Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Habiter la montagne au Moyen Âge

p. 31-42


Texte intégral

1L'argent, métal précieux indispensable au monnayage, est un moteur puissant de l'économie médiévale. La preuve en est le site de Brandes et son agglomération. Plus haut village permanent connu à ce jour pour le Moyen Âge, il s'est développé autour d'une exploitation minière, fixant sur ce haut plateau des familles entières, probablement dès la seconde moitié du XIIe siècle1.

2Le premier texte faisant allusion à un habitat à Brandes est une reconnaissance de 1261 où l'on cite l'existence d'une villa au sein de laquelle le Dauphin possède une maison2. En 1339 deux enquêtes, l'une delphinale et l'autre pontificale, mentionnent la villa de Brandis3. Au XVe siècle, dans le regeste d'Huez, la villa de Brandes apparaît à nouveau et on y trouve l'expression in chavonno ville de Brandis4 Le terme précis de domus, est employé dans un cueilloir de 1412 : domus et casalium apud Brandis5.

3L'emprise de l'agglomération couvre environ 3 ha et les constructions se développent d'est en ouest sur 700 m de longueur et une largeur maximale de 150 m à une altitude de 1820-1830 m. À l'abri du vent, protégées par la barre rocheuse qui porte la fortification et le site religieux, elles bénéficient d'une bonne exposition au sud. De juin à octobre il y fait bon vivre : températures élevées, ensoleillement, relative sécheresse. L'été peut être assimilé à l'été polaire, essentiellement en raison de la durée de l'enneigement, total de la mi-novembre à mai. Le sous-sol du plateau, fait d'argiles glaciaires, est saturé d'humidité, ce qui se traduit à la belle saison par des marécages et des tourbières. La couverture végétale actuelle est une pelouse alpine. Des études paléo-environnementales récentes (pollens, avancées morainiques, étude des tourbières) montrent une montagne aussi déglacée que de nos jours, un paysage ouvert, l'absence de la forêt6. La dégradation climatique du XIVe siècle a nécessairement eu un impact considérable à cette altitude. La mine ferme en raison d'inondations et de venues d'eau que les mineurs ne parviennent pas à enrayer. Il est très probable que la pluviosité de ce XIVe siècle a dû accentuer les difficultés d'exhaure.

4Brandes ne disposait donc pas, a priori, de conditions d'implantation idéales. Et pourtant, les habitations ont été construites sur le carreau de la mine, aux emplacements laissés libres par les chantiers. Malgré quelques différences dans les dimensions ou l'organisation intérieure des bâtiments, on peut définir un “modèle-type” de l'habitation à Brandes.

5Le plan est celui de la maison élémentaire qui a existé autrefois en Oisans. Elle se rattache à la catégorie des maisons en profondeur dont le mur pignon ouvre au sud, sur la rue7. L'espace intérieur, le plus souvent constitué d'une seule pièce, varie de 47 à 96 m2 ; il n'y a pas d'étage (Fig. 1). Deux des habitations les plus grandes possèdent deux pièces. L'arase d'un mur de refend matérialise une séparation de l'espace intérieur. On peut se demander si la cloison interne est totalement en pierres ou bien si une paroi en bois repose sur un solin de pierres. La largeur du muret, environ 0,4 m, plaide en faveur de la première hypothèse. La pièce qui occupe l'arrière de la maison est petite et obscure.

6Les maisons étaient faites à l'économie. Les matériaux utilisés étaient pris sur place, galets ou blocs roulés par les glaciers et moellons de schistes cristallins liés à l'argile pour les murs ; chaume et bois d'œuvre provenant des environs proches pour la charpente et la toiture. Les constructeurs se sont contentés d'empiler grossièrement les pierres, à peine aplanies sur une face, sans se soucier de former des assises régulières (Fig. 2). Les espaces entre les blocs étaient colmatés par des pierres de petite taille et de l'argile.

7Le mode de construction a été dicté par le souci de se protéger du froid, de l'humidité et du vent du nord dominant.

Architecture et contraintes climatiques

8Les vestiges de l'habitat permettent d'apprécier l'adaptation de l'architecture aux rigueurs climatiques et les moyens mis en œuvre pour en atténuer les effets.

