Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

Paris et ses campagnes

La population de la châtellenie de la Ferte-Alais, du xvie au xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, 1968, (...)

1Il est aujourd'hui admis comme une certitude que la population de la France a atteint, à la veille des guerres de Religion, un de ces maxima que l'on croit pouvoir discerner entre le xiiie siècle et le début du xixe siècle. Les témoignages ne manquent pas qui appuient celle assertion, des chroniqueurs aux registres baptistaires (malheureusement trop rares), de l'extension des faubourgs à la prolifération des sites d'habitat1. Mais il est exceptionnel de posséder des chiffres suffisamment sûrs pour pouvoir être comparés avec les données plus nombreuses et mieux établies du xviiie siècle. C'est ce que permet, à une échelle réduite, un intéressant document de 1544.

  • 2 Sur tout ceci, P. Dupieux, Les institutions royales au pays d'Etampes (Comté puis Duché : 1478-159 (...)
  • 3 Arch. Nat., J 961, cité par P. Dupieux, op. cit., p. 38, note 1.
  • 4 Arch. Dép. Loiret, A 1 237 et 1 238.
  • 5 Basile Fleureau (Dom), Les Antiquitez de la Ville et du Duché d'Estampes avec l'histoire de l'abba (...)

2Comte d'Etampes depuis 1534, grâce à la faveur royale et aux charmes appréciés de son épouse, Anne de Pisseleu, Jean de Brosse, comte de Penthièvre, vit ériger son domaine en Duché en 1537. A cette occasion, le Roi joignait au bailliage d'Etampes les châtellenies voisines de Dourdan et de La Ferté-Alais. Quelques années plus tard, pour s'assurer contre les révocations périodiques des aliénations du domaine, la favorite offrit au Roi, sous forme d'échange, ses domaines bretons2. A cette occasion, un procès-verbal d'évaluation du duché fut dressé par un Maître des Comptes, assisté de son greffier. Ils reçurent 130 L. 17 s. 6 d. « pour le payement des journées qu'ils ont passé en janvier et février dernier, à Etampes, Dourdan et La Ferté-Alais, pour s'informer de la valeur desdites terres »3. Information sérieuse, accompagnée de l'examen des comptes, de l'interrogatoire des officiers royaux et de l'audition de témoins. De cette enquête, il ne subsiste que peu de traces, surtout depuis la destruction d'une partie des archives du Loiret pendant la guerre4. Pourtant, l'historien d'Etampes, dom Basile Fleureau, nous en a conservé une précieuse donnée démographique5. Le duché, écrit-il vers 1670, « comprend quatre-vingt un villages et paroisses, desquels dépendent quatre-vingt dix hameaux et dix mille trois cens seize feux, sans compter la ville et les fauxbourgs d'Estampes, où il y avoit deux mille cent six feux, qui font douze mille quatre cent quatre vingt deux, de compte fait, sur le rapport de ceux qui en avoient informé... ».

  • 6 Dénombrement du Royaume... et Nouveau dénombrement... de Saugrain ; les chiffres du dénombrement d (...)
  • 7 J. Jacquart, « La Fronde des Princes dans la région parisienne et ses conséquences matérielles », (...)
  • 8 Simple comptage effectué sur les registres conservés aux Arch. comm. d'Etampes.

3Il est facile de comparer le chiffre donné pour Etampes avec les données des dénombrements postérieurs : 1 188 feux pour le premier dénombrement de Saugrain, 1 046 feux en 1713, 982 feux en 1720 (Saugrain II)6. Mais on sait que la petite cité avait particulièrement souffert des opérations de la Fronde et de la terrible « contagion » qui suivit le départ des troupes. Dix ans après, les ruines s'alignaient encore au long de la route d'Orléans7. On aimerait aller plus loin et suivre le mouvement de la population entre 1540 et 1700. Un simple indice, à défaut d'une étude détaillée : on célèbre 256 baptêmes en 1633, 261 en 1634 (contre 232 naissances en 1792)8. Encore les premiers chiffres ne concernent-ils que quatre paroisses sur cinq, les registres de Saint-Basile étant en déficit. Près de 300 baptêmes, cela autorise à penser qu'Etampes comptait près de 8 000 habitants à la veille de la Fronde, à peu près autant qu'en 1543, nettement plus qu'au début du xviiie siècle.

