Version classiqueVersion mobile

Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles)

 | 
Jean Jacquart

L'agriculture et les ruraux

Les sources métrologiques dans les archives notariales

Texte intégral

1Que peut-on attendre des sources notariales dans le domaine de la métrologie historique ? A priori, relativement peu de choses. Il ne s’agit point ici d’un filon facile à exploiter et donnant une information massive et sérielle. Pour autant, les apports peuvent ne pas être négligeables, même ponctuels. Il serait peu rentable d’utiliser les liasses de minutes dans un but uniquement métrologique, mais leur dépouillement en série pour d’autres recherches (histoire sociale, histoire économique) peut s’accompagner du relevé de toutes les indications éventuelles.

  • Indications relatives aux mesures de superficie : définition des arpents dans les actes de vente, les arpentages, les estimations de récolte ; équivalences entre mesures anciennes et mesures nouvelles dans les décennies qui suivent l’introduction du système métrique.
  • Indications relatives aux mesures de capacité lorsqu’il s’agit de définir les loyers en nature (baux), dans les inventaires après décès (équivalences des mesures viniques) ; aux mesures de volume (bois, foin).

Volume et mesurage

Réflexions sur la métrologie des grains

2Si l’on songe à l’importance des grains dans l’économie et la société de l’époque "préindustrielle", on ne s’étonnera pas de l’intérêt porté, à travers les siècles, au problème du mesurage de ces produits. Rappelons simplement qu’une bonne part des redevances liées au système seigneurial sont stipulées en grains, que les baux de fermes, généralement jusqu’au xvie siècle, encore souvent aux xviie et xviiie siècles prévoient un loyer en grains, que la dîme est perçue sur les grains, gros ou menus et qu’enfin le pain est à la base de l’alimentation du plus grand nombre.

3Rappelons aussi que par "grains", les hommes désignaient bien plus que nos contemporains. Les définitions des dictionnaires et les traités des praticiens distinguent "bledz", "mars", "menus grains", "gros grains". Il y a d’abord le bloc des céréales nobles, celles qui servent avant tout à la panification : le froment, le seigle, les mélanges de ces deux céréales, l’épeautre, l’orge. Mais les "bledz" comprennent aussi les céréales de printemps, les "mars" : l’avoine, l’orge de printemps. Ces mars sont aussi compris dans le terme menus grains, mais ceux-ci englobent également la famille des mils et millets, le maïs, par assimilation, les fèves, les pois et les lentilles, plus tard les haricots, voire les graines de chanvre ou de lin. Et aussi le sarrasin.

4Les mesures à grains concernent donc des produits extrêmement variés par leur taille, leur consistance, leur poids spécifique. Mais aussi par leur importance. Les blés panifiables font l’objet d’un commerce important, non seulement à l’échelle régionale mais aussi dans le cadre international. A raison de trois setiers de Paris par homme et par an une ville de cent mille habitants a besoin de 351 000 quintaux de blé par an. A l’opposé, les légumineuses ne font sans doute l’objet que de transactions limitées. Il n’est donc pas étonnant que la documentation disponible se concentre sur les mesures et le mesurage des "bledz" et essentiellement sur ceux qui servent à la fabrication du pain. On évoquera plus loin les problèmes posés par le mesurage des avoines.

  • 1 Cf. les réflexions de J.-Cl. HOCQUET, "Mesurer, peser, compter" sur la "loi de diffusion des mesur (...)

5Compte tenu de l’importance sociale du mesurage des grains, la surveillance et la réglementation en appartenaient naturellement à la puissance publique. Mais celle-ci, on le sait était largement démembrée dans le système issu de la féodalité classique. Les droits d’étalonnage et de mesurage sont devenus peu à peu des attributs normaux de la haute justice, et celle-ci, à la fin du Moyen Age et à l’époque moderne est largement répandue. C’est dire, en théorie, à l’échelle du royaume de France, l’extrême fragmentation des systèmes de mesures. A la limite, chaque seigneurie aurait pu avoir ses étalons, ses manières de mesurer et de compter. Mais, en pratique, des facteurs jouèrent, en tous temps, pour une convergence au moins dans un cadre local ou régional, de ces éléments. Le rôle des grandes unités féodales et de leurs maîtres, le développement des marchés urbains où se déroulent les "jeux de l’échange", les nécessités de la vie quotidienne tendaient et tendirent de plus en plus à une certaine rationalisation par l’unification. Les dominants, qu’il s’agisse des "princes" ou des villes importantes imposaient, ou tentaient d’imposer leurs mesures1. La construction de l’Etat vint ajouter son poids et sa volonté à ce mouvement naturel. Dès la fin du Moyen Age, on voit apparaître le vœu d’une métrologie unifiée. On suit ce mouvement à travers les demandes des Etats généraux ou des assemblées de notables, les arrêts de réglement des Parlements, les textes législatifs du souverain. Le désir d’une meilleure administration des choses rendait nécessaire une référence nationale. C’est ainsi que le Contrôle général au xviiie siècle demande que les données provinciales et locales soient converties en mesures de Paris. Mais le conservatisme inhérent à la société d’Ancien régime a maintenu jusqu’au bout les droits des seigneurs, des communautés urbaines et la variété des unités de mesure. De 1300 à 1790, on enregistre, à coup sûr, une lente évolution dont les étapes nous échappent et qui tend, plus ou moins, à "rogner" les différences entre mesures locales voisines et à "aligner" les plus faibles, sur celles des marchés dominants.

  • 2 J. JACQUART, La crise rurale en Ile-de-France, Paris, 1974, note métrologique.