La lutte contre le froid et la neige

9Pour se protéger contre le froid et le vent du nord, les bâtiments ont été enterrés. Les murs de fond, et partiellement les murs latéraux, sont édifiés à l'intérieur d'une fosse creusée dans la pente naturelle nord-sud du plateau et n'ont qu'un parement intérieur (Fig. 3). La maison émerge à peine et se coule dans le pendage général. Seule la façade, plein sud, est totalement hors de terre. Les murs sont épais, 0,8 m en moyenne (Fig. 1). La paroi nord est souvent doublée pour résister aux poussées de terre qui résultent des glissements de terrain (pente et fonte nivale) et les côtés est et ouest sont assez fréquemment doublés sur l'intérieur par un mur aussi épais, ce qui assure une protection supplémentaire contre le froid. Sans fondation, les murs reposent sur une assise de très gros blocs erratiques abandonnés sur le plateau par les glaciers. Les maisons, mitoyennes ou quasi mitoyennes, se regroupent en blocs compacts, ce qui limite la prise au vent et la déperdition de chaleur.

10La toiture participe à la lutte contre le froid et la neige. Elle peut être restituée grâce à une série d'indices archéologiques. Dans une habitation, un alignement de poteaux divisait la pièce en deux, dans sa longueur. Ce dispositif suggère l'existence d'une charpente à poutre faîtière, portée par des supports verticaux. Dans d'autres édifices, des poteaux étaient encastrés dans l'épaisseur des murs aux angles, mais aussi de façon irrégulière sur toute la longueur des parois (Fig. 2). Ces supports sont peu nombreux et ont un faible diamètre : 0,15 m au maximum. Si l'on additionne le poids de la charpente, celui de la couverture et enfin de la neige, on doit imaginer que la charpente s'appuyait directement sur les murs. La fouille d'un atelier, détruit par incendie, a permis de confirmer que la couverture était en chaume de seigle, une grande épaisseur de paille en partie carbonisée recouvrait le sol. Le chaume a été utilisé jusqu'au XVIIIe siècle dans cette partie de l'Oisans8. Une des maisons conservait plusieurs lauzes reposant, côte à côte et avec un léger pendage, sur le mur oriental de l'édifice. Placées ainsi à la base du toit, le long des murs latéraux, elles empêchaient le pourrissement du chaume au contact du sol (maisons enterrées) et contribuaient à la solidité de l'ensemble. Encore aujourd'hui à Saint-Christophe-en-Oisans ou dans le Piémont italien, on peut voir des maisons qui possèdent ce type de toiture (Fig. 4). Dans ce cas, les lauzes ou ardoises recouvrent également le faîte du toit. À Brandes, rien ne permet de l'affirmer. À partir de l'inclinaison de ces lauzes, on a obtenu une hauteur sous la poutre faîtière estimée à 2,80 m. En admettant un toit à deux pans, cela fait une pente de 57 %. Ce fort pendage convient tout à fait à une couverture de chaume, alors qu'un toit de lauzes ne supporte pas une pente supérieure à 40 %. Bon drain et imperméable à la pluie, ce type de toiture vient compléter, par sa propriété isolante, la protection contre le froid qu'offrent déjà l'épaisseur des murs, l'enterrement du bâtiment, le pouvoir absorbant du schiste et l'isolant thermique que constitue le mortier de terre. Ainsi décrit, le toit des maisons, vu du nord, semblait posé sur le sol.

11Les exemples de cohabitation des hommes et des animaux sont fréquents en montagne. Une mince cloison en bois sépare l'étable de la pièce principale et les humains profitent de la chaleur animale. A Brandes, pourtant, cela ne semble pas être le cas. Les sols d'occupation ne livrent aucun élément indiquant que des animaux ont séjourné dans les maisons. Pourquoi les habitants de ce village se sont-ils privés de cette possibilité ? L'étude ostéologique du matériel osseux retrouvé dans les dépotoirs montre que les bovidés étaient très peu nombreux et que l'essentiel du cheptel était composé d'ovins-caprins. Les dimensions des maisons ne permettent pas d'abriter, tout l'hiver, un troupeau important et que peuvent fournir comme chaleur quelques moutons ?

