Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

L'agriculture et les ruraux

Dandin ou le code social au xviie siècle

Texte intégral

1Le théâtre de Molière est avant tout du théâtre, c'est-à-dire un texte destiné à être « joué » pour éveiller chez le spectateur réactions et sentiments : rire ou pitié, compréhension ou mépris. Et il est certain qu'on peut aimer et goûter Molière sans rien savoir des rapports sociaux dans la France de Louis XIV, comme on peut aimer une fugue de Bach sans rien connaître de la composition musicale. Il est non moins certain que l'œuvre de Jean-Baptiste Poquelin, né entre les Halles et le Louvre, fils d'un honorable artisan qui travaillait pour la Cour, à la recherche comme ses semblables, d'un moyen de se « distinguer » dans la société de son temps, est un témoignage précieux sur les problèmes sociaux de son époque. A ce titre, l'historien peut être autorisé à éclairer un texte, à mettre au jour, derrière les situations du théâtre, accentuées et grossies par les nécessités de l'action scénique, les réalités du Grand siècle.

2Si presque toutes les pièces de Molière sont susceptibles d'être analysées sous cet angle, George Dandin est sans doute la plus intéressante, avec le Bourgeois Gentilhomme. C'est qu'elle met en face, avec leurs préjugés, leurs aspirations, leurs systèmes de pensée, les deux groupes les plus liés, et les plus éloignés, de la société du temps : la noblesse et la paysannerie. Les plus liés, par le maintien, en plein xviie siècle, du vieux rapport médiéval entre le seigneur et ses tenanciers. Maître du sol et dépositaire d'une part de la puissance publique (police, administration locale et surtout justice), le seigneur vit du revenu de ses terres, soit directement, en affermant le beau domaine qu'il s'est généralement réservé autour de son manoir, soit indirectement, par les multiples droits qu'il lève sur tous ceux qui sont installés et vivent sur le territoire de sa seigneurerie. De l'étendue de celle-ci, de l'application que le gentilhomme met à défendre ses droits contre l'inertie paysanne dépendent la richesse et le train de vie de la noblesse. Or, celle-ci est elle-même d'une grande diversité de condition. Aux Grands, dont les domaines s'étendent sur plusieurs villages et dans plusieurs régions, qui occupent à la Cour et à l'armée les places importantes, qui reçoivent du Roi titres et pensions, s'opposent, dans les provinces, les petits hobereaux misérables, cantonnés sur de minuscules seigneureries de faible rapport. De ces provinciaux mal dégrossis, qui n'ont point « l'air de la Cour », il est de bon ton de se moquer. Dès le xvie siècle, Rabelais faisait rire au détriment des gentilhommes de Beauce, dont la pauvreté était passée en proverbe :

« Gentilhomme de Beauce, se met au lit quand on raccommode ses chausses. »

3C'en est bien pis au xviie siècle et le Roi lui-même, qui ne connaissait que les nobles qui fréquentaient la Cour, aida au mouvement de mépris qui atteint toute cette petite noblesse campagnarde, souvent plus ancienne que beaucoup de grandes familles, mais appauvrie, démodée. C'est La Bruyère qui traduit, à la fin du siècle, ce sentiment général :

« Le noble de province, inutile à sa patrie, à sa famille et à lui-même, souvent sans toit, sans habits et sans aucun mérite, répète dix fois le jour qu'il est gentilhomme... »

