Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

Paris et ses campagnes

Le Marquis d'Effiat

Lieutenant général à l'Armée d'Italie (été 1630)

Texte intégral

  • 1 On trouvera le récit de la campagne et des négociations dans : Richelieu, Mémoires, coll. Michaud- (...)

1Dans les mois d'été de cette « année des tribulations » qui s'ouvre par l'offensive d'hiver du Cardinal contre le Piémont, et s'achève sur la journée des Dupes et les suites de la trêve de Ratisbonne, les affaires d'Italie furent, au premier plan des préoccupations de Richelieu et du Conseil du Roi. Notre propos n'est pas de refaire ici l'histoire détaillée de la campagne militaire de l'été 1630, mais de mettre en valeur, plus qu'on ne l'a fait généralement, le rôle du Marquis d'Effiat dans l'organisation militaire et les négociations diplomatiques1.

***

2Au début du mois de juillet 1630, le Roi et le Cardinal se trouvaient avec l'armée de Savoie en Maurienne, entre Aiguebelle et Saint-Jean. Leur projet était de descendre en Piémont renforcer la petite armée qui défendait les abords de Pignerol, occupé depuis la fin mars. Leur but était d'obliger Charles-Emmanuel de Savoie à respecter les traités de 1629 et à abandonner ses prétentions sur l'héritage de Vincent II de Gonzague, duc de Mantoue ; de dégager la ville de Casai, tenue par une garnison française que commandait Toiras et assiégée par les Espagnols du marquis Spinola ; enfin, à plus longue échéance, de secourir le nouveau duc de Mantoue, Charles III de Gonzague-Nevers, dont les Etats étaient envahis par les troupes impériales sous le commandement du comte Colalto. Parallèlement à cette action militaire, Richelieu continuerait la négociation en cours avec les trois belligérants, par l'entremise du Pape Urbain VIII et de son envoyé, le jeune Giulio Mazarini.

  • 2 Bassompierre, Mémoires, éd. de Chantérac, S.H.F., Paris, 1877, t. iv, p. 109.

3Ces projets s'avérèrent irréalisables. La santé de Louis XIII, les lettres de la Reine-Mère et du Chancelier Marillac firent décider, au conseil du 2 juillet « que Monsieur le Cardinal passeroit en Italie avec Messieurs de Chomberg et d'Effiat et que le Roy arresteroit quelques jours dans la Maurienne retenant près de lui pour commander son armée Monsieur le Maréchal de Créquy et Bassompierre »2. Ces nouvelles dispositions furent aussitôt modifiées. Richelieu, en effet, ne souhaitait pas s'éloigner du Roi à l'heure où les intrigues de la Cour rendaient sa position plus difficile. Il décida de demeurer à Saint-Jean-de-Maurienne, sous le prétexte de la maladie. Mais il tenait à l'expédition d'Italie. Des deux lieutenants-généraux de l'armée du Piémont, l'un, le duc de la Force était âgé (près de soixante-dix ans), rentré depuis peu en grâce après avoir combattu dans les rangs protestants en 1621, sérieux, expérimenté mais sans génie militaire ; l'autre, le duc Henri II de Montmorency représentait ce contre quoi Richelieu luttait depuis son arrivée au pouvoir : la grande noblesse d'esprit féodal, avec sa clientèle, ses alliances, son orgueil. Il lui fallait donc un homme de confiance. Auprès de lui, de ses amis et conseillers, il n'avait que Schomberg et d'Effiat. Il préféra garder Schomberg pour contrebalancer au Conseil l'influence de Marillac et désigna le marquis d'Effiat.

***

4Le choix était bon et l'expérience le prouva. Mais le nouveau lieutenant-général avait déjà un passé qui répondait de l'avenir.

  • 3 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Monmerqué, Paris, 1854, t. ii, p. 129.
  • 4 B. N., Pièces Originales, vol. 2597 ; id. Dossiers Bleus, 592.

5Antoine Coiffier, dit Ruzé, marquis d'Effiat, était né en 1581, d'une petite famille de noblesse auvergnate (« dubiae nobilitatis », dit Tallemand des Réaux)3, dont les membres s'étaient illustrés aussi bien à la guerre que dans les offices de finance. Son père s'était rangé dans le parti des Politiques et, lorsqu'il testa, en 1595, le futur maréchal était prisonnier des ligueurs. Par sa grand-mère, Bonne Ruzé, il se rattachait à cette bourgeoisie tourangelle qui a fourni, au xvie siècle, tant d'officiers de finances au royaume. Les Ruzé de Beaulieu étaient apparentés aux Briçonnet, aux Berthelot, aux Semblançay, aux Boucherat. Le frère de Bonne, Martin Ruzé, fut secrétaire d'Etat de 1574 à sa mort en 1611 ; en 1602, Henri IV lui confia la Surintendance des Mines et Minières de France4.

  • 5 Lettres Royales de 1608, B. N., Coll. Dupuy, 379, f° 175 ; Testament, 19 août 1609, A. N., Y 150, (...)
  • 6 De Beauvais-Nangis, Mémoires, Paris, 1665, p. 112 et sq. La charge valait 30 000 écus.
  • 7 Instruction donnée à M. d'Effiat, 26 juin 1624 (B. N., ms. fr. 15 990, f° 317).
  • 8 Au Cardinal, 21 août 1624 (Arc. A.E., Angleterre, XXVI, f.287).