La lutte contre l'humidité

12Le soin apporté à la lutte contre l'humidité témoigne des problèmes rencontrés par les hommes qui vivaient sur ce haut plateau. Humidité due au soubassement argileux, accentuée par la fonte des neiges et la construction en fosse. Plusieurs dispositifs ont été adoptés.

13Le sous-sol de la maison est sillonné de drains et de caniveaux. Les uns longent le bas des murs, les autres courent sous les murs, d'autres encore traversent en diagonale toute la surface de la pièce, sous les sols d'occupation, en suivant le pendage naturel du plateau (Fig. 1 et 2). Les constructeurs installaient les réseaux de drainage avant de bâtir les murs. On peut distinguer deux types d'aménagements. Les drains sont de simples alignements de petites pierres. On les trouve principalement sous et en arrière des murs, pour isoler le bâtiment des parois de la fosse argileuse. Les caniveaux, creusés dans le substrat, sont construits avec des dalles de chant et des petites dalles de couverture. À plusieurs reprises, des fibres de bois ont été retrouvées à l'intérieur. Peut-on en déduire qu'il existait un doublage en bois pour une meilleure étanchéité ? Il est difficile de l'affirmer devant la ténuité des informations. Les caniveaux récupéraient l'eau collectée par les drains pour l'évacuer vers l'extérieur. Ils sont au pied des murs et sous les sols d'occupation.

14Dernière “astuce”, le sol était fortement imprégné de charbon de bois, pour absorber l'humidité qui remontait du substrat.

Les aménagements intérieurs

15L'aménagement intérieur des maisons était assez sommaire et la recherche du confort ne paraît pas avoir été une préoccupation pour les occupants du village, alors même qu'ils avaient à faire face à des conditions de vie et de travail difficiles.

Les ouvertures

16Les ouvertures sont difficiles à restituer en raison de l'arasement des élévations et de la disparition systématique du mur de façade. Néanmoins, le caractère semi-enterré de la maison et la logique portent à placer celles-ci sur le mur pignon, plein sud. Il est impossible de savoir si les maisons comportaient des fenêtres. La porte d'entrée est toujours à l'extrémité orientale du mur sud. Le seuil est marqué le plus souvent par une grande dalle ou par une demi-meule métallurgique usée. La fouille des sols d'occupation, de part et d'autre du mur de façade, a permis de récolter gonds, paumelles, clés et serrures (Fig. 5 et 6). Deux maisons étaient équipées d'un système de fermeture un peu différent, avec des loquets, mais des incertitudes planent sur la datation de ces habitations qui ont pu être réoccupées peu après l'abandon du village, par des bergers (Fig. 7).

L'équipement de la maison

17Des niches rectangulaires, aménagées dans l'épaisseur des murs, servaient aux rangements. L'absence de feuillure ne permet pas de savoir si elles étaient munies d'une porte.

18Le sol était en terre battue, argile rapportée recouvrant les drains et les caniveaux, imprégnée de charbon de bois et de matières organiques en décomposition.

19La maison possédait un seul foyer au sol, de forme quadrangulaire, qui n'excède pas 0,6 m de côté (Fig. 8). Il est limité par des pierres sur chant et s'ouvre vers le centre de la pièce par le quatrième côté. Le fond est dallé de schiste. La place du foyer est variable dans la pièce d'habitation. Il peut être placé au centre ou près d'un mur. Jamais il n'a été retrouvé de foyer adossé à une paroi. Les maisons n'étaient pas équipées de cheminée. Il est peu probable qu'une ouverture ait été faite dans le toit, en raison des conditions climatiques. La fumée s'échappait naturellement à travers le chaume.

20Il semble que les poteaux retrouvés dans les habitations avaient pour fonction exclusive de supporter la toiture. Beaucoup étaient encastrés dans l'épaisseur des murs et une saignée a été pratiquée au moment de la construction pour les recevoir. Pour les poteaux qui sont à l'intérieur de la pièce, plusieurs cas sont présentés. Le poteau pouvait reposer sur une pierre plate ou sur un ancien mortier métallurgique réformé, à fleur de sol ; il pouvait également être enfoncé dans le substrat sous le sol d'occupation, avec ou sans calage de pierres. Le poteau était calé par de petites pierres posées sur le sol d'occupation. Les deux dispositifs coexistent dans une même pièce. Il est donc difficile de savoir si le fait de poser la base d'un poteau sur une pierre avait pour objectif de le protéger de l'humidité.

