Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la montagne imaginée à la montagne rêvée

La montagne et les voyageurs à la fin du Moyen Âge : de l’indifférence au regard

Georges Bischoff

Texte intégral

« Ensuite, après quatre lieues, tu trouves une ville qui est appelée Rumilly, puis après trois lieues, tu arrives à Aix, un bain sauvage. Ensuite, à deux lieues, t’apparaît une ville qui s’appelle Chambéry ; puis tu arrives aux Échelles, à trois lieues. Écoute maintenant ce que je vais te dire. Là, quand tu te trouves à une demi-lieue de la ville, tu vois une merveilleuse montagne, et au-delà, à trois lieues, il y a Moirans, une petite ville qui se nomme en welsche Meretin. De là, tu trouves à une grande lieue une jolie petite ville puis encore à une lieue une ville nommée Arbon... »

  • 1 Die strasz und meilen zu sant Jacob usz und yn in warhreit gantz erfaren findstu in disent buchlin,(...)

1Suivez le guide. Ici, il s’agit de l’itinéraire d’un clerc allemand nommé Eberhard Kunig, qui appartient à l’ordre des servîtes et compose son récit en vers sous la forme d’un petit manuel pratique imprimé à Strasbourg en 1495. C’est même un best-seller puisqu’on en recense cinq éditions jusqu’au début de la Réforme. Au lecteur d’identifier les étapes, de convertir Remiliacus en Rumilly – c’est son nom latin –, Schamereye en Chambéry, « zu der leytern » en les Echelles, de reconnaître le Granier dans cette montagne merveilleuse, de savoir ce qu’un contemporain de Maximilien Ier entend par « Wildbad » une station thermale aux eaux vives1.

2L’intérêt de ce texte réside évidemment dans les repères topographiques et dans les destinations sacrées qu’il propose : ici, on se promène d’Einsiedeln à Saint-Antoine de Viennois ou Saint-Jacques de Compostelle. La démarche appartient déjà – ou encore – à l’ère du tourisme médiéval, si l’on admet que le pèlerinage relève d’une démarche touristique. Elle nous concerne parce qu’elle met en scène l’homme et la montagne autrement que dans leur dimension statique ou locale.

  • 2 À Colmar, par exemple, sur 82 bannissements prononcés entre 1424 et 1475, 25 s’effectuent au-delà d (...)

3On peut l’interpréter dans le sens d’une géographie imaginaire de l’Europe. Pour les compatriotes d’Eberhard Kunig, l’outre-mont constitue une limite et définit un ailleurs. Ainsi, par exemple, en cas de bannissement. En 1435, un gentilhomme colmarien, Antoine de Wittenheim, est chassé de la ville à la suite d’une affaire criminelle : on l’envoie au-delà des « monts de Lombardie », c’est-à-dire au diable vauvert. L’exil est matérialisé par une barrière naturelle qui est ici les Alpes, mais qui peut être la Forêt-Noire – jamais, semble-t-il, pour les Rhénans, les Vosges. Les versants invisibles correspondent aux ténèbres extérieures2. Mais le passage de l’autre côté de la montagne ne se réduit pas à cette seule acception : il peut avoir un sens positif, utilitaire, sacré, honorifique. Il est au cœur de l’imaginaire impérial. Passer les Monts équivaut à se faire sacrer à Rome. Le saumon qui remonte à la source des fleuves est « l’empereur des poissons » parce qu’il est censé, lui aussi, passer les monts.

4Ces deux types de traversées – aller simple ou aller-retour – permettent de définir un espace imaginaire où la montagne joue un rôle de dépaysement. En effet, elle n’est pas, elle n’est jamais, ou presque, un but de voyage, même lorsqu’elle accueille une étape de pèlerinage et draine un très grand nombre de voyageurs – 130 000 pèlerins à Einsiedeln en 1466 ! L’objet géographique n’est lui-même jamais évident – faut-il parler d’alpes génériques, ce qui vaut pour les « vraies » Alpes, mais aussi pour les Pyrénées (encore que l’appellation soit réversible si l’on en croit Otton de Freising) voire pour les Vosges, dont la ligne sommitale peut être aussi qualifiée de « faîte » ou, en allemand, First ? Les oronymes en mont ou en val n’établissent qu’une valeur relative – Montmartre ou Mont-de-Marsan, montagne Sainte-Geneviève, tandis que le mot forêt, comme dans Forêt-Noire, n’induit pas nécessairement une rupture topographique.

  • 3 À la fin du xiiie siècle, le bénédictin Pierre Bersuire définit la montagne par la formule : Mons e (...)
  • 4 C. Gardet, « Alpes et Savoie dans Rabelais », Revue savoisienne, 1953, p. 22-30. Rabelais a fait tr (...)

5La prise en compte de l’identité montagnarde peut être suivie, objectivement, à travers des figurations de plus en plus réalistes. Ainsi, on passe de l’image suggestive des miniatures du Moyen Âge central – tel le mont Sainte-Odile ou Hohenburg, esquissé par l’abbesse Herrade (vers 1180) – ou de la symbolique des coupeaux héraldiques au xiiie et au xive siècles à une représentation réaliste dont le pionnier passe pour être Conrad Witz, au service du duc Amédée VIII de Savoie, mais dont les modèles sont déjà présents dans Van Eyck3. À côté du carnet de dessins réalisé par Dürer lors de son premier voyage en Italie, la première vue cavalière digne de ce nom est celle de la Sainte Baume, dessinée par le chanoine toulois Jean Pèlerin pour son traité de perspective paru en 1504 : elle est l’exacte contemporaine des recherches des géographes de l’École de Saint-Dié, à laquelle appartient également Pèlerin (naguère secrétaire de Commynes) et des premières cartes imprimées en Allemagne, celle de Schedel (1493) ou d’Etzlaub (1499). Elle coïncide avec des ascensions fameuses, notamment celle du Mont Aiguille par le gentilhomme lorrain Antoine de Ville, seigneur de Domjulien, le 26 juin 1492 - première expédition d’alpinistes de l’histoire, qui est d’ailleurs citée par Rabelais4.

6En ce début de la Renaissance, la montagne reste à découvrir et balance, paradoxalement, entre l’évocation d’un no man’s land désert et un monde plein, débordant de mythes et de mémoire. Pline, qu’on redécouvre alors, ne dit-il pas que Incolae Alpium multipopuli [sunt] ?

Un regard furtif : la haute montagne se traverse en apnée

  • 5 Cf. Deutsche Berichte..., op. cit. Sur les voyageurs italiens en Allemagne, cf. K. Voigt, Italienis (...)
  • 6 La Montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul dir., P (...)
  • 7 F. Wolffzettel, Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France (...)

7Les sources susceptibles d’étayer un dossier sur les voyageurs et leur perception du fait montagnard sont à la fois surabondantes et indigentes. A priori, il s’agit d’abord de sources narratives, chroniques, œuvres littéraires ou correspondances. Le « récit de voyage » proprement dit, qui sollicite l’observation directe et l’expérience vécue est une denrée rare et, du point de vue chronologique, tardive. Ainsi, sur 154 relations écrites par des Allemands entre le deuxième tiers du xive siècle et les années 1531-1532, on en compte à peine 12 avant 1400, contre 39 dans la première moitié du xve siècle et une quarantaine après 15005, et il n’en existe qu’une quinzaine susceptibles d’apporter des indications pertinentes sur la traversée des monts, toutes après 14156. L’immense majorité concerne des pèlerinages aux lieux saints. Dans l’autre sens, entre Italie et Allemagne, par exemple, la moisson est plus faible mais d’une meilleure qualité. Du Moyen Âge au seuil des temps modernes, l’évolution est celle d’un discours « pauvre » à un discours « plein » selon les mots de Friedrich Wolfzettel7.

  • 8 Leonardo Bruni Aretini epistolarum libri VIII, Florence, 1741, H. Baron éd., Leipzig, 1928. La desc (...)

8Il est donc indispensable d’enrichir le corpus par d’autres documents, correspondances – parfois, d’ailleurs, sur le mode de la relation8, chroniques, sources judiciaires (quand elles donnent lieu à des enquêtes), récits de miracles, hagiographies. Ces dernières, qui résultent d’une longue sédimentation chronologique, sont évidemment les plus abondantes parce que les saints sont de grands voyageurs et que leur geste est validée par une topographie qui se veut impeccable – les Acta Sanctorum, désormais consultables sur CD-ROM invitent à de telles analyses.