6C'est lui qui recueillit son petit neveu, orphelin à quinze ans. Il lui donna son nom, lui légua ses terres et sa fortune et lui fit épouser Marie de Fourcy, fille du Surintendant des Bâtiments du Roi5. La carrière du jeune courtisan fut ainsi ouverte : capitaine des chevaux-légers, il achète en 1616 la charge de Premier Ecuyer de la Grande Ecurie. Il louvoie entre les partis de la Cour « si accortement qu'il n'y a jamais eu homme en faveur auquel il n'ayt rendu sujettion et ne se soit bien maintenu »6. En 1619, il fut en ambassade à Bruxelles, puis prit part à la guerre contre les Protestants en 1621. Au mois de juin 1624, La Vieuville, alors chef du Conseil, le choisit pour négocier en Angleterre le mariage d'Henriette de France et du Prince Charles7. Il commençait à discuter du contrat et des avantages que l'on souhaitait obtenir pour les catholiques anglais, lorsque la chute de La Vieuville, le 13 août 1624, menaça son crédit. Avec souplesse, il s'attacha à la fortune du cardinal, l'assurant de « son bon dessein » de sorte, écrit-il « que vous ayez tousjours subject, non de vous deffier de moy, mais de vous y confier entièrement, et dont je ne vous donne-ray jamais subject de vous desdire... »8.

  • 9 Brevet du 9 juin 1626 (B. N., Cinq Cents Colbert, IV, f. 210).

7Richelieu accepta ses offres de service et l'ambassadeur put poursuivre et mener à bien sa négociation : le contrat fut signé, Henriette-Marie devint reine d'Angleterre. Les événements ne répondirent sans doute pas par la suite aux espoirs fondés sur ce mariage, mais Richelieu n'en tint pas d'Effiat responsable. Celui-ci sut, au printemps 1626, ne pas se laisser entraîner dans les intrigues de la Cour. Lorsqu'après l'arrestation de Chalais et la soumission de Gaston d'Orléans, le Roi invita Richelieu à former son Conseil d'hommes sûrs, le marquis d'Effiat fut appelé à la surintendance des finances9.

  • 10 D'Avenel, Richelieu et la Monarchie absolue, Paris, 1384-1890, t. ii sur les finances. Il écrit, p (...)

8Dans cette charge difficile il avait réussi autant qu'il était possible, s'efforçant de concilier les besoins de la politique du cardinal et les imperfections du système fiscal de la monarchie. Il réduisit les pensions et les dépenses de la Maison, augmenta les fermes des impôts, emprunta, tenta de réduire les privilèges des pays d'Etats. La guerre emporta vite ces bonnes résolutions. Jusqu'à sa mort, en 1632, d'Effiat fit de son mieux, surveillant les munitionnaires, luttant contre le désordre, trouvant l'argent comme il pouvait pour répondre aux demandes du Cardinal10.

9Tel était l'homme que le Cardinal plaçait, à côté des deux autres lieutenants-généraux auxquels il devait céder la préséance, en vérité au-dessus d'eux, investi qu'il était de la confiance du chef du Conseil.

***

  • 11 Instruction pour MM. les lieutenants-généraux, 3 juillet 1630, Arc. A.E., Turin XII, f. 362 ; Avis (...)

10L'armée de renfort devait d'abord opérer sa jonction avec celle du maréchal de La Force cantonnée près de Giaveno, entre la Doire-Ripaire et Pignerol, puis, tout en s'assurant le contrôle du plat-pays afin d'en récolter le blé, les troupes devaient avancer vers le Pô, au sud de Turin, afin de chercher à le franchir pour le secours de Casai. Les deux corps joints ensemble atteignaient 25 000 fantassins et 4 500 chevaux. L'annonçant au Roi, Richelieu ajoutait : « Et l'on espère que les ennemis n'y feront pas tout ce qu'ilz pensent »11.

  • 12 Nombreux récits de la bataille de Veillane dans Arc. A.E. Turin XII, f° 411 (par d'Effiat au Cardi (...)
  • 13 Aux récits cités plus haut, on peut joindre la relation écrite par d'Effiat : les Heureux progrès (...)

11Par la vallée de la Doire-Ripaire, l'armée s'avança jusqu'à Avigliano (Veillane) où s'étaient retranchés les quinze mille hommes du duc de Savoie pour couvrir Turin. Le 10 juillet, pendant que le gros de l'armée gagnait Giaveno et les troupes de La Force, un combat d'arrière-garde mettait en valeur les qualités de Montmorency et d'Effiat12. Mais après ce beau début, les opérations traînent en longueur. Longeant les contreforts des Alpes, l'armée fila vers le sud. Le 19 juillet, la ville de Saluces, au delà du Pô fut occupée. Le 23, la citadelle se rendait. La route de Casai pouvait s'ouvrir, mais l'armée revint sur la rive gauche du Pô prendre Revel, puis les petites villes du Pô : Villefranche, Vigon, Pancalier. Le 2 août, presque par hasard, Carignan était occupé, puis la tête de pont ennemie enlevée le 6. Tous les ponts du Pô étant rompus, les gués impraticables, l'armée remonta vers le nord pour s'établir à Rivoli. Un nouveau renfort amené par Schomberg ne put décider les chefs à s'ouvrir la route de Casai. On négociait une trêve de quelques jours qui, renouvelée, devint générale le 4 septembre13.

