Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

Paris et ses campagnes

Le bailliage de la Ferté-Alais au milieu du xvie siècle

Texte intégral

1Dans la complexe géographie administrative de l'Ancien Régime, entre les ressorts importants et assez bien connus de Paris, de Melun, d'Etampes, une minuscule circonscription eut pour siège, jusqu'à ce qu'elle fût purement et simplement absorbée par le bailliage voisin d'Etampes, le bourg de La Ferté-Alais.

  • 1 Estournet (Gustave), La Ferté-Alais, ses origines, ses noms, ses premiers châteaux, dans Bull, de (...)
  • 2 Arch. nat., R4 943, un cahier, 58 f° : comparution des officiers, f° 1-20 ; observations des procu (...)
  • 3 L'enquête a été utilisée par Dom Fleureau, Les Antiquitez de la Ville et Duché d'Estampes... (Pari (...)
  • 4 Jacquart (Jean), La population de la châtellenie de La Ferté-Alais, du xvie au xviiie siècle, dans(...)

2Gustave Estournet a retracé, dans un article érudit publié en 1944 dans le Bulletin qui marquait la renaissance de notre Société, l'origine de la petite cité et étudié ses premiers sei-gneurs, d'Aimon de Corbeil à la fin du xiiie siècle1. Une référence de ce travail a attiré notre attention sur une enquête de 1543, relative au « bailliage et châtellenie de La Ferté-Alais2 ». Ce document est une copie du xviie siècle d'un fragment de procès-verbal d'évaluation du revenu du duché d'Etampes, créé en 1537 pour Anne de Pisseleu et son époux, Jean de Bretagne. L'enquête portait donc sur un territoire plus étendu, mais elle a malheureusement disparu, à l'exception de cet extrait qui renferme d'abondants renseignements de tous ordres3 Nous en avons étudié par ailleurs les données démographiques4. Mais l'intérêt du document, confronté à d'autres sources contemporaines, est de permettre de présenter les cadres de la vie rurale au milieu du xvie siècle dans quelques paroisses des confins du Gâtinais et du Hurepoix.

I. - LE BAILLIAGE ET SON RESSORT

  • 5 Estournet (G.), art. cit., p. 37.
  • 6 Dupont-Ferrier (Gustave), Les officiers royaux des bailliages et sénéchaussées... à la fin du Moye (...)

3Sous le terme de bailliage et châtellenie viennent se confondre des institutions de nature féodale, judiciaire et administrative. La châtellenie, qui peut être royale ou seigneuriale, implique l'exercice de la haute justice par le détenteur d'un fief auquel elle est attachée. Dans le cas de La Ferté-Alais, il semble qu'il faille en chercher l'origine dans la donation, en 1005, à Albert, fils d'Aimon de Corbeil, de la place forte (qui prit le nom de La Ferté, d'abord Baudouin, puis Alais) dominant une vingtaine de villages des environs, sur les habitants desquels le châtelain exerçait la justice5. Le bailliage royal est une circonscription administrative, installée dans une ville du domaine et dans laquelle les officiers royaux exercent, au nom du souverain, tout un ensemble de compétences, sous le contrôle des gouverneurs de province, et, plus tard, des intendants. Le bailli et son lieutenant ont ainsi des attributions touchant aux droits seigneuriaux du souverain (gestion du domaine propre, réception des vassaux), à ses droits régaliens (convocation du ban et de l'arrière-ban, droit d'imposer, police générale), à ses pouvoirs de justice (connaissance de certains cas, dans un ressort fixe, appel sur les juridictions inférieures6).

  • 7 Voir Carte, pl. I. Sur les circonscriptions administratives voisines et rivales : Dupieux (Paul), (...)

4Le bailliage se définit ainsi par un ressort géographique, plus ou moins stable à travers les siècles. Celui de La Ferté-Alais, par rapport aux circonscriptions voisines, était minuscule, s'étendant sur une dizaine de paroisses, de Courances à Bouray, du Saussay à Valpuiseaux. C'était là, en 1543, le résultat provisoire du lent grignotage opéré par les officiers des sièges voisins et des concessions faites par les souverains à leurs fidèles7.

  • 8 Rançon du Roi Jean. Compte de l'aide, publ. par L. Dessalles dans Mélanges publiés par la Société (...)

5A l'origine, il semble que le châtelain exerçait la justice sur son domaine propre (La Ferlé, Boutigny, Maisse et Valpuiseaux) et, indirectement, sur tout un ensemble de fiefs situés d'Auvers à Courances, de Moigny à Itteville. Avant même la réunion au domaine de la couronne, ce ressort fut sensiblement réduit. Seigneurie du chapitre de Notre-Dame de Paris, Itteville bascule dès le début du xie siècle sous l'autorité du prévôt de Paris. De même, les ambitions des officiers royaux de Corbeil, de Melun, d'Etampes jouaient dans le sens de l'annexion à leurs ressorts de villages comme Ballancourt, Videlles, Auvers. Lorsqu'on leva, en 1309-1370, l'aide pour la rançon du roi Jean, la châtellenie de La Ferté-Alais ne comprenait déjà plus que dix localités : Guigneville, Videlles, Boutigny, Messe, Vaires, Bourroy, Duison, Bosne et Saussoy, Cousances, Courtemanche, Le val de Puisieux, La Ferté-Aleps8.