6Ainsi, par exemple, de l’énorme marché parisien qui tend à imposer sa loi à sa vaste zone d’approvisionnement. Au milieu du xvie siècle, les documents de la pratique mentionnent, au sud de la capitale, d’innombrables mesures locales, qui diffèrent entre elles2. Il y a une mesure de Saint-Yon, qui n’est pas celle de Châtres (Arpajon) : un muid de blé, mesure de Saint-Yon, vaut onze setiers mesure de Châtres. Il y a une mesure de Morigny, qui se distingue de celle d’Etampes : un muid de Morigny contient trois mines de plus que celui d’Etampes. Il y a une mesure de Corbreuse dont on nous dit en 1560 qu’elle est un peu plus grande que celle du bourg voisin de Dourdan. Ces mesures seigneuriales et villageoises disparaissent au cours du xviie siècle. De même que celles qui subsistent tendent à s’aligner sur la mesure parisienne. On sait par un texte de 1587 que la mesure de Montlhéry différait, de fort peu, il est vrai : un boisseau en plus par muid, de celle de Paris. Dès le début du xviie siècle, le setier de Montlhéry est aligné sur celui de Paris, tout en gardant son nom jusqu’à la Révolution.

7On trouverait sans doute des phénomènes analogues dans toutes les provinces de France et dans toutes les zones d’influence des gros marchés urbains. C’est là un objet de recherches à entreprendre afin d’apprécier les évolutions silencieuses vers le rêve d’un système unique et national.

  • 3 A. MACHABEY, La métrologie dans les musées de province, Paris, 1962, pp. 137-149.

8Toute recherche commence par un inventaire et celui des mesures à grain est loin d’être fait, qu’il s’agisse du relevé des multiples dénominations sous lesquelles on les désigne, ou plus matériellement de la localisation des mesures-objets conservées, tant dans les collections publiques que dans les collections particulières. Une première esquisse de ces inventaires figure dans l’ouvrage classique de Machabey3.

9Au départ, il y a le système romain avec le muid et ses divisions, setier, boisseau, qui s’est complété à travers les siècles avec la mine, le minot, le litron, etc. On trouve ces noms un peu partout. La mine devient parfois l’émine. Le setier se divise ici en boisseaux, là en quartes, en cartons. Des unités évoquent le geste même du mesureur : la pugnère. Dans les pays du Nord, le muid se divise en mencauds, en rasières, en havots (sans doute le même mot que la havecée trouvée à Etampes au xive siècle). Chacune de ces unités se trouve intégrée dans un système de multiples et de sous-multiples, selon une progression logique. A Paris, seize litrons font un boisseau, trois boisseaux font un minot, quatre minots forment un setier et douze setiers donnent un muid, ceci pour le blé.

  • 4 Arch. munic. Amiens, HH 10, f° 51.

10Mais la complexité est accrue par le fait que les mêmes mots désignent, d’un lieu à l’autre, d’un produit à l’autre, d’une période à l’autre des quantités différentes. Toujours à Paris, au xve siècle comme au début du xviie siècle, le setier d’avoine se subdivise en seize "grands boisseaux" et équivaut à 21 boisseaux au blé... A Amiens et dans plusieurs villes de Picardie, on distingue "la mesure au blé" et "la mesure au mars", sans que la relation soit toujours précisée. Voici quelques exemples de ces difficultés, empruntés à la célèbre "réduction des mesures au blé et au mars" de 15864 :

Abbeville. Le sestier au blé d’Abbeville revient au sestier au blé d’Amyens à trois sestiers trois picquetz et ung tiers de picquet, en sorte que les douze sestiers quy est le muid de lad.ville d’Abbeville revient à la mesure d’Amyens, à quarante six sestiers

11[Donc un setier d’Abbeville = 3,833 setiers d’Amiens, ou un setier d’Amiens = 0,247 setiers d’Abbeville.]

Le sestier au mars de lad.ville d’Abbeville revient au sestier au mars d’Amyens à trois sestiers et deux picquets en sorte que les douze sestiers qui font le muid reviennent à trente sept sestiers et demy à la d. mesure d’Amyens

12[Ici, un setier d’Abbeville = 3,125 setiers d’Amiens, un setier d’Amiens valant 0,32 setier "au mars" d’Abbeville.]

13Malheureusement, notre document ne précise nullement le rapport, à Amiens, où s’effectue la "réduction", entre le setier au blé et le setier au mars de la ville. Il faudra tenter de le tirer d’autres documents.

  • 5 N. DE LA MARE, Traité de la police, t. ii, p. 744.

14Parmi ces mesures, aux noms variés, intégrées dans un système de multiples et de sous-multiples, il convient de distinguer, avec De La Mare, les unités qui servent à mesurer et sont matérialisées par un objet et les unités, généralement plus fortes, qui ne servent qu’à compter5. Pour des raisons de fabrication et de maniement, les instruments de mesure ne peuvent en effet dépasser une certaine taille. Les plus grosses mesures, quel que soit leur nom et leur place dans le système local, semblent limitées à une trentaine de kilogrammes de matière mesurée. A Paris, après la réforme de 1669-1671, le minot à blé mesure 31,8 cm de hauteur sur 39,7 de diamètre, il contient 39,3 litres de grain, soit environ trente kilos. Pour l’avoine, on construit un minot dont la contenance est double, donc plus haut et plus large, mais, compte tenu du faible poids spécifique de l’avoine, le mesureur devait lever un poids de quarante kilos. On comprend qu’on ne pouvait guère aller au delà. Lorsqu’on vend un setier, ou à plus forte raison un muid, la quantité d’énergie à dépenser justifie la perception des droits de mesurage !

  • 6 B. GARNIER, "Les enquêtes métrologiques du milieu du xviiie siècle...", dans Cahiers de Métrologie (...)

15Les réponse aux enquêtes du Contrôle général au xviiie siècle permettent de connaître, pour chaque marché, la plus grande mesure matériellement réalisée. Ainsi sait-on qu’à Metz, la demiequarte pèse 57 livres 7 onces, dont 7 lb 10 o pour la mesure et 49 lb 13 o pour le grain. Les mesureurs messins devaient dépenser moins d’énergie que leurs collègues parisiens. Le boisseau utilisé à Sézanne avait un diamètre de 37,9 cm et une hauteur de 17,1 cm. Le mesureur portait une quinzaine de kilos "seulement"6.

  • 7 Texte dans DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 751.

