Desktop versionMobile Version

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

De la montagne imaginée à la montagne rêvée

Rois dormants et montagnes magiques

Gilles Lecuppre

Volltext

  • 1 L’article de Cl. Lecouteux, « Aspects mythiques de la montagne au Moyen Âge », dans Le monde alpin (...)

1Quoique humanisée dans une large mesure, comme la majorité des communications l’a montré, la montagne conserve un versant imaginaire qui la rapproche irrésistiblement, au même titre que la mer, le désert ou la forêt, de la nature sauvage et de l’envers de la civilisation. Difficile d’accès, impressionnante par son altitude, ses formes massives et torturées, son silence et ses mystères, elle voisine depuis peu avec la catégorie esthétique kantienne du sublime et, pour l’homme médiéval, elle est certainement un domaine propice à la manifestation du merveilleux. Si elle peut servir de frontière, dans la littérature, le folklore et les mentalités, c’est qu’elle borne des royaumes d’aspect mythique, où héros et égarés trouveront le lieu et l’occasion du défi, de la prouesse et de l’initiation. Comme les espaces boisés, la montagne est un endroit dans lequel on se perd pour mieux se retrouver, mais également un lieu de refuge où l’on attend son heure. Elle offre en outre cette particularité de constituer un point d’accès à un au-delà partiel, où ceux qui ont quitté la société des vivants retrouvent leurs forces dans la félicité ou paient le prix de leurs crimes dans la fournaise volcanique1.

  • 2 Selon Jean-Christophe Cassard, « Arthur, [....] l’empereur Frédéric Barberousse, [le] roi Valdemar (...)

2L’antique séjour des dieux abrite dans les derniers siècles du Moyen Âge des princes et des héros appelés à entamer au moment décisif une seconde carrière. Certaines représentations politiques puisent donc à la source des légendes pour reconnaître dans la montagne l’un des décors essentiels à l’avènement d’un messianisme royal. De cette notion, qui est au cœur de l’étude, je donne pour l’instant une définition partielle, que j’affinerai par la suite pour mieux vérifier son caractère opératoire. Disons donc très largement qu’il s’agirait, chez un groupe insatisfait de sa situation dépréciée ou asservie, de l’espérance en une amélioration de sa condition, focalisée sur un personnage historique ou mythique cristallisant les principaux aspects de la culture en question. Qu’on y voie une matrice ou un écrin grandiose, le creux de la montagne constituerait donc l’antichambre de la revanche, cachant au commun des mortels le sommeil magique du sauveur2.

  • 3 Gilles Lecuppre, La seconde vie des rois. L’imposture politique dans l’Occident médiéval ( xiie- x (...)

3En tant que spécialiste du phénomène de l’imposture politique, de la tromperie sur la personne, qui a fait l’objet de mon travail de thèse3, je ne pouvais, sous ce rapport, que me poser les questions suivantes : y a-t-il eu, à quelque moment que ce soit, coïncidence entre les fables royales et des pratiques effectives ? Ne s’est-il jamais trouvé quelque bonne âme, suffisamment exaltée, dérangée, ou portée au sacrifice pour réaliser ces espérances, même de manière forcée ou maladroite ? En un mot, la perspective d’une menace à repousser ou d’un âge d’or à restaurer a-t-elle conduit quelque monarque à quitter son repos enchanteur et à descendre de sa montagne ?

4Un rapide tour d’horizon de ces légendes royales nous convaincra qu’une profonde unité est décelable derrière leur apparente pléthore, nous permettant d’isoler la figure du dormant et le rôle spécifique, à cet égard, de la montagne et du volcan. Ensuite, nous nous pencherons sur les éventuels débordements de l’ordre imaginaire sur ceux de la foi et de l’action, ré-interrogeant par là le concept problématique de messianisme et les privilèges des sites montagnards dans l’épiphanie d’un roi doublement sur le retour.

  • 4 Citons principalement deux contempteurs des « hérésies » suscitées post mortem par Frédéric II, Je (...)
  • 5 Ces cas, avec de proches voisins, ont notamment été collectés par E. S. Hartland, The Science of F (...)
  • 6 Arturo Graf, Miti, leggende e superstizioni del Medio Evo, Turin, 1892 (réed. 1980), II, p. 303-35 (...)
  • 7 Ibid., p. 304-307.
  • 8 Ibid., p. 311-314.
  • 9 Thomas d’Eccleston, Tractatus de adventu Fratrum Minorum in Angliam, A.G. Little éd., Manchester, (...)

