Version classiqueVersion mobile

Le village médiéval et son environnement

 | 
Laurent Feller
, 
Perrine Mane
, 
Françoise Piponnier

Le finage

De la haie au bocage : quelques remarques sur l'Anjou

Élisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

  • 1 P. Flatres, Rapport de synthèse, dans Les Bocages, Histoire, Écologie, Économie, Rennes, 1976, p.  (...)
  • 2 M. Bloch, Les caractères originaux de l'histoire rurale française, 2e éd., Paris, 1968, p. 58.

1La définition du terme “bocage” comme « paysage d'enclos formés de haies vives constituant un réseau continu1 » est due aux géographes de l'époque contemporaine. Etymologiquement, bocage est un terme normanno-picard dérivé de la racine bosc, d'où est issu le mot bois. Il apparaît, ainsi que l'a souligné Marc Bloch, vers 1170 dans le Roman de Rou où le poète Wace, décrivant un rassemblement de paysans venus de diverses régions de Normandie, distingue « cil del bocage e cil del plain »2. Ce texte marque bien une opposition entre deux types de paysage agraire, d'une part “la plaine”, les champs ouverts, d'autre part le bocage, mais ce dernier terme a ici seulement le sens de “pays boisé” : c'est la seule acception dans laquelle on le rencontre dans les textes antérieurs à l'époque contemporaine. Le Dictionnaire de Furetière, au XVIIe siècle, définit le bocage comme « un petit bois ou bosquet, ou buisson ». Encore dans le Larousse du XIXe siècle, le bocage désigne « un petit bois, un lieu agréablement ombragé », sans qu'il soit question de haies dans la définition. Il faut attendre les dictionnaires du XXe siècle pour que le bocage soit compris comme « un type de paysage caractéristique de l'ouest de la France, formé de prés enclos par des levées de terre plantées d'arbres » et que le sens de « petit bois » soit qualifié de « vieux ou poétique » (Petit Robert). Si le concept de bocage est récent, la haie, en revanche, est très présente dans les sources médiévales où elle est désignée principalement par quatre termes : haia, sepes. fossatum et plessiacum.

Terminologie de la haie

  • 3 Pour l'étymologie du mot, cf. C. Higounet, Les grandes haies forestières de l'Europe médiévale, da (...)
  • 4 Acte de 1067/1068-1085 en faveur de l'abbaye de Pontlevoy. AD Loir-et-Cher 17 Hl, no 5. Histoire d (...)
  • 5 Archives d'Anjou, P. Marchegay (éd.), Angers, vol. II, 1853.
  • 6 En particulier dans le Livre de la Chasse de Gaston Phœbus. Une enluminure (Paris, BNF, Fr 616) ré (...)
  • 7 C. Higounet, op. cit. à la note 3, p. 213-217.

2Le terme de haia a des sens variés, dont certains sont, à première vue, assez éloignés de l'acception actuelle du mot. Ainsi que l'a indiqué Charles Higounet, au VIIe et au VIIIe siècle, il désigne, sous la forme cagium et cahagium, une forêt royale, mise en défens3. Il désigne aussi parfois une technique de chasse particulière : « faire une haie pour prendre les animaux sauvages, c'est-à-dire les cerfs, les sangliers, les chevreuils et tous les autres » (facere unam haiam ad capienda inibi animalia silvestria, videlicet cervos, apros, capreas et cetera cuncta)4 consistait à ménager des ouvertures, à l'aide de baliveaux, dans une clôture végétale à l'intérieur d'une forêt. Ces ouvertures, garnies de cordes et de filets, servaient à piéger le gibier ; elles étaient désignées par le terme de fenestra : en 1070-1080, lors de la fondation d'un prieuré de l'abbaye de Marmoutier à Liré, le seigneur laïc donna aux moines unam fenestram ad capiendas volucres... in tali loco ubi non noceat suis hagiis5. Cette technique, attestée dès le XIe siècle, est précisément décrite dans les traités cynégétiques des XIVe et XVe siècles6. Un troisième sens du mot haie est celui de forêt aménagée, à l'aide d'abattis, d'arbres plessés et de passages obligés, pour la défense des limites territoriales. C'est très probablement dans ce sens, ainsi que le propose C. Higounet, qu'il faut interpréter le terme de haia dans le premier texte qui le mentionne pour le royaume de Francie occidentale : dans l'édit de Pîtres, délivré en 864 par Charles le Chauve, le roi exige que quiconque aurait fait récemment des châteaux, des fertés et des haies (castella, firmitates et haias) sans son autorisation détruise ces fortifications pour les calendes d’août7.

  • 8 Cartulaire de Saint-Germain-des-Prés, R. Poupardin (éd.), I, 96.

