Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

Paris et ses campagnes

Melun et la Brie au temps de Jacques Amyot

Full text

  • 1 Orientation bibliographique générale : sur la situation de la Brie vers 1500, Guy Fourquin, Les ca (...)
  • 2 S. Rouillard, ouvr. cité., p. 8.

1Jacques Amyot devrait s'estimer bien heureux d'être célébré par sa ville natale1. Il la quitta assez tôt et ne semble guère, ensuite, s'être souvenu de ses origines briardes. Une fois liquidée la succession de ses parents, et même à l'heure de ses dernières volontés, on ne voit guère qu'il se soit intéressé à sa petite patrie. Premier historien de Melun, en 1628, Sébastien Rouilliard, tout en lui consacrant quelques pages de biographie semble bien lui tenir quelque rigueur de cette ingratitude, lui qui souhaite, par son œuvre, donner à la ville « rang honorable parmi les citez les plus insignes de France »2.

2Quoi qu'il en soit, s'il est vrai qu'on est toujours plus ou moins fils de son temps et de sa province, il n'est pas inutile de dresser le décor des premières années et des premières expériences de notre héros et de faire revivre la petite ville des bords de Seine et son arrière-pays dans les premières décennies du seizième siècle.

***

  • 3 G. Fourquin, ouvr. cité., p. 442.

3Lorsque Jacques Amyot est baptisé dans l'église de sa paroisse Saint-Aspais, il y a plus de trois quarts de siècle qu'a pris fin la « guerre des Anglais » par la restauration, dans toute l'Ile-de-France, de l'autorité du roi Charles VII. Et un demi-siècle depuis les ravages des armées des princes révoltés contre Louis XI qui « firent plusieurs grands dommaiges et irréparables en dégast de bleds en granches, en prises de chevaulz et de harnois »3 Comme l'a souligné Guy Fourquin, la véritable renaissance des campagnes briardes se situe, plus tardivement qu'en France, entre 1470 et 1520. Les grands-parents et les parents de Jacques Amyot ont vécu cette période. Lui-même a connu, en sa jeunesse, un pays pacifié, prospère, en pleine vitalité, voire en pleine croissance. Celui que nous essayons d'évoquer.

  • 4 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. i, p. 423.

4Dans Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Fernand Braudel caractérise le phénomène urbain : « Pas de ville sans division obligée du travail..., pas de ville sans marché..., pas de ville sans pouvoir à la fois coercitif et protecteur » et il ajoute ces autres traits : « le dialogue ininterrompu avec les campagnes..., le quant-à-soi des villes..., leur situation obligatoire au centre de réseaux de liaisons plus ou moins lointaines... »4.

5Vers 1510, Melun est une des nombreuses villes qui forment, autour de la capitale, un réseau coordonné et hiérarchisé. Un réseau qui détermine sa vocation, ses pouvoirs réels et les limites de sa zone d'influence. Dans ce réseau du Bassin parisien, Paris est à l'évidence la ville dominante au début des Temps modernes. Par son importance numérique (sans doute près de 200 000 âmes dès 1530, et près de 300 000 en 1565), par ses besoins de toute nature, par les pouvoirs politiques qui y sont installés, la capitale organise l'espace en fonction de ses intérêts propres. Les centres urbains secondaires, dans un rayon d'une centaine de kilomètres, lui sont subordonnés. Melun n'échappe pas à la règle et consacre une partie de ses activités à satisfaire aux volontés, plus ou moins directement exposées, de la plus grande ville de l'Occident chrétien. Il faut aller jusqu'à Reims, Troyes ou Orléans pour retrouver des centres urbains autonomes, capables d'une vie originale. Si Paris domine ainsi le réseau urbain d'Ile-de-France, chacune des cités n'en a pas moins sa zone d'influence, à la mesure de son importance numérique, de son dynamisme, de ses pouvoirs. Qu'en est-il de Melun ?

  • 5 Enquête de 1518 publiée par A. Vidier dans Bull. de la Soc. de l'hist. de Paris..., t. 25, 1898, p (...)
  • 6 J. Jacquart, La crise rurale en Ile-de-France. 1550-1670, Paris, 1974, p. 58 ; J. Dupaquier, Stati (...)
  • 7 Histoire économique et sociale de la France, dir. F. Braudel, E. Labrousse, t. i, vol. i, p. 406-4 (...)

6L'enquête du cardinal de Médicis, effectuée par témoins en 1518, parle de plus de mille feux5. On en comptait un peu plus de 800 selon le dénombrement de 1709, au terme d'une baisse sensible, qui touche toute la province. En 1543, Étampes est créditée de 2106 feux. Meaux, selon un dénombrement de 1599, comptait 1485 feux. Ces chiffres dispersés placent Melun dans les centres moyens : 3500 à 4500 habitants6. Si l'on consulte, avec Richard Gascon, le rôle répartissant entre les villes de France en 1538 une levée d'hommes de guerre, nous retrouvons cette hiérarchie : si Paris doit fournir 3000 hommes, on tombe à 400 pour Reims, à 200 à Sens. Melun et Meaux doivent entretenir 50 hommes, Provins et Étampes, 25, Montereau, Lagny et Coulommiers, 107. Image grossière, mais suffisante de la place relative de ces villes dans le réseau structuré de l'Ile-de-France et des confins champenois.

Le Bailliage de Melun au xvie siècle.