  • 9 K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 162 : le Siennois Augustus Patricius, qui particip (...)
  • 10 Ainsi, le pape Martin V, au Col le 16 septembre 1418, à Suse le jour suivant.
  • 11 AD Meurthe-et-Moselle, B.9648. En 1402, l’enquête réalisée auprès de marchands allant aux foires de (...)

9Les voyageurs (civils ou militaires) ne sont pas des explorateurs. Ils se contentent de prendre au plus court, par les vallées, les cols : ainsi, le passage du Gothard entre Airolo et Andermatt peut-il se faire en l’espace d’une journée, même à la mauvaise saison9. Même chose pour le MontCenis de Suse au fond de la Maurienne10, sans parler des Vosges ou du Jura. À la fin du xve siècle ou au début du xvie, les péages du versant lorrain signalent des convois de marchands « allemands » qui passent tous les huit jours entre Colmar et Saint-Nicolas de Port. Un vigneron de Thann né dans les années 1450 confesse avoir franchi le col de Bussang à plus de cent reprises dans les dernières décennies du xve siècle11.

  • 12 J. Philippe, « Un alpiniste du xvie siècle », Revue savoisienne, 1888, p. 12 et suiv. Léon de Rozmi (...)
  • 13 Cf. « Deux voyageurs allemands en Provence au xve siècle », Provence historique, 166 (1991), avec u (...)
  • 14 Le Strasbourgeois Philippe Hagen, qui se rend en Terre sainte via Venise vers 1523 est accompagné d (...)

10En règle générale, la traversée des Alpes s’effectue en troupes nombreuses et bien organisées. En 1518, venant d’Italie, le bourgeois de Douai Jacques Le Sage croise un cardinal avec 100 ou 120 chevaux au sommet du Mont-Cenis12. Il en va de même pour les pèlerinages, même les pèlerinages individuels13. C’est d’ailleurs davantage à ces compagnons de route que les marcheurs ou les chevaucheurs prêtent attention14. Sebald Ortel, en 1521, rencontre quatre cavaliers français venant de Barcelone et passe les Pyrénées avec eux.

  • 15 Sur l’organisation du passage et les infrastructures afférentes, principalement pour les marchandis (...)
  • 16 Cf. W. Paravicini et N. Coulet, « Deux voyageurs allemands... », op. cit.

11Du Gothard au Mont-Cenis, la phase la plus rude requiert l’intervention de guides et de « sherpas », les fameux marrons que Rabelais compare à des mariniers – ce qui est, en soi, une assez bonne idée qui accrédite la thèse d’une navigation difficile dans un environnement désert. L’infrastructure d’accueil, au pied des pentes ou, éventuellement, au point le plus élevé, ne permet guère de s’attarder15. Dans ces conditions, répétons-le, le voyageur peut noter ses étapes sur son itinéraire, mais n’a guère le temps d’en voir plus. Seul le pèlerin peut prendre le temps de faire du tourisme : le très célèbre récit du pèlerinage d’Hans von Waldheim à la Sainte-Baume est à lui seul un condensé des Alpes du nord et de l’ouest, de la région de Salzbourg au lac Léman, puis à la Provence et retour par le lac des Quatre Cantons sans emprunter d’itinéraire transalpin16.

  • 17 En allemand, l’extraction minière se dit Bergbau ou Montanwirtschaft, ce qui renvoie évidemment à s (...)

12Les autres visiteurs allogènes, ceux qui s’attardent, sont des monomanes – qu’il s’agisse de chasseurs (Gaston Phébus, Maximilien Ier, qui sont de vrais coureurs de rochers), de mineurs, indifférents aux indigènes17, ou d’inquisiteurs.

  • 18 S. Bazin-Tachella, « L’évocation du relief dans les récits de voyage du Moyen Âge occidental », dan (...)
  • 19 Die Metzer Chronik des Jaique Dex (Jacques d’Esch), G. Wolfram éd., Metz, 1906, p. 408. Saverne est (...)
  • 20 La chronique de Philippe de Vigneulles, C. Bruneau éd., Metz, 4 vol., 1927-1933, ici, 3, p. 124.

13L’itinéraire décrit par le voyageur médiéval se réduit à des repères succincts : il n’est pas encore un paysage18. On en veut pour preuve le témoignage de deux Messins qui se rendent de la vallée de la Moselle à la vallée du Rhin à un demi-siècle d’intervalle. Le premier, Jacques d’Esch, indique que les envoyés de sa ville au concile de Bâle « passèrent par devant St Diey et entrèrent en montaignes de Volges et passèrent par devant le [col du] Bon homme et vinrent a Keiserberch au chief des montaignes que tient a l’empereour »19 ; le second, Philippe de Vigneulles, ne dit rien de son passage au col de Bussang : « de Remiremont, nous prîmes notre chemin tout droit à travers les grandes forêts où croissent les sapins, jusqu’à Saint-Thibaut d’Alsace »20.

  • 21 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania dell’Anno 1492 », Miscellanea di Storia Veneta, 1903, p. 27 (...)
  • 22 M. Bruchet, La Savoie d’après les anciens voyageurs, Annecy, 1908, p. 10-11 ; même réaction de Phil (...)

14Est-ce à dire que le sentiment d’une nature sauvage leur échappe et qu’ils sont à peu près aveugles à leur environnement, plus spécialement à la pente et au dénivelé ? Le danger de la route est-il pire qu’en plaine ? Les ambassadeurs vénitiens auprès de Frédéric III évoquent bien leur chevauchée de Constance aux Grisons, et, de là, vers Côme « per una difficilima et molto saxosa via et per monti », mais cela ne ralentit guère leur trajet21. Jacques Le Sage, qui est pris dans une tempête au passage des Alpes est sans doute plus précis dans ses observations : en amont de Saint-Jean-de-Maurienne, il nous apprend que le chemin emprunte « une petite crette dont de costés faisoit plus bas trois fois que le befroy de Douay n’est hault », ce qui rend compte d’abord de sa frayeur, puis, d’un souci de réalisme (le beffroi de sa ville natale mesure 60 mètres)22.

  • 23 Même son de cloche, si l’on peut dire, chez Johannes Augustus Campanus, projeté au nord des Alpes p (...)

15La peur du vide est une géographie par défaut. On se souvient du mot d’Eustache Deschamps à propos du Mont-Cenis à la fin du xive siècle : « le pays est un enfer en ce monde », mais on peut aussi bien l’interpréter comme un topos du heimweh littéraire, en référence au « doux pays de France »23.

  • 24 Cf. G. Bischoff, « Les Vosges à la fin du Moyen Âge et au début des temps modernes : l’invention d’ (...)

16Ces carences, ces omissions, sont-elles inhérentes au statut « désertique » de la haute montagne (du moins pour ceux qui la voient de loin) ? Les blancs de la carte existent, virtuellement en tout cas. Dans les Alpes suisses, il n’y a que trente-cinq sommets qui sont expressément nommés avant 1600. L’orographie des Vosges, montagne humanisée s’il en est, reste encore très approximative jusqu’à la Renaissance – ses limites sont imprécises (sauf à l’est), ses points culminants, désignés par des noms tardifs, comme le Honeck, identifié au début du xve siècle24.

  • 25 Cité par A. Rousselle, Le paysage rural et ses acteurs, dans Sources. Travaux historiques, A. Rouss (...)
  • 26 Bruchet, La Savoie..., op. cit., p. 7 et suiv. Cabaret évoque « les larrons et pilleurs qui deroboi (...)

17L’indifférence au paysage est le corollaire d’une traversée qui s’effectue dans l’urgence. Les guides ou les aubergistes ne sont d’ailleurs que des prestataires de service, et, à ce titre, dépourvus d’intérêt. Le vrai danger de la montagne réside dans la proximité invisible de brigands, autochtones ou venus de l’extérieur. En 1512, Guichardin traverse les Pyrénées au Perthus en allant d’Italie en Espagne : « On y trouve des assassins... L’endroit est très exposé aux brigands car, outre le fait d’avoir des voies très étroites, des ravins en vérité, et très sombres, il se rattache à d’autres montagnes qui vont jusqu’en Gascogne où il serait quasi impossible de découvrir les assassins25. » On connaît l’étymologie fantaisiste du nom Savoie à partir des mots « salva via » imputés au rétablissement de l’autorité publique par les comtes du même nom. On la trouve sous la plume du chroniqueur Cabaret, au début du xve siècle, mais elle est attestée dès la fin du siècle précédent dans une charte de l’abbaye d’Aulps26.

