Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

Paris et ses campagnes

Les paroisses et circonscriptions en Ile-de-France jusqu’a la révolution française

Testo integrale

1Au seuil d’une journée d’étude consacrée aux circonscriptions administratives, le témoignage de l’histoire n’est pas inutile. Si le découpage de l’espace est sans doute un élément aussi ancien que le groupement des hommes en cellules sociales, il n’est sans doute pas sans signification de suivre la lente prise de conscience des pouvoirs et la mise en œuvre progressive d’une politique d’organisation de l’espace administré.

2Dans une communication nécessairement limitée, nous ne pourrons qu’évoquer rapidement ces aspects. Et, pour ne pas allonger ce propos, nous nous placerons d’emblée au début du xive siècle, au terme d’une évolution déjà longue et au moment où s’élabore, chez les légistes du Conseil du Roi, la conception de l’État.

3L’espace qui deviendra, de nos jours, la région parisienne, est alors découpé en de multiples divisions correspondant à différentes structures, politiques, sociales, religieuses.

4Je laisserai de côté la complexe géographie née de l’institution seigneuriale : limites des seigneuries foncières sur lesquelles le maître du sol lève des droits, limites des seigneuries banales à l’intérieur desquelles le dominus exerce ses pouvoirs de commandement sur les hommes. Il s’agit là d’un découpage extrêmement enchevêtré, continuellement mouvant au gré des partages, des ventes et des achats de fiefs, surtout en une région où la fragmentation féodale est ancienne et marquée. Encore faut-il noter certains regroupements en chatellenies, dont les possesseurs détiennent, sur un ensemble de fiefs, une certaine autorité.

  • 1 Réflexions générales sur la carte des communes dans E. Juillard et G. Duby, La carte, instrument d (...)

5Bien plus importante apparaît, dans le plat pays, la division en paroisses. Il s’agit d’une circonscription ecclésiastique, née dès le vie siècle comme dépendance de l’église cathédrale, primitivement unique. Elles se sont multipliées entre le viiie et le xiie siècle, au rythme de la conquête du sol, du groupement des hommes plus nombreux en communautés attachées à la mise en valeur d’un terroir. Dans la région parisienne qui appartient pleinement au « monde plein » et où les défrichements ont réduit peu à peu les espaces vides entre les sites habités et exploités, le réseau des paroisses, renforcé par la volonté des maîtres du sol de mieux encadrer leurs dépendants, y compris par les voies de coercition spirituelle, manifestant les progrès de l’emprise de l’Église sur les masses paysannes forme un ensemble continu, serré, qui ne laisse guère en dehors que les plus importantes masses forestières1.

  • 2 G. Le Bras, L’Église et le village, Paris, 1976.

6La paroisse, « territoire dont les habitants, attribués par l’autorité épiscopale à une église particulière sont confiés aux soins spirituels d’un prêtre institué de manière permanente dans cette église » est bien inscrite dans l’espace. Le Droit canon fixe l’immutabilité de son ressort et lui confère ainsi la solidité. Certes, il y eut, à travers les siècles, des créations, des suppressions, des échanges de territoires. Mais dans l’ensemble, le réseau mis en place dès le xiiie siècle, a résisté à l’épreuve des siècles dans tout le Centre du Bassin parisien. Les limites, prouvées par les écrits ou la « mémoire des hommes », attestées par les querelles de bornage se retrouvent sans trop de peine après les grandes épreuves du Bas Moyen-Age2.