7Géographiquement, Melun se situe à la jonction de deux « pays ». Au sud, le pays de Bière, antichambre boisée du Gâtinais, ne lui permet guère d'étendre son champ d'action. La barrière de l'immense massif bellifontain est réelle. Ce n'est guère que dans la plaine serrée entre la lisière forestière et les vallées de l'École et de l'Essonne que l'on peut parler d'une zone d'influence. Jusqu'à Milly, les villages dépendent du bailliage et de l'Election. Lorsqu'on remonte le cours de la Seine, Montereau marque la frontière de l'ascendant melunais. Au-delà, c'est déjà le Senonais. En aval de la ville, on entre presqu'immédiatement dans la Prévoté et Vicomté de Paris et l'activité de Corbeil est entièrement tournée vers la capitale. La véritable zone d'influence de Melun se situe au Nord et à l'Est, sur le plateau briard. Les autres centres urbains, Meaux, Coulommiers, Provins, sont éloignés d'une cinquantaine de kilomètres et d'une importance comparable. Ainsi s'établit un partage de l'espace. On peut délimiter grossièrement l'arrière-pays melunais par les noms de Brie-Comte-Robert, Tournan, Rozay, Nangis, Donnemarie. Ce sont, à peu près, les limites du bailliage. Cet espace oppose deux types de paysages : un plateau nu au nord-nord-ouest, avec des horizons dégagés, des limons un peu plus épais, un habitat assez groupé ; le même plateau, mais beaucoup plus boisé, plus humide, plus pauvre, vers l'est et le sud-est. C'est déjà la Brie champenoise, avec ses marais, ses étangs, les masses forestières de Villefermoy, de Valence, de Saint-Germain-Laval, ses vallées plus creuses. Donc, du point de vue des aptitudes agricoles, et en simplifiant, un pays des « bledz », un pays des pâtis.

  • 8 P. Brunet, Structure agraire et économie rurale des plateaux tertiaires entre la Seine et l'Oise, (...)
  • 9 G. Fourquin, ouvr. cit., p. 446 sq.

8L'histoire a accentué ces contrastes naturels. Les bons terroirs à grains ont été défrichés et mis en valeur plus tôt que la Brie orientale où le tissu boisé, la lourdeur des sols rebelles à la charrue ont longtemps fait obstacle à la mise en valeur et découragé les hommes8. Ce contraste s'est retrouvé à la fin du Moyen Age, au sortir de la longue épreuve subie par les campagnes parisiennes. Alors que les bons limons du pays de France, du Longboyau étaient remis en valeur entre la libération (vers 1440) et le dernier tiers du xve siècle, ce n'est qu'après les nouvelles épreuves de la Ligue du Bien public que les terroirs les plus pauvres, et par là même les plus profondément atteints dans leurs forces vives, voient s'effectuer la restauration des campagnes. A Rozoy-en-Brie, sur 372 arpents de terres réaccensées par le chapitre de Notre-Dame de Paris, 214 le sont entre 1471 et 14909. Encore au milieu du xvie siècle, certaines terres seront à défricher. Cependant, l'essentiel est fait vers 1520 et le jeune Amyot, s'il avait l'occasion de parcourir les environs de Melun, pouvait contempler des campagnes riantes et bien cultivées.

9On sait que cette reconstruction a été éminemment conservatrice dans son déroulement et ses résultats. Les nouveaux occupants, qui étaient souvent les descendants des anciens, ont retrouvé les cadres traditionnels de la vie paysanne : le terroir, bien délimité, la seigneurie rurale, avec sa réserve et ses censives perpétuelles, la communauté d'habitants. Ce conservatisme n'exclut pas les évolutions. Dans la tourmente, certains hameaux ont disparu ou cédé la place à une seule grosse propriété ; les charges seigneuriales sont sans doute moins lourdes qu'avant la tourmente et les dernières traces du servage, qui s'était maintenu jusqu'au xve siècle en Champagne, disparaissent ; la communauté villageoise est sans doute plus structurée, maintenant qu'elle est reconnue par le pouvoir monarchique comme institution de fait.

  • 10 D. Anger, Les dépendances de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1906, .. i Seine et Seine- (...)
  • 11 Généalogie des Orléans-Longueville dans le P. Anselme, Histoire généalogique de la Maison de Franc (...)
  • 12 Procès-verbal dans Bourdot de Richebourg, Nouveau coutumier général, Paris, 1724, t. iii, p. 417-4 (...)
  • 13 Hommages rendus à la Chambre de France..., éd. J.-P. Babelon et L. Mirot, t. ii, Paris, 1983, p. 1 (...)

