

  • 31 CMG, 27 août 1841et 14 sept. 1843, AD94, 1Mi1154

21Mais dans le même temps s’opère un recentrage symbolique fort au village, attesté par la toponymie ou l’emplacement de la mairie. Dans les années 1820, le « Grand Gentilly » s’oppose au « Petit Gentilly » mais se trouve progressivement dénommé « Gentilly », le Petit Gentilly devenant « la Glacière » : la commune se concentre, se recentre, s’identifie au village originel. En 1835, la ville a acheté, au village, l’ancien château de la Duchesse de Villeroy pour y installer la mairie et deux écoles. Lorsqu’il est décidé de détruire l’existant pour rebâtir et alors que la construction des fortifications est en cours, la municipalité de Firmin Gouin, maire de 1840 à 1848, confirme l’emplacement initialement choisi. Les travaux, terminés en 1845 auront coûté au total environ 84 800 francs31. A contrario, d’autres villes implantent leur mairie au nord de l’enceinte, vers Paris : Vaugirard achète un terrain en 1844, Montrouge transfère sa mairie au Petit Montrouge en 1852.

22Sans avoir créé de toutes pièces une opposition entre Gentilly d’une part, la Maison Blanche et la Glacière d’autre part, les fortifications ont contribué à une distinction plus nette entre le village et les hameaux. Jouant un rôle de sur-limite, elles suggèrent une lecture binaire qui semble pertinente au regard des évolutions constatées. L’attitude de rejet dont font preuve la préfecture de la Seine et l’État à l’égard de la proche banlieue ont encore aggravé cette situation.

La petite banlieue et Paris : je t’aime, moi non plus

  • 32 CMG, 7 août 1852, AD94, 1Mi1154.

23Si la banlieue parisienne est l’horizon de croissance de la Ville, elle est aussi depuis longtemps, une terre de rejet. En 1852, Gentilly s’oppose « formellement et de toutes ses forces » à un projet de cimetière parisien à Ivry et Gentilly, placé à l’extérieur de l’enceinte, entre les fortifications, les routes de Fontainebleau et de Choisy et la route stratégique et « destiné à l’inhumation de la population des hospices et hôpitaux de Paris ». Gentilly, « empoisonnée déjà par les puantes et insalubres émanations de la rivière de Bièvre, a encore le malheur de posséder sur son territoire l’hospice de Bicêtre, l’égout et le puisard de cette maison » ; le cimetière serait « une calamité et ferait de la partie sud une véritable terre de désolation32 ».

  • 33 Jeanne Gaillard, Paris, la ville, 1852-1870, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 166.
  • 34 CMG, 6 août 1844, AD94, 1Mi1154.

24Parallèlement, Paris a « fermé […] la porte à la misère »33 en restreignant l’accès des malades, indigents et vieillards de banlieue aux hospices et hôpitaux parisiens. En 1843, le conseil général des Hospices refuse aux indigents des communes rurales, « étrangers à la Ville de Paris », les « secours accordés par les bureaux du dispensaire ». Face à cette décision qu’elle n’accepte pas, Gentilly revendique le « droit d’admission pour les indigents dans les hospices de vieillesse hommes et femmes34 ».

25Cette attitude de rejet, qui concerne plutôt les parties ouvrières et modestes de la petite banlieue (nord-est, est et sud), a contribué à renforcer le caractère distinct de cet espace tant sur le plan des activités que sur celui des paysages et des images. À la fois si lointaine et si proche de Paris, plus proche encore depuis que les fortifications l’ont « cernée », à la fois terre de rejet et seuil de croissance, la petite banlieue devient pour les autorités préfectorales et étatiques un espace dont le contrôle est de plus en plus nécessaire. Face à cet espace en discordance, comment les municipalités gentilléennes ont-elles réagi ?

Une discrimination des investissements au détriment de la « petite banlieue » ?

  • 35 J’ai travaillé sur les finances locales et les politiques fiscales qui posent la question de la pr (...)