4Ne croirait-on pas voir notre Sotenville et sa femme, née de la Prudoterie ? Dans leurs entretiens avec Dandin, comme ils lui font sentir, à chaque phrase, l'abîme social qui les sépare. Qu'on relise la scène 4 du premier acte, véritable guide de la conduite à tenir envers les « gens de qualité » lorsqu'on n'a pas l'insigne honneur d'en être. Et de rappeler les ancêtres, les trois cents ans de vertu familiale, l'honneur des Sotenville. Mais cette fierté, ce sentiment si fort d'appartenir à une autre espèce humaine que Dandin, ils s'expriment aussi bien dans le dialogue avec Clitandre. Si celui-ci, en homme de Cour, traite Sotenville avec un brin de mépris condescendant, ce dernier tient à marquer son égalité dès les premiers mots, à rappeler au « damoiseau » sa qualité. Les références qu'il donne - la levée du ban et de l'arrière-ban, les exploits guerriers du père, la croisade de l'ancêtre -, sont autant de « signaux » lancés dans la langue particulière au groupe social de la noblesse. Et Clitandre, malgré son ironie, les comprend parfaitement. Il les comprend parce qu'il est du même univers mental. Et qu'il parle le même langage. A ses yeux, Dandin n'existe pas. Il « appartient » à Sotenville et c'est seulement à ce titre qu'on peut le respecter, comme on respecterait un chien de chasse ou un cheval. A ce titre seulement qu'on lui fait l'aumône de quatre mots pour accepter ses excuses.

5Si les Sotenville sont si désireux de bien marquer leur « dignité », c'est qu'ils ruinés, à l'image de tant d'autres petits nobliaux. La nécessité de « tenir son rang », les frais d'équipement d'une campagne militaire, l'entretien du manoir familial, une totale incapacité à compter et à gérer, l'amenuisement du profit d'un certain nombre de droits stipulés en argent et laminés - déjà ! - par l'inflation, tout concourt à appauvrir les gentilshommes de province, privés de l'aide royale. Humiliation suprême, il faut « fumer ses terres ». A la ville, en pareil cas, on tente de trouver la fille d'un riche magistrat, déjà en voie d'anoblissement grâce au système des offices, voire la fille d'un fermier des impôts, trop heureux de pénétrer ainsi dans un monde qui lui est naturellement fermé. Mais à la campagne ? Nos Sotenville n'ont eu d'autre solution que de marier Angélique à un riche paysan ... Solution extrême, solution de théâtre, choisie intentionnellement par Molière pour créer un conflit exemplaire, solution, disons-le, presque impensable dans le contexte social et psychologique de l'époque. Le scandale de cette union est tel que le baron a érigé en fief les terres du gendre pour lui permettre, par une fiction, de se dire sieur de la Dandinière et de devenir ainsi plus présentable. Mais on en veut à Dandin de cette nécessité cruelle. Et on le lui fait sentir.

6Nous voici donc à notre homme : « riche paysan » nous dit Molière. Et ces deux mots, pour les contemporains de l'écrivain, indiquaient immédiatement la situation du personnage. La paysannerie du xviie siècle présentait en effet une grande diversité de conditions. L'immense masse était formée de petites gens, disposant de leur maison, d'un bout de jardin, de quelques lopins de terre, de quelques parcelles de vigne, là où celle-ci pouvait pousser. Pour tous ces « brassiers », « manouvriers », vignerons, la vie quotidienne était difficile. Leur exploitation, trop exiguë, ne pouvait suffire à assurer leur subsistance. Il leur fallait compléter les ressources familiales par d'autres travaux : l'emploi dans les grosses fermes du village au moment des foins, de la moisson ou du battage, le maniement de la navette d'un métier à tisser pour quelque marchand de la ville proche, l'exercice d'un modeste artisanat villageois. Mais au-dessus de cette masse, quelques paysans s'élevaient, que le titre de « laboureur » distinguait. Ceux-là possédaient charrue chevaux ou bœufs de trait, charrette et cheptel. Ceux-là possédaient aussi assez de terres pour former une exploitation rentable. Ceux-là possédaient surtout les moyens de prendre à ferme les domaines des grands propriétaires fonciers : nobles, communautés religieuses, citadins enrichis. Devenus « marchands-laboureurs », pouvant exploiter des fermes qui atteignaient parfois la centaine d'hectares, vendant leurs grains et leurs bestiaux sur les marchés urbains, prêtant, à usure, grains et deniers aux pauvres gens de leur village, levant au nom du seigneur ou des clercs les droits seigneuriaux et les dîmes, ils faisaient figure de « coqs de village ». On ne les trouvait pas dans toutes les provinces, mais surtout dans les grandes plaines limoneuses du Bassin parisien. L'historien, dans ces pays qui se nomment Beauce, Vexin, France, Brie, Soissonnais, peut suivre ainsi des dynasties de fermiers, occupant la même exploitation sur plusieurs générations, solidaires les uns des autres, apparentés par de nombreux mariages.