  • 9 Enquête, f° 18 : Les paroisses au-dedans du bailliage.
  • 10 Bailly (Roger), Monographie de Vayres-sur-Essonne, 2e partie, dans Bull, de la Soc. hist. et arch. (...)
  • 11 Estournet (Gustave), Les Briart de Villiers-le-Châtel et les Frères Précheurs, dans Bull, de la So (...)
  • 12 Arch. dép. S.-et-O., 6 B 193, ci-après cité rôle.
  • 13 Fleureau (B.), ouvr. cit., p. 585 sq., liste des villages, hameaux et lieux-dits dépendant en 1re (...)

6En 1543, cette liste est encore plus brève. Vayres et Videlles en ont disparu9. La seconde de ces paroisses, à l'exception de quelques écarts que nous retrouverons plus loin, dépend désormais de Melun et c'est à ce siège que comparaît, en 1560, pour la rédaction de la coutume, messire François de Vendôme, prince de Chabanais, seigneur de Milly, Moigny et Videlles. Quant à Vayres-sur-Essonne, dont la seigneurie avait été donnée en 1479 à Olivier Le Dain, son érection en châtellenie mouvant directement du roi la fit échapper au ressort du bailliage de La Ferté-Alais. malgré les efforts des officiers du siège10. On remarque également l'absence, dans cette énumération, de la grosse paroisse et seigneurie de Villiers-le-Châtel (aujourd'hui Cerny). Là aussi, la qualité des détenteurs du fief avait entraîné le rattachement à la prévôté de Paris11. Par contre, l'enquête de 1543 mentionne expressément, à côté de Bouray-sur-Juine, l'appartenance au bailliage du hameau de Gillevoisin. Ainsi défini, le ressort de La Ferté-Alais ne devait plus être substantiellement modifié jusqu'à son rattacbement en 1769 au bailliage d'Etampes, dont les officiers ne perdaient aucune occasion de revendiquer leur autorité sur les paroisses les plus proches de leur siège. L'incorporation du bailliage au duché d'Etampes au début du xvie siècle facilitait évidemment leurs entreprises. Mais nous voyons, en revanche, les officiers de La Ferté-Alais convoquer, lors de la levée du ban et de l'arrière-ban de 1557, des possesseurs de fiefs situés non seulement à Vayres et à Cerny, paroisses enclavées, mais à Itteville et à Mespuits12. L'ouvrage de dom Basile Fleureau permet de dessiner avec précision l'étendue du bailliage au milieu du xviie siècle13.

II. - CONSISTANCE ET REVENUS DU BAILLIAGE

7En 1543, le roi était seigneur de La Ferté-Alais. A ce titre, il y détenait un domaine consistant en biens fonciers, en droits seigneuriaux et féodaux, directs ou indirects, dont le procès-verbal nous fournit une description détaillée et chiffrée.

  • 14 Enquête, fos 17-18-19, 29-34.

8Le domaine corporel était des plus réduits : « une apparence de chasteau qui est à présent en ruine » et qui fut rasé et loti avant la fin du siècle ; la geôle ; un moulin à La Ferté, baillé en 1522 pour 28 ans contre un loyer de 30 setiers de blé mouture ; deux autres moulins, sis au Gué Saint-Lazare, à Baulne, également affermés à long terme contre 33 setiers de blé mouture par an, et 143 arpents de bois à Marbois (paroisse de Videlles). S'y ajoutait un droit de tonture sur des prés à Maisse, dont l'étendue n'est pas indiquée14. La seigneurie directe s'étendait sur une partie du bourg. Le roi y levait sur ses tenanciers 30 1. 11 s. 4 d. parisis de cens et deux poules. Ces censives portaient lods et ventes, au taux, normal pour la région parisienne, de 16 d. pour livre accru d'un droit de saisine de 12 d. pour livre (en tout, 11,7 %). Les commissaires en évaluèrent le rapport, sur la base des résultats des années précédentes, à 07 s. 3 d., ce qui paraît très faible.

9Les droits seigneuriaux étaient, comme toujours, variés et complexes : pêche dans l'Essonne sur la traversée de Cour-dimanche et de La Ferlé, péages à Bouligny et Maisse, droits levés sur les foires de la Saint-Firmin, en septembre, et de la Mi-Carème, droits sur le trafic (tonlieu, rouage, forage), droit de minage sur les quantités de grains mesurées aux marchés du vendredi et du samedi. Tous ces éléments sont évalués, d'abord par les officiers royaux, puis par les commissaires : pour les uns, une dizaine de livres et 10 à 18 setiers de grains ; pour les autres, 23 1. mais seulement 6 setiers et demi de grains, compte tenu des baux passés depuis 1530.

  • 15 Enquête, f° 18-20 et dépositions.

