Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village médiéval et son environnement

 | 
Laurent Feller
, 
Perrine Mane
, 
Françoise Piponnier

Les habitants et leurs objets

L'enfant dans la maison rurale au Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècle)

Danièle Alexandre-Bidon

Texte intégral

  • 1 Devinettes françaises du Moyen Âge, B. Roy (éd.), Paris-Montréal, 1977, p. 161.

Devinette médiévale :

« Quelz sont les deux meubles en une une maison qui a toute heure sont plus prests pour servir de leur office ? »

Réponse :

« C'est la langue de la bonne dame et le cul des petits enfans... »1

  • 2 P. Demolon, Le village mérovingien de Brebières (VIe-VIIe siècle), Arras, 1972, p. 134 et 241, pho (...)
  • 3 E. Crubézy, Merovingian skull deformations in the Southwest of France, dans From the Baltic to the (...)
  • 4 A. Rast-Eicher, Une fibre textile méconnue : l'ortie, dans L'Archéologue, 22, 1996, p. 41-42.
  • 5 O. Von Doppelfeld, Das Fränkische Knabengrab unter dem Chor des Kölner Domes, dans Germania, 42, 1 (...)
  • 6 D. Alexandre-Bidon, M. Closson, L'enfant à l'ombre des cathédrales, Lyon, 1985 ; S. Shahar, Childh (...)
  • 7 Temps médiévaux, dans Histoire de la famille, A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Ségalen, F. Zona (...)
  • 8 Encore inédits : La petite enfance, Journée de Flaran, septembre 1993 : voir sur le haut Moyen Âge (...)

1Dans la demeure médiévale, la famille nombreuse est de règle. Paradoxalement, les fouilles archéologiques n'y décèlent presque jamais la présence des enfants, bien qu'ils en soient les habitants les plus nombreux : l'archéologie, en milieu rural, ne semble pas une source appropriée à leur étude et les traces du balancement d'un ou peut-être même de deux berceaux dans le village mérovingien de Brebières constituent l'exception qui confirme la règle2. L'anthropologie, qui apporte nombre d'informations sur l'existence des enfants – et leur mort – vaut surtout pour le haut Moyen Âge. Or cette source est la seule à fournir un portrait “vivant” des enfants médiévaux, celui des bébés mérovingiens au crâne modelé dans leur berceau3, de telle petite fille suisse du VIIIe siècle, aux longues nattes tombant jusqu'à la ceinture et encore vêtue, dans sa tombe, d'une jupette de chanvre et d'une blouse d'ortie4, des enfants ruraux allemands inhumés avec leur écuelle de noisette sur la poitrine ou d'un enfant princier de Cologne avec ses petites armes5. En outre, les archéologues ne s'intéressent vraiment que depuis peu à un âge de la vie au sujet duquel les historiens (modernistes) leur avaient enseigné le manque d'intérêt prétendu des sociétés anciennes. Mais, depuis la réfutation des théories d'Ariès par les historiens médiévistes6, l'archéologie prend en compte les traces fugaces de la présence enfantine et nourrit à son tour le débat en dormant aux historiens des arguments décisifs : ainsi Robert Fossier dès le milieu des années 80 a pu vigoureusement affirmer que « Depuis vingt ans, l'archéologie a tranché le débat : dès les sites occupés dans le haut Moyen Âge, plus encore sur ceux où l'on vécut du Xe au XVe siècle, poupées de terre cuite, dînettes en plomb, rainures au sol des berceaux balancés, témoignent de la place de l'enfant et plus peut-être au cours de ses premiers ans, ceux qu'on aurait pu croire laissés à leur bref destin... »7. Ces témoignages ne peuvent que se multiplier8.

Dans la maison paysanne

  • 9 P.-A. Sigal, L'homme et le miracle, Paris, 1985, p. 154 et 102 ; S. Shahar, op. cit. à la note 6, (...)

2En attendant, les sources historiques sont nombreuses à informer sur l'enfance paysanne, que l'on aurait pu croire à jamais perdue dans le silence des textes. En focalisant le récit sur les défaillances parentales en matière de surveillance, les récits de miracles témoignent des manières d'habiter des familles rurales : ils sont d'une richesse inattendue en détails concrets, décrivent les accidents domestiques enfantins, mentionnent l'épingle à cheveux, l'anneau, une fusaïole de bois ou le petit couvercle triangulaire de laiton avalés par des bébés9 qui, vraisemblablement, les ramassaient sur les sols des demeures mal éclairées sur lesquels ils rampaient. Les textes littéraires, les inventaires, mais surtout les documents judiciaires, dévoilent la vie quotidienne des jeunes paysans, plus rarement figurés dans les images.

  • 10 I. Origo, Le marchand de Prato, Paris, 1989, p. 184.
  • 11 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1982, p. 70.
  • 12 Voir l'exemple dans C. Gauvard, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin d (...)
  • 13 Id., Ibid., p. 318.
  • 14 Statuts de Bordeaux, 1234 : O. Pontal, Les statuts synodaux en France au XIIIe siècle, Paris, 1983 (...)
  • 15 E. Le Roy Ladurie., op. cit. à la note 11, p. 311.
  • 16 F. Piponnier, Les objets de l'enfance, dans Enfance et société. Annales de Démographie Historique,(...)
  • 17 P. Wolff, Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, 1978, p. 407.
  • 18 M.-T. Lorcin, De l'Oustillement au villain, ou l'inventaire sans raton laveur, dans Revue Historiq (...)
  • 19 Voir le tableau de Simone Martini, « Miracle de saint Agostino Novello : l'enfant tombé de son ber (...)
  • 20 Miracles de Henri VI d'Angleterre : Subsidia Hagiographica, P. Grosjean (éd.), 22, Sociétés des Bo (...)
  • 21 Inventaire étudié par F. Ferracci, dans Cent maisons médiévales, Y. Esquieu, J.-M. Pesez (dir.), à (...)