7La carte des paroisses, qui coïncide à plus de 80 % avec celle de nos communes actuelles, suscite quelques réflexions. La taille moyenne des finages (847 ha) place d’Ile-de-France, au cœur du « monde plein », dans le groupe des régions de petits terroirs, et donc de forte occupation humaine. Mais cette moyenne cache de très grandes disparités. Certaines paroisses sont minuscules, soit parce qu’elles correspondent à un bourg clos (Corbeil, Arpajon), soit parce qu’elles sont nées d’un démembrement, comme Leuville-sur-Orge, soit parce que la présence d’un établissement religieux leur a permis de conserver leur autonomie (Juvisy). Reste que bon nombre de communautés ne disposent que d’un finage de moins de 300 ha. A l’opposé, certains terroirs sont immenses. C’est le cas des paroisses englobant une masse boisée, comme Fontainebleau, bien sûr, mais aussi Lonchamp (4 649 ha), Rambouillet, Milly. Mais on peut s’étonner de trouver des proisses très vastes que rien, a priori, ne distingue des voisines : Argenteuil, Gonesse, Bouville-en-Beauce, Luzarches ont autour de 2 000 ha. Est-ce par hasard que ces vastes terroirs correspondent à d’anciens domaines royaux, parfois cédés à de puissantes abbayes ?

8Ces paroisses sont à la fois unités humaines, cadre de la mise en valeur du sol et circonscriptions religieuses. Elles entrent ainsi dans d’autres groupements, aux finalités différentes.

  • 3 Rappelons l’ouvrage fondamental de l’Abbé J. Lebeuf, Histoire de la Ville et de tout le diocèse de (...)

9Toute paroisse est partie d’un diocèse. L’essentiel de l’Ile-de-France ressortait évidemment du diocèse de Paris, qui comptait 472 paroisses3. Le Nord-Ouest relevait du siège de Rouen, l’Ouest, de Rambouillet à Poissy, dépendait du diocèse de Chartres. Vers Étampes ou Melun, c’était l’archevêque de Sens qui exerçait son autorité pastorale. Enfin, les diocèses de Senlis et de Meaux se partageaient le reste. Très tôt, les évêques, qui étaient soucieux de l’encadrement des fidèles, avaient créé des divisions intermédiaires : archidiaconés, archiprêtrés, doyennés ruraux. L’Église est ainsi la première à avoir établi un découpage cohérent, sinon rationnel, de l’espace.

  • 4 G. Fourquin. La population de la région parisienne aux environs de 1328, dans le Moyen Age, 1956, (...)

10Au-dessus de la complexe géographie féodale et du réseau paroissial, la monarchie capétienne avait commencé de créer des ressorts d’action de ses représentants. Après Guy Fourquin, Jean Gueroult a magistralement traité de la consistance de la plus importante de ces circonscriptions, la Prévôté et Vicomté de Paris, où le Prévôt royal, assimilé d’ailleurs à un bailli, exerce à la fois des attributions de souveraineté et de suzeraineté, les premières englobant tous les hommes du ressort, les secondes seulement ceux qui dépendaient immédiatement du domaine royal4. La Prévôté et Vicomté, qui déborde tantôt les limites du diocèse, tantôt en abandonne quelques paroisses aux bailliages voisins, englobait, selon les comptages de 1328-1332, 519 paroisses rurales, auxquelles s’ajoutaient celles de la ville de Paris et de ses faubourgs. Elles se divisaient en ressorts judiciaires et domaniaux plus petits, que François Maillard a cartographié : prévôtés, chatellenies royales. Les autres bailliages royaux d’Ile-de-France étaient de taille bien plus réduite : celui de La Ferté-Alais ne comprenait qu’une dizaine de paroisses... Les limites des bailliages sont plus mouvantes que celles des circonscriptions ecclésiastiques. Entre ressorts voisins, il y avait de nombreux conflits d’attributions. D’une liste à l’autre, telle ou telle paroisse passe d’un bailliage à son concurrent.

Fig. 13 Les variations de limites de l’Ile-de-France.

  • 5 Sur la géographie des élections, G. Dupont-Ferrier, Essai sur la géographie administrative des éle (...)