10Les droits de justice étaient les plus importants. La juridiction directe du prévôt royal (dont l'office était d'ailleurs réuni en fait à celui de bailli, compte tenu de l'exiguïté du ressort) est soigneusement définie : 140 des 180 feux du bourg, 00 des 130 feux de Baulne, 13 des 53 feux de Courdimanche, 140 à 160 feux sur 200 à 220 à Maisse, 90 des 126 feux de Valpuiseaux, 15 à 16 feux seulement à D'huison, mais tous les feux de Bouray-sur-Juine. Les autres habitants des paroisses nommées et ceux des autres villages (Guigneville, Bouligny, Courances, Le Saussay et Gillevoisin) relevaient en appel du bailli qui pouvait également se saisir par prévention d'un certain nombre de cas royaux15. L'exercice de la justice requérait un personnel relativement nombreux d'officiers royaux : un bailli, qui exerçait également celte charge sur le petit ressort de Brie-Comte-Robert : un lieutenant, un prévôt, un procureur du roi, un commis-receveur, deux greffiers et huit sergents royaux. Les bois avaient leur garde et le château ruiné un capitaine, qui ne devait pas avoir grand-chose à faire. S'y ajoutait, pour l'exercice de la juridiction gracieuse, un tabellion installé au bourg, qui déléguait des commis à Maisse, Courances, Valpuiseaux, Bouray, Courdimanche et Le Saussay. Greffes et tabellionnages étaient affermés par baux de deux ou trois ans. Les commissaires nous indiquent le montant des loyers. Celui du greffe du bailliage est passé de 18 1. en 1530 à 90 I. en 1541, celui du tabellionnage de 45 1. à 96 1. Par contre, le greffe de la prévôté, en hausse de 1530 à 1535 (75 1. et 102 1.), est tombé à 68 1. En effet, l'activité du prévôt, juge de première instance, se trouvait peu à peu réduite par la compétence du bailli et les créations de justices seigneuriales.

  • 16 Id., fos 20 et 26-29 : fiefs des Murs de Maisse, de La Mothe à Guigneville, de Puysauvage, à la li (...)

11Le domaine incorporel comprenait enfin la mouvance d'une dizaine de fiefs. On verra plus loin qu'ils étaient loin de représenter la majorité des innombrables tenures nobles dont on peut trouver trace au milieu du xvie siècle dans la dizaine de paroisses du bailliage. L'enquête énumère ces fiefs et leur consistance, évalue leur revenu, mais constate que les droits de relief, levés en cas de mutation, n'ont rien rapporté dans les douze dernières années16. On remarque, comme à l'ordinaire, la grande variété de ces tenures nobles. Si le fief des Murs de Maisse, d'ailleurs partagé, comprend un manoir, plus de 180 arpents de terres, plus de 64 1. de cens (ce qui représente une vaste étendue), celui du Puisauvage ne consiste qu'en 24 arpents de bois et le fief Coulon, à Courdimanche, est réduit à la levée de 10 à 12 1. de cens.

12Au total, les recettes de tous ces biens et droits dépendant de la seigneurie de La Ferté-Alais et du bailliage sont évaluées par les commissaires à 352 1.p. 5 s. 11 d., plus deux poules valant 30 d. et 5 muids 9,5 setiers de grains, pouvant correspondre à 75 ou 80 1. par an.

  • 17 Enquête, f° 34-35.

13Les dépenses sont de deux ordres : des aumônes, montant à 20 1. 8 s. 4 d., et les gages des officiers royaux. Ceux-ci sont dérisoires : 10 1. au bailli, 16 I. au receveur, 8 1. au prévôt, 3 1. au procureur du roi, 4 1. 16 s. au garde des bois. 8 1. au capitaine du château17. On sait du reste que les véritables profits de ces charges consistaient en taxes sur les actes de procédure et en épices versées par les plaideurs.

III. - VILLES ET VILLAGES DU BAILLIAGE

14Au hasard des pages, l'enquête de 1543, qui contient de nombreuses dépositions d'habitants du bailliage, nous fournit de précieux renseignements que nous regroupons par localités, en les complétant et en les éclairant par des documents contemporains.

  • 18 Enquête, f° 36, témoignage de Martiel Pavy, qui lève la taille depuis six ans.
  • 19 Enquête, f° 29. Parmi les témoins, un voiturier par eau témoigne de la navigation sur l'Essonne (i (...)

15La Ferté-Alais est « un petit bourg commencé de clore », rassemblé autour du vieux château et de l'église. On lui attribue 180 feux et l'un des témoins affirme qu'il n'y en avait que 160, six ans auparavant18. Plusieurs indices laissent à penser que la prospérité du premier seizième siècle se manifeste clairement ici. La population comprend un bon nombre de marchands : deux ou trois marchands drapiers, dont un des témoins, Jean Rousseau, briard d'origine, trois ou quatre marchands-merciers, des artisans, des vignerons et quelques laboureurs, des manouvriers « et autre menue populace ». L'activité économique est celle d'un marché local, dont l'influence ne pouvait guère s'étendre au-delà des villages voisins. Selon Etienne de La Folie, laboureur, on vendait aux deux foires annuelles des draps, des cuirs, des toiles, des tapis. Le marché aux grains devait être assez prospère, si l'on en croit le mouvement du loyer du droit de minage, qui passe de 3 setiers en 1530-1531 à 4 setiers pour 1535-1536, à 8 seliers 3/4 pour 1537 et à 15 setiers mine pour 154119. Cette hausse rapide résulte à la fois d'un accroissement de la production céréalière, d'une activité d'échanges plus grande et d'une meilleure gestion du domaine (la brusque hausse de 1537 coïncide avec l'incorporation de la châtellenie de La Ferté-Alais au nouveau duché d'Etampes). La Ferté-Alais, siège royal, entretenait l'activité de nombreux hommes de loi : une dizaine de procureurs ou de praticiens y exerçaient. Huit d'entre eux figurent parmi les témoins interrogés, deux sont nés dans le bourg, quatre dans les paroisses voisines, deux sont des "horsains" : Jean Munier, 60 ans, est originaire de Guiray en Poitou et déclare avoir exercé la justice de D'huison ; Pierre Ridereau, âgé de 37 ans, né à Saint-Martin-de-Bourdonné près de Montfort-l'Amaury, qui exerce la "mairie" de Guigneville, est installé à La Ferté-Alais depuis douze ans. Les nombreux baux d'affermage des multiples droits seigneuriaux et royaux fournissaient à ces praticiens des occasions de profit. Guillaume Potart, né à Bouray, installé à La Ferté-Alais depuis trente ans, a toujours « hanté et fréquenté la pratique audit lieu », il a exercé le tabellionnage en 1514-1516, tenu le greffe de la prévôté de 1516 à 1520, puis celui du bailliage en 1528 : image d'une carrière de basochien local.