12Ainsi une armée de plus de vingt mille hommes n'avait pu remplir la mission assez simple qui lui était dévolue. L'examen de la correspondance échangée entre le marquis d'Effiat et le cardinal permet, tout en dégageant son rôle, de comprendre les raisons de l'échec.

***

13Du 8 juillet au 29 septembre, d'Effiat envoya quarante-deux lettres au cardinal, souvent deux, parfois même trois par jour. Plusieurs d'entre elles étaient chiffrées. Toutes sont précises, détaillées. A ces lettres particulières s'ajoutent quelques lettres de Montmorency seul, ou des trois lieutenants - généraux ensemble, enfin les lettres de Schomberg. L'ensemble de cette correspondance permet de suivre journellement le déroulement des opérations et des négociations.

  • 14 Richelieu, .. C, t. viii, p. 234.

14Un premier obstacle à la réussite de l'expédition résidait dans la nature du commandement. Les lieutenants-généraux se partageaient par semaine la direction des opérations. Aucun document ne permet d'ailleurs d'affirmer que d'Effiat participait au roulement avec ses deux collègues. Cette division du pouvoir, à deux ou à trois, n'avait pas trop de conséquences quand l'entente régnait mais « il n'y avoit pas une telle union entre nos généraux qu'il eut été à désirer ». Avec La Force, « fort accommodant », d'Effiat s'entendait bien, mais il se heurta fréquemment au duc de Montmorency et à ses fidèles14. Premier baron du royaume, promis — croyait-il — à la connétablie, celui-ci supportait mal à ses côtés le petit noble de province, parvenu grâce au Cardinal et dont il devinait le rôle véritable à l'armée.

  • 15 Au cardinal, 23 juillet (Arc. A E., Turin XII, f. 588) et 12 août (id., Turin XIII, f. 125).
  • 16 Lettres du 27 juillet, (Arc. A.E., Turin, XII, 530 et 534).

15Les deux hommes s'opposèrent souvent. Le duc, en grand seigneur libérait les prisonniers de marque, et même les soldats, disposant d'eux « comme des choses de son jardin ». D'Effiat s'y oppose, car il n'y a point de réciprocité à ces « civilitez »15. La vie quotidienne les opposait également. Enfin la conduite même des opérations : d'Effiat, s'en tenant aux instructions, souhaitait une offensive rapide sur le Pô et Casai et s'irritait des pertes de temps, des marches et des contre-marches. C'est particulièrement sensible après la prise de Saluces. Le 27 juillet, les trois généraux écrivent au Roi que le secours de Casai est impossible, faute de vivres, mais le même jour, d'Effiat expédie une longue lettre au Cardinal pour lui raconter les discussions au conseil. Il écrit : « Trouvant Monsieur de Montmorency... je luy dis qu'il respondroit du dépérissement de l'armée et de ce que l'on ne secouroit pas Casai et de ce que l'on n'amassoit pas de bledz. Il m'a respondut qu'il faisoit ce qu'il pouvoit... Cela m'obligea de luy dire que si j'avais l'honneur de commander une si belle armée, je voulois que le Roy (me) feit tirer à quatre chevaux si je n'amassois des bledz et si je ne secourois Casai ». Le duc brisa là la conversation16.

  • 17 Avenel : Lettres..., t. iii, p. 850 ; Richelieu, op. cit., t. viii, p. 253-254.
  • 18 Lettres au Cardinal, 21 août (Arc, A.E., Turin, XIII, f. 217) ; 18 août (id., Turin, XIII, f. 188)

16Richelieu intervint, conseillant au marquis d'esquiver les occasions de conflit, de dédaigner l'envie « née avec la corruption des hommes » et demandant aux trois généraux de vivre en bonne intelligence ensemble17. La leçon porta, d'Effiat cessa de se plaindre (le 21 août, rapportant un léger différend, il écrit « ce n'est pas que nous ne soions bien ensemble, Dieu mercy »), quand à Montmorency, il jugea bon d'écrire au cardinal : « Monsieur d'Effiat et moy sommes entièrement raccomodez et je ne crois pas qu'il puisse plus arriver aucun subject de division entre nous... » tout en ajoutant : « Je vous supplie très humblement, Monsieur, me faire la faveur de ne vouloir pas croire aux choses que l'on vous peut écrire ou dire en mon absence »18. La méfiance n'était pas disparue...

  • 19 Lettres du 23 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f. 588), du 7 août (id. Turin, XIII, f. 80) ; Richel (...)
  • 20 Arch. A.E., Turin, XIII, f. 67.

17D'Effiat se savait assuré de la confiance du Cardinal et pouvait l'être. La correspondance nous en donne de nombreuses preuves. Les conseils du Surintendant sont suivis par Richelieu. Le 23 juillet, il conseille de former une nouvelle armée à Suse et d'en confier le commandement à Créquy. Le 7 août, il insiste : si elle se forme dans la quinzaine, elle pourra prendre Veillane (Avigliano), laissé sans défense. Lorsque, vers le 10 août, l'armée fut rassemblée, c'est effectivement à Créquy qu'en fut offert la direction et c'est sur son refus seulement que Schomberg fut désigné. Et Veillane fut pris par les troupes19. Le 6 août, il signale qu'à Troyes, le maréchal de Marillac lui avait manifesté son désir de servir en Italie, il ajoute : « Il me semble qu'il en mériteroit l'emploi » et l'on sait qu'après le départ d'Effiat et de Montmorency, à l'automne 1630, Marillac vint rejoindre Schomberg20. Qu'on ne nous fasse pas dire que Richelieu obéissait à son conseiller, mais les deux hommes pensaient de la même manière.

