Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village médiéval et son environnement

 | 
Laurent Feller
, 
Perrine Mane
, 
Françoise Piponnier

Les habitants et leurs objets

Un castrum artisanal : Calberte en Gévaudan (XIIe-XIVe siècle)

Isabelle Darnas

Texte intégral

  • 1 J.-C. Hélas, Une commanderie des Hospitaliers en Gévaudan : Gap-Francès au milieu du XVe siècle, M (...)

1Le Gévaudan est l'un des plus septentrionaux diocèses du Languedoc. Son étendue correspond à peu près au département actuel de la Lozère qui constitue ainsi une entité historique très homogène. Peu concerné par les études récentes à l'exception des travaux de Jean-Claude Hélas1, le Gévaudan présente donc un terrain “vierge” fort intéressant pour l'historien comme pour l'archéologue. C'est avec cette dernière démarche que j'ai été amenée à étudier le castrum de Calberte à travers un travail monographique destiné à fonder la base d'une recherche plus large sur l'ensemble du diocèse.

  • 2 I. Darnas, Une maison médiévale à Saint-Germain-de-Calberte, dans IIIe Congrès des Sociétés savant (...)
  • 3 Id., Étude archéologique et historique du Château de Calberte (Lozère), dans Revue du Gévaudan, 3, (...)
  • 4 Id., op. cit. à la note 2, 1992.

2Le castrum de Calberte est situé sur la commune de Saint-Germain-de-Calberte, au sud-est du département. Au cœur des montagnes cévenoles qui forment le versant méditerranéen du Massif Central, le site castrai se développe sur un piton de schiste. Calberte fait l'objet d'une fouille programmée depuis plusieurs années et le résultat des fouilles a été régulièrement publié2. L'objet de cet article n'est donc pas de reprendre ces résultats ou d'apporter ceux des dernières fouilles. Il a pour but de rassembler les nombreux indices repérés et collectés tout au long de ces années concernant les activités métallurgiques indéniablement liées à l'histoire du site. Le bilan est simple, l'interprétation complexe. Les activités métallurgiques sont présentes dans tous les secteurs étudiés : dans les bâtiments castraux étudiés entre 1983 et 19863, dans le quartier nord-ouest de l'habitat4, dans le quartier situé hors de l'enceinte villageoise fouillé au cours du dernier programme triennal (1993-1995). Au-delà de l'analyse de ces indices, il s'agit surtout de détecter les raisons qui ont présidé à l'installation du castrum et à celles qui ont justifié son abandon. Peut-être aussi, par extension, sera-t-il possible de comprendre l'une des causes de l'implantation des réseaux de castra dans des régions montagneuses dont l'accès n'est pas aisé, mais qui renfermaient des richesses exploitables par les puissants du Moyen Âge.

Les indices d’activité métallurgique en Gévaudan

Les sites archéologiques : Protohistoire, Antiquité, Moyen Âge

3Avant d'aborder l'exemple cévenol de la région de Calberte, il est important d'apporter quelques données géologiques sur le Gévaudan. Cette région se divise en quatre zones bien distinctes : au nord-est, le massif granitique de Margeride, au nord-ouest, le plateau basaltique de l'Aubrac, au sud-ouest, les grands Causses calcaires et au sud-est, les vallées schisteuses des Cévennes au cœur desquelles surgit la masse granitique du Mont Lozère (Fig. 1). Cette diversité donne une grande variété de paysages, de végétation et de richesses métalliques.

  • 5 Ce terme désigne la montagne servant de frontière entre l’Aquitaine et la Narbonnaise. Il recouvra (...)
  • 6 Strabon, Géographie, ΙII, 2, 8, trad. A. Tardieu, Paris, 1867.
  • 7 J. Delmas, Notes sur l‘industrie du cuivre dans le Rouergue méridional au Moyen Age, dans Revue du (...)
  • 8 J. Bousquet, Mines et travail du fer en Rouergue et alentour au début du Moyen Age, problèmes de d (...)
  • 9 R. Pierobon, Les fouilles de Javols, publication en cours.
  • 10 E. Hédan, A. Vernhet, Notes sur le cuivre et ses alliages au premier siècle avant J.-C. chez les R (...)
  • 11 J.-C. Joulia, Le mausolée romain de Lanuéjols, dans Revue du Gévaudan, 1979, p. 49-60.
  • 12 Communication orale transmise par Michel Wienin, été 1996. Les mines d’argent sont mentionnées dan (...)
  • 13 ADL, G 32 ; E. Bazalgette, Les droits des évêques de Mende sur les mines du diocèse, dans Revue du (...)