  • 9 Arch. Nat., R4 943, copie du xviie, reg. papier, 58 f°.

4La comparaison du chiffre global fourni par Dom Basile Fleureau avec les données des siècles postérieurs serait du plus haut intérêt, compte tenu de l'étendue du territoire concerné. Malheureusement, le détail de l'enquête, paroisse par paroisse, ne nous a été conservé que par la copie du passage concernant la petite châtellenie de La Ferté-Alais9. Malgré ses limites, cet extrait permet une confrontation éloquente.

***

5La châtellenie de La Ferté-Alais était une des plus anciennes des juridictions royales de la région parisienne. Encadrée par les bailliages ou prévôtés de Corbeil, de Nemours, d'Etampes et de Melun, tous plus étendus et mieux pourvus en officiers, elle vit son ressort se restreindre peu à peu, jusqu'à sa disparition au cours du xviiie siècle.

  • 10 Rançon du Roi Jean. Compte de l'aide..., publiée par L. Dessalles, Paris, 1850, p. 102-104.
  • 11 Outre le texte de l'enquête, on peut utiliser le « rolle du ban et arrière-ban du Bailliage de la (...)
  • 12 B. Fleureau, op. cit., p. 585-588.

6En 1309-1370, lors de la levée de l'aide imposée pour la rançon du roi Jean, la châtellenie comprenait 13 villages ou hameaux, de Courances à Bouray-sur-Juine, de Maisse au Saussay, écart de Ballan-court10. Au milieu du xvie siècle, le grignotage est déjà commencé. Videlles n'appartient plus au bailliage, à l'exception de quelques écarts ; Vayres-sur-Essonnes, érigée en châtellenie pour Olivier Le Dain, relève directement du Châtelet de Paris, comme D'Huison. Par contre, le procès-verbal rattache au ressort le hameau de Gillevoisin, à Janville-sur-Juine, généralement donné à Etampes11. Le texte de Basile Fleureau permet de constater le maintien du ressort théorique au milieu du xviie siècle, mais, en pratique, les « entreprises » des officiers d'Etampes étaient constantes12.

7Le document comprend un rapport général des officiers de la châtellenie, suivi des dépositions des témoins : praticiens, dont le nombre même, dans ces petits villages, atteste l'esprit procédurier du temps, laboureurs et marchands. Parmi les renseignements relatifs à la justice, aux droits du roi, aux détenteurs de fiefs, nous retiendrons spécialement les évaluations de la population, formulées en « habitants » ou en « feux », ces deux termes étant employés dans le sens de feux. La comparaison de ces chiffres avec les dénombrements classiques fournit la preuve cherchée du haut niveau de peuplement atteint au milieu du xvie siècle.

  • 13 Arch. Nat., R4 943, f° 17 et 36 à 39.

8La capitale du bailliage est La Ferté-Alais, « petit bourg commencé à clore ». La population en est évaluée par les enquêteurs à 180 feux. Elle comprend de nombreux procureurs, cités en premier, quelques laboureurs, quelques marchands, des manouvriers et « autre menue populace ». Les témoins interrogés confirment ces dires. Un praticien et un laboureur donnent le même chiffre de 180 feux. Le premier précise qu'il lève la taille depuis six ans et que le nombre de feux est passé de 160 à 180. Maniant les rôles, il devait être en état de donner un chiffre sûr13. Or les dénomprements postérieurs sont loin du compte : 154 feux (Saugrain I, paru en 1709, mais dont les chiffres sont certainement antérieurs), 146 feux en 1713, 144 feux en 1720 (Saugrain II). La chute est de l'ordre de 15 à 20 %.

  • 14 Id., f° 18-19 et 49-50.
  • 15 Id., f° 19 et 44.