3Mais les sources écrites sont parfois tendancieuses : lorsqu'à la fin du XIVe siècle Fra Giovanni Dominici préconise d'éduquer les enfants de marchands « comme les enfants d'un manant », en ne leur donnant à manger qu'une « nourriture grossière », en les faisant jeûner, en les habituant à de « durs travaux », ou en les obligeant à dormir « au moins une fois par semaine assis tout habillés et la fenêtre ouverte »10, on doit douter de la comparaison ! Ce redoutable ecclésiastique, habitant de la ville, ne confondait-il pas pauvreté ou inconfort de vie et dureté envers les enfants ? Au XIVe siècle, ceux de Prades d'Aillon, en Ariège, dorment pourtant dans de meilleures conditions : « dans la cave de notre maison, il y avait deux lits... », mais ce sont ceux des adultes et les enfants couchent « dans une chambre qui était de l'autre côté de la cuisine, la cuisine se trouvant ainsi entre la chambre des enfants et la cave où couchaient les parents »11. Si les jeunes trouvent refuge dans une chambre ou un “solier”, accessible par une échelle12, les plus jeunes dorment dans la chambre conjugale, en général dans le lit des parents, sans doute jusqu'à un âge assez tardif : « J'étais moi-même au lit avec ma fille Bernadette, qui pouvait avoir cinq ans », témoigne auprès de l'inquisiteur Fournier l'épouse d'un riche éleveur d'Ariège13. Cette pratique est d'ailleurs considérée comme courante par les juristes, les prêtres de paroisse et les évêques, qui la jugent responsable de nombreux décès d'enfants par étouffement involontaire et prônent souvent en vain l'usage du berceau : « Les parents et les nourrices ne mettront pas les petits enfants dans leur lit mais ils auront soin de les mettre dans des berceaux », enjoignent-ils au XIIIe siècle14. Leur prescription n'est guère suivie d'effet. Ainsi, à Ornolac, en Ariège, une femme dénommée Bartholomette d'Urs « couchait son jeune fils dans son propre lit. Un matin, au réveil, elle l'avait trouvé mort dans son propre lit »15. En Bourgogne, 4 % seulement des foyers dijonnais disposent d'un berceau, « moins encore dans les inventaires paysans »16 ; dans les inventaires des villages du Toulousain, on ne trouve que deux mentions de berceau17. Il faut donc voir une amplification littéraire dans la description de l'Outillement au vilain, fabliau du XIIIe siècle qui conseille aux futurs parents « Le bers fasse d'abord : ains que naisse l'enfant, Doit il être tout plein De drapiaux et d'estrain » ; en revanche, nulle exagération dans le conseil suivant : « Si saoul [de lait] n'était, Toute la nuit pleurerait Tant qu'il empêcherait de dormir Quand ils iraient gésir Tous ceux de la maison, D'entour et d'environ »...18 Ce meuble était pourtant connu en milieu urbain, même chez des artisans de peu de biens. Si le berceau de bois paraît rare, chez le paysan, il existe aussi quelques berceaux-hamacs suspendus, mentionnés tant en Italie19 qu'en Angleterre, ainsi au village de Bracley, dans le comté de Northampton20 ; mais accrochés au plafond, au-dessus du lit parental, et de peu de valeur, comme il est dit dans un document arlésien21, on ne saurait les repérer ni par l'archéologie ni par les inventaires.

  • 22 J. Le Goff, Petits enfants dans la littérature des XIIe-XIIIe siècles, dans Enfant et société, Ann (...)
  • 23 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 826.
  • 24 D. M. Webb, Friends of the Family : some Miracles for Children by Italian Friars, dans The Church (...)

4La relative résistance des milieux ruraux à l'emploi du berceau provient peut-être de la conscience des risques qu'encourt l'enfant ainsi couché à portée de la dent des animaux, susceptible de basculer dans le feu et, dans le cas des berceaux suspendus, de chuter : un nourrisson de Bracley tombe de son hamac et se pend à la cordelette du hochet attaché à sa couche... Cette inquiétude transparaît dans un exemplum de Gervais de Tilbury, mettant en scène la mère qui se réveille saisie d'inquiétude la nuit, et « étend la main vers le berceau [disposé « devant le lit de ses parents »] ne trouve pas le petit enfant qu'elle cherche à atteindre (...) allume une chandelle et finit par le découvrir dans une flaque d'eau renversée lors de son lavement de pieds vespéral ». Le clerc conclut : « beaucoup affirment qu'on retrouve le matin, portes closes, les enfants hors des maisons, les berceaux sur les places... »22. En réalité, les enfants devaient tomber du berceau ou se lever pour jouer, malgré l'obscurité de la nuit qu'ils ne semblent pas avoir redoutée ; on voit ainsi un petit enfant de deux ans et demi tué par erreur, dans le noir, par son père : il jouait dans la « chaudière » (sans doute la chambre chaude) « environ deux heures de nuit »23. En fait, dans la maison rurale, il n'y a pas de système de couchage sans danger pour l'enfant, même lorsque l'enfant est couché seul dans le lit des adultes, comme il arrive pendant la journée : un miracle italien raconte le cas d'un enfant de trois ans que sa mère avait laissé seul, endormi, pendant qu'elle se rendait à l'église et qui, tombé du lit, s'était cassé le bras24.

  • 25 Œuvres complètes, Josephina, Mgr Glorieux (éd), t. IV.
  • 26 Voir Croyances et coutumes, Guides ethnologiques, 12, Paris, 1981, p. 44-45 ; F. Loux, Le jeune en (...)
  • 27 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 139.

5À l'âge de la marche, l'enfant dispose peut-être d'un mobilier adapté : le déambulateur, qu'on appelle alors « chariotte » ; mais on ne l'observe, à travers les images, que dans les intérieurs nobles ou bourgeois ; dans la maison rurale, sans doute apprend-il à marcher en s'accrochant simplement aux murs et aux meubles, comme on le lit parfois dans les œuvres littéraires du temps et, ce faisant, comme l'Enfant Jésus décrit par Jean Gerson, « s'arrête émerveillé devant chaque objet, cherchant à savoir ce que c'est, dérange un ouvrage, des vases, des paniers, des outils et, tendant ses menottes, demande à être porté sur les bras... »25 : tout ou presque était rangé au niveau du sol. Même si les berceaux de transport cylindriques ont pu servir dans la maison à immobiliser l'enfant en position verticale quand la mère s'activait aux taches domestiques, on ne trouve nulle part témoignage de ces dispositifs spécialisés, tourniquets fixés à la poutre maîtresse, « baillottes » ou « cabernottes », que l'on connaît par l'ethnographie26 : sans doute laissait-on l'enfant ramper sur les sols de terre battue où il trouvait, pour les avaler, saletés et petits objets perdus dont nous parlent miracles et médecins ; Francesco da Barberino, au XIVe siècle, conseille à ce propos aux nourrices de surveiller les enfants pour les empêcher de manger de la terre, des cendres et du charbon de bois27 : dans la maison paysanne, au sol de terre battue, la géophagie devait être courante...

  • 28 F. Piponnier, op. cit. à la note 16, p. 70.
  • 29 Dans la tombe du petit prince de Cologne, voir note 5.
  • 30 Londres, Victoria and Albert Museum, Donatello, « Vierge à l'Enfant ».
  • 31 Lund, Kulturhistoriske Museet, milieu du XIe siècle. Objet présenté dans l'exposition L'enfance au (...)
  • 32 Voir S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 92.
  • 33 B. A. Hanawalt, The Ties that bound : Peasant Families in Medieval England, New York-Oxford, 1986, (...)

6Pour s'asseoir, le petit enfant médiéval dispose à l'occasion d'une chaise à sa mesure : c'est la « petite chaere basse a seoir enfant » décrite dans l'inventaire d'un pauvre artisan bourguignon28, également connue tant par l'archéologie, pour le haut Moyen Âge29 que par l'iconographie (italienne30) au XVe siècle : sans doute ce meuble n'était-il pas si rare que les textes, exagérément concis, ne nous le laissent croire. Le tabouret bas, comme on en a découvert dans les fouilles médiévales de Dublin, était adapté tant aux activités semi accroupies des adultes qu'à la taille enfantine. Enfin, bien que le siège pour bébé existe – un spécimen en a été retrouvé dans les fouilles scandinaves31, une gravure du XVIe siècle en montre un exemple identique, et des documents écrits en témoignent32 – les bébés sont le plus souvent tenus dans les bras, par la sœur aînée, la nourrice ou la mère : le monde rural dispose d'un moindre mobilier que les habitants de la ville. Quelques exemples pris sur le vif le confirment ; à l'heure du repas, l'enfant est assis sur les genoux de la mère : un texte judiciaire anglais révèle comment un tout-petit en glisse pour tomber dans un vase de lait chaud posé par terre au pied de la table33.