5Il n’est pas exagéré d’évoquer un véritable réseau européen de retraites fabuleuses pour les puissants et les preux. Les chroniques ou les textes à vocation « ethnographique », voire religieuse, attestent près de cent ans après sa mort la présence supposée de l’empereur Staufen Frédéric II dans les monts de Thuringe, parfois précisément située dans l’un d’entre eux, nommé Kyffhäuser4. En Bohême, Venceslas II, qui avait joint à sa propre couronne celles de Pologne et de Hongrie et s’était éteint en 1305, se fait surprendre bien plus tard dans la grotte où il gisait assoupi par des montagnards en quête de cristaux de roche. Marko, roi de Serbie de 1371 à 1394, représenta le souvenir des relatives libertés perdues aux dépens des Ottomans ; dans cette optique, il devait guetter le moment propice sur une hauteur du Monténégro. Je pourrais ainsi multiplier les exemples, car s’il est vrai que l’Europe centrale, autour de ses monts Métallifères, est particulièrement riche de ces contes à dormir couché que les frères Grimm fixeront en leur temps, chacun, dans le reste de l’Occident, se donne le relief qu’il peut et attache la mémoire et l’espoir de tel ou tel brave à une fière éminence des Carpates ou à une modeste colline irlandaise5. Mieux vaut souligner l’antériorité thématique de la Montagne Creuse, dont tous ces récits ne sont souvent que des adaptations, et la primauté géographique de l’Etna. Le roi Arthur, en effet, ne séjournerait pas dans l’île d’Avalon, mais panserait ses blessures périodiquement rouvertes à l’intérieur du volcan sicilien. Je ne fais ici que résumer la démarche d’Arturo Graf, auteur en 1892 d’une étude sur ce thème en vogue à la fin du xiie et au xiiie siècle6. Césaire de Heisterbach puis Gervais de Tilbury ont rapporté des anecdotes sur des palefreniers à la poursuite de chevaux échappés soudainement confrontés, dans cette région, à l’existence d’un royaume parallèle dirigé par Arthur en personne7. Des poèmes italiens ou un roman français comme Floriant et Florete ne font ensuite que broder sur ce canevas, ce dernier emmenant ses protagonistes au château de Morgane, sis dans le Montgibel, toponyme adapté de la désignation locale de l’Etna, Mongibello, du latin mons et de l’arabe djebel, qui désignent par redondance la montagne8. Pour boucler la boucle, c’est également dans le Mongibello qu’est consigné le défunt empereur germanique Frédéric II selon une vision rapportée par le chroniqueur anglais Thomas d’Eccleston : un franciscain de Sicile en prière aurait vu cinq mille cavaliers s’enfoncer dans la mer avec un long sifflement ; l’un des membres du cortège lui révéla qu’il venait d’assister au cheminement de Frédéric, fraîchement décédé, vers l’Etna9.

  • 10 Voir, pour une approche universelle de cette équivalence, l’entrée « Caverne » du Dictionnaire des (...)
  • 11 Dans l’onomastique du vieux breton, le radical arth (l’ours) sert, parmi d’autres, à former les ap (...)
  • 12 1 Samuel, 22 : 1 Chroniques, 11, 15-19 ; Psaumes 57 et 142.
  • 13 F. Jourdan, La tradition des Sept Dormants, Paris, 1983.

6L’interprétation symbolique de ces épisodes montre à la fois la contamination du motif de la grotte ou de la caverne et les voies particulières de la montagne. On reconnaît sans peine la cavité soustraite au regard, ouverte sur un royaume symétrique, antipodique, et simultanément propice à une léthargie confortable, puisque souterraine. Une approche littéraire et psychanalytique s’appliquera à identifier cette profondeur à une matrice nourricière et protectrice, à développer l’idée d’une régénérescence au sein de la terre-mère pour un héros qui s’apprête à re-naître afin de mieux prolonger ses exploits10. Par ailleurs, la plupart des spécialistes arthuriens qui se sont penchés sur ces questions insistent à loisir sur les origines païennes de telles croyances, notamment en se référant à l’étymologie du nom royal : dans ses dérivés latin, gallois ou breton, Arthur renvoie toujours au grec arctos, qui désigne un ours, auquel la nature impose une hibernation cyclique dans une grotte11. Tout cela est vrai et connu des auteurs du Moyen Âge, Geoffroy de Monmouth en tête, mais ne doit pas occulter tout à fait une interprétation chrétienne de cette matière. David s’était jadis réfugié dans la caverne d’Adoullam, pour échapper aux soldats de Saül12. Surtout, il faut songer à la fascination exercée par les Sept Dormants d’Éphèse, rendus plus populaires par leur insertion dans la Légende dorée de Jacques de Voragine : sept jeunes hommes, préservés des persécutions de l’empereur Dèce (248-251) par un assoupissement de deux cents ans dans une anfractuosité du mont Anchilos, s’étaient réveillés au temps de Théodose II, dans un monde définitivement christianisé13. L’impact de ce thème hagiographique, lui-même inspiré de la Dormition de la Vierge, est tel que des avatars locaux ont suscité de nombreux sanctuaires.