16Matériellement, ce sont donc surtout de petites mesures, sous-multiples de la plus grande utilisable, qui sont réalisées à partir d’étalons soigneusement fabriqués et vérifiés et conservés par les autorités. L’ordonnance de 1669 sur la réforme des mesures parisiennes prévoit la fabrication d’étalons correspondant au minot, au boisseau, au 1/2, au 1/4, au 1/8 de boisseau, au litron (1/16) et au demi-litron7.

  • 8 A. MACHABEY, op. cit., pp. 180-243.

17Nos musées et nos collections ont conservé un certain nombre de mesures-objets dont on faisait usage dans les siècles passés. Et les documents nous fournissent parfois les dimensions de ces mesures, permettant une série de calculs sur leur contenance théorique. A. Machabey a longuement étudié et décrit plusieurs de ces mesures, mais il en reste sans doute beaucoup, qu’une enquête générale permettrait de recenser8.

18Les plus solides, sinon les plus exactes sont des mesures de pierre. On en conserve, semble-t-il plus de cent cinquante, dispersées un peu partout en France, mais surtout au sud de la ligne Nantes-Genève (carte dans Machabey p. 245). Les unes sont fixes, placées sur un marché ou au mur d’un édifice public, percées, au fond de la cavité, d’un orifice permettant l’écoulement du grain. D’autres peuvent pivoter autour d’un axe et présentent souvent plusieurs alvéoles de taille différente, comme celles conservées au Musée Crozatier, au Puy. La plupart ne portent aucune inscription, ce qui rend difficile l’identification de la mesure matérialisée. Si elles paraissent dater en général du Moyen Age, elles furent utilisées tardivement. En 1598, les consuls de Castres prescrivaient aux marchands de grain "de ne mesurer les grains qu’aux mesures de pierre placées sur la place publique".

19On a conservé bon nombre de mesures de métal - au vrai plus de mesures pour les liquides que de mesures à grains -, faites de bronze, d’étain, de laiton ou de cuivre. La plupart sont des matrices servant à étalonner les nouvelles mesures, ce qui fait leur intérêt. Leur datation s’échelonne du xiiie au xviiie siècle. Les plus anciennes sont particulièrement précieuses pour apprécier d’éventuelles modifications au cours des siècles. Citons les étalons à blé de la fin du xviie siècle, conservés au Musée de Dijon, qui donnent des capacités de 3,6 l. pour la coupe, de 1,8 pour la demie-coupe et de 0,925 (donc un peu plus) pour le quart de coupe.

20Citons encore un précieux minot de 1283, "à la mesure de Chartres" contenant 31,7 litres, un "coup" de Montauban de 1590 contenant 3,39 1. ou un minot de Chateaudun daté de 1726, contenant 24,751.

21Les mesures les plus courantes étaient en bois, cylindriques, cerclées de fer pour tenir les éléments et souvent renforcées d’une barre transversale fixée au fond du cylindre par un axe vertical (la chandelle). Malgré ces éléments de solidité, ces mesures étaient relativement fragiles et peu d’exemplaires anciens ont été conservés. Les trois mesures du Musée de Senlis, datées de 1630, sont celles du minot à avoine (49 l.), du minot et du quartier à blé (29 et 15,11.). Machabey signale au Musée de Dijon, une mesure de bois renforcée de métal aux armes de l’abbaye de Citeaux, datée de 1699.

  • 9 E. de LA POIX DE FREMINVILLE, Dictionnaire ou traité de la police générale des villes, bourgs, par (...)

22La fabrication et la mise en circulation des mesures requéraient de nombreux contrôles. On a déjà dit qu’ils étaient du ressort des hauts justiciers ou des autorités municipales dans les villes où le pouvoir de police générale leur était dévolu. Dans son traité, La Poix de Fréminville donne des conseils au procureur fiscal, représentant du seigneur pour mieux remplir cette mission9.

  • 10 DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 749.
  • 11 A. MACHABEY, op. cit., pp. 251-266.

23Le plus souvent, il s’agissait de comparer la contenance de la mesure à vérifier avec celle de l’étalon conservé en lieu sûr et qui "faisait foi". Selon un réglement daté de 1458 pour Paris, les mesureurs se servaient de larges et plates écuelles de bois, ébréchées "à plusieurs brèches aux costés"10. Ils devaient jeter le seigle d’assez haut pour que les grains, en retombant, se tassent convenablement. Après quoi on transvasait le grain dans la mesure à vérifier. Méthode fort simple, mais qui ne permettait sans doute qu’une approximation fort grossière. Peu à peu les techniques se perfectionnèrent11. Dès le xvie siècle, on emploie pour étalonner un grain plus petit, qui se tasse mieux et laisse un minimum de vacuum entre les grains : moutarde à Brion dès 1529, millet un peu partout à partir du xviie siècle. Pour obtenir une répartition égale des grains dans l’étalon ou la mesure, on utilise la trémie. Son emploi est prescrit à Paris lors de la réforme de 1669, il se généralise ensuite. Au xviiie siècle, on découvre les avantages de l’eau. Lors de la fabrication à Lyon en 1773, de nouveaux étalons, c’est elle qui est préférée après des essais avec le millet et le froment, qui ont donné des résultats différents. Au xviiie siècle également, la balance devient l’instrument complémentaire de l’étalonnage. Enfin, les progrès des mathématiques permettent de fixer les dimensions des étalons, afin qu’ils contiennent le nombre de pouces cubes requis. Selon les calculs de Machabey, dans le cas lyonnais, on obtenait une précision remarquable à la fin du xviiie siècle. Au vrai, les mesures faites sur les étalons conservés dans les musées donnent des valeurs fort proches de celles des définitions.

  • 12 DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 753.

24A Paris, en application de l’ordonnance de 1669, le Bureau de Ville définit le boisseau comme un cylindre de 8 pouces 2 lignes 1/2 de haut pour 10 pouces "de large et de diamètre entre les deux fusts" ; le minot comme un cylindre de 11 pouces 9 lignes de haut contre 1 pied 2 pouces 8 lignes de diamètre12. On devait tenir compte de la place prise par "la potence de fer, sa flèche, la placque qui la soutient et les quatre goulets qui tiennent le fond en estat". Ainsi définies, ces unités valent 644,3 et 1983 pouces cubes, soit 12,79 et 39,37 litres...