4Les Celtes, puis les Romains, recherchèrent activement les filons exploitables. Les auteurs antiques signalent les Cévennes5 pour leurs richesses minières6. Bien que l'or, l'argent, le cuivre et le plomb soient les métaux les plus souvent évoqués, le fer n'est pas absent. Sans revenir sur les travaux effectués en Albigeois ou dans le Rouergue7 et en se limitant au Gévaudan, il est possible de constater que la présence de certains sites archéologiques étudiés est liée à une activité métallurgique. Tentons un rapide repérage du nord au sud du Gévaudan : sur l'Aubrac, le travail du fer est signalé en liaison avec la transhumance8 ; en Margeride, les dernières fouilles de la civitas des Gabales, Anderitum ou Javols aujourd'hui, ont livré un certain nombre de foyers métallurgiques et une forge9 ; dans la vallée du Lot, sur l'oppidum de Saint-Bonnet-de-Chirac, sont fouillés quelques foyers témoignant d'un travail du bronze10 ; plus en amont de cette même vallée, le chercheur travaillant sur le mausolée romain de Lanuéjols suppose que les membres de la riche famille inhumée avaient fondé leur richesse sur l'exploitation du plomb argentifère du Valdonnez11 ; sur les flancs nord-ouest du Mont Lozère et au pied du castrum du Tournel sont localisées des galeries de mines de plomb-argentifère12 ; aux confins du Rouergue, l'atelier monétaire mérovingien de Banassac frappe une monnaie d'or dont les nombreux exemples constituent l'une des collections les plus importantes du Cabinet des Médailles à Paris (la plupart des cours d'eau sont aurifères et l'orpaillage est signalé au XIVe siècle dans un document d'archive conservé aux Archives départementales de la Lozère13) ; dans les Cévennes, le site de Calberte présente des indices liés à une métallurgie du fer. Ce tableau est rapide et couvre indifféremment les périodes protohistorique, antique et médiévale. Il se veut surtout informatif quant à la présence de filons reconnus avant l'ère industrielle. En effet, les recherches actives du XIXe siècle ont permis de repérer ces traces antiques et de localiser de nouveaux secteurs exploitables. Ce rappel préalable permet de présenter l'intérêt précoce, au moins dès la protohistoire, accordé à ces montagnes anciennes.

La paroisse médiévale de Saint-Germain-de-Calberte

  • 14 I. Darnas, Le terroir et l’habitat médiéval de Saint-Germain-de-Calberte, paroisse des Cévennes, d (...)

5La paroisse de Saint-Germain-de-Calberte constitue un exemple typique de la région cévenole, région d'habitat très dispersé. Un petit bourg, groupé autour de l'église paroissiale, domine les ruines d'un castrum, situé au creux de la vallée principale. Le reste de la paroisse se caractérise par un grand nombre de hameaux isolés, disséminés dans les petites vallées alentour et reliés par des réseaux très complexes de chemins14. Cette paroisse a-t-elle joué un rôle dans l'histoire métallurgique cévenole ?

  • 15 AD Gard G 398, annexes 3 et 4, cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame-de-Nîmes, E. Germer-Du (...)
  • 16 L. Alibert, Dictionnaire occitan-français, Toulouse, 1966.
  • 17 M.-C. Bailly-Maitre, Pour une histoire des mines au Moyen Age. L’exemple de mines de la terre d'Hi (...)
  • 18 Témoignage du secrétaire général de mairie, retraité aujourd’hui, Monsieur Liquière. Des éboulemen (...)