  • 20 Rôle, premier nom cité.

16La seigneurie de La Ferté-Alais appartient au souverain, mais le prieur-curé du lieu, nommé par l'abbé de Morigny, tient un fief emportant la moyenne et basse justice sur 42 feux. Les revenus du domaine pouvaient être engagés par le roi à un de ses fidèles, en pure récompense ou en ferme. En 1557, lors de la convocation du ban et de l'arrière-ban, Cosme Clausse, seigneur de Fleury-en-Bière, comparaît en cette qualité20.

  • 21 Tuetey (Alexandre) et Campardon (Emile), Inventaire des registres des insinuations du Châtelet de (...)
  • 22 Arch. dép. S.-et-O., E 6188, 10 novembre 1603.

17Baulne est une seigneurie tenue en fief du baron de Saint-Yon par noble homme Louis du Moulin. Dès 1549, il en avait fait donation à ses enfants21. Par sa petite-fille, Jacqueline du Moulin, elle passa à la fin du siècle à Paul Guéroult, conseiller du roi, contrôleur général des finances d'Outre-Seine et Yonne, qui en fit hommage en novembre 160322. La seigneurie comprenait un hôtel, face à l'église et au bord de la rivière, un clos de six ou sept arpents, la ferme de Maulny avec 80 arpents de terres. La censive rapportait 16 à 17 1., 9 chapons et 2 poules. Le seigneur jouissait de la justice moyenne et basse.

  • 23 Enquête, fos 20 et 27.
  • 24 Mannier (Eugène), Les commanderies du Grand Prieuré de France (Paris, Aubry et Dumoulin, 1872, in- (...)

18Sur le terroir se trouvaient quelques autres petits fiefs, sans seigneurie, ni justice. L'un d'eux appartenait au chapitre de Notre-Dame de Corbeil ; un autre, nommé du Puysauvage en 1543, du Bois Enguerant en 1557, était tenu par Cosme Lhuillier, membre d'une importante famille de la bourgeoisie parisienne23. Ce même personnage tenait un autre petit fief au Saussay, tandis que la seigneurie du hameau et du terroir, emportant droit de haute justice, appartenait à l'ordre de l'Hôpital. La très ancienne commanderie du Saussay consistait en un manoir, avec deux fermes, plus de deux cents arpents de terres, une chapelle24. On sait déjà que Le Saussay marquait vers le nord la limite du bailliage, le reste de la paroisse de Ballancourt dépendant de la prévôté de Corbeil.

  • 25 Fleureau (Dom Basile), ouvr. cit., p. 585. La géographie des terroirs était sensiblement différent (...)

19Toute la paroisse de Bouray-sur-Juine faisait partie du bailliage et le prévôt avait juridiction sur tous les habitants du village et de ses écarts (Boinveau, Frémigny, Chapelle-d'Orgemont, Petit-Mesnil)25. Selon la déposition de maître Jean Musnier, les Célestins de Paris et le seigneur de " Ragondange " détenaient des domaines sur le terroir. Le rôle du ban de 1557 mentionne les fiefs de Frémigny et du Petit-Villiers, tenus par Jean Beauclerc, qui « est au Piémont », et celui de Mesnil-Trasseboule, servi par un bourgeois de Paris.

  • 26 Arch. nat., T 19412, Inventaire des titres de la seigneurie de Val-grand (auj. Vert-le-Grand), non (...)
  • 27 Tuetey (A.), et Campardon (E.), ouvr. cit., n° 4986.

20Vers l'Ouest, le bailliage de La Ferté-Alais englobait les hameaux de Janville et de Gillevoisin, sur le terroir de la très vaste paroisse d'Auvers. Janville était le siège du fief du Donjon, consistant en une vaste censive, des bois et l'exercice de la moyenne justice. En 1557, il était tenu par Jean de Bombel, écuyer. Gillevoisin était un fief mouvant de celui de La Honville, à Vert-le-Grand26. Le seigneur lui avait adjoint la haute justice en 1522. En 1543, Guillaume de La Mare en avait fait don à sa future épouse, Anne Baraton, qui figure au rôle de 1557 en qualité de dame du lieu27. La terre appartenait en 1577 à Barnabé Brisson, dont la fille et héritière l'apporta à François Miron avant 1597. Elle passa ensuite au xviie siècle aux Gobelins.

  • 28 Enquête, f° 41, déposition Marignier.
  • 29 Dom Fleureau précise que le bailli se saisit en première instance des cas afférant aux hameaux de (...)