Les témoins de la vie quotidienne

21En l'état actuel des connaissances, il est impossible de connaître l'organisation de la vie à l'intérieur de la maison et d'identifier les différents espaces : repos, repas, stockage, etc. Les sols étaient balayés et les maisons soigneusement entretenues. Les rares objets retrouvés sont d'usage commun : pierres à aiguiser, lames de couteaux, éléments de chaîne. Plus exceptionnelle, la découverte d'une lampe en fer, identique à celle qui provient du site de Montségur (Aude)9. Le verre est absent des habitations. Ce matériau fragile était réservé au service liturgique. Le village n'ayant pas été abandonné dans l'urgence, il ne subsiste aucun récipient entier. Seuls quelques tessons montrent quelle était la vaisselle domestique : pour l’essentiel des pots à cuire ou à stocker globulaires, à pâte grise ; sur les fonds se voient encore des traces de feu et certaines anses sont percées de trous. Des pichets à glaçure complétaient le vaisselier céramique.

22Les foyers n'ont pas conservé de déchets alimentaires. En avant des seuils, on peut observer une aire de dispersion en éventail, avec coquilles de noix et noisettes, noyaux de fruits et autres résidus alimentaires de petite taille. Les déchets osseux étaient rejetés dans des dépotoirs.

23Le jeu n'était pas exclu des activités des villageois : reine d'échec, guimbarde, dés en os, rouelles en pierre sont autant de témoignages des occupations pendant les longues veillées dans ce pays de montagne.

24La qualité de construction de l'ensemble des maisons est médiocre. Elles n'ont pas été l'œuvre d'ouvriers spécialisés. C'est une maison bon marché, faite à l'économie. Le souci des constructeurs de lutter contre le froid et l'humidité prouve la présence de mineurs pendant la saison d'hiver. Car il n'y a qu'une période de l'année où le sol regorge d'humidité, le printemps. On l'a vu, le froid et la neige ne constituent pas un obstacle à l'installation d'un habitat. Dépourvue d'étage et paraissant exclure toute cohabitation avec l'animal, la maison de Brandes ressemble tout de même peu à l'habitat traditionnel de l'Oisans, dont les exemples les plus anciens encore visibles ne doivent guère remonter au-delà du XVIIIe siècle, voire aux premières décennies du XIXe siècle comme cela a été observé pour l'ensemble de l'habitat haut-alpin10.

25La maison de pierre de Brandes doit-elle être considérée comme un investissement à long terme ? Les historiens donnent, en général pour cette catégorie de maison, une durée de vie de trois siècles alors que celles de bois dépassent à peine une génération. Cette affirmation est à modérer, car la fouille a montré que les maisons pouvaient être abandonnées assez rapidement et servir de dépotoir ou être recouvertes, soit par d'autres habitations, soit par des ateliers. Par ailleurs, la pierre est le seul matériau gratuit fourni en abondance par la nature proche, alors que le bois, moins accessible, était très sollicité pour les besoins de l'industrie.

26Pour terminer ce chapitre sur la maison du mineur, on citera les passages de la doléance de Villar d'Arène en 1428 qui apporte un jalon pour le XVe siècle dans l'histoire de l'habitat de haute montagne. Le texte montre la pauvreté des habitants qui n'ont plus de bois pour faire du feu dans leur maison :... quod facient ignem in eorum domibus... et qui sont obligés de vivre dans de véritables cabanes où ils couchent sur la paille en guise de lit :... sed jacent super paleis11. Au XVe siècle, ne pas pouvoir se chauffer au bois et dormir sur une litière dans une maison rudimentaire est signe de déchéance.

Image

Fig. 1. Plan d'une habitation (mise au net M. Baudrand).

Image

Fig. 2. Habitation après décapage des sols d'occupation (cliché Gema).

Image

Fig. 3. Essai de reconstitution d'une habitation-type (mise au net M. Baudrand).