  • 34 Oxford, Bodleian Library, ms. Douce 6, f. 22.
  • 35 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 176.
  • 36 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 191.
  • 37 J.-C. Cassard, Quelques aperçus sur la famille en Trégor au XIVe siècle, dans Kreiz, 3, 1993-1994, (...)
  • 38 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 318.
  • 39 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 177, 179.
  • 40 « Ce que je rapporte, les paysans savent le dire avec moi », dit au XIe siècle, le maître d'école (...)
  • 41 Id., Ibid., p. 40.

7Même lorsque la mère cuisine, assise par terre devant les flammes du foyer et la cuiller en main pour touiller le potage, elle garde le bébé dans les bras, ce qu'illustre une enluminure du XIIIe siècle34 et il est sans doute révélateur que 43 % des accidents infantiles, dans l'Angleterre médiévale, surviennent aux alentours de midi35. Un miracle italien évoque le cas très proche d'une paysanne faisant chauffer l'eau du bain de son bébé et qui, distraite par l'arrivée du prédicateur, l'assied par mégarde dans le chaudron au lieu de la baignoire36 ! L'enfant, miraculé, se met à jouer paisiblement dans le chaudron. Miracles et rôles judiciaires nous montrent en effet le petit enfant ébouillanté par mégarde par la mère, qui fait sa lessive ou prépare le repas, par la sœur, qui le lâche au-dessus du chaudron, ou par le chien de la maison qui renverse au passage le pot de bouillie brûlante sur l'enfant37, quand ce n'est pas ce dernier qui tente d'attraper le pot à eau bouillante ou la nourriture en train de cuire. À l'évidence, le foyer attirait les activités liées à la petite enfance, qu'il fallait tenir au chaud : lors de la fête donnée pour un mariage, à Montaillou, Raymonde, la servante, explique : « je me tenais derrière le foyer et je portais dans mes bras la fille d'Alazaïs »38. Allaitement, hygiène du nouveau-né, se déroulent au coin du feu ; les archives judiciaires anglaises montrent que dans les maisons rurales l'on disposait systématiquement le berceau à côté du feu39. Il en va de même de la veillée, où l'on racontait aux enfants des historiettes, telle celle du petit chaperon rouge40, ou de la simple oisiveté : deux jumeaux, John et Joan, sont assis devant le feu lorsque casse le trépied supportant un chaudron d'eau bouillante qui se répand sur eux41. On voit que le foyer ouvert était autant un élément de confort que de danger pour la petite enfance.

  • 42 Miracles de saint Thomas Becket. Je remercie D. Lett, qui m'a aimablement signalé ce texte.
  • 43 Gravure d'Abraham Bach, « Les heures du jour : le soir », Nuremberg, XVIe siècle.
  • 44 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 418.
  • 45 D. Alexandre-Bidon, B. Maccari-Poisson, Le vaisselier céramique du village d'Essertines-Basses, fo (...)
  • 46 Poteries d'Oc. Céramiques languedociennes VIIe-XVIIe siècle, M. Leenhardt (dir.), Nîmes, Musée Arc (...)
  • 47 F. Piponnier, op. cit. à la note 16.
  • 48 D. Alexandre-Bidon, Mobilier céramique et alimentation aux XVIe-XVIIe siècle. Le village d'Esssert (...)

8Dans la maison rurale, les enfants plus âgés sont chargés d'une part du ménage, du rangement et ont accès au vaisselier. Un récit de miracle montre une toute petite fille à qui l'on demande de ranger un fromage et qui, distraite par ses jeux, le dépose dans un pot et l'oublie42. Dans l'iconographie symbolique du XVIe siècle, il est révélateur de voir que c'est l'Enfant Jésus qui est chargé du balayage de la maison de la Sainte Famille43 et les fillettes font la vaisselle, comme cette petite Marion de onze ans qui, employée chez un laboureur, est chargée de laver les écuelles44. Le vaisselier est parfois adapté à l'enfant, mais à l'exception des sites urbains où biberons et petits vases à boire ou à manger sont bien connus, tant par les fouilles que par les images médiévales, aucune information assurée ne ressort des sites ruraux. Des ustensiles de récupération – la corne de vache comme biberon de remplacement – ou les plus petits des pots de terre, dont rien ne signale lorsqu'on les retrouve leur appartenance au monde de l'enfance, servaient sans doute à l'alimentation des premières années. Il faut attendre, à Essertines, le début du XVIe siècle pour que soit attestée – mais en un unique exemplaire – l'existence du biberon de terre cuite au goulot miniature45, objet alors en voie de diffusion et qu'on retrouve, toujours au XVIe siècle, dans le village de Cabrières46 Il existe d'autres ustensiles de cuisine dimensionnés à la taille d'un appétit enfantin, et dont la taille réduite est soulignée par les scribes : les inventaires bourguignons mentionnent ainsi la « petite quace à couhe pour faire papat » ou encore la « petite paielette pour faire papin pour les petits enfants »47. Les fouilles du village d'Essertines, pour le début du XVIe siècle, ont retrouvé un très petit poêlon qui a pu servir à cet usage48, s'il ne s'agissait pas d'une dînette, portant les traces d'exposition au feu. Les dînettes ou céramiques miniatures, quelquefois des jouets, ne manquent pas dans les sites urbains ou les châteaux. Mais il n'y a nulle trace de tels ustensiles dans les maisons villageoises avant les temps modernes. L'hypothèse de jouets en matière périssable est attestée par les textes, et l'utilisation commune par enfants et adultes des mêmes objets de terre cuite ou de bois, ou le détournement d'objets “adultes” en guise de jouets, sont probables : les registres judiciaires et les images témoignent de ce que les enfants jouent au ballon avec des pots de terre, s'amusent avec la vaisselle domestique ou le feu.

  • 49 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 472.
  • 50 J.-C. Cassard, op. cit. à la note 37, p. 14.
  • 51 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 304, note 18.

9Car les enfants jouent avec le feu, vivent auprès du feu, qui constitue pour eux un danger constant, contre lequel un juriste comme Philippe de Beaumanoir, au XIIIe siècle, met pourtant en garde les parents des moins de dix ans. Les archives judiciaires démontrent qu'il n'avait pas tort de le faire : à Sabarthès, les enfants de la paysanne Alazaïs Munier sont « carbonisés dans l'incendie d'une maison »49. En Trégor, au XIVe siècle, une paysanne, partie aux champs avec ses bêtes, et ayant laissé en garde sa fille à la maison, est prise d'une inquiétude soudaine et, sans attendre, voue sa fille à saint Yves. Inquiétude fondée : « Tout de suite, dit-elle, je suis retournée à cette maison et j'ai aperçu la fumée d'un incendie. J'ai couru pour y entrer. J'ai vu l'incendie et ma fille, là dans un berceau : les étoffes jusqu'au nombril avaient été consumées par le feu, mais ma fille se trouvait saine et sans brûlures... »50. Ce “miracle” n'est pas un cas unique. De tels “incendies” semblent aisément maîtrisables, limités aux alentours du foyer ouvert, mais l'enfant couché tout à côté en est la première victime : en Angleterre, c'est un poulet qui gratte les braises et en projette sur les cheveux du bébé51, qui est cause du drame. Le plus souvent, la mère avait laissé l'enfant seul à la maison.

  • 52 Id., Ibid., p. 175-182, voir p. 176.
  • 53 P. Dubois, Les Vifs, les morts et le temps qui court, Familles valaisannes, 1400-1550, dans Cahier (...)
  • 54 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 177.

