Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sociétés et économies de montagne

Ressources et activités économiques dans les montagnes roussillonnaises (xie-xve siècle)

Anthony Pinto

Texte intégral

  • 1 Jusqu’à ce jour l’on compte une seule étude historique à caractère économique pour le Moyen Âge et (...)
  • 2 Des registres de notaire conservés pour Prats-de-Mollo-la-Preste, Céret, Arles-sur-Tech, Prades, V (...)

1Ces dernières années, l’intérêt pour l’étude du massif pyrénéen, et plus particulièrement des Pyrénées orientales, est allé croissant. Cependant, la question de l’activité économique des montagnes et des vallées roussillonnaises est restée en suspens1. Les sources pourtant ne manquent pas. Divers fonds (royaux, notariaux, ecclésiastiques, voire municipaux), pour l’essentiel conservés aux archives départementales des Pyrénées orientales (ADPO), permettent de réexaminer le dossier2. Au vu de l’étendue de la documentation et du caractère restreint des travaux sur ce thème, nous avons limité notre champ d’analyse à trois domaines. Il paraissait logique de débuter cette enquête par une présentation des ressources locales (eau, bois, minerais, pierre et roche), puis de poursuivre dans un deuxième temps sur l’importance de l’élevage en exposant ses différentes phases de développement entre le xe et le xve siècle. Enfin, il était tout aussi nécessaire d’exposer la réalité du substrat économique local en étudiant l’artisanat et les échanges commerciaux.

2Nous avons restreint notre champ d’investigation aux régions du Confient et du Vallespir. Ainsi, les vallées parallèles de la Têt et du Tech et les montagnes environnantes, massif du Canigou et massif du Carlit, qui culminent aux alentours de 2 800 à 2 900 m, constituent en gros le centre de notre étude.

Les ressources

L’eau

  • 3 S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du ixe au xve siècle, Paris, 1995.
  • 4 Ibid., p. 27.

3L’eau, à la fois nécessaire à l’homme, à l’agriculture, au bétail, mais également utilisée comme force motrice pour les moulins, les forges hydrauliques et les scies, voire pour le transport, a été un vecteur essentiel de croissance. Cette eau descendue des Pyrénées a notamment contribué à l’essor de l’agriculture roussillonnaise. Les fleuves pyrénéens, la Têt et le Tech, qui prennent respectivement leur source à 2 200 m et à 2 800 m, ont ainsi permis de fertiliser la plaine du Roussillon par le biais de l’irrigation3. Depuis au moins le ixe siècle, les monastères et en particulier les monastères bénédictins mirent à contribution ces rivières et torrents pyrénéens4.

  • 5 Ibid., p. 50-54.

4À la différence de l’époque gallo-romaine, où les cours d’eau faisaient partie du domaine public, à l’époque médiévale, les rivières et les fleuves font l’objet d’un phénomène d’appropriation privée. Le propriétaire pouvait être un seigneur laïc, ecclésiastique ou encore le comte-roi qui percevait un cens ou accordait un privilège perpétuel contre une somme d’argent. L’usage de l’eau se monnayait donc. Après l’appropriation des rivières et des torrents par les seigneurs, au cours d’une période bien étudiée par les travaux de Sylvie Caucanas, les rois de Majorque, puis d’Aragon, parvinrent, après quelques vicissitudes, à réaffirmer leurs droits régaliens5. La royauté n’eut alors de cesse de gérer au mieux cette richesse en accordant des prises d’eau à des communautés ou à des particuliers, mais aussi en exerçant son pouvoir de contrainte afin d’éviter les dommages et les excès. Cette préoccupation du roi à tirer profit des richesses disponibles de son saltus se perçoit également à travers les droits de pêche.