25Parfois, les étalons usés à force d’usage devaient eux-mêmes être remplacés. Il fallait alors tenir compte du volume des anciens étalons et des équivalences traditionnelles avec les mesures d’autres villes. Ainsi, à Brion, en 1529, on fait venir un boisseau de Châteauroux, qu’on remplit onze fois. Ainsi obtient-t-on l’équivalent de douze setiers de Brion. Reste à diviser...

26Au vrai, il était impossible, compte tenu des méthodes de fabrication des mesures, d’obtenir une précision absolue. Les savants calculs de Machabey, à partir des définitions légales et des mesures réelles conservées ici ou là montrent un seuil de tolérance de 2 à 3 %. C’est dire qu’il est inutile de donner des équivalences en mesures métriques avec trois décimales... Et d’autant plus qu’une mesure objet n’est pas nécessairement une mesure-quantité.

27Mesures soigneusement vérifiées avant leur mise en usage, soumises à des vérifications périodiques, de la part du procureur fiscal ou des autorités urbaines... Est-ce à dire que l’équité régnait dans les transactions et sur les marchés ? Tout dépendait, s’agissant de matières sèches, de la manière de mesurer. La plus juste, par rapport à la référence, consiste à remplir rase la mesure, en passant une règle de bord à bord afin que la quantité mesurée corresponde au volume intérieur de la mesure. Encore faudrait-il tenir compte de la manière de jeter le grain, plus ou moins tassé, mais on peut aussi mesurer comble. La différence n’est point négligeable. Elle est éminemment variable en fonction de l’ouverture de la mesure, de la consistance du produit mesuré, de son poids spécifique, qui le fait glisser plus ou moins vite sur la pente du petit tas formé sur le cylindre ou la coupelle. Enfin, on pouvait mesurer "ras sur bord" . Dans ce cas, on écrêtait, à l’aide de la radoire, l’essentiel du comble, mais en en laissant suffisamment pour que le bord supérieur de la mesure reste couvert de grains. Avec, bien sûr, toute une gamme de solutions intermédiaires, au gré de l’acheteur, du vendeur ou du mesureur...

  • 13 A. MACHABEY, op. cit., p. 140.

28C’est que le mesurage est le lieu de forces divergentes. Le vendeur, le débiteur, le tenancier ont intérêt à la mesure rase ; l’acheteur, le créancier, le seigneur ou le décimateur souhaitent la mesure comble, pour éventuellement revendre ras... Et chacun change de rôle selon les circonstances. On peut évidemment penser que les puissants aient cherché à faire prévaloir le mode de mesurage qui les avantageait... mais la chose, en un temps où le respect de la coutume est sacralisé, n’est point si facile. Il n’est pas indifférent de constater, par l’étude des mesures conservées, que les plus petites subdivisions sont souvent un peu plus fortes qu’il ne conviendrait. Etait-ce en faveur des plus pauvres ? A Bourg-en-Bresse, en 1499, on remarque que les petites mesures bénéficient, sur le marché, d’un supplément "que l’on a coutume de donner par dessus, ce qui serait le profit du pauvre peuple qui ne peut acheter un setier à la fois"13.

29Le mesurage comble semble bien, à travers beaucoup d’indices, avoir progressé à la fin du Moyen Age et au xvie siècle. On a peine à comprendre pourquoi et comment. Le marché urbain des grains était soigneusement encadré par les autorités municipales, soucieuses d’assurer un ravitaillement régulier à un prix convenable. Les apports de grains étaient assurés conjointement par des producteurs des campagnes les plus voisines et par des marchands blatiers qui étaient allés quérir les grains à plus grande distance. Pour les premiers, ils pouvaient être tentés de donner une prime à l’acheteur citadin pour écouler leur marchandise au plus vite. On aurait là une marque de plus de la soumission des campagnes aux intérêts urbains. Mais le blatier n’avait pas les mêmes raisons d’agir ainsi. Etait-il entrainé par les autres vendeurs ? Le problème reste entier. Encore ne parle-t-on ici que des grains panifiables. Mais on constate que le mode de mesurage coutumier pouvait varier avec les grains. Dans certains cas, le comble visait à corriger le taux de tassement des grains dans la mesure : l’avoine, plus légère, laissait sans doute plus de vide interstitiel. Aussi la mesure-t-on en y ajoutant quelque chose "pour le vent".

30Toujours est-il qu’au début du xviie siècle, le mesurage comble est devenu courant. Ce qui n’allait pas sans contestations sur les marchés. Soucieuse d’harmonie et de rationalité, la monarchie administrative et plus généralement, les pouvoirs établis, crurent bon d’intervenir et de réglementer.

  • 14 CARLIER (vers 1650) cité par MINOUFLET, "Notes sur les anciennes mesures en usage dans l’arrondiss (...)

31Un historien du Valois, qui écrit vers 1650, nous donne une idée de la complexité des usages14. A La Ferté-Milon, on mesure tous les grains, y compris la navette et le chenevis, à l’exception de l’avoine, en pichets, dont six forment un setier. Mais "le vendeur, à chaque setier ou six pichets qu’il vend, donne un des six pichets comble". Le setier d’avoine est également de six pichets, mais il se mesure "à main torse, c’est à dire qu’il ne se vend pas raclé et qu’il reste deux bons doigts d’avoine au-dessus de la mesure ou du bord de la mesure".

32Pour assurer la régularité tout en tenant compte des usages, la solution choisie, en beaucoup d’endroits où le mesurage comble était devenu ordinaire, fut de construire de nouveaux étalons qui intégraient dans leur volume le comble ancien.

33Revenons au Valois : "la mesure de Neuilly-Saint-Front était autrefois la même que celle de Villers-Cotteretz et de La Ferté-Milon. Depuis quelque temps, ils ont agrandi leur pichet : cette augmentation forme le comble qu’on donne à Villers-Cotteretz et à La Ferté Milon. Il arrive de là que le bled et les autres graines sont présentement mesurés raclés à Neuilly-Saint-Front, au lieu qu’autrefois, ils donnaient le comble".