26En cas d’extension de Paris jusqu’aux fortifications, Gentilly perdrait la partie de son territoire la plus peuplée, urbanisée et développée. Dans ces conditions, la Maison Blanche et la Glacière n’ont-elles pas été délaissées au profit du cœur historique de la commune ? Malgré un encadrement fort de l’action communale qui limite les choix et les marges de manœuvre (contrôle préfectoral, obligations légales, moyens financiers et humains, etc.), la volonté propre des municipalités trouve toujours à s’exprimer : dans l’ordre de réalisation de travaux de voirie obligatoires (portions prioritaires), dans la localisation d’une école, etc. Selon les champs d’intervention se dégagent des temporalités différentes et des attentions changeantes aux espaces. Sur les quatre principaux champs d’action étudiés (patrimoine communal, voirie, école, bienfaisance) auxquels ont été ajoutés la politique fiscale et l’octroi35, deux seront abordés ici : le patrimoine communal et les investissements de voirie.

Les propriétés communales

  • 36 CMG n° 136, avr. 1859, AD94, 1Mi1155.

27Au cours des années 1840 et 1850, les municipalités gentilléennes n’ont pas cherché systématiquement à augmenter ici ou diminuer là leur patrimoine, relativement faible. L’examen des propriétés communales révèle cependant un ancrage au village originel laissé hors de l’enceinte : la ville y possède la mairie, le groupe scolaire attenant et le cimetière. Jusqu’en 1859, le groupe scolaire de la mairie est le seul dont la commune est propriétaire, ceux de la Maison Blanche et de la Glacière étant loués. C’est aussi le mieux entretenu et celui où la stabilité des instituteurs et institutrices (plus souvent récompensés par des primes) est la plus forte. En avril 1859, peu de temps après l’enquête sur l’extension de Paris, la municipalité de Jacques-Constant Hillemand accepte l’offre du curé de Gentilly et achète rue Vandrezanne un bâtiment abritant une école de filles pour 21 000 francs36. C’est la seule acquisition réalisée pendant cette période dans la petite banlieue gentilléenne. Si Gentilly n’a pas vraiment joué la carte foncière dans le jeu de la géopolitique locale, ses acquisitions et les travaux réalisés sur ses bâtiments montrent que le centre ancien est privilégié jusqu’à la veille de l’annexion ; en 1859, la ville saisit ce qui s’offre comme une bonne occasion mais l’achat de l’école revêt sans doute aussi un caractère spéculatif, la municipalité espérant certainement une plus-value liée au devenir parisien de cet espace.

La voirie

28Dans le domaine de la voirie, la situation est plus complexe. La commune n’est pas maîtresse chez elle partout : ses compétences ne s’étendent pas aux routes départementales ni royales (puis nationales et impériales) ; les travaux initiés par l’État ou le département – en particulier sur les routes de Fontainebleau, Choisy et Ivry – ou liés aux obligations d’entretien des chemins vicinaux, limitent ses marges de manœuvre. De plus, les habitants des hameaux englobés, où les besoins sont grands, exercent une pression sociale forte sur les municipalités.

  • 37 CMG n° 251, 11 nov. 1852, AD94, 1Mi1154.

29De par l’histoire même du développement de la commune, Gentilly (village) a été pavé et éclairé plus tôt que la Maison Blanche et la Glacière, qui se développent à partir du milieu des années 1830. Jusqu’au milieu de la décennie suivante, le village est privilégié mais les municipalités s’efforcent aussi d’améliorer les liaisons avec les hameaux et avec Paris. Le pavage de la rue et du chemin vicinal de la Glacière qui relient la mairie au boulevard de la Glacière – et donc Gentilly à Paris – est décidé en 1844 et lancé en 1845 par la municipalité de Firmin Gouin. Cette opération, qui se poursuit jusqu’à la fin des années 1850, est la plus coûteuse lancée par la commune. En 1852, la facture se monte à plus de 104 000 francs37. Que Firmin Gouin soit un élu de la Glacière et y réside n’est peut-être pas étranger à l’intérêt qui y est porté au cours des années 1840.