3Sepes (ou saepes), en latin classique, désigne la haie, mais aussi, d'une façon générale, la clôture, et lorsqu'il s'agit d'enclos agraires il est parfois difficile de déterminer si le mot désigne une haie vive ou une haie morte. Dans certains cas, il est clair que les mots sepes et haia sont synonymes, le premier étant un terme littéraire tandis que le second appartient à la langue vulgaire ; un acte de 1053 mentionne ainsi un conflit portant sur des bois et des haies : calumniam silvarum et sepium, quas vulgo dicunt hayas8. Il est parfois spécifié que sepes désigne une haie vive : ainsi, par exemple, un acte de 1165, dans lequel un seigneur laïque du Vendômois autorise les moines à plesser ( ?) ou éradiquer les arbres de ses haies lorsqu’ils nuisent à leurs vignes :

  • 9 Chartes Vendômoises, C. Métais (éd.), Vendôme, 1905, no 60, p. 83.

insuper si nemus vel rami sepis mee eisdem monachis vel eorum hominibus nocuerint ad fructus vinearum ipsorum deportandos, licitum est eisdem monachis vel eorum hominibus de sepibus meis incurvare vel etiam radicibus amputare9.

4D'autres textes, en particulier lorsque les termes de haia et de sepes sont juxtaposés dans des énumérations, suggèrent cependant qu'ils ne sont pas équivalents, et il est possible que sepes désigne alors une haie morte : ainsi, par exemple, en 1145, un acte en faveur de l'abbaye cistercienne de Perseigne, dans le Maine :

  • 10 G. Fleury (éd.), Mamers, 1880, no 1, p. 5.

Precipio quod ipsi... possint loca, nemora et ceteras possessiones suas prope forestas et possessiones meas aut hominum meorum claudere... fossatis, haaiis, sepibus sive pallo10.

  • 11 W. Davies, Small Worlds. The Village Community in early medieval Brittany, Londres, 1988, p. 33-34 (...)

5Le terme de “fossé”, dans l'Ouest de la France (Normandie, Bretagne, Anjou), s'applique, aujourd'hui encore, à l'ensemble constitué par la haie et le talus, le fossé dans le sens habituel du mot étant désigné par le terme de “douve”. L'usage du mot fossatum pour désigner des enclos agraires est attesté anciennement : on en trouve de nombreux exemples dans le Cartulaire de Redon, au IXe siècle11. Le terme met l'accent sur le talus et non sur la clôture végétale, et la haie peut résulter d'une plantation comme d'une colonisation spontanée de la levée de terre que seul un entretien régulier permettrait d'éviter.

  • 12 Cartulaire de l'abbaye Saint-Serge d'Angers, Y. Chauvin (éd.), Thèse dactylographiée, Caen, 1969, (...)
  • 13 C. Métais (éd.), Paris, 1893-1897, I, no 33.
  • 14 Cartulaire Saint-Nicolas d'Angers, Y. Labande-Mailfert (éd.), Thèse de l'École des Chartes, Paris, (...)
  • 15 J. Martin-Demezil, “Haie” dans la terminologie forestière de la Loire moyenne, dans Bulletin philo (...)

6Le terme de plessiacum, enfin, est utilisé principalement, sinon exclusivement, à partir du XIe siècle, pour désigner les haies entourant les lieux habités, villages ou exploitations isolées. Vers le milieu du XIe siècle, l'abbaye Saint-Serge d'Angers reçut la moitié de l'église de La Chapelle-du-Genêt, dans le diocèse d'Angers, et toto plaxitio in circuitu ecclesiae sito'12. Vers la même époque, un acte du Cartulaire de l'abbaye de la Trinité de Vendôme mentionne l'achat d'un plessis comprenant des maisons et 23 arpents de terre (Emimus... plaxitium unum et domos in eo et 23 arpennos de terra)13. En 1098, l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers reçut une mesure de terre en partie semée avec le plessis et l'hébergement, c'est-à-dire la maison et la cave (cum plasseicio et herbergamento scilicet domo et rocha)14. Il est possible, que le terme de plessiacum fasse référence à une forme particulière de haie - ce qu'on appelle actuellement les haies plessées - dans laquelle les branches basses des arbustes voisins sont ployées et entrelacées. Comme haia et sepes, plessiacum pouvait avoir un sens défensif15, et le toponyme Plessis est fréquemment associé à des fortifications.

Les clôtures d'ensembles fonciers

  • 16 W. Davies, op cit. à la note 11, p. 33-34.
  • 17 A. Meynier, Les Paysages agraires, Paris, rééd., 1970.

7Dans les sources les plus anciennes qui les mentionnent - entre le IXe et le XIIe siècle - les haies semblent, le plus souvent, délimiter des ensembles assez vastes et non des parcelles d'exploitation. En Bretagne, Wendy Davies16 a observé qu'au IXe siècle, dans les chartes du cartulaire de Redon qui décrivent avec beaucoup de précision les confronts des terres reçues ou achetées par les moines, les haies ne délimitent les parcelles que sur un côté, parfois sur deux, mais jamais sur la totalité du pourtour. Il ne s'agit donc pas d'un véritable bocage formé d'un réseau continu de parcelles encloses. Ces textes évoquent plutôt les “méjous” bretons des époques ultérieures, ensembles de champs ouverts circonscrits par une haie, de tracé souvent ovalaire, qui forment ce que A. Meynier a appelé des “ellipses bocagères”17. La présence de haies, dans ce cas, marque l'appropriation du sol plus qu'elle ne détermine un mode d'exploitation agraire.