11C’est encore la paroisse, au moins à l’origine, qui sert de collecte fiscale lorsque l’État de finance vient relayer l’État de justice. La montée en puissance de l’État moderne s’exprime, on le sait, par l’instauration de l’impôt royal, d’abord casuel (tailles de 1313-1314, aide pour la guerre en 1 337, aide pour la rançon du roi Jean en 1369), puis peu à peu régulier et permanent. La taille est l’essentiel du système. Pour la commodité de la levée, faite au niveau de chaque paroisse, on regroupa celles-ci en élections. Une date fondamentale est celle de l’ordonnance du 21 novembre 1379 prescrivant que l’assiette de la taille serait faite par des gens « esleuz par les habitans mesmes des villes et paroisses ou par la plus saine et greigneure partie »5. C’était reconnaître en droit une institution fort ancienne, née de la vie même, la communauté d’habitants et son assemblée des chefs de feux.

12Rien de plus difficile que de cerner les origines de cette institution coutumière, si proche et si distincte de la paroisse. Peut-être antérieure, dans les vieux terroirs où le groupe humain mettant en valeur le finage a dû se donner quelques règles de vie commune avant même que l’Église reconnaisse son identité et lui donne un statut et un pasteur... Dans nos régions d’habitat groupé, où la quasi totalité des foyers sont rassemblés en un seul point du terroir, la communauté rurale s’inscrit le plus souvent dans les mêmes limites que la paroisse ecclésiastique. Cette identité, qui s’exprime durant tout l’Ancien Régime par la confusion de l’assemblée communautaire, responsable des règles de la vie agraire et, depuis le xive siècle, de la répartition de la taille, et de celle qui gère l’œuvre et fabrique, et qui entraîne le fréquent mélange des budgets et des comptes de ces deux institutions, n’est cependant point absolue. Il est des villages formant une seule communauté civile et comptant deux paroisses, il est des paroisses à clocher qui se partagent en deux communautés, avec leurs finages et leurs biens distincts.

13A la fin du Moyen-Age, le territoire de ce que l’on va désigner en 1519 comme le « gouvernement de l’Ile-de-France » apparaît donc divisé par toute une série de circonscriptions qui se chevauchent sans se confondre. Paroisses, communautés d’habitants, seigneuries, à la base ; unités ecclésiastiques (doyennés, archidiaconés et diocèses, aux limites à peu près stables) ; ressorts des tribunaux royaux (prévôtés, bailliages) ; divisions fiscales pour la levée de l’impôt direct désormais permanent (élections). Dans tout cela, point d’ordonnancement, point de régularité. Tel est l’héritage que reçoit la Monarchie des Temps modernes, à l’heure où elle ambitionne d’être l’État.

  • 6 Sur l’origine et la géographie des paroisses, l’ouvrage fondamental est celui d’A. Friedmann. Pari (...)