  • 6 B.-J. Alart, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Pyrénées orienta (...)
  • 7 Archives départementales des Pyrénées orientales (ADPO), Procuration royale (PR), 1B212, fo 81, 6 (...)
  • 8 Les habitants de Prades adressèrent une requête pour conserver le droit de pêche qu’ils disposaien (...)
  • 9 Il fut interdit aux consuls de Prats-de-Mollo-la-Preste de concéder des licences de pêche : ibid.,(...)
  • 10 Par exemple : ceux relatifs aux étangs et aux rivières de la vallée de Querol : ibid., 1B192, fo 3 (...)

5Sans comparaison aucune avec la pêche pratiquée sur le littoral ou la mer limitrophe, celle des montagnes et vallées n’était pas pour autant négligeable. Il n’est pas nécessaire d’insister sur le caractère religieux et par conséquent culturel de la consommation de poissons au Moyen Âge. Celle des truites était à l’évidence assez répandue : on les mangeait aussi bien fraîches que salées6. Comme ailleurs, sur le littoral ou en plaine, le roi contrôlait avec autorité la pêche en Confient ou en Vallespir. Des gardes veillaient à ce que l’on ne pêche pas sur les rives des eaux du Confient avec des filets et autres instruments de pêche7. Le garde des eaux, officiant comme garde-pêche, avait autorité pour faire comparaître devant la justice royale tous ceux reconnus coupables de fraudes. Toutefois, grâce à des licences ou des franchises concédées à des communautés ou à quelques particuliers, certains pouvaient pêcher en toute quiétude8. Le roi veillait toutefois à être le seul à accorder ce type de franchise et il pouvait contester celles concédées par des municipalités9. Lorsque cela était nécessaire, il n’hésitait pas non plus à réaffirmer les droits communaux concernant cette activité10.

  • 11 S. Caucanas, Moulins et irrigations..., op. cit., p. 195.
  • 12 Sur les premières moulines attestées : cf. J. Gibrat, Monographie de la paroisse de Prats-de-Mollo(...)
  • 13 ADPO, PR, 1B274, fo 78, 7 février 1453.

6Une autre originalité des montagnes roussillonnaises tient au fait que des moulins hydrauliques furent actifs assez tôt. Ainsi, la présence d’un moulin à grain est attestée en Confient, en 865 à Prades, ou en 878 à Olette. De manière tout aussi précoce, dès 1151, dans la haute vallée du Tech des moulins à foulon fonctionnaient à Prats-de-Mollo-la-Preste11. Le xive siècle marque une autre étape dans l’utilisation de l’énergie hydraulique. C’est au début de ce siècle que l’on commença à construire au bord des torrents des moulines à fer ou forges hydrauliques, ainsi que des scies hydrauliques dont le nombre ne cessa de croître au fil du temps12. En revanche, il ne semble pas qu’il y ait eu des moulins à papier en activité dans les régions montagneuses avant le xvie siècle, cette production étant concentrée au Moyen Âge, semble-t-il, à Perpignan13.

  • 14 Sur le commerce de la glace à l’époque moderne : cf. D. Fontaine, « Marti de Parutxania (+1618) : (...)

7Les autres ressources liées à l’eau, à savoir la glace dont le commerce devint si actif à partir du xvie siècle, et le thermalisme attesté à l’époque gallo-romaine, restent difficilement appréciables14. Pour que notre tableau soit complet, il faut évoquer la pratique du flottage assurant le transport de certains matériaux vers Perpignan, la capitale régionale, c’est ce que nous allons découvrir avec la présentation de la foresterie.

Le bois

  • 15 En 1366, le forestier principal fut remplacé car il s’adonnait au vagabondage et à la mendicité : (...)
  • 16 Pour les dégâts perpétrés dans un bois en Cerdagne, les habitants de plusieurs communautés furent (...)
  • 17 Un individu pouvait alors recevoir le droit de couper un nombre limité d’arbres dans une forêt. Le (...)

