Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la montagne imaginée à la montagne rêvée

Les montagnes des médiévistes

Benoît Cursente

Texte intégral

  • 1 La montagne à l’époque moderne (Actes du colloque de 1998), Paris, 1998.

1Je remercie les organisateurs de l’honneur qu’ils m’ont fait de tirer les conclusions des travaux de la cuvée 2003 du congrès annuel de notre société, organisé sur ce thème un an après « l’année de la montagne » et cinq ans après nos collègues modernistes1. Il s’agit là d’un honneur redoutable dans la mesure où nos travaux ont mis au jour un tissu de diversités et de paradoxes qui semble irréductible à toute synthèse. À vrai dire, l’exercice final qui m’échoit est le symétrique d’un autre exercice, tout aussi redoutable, mais collectivement assumé, auquel ont dû se livrer en amont les organisateurs de cette rencontre. Il leur a fallu définir un programme et sélectionner des propositions tenant compte d’une multitude de pondérations obligées. Les dix-neuf communications effectivement présentées traduisent un savant équilibre entre périodes (une grande majorité se rapportent aux trois derniers siècles du Moyen Âge), entre secteurs géographiques, entre types de sources et de thématiques, entre centres universitaires enfin... Sachant combien l’art est difficile, je ne me permettrai aucune remarque critique sur les choix effectués. J’estime, par exemple, que compte tenu de la dispersion des thématiques et des approches, la concentration des regards sur les montagnes intéressant en tout ou en partie le territoire français actuel était la meilleure façon d’espérer obtenir un certain nombre de regards croisés. J’ai pris le parti de conserver le même compas d’observation de façon à ne pas exagérément gonfler ces considérations conclusives.

2Par l’effet d’un paradoxe quasiment inévitable et souvent observé, le contenu de ce colloque ne reflète que de façon biaisée l’état réel de la recherche. En effet, quand un secteur disciplinaire a récemment fait l’objet d’une puissante vague de recherches parachevée par un colloque et une publication majeure, les chercheurs concernés sont justement réticents à présenter une communication faisant doublon avec un travail qu’ils viennent de signer. À l’inverse, quand une recherche est encore émergente, ses acteurs ne se sentent pas encore en mesure d’en présenter les fruits devant l’aréopage des médiévistes français. Il m’est apparu que mon rôle était, à cette place, de réintroduire ces deux ailes opposées de la recherche pour mieux être en mesure d’apprécier et de mettre en perspective les résultats de nos travaux chambériens.

3Je me propose d’ordonner les réflexions qui suivent selon deux registres. Tout d’abord, je reviendrai sur la riche pâture d’analyses et d’informations qui nous a été offerte durant ces deux journées. Je m’efforcerai d’en mettre en perspective les principaux apports. Dans un second temps, j’examinerai les deux questions sous-jacentes à nos travaux qui me paraissent conditionner le devenir des études sur les montagnes médiévales : 1) Dans quelle mesure est-il pertinent et possible d’étudier les sociétés de montagnes ? ; 2) Les sociétés de montagnes sont-elles irréductiblement diverses, voire hétérogènes, ou bien subtilement structurées par une charpente de même nature sinon de même apparence ?

  • 2 P. Dubuis éd., Ceux qui passent et ceux qui restent. Études sur les trafics transalpins et leur im (...)

4Nos travaux ont été organisés autour de quatre thèmes : la montagne traversée, la montagne gouvernée, la montagne vécue, la montagne imaginaire. En fait ces quatre thèmes recouvrent deux façons d’envisager les recherches : d’un côté la montagne considérée comme un espace d’altérité, d’un autre la montagne considérée comme un espace vécu. Et cette bi-polarisation thématique recouvre largement une autre dualité. Dans le premier cas de figure, la montagne éclairée par des sources qui lui sont extérieures se trouve dans une situation de protohistoire ; dans le second elle est considérée comme un espace pleinement historique. C’est là simplement prolonger le regard dialectique sur « ceux qui passent et ceux qui restent »2, souvent repris depuis 1989.

La montagne espace de représentations et de projections

  • 3 H. Martin, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001 (...)
  • 4 La montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul éd., P (...)
  • 5 Formule empruntée à Ph. Joutard, « La haute montagne. Visions et représentations », Le monde alpin (...)

5L’étude des montagnes médiévales ressortit pour une part à l’histoire des mentalités3. Les montagnes servent tantôt de support à des légendes spécifiques et tantôt d’espace projectif pour des réalités qui intéressent la société englobante. Si nous laissons provisoirement de côté les documents iconographiques, il appert que cette approche de la montagne repose sur l’utilisation d’un corpus documentaire largement commun aux historiens et aux littéraires. Avec le récent recueil d’études intitulé « La montagne dans le texte médiéval », nous disposons d’un ouvrage de référence sur les représentations de la montagne4, dont les auteurs sont très majoritairement des spécialistes de la littérature. Les huit communications se rapportant à cette thématique présentées dans notre rencontre d’historiens constituent donc un précieux contrepoint et un utile prolongement au discours des littéraires. Dans une telle perspective, la montagne ne constitue par tant un objet d’observation localisé qu’un thème universel, « au centre de la pensée symbolique des hommes »5. C’est ainsi que Gilles Lecuppre a attiré notre attention sur le fait que la montagne médiévale servait de support à l’avatar original d’un invariant ethno-culturel qu’est le thème du roi de la montagne, signalé du Japon au Cameroun. Dans un registre voisin, François Foronda a montré, à partir de sources castillanes, comment se réalisait l’instrumentalisation de la montagne comme métaphore du pouvoir royal.

  • 6 La question des interactions entre géographie savante et espace vécu a été récemment posée par P. (...)

6Notre rencontre a permis de mettre au jour quelques paradoxes, toujours utiles à examiner. Il se vérifie bien, d’un côté, que le recours aux topoï constitue le mode habituel de description de la montagne. Locus horribilis, sauvagerie sans nom des habitants, paganisme endurci des autochtones... : la montagne, peuplée de diables et de sorciers, constitue un lieu terrifiant (Ch. Lucken, G. Bischoff, Cl. Deanjean). Dans le même registre d’un système de représentation figé sur des stéréotypes, je placerai le domaine de l’iconographie, dominé par le souci d’exprimer des idées à l’aide de conventions figuratives (D. Rigaux). Or, à côté de ces représentations plus ou moins figées, existent des représentations en mouvement. Ce mouvement, on le trouve d’une part dans la géographie savante avec l’affirmation d’une réflexion rationnelle (Ch. Deluz). D’autre part émergent dans les textes des éléments de description concrète qui campent la montagne comme une réalité ordinaire, dont les éléments sont à la mesure du regard de l’homme et de ses besoins dans la vie quotidienne (O. Kammerer, Cl. Deanjean, A. Pinto, Fl. Sabaté). Ce paradoxe, on le voit, invite à poursuivre et à approfondir la réflexion sur les différentes temporalités et les différents registres de notre histoire culturelle6. Vaste programme...

La montagne traversée : marchands et pèlerins

  • 7 À titre indicatif quelques jalons : J.-F. Bergier, « Le trafic à travers les Alpes et les liaisons (...)
  • 8 Cf. l’introduction d’E. Castelnuovo au magnifique volume collectif II Gotico nelle Alpi, 1350-1450 (...)