14Tout ceci concerne le plat pays : villages et bourgs, voire petites villes. Les problèmes posés par Paris, son espace intérieur et les environs immédiats sont plus complexes. Si l’on se place encore vers le début du xive siècle, on retrouve à la base du découpage de l’espace les paroisses, mais avec des caractères originaux. L’histoire des circonscriptions paroissiales a été faite par Adrien Friedmann6. Elle est liée au développement de la ville à partir de l’an Mil. En dehors du groupe épiscopal de la Cité, l’espace bâti comprenait de nombreux lieux de culte, souvent liés à des établissements monastiques ou à des chapitres de chanoines réguliers. Avec la croissance de la population, ces lieux de culte eurent vocation à devenir paroisses de plein exercice. Le mouvement de création, qu’on ne peut guère dater, faute de documents, correspond à celui des paroisses rurales. Au début du xiiie siècle, lorsque la construction de l’enceinte de Philippe Auguste enferme à peu près tout l’espace bâti, un réseau dense est établi, qui prend appui, comme l’a montré Friedmann sur la géographie féodale et les droits des abbayes ou prieurés sur telle ou telle portion du sol de la ville. De là un arbitraire total dans l’étendue des différentes paroisses, voire leur configuration : enclaves, écarts, sont fréquents. On est loin de la relative régularité du découpage du plat pays. Les murailles de la ville ont tranché dans le vif : Saint-Laurent, éloigné de la porte Saint-Martin conserve une partie de son territoire derrière les murs, Saint-Paul étend son territoire paroissial à cheval sur l’enceinte et très loin dans la campagne, jusqu’à rencontrer les terroirs de Vincennes ou de Conflans. Lors de la construction de la nouvelle enceinte de la rive droite au temps de Charles V, les mêmes phénomènes s’observent. Tandis qu’au centre, les paroisses minuscules se pressent, certaines dans la Cité ne comprenant que quelques maisons, les paroisses périphériques prétendent avoir juridiction sur l’espace hors les murs et vocation à encadrer les hommes au fur et à mesure de l’extension des faubourgs. L’autorité épiscopale tente de mettre un peu d’ordre dans ce désordre. La création de paroisses nouvelles permet de mieux encadrer les fidèles : Saint-Josse dispense ainsi les plus éloignés des paroissiens de Saint-Laurent de se rendre dans cette église extérieure pour les offices et la réception des sacrements. Le même désir aboutit, au xvie siècle, à la création de la paroisse Notre-Dame de Bonne Nouvelle sur la Villeneuve aux Gravois. Malgré ces initiatives, l’incohérence domine. Mais la paroisse reste bien vivante. Elle définit le domicile, l’insertion dans l’espace urbain.

  • 7 J. Guérout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Age, dans Bibl. de l’École de (...)

15Toute aussi complexe est l’histoire des divisions « civiles » de la capitale7. Il est à peu près certain que la partition traditionnelle en seize quartiers date au moins de la reconstitution de la municipalité parisienne après les troubles du xive siècle, en 1411 et vraisemblablement du milieu du xive siècle. Auparavant, on en est réduit aux conjectures. Delamare avait esquissé un schéma de création en trois temps : quatre quartiers primitifs, correspondant à la ville du xie siècle, Cité et partie close de la rive droite ; quatre nouveaux quartiers résultant de l’extension réalisée sous Philippe Auguste, deux sur la rive gauche, deux sur la rive droite ; enfin, huit quartiers nés après l’établissement de l’enceinte de Charles V sur la rive droite. Cette reconstitution historique tient difficilement face à la topographie que l’on peut tenter d’établir. A tout le moins peut-on penser que la construction de l’enceinte de Charles V a été l’occasion d’un découpage nouveau ou réadapté.

16A la fin du Moyen Age, en revanche, la géographie des quartiers semble assez bien fixée. Chacun d’entre eux est un espace relativement cohérent, dont les finalités sont multiples : levée de la milice bourgeoise dans le cadre des dizaines et des cinquantaines, levée des taxes de la Ville, cadre du système complexe des élections municipales. Le principe du découpage primitif semble cependant être les possibilités de levée des compagnies de la milice, ce qui expliquerait les grandes différences de superficie de ces quartiers, recouvrant peut-être, au moins lors du découpage, une certaine égalité de la population en état de porter les armes. Il va de soi, avec les transformations du tissu urbain que cette égalité primitive, et d’ailleurs conjecturelle en l’absence de toute preuve archivistique, n’a pu subsister longtemps. Dès la fin du Moyen-Age, la division semble archaïque et sclérosée, ce qui ne l’empêchera pas de résister encore longtemps. Que les quartiers soient avant tout des groupes humains, la coutume de les désigner par le nom du quartenier responsable l’atteste. Henri III ordonnera bien, en 1 588, de leur donner un nom topographique. Mais la tradition persistera encore plusieurs décennies. Et sans doute le passage d’un nom individuel à une insertion spatiale marque-t-il à la fois une action plus forte de l’État et un changement dans la conception même qu’on se fait d’une division administrative.

Fig. 14 Les quartiers municipaux de Paris (1507-1649)

  • 8 Les divisions administratives de l’Ancien Régime sont présentées, avec cartes et références, dans (...)