10Il serait peut-être utile de connaître la répartition sociale de la propriété. Une forte présence citadine sur les terroirs est en effet le signe du dynamisme conquérant d'une ville. Mais ce ne semble pas être le cas au début du xvie siècle, sinon par l'intermédiaire des corps religieux présents dans la ville et aux environs. Si les établissements parisiens se taillent la meilleure part, ils ne sont pas seuls. Seigneuries complètes, dîmages ou simples exploitations en censive sont entre les mains de l'Église. On trouve le chapitre de Notre-Dame de Paris à Rozoy et, plus au nord, à Ferrières ; l'abbaye de Saint-Denis à Jouy-le-Châtel ; celle de Saint-Germain des Prés à Cordou (Courpalay) où elle tient plus de mille arpents en réserve, à Samoreau et à Saint-Germain-Laval, où l'essentiel du domaine est en bois, à Esmans, où la réserve s'étend sur 260 arpents de labours10. Mais les établissements briards n'étaient pas en reste : Preuilly, Le Lys, Le Jard, Chaumes, Barbeaux possédaient terres, bois, prés, droits de seigneurie et de justice. La vieille abbaye de Saint-Père de Melun, outre la seigneurie sur une partie de la ville détenait Réau, Cesson et Barbizon. Cette forte emprise de l'Église n'excluait pas de belles fortunes aristocratiques. Les biens et les titres de la glorieuse maison de Melun-Tancarville étaient passés en 1488, par la volonté de Jeanne d'Harcourt à son cousin François d'Orléans-Longueville (1447-1491). En 1515, c'est son second fils, Louis qui représente le lignage. Parmi ses nombreux titres, il porte ceux de vicomte de Melun, de seigneur de Blandy. C'est dans le vieux manoir de Blandy qu'est né, en 1510, son second fils, Louis. Le troisième, François, vicomte de Melun et marquis de Rothelin, épouse en 1536 Jacqueline de Rohan, qui fit de Blandy un lieu de refuge pour les Réformés11. D'autres lignages, moins illustres, comparaissent en 1506, lors de l'assemblée où l'on rédige les coutumes de Melun : Louis de Melun est seigneur de Courtry, comme les Bourron tiennent Saint-Germain-sur-École et Pringy. Louis de l'Hospital est seigneur de Nogent près d'Ozouer-le-Voulgis12. Les grandes familles de serviteurs de la Couronne ne sont pas absentes, surtout lorsqu'on se rapproche de Paris. Les robins melunais n'en sont pas encore là. Cependant, Nicolas Tappereau, notable de la ville, comparaît en 1506 comme seigneur de « Bérolles » et Jean Dessoyes, procureur du Roi, rend hommage en 1513 pour la seigneurie de Rubelles13. C'est plutôt comme détenteurs de biens en censive que les bourgeois de Melun pourraient figurer dans les terriers des seigneuries voisines. Les Amyot possédaient des vignes et une foulerie à Chartrettes. Ils n'étaient sans doute pas les seuls. Reste que la paysannerie continuait, à l'issue de la période de restauration des campagnes, à détenir, en censive, la majeure partie de la terre briarde. L'heure de l'expropriation n'a pas encore sonné.

11De ce fait, la petite exploitation dominait partout, aux limites de l'auto-subsistance : quelques labours, un bout de vigne, là où elle pouvait donner du fruit, quelques têtes de bétail, que les « usages » permettaient de faire vivre. Seules les grandes fermes, généralement possession de l'Église, tranchaient sur cette multitude médiocre. Souvent à l'écart du village, ces grandes exploitations sont tenues à fermage par de fortes dynasties de gros laboureurs. Leurs bâtiments solides, où la grange énorme reçoit récoltes et dîmes, où la bergerie accueille les gros troupeaux de moutons, sont un élément typique du paysage.

12Sans atteindre à la fertilité légendaire de la plaine de France, la terre briarde permet des récoltes qui ne sont pas ridicules. Mais au prix d'un labeur pénible. Dans ces terres lourdes, il faut atteler six ou huit chevaux à la charrue. Mais d'autres profits, ceux de l'élevage, ceux de l'empoissonnement des nombreux étangs viennent équilibrer le bilan. Et les marchés sont là, assez proches, qui ouvrent aux produits briards, blés, fromages, viande, bois, des débouchés naturels.

13L'économie briarde bénéficie, tout au long de la période de la reconstruction et dans les premières décennies du xvie siècle, d'une conjoncture favorable. L'accroissement de la population, l'appel du marché parisien, la paix, la retombée durable, après le tour de vis fiscal du règne de Louis XI, du niveau des impositions royales, malgré les guerres d'Italie, tout contribue à favoriser une certaine croissance. Les masses rurales en profitent, comme les rentiers de la terre, comme les marchands des villes. Dès 1520, cependant, les premiers symptômes d'un blocage apparaissent. Les récoltes de 1521 et de 1522 sont médiocres. On dût, au printemps 1522, labourer les emblavures détruites par le gel et semer des orges pour sauver l'année. Une mauvaise série de récoltes s'étend plus durablement de 1528 à 1532, compliquée par une récurrence pesteuse. Suivirent une vingtaine d'années moyennes et bonnes, qui permirent de nouveau de bonnes rentrées de profit.

14A cette date, notre héros a déjà quitté les rivages de la Seine pour le Berry.

***

15Au cœur de ce pays briard, la ville... Melun ressemble sans doute à bien d'autres villes moyennes de l'Ile-de-France et du royaume. Au centre d'un terroir de taille normale dans nos régions (un peu plus de 700 hectares), la cité, enserrée dans ses remparts et que débordent les faubourgs, apparaît menue.