6En étudiant un ensemble de minutes notariales (XIV-XVe siècle) de la paroisse, un seul artisan du métal est apparu comme témoin dans un acte : un forgeron, faber. Bien qu'aucune trace de travail métallurgique ne soit mentionnée dans ces textes, la toponymie des hameaux peut fournir quelques éléments complémentaires. Le plus ancien manse mentionné, situé dans le mandement du castrum de Calberte, se nomme La Fabrègue (mention de 109215) mot construit sur la racine faber. Non loin de lui et dans la même vallée, un hameau se nomme Le Cros. En occitan, ce terme signifie “creux, cavité, fosse, trou, grotte”16. Marie-Christine Bailly-Maître constate que ce toponyme pourrait indiquer un travail minier17. Enfin, dernier élément remarquable, une mine d'antimoine a été exploitée au début du XXe siècle dans la vallée de Saint-Germain, à 500 m au sud du piton castrai. Les galeries ont été emportées par un glissement de terrain en 194018. Les abords du Gardon de Saint-Germain qui creuse cette vallée présentent encore aujourd'hui des aménagements complexes taillés dans le rocher (canaux d'amenée d'eau, barrages, trous circulaires et carrés divers), indatables et difficiles à interpréter mais néanmoins présents jusqu'au pied du castrum. Ils témoignent d'installations mais pour quel usage précis ? Bien sûr, l'ensemble de ces indications est bien insuffisant pour tenter une interprétation. C'est pourquoi nous allons nous approcher du castrum.

7La découverte systématique de scories métalliques dans tous les secteurs fouillés laissait supposer l'exploitation d'un filon et d'un éventuel traitement sur place du minerai de fer. Cette hypothèse présentait, en outre, l'avantage de fournir une explication à la désertion volontaire et méthodique du site : l'épuisement du filon exploité. C'est pourquoi j'organisais une prospection dans l’été 1992 afin d'essayer de localiser l'éventuel filon, avec l'aide technique d'un étudiant en maîtrise de géologie, Yves Dutour (Université de Lyon I). Malheureusement, rien ne permit d'avancer sur ce point : pas de mine repérée ni dans la vallée, ni sur le piton même. Au terme de cette première partie, si le constat concernant l'importance métallurgique du Gévaudan semble indéniable, le rôle métallurgique de la région de Saint-Germain-de-Calberte paraît reposer sur des indices beaucoup plus ténus. Pourtant, les preuves fournies par l'étude architecturale et archéologique du castrum déserté sont déterminantes.

Les éléments archéologiques fournis par le site de Calberte

8Mentionné pour la première fois en 1092, le castrum de Calberte se détache au sommet de son piton rocheux, au fond de la vallée de Saint-Germain-de-Calberte. Il se compose de trois éléments principaux : le château proprement dit, un habitat qui se développe essentiellement sur le flanc nord, protégé par une enceinte forte, et un quartier artisanal, constitué par un groupe de trois bâtiments (9, 10, 11) extérieurs à l'enceinte, situé au nord-est, aux abords immédiats de la porte principale du rempart (Fig. 2 et 3). L'habitat et le quartier extérieur sont désertés volontairement et méthodiquement à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe, alors que le château ne le sera qu'à la fin du XIVe.

Le château

  • 19 I. Darnas, N. Pousthomis, L. Schneider, La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif C (...)

9Les bâtiments du château ont été restaurés entre 1965 et 1986 et n'ont pas fait l'objet d'une fouille archéologique. Seul le bâtiment J, non restauré, l'a été et je reviendrai plus loin sur son rôle d'atelier métallurgique19. Je voudrais seulement signaler, dans le cadre du propos de cet article, la découverte, au cours du dégagement du bâtiment E, d'une importante loupe de fer.

10Dans un premier temps, je vais surtout m'attacher aux informations recueillies lors de l'étude architecturale des bâtiments castraux et notamment analyser, voire interpréter, trois structures à feu installées à l'intérieur du donjon et du logis seigneurial. J'utilise le terme volontairement général de structure faute de trouver un terme plus adéquat. Celui de cheminée est inadapté car le but de ces constructions n'est pas de chauffer la pièce où elles se trouvent. Il s'agit de trois niches ménagées dans l'épaisseur de deux murs, le mur nord du logis et le mur sud du donjon. Elles se présentent de manière identique, bien qu'environ 150 à 200 ans séparent la construction du logis et celle du donjon. La plus ancienne, celle du logis, appartient au premier état de l'ensemble des bâtiments du site. Il s'agit d'une haute niche de 1,24 m de haut sur 0,38 m de large. Dans le tiers inférieur, deux blocs maçonnés permettent de recevoir une plaque ou une grille horizontale. Cette dernière pouvait s'encastrer parfaitement dans un emplacement prévu à cet effet. Un conduit, de section carrée, se dirige vers l'étage supérieur et aboutit dans l'angle d'une niche carrée du premier étage : ce conduit provoquait donc un appel d'air et ne servait pas à l'évacuation de fumées. Un autre conduit se dirige en direction du sol et s'évacue à l'extérieur (Fig. 4).