17L’Ancien Régime hérite, à la ville comme à la campagne, de ces divisions nées de l’histoire8. De la fin du xve siècle à la fin du xviiie, l’État moderne se constitue, qui ambitionne de s’imposer à tous les autres pouvoirs et à tous les groupes de la société, de contrôler la vie sous tous ses aspects, de mieux administrer les choses et les hommes pour accroître la puissance du Royaume. Ambitions qui se heurtent au manque de moyens dont dispose cet État : peu d’hommes, et que la vénalité et l’hérédité des offices rend peu efficaces ; manque de continuité dans l’effort ; manque d’argent, surtout et toujours. Ceci explique que l’ancien Régime n’ait pas réalisé ce que certains administrateurs ont peut-être rêvé : une division logique et opérationnelle de l’espace. On s’est contenté, d’une part, de conserver les circonscriptions existantes, non sans quelques retouches de détail ; d’autre part, de superposer à ces anciennes divisions de nouvelles entités, au fur et à mesure de l’extension des pouvoirs de l’État et de ses interventions dans de nouveaux domaines.

18La paroisse reste la base de tout le système, mais elle acquiert une ambiguïté nouvelle. La paroisse ecclésiastique, on l’a déjà noté, ne se confondait pas toujours avec la paroisse fiscale ; la « collecte » servant de cadre à la levée de la taille. Le perfectionnement des méthodes de recouvrement de l’impôt accentue cette différenciation. Ainsi, sept collectes différentes autour de Magny-en-Vexin ne forment qu’une seule paroisse à clocher. A l’opposé, quelques grosses fermes isolées sont érigées en collecte autonome, d’ailleurs réduite souvent à un seul feu. Même la paroisse ecclésiastique, vouée à la stabilité par le conservatisme de l’Église et le droit canon connaît quelques modifications : il y a des démembrements et des créations, des regroupements, des échanges de hameaux entre deux paroisses voisines. La stabilité domine néanmoins, qui répond au profond besoin des mentalités paysannes.

19C’est au niveau des circonscriptions plus vastes, judiciaires et surtout fiscales, que les changements sont plus fréquents et plus importants et manifestent une certaine volonté de mieux contrôler et régler. Les ressorts judiciaires sont relativement pérennes. Les bailliages les plus petits étaient grignotés par les juridictions voisines : ainsi les officiers du siège d’Étampes, à force d’« entreprendre » sur les attributions de leurs collègues de la Ferté Alais finirent-ils par obtenir en 1769, la réunion du minuscule bailliage au leur. Ainsi, malgré d’homériques querelles entre les officiers des deux villes, l’habitude se prit-elle de lier les bailliages de Meulan et de Mantes.

20Le cadre essentiel est bien de nature fiscale. En 1 542, François 1er, pour mieux tenir ses finances, avait regroupé les élections en seize généralités. L’Ile-de-France relevait de trois d’entre elles : Rouen pour le Nord-Ouest (élections de Chaumont-Magny et de Gisors), Orléans pour l’élection de Dourdan, Paris pour le reste. L’événement le plus important fut la création de l’Élection de Pontoise, avec des repentirs et des hésitations bien significatifs des limites de l’absolutisme et des résistances des corps en place. Une première création, liée aux exigences fiscales de la Régence et à la « dictature de guerre », instaurée par Richelieu et Mazarin, date de 1648. L’élection nouvelle était formée de 22 paroisses enlevées aux élections voisines : Paris, Beauvais, Senlis, Mantes et Chaumont. On l’annula, avec tant d’autres choses à l’automne 48 après la révolte des Cours souveraines. Elle fut rétablie de 1 654 à 1 661, de nouveau supprimée, sans doute parce que les officiers en place dans les vieilles circonscriptions protestaient de la réduction de leurs attributions. La création définitive eut lieu en 1691. Encore fallut-il, après avoir créé en mars une très vaste circonscription (107 paroisses), la réduire en avril. Finalement, l’élection comprit 63 paroisses, dont 47 enlevées à la Généralité de Rouen au profit de celle de Paris.