16Comme à Paris, la Seine déterminait les trois divisions traditionnelles de la ville close : au nord du fleuve, le bourg Saint-Aspais, au sud, le bourg Saint-Ambroise, au centre, l'île Saint-Étienne. Division géographique naturelle, qui est aussi division fonctionnelle. Melun est ville royale, ville d'Église, ville de marchands. La partie septentrionale est vouée à la marchandise, aux échanges, à la résidence des notables. L'île est siège des pouvoirs, avec le château royal et la collégiale Notre-Dame. Au sud de la Seine s'étend un quartier populaire où se côtoient les tanneurs, les mariniers et les laboureurs qui mettent en valeur les terres médiocres de la Varenne jusqu'à la lisière bien proche de la forêt de Bière. Les faubourgs ne se sont développés qu'autour de la ville marchande, au long des routes qui rayonnent autour de Melun. Faubourg à dominante religieuse en direction de Paris et de Brie-Comte-Robert, autour de la célèbre abbaye bénédictine Saint-Père, détruite pendant la guerre des Anglais et qui vient d'être reconstruite ; sur la route de Meaux, où s'élève le couvent des Carmes, fondé en 1429. Faubourg plutôt artisanal et rural, autour de l'église Saint-Liesne et à cheval sur la petite vallée de l'Almont, où tournent les moulins.

17Melun, ville royale... La ville s'enorgueillit de l'être dès les origines de la monarchie capétienne, au même titre que Paris. Son historien, Rouilliard, ira même jusqu'à lui donner mille ans d'antériorité :

  • 14 S. Rouillard, ouvr. cité., p. 45.

« Sy fut Paris construict à ma semblance,
Mille et un an depuis que je fus faict »14.

  • 15 D'après l'itinéraire publié dans Catalogue des actes de François Ier, t. viii, p. 411-548.

18Plus sûrement voit-on les premiers souverains de la troisième race agir. Robert le Pieux établit le chapitre de Notre-Dame et meurt en 1031 dans le château qui surveille le fleuve à la pointe occidentale de l'île. Blanche de Castille fonde l'abbaye du Lys que son fils comble de dons. Depuis, les souverains n'ont jamais négligé la ville. Louis XII y séjourne en 1498 et en 1500. Lors d'un nouveau passage, en 1504, il confie au tout jeune ordre des Annonciades le soin de l'Hôtel-Dieu Saint-Nicolas, proche de la collégiale et confirme, peu après, les privilèges de l'autre Maison-Dieu, placée sous le patronage de Saint-Jacques. Entre Paris et Fontainebleau, François Ier fait souvent halte à Melun. Il y séjourne un peu plus longtemps en juin 1519, mais Amyot était un peu trop jeune pour en avoir le souvenir..., en juin 1528, en août 1537. On l'y revoit le 20 juin 1546, avant un court séjour à l'abbaye de Barbeau et un nouveau passage à la fin juillet15.

19Le séjour d'août 1537 est lié à un épisode complaisamment rapporté par les historiens locaux : la guérison du roi, qui souffrait d'une fièvre tenace, après l'absorption de quelques verres de l'eau de la fontaine Saint-Liesne.

20Le Roi tenait à Melun un domaine consistant plus en droits divers qu'en biens immobiliers et en censives. Le revenu n'en était cependant point négligeable, surtout avec les profits de la justice.

  • 16 Hommages rendus..., ouvr. cité., p. 67, n° 1666.

21Au gré des besoins du Trésor, le Roi engageait ses biens. Peu après la naissance de Jacques Amyot, la mort du « grand amiral », Louis de Malet de Graville avait fait rentrer Melun dans le domaine du Roi. Quant au titre de vicomte, qui remontait aux origines de la dynastie capétienne, on a vu qu'il était passé à la fin du xve siècle dans la famille de Longueville. Dès 1541, il était acquis par Guy Arbaleste, seigneur de La Borde, secrétaire du Roi et futur président de la Chambre des Comptes. Lui aussi eut des sympathies pour la Réforme et sa fille Charlotte fut la célèbre épouse de Du Plessis Mornay16.

  • 17 Hommages rendus... et Nouveau coutumier général, loc. cit.
  • 18 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia..., t. iv, p. 127, bailliage de Melun.

22Ville royale, Melun était naturellement devenu, au fil des siècles, le siège d'un certain nombre d'institutions assurant sa prééminence sur le plat pays, entretenant l'activité de bon nombre d'officiers et de basochiens et permettant aux familles de notables melunais de bénéficier des avantages que procurait le service du Roi. Depuis le xiiie siècle, la cité est le siège d'un bailliage royal. L'analyse des hommages rendus à la Chambre des Comptes de Paris comme le procès-verbal des comparants à l'assemblée de rédaction de la Coutume en 1506 permettent de dessiner les limites de ce ressort fort étendu17. Relativement borné vers le nord-ouest où il entre en concurrence dès Savigny-le-Temple et Saint-Fargeau avec l'appétit du Châtelet de Paris et la puissante Prévoté et Vicomté de Paris, le bailliage s'étend largement au sud, au-delà de la forêt de Fontainebleau et jusqu'aux abords de Nemours, siège d'un autre bailliage ; au nord où Nangis, Chaumes-en-Brie et même Vaudoy mouvent du bailliage ; à l'est où le ressort englobe même Donnemarie-en-Montois. Par son étendue (plus de 250 lieux, qui ne sont pas tous des paroisses, sont mentionnés dans le procès-verbal de 1506), par son ancienneté, la bailliage prétendait à des égards particuliers. Comme à Paris, le siège en est dénommé Châtelet. Et l'édifice, au débouché septentrional des ponts occupe dans l'espace melunais la même place que le Grand Châtelet. Et comme à Paris, la prévoté est jointe au siège. Ces institutions de l'État de Justice vivent par les hommes18. Sans doute, les baillis étaient-ils extérieurs à la cité. Depuis 1498, l'office était tenu par Jean Du Puy, chevalier, conseiller et maître d'Hôtel ordinaire du Roi. Il résigna en 1515 en faveur de Jacques Allegrain, d'une bonne famille de robins parisiens. Le personnage important était le lieutenant général. Denis de Chaunoy exerça la charge de 1491 à 1511, au moins. Il comparut à ce titre en 1506. Jean Dessoyes fut procureur du Roi au moins entre 1506 et 1513, cependant que maître Claude Pinot était avocat du Roi à la rédaction de la Coutume. Quand à l'office de prévôt, il fut tenu, au moins de 1506 à 1518 par Thomas Cardon. Et il avait un lieutenant...