  • 14 J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981.
  • 15 L’approche folklorique est souvent privilégiée par les articles qu’on peut trouver dans les périod (...)

7Associer le volcan ou la montagne à ces rois entre deux mondes se justifie également par leurs qualités intrinsèques. Faute de temps, et par humilité, je ne développerai pas la connexion de l’Etna avec l’au-delà de l’enfer ou du purgatoire, car Jacques Le Goff en a donné, comme chacun sait, une explication définitive14. Je préfère m’attacher, parce qu’il est moins connu, et plus en phase avec la thématique générale de ce colloque, au lien intime qui unit le Kyffhäuser, en Thuringe, au souvenir d’une certaine grandeur impériale15. La christianisation des Germains avait donné naissance à la croyance résiduelle en un repli stratégique de Wotan sur le Kyffhäuser, attendant là l’occasion de terrasser les prêtres qui l’avaient contraint à cet exil. En outre, de nombreuses rumeurs liées à la disparition de mineurs et de chercheurs de métaux précieux attiraient l’attention sur les richesses mystérieusement gardées du sous-sol. Enfin, l’abandon progressif dans les derniers siècles du Moyen Âge d’un château construit à la fin du xie siècle pour des ministériaux de l’Empire laissa des ruines vouées à la récupération des pierres et à la nostalgie d’un ordre révolu.

  • 16 Johannes Rothe, Düringische Chronik..., op. cit., p. 426 : Von dissent keiszer Frederiche dem Ketz (...)
  • 17 Ibid. : Disse büferei brenget der tüfel zu dormeite er dieselben ketzer vnde etzliche eynfeldige c (...)
  • 18 Jean de Winterthur, Chronique, op. cit., p. 280 : In hiis temporibus aput hommes diversigeneris, i (...)

8Tous ces éléments fusionnent dans la seconde moitié du xive et au début du xve siècle pour nous amener à considérer un instant la signification politique, sociale et religieuse de ces traditions. Le chroniqueur du cru, Johannes Rothe (mort en 1434), impute à Frédéric II une responsabilité dans l’émergence d’une nouvelle hérésie encore confidentielle, qui assure qu’il vit toujours, qu’aucun autre n’a mérité la dénomination d’empereur, qu’il erre en Thuringe, se rendant de château impérial en château impérial, se laissant parfois apercevoir16. En homme d’Église, prêtre et chapelain de la landgravine Anna, l’auteur juge que le diable invente ces sornettes pour perdre les hérétiques et les chrétiens un peu simplets17. Il rejoint en cela le franciscain Jean de Winterthur qui, en 1348, faisait déjà état des égarements doctrinaux de certains Allemands qui annonçaient le retour d’un Frédéric II enclin au nivellement social et à la persécution des clercs et des moines18.

9Les rois de la montagne auraient donc rencontré quelque écho dans la population. L’attente messianique complaisamment enregistrée s’est-elle toutefois traduite par une foi vécue et partagée en un sauveur providentiel, fédérateur d’un sentiment « national » ou moteur d’une révolte sociale ?

  • 19 A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues d’Étienne de Bourbon, Paris, 1 (...)

10Quelques doutes peuvent être jetés de prime abord sur la réalité d’un tel sentiment dans les cas particulièrement incongrus ou folkloriques. Il est difficile de déceler autre chose que les marques d’un engouement généralisé pour la matière de Bretagne dans la localisation fantaisiste, mais qui prouve aussi une certaine émulation internationale, de la demeure du roi Arthur en Sicile ou dans les Alpes. Des soucis contigus, plus étroitement religieux, poussent d’ailleurs au passage les professionnels de la théologie et de la prédication à annexer à la nouvelle mythologie de l’au-delà des éléments qui perdent dès lors leur sens premier : si, au détour d’un exemplum, Etienne de Bourbon situe le palais d’Arthur et la Mesnie Hellequin sur le mont du Chat, dont la silhouette domine le lac du Bourget, c’est bien pour diaboliser l’un et l’autre en les intégrant dans un système de pensée plus cohérent19.

  • 20 V. Greene, « Qui croit au retour d’Arthur ? », Cahiers de civilisation médiévale, XLV (2002), p. 3 (...)
  • 21 J’entends par là la personne (physique) du roi Arthur. Du reste, que la société politique bretonne (...)
  • 22 V. Greene, « Qui croit au retour d’Arthur ? », op. cit., p. 339.
  • 23 Ibid., p. 340.