Image

Fig. 4. Toiture de maison à Saint-Christophe-en-Oisans : chaume et ardoises (coll. Musée d'Huez et de l'Oisans).

Image

Fig. 5 et 6. Clés et serrures en fer (dessin M. Baudrand).

Image

Fig. 7. Loquets de portes en fer (dessin M. Baudrand).

Image

Fig. 8. Foyer quadrangulaire recoupé par un mur postérieur (cliché Gema).

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

BIBLIOGRAPHIE

A. Allix, L'Oisans au Moyen Âge, étude de géographie historique en haute montagne, Grenoble, 1929, Laffittes reprints, Marseille, 1978.

A. Allix, Un pays de haute montagne, l'Oisans : étude géographique, Grenoble, 1926, Laffitte reprints, Marseille, 1975.

10.3406/rga.1929.4490 :

A. Allix, L'habitat en Oisans, dans Revue de géographie alpine, 1929.

M.-C. Bailly-Maître, J. Bruno Dupraz, Brandes-en-Oisans. La mine d'argent des Dauphins (XIIe-XIVe siècle), DARA, 9, Lyon, 1994.

M.-C. Bailly-Maître, Brandes-en-Oisans, incidences d'un milieu alpin sur une exploitation minière médiévale, dans L'Homme et la nature au Moyen Âge, Ve Congrès d'archéologie médiévale, Grenoble, 1993, Paris, 1996, p. 235-246.

J. Chapelot, R. Fossier, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, 1980.

N. Charneau, J.-C. Trebbi, Maisons creusées, maisons enterrées, Paris, 1981.

R. Comba, Cultura materiale e storia sociale nello studio delle dimore rurali, dans Archeologia Medievale, Per una storia delle dimore rurali, 1980.

D. C. Degener, Le processus de désertion de l'habitat et l'abandon de la culture dans les zones d'altitude de l'Oisans, dans B.F.F.E.M., 14, Paris, 1963-1964.

A. Doro, Paléoethnologie et ethnologie alpine (archéo-civilisation des hauts plateaux alpins), Gap, 1973.

M. Malle, L'inventaire de l'architecture rurale dans les Hautes-Alpes. Problèmes méthodologiques et premiers résultats, dans Le monde alpin et rhodanien, 1983.

G. Marcellier, Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, 1688-1710, VI, Graisivaudan, f. 2887.

H. Raulin, L'habitat rural dans les Alpes occidentales. Esquisse comparative de l'architecture alpine de la vallée d'Aoste, du Piémont, de la Savoie, du Dauphiné et du Comté de Nice, dans Le monde alpin et rhodanien, 1974.

Notes de bas de page

1 M.-C. Bailly-Maître, J. Bruno Dupraz, Brandes-en-Oisans. La mine d'argent des Dauphins (XIIe-XIVe siècle), DARA, 9, Lyon, 1994.

2 G. Marcellier, Inventaire des titres de la chambre des comptes du Dauphiné, 1688-1710, VI, Graisivaudan, f. 2887.

3 AD Isère (Archives Départementales de l'Isère), B 4443, f. 46.

4 AD Isère 4 E 29 1G1, f. 143 v à 227 v.

5 AN (Archives Nationales) Q 390, f. 1412.

6 M.-C. Bailly-Maître, Brandes-en-Oisans, incidences d'un milieu alpin sur une exploitation minière médiévale, dans L'Homme et la nature au Moyen Âge, Ve Congrès d'archéologie médiévale, Grenoble, 1993, Paris, 1996, p. 235-246.

7 A. Allix, Un pays de haute montagne, l'Oisans : étude géographique, Grenoble, 1926, Laffitte reprints, Marseille, 1975.

8 Id., Ibid.

9 Montségur, 13 ans de recherches archéologiques de Montségur, dans Recherche archéologique à Montségur, 1980.

10 M. Malle, L'inventaire de l'architecture rurale dans les Hautes-Alpes. Problèmes méthodologiques et premiers résultats, dans Le monde alpin et rhodanien, Grenoble, 1983.

11 A. Allix, L'Oisans au Moyen Âge, étude de géographie historique en haute montagne, Grenoble, 1929, Marseille, 1978.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.