Fig. 15 Les élections à la fin de l’Ancien Régime

21Parallèlement aux élections, qui servaient à la levée de la taille, d’autres circonscriptions fiscales existaient, sans qu’on ait jamais tenté de les harmoniser. La gabelle se percevait dans le cadre des greniers à sel, plus nombreux pour être plus proches des imposés. Les commis des aides, chargés de percevoir les nombreuses taxes indirectes avaient des ressorts encore plus réduits. Ajoutons-y les bureaux de l’enregistrement des actes notariés, les juridictions d’appel : Cour des Aides ou Chambre des Comptes et l’on aura une idée de la diversité régnante.

22Comme on le sait, le Contrôle général des Finances, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, se substitue progressivement à la Chancellerie et aux Secrétariats d’État comme organisme administratif de l’ensemble du Royaume. Tandis que le Contrôleur général devient une espèce de Premier Ministre, l’Intendant de la Généralité se transforme en une sorte de Préfet de région, avec de larges attributions dans tous les domaines. La taille même des Généralités l’obligeait à subdéléguer ses pouvoirs. On vit donc se créer des divisions nouvelles, extrêmement mouvantes dans leurs limites, mais qui subsistèrent jusqu’à la Révolution. Signe, malgré les obstacles, du désir d’une meilleure administration, plus proche des hommes. Ce désir s’exprime également dans la mise en place d’autres ressorts, ratione materiae, correspondant à d’autres administrations : maréchaussée pour l’ordre public, maîtrises générales et particulières des Eaux et Forêts... On pourrait allonger la liste.

23Ainsi, à la fin du xviiie siècle, le bilan des efforts de la Monarchie d’Ancien Régime est-il nuancé. De nombreuses administrations, pour remplir leurs fonctions ont mis en place un réseau d’officiers et de commis exerçant leur autorité sur des ressorts définis — plus ou moins d’ailleurs. Mais ces ressorts se superposent sans jamais se confondre totalement. La même paroisse se trouve rattachée à des sièges bien différents, souvent éloignés, ce qui complique toute démarche et toute action. Le petit village de Maudétour-en-Vexin dépend de la généralité de Rouen, de l’élection de Chaumont, du grenier à sel de La Roche-Guyon, du bailliage de Magny-en-Vexin, du gouvernement de l’Ile-de-France, mais les appels sont portés devant le Parlement de Paris.

24Par respect des institutions en place, propriétaires de leur charge et en quelque sorte, de leur « clientèle », l’État absolutiste n’a pas voulu imposer sa rationalité et harmoniser les circonscriptions, pas plus qu’il n’a imposé les mêmes lois et les mêmes mesures d’un bout à l’autre du Royaume. Peut-être même trouvait-on, dans ces conflits innombrables d’attributions et de compétences, l’occasion, en arbitrant, de manifester le pouvoir suprême du souverain ?

25Il n’en est que plus intéressant d’étudier le cas de Paris pour y saisir un effort bien réel du pouvoir afin de procéder à une organisation plus rationnelle de l’espace urbain.

  • 9 Le plan des Paroisses, dressé par Junie a été réédité en 1904 par le Service des travaux historiqu (...)