11Allons plus loin encore en emboîtant le pas de Virginie Greene, qui dans un article remarquable paru il y a peu dans les Cahiers de civilisation médiévale a fait vaciller sur ses fondations l’idée d’une croyance des peuples celtiques eux-mêmes en un retour de leur héros20. Il n’existe curieusement aucune source galloise ou bretonne qui avalise des convictions de cette sorte. Arthur n’est pas un objet de foi21. Il est, en revanche, le plus souvent, au centre d’un topos anti-breton, un simple prétexte pour railler un groupe dont les auteurs médiévaux accentuent à dessein la différence. Plus rarement, cette espérance fictive suscite une forme d’admiration pour « d’héroïques et archaïques guerriers prêts à reprendre les armes pour la gloire et l’indépendance de leur nation »22. En tout cas, « la croyance supposée des Bretons [...] permet d’attribuer à un peuple à la fois idéalisé et dominé, les désirs et fantasmes primitifs que des personnes civilisées ne se permettent pas de prendre à leur propre compte »23.

12J’ignore encore si, à ce stade, on peut s’autoriser de cette étude pionnière et iconoclaste pour remettre en cause plus radicalement l’ensemble des espérances de ce type, qui n’ont peut-être jamais été véritablement vécues. Il est certain, néanmoins, qu’une redéfinition du messianisme articulée sur la notion de foi jette une ombre singulière sur ces motifs folkloriques ou légendaires qui voudraient qu’un personnage important puisse se réveiller après des siècles de sommeil ou d’attente en un lieu caché. Ma contribution à ce chantier se limitera pour le moment à considérer les tentatives concrètes menées pour ranimer les rois disparus.

  • 24 Sur tous ces points, je renvoie à la thèse à paraître mentionnée à la note 3.
  • 25 La plus belle réussite de ce genre de stratagème reste le cas du solitaire du bois de Glançon, prè (...)
  • 26 Le cas paradigmatique, mais loin d’être unique, est celui de Lambert Simnel, un jeune garçon qui f (...)

13Sur ce chapitre, je ne puis que constater un certain paradoxe. Alors que plus d’une trentaine d’imposteurs, de faux princes, sont apparus pour réclamer le trône entre le xiie et la fin du xve siècle (32 exactement, à ma connaissance), très peu se sont évertués à réveiller l’un de ces dormeurs du mont. Or, la loi statistique montre que ces doublures princières avaient tout intérêt à faire entendre leur revendication depuis des espaces périphériques mal contrôlés par les pouvoirs en place. À plus d’un titre, les mystificateurs sont des rois des marges ou des lisières24. En témoigne leur attirance pour la forêt, où ils opèrent fréquemment leur transmutation d’identité, où ils affectent, sous l’habit d’ermite, d’avoir mené à bien leur régénération spirituelle par une proximité accrue avec Dieu25. En outre, il est manifeste que la base territoriale et humaine de ceux qu’un succès notable a pu couronner se trouve dans les régions et les populations excentrées26. Dans ces conditions, on s’étonne de voir les zones montagnardes si peu représentées parmi leurs aires d’action, quand chacun aura compris qu’elles offraient la garantie d’un légendier royal pour le moins étoffé.

  • 27 L’épisode est assez bien documenté. Le dossier des sources se compose d’une lettre d’Urbain IV se (...)
  • 28 E. Kantorowicz, L’empereur..., op. cit., rapproche les deux sources de façon sibylline ( !), mais (...)
  • 29 Rappelons que le porteur de l’anecdote est le frère Mansueto da Castiglione Aretino, légat pontifi (...)
  • 30 Parmi ses zélateurs figurent les neveux de Pietro Ruffo qui, Grand Écuyer de Sicile, en liaison av (...)
  • 31 Ibid., p. 804 : Discedit pauper a frequentia hominum, barbam nutrit ; & ut concepta liberius valea (...)

14Deux imposteurs ont choisi de prendre de la hauteur pour tenter de dominer, s’arrêtant tous deux à la personnalité sulfureuse et charismatique de Frédéric II et parcourant en bonne logique les pentes de l’Etna et du Kyffhäuser. Le premier, Jean de Cocleria, un mendiant sicilien, profite de sa ressemblance physique avec le grand empereur en 1261-1262 pour camper dans la solitude son personnage avant de rassembler quelques opposants au roi Manfred, de semer le trouble dans l’île, et de terminer son court règne sur le gibet27. Les historiens qui s’intéressent aux destinées des Staufen ou à leur aura apocalyptique sur-interprètent l’épisode, qu’ils rapprochent de l’exemplum de Thomas d’Eccleston pour en déduire que la Sicile se préparait depuis onze ou douze ans à la résurrection de cet Antéchrist28. Ils commettent à mon sens deux erreurs. Premièrement, ils refusent de prendre en compte l’origine franciscaine de ce dernier récit qui, loin de promettre le retour de Frédéric, le voue au contraire à la damnation éternelle en le plongeant dans l’Etna29. Ensuite, ils se méprennent sur le contenu politique du complot organisé autour de Jean de Cocleria, qui ne se targue pas des aspects eschatologiques et religieusement incorrects de son modèle et ne brandit pas de signes surnaturels, mais se voit flanqué d’aristocrates représentant le parti guelfe et secondé par le pape Urbain IV en personne30. En somme, l’Etna n’apporte rien dans cette histoire qu’un cadre propice à l’isolement d’un acteur qui avait besoin d’un peu de temps pour se familiariser avec son rôle et se laisser pousser la barbe31.