23Le développement de l'État de Finances enrichit cette armature de corps d'officiers. Depuis l'institution d'un impôt royal permanent, Melun est le siège d'une élection dont les contours se fixent peu à peu. Elle compte 116 paroisses à la fin du xviie siècle, avant la création de l'élection de Montereau. Melun est également le siège d'un grenier à sel qui débitait les minots de la précieuse denrée pour les habitants des villages du plat-pays. Toute cette activité administrative multiplie les contacts entre la ville et son arrière-pays. Elle contribue à enrichir et à élever socialement les dynasties bourgeoises de Melun. De la marchandise à l'office, de l'office à l'acquisition d'un fief, de la roture à l'anoblissement, le chemin est traditionnel. Bien des familles le parcourent, et pas seulement les Amyot.

  • 19 Éléments tirés de S. Rouillard, Hommages rendus... ; Gallia regia...

24L'exemple de la famille Tappereau est probant. En 1506, Nicolas comparait lors de la rédaction de la Coutume comme seigneur de « Bérolles », en vérité Brolles, petit fief situé à Bois-le-Roi. Il est bourgeois de Melun et l'un des cinq « commis au gouvernement de ladite ville ». Son frère, ou l'un de ses proches, Pierre, est chanoine de Melun et de Paris. De ses fils, l'un, Simon est contrôleur au grenier à sel (1520), l'autre, Nicolas rend hommage en 1549 pour divers petits fiefs. Il est alors seigneur de Puiselay et secrétaire de la reine Éléonore. En 1558, son fils Simon est avocat au Présidial nouvellement créé dans la ville19. D'autres dynasties bourgeoises se laissent entrevoir : dès 1420, un Gilles Malhoste avait été procureur du roi au bailliage. Un de ses parents, Simon, fils d'un marchand bourgeois de Melun épouse Marie de Chaunoy, fille du lieutenant général au bailliage. Et leur fille Denise offrira, à l'occasion de sa prise de voile chez les Annonciades le vitrail de saint François qu'on peut encore voir à Saint-Aspais...

  • 20 Sur l'abbaye de Saint-Père, outre les ouvrages cités de S. Rouillard et G. Leroy et l'enquête de 1 (...)

25Ville royale, Melun est tout autant une ville « sonnante », où la présence de l'Église est particulièrement forte, à l'intérieur des murs comme dans les faubourgs. En tête, l'abbaye de Saint-Père et la collégiale Notre-Dame, qui s'enorgueillissaient de leur antiquité, de la protection des souverains et des grands, de leur fortune. A « un jet de pierre de l'enceinte », l'enclos de Saint-Père occupait toute la pente du versant, « jardins et clos descendant de son tertre au val de la rivière ». Tous les bâtiments, restaurés après les malheurs de la guerre des Anglais étaient « magis ornatum et comodum ». Une vingtaine de moines, dont quinze avaient reçu la prêtrise, l'occupaient. Jusque là pourvue d'abbés régulièrement désignés en chapitre, la vieille abbaye bénédictine dut s'adapter au nouveau régime concordataire. A la mort en décembre 1517 de Louis d'Arfeuille qui dirigeait l'abbaye depuis 1503, les moines commencèrent par élire son prieur claustral, Jean Poncet, issu d'une vieille famille melunaise. Le roi protesta à Rome, présenta son candidat, un savoyard, Philippe de Sailhans qui reçut ses lettres de provision en 1518. Poncet accepta de se retirer contre une pension de 500 livres. Le nouvel abbé eut le mérite de respecter l'observance en prenant l'habit régulier. Lors d'une disette (sans doute vers 1530), il fit vendre à vil prix les blés de l'abbaye et y gagna l'affection de ses concitoyens. Il mourut en 1547 et sa sépulture voisinait, dans le chœur, celle de son successeur Charles de Marillac, mort en 1560 dans l'abbaye qu'il tenait en commende et où le roi l'avait assigné à résidence pour cause de sympathies avec l'hérésie20.

26Quant à la collégiale Notre-Dame, installée dans l'île Saint-Étienne, elle était étroitement liée à la dynastie capétienne, par sa fondation, par les nombreux dons et privilèges accordés au fil des temps. Les prébendes étaient confortables. Et les donateurs enrichissaient sans cesse le trésor. Né à Melun vers 1410, Étienne Chevalier, serviteur de Charles VII et de Louis XI avait offert en 1461 le célèbre dyptique peint par Fouquet. Il avait fait restaurer les orgues et légué, à sa mort, « une image d'argent de Notre-Dame ». En 1519, le chanoine Pierre Tappereau fonde six pensions d'enfants de chœur pour que l'office divin soit mieux célébré.