8Le bois constituait une autre richesse que se partageaient les seigneurs laïcs et ecclésiastiques, les communautés d’habitants et le roi. Les sources royales et notariales se font l’écho de l’importance de l’exploitation forestière et de la place du bois dans l’économie locale. Comme pour l’eau, le roi, successeur des comtes de Roussillon, avait reçu un vaste domaine forestier dont il monnayait les ressources. Dans un contexte où les réserves de bois étaient de plus en plus mises à contribution pour le chauffage, la construction, l’ameublement, le charbon pour la métallurgie, l’artisanat du cuir ou du drap, mais également pour les besoins croissants de la marine catalane, il était devenu de plus en plus nécessaire d’en contrôler l’exploitation. À partir des rois de Majorque, les polices se multiplièrent. Des forestiers étaient nommés afin de surveiller et protéger les forêts royales du Confient, du Vallespir, du Capcir et de Cerdagne15. Des dédommagements étaient du coup exigés contre ceux qui commettaient des fraudes16. Dans le domaine royal, pour couper du bois, ramasser des branches ou encore cueillir des feuilles pour nourrir le bétail, il fallait une autorisation du roi qu’il concédait contre argent ou service rendu17.

  • 18 La rente d’une seule forêt, ici forestage de celle de Carença, pouvait rapporter au roi jusqu’à 41 (...)
  • 19 ADPO, PR, 1 B/94, fo 8, 2 de septembre 1308.
  • 20 Ibid., fo 13v, 15 septembre 1318.

9Les registres de la procuration royale font apparaître que les revenus tirés du forestage de certaines forêts royales n’étaient pas négligeables18. L’exploitation des forêts royales les mieux connues sont celles des Ayades en haut Vallespir ou encore celles de Campcardos19. Des tarifs précis, concernant chaque arbre coupé ou emporté, de même que le type d’essence exploité, en rendent compte. Les variétés dominantes semblaient avoir été le sapin, le pin, le hêtre, le frêne ou encore le buis. En plus de ses revenus directs, le souverain y trouvait le bois indispensable à la construction de sa marine de guerre ou encore celui nécessaire aux machines de guerre. Ainsi, bien qu’autorisant l’exploitation des domaines forestiers des Ayades et de Saint-Guillem-de-Combret, les procureurs du roi interdisaient que l’on abatte les arbres bons pour la construction de pièces de navires comme les vergues ou les mâts20.

  • 21 On trouvait d’ailleurs ce produit parmi les marchandises taxées à la fin du xiiie siècle à Colliou (...)
  • 22 ADPO, PR, 1B94, fo 20, 3 août 1311.

10Contenir les agressions menées contre la forêt n’était pas chose aisée tant le bois était nécessaire à la vie économique locale. On sait bien que la cendre de bois était utilisée lors du procédé d’élaboration du drap, donc par le secteur de la draperie. Or, du fait du développement de la draperie roussillonnaise, on peut logiquement supposer que les besoins devaient être substantiels21. De plus, pour le secteur de l’alimentation, l’on fabriquait les douves des tonneaux dans certaines forêts du Vallespir, autour de Prats-de-Mollo-la-Preste22. On peut conjecturer que la présence d’un vignoble comptant des vins renommés en faisait un gros consommateur de barriques. N’oublions pas non plus de souligner que le secteur de la pêcherie était développé en Roussillon et que le poisson salé était conditionné dans des barils. Une demande en fût devait aussi exister. Enfin, d’autres produits dérivés du bois servaient aussi de matières premières pour certaines activités industrielles. Le secteur de la tannerie-mégisserie était consommateur d’écorce de chêne réduite, le tan, utilisé pour le tannage des peaux et aussi objet d’un commerce actif. Mais le produit dérivé mobilisateur et essentiel pour l’activité locale était le charbon.