34C’est exactement ce qui s’est passé en 1669-1671 à Paris, à la sollicitation du souverain avec le concours de la Ville. Le nouveau boisseau à blé (et à avoine puisqu’on la mesurera désormais avec la même mesure) intègre l’ancien comble.

  • 15 Sur cette réforme, DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 751 sq et M. BAU-LANT et J. MEUVRET, Prix des c (...)

35L’ancien boisseau a été heureusement décrit par le Père Mersenne. Il contenait 10,84 litres. Le savant religieux a eu l’idée et la patience de compter les grains contenus dans ce boisseau, ras et comble : 172 000 et 220 160, ce qui établit un rapport 100/128. La réforme de 1669 réalisée par la Ville qui fixe les dimensions du nouveau boisseau-étalon fut un peu plus modeste : 13 litres contre 10,8, soit un rapport 100/11915.

  • 16 DE LA MARE, op. cit., p. 748.

36On peut penser que cette réforme de mesures de la ville capitale a été imitée ailleurs. C’est ce qu’affirme De La Mare : "La plus grande partie des lieux où l’on s’en servoit du mesurage comble ont fait agrandir leurs mesures et ont mis dans leur capacité la portion qui estoit donnée au comble, ou sur bord, selon la proportion qu’ils en usoient auparavant, en sorte que c’est toujours la même mesure, mais plus juste parce qu’on ne la donne que pleine et raclée"16.

  • 17 Nombreux exemples dans les enquêtes publiées par B. GARNIER, art. cit.
  • 18 Arch. dép. Yvelines, L 1m 470.

37Le mesurage comble ne disparut pas totalement après ces réformes, qui ne touchèrent d’ailleurs pas l’ensemble du royaume17. Dans les réponses à un questionnaire envoyé en 1790 aux municipalités de Seine-et-Oise, on trouve encore mention de cette pratique. On explique à Corbeil qu’il faut 21 litrons combles ou 24 ras pour faire un boisseau de Corbeil, ce qui établit le rapport à 100/114. A Arpajon, on mesure les grains ras, mais les "grenailles" combles18.

38Ce problème du mesurage a été négligé par les historiens. Il convient d’y porter attention et de relever, dans les textes normatifs aussi bien que dans les textes de la pratique (par exemples les procès nés de différends sur les marchés ou dans les transactions) tout ce qui peut nous éclairer sur les conditions réelles de l’échange. Si l’hypothèse d’une généralisation du mesurage comble à la fin du Moyen Age est juste, il serait de la plus grande importance de dater, serait-ce largement, la période de transition. De ce point de vue, les estimations en poids des mesures usuelles peuvent être éclairantes. On le verra avec l’exemple de Paris.

  • 19 F. DESPORTES, Le pain au Moyen âge, Paris, 1987, pp. 155-163.

39Périodiquement, les autorités municipales procédaient pour fixer le prix du pain à des "essais". On achetait sur le marché un setier du meilleur froment, qu’on faisait moudre et boulanger19. De 1419 à 1573, le poids du setier de Paris, en livres poid de marc, varie de 204 à 226. S’agissant de la qualité supérieure, on peut penser que le poids spécifique est de 76 à 80 kilos à l’hectolitre. Et ces données pondérales s’accordent bien avec la contenance de l’ancien boisseau de 10,84 1. En 1586, le texte déjà cité d’Amiens établit une correspondance entre setier d’Amiens et setier de Paris. A partir du poids du setier d’Amiens, on constate que le setier de Paris pèse 241 livres. Et cette valeur de 240 livres poids de marc devient, jusqu’à la Révolution l’équivalence du setier de Paris. Elle est reprise par les règlements du Contrôle général. Il semblerait donc que la généralisation du mesurage comble soit devenue suffisamment courante vers l575 pour qu’on l’intègre à la définition du setier parisien. Le plus étonnant est que rien dans les textes n’en fait mention. Sans doute l’usage sur les Halles était-il déjà bien établi, même si les corps constitués, encore en 1573 pour un essai de pain, restaient fidèles à la mesure étalon de l’Hôtel de Ville...

  • 20 J.-Cl. HOCQUET, "Les mesures ont aussi une histoire", dans Histoire et mesure, vol. i, n° l, 1986, (...)

40Chaque système de mesures présente, ou devrait présenter une rationalité propre, exprimée par la combinaison des unités, de leurs multiples et sous-multiples ; par le choix de telle contenance pour tel produit ; par les relations qui s’établissent entre volume, poids, commodité, utilisation. Il n’est pas toujours facile de la découvrir, tant étaient différentes les mentalités, les techniques, les usages. Et il convient de tenir compte de l’évolution pluriséculaire. Comme le dit J.-Cl. Hocquet, les mesures ont aussi une histoire...20. On l’a vu plus haut avec la pratique de la surmesure qui atteint l’ensemble d’un système sans modifier son apparente harmonie.

41Un des points les plus délicats dans l’appréciation de la logique d’un ensemble de mesures à grains concerne l’articulation entre le mesurage des "bledz", destinés au pain et celui de l’avoine (et parfois d’autres menus grains qui suivent son exemple). L’avoine, plus légère (45 à 50 kilos à l’hectolitre, contre 70 à 76 pour les blés), dont les grains allongés se tassent moins bien dans la mesure, est souvent achetée et vendue, sous les mêmes noms, en quantité différente. Compte tenu de la relation des poids spécifiques moyens : 100 (avoine)/150 (blé) ou 100 (blé)/ 66 (avoine) la logique du système devrait faire apparaître ce rapport. On pouvait choisir de fournir, sous le même nom d’unité, soit la même quantité (mais un poids moindre) d’avoine, soit le même poids, mais un plus grand volume d’avoine. Mais la logique n’est pas nécessairement la mieux servie.

42Reprenons le dossier des mesures parisiennes.