  • 32 Historia Flagellantium, proecipue in Thuringia. Documenta II : prophetica Conradi Smedis vel potiu (...)

15Sensiblement différent est, plus de cent ans après, le cas de Konrad Schmid, le leader d’une secte de crypto-flagellants, jugé et condamné au bûcher pour hérésie à Nordhausen, non loin du Kyffhäuser. Parmi les nombreux chefs d’accusation figure la titulature qu’il s’était donnée : roi de Thuringe et empereur Frédéric32. Même si les indices sont ténus, ce comportement est à inscrire dans le contexte de la petite effervescence socio-religieuse que j’évoquais plus haut et qui lui survit du reste assez durablement. Lui seul a offert un visage et un corps à ce Frédéric déviant attendu par une minorité autour de la montagne magique. Ce messianisme illuminé, seulement concevable en dehors du christianisme, n’a plus guère été illustré avant la fin du Moyen Âge, cependant.

16Au bout du compte, il convient de distinguer imposture et messianisme, la première pratique se voulant une voie d’opposition et d’accaparement du pouvoir indépendante de la seconde et plus proche du coup d’État que de l’agitation religieuse. Il faut aussi constater, au terme de ce parcours, que l’hypothétique messianisme montagnard n’a jamais, au sens strict de cette expression, « créé l’événement ».

  • 33 Pierre Racine, lors de la discussion qui a suivi cette communication, fit remarquer que cette réat (...)
  • 34 A. Timm, « Der Kyffhäuser im deutschen Geschichtsbild », Historisch-politische Hefte der Ranke-Ges (...)

17Faut-il pour autant conclure sur le cliché de la montagne accouchant d’une souris ? Dans les contes, certes, elle fournit un accès au monde souterrain, au royaume des morts, au purgatoire et à l’enfer ; elle recèle des richesses minières colossales et inaccessibles qui laissent à penser qu’une cour peut y mener grand train ; elle suscite, enfin, des activités humaines qui ajoutent à son ténébreux charisme – des cultes païens y ont été célébrés, des châteaux perchés y ont été érigés, dont les ruines peuvent rappeler la figure d’un souverain. Les imposteurs et les partis qu’ils représentent n’ont pourtant pas recours à ces histoires, dont ils perçoivent le défaut de crédibilité. Il existe un contraste indéniable entre l’abondance de ces légendes royales, dont la montagne devient presque le symbole, et la faiblesse numérique et qualitative de leur mise en pratique. Cet écart nous invite bien sûr à réitérer la séparation entre l’ordre de la fiction et celui de la foi. À certains égards, il nous rappelle aussi que le concept fréquemment mal employé de messianisme politique s’applique avec beaucoup moins d’efficacité dans le champ de la contestation que dans celui de la propagande émanant du pouvoir. Tout bien pesé, il n’est jamais qu’une variante du mythe pessimiste de l’âge d’or qui induit une certaine passivité de la part des générations défavorisées. En revanche, intégré dans un discours officiel conscient et maîtrisé, il peut servir les intérêts de celui qui veut faire croire en une similitude de situations entre le passé glorieux et le présent. Il n’est pas indifférent que Guillaume Ier ait fait élever après l’unification allemande sa propre statue équestre sur le Kyffhäuser, un monument gigantesque dont le piédestal surplombe la représentation tout aussi démesurée d’un empereur endormi dans une caverne, identifié par un étrange glissement depuis 1519 non plus avec Frédéric II, mais avec Frédéric Ier Barberousse33. Guillaume, le nouveau monarque posant en Fredericus redivivus, accomplissait sciemment de la sorte les prophéties attribuées à son prestigieux devancier médiéval34.

  • 35 Hans Eberhardt, « Die Kyffhäuserburgen... », op. cit., p. 98-99.