27Le peuple de Melun se répartissait entre les cinq paroisses de la ville (Saint-Aspais, Saint-Étienne, Saint-Ambroise) et des faubourgs (Saint-Liesne et Saint-Barthélémy), mais il y avait encore bien d'autres établissements religieux : le petit prieuré Saint-Sauveur, au pied du château royal, une commanderie du Temple au faubourg Saint-Liesne et, presqu'à l'emplacement du vieux lycée Jacques Amyot, le couvent des Carmes, fondé en 1429 et enrichi, à la fin du xve siècle, par les dons de l'amiral de Graville, seigneur engagiste de Melun et du seigneur de Vitry-Coubert, Adrien de L'Hospital, dont la famille jouissait d'une chapelle dans l'église conventuelle. Le couvent, assez vaste, eut l'honneur d'accueillir, en 1560, l'assemblée de bailliage qui prépara la version remaniée de la Coutume et, surtout, en 1579, la célèbre assemblée du Clergé qui conclut avec le roi les modalités d'application du « contrat de Poissy ».

  • 21 Sur tous ces établissements religieux, S. Rouillard et G. Leroy, ouvr.

28A peu de distance de la ville, deux autres établissements prestigieux s'élevaient. En bordure de la forêt de Bière, l'abbaye royale du Lys, fondée par la reine Blanche de Castille dressait encore ses bâtiments et son église. L'abbesse Françoise de Menou avait cédé son ministère à une de ses parentes, Marie de Menou en 1505. A sa mort en 1515, l'abbatiat fut exercé par Isabelle de Grez, issue de la noblesse gâtinaise. A Montereau, l'abbaye du Jard dépendait de l'ordre des Augustins. Né à Melun, l'abbé Étienne Gale avait gouverné la maison de 1470 à 1503. Un Bourguignon lui succéda jusqu'à son décès, survenu en 152321.

29Lieu d'implantation des pouvoirs, temporels ou spirituels, Melun est aussi un centre actif sur le plan économique, en étroite liaison avec le plat-pays que nous avons évoqué plus haut. La ville en tire son ravitaillement, une partie de ses revenus, bon nombre de ses habitants. Elle y trouve un marché pour ses produits et ceux qu'elle redistribue. Elle y place ses capitaux.

30Premier souci, nourrir les hommes. Les quelque 4 000 habitants de la cité consommaient environ 18 000 hectolitres de grains pour assurer leur pain tout au long de l'année. La proximité du grenier briard permettait de satisfaire facilement à ces besoins. Les paysans portaient leurs blés au marché, tenu au cœur du bourg Saint-Aspais. Les moulins de la Seine et de l'Almont suffisaient à la mouture. Une bonne partie de ces grains ne faisaient d'ailleurs que traverser Melun pour gagner la capitale, dont les besoins énormes exigeaient de recourir à tous les terroirs de l'Ile-de-France, et au-delà. A l'heure des mauvaises récoltes, la priorité accordée au marché parisien pouvait entraîner des difficultés sur le marché régional. On a vu l'abbé de Saint-Père faire distribuer les grains des moines à vil prix lors d'une disette. Mais l'homme ne vit pas seulement de pain. Pour le vin, Melun était également bien placée. Les ceps s'étendaient sur les versants bien exposés de la vallée, en amont comme en aval. On connaît la réputation des treilles de Bois-le-Roi et on sait que la mère de Jacques Amyot avait hérité, à Char-trettes, de quelques ares de vigne et d'une portion de foulerie. Mais on pouvait aussi recourir aux vins de Basse-Bourgogne qui venaient « par la rivière ». Là encore, une bonne partie des « vins avalant sous le pont de Melun » continuaient leur route vers Paris. Le troisième grand produit de consommation, le bois, aussi nécessaire à la construction qu'au chauffage, ne manquait pas. Les coupes de la forêt de Bière, des bois de Samoreau ou des forêts de Saint-Germain-Laval ou de Villefermoy en assuraient la fourniture régulière, même si l'on commence, après 1520, à s'inquiéter. L'approvisionnement en viandes, en laitages et en cuirs ne posait guère de problèmes : l'élevage briard était florissant. Dès la fin du xve siècle, la réputation des fromages de Brie est solide et les baux de ferme en prévoient souvent la fourniture à côté des grains et des deniers. Tous ces trafics, destinés à la subsistance de la ville et à la réexpédition vers Paris, donnaient animation au marché urbain et entretenaient bon nombre de marchands, de mesureurs, de gagne-deniers. Certains de ces produits subissaient une première transformation assurée par les artisans melunais : meuniers, tanneurs, mégissiers (on sait que Nicolas Amyot « faisoit et vendoit des bourses et aiguillettes »). Les blés et farines étaient parfois convertis en pains que les bateaux menaient à Paris comme ceux de Corbeil. Les bons marchands melunais jouaient également un rôle de redistribution, à travers le plat-pays, des produits de l'artisanat local et des produits provenant de l'extérieur et achetés surtout sur le marché parisien, fabricats ou denrées plus exotiques... Nul doute que tous ces trafics entretenaient l'activité urbaine, procuraient du travail à bon nombre de Melunais et permettaient aux marchands de faire des profits. Ainsi se constituent des dynasties bourgeoises et se préparent les ascensions sociales.