30À partir de 1846-1847 et surtout à partir de 1852 avec l’arrivée d’Hillemand à la mairie (fin 1851-fin 1859), les investissements se multiplient dans les hameaux, notamment pour le pavage et l’éclairage de la Maison Blanche. Mais les travaux sont souvent entrepris à la demande des habitants et propriétaires et grâce à leur participation financière, plus d’une fois déterminante. Hillemand réside à la Barrière d’Italie où est installée son étude notariale et est élu à Maison Blanche. Comme pour Gouin, cela pourrait en partie expliquer l’attention portée à cette localité : les intérêts économiques et financiers personnels du maire sont liés à l’avenir parisien de cette partie du territoire.

31Mais cet argument ne vaut pas pour le recentrage opéré à partir de 1858 – toujours sous la mandature Hillemand – sur le village où sont lancés de nouveaux travaux de pavage (rues du Bout du Rang, du Parroy, Dufaut, du Parc, chemin de l’Haÿ) tandis que la municipalité investit moins dans la voirie des hameaux mais s’occupe malgré tout de préparer l’avenir en fixant les alignements (Butte aux Cailles, ruelle Gandon, sentier des Malmaisons). Serait-ce là le signe d’un effort de rééquilibrage des dépenses, avant l’extension de Paris, au profit du centre de Gentilly moins investi durant la période précédente ?

  • 38 Chaque section électorale dispose d’un nombre égal de conseillers au conseil municipal. En l’absen (...)

32Si, de part et d’autre du mur, l’opposition Gentilly/Maison Blanche-Glacière trouve un certain sens, elle ne suffit pas à rendre compte des investissements communaux puisque les deux principaux hameaux ne sont pas logés à la même enseigne et que l’attention aux axes de liaison dépasse malgré tout l’intérêt personnel et politique des maires. De ce point de vue, la composition du conseil municipal, où chaque section électorale dispose du même nombre de conseillers, permet sans doute un certain équilibre38.

***

  • 39 Le produit brut de l’octroi, supérieur à 50000 F en 1852, passe à 38300 F en 1853, 28100 F en 1854 (...)

33En 1840, la construction des fortifications, sans report des limites de la ville et de l’octroi de Paris et sans démolition du mur des Fermiers généraux, crée un espace nouveau d’entre-deux-murs et génère un sentiment de discordance entre formes et limites, espaces et territoires, dans lequel s’enracinent les anticipations d’une extension parisienne largement rejetée. La petite banlieue ainsi redéfinie désigne désormais, sans que l’ancienne acception de proche banlieue ne soit abandonnée, cet espace très particulier par sa configuration, son statut et ses avantages, et dont l’avenir s’annonce parisien. À Gentilly, le mur contribue à isoler la Maison Blanche et la Glacière du village historique incarnant le cœur de la commune, et ce malgré les efforts de liaison et de désenclavement opérés en matière de voirie. Le développement démographique, urbain et économique différencié accentue cette distinction de part et d’autre de l’enceinte, division binaire que les municipalités semblent refuser d’entériner, privilégiant des représentations, une pratique et une gestion du territoire qui oscillent entre l’unité et une division tripartite (Gentilly, Maison Blanche, Glacière), voire quadripartite (avec Bicêtre). Si la petite banlieue gentilléenne se développe considérablement et enrichit la commune en particulier grâce à l’octroi, elle génère aussi des coûts importants alourdis par la participation aux travaux de l’État et du département. À partir de 1852, Gentilly connaît des difficultés financières et entreprend de réviser les tarifs de son octroi, dont les recettes chutent drastiquement à partir de 185339.

34Lorsque l’extension de Paris est décidée en 1859, l’idée a fait du chemin et la situation n’est plus du tout comparable à celle de 1840. Avec l’extension de Paris, la concordance entre formes matérielles et limites de ville est rétablie. La mesure, présentée comme naturelle, prévisible, nécessaire et désormais « mûre », est plus facilement acceptée. Sur le terrain, l’enceinte a contribué à éloigner les hameaux de l’ancien village de Gentilly et a sans doute favorisé un relâchement de la cohésion territoriale, facilitant d’une certaine façon (au moins dans les représentations) le détachement des espaces englobés ; de surcroît, les aménagements coûtent cher et la situation financière de la commune est délicate. Et puis la mesure a été bien préparée, le moment a été soigneusement choisi (campagne d’Italie) et les mesures transitoires ont permis de ménager les intérêts économiques et de tempérer les oppositions.