18Ce faisant, le Hohenzollern ignorait une autre incarnation d’un Frédéric sur le Kyffhäuser en 1546. Un pauvre hère se faisait cette année-là passer à cet endroit pour le vieil empereur. Une enquête des autorités détermina qu’il s’agissait en fait d’un tailleur aliéné que les villageois avaient pathétiquement encouragé à jouer ce rôle, pour la parodie cruelle d’un avènement dont chacun sentait confusément qu’il relevait du dérisoire35.

Anmerkungen

1 L’article de Cl. Lecouteux, « Aspects mythiques de la montagne au Moyen Âge », dans Le monde alpin et rhodanien, 1982, p. 43-54, qui se présente au fond comme un catalogue thématique raisonné, constitue une bonne introduction au potentiel légendaire de ces espaces. L’auteur y insiste en outre sur la dimension énigmatique des spectacles et des bruits de la montagne : avalanches, brumes, brouillards, formes étranges produites par l’érosion... De son côté, D. James-Raoul préfère souligner l’ambivalence symbolique des hauteurs, toujours partagées entre démesure et transcendance, (« Monts et merveilles romanesques », dans La montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul dir., Paris, 2000, p. 255-283).

2 Selon Jean-Christophe Cassard, « Arthur, [....] l’empereur Frédéric Barberousse, [le] roi Valdemar ou [...] Charlemagne [...] partagent tous la caractéristique d’être l’ultime recours de leurs peuples en cas de calamités exceptionnelles ou d’invasions à venir » (J.-C. Cassard, « Arthur est vivant ! Jalons pour une enquête sur le messianisme royal au Moyen Âge », Cahiers de civilisation médiévale, XXXII (1989), p. 135-146, ici, p. 145). L’auteur invite en conséquence à poursuivre les investigations à travers ces motifs européens et extra-européens (« la figure de l’imam caché de l’Islam chîite duodécimain », p. 146), qui pourraient aboutir à un panorama des diverses croyances en un âge d’or retrouvé. Sur le motif de l’imam qui réside en une cité d’émeraude, Hûrqalyâ, associée à la montagne de Qâf, voir H. Corbin, En Islam iranien. Aspects spirituels et philosophiques, I, Le Shî’isme duodécimain, Paris, 1971, notamment p. 120. Depuis les commentaires du Coran jusqu’à certains contes des Mille et une nuits, la culture des mondes musulmans a fait une large place à ce mont fabuleux. La variété des textes qui lui ont été consacrés, sans pour autant en faire le cadre systématique d’un messianisme, est abordée par H. Toelle, « La montagne de Qâf dans la civilisation arabo-islamique classique », dans La montagne dans le texte médiéval..., op. cit., p. 211-223.

3 Gilles Lecuppre, La seconde vie des rois. L’imposture politique dans l’Occident médiéval ( xiie- xve siècle), Paris, à paraître.

4 Citons principalement deux contempteurs des « hérésies » suscitées post mortem par Frédéric II, Jean de Winterthur, Chronique, MGH SS rer. Germ, N.S. 3, p. 280-281, et Johannes Rothe, Düringische Chronik, R. von Liliencron éd., Thüringische Geschichtsquellen, III, Iéna, 1859, p. 426.

5 Ces cas, avec de proches voisins, ont notamment été collectés par E. S. Hartland, The Science of Fairy Tales, Londres, 1891, p. 172, et E. K. Chambers, Arthur of Britain, Londres, 1927 (réed. Cambridge, 1964), p. 225-232.

6 Arturo Graf, Miti, leggende e superstizioni del Medio Evo, Turin, 1892 (réed. 1980), II, p. 303-359 : « Artu nell’Etna ».

7 Ibid., p. 304-307.

8 Ibid., p. 311-314.

9 Thomas d’Eccleston, Tractatus de adventu Fratrum Minorum in Angliam, A.G. Little éd., Manchester, 1951, p. 96 : Dixit etiam, quod quidam frater stans in orto in oratione in Cicilia vidit maximum exercitum 5 milia militum equitum intrantem mare ; et crepuit mare, quasi estent omnes ex ere candente ; et dictum est ab uno eorum, quod fuit Fredericus imperator, qui ivit in montem Ethne : nam eodem tempore mortuus est Fredericus. E. Kantorowicz, L’empereur Frédéric II, Paris, 1987, p. 619, rapproche cette vision de la mort de Théodoric le Grand, roi des Goths.

10 Voir, pour une approche universelle de cette équivalence, l’entrée « Caverne » du Dictionnaire des symboles, J. Chevalier et A. Gheerbrant dir., Paris, 1982.

11 Dans l’onomastique du vieux breton, le radical arth (l’ours) sert, parmi d’autres, à former les appellations des valeureux combattants : J.-C. Cassard, « La guerre des Bretons armoricains au haut Moyen Âge », Revue historique, 275 (1986), p. 3-27, ici, p. 7-8.

