Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

L'agriculture et les ruraux

Un procès au village

Texte intégral

1Dans le petit village d’Avrainville-en-Hurepoix, en cette fin d’année 1559, la famille Harineau était honorablement connue et largement possessionnée. L’origine de la fortune de la branche principale était un bail à deux vies, consenti en 1507 par les religieux de Saint-Germain des Prés, seigneurs du lieu, à Pierre Harineau et à son fils Michel. Contre une rente assez modeste de 13 setiers de grains, les deux tiers en blé, le reste en avoine, les moines leur avaient cédé deux parcelles de bonne taille : 32 arpents (13,5 ha). De quoi constituer le noyau d’une exploitation indépendante, que la conjoncture heureuse du début du siècle avait favorisée. Au terrier de 1547, le second bénéficiaire du bail, Michel Harineau l’aîné se déclare détenteur de ces deux parcelles, qu’on évalue maintenant à 34 arpents, mais également d’autres biens immeubles qui font de lui le plus important propriétaire paysan du terroir : la maison paternelle, qui doit trancher sur ses voisines avec ses cinq espaces, son étage, sa couverture de tuile, deux autres maisons provenant du lignage maternel, une grande grange pour serrer les grains, 35 parcelles de labour (21,76 ha), quelques friches et dix parcelles de vigne couvrant 4,5 arpents (1,9 ha).

2Douze ans plus tard, son fils aîné, Michel, figurait toujours au nombre des notables du village, aux côtés du fermier-receveur, qui exploitait la ferme seigneuriale et levait les droits, aux côtés des autres gros fermiers, locataires des bourgeois parisiens implantés sur le terroir.

3Ces bons laboureurs, auxquels on pourrait adjoindre le « vicaire perpétuel » qui desservait la paroisse et célébrait les offices en l’église Notre-Dame dominaient, économiquement et socialement, le village. Un petit village d’Ile-de-France, semblable à beaucoup d’autres. De taille moyenne, le terroir allie un fragment du plateau de Brétigny, moins fertile que celui de Villejuif, au rebord sablonneux de la butte de Torfou, couvert de vignes et de friches et couronné de bois en taillis. Dans ces « Bois blancs » - le toponyme dit la qualité médiocre des espèces - s’ouvrait une clairière occupée par une ferme d’une quarantaine d’arpents. Au centre du finage, le village se tassait : une centaine de demeures, les plus nombreuses fort modestes, contenant un ou deux espaces et couvertes de chaume, s’alignaient au long des ruelles. Çà et là, des murs plus imposants signalaient les grosses exploitations. Le terrier dressé en 1547 nous donne une image saisissante de la répartition sociale de la propriété sur 1445 arpents (les deux tiers du finage actuel). La réserve seigneuriale consistait en une ferme de 176 arpents et une centaine d’arpents de friches, servant de « communes » aux habitants, sur les pentes des Bois-blancs. Parmi les déclarants au terrier, 88 habitent le village et détiennent un peu moins du tiers du terroir enregistré. Le tableau est vite dressé : une vingtaine de manants se disent laboureurs, mais six ou sept seulement mériteraient ce titre. On compte quatorze manouvriers et treize vignerons, que bien peu de choses séparent. On trouve l’habituel petit groupe des artisans villageois : le meunier, le charron, un cordonnier et un tixier en toiles. Restent les veuves, les mineurs représentés par un tuteur et, hélas, une dizaine de noms sans vacation. Mais à voir leur fortune immobilière, on peut les classer parmi les pauvres gens. Une part non négligeable du terroir est entre les mains de villageois des paroisses voisines - ils sont plus d’une centaine à passer déclaration de quelques lopins -. Tout le reste appartient à des citadins. Ceux du bourg voisin de Châtres (Arpajon), ceux, plus éloignés, qui habitent Dourdan, Etampes, Corbeil, voire Mantes. Ceux de la capitale, car le poids de Paris, pourtant distant d’une quarantaine de kilomètres, se fait lourdement sentir. La basoche est solidement implantée : maître Raymond Bourgeois, procureur au Parlement, propriétaire des Bois-blancs ; son collègue, maître Jean Hamel, qui tient une trentaine d’arpents ; maître Thomas Guerry, procureur au Châtelet, qui possède une belle ferme d’une cinquantaine d’arpents. Le plus gros propriétaire, après les seigneurs, est un marchand qui passe deux déclarations, pour lui-même et pour ses enfants mineurs et qui fait valoir plus de 150 arpents de biens. En y ajoutant les petites tenures des autres Parisiens, on constate que plus de 20 % du terroir est passé entre les mains des habitants de la capitale. Le processus de l’expropriation paysanne est engagé. Il n’est pas encore dramatique.