  • 21 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 234. Portraits des maréchaux de camp dans Turin, XII, 588 et de M (...)

18Une autre preuve de cette confiance est fournie par la comparaison des lettres du marquis et des mémoires du Cardinal. Des passages entiers sont recopiés, non seulement simple récit des événements mais jugements. Richelieu, par exemple, trace des portraits, assez durs, de Montmorency et des maréchaux de camp. Ceux-ci sont pris, mot pour mot dans les lettres du Surintendant21.

  • 22 par exemple : Memoires de Henri, dernier duc de Montmorency, Paris, 1665, p. 198 et 224 ; Histoire (...)
  • 23 Arch. A.E., Turin, XIII, f. 390.

19Les historiens du duc de Montmorency ont accusé d'Effiat d'une jalousie quasi maladive à son égard22. Mais l'arrivée de Schomberg, autre créature du Cardinal, produisit les mêmes conflits : à sa lettre du 6 septembre, il joint un billet chiffré : « 80 [Schomberg] est obligé de dire à 325 (Richelieu), sans autre intérest que celuy du service de 100 (Louis XIII) que si 73 (Montmorency) prie 325 de lui faire avoir son congé, il ne luy refvse pas23. Il semble bien qu'entre les conceptions féodales du noble duc et l'ordre monarchique voulu par le Cardinal et défendu par ses amis, l'accord était impossible.

***

20L'armée qui souffrait de ce commandement tricéphale souffrait bien plus de la faim, de la peste et du manque d'argent.

  • 24 Lettre du 8 juillet au Cardinal (Arc. A.E., Turin, XII, 404). Avenel la cite, t. iii, p. 726 mais (...)

21Dans les Instructions données aux Lieutenants-Généraux, on leur recommandait de camper là où il y avait du blé car il n'était plus possible d'en faire venir de France. Sur les assurances de Mazarin, d'Effiat pensait trouver la moisson engrangée, or dès l'arrivée dans la plaine de Veillane il trouve les blés sur pied et se plaint amèrement de l'italien : « Il n'est plus permis de parler de Mazzarini que comme d'un homme infâme, et déserteur de sa parole et de son honneur »24.

  • 25 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 230, 233, 234, d'après les lettres de d'Effiat.

22Le blé sur pied ne servait de rien et l'armée manquait de pain. Il fallait transformer les soldats en moissonneurs, mais le matériel manquait : sacs, faux, faucilles, voitures. Par ailleurs troupes amies et ennemies brisaient par plaisir les fours et les moulins25.

  • 26 Lettres du 9 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, 438), du 22 juillet (id. f° 504).
  • 27 Lettre de du Fargis au Cardinal, 21 juillet (id. f° 497), des généraux du Roi (id., 530).
  • 28 Lettre au Cardinal, 26 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f° 512).

23D'Effiat se multiplie. Dès le 9 juillet, le Conseil de Guerre décide que tout soldat apportant du blé aux magasins sera payé de 30 sols par émine de 40 livres. Puis après l'arrivée des mulets — le 22 juillet, il se plaint de n'en avoir reçu que 430 sur 852 et demande justice contre les muletiers — et du matériel la moisson commence26 Insuffisante d'ailleurs : les habitants cachent leurs grains dans la montagne, les soldats détruisent les récoltes et par ailleurs la surcharge de bouches à nourrir dans ce pays relativement pauvre devait nécessairement entraîner la disette. Le 27 juillet, les lieutenants-généraux écrivent au Roi : « Il est à propos que Votre Majesté en face faire la plus grande provision qui se pourra »27. Un marché noir s'était instauré dans l'armée où le pain manqua dix jours sur dix-sept entre le 10 et le 26 juillet. Le pain se vendait jusqu'à 20 sols la pièce et d'Effiat, après qu'on en eut refusé à un soldat, lui donna un quart d'écu et le renvoya au magasin, brusquement fourni bien entendu. « Je fis pendre celuy qui l'avoit vendu, qui fut pendu hier matin », ajoute-t-il.28. Encore au début d'août la moisson continue. Puis les lettres du Surintendant parlent moins de famine : la soudure était faite et les effectifs de l'armée fondaient, à la fois à cause de l'épidémie et des désertions.

***

  • 29 Histoire de Henri II..., Paris, 1699, p. 298-300.

24Dès avant le mois de juillet, la peste régnait à l'armée du duc de La Force. Montmorency était venu trouver le Roi. et le Cardinal pour les entretenir des difficultés de tenir Pignerol « avec le débris de l'armée » et demander les renforts qu'il obtint29. La ville de Pignerol n'était plus qu'un vaste hôpital où l'archevêque de Bordeaux, Sourdis, essayait de maintenir une garnison, réduite dès le 16 juillet, à moins de 600 hommes. D'Effiat lui remet deux mille écus pour « faire nettoier et parfumer la ville et y former deux hospitaulx ». Trois semaines plus tard, la garnison — ou ce qu'il en restait — évacue la ville. Personne n'y voulait prendre le commandement.