Prudence, frayeurs et curiosité

  • 27 Cf. C. Deluz, jean de Mandeville, le livre des merveilles du Monde, Paris, 2000, p. 292-293. À la f (...)

18Aux yeux du voyageur, la singularité de la montagne médiévale tient davantage à son climat d’étrangeté. Mythologie d’abord, avec une série de sites inspirés, sanctifiés ou hantés, tour à tour exaltés ou condamnés par l’Eglise – le concile de Tours, en 567 ayant définitivement proscrit les cultes païens dédiés aux rochers, aux arbres et aux sources. Cet imaginaire a été saisi sous toutes ses coutures par des chercheurs contemporains, notamment Claude Lecouteux et Jacques Berlioz. Il juxtapose des éléments empruntés à l’histoire sainte – le Déluge, l’atterrissage de l’Arche de Noé27, etc. – et à la fable.

  • 28 Kunig, vers 50-64.
  • 29 Cf. J. Berlioz, Catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Sismel, 1998, (Micrologus Librar (...)
  • 30 A. Schmidt, Die Alpen. Schleichende Zerstörung eines Mythos, Zurich, 1990. L’exploit de Vadian est (...)

19En 1495, Eberhard Kunig évoque son passage aux environs de Lucerne et rapporte une nouvelle fois la légende du lac du Pilatus « auquel nul homme ou nul bétail n’a le droit d’aller », ni de jeter quelque objet sous peine de déchaîner la foudre et la grêle au grand dam des habitants de la région « comme je l’ai entendu dire de nombreux lettrés28 ». Il s’agit évidemment, d’une version locale de la fameuse légende de Ponce-Pilate enfermé dans les entrailles d’une montagne mystérieuse29, mais les informations qui s’y rapportent sont relativement abondantes. En effet, le nom Pilatus apparaît en 1387 et se substitue à l’oronyme Frakmunt (= fractus mons, Montefracte) dans des circonstances qui en disent long sur le climat d’étrangeté qui l’enveloppe. En effet, c’est à cette date que six clercs lucernois sont mis à l’amende pour avoir osé en entreprendre l’ascension. On sait que ces interdictions sont renouvelées à plusieurs reprises, en 1496, 1564 et après, et que les autorités défendent aux pâtres ou aux marcaires d’y emmener des visiteurs. Il n’empêche que le site attire. On y observe un dragon en 1499, deux autres en 1561 et le chroniqueur Petermann Etterlin, greffier de la ville Lucerne vers 1500, assure que ces créatures vivent « dans les monts et les lieux sauvages ». La première ascension officielle est le fait du médecin (et poète) Vadian (1484-1551), en 151930.

  • 31 Cf. J. Berlioz, Catastrophes..., op. cit., p. 183 et suiv.

20Ce couple fascination/répulsion prédomine jusqu’aux temps modernes. L’ascension du Canigou par Pierre d’Aragon rapportée par Salimbene, à la fin du xiiie siècle ou du Ventoux par Pétrarque le 26 juin 1336 sont des exceptions exemplaires, et, d’ailleurs, toujours dans le vif du sujet31.

  • 32 Sa relation datée de 1450-1451 est publiée par W. Harleß, Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvere (...)
  • 33 « Deutsche Pilgerfahrten nach Santiago de Compostella und das Reisebuch des Sebald Orte », T. Hampe (...)
  • 34 Ibid., p. 75 ; « auff dem berg wol 10 armittes oder einsiedel, die wonen in den felsen ».
  • 35 Cf. C. Santschi, « Les ermites du Valais », Vallesia, 1988, p. 1-103, une étude exemplaire...

21Le mystère relève aussi bien des forces du mal que de celles du bien. Au milieu du xve siècle, Jean II de Clèves s’arrête à l’hospice du Mont-Joux « où saint Bernard protège les pèlerins du Diable ». À l’instar d’un grand nombre de voyageurs oisifs, ce grand seigneur profite de son passage par les Alpes pour se livrer au tourisme sacré : une manière d’apprivoiser l’étrange à travers une culture commune ? En Valais, le pèlerinage à Saint-Maurice et à ses 6 666 compagnons s’impose naturellement32. L’itinéraire des reliques et de leurs monuments comprend des stations régulières. À la fin du Moyen Âge, Saint-Antoine de Viennois, la Sainte Chapelle de Chambéry, la cathédrale de Saint-Jean de Maurienne sont autant d’étapes du même pèlerinage qui se poursuit vers Rome ou l’outre-mer, ou vers Saint-Jacques, par les routes habituelles. À l’instar de Sébald Örtel33, un demi-siècle après lui (1521) Hans von Waltheym vient prier devant le lit mortuaire de sainte Marie-Madeleine, à la Sainte-Baume – mais renonce à monter au sommet (1474). L’un et l’autre sont sensibles aux ermites qui pullulent sur les hauteurs – une dizaine à Montserrat34. Cette référence à la Thébaïde est l’un des topoi les plus courants : elle est fondée, au moins dans la durée35, et relayée par les institutions religieuses des vallées et des cols. Ainsi, le Lukmanier est-il désigné par les voyageurs allemands du nom de Marienberg, en hommage à la Vierge qui en patronne l’hospice.

  • 36 Kunig, vers 133 : « auch fyndestu da ein teutschen wirt oder zwen, die dich wol kern by sein sieple (...)

22La familiarité des saints est indissociable de l’hospitalité. Mais elle contribue également à rapprocher les pèlerins. Eberhart Kunig recommande Saint-Antoine de Viennois à ses compatriotes au motif qu’ils n’auront pas de peine à y rencontrer un ou deux hôtes allemands qui se feront un plaisir de les accueillir36.

  • 37 F. Wolffzettel, Le discours du voyageur..., op. cit., p. 15, citant la traduction classique de J. V (...)
  • 38 Cf. F. Michaud-Fréjaville, « Le voyage du seigneur Léon de Rozmital... », op. cit. : « Du Poitou à (...)

23L’hostilité des habitants de la montagne s’inscrit en négatif dans ce contexte de paix, bien qu’il faille encore nuancer, et de beaucoup, le thème de la sauvagerie des indigènes. On sait que l’image des Suisses « inhumains » a été fabriquée par leurs ennemis, essentiellement au xve siècle, et qu’elle est sans rapport avec la réalité du passage des Alpes. Elle nous renseigne davantage sur la mentalité de leurs voisins indirects. La Chanson de Roland répercute une histoire lointaine et ne se comprend réellement qu’en liaison avec le temps des croisades ou par référence à quelques épisodes lointains comme les incursions sarrasines dans les Alpes – l’enlèvement de saint Maïeul étant, à ce point de vue, l’événement fondateur. Il n’empêche. Le guide du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle en rend compte dès la fin du xiie siècle à propos des Basques, « un peuple barbare, différent de tous les peuples et par ses coutumes et par sa race, plein de méchanceté, noir de couleur, laid de visage, débauché, pervers, perfide, déloyal... semblable aux Gètes et aux Sarrasins par sa malice et de toutes façons ennemi de notre peuple de France »37. On en trouve l’écho dans les pérégrinations de Léon de Rozmital38.

  • 39 K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 50.
  • 40 À ce sujet, voir A. Palluel-Guillard, « Crétins des Alpes... et d’ailleurs », L’Histoire en Savoie, (...)

24De fait, le voyageur établit une équation entre un paysage terrible et des moeurs agressives. Ainsi, quand il parvient dans la haute vallée de l’Adige, en amont de Trente, Léonardo Bruni évoque « les mœurs sauvage des peuples » qu’il croit apercevoir, et tremble chaque fois qu’il entend le son du cor39. Au passage du Mont-Cenis, Le Sage fait état de la méchanceté des habitants des lieux qui s’étaient entretués pour la possession du petit lac qui s’y trouve, parce qu’il était exceptionnellement poissonneux, ce qui avait provoqué la malédiction du pape. Cette sauvagerie naturelle s’incarne dans des traits physiques repoussants : la légende des goitreux du Valais – les fameux « crétins des Alpes40 » – prend naissance dans des textes médiévaux : on la rencontre dans l’Imago Mundi de la fin du xiiie – « les femmes devers les monz de Mont Gieu qui ont boces souz les mantons qui leur pendent jusqu’aus mammeles et sont pour belles tenues à l’endroit » –, on la retrouve sous d’autres plumes, comme celle de Richer de Senones à propos d’un vallée vosgienne.