4Avrainville vivait ainsi calmement à la fin de l’année 1559. La récolte avait été normale, les batteurs s’affairaient dans les granges, le vin était bon à boire ou à vendre. Sans doute avait-on appris au prône la mort tragique du roi Henri II et prié pour son jeune successeur. Peut-être un colporteur de passage sur le grand chemin d’Orléans avait-il fait circuler quelque écrit où ceux de la « nouvelle religion » exposaient leur Foi. En ces mêmes années, on dénonçait la présence de « mal sentants de la Foi » à Etampes et Didier Rousseau, natif de Montlhéry se faisait inscrire sur le Livre des habitants de Genève. On devait être loin de ces problèmes à Avrainville.

5C’est en décembre qu’éclata le scandale. Une jeune fille, Jeanne Piffret, âgée de dix-huit ans, accusait Jean Harineau, un des fils du puissant laboureur, de l’avoir violée avec la complicité active de son propre frère, Jean Piffret.

6Si les Harineau étaient en pleine ascension sociale - ils continuèrent de fournir, jusqu’à la fin du xviie siècle, de bons fermiers-laboureurs dans toute la région d’Arpajon -, les Piffret, au contraire, paraissent sur la voie de la déchéance sociale.

7Au terrier dressé douze ans auparavant, on voit paraître une bonne douzaine de Piffret, tous apparentés, sans qu’il soit possible de les lier, même en tenant compte des maisons ou des parcelles tenues en indivis. En l’absence de registres baptistaires, il faut renoncer. Tous sont de bien petites gens, même lorsqu’ils se disent laboureurs, comme ce Michel qui déclare posséder les deux septièmes d’une maison de deux espaces, il est vrai couverte de tuiles et dotée d’une grange et d’une étable, moins d’un tiers d’arpent de terre et cinq pièces de vigne qui ne couvrent en tout que 123 perches (52 ares). Parmi les membres de ce lignage prolifique, nous trouvons maître Jean Piffret, praticien et, pour lors, tabellion du village. Il n’est pas misérable, comparé à tant d’autres, mais ce n’est pas non plus la fortune... Une petite maison de trois espaces, couverte de chaume, avec une courette à l’avant et jardinet derrière, le tout couvrant une surface de 10 ares, deux lopins de terre (44 et 25 perches) mais une belle parcelle de 3 arpents, plus d’un hectare d’un seul tenant. Bien mis en valeur, ce minuscule patrimoine, joint aux profits de la chicane et des contrats dressés aurait pu permettre de survivre. Tant d’autres y ont trouvé le moyen de débuter l’ascension d’une famille...

8Toujours est-il qu’à sa mort, Jean Piffret n’avait pas fait fortune. Ses trois enfants, Jean, né vers 1535, Jeanne, née vers 1541 et le petit Germain, né dix ans plus tard semblent vivre difficilement. Un autre frère, Jacques est parti tenter fortune à Paris. Lors de sa déposition, Jean déclarera que Harineau lui a promis « de retirer ses biens par justice » et l’un des buts du voyage à Paris qui vit se dérouler le viol était de chercher un maître pour la jeune fille.

9Les protagonistes du drame étant présentés, il conviendrait de retracer les événements. Ce n’est pas facile, car les dépositions sont contradictoires sur un certain nombre de détails. D’autres nous échappent et l’on ne peut pleinement satisfaire à la maxime de Ranke et raconter les faits « wie es eigentlich gewesen ». Suivons la plaignante, lors de sa première déposition le 5 décembre, et complétons avec les déclarations des autres.