7La montagne se définit comme un espace où la circulation joue un rôle d’autant plus structurant que le relief lui fait obstacle. Dans les sources comme dans l’historiographie, la thème de la traversée des montagnes occupe une place importante7. On a ici, avec bonheur, poursuivi l’exploitation de la riche veine des récits de pèlerinage ou de voyage profanes. Une fois la part faite, par un décryptage approprié, à la dimension proprement humaine des faits, on en vient à un registre d’analyse plus structural. La montagne se définit, simultanément, par la particulière importance de situations d’isolement et une bonne capacité d’insertion dans l’économie englobante (et par là même de syncrétisme8). C’est une subtile affaire d’échelle, de moments, et de secteurs. L’étude des péages, naturellement, privilégie l’image de l’ouverture. Comment avoir une pesée globale de la « porosité » d’un massif ? Yves Coativy s’est essayé à en expérimenter une en se fondant sur l’étude des trésors monétaires.

  • 9 F. Bréchon, Réseau routier et organisation de l’espace en Vivarais et sur ses marges au Moyen Âge,(...)

8Emergent deux faits contradictoires, qui méritent d’être également soulignés. D’un côté, il faut prendre garde que nos propres habitus ne nous poussent à l’anachronisme : eu égard à la conception médiévale de la commodité et de la rapidité des transports, « la montagne barrière n’existe même pas » (O. Kammerer). Cela étant, il faut sans doute distinguer hautes terres et hautes vallées. L’apport de la période médiévale à l’amélioration de la circulation intra-montagnarde, particulièrement dans les Alpes, s’avère fondamental. La possibilité de passer un col en toutes saisons constitue en soi une véritable révolution commerciale. Chacun garde à l’esprit les pages magnifiques que Jean-François Bergier a consacrées à l’aménagement du Saint-Gothard. Il était juste de reprendre ce dossier majeur et Pierre Racine a fait pour nous le point sur le rôle majeur que joue ce maillon de « l’axe eurasiatique » qui permet de relier Londres à la Chine. Les spectaculaires aménagements des hautes vallées ne doivent pas masquer des réalités beaucoup plus modestes mais sans doute aussi beaucoup plus habituelles des conditions de circulation en montagne. Je me permets de signaler combien est novatrice, à cet égard, la récente thèse de Franck Bréchon qui a méthodiquement mis au jour les 2 000 kilomètres du réseau routier médiéval qui irriguent le Vivarais9.

  • 10 B. Debarbieux, « La traversée des Alpes : une histoire d’échelles et d’intérêts, d’épousailles et (...)

9En fait, dans tous les cas de figure, on peut et on doit envisager le thème de la route comme un jeu d’échelles10, à l’intersection des « montagnes traversées » et des « montagnes vécues ». Il s’avère souvent que le tracé des itinéraires comme leurs aménagements procèdent d’une interaction entre les dynamiques des communautés des hautes terres et les stimuli économiques, politiques, religieux, venus du plat pays.

La montagne espace vécu : moines, princes, communautés

  • 11 P. Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999, p. 185-199 (l’Andorre et la Suisse fo (...)

10Le thème « communautés et pouvoirs » est central dans l’étude des sociétés de montagnes envisagées dans la longue durée. Je retiendrai qu’il a fait ici l’objet d’un ensemble de communications qui, présentées par de jeunes médiévistes, reflètent le dynamisme actuel de ce secteur de recherche. On ne peut que s’en réjouir. On sait en effet que l’émergence dans les montagnes d’un ensemble de communautés autonomes (à des degrés divers) constitue l’un des héritages majeurs de la période médiévale mais que, faute d’études récentes, les historiens modernistes tendent à intégrer cet héritage à leur territoire de recherche. Fabrice Mouthon a présenté une synthèse nuancée de ce phénomène pour l’ensemble de l’arc alpestre. Sa contribution aboutit à une classification du phénomène en quatre cas de figure, qui constitue une précieuse pierre d’attente pour un comparatisme élargi à d’autres massifs. C’est avec la même volonté de lancer de nouvelles pistes, mais à partir d’un angle différent, que se situe l’intervention de Roland Viader quand il cherche à situer la communauté dans la charpente générale des sociétés de montagne en prenant en compte le grain primordial qu’est l’unité domestique. Sous-jacente à ces deux interventions se situe la question, fondamentale, de la militarisation des sociétés de montagne, qui conditionne d’existence de libertés paysannes11.

  • 12 Voir aussi F. Mouthon, « Moines et paysans sur les alpages de Savoie (xie-xiiie siècles) : mythe e (...)
  • 13 On comparera avec profit son interprétation avec celle qui a été récemment proposée par N. Vivier, (...)

11Dans le jeu complexe des pouvoirs au sein desquels s’affirment les communautés montagnardes, on rencontre inévitablement les moines, gros producteurs de sources écrites. Un vigoureux recadrage de ce que fut leur rôle social effectif nous a été proposé par Nicolas Carrier. Si la seigneurie monastique occupe une place qu’on ne saurait minorer, bien au contraire, la figure rhétorique du moine-défricheur a joué dans l’historiographie le rôle d’un rideau de fumée qui a longtemps contribué à occulter la société réelle, celle des paysans12. Le jeu des pouvoirs s’opère en fait généralement entre trois partenaires : un prince territorial, des seigneurs locaux (laïques ou ecclésiastiques), les communautés paysannes. C’est à la lumière de cette dialectique qu’Anne Lemonde a proposé une relecture stimulante de l’avènement des célèbres escartons dauphinois où il appert que le prince reste le maître du jeu et qu’il instrumentalise les communautés pour bâtir son Etat13.

  • 14 J.-F. Bergier, Guillaume Tell, Paris, 1988.
  • 15 On peut trouver jusqu’à une date récente dans certains ouvrages un discours situé dans la filiation (...)
  • 16 G. Chittolini, « Principe e comunità alpine », dans Città, comunità e feudi degli stati dell’Itali (...)
  • 17 C’est ce que suggère P. Cammorossano, « L’organizzazione dei poteri territoriali nell’arco alpino  (...)

12Dans l’ombre portée du personnage mythico-historique de Guillaume Tell ainsi que l’a restitué Jean-François Bergier14, cette nouvelle vague d’études conduit à réviser nombre d’idées reçues héritées de l’historiographie traditionnelle, très longtemps prégnante15. Elle ouvre aussi sur de nouvelles perspectives d’histoire comparée sur lesquelles on reviendra. D’ores et déjà, notons que s’est fait jour l’intérêt particulier des princes du bas Moyen Âge pour la partie montagneuse de leur territoire (E. Johans, A. Lemonde), et ce au détriment des seigneuries locales et au bénéfice des communautés. En d’autres termes, les montagnes se prêtent particulièrement à l’instauration d’un rapport privilégié entre le prince et les communautés. Ce schéma s’inscrit en contrepoint d’une tradition historiographique de sens opposé16, et dans un tableau général certainement tout en nuances et en contrastes. C’est ce que suggère ici même la contribution de Flocel Sabaté qui souligne la forte identification des communautés des Pyrénées catalanes aux seigneuries locales. En définitive, la montagne ne constitue-t-elle pas un passionnant laboratoire dans la construction de l’État moderne17, qui comme le souligne Anne Lemonde, entend intégrer les « inaccessibles sommets » à son emprise ?

  • 18 R. Brondy, Chambéry : histoire d’une capitale vers 1350-1560, Lyon, 1988 ; J. Theurot, Dole, genès (...)
  • 19 Ville et montagne. Stadt und Gebirge, Histoire des Alpes 5 (2000), Zurich, 2000 (cf. les contribut (...)
  • 20 Cf. G.-M. Varanini « Città alpine del tardo Medioevo », dans Il Gotico nelle Alpi..., op. cit., p. (...)