9Impression confirmée par la plupart des autres chiffres. Le déficit de population est spectaculaire à Baulne et à Valpuiseaux. Au premier village, les officiers attribuent 130 « habitants ». Un praticien de La Ferté-Alais confirme : « six à sept vingt habitants », un autre, natif de Baulne, déclare que son village compte 110 à 120 feux. Les chiffres postérieurs sont de 69, 69 et 67 feux, en gros la moitié14. A Valpuiseaux, petit village écarté, la population est estimée par les officiers à 126 « habitants ». Un laboureur du village, âgé de 60 ans, va jusqu'à 14015. Un siècle et demi plus tard, les chiffres de Saugrain et du dénombrement de 1713 sont de 61, 76 et 75 feux. Là encore, la différence est de près de 50 %.

  • 16 Id., f° 18 et 43-44.

10Elle est moins forte, de l'ordre du tiers, si l'on examine les chiffres relatifs au bourg de Maisse : 200 ou 220 « habitants » pour les officiers, 230 pour Pierre Vinot, praticien, né et habitant à Maisse, 240 feux pour un marchand, à opposer aux chiffres de Saugrain (169 et 149 feux) et à celui de 1713 : 153 feux16.

  • 17 Id., f° 19 et 45-48.
  • 18 De La Mare, Traité de la Police, t. ii, p. 1 142.

11En revanche, deux villages paraissent avoir maintenu leur population entre le milieu du xvie siècle et la fin du règne de Louis XIV. Bouray-sur-Juine est crédité de 60 à 80 feux par les officiers du bailliage, de 70 à 80 feux par un praticien de La Ferté-Alais, de 80 feux par un autre17. Les chiffres postérieurs sont de 81 feux (Saugrain I), de 67 (1713 et 1720). On peut noter que Bouray était une des paroisses de la vallée de Juine possédant des « usages » étendus et dont les habitants pouvaient faire des « nourritures », engraissant les bestiaux destinés au marché parisien18. Il semble également qu'on n'y constate pas de forte concentration de la propriété, avec ses habituelles conséquences sociales et démographiques. Courances offre la même stabilité apparente : 70 à 80 feux en 1544, 87 dans Saugrain I et 89 en 1713. On peut ici penser que la présence du célèbre château, exigeant les services d'un nombreux personnel (domestiques, valets d'écurie, jardiniers), a pu aider au maintien de la population.

12Au total, pour les huit paroisses entièrement comprises dans le ressort du bailliage, la population évaluée en 1544 est de 950 à 980 feux. Selon la première édition de Saugrain, elle est de 680 feux ; en 1713, on y dénombre 673 feux, en 1720, 657 feux. La chute d'ensemble est ainsi bien attestée et le haut niveau de peuplement au milieu du xvie siècle établi sans contestation possible.

1. Saugrain donne 87 feux, mais il s'agit vraisemblablement d'une erreur.
2. Le document donne également la population du hameau de Gillevoisin : 50 feux, et celle du hameau du Saussay : 30 à 32 feux.

13En nous donnant l'identité des témoins interrogés, le procès-verbal nous fournit quelques renseignements sur le problème des « migrations ». Des douze habitants de La Ferté-Alais appelés à comparaître, huit sont des praticiens, auxquels se joignent un laboureur, un marchand-drapier, un voiturier par eau et un sergent royal. Trois sont nés dans le bourg, six dans le bailliage. L'un est originaire de la Brie (Saint-Denis-les-Rebais), l'autre de Bourdonné, près Mont-fort-l'Amaury : âgé de 37 ans, il est depuis douze ans à La Ferté-Alais. Quant à maître Jean Munier, sexagénaire selon ses dires, il est originaire du Poitou. Six témoins seulement représentent les villages. Tous sont nés là où ils habitent, sauf un laboureur de Valpuiseaux qui vient du hameau de Mesnil-Racoing, à cinq ou six kilomètres. On ne se hasardera pas à tirer des conclusions de cet échantillon trop réduit...