  • 23 Les mentions abondent, nous rendrons compte de ces données dans une prochaine étude.
  • 24 ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/909, n.f., 1405.
  • 25 Ibid., 3E40/910, n. f., 20 octobre 1444.
  • 26 Ibid., PR, 1B94, fo 88v, 27 juillet 1326.
  • 27 Ibid., 1B24, fo 22v, 1330.
  • 28 Celles-ci pouvaient avoir une durée de 10 ans : ibid., 1B121, fo 83.

11Avec l’essor de la métallurgie, le charbonnage se développa au xve siècle. Au cours de ce siècle, cette activité connut une forte impulsion avec l’arrivée de nombreux Navarrais et de Biscayens dont on relève les noms dans les minutiers conservés pour le Vallespir (Prats-de-Mollo-la-Preste, Arles-sur-Tech, Céret) et le Confient (Prades, Villefranche-de Confient)23. La première mention relative à un charbonnier de Biscaye date de 140524. En général, les Basques travaillaient sur le site même de la forge, sans être pour autant associés aux exploitants du lieu. Comme les muletiers qui transportaient fer et charbon, les charbonniers ne recevaient pas un salaire mais étaient rémunérés à la tâche par les maîtres de forge25. Le roi était intéressé par cette activité. Pour le transport du charbon sur un site métallurgique, il pouvait exiger un droit d’entrée26. De plus, dans la rente de certaines moulines pouvait être incluse la traite du charbon27. Le monarque intervenait aussi directement dans ce secteur économique concédant des licences à des personnes qui s’associaient parfois afin de charbonner dans son domaine28. Parallèlement à cette utilisation, le bois faisait l’objet d’un commerce important pour alimenter le secteur de la construction.

  • 29 Ibid., Not. Céret, 3E40/7, n. f., 15 octobre 1408 ; ibid., 3E40/7, n. f., 23 janvier 1408.
  • 30 En plus de la qualité du bois, la mesure des troncs et des poutres sciés fut minutieusement notée (...)
  • 31 Ibid., fo 11, 5 avril 1459.
  • 32 Ibid., fo 12, 8 janvier 1461.

12Céret semble avoir été un actif centre de négoce. On relève en effet une société de teinturerie qui n’hésitait pas à investir ses capitaux dans le commerce du bois. Fréquemment, cette société négociait par lots d’environ 200 troncs de l’aulne, du peuplier noir et autres oliviers29. Comptant parmi les principales villes de la Couronne d’Aragon, Perpignan importait d’importantes quantités de bois. Nous avons pu relever quelques opérations attestant du trafic reliant la montagne à la capitale régionale. A la fin de l’été et au début du mois d’octobre 1455, deux fusters (menuisiers), par le biais de leur compagnie, achetèrent de grosses quantités de bois sciées en Confient. Le bois devait parvenir jusqu’à Perpignan par flottage sur la Têt. Les achats qu’ils effectuèrent portaient sur des troncs de sapin, des poutres de construction, des trabes de sapin et de pin30. Quelques années plus tard, ces mêmes marchands de bois perpignanais passèrent une convention avec une personne de Rodès afin de convoyer par voie d’eau du bois dont une partie avait été sciée à Py, en Conflent31. Les fonds engagés par ces deux fusters perpignanais, 10 400 sous en monnaie barcelonaise de tern, mettent en lumière l’importance du trafic de bois de construction reliant le Confient et la capitale régionale32.

  • 33 À la fin du xve siècle, à Prades, un bûcheron gascon avait vendu à des Roussillonnais 150 bûches c (...)
  • 34 Ibid., PR, 1B151, fo 4v, 25 juin 1393 ; ibid., 1B24, fo 23, 1330.
  • 35 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 21, p. 66, etc.
  • 36 Ibid., PR, 1B121, fo 74 et 74v, à 76, 1366.