13Quelle est la place de la ville dans ce monde de ruralité ? Le réexamen des rapports villes-montagnes au Moyen Âge constitue une thématique émergente qui appelle de nouvelles recherches. Alors que quelques nouvelles monographies urbaines ont vu le jour depuis la disparition prématurée de la regrettée Réjane Brondy18, les médiévistes du monde alpin ont mis au jour un jeu complexe de situations en dissymétrie et en décalage19. Autant dire que, si on perçoit bien que les choses ne se passent pas exactement comme dans le plat pays, on peine à élaborer une grille d’analyse adéquate20. C’est dans ce contexte historiographique que Jean-Luc Fray nous a présenté une analyse du réseau urbain des hautes terres du Massif central qui, ayant fait un sort aux anachroniques clichés d’« enclavement » et de « retard », se conclut par un appel à la mise sur pied d’un programme européen d’études comparatives.

D’autres thèmes pour d’autres colloques

  • 21 P. Porte, Larina de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge, thèse de l’Université d’Aix-Marseille I (...)
  • 22 D. Mouton, La roca de Niozelles et les mottes castrales du bassin de la Durance moyenne et ses abo (...)
  • 23 R. Viader, L’Andorre du ixe au xive siècle. Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, 2003.
  • 24 F. Guillot, Fortifications, pouvoirs, peuplement en Sabarthès (Haute-Ariège) du début du xie au dé (...)
  • 25 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs : le château et l’habitat en Haute-Auvergne et Brivadois entre l (...)
  • 26 B. Demotz, Le comté de Savoie du xie au xve siècle. Pouvoir, château et État au Moyen Age, Genève, (...)

14À côté des thématiques qui ont fait l’objet de contributions, il y a celles qui sont demeurées en marge de nos travaux. Tel est au premier chef le cas du thème « montagnes et châteaux » qui, en termes de production scientifique, a certainement constitué un des plus féconds champs de recherche de ces dernières années. Dans leur grande sagesse, les organisateurs n’ont pas souhaité faire une part – qui aurait été forcément réduite – à un thème qui mérite de donner lieu à un grand colloque. Au vu des thèses soutenues et des travaux publiés on peut en effet rien moins envisager que : 1) une réévaluation des châteaux et des peuplements castraux au haut Moyen Âge21 ; 2) un état des lieux renouvelé des châteaux sur motte en pays de montagne22 ; 3) une typologie générale : la montagne sans château23, le château seigneurial à faible pouvoir structurant sur l’habitat24, le castrum en moyenne montagne25, le château princier autour duquel se vertèbre l’État26.

  • 27 Le fer dans les Alpes du Moyen Âge au xixe siècle (colloque Saint-Georges d’Hurtières, 1998), M.-C (...)
  • 28 Signalons à titre indicatif : le numéro spécial « La montagne provençale », Provence historique, X (...)
  • 29 R. Comba, A.-L Dal Verme, I. Naso éd., Greggi, mandrie epastori nelle Alpi occidentali (secoli xii (...)
  • 30 C. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003.
  • 31 Je me borne à renvoyer aux Actes, en cours de publication, du colloque de Tarbes (juin 2002) « Rel (...)

15Dans le même ordre d’idées sont ici quasiment absents ou fortement sous-représentés quelques autres thèmes de recherche qui correspondent à des cas de figure différenciés. Au premier rang des domaines de recherche les plus dynamiques, qui ont fait l’objet de publications récentes, se trouve sans nul doute l’étude des activités extractives et industrielles, principalement la métallurgie27. L’étude des activités agro-sylvo-pastorales, élargie à l’exploitation des ressources naturelles de la montagne28, est également d’une belle fécondité. Ce secteur a récemment fait un bond en avant grâce à une exploitation intégrée des données des textes avec celles de l’ethnologie, de l’archéologie et des archéo-sciences. Nous voici à présent bien mieux armés pour réexaminer la délicate question de la surcharge pastorale du bas Moyen Âge et pour enrichir les études sur la transhumance, classiques mais toujours renouvelées29, par l’examen des pratiques de l’estivage30. On ne peut clore ce bref répertoire des secteurs de recherche en pleine effervescence sans signaler la fécondité des récentes rencontres entre médiévistes et modernistes sur le thème de la « religion des montagnes », entendu non pas tant comme celui de la « montagne magique » que comme l’examen des spécificités que peut revêtir l’institution ecclésiale dans les hautes terres31.

  • 32 Voir la révision de ce lieu commun historiographique que fait J. Tricard, Les campagnes limousines (...)
  • 33 Cf. en dernier lieu R. Comba, « La mobilita geografica delle popolazioni montane : l’esempio delle (...)

16Faisant contraste avec ces questionnements renouvelés qui ont donné lieu à un foisonnement de programmes de recherches et de colloques, il est d’autres thèmes qui se signalent, durant la décennie écoulée, par une relative atonie conceptuelle. Ainsi celui de la démographie, des mouvements de population. On se trouve en présence d’hypothèses fortes relativement anciennes toujours bonnes à conforter ou à réviser : la montagne comme réservoir d’hommes32 ; la corrélation entre l’émigration tardo-médiévale et la mutation économico-sociale de la montagne (déprise agricole au profit des activités pastorales)33. Antony Pinto nous a ici montré que l’exploitation systématique des registres notariés pouvait permettre, pour les Pyrénées orientales, de donner un nouveau souffle aux nécessaires recherches sur les hommes et leurs ressources

  • 34 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au xve siècle, Paris, 1998.
  • 35 On en trouvera une excellente discussion dans la thèse de D. Albera, L'organisation domestique dan (...)
  • 36 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, Toulouse, 1998, R. Viader, L’Andorr (...)
  • 37 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975.
  • 38 Par exemple P. P. Viazzo, Upland communities. Environment, Population and Social Structure in the (...)
  • 39 R. Mc Netting, Balancing on an Alp. Ecological Change and Continuity in a Swiss Moutain Community,(...)

17Par ailleurs, on assiste à la montée en puissance des recherches fondées sur des grilles d’analyse combinant (selon des formules variables) anthropologie et systémique écologique. Tout en saluant les importants travaux récemment publiés sur les structures familiales des hautes terres34, on relève la faible implication des médiévistes dans le débat méthodologique et conceptuel qui accompagne l’étude des systèmes familiaux de montagne35. Manque de sources appropriées, pesanteurs historiographiques : les deux facteurs se combinent. En fait, on constate une dissymétrie entre la médiévistique pyrénéenne36, héritière des problématiques « Le playsiennes » relayées par le phénomène « Montaillou »37, et celle des Alpes qui tend à laisser ce domaine aux modernistes38, voire aux ethnologues39.

18Après avoir écouté les dix-neuf communications de ce congrès, force est de constater l’inégale maturité des deux secteurs de recherche consacrés aux montagnes médiévales que nous avons pensé pouvoir identifier en introduction. L’étude des représentations fonctionne, globalement, selon des schémas bien rodés et des méthodes éprouvées, pour déboucher sur un discours qui embrasse les montagnes dans leur généralité, voire la société englobante. L’étude des realia de la montagne vécue est un domaine qui s’efforce de mettre au jour le fonctionnement de sociétés concrètes fonctionnant dans un cadre restreint. Ce domaine récemment revitalisé, mais encore tâtonnant, a particulièrement besoin de rencontres telles que celle de Chambéry pour mettre au clair ses biais, conforter ses méthodes et pour éviter, pour finir, que se développe une logique d’accumulation de cas particuliers qui seraient irréductibles les uns aux autres.

  • 40 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.
  • 41 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval : la Vésubie (xiiie-xve siècles), (...)

19Peut-il y avoir une histoire « au-dessus de 1 000 mètres », s’est interrogé Henri Falque-Vert en introduction du livre qu’il a récemment consacré aux montagnes du Dauphiné40 ? La teneur des contributions présentées ici même comme l’abondance et la qualité des récentes publications monographiques ne laissent subsister aucune inquiétude41. Mais il s’avère qu’une difficulté préalable réside dans la définition même de ce qu’est la montagne.