  • 41 Max Bruchet, La Savoie…, op. cit.
  • 42 Campanus, p. 177.
  • 43 Ainsi, Augustinus Patricius en 1471 (K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 168).

25Pour l’observateur attentif, les caractères des habitants de la montagne sont ailleurs : ils peuvent faire l’objet d’un regard ethnographique avant la lettre. Ainsi, dans le domaine des mœurs. Le dépaysement commence par les pratiques alimentaires : en arrivant à Saint-Jean-de-Maurienne, Jean Le Sage ne cache pas sa surprise devant les plats qui lui sont servis : de l’ail et de l’oignon hachés dans de l’huile et du vinaigre – une salade – et un « fromage maigre appelé serat (sérac) ad cause que se faist après le bon fromaige » que l’on consomme avec de la moutarde41. L’inventaire comprend aussi bien les spécialités locales – du pain noir au nord des Alpes - que les produits introuvables – « Pas d’huile, de figues, d’amandes, de fèves, de laurier »42 et les carences les plus criantes, sur les tronçons pyrénéens de la route de Saint-Jacques. On se risque alors à des généralisations hâtives - l’immoralité des Allemands, vue à l’aune des bains de Hall, au Tyrol, ou à la conduite des filles d’auberge43.

  • 44 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania... », op. cit., p. 327-328. En remontant l’Adige, les ambas (...)
  • 45 Le bilinguisme de Trente et la perméabilité linguistique du Tyrol du sud intriguent beaucoup les vo (...)
  • 46 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania... », op. cit., p. 285.
  • 47 Die Pilgerfahrt des Ritters Arnold von Harff von Cöln, E. von Groote éd., Cologne, 1860.
  • 48 Ainsi, Eberhart Kunig, entre Dauphiné et Provence, notamment à propos du Luberon « Liberon, Liberon (...)
  • 49 Epinal, sur versant lorrain des Vosges est considéré au xve siècle comme située aux « Marches de Lo (...)
  • 50 En 1489-90, le marchand d’Ulm Hans Keller se rend à deux reprises en Italie par le Brenner (qu’il a (...)

26La conscience du changement se manifeste surtout quand on passe d’une aire linguistique à une autre, notamment dans les secteurs où la route est la plus longue et la frontière linguistique la moins nette, l’Adige, les Grisons. Dans ces vallées, on remarque des interférences : « ils parlent tous lombard (ou italien) bien qu’ils aient la langue allemande » revient comme un leitmotiv sous la plume des ambassadeurs vénitiens44 qui notent que la ville de Trente est le point de rencontre des deux cultures45.Au palais épiscopal, la table est servie « more germanico », c’est-à-dire que les convives sont assis à des tables séparées, et mangent simultanément des viandes et du poisson « come’ è costume thodesco »46. Cette sensibilité s’exprime par des identifications générales – les qualificatifs les plus fréquemment employés sont « allemand » ou « tedesco » dans un sens, « welsche », qui désigne l’ensemble des « latins », dans l’autre. Arnold de Harff tente d’introduire des nuances plus précises, à propos du Piémont : « ici, écrit-il ; on se trouve dans une autre langue, moitié français, moitié italien, et la façon de s’habiller, tant pour les hommes que pour les femmes, est proche de la mode française »47. On peut même se demander dans quelle mesure les étrangers sont sensibles à des variantes locales, notamment dialectales48. L’espace parcouru est-il perçu en terme de transition ou de rupture ? Le mot « marche », qui possède une acception politique ou technique assez claire est absent du vocabulaire des voyageurs49. Enfin, l’« étranger effectif » peut se définir en fonction d’un système monétaire différent50.

Apprivoiser, soumettre ou tolérer : un regard géopolitique

  • 51 La mention de ces émigrés « die die schornsteine fegen und caminen » se trouve dans le recueil de p (...)

27L’exotisme de la montagne déborde de son cadre propre. Les voyageurs reviennent chez eux avec leurs souvenirs, mais les montagnards voyagent également, qu’il s’agisse d’émigrants ou de guerriers. Les « petits Savoyards » existent sans doute dès la fin du Moyen Âge. On les signale dès 1400 dans les « cris de Paris » Au début du xvie siècle, il est de notoriété publique, en Allemagne, que des membres d’une « nation welsche » venus de « Lombardie » (au sens large), ont pour spécialité le ramonage des cheminées51.

  • 52 Cf. E. Cameron, The Waldenses of the Alps. 1480-1580, Oxford, 1984. ; Cf P. Paravy, « Remarques sur (...)

28La comparaison entre ces migrants et des tsiganes (Zigeuner) est expressément invoquée. Elle renvoie à une appartenance suspecte, à des comportements étranges ou même nuisibles. Aux yeux des inquisiteurs, la montagne est un observatoire et un conservatoire de déviances – on pense évidemment au registre de Jacques Fournier et à Montaillou, à la reconquête du Briançonnais par Vincent Ferrier et ses successeurs52, ou à des exemples flamboyants cités dans le Malleus Maleficarum. Est-elle, d’un même mouvement, un lieu de liberté ou même d’insoumission ? La mythologie politique a reconstruit l’histoire sous un jour plus flatteur - en imaginant des républiques montagnardes dont les prototypes sont donnés par les Suisses – « peuple montagnard et féroce », suivant les mots d’Aeneas Silvius, et les exemples, nombreux, des Allobroges aux Escartons...

  • 53 Le franciscain Jean de Winterthur (Die Chronik Johannes von Winterthur, C. Brun et F. Baethgen éd., (...)

29De fait, l’établissement d’une autorité lointaine est quasiment impossible en milieu d’altitude. La thématique de l’insoumission se met en place aux lendemains de la bataille de Morgarten (15 novembre 1315), au cours de laquelle les paysans de Schwytz taillent en pièce l’armée de Léopold d’Autriche, au mépris des règles de la guerre chevaleresque53. Elle alimente un discours de crainte et de mépris dont témoigne, parmi tant d’autres, le poète Pierre Gringore aux lendemains de la bataille de Novare (1500) :

  • 54 C. Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der (...)

« Comme le loup hors du boys se transporte
Quand il a faim, espérant qu’il rapporte
Beste ou oiseau de quelque paturage,
Suisses pervers assemblent leur cohorte
Des montaignes partent en ceste sorte,
Leus proyes prennent en ville et en villaige
Et ne visent à la perte et dommaige,
Que au peuple font, ne qu’ilz offensent Dieu :
Là où force règne, bon droit n’a lieu54. »

  • 55 V. Honemann, « Sebastian Ilsung als Spanien reisender und Santiagopilger », dans Klaus Herbers, Deu (...)
  • 56 Cf. Texte en annexe.
  • 57 V. Reinhardt, « Machavellis helvetische Projektion. Neue Überlegungen zu einem alten Thema », Revue (...)

30Cette émancipation produit des réactions contrastées. Son écho retentit dans les récits des voyageurs. Ainsi, le pèlerin Sébastien Ilsung se fait-il arrêter par les Lucernois qui le soupçonnent d’être un espion au service de l’Autriche55. Le cardinal Raymond Péraud, échaudé par l’échec de sa légation allemande, ne dissimule pas l’enthousiasme que lui inspirent les cantons primitifs, qui se sont libérés de « la tyrannie de la noblesse »56. Machiavel donne l’exacte mesure des sentiments que lui inspirent les Confédérés qu’il a effleurés lors de son ambassade à Constance en 1507-1508 – la comparaison avec les Romains antiques s’impose évidemment à lui57. Aux yeux de ses contemporains allemands, la résistance manifestée au même moment pas les paysans sujets de Venise sur les contreforts de l’Adige relève du même registre de combativité.

  • 58 Rozmital, op. cit., p. 114-115.
  • 59 Örtel, p. 70.