13Si nous sommes peu renseigné sur les coupes de bois, en revanche l’activité de quelques scieries équipées de scies hydrauliques33 apparaît dans la documentation. Celles-ci devaient d’ailleurs être assez nombreuses à la fin du Moyen Âge, même si malheureusement les mentions les concernant se limitent au domaine royal. Or, celles-ci pouvaient aussi bien appartenir à un seigneur laïc ou ecclésiastique ou encore à un notable, mais nous ne disposons pas d’informations à leur égard. Pour les autres, elles pouvaient faire partie prenante d’un contrat d’exploitation d’une forêt incluant le charbonnage, le boisage, etc.34 Le roi attribuait régulièrement des licences d’exploitation conférant dans le même temps l’usage des eaux et du bois par le biais d’un contrat emphytéotique35. Certaines contraintes étaient du coup imposées. Ainsi, l’exploitation de la scierie se limitait parfois à la stricte découpe de troncs apportés et non coupés sur place36.

  • 37 Ibid., Notariat (Not.) de Céret, 3E40/53, 25 juillet 1460.

14Il faut également souligner la présence de châtaigneraies autour de Céret et l’absence d’informations concernant le liège37. Si la forêt était fortement mise à contribution, les sols l’étaient, eux aussi, dans une certaine mesure.

La pierre et la roche

  • 38 Pierre et archéologie, Colloque de Tautavel des 14-16 mai 1998, J.-C. Misckovsky et J. Lorenz dir. (...)
  • 39 En l’occurrence l’abbaye de Fontfroide : cf. C. Verna, « Esquisse d’une histoire des mines et de l (...)
  • 40 J.-P. Gely, « Le marbre de Céret (Pyrénées orientales) : neuf siècles d’extraction et d’emploi en (...)
  • 41 Ibid, p. 385.

15Depuis une haute époque des gisements de roches étaient exploités en Roussillon38. Au cours de la période romane de nombreux édifices furent construits grâce à la proximité et à la diversité des roches. Au Moyen Âge certaines abbayes pouvaient même être propriétaires de carrières39. Si dans la plaine du Roussillon les fameuses carrières de marbre de Baixas étaient en activité, d’autres gisements étaient également exploités en montagne. Le marbre rose ou blanc de Confient, ainsi que le marbre blanc veiné de Céret ou « blanc » de Carol, firent notamment l’objet d’une exploitation au cours de la période médiévale40. Le marbre rose du Confient est sans nul doute le plus connu : de prestigieux édifices romans, le monastère de Saint-Michel-de-Cuxa, le prieuré de Serrabone, etc., ou encore des édifices gothiques tels que le palais des rois de Majorque ou la loge de mer de Perpignan, conservent trace de son utilisation. À côté de l’exploitation des marbriers du Confient, on ne saurait oublier les gisements de Céret dont l’importance a été mise en exergue par les travaux de J.-P. Gely41.

  • 42 Ibid.
  • 43 On relève la présence de plusieurs tailleurs de pierre habitant Céret et un originaire de Llerç (E (...)
  • 44 J.-P., Gely, « Le marbre de Céret (Pyrénées orientales)... » op. cit., p. 385.
  • 45 ADPO, Not. Prades, 3E21/2, fo 28, inventaire post mortem, 1482.

16De nombreuses églises roussillonnaises, et ce depuis le xie siècle, et plus rarement quelques édifices civils construits à Elne ou à Céret, intégrèrent ce marbre dans leur architecture42. En dépit d’une exploitation révélée par les édifices régionaux, les sources écrites ne rendent pas compte de ce secteur d’activité. Seule l’étude du bâti permet de deviner l’exploitation de ce gisement. On notera néanmoins la mention de plusieurs tailleurs de pierre à Céret dans les minutiers de notaires43. Il est maintenant difficile de certifier si ces hommes travaillaient exclusivement dans les carrières et/ou à la construction d’édifices, mais on fera remarquer que c’est la seule localité où nous avons rencontré cette profession. Quoi qu’il en soit, à plein temps ou partiellement, il fallait bien que des individus originaires de la région soient mobilisés pour découper les blocs de marbre. D’ailleurs, cette production était suffisamment importante pour permettre quelques exportations en direction des régions voisines44. Il faut préciser que le marbre servait aussi à fabriquer des mortiers utilisés pour l’alimentation45.