31Bien d'autres liens unissaient Melun et sa région, qui contribuaient à la prospérité de la cité. On constate que les citadins participent activement à la gestion des biens fonciers des seigneurs laïques ou ecclésiastiques et aux profits de la rente foncière et seigneuriale. A l'assemblée de 1506, Jean Chabouillé comparaît comme procureur du chapitre de Paris, seigneur de Rozoy. Un de ses descendants, procureur du roi au bailliage fut inquiété en 1561 pour prosélytisme réformé. Un autre, Claude, était en 1566, fermier des revenus du domaine royal de Melun. Si l'investissement foncier de la bourgeoisie melunaise ne semble pas encore très important au début du xvie siècle, il se développe sans doute dans les décennies suivantes. Nous manquons malheureusement d'études sur les structures agraires de la Brie à cette époque, mais on peut penser que la conquête du sol par la bourgeoisie suit le même rythme que dans d'autres régions de l'Ile-de-France.

  • 22 Données tirées des ouvrages déjà souvent cités de S. Rouillard et G. Leroy, article sur « La maiso (...)

32La prospérité de la région briarde et de la ville de Melun se manifeste avec éclat dans l'activité de rénovation et de construction. Quand tout va, le bâtiment va... Melun, ville bâtisseuse... Les chantiers sont nombreux, qu'il s'agisse des maisons que se font édifier les notables ou des églises de la cité22. Il ne reste plus que des vestiges ou des souvenirs de ces demeures de notables, comme l'hôtel des Orléans-Longueville, qui se dressait dans la grande rue face à Saint-Aspais, comme l'Hôtel des Cens, vendu par les religieux de Saint-Denis à la fin du xve siècle à un marchand bourgeois de Melun, et dont quelques pierres subsistent peut-être dans l'Hôtel de Ville. On peut encore voir, dans l'île Saint-Étienne, la maison de la Vicomté dont deux lucarnes portent la date de 1538. Elle était la demeure de Claude Pinot, lieutenant général du bailliage. Leroy signale la construction, au milieu du xvie siècle, dans la rue de la Juiverie, d'un hôtel de Courances où le conseiller d'Henri II, Cosme Clausse pouvait résider lorsqu'il venait à Melun. Bien d'autres maisons anciennes ont disparu et la maison natale de Jacques Amyot n'a plus guère à voir avec ce qu'elle pouvait être dans ses jeunes années.

33La chronique, les archives et l'archéologie permettent de signaler l'importance des travaux effectués sur les édifices religieux de la cité à la fin du xve et dans la première moitié du xvie siècle. Il fallait effacer les traces des destructions de la guerre de Cent ans, agrandir pour accueillir des fidèles nombreux. Les profits de la rente foncière, les générosités des souverains, des grands et des notables de la cité ont permis de nombreux travaux où le goût nouveau peut se manifester. A la collégiale, la tour sud et le portail sont transformés. Au prieuré Saint-Sauveur, « le cloître et une partie de la décoration furent repris. Les dates de 1521, 1534, 1539 se lisent sur différentes parties de l'édifice ». Un don de 1 000 écus d'or, fait par l'abbé de Saint-Séverin de Château-Landon en 1509 a dû puissamment aider à mener à bien ces chantiers.

  • 23 Chanoine A. Barrault, L'église Saint-Aspais de Melun, Meaux, 1964

34Mais la grande affaire fut la reconstruction de l'église Saint-Aspais23. Jacques Amyot, jusqu'à son départ pour le collège du Cardinal-Lemoine a pu journellement contempler le chantier ouvert bien avant sa naissance, en 1468. Comme souvent, on commença par le clocher. La nef suivit. Bientôt, devant l'accroissement de la population, il fallut voir plus grand. On décida en 1497 d'abattre le presbytère et de déplacer le cimetière. La façade semble édifiée en 1506-1510. Mais les marguilliers de la paroisse voulaient mieux.

Dessin figurant dans l'ouvrage de Gabriel Leroy : Recherches sur la Maison patrimoniale de Jacques Amyot : 1859.

  • 24 Sur l'activité de Jean de Felin au service de la Ville de Paris, Registres des délibérations du Bu (...)

35En 1515, on fit venir de Paris un maître d'œuvre connu, Jean de Felin. Il avait été associé à son père pour la reconstruction du pont Notre-Dame et lui succéda en 1501 comme « maistre principal à avoir la superintendance de l'ouvraige de maçonnerie du pont Notre-Dame »24. Il intervient dans le projet au côté de frère Gio-condo de Vérone. Et c'est lui qui dirige, de 1509 à 1522, le chantier de la tour de Saint-Jacques de la Boucherie. Ayant présenté un « desseing » aux marguilliers de Saint-Aspais, il conclut avec eux en février 1517 un marché pour la maçonnerie du chœur. Il semble que tout n'ait pas été pour le mieux entre l'architecte et les commanditaires. En 1519, le marguillier en charge, Gabriel de Chaunoy (parent du lieutenant général du bailliage) déclenche une procédure contre Jean de Felin qui n'a pas respecté le contrat. La mort du maître d'oeuvre entraîne un arrêt des travaux, bientôt repris par un « maistre maçon et tailleur de pierre » de Melun. Y a-t-il eu une sorte de lobby local contre le horsain concurrent ? Un contrat de 1545 avec Jean François permettra l'achèvement du chantier sur les plans, conservés de Jean de Felin. Ainsi, vers 1560, la nouvelle église se dresse au cœur de la ville. Pour l'ornementation de l'édifice, les dons affluent. Par contrat de 1530, Denise Malhoste, à l'occasion de sa prise de voile, donne 200 livres à la fabrique « de laquelle somme en sera employée la somme de 100 L.t. pour faire en y celle esglise une verrière de saint François ». La corporation des bouchers, placée sous le patronage de saint Loup offre en 1527 le vitrail de la chapelle, évoquant des miracles accomplis par le saint à Melun. Il ne reste que quelques fragments de la décoration de la chapelle des Orléans-Longueville. En 1565, les marguilliers traitent avec un maître-peintre de Paris qui s'engage, pour 350 L., à faire un retable de bois peint sur le modèle de celui de l'église Saint-Merry à Paris. Tous ces faits manifestent la prospérité de Melun dans la première moitié du siècle, avant les déchirements des guerres civiles et les malheurs du siège de 1590, qui vit la destruction des faubourgs, la ruine de l'abbaye Saint-Père, des Carmes, le pillage de la ville par les royalistes après sa chute. Le vieil évêque d'Auxerre, dans les derniers mois de sa vie terrestre a pu connaître le triste sort de sa ville natale, et ajouter ce motif de tristesse à tous ceux qu'il avait déjà.