10Nous sommes dans la nuit de vendredi à samedi, la semaine précédente. Jean a déjà proposé à sa sœur de la mener à Paris, comme tant d’autres jeunes campagnards d’Ile-de-France, pour trouver du service. Et voici qu’à une heure du matin - d’autres disent trois ou quatre heures avant le jour, mais ne chicanons pas - Jean Harineau arrive à « l’hostel dudit Piffret » avec une chopine de vin et une miche de pain. Les deux compères déclarent à Jeanne « qu’ilz luy avoient trouvé maistre à la ville de Paris et qu’il falloyst qu’elle y allast. » Et le trio se met en route. On atteint Sainte-Geneviève des Bois au petit jour, on y déjeune, puis on traverse la forêt de Séquigny pour tenter de prendre, au port de Châtillon, le « corbeillat » qui descend la Seine jusqu’à Paris. « Et estant en icelluy bois, poursuit la jeune fille, par ledict Jehan Piffret, frère d’elle qui parle, luy fust demandé sy elle se voulloyt maryer avec ledit Jehan Harineau. » Vertueusement, elle fait remarquer que le bon laboureur est déjà marié ... Et l’on suit son chemin. Mais à Châtillon, le coche d’eau est déjà parti. Voici le trio sur le grand chemin. Les heures passent. Jeanne prétend que Harineau a réitéré ses avances. Il faut bien passer le temps et la route est longue. Il est tard lorsqu’on arrive à Paris. On loge dans une auberge au faubourg Saint-Jacques, « hors et près la porte ». Il en coûta 4 s. 6 d. selon les dires de Jean Piffret. Frère et sœur partagent le même lit tandis que Harineau dort auprès d’une homme « qui disoit estre marchand drapier demeurant à Nogent-le-Rotrou ».

11Au petit matin, les récits diffèrent. Jeanne prétend que son frère n’a nullement cherché à la placer comme servante et qu’on est reparti à trois. Selon Jean, frère et sœur sont allés trouver la sœur de Pierre Cailleau - c’est le greffier de la justice, dont le paraphe orne toutes les pièces de la procédure -, « qui sert en l’hostel de maître Thomas Guerry ». On a proposé à Jeanne un emploi trop mal rémunéré et elle a refusé, moyennant quoi, le trio reformé a pris la route du retour. Quant à Jean Harineau, il déclare avoir vaqué à ses affaires pour partir vers huit heures du matin (tout ce petit monde se lève tôt) « et estant en la rue de l’Orsayne aux faulxbourgs Sainct Marceau-lez-Paris, fut là atteint par lesdictz ». En tous cas, le retour se fait à pied, tout au long du chemin de Longboyau. On traîne si bien, en déjeunant longuement à Juvisy, qu’il fait « nuyt fermée » quand on arrive en forêt de Séquigny. C’est alors le drame. Sous la menace d’une épée brandie par son frère, la jeune fille est forcée par Jean Harineau, « quelles criz et empeschement qu’elle peut contre luy faire ... ». Bien évidemment, on la menace des pires choses si elle parle. Et c’est le retour à Avrainville. Les épouses de Jean Piffret et de Jean Harineau sont ensemble chez ce dernier. Les voyageurs arrivent à près de minuit. Mais on leur fait la soupe. Au long des dépositions, on discute gravement entre témoins, si cette soupe était « à la gresse » ou au beurre. Nous ne trancherons point. Après quoi chacun rentre chez soi.

12Dans les jours qui suivent, Jean Harineau, qui doit se sentir menacé, vient plusieurs fois, de jour comme de nuit, au logis de Jean Piffret. 11 propose de mener Jeanne, un jour à Etampes, un autre jour à Saint-Yon, toujours sous le prétexte de lui trouver un emploi. Mais elle refuse, et de guerre lasse, ne se sentant pas en sécurité chez son frère, elle se réfugie chez un cousin germain. Sur ses conseils, elle porte plainte et le procureur fiscal de la prévôté, représentant de la société actionne la justice.

13Interrogé quatre jours plus tard, Jean Piffret commence par nier et bâtit tout un récit de l’aventure, allant jusqu’à prétendre être revenu par le grand chemin de Montlhéry. Poussé dans ses retranchements, il confirme en gros le récit de sa sœur, mais se justifie en insistant sur les promesses faites par Jean Harineau. Celui-ci a promis de payer ses dettes, il a offert à Jeanne de la mener à Lyon, de lui acheter une métairie. Le récit est pittoresque. Au retour à Avrainville, Harineau a jeté quelques pièces d’or et d’argent sur une table ronde : « Voyla pour toy, ma mie. Ne te soucye point. Veulx-tu avoir une robbe, une cotte ? Je te l’achep-teray. » Dans son rêve, Jean Piffret va jusqu’à parler d’une promesse de deux mille écus. Prudent, il n’oublie pas de préciser qu’il n’a rien reçu, pour éviter tout soupçon de complicité active.