  • 46 A. Cazes, Saint-Laurent-Cerdans, Custoja, Confient, Prades, 30 p.
  • 47 ADPO, Archives communales de Prats-de-Mollo, 124EDT/31, 1350. Voir aussi sur la politique de forti (...)
  • 48 ADPO, Not. Prats-de-Mollo, 3E40/983, 1448 ; ibid., Not. Céret, 3E40/55, n. fi, 1459 ; ibid., Not. (...)

17Si l’on sait que le granit gris de Saint-Laurent-de-Cerdans et le granit rose de Coustouges, en Vallespir, servirent à bâtir des églises, on ne connaît rien de leur exploitation46. Les informations que révèle le secteur de la pierre concernent la construction. Ce domaine d’activité était à nouveau en expansion au xve siècle. Après la construction de monastères à l’époque romane, la fortification des villes au milieu du xive siècle47, liée aux menaces des compagnies commandées par Du Guesclin ou celles formées de Gascons levées par le comte de Foix, une phase de renouveau du secteur de la construction s’amorça, à partir du milieu du xve siècle, grâce au développement de l’activité du fer. Si nous ne savons pas dans quelle mesure l’on a pu reconstruire après le tremblement de terre de 1428, l’embellie économique des vallées et des montagnes roussillonnaises permit la rénovation de nombreuses églises. L’apogée de ce mouvement semble avoir été atteint à la charnière des xve et xvie siècles. À preuve de cette situation, on relève les mentions de nombreux procureurs d’ouvrages chargés de la construction de chapelles ou d’églises en Confient et en Vallespir. Ces mentions et ce phénomène concernent en priorité les localités travaillant le fer, telles que Saint-Jean-de-Corts, Céret, en Vallespir, mais plus encore, Prades, Mosset, Canohès, Conat, Codalet, Molitg-les-Bains, Sirach, Catllar, en Confient48.

  • 49 Ibid., 3E21/1, 1485.
  • 50 Ibid., 3E19/1037, n. f., 1438.

18Enfin, nous disposons de quelques documents concernant l’exploitation de gisements d’argile. Un four à tuiles existait par exemple à Catllar, non loin de Prades49. Toujours dans la même région, la poterie paraissait une activité bien développée qui attira des étrangers notamment un potier allemand, installé à Prades en 143850. Si l’exploitation des roches et des gisements d’argile ne fait pas de doute, celle des sous-sols était bien plus considérable et mobilisait main-d’œuvre et capitaux.

Les minerais

  • 51 C. Verna, « Esquisse d’une histoire des mines... », op. cit., p. 48.
  • 52 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, I, Toulouse, p. 257.
  • 53 ADPO, PR, 1B234, P 14v, 1196.

19Le sous-sol du Roussillon se caractérise par sa richesse en minerai. Du fer, du plomb, de l’argent, de l’or, du cuivre, de l’alcofoll ou couleur, du vitriol ou encore du caparros, de l’étain, de l’airain, de l’antimoine, du soufre et de l’alun étaient exploités au Moyen Âge. La toute première mention précisant indirectement du minerai, en l’occurrence de fer, remonte à 85551. Mais les premiers documents prouvant une activité minière datent du xiie siècle. L’exploitation des gisements ferrifères du Canigou et du Vallespir est ainsi attestée en 115252. Un autre document de la fin du xiiie siècle révèle l’existence d’une mine d’argent à la Couma de Bouxeda, en Vallespir, près d’Arles-sur-Tech, appartenant à l’abbaye de Sainte-Marie-d’Arles53.

  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid
  • 56 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », Centre d'études et de recherches cata (...)
  • 57 Ibid., CERCA, 26 (1964), p. 308.