35Précisément, c’est dans ces mesures transitoires notamment en matière de fiscalité et d’octroi que se niche une nouvelle discordance, non plus entre formes matérielles et limites territoriales mais, par l’introduction de délais d’application qui sont autant de trouées temporelles dans la nouvelle limite de Paris, entre deux espaces traités différemment, pendant un temps, par la loi : l’ancien Paris et l’ex-petite banlieue, toujours en distinction. Ici se donnent à voir le contenu et la signification complexes des limites, non pas seulement physiques et territoriales, mais aussi temporelles et thématiques. Mais avec la loi du 16 juin 1859, le législateur a pris soin, sur ce point, d’encadrer et de baliser l’avenir plus étroitement qu’en 1840-1841.

Anmerkungen

1 Virginie Capizzi, Des fortifications de 1841 à l’annexion de 1860 : anticipations, politiques et comportements, DEA sous la direction de Gilles Postel-Vinay, EHESS, 1999-2001, 271 p.+annexes ; « Pour une autre histoire des fortifications de Paris et de l’annexion de la “petite banlieue” », Mémoires Paris et IDF, t. 54, FSHA Paris IDF, Paris, 2003, p. 233-338 ; « De l’espace divisé au territoire annexé : l’impact des fortifications de Paris à Gentilly », in Paris et ses banlieues de 1789 à nos jours, actes du 9e colloque historique des bords de Marne, sept 2010, à paraître. La soutenance de la thèse, préparée sous la direction de Gilles Postel-Vinay, devrait avoir lieu fin 2012 ou début 2013.

2 Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860 », Recherches Contemporaines, n° 6, 2000-2001, p. 217-254.

3 Outre ses communications à des colloques en 1996 et 1999, voir Frédéric Moret, « Un espace communal disputé et amputé : les fortifs et la zone », in Le Pré Saint-Gervais, un îlot urbain, Grâne, Créaphis, 2004 ; « Territories of Paris’s Fortifications : Fragmentation and Hierarchy of the Parisian Spaces », in Frontiers and Identities : Cities in Regions and Nations, actes de la 8e conférence de l’EAUH (août 2006), Pise, CLIOHRES, 2008 ; « Définir la ville par ses marges : la construction des Fortifications de Paris », Histoire Urbaine, n° 24, 2009, p. 97-118.

4 Délibération du conseil municipal de Gentilly (désormais CMG), 6 nov. 1840, AD du Val-de-Marne (AD94), 1 Mi 1154.

5 Alain Faure, « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », Genèses, 2003/2, n° 51, p. 48-69.

6 La Banlieue, revue mensuelle, 14 nov. 1846, n° 2 : « Octroyons à la ville de Paris ses limites naturelles, et réunissons à la métropole les importantes communes de la petite banlieue qui se pressent entre le mur d’octroi actuel et cette immense ligne de circonvallation sur laquelle s’élève l’enceinte continue. Voilà la clameur que font retentir […] différens (sic) organes de la presse… ».

7 La Semaine illustrée, 23 oct. 1859 (n° 2) et 12 janv. 1860 (n° 14) où on lit « à partir du 1er janvier 1860, la petite banlieue de Paris n’existe plus » et « avec le dernier jour de l’année 1859 s’en est allée la petite banlieue de Paris ».

8 À partir de 1845, le bureau de poste de Bicêtre distribue le courrier « de la section du Kremlin, de la route de Fontainebleau et de Gentilly » ; celui de la Maison Blanche s’occupe de ce hameau et de la Glacière. CMG n° 80, 5 mars 1858, AD94, 1Mi1155.

9 La « paroisse succursale » de la Maison Blanche érigée civilement le 2 mars 1847 et canoniquement le 4 mars est limitée par « la section de la commune de Gentilly comprise entre les fortifications, au sud, le mur d’enceinte, au nord, la commune d’Ivry, à l’est, et la commune de Montrouge, à l’ouest ». Archives de l’Archevêché de Paris, 1P65, 6742.