  • 30 Au cardinal, 16 juillet (Arc. A.E, Turin, XII, f° 453), id., 7 août (id., Turin, XIII, f° 80), id. (...)
  • 31 Avenel, III, p. 812, 3 août.

25L'armée en campagne était aussi atteinte. Pour éviter la contagion, d'Effiat tente de séparer les pestiférés. On leur fait évacuer Saluces le 23 juillet, mais trois jours après, le général estime que la peste supprime pratiquement deux régiments30. Richelieu, de loin, multiplie les conseils ; recommande de ne pas faire le pain dans les villes atteintes de la peste, « n'ayant rien qui porte tant le mauvais air que le pain chaud »31.

  • 32 Au Cardinal, 27 juillet (Arc. A.E., Turin, XII f° 534) ; 16 août (id., Turin, XIII, f° 170).

26Dans cette atmosphère de disette et d'épidémie, le désordre s'installe : « il n'y a volerie ny pillerie qu'ils n'exercent ». Les capitaines se font mettre en congé et les soldats désertent. D'Effiat voudrait rétablir la discipline par quelques exécutions. Les capitaines devraient « bailler tous les jours le roole des malades qui leur tomberont et de ceulx qui seront évadez, affin que l'on assiste les uns et que l'on courre après les autres, ainsi nous sçaurons tousjours le nombre effectif qui est dans l'armée et remédierons aux passe-volants ». Il conclut en conseillant de nommer un commissaire général et propose au Cardinal le nom de Bussy32. Mais ces mesures se heurtaient à l'inertie générale, au manque de contrôle.

  • 33 Avenel, III, p. 791 et 865.
  • 34 Revue du 2 septembre (Arc. A.E., Turin, XIII, f° 533) et lettre au Cardinal, 3 septembre (id., Tur (...)

27Le 17 juillet, les lieutenants-généraux faisaient état de 20 000 fantassins et de 2 600 à 2 700 chevaux. Schomberg descendant en renfort le 15 août amenait quelques 2 000 hommes et 400 chevaux33. A la veille de la trève du 4 septembre, Schomberg et d'Effiat font une revue générale : il reste 11 000 fantassins et 1 050 chevaux en état de servir. C'est cette considération qui les fit accepter les conditions de la Trève de Rivalte, malgré les désirs de Richelieu et leur volonté de secourir Casai34.

***

28Si l'armée manquait de pain et succombait à l'indiscipline et à l'épidémie, les dépenses croissaient. Il fallait sans cesse plus d'argent pour soutenir les opérations.

  • 35 Avenel, Lettres..., t. iii, p. 694 ; Griffet,.op. cit., t. ii, p. 26. Le Mercure François, t. xiv, (...)

29Surintendant des Finances depuis 1626, d'Effiat avait déjà pu mesurer le coût d'une expédition militaire et les inconvénients du désordre administratif de l'armée. Pour lutter contre les passe-volants pendant le siège de La Rochelle, il enleva aux capitaines le payement des soldes pour en charger un commissaire des guerres attaché à chaque régiment. Réforme insuffisante car ces commissaires étaient officiers vénaux et l'on dût à la fois les soutenir contre l'hostilité compréhensible des officiers et les surveiller35.

  • 36 d'Effiat, Les Heureux Progrès, dans Griffet, op. cit., t. iii, page 742.
  • 37 Avenel, Lettres..., t. iii. p. 694 ; Griffet, op. cit., t. ii, p. 26. Le manque de numéraire oblig (...)

30La campagne d'Italie coûtait cher. D'Effiat, dans sa relation, se vante d'avoir économisé depuis juin plus de 40 000 écus par semaine en réquisitionnant des vivres36. Mais sa correspondance avec le Cardinal montre ses soucis de général autant que de surintendant. Dès la mi-juin, il n'avait pu fournir que 200 000 livres sur les 300 000 nécessaires pour finir le mois. Les banquiers lyonnais prêtèrent le reste, de même qu'ils acceptèrent de tirer une lettre de crédit de 30 000 écus sur un commerçant de Casai, Giorgio Rossi, afin de permettre à Toiras de soutenir le siège37.

  • 38 Au cardinal, 16 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f° 453) et 6 août (id., Turin, XIII, f° 67).

31Dès la mi-juillet, le surintendant réclame des envois de fonds. Il lui faut 1 200 000 livres pour le mois. Le compte n'est atteint que le 6 août38. La situation s'aggrave dans le courant de ce mois.

  • 39 Au cardinal, 5 sept, (id., Turin, XIII, f° 384) et 11 sept, (id., Turin, XIII, f° 412).

32Le 5 septembre, d'Effiat écrit : « Affin que les finances ne demeurent point je vous supplie que je puisse prendre le loisir d'estre douze ou quinze jours auprès de vous à Lion... désirant ceste liberté pour le service du Maistre » et Schomberg renchérit : « Mons. le marquis d'Effiat n'attend autre chose [que vos ordres] pour s'acheminer à la Court où je juge bien sa présence absolument nécessaire pour faire venir de l'argent, devant arriver icy tant de nouvelles troupes pour lesquelles il n'est fait aucun fond... »39.