7D'innombrables documents permettent de saisir leur vie quotidienne, leur intérieur, leur costume, plus difficilement leur univers mental. Groupe social caractérisé, fermé sur lui-même, fort de sa position d'intermédiaire obligé entre les puissants de ce monde et la masse majoritaire de la paysannerie pauvre.

8Dandin appartient à ce groupe, mais il a voulu en sortir. Au lieu de « s'allier en bonne et franche paysannerie », il a épousé Angélique. Et nous assistons à sa punition. Leçon de morale, qui s'inscrit parfaitement dans le système de valeurs du Grand siècle : qui veut s'élever au-dessus de sa condition se met en dehors des règles sociales et doit en payer le prix. Il n'est pas inutile de réfléchir sur ce point.

9Toute société humaine se fait d'elle-même une certaine idée, privilégiant quelques valeurs, morales, religieuses, matérielles, voire biologiques, en en tirant une classification des individus et des groupes qu'ils forment les uns par rapport aux autres, et une hiérarchie, plus ou moins rigide, plus ou moins fermée de ces groupes, selon leur fonction... leur état ou pour parler comme les gens du xviie siècle, leur « qualité ».

10Les contemporains de Louis XIV restaient fidèles à une conception traditionnelle de l'ordre social, qui nous est devenue étrangère, mais que rappelaient complaisamment les théoriciens et les juristes, et que défendaient ceux qui en tiraient bénéfice et honneur. Dans cette perspective, la première place appartenait naturellement à ceux qui servaient Dieu et dont l'intervention était nécessaire pour parvenir, au terme de cette vie terrestre, à la seule vie véritable, celle du Ciel. Mais la prêtrise étant une vocation personnelle, elle ne pouvait apparaître comme un idéal social. La véritable fonction sociale souhaitable et souhaitée est celle de la noblesse. Le noble sert le Roi, il manie les armes pour défendre les autres, il est juge entre ses gens, il mène un genre de vie détaché des contraintes quotidiennes qui paraît à tous comme supérieur. Tous les groupes sociaux se hiérarchisent par rapport à cette « image idéale ». Derrière les nobles viennent les officiers royaux - entendez les « fonctionnaires » : juges, administrateurs, percepteurs - parce qu'ils participent à l'exercice de la souveraineté, puis les professions libérales, puis les gros marchands et les rentiers, qui ne travaillaient pas de leurs mains. Ensuite, tous ceux qui doivent « gagner leur pain » : artisans, laboureurs, puis au-dessous, compagnons de métiers, manouvriers, enfin, à leur place comme les autres, mendiants et vagabonds.

11Hiérarchie fixée par les siècles, sacralisée par le consentement général, qui repose donc, non pas sur la richesse, mais sur une notion plus vague, celle de « dignité », celle-ci se mesurant au degré d'éloignement ou de proximité par rapport au modèle noble. Deux conséquences découlent de cette conception de l'ordre social. La première, c'est qu'on doit le respecter. La société ne peut bien fonctionner que si chacun occupe la place que Dieu, dans sa souveraine sagesse, a assignée à chaque groupe et à chaque individu. La vieille parabole des membres et de l'estomac garde toute sa valeur. La seconde, apparemment contradictoire, est l'aspiration générale des groupes à se rapprocher du modèle pour tenter de forcer l'entrée bien gardée du groupe dirigeant. Les fictions cédant toujours aux réalités, il y a belle lurette que la noblesse n'est pas inaccessible. Le Roi dispose du privilège de conférer la noblesse et ne s'en prive pas, tantôt en raison des services rendus, tantôt en fonction de l'argent versé pour l'achat d'une des nombreuses charges publiques vendues par le souverain et conférant, à plus ou moins long terme, la qualité de noble. De là le mouvement ascensionnel que l'on peut observer depuis longtemps dans la société française : le fils du marchand enrichi fait ses études, devient avoué ou procureur.