L’objet : les montagnes et les sociétés de montagnes

  • 42 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19662, p.  (...)
  • 43 Voir en dernier lieu Revue de géographie alpine, 2001-2, « Quelle spécificité montagnarde ? », B. (...)
  • 44 Cf. à titre d’exemple la fine analyse des systèmes de moyenne et haute montagne que fait P. Charbo (...)

20S’il est une réflexion, parfois désabusée, qui a parcouru ces journées, c’est bien celle-ci : la montagne médiévale constitue décidemment un objet d’étude bien difficile à cerner – ce dont témoigne notamment le titre de la contribution d’Odile Kammerer. La question de la définition de la montagne se pose donc comme un préalable, et mes remarques conclusives font boucle avec le propos introductif de Georges Cornet. Il n’est peut-être pas inutile de déblayer le terrain en mettant au jour les présupposés qui conditionnent notre discours. À commencer par un paradigme historique majeur : nous avons tous intériorisé les pages du grand œuvre de Fernand Braudel, dans lesquelles il impose comme une évidence l’image d’une montagne conservatoire d’archaïsmes, peuplée d’hommes sauvages, pauvres et libres42. Toutefois, c’est du côté de la géographie que nous sommes tentés d’aller chercher nos certitudes. En effet, la montagne a longtemps constitué l’objet géographique par excellence dans la mesure où, dans le discours « vidalien », elle constitue un laboratoire privilégié pour mettre au jour les interactions entre l’homme et le milieu – un statut qui, comme nous l’a appris ici même Christiane Deluz, est déjà le sien au xiie siècle ! Or, les géographes actuels ont basculé dans l’incertitude, et avouent leur incapacité à s’accorder sur une définition universelle de la montagne43. Cette attitude reflète l’importance prise par le courant subjectiviste au sein de la géographie, et sans doute plus généralement au sein des sciences humaines. Le fait qu’un groupe humain ait tendance à nommer montagne tout élément différencié d’un paysage (même de très faible relief) constitue un objet intéressant en soi. Et plus généralement, il importe de prendre en compte les décalages observés entre une « montagne socio-culturelle » et une « montagne physique » : à conditions naturelles comparables, les sociétés ont pu adopter des modes d’organisation différents tant dans la succession des temps que dans des espaces voisins44.

21Au total, pour l’historien qui s’intéresse aux sociétés de montagne force est de se résigner à gérer la complexité et les ambiguïtés de son objet d’étude qui se situe sur trois registres souvent difficiles à démêler. L’historien a pour point de départ obligé le lexique et les données sémantiques des sources. Ensuite il lui faut évaluer avec précision l’impact des lourdes contraintes du milieu naturel : la montagne constitue comme la mer ou le désert un « milieu paroxystique » qui impose son empreinte aux activités et les mentalités des hommes. Pourtant, en dernier lieu, l’historien se doit de prendre la bonne mesure de la pluralité des possibles en analysant finement comment les apparentes rigidités recouvrent des marges d’adaptation au changement.

  • 45 On trouvera, entre autres ouvrages, une illustration de ce constat dans les thèses de P. Bonnassie (...)
  • 46 C. Rendu, La montagne d’Enveig..., op. cit., p. 330-331.

22Au-delà de ce constat, c’est la pertinence même des études portant spécifiquement sur un massif montagneux qui est en question. Pour être légitimes, de telles recherches doivent être menées comme un souple et permanent jeu d’échelles. À micro-échelle, ce n’est pas tel massif géographique que l’on observe mais, en son sein, telle ou telle vallée où a pu prendre corps une organisation socio-spatiale distincte de la vallée voisine. Et à macro-échelle ledit massif est loin d’être toujours l’unité de référence adéquate puisque bien des phénomènes ressortissent à une dialectique montagne-plat pays45. N’a-t-on pas récemment montré que les microscopiques variations de structure mises au jour dans les fouilles des fonds de cabanes de bergers en Cerdagne pouvaient être interprétées comme un « sismographe » des changements intervenus dans l’économie méditerranéenne46 ?

Les moyens : quelles sources pour l’histoire des sociétés de montagnes ?

23En montagne comme dans le plat pays, la question des sources conditionne évidemment toute recherche. Si tant est qu’ait pu encore flotter l’idée selon laquelle les sources des pays de montagnes sont plus pauvres que celles de la plaine, la visite guidée des trésors documentaires conservés aux archives de Chambéry a permis de dissiper tout malentendu. La véritable difficulté réside dans la très forte disparité et la violente inégalité qui caractérisent la couverture des secteurs de montagne. Contraste absolu entre la qualité des éclairages dont bénéficient notamment les Abruzzes et la Catalogne des ixe-xie siècles et l’obscurité totale ou la vague pénombre dans lequel restent plongés la plupart des massifs montagneux. Contraste encore, plus en aval du temps, entre les montagnes quadrillées par les comptes de châtellenies et celles qui en sont dépourvues, tout en bénéficiant parfois de sources d’une autre nature (à l’instar des registres notariés de Puigcerdà). De là, des questions fondamentales : dans quelle mesure le sentiment de décalage voire d’étrangeté que ressentent, par exemple, historiens des Alpes et historiens des Pyrénées en comparant leurs résultats respectifs découle-t-il d’un fonctionnement différent des sociétés ou bien d’une différence de nature des sources utilisées ? Plus généralement, ce biais originel n’interdit-t-il pas toute étude comparée des sociétés de montagne ?

  • 47 Voir à titre d’exemples la charte de Tende (fin xie siècle) récemment revisitée par L. Ripart, « L (...)
  • 48 Fait récemment noté tant dans les Alpes que dans les Pyrénées : F. Mouthon, « Le règlement des con (...)
  • 49 P. Caroni, « Statutum et silentium. Viaggio nell’entourage silenzioso dell diritto statutario », A (...)
  • 50 M. Gelting, « Les hommes, le pouvoir et les archives : autour des reconnaissances du mas Diderens (...)

24Au-delà de cette question déterminante, la documentation des montagnes suscite d’autres interrogations. Les sociétés de montagne entretiennent-elles un rapport particulier avec ce qu’il est à présent convenu de nommer la literacy ? La rudesse de la langue utilisée, souvent notée, n’est pas tant la preuve d’un archaïsme que d’une précoce appropriation de l’écriture par les communautés valléennes47. Des études attentives montrent que celles-ci ont eu la capacité d’instrumentaliser de façon sélective l’acte écrit, soit pour consigner des privilèges anciens, soigneusement conservés dans leurs archives, soit au contraire pour tenir hors du champ de l’écriture des pratiques qu’ils n’avaient aucun intérêt à exposer au regard des légistes princiers48. Tandis que les textes coutumiers locaux sont incompréhensibles sans l’éloquence de leurs silences49, il semble y avoir dans certains cas une sorte d’escalade entre la capacité procédurière des communautés et la sophistication croissante des administrations50. Une seconde question subsidiaire touche la profondeur réelle du champ de vision sur la société que permettent ces sources. Les sociétés de montagne se caractérisent en effet fréquemment par la prégnance des structures de médiation (comme les manses) qui cachent au regard de l’historien la partie la plus défavorisée de la population. Par ailleurs, l’abondance et la précision pré-statistiques des sources fiscales incitent à conduire à partir des unités tributaires des raisonnements « autosuffisants », alors que se trouvent occultés les réseaux familiaux qui, comme l'ont montré les modernistes, occupent une place essentielle dans le jeu social. Enfin l’étendue du champ géographique couvert par ces sources suggère une dernière observation : d’immenses espaces restent quasiment blancs ou vierges. La documentation écrite est insuffisante pour historiciser l’espace montagnard dans son ensemble.