Notes

1 Orientation bibliographique générale : sur la situation de la Brie vers 1500, Guy Fourquin, Les campagnes de la région parisienne à la fin du Moyen âge, du milieu du xiiie siècle au début du xvie siècle, Paris, 1964 ; sur Melun, Sébastien Rouillard, Histoire de Melun..., Paris, 1628 et les ouvrages classiques de Georges Leroy, Histoire de Melun, Melun, 1887, et Le Vieux Melun, Melun, 1904 (qui reprend l'essentiel de nombreux articles publiés par l'auteur).

2 S. Rouillard, ouvr. cité., p. 8.

3 G. Fourquin, ouvr. cité., p. 442.

4 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. i, p. 423.

5 Enquête de 1518 publiée par A. Vidier dans Bull. de la Soc. de l'hist. de Paris..., t. 25, 1898, p. 149-153.

6 J. Jacquart, La crise rurale en Ile-de-France. 1550-1670, Paris, 1974, p. 58 ; J. Dupaquier, Statistiques démographiques du Bassin parisien, Paris, 1977, p. 395 (élection de Meaux), p. 399 (élection de Melun), p. 403 (élections de Montereau), p. 409 (élection de Nemours).

7 Histoire économique et sociale de la France, dir. F. Braudel, E. Labrousse, t. i, vol. i, p. 406-409, d'après Ordonnances des rois de France, règne de François 1er, t. ix, février 1538.

8 P. Brunet, Structure agraire et économie rurale des plateaux tertiaires entre la Seine et l'Oise, Caen, 1960, spécialement p. 430-465.

9 G. Fourquin, ouvr. cit., p. 446 sq.

10 D. Anger, Les dépendances de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1906, .. i Seine et Seine-et-Marne, Paris, 1906.

11 Généalogie des Orléans-Longueville dans le P. Anselme, Histoire généalogique de la Maison de France..., t. i, p. 212-223. Sur le rôle de Jacqueline de Rohan, M. Mousseaux, Aux sources françaises de la Réforme (textes et faits). La Brie protestante, s.l., s.d.

12 Procès-verbal dans Bourdot de Richebourg, Nouveau coutumier général, Paris, 1724, t. iii, p. 417-432.

13 Hommages rendus à la Chambre de France..., éd. J.-P. Babelon et L. Mirot, t. ii, Paris, 1983, p. 132-199 : bailliage de Melun.

14 S. Rouillard, ouvr. cité., p. 45.

15 D'après l'itinéraire publié dans Catalogue des actes de François Ier, t. viii, p. 411-548.

16 Hommages rendus..., ouvr. cité., p. 67, n° 1666.

17 Hommages rendus... et Nouveau coutumier général, loc. cit.

18 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia..., t. iv, p. 127, bailliage de Melun.

19 Éléments tirés de S. Rouillard, Hommages rendus... ; Gallia regia...

20 Sur l'abbaye de Saint-Père, outre les ouvrages cités de S. Rouillard et G. Leroy et l'enquête de 1518, citée note 5, voir Gallia christiana, t. xii, p. 170.

21 Sur tous ces établissements religieux, S. Rouillard et G. Leroy, ouvr.

cités et Gallia christiana, t. xii, pour les abbayes de Chaumes (p. 184), de Barbeau (p. 236), du Jard (p. 210), du Lys (p. 247).

22 Données tirées des ouvrages déjà souvent cités de S. Rouillard et G. Leroy, article sur « La maison de la Vicomté », dans Vieilles maisons françaises, 1979, n° 4, p. 36.

23 Chanoine A. Barrault, L'église Saint-Aspais de Melun, Meaux, 1964

24 Sur l'activité de Jean de Felin au service de la Ville de Paris, Registres des délibérations du Bureau de la Ville, t. i, 1499-1526, éd. F. Bonnardot, Paris, 1

List of illustrations

Caption Le Bailliage de Melun au xvie siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2365/img-1.jpg
File image/jpeg, 113k
Caption Dessin figurant dans l'ouvrage de Gabriel Leroy : Recherches sur la Maison patrimoniale de Jacques Amyot : 1859.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2365/img-2.jpg
File image/jpeg, 211k

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Terms of use: http://www.openedition.org/6540