  • 40 Au cardinal, 13 sept, (id., Turin, XIII, f° 424) et 23 sept, (id., Turin, XIII, f° 474).
  • 41 Avenel, t. iii, p. 907 et 913.

33Le 13, d'Effiat se plaint de n'avoir reçu que 1 480 000 livres sur les 2 700 000 nécessaires pour les mois de juillet (1 200 000) et août (1 500 000). Mais il s'efforce de limiter les dépenses. Le 23 septembre il déclare qu'avec les 40 000 livres reçues, l'armée pourra vivre jusqu'au 15 octobre40. Richelieu, qui songe à la reprise des hostilités et au secours de Casai, envoie 600 000 livres à Schomberg et lui écrit : « L'argent n'est rien pourveu que nous facions nos affaires », formule qui devait mettre le malheureux surintendant au désespoir41.

  • 42 Au Cardinal, 29 sept, (id., Turin, XIII, 498), Avenel, op. cit., t. iii, p. 917.

34De La Grave, car, malade, il s'achemine à petites étapes vers Lyon, il demande au Cardinal d'ordonner à Schomberg de suivre ses avis pour l'emploi des 600 000 livres, cependant que le Cardinal, connaissant son homme, lui écrit : « La crainte que j'ay de l'humeur que vous avez de desbourcer l'argent du Roy le plus tard que vous pouvez, vous ayt faict retarder le passage dudit argent jusqu'à l'armée... me fait vous prier de le faire passer en diligence... ». Dans cette même lettre, Richelieu lui fait part de la guérison de Louis XIII et laisse percer devant son confident, la mortelle inquiétude des derniers jours : « A vous dire le vray, je ne sçay encore ce que je suis. Je supplie Dieu qu'il m'envoye plutost la mort en sa grâce qu'occasion de retomber en l'estat auquel nous avons esté »42

***

  • 43 Au cardinal, 26 août (id., Turin, XIII, 252).
  • 44 V. Cousin, La jeunesse de Mazarin, Paris, 1865.
  • 45 Avenel, Lettres..., t. iii, p. 847, 850.

35Le 26 août, faisant le point de négociations et des opérations, le surintendant concluait en ces termes : « Pour cette guerre cy, celuy qui aura le dernier homme, le dernier pain et le dernier escu l'emportera sur son compagnon »43. Les deux armées étaient en effet dans la même situation. Les troupes de Spinola souffraient autant de la peste et de la famine, et leur vieux chef, à demi-disgrâcié, se mourait. C'est cet épuisement qui explique le succès de la médiation de Mazarin. Nous ne suivrons pas ici la négociation du futur cardinal que Victor Cousin, dans un livre déjà ancien mais précis et documenté a retracée44. Mais il nous faut rappeler qu'elle a été menée sur place par le marquis d'Effiat, muni de tous ; les pouvoirs nécessaires45. Montmorency s'en piquait fort mais le surintendant obéissait à son maître.

  • 46 Au cardinal, 2 août (id., Turin, XIII, f° 5).
  • 47 Au cardinal (4-5) août (id., Turin, XIII, f° 327), Avenel, op. cit., III, 850.

36Ce qu'il faut également signaler, c'est que, parallèlement à la négociation générale avec les trois belligérants : le duc de Savoie, le roi d'Espagne, l'empereur, une négociation particulière était engagée avec le duc de Savoie. Charles-Emmanuel était mort au lendemain de la prise de Saluces. L'arrivée au pouvoir de Victor-Amédée, beau-frère de Louis XIII, permettait d'espérer un changement de politique. C'est ainsi que d'Effiat entra en relation avec l'abbé de La Mante, diplomate officieux du duc. Le 1er août, l'abbé vint trouver le lieutenant-général, assura que le duc était français de cœur mais entouré d'étrangers, ce qui l'obligeait à la prudence, proposa une trêve, puis parla des compensations que la France pourrait offrir en cas de réconciliation, évoquant une expédition contre Gênes, ou l'élection du duc comme Roi des Romains46. D'Effiat éluda la réponse. Quelques jours plus tard, on reparla de la trêve. Rendant compte de l'entrevue, le marquis déclare qu'il l'a repoussée, mais qu'il la juge en réalité très utile. Richelieu dans sa réponse lui donne pleins pouvoirs : « C'est à vous à ménager tout ce que dessus avec vostre prudence qui vous a si bien servy jusqu'ici »47.

  • 48 Au cardinal, 16 août (id., Turin, XIII, f° 168), Richelieu, op. cit., t. viii, p. 257-258.

37La prise de Carignan qui blessa l'amour propre du duc, puis la marche sur Rivoli entraînèrent un léger refroidissement des relations. Mais le 14 août, l'accord se fit sur une trêve de huit jours que le duc accepta le 16 à condition que l'armée ne s'approche pas à moins de six milles de Turin. On s'arrangea pour que Schomberg n'apprenne la trêve qu'après la prise de Veillane, « boulevard de l'Italie »48.

  • 49 Texte dans Turin, XIII, f° 349.