  • 18 AD Maine-et-Loire, Fonds du prieuré de Daumeray, 40 H1.

8En Anjou, comme en Bretagne, les haies délimitent souvent de vastes domaines, comprenant des terres arables, des prés et des bois réunis dans un même enclos. En 1047-1055, un seigneur laïque vendit à l'abbaye de Marmoutier la terre de Fains, contenant quatre “charruées” de terre arable et trois arpents de prés en un seul tenant, entourée et défendue sur trois côtés par une haie (terminationes vero ejus non opus est scribere quia tota in uno loco est et a tribus partibus fossati cujusdam cingitur munitione)18. Il y avait, au milieu de ce terrain, deux maisons et un plessis et, à chaque extrémité, des bois dont l'un mesurait quatre arpents et l'autre sept :

in cujus terre medio habentur due domus et plaxicium unum, et in duobus capitibus undecim fere arpenni bosci esse computantur: in uno capite arpenni quatuor aestimantur et in altero septem dinumerantur.

9Ces domaines entourés de fossés apparaissent situés souvent dans des zones en cours de défrichement, en lisière de forêt. Les moines de l'abbaye Saint-Maur de Glanfeuil ont reçu ainsi, dans la première moitié du XIIe siècle, pour y construire une église et un prieuré, un terrain qui comprenait des prés, des terres cultivées et des friches, ainsi qu'un bois, le tout entouré d'une haie :

  • 19 Cartulaire de Saint-Maur-sur-Loire, P. Marchegay (éd.), Archives d'Anjou, I, Angers, 1874, no LX.

uti circulus fossati qui eamdem terrant ambire videtur designat, cum pratis, aquis, terris cultis et incultis, cum silva eciam que infra fossatum continetur19.

  • 20 Cartulaire de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, M. Bertrand de Broussillon (éd), Angers, 1896, no 688

10De même, la terre du Chillon, donnée à l'abbaye de Saint-Aubin en 1119 pour y fonder un prieuré, comportait des champs, des prés et des bois délimités au nord et à l'est par des ruisseaux, au sud, par « la grande route et le grand bois », à l'ouest, par une grande haie et des chênes (sicut eam determinat magna sepes et limites in quercubus facti)20.

  • 21 H. Siems, Flurgrenzen und Grenzmarkierungen in den Stammesrechten, dans Untersuchungen zur eisenze (...)

11La valeur juridique des haies, attestée dans les lois germaniques du haut Moyen Âge21, apparaît plus clairement encore à l'époque carolingienne dans un diplôme délivré en 822 par Louis le Pieux à l'usage des comtes et de leurs subordonnés, dans lequel il leur explique ce que recouvre l'immunité accordée au monastère languedocien d'Aniane :

  • 22 Cartulaire d'Aniane, Cassan et Meynial (éd.), Montpellier, 1900, no 3. Traduction de É. Magnou-Nor (...)

« Nous voulons que vous compreniez clairement que le nom d'immunité est attaché non seulement à l'enclos monastique, aux églises et à leurs aîtres, mais de plus que les maisons, villae, pêcheries construites, tout ce qui est entouré de fossés, de haies ou de tout autre genre de clôture (quidquid fossis vel sepibus aut alio clausarum genere praecingitur) est compris dans ce terme d'immunité. Et tout ce qui est causé comme dommage de façon délibérée à l'intérieur des enceintes (munimenta) appartenant au droit de ce monastère produit de ce fait une rupture d'immunité qui doit être jugée comme telle. Dans les champs et les forêts qui ne sont ceints d'aucune clôture par quiconque, et bien que ces champs et bois appartiennent à l'église immuniste, on ne pourra cependant prononcer que l'immunité a été brisée, et l'on imposera à titre de composition 600 sous, et le responsable du dommage et du vol sera puni selon la loi observée dans ce lieu »22.

  • 23 Par exemple lorsqu'il est question des consuetudines qualescumque fuerunt intra circuitu antiquaru (...)

12Aux XIe-XIIe siècles, les haies ont souvent eu pour fonction de délimiter le ressort de la coutume et des droits de justice23 ou de matérialiser les limites de la seigneurie. Entre 1116 et 1123, Hugues de Craon demanda ainsi à l'abbé de La Roe d'élever une haie pour séparer sa terre de Poiltrée des terres de l'abbaye :

  • 24 Cartulaire de l'abbaye de La Roe, M. Hamon-Jugnet (éd), Thèse de l'École des Chartes, Paris, 1971, (...)

