Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le village médiéval et son environnement

 | 
Laurent Feller
, 
Perrine Mane
, 
Françoise Piponnier

Préface

Jacques Le Goff

Texte intégral

1Je suis d'autant plus heureux que mes collègues archéologues m'aient fait l'honneur et l'amitié de me demander de présenter cette belle gerbe d'études offertes en hommage à Jean-Marie Pesez, que j'ai suivi depuis plus de quarante ans sa carrière et que j'ai vu s'épanouir une activité et une œuvre qui en ont fait un des fondateurs de l'archéologie médiévale en France et en Europe. Je l'ai connu étudiant d'histoire à Lille, où j'ai moi-même commencé ma carrière d'enseignant et de médiéviste comme assistant d'histoire médiévale à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, où il a préparé l'agrégation d'histoire, à laquelle il a été reçu en 1958. C'est là qu'est née entre nous une amitié renforcée par notre entrée à peu de distance à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études (devenue en 1975 École des Hautes Études en Sciences Sociales), où nous sommes devenus tous deux directeurs d'études, moi en 1962, lui en 1973, dans le domaine du Moyen Âge lui comme archéologue, moi comme historien.

2Je voudrais souligner d'entrée de jeu que ce qui nous a encore rapprochés, c'est que j'ai très tôt pensé que l'archéologie devait être le principal ferment d'enrichissement et de renouvellement de l'histoire médiévale et que Jean-Marie Pesez a, dès le début, été un archéologue qui ne conçoit pas sa discipline en dehors d'un étroit dialogue avec l'histoire. Tout en travaillant efficacement à la promotion d'une archéologie médiévale à part entière, il n'a pas, comme d'autres, considéré comme une sujétion insupportable ce compagnonnage avec l'histoire dont il a su au contraire tirer admirablement parti pour faire s'épanouir sa discipline. S'il a bénéficié de l'enseignement d’archéologues diffuseurs de nouvelles techniques et de nouvelles méthodes archéologiques, tels que Paul Courbin à la VIe Section, il n'a pas oublié les leçons du grand historien doublé d'un homme merveilleux que nous avons eu la chance d'avoir pour patron et maître à Lille, Michel Mollat du Jourdin.

3Il a su répondre à l'appel de deux historiens découvreurs d'avenirs scientifiques et de chercheurs novateurs, Fernand Braudel, président de la VIe Section et Ruggiero Romano, directeur du Centre de Recherches Historiques de la rue de Varenne. Braudel avait su comprendre les potentialités de l'accord qu'il avait conclu dès 1957 avec l'Institut d'Histoire de l'Académie des Sciences de Pologne. Au premier rang des exemples que nous offraient les Polonais, il y avait les étonnantes conquêtes scientifiques de leurs archéologues médiévistes dirigés par Witold Hensel. Grâce à eux, une nouvelle histoire du passé slave médiéval était sortie de terre. Les Polonais furent les initiateurs du jeune groupe d'archéologues du Moyen Âge à la tête desquels s'imposa bientôt Jean-Marie Pesez, assisté un peu plus tard de Françoise Piponnier, qui constitua avec lui un tandem uni jusqu'à aujourd'hui dans la collaboration et l'amitié. Les champs de fouilles polonais furent le terrain de leur formation et les archéologues polonais vinrent former leurs premiers pas sur le terrain des fouilles françaises.

4Braudel et Romano avaient aussi regardé du côté de l'autre école archéologique novatrice sur le terrain de l'archéologie médiévale, les Britanniques, avec Maurice Beresford, auteur d'un retentissant Lost Villages. S'il ne s'établit pas une collaboration aussi heureuse avec les Anglais qu'avec les Polonais, l'exemple britannique contribua grandement à confirmer Jean-Marie Pesez et le petit groupe de la VIe Section dans une orientation qui allait révéler toute sa fécondité : à la différence de l'archéologie des villes et des monuments qui dominait l'archéologie traditionnelle essentiellement consacrée à l'Antiquité, l'objet principal de leurs fouilles et de leurs recherches fut la maison rurale et le village.

5On peut mesurer l'importance de ce front pionnier de l'archéologie accompagnée par l'histoire et des découvertes qui jalonnaient le chemin parcouru en lisant ce volume à juste titre consacré au village médiéval et à son environnement.