43Aux xive et xv siècles, le setier de blé se compose de douze boisseaux. Il pèse, selon les nombreux essais de pain relevés par De La Mare, de 200 à 226 livres (pour le meilleur froment, dont le poids spécifique devait "tourner" autour de 75/76, voire 80). Le boisseau ancien, celui que le Père Mersenne décrit au début du xviie siècle, jauge 10,84 litres et le setier est de 130 litres.

44A la même époque, le setier d’avoine se compose de seize "grands boisseaux" et équivaut, selon un rapport fait à la Chambre des Comptes en 1330 à 20 boisseaux à blé : 217 litres. Mais, dès 1458, le texte déjà cité sur le mesurage indique qu’il y a une surmesure : le setier d’avoine correspond à un peu plus de 21 boisseaux à blé : nous voici à quelques 230 litres. Le rapport est environ 100/176 et ne correspond donc pas au rapport des poids spécifiques, même s’il s’en approche. A 45 kgs/hl, notre setier d’avoine pèse 103 kilos, à 50 kgs/hl, on atteint 115 kilos. Le poids est sensiblement le même que celui du setier de blé...

  • 21 Texte dans FONTANON, t. i, p. 976.
  • 22 M. BAULANT et J. MEUVRET, op. cit.
  • 23 Arch. nat., S 77-1

45En octobre 1557, le roi Henri II, dans le but louable de mettre fin aux incohérences et d’unifier les mesures décida de commencer par celles de la capitale et de ses environs : les seigneurs détenteurs du droit de mesurage devaient passer déclarations (on ne les a, hélas, pas conservées)21. Le roi décide donc que le seul étalon sera le boisseau conservé à l’Hôtel de Ville, et qu’à "semblable mesure se mesureront pour l’advenir l’avoine, orge, seigle, farine, poix, febves, navette, chenevis, mil et tous autres légumes... chaux, plâtre, carbon... fors le sel". Mesure radicale, dont on voit l’application sur le marché parisien le 8 juin 1558, lorsqu’on vend l’avoine au nouveau minot22. Réforme qui se heurta au conservatisme coutumier. Dans les années suivantes, on trouve de nombreux baux précisant que l’avoine du loyer sera comptée à 21 boisseaux par setier. Rédigeant un Etat des biens du Chapitre de Notre-Dame en 1560, le rédacteur, à propos du muid de la seigneurie de Corbreuse précise que deux muids d’avoine du lieu équivalent à un "grand" muid de Paris23. En février 1564, Charles IX abandonna la réforme et on revint, pour l’avoine, "à l’ancien septier, qui est de 21 boisseaux".

46Mais le rapport, somme toute satisfaisant entre setier de blé et setier d’avoine, fut modifié en fait par la généralisation du mesurage comble sur le marché parisien. Dès les années 1580, le setier à blé est réputé peser 240 livres. C’est dire que le boisseau est passé en fait à 13 litres, le setier à 156 litres. Si l’on admet cette équivalence, le setier d’avoine, dès 1600, devait correspondre à 273 litres pour 21 boisseaux. La coutume des baux de ferme étant de fixer un loyer global en muids et setiers de "grains", deux tiers blé, un tiers avoine, on aboutissait à livrer, le double de poids de blé : pour un loyer de six muids, le propriétaire recevait 75 hl de blé et 63,5 hl d’avoine, 550 kilos de blé contre 300 d’avoine, environ...

47En 1669, le roi Louis XIV décide la réduction des mesures à avoine à celles du blé. Il ordonne de faire de nouveaux étalons à Paris et de se servir du même minot et du même boisseau pour tous les grains. Mais il tient compte de la différence spécifique :

48"Et d’autant que pour faire le setier d’avoine par la mesure à blé l’on avoit coutume de fournir 7 minots à blé, dont le dernier était comble...Il faut le double de la mesure d’avoine pour faire le même poids du blé et que le sestier d’avoine revient à 22 boisseaux à blé, nous avons ordonné que le sestier d’avoine sera désormais composé de 24 boisseaux à blé." N’en déplaise aux manes de Louis XIV, ce texte comporte plusieurs erreurs : c’est le seul qui parle de 22 boisseaux (l’ordonnance de la Ville, qui met en application en mars 1671 les décisions royales, revient aux 21 boisseaux coutumiers) ; le rapport des poids n’est pas du simple au double. Toujours est-il qu’à partir de 1671 et jusqu’à la Révolution, le setier d’avoine est le double en volume de celui de blé : 312 litres au lieu de 156 litres. En poids, le setier de blé pèse 240 livres, celui d’avoine, 140 à 156 livres...

49On voit par cet exemple, et quelques autres cités précédemment que le dernier problème posé à l’historien, celui de la traduction, dans le système métrique, des mesures anciennes n’est pas le moindre.

50Il convient d’aller du mieux connu à l’inconnu. Pour la seconde moitié du xviiie siècle, nous disposons d’une masse relativement importante de données, qui devraient permettre de dresser un inventaire des mesures et de leurs équivalences en litres. L’introduction du système métrique a entrainé de nombreuses enquêtes dans le cadre des nouveaux départements. Beaucoup dorment encore dans les archives car on s’est souvent satisfait d’utiliser les tableaux imprimés publiés par les autorités révolutionnaires. Solution de facilité, car ces tableaux, dressés dans le cadre des cantons, ont parfois gommé les différences locales. Il faut donc revoir les enquêtes. Mais celles-ci sont aussi décevantes : les réponses des officiers municipaux ne sont pas toujours de la même qualité. Voici la réponse d’Ablis, en Seine-et-Oise : le boisseau de Paris n’est pas employé ; le setier se compose de douze boisseaux, on emploie la mesure de Rambouillet "qui diffère peu de celle de Dourdan". Reportons nous à la réponse de Rambouillet. Surprise : le boisseau de Paris est employé dans cette ville ainsi que dans les communes voisines, mais on se sert aussi du boisseau de Versailles. Le setier se compose de douze boisseaux "pour toute espèce de grains" mais on précise que pour le seigle et l’orge le setier vaut un douzième de moins que celui de Paris. Comprenne qui pourra...