Hugo dominus Credonensium in primis annis quibus Peletroniam edificare cepit, rogavit domnum Albinum abbatem quod haiam inter terrant suam et terram Peletronie faceret quia defensio utriusque esset et ille daret ei terram unde faceret atque dedit ei terram a rivo que venit de Rota recto itinere ad Pontum Prive. Qua propter abbas dedit suis hominibus de suis nummis et terram quam dederat Hugo in elemosinam concessit eis juxta suam et ita fecerunt supra dictant haiam24.

  • 25 Cartulaire Saint-Serge..., op. cit. à la note 12, no 325. Il est peu probable qu'il s'agisse ici d (...)

13Les actes relatifs aux terres encloses indiquent souvent qu'elles sont données libres de la vicaria et de toutes coutumes, ou spécifient leur appartenance à la réserve seigneuriale : ainsi par exemple la donation en 1123 par Geoffroi de Briollay « de toute la terre de Varenne qu'il possédait en propre, telle qu'elle est délimitée par des fossés » (totam terram suam propriam Varennae, ut continetur intra fossata)25.

  • 26 M. Le Mené, op. cit. à la note 23, p. 116-120.

14Les aveux et dénombrements de la fin du Moyen Âge mentionnent fréquemment, sur les limites de châtellenies, la présence de « bois vaireaux » souvent flanqués de « plesses » et de fossés ; de même, la description des exploitations rurales se terminent fréquemment par la mention de « haies, plesses et fossés alentour »26.

Les clôtures de parcelles

  • 27 Parmi les rares exemples : entre 1060 et 1070, en Bretagne, un seigneur laïque donne à l'abbaye de (...)
  • 28 Les Très Riches Heures du Duc de Berry représentent des clos de vignes entourés de murets dans un (...)
  • 29 Concesserunt quoque ipsi Alberto monacho fossatum quod est in circuitu vinearum nostrarum que sunt (...)

15Jusqu'à la fin du XIe siècle, les mentions de haies et de fossés entourant des parcelles individuelles sont extrêmement rares27. Les seules parcelles qui semblent régulièrement encloses sont les pièces de vignes28, et le phénomène semble précoce car, dès le Xe siècle, l'expression la plus couramment utilisée pour les désigner est celle de clausum vineae. Les termes de fossatum et de sepes sont également employés29. À Saint-Patrice-sur-Loire, en Touraine, dans la première moitié du XIe siècle, des haies (haias et sepillos) entouraient le village, le prieuré de l'abbaye de Noyers et les terres des moines. Vers 1082, les moines obtinrent du seigneur laïque la propriété de ces haies, à l'exception de celles qui entouraient deux parcelles de vigne :

  • 30 Cartulaire de Noyers, C. Chevalier (éd), Tours, 1872, no XCIII

annuit autem jam dictis monachis Matheus omnes haias et sepillos qui claudunt cimiterium et terras monachorum, excepto sepillo vineae Vasleth et vineam Mainardi de Linguaco30.

16L'emploi simultané des termes haia et sepes, ce dernier sous une forme diminutive, semble indiquer l'existence, à Saint-Patrice, de deux types de haies. Il est vraisemblable que haias désigne les haies bordières qui délimitent les possessions des moines, et sepillos les haies étroites entourant les parcelles individuelles.

17Si l'existence de champs labourés enclos n'est pratiquement jamais mentionnée, les sources écrites attestent, à partir du début du XIIe siècle, en Anjou, un phénomène qui semble nouveau, du moins dans les textes : l'“enclôture” de prairies proches des cours d'eau. Dans certains cas, l'établissement des fossés paraît répondre autant, sinon plus, à la nécessité d'assainir des prés inondables qu'à celle d'enfermer le bétail. Vers 1115, sur le conseil du comte d'Anjou et de son prévôt, les moniales de l'abbaye du Ronceray d'Angers firent creuser des fossés pour drainer leurs terres de Fosses, parce que l'eau stagnante nuisait aux prairies :

  • 31 Cartulaire du Ronceray, P. Marchegay (éd.), Archives d'Anjou, ΙII, Angers, 1856, no CCII.

Quoniam autem aqua in pratis dormiens pratis nocebat... fieri precepti Humberga cellararia et Hugo prepositus S. Marie fossatum in pratis31.

18Un texte un peu plus tardif semble indiquer que l'irrigation des prés était également pratiquée : vers 1190, un conflit opposa les moines du prieuré de Gouis, qui avaient fait creuser des fossés autour et à l'intérieur de leurs prairies pour y faire couler l'eau du Loir, et Hugues de Mathefelon, qui soutenait que ces clôtures portaient atteinte au droit de garenne que lui-même et son père avaient sur ces terres :

  • 32 Cartulaire de Saint-Aubin d'Angers, op. cit. à la note 20, no DCCCXIII.

quedam contentio orta est inter me et Odonem, priorem Guilcii, pro quibusdam fossatis que circa prata sua et per prata fecerat; quod dicebam pro garenna mea et patris mei fieri non debere. Econtra, ipso asserente quod bene licebat ei prata sua claudere et per ea aquam Liddi derivare32.