14Les dépositions de sa femme et de son jeune frère, recueillies le 21 décembre n’ajoutent rien à ce que nous savons déjà, pas plus que la confrontation générale du même jour. Pour se sauver, Jean n’hésite pas à déclarer que sa sœur est « une yvrognesse et une laronesse et qu’elle luy a commis plusieurs larcins. »

15Et la justice suit son cours. Le 10 janvier, le procureur fiscal dépose ses conclusions, requiert une sentence de défaut contre Jean Harineau, toujours introuvable, une saisie conservatoire de ses biens.

16Ce long récit fourmille de données précises et significatives. On y voit nettement les rapports étroits entre la grande ville et ses campagnes. Un gros laboureur comme Harineau y va naturellement « faire ses affaires ». Les petites gens peuvent y trouver emploi et l’on s’entraide, entre membres d’une même communauté. Les citadins installés au village servent de relais : la sœur de Pierre Cailleau sert en l’hôtel du gros propriétaire qu’est Thomas Guerry. Toute une sociabilité villageoise est dessinée : rapports normaux de voisinage, où l’on s’invite à souper, où l’on apporte son écôt ; rapports inégaux de maître à serviteur : on apprendra plus tard que la femme de Jean Piffret a été servante chez les Harineau avant son mariage, qu’elle leur a emprunté un minot de blé quelques semaines auparavant, que Jean Piffret rend divers services à son puissant voisin, comme d’« escocher » des pois ou des fèves et de faire « quelques escriptures ». Harineau, comme tous les laboureurs est à la fois donneur de travail et prêteur de grains et de deniers : sur la requête du procureur fiscal, Pierre Cailleau se rend, le 10 janvier « es hostelz et domicilies » de ceux qui doivent « biens et denrées » au contumax. Ils sont sept, dont certains peuvent être identifiés socialement : un beau-frère, aussi laboureur, mais également le tavernier, et pas mal de manouvriers. Enfin, toute une géographie et toute une sociologie du voyage est esquissée : le départ matinal, le déplacement en groupe pour assurer la sécurité, les tavernes qui jalonnent le parcours, la promiscuité de l’auberge des faubourgs.

17La procédure se déroule sagement. Jean Piffret est en prison, sa femme s’est retirée au village voisin de Leudeville, Harineau est « absent », la jeune Jeanne est aux mains des matrones qui la « visitent » et constatent qu’elle a été « congnu charnellement et qu’elle a esté grandement rompue ». Quelques jours plus tard, le barbier-chirurgien de Châtres, appelé en consultation constatera l’existence d’un chancre et diagnostiquera « la verolle ». Ainsi éclairé, le procureur fiscal rédige ses réquisitions contre Jean Piffret et Jean Harineau contre lesquels il demande la peine capitale, en vertu des droits de hauts justiciers des seigneurs d’Avrain-ville.

18Pendant ce temps, le puissant clan des Harineau semble s’être mobilisé. Jean étant introuvable, c’est son frère Michel et son beau-frère qui interviennent. On fait pression sur le tuteur de Jeanne, qui est « pauvre et indigens ». Un matin de février, il est venu la chercher au domicile de son cousin, chez lequel elle est toujours réfugiée et l’a menée à Bouray. Là, dans une taverne, on retrouve les Harineau et le tuteur accepte de s’accorder sur une indemnité de quarante livres tournois. Jeanne refuse cette transaction. Au vrai, la somme est un peu faible pour une virginité perdue... Fort vertueusement, et sans doute bien conseillée, elle vient raconter tout cela le 14 février.

19Un nouveau coup de théâtre se produit lorsque Jean Harineau reparaît. Il déclare n’avoir pas eu connaissance des citations à comparaître. Pourtant, depuis la Noël, il a loué une maison à la Bretonnière ... hameau de Brétigny-sur-Orge, à quelques kilomètres d’Avrainville. On l’interroge le 26 février sur les faits qui lui sont reprochés. Sa version est toute différente et il préfère tout nier en bloc. S’il reconnaît le voyage à Paris, il prétend être parti seul, avoir rencontré les Piffret en chemin, ne s’être pas arrêté dans la forêt de Séquigny et n’avoir, évidemment, pas touché la jeune fille, fut-ce du bout du doigt. Malgré ses dénégations, il est emprisonné. On le transférera même peu après dans la geôle de Châtres, jugée plus sûre. Décidément, les choses tournent mal pour lui.