38C'est cette petite trêve qui, renouvelée, permit la négociation avec Mazarin de la trêve de Rivalte, signée le 4 septembre : les armées cessaient les hostilités jusqu'au 15 octobre. Toiras livrait la ville de Casai, recevait du ravitaillement et conservait la citadelle qu'il devait rendre quinze jours après la reprise des opérations, si la paix n'était pas conclue ou si la place n'avait pas été secourue49.

  • 50 Instructions à Brézé (Arc. A.E., Turin, XIII, f° 375).
  • 51 Au cardinal, 17 septembre (id., Turin, XIII, f° 450).

39Signer la trêve c'était sauver la place pour un temps, permettre à l'armée de se rafraîchir et de se renforcer, reprendre contact avec Toiras. Brézé, chargé de lui porter les conditions de l'armistice, devait s'accorder avec lui et lui faire déclarer qu'il ne pouvait rendre la ville sans ordre exprès du Roi. On gagnerait ainsi quelques jours qui permettraient aux troupes de se préparer à une rapide offensive. Ce plan machiavélique échoua par l'obstination du défenseur de Casai qui se prétendit à bout de forces et rendit la place50. Schomberg et d'Effiat se trouvaient dans une situation délicate vis-à-vis du Roi et du Cardinal et le Surintendant écrivait : « Le sieur de Thoiras est extraordinairement blasmable tant pour avoir dissimullé le vray de l'estat de la place que pour avoir voulu accepter la trefve sans raison »51. Dès avant le retour de Brézé, d'Effiat avait décidé de quitter l'armée où Schomberg remplissait le même rôle d'informateur et d'agent du Cardinal. A côté des soucis d'argent, mentionnés plus haut, le désir d'expliquer au Cardinal de vive voix les raisons de la trêve dût avoir sa place dans sa décision.

***

  • 52 Au cardinal, 29 septembre (id., Turin, XIII, f° 498).

40C'est malade et brûlant de fièvre que le marquis d'Effiat reprit la route de France, avec le sentiment d'un échec. Le 17 septembre, il arrivait à Exilles pour y rester six jours ; le 29, il écrivait de La Grave, dans la vallée de la Romanche : « Je me traisne tant que je puis pour me rendre au plus tost auprès de vous... »52. Il arriva à Lyon dans les premiers jours d'octobre, au lendemain de la guérison du Roi, en pleine crise politique. Richelieu avait trop besoin de ses amis pour lui faire des reproches, et la trêve de Ratisbonne, signée le 13 octobre par Brûlart et le Père Joseph lui donna bien d'autres sujets de se plaindre.

  • 53 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 263, Lettres de Provision, B.N., ms. fr. 3886, f° 63.

41La campagne d'été de 1630 avait permis au marquis d'Effiat de donner la mesure de ses moyens et de faire la preuve de ses qualités réelles : stratège et négociateur, capable de charger à cheval comme de discuter les articles d'un armistice, entrant dans les détails de la vie quotidienne mais capable de comprendre les désirs et les vues du Cardinal, attentif au « dedans du Royaume » au demeurant. Dans ses Mémoires, Richelieu a écrit de lui qu'il était le plus actif des généraux d'Italie et la dignité de maréchal de France qui lui fut accordée le 1er janvier 1631 récompensait des services moins éclatants sans doute que les faits d'armes d'un Toiras ou d'un Montmorency mais plus utiles à la politique du Cardinal qui était celle de la France53.

Notes

1 On trouvera le récit de la campagne et des négociations dans : Richelieu, Mémoires, coll. Michaud-Poujoulat, 2e série, tome viii Paris, 1838, pp. 229-266 ; PH. Griffet, Histoire du Règne de Louis XIII, Paris, 1758, t. ii, pp. 10-30 ; V. Cousin, La Jeunesse de Mazarin, Paris, 1865, pp. 389-605 ; G. Hanotaux et duc de la Force, Histoire du Cardinal de Richelieu, t. iii, Paris, 1931, pp. 253-266 ; V.L. Tapié, La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, 1952, pp. 268-271.

2 Bassompierre, Mémoires, éd. de Chantérac, S.H.F., Paris, 1877, t. iv, p. 109.

3 Tallemant des Réaux, Historiettes, éd. Monmerqué, Paris, 1854, t. ii, p. 129.

4 B. N., Pièces Originales, vol. 2597 ; id. Dossiers Bleus, 592.

5 Lettres Royales de 1608, B. N., Coll. Dupuy, 379, f° 175 ; Testament, 19 août 1609, A. N., Y 150, f° 170 ; Contrat de mariage, 30 septembre 1610, id. f. 173.

6 De Beauvais-Nangis, Mémoires, Paris, 1665, p. 112 et sq. La charge valait 30 000 écus.

7 Instruction donnée à M. d'Effiat, 26 juin 1624 (B. N., ms. fr. 15 990, f° 317).

8 Au Cardinal, 21 août 1624 (Arc. A.E., Angleterre, XXVI, f.287).

9 Brevet du 9 juin 1626 (B. N., Cinq Cents Colbert, IV, f. 210).

10 D'Avenel, Richelieu et la Monarchie absolue, Paris, 1384-1890, t. ii sur les finances. Il écrit, p. 326 : « Le Maréchal d'Effiat, le surintendant le plus honnête et le plus appliqué qu'il y ait eu sous le ministère de Richelieu ».

11 Instruction pour MM. les lieutenants-généraux, 3 juillet 1630, Arc. A.E., Turin XII, f. 362 ; Avis au Roi, 5 juillet 1630, id. f° 381.