21Vers l'Est, le bailliage s'arrêtait aux limites des seigneuries de Mondeville, propriété des dames de Port-Royal, et de Videlles. Cependant, le hameau de Chêne-Bécart, bien que la paroisse de Videlles, dépendît du bailliage de Melun, restait dans le ressort de La Ferté-Alais28. De même, plusieurs petits fiefs, situés à Videlles, étaient revendiqués par les officiers de la châtellenie : celui de Chêne-Bécart, servi en 1557 par Marc de Moret et Arnoul Pillas ; celui de Chêne-Coupé, consistant en un manoir et 90 arpents de terres, tenu en 1543 par Etienne Falaise et en 1557 par Etienne Chartier ; celui de Retolut, nettement plus éloigné, qui appartenait aux dames de Notre-Dame d'Yerres. Ces hameaux figurent dans la liste dressée par Dom Basile Fleureau au milieu du xviie siècle29.

  • 30 Verbrugge (Le P.), Cent ans d'histoire de Courances (1451-1554), dans Bull, de la Soc. hist. et ar (...)

22La paroisse et la seigneurie de Courances formaient une enclave du bailliage de La Ferté-Alais, dans le territoire de celui de Melun. Cette anomalie se maintint jusqu'au xviiie siècle. Au vrai, la possession de la haute justice par le puissant seigneur de Courances relâchait les liens avec le siège royal. A la mort d'Etienne Lapite, en 1548, sa veuve vendit la terre et seigneurie à « messire Cosme Clausse, conseiller du roi, secrétaire de ses finances, contrôleur général de ses guerres », déjà seigneur de Fleury-en-Bière30.

  • 31 De Clercq (Henri), Notice historique sur Cerny, dans Annales du Gâtinais, t. viii, 1890, p. 20-90 (...)
  • 32 Arch. dép. S.-et-O., E 2047, à comparer avec les aveux de 1575 et 1608, analysés par Estournet (G. (...)
  • 33 83. Bourdot de Richebourg, Nouveau coutumier général, t. iii, p. 106, procès-verbal de rédaction d (...)
  • 34 Bailly (R.), art. cit., p. 20-25.
  • 35 Id., ibid., p. 42-43 et maintien du bailli de Vayres dans ses droits contre les prétentions de cel (...)

23Le bailliage de La Ferté-Alais s'étendait assez loin au sud de la bourgade. Sur la rive gauche de l'Essonne, on sait déjà que les paroisses et les seigneuries de Cerny, de D'huison et de Vayres échappaient aux officiers du siège. La première n'est même pas citée dans l'enquête de 1543, la seconde est expressément exclue, encore que le prévôt y ait juridiction sur une quinzaine de feux. Le terroir étendu de Cerny dépendait de la châtellenie de Villiers-le-Châtel, aux mains de Jean de Selve, premier président au Parlement de Paris dès 1528, ainsi que la seigneurie de D'huison31. Un dénombrement accompagne sa prestation d'hommage32. Le fief de Cerny comprend un château, brûlé par les Anglais, une réserve assez mince (15 arpents de pré, 5 arpents de vignes, 33 arpents de terres, une garenne et 20 arpents de bois). Par contre, la censive est vaste et le ressort de la justice s'étend sur Cerny, Boissy-le-Repos, Orgemont, Montmirault et Le Pont-de-Villiers. De nombreux fiefs relevaient de cette importante seigneurie. A D'huison, la réserve comprend le manoir et son clos, 124 arpents de terres et 132 arpents de bois, des prés, 65 1. de cens et la mouvance de plusieurs fiefs. Au milieu du xvie siècle, Villiers appartenait à Lazare de Selve, D'huison à Jean-Francisque de Selve33. Quant à la châtellenie de Vayres-sur-Essonne, après une période confuse, elle avait été cédée par Philippe de Croy à un avocat parisien, Nicolas de Hacqueville, dès 1529. La fille de ce dernier l'apporta en dot à Jacques Huault, conseiller et secrétaire du roi, qui présenta son hommage en 155034. On sait déjà que Vayres relevait directement du Châtelel, malgré les efforts des officiers d'Etampes et de La Ferté-Alais35.

  • 36 Il comparaît la même année à Paris pour son fief de Cerny et celui de Moret, à Saint-Yon. On signa (...)
  • 37 Sur ces fiefs et leur histoire, voir R. de Jouvengel, Recherches ...sur les Jouvencel, Villeconin, (...)
  • 38 En 1527, le fief des Messis est possédé par Charles et Jean de Marivas (Rôle des fiefs de la prévô (...)
  • 39 Enquête, f° 28 et rôle.
  • 40 la Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la Noblesse (Paris, Schlesinger, 1863-1876, 19 vol. (...)

24En 1557, lors de la convocation du ban et de l'arrière-ban, ces derniers firent appeler un bon nombre de détenteurs de petits fiefs mouvant des trois châtellenies : fiefs du Grand et du Petit Presles, à Cerny, tenus par la veuve de François de Grineau (ou de Griveau), et les héritiers d'un bourgeois de Paris ; fief de l'Eglise de Cerny, appartenant en mainmorte à la fabrique du lieu ; fief de La Grange de Braye, servi par un petit écuyer, Philippe de Ravenel36 ; fiefs du Clos Fourré, de La Grange Poulain, du Colombier à D'buison. Ce dernier relevait de La Ferté-Alais et consistait en un manoir avec 16 arpents de mauvaises terres et seulement 8 sols parisis de cens37. Installés dans ces fiefs minuscules, on retrouve les membres de petits lignages locaux, comme les Marivas et les Bizemont. Jean de Marivas, fils de Jean et de Catherine de Grancber, encore mineur vers 1540, était seigneur des Messis à Chevannes et de Vaugrigneuse à Guigneville. En 1557, il comparait à la montre du ban, au titre de la Vicomté de Paris et s'engage à servir personnellement à l'armée38. Emery de Marivas est détenteur du fief du Colombier en 1543, tandis que le fief du Clos Fourré est tenu, en 1557, par Louis de Marivas et par les hoirs d'Hubert de Bizemont, ses cousins39. Les Bizemont, d'origine picarde, étaient venus s'installer dans la région pendant la guerre de Cent ans. On les trouve en possession du fief du Buisson, à Champcueil, du manoir du Chalambier à Mondeville. Ils se maintiendront jusqu'au milieu du xviie siècle40.