  • 51 J. Berlioz, « L’effondrement du mont Granier en Savoie (fin 1248). Production, transmission et réc (...)
  • 52 D. Galop, La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées : 6 000 ans d’histoire de l’environne (...)
  • 53 M.-P. Ruas, Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale. Le grenier cast (...)
  • 54 C. Rendu, La montagne d’Enveig..., op. cit.
  • 55 A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe- xiie siècles), Toulouse, 1998 ; habilitation e (...)
  • 56 Est sous presse l’ouvrage coordonné par L. Fau, Approches de l’habitat médiéval et de l’activité é (...)

25Nous ne prétendrons pas pour autant que la documentation écrite est incapable d’éclairer l’histoire environnementale. L’effondrement du Granier, en 1248, connu par neuf sources différentes et qui a récemment fait l’objet de magistrales études, apporterait un cinglant démenti à pareille assertion51. Mais, capables d’enregistrer l’exceptionnel, ces sources ne consignent pas l’ordinaire. C’est en cela qu’est irremplaçable l’apport récent de l’archéologie et des sciences paléo-environnementales : anthracologie, palynologie, carpologie... La voie a récemment été ouverte par des travaux pionniers achevés ou en cours52. Citons ceux de Marie-Pierre Ruas qui restitue un paysage agraire de moyenne montagne à partir de l’analyse des graines calcinées d’un grenier du xive siècle53 ; ceux de Christine Rendu qui historicise les estives à partir de fouilles de cabanes de bergers54 ; ceux passés et en cours d’Aline Durand qui éclaire l’environnement médiéval des montagnes du sud à partir d’analyses anthracologiques...55 Toutes ces recherches individuelles récemment publiées constituent la partie émergée de différents programmes collectifs (PCR, ACI, APN), de plus ou moins grande ampleur géographique, qui donneront à leur tour leurs fruits dans les toutes prochaines années56.

  • 57 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, (...)

26Ayant constaté l’existence d’une dynamique de recherche, impulsée par les travaux de jeunes historiens et renforcée par l’apport des disciplines archéologiques, il me serait ici loisible de mettre un terme à ce propos conclusif. Le stock des études de cas est en passe de considérablement s’enrichir, ce qui conduira à réévaluer la foisonnante diversité des sociétés locales. C’est là une évolution heureuse de ce domaine de recherche, dont on ne peut que se féliciter, mais dont on ne saurait se satisfaire. Partageant en cela l’opinion d’Alain Guerreau, j’estime que le but de tout médiéviste doit être d’apporter sa contribution à une meilleure compréhension de la dynamique globale des sociétés médiévales57. D’où les propositions que je me risque à faire pour finir.

L’horizon : peut-on identifier un faciès de montagne du système social médiéval ?

  • 58 Je remercie chaleureusement Guido Castelnuovo de m’avoir aidé à compléter ma bibliographie « alpes (...)

27Il me semble que les travaux présentés lors de ces deux journées chambériennes, ajoutés à ceux qui ont été récemment publiés, ou qui sont actuellement en cours, conduisent à risquer une réponse positive. Non sans précautions. Chronologiquement, la profondeur de perception des éléments de la charpente générale ci-dessous présentés ne remonte pas en deçà du xiiie siècle. Ces éléments ne sont qu’inégalement perceptibles et rarement tous rassemblés. Dans l’énumération qui suit, chacun des éléments se présente comme une palette de cas de figure largement ouverte en sorte que la combinatoire de l’ensemble compose un tableau tout en diversité. J’en donne donc bien acte aux organisateurs : les montagnes sont fondamentalement plurielles. Enfin, s’il est manifeste que cette vision des faits est partie d’une expérience de recherche pyrénéenne58, soulignons qu’elle n’a d’autre ambition que de susciter des réactions permettant de la rendre obsolète pour accéder – enfin – à l’au-delà des particularismes de massifs.

281) Sans doute faut-il davantage tirer toutes les conséquences du fait que, dans la documentation médiévale, le mot « montagne » ou ses équivalents signifient généralement pâturage. Parce qu’il est un moyen de production majeur, l’incultum constitue en effet non pas un espace marginal, mais l’espace structurant dont l’accès et le contrôle déterminent largement l’organisation sociale. Il est significatif que le marché des parcelles de terre individuellement appropriées soit généralement libre et l’accès aux pâturages communs fortement restrictif. De par leur nature, les alpages constituent en même temps un « espace édredon » qui a pu absorber les à-coups de la pression démographique, au prix il est vrai parfois d’épisodes conflictuels. Quant aux zones intermédiaires, celles des cultures temporaires où se rencontrent élevage et agriculture, appropriation individuelle et communautaire, elles constituent dans ces sociétés des secteurs de respiration essentiels, dont l’étude est à reprendre.

  • 59 Cf. en dernier lieu Le village des Limousins. Études sur l’habitat et la société rurale du Moyen  (...)
  • 60 R. Mc Netting, Balancing on an Alp..., op. cit.

292) Dans le plat pays, la tenure parcellaire constitue l’unité sociale et productive de base. Hautes vallées et hautes terres sont caractérisées par la prégnance d’une cellule élémentaire d’une autre nature dont le manse (ou mas) est le prototype. L’importance de cette structure et sa complexité sont telles qu’elle mériterait de donner lieu à un programme de recherche spécifique. Elle se révèle à l’historien à des intersections variables entre unité de compte fiscale et unité concrète d’habitat – le hameau parfois appelé « village »59 –, entre groupement parental et communauté de voisinage. Souvent arrimée au seigneur par un lien puissant qui relève du vocabulaire féodal (servicium, ligesse), cette unité fonctionne à la façon d’une seigneurie rustique sur un modèle familial à la fois patriarcal et communautaire qui lui assure une remarquable pérennité dans la longue durée. Cette unité domestique constitue en même temps une unité de production qui, pour se trouver en adéquation avec les conditions écologiques, comporte nécessairement un certain nombre de parcelles de cultures et de droits d’usage forestiers et pastoraux60.

  • 61 Essentiel est à cet égard l’éclairage des modernistes : L. Fontaine, « Les sociétés alpines sont-e (...)
  • 62 B. Cursente, Des maisons et des hommes..., op. cit, met au jour le fossé qui sépare les casalers, (...)
  • 63 Deux exemples : celui de Montaillou, E. Le Roy Ladurie, Montaillou..., op. cit., p. 43 ; et celui (...)

303) Structurée d’une façon qui les fait parfois qualifier de « claniques » par les historiens modernistes – ce dont on peut discuter –, les sociétés paysannes de montagnes sont en tout état de cause des sociétés inégalitaires. La puissance des solidarités inhérente à la rudesse du milieu naturel et aux situations d’isolement tend à occulter ces inégalités qui du reste, contrairement au restant des sociétés rurales médiévales, se laissent rarement appréhender à l’aune de la propriété foncière61. En effet, la société semble généralement organisée de façon à donner à tous les moyens de survivre de façon à ce qu’une minorité puisse asseoir durablement sa domination. Cette domination, qui est parfois brutale62, et plus souvent subtile, résulte d’un panachage très diversifié selon les régions et les périodes : accès privilégié aux revenus de l’élevage (pâturages, prairies irriguées, production fromagère), insertion dans des réseaux commerciaux, contrôle du crédit, de l’institution ecclésiale locale, des offices subalternes... Dans le même temps, on note souvent un faible différentiel entre les élites paysannes et les besogneuses familles de la petite aristocratie locale avec lesquelles elles coexistent63.