12 1 Samuel, 22 : 1 Chroniques, 11, 15-19 ; Psaumes 57 et 142.

13 F. Jourdan, La tradition des Sept Dormants, Paris, 1983.

14 J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981.

15 L’approche folklorique est souvent privilégiée par les articles qu’on peut trouver dans les périodiques régionaux. Pour une réflexion historique sur le site, mieux vaut consulter Hans Eberhardt, « Die Kyffhäuserburgen in Geschichte und Sage », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 96 (1960), p. 66-103, et les premières pages de l’ouvrage de P. Munz, Frederick Barbarossa. A Study in Medieval Politics, New York, 1969, p. 3-22.

16 Johannes Rothe, Düringische Chronik..., op. cit., p. 426 : Von dissent keiszer Frederiche dem Ketzer erhub sich eyne nüwe Ketzerey, die noch heymelichen under cristen ist, unde die glouben gentzlichen, dos Keiszer Frederick noch lebe vnde lebende bleiben sulle bis an den jüngesten tagk vnde das keyn recht ir Keiszer noch om worden sey adir werden sulle unde das her wandir zu Kuffhussen yn Doringen vff dem wüsten slosse vnd ouch of andern wüsten burgen die zu dem reiche gehoren vnde rede mit den lewten vnd lasse sich zu gezeiten sehin.

17 Ibid. : Disse büferei brenget der tüfel zu dormeite er dieselben ketzer vnde etzliche eynfeldige cristenlewte vorleitet.

18 Jean de Winterthur, Chronique, op. cit., p. 280 : In hiis temporibus aput hommes diversigeneris, immo cuncti generis, multos valde assertissime vulgabatur imperatorem Fridricum secundum huius nominis, a quo secundam partent presentis operis inchoavi, ad reformandum statum omnino depravatum ecclesie venturum in robore maximo potentatus. La suite fustige une foi solide qui pense que son héros, découpé en mille morceaux ou réduit en poussière par le bûcher, reviendrait quand même à la vie. Après avoir repris les rênes de l’empire, il nivellerait la société en mariant les femmes pauvres aux hommes riches et inversement, forcerait les nonnes et les moines à convoler, et compenserait les pertes des veuves, des orphelins et des malheureux. Il persécuterait les clercs si atrocement que certains, pour cacher leur tonsure, se couvriraient le crâne de bouse de vache. Il chasserait les religieux, et surtout les frères mineurs, qui avaient soutenu le pape contre lui. À la fin de son règne, il chevaucherait à la tête d’une grande armée et renoncerait à l’empire sur le mont des Oliviers ou auprès de l’arbre sec – preuve de la diffusion (ou de la dilution ?) populaire d’un très ancien thème prophétique attribué au pseudo-Méthode.

19 A. Lecoy de la Marche, Anecdotes historiques, légendes et apologues d’Étienne de Bourbon, Paris, 1877, p. 231. La Dent du Chat (toponyme actuel) passait à l’origine pour avoir été le théâtre d’un combat entre Arthur et un chat monstrueux.

20 V. Greene, « Qui croit au retour d’Arthur ? », Cahiers de civilisation médiévale, XLV (2002), p. 321-340.

21 J’entends par là la personne (physique) du roi Arthur. Du reste, que la société politique bretonne ait choisi de forcer le destin en attribuant à quelques-uns de ses ducs le prestigieux prénom tend à prouver que le véritable Arthur n’était plus attendu.

22 V. Greene, « Qui croit au retour d’Arthur ? », op. cit., p. 339.

23 Ibid., p. 340.

24 Sur tous ces points, je renvoie à la thèse à paraître mentionnée à la note 3.

25 La plus belle réussite de ce genre de stratagème reste le cas du solitaire du bois de Glançon, près de Valenciennes, un ancien jongleur qui accepta volontiers de se faire passer pour le comte Baudouin de Flandre et de Hainaut, premier empereur latin de Constantinople. R. L. Wolff, « Baldwin of Flanders and Hainaut, First Latin Emperor of Constantinople : his Life, Death, and Resurrection, 1172-1225 », Speculum, 27 (1952), p. 281-322. Sur le déficit d’image qui, pour la véritable comtesse, résulta de la pendaison de ce simulateur, G. Lecuppre, « Jeanne de Flandre, traîtresse et parricide : thèmes radicaux d’une opposition politique », dans Reines et princesses au Moyen Âge. Actes du 5e colloque international de Montpellier. Université Paul Valéry (24-27 novembre 1999), I, Montpellier, 2001, p. 63-74.