10 CMG n° 355, 1854, AD94, 1Mi1154. Gentilly réclame alors une taxe unique et le retour à l’organisation antérieure (délib. n° 80, 5 mars 1858, AD94, 1Mi1155).

11 Indicateur officiel des environs de Paris, 1er au 15 mars 1858, 5e année, n° 1, BnF, NUMP-3615.

12 Mémoire des boulangers de la banlieue de Paris à M. le Ministre du commerce, Paris, 1853.

13 L’incertitude du classement de Paris en place de guerre pèse sur l’avenir de la zone. Le changement d’attitude des autorités et l’organisation des zoniers pour la défense de leurs intérêts montrent le jeu et l’écart entre droit et pratique.

14 CMG, 10 nov. 1843, AD94, 1Mi1154

15 CMG, 6 et 13 fév. 1852, AD94, 1Mi1154

16 Le courrier de la banlieue, 28 oct. 1838.

17 A. Rabusson, Si le mouvement de déplacement auquel est livrée la population de Paris est contraire aux intérêts de sa défense ? Si l’enceinte fortifiée suffira pour l’arrêter ?, 7 janv. 1841. Mémoire distribué à la Chambre des Députés en 1841, AN C//2770 ; César Daly, Revue générale de l’Architecture et des Travaux publics, vol. 1, 1840.

18 Charles Nodier, Les Environs de Paris : paysage, histoire, monuments, mœurs, chroniques et traditions, Paris, P. Boizard et G. Kugelmann, 1844, p. 33.

19 Enquête sur le projet de loi relatif à l’extension des limites de Paris, AN F/2(II)/ SEINE/36.

20 État général de la population de Gentilly dressé au 1er décembre 1820 par ordre du Préfet de la Seine, dans Abbé Thomas Destruissart, Promenade au centre du Grand Gentilly, près de Paris… Paris, 1821.

21 Jacques Dupâquier et alii, Paroisses et communes de France, Paris, CNRS, 1974, p. 394-396.

22 Brouillon de la lettre du Maire de Gentilly au sous-préfet de la Seine, 22 mai 1857, Archives Municipales de Gentilly (AMG), 192AC octroi avant 1900. Population « fixe » est remplacée par population « municipale agglomérée » ; Recensement de 1856, AN F20-760.

23 Jacques Dupâquier et alii, op. cit., p. 394-396.

24 AN F/2(II)/SEINE/36.

25 Virginie Capizzi, « Les recompositions foncières… », Histoire et Mesure, SIG, Archéologie-Histoire, CNRS, vol. XIX, n° 3-4, 2004, p. 243-270 ; V. Capizzi, « Le cadastre à la traîne ? Valeurs fiscales et marchand des biens à Gentilly, commune de banlieue parisienne en croissance à l’ombre des fortifs (1836-1865) », in Florence Bourillon et Nadine Vivier (dir.), La mesure cadastrale, xviiie-xxe siècle, Rennes, PUR, à paraître.

26 Matrices cadastrales de Gentilly, 1848-1860, AD94, E dépôt Gentilly, 1G1*-6* ; Tables d’acquéreurs de Gentilly, 1844-1860, AD94, DQ14 922-926.

27 Maurice Daumas et Jacques Payen (dir.), Évolution de la géographie industrielle de Paris et sa proche banlieue au 19e siècle, Paris, 1976.

28 P. Doré fils, Notice administrative, historique et municipale sur le 13e arrondissement de la ville de Paris…, Paris, 1860 ; Émile de la Bédollière, Le nouveau Paris, histoire de ses vingt arrondissements, Paris, 1860 ; A. Girault de St-Fargeau, Dictionnaire géographique, historique, administratif, industriel et commercial de toutes les communes de la France…, t. 3, Paris, 1846.

29 AMG, série I, 162BA et 162 BC ; AD94, 5I1 et DM5 10/3 ; AD75, DM5 3 et 4.

30 AMG, 162BC.

31 CMG, 27 août 1841et 14 sept. 1843, AD94, 1Mi1154

32 CMG, 7 août 1852, AD94, 1Mi1154.

33 Jeanne Gaillard, Paris, la ville, 1852-1870, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 166.

34 CMG, 6 août 1844, AD94, 1Mi1154.

35 J’ai travaillé sur les finances locales et les politiques fiscales qui posent la question de la production et de la redistribution des richesses, en étudiant les budgets communaux et le choix des outils fiscaux pour l’augmentation des recettes, en particulier la révision du tarif de l’octroi lancée en 1852. Les détails figurent dans ma thèse en cours.