11À l'intérieur du donjon, deux niches du même type, quoique légèrement moins hautes, se superposent, l'une au premier étage, l'autre au second, immédiatement au-dessus de la précédente, de telle manière qu'un seul conduit supérieur soit nécessaire. La partie supérieure du mur sud, ruinée, ne permettait pas de savoir où s'évacuait le conduit. En revanche, un conduit se poursuit en direction du sol et il est impossible de savoir où il aboutit. Aucune sortie n'est visible dans la base du mur sud du donjon.

12Seul du charbon de bois pouvait être déposé dans le foyer. L'existence de l'emplacement d'une plaque horizontale empêche de supposer une utilisation de ces trois structures comme moyen de chauffage. Nous sommes, en outre, dans une aire méditerranéenne qui ne nécessite pas, même au cœur de l'hiver, un système aussi complexe. En revanche, la présence d'une plaque horizontale suppose que l'on y déposait un ou des récipients. En outre, la présence des deux structures du donjon, une à chaque étage, démontre qu'elles n'étaient pas destinées à un usage culinaire, à moins d'imaginer un simple réchauffage des plats, ce qui me semble être un luxe tout à fait inhabituel. De plus, au moment de l'acquisition du site, le propriétaire affirme avoir trouvé un culot de verre dans la structure du logis. Quelles sciences, au Moyen Âge, nécessitaient une chauffe à base de charbon de bois, qui a l'avantage de pouvoir être entretenue longtemps : fabrications, sous forme de digestion, de médicaments, de teintures à base de plantes ou de minéraux...

  • 20 Id., Ibid.
  • 21 Résultats des analyses effectuées à l’Institut des Matériaux et Gisements Miniers de l’École Natio (...)

13Je ne reviendrai pas sur l'atelier repéré au premier étage de la maison J20. Les foyers du premier étage, les déchets de tôle de bronze et les scories, dont une était, en fait, un fragment de croûte de fer resté adhérent à la paroi près de la limite loupe/scorie21, certifient l'existence d'un atelier de métallurgie. Ces dernières découleraient d'un procédé de réduction directe du minerai en fer sans passage par la fonte. En outre, la découverte d'un plateau de trébuchet, destiné à peser en général du métal précieux, indique même peut-être qu'il s'agissait de la maison d'un changeur de monnaie ou d'un orfèvre. Après avoir rassemblé les éléments démontrant une activité artisanale à l'intérieur des bâtiments les plus prestigieux de Calberte, tournons-nous vers l'habitat.

Le quartier nord-ouest

  • 22 Darnas, op. cit. à la note 2, 1992.
  • 23 M.-C. Bailly-Maître, J. Bruno-Dupraz, Brandes-en-Oisans. La mine d’argent des Dauphins (XIIe-XIVe  (...)

14L'ensemble de la fouille a été publié22 et, à l'exception d'un grand nombre de scories découvertes dans toutes les zones de ce quartier, constituées de trois maisons (1, 2 et 15), de deux rues (une orientée est-ouest et l'autre, nord-sud) et d'un espace ouvert, qualifié de “place publique” (zone III), aucun lieu de travail artisanal n'a pu être repéré (Fig. 3). Pourtant, il faut tout de même noter que, sous le sol de terre battue de l'espace ouvert, un groupe de trois murets forme un petit espace de forme carrée dans lequel se trouvait un important épandage de scories (Fig. 5). Cette petite structure pourrait être la base d'un bas-fourneau si nous la comparons à d'autres exemples23.

15Dans le niveau de destruction de la rue est-ouest, longeant le mur nord de l'espace ouvert, a été trouvé un petit objet en bronze : il s'agit d'une tôle de bronze pliée sur elle-même de manière à former un tube de 8 cm de long. Cet objet restait non identifié jusqu’à ce je voie un objet identique dans l'atelier d'un orfèvre. En effet, des tubes de bronze ont été utilisés jusque dans les années 1960 par les orfèvres : ils servaient de chalumeau. En effet, le tube permet de produire une flamme directionnelle, d'un diamètre correspondant au tube, et permet ainsi de pratiquer des soudures ou des fontes rapides d'éléments métalliques : hypothèse bien sûr, mais indice tout de même.