19Les moines achetèrent l'autorisation seigneuriale en donnant deux coupes d'argent à Hugues de Mathefelon et 50 sous angevins à son père.

Haies-reliques et haies construites

20Parmi les haies désignées dans les textes médiévaux par les termes de haias ou sepes, beaucoup sont manifestement des haies résiduelles, issues de défrichements. C'est le cas, très certainement, de celles qui sont aménagées pour la chasse ; c'est sans doute à cette catégorie qu'appartient la haie qui délimitait les essarts dont Guillaume de Montsoreau contestait la possession aux moines de Bourgueil :

  • 33 Original Bibl. de Reims, collection Tarbé, no 18. Fac-similé dans Le Cartulaire de l'abbaye de Bou (...)

Willelmus Montis Sorelli calumniabat super monachos sancti Petri Burguliensis exartos illius silve que est inter monasterium ipsorum et Ligerim et haiam quam pater eius in ea habuit et adforestem clamabat ex beneficio comitis illam silvam ita quod neque exartos poterant facere monachi nec venationem prendere nisi per eum33.

21Bon nombre de haies qui matérialisaient les limites de seigneuries étaient également des reliques forestières. Les haies de Gouis séparaient les terres du chapitre de Saint-Laud d'Angers et celles de Hubert de Champagne, seigneur de Durtal. Un accord conclu entre 1162 et 1189 prévoyait le partage, entre les co-seigneurs, des revenus provenant des infractions, du panage des porcs, des abeilles. Les chanoines étaient autorisés à construire, sur leur terre, des maisons adjacentes à la haie pour leurs hôtes, à condition toutefois de ne pas défricher ni détruire celle-ci. Hubert de Champagne pouvait en faire autant de son côté de la haie, mais à condition que la terre restât dans son domaine propre. La ceinture forestière paraît avoir été déjà trouée à cette date, puisqu'il est question d'une ouche de terre située « entre les haies » et possédée en commun par les deux co-seigneurs :

  • 34 Cartulaire de Saint-Laud d'Angers, A. Planchenault (éd.), Angers, 1903, no 35.

Haie predicte erunt communes inter canonicos et predictum Hubertum et quicquid utilitatis inde evenerit, sive in forisfactis, sive in pasnagio, sive in apibus, sive aliquo alio modo, per medium parcientur predicti canonici et predictus Hubertus... Canonici autem hospitabuntur homines suos, si voluerint, juxta haias suas ante suam terram propriam, ita quod domus eorum adhereant haiis, ita tamen quod haias non extirpent vel destruant. Similiter et Hubertus suos proprios homines hospitabitur ante suam terram, si propria sibi habuerit, quod nulli alii qui ab eo aliquid teneat facere licebit. Quedam eciam osca terre, que inter haias est, commuais erit inter canonicos et Hubertum34.

22Une notice du cartulaire de l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers, datée de 1123, donne des indications exceptionnellement précises sur ce type de haierelique forestière. Le comte d'Anjou Foulque le Réchin (1068-1109) avait donné à l'abbaye une partie de la forêt des Échats, à l'ouest d'Angers, que les moines défrichèrent et mirent en culture, y construisant une église, des maisons, implantant des vignes et des moulins, établissant des haies qu'ils mirent sous la garde de forestiers :

  • 35 Cartulaire de l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers, op. cit. à la note 20, no 180.

Hanc forestam extirpaverunt et excoluerunt monachi aedificantes in eadem ecclesiam, domos, vineas, molendina ubi voluerunt feceruntque sicut ; ipsi disposuerunt haias et forestarios posuerunt35.

23Après la mort du comte, son fils, Foulque (le Jeune), accusa les moines d'avoir défriché et détruit les haies et s'en empara « avec tout ce qui avait été aménagé sur leur emplacement ». Finalement, il consentit à les restituer, à condition que les haies soient conservées, qu'elles aient au moins dix perches de large et que de chaque côté elles soient longées par un fossé. Si, à l'avenir, les moines étaient convaincus d'avoir fait des essarts dans ces haies pour y établir des jardins, des vignes ou des champs, ils devraient en répondre au comte personnellement, verser cent sous d'amende et restituer à la haie le terrain occupé. Les moines étaient autorisés, en revanche, à prélever dans les haies ce qui leur était nécessaire :

  • 36 Ibid.

haias et quaecumque saisiverat restituit hoc pacto quod haiae ita custodirentur ut non destrueruntur et ubi strictiores essent decem perticas ad minus haberent et cujuscumque terra esset seu Sancti Nicolai, seu sancti Albini, seu cujus libet aequaliter ex utraque parte ad illas decem haiae perticas perficiendas fossato occuparetur ; quod si monachi aut per eos aliqui in predictis haiis vel ad hortos, vel ad vineas, vel ad agriculturam exempta facerent non preposito, non vicario, neque eorum ministris aliquid inde responderent sed soli comiti36.