20Et le village, jusque là totalement absent de la procédure, entre en scène. En quelques jours, les témoins se multiplient : Louis Piffret, vigneron, âgé de vingt-quatre ans, François Perrot, marchand-hôtelier, un quinquagénaire, Jamet Goudard, marchand, 35 ans, Claude Tixier, un manouvrier de 25 ans, enfin Jean Piffret, surnommé, comme son père, « moutonnier », lui aussi manouvrier et âgé de 28 ans. A travers leurs dépositions, c’est la chronique scandaleuse du village qui se déroule. Lorsque Jean Harineau, quelques années auparavant, a épousé Jeanne Rogue, c’était à la suite de poursuites et pour « réparer ». Depuis ce mariage forcé, il bat sa femme. On dit qu’il l’a attachée à une échelle pour la fouetter. D’ailleurs, la pauvre a dû plusieurs fois quitter le domicile conjugal et se réfugier à Paris où elle a servi comme domestique chez un marchand de la place Maubert. Pendant ces absences, Jean Harineau a mené grand train, installant à la maison des filles de joie, s’affichant avec elles dans les tavernes d’Avrainville. Une certaine « grosse Jehanne », « fille de joye tenant le chemin » s’est vantée de coucher avec lui et « baisoit et acolloyt icelluy Harineau en la présence de toutes personnes qui les voulloient veoir ».

21A ce déferlement de témoignages accablants, Jean Harineau fait front. Et d’abord aux dépositions du clan Piffret. Jean Piffret est « ung homme mal vyvant, qui a esté reprins de justice », c’est un voleur et un « tueur de poules ou oyes et aultres volailles ». Chose plus grave, et qui peut mener loin en 1560, « il a esté troys ou quatre moys sans aller oyr la messe en l’église dudict Avrainville » et on l’a entendu blasphémer. Avec sa femme, ils ont été trouvés, « en l’aoust dernier », en possession de grains volés. D’ailleurs, lorsque Charlotte François était fiancée avec Jean et servante chez la mère de Jean Harineau, « elle des-roboyt le lard et aultres choses ». Pour le jeune Germain, son âge permet de récuser son témoignage, « et ce qu’il peult dire et depposer est pour tâcher et ayder luy faire perdre son bien ». D’ailleurs, il « mandye sa vie » et « pour ung peu de pain ou quelque petit don, on luy pouroict faire dire tout ce que l’on vouldroit ». Quand à Jeanne, la supposée victime, elle ne vaut pas mieux. Elle a volé son maître, elle se saoulait quand elle était servante. Et Harineau a entendu dire à Mathurin Hynet, demeurant à Avrainville, qu’un jour, revenant d’Auvers par le grand chemin, « ung gentilhomme la thira dedans ung boys et qu’elle fut en icelluy boys avec ledict gentilhomme par l’espace de deux heures. »

22Avec autant de force, Jean Harineau récuse les témoins entendus. Louis et Jean Piffret sont des parents de la victime. Du marchand hôtelier, Harineau n’a rien à dire : il le tient pour « homme de bien ». N’est-on pas du même groupe de notables ? Les autres ne peuvent être crus : Goudard « est ung homme qui, quant il a prins ung peu plus de vin qu’il ne luy fault, il parle plus et deppose qu’il ne scayt » ; le manouvrier est un voleur de grain : n’a-t-on point trouvé chez lui, lors de la moisson « plusieurs gerbes d’avoyne mal prinses et desrobbées ».

23Un parfum de luttes sociales se dégage de ces affrontements entre le clan Harineau et un village, d’abord silencieux devant le scandale, et qui se « défoule » lorsque le puissant « coq » (dans tous les sens du terme !) est abattu. Nous pouvons en effet situer plusieurs de ces témoins dans la subtile hiérarchie du village : le tavernier, François Perrot, apparaît au terrier de 1547 comme vigneron, et fort modeste : trois quartiers de terre et trois huitièmes d’arpent de vigne, l’autre tavernier cité dans les dépositions, Gilbert Soulas, n’était aussi, treize ans plus tôt, qu’un modeste manouvrier. Seul, le père de Jean Piffret, dit « moutonnier » atteint une certaine surface sociale avec sa maison et une quinzaine d’arpents d’héritages. Mais qu’en était-il de son fils en 1560 ?