20Si le roi était au départ « seigneur » du sol, il concéda de nombreux avantages aux abbayes, surtout bénédictines, afin qu’elles extraient les minerais ferreux ou non ferreux54. Au xiiie siècle, le mouvement s’affirma encore. Mais soucieuses de mieux rationaliser leurs ressources, les abbayes concédèrent à des particuliers le soin d’exploiter les mines55. Puis à la fin du Moyen Âge, la royauté misa sur le régime de la concession. Pour citer Ph.-J. Hesse : « Le roi propriétaire du sol, par suite du droit régalien, accorde soit directement, soit par l’intermédiaire de ses représentants locaux, des autorisations de recherche ou exploitation aux particuliers qui le demandent56. » L’exploitation se faisait alors contre des redevances assez substantielles payées par les concessionnaires au trésor royal. Dans d’autres cas, mais plus tardivement au xve siècle, il arriva que le roi participe directement comme investisseur à l’extraction du minerai ou des métaux précieux57. Cette phase marque à notre sens un tournant. En effet, le rôle joué par le roi d’Aragon Alphonse le Magnanime (1416-1458) a été déterminant dans l’essor de l’extraction minière.

  • 58 Ibid., CERCA, 25 (1963), p. 252.
  • 59 Sur la politique d’Alphonse le Magnanime en Roussillon : cf. G. Romestan, « Les hommes d’affaires (...)
  • 60 À la même époque, il avait été chargé de fondre les métaux découverts dans des mines en Vallespir  (...)
  • 61 Ibid., fo 93, 6 novembre 1428.
  • 62 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., 27, 1965, p. 17.

21Lors de son règne et pendant la régence de sa femme, la reine Marie, les concessions délivrées pour la prospection de minerais se multiplièrent58. Il est étonnant qu’en dehors des travaux de Guy Romestan qui a pu montrer l’importance de la politique économique d’Alphonse le Magnanime, les historiens aient négligé son rôle dans l’essor de l’exploitation des ressources minières59. C’est, en effet, à cette époque que l’administration royale se structura afin de mieux surveiller l’exploitation des minerais non ferreux comme l’or, l’argent ou le plomb argentifère. En 1421, un garde des mines était nommé ; quatre ans plus tard, c’était un commissaire royal inspecteur des mines du Vallespir qui était désigné. En 1427, un ancien affineur, Michel Alerigues, orfèvre de Perpignan, occupait la charge de garde des mines60. Un an plus tard l’argenter, également maître des mines d’or et d’argent d’Arles-sur-Tech et du Capcir, fut révoqué pour absentéisme. Arnau Perer, pareur d’Arles-sur-Tech, lui succéda en qualité de délégué royal pour les mines d’Arles-sur-Tech alors qu’une autre personne était désignée comme garde des mines recherchées en Vallespir61. Par la désignation de ces officiers l’administration royale cherchait à aller au plus près des gisements afin de limiter les fraudes et par conséquent optimiser les revenus du trésor royal. Toujours dans le but d’accroître ses bénéfices, la royauté fit appel à des entrepreneurs ou des affineurs de métaux étrangers. On trouvait ainsi un Genevois et un Bourguignon62.

  • 63 En 1445, le mineur castillan Forticho Martines habitait Céret : cf. ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-P (...)
  • 64 Ibid., Not Céret, 3E40/57, n. f., 1465,
  • 65 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., 27, p. 17.
  • 66 Un paysan de Marquixanes, en Confient, avait par exemple livré 40 quintares de fer au pareur Pere (...)