31Pour les plus attentifs des visiteurs de la montagne, ces considérations militaires s’expriment en terme de géopolitique. Le relief constitue d’abord une défense naturelle qu’il est facile de fortifier et de tenir. La description du Dauphiné (que Rabelais comparait à une courge !) par le Bohémien Sasek, correspond sans doute assez bien à ce qu’observe Léon de Rozmital : « cette province n’est pas grande mais puissamment protégée par les montagnes qui la ferment de tous côtés, de sorte qu’elle ne dispose que d’une seule entrée et, semblablement, d’une seule sortie. Les endroits qui font office de portes de la région sont appelées clausae. Et ces fermetures sont si solides que si tous les rois de la chrétienté venaient attaquer cette région, elles n’auraient à craindre aucun danger car elles sont toujours dotées des défenses les plus efficaces »58. De fait, aux approches de la Renaissance, les États s’emploient à se fortifier plus efficacement en installant des forteresses – « Questo castello è bellissimo ! » s’écrient les ambassadeurs vénitiens. À Bayonne, Sébald Ortel remarque « les travaux de fortification que le roi de France fait réaliser en plaçant des bastions et un grand fossé aux abords du château »59.

  • 60 Ainsi, l’humaniste Jean Trithème, au service de l’empereur Maximilien identifie-t-il le tombeau de (...)

32Le verrouillage militaire de la montagne s’impose comme l’une des grandes figures du discours politique de la seconde moitié du xve siècle : pour les Vosges et pour le Jura, ce sont les guerres de Bourgogne qui le révèlent d’une manière décisive ; pour les Alpes, ce seront bientôt les guerres d’Italie. Le présent et le passé de la montagne s’inscrivent désormais dans des perspectives recomposées par la géopolitique60.

  • 61 Cf. D. Guggisberg, Das Bild der « Alten Eidgenossen » in den Flugschriften des 16. bis Anfang 18. J (...)
  • 62 Cité par C. Hoffmann, L’Alsace au xviiie siècle, IV, Colmar, 1904.

33Ainsi, le regard du visiteur se modifie au fil du temps. Comme on le voit ici, on passe de l’indifférence à l’intérêt, du sacré au profane. Vers 1500, et plus encore lorsque la Réforme met un terme aux grandes vagues – ininterrompues – des pèlerinages médiévaux, la montagne se politise. La singularité de ses habitants est lue en terme de subordination ou d’insubordination et s’expose en terme de puissance. En 1504, lorsque le cardinal Péraud franchit le Gothard, presque à regret, c’est avec le sentiment d’avoir trouvé un peuple libre et fidèle à Dieu, les Suisses. Ces mêmes Suisses qui deviennent le cœur d’une mythologie de l’émancipation, d’une liberté sauvage qui les rend à la fois utiles et redoutables. Ce thème a pris naissance dans la deuxième moitié du xve siècle. Il va avoir une très longue histoire61. Au xviiie siècle, par exemple, des montagnards « welsches » du versant alsacien des Vosges s’injurient à coup de « Bougre de Suisse » retentissants. – insulte terrible, qui renvoie à la sodomie ou à la bestialité imputées aux cantons des Alpes. Mais n’est-ce pas ces mêmes habitants du val d’Orbey, au confins du duché de Lorraine, que l’on décrit, en 1759 « peu différents des habitants de l’Ile de Corse [car ils] se raidissent depuis plusieurs siècles contre le bon ordre et le règlement d’une saine police. Obsédés par une brutalité qui est sans exemple en Alsace et peut être même dans toute la France, ils ne trouvent l’assouvissement de leurs plaisirs que dans les vols, les rapines et tout le désordre que la licence la plus effrénée peut entraîner avec elle... »62. En devenant un enjeu de pouvoir, la montagne s’insularise.

Annexes

Une traversée du Saint-Gothard au début du xvie siècle

Le cardinal Raymond de Gurck63 qui s’apprêtait à partir demanda aux pères de la province s’ils acceptaient ou s’ils permettaient que je l’accompagne à Rome, pour remplacer Capet, dont il a été question plus tôt. Moi, j’acceptai d’obéir très spontanément, parce que j’avais envie de voir l’Italie et Rome. J’avais alors 26 ans. Nous nous mîmes en chemin suivant notre habitude, à deux et à pied, moi et un certain Johannes Schenck, un frère d’origine noble, en direction de Lucerne en passant par Zofingen où nous passâmes la nuit. Nous demeurâmes à Lucerne pendant quinze jours... Revêtu de ses grands ornements (in pontificalibus), [le cardinal] célébra la messe solennelle dans la paroisse principale, le monastère appelé « dans la cour » (im hof). Je fus plus vivement intéressé par une inscription (qui était récente, et, à mon sens, n’était pas authentique) qui se rapportait à la construction de ce monastère, au millésime près. Il y était écrit, en effet, que la fondation avait été faite par un certain duc de Souabe, dont je n’ai pas retenu le nom, en l’an 504. Et justement, nous étions en 1504, comme je l’ai dit. Aux côtés du cardinal légat, il y avait des personnalités des cantons suisses, de Lucerne, Zoug, Schwytz, Unterwalden et Uri, qui l’accompagnèrent en bateau jusqu’à Brunnen. C’était le 18 juillet. Dans le bateau, on évoqua la puissance de l’armée suisse : certains donnaient des effectifs une évaluation vraisemblable, d’autres, tout à fait exagérée ; on discuta de leurs alliances avec certains papes, si je ne m’abuse, avec Sixte64. Le même jour nous arrivâmes dans un endroit de Schwytz qui s’appelle Kilchgass. La fête du pays devait avoir lieu de 30 juillet, de sorte que toute la vallée allait venir à l’office pontifical et à la messe solennelle célébrés par le cardinal et légat pontifical, dans l’église paroissiale ornée d’une manière considérable de drapeaux pris aux vaincus. On y voyait les insignes du duc Charles de Bourgogne et même certains insignes impériaux65. Le cardinal célébra la messe in pontificalibus, une très belle cérémonie, tandis que l’évêque de Tripoli prononça l’homélie devant la foule rassemblée.

[Suit un passage où le cardinal décide d’instituer cette date comme la fête annuelle des saints Abdon et Sennen et de la doter d’indulgences.]

Après cela, la suite de la journée fut consacré à des jeux sur la place publique, les jeunes gens s’exerçant à la lutte ou à toutes sortes de choses, ce qui ne se fait pas pour la jeunesse sans une bonne part de licence ou même d’effronterie. Aussi deviennent-ils paresseux, d’autant qu’ils n’ont pas grand’ chose à faire tout l’été, si ce n’est faire les foins.

Le jour suivant, nous nous rendîmes en bateau jusqu’à Uri. On nous montra sur notre gauche le rocher où s’était réfugié le premier défenseur de la liberté, Guillaume Tell, en sautant du bateau pour échapper à la tyrannie de la noblesse. On s’arrêta quelques jours à Altdorf, dernière localité du diocèse de Constance, où prenait fin la mission du cardinal. Celui-ci me chargea, ainsi qu’un autre, de traduire d’allemand en latin une Histoire des Suisses qui lui avait été offerte, de même que les articles du traité conclu autrefois avec le pape Sixte, de manière qu’il puisse les comprendre. Je me mis au travail, en me dépêchant pour que ce soit fait avant que nous ne soyons obligés de traverser le mont Saint-Gothard. En effet, j’en avais assez de la cour du cardinal et de la durée du voyage. Cela faisait quatre semaines qu’on était parti, et j’avais hâte d’aller à Rome. Mais, ce que j’ignorais, ce n’était pas vraiment du goût du cardinal. D’ici, il n’arrêtait pas d’écrire des quantités de lettres à Rome, et, chose étonnante, il était capable d’en dicter simultanément plusieurs à plusieurs secrétaires. Moi même, il m’est arrivé d’être à ses côtés pour écrire une lettre sous sa dictée, avec un ou deux autres scribes assis près de moi pour copier le même texte, pendant que trois ou quatre autres scribes couchaient sur le papier d’autres lettres, au contenu tout à fait différent, au même moment et dans la même salle. Le cardinal était un vieillard fort intelligent, âgé de plus de soixante ans ; c’était un Français originaire d’Autun66.