  • 41 Enquête, f° 27. Charles de Marivas est le même que le seigneur des Messis, cité plus haut, note 38

25Sur la rive droite de l'Essonne, Guigneville appartenait sans conteste au bailliage de La Ferté-Alais. La paroisse comptait plusieurs hameaux : Saint-Firmin, où se trouvait l'église, Vaugrigneuse, siège du fief des Marivas, La Mothe, également siège d'un petit fief, partagé en 1543 entre Guillaume de Marivas et la veuve de Charles de Marivas41. Quant à la seigneurie du lieu, qui emportait la justice moyenne et basse, elle était détenue par la famille de Précy : Claude, taxé en 1557 à 50 1., Robert, le cadet, qui offre de servir en personne si on l'aide à s'équiper, et les héritiers d'Anne, taxés à 50 sous.

  • 42 Enquête, f° 28. Un cadet, Jean de Renty, sert au nom de Lazare de Selve en 1557 (Arch. nat., Y 84, (...)
  • 43 Bail à cens de 120 arpents de terres par l'abbesse de Port-Royal à Noble homme Jacques Pillart, éc (...)

26Boutigny formait une seigneurie assez importante, dont le cœur était formé par la réunion de quatre fiefs entre les mains de Pierre de Renty42. Sa veuve figure au rôle de 1557. Le bameau de Marchais était aussi une seigneurie, que l'enquête de 1543 et le rôle de 1557 ignorent. Nous pensons qu'il dépendait du bailliage de Melun. En 1506, noble homme Jacques Pillart, écuyer, se qualifiait de sieur de Marchais ; en 1556, Louis Pillart, héritier de Gaspard, était condamné à payer aux Dames de Port-Royal les cens et rentes pesant sur ses biens à Mondeville43.

  • 44 Enquête, f° 20 et rôle cité.
  • 45 Enquête, f° 43.
  • 46 Enquête, fos 20 et 26.
  • 47 Le P. Anselme, Histoire généalogique (Paris, 1726, 9 vol. in-f°), t. vi, p. 501, complété et corri (...)
  • 48 Arch. nat., G 1203, f° 33.
  • 49 Fleureau (Dom Basile), ouvr. cit. ; Gallia christiana, t. xii, col. 183.

27La petite paroisse de Courdimanche était tout entière « au dedans du bailliage ». L'enquête y mentionne la juridiction partielle du prévôt et l'existence du fief Coulon, qui comportait l'exercice de la moyenne justice sur une partie des habitants. Un certain Coulon de Vaucouleurs détenait ce fief en 1543 et en 155744. Maisse, dont le terroir, à la différence des deux précédents, s'étend sur les deux rives de l'Essonne, était un bourg important. Les témoins lui attribuent plus de 220 feux. Selon la déclaration de Pierre Vinot, le village dépendait du domaine royal45. Le fief des Murs de Maisse était en effet tenu du souverain. Il consistait en un manoir, accompagné de près de 200 arpents de terres et d'une vaste censive. En 1543, il était servi par moitié par Guillaume de La Mothe et René Potin, sur lesquels nous ne savons rien46. Avant 1557, il entra dans le patrimoine des Hurault de Boistaillé, qui jouaient un rôle important dans toute la région. Cette famille de parlementaires et d'officiers parisiens possédait de nombreuses seigneuries et fiefs dans le Hurepoix et en Gâlinais47. La branche aînée, de Cheverny, qui fournit un Chancelier de France, était installée à Limours, à Esclimont et Gallardon. Une autre branche tint la seigneurie du Marais pendant plus d'un siècle. Enfin, Jean Hurault devint, au début du xvie siècle, seigneur de Boistaillé, de Juvisy (qu'il ne garda pas), de Belesbat (à Courdimanche) et de Maisse. Un de ses fils fut abbé de Morigny, et mourut en 1560. L'autre, Nicolas, tint les mêmes seigneuries que son père. Il figure au rôle du ban de 1557 pour ses fiefs de Maison-Blanche et des Murs (de Maisse) et sa seigneurie de Mespuits. Sa qualité de conseiller au Parlement et de bourgeois de Paris l'exemple du service cl de la taxe. 11 mourut en 1560 et fut inhumé à Morigny. Il eut au moins trois fils. L'aîné, Robert, qui prit le titre de seigneur de Belesbat, épousa Madeleine de L'Hospital, fille et héritière du célèbre chancelier, qui était, comme on sait, seigneur du Vignay, à Champmotteux et de Valgrand (Vert-le-Grand). Jean, seigneur de Boistaillé, fut également conseiller au Parlement, mourut en 1572 et fut, comme ses parents, inhumé à Morigny. Un de ses fils porta le titre de seigneur de Boislaillé, Mespuits et Valpuiseaux ; l'autre fut seigneur de Bonnes (Chamarande) qu'il avait hérité de son oncle, André, le troisième fils de Nicolas. Ce dernier avait profité de l'aliénation des biens du clergé pour acquérir, en 1563, moyennant la modeste somme de 3 600 1., la terre de Bonnes, mise en vente par l'abbaye de Morigny48. On ne s'étonnera pas de l'opération si l'on se souvient que l'abbé commendataire était alors... son frère Jean49.