6Avant de suivre les moments forts de l'activité et de la carrière de Jean-Marie Pesez, je voudrais souligner combien son œuvre s'inscrit dans un moment et un mouvement de l'histoire renouvelée par l'archéologie qu'il a lui-même fortement marqués et combien son champ a été européen.

7Dans les années 60 la problématique des villages du Moyen Âge en France le situa au contact des travaux des archéologues anglais sur les “villages disparus” d'une part et des recherches de Wilhelm Abel et des historiens économistes allemands sur les Wüstungen, les désertions du XIVe siècle. La problématique française fut celle des “villages désertés”, synthèse entre les problématiques anglaise et allemande. Le Centre de Recherches Historiques de la VIe Section publia très tôt, en 1965, un volume collectif, qui présentait un bilan, des hypothèses et un programme : Villages désertés et histoire économique XIe-XVIIIe siècle, dans lequel la participation de Jean-Marie Pesez fut décisive. Des deux articles qu'il y publia, il écrivit le plus considérable par la longueur et l'importance du contenu (Le cas français : vue d'ensemble, p. 127-252) avec Emmanuel le Roy Ladurie, historien remarquable des Paysans du Languedoc, manifestant par sa collaboration avec un déjà grand historien les liens qu'il tissait entre histoire et archéologie. Avec le même historien, il publiait la même année dans les Annales E.S.C. un autre article : Les villages désertés en France qui témoignait du renouveau de l'histoire rurale en France et de la part qu'y prenait désormais l'archéologie. Pour la connaissance du Moyen Âge, temps d'une société éminemment rurale, c'était un rééquilibrage (les médiévistes étaient encore fascinés par l'histoire urbaine issue de Pirenne) et une ouverture de premier ordre.

8Des fouilles exemplaires dues à Jean-Marie Pesez et à sa petite équipe voyaient le jour en France à Saint-Jean-le-Froid, à Villy-le-Moutier et surtout à Dracy, en Bourgogne, le premier grand chantier auquel son nom est attaché. Sans abandonner sa collaboration avec les Polonais, Jean-Marie Pesez joue alors un rôle de premier plan dans le développement de l'archéologie médiévale en France. Il forme avec Michel de Boüard et Gabrielle Démians d'Archimbaud le trio majeur qui lui assure son statut scientifique et institutionnel dans une France où les circonscriptions archéologiques arrêtaient leur juridiction et leur action à l'an 800 ! Il ouvre un nouveau front de fouilles dans le pays emblématique de l'archéologie traditionnelle dominée par l'Antiquité : l'Italie. L'institution française qui depuis un siècle tient une place éminente dans l'archéologie en Italie, l’École Française de Rome, est justement en train, sous l'impulsion de son dynamique directeur Georges Vallet, de s'ouvrir à de nouveaux chantiers et à une chronologie prolongée. La collaboration entre l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, l’École Française de Rome et les autorités archéologiques italiennes va permettre à Jean-Marie Pesez et à son équipe de prendre une part remarquable dans le développement de l'archéologie médiévale italienne. Son propre domaine de fouilles est la Sicile, terrain passionnant mais où les conditions naturelles et humaines rendent souvent le travail malaisé. Elles n'empêchent pas Jean-Marie Pesez d'être actif sur le chantier du quartier Castello San Pietro à Palerme, et surtout sur le site du château et du village de Calathamet et plus encore du village médiéval de Brucato qui donne lieu, sous sa direction, à une publication considérable Brucato, histoire et archéologie d'un habitat médiéval en Sicile, 2 volumes de la célèbre collection de l’École Française de Rome, tome 78, 1984, 815 p.

9À partir de ces trois champs principaux Pologne, France, Sicile, et de ses réflexions sur de nombreuses autres activités archéologiques qu'il suit de près, notamment grâce à sa participation à de nombreux colloques et congrès, dans une perspective d'histoire et d'archéologie comparée, Jean-Marie Pesez situe dans la recherche archéologique européenne ses propres fouilles et travaux et les ensembles slaves – polonais et tchèques – italiens et méditerranéens, tunisien entre autres, nordiques aussi. Il en résulte de nombreux articles de synthèses dans de multiples revues et volumes collectifs et, couronnant le tout, les articles Cultura materiale (avec R. Bucaille), Villaggio, dans Enciclopedia Einaudi, Turin, 1981, p. 1046-1063 et Dorf 2. West Europa und Italien, dans Lexicon des Mittelalters, 1985, col. 1273-1275.