12 Nombreux récits de la bataille de Veillane dans Arc. A.E. Turin XII, f° 411 (par d'Effiat au Cardinal), 415, 421, 422, etc...

13 Aux récits cités plus haut, on peut joindre la relation écrite par d'Effiat : les Heureux progrès des armes du Roi très Chretien Louis XIII au Piémont et Montferrat... publié d'abord dans le Mercure François, t. xvi, p. 635 sq. sous initiales, puis dans H. Griffet, op. cit., t. iii, pp. 728-746.

14 Richelieu, .. C, t. viii, p. 234.

15 Au cardinal, 23 juillet (Arc. A E., Turin XII, f. 588) et 12 août (id., Turin XIII, f. 125).

16 Lettres du 27 juillet, (Arc. A.E., Turin, XII, 530 et 534).

17 Avenel : Lettres..., t. iii, p. 850 ; Richelieu, op. cit., t. viii, p. 253-254.

18 Lettres au Cardinal, 21 août (Arc, A.E., Turin, XIII, f. 217) ; 18 août (id., Turin, XIII, f. 188).

19 Lettres du 23 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f. 588), du 7 août (id. Turin, XIII, f. 80) ; Richelieu, op. cit., t. viii, p. 255.

20 Arch. A.E., Turin, XIII, f. 67.

21 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 234. Portraits des maréchaux de camp dans Turin, XII, 588 et de Montmorency dans Turin, XII, 534.

22 par exemple : Memoires de Henri, dernier duc de Montmorency, Paris, 1665, p. 198 et 224 ; Histoire de Henri V, duc de Montmorency, Paris, 1699, p. 311, 338, Cf. la note de V. Cousin, La jeunesse de Mazarin, Paris, 1865, p. 430.

23 Arch. A.E., Turin, XIII, f. 390.

24 Lettre du 8 juillet au Cardinal (Arc. A.E., Turin, XII, 404). Avenel la cite, t. iii, p. 726 mais la date par erreur du 9.

25 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 230, 233, 234, d'après les lettres de d'Effiat.

26 Lettres du 9 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, 438), du 22 juillet (id. f° 504).

27 Lettre de du Fargis au Cardinal, 21 juillet (id. f° 497), des généraux du Roi (id., 530).

28 Lettre au Cardinal, 26 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f° 512).

29 Histoire de Henri II..., Paris, 1699, p. 298-300.

30 Au cardinal, 16 juillet (Arc. A.E, Turin, XII, f° 453), id., 7 août (id., Turin, XIII, f° 80), id., 23 juillet (id., Turin, XII, 588) et 26 juillet (id., Turin, XII, f° 512).

31 Avenel, III, p. 812, 3 août.

32 Au Cardinal, 27 juillet (Arc. A.E., Turin, XII f° 534) ; 16 août (id., Turin, XIII, f° 170).

33 Avenel, III, p. 791 et 865.

34 Revue du 2 septembre (Arc. A.E., Turin, XIII, f° 533) et lettre au Cardinal, 3 septembre (id., Turin, XIII, f° 355). Cf. Richelieu, Mémoires, t. viii, p. 260.

35 Avenel, Lettres..., t. iii, p. 694 ; Griffet,.op. cit., t. ii, p. 26. Le Mercure François, t. xiv, p. 591.

36 d'Effiat, Les Heureux Progrès, dans Griffet, op. cit., t. iii, page 742.

37 Avenel, Lettres..., t. iii. p. 694 ; Griffet, op. cit., t. ii, p. 26. Le manque de numéraire obligea Toiras à faire de la monnaie de cuivre à cours forcé en fondant un canon. Rossi s'engageait à l'échanger après le siège.

38 Au cardinal, 16 juillet (Arc. A.E., Turin, XII, f° 453) et 6 août (id., Turin, XIII, f° 67).

39 Au cardinal, 5 sept, (id., Turin, XIII, f° 384) et 11 sept, (id., Turin, XIII, f° 412).

40 Au cardinal, 13 sept, (id., Turin, XIII, f° 424) et 23 sept, (id., Turin, XIII, f° 474).

41 Avenel, t. iii, p. 907 et 913.

42 Au Cardinal, 29 sept, (id., Turin, XIII, 498), Avenel, op. cit., t. iii, p. 917.

43 Au cardinal, 26 août (id., Turin, XIII, 252).

44 V. Cousin, La jeunesse de Mazarin, Paris, 1865.

45 Avenel, Lettres..., t. iii, p. 847, 850.

46 Au cardinal, 2 août (id., Turin, XIII, f° 5).

47 Au cardinal (4-5) août (id., Turin, XIII, f° 327), Avenel, op. cit., III, 850.

48 Au cardinal, 16 août (id., Turin, XIII, f° 168), Richelieu, op. cit., t. viii, p. 257-258.

49 Texte dans Turin, XIII, f° 349.

50 Instructions à Brézé (Arc. A.E., Turin, XIII, f° 375).

51 Au cardinal, 17 septembre (id., Turin, XIII, f° 450).

52 Au cardinal, 29 septembre (id., Turin, XIII, f° 498).

53 Richelieu, op. cit., t. viii, p. 263, Lettres de Provision, B.N., ms. fr. 3886, f° 63.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540