Le quartier nord-est

  • 24 R. Francovitch, Rocca San Silvestro, Rome, 1991.

16L'ensemble des indices retrouvés dans tous les secteurs du site concernant une activité artisanale liée au métal guida mon choix pour définir la problématique du dernier programme triennal. Un quartier extérieur à l'enceinte villageoise présentait un groupe de trois bâtiments (9, 10, 11 ; cf. Fig. 2). Pourquoi n'étaient-ils pas protégés par le rempart ? L'éventuelle mine exploitée ne pourrait-elle pas être sur le piton lui-même comme à San Silvestro en Toscane24 ? N'était-ce pas un quartier à fonction artisanale, implanté volontairement à l’extérieur de l’habitat proprement dit ?

17En fait, ces trois bâtiments abritaient des structures de feu importantes, que nous allons détailler, et ne semblent pas avoir servi d'habitation. Ils ont livré chacun un foyer de grande taille, dont deux parfaitement construits et délimités. Je rappelle qu'à ce jour, le seul foyer culinaire repéré se trouvait dans la maison 15 et que les foyers de la maison J avaient une fonction artisanale.

18* Le foyer du bâtiment 11 était de forme rectangulaire et situé le long de la paroi rocheuse qui constitue la base du mur sud du bâtiment jusqu'au niveau du premier étage. Il était limité au nord et à l'ouest par un alignement de trous circulaires de petite taille (5 à 10 cm de diamètre), taillés dans le roc, qui devaient recevoir des poteaux en bois (ou métalliques ?). Bien que la fonction de ces derniers soit difficile à interpréter, il est certain que le foyer ne se développait pas au-delà. Aux abords immédiats, dans le sol de terre battue qui se recouvrait le reste de la pièce, ont été trouvés deux fragments de meule en grès. Le rez-de-chaussée occupe une surface très réduite : il utilise, en fait, une fracture du rocher et sa paroi ouest est le roc à peine retouché. En revanche, le mur est, parfaitement construit, abrite une canalisation qui aboutit dans cette petite pièce et s'évacue dans l'abrupt par une petite ouverture ménagée dans le mur nord.

19* Le foyer du bâtiment 9 était situé dans la moitié nord de l'édifice, appuyé au mur est. De forme circulaire, il était composé d'une argile orangée, rubéfiée, assez compacte et remplie de charbons de bois. Au pied du mur nord, une fracture naturelle du schiste fait s'interrompre l'aménagement horizontal du roc. Dans l'anfractuosité, entre le rocher et le mur nord, une terre noire, poudreuse, laisse penser à un épandage de cendres. Si l'interprétation reste difficile, il est néanmoins certain qu'une structure de feu importante se trouvait dans la partie nord de cet édifice : je suis très tentée d'y voir les vestiges d'une cheminée dont la base du manteau pouvait reposer sur deux trous de boulin ménagés dans le mur nord (Fig. 6).

20* Le foyer du bâtiment 10 a présenté l’aspect le plus complexe. En effet, ses limites ont été difficilement repérées. Il se trouvait néanmoins contre le mur nord, au centre. Un important trou de poteau, taillé dans le roc dans l'angle sud-est, est le témoin d'une structure de bois installée à cet emplacement.

21La construction de ces trois bâtiments, particulièrement soignée (de la même qualité que celle des bâtiments castraux) élimine l'hypothèse d'un quartier édifié tardivement et à la hâte. En outre, les murs extérieurs sont aveugles et les portes des trois édifices ouvrent sur un espace central couvert qui abritait un escalier menant à la porte de l'enceinte. Ainsi la défense était-elle possible en cas de danger : des murs solides, des portes protégées par des barres horizontales coulissant dans les murs des piedroits et un repli facile à l'abri, vers le rempart, par cet escalier couvert. La fonction artisanale de ce quartier est évidente mais de quel artisanat s’agit-il ?

Le rôle de la métallurgie dans les castra de moyenne montagne

L'exemple de Calberte

  • 25 Michel Wiénin envisage l’existence d’une lentille minéralisée dans la région de Saint-Germain-de-C (...)