314) C’est sur la base de cette structure élémentaire que se sont constituées les communautés, qu’il faut se représenter comme des syndicats de chefs de maisons. Celles-ci se présentent souvent comme un emboîtement plus ou moins complexe. Les plus profondément enracinées ne sont pas forcément les mieux documentées, mais souvent les communautés taisibles des mas et des hameaux. Celles que l’on rencontre le plus habituellement dans les textes sont les communautés de villages qui tendent à constituer des seigneuries collectives. Les plus puissantes sont les communautés de vallées. Leur montée en puissance face aux seigneurs locaux semble aller de pair avec le compromis passé avec le prince pour lui servir de relais administratif et fiscal dans le cadre de l’État émergent. Les plus chanceuses (cantons suisses, Andorre) ont durablement pris place sur la carte politique de l’Europe.

  • 64 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe à la fin d (...)
  • 65 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au x (...)
  • 66 Villages pyrénéens. Morphogenèse d’un habitat de montagne, M. Berthe et B. Cursente éd., Toulouse, (...)

325) Du fait de la prégnance des manses, les pôles autour desquels s’est effectué l’encellulement n’ont souvent pu jouer qu’un rôle limité dans le resserrement de l’habitat qui caractérise, on le sait, les xie-xiiie siècles. C’est particulièrement vrai pour le château, souvent surimposé, voire absent sur les hautes terres. Toutefois, au contact de l’aire méditerranéenne, l’habitat des montagnes a été modelé par l’incastellamento dans des proportions et avec une profondeur dont on met progressivement au jour toute la diversité64. Dans les cas les mieux documentés il appert que cette concentration correspond à l’option des élites alleutières de la paysannerie65. Partout ailleurs, le tissu de base est constitué par des hameaux (ici ou là appelés « villages ») qui correspondent à des îlots familiaux plus ou moins complexes66.

  • 67 N. Lemaitre, « Y a-t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », dans La montagne à l’épo (...)
  • 68 D. Rando, « La Chiesa e il villaggio in area alpina (secoli xiv-xv) », dans Il Gotico nelle Alpi.. (...)
  • 69 R. Viader, L’Andorre..., op. cit., chap. 7.
  • 70 S. Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’A (...)
  • 71 P. Paravy, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Évêques, saints et déviants (v. 1340 (...)

336) Du fait de sa cohérence, ce tissu tend à faire résistance au système englobant tel que l’identifie Alain Guerreau : un système ecclésial dans lequel s’encastrent le lien social, la parenté, le prélèvement... L’institution ecclésiale apparaît ici davantage intégrée aux cellules familiales et à la communauté du lieu qu’à l’Église catholique. Les modernistes ont été les premiers à se préoccuper de cette question fondamentale67. Il est vrai que les sources médiévales sont telles que l’on peine à mettre au jour un phénomène souvent difficilement lisible et inégalement marqué. Ce « communautarisme » a cependant été identifié comme fait de structure dans les Alpes68. Dans les Pyrénées, les travaux récents permettent de mettre au jour contrastes et nuances. Dans les hautes vallées du centre de la chaîne, l’Église a littéralement été « possédée »69 : du xiiie siècle au concile de Trente les prêtres y ressortissent à un système familial et non à l’Église universelle, de même que la dîme y est communautairement gérée, à l’instar des pâturages70. Et, comme on l’a bien montré pour le Dauphiné, la sorcellerie et la déviance ne préexistent pas, mais naissent de la friction entre des sociétés paysannes particulièrement cohérentes et l’irruption en force de l’État moderne et de l’Église universelle71.

  • 72 R. Mc Netting, Balancing on an Alp..., op. cit., p. 43-49.

347) Il faut cependant prendre garde de taxer trop vite ces sociétés « autres » d’archaïques. On parlera plutôt, là encore, de paradoxe. D’un côté, par nécessité et par choix, les communautés sont portées à vivre dans une auto-suffisance conservatrice. Mais elles se caractérisent, aussi, par une remarquable capacité d’adaptation à l’innovation et au changement. Elles ont su précocement en plusieurs endroits, grâce à des techniques de fumure et d’irrigation, élaborer un système de production « hautement intensif »72. Par ailleurs, en dehors et parfois loin du manse où s’enracinent les élites montagnardes, fonctionnent des réseaux familiaux que les sources, quand elles existent, permettent d’identifier. Artisans, marchands, prêtres, mercenaires, notaires, officiers, contribuent ainsi à leur façon à la renommée, à la prospérité, voire à la simple survie de la cellule-souche. Sans doute faut-il replacer dans cette perspective, du moins partiellement, les phénomènes migratoires. On observe enfin que ces sociétés sont plus que d’autres, par nécessité et par culture, prédisposées à la pluri-activité et à l’échange. L’essor du pastoralisme ressortit à la logique spéculative d’une économie ouverte. Partout où il a été étudié, le décollage de la métallurgie montagnarde, dans les derniers siècles du Moyen Âge, se révèle indissociable d’un engagement des élites locales. Et formulons l’hypothèse que si les rapports ville-montagne se laissent si difficilement décrypter c’est, pour partie, que la dialectique y est plus déroutante. Les élites urbaines qui investissent la montagne sont parfois issues des branches cadettes des élites communautaires qui ont investi la ville !

  • 73 C. Wickham, The Moutain and the City. The Tuscan Appenines in the Early Middle Ages, Oxford, 1988  (...)

35Il va de soi que plusieurs des éléments qu’on vient d’énumérer se rencontrent, séparément, ailleurs qu’en zone de montagne. Ce qui fait « système », c’est la superposition organique de plusieurs d’entre eux. Or, dans les montagnes médiévales, ce système ne semble pas exister avant le xiiie siècle. Antérieurement, partout, les choses apparaissent moins structurées, plus lâches. Est-ce un pur effet des sources si l’on ne voit guère alors que les évêques, les moines, les seigneurs laïcs, et si l’on recueille des indices donnant à croire que l’agriculture y est relativement plus importante ? Que s’est-il passé de décisif entre le xiie et le xiiie siècle ? Pour l’heure, le chercheur qui a ouvert la piste la plus prometteuse est Chris Wickham73. Il a pu suivre dans l’Apennin toscan le devenir de la paysannerie libre du haut Moyen Âge. Or, dans le secteur montagneux, il remarque que les familles dominantes ont fait le choix, au xiie siècle, de s’investir localement plutôt que de tenter l’aventure de la chevalerie. Et ce sont ces élites qui ont constitué l’armature des communautés. On entre là dans un débat ancien qu’il conviendra certainement de réactiver, sur les origines des communautés de montagnes.

36De façon plus générale, les études sur les sociétés de montagnes dans les derniers siècles du Moyen Âge ont fait ces dernières années un véritable bond en avant. On voit bien le chemin qui reste à parcourir et on identifie clairement les moyens à mettre en œuvre : davantage de dialogue entre les centres universitaires voués à l’étude de leur(s) massif(s), et davantage de dialogue entre les disciplines. Un tel dispositif de recherche sera bien nécessaire pour progresser dans la connaissance des périodes antérieures au xiiie siècle. Ici les présupposés sont encore plus prégnants et les traditions historiographiques nationales plus cloisonnées. Formons le vœu que cette rencontre de Chambéry serve de catalyseur aux dynamiques de recherche, enclenchées indépendamment les unes des autres, qui s’y sont manifestées. Car les sociétés de montagnes méritent bien de sortir de la privation d’histoire, cet autre nom de l’enfer, dont elles ont longtemps souffert. En raison de leur intérêt intrinsèque, et aussi parce qu’une meilleure connaissance de ces milieux humains, à la fois autres et identiques, permet mieux comprendre le fonctionnement de la société médiévale dans son ensemble.

Notes

1 La montagne à l’époque moderne (Actes du colloque de 1998), Paris, 1998.

2 P. Dubuis éd., Ceux qui passent et ceux qui restent. Études sur les trafics transalpins et leur impact local, Actes du colloque de Bourg-Saint-Pierre, 1988, Grand-Saint-Bernard, 1989.