10Toutes ces publications jalonnent une brillante et féconde carrière qui se développe, dans une étroite et enrichissante unité, sur un triple plan : celui du terrain, celui de l’enseignement, celui de la direction et de l'administration, Jean-Marie Pesez est d'abord un fouilleur, un homme de terrain, qui s'est formé en fouillant et qui a formé de nombreux élèves et collaborateurs à la pratique archéologique, sur des chantiers dont j'ai évoqué la diversité géographique et culturelle.

11L'enseignant a fait l'essentiel de sa carrière à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales mais il a dispensé son enseignement non seulement à Paris mais aussi à Lyon où il a mis sur pied et dirigé une antenne archéologique de l'E.H.E.S.S., le Centre interuniversitaire d'Histoire et d'Archéologie médiévales (E.H.E.S.S.-Université de Lyon II), tandis qu'à Paris il a longtemps dirigé le département “Archéologie” du Musée National des Arts et Traditions Populaires. Il a été aussi chargé de cours pendant de nombreuses années à l'Université de Paris X-Nanterre.

12On trouvera dans son curriculum vitae la liste des organismes auxquels il a collaboré, des commissions et comités dont il a été membre. Je me contenterai de souligner sa présence dans la plupart des institutions françaises dans lesquelles l'archéologie tient une place importante : la Direction des Musées de France, le Centre de Recherches Archéologiques du C.N.R.S. où il a dirigé l'U.R.A. 1000, la Commission du grand Louvre qu'il a présidée de 1990 à 1992, la Commission Supérieure des Monuments Historiques, la Commission Nationale de l'Inventaire Général. Il a occupé la plus haute fonction institutionnelle qu'un archéologue puisse occuper en France, la vice-présidence du Conseil Supérieur de la Recherche Archéologique de 1990 à 1992.

13D'autres pourraient dire mieux que moi la profonde influence scientifique qu'il a exercée dans le domaine de l'histoire et de l'archéologie médiévales.

14Son champ principal, l'histoire rurale, lui a permis d'apporter une contribution éminente à des problématiques qui ont renouvelé cette histoire : l'étude de l'organisation de l'espace (plan de village et de terroir, archéologie extensive) et de la stratification culturelle des campagnes, l'histoire du village, cette création du Moyen Âge, les caractéristiques de l'habitat qui a incarné la civilisation rurale médiévale selon ses différentes couches sociales : la maison paysanne, la motte, la maison forte, le château, la courbe chronologique de l'histoire du village de sa naissance à la crise des désertions du bas Moyen Âge. Son apport n'est pas moins grand dans l'histoire des outils et des techniques agricoles et en particulier des matériaux : terre, bois, pierre, fer.

15Il a été un des introducteurs et des maîtres de l'histoire en France de ce qu'il a avec d'autres, mais avant et mieux que beaucoup d'autres, appelé, selon la leçon des archéologues polonais, la « culture matérielle », s'écartant parfois de cette dénomination empruntée pour parler, selon la tradition française que soutenait Fernand Braudel, de « civilisation matérielle ». Car la réalité historique profonde qu'il faisait revivre grâce à cette archéologie unie à l'histoire, c'était la « civilisation rurale ». Il n'en séparait jamais ses aspects “matériels” de ses structures économiques et sociales et de leur évolution.

16Il est un des principaux chercheurs qui ont fait sortir la civilisation médiévale de ce sol habité et travaillé par quatre-ving-dix pour cent des hommes et des femmes de cette longue durée.

17Il est donc pertinent que dans la ligne de son activité et de ses travaux et souvent à la lumière de son enseignement et de son œuvre, ses collègues, ses élèves, ses amis aient placé ces mélanges, comme je le disais au début de cette modeste préface, en forme d'hommage, sous le signe du “village médiéval” et de son “environnement” et qu'ils les aient répartis entre le cadre matériel : “la maison”, les hommes, leur cadre de vie et leurs travaux : “les habitants et leurs objets” et l'histoire du territoire qu'ils ont formé et transformé : “le finage”

18C'est bien l'image de l'activité et de l'œuvre de Jean-Marie Pesez qui préside à ce riche recueil d'études.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.