10En milieu rural, ce dernier semble en effet avoir été livré à son sort à certaines heures de la journée – 21 % des accidents ont lieu le matin – et surtout entre mai et août, pendant les travaux des champs, comme en témoignent les registres judiciaires anglais : 47 % des accidents d'enfants ont lieu à cette période de l'année52. Les paysans ont sans doute conscience des risques : outre leur expérience personnelle, prêtres et prédicateurs les mettent assez en garde et l'on voit les adultes s'efforçer de ne pas laisser seuls les plus jeunes et s'en faire accompagner dans toutes les activités d'extérieur – ce qui n'allait pas non plus sans danger. Parfois, la mère ne pouvait faire autrement que laisser seul l'enfant qu'elle ne quittait qu'en appelant sur lui et la maison la protection d'un saint, promu baby-sitter. L'inquiétude transparaît jusque dans l'un des rares types d'actes passés par les paysans, le testament ; on voit ainsi des pères tester pour l'entretien de leur enfant « jusqu'à ce qu'il ait atteint l'âge de se défendre contre les chiens et les porcs »53. Malgré consignes et interdictions, l'historien retrouve dans les archives judiciaires la trace des procès d'animaux, chiens ou petits cochons coupables d'avoir croqué le marmot au berceau, accidents moins nombreux qu'on ne croit : selon les registres judiciaires anglais, 4 % seulement des enfants meurent de morsures animales54. Est-ce enfin pour mieux entendre pleurer ou appeler le nourrisson seul au foyer que la mère en laisse la porte ouverte ? Cette habitude, dont témoignent les sources judiciaires, laissait malheureusement toute latitude aux animaux domestiques, chiens, porcs, ou volaille, pour pénétrer dans la maison au risque d'agresser le bébé ou de mettre le feu.

Dans la cour et les dépendances

  • 55 Id., Ibid., p. 38.
  • 56 Paris, BNF, Nal 392, Livre d'Heures Ango, dit « Livre des enfants ».
  • 57 R. Vaultier, Le folklore pendant la guerre de Cent ans d'après les lettres de rémission, Paris, 19 (...)
  • 58 New York, Pierpont Morgan Library, ms. 1001, f. 48.
  • 59 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 84.
  • 60 Miracles de saint Thomas Beckett Je remercie D. Lett de m'avoir communiqué cet exemple. Voir D. Al (...)

11À la porte de la maison se déroulent nombre d'activités enfantines. Les enfants, nous disent les textes, s'assoient volontiers sur la pierre du seuil pour regarder les parents travailler ou les poules et canards55. Dans les herbiers des XIVe et XVe siècles, ils se tiennent sur le seuil ou sous l'auvent, pour observer la mère préparer les fromages dont ils goûtent un morceau. C'est devant la porte que des gamins jouent au ballon avec des pots de terre, “empruntés” à l'épi de séchage planté au seuil d'une maison, dans un manuscrit rouennais daté de 150056. C'est enfin le pas de porte extérieur de la demeure rurale qui est pris pour latrine par le petit enfant, lorsque le mauvais temps ne lui permet pas d'aller au fond du jardin, comme on le voit en décembre dans les calendriers flamands de Simon Bening. À la Saint-Jean d'été, dans le bailliage de Sens, c'est « devant leu huis » qu'on installe son berceau, entouré de « ramées de bois vert »57. Sans doute le plus clair de son temps se déroulait dans la cour dès qu'il savait marcher. Ainsi, dans une enluminure française des années 1470, un tout petit garçon tire une charrette miniature dans la cour de la ferme, un chien courant à ses côtés, tandis que les femmes de la famille traient les brebis en le regardant s'amuser58. À la belle saison, les paysannes baignent leurs enfants dans la cour, sans doute dans des petits baquets de douelles de bois comme on en voit dans les images : là une mère, suivant en cela – sans le savoir – les prescriptions pédagogiques d'un Francesco da Barberino, qui estimait qu'on devait laisser l'enfant jouer aux éclaboussures dans la baignoire59, confie le bain du dernier-né à un petit garçon de trois ans : le bébé meurt60.

  • 61 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 182.
  • 62 Bulletin de liaison du Groupe d'Anthropologie et d'archéologie funéraire en Île-de-France, no 1, s (...)
  • 63 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 43.
  • 64 « Les meures sauvaiges que les pastoures mengent quant ilz ont faim et les enfans aussi », Barthél (...)
  • 65 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 192.
  • 66 Ainsi dans les miracles de Micheline de Pesaro étudiés, par J. Dalarun, La Sainte et la cité. Mich (...)
  • 67 Livre des prouffitz champestres et ruraulx, Paris, J. Bonhomme, 1486. Paris, BNF, Impr. Rés. S. 28 (...)
  • 68 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 244.
  • 69 Bruxelles, Bibl. Roy. Albert Ier, ms. II. 158, décembre.

12Le milieu rural est en effet dangereux pour les jeunes enfants. L'analyse des documents judiciaires, dans l'Angleterre paysanne médiévale, précise les taux de décès infantile : sur près de 1000 cas de décès, 25 % surviennent dans la première année, 48 % à deux et trois ans, 11 % seulement entre quatre et six ans61. L'étude anthropologique confirme ces chiffres en mettant en exergue, un peu partout, un fort pic de mortalité entre trois ou quatre ans62, âge qui correspond au début du sevrage et à la pleine acquisition de l'autonomie : c'est l'âge où l'on n'hésite plus à laisser se promener seuls les enfants. À l'âge de cinq ou six ans, peut-être même avant, l'enfant commence à acquérir une certaine autonomie voire à participer aux activités agricoles. À cet âge, les récits de miracles nous le montre sortant de la maison et se promenant seul, pour cueillir des fleurs au bord des fossés de drainage des champs63, mais aussi manger des mûres64, « sucer de l'ortie blanche à saveur douce » qu'on appelle « archangélique », comme le remarque le chirurgien Mondeville, ou encore croquer une tartine sur les chemins, où il est attaqué par un chien65. Il est mordu par lapins ou cochons. Il accompagne sa mère au poulailler ; on le voit, dans les manuscrits enluminés des Tacuina Sanitatis, timidement posté derrière la porte, sans doute pour éviter de marcher sur un œuf. Les enlumineurs le figurent volontiers au potager : le jardin est un lieu relativement sans danger – encore qu'on trouve dans les recueils de miracles mention d'enfants qui y sont mordus au doigt par un serpent66. La mère l'y surveille pendant qu'il joue, l'enseigne dans la connaissance des plantes et des légumes et lui demande de menus services ; les petits garçons, selon Pierre de Crescens, sont chargés d'éliminer les insectes, comme les hannetons67, de même que d'autres animaux jugés nuisibles pour le jardin, comme les crapauds. On leur demande de grimper aux arbres pour la cueillette des petits fruits : amandes, cerises, olives, etc. Filles et garçons arrosent et participent à la corvée d'eau, qui n'est pas sans danger, comme en témoignent leurs chutes dans un puits ou un trou d'eau68. Ils accompagnent aussi le père : dans les calendriers flamands de Simon Bening, à l'extrême fin du Moyen Âge, c'est dans la cour que le père coupe les bûches pour l'hiver, accompagné du garçonnet chargé de rassembler le petit bois. Dans les Heures de Hennessy, vers 1530, en hiver, c'est juste derrière la ferme que deux petits garçons, assis, et une petite fille, debout, regardent le père griller les soies du cochon sacrifié pour Noël69.