26Le réseau des paroisses, le plus ancien, était aussi le plus incohérent, au moins en apparence. Mais toute modification supposait l’accord de nombreux partenaires : les curés, qui ne voyaient jamais d’un bon œil la réduction de leur troupeau de fidèles ; les collateurs des cures, qui perdaient un élément de pouvoir ; les fabriques, qui songeaient à la baisse des revenus de l’œuvre ; l’évêque, devenu archevêque en 1622. Ainsi les inégalités et les anomalies tendaient à se perpétuer. Et pourtant, sous la pression des faits, la carte des paroisses se modifie substantiellement aux xviie et xviiie siècles. La rapide croissance de la population (sans doute 300 000 dès 1 560, 500 000 à la fin du règne de Louis XIV, autour de 55 000 à la veille de la Révolution) jointe aux exigences nouvelles de la Réforme catholique ont amené la création de nouvelles paroisses, tant au centre de la ville (Saint-Leu) que dans les nouveaux quartiers : Saint-Jacques du Haut-Pas au faubourg Saint-Jacques ; Saint-Pierre-du-Gros-Caillou lorsque l’extension du noble faubourg rendit peu commode la fréquentation de Saint-Sulpice ; Saint-Roch et Saint-Philippe à l’Ouest, Sainte-Marguerite à l’Est. En revanche, on parvint au xviiie siècle, à regrouper quelques-unes des paroisses minuscules de la Cité. La carte dressée en 1786 montre quand même que la restructuration était loin d’être réalisée9. On en était conscient : un curé ne propose-t-il pas, en 89, la partition de la ville en 40 paroisses de taille identique ?

Fig. 16 Les quartiers municipaux de Paris (1680-1740)

Fig. 17 Les quartiers de police de Paris (1714)

  • 10 R. Descimon et J. Nagle, art. cité et R. Pillorget et J. De Viguerie, Les quartiers de Paris aux x (...)

27On a vu qu’à la fin du xve siècle, la ville était divisée en seize quartiers, aussi bien en ce qui concerne les attributions du Bureau de la Ville qu’en ce qui regarde la police du Châtelet10. Et il semble bien que les limites de ces deux partitions correspondaient. Jusqu’au lendemain de la Fronde, et malgré la prise de conscience de l’inadaptation de cette division aux nouvelles structures de la capitale, rien ne fut modifié. On se contentait de quelques modifications mineures et de la création, au fur et à mesure de l’extension du bâti, de nouvelles « dizaines », rattachées aux vieux quartiers. Entre 1571 et 1660 leur nombre passe de 154 (131 intra-muros et 23 dans les faubourgs) à 212 (160 et 52). De même, il semble bien que le faubourg Saint-Germain soit considéré comme un 17e quartier de police.

28La création, en 1667, de la Lieutenance Générale de Police qui, par la volonté du Roi et l’habile fermeté de son premier titulaire, La Reynie, s’impose aux autres pouvoirs existants et confisque une partie de leurs attributions, renforça le désir de la monarchie d’ordonnancer la partition de l’espace urbain selon les règles de la raison. Comme toujours, on prit son temps, pour mieux faire accepter les choses. Préparée dès 1673, la réforme fut adoptée en 1680. Dans une ville agrandie et dont les faubourgs devenaient partie intégrante (la disparition de l’enceinte réalisait la continuité de l’espace bâti), on conserva la division traditionnelle en seize quartiers. Mais ceux-ci furent redessinés à partir du centre, chacun prenant l’aspect d’une part de gâteau s’élargissant vers la périphérie et permettant éventuellement l’intégration de nouvelles extensions. Au même moment, on s’efforçait de bloquer le développement de la ville par des interdictions de construire, vite périmées. Avec logique, on avait voulu égaler les quartiers en étendue et en population.

29Si la Ville se plie au désir du souverain, le Châtelet s’accommodait mal de cette nouvelle géographie. En 1702, pour mieux encadrer une population toujours un peu turbulente, on crée vingt quartiers de police, ressorts d’activité des commissaires du Châtelet. On tenta, dans un souci de rationalité de les faire adopter par la Ville. Mais trop d’usages et d’intérêts étaient en jeu. Jusqu’en 1 789 coexistèrent donc les vingt quartiers de police, qui devinrent rapidement la circonscription vivante, et les seize quartiers de la Ville, peu à peu vidés de leur contenu par la réduction des attributions du Bureau, la disparition de la milice et l’abandon de fait des procédures électorales pour le choix du Corps de Ville. « La ville cédait logiquement à la raison d’État ». Ce sont pourtant ces vieux quartiers municipaux qui servirent de base aux circonscriptions électorales de 1789.