28Avec les domaines des Hurault, nous atteignons les limites géographiques du bailliage de La Ferté-Alais. Si Valpuiseaux figure dans la liste des paroisses du ressort, Mespuits est incontestablement en dehors de celui-ci. L'enquête de 1543, sans doute antérieure aux acquisitions des Hurault, ne mentionne à Valpuiseaux qu'un petit fief de Maison-Rouge, réuni à la puissante seigneurie de Villiers-en-Beauce et Farcheville, propriété de la famille de Châtillon.

29Au terme de cette analyse commentée de l'enquête de 1543, quelques conclusions peuvent sans doute être dégagées. L'impression dominante est celle de la complexité extrême de l'administration et, particulièrement, de l'exercice de la justice, démembrée entre des juridictions superposées, à la fois quant au ressort géographique et quant à la saisine. On imagine que les procureurs et les officiers y trouvaient aliment à leur goût de la procédure. Le deuxième trait est celui du morcellement féodal et seigneurial. La possession de la terre " noble " est dispersée entre des familles d'origine et d'illustration fort diverses : lignages anciens, s'accrochant à des fiefs minuscules qui ne pouvaient leur assurer qu'un revenu médiocre ; courtisans en faveur, comme les Gausse de Courances ; officiers des cours souveraines, surtout, attestant, à cinquante kilomètres de Paris, la puissance de la robe et son désir d'ascension sociale par la possession de seigneuries. Ce sont ces dynasties, issues de la bourgeoisie parisienne ou venues des bords de la Loire, qui concentrent entre leurs mains les domaines les plus importants, les revenus les plus élevés, les pouvoirs les plus efficaces.

Le bailliage de La Ferté-Alais (les pointillés suivent les limites des circonscriptions actuelles et non des paroisses anciennes)

Notes

1 Estournet (Gustave), La Ferté-Alais, ses origines, ses noms, ses premiers châteaux, dans Bull, de la Soc. hist. et arch. de Corbeil, d'Etampes et du Hurepoix, 1944, p. 34-118.

2 Arch. nat., R4 943, un cahier, 58 f° : comparution des officiers, f° 1-20 ; observations des procureurs de Jean de Bretagne, f° 21 ; arpentages et évaluations, f° 24-36 ; interrogatoires des témoins, f° 36-58. Cité infra : Enquête.

3 L'enquête a été utilisée par Dom Fleureau, Les Antiquitez de la Ville et Duché d'Estampes... (Paris, J.-B. Coignard, 1683, in-4°), p. 31. Une analyse était conservée aux Arch. dép. du Loiret, A 1237-1238. Elle a été détruite en 1940.

4 Jacquart (Jean), La population de la châtellenie de La Ferté-Alais, du xvie au xviiie siècle, dans Hommage à Marcel Reinhardt, Paris, 1973, p. 351-356.

5 Estournet (G.), art. cit., p. 37.

6 Dupont-Ferrier (Gustave), Les officiers royaux des bailliages et sénéchaussées... à la fin du Moyen Age, Paris, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, 1902, in-8°.

7 Voir Carte, pl. I. Sur les circonscriptions administratives voisines et rivales : Dupieux (Paul), Les Institutions royales au pays d'Etampes (Comté, puis Duché) : 1478-1598, Versailles, Mercier, 1931, in-8°, xix-258 p. ; Cavailler (Paulette), Essai sur la Prévôté de Corbeil, dans Bull, de la Soc. hist. et arch. de Corbeil, 1960, p. 29-72 ; 1961, p. 37-50 ; 1962, p. 7-29 ; 1963, p. 15-76.

8 Rançon du Roi Jean. Compte de l'aide, publ. par L. Dessalles dans Mélanges publiés par la Société des bibliophiles français (Paris, 1850), p. 102-104.

9 Enquête, f° 18 : Les paroisses au-dedans du bailliage.

10 Bailly (Roger), Monographie de Vayres-sur-Essonne, 2e partie, dans Bull, de la Soc. hist. et arch. de Corbeil, 1967 (1968), p. 17-18 et p. 41-45.

11 Estournet (Gustave), Les Briart de Villiers-le-Châtel et les Frères Précheurs, dans Bull, de la Soc. hist. et arch. de Corbeil, 1946, p. 52-99.

12 Arch. dép. S.-et-O., 6 B 193, ci-après cité rôle.

13 Fleureau (B.), ouvr. cit., p. 585 sq., liste des villages, hameaux et lieux-dits dépendant en 1re instance et en appel.

14 Enquête, fos 17-18-19, 29-34.

15 Enquête, f° 18-20 et dépositions.

16 Id., fos 20 et 26-29 : fiefs des Murs de Maisse, de La Mothe à Guigneville, de Puysauvage, à la limite de Baulne et de Mondeville, du Donjon à Janville (paroisse d'Auvers), du Colombier à D'huison, de Chêne Coupé à Videlles, Coullon à Courdimanche, et les quatre fiefs de Jarcy, du Pressoir, des Poulies et de Nainvilliers, sis à Boutigny et incorporés à la seigneurie du lieu.