  • 70 Paris, BNF, Lat 16827, f. 15 v et 19 v.
  • 71 P.-A. Sigal, op. cit. à la note 9, p. 248.
  • 72 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 191.
  • 73 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33.
  • 74 Id., Ibid.
  • 75 Id., Ibid., p. 157.

13Très vite, le domaine de l'enfance s'élargit aux dépendances de la ferme. Dans le calendrier d'un missel français de la fin du XVe siècle, un garçonnet tente de maîtriser les pattes postérieures d'un mouton pour l'immobiliser tandis que son père le tond et deux petits enfants en chemise accompagnent les vignerons pour le foulage dans la grange qui abrite la cuve70. L'un d'entre eux voudrait bien grimper dans la cuve avec les adultes, l'autre se contente de plonger la main dans la masse des raisins. Ex-votos et récits de miracles abondent en circonstances moins idylliques : une jeune fille est chargée de puiser le vin au tonneau, une tâche souvent confiée aux jeunes, et même à l'Enfant Jésus ; elle s'enfonce le bouchon dans l'œil71 ! Noyades d'enfants dans le bief du moulin, sous la grande roue à eau, dans un fossé comme telle petite fille des campagnes padouannes72, voire dans la cuve du brasseur de bière73 ou, plus rarement, enfants broyés sous la meule – mais heureusement sauvés par saint Nicolas de Tolentino74, sont communs. Un petit garçon de trois ans accompagne son père qui coupe du bois : la hache se déchausse et le tue75 ; les parents emmènent sans doute avec eux leurs enfants pour les protéger des accidents domestiques, mais les activités agricoles sont tout aussi risquées et la vie rurale est sans doute plus meurtrière pour l'enfance que les maisons des villes.

  • 76 P. Dubois, op. cit. à la note 53, p. 69.
  • 77 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 140.
  • 78 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 336.
  • 79 AD Côte d'Or, II B 360/3, pièce 242. Texte publié dans L'Histoire, septembre 1994, p. 37.

14Les dépendances de la maison rurale, surtout lorsque s'y déroule une activité agricole, sont particulièrement dangereuses, parfois du fait même des parents, comme l'attestent – rarement – les sources judiciaires. Ainsi, en 1344-45, une famille valaisane tient, « pour la châtier, leur fille Jacquemette enfermée un certain temps dans une de ces petites anfractuosités de terre où l'on entrepose les raves »76 : variante de l'enfant dans le placard à une époque où les placards n'existaient pas. La cavernacula terre dont parle le texte est sans doute un de ces silos souterrain à couvercle dont les fouilles donnent maints exemples. Un autre texte mentionne le cas d'un enfant enfermé dans un tonneau – et qui en meurt. Les accidents involontaires, sur le lieu de travail, sont plus courants. Ils surviennent dans la grange et l'étable. Tel petit garçon que son père a envoyé nourrir les chevaux reçoit des bottes de paille sur la tête et tombe de l'échelle77. Comme en témoignent les sources judiciaires, les fillettes orphelines et placées en apprentissage fréquentent assidûment ces lieux, parfois à leur corps défendant : Marion, la laveuse d'écuelles, est régulièrement violée dans la grange, lieu à l'abri du regard de l'épouse et où se déroule volontiers ce type d'agression, de même que Jeannette, chambrière de 11 ans78. Perrote, dix ans, « fille de feu Guillaume Bidon, demeurant à la Chaume, à Castillon sur Seine, demeurant elle-même à Dijon (...) », se fait violer par le valet de ferme « alors qu'elle était dans l'étable pour en sortir les vaches de Nicolas, son oncle, la nettoyer et en extraire le fumier »79.

Aux champs

  • 80 Comme dans l'exemple archéologique du XIIe siècle conservé au Schleswig, Archäeologisches Landesmu (...)
  • 81 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), Louvain-Paris, 1975, p. 123.
  • 82 J.-C. Cassard, op. cit. à la note 37, p. 15, note 34.
  • 83 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 318.
  • 84 Paris, BNF, Fr 6275, f. 1 v.
  • 85 P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (France-Italie, XIIe-XIIIe siècle), Paris, 1983.
  • 86 Vienne, ONB, Sn 2644.

15La maison étant un endroit dangereux, il n'est pas étonnant que poètes et enlumineurs – qui n'étaient pas paysans – nous montrent souvent ces derniers emmenant aux champs leurs enfants dans des berceaux portatifs dont il existait des types nombreux : petit lit transportable à la main, muni d'une poignée en creux80, couffin porté sur la tête, berceau vertical accroché dans le dos à la manière des femmes amérindiennes, ou cylindre étroit en douelles de bois, où l'on glissait le bébé en position debout ; s'il n'existe pas d'image de berceau suspendu à un arbre avant le XVIe siècle, cela ne signifie pas que l'usage en était ignoré des parents médiévaux, qui l'emploient peut-être lors des inondations catastrophiques de Tours, en 1405 : « aucuns desdiz habitans ont été trouvez es haulz soliers sur leurs maisons et les enfans liéz es haulz arbres pour estre sauvéz et recuilliz »81. On ne laisse pas le bébé seul au bord du champ : les sœurs aînées sont parfois chargées de le surveiller82. Les enfants plus âgés apparaissent dans toute la gamme des activités agricoles. Les petits garçons courent à côté de la charrue, à leurs risques et périls, comme on le voit dans les miracula. Ils aident le père au champ en tirant le cheval attelé, lors du hersage. Ils sont chargés de chasser les oiseaux lors des semailles et dans les vignes, comme le conseille l'Italien Pierre de Crescens : on installe l'enfant « au milieu de la vigne (dans) une petite loge sur quatre pieux (...). Il tirera sur des cordes attachées à de longues perches au-dehors et autour de la vigne. Elles correspondent à l'intérieur de la loge et il y a des sonnettes attachées à des perches. Il les fera sonner en tirant les cordes... ». En outre, les garçonnets ramassent les raves avec leur père, comme à Montaillou83, les châtaignes, glands84, branchages écotés par leur père bûcheron et transportent les fagots ou, à la moisson, les gerbes de blé. Enfin, ils prennent une part active et indépendante aux gros travaux agricoles. Deux calendriers sculptés semblent en effet représenter des jeunes qui se livrent à un travail agricole : celui de Mimizan présente un enfant ( ?) qui accompagne son père, en mars, pour la taille de la vigne85. Celui de Rampillon (Seine-et-Marne) figure un jeune garçon frappant en octobre les branches des chênes pour la glandée ; cette même activité, de même que la garde des troupeaux de cochons, est également affectée à un jeune garçon dans un Tacuinum Sanitatis italien du XIVe siècle86. À en croire les sources écrites du temps, il s'agit alors de jeunes garçons plus que des enfants ; comme le dit sentencieusement à sa femme un Anglais du XVe siècle, Paston, dans une lettre datée du 27 juin 1467, « tout pauvre homme qui a élevé ses enfants jusqu'à l'âge de douze ans trouve normal qu'à cet âge là ceux-ci l'aident et lui soient de quelque utilité... »

  • 87 Paris, BNF, Naf 24541, f. 177 v.
  • 88 Courtois d'Arras. L'Enfant prodigue, J. Dufournet (éd.), Paris, 1995, p. 37.
  • 89 G. Caster, Le commerce du pastel et de l'épicerie à Toulouse, 1450-1561, Toulouse, 1962, p. 43.