3 H. Martin, Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, 2001, p. 26-30.

4 La montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul éd., Paris, 2000.

5 Formule empruntée à Ph. Joutard, « La haute montagne. Visions et représentations », Le monde alpin et rhodanien, 16/1-2 (1988), p. 7.

6 La question des interactions entre géographie savante et espace vécu a été récemment posée par P. Gautier Dalché, dans le compte rendu paru dans Cahiers de Civilisation Médiévale, 44 (2001), p. 384-385, à propos du livre de D. Dickinson, Medieval Space. The Extern of Microspatial Knowledge in Western Europe During the Middle Ages, Lund, 1996.

7 À titre indicatif quelques jalons : J.-F. Bergier, « Le trafic à travers les Alpes et les liaisons transalpines du haut Moyen Age jusqu’au xviie siècle », dans Le Alpi e l’Europa, III, Bari, 1975, p. 1-72 ; P. Dubuis, éd., Ceux qui passent et ceux qui restent…, op. cit. ; G. Castelnuovo, « Tempi, distanze e percorsi in montagna », dans Spazi, tempi, misure e percorsi nell’Europa del Basso medioevo, Atti del XXXII Convegno Storico internazionale dellAcademia Tudertina (Todi 1995), Spolète, 1996, p. 211-236.

8 Cf. l’introduction d’E. Castelnuovo au magnifique volume collectif II Gotico nelle Alpi, 1350-1450, Trente, 2002, p. 17-33.

9 F. Bréchon, Réseau routier et organisation de l’espace en Vivarais et sur ses marges au Moyen Âge, Thèse de Université de Lyon 2, 2000, dactyl.

10 B. Debarbieux, « La traversée des Alpes : une histoire d’échelles et d’intérêts, d’épousailles et de divorces », Traverser les Alpes, Revue de géographie alpine, 89 (2002), p. 11-24.

11 P. Freedman, Images of the Medieval Peasant, Stanford, 1999, p. 185-199 (l’Andorre et la Suisse fournissent les paradigmes des libertés paysannes au Moyen Âge).

12 Voir aussi F. Mouthon, « Moines et paysans sur les alpages de Savoie (xie-xiiie siècles) : mythe et réalité », Cahiers d’histoire, 46/1 (2001), p. 10-25.

13 On comparera avec profit son interprétation avec celle qui a été récemment proposée par N. Vivier, « La république des escartons », Annales du Midi, CXIV (2002), p. 501-515.

14 J.-F. Bergier, Guillaume Tell, Paris, 1988.

15 On peut trouver jusqu’à une date récente dans certains ouvrages un discours situé dans la filiation de celui que tenait il y a un siècle J. Grand Carteret, La montagne à travers les siècles, 1, Grenoble-Moûtiers, 1903, p. 36 : « Inculte étant inoccupée (la montagne) sera défrichée pour devenir sous la haute direction des religieux un modèle de culture agricole ».

16 G. Chittolini, « Principe e comunità alpine », dans Città, comunità e feudi degli stati dell’Italia centro-settentrionale (secoli xiv-xvi ), Milan, 1996, p. 127-144 : la construction des principautés nord-italiennes s’accompagne au xve siècle d’un relâchement du contrôle exercé sur la partie alpestre (ce que F. Ratzel avait qualifié en 1896 « d’anomalie » alpestre).

17 C’est ce que suggère P. Cammorossano, « L’organizzazione dei poteri territoriali nell’arco alpino », dans L’organizzazione del territorio in Italia e Germania, secoli xiii-xiv , G. Chittolini et D. Wiloweit éd., Bologne, 1994, p. 79.

18 R. Brondy, Chambéry : histoire d’une capitale vers 1350-1560, Lyon, 1988 ; J. Theurot, Dole, genèse d’une capitale provinciale, des origines à la fin du xve siècle ; les structures et les hommes, 2 vol., Dole, 1998 ; C. Denjean, « Puigcerda, 1177 : un modèle pour une “ville nouvelle” ? », Saint-Michel-de-Cuxà, 2001, Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxà, 2002.

19 Ville et montagne. Stadt und Gebirge, Histoire des Alpes 5 (2000), Zurich, 2000 (cf. les contributions de K. Brandsstätter, M. Kosi, G. Chittolini, G. Castelnuovo, G.-M. Varanini).

20 Cf. G.-M. Varanini « Città alpine del tardo Medioevo », dans Il Gotico nelle Alpi..., op. cit., p. 35-51.

21 P. Porte, Larina de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge, thèse de l’Université d’Aix-Marseille I, 2001, dactyl. ; programme de recherche coordonné par Laurent Schneider (avec la fouille du site haut-languedocien de Pampelune) ; thèse en cours d’achèvement d’André Constant sur les Albères du ive au xiie siècle (université de Toulouse II).

22 D. Mouton, La roca de Niozelles et les mottes castrales du bassin de la Durance moyenne et ses abords, thèse de l’Université Aix-Marseille I, 2003, dactyl.

23 R. Viader, L’Andorre du ixe au xive siècle. Montagne, féodalité et communautés, Toulouse, 2003.

24 F. Guillot, Fortifications, pouvoirs, peuplement en Sabarthès (Haute-Ariège) du début du xie au début du xve siècle, thèse de l’Université Toulouse II, 1997, dactyl ; J.-L. Boudartchouk, Le Carladez de l’Antiquité au xiiie siècle : terroirs, hommes et pouvoirs, thèse de l’Université Toulouse II, 1998, dactyl ; P.-Y. Laffont, Châteaux, pouvoirs et habitats en Vivarais, thèse de l’Université Lyon II, 1998, dactyl ; D. Istria, Châteaux et habitats fortifiés dans le nord de la Corse (1077-1358), thèse de l’Université d’Aix-Marseille II, 2000, dactyl.

25 B. Phalip, Seigneurs et bâtisseurs : le château et l’habitat en Haute-Auvergne et Brivadois entre le xie et le xve siècle, Clermont-Ferrand, 1993 ; La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central (xie- xviie siècles), M.-G. Colin et alii éd., Carcassonne, Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, 1996 ; D. Dieltiens, L’architecture militaire et la fortification dans les Corbières et le Fenouillèdes du xe au xvie siècle, thèse de l’Université de Lille III, 1998 ; Cabaret. Histoire et archéologie d’un castrum : les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude), M.-E. Gardel éd., Carcassonne, 1999 ; M.-P. Estienne, Les réseaux castraux et l'évolution de l’architecture castrale dans les baronnies de Mévouillon et de Montauban de la fin du xe  siècle à 1317, thèse de l’Université d’Aix-Marseille II, 1999 ; S. Claude, Le château de Gréoux-les-Bains (Alpes de Haute-Provence) : une résidence seigneuriale du Moyen Age à l’époque moderne, Paris, DAF, 2000.

26 B. Demotz, Le comté de Savoie du xie au xve siècle. Pouvoir, château et État au Moyen Age, Genève, 2000 ; J.-M. Poisson, « Le palais comtal d’Albon (xiie-xve siècle) : données textuelles et archéologiques », Colloque international d’Avignon, nov.-déc. 2000 (sous presse).

27 Le fer dans les Alpes du Moyen Âge au xixe siècle (colloque Saint-Georges d’Hurtières, 1998), M.-C. Bailly-Maître, N. Garioud et A. Ploquin éd., Montagnac, 2001 ; La sidérurgie alpine en Italie (xiie- xviie siècle), Ph. Braunstein éd., Rome, 2001 ; C. Verna, Le temps des moulines : fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie- xvie siècle), Paris, 2001.