22Que peut-on déduire de l'ensemble de ces indices ? Un artisanat omniprésent lié à la métallurgie est la réponse globale certaine. Mais n'est-il pas possible de tenter une interprétation de ces diverses structures ? Doit-on se limiter au simple constat ? Ce constat ne pourrait-il pas apporter des réponses à une question fondamentale : la raison de l'existence de ce site et celle de son abandon ? Dressons, dans un premier temps, la liste des résultats : des traces de travail métallurgique indiquant la présence d'un bas-fourneau (foyers, scories) ; ni forge, ni mine repérée mais des structures aménagées sur les rives du Gardon ; pas de déchets en quantité signalant un traitement du minerai sur place mais des scories qui contiennent un fer associé au magnésium et au manganèse, connu dans des gisements situés au-delà de la Corniche des Cévennes (Saint-Roman-de-Tousque ou L'Estréchure)25 ; des ateliers avec d'importants foyers mais peu de mobilier permettant une interprétation quant à leur fonctionnement ; des structures de feu à l'intérieur des deux bâtiments principaux du castrum, montrant une continuité étonnante de leur utilisation entre la construction la plus ancienne, le logis rectangulaire, et la plus récente, le donjon carré ; enfin, les bâtiments qui sont des habitations à l'intérieur de l'enceinte mais des ateliers à l'extérieur de celle-ci. Les constats livrés par cette étude archéologique démontrent sans peine une fonction artisanale importante de ce site : Calberte abritait un véritable complexe, qui nécessitait l'utilisation de foyers très performants. Les structures maçonnées à l'intérieur du logis sont parfaitement efficaces pour fournir une chauffe régulière (celle du logis fonctionne encore parfaitement). Les foyers du quartier nord-est, en raison de leur taille, sont destinés à des fabrications nécessitant des chauffes importantes. La protection prévue autour du foyer du bâtiment 11, qui avait sans doute la forme d'une barrière, suppose une utilisation régulière et une mise en sécurité de l'installation (pour éviter des projections ou une expansion du feu ?). Que pouvait-on fabriquer sur ce site ? L'absence de déchets signifie-t-elle que cette fabrication ne produisait pas de déchets ? En effet, le traitement d’un minerai sur place semble difficile à retenir en l'absence d'eau, et aucune halde n'est visible dans la vallée.

  • 26 Huit échantillons provenant du bâtiment J, de l'espace ouvert (zone III) et des rues.

23Pour tenter de répondre, essayons une fois encore d'examiner l'environnement immédiat du castrum. Nous avons vu que les richesses minières des Cévennes sont notables. S'il n'y pas de mines à proximité, le minerai de fer, composant unique de la série de scories étudiées par l’École Nationale Supérieure des Techniques Industrielles et Minières d'Alès26, pouvait être transporté dans le seul cas où la quantité nécessaire n'était pas trop importante. Ne pourrait-on pas envisager une sorte de fabrique de solutions, médicales éventuellement, dont la fabrication nécessitait des chauffes longues et régulières ? En outre, les richesses botaniques des Cévennes sont aussi connues depuis l'Antiquité. Il n'est donc pas impossible que le choix d'un site en Cévennes ait pu reposer sur ces deux critères, métallique et botanique ? Bien sûr, il s'agit d'hypothèses qu'il sera bien difficile de prouver. Il faut pourtant essayer de comprendre quelle fabrication a nécessité autant d'ateliers, répartis dans l'ensemble du castrum.

Les castra de moyenne montagne et la métallurgie

  • 27 F. Journot, Notes sur l’exploitation des ressources minières en montagne héraultaise au Moyen Âge,(...)
  • 28 C. Amado, La seigneurie des mines en pays de Béziers et en Razès : analyse de trois documents de l (...)
  • 29 E. Bazalgette, op. cit. à la note 13.
  • 30 C. Verna-Navarre, Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastique dans les Pyrén (...)