16Cependant, des enfants plus jeunes assumaient des travaux difficiles ou dangereux, comme l'on peut en juger à la lecture du Bon Berger, écrit pour Charles V par Jean de Brie, qui parle d'expérience. Deux fois blessé dans son enfance, par un cheval et par des vaches, c'est à huit ans qu'il garde un troupeau d'oies – animaux certes faciles à surveiller – puis de porcins, notablement plus dangereux : un miracle de Notre-Dame de Soissons, narré par Gautier de Coincy, met d'ailleurs en scène un « gardien de pourciaux » de neuf ans souffrant d'une plaie à la jambe87, sans doute la séquelle d'un coup de défense. À neuf ou dix ans, Jean de Brie mène le cheval à la charrue puis surveille les vaches. Ce texte normatif se voit confirmé par les sources comptables ou judiciaires. En Angleterre, on garde les oies et les cochons entre huit et dix ans. En France, les bergers des troupeaux de moutons de Montaillou ont entre douze et quatorze ans. Toutes ces activités ne laissent pas d'être fatigantes, et la relative “utilité” qu'exigent des pré-adolescents les parents médiévaux tend plus d'une fois, sans doute, à se transformer en une « servitude », selon le mot qu'emploie le rédacteur, au XIIIe siècle, de Courtois d'Arras. Mais c'est là le sort des plus âgés, du frère aîné qui se plaint, comme dans ce texte éclairant88, d'être traité comme un « serf » tandis que le cadet « s'en tire à bon compte » ; un réveil matinal et bruyant débute sa journée : « Debout, mon fils ! Il y a longtemps que tu dors : à cette heure, tes agneaux devraient déjà avoir brouté dans l'herbe courte ! » « Tard couché et tôt levé, voilà la vie que j'ai toujours menée », se lamente le jeune Courtois, qui exagère sans doute sa plainte à des fins littéraires dramatiques : les enfants de Montaillou sont, nous dit-on, couchés avant les adultes. Quant aux enfants des ruraux indigents, ils souffrent du même genre de vie que les adultes : on les emploie au même titre que ces derniers, en Provence, à arracher les mauvaises herbes des champs de guède89, sans guère d'égards pour leur jeune âge.

  • 90 Comme on en voit un exemple en Espagne : R. Cordoba de la Llave, La femme dans l'artisanat de la p (...)
  • 91 R. Pernoud, Jeanne d'Arc, par elle-même et par ses témoins, Paris, 1962, p. 14.

17L'apport sans doute le plus instructif des sources écrites est que les tâches difficiles ne sont pas réservées aux garçons et que les filles, pas plus que les femmes adultes, ne sont confinées à l'intérieur de la maison, infirmant l'hypothèse un peu hâtive d'une stricte division sexuelle des activités laborieuses en ce qui concerne les enfants. Les filles, qui ont déjà pour rôle de soulager la mère dans les tâches domestiques et la surveillance des benjamins, peinent à l'extérieur. Certes, elles font de la couture, arrosent le jardin potager, cueillent les légumes, restant de ce fait dans l'enceinte domestique, mais aussi nettoient le fumier de l'étable, assument la vente au marché ou, à treize ans seulement, sont au moulin la nuit90. Non seulement la petite Jeanne d'Arc garde les troupeaux mais elle « travaille à la charrue », tous les témoins à son procès s'accordent sur ce point91.

Par les chemins

  • 92 Bel exemple d'une fille de douze ou treize ans dans C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 290.
  • 93 Jean Bodel, édité dans Fabliaux et contes du Moyen Âge, Paris, 1987, p. 35.
  • 94 Paris, BNF, Fr 22297, f. 344 v.

18Dès qu'il a atteint une certaine autonomie, l'enfant sort seul de la maison. Dès l'âge de dix ans, filles et garçons sont chargés d'aller porter à manger à leur père aux champs, en prison, réfugié dans une église92 ou lépreux enfermé. La route n'est jamais sans danger : kidnappings ou viols sont des risques réels. Les enfants accompagnent aussi leurs parents à la ville. Dans Le Vilain de Farbus, un fabliau du XIIIe siècle, un père emmène son fils Robin « pour l'initier à la vie et aux coutumes du marché »93. On ne peut s'empêcher de rapprocher ce texte d'une image datée du milieu du XVe siècle, esquissée par l'un des dessinateurs de l'Armorial de Revel : au pied du château du Broc, en Auvergne, une famille paysanne chargée de diverses denrées est en marche, le père courbé sous le faix d'un énorme sac de fruits ou de légumes ronds, la mère chargée de paniers à œufs ou à fromages, le fils marchant libre de toute charge, accroché à la jupe de sa mère94.

  • 95 Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus, édition critique, introduction et notes par C. Cann (...)
  • 96 Voir l'article de G. Ijzereef, A Medieval Jaw-Sledge from Dordrecht, dans Berichten van de R.O.B.,(...)
  • 97 R. Vaultier, op. cit. à la note 57, p. 207-208.
  • 98 P. Braunstein, Un banquier mis à nu, Paris, 1993, voir p. 117.
  • 99 Péchés et vertus. Berthold de Ratisbonne, C. Lecouteux (éd.), Paris, 1991, p. 115.

19Ainsi, les enfants, filles ou garçons, ne sont jamais confinés à la maison et l'on voit à la lecture des actes de son procès que la petite Jeanne, célèbre pucelle, se promenait à son gré pendant que ses parents la croyaient au travail ; le principal est que la fille se tienne bien : à son procès, un témoin prend soin de dire de Jeanne d'Arc qu'elle ne « tramait » pas dans les rues mais qu'elle se rendait à l'église. Dans son Livre des trois vertus, Christine de Pizan, l’une des rares pédagogues à s'être adressée aux paysannes – sans que ces dernières aient eu aucune chance de le savoir – leur demande d'interdire à leurs enfants de commettre vols et destructions : « rompre haies pour en autrui courtil embler raisin par nuit ou par jour, ne autrui fruitage, ne quelconques courtillages, ne autres choses... »95 ; de fait, les quelques petits garçons devenus des poètes célèbres qui évoquent, à l'âge adulte, leurs jeux en pleine campagne, avouent tous être allés dérober des raisins ou des cerises dans les vergers voisins... On voit surtout, dans les images, les petits villageois jouer aux boules de neige, à la luge sur glace dans des mâchoires de cheval spécialement aménagées pour eux – l'archéologie a confirmé ces étranges jouets96. Les sources judiciaires et les recueils de miracles mettent également en scène les jeux des petits ruraux. Ils vont nager. Au XVe siècle, les jeunes de Domrémy s'ébattent au pied de l'arbre des Dames, où ils chantent, dansent et tressent des guirlandes de fleurs. Les petits vachers de neuf ans, à Caneron, près de Montreuil-sur-Mer, jouent au bâton pendant la journée de travail97, comme le signale aussi Jean de Brie qui ajoute à ce jeu la marelle. Les petits bergers jouent de la musique et grignotent des gâteaux, comme ceux d'Aucassin et Nicolette. Ils bavardent interminablement, comme celui à qui Matthaeus, jeune fugueur de neuf ans, en 1506, raconte son histoire et fait admirer son faucon98. Cet apprentissage de l'autonomie allait de pair avec une éducation non dépourvue de sévérité. Au XIIIe siècle, Berthold de Ratisbonne, s'adressant aux « pauvres gens », leur conseille d'interdire à coup de fouet s'il le faut les gros mots aux enfants : « prenez une badine qui sera toujours à votre portée, coincée dans les poutres ou dans le mur », conseille-t-il aux parents99, ultime aménagement domestique lié à l'enfance que nous livrent les textes...