Au bout de trois ou quatre jours, l’évêque de Tripoli67 et les autres Bâlois et les Suisses demandèrent l’autorisation de rentrer chez eux. Maintenant, il fallait faire l’ascension du Mont Saint-Gothard, qui se trouve au point de rencontre des diocèses de Milan, Lausanne, Constance et Coire. Moi aussi, j’aurais préféré rentrer chez moi ; je venais de terminer l’Histoire des Suisses mais pas encore le texte du traité. En compagnie d’un autre frère, qui montrait peu d’enthousiasme, nous dûmes continuer notre voyage pendant que les autres avaient pris le chemin du retour après un dernier repas. En compagnie du légat, nous nous engageâmes dans une belle vallée, au milieu de montagnes effrayantes et nous arrivâmes dans la soirée à Wasen68. Nous y passâmes la nuit, toujours au milieu de ces terribles montagnes. Le lendemain, en montant toujours plus haut, nous arrivâmes dans une très belle plaine, où l’on pouvait voir de loin le sommet des monts ainsi que quelques villages, en particulier Urseren, et, tout au loin, au pied du Gothard une localité non des moindres, qui s’appelait Hospendal. C’est là que nous déjeunâmes, puis nous entreprîmes, non sans peine, l’ascension de la pente la plus raide de la montagne, en suivant le chemin public bordé de tout côté par des monts encore plus hauts, jusqu’à ce que nous arrivions enfin à la chapelle et à l’hospice du Saint Gothard. Après nous y être arrêtés quelque temps dans un froid glacial et auquel nous n’étions pas habitués, nous commençâmes à redescendre par un sentier, les cavaliers restant sur la grand’ route (per viam regiam). Rendu plus délicat par son grand âge, le cardinal, ne faisant confiance ni au cheval ni au mulet, s’était fait transporter sur un palanquin porté par seize Suisses vigoureux, huit de chaque côté, pour une somme qui était loin d’être faible. On racontait alors que de tout son voyage en Allemagne, c’est à peine s’il avait rapporté outre monts une couronne.

Nous arrivâmes ensuite dans la ville d’Orlientz69 dans le diocèse de Milan. Nous y demeurâmes deux jours, encore une fois pour écrire des lettres, pour faire en sorte qu’on envoie de l’argent au légat. Il y avait là un abbé du pays de Berne, celui du monastère d’Erlach70, si je me souviens bien, qui prêta 300 florins pour pallier la pauvreté du légat apostolique. Le troisième jour, nous descendîmes en suivant la pente rapide d’une belle vallée jusqu’à Loccern Clösterlin71 où nous passâmes la nuit. Le jour suivant, nous allâmes à Bellinzone où deux frères mineurs vinrent à notre rencontre et demandèrent que mon compagnon et moi nous convainquions le légat de s’arrêter dans leur hospice, dans le nouveau couvent situé hors de la ville. Il n’en fut rien : le pauvre légat ne voulait pas loger chez les mineurs encore plus pauvres, mais plutôt chez les augustins, un peu plus riches, et eux aussi installés extra muros. Le jour suivant, un dimanche, il célébra l’office pontifical dans l’église paroissiale pleine de monde. Lors du repas, on reçut la visite du sénat de la ville qui offrit au légat pontifical deux bouteilles en verre, l’une pleine de vin blanc, l’autre de rouge. Lorsque de ces édiles se furent retirés, le cardinal déclara à son entourage « O, heureuse Allemagne ! Où sommes-nous donc ici » ? Il entendait par là que la générosité des villes d’Allemagne était sans commune mesure avec ce qui avait cours en Italie. Il est vrai que l’autorité pontificale qu’il exerçait en Allemagne et en Dacie avait pris fin ici, et, par conséquent, sa position honorifique et son prestige aussi.

Au bout de deux jours, nous poursuivîmes notre chemin à travers la plaine, vers le Lac Majeur que nous traversâmes vers Locarno, une place forte dotée de la citadelle la plus forte, à proximité d’un couvent franciscain non réformé. Nous demeurâmes ici pendant huit jours. Je commençais à me sentir mal : je ne supportais plus tous ces aliments cuits et ce pain si blanc. J’avais perdu l’appétit : le vin, qui était pourtant bon, ne me disait plus rien.

Nous nous dirigeâmes ensuite vers un monastère réformé de Saint-Bernardin entre Palantia et Intra, que nous joignîmes en traversant le lac. Sur le trajet, nous nous logeâmes dans un couvent où nous fûmes infestés de puces toute la nuit, si bien qu’il nous fut impossible de dormir : à minuit, mon compagnon et moi, nous allâmes nous installer dans un pavillon de jardin et nous nous couchâmes sur des bancs : imprudemment, nous avions laissé les fenêtres ouvertes, laissant entrer l’air nocturne porteur de maladies. Le lendemain soir, nous arrivâmes à Saint-Bernardin, un monastère très beau où nous fûmes accueillis fraternellement. Cependant, je me sentis atteint par les fièvres, ne pouvant ni boire ni manger. Le cardinal me confia à son médecin et à un autre médecin, qui habitait près de Palantia. Il me donna je ne sais quelles potions, l’une d’elle était même faite avec de l’or, mais cela ne fit rien. Je souffris ainsi pendant quinze jours, me réjouissant cependant d’avoir l’occasion de retourner en Allemagne, et je demandai l’autorisation au cardinal. Il me répondit ceci : « je voulais que tu viennes avec moi à Rome en me réjouissant de tes capacités et de ton goût pour les études, mais parce que je me rends compte que l’air ne te convient pas, je préfère te savoir vivant à Bâle que mort à Rome ». Bientôt, confiés à un guide originaire de Lucerne et dotés de je ne sais combien de florins qu’il nous avait remis pour qu’on ne manque de rien, nous reprîmes le chemin en sens inverse. À Bellinzone, on refusa de nous loger, parce qu’on croyait que j’étais atteint de peste. De même à Orlienz, où c’est à peine si on me laissa entrer, parce qu’on prenait ma fièvre pour de la peste. Le lendemain, j’entrepris l’ascension du Gothard, toujours dans cet état fébrile. Nous passâmes la nuit à Hospendal puis nous arrivâmes à Altdorf. Là, nous louâmes un bateau pour traverser le lac jusqu’à Brunnen, mais, quoi que nous fussions cinq hommes, il nous fallut accepter d’être dirigés par une femme qui tenait le gouvernail. La fièvre me harcelait toujours, et nous avions à faire face à un vent contraire particulièrement rude. Notre bateau fut poussé jusqu’à Sisikon, un village entre Altdorf et Brunnen. Là, il nous fallut escalader la montagne la plus haute, en rampant sur l’alpage sur un bon mille.

Extrait de Das Chronikon des Konrad Pellikan, B. Riggenbach éd., Bâle, 1877, p. 30-34. Traduction du latin par G. Bischoff.

Notes

1 Die strasz und meilen zu sant Jacob usz und yn in warhreit gantz erfaren findstu in disent buchlin, Strasbourg, Matthias Hupfuff, 1495. Cf. Europäische Reiseberichte des spaten Mittelalters, W. Paravicini dir., I. Deutsche Reiseberichte par C. Halm, Francfort/Main, 1994, no 107, p. 265.

2 À Colmar, par exemple, sur 82 bannissements prononcés entre 1424 et 1475, 25 s’effectuent au-delà du Rhin, 19 de l’autre côté de la Forêt-Noire et deux au-delà des Alpes. Sur ce concept d’éloignement, cf. G. P. Marchai, « Von der Stadt und bis ins “Pfefferland”. Städtische Raum und Grenzvorstellung in Urfehden und Verbannungsurteilen oberrheinischer und schweizerischer Städte », dans Frontières et conceptions de l’espace, Zurich, 1996, p. 225-266.

3 À la fin du xiiie siècle, le bénédictin Pierre Bersuire définit la montagne par la formule : Mons est tumor terme, solo pede tangens terram versus caelum superius elevatus, rappelant que ce relief est creux et caverneux. Cf. D. Hüe, « Espace et paysage chez Pierre Bersuire et quelques Avignonnais », Cahiers de Recherches médiévales (xiiie-xve siècles), 1999, p. 41-57, ici, p. 46-47.

4 C. Gardet, « Alpes et Savoie dans Rabelais », Revue savoisienne, 1953, p. 22-30. Rabelais a fait trois voyages en Italie (1534, 1535, 1539). Il mentionne Domjulien sous le nom erroné de « Doyac, conducteur de l’artillerie du roy Charles VIII ». Voir la notice de G. Poull dans Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Vagney, 1990. Symphorien Champier, La vie du preuhx chevalier Bayard (1525), Paris, 1918, p. 34, met l’exploit en rapport avec l’inventivité des Lorrains, et, vraisemblablement, de leur expérience du travail de la mine : « Julien (sic) fist faire engins et crochetz lesquelz on boutoit dededans les roches, et tant fist qu’il monta dessus la montaigne, et après aulcuns des plus hardys montèrent après luy... »

5 Cf. Deutsche Berichte..., op. cit. Sur les voyageurs italiens en Allemagne, cf. K. Voigt, Italienische Berichte aus dem spatmittelalterlichen Deutschland (1335-1492), Stuttgart, 1973. U. Ganz-Blättler, Andacht und Abenteuer ; Berichte europäischer Jerusalem und Santiago-Pilger (1320-1520), Tübingen, 19912 ; Voyager à la Renaissance, Jean Cérard et Jean-Claude Margolin dir., Paris, 1987. Sur la France, cf. Passer les Monts François Ier en Italie. L’Italie en France, Jean Balsamo dir., Paris, 1998.