30A la campagne comme à la ville, la Révolution allait imposer ce que la Monarchie avait renoncé à réaliser.

Note

1 Réflexions générales sur la carte des communes dans E. Juillard et G. Duby, La carte, instrument de recherche, dans A.E.S.C., T.XIII, 1958 ; sur la naissance du réseau paroissial, Histoire de l’Ile-de-France et de Paris, (Dir. M. Mollat), Toulouse, 1971.

2 G. Le Bras, L’Église et le village, Paris, 1976.

3 Rappelons l’ouvrage fondamental de l’Abbé J. Lebeuf, Histoire de la Ville et de tout le diocèse de Paris, 1754-1758, rééd. Paris, 1883-1893, et J. Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes 11622-1695), Paris, 1962, avec carte.

4 G. Fourquin. La population de la région parisienne aux environs de 1328, dans le Moyen Age, 1956, n° 1-2, pp. 63-91 (carte) ; J. Guerout, La question des territoires des bailliages royaux. L’exemple de la « Prévôté et Vicomté » de Paris xiiie.xviiie siècles), dans Actes du 100e C.N.S.S., Paris, 1975, Section de philologie et d’histoire, t. ii, Études sur l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, pp. 7-1 8 et F. Maillard, L’extension de la Prévôté de Paris et des châtellenies de l’Ile-de-France au xive siècle, dans ibid., pp. 19-58.

5 Sur la géographie des élections, G. Dupont-Ferrier, Essai sur la géographie administrative des élections financières en France, de 1356 à 1790, dans Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1928 et 1929 et B. Guennée, La géographie administrative de la France à la fin du Moyen Age : élections et bailliages, dans Le Moyen Age, 1961, pp. 293-323.

6 Sur l’origine et la géographie des paroisses, l’ouvrage fondamental est celui d’A. Friedmann. Paris, ses rues, ses paroisses, des origines à la Révolution, Paris, 1959.

7 J. Guérout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Age, dans Bibl. de l’École des Chartes, t. cxxx, 1972, pp. 33-129 et 383-465 et t. cxxxi, pp. 177-185 ; R. Descimon et J. Nagle, Les quartiers de Paris du Moyen Age au xviiie siècle. Évolution d’un espace plurifonctionnel, dans Ann. E.S.C., septembre-octobre 1979, pp. 956-983.

8 Les divisions administratives de l’Ancien Régime sont présentées, avec cartes et références, dans J. Dupaquier et al.. Paroisse et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique. Région parisienne, Paris, 1 974. Ce volume ne couvre pas la Seine-et-Marne. On pourra recourir, pour ce département au Dictionnaire topographique du département de Seine-et-Marne, par H. Stein, revu et publié par J. Hubert, Paris, 1954. Les listes de collectes formant les élections sont disponibles dans J. Dupaquier, Statistiques démographiques du Bassin parisien. 16-36-1720, Paris, 1977.

9 Le plan des Paroisses, dressé par Junie a été réédité en 1904 par le Service des travaux historiques de la Ville de Paris.

10 R. Descimon et J. Nagle, art. cité et R. Pillorget et J. De Viguerie, Les quartiers de Paris aux xviie et xviiie siècles, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. xvii, avril-juin 1970, pp. 253-277.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 13 Les variations de limites de l’Ile-de-France.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2357/img-1.jpg
File image/jpeg, 246k
Legenda Fig. 14 Les quartiers municipaux de Paris (1507-1649)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2357/img-2.jpg
File image/jpeg, 880k
Legenda Fig. 15 Les élections à la fin de l’Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2357/img-3.jpg
File image/jpeg, 255k
Legenda Fig. 16 Les quartiers municipaux de Paris (1680-1740)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2357/img-4.jpg
File image/jpeg, 487k
Legenda Fig. 17 Les quartiers de police de Paris (1714)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2357/img-5.jpg
File image/jpeg, 824k

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540