24La localisation de certains castra du Gévaudan en corrélation avec le repérage de sites miniers n'est pas suffisamment avancée pour permettre de tirer des conclusions générales quant à l'établissement de réseaux et je ne reviendrai pas sur les exemples cités en première partie. En revanche, les travaux récents de Florence Journot sur la haute vallée de l'Orb vont dans ce sens27. Claudie Amado signale des voies de communication entretenues pour des raisons d'exploitation minière à la fin du XIIe siècle28. Les seigneurs, laïques et ecclésiastiques, sont promoteurs de nouvelles découvertes de filons. Pour le Gévaudan, des droits miniers sont disputés par l’évêque de Mende contre les revendications du roi de France29. Il ne faut pas oublier, de plus, le rôle novateur des monastères dans les recherches et l'exploitation de nouvelles mines30. Parmi les castra fouillés du Languedoc, Lastours, dans le département de l'Aude, est installé non loin des mines de fer de Salsigne et Cabrières, dans l'Hérault, est à proximité de mines de cuivre connues depuis la protohistoire. L'établissement de réseaux de castra en moyenne montagne peut être un indice de la prise en main des productions métalliques par les seigneurs du Midi. Ce n'est sans doute pas la seule raison qui les motivait à s'avancer dans des régions au relief difficile mais elle est indéniablement présente. La carte des sites castraux installés à proximité de mines est encore à faire. À travers l'exemple particulier de Calberte, mon propos était double. D'une part, il s'agissait de mettre en évidence la possible corrélation entre l'installation des castra et des sites miniers, ou métallurgiques au sens large, d'autre part, d'essayer une première interprétation des multiples indices fournis au cours des fouilles du site de Calberte quant à la réalité d'une fonction artisanale du lieu. Celle-ci n'est plus, maintenant, à démontrer : elle s’est même imposée de plus en plus nettement tout au long de ces années de fouille. En revanche, l'interprétation des structures artisanales est complexe. L'hypothèse d’une fabrication de produits qui n’auraient laissé aucun déchet est surtout destinée à poser des questions nouvelles concernant les activités exercées à l'intérieur de ce type de site de moyenne montagne. En effet, outre les rôles défensif, politique, économique, déjà bien étudiés, peut-être faut-il aussi se demander les raisons profondes qui ont motivé leur implantation. Une fonction précise, de type artisanal ou autre, pourrait expliquer la cohérence de l'urbanisme, les fourchettes chronologiques relativement précises, la logique de l'abandon. La main-mise féodale est bien sûr l'une des raisons des implantations castrales mais se justifiait-elle dans des régions difficiles sans l'assurance de revenus substantiels ? Le cas de Calberte semble isolé au terme de cette recherche, si on le compare aux autres sites étudiés dans la région. Mais l'est-il vraiment ?

Fig. 4. Structure à feu du logis, Calberte.

Fig. 5. Murets organisés selon une forme carrée, Calberte, zone III.

Fig. 6. Mur nord du bâtiment 9, Calberte.

Notes

1 J.-C. Hélas, Une commanderie des Hospitaliers en Gévaudan : Gap-Francès au milieu du XVe siècle, Montpellier, 1974 ; Id., Le paysage rural : réalités et représentations, dans Revue du Nord, LXII, 244, 1980.

2 I. Darnas, Une maison médiévale à Saint-Germain-de-Calberte, dans IIIe Congrès des Sociétés savantes, Poitiers, Poitiers, p. 193-203, Id., La maison et l’urbanisme du castrum déserté de Calberte, dans Heresis, 2, 1990, p. 83-90 ; Id., Le quartier nord-ouest du village déserté de Calberte, Lozère, dans Archéologie du Midi médiéval, 10, 1992, p. 97-111 ; Id., Le castrum de Calberte (Lozère), dans Château Gaillard XVI, 1994, p. 101-107.

3 Id., Étude archéologique et historique du Château de Calberte (Lozère), dans Revue du Gévaudan, 3, 1985, p. 5-89 ; Ead., op. cit. à la note 2, 1986.

4 Id., op. cit. à la note 2, 1992.

5 Ce terme désigne la montagne servant de frontière entre l’Aquitaine et la Narbonnaise. Il recouvrait donc sans doute une réalité géographique plus large qu’aujourd’hui.

6 Strabon, Géographie, ΙII, 2, 8, trad. A. Tardieu, Paris, 1867.

7 J. Delmas, Notes sur l‘industrie du cuivre dans le Rouergue méridional au Moyen Age, dans Revue du Rouergue, Procès verbal de la société de Lettres de l’Aveyron, 1974, p. 335-344 ; Id., Les moulins à fer de la région de Brusque, dans Revue du Rouergue, 1980, p. 193-206 ; M. Labrousse, Exploitation d’or et d'argent dans le Rouergue et l'Albigeois, dans Congrès de Rodez, Rodez, 1958.