  • 37 On ignore quelle était la valeur de la perche en Anjou au XIIe siècle. À la fin du Moyen Âge, d'ap (...)

24Ce texte nous montre la mise en place, à la faveur du défrichement du massif des Échats, d'une ceinture forestière qu'on peut sans doute évaluer à plusieurs dizaines de mètres de large37, bordée de chaque côté par un fossé. La fonction de cette haie, à laquelle le comte tient si jalousement, reste cependant hypothétique. En raison de sa forme allongée, il est assez peu probable qu'elle ait été aménagée pour servir de réserve à gibier et le comte, du reste, cède les droits d'usage de la haie à l'abbaye sans réserver le droit de chasse. L'hypothèse d'une haie défensive, destinée à protéger les abords de la ville d'Angers, toute proche, semble plus plausible.

25Certaines haies résiduelles ont pu être utilisées également pour enclore des prairies. En 1121-1127, les moines de Saint-Aubin d'Angers reçurent des prés et, pour les clore, une portion du bois voisin de trois perches de large :

  • 38 Cartulaire de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, op. cit. à la note 20, no 121.

de silva que juxta est, quantum opus erit ad claudenda ipsa prata spatio trium hastarum in latitudine; in longitudine vero, quantum ipsa prata extenduntur, tantum de silva in longum accipient38.

26Le fait que la bande boisée longe la limite des prés paraît indiquer qu'elle est destinée à former une haie sur pied, sans doute après quelques aménagements (plessage ?).

  • 39 Cf. supra, notes 31 et 32.
  • 40 À la fin du XIIe siècle, l'abbaye cistercienne du Louroux, en Anjou, reçut des essarts d'une super (...)

27Ailleurs, il apparaît clairement que les haies ont été établies ex nihilo : c'est le cas des clôtures de prairies mentionnées ci-dessus39, ainsi que des haies plantées en épine et en aubépine qui ont été mises en place au XIIIe siècle dans la vallée de l'Authion40.

28Parmi les textes qui mentionnent la construction de haies, il faut citer le procès qui opposa, en 1073, le comte d'Anjou Foulque le Réchin à l'abbaye de Marmoutier : l'abbaye revendiquait le droit, pour ses laboureurs, de labourer les voies publiques et les chemins, et d'y établir des haies et des fossés :

  • 41 Copie du XVIIIe siècle, Paris, BNF, Dom Housseau, II 2, no 773.

terra nostra... ita quieta hactenus exstiterit ut si quispiam terram Sancti Martini colens in eadem terra aliquando ut solet fieri viam publicam aut semitam qualibet necessitate aratro suo consciderit aut in eis sepem vel fossam exstruxerit de quibus rebus sepius nos inquietabant homines ejus nullo modo inde se debeat intromittere Turonorum comes41.

  • 42 O. Guillot, Le Comte d'Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, 1972, I, p. 396.

29Bien que quatre vassaux aient témoigné que telle était bien la coutume, le comte retint cependant en sa main la police de quatre « chemins » sur lesquels il était interdit de labourer ou de planter des haies. Ainsi que l'indique O. Guillot42, ceux-ci constituaient probablement les routes principales partant de Tours puisqu'ils conduisaient à La Membrolle (vers Le Mans), à Vendôme, à Blois et à Langeais (vers Angers) ; l'acte souligne en outre qu'ils étaient parcourus par des quadrigae, voitures lourdes, tirées par quatre bêtes :

retinuit in sua manu IIII chiminos: chiminum montanum qui tendit ad Membrariolam, chiminum de Bria qui tendit ad Vindocinum, chiminum qui tendit ad Leniaicum juxta Ligerim, chiminum qui tendit ad Blesim per Majus Monasterium de quibus nunquam pateretur quod vel ararentur vel haiarentur vel fossa in eis fieri ne impediretur iter transeuntibus mercatorum sive quadrigarum.

30La construction des haies, désignée par l'expression sepes exstruxere dans la première partie du texte, et par le verbe haiare dans la seconde, paraît associée ici à des terres de labour.

  • 43 M. Le Mené, op. cit. à la note 23, p. 119-120.
  • 44 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, H. Sée (trad), Paris, 1931, II, p. 725-726.