51Dans le demi-siècle qui précède la Révolution, en dehors des données, assez nombreuses, qu’on peut recueillir dans les dictionnaires, les traités d’agriculture, les recueils juridiques, on dispose des enquêtes du Contrôle général, désireux de comparer les prix des grains et qui, à cet effet, avait demandé aux intendants et aux subdélégués, de tout ramener aux unités parisiennes. B. Garnier a publié les instructions détaillées, les exemples de tableaux à remplir et quelques réponses. D’autres dorment sans doute dans les archives. Ces textes ont l’avantage de partir des mesures réelles employées sur le marché, d’indiquer parfois le mode de mesurage, d’établir une relation avec une mesure qui, à cette date est parfaitement connue. Un travail d’équipe devrait entreprendre le recensement et le dépouillement systématique de ces documents.

52Au-delà, nous entrons dans un domaine plus mouvant. Nous disposons des étalons ou des mesures conservées, identifiées ou connues par leurs dimensions légales, et dont nous pouvons calculer au mieux la contenance. Mais il faudrait connaître le mode d’utilisation, ras ou comble, pour acquérir une certitude. A partir d’une enquête de 1673-1674, De La Mare, dans son Traité de la police donne bon nombre d’indications : poids de la mesure, comparaison au boisseau ou au setier de Paris (réformé et donc fixé). D’autres documents fournissent des équivalences entre les mesures de deux lieux différents et la possibilité, comme le souhaitait Jean Meuvret, d’opérer "une sorte de triangulation métrologique". A l’article modius, Ducange donne de large extraits d’un rapport fait en 1330 à la Chambre des Comptes de Paris, avec des comparaisons de ville à ville. Mais il serait hasardeux d’en tirer plus qu’une relation mathématique : reporter au début du xive siècle des contenances du xvie ou du xviie, mieux connues, ou moins mal connues, est bien dangereux...

53Restent enfin des données ponctuelles, éparses, comme ces essais de pain, cités par De La Mare, utilisés par F. Desportes et qui donnent le poids de la mesure achetée sur le marché et destinée à être boulangée. Ici encore les pièges sont nombreux : la livre varie dans l’espace et le temps, parfois sur le même lieu ; le poids du grain dépend de multiples facteurs : qualité des récoltes, degré hygrométrique, stade de dessication, espèce végétale. Pline notait déjà que le muid de blé rendu à Rome pesait de 20 à 21,75 livres romaines selon sa province d’origine. Il y a donc une large marge d’incertitude. On la réduit sans doute en prenant les données concernant "le meilleur froment", la meilleure qualité. Mais on sait, dans ce cas, que l’hectolitre peut peser de 76 à 80 voire 82 kilos...

54Malgré ces variations et ces ignorances, on peut tirer parti de ces données pondérales. Savoir, par De La Mare, que le setier de Milly-en-Gâtinais pèse 176 livres, que celui de Châteaudun pèse 125 livres ou celui de Chartres, 220 livres permet au moins des comparaisons volumétriques à partir des 240 livres du setier parisien.

55Pour chaque système de mesures, il conviendra d’établir un dossier aussi complet que possible, rassemblant tous les éléments disponibles, partant du mieux connu (la fin du xviiie siècle) pour remonter aussi loin que faire se pourra. Encore faut-il se résigner à beaucoup d’ignorances, à pas mal d’incohérences ou de contradictions apparentes et insolubles.

56Revenons sur l’exemple de Chartres. Selon De La Mare, quatorze setiers de blé à Chartres correspondent au muid de Paris (18,73 hl depuis la réforme). On en tire un setier de Chartres valant 133,8 litres. On nous dit également que ce setier pèse 220 livres. Rapportées aux 240 livres du setier de Paris, cela donnerait un setier de 143 litres. Quant au minot étalon daté de 1283, sa contenance est de 31,7 litres, ce qui met le setier à 126,8. Les différences ne sont pas considérables, elles existent cependant.

57Un essai de pain fait à Amiens en 1578 donne au setier de froment utilisé un poids de 57,15 livres (de quinze onces). Plusieurs essais antérieurs, entre 1434 et 1477, donnent des poids réels de 51,75 à 57 livres. De La Mare donne également, en 1673, ce même poids de 57 livres. Il y aurait ainsi une remarquable fixité du setier d’Amiens autour de 35 litres, ce qui donne toute leur valeur aux "réductions" conservées dans les archives municipales. Ainsi, pour 1586, apprend-on que le setier de Paris vaut 4,5 setiers d’Amiens : 157 litres... C’est ce qui permet d’affirmer qu’à cette date, on mesurait comble dans la capitale, alors que le boisseau étalon était toujours celui de 10,8 litres.

  • 24 G. d’ARANDEL de CONDE, "Les anciennes mesures de capacité pour les grains en Seine-Maritime au xvi (...)
  • 25 A. Paucton, cité par A. MACHABEY, op. cit., p. 288.

58Le jeu peut se poursuivre. Un texte amiénois de la fin du xve siècle affirme : "les six boisseaux de Rouen qui font une myne et demie reviennent justement à quatre setiers d’Amiens", d’où un setier normand de 188 litres, formé de huit boisseaux de 23,35 litres. Selon G. d’Arandel de Condé, le boisseau ras faisait 22,8 litres, mais le boisseau d’usage comportait un petit supplément d’1/32, ce qui le met à 23,5 litres24. On voit bien que les autorités municipales d’Amiens tenaient compte des quantités réelles fournies sur les marchés. Si l’on se place, avec Paucton, à la fin du xviiie siècle, on apprend qu’une mine de Rouen vaut un peu plus de sept boisseaux (de treize litres) de Paris : le boisseau s’établit alors à 22,8525. Toutes ces différences, qui ne sont pas nulles, sont largement le fruit des possibilités de mesure de l’époque, qui n’atteignent évidemment pas à notre degré d’exactitude. Ces exemples donnés, il faut bien se persuader que l’explication de tous les problèmes est impossible, surtout lorsqu’on remonte dans le temps et particulièrement en ce qui concerne le mesurage original de l’avoine.