***

14Il est évidemment tentant d'opérer la même comparaison à un siècle et demi de distance sur le duché d'Etampes, à partir du chiffre global transmis par Dom Basile Fleureau. 11 semble que l'enquête n'ait pas pu être ici aussi précise. On imagine assez mal les officiers interrogeant à Etampes des témoins venus des 80 paroisses du domaine ducal, encore moins ces mêmes officiers visitant un à un les villages. Pourtant, les représentants du souverain au siège du bailliage, flanqué d'une prévôté et d'une élection, devaient avoir des renseignements assez sûrs. On peut, semble-t-il, accorder une confiance raisonnable au chiffre de 10 316 feux.

  • 19 P. Dupieux, op. cit., p. 47-66.
  • 20 B. Fleureau, op. cit., p. 31-68.

15Tout le problème est de savoir à quelles paroisses, à quel ressort il s'applique. Les extraits du procès-verbal permettent d'affirmer qu'il laisse de côté les châtellenies de Dourdan et de La Ferté-Alais et ne concerne que le duché proprement dit. D'après P. Dupieux, celui-ci se confondait avec le bailliage19. Dom Basile Fleureau fait une longue description de ce ressort20. De sa liste, on peut tirer 73 « villages et paroisses », dont la population, telle qu'elle est évaluée, dans la première édition de Saugrain, ne monte qu'à 5 076 feux. Si l'on y ajoute une dizaine de paroisses litigieuses, on atteint 6 000 feux. La différence entre les chiffres de 1544 et ceux de la lin du xviie siècle est donc considérable. Même en tenant compte de légères incertitudes sur l'appartenance de telle ou telle paroisse ou bailliage, elle permet d'évaluer l'ampleur de la poussée démographique du Beau Seizième Siècle.

Notes

1 M. Reinhard, A. Armengaud, J. Dupaquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, 1968, p. 108-127.

2 Sur tout ceci, P. Dupieux, Les institutions royales au pays d'Etampes (Comté puis Duché : 1478-1598), Versailles, 1931, p. 33-41.

3 Arch. Nat., J 961, cité par P. Dupieux, op. cit., p. 38, note 1.

4 Arch. Dép. Loiret, A 1 237 et 1 238.

5 Basile Fleureau (Dom), Les Antiquitez de la Ville et du Duché d'Estampes avec l'histoire de l'abbaue de Morigny, Paris, 1683, p. 31 (Fleureau est mort en 1674).

6 Dénombrement du Royaume... et Nouveau dénombrement... de Saugrain ; les chiffres du dénombrement de 1713 nous ont été fournis par J. Dupâquier. Sur la valeur de ces données, J. Dupaquier, « Essai de cartographie historique : le peuplement du Bassin parisien en 1711 », dans Annales E.S.C., juillet-août 1969, p. 976-993.

7 J. Jacquart, « La Fronde des Princes dans la région parisienne et ses conséquences matérielles », dans Revue d'Histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 1960, p. 257-290.

8 Simple comptage effectué sur les registres conservés aux Arch. comm. d'Etampes.

9 Arch. Nat., R4 943, copie du xviie, reg. papier, 58 f°.

10 Rançon du Roi Jean. Compte de l'aide..., publiée par L. Dessalles, Paris, 1850, p. 102-104.

11 Outre le texte de l'enquête, on peut utiliser le « rolle du ban et arrière-ban du Bailliage de la Ferté Aleps pour le roy notre sire de l'an 1557 » (Arch. dép. anc. S.-et-O., 6 B 193).

12 B. Fleureau, op. cit., p. 585-588.

13 Arch. Nat., R4 943, f° 17 et 36 à 39.

14 Id., f° 18-19 et 49-50.

15 Id., f° 19 et 44.

16 Id., f° 18 et 43-44.

17 Id., f° 19 et 45-48.

18 De La Mare, Traité de la Police, t. ii, p. 1 142.

19 P. Dupieux, op. cit., p. 47-66.

20 B. Fleureau, op. cit., p. 31-68.

Table des illustrations

Légende 1. Saugrain donne 87 feux, mais il s'agit vraisemblablement d'une erreur.2. Le document donne également la population du hameau de Gillevoisin : 50 feux, et celle du hameau du Saussay : 30 à 32 feux.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540