28 Signalons à titre indicatif : le numéro spécial « La montagne provençale », Provence historique, XL (1990) (articles de N. Coulet et J.-P. Boyer) ; les thèses en cours de Juliette Lassalle (Alpes-Maritimes), Amaia Legaz (Basse-Navarre), Delphine Brocas (Soule) ; un programme collectif achevé (« Resopyr », dirigé par A. Catafau, clôturé en novembre 2002 par le colloque de Font-Romeu, en cours de publication).

29 R. Comba, A.-L Dal Verme, I. Naso éd., Greggi, mandrie epastori nelle Alpi occidentali (secoli xiixx ), Cuneo, 1996.

30 C. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003.

31 Je me borne à renvoyer aux Actes, en cours de publication, du colloque de Tarbes (juin 2002) « Religion et montagnes », qui parachève un programme de travail de deux années coordonné par l’EPHE (N. Lemaitre) et l’UMR 5136 FRAMESPA (S. Brunet).

32 Voir la révision de ce lieu commun historiographique que fait J. Tricard, Les campagnes limousines du xive e au xvie siècle. Originalité et limites d’une reconstruction rurale, Paris, 1996, chap. 4.

33 Cf. en dernier lieu R. Comba, « La mobilita geografica delle popolazioni montane : l’esempio delle Alpi Maritime », dans Contadini, signori e mercanti nel Piemonte medievale, Rome-Bari, p. 85-107.

34 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au xve siècle, Paris, 1998.

35 On en trouvera une excellente discussion dans la thèse de D. Albera, L'organisation domestique dans l’espace alpin. Équilibres écologiques, effets de frontières, transformations historiques, Université d’Aix-Marseille, 1995.

36 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale, Toulouse, 1998, R. Viader, L’Andorre..., op. cit.

37 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975.

38 Par exemple P. P. Viazzo, Upland communities. Environment, Population and Social Structure in the Alpe Since the Sixteenth Century, Cambridge, 1989.

39 R. Mc Netting, Balancing on an Alp. Ecological Change and Continuity in a Swiss Moutain Community, Cambridge, 1981.

40 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.

41 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval : la Vésubie (xiiie-xve siècles), Nice, 1990 ; N. Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge : économie et société, fin xiiie-début xvie siècle, Paris, 2001 ; P. Dubuis, Une économie alpine à la fin du Moyen Age. Orsières, l’Entremont et les régions voisines, 1250-1500, 2 vol., Sion, 1990 ; R. Viader, L’Andorre..., op. cit.

42 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19662, p. 27-47.

43 Voir en dernier lieu Revue de géographie alpine, 2001-2, « Quelle spécificité montagnarde ? », B. Debarbieux et F. Gillet dir., et Les montagnes. Discours et enjeux géographiques, Y. Veyret dir., Paris, 2002.

44 Cf. à titre d’exemple la fine analyse des systèmes de moyenne et haute montagne que fait P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auvergne du xive au xvie siècle, I, Clermont-Ferrand, 1980, p. 337.

45 On trouvera, entre autres ouvrages, une illustration de ce constat dans les thèses de P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse, 1975-1976, 2 vol. ; F. Menant, Campagnes lombardes du Moyen Age. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du xe au xiiie siècle, Rome, 1993 ; J.-J. Larrea, La Navarre du ive au xiie siècle. Peuplement et société, Bruxelles, 1998.

46 C. Rendu, La montagne d’Enveig..., op. cit., p. 330-331.

47 Voir à titre d’exemples la charte de Tende (fin xie siècle) récemment revisitée par L. Ripart, « Le comté de Ventimille a-t-il relevé des marquis arduinides ? », dans Le comté de Vintimille et la famille comtale, A. Venturini éd., Menton, 1998, p. 147-167.

48 Fait récemment noté tant dans les Alpes que dans les Pyrénées : F. Mouthon, « Le règlement des conflits d’alpages dans les Alpes occidentales (xiiie-xvie siècles) », dans Le règlement des conflits au Moyen Âge (Congrès SHMESP d’Angers, 2000), Paris, 2001, p. 259-279, et R. Viader, L’Andorre..., op. cit., chap. 8.

49 P. Caroni, « Statutum et silentium. Viaggio nell’entourage silenzioso dell diritto statutario », Archivo storico ticinese, 117 (1995), p. 129-160.

50 M. Gelting, « Les hommes, le pouvoir et les archives : autour des reconnaissances du mas Diderens à Hermillon », Études savoisiennes, 3 (1994), p. 5-45.

51 J. Berlioz, « L’effondrement du mont Granier en Savoie (fin 1248). Production, transmission et réception des récits historiques et légendaires (xiiie-xviie siècles) », Le monde alpin et rhodanien, 15/1-2 (1987), p. 7-68 ; cf. aussi L’éboulement du Granier et le sanctuaire de Myans, Chambéry, 1998.

52 D. Galop, La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées : 6 000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Pyrénées, Toulouse, 1998.

53 M.-P. Ruas, Productions agricoles, stockage et finage en Montagne Noire médiévale. Le grenier castrai de Durfort (Tarn), Paris, 2002.

54 C. Rendu, La montagne d’Enveig..., op. cit.

55 A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe- xiie siècles), Toulouse, 1998 ; habilitation en cours d’achèvement sur les montagnes du Sud.

56 Est sous presse l’ouvrage coordonné par L. Fau, Approches de l’habitat médiéval et de l’activité économique en moyenne montagne. Les dépendances de la dômerie d’Aubrac, Paris.

57 A. Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, 2001.

58 Je remercie chaleureusement Guido Castelnuovo de m’avoir aidé à compléter ma bibliographie « alpestre ».

59 Cf. en dernier lieu Le village des Limousins. Études sur l’habitat et la société rurale du Moyen Âge à nos jours, J. Tricard éd., Limoges, 2003.

60 R. Mc Netting, Balancing on an Alp..., op. cit.

61 Essentiel est à cet égard l’éclairage des modernistes : L. Fontaine, « Les sociétés alpines sont-elles des républiques de petits propriétaires ? », dans La montagne à l'époque moderne. op. cit., p. 47.

62 B. Cursente, Des maisons et des hommes..., op. cit, met au jour le fossé qui sépare les casalers, maîtres de maisons peu différenciés de la petite aristocratie, et leurs propres tenanciers appelés botoys.

63 Deux exemples : celui de Montaillou, E. Le Roy Ladurie, Montaillou..., op. cit., p. 43 ; et celui du village suisse de Törbel, R. Mc Netting, Balancing on an Alp.op. cit., p. 53.

64 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du ixe à la fin du xiie siècle, 2 vol., Rome, 1973.

65 L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du ixe au xiie siècle, Rome, 1998, chap. 6.

66 Villages pyrénéens. Morphogenèse d’un habitat de montagne, M. Berthe et B. Cursente éd., Toulouse, 2001.

67 N. Lemaitre, « Y a-t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », dans La montagne à l’époque moderne..., op. cit., p. 135-155.

68 D. Rando, « La Chiesa e il villaggio in area alpina (secoli xiv-xv) », dans Il Gotico nelle Alpi..., op. cit., p. 53-59.

69 R. Viader, L’Andorre..., op. cit., chap. 7.

70 S. Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime, Aspet, 2001 (restitue la genèse médiévale, à partir du xiiie siècle, d’une situation qui perdure jusqu’au xviie siècle).

71 P. Paravy, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Évêques, saints et déviants (v. 1340-v. 1530), 2 vol., Rome, 1993 ; « Dissidences religieuses et sorcellerie : une spécificité montagnarde ? », Heresis, 39, 2003.

72 R. Mc Netting, Balancing on an Alp..., op. cit., p. 43-49.

73 C. Wickham, The Moutain and the City. The Tuscan Appenines in the Early Middle Ages, Oxford, 1988 ; Id., Communautés et clientèles en Toscane au xiie siècle. Les origines de la commune rurale dans la région de Lucques, Rennes, 2001.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search