20Ainsi, la maison s'avère un lieu d'abri et de danger à part égale pour l'enfance médiévale. Dans l'habitat rural, le lit, le coin du feu, le seuil, sont les lieux de vie des plus jeunes – et constituent pour eux autant de lieux de mort. La cour, les dépendances, les champs, sont pour les plus grands des sources de dangers inévitables. La demeure rurale s'avère peu adaptée à la vie des enfants, contrairement aux milieux aristocratiques disposant de toute une gamme d'objets de la puériculture, mais les parents adaptaient au mieux leur simple mobilier et leur vigilance à la protection de l'enfance dans une société où les plus forts des enfants guérissaient et où les plus prudents et avisés florissaient...

Fig. 1. Le mobilier. Flans Shaufelein : Les âges de la vie, gravure, vers 1517.

Fig. 2. Le repas de l'enfant. Oxford, Bodleian Libr., Douce 6, f. 22.

Fig. 3. Enfant au bain sur l’herbe. Maître BXG, gravure, seconde moitié du XVe siècle.

Fig. 4. Le retour de la moisson. Baltimore, Walters Art Gall., ms. W. 88, f. 150.

Fig. 5. Le travail des enfants : la corvée d’eau. Paris, BNF, All. 106, f. 269 : Traité d’Astrologie, XVIe siècle.

Fig. 6. Lyon, BM, ms. 742, f. 205 v : Ovide, Métamorphoses, XIVe siècle.

Fig. 7. Famille de paysans allant au marché. Martin Schongauer, gravure. (Fig. 1 à 7, dessins B. Parent)

Notes

1 Devinettes françaises du Moyen Âge, B. Roy (éd.), Paris-Montréal, 1977, p. 161.

2 P. Demolon, Le village mérovingien de Brebières (VIe-VIIe siècle), Arras, 1972, p. 134 et 241, photo no 6.

3 E. Crubézy, Merovingian skull deformations in the Southwest of France, dans From the Baltic to the Black Sea, Studies in Medieval Archaeology, D. Austin, L. Alcock (éd.), Londres, 1992, p. 189-208, voir p. 200.

4 A. Rast-Eicher, Une fibre textile méconnue : l'ortie, dans L'Archéologue, 22, 1996, p. 41-42.

5 O. Von Doppelfeld, Das Fränkische Knabengrab unter dem Chor des Kölner Domes, dans Germania, 42, 1964, p. 156-188.

6 D. Alexandre-Bidon, M. Closson, L'enfant à l'ombre des cathédrales, Lyon, 1985 ; S. Shahar, Childhood in the Middle Ages, New York-Londres, 1990 ; P. Riché, D. Alexandre-Bidon, L'enfance au Moyen Âge, Paris, 1994 ; D. Alexandre-bidon, D. Lett, La vie des enfants au Moyen Âge, Paris, 1997, etc.

7 Temps médiévaux, dans Histoire de la famille, A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Ségalen, F. Zonabend (dir.), Paris, 1986, vol. 2, p. 152.

8 Encore inédits : La petite enfance, Journée de Flaran, septembre 1993 : voir sur le haut Moyen Âge la communication de C. Treffort. L'enfant, son corps, son histoire, septièmes journées anthropologiques de Valbonne, 1-3 juin 1994. L'enfant et la Mort, Journée d'étude du 20 avril 1995, Laboratoire d'histoire et d'archéologie antiques et médiévales, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Reims.

9 P.-A. Sigal, L'homme et le miracle, Paris, 1985, p. 154 et 102 ; S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 140.

10 I. Origo, Le marchand de Prato, Paris, 1989, p. 184.

11 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1982, p. 70.

12 Voir l'exemple dans C. Gauvard, « De Grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 284.

13 Id., Ibid., p. 318.

14 Statuts de Bordeaux, 1234 : O. Pontal, Les statuts synodaux en France au XIIIe siècle, Paris, 1983, II, p. 45-47.

15 E. Le Roy Ladurie., op. cit. à la note 11, p. 311.

16 F. Piponnier, Les objets de l'enfance, dans Enfance et société. Annales de Démographie Historique, Paris, 1973, p. 69-71, voir p. 69.

17 P. Wolff, Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, 1978, p. 407.

18 M.-T. Lorcin, De l'Oustillement au villain, ou l'inventaire sans raton laveur, dans Revue Historique, CCLXXIV/2, Paris, 1986, p. 321-339.

19 Voir le tableau de Simone Martini, « Miracle de saint Agostino Novello : l'enfant tombé de son berceau », Sienne, église San Agostino.

20 Miracles de Henri VI d'Angleterre : Subsidia Hagiographica, P. Grosjean (éd.), 22, Sociétés des Bollandistes, Bruxelles, 1935, p. 260-261. Je remercie P.-A. Sigal de m'avoir aimablement communiqué ce texte.

21 Inventaire étudié par F. Ferracci, dans Cent maisons médiévales, Y. Esquieu, J.-M. Pesez (dir.), à paraître.

22 J. Le Goff, Petits enfants dans la littérature des XIIe-XIIIe siècles, dans Enfant et société, Annales de Démographie historique, 1973, p. 131-132.

23 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 826.

24 D. M. Webb, Friends of the Family : some Miracles for Children by Italian Friars, dans The Church and Childhood, D. Wood (éd.), 1994, p. 183-195, voir p. 191.

25 Œuvres complètes, Josephina, Mgr Glorieux (éd), t. IV.

26 Voir Croyances et coutumes, Guides ethnologiques, 12, Paris, 1981, p. 44-45 ; F. Loux, Le jeune enfant et son corps dans la médecine traditionnelle, Paris, 1978, p. 212.

27 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 139.

28 F. Piponnier, op. cit. à la note 16, p. 70.

29 Dans la tombe du petit prince de Cologne, voir note 5.

30 Londres, Victoria and Albert Museum, Donatello, « Vierge à l'Enfant ».

31 Lund, Kulturhistoriske Museet, milieu du XIe siècle. Objet présenté dans l'exposition L'enfance au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque Nationale, 26 octobre 1994-15 février 1995, commissariat D. Alexandre-Bidon et P. Riché.

32 Voir S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 92.

33 B. A. Hanawalt, The Ties that bound : Peasant Families in Medieval England, New York-Oxford, 1986, p. 44.

34 Oxford, Bodleian Library, ms. Douce 6, f. 22.

35 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 176.

36 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 191.

37 J.-C. Cassard, Quelques aperçus sur la famille en Trégor au XIVe siècle, dans Kreiz, 3, 1993-1994, p. 15.

38 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 318.

39 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 177, 179.

40 « Ce que je rapporte, les paysans savent le dire avec moi », dit au XIe siècle, le maître d'école Egbert de Liège, auteur de ce motif devenu célèbre. Voir Formes médiévales du conte merveilleux, J. Berlioz, C. Brémond, C. Velay-Valentin (dir.), Paris, 1989, p. 133.

41 Id., Ibid., p. 40.

42 Miracles de saint Thomas Becket. Je remercie D. Lett, qui m'a aimablement signalé ce texte.

43 Gravure d'Abraham Bach, « Les heures du jour : le soir », Nuremberg, XVIe siècle.

44 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 418.