17 Enquête, f° 34-35.

18 Enquête, f° 36, témoignage de Martiel Pavy, qui lève la taille depuis six ans.

19 Enquête, f° 29. Parmi les témoins, un voiturier par eau témoigne de la navigation sur l'Essonne (id„ f° 52).

20 Rôle, premier nom cité.

21 Tuetey (Alexandre) et Campardon (Emile), Inventaire des registres des insinuations du Châtelet de Paris (Paris, I.N., 1906, in-4°), n° 3672.

22 Arch. dép. S.-et-O., E 6188, 10 novembre 1603.

23 Enquête, fos 20 et 27.

24 Mannier (Eugène), Les commanderies du Grand Prieuré de France (Paris, Aubry et Dumoulin, 1872, in-8"), p. 80-81 ; Arch. nat., S 5559-5560.

25 Fleureau (Dom Basile), ouvr. cit., p. 585. La géographie des terroirs était sensiblement différente de l'actuelle configuration des communes, comme on peut le constater à partir des plans d'intendance de la fin du xviiie siècle (Arch. dép., C, passim).

26 Arch. nat., T 19412, Inventaire des titres de la seigneurie de Val-grand (auj. Vert-le-Grand), non fol., liste des fiefs mouvants, avec mention des actes de foi et hommage.

27 Tuetey (A.), et Campardon (E.), ouvr. cit., n° 4986.

28 Enquête, f° 41, déposition Marignier.

29 Dom Fleureau précise que le bailli se saisit en première instance des cas afférant aux hameaux de Marbois, Retolut, Mézières et Chêne Coupé, en appel des jugements de la seigneurie de Chêne Bécart.

30 Verbrugge (Le P.), Cent ans d'histoire de Courances (1451-1554), dans Bull, de la Soc. hist. et arch. de Corbeil, 1968 (1969), p. 55-66.

31 De Clercq (Henri), Notice historique sur Cerny, dans Annales du Gâtinais, t. viii, 1890, p. 20-90 et 201-239.

32 Arch. dép. S.-et-O., E 2047, à comparer avec les aveux de 1575 et 1608, analysés par Estournet (G.), Les Briart..., p. 95-99.

33 83. Bourdot de Richebourg, Nouveau coutumier général, t. iii, p. 106, procès-verbal de rédaction de la coutume d'Etampes, 1556.

34 Bailly (R.), art. cit., p. 20-25.

35 Id., ibid., p. 42-43 et maintien du bailli de Vayres dans ses droits contre les prétentions de celui de La Ferté-Alais (Arch. dép. S.-et-O., E 2045).

36 Il comparaît la même année à Paris pour son fief de Cerny et celui de Moret, à Saint-Yon. On signale qu'il est exempt de service par lettres patentes (Arch. nat., Y 84, Rôle du ban et arrière-ban de 1557 pour la Prévôté et Vicomté de Paris).

37 Sur ces fiefs et leur histoire, voir R. de Jouvengel, Recherches ...sur les Jouvencel, Villeconin, 1940, in-4°, p. 747, sq.

38 En 1527, le fief des Messis est possédé par Charles et Jean de Marivas (Rôle des fiefs de la prévôté de Corbeil, Arch. nat., S 1126 A). Vers 1540, la veuve de Charles et ses enfants en tiennent les deux tiers, la veuve de Jean et son fils Jean l'autre tiers (Bibl. Univ. Paris, ms. 336). Arch. nat., Y 84, liste des gens ordonnés pour servir, montre du 22 juillet : « Jean de Maryvas, demeurant à Guigneville près La Ferté-Alais... »

39 Enquête, f° 28 et rôle.

40 la Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la Noblesse (Paris, Schlesinger, 1863-1876, 19 vol. in-4°), art. Bizemont (avec de nombreuses erreurs) ; Etat des fiefs de la prévôté de Corbeil vers 1540 (Bibl. Univ. Paris, ms. 336) ; fonds de la seigneurie de Mondeville (Arch. nat., S 4523 actes divers, S 4541 et 4543 terriers).

41 Enquête, f° 27. Charles de Marivas est le même que le seigneur des Messis, cité plus haut, note 38.

42 Enquête, f° 28. Un cadet, Jean de Renty, sert au nom de Lazare de Selve en 1557 (Arch. nat., Y 84, liste des gens ordonnés...).

43 Bail à cens de 120 arpents de terres par l'abbesse de Port-Royal à Noble homme Jacques Pillart, écuyer, seigneur de Marchais, 12 mars 1506, analysé dans Arch. nat., S 4543, f° 38, condamnation de 1556, id., f° 48.

44 Enquête, f° 20 et rôle cité.

45 Enquête, f° 43.

46 Enquête, fos 20 et 26.

47 Le P. Anselme, Histoire généalogique (Paris, 1726, 9 vol. in-f°), t. vi, p. 501, complété et corrigé par divers documents.

48 Arch. nat., G 1203, f° 33.

49 Fleureau (Dom Basile), ouvr. cit. ; Gallia christiana, t. xii, col. 183.

Table des illustrations

Légende Le bailliage de La Ferté-Alais (les pointillés suivent les limites des circonscriptions actuelles et non des paroisses anciennes)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2363/img-1.jpg
Fichier image/, 117k

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540