36 CMG n° 136, avr. 1859, AD94, 1Mi1155.

37 CMG n° 251, 11 nov. 1852, AD94, 1Mi1154.

38 Chaque section électorale dispose d’un nombre égal de conseillers au conseil municipal. En l’absence de références nominatives dans les comptes rendus des délibérations, il est quasiment impossible de mettre à jour d’éventuels processus de coalitions de localités contre une autre ou de compromis visant à un équilibre des dépenses ici et là.

39 Le produit brut de l’octroi, supérieur à 50000 F en 1852, passe à 38300 F en 1853, 28100 F en 1854 et 19400F en 1855. La baisse est due à une crise de la production agricole, à l’oïdium et à une baisse du tarif en 1852 liée aux dispositions de la loi du 11 juin 1842 sur le droit d’entrée. Aux termes du décret du 17 mars 1852, Gentilly devra encore réduire son tarif en 1856 au plus tard. Le 15 novembre 1852, le sous-préfet de Sceaux estime que « cette diminution de revenus communaux peut créer des embarras : il importe donc de la prévenir et d’appeler l’attention du conseil municipal sur la question de savoir si ce ne serait pas le cas de voter de renouveler les taxes ». En 1852, Gentilly s’engage donc dans la révision de son tarif d’octroi qui aboutit le 26 juin 1856 (imposition des alcools, cidres et poirés), et crée de nouvelles ressources (surimposition extraordinaire de 10 centimes au principal des quatre contributions pendant cinq ans, autorisée en 1853 ; taxe sur les chiens en 1857…).

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1 – Paris et son mur d’enceinte.1 : fortifications de Thiers (1840-1845) ; 2 :l’«  entre-deux-murs  » – villes indépendantes ou parties de villes indépendantes ; 3 : mur des Fermiers généraux – limite de Paris jusqu’en 1860 ; 4 :zone non aedificandi de servitudes militaires (250 m à partir du mur d’enceinte).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2383/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 627k
Bildunterschrift Fig. 2 – plan cadastral de Gentilly reconstitué avec l’emprise des fortifications (1845-1846).Les trois principales localités sont schématisées par des cercles. À partir de copies numériques, j’ai géoréférencé chaque feuille et reconstitué le plan. Chaque objet intraparcellaire a été numérisé pour reconstituer parcelles et sections. Ce travail a été réalisé sous arcGis-arcInfo v.8 et 9 au Centre de compétences thématiques du CNRS-MASSIG sous la direction de Françoise Pirot avec l’aide de Catherine Finetin et Anne Varet-Vitu ; cf.Virginie Capizzi, «  Les recompositions foncières dans une commune coupée par les fortifications de Paris, Gentilly, 1840-1860  », Histoire et Mesure, SIG, archéologie-Histoire, CNRS, vol. XIX, n° 3-4, 2004, p. 243-270.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2383/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift Fig. 3 – La population de Gentilly d’après les recensements, 1801-1891.Source : Jacques Dupâquier et alii, Paroisses…, op. cit., p. 394-396 ; Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine, t. 6, paris, p. Dupont, 1860.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2383/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 59k
Bildunterschrift Fig. 4 – Constructions nouvelles à Gentilly de part et d’autre des fortifications.Source : Matrices cadastrales de Gentilly, 1848-1860, AD94, E dépôt Gentilly, IGI*-6*.Années de construction.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2383/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 52k
Bildunterschrift Fig. 5 – Moyenne des prix/m2 des 396 terres vendues avec prix sûr, couplées à la matrice, toutes classes confondues, au nord et au sud des fortifications, Gentilly, 1844-1859.Source : Ibidem et tables d’acquéreurs de Gentilly, 1844-1860, aD94, DQ14 922-926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2383/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 87k

Autor

Historienne

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540