6 La Montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul dir., Paris, 2000 (Coll. Cultures et civilisations médiévales, XIX) ; R. Delort, F. Walter, Histoire de l’environnement européen, Paris, 2001 ; Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Colloque SHMES Limoges-Aubazine (1995), Paris, 1996 ; Reisen und Welterfahrungen in der deutschen Literatur des Mittelalter, D. Huschenbett et J. Margetts dir., Würzburg, 1991.

7 F. Wolffzettel, Le discours du voyageur. Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France du Moyen Âge au XVIIIe s, Paris, 1996.

8 Leonardo Bruni Aretini epistolarum libri VIII, Florence, 1741, H. Baron éd., Leipzig, 1928. La description de la vallée de l’Adige, qu’il emprunte pour se rendre à Constance, se trouve dans sa lettre du 30. 12. 1415 à Niccolo Nissoli.

9 K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 162 : le Siennois Augustus Patricius, qui participe au Reichstag de Ratisbonne aux côtés du cardinal Todeschini-Piccolomini en 1471 arrive par le Brenner en mai et retourne par le Gothard en décembre, par une tempête de neige. Les huit délégués des cantons suisses qui se rendent à Rome fin 1512 reviennent de Milan à Bâle en huit jours, du 29 janvier au 6 février 1513. Ils passent la nuit du 1er au 2 février à Airolo et sont le soir même à Hospendal, dans la haute vallée de la Reuss : pour ce faire, ils ont loué les service de quatre « knechte » (vraisemblablement des marrons), de quatre bœufs équipés de traîneaux et d’autres personnes pour « casser la montagne », c’est-à-dire pour se frayer un chemin à travers les congères (d’après un compte publié dans X. Mossmann, Cartulaire de Mulhouse, IV, Strasbourg-Colmar, 1886, p. 488 et suiv.)

10 Ainsi, le pape Martin V, au Col le 16 septembre 1418, à Suse le jour suivant.

11 AD Meurthe-et-Moselle, B.9648. En 1402, l’enquête réalisée auprès de marchands allant aux foires de Chalon signale de nombreux exemples de voituriers ou de muletiers habitués à franchir le Col de Jougne ou à traverser le Jura par d’autres itinéraires, notamment via Saint Claude. Cf. V. Chomel, J. Ebersolt, Cinq siècles de circulation vus de Jougne. Un péage jurassien du xiiie au xviiie siècle, Paris, 1951, p. 171-172.

12 J. Philippe, « Un alpiniste du xvie siècle », Revue savoisienne, 1888, p. 12 et suiv. Léon de Rozmital entreprend son tour d’Europe avec une cinquantaine d’accompagnateurs (et il en sème quelques uns en cours de route). Cf. Des bomischen Herrn Leo’s von Rozmital Ritter, Hof und Pilgerreise durch die Abenlande (1465-1467), Stuttgart, 1844.

13 Cf. « Deux voyageurs allemands en Provence au xve siècle », Provence historique, 166 (1991), avec une présentation d’Hans von Waltheym par Werner Paravicini ainsi que des traductions du texte original et des commentaires par Noël Coulet. Voir aussi F. Michaud-Fréjaville, « Le voyage du seigneur Léon de Rozmital en Occident, un apprentissage ? », Voyages et voyageurs..., op. cit., p. 32-52.

14 Le Strasbourgeois Philippe Hagen, qui se rend en Terre sainte via Venise vers 1523 est accompagné de deux gentilshommes lorrains, Thibaut de Jeandelincourt et Georges de Craincourt ; il rejoint des Suisses, des Brabançons, etc. Cf. L. Conrady, Vier rheinische Palaestina Pilgerschriften des xiv., xv. Und xvi. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1882, p. 230 et suiv.

15 Sur l’organisation du passage et les infrastructures afférentes, principalement pour les marchandises cf. Werner Schnyder, Handel und Verkehr über die Bündner Passe im Mittelalter, Zurich, 2 vol., 1973,1, p. 16-34.

16 Cf. W. Paravicini et N. Coulet, « Deux voyageurs allemands... », op. cit.

17 En allemand, l’extraction minière se dit Bergbau ou Montanwirtschaft, ce qui renvoie évidemment à sa localisation montagnarde. La circulation des mineurs est assez connue. On trouve des experts allemands sur le versant lorrain des Vosges, dans les monts du Lyonnais ou en Savoie, voire dans les Pyrénées (cf. M.-C. Bailly-Maître, L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Paris, 2002, qui cite quelques exemples, p. 55 et donne une bibliographie. Voir aussi P. Benoît et P. Braunstein dir., Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale., Paris, 1983.

18 S. Bazin-Tachella, « L’évocation du relief dans les récits de voyage du Moyen Âge occidental », dans La montagne dans le texte médiéval..., op. cit., p. 145-166

19 Die Metzer Chronik des Jaique Dex (Jacques d’Esch), G. Wolfram éd., Metz, 1906, p. 408. Saverne est « a l’entree dez costez d’Aussair » (p. 415).

20 La chronique de Philippe de Vigneulles, C. Bruneau éd., Metz, 4 vol., 1927-1933, ici, 3, p. 124.

21 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania dell’Anno 1492 », Miscellanea di Storia Veneta, 1903, p. 275-345, ici, p. 326. Ces ambassadeurs sont Giorgio Contarini et Polo Pisani : leur mission les mène de Trente à Innsbruck du 17 au 24 juin puis, au retour, de Strasbourg à Côme du 1er au 16 septembre 1492.

22 M. Bruchet, La Savoie d’après les anciens voyageurs, Annecy, 1908, p. 10-11 ; même réaction de Philippe de Vigneulles, traversant le Jura depuis Saint-Claude vers le lac Léman par le col de la Faucille : « et dure ce chemin de plus aipres montaignes et malvais chemin que je ne vis oncques, et aussy de grande et profonde vallée ; et est un chemin très difficile à aller » (La chronique..., op. cit., IV, p. 117-120).

23 Même son de cloche, si l’on peut dire, chez Johannes Augustus Campanus, projeté au nord des Alpes par sa mission au Reichstag, à Ratisbonne, en 1454 : « Nous tous, la nuit, nous pensons à l’Italie » (K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 177), dans l’esprit des Tristes d’Ovide.

24 Cf. G. Bischoff, « Les Vosges à la fin du Moyen Âge et au début des temps modernes : l’invention d’une frontière », dans Frontières en Europe occidentale et médiane de l’Antiquité à l’an 2000, J.-M. Demarolle dir., Metz, 2001 (Colloque de l’Association interuniversitaire de Metz, décembre 1999), p. 229-251.

25 Cité par A. Rousselle, Le paysage rural et ses acteurs, dans Sources. Travaux historiques, A. Rousselle et M.-Cl. Marandet, dir., Perpignan, 47-48 (1998), p. 13-14. Tetzel, chapelain de Léon de Rozmital dit à peu près la même chose des Catalans : Catalonii enim sunt homines perfidi et scelerati, Christianae quidem professionis, verum quibus vis ethnicis deteriores (p. 190).

26 Bruchet, La Savoie..., op. cit., p. 7 et suiv. Cabaret évoque « les larrons et pilleurs qui deroboient pellerin, voyageurs, marchands, traficants nobles ».

27 Cf. C. Deluz, jean de Mandeville, le livre des merveilles du Monde, Paris, 2000, p. 292-293. À la fin du xiii e siècle, les Zurichois identifient le Mont Ararat avec un sommet proche de chez eux (Chonique des dominicains de Colmar, MGH, SS XVII).

28 Kunig, vers 50-64.

29 Cf. J. Berlioz, Catastrophes naturelles et calamités au Moyen Âge, Sismel, 1998, (Micrologus Library, 1), p. 159-180 et P. X. Weber, Der Pilatus und seine Geschic.te, Lucerne, 1913. Au début du xviiie siècle, un voyageur alsacien en route vers le Languedoc signale toujours la légende de Pilate à Vienne.