12Lui-même ou un de ses fils achète un petit office. Avec un peu de chance, à la troisième ou quatrième génération, les descendants se retrouvent conseillers au Parlement, Trésorier général de France ou Lieutenant général d'un bailliage. Et la noblesse vient, avec l'achat d'une terre dont on allongera son nom, avec l'entrée dans la carrière militaire et à la Cour.

13Mais le corps social se défend contre les changements trop rapides. Il n'accepte ces mutations que lorsqu'elles respectent les idées reçues. Il faut mériter l'élévation sociale. Le fils d'un fermier-général peut s'acheter une charge de conseiller au Parlement de Paris, mais celui-ci lui fermera ses portes en refusant de le recevoir. Un bourgeois peut payer une charge de Secrétaire du Roi (la fameuse « savonnette à vilain »), qui confère la noblesse immédiate, il ne sera pas pour autant reçu à la Cour et considéré comme leur égal par les gentilshommes véritables.

14Molière connaît les règles du jeu social. Son père a reçu le titre de valet de chambre du Roi. Petit charge, qui est loin de conférer la noblesse, mais qui comporte d'appréciables avantages fiscaux. Lui-même hérite de la charge et du titre. C'est pour lui une protection efficace bien nécessaire quand on exerce le métier réprouvé de comédien. Toute son œuvre s'inscrit dans le contexte psychologique de ce jeu social.

15Monsieur Jourdain est ridicule parce qu'il singe le mode de vie noble, non parce qu'il aspire à le devenir. Dom Juan est criticable parce qu'il ne répond plus à l'image de marque de la noblesse et qu'il a tout oublié des obligations que son rang entraîne, et qui sont la compensation des immenses avantages de la naissance. Et George Dandin sera puni pour avoir voulu acheter la qualité de mari d'Angélique, brûlant ainsi les étapes de l'ascension sociale d'une famille. Tous ses malheurs viennent de là. Mais son sort montre bien les limites du pouvoir de l'argent dans un monde qui, à la différence du nôtre, n'en fait pas la valeur suprême et le signe de la réussite sociale. Angélique le lui signifie bien.

16Le plus étonnant, à nos yeux d'hommes du xxe siècle, c'est que Dandin a parfaitement conscience de sa responsabilité dans ses déboires. A aucun moment, il ne se révolte contre l'ordre social établi. Ses beaux-parents l'humilient, sa femme lui rappelle sa roture, on l'oblige à demander pardon à Clitandre : il supporte tout. Mais il sait bien dire à Claudine qu'elle n'a pas de père gentilhomme et qu'il peut très bien la rosser, ce qui signifie qu'il sent très bien qu'il ne peut frapper Angélique. Et c'est d'avoir eu l'extravagance de l'épouser qu'il s'accuse in petto dans la dernière scène. Extravagance, le mot n'est pas mis par hasard par Molière...

17Cela dit, les choses ne peuvent continuer d'être que dans le respect des normes : Dandin restera paysan, mais Angélique n'obtiendra pas la séparation qu'elle souhaite. Une Sotenville ne peut « sans grand scandale » rompre le lien sacré du mariage et elle obéit à son père, qui a sur elle « une puissance absolue ». Au vrai, et en dehors du théâtre, en admettant que l'Église accepte de rompre le mariage, Angélique n'aurait d'autre issue que d'entrer au couvent, retrouvant ainsi le sort des jeunes filles pauvres auquel elle a cru échapper en acceptant le contrat marchandé par ses parents. Il ne lui restera qu'à guetter, de la fenêtre de sa demeure, le passage de quelque galant qui la consolera d'être « dandinnée » pour sa vie entière. La morale sociale est sauve, comme il convient.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540