26 Le cas paradigmatique, mais loin d’être unique, est celui de Lambert Simnel, un jeune garçon qui fut couronné à Dublin sous le nom d’Édouard VI, le 24 mai 1487. Pour une vue d’ensemble, M. J. Bennett, Lambert Simnel and the Battle of Stoke, Gloucester-New York, 1987.

27 L’épisode est assez bien documenté. Le dossier des sources se compose d’une lettre d’Urbain IV se réjouissant des difficultés faites à Manfred, le fds bâtard de Frédéric II, alors roi de Sicile, K. Hampe éd., « Urban IV und Manfred (1261-1264) », Heidelberger Abhandlungen zur mittleren und neueren Geschichte, 11 (1905), p. 81-82, d’une lettre de Manfred à Francisais Simplex, vicaire général de Toscane, F. Schneider éd., « Ein Schreiben Manfreds über den PseudoFriedrich (Johannes von Cocleria) », Ausgewählte Aufsätze für Geschichte und Diplomatik des Mittelalters, Aalen, 1974, p. 62-63, et de chroniques d’inégal intérêt : Chronique de Saba Malaspina, Muratori SS, 8, p. 804-806 (le rapport le plus complet et le mieux écrit), Chronique de Salimbene, MGH SS, 32, p. 173-174 (G. Scalia éd., Turnhout, 1998-1999, Corpus Christianorum. Continuatio medievalis, CXXV), Bartholomé de Neocastro : Historia sicula, Muratori SS, 13/3, p. 6-7, 21, Chronique de Jean de Winterthur, MGH SS rer. Germ, N.S. 3, p. 17.

28 E. Kantorowicz, L’empereur..., op. cit., rapproche les deux sources de façon sibylline ( !), mais suggestive. Des spécialistes de la matière prophétique font grand cas de ce concours de circonstances : le chapitre 6 de l’ouvrage de N. Cohn, Les fanatiques de l’Apocalypse, Paris, 1983, est de ce point de vue tout à fait révélateur.

29 Rappelons que le porteur de l’anecdote est le frère Mansueto da Castiglione Aretino, légat pontifical en Angleterre en 1258.

30 Parmi ses zélateurs figurent les neveux de Pietro Ruffo qui, Grand Écuyer de Sicile, en liaison avec le parti de l’Église, avait été assassiné en son exil de Terracine, dans le Latium, par des messagers du roi Manfred en 1256. Pour un tableau des événements de cet ordre, E. Pispisa, Il regno di Manfredi, Messine, 1991. Saba Malaspina, Chronique..., op. cit., p. 805 : Adhuc plures exules, quos perfidioe aut invidioe macula de naturalibus terris vicinis ejecerat, & in nemoribus latitabant, proecipue Bartholomaeus de Mileto, & fratres nepotes quondam veteris Petri de Calabria Comitis apud Tarracenam peremti, ad simulacrum audito rumore concurrunt, falsitatis causas explorant, quoesitas inveniunt, & velut qui fluminis impetu prolabentes apprehensa jam stipula turgidas credunt undas evadere, adhoeserunt exules monstro mendacii, & quas solus forte formare non poterat, jam plures falsi sibi additi fomites falsas roborant fictiones.

31 Ibid., p. 804 : Discedit pauper a frequentia hominum, barbam nutrit ; & ut concepta liberius valeat fabricare mendacia, loca petit vicina silvestria, firmat in monte Gibellio, qui alias Aethna dicitur, dolose latibulum, & imperiales sibi mores et verba, quoe veritas & natura non dabant, adultera fictione componit.

32 Historia Flagellantium, proecipue in Thuringia. Documenta II : prophetica Conradi Smedis vel potius Schmid hoeresi Flagellatorum infecti (cum glossis cujusdam catholici synchroni), A. Stumpf éd., Neue Mittheilungen aus dem Gebiet historisch-antiquarischer Forschungen, vol. 2, 1836, p. 20 : Glossa. Ubi dicit quod ipse Cunradus faber Rex sit et Thuringiae et Imperator Fredericus debeat nominari et esse... Sur les flagellants clandestins de Thuringe, voir le chapitre 8 de N. Cohn, Les fanatiques..., op. cit.

33 Pierre Racine, lors de la discussion qui a suivi cette communication, fit remarquer que cette réattribution à Barberousse tenait sans doute à une volonté affichée au début du xvie siècle de retour à la nation allemande, notamment attestée dans le discours de Luther, et que le Sicilien Frédéric II n’était pas en mesure d’incarner. Je le remercie vivement pour cette stimulante hypothèse.

34 A. Timm, « Der Kyffhäuser im deutschen Geschichtsbild », Historisch-politische Hefte der Ranke-Gesellschaft, Göttingen, 1961.

35 Hans Eberhardt, « Die Kyffhäuserburgen... », op. cit., p. 98-99.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search