24Interrogé de nouveau sur l’ensemble de l’affaire et sur son passé tumultueux, Jean Harineau tente de répondre. Il doit reconnaître avoir été emprisonné à Saint-Germain des Prés quelques années auparavant (un extrait des registres du bailliage abbatial figure dans la liasse de procédure et confirme qu’en 1552, Harineau a été condamné à faire amende honorable et à exécuter la transaction passée avec Pierre Rogue, oncle paternel de Jeanne), que sa femme s’est « absentée » par plusieurs fois depuis leur mariage, « mais ne scayt quel temps elle peult avoir été absente ». Il affirme que si des filles de joie sont entrées chez lui, « ne les a esté quérir » et qu’elles n’ont fait qu’y entrer et sortir, sans qu’il commette avec elles « aulcune chose de vilenie ». Il nie tout le reste : le viol, les tentatives de subornation de témoins.

25Comme bien souvent dans les justices seigneuriales de première instance, la fin du procès nous échappe. Condamné à Avrainville, Harineau été transféré aux prisons du bailliage de Saint-Germain qui jouait le rôle de tribunal d’appel. On l’y retrouve le 11 mars, visité par trois chirurgiens qui cherchent les symptômes d’une maladie vénérienne. Mais rien ne leur apparaît : « nulle chaudepisse ne aultres signes ». Harineau fait remarquer qu’il n’est sûrement pas malade puisque ni sa femme, ni l’enfant auquel elle a donné naissance quelques semaines auparavant ne le sont. Une dernière fois, il nie avoir « congnue charnellement "la jeune Piffret" et ne se seroit mis en effort de ce faire parce qu’il avoit sa femme, qui est plus belle que ladite Jehanne Piffret. » Sur cet hommage marital, un peu tardif, et que les autres témoignages rendent suspect s’achève la procédure. Nous ignorons le jugement d’appel et l’éventuelle sentence du Parlement de Paris en dernier ressort.

26La position sociale des lignages en présence ne semble pas avoir été sensiblement modifiée par l’affaire de 1559. Les Harineau demeurent solidement installés aux premiers rangs de la communauté villageoise. Jean Harineau, sans doute un descendant de Michel, l’aîné du lignage, partage le bail de la recette et de la ferme seigneuriale avec son beau-père de 1621 à 1630 et lui succède naturellement jusqu’à la Fronde qui provoque sa faillite. L’histoire semble se répéter. Dans une longue sentence, le bailli de l’abbaye énumère les nombreux griefs des religieux à son égard. On y ajoute « qu’il a mené une vie fort scandaleuse et impudique en leur maison seigneuriale. » Conservait-on encore le souvenir des débordements de l’ancêtre ? En tous cas, vers 1670, tandis que Marie Harineau tient avec son époux la ferme et la recette de Cheptainville, son oncle Joachim est le fermier de la plus grosse exploitation d’Avrainville, ses cousins Etienne et Antoine sont laboureurs à Saint-Yon et Ollainville. Le lignage résiste.

  • 1 Les pièces du procès qui ont servi de base à cette contribution sont aux Arch. nat., Z2 198. La de (...)

27Quand aux Piffret, ils n’ont pas remonté la pente et demeurent parmi les pauvres gens. Au terrier dressé entre 1660 et 1665, on voit encore figurer deux Piffret : Pierre, vigneron, pourvu de moins de trois arpents d’héritages et Guillaume, lui aussi vigneron, mieux pourvu avec quelque neuf arpents. Quant aux autres noms cités dans le procès de 1559, ils ont tous disparus du petit monde villageois. Avrainville vit toujours à l’ombre de son clocher, mais les habitants, y compris les Harineau, qui restent les mieux nantis des ruraux, ne détiennent plus alors que 20 % du sol de leur finage. Image, entre tant d’autres, de cette vie quotidienne des paysans au temps de Louis XIV que Pierre Goubert, tout au long de sa vie de chercheur, nous aura appris à mieux connaître1.

Notes

1 Les pièces du procès qui ont servi de base à cette contribution sont aux Arch. nat., Z2 198. La description du village repose sur les deux terriers de 1547 (Arch. nat., S 3111) et de 1660 (ibid., S 3113) et sur l'inventaire des titres (ibid., LL 1044). Pour le contexte, on se reportera à J. Jacquart, La crise rurale en Ile-de-France, 1550-1670, Paris, 1974.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540