31Cet examen des plus anciennes mentions de haies dans les sources angevines et tourangelles montre que les termes variés qui les désignent recouvrent eux-mêmes des réalités très diverses : reliques forestières larges parfois de plusieurs dizaines de mètres et bordées de plesses et de fossés, ou haies sur talus, leur point commun est de marquer, avant tout, les limites territoriales du droit sur le sol et sur les hommes. Leur fonction essentielle était donc juridique, et non agraire. Les haies ne délimitaient pas, en général, des parcelles d'exploitation, mais entouraient de vastes ensembles réunissant des terres arables, des prés et des bois qui sont à l'origine des ellipses bocagères qui se distinguent encore dans le parcellaire actuel. On peut penser que les premiers réseaux continus sont apparus dans les prairies des vallées, en liaison avec les nécessités du drainage ou de l'irrigation. La subdivision des ensembles bocagers initiaux n'est sans doute pas intervenue avant le XVIe siècle, comme le suggère M. Le Mené, qui y voit une conséquence de l'affaiblissement des Coutumes qui interdisaient aux cohéritiers d'établir des clôtures autour de leurs lots43. Quant à la formation des haies interstitielles, qui relient entre elles les ellipses bocagères, elle résulte certainement en bonne partie des partages de communaux aux XVIIIe-XIXe siècles. Ce n'est sans doute pas avant cette époque que le bocage a été perçu comme un système agraire, sous l'influence des idées réformatrices qui voyaient dans les clôtures végétales la clé du progrès agricole. Il suffit, cependant, de lire les remarques d'Arthur Young, à la fin du XVIIIe siècle, pour mesurer combien ce bocage qui résultait de motivations complexes, dans lesquelles les préoccupations agronomiques n'étaient pas toujours dominantes, demeurait incompréhensible pour les partisans de la Révolution agricole : « La merveilleuse absurdité, c'est que, dans les dix-neuf vingtièmes des champs en clôture, la méthode d'exploitation est exactement la même que dans les champs ouverts, c'est-à-dire que les jachères prédominent, et que par conséquent le gros bétail et les moutons ne sont rien en comparaison de ce qu'ils devraient être (...). Avec ces misérables systèmes, à quoi les clôtures sont-elles bonnes »44 ?

Notes

1 P. Flatres, Rapport de synthèse, dans Les Bocages, Histoire, Écologie, Économie, Rennes, 1976, p. 21-30.

2 M. Bloch, Les caractères originaux de l'histoire rurale française, 2e éd., Paris, 1968, p. 58.

3 Pour l'étymologie du mot, cf. C. Higounet, Les grandes haies forestières de l'Europe médiévale, dans Le Paysage rural : réalités et représentations, numéro spécial de la Revue du Nord, 42,1980, p. 213-217.

4 Acte de 1067/1068-1085 en faveur de l'abbaye de Pontlevoy. AD Loir-et-Cher 17 Hl, no 5. Histoire de la maison de Maillé, II, Preuves, no 18, A. Ledru (éd), Paris, 1905.

5 Archives d'Anjou, P. Marchegay (éd.), Angers, vol. II, 1853.

6 En particulier dans le Livre de la Chasse de Gaston Phœbus. Une enluminure (Paris, BNF, Fr 616) réalisée au XVe siècle, illustre ce type de haie.

7 C. Higounet, op. cit. à la note 3, p. 213-217.

8 Cartulaire de Saint-Germain-des-Prés, R. Poupardin (éd.), I, 96.

9 Chartes Vendômoises, C. Métais (éd.), Vendôme, 1905, no 60, p. 83.

10 G. Fleury (éd.), Mamers, 1880, no 1, p. 5.

11 W. Davies, Small Worlds. The Village Community in early medieval Brittany, Londres, 1988, p. 33-34 ; P. Flatres, Les anciennes structures rurales de Bretagne d'après le cartulaire de Redon, dans Études Rurales, 41, 1971, p. 87-93.

12 Cartulaire de l'abbaye Saint-Serge d'Angers, Y. Chauvin (éd.), Thèse dactylographiée, Caen, 1969, no 151.

13 C. Métais (éd.), Paris, 1893-1897, I, no 33.

14 Cartulaire Saint-Nicolas d'Angers, Y. Labande-Mailfert (éd.), Thèse de l'École des Chartes, Paris, 1931, no CXC.

15 J. Martin-Demezil, “Haie” dans la terminologie forestière de la Loire moyenne, dans Bulletin philologique et historique, 1971, p. 461-462.

16 W. Davies, op cit. à la note 11, p. 33-34.

17 A. Meynier, Les Paysages agraires, Paris, rééd., 1970.

18 AD Maine-et-Loire, Fonds du prieuré de Daumeray, 40 H1.

19 Cartulaire de Saint-Maur-sur-Loire, P. Marchegay (éd.), Archives d'Anjou, I, Angers, 1874, no LX.

20 Cartulaire de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, M. Bertrand de Broussillon (éd), Angers, 1896, no 688.

21 H. Siems, Flurgrenzen und Grenzmarkierungen in den Stammesrechten, dans Untersuchungen zur eisenzeitlichen und frühmittelalterlichen Flur in Mitteleuropa und ihrer Nutzung, H. Beck, D. Denecke, H. Jankuhn (dir), Göttingen, 1979, p. 267-309.

22 Cartulaire d'Aniane, Cassan et Meynial (éd.), Montpellier, 1900, no 3. Traduction de É. Magnou-Nortier, La Société laïque et l'Église dans la province ecclésiastique de Narbonne, Toulouse, 1974, p. 293-295. Les églises qui ont bénéficié du privilège de l'immunité étaient certainement trop peu nombreuses pour que ces dispositions aient eu un effet notable sur le paysage mais il n'est pas exclu qu'elles aient créé un modèle : de même que beaucoup de monastères ont fabriqué de faux diplômes d'immunité, ils ont pu chercher à reproduire l'environnement agraire des églises immunistes – mais dans l'état actuel des connaissances, il s'agit d'une simple hypothèse.