30 A. Schmidt, Die Alpen. Schleichende Zerstörung eines Mythos, Zurich, 1990. L’exploit de Vadian est rapporté dans son édition du géographe Pomponius Mela, parue à Bâle en 1521.

31 Cf. J. Berlioz, Catastrophes..., op. cit., p. 183 et suiv.

32 Sa relation datée de 1450-1451 est publiée par W. Harleß, Zeitschrift des Bergischen Geschichtsvereins, 1900-1901 p. 125-145 : « daer int Maurys enthoefft werdt mit 6666 synre geselschappen unde dar begraven leght unde dat swerdt is noch dair, daer by mede onthoefft ward » (p. 127). Cf. aussi Le saint voyage de Jérusalem par le baron d’Anglure. 1395, Paris, 1858, p. 119-120. De retour de Terre sainte, via Venise, le pèlerin champenois traverse les Alpes au Simplon et fait étape à Saint-Maurice dont l’église « a de moult dignes reliques et belles entre lesquelles nous fut monstrée grant partie du corps de monsieur saint Morice noblement envaissellé, et si nous furent monstrées deux dignes ampoles plaines du sang de six mille chevalliers qui furent occis illec près, pour maintenir nostre foy... ». Le trajet se poursuit par Lausanne, les Clées, Jougne, Salins. À l’aller, Anglure avait emprunté la route du Mont-Cenis. Il existe une meilleure édition du texte par Auguste Longnon.

33 « Deutsche Pilgerfahrten nach Santiago de Compostella und das Reisebuch des Sebald Orte », T. Hampe, Mitteilungen aus dem Germanischen Nationalmuseum, 1895, p. 61-82. ici, p. 77.

34 Ibid., p. 75 ; « auff dem berg wol 10 armittes oder einsiedel, die wonen in den felsen ».

35 Cf. C. Santschi, « Les ermites du Valais », Vallesia, 1988, p. 1-103, une étude exemplaire...

36 Kunig, vers 133 : « auch fyndestu da ein teutschen wirt oder zwen, die dich wol kern by sein siepler zu gehen ».

37 F. Wolffzettel, Le discours du voyageur..., op. cit., p. 15, citant la traduction classique de J. Viellard.

38 Cf. F. Michaud-Fréjaville, « Le voyage du seigneur Léon de Rozmital... », op. cit. : « Du Poitou à la Navarre, en passant par la Gascogne et le Pays basque, le lecteur suit ainsi une courbe de négativité de plus en plus forte, culminant par les Navarrais. »

39 K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 50.

40 À ce sujet, voir A. Palluel-Guillard, « Crétins des Alpes... et d’ailleurs », L’Histoire en Savoie, 2003.

41 Max Bruchet, La Savoie…, op. cit.

42 Campanus, p. 177.

43 Ainsi, Augustinus Patricius en 1471 (K. Voigt, Italienische Berichte..., op. cit., p. 168).

44 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania... », op. cit., p. 327-328. En remontant l’Adige, les ambassadeurs vénitiens venus rencontrer le roi Maximilien Ier, en 1492, font étape à S. Michiel, « dove finisse la Lombardia et intra il principio Alemagna ». Au retour, les mêmes s’étonnent de trouver, dans les Grisons, « in la qual villa, tutti parlano a la Italiana, et etiam a la Germanica » ; dans une autre localité, « tutti parlano etiam Lombardo, benchè habbino la lingua Thodesca », au-delà du col du Septimer « tutti parlano Italiano et etiam hannon la lingua thodescha ».

45 Le bilinguisme de Trente et la perméabilité linguistique du Tyrol du sud intriguent beaucoup les voyageurs italiens. Les limites sont encore mal stabilisées, mais l’influence politique des Habsbourg y est prédominante. Cf. dans une littérature fort abondante, G. A Plangg, « Raumbildung und Sprachgrenzen im Tirol », dans Grenzen und Grenzregionen, W. Haubrichs et R. Schreiner dir., Sarrebruck, 1994, p. 179 et suiv.

46 H. Simonsfeld, « Itinerario de Germania... », op. cit., p. 285.

47 Die Pilgerfahrt des Ritters Arnold von Harff von Cöln, E. von Groote éd., Cologne, 1860.

48 Ainsi, Eberhart Kunig, entre Dauphiné et Provence, notamment à propos du Luberon « Liberon, Liberonis ist sye uf welsch genant ».

49 Epinal, sur versant lorrain des Vosges est considéré au xve siècle comme située aux « Marches de Lorraine et d’Allemagne » ; dans les Alpes suisses, le toponyme « marca » peut désigner le point de contact entre deux vallées, objet de conflits ou de transactions entre voisins (cf. A. Riggenbach, Der Marchenstreit zwischen Schwyz und Einsiedeln und die Entstehunv der Eidgenossenschaft, Zurich, 1965).

50 En 1489-90, le marchand d’Ulm Hans Keller se rend à deux reprises en Italie par le Brenner (qu’il atteint en remontant le Lech jusqu’au Fernpass) : les ducats qu’il rapporte de Venise sont échangés contre de la monnaie locale à Hall, non loin d’Innsbruck. Dans la haute vallée de la Durance, la proscription des monnaies étrangères est en vigueur entre 1359 et 1405.

51 La mention de ces émigrés « die die schornsteine fegen und caminen » se trouve dans le recueil de proverbes publié par Johannes Agricola), Drey hundert gemeyner schprichworter, Haguenau, 1529, no 447.

52 Cf. E. Cameron, The Waldenses of the Alps. 1480-1580, Oxford, 1984. ; Cf P. Paravy, « Remarques sur le passage de saint Vincent Ferrier dans les vallées vaudoises », Bull. de la Soc. d'étude des Hautes-Alpes, 1985-86, p. 143-155 et Eadem, De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Evêques, fidèles et déviants (v. 1340-v. 1530), Rome, 1993. La première des deux lettres (1403, 1412) du prédicateur dominicain est publiée par H. Viallet, « Sorcellerie et déviance en Pays de Savoie du xve au xviie siècle », Revue savoisienne, 1999, p. 175 et suiv., ici, p. 183-184.

53 Le franciscain Jean de Winterthur (Die Chronik Johannes von Winterthur, C. Brun et F. Baethgen éd., Berlin, 1924, MGH, SS, NF3), auquel on doit le récit de la bataille, un quart de siècle plus tard, oscille entre réprobation et séduction devant ce « peuple de paysans » ou de « montagnards » révoltés contre l’autorité.

54 C. Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, 1995, p. 123-126 et Idem et de T. Wilhelmi, In Helvetios. Wider die Kuhschweizer. Fremd-und Feindbilder von den Schweizern in antieidgenossischen Texten aus der Zeit von 1386 bis 1532, Berne, 1998.

55 V. Honemann, « Sebastian Ilsung als Spanien reisender und Santiagopilger », dans Klaus Herbers, Deutsche Jakobspilger und ihre Berichte, Tübingen, 1988.

56 Cf. Texte en annexe.

57 V. Reinhardt, « Machavellis helvetische Projektion. Neue Überlegungen zu einem alten Thema », Revue suisse d’Histoire, 1995, p. 301-329.

58 Rozmital, op. cit., p. 114-115.

59 Örtel, p. 70.

60 Ainsi, l’humaniste Jean Trithème, au service de l’empereur Maximilien identifie-t-il le tombeau de son « ancêtre » Pharamond sur le site du Framont, dans les Vosges lorraines.

61 Cf. D. Guggisberg, Das Bild der « Alten Eidgenossen » in den Flugschriften des 16. bis Anfang 18. Jahrhunderts (1531-1712). Tendenzen und Funktionen eines Geschichtsbildes, Berne, 2000.

62 Cité par C. Hoffmann, L’Alsace au xviiie siècle, IV, Colmar, 1904.

63 Raymond Péraud, légat pontifical en Allemagne (cf. F. Rapp, « Un contemporain d’Alexandre VI Borgia, le cardinal R. Péraud », Comptes rendus des Séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1994, p. 665-677.)

64 1471-1484.

65 Probablement capturés pendant la Guerre souabe de 1499.

66 En réalité, R. Péraud est originaire de Saintonge.

67 Thelamonius Limperger, évêque suffragant de Bâle.

68 Actuellement Andermatt.

69 Airolo.

70 Saint-Jean du Cerlier.

71 Gionico.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540