59La "réduction" de 1586, à Amiens, semble claire : "le sestier au mars dicte mesure de Paris revient à cinq sestiers ung picquet et un tiers de picquet à lad. mesure d’Amiens". Le setier d’avoine parisien vaut alors 21 boisseaux à blé, mais quel boisseau ? L’étalon, de 10,8 ou le boisseau comble déjà employé sur le marché des Halles ? Dans un cas le setier aux mars d’Amiens vaut 42,5 litres, dans l’autre, il fait 50 litres.

60Il est inutile de multiplier les exemples. Il suffit d’avoir indiqué les difficultés de l’opération. C’est d’un long travail de regroupement des données diverses, de comparaisons prudentes, d’attention portée à l’usage réel des mesures que l’on pourra tirer, à force de calculs, quelques lumières sur les équivalences.

Le foin

61Le problème de la métrologie du foin est à la fois simple et difficile. Il y a deux manières d’estimer le volume et de commercialiser le foin récolté sur les prairies de fauche : en vrac ou en bottes.

62En vrac, on estime la récolte en charretées ou en charges (d’homme ou d’animal). Bien évidemment, la notion de charretée peut varier considérablement suivant le véhicule employé : char à deux ou quatre roues, muni généralement de ridelles plus ou moins hautes, attelé d’un nombre variable de bêtes de trait. Autant dire qu’on risque de ne jamais parvenir à une équivalence métrique, en volume ou en poids. Notons au passage que le problème est aussi celui des charretées de fumier dont on engraisse les terres et que mentionnent baux à ferme ou inventaires. Il est fort aléatoire de les évaluer en m3 ou en kgs, ce qui interdit à l’historien agronome de préciser l’apport nutritif donné aux labours avant les semailles.

63Très tôt, le foin a fait l’objet d’un commerce, vivifié par l’essor des villes où l’on devait entretenir une abondante cavalerie (charrois et carosses, bêtes de selle) et pas mal de vaches laitières dans des étables. De La Mare évalue la consommation de la capitale au temps de Louis XIV à quatre millions et demi de bottes par an. Car c’est en bottes, plus ou moins parallélépipédiques que le foin est transporté et vendu. Ces bottes sont tassées à la main et liées avec le seul lien dont on dispose : le seigle dont la tige souple et sans nœuds, se prête à la torsion et au nouage. De là deux limites à la taille des bottes : la longueur des bras du lieur qui enserre le foin séché en vrac, la longueur moyenne des tiges de seigle. C’est ce qui explique les données relativement concordantes des textes. Le Traité de la Police précise que les bottes sont liées à trois liens et que leur poids est de 12 à 14 livres au départ. Ce poids diminue au fur et à mesure que les mois passent et que la dessication joue, jusqu’à tomber à 8-10 livres après Pâques. Un siècle plus tôt, dans la région parisienne, un bail confirme ces données : "boteaulx de carré liés à trois liens du poids de 13 à 14 livres". A la fin du xviiie siècle, des tableaux utilisés par Arandel de Condé dans son étude des mesures utilisées en Seine-Maritime, on peut tirer, pour la vallée de la Seine ou le pays de Bray des poids de bottes allant de 12 à 15 livres. Pour la vente, on employait des multiples : le cent, largement utilisé, mais aussi le quarteron (26 selon le document cité de 1562) ou le "carré" de 22 bottes à Rouen et à Duclair.

64On ne peut guère aller plus loin. Il convient de recueillir soigneusement, au gré de la documentation, les descriptions et les évaluations en poids.

Notes

1 Cf. les réflexions de J.-Cl. HOCQUET, "Mesurer, peser, compter" sur la "loi de diffusion des mesures dominantes", p. 257.

2 J. JACQUART, La crise rurale en Ile-de-France, Paris, 1974, note métrologique.

3 A. MACHABEY, La métrologie dans les musées de province, Paris, 1962, pp. 137-149.

4 Arch. munic. Amiens, HH 10, f° 51.

5 N. DE LA MARE, Traité de la police, t. ii, p. 744.

6 B. GARNIER, "Les enquêtes métrologiques du milieu du xviiie siècle...", dans Cahiers de Métrologie, t.1, 1983, pp. 21-120.

7 Texte dans DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 751.

8 A. MACHABEY, op. cit., pp. 180-243.

9 E. de LA POIX DE FREMINVILLE, Dictionnaire ou traité de la police générale des villes, bourgs, paroisses et seigneuries de la campagne, Paris, 1758, s. v. Mesures des grains.

10 DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 749.

11 A. MACHABEY, op. cit., pp. 251-266.

12 DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 753.

13 A. MACHABEY, op. cit., p. 140.

14 CARLIER (vers 1650) cité par MINOUFLET, "Notes sur les anciennes mesures en usage dans l’arrondissement de Château-Thierry", dans Bull. de la soc. hist. et archéol. de Château-Thierry, 1910, pp. 112-132.

15 Sur cette réforme, DE LA MARE, op. cit., t. ii, p. 751 sq et M. BAU-LANT et J. MEUVRET, Prix des céréales extraits de la mercuriale de Paris (1520-1698), Paris, 1960, t. i, pp. 18-22.

16 DE LA MARE, op. cit., p. 748.

17 Nombreux exemples dans les enquêtes publiées par B. GARNIER, art. cit.

18 Arch. dép. Yvelines, L 1m 470.

19 F. DESPORTES, Le pain au Moyen âge, Paris, 1987, pp. 155-163.

20 J.-Cl. HOCQUET, "Les mesures ont aussi une histoire", dans Histoire et mesure, vol. i, n° l, 1986, pp. 35-50.

21 Texte dans FONTANON, t. i, p. 976.

22 M. BAULANT et J. MEUVRET, op. cit.

23 Arch. nat., S 77-1

24 G. d’ARANDEL de CONDE, "Les anciennes mesures de capacité pour les grains en Seine-Maritime au xviiie siècle", dans Rev. d'Hist. écon. et soc, t. xlviii, 1970, n° 3, pp. 305-352.

25 A. Paucton, cité par A. MACHABEY, op. cit., p. 288.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search