23 Par exemple lorsqu'il est question des consuetudines qualescumque fuerunt intra circuitu antiquarum sepium ville (Cartulaire de Molesme, J. Laurent (éd.), Paris, 1911, no 121). Cf. aussi M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Age, Nantes, 1982, p. 116-120.

24 Cartulaire de l'abbaye de La Roe, M. Hamon-Jugnet (éd), Thèse de l'École des Chartes, Paris, 1971, no 49.

25 Cartulaire Saint-Serge..., op. cit. à la note 12, no 325. Il est peu probable qu'il s'agisse ici d'une garenne enclose : Varenna semble bien être un toponyme.

26 M. Le Mené, op. cit. à la note 23, p. 116-120.

27 Parmi les rares exemples : entre 1060 et 1070, en Bretagne, un seigneur laïque donne à l'abbaye de Saint-Florent de Saumur un acre de terre entouré de fossés (unum acrum de mea terra circumcinctum de fossato) : Livre Blanc de Saint-Florent-de-Saumur, AD Maine-et-Loire, H 3713, no CXXVIII.

28 Les Très Riches Heures du Duc de Berry représentent des clos de vignes entourés de murets dans un paysage de champs ouverts devant le château de Lusignan en Poitou. Le même manuscrit montre des vignes délimitées par des haies vives en Anjou, à proximité du château de Saumur.

29 Concesserunt quoque ipsi Alberto monacho fossatum quod est in circuitu vinearum nostrarum que sunt apud eamdem villam (Cartulaire de Saint-Aubin d'Angers, op. cit. à la note 20, no DCLXXII, vers 1115).

30 Cartulaire de Noyers, C. Chevalier (éd), Tours, 1872, no XCIII

31 Cartulaire du Ronceray, P. Marchegay (éd.), Archives d'Anjou, ΙII, Angers, 1856, no CCII.

32 Cartulaire de Saint-Aubin d'Angers, op. cit. à la note 20, no DCCCXIII.

33 Original Bibl. de Reims, collection Tarbé, no 18. Fac-similé dans Le Cartulaire de l'abbaye de Bourgueil, J. Goupil de Bouille (éd.), Château-la-Vallière, 1983, II, B28.

34 Cartulaire de Saint-Laud d'Angers, A. Planchenault (éd.), Angers, 1903, no 35.

35 Cartulaire de l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers, op. cit. à la note 20, no 180.

36 Ibid.

37 On ignore quelle était la valeur de la perche en Anjou au XIIe siècle. À la fin du Moyen Âge, d'après M. Le Mené, on utilisait en Anjou une perche de 22 pieds pour les bois et de 25 pieds pour les vignes ; cette dernière se serait substituée à une perche plus ancienne de 20 pieds. Cf. M. Le Mené, op. cit. à la note 23, p. 49-50 ; cf. aussi V. Dauphin, Tableau des mesures ou expressions de mesures utilisées en Anjou avant l'introduction du système métrique, dans Revue d'histoire économique et sociale, 1931, p. 77-96. Pour la Touraine, un document, daté de 909 et connu seulement par des copies modernes de la Pancarte noire de Saint-Martin de Tours, donne au contraire une valeur extrêmement faible à la perche : 7 pieds et demi et 3 doigts (terram arabilem, habentem in se totum in circuitu perticas CCCXLI, ad perticam legitimam de pedibus VII et medio, ac digitis tres), E. Mabille (éd.), Pièces justificatives, no 4, dans Introduction aux Chroniques des comtes d'Anjou, P. Marchegay, A. Salmon (éd.), Paris, 1871.

38 Cartulaire de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, op. cit. à la note 20, no 121.

39 Cf. supra, notes 31 et 32.

40 À la fin du XIIe siècle, l'abbaye cistercienne du Louroux, en Anjou, reçut des essarts d'une superficie de 31 arpents dans la vallée de l'Authion, au Chapil (aujourd'hui Chapy, commune d'Allonnes) pour y faire des prés (AD Maine-et-Loire H 1432 no 1 et no 2, 1189-1190). En 1221, elle obtint du seigneur laïque le droit de prendre, dans son bois situé en aval du gué de Bonneveau, l'épine et l'aubépine pour enclore les prés du Chapil (AD Maine-et-Loire H 1432 no 7).

41 Copie du XVIIIe siècle, Paris, BNF, Dom Housseau, II 2, no 773.

42 O. Guillot, Le Comte d'Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, 1972, I, p. 396.

43 M. Le Mené, op. cit. à la note 23, p. 119-120.

44 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, H. Sée (trad), Paris, 1931, II, p. 725-726.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search