45 D. Alexandre-Bidon, B. Maccari-Poisson, Le vaisselier céramique du village d'Essertines-Basses, formes et provenances, dans Pages d'Archéologie en Rhône-Alpes, 3, 1997, p. 7 et D. Alexandre-Bidon, Biberons du Moyen Âge, dans Les biberons du Docteur Dufour, Fécamp, 1997, p. 127-128.

46 Poteries d'Oc. Céramiques languedociennes VIIe-XVIIe siècle, M. Leenhardt (dir.), Nîmes, Musée Archéologique, 1996, p. 131, fig. 129.

47 F. Piponnier, op. cit. à la note 16.

48 D. Alexandre-Bidon, Mobilier céramique et alimentation aux XVIe-XVIIe siècle. Le village d'Esssertines-Basses, dans Cahiers Archéologiques de la Loire, 4-5, Roanne, 1984-1985, p. 89-108, voir p. 99.

49 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 472.

50 J.-C. Cassard, op. cit. à la note 37, p. 14.

51 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 304, note 18.

52 Id., Ibid., p. 175-182, voir p. 176.

53 P. Dubois, Les Vifs, les morts et le temps qui court, Familles valaisannes, 1400-1550, dans Cahiers Lausannois d'histoire médiévale, Lausanne, 1995, p. 69.

54 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 177.

55 Id., Ibid., p. 38.

56 Paris, BNF, Nal 392, Livre d'Heures Ango, dit « Livre des enfants ».

57 R. Vaultier, Le folklore pendant la guerre de Cent ans d'après les lettres de rémission, Paris, 1965, p. 76-77.

58 New York, Pierpont Morgan Library, ms. 1001, f. 48.

59 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 84.

60 Miracles de saint Thomas Beckett Je remercie D. Lett de m'avoir communiqué cet exemple. Voir D. Alexandre-Bidon, D. Lett, op. cit. à la note 6.

61 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 182.

62 Bulletin de liaison du Groupe d'Anthropologie et d'archéologie funéraire en Île-de-France, no 1, s.l.n.d., p. 5 : intervention de H. Guy, p. 6 : intervention de A. Alduc-Le Bagousse.

63 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33, p. 43.

64 « Les meures sauvaiges que les pastoures mengent quant ilz ont faim et les enfans aussi », Barthélemy l'Anglais, Livre des Propriétés des Choses, XIIIe siècle, Paris, BNF, Fr 22532, f. 270 (copie XVe siècle).

65 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 192.

66 Ainsi dans les miracles de Micheline de Pesaro étudiés, par J. Dalarun, La Sainte et la cité. Micheline de Pesaro († 1356), tertiaire franciscaine, Rome, (Collection de l’É.F.R., 164), 1992, voir p. 68.

67 Livre des prouffitz champestres et ruraulx, Paris, J. Bonhomme, 1486. Paris, BNF, Impr. Rés. S. 284. Voir aussi, Rés. S. 19, p. LXVIII v.

68 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 244.

69 Bruxelles, Bibl. Roy. Albert Ier, ms. II. 158, décembre.

70 Paris, BNF, Lat 16827, f. 15 v et 19 v.

71 P.-A. Sigal, op. cit. à la note 9, p. 248.

72 D. M. Webb, op. cit. à la note 24, p. 191.

73 B. A. Hanawalt, op. cit. à la note 33.

74 Id., Ibid.

75 Id., Ibid., p. 157.

76 P. Dubois, op. cit. à la note 53, p. 69.

77 S. Shahar, op. cit. à la note 6, p. 140.

78 C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 336.

79 AD Côte d'Or, II B 360/3, pièce 242. Texte publié dans L'Histoire, septembre 1994, p. 37.

80 Comme dans l'exemple archéologique du XIIe siècle conservé au Schleswig, Archäeologisches Landesmuseum. P. Riché, D. Alexandre-bidon, op. cit. à la note 6, p. 53.

81 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), Louvain-Paris, 1975, p. 123.

82 J.-C. Cassard, op. cit. à la note 37, p. 15, note 34.

83 E. Le Roy Ladurie, op. cit. à la note 11, p. 318.

84 Paris, BNF, Fr 6275, f. 1 v.

85 P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (France-Italie, XIIe-XIIIe siècle), Paris, 1983.

86 Vienne, ONB, Sn 2644.

87 Paris, BNF, Naf 24541, f. 177 v.

88 Courtois d'Arras. L'Enfant prodigue, J. Dufournet (éd.), Paris, 1995, p. 37.

89 G. Caster, Le commerce du pastel et de l'épicerie à Toulouse, 1450-1561, Toulouse, 1962, p. 43.

90 Comme on en voit un exemple en Espagne : R. Cordoba de la Llave, La femme dans l'artisanat de la péninsule ibérique, dans L'Artisan dans la péninsule ibérique, RAZO, no 14, p. 103-114, voir p. 110, note 35.

91 R. Pernoud, Jeanne d'Arc, par elle-même et par ses témoins, Paris, 1962, p. 14.

92 Bel exemple d'une fille de douze ou treize ans dans C. Gauvard, op. cit. à la note 12, p. 290.

93 Jean Bodel, édité dans Fabliaux et contes du Moyen Âge, Paris, 1987, p. 35.

94 Paris, BNF, Fr 22297, f. 344 v.

95 Christine de Pizan, Le Livre des trois vertus, édition critique, introduction et notes par C. Cannon Willard, Paris, 1989, p. 220. C'est à des catégories sociales populaires très stéréotypées ou idéalisées que s'adressent en général les pédagogues issus de la noblesse : en Pologne, un livre dédié aux « femmes de la campagne » était en réalité composé pour les habitantes des manoirs et non des chaumières... M. Dembinska, Pozywienie Dziecka w Zrodlach [La nourriture de l'enfant dans les sources historiques polonaises], article aimablement communiqué et transcrit par Maria Flandrin.

96 Voir l'article de G. Ijzereef, A Medieval Jaw-Sledge from Dordrecht, dans Berichten van de R.O.B., 24, 1974, p. 181-184 ; cf. aussi D. Alexandre-Bidon, Les jeux et sports d'hiver au Moyen Âge et à la Renaissance, dans Actes du 116e congrès des sociétés savantes (Histoire médiévale et philologie), Chambéry, 1991, Chambéry, 1993, p. 142-156.

97 R. Vaultier, op. cit. à la note 57, p. 207-208.

98 P. Braunstein, Un banquier mis à nu, Paris, 1993, voir p. 117.

99 Péchés et vertus. Berthold de Ratisbonne, C. Lecouteux (éd.), Paris, 1991, p. 115.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le mobilier. Flans Shaufelein : Les âges de la vie, gravure, vers 1517.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 2. Le repas de l'enfant. Oxford, Bodleian Libr., Douce 6, f. 22.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 3. Enfant au bain sur l’herbe. Maître BXG, gravure, seconde moitié du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 4. Le retour de la moisson. Baltimore, Walters Art Gall., ms. W. 88, f. 150.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 5. Le travail des enfants : la corvée d’eau. Paris, BNF, All. 106, f. 269 : Traité d’Astrologie, XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 6. Lyon, BM, ms. 742, f. 205 v : Ovide, Métamorphoses, XIVe siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 7. Famille de paysans allant au marché. Martin Schongauer, gravure. (Fig. 1 à 7, dessins B. Parent)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23574/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 493k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540