8 J. Bousquet, Mines et travail du fer en Rouergue et alentour au début du Moyen Age, problèmes de documentation, dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’antiquité à nos jours, Actes du XLIXe Congrès de la Fédération historique du Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1977, p. 105-124.

9 R. Pierobon, Les fouilles de Javols, publication en cours.

10 E. Hédan, A. Vernhet, Notes sur le cuivre et ses alliages au premier siècle avant J.-C. chez les Rutènes et les Gabales, dans Actes du 98e Congrès des Sociétes savantes, section d’archéologie et d'histoire de l’art, Paris, 1975, p. 71-78.

11 J.-C. Joulia, Le mausolée romain de Lanuéjols, dans Revue du Gévaudan, 1979, p. 49-60.

12 Communication orale transmise par Michel Wienin, été 1996. Les mines d’argent sont mentionnées dans un document des Archives départementales de la Lozère (ADL) sous la cote B 32.

13 ADL, G 32 ; E. Bazalgette, Les droits des évêques de Mende sur les mines du diocèse, dans Revue du Gévaudan, Mende, 1965, p. 31-40.

14 I. Darnas, Le terroir et l’habitat médiéval de Saint-Germain-de-Calberte, paroisse des Cévennes, dans Cahiers d'histoire, XXXVI, 1991, p. 97-111.

15 AD Gard G 398, annexes 3 et 4, cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame-de-Nîmes, E. Germer-Durand (éd.), Nîmes, 1874.

16 L. Alibert, Dictionnaire occitan-français, Toulouse, 1966.

17 M.-C. Bailly-Maitre, Pour une histoire des mines au Moyen Age. L’exemple de mines de la terre d'Hierle (Gard), dans Archéologie du Midi médiéval, 7, 1989, p. 61-71.

18 Témoignage du secrétaire général de mairie, retraité aujourd’hui, Monsieur Liquière. Des éboulements importants confirment sa déclaration. Un filon de quartz assez épais, avec des traces métalliques, est visible à la hauteur du lit du Gardon.

19 I. Darnas, N. Pousthomis, L. Schneider, La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif Central, dans Archéologie du Midi médiéval, Supplément no 1, M. G. Colin (dir.), 1996.

20 Id., Ibid.

21 Résultats des analyses effectuées à l’Institut des Matériaux et Gisements Miniers de l’École Nationale Supérieure des Techniques Industrielles et Minière d’Alès, sous la direction de Pierre Gaudon, chef de laboratoire, aidé de Anne-Marie Charrier, technicienne. La synthèse a été réalisée par Michel Wiénin.

22 Darnas, op. cit. à la note 2, 1992.

23 M.-C. Bailly-Maître, J. Bruno-Dupraz, Brandes-en-Oisans. La mine d’argent des Dauphins (XIIe-XIVe siècle), Lyon, 1994. D’autres exemples ont été fournis au cours d’un colloque consacré aux forges catalanes, qui s’est tenu du 13 au 17 septembre 1993 à Ripoll (non publié).

24 R. Francovitch, Rocca San Silvestro, Rome, 1991.

25 Michel Wiénin envisage l’existence d’une lentille minéralisée dans la région de Saint-Germain-de-Calberte, en amont du castrum, bien que rien ne soit connu dans la vallée. La prospection de 1992 n’a livré aucun indice en ce sens.

26 Huit échantillons provenant du bâtiment J, de l'espace ouvert (zone III) et des rues.

27 F. Journot, Notes sur l’exploitation des ressources minières en montagne héraultaise au Moyen Âge, dans Études sur l'Hérault, 15, 1993, p. 43-52.

28 C. Amado, La seigneurie des mines en pays de Béziers et en Razès : analyse de trois documents de la seconde moitié du XIIe siècle, dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours, Actes du XLIXe Congrès de la Fédération historique du Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1977, p.125-144.

29 E. Bazalgette, op. cit. à la note 13.

30 C. Verna-Navarre, Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastique dans les Pyrénées (LXe-première moitié du XVIe siècle), dans Moines et métallurgie dans la France médiévale, 1991, p. 39-58.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Fig. 4. Structure à feu du logis, Calberte.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 5. Murets organisés selon une forme carrée, Calberte, zone III.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 6. Mur nord du bâtiment 9, Calberte.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540