22En s’appuyant sur l’étude des actes notariés, on peut corriger la chronologie proposée par Ph.-J. Hesse concernant l’arrivée de mineurs basques et navarrais. Les actes de la procuration royale permettent de dater leur arrivée à partir de 1493 : or, dès la première moitié du xve siècle, ils étaient déjà présents dans les mines roussillonnaises. Les sources notariales en mentionnent un dans les années 1440. Mais on peut penser d’une part que ces mineurs étaient plus nombreux, et de l’autre qu’ils étaient arrivés en même temps que les charbonniers et les maîtres de forge lors des deux premières décennies du xve siècle63. En 1465, un autre mineur basque habitait lui la mouline d’Aletha (Léta) et vivait à proximité du gisement en compagnie probablement d’autres compatriotes64. Si la présence de mineurs étrangers est attestée plus tôt qu’on ne le pensait, la fin du xve siècle reste toutefois marquée par l’arrivée de mineurs allemands65. En revanche, l’idée émise par Ph.-J. Hesse que les mineurs étaient surtout des paysans, est corroborée par les sources notariales66.

23Le saltus important dans les zones de montagnes offre aussi la possibilité d’en mettre une partie en valeur dans le cadre de l’élevage.

L’élevage

Le rôle des monastères et des ordres religieux

  • 67 Dans un des cartulaires urbains de Prats-de-Mollo-la-Preste, l’on peut à partir d’un document daté (...)

24Quelques données éparses nous permettent d’entrevoir la pratique de l’élevage à des dates relativement précoces, dès le xe siècle. En fait, plus l’on avance dans le temps, et plus les documents concernant cette activité sont nombreux. Donations ou achats de pâturages, franchises ou libertés concernant les droits de pacage, levées et abus de taxes, voire limites de certains pâturages et de plus en plus conflits d’intérêts constituent autant de documents nous permettant d’en saisir les prémices67. Grâce à la diversité et la précocité de la documentation, on peut donc avec une certaine précision suivre les principales étapes et définir les principaux acteurs de l’essor de l’élevage ovin entre le xe et le xve siècle.

  • 68 J. Marti Santjaume, Diateri de Puigcerda amb sa vegueria de Cerdenya i sotsvegueria de Vall de Rib (...)
  • 69 B.-J. Alart, Cartulaire roussillonnais, Paris, 1880, documents XI, LXV, datés de 1087.
  • 70 J. Naudo a très bien montré pour la Cerdagne la précocité des dons et le soutien apporté par quelq (...)
  • 71 F. Monsalvatge y Fossas, Noticias historicas. Monasterio de Sant Martin de Canigo, Olot, 1899, p.  (...)
  • 72 ADPO, Cartulaire roussillonnais, 2J/1 et 2. Voir aussi B.-J. Alart, Privilèges et titres relatifs (...)
  • 73 Au cours de la deuxième moitié du xiie siècle, les Templiers du Mas Deu reçurent un pacage à Orban (...)

25Tous les historiens se sont accordés à souligner avec justesse le rôle fondamental joué entre le ixe et le xiiie siècle par les monastères implantés dans les Pyrénées, mais également ceux du Languedoc et de la Catalogne. Déjà au xe siècle, des concessions de pâturages étaient réalisées en Cerdagne au bénéfice du monastère catalan de Sant Joan de les Abadesses68. À partir du siècle suivant, les donations se multiplièrent. La présence de grands établissements d’abord bénédictins (Saint-Martin-du-Canigou, Saint-Michel-de-Cuxa), puis la présence croissante des Cisterciens (Fontfroide, Poblet, Santes Creus), surtout à partir du xiie siècle, contribuèrent largement à l’essor de l’élevage local. Ainsi, les premières transhumances connues du xe siècle font intervenir les grands monastères catalans69. Ils créèrent de même des prairies artificielles. Mais pour se développer, les monastères bénéficièrent de l’indispensable soutien de la noblesse locale et plus tard du comte du Roussillon, avant que le roi n’en fasse de même70. On sait par exemple que le comte Bernard de Besalù fit donation en 1007 au monastère de Sainte-Maried’Arles des droits de pâture qu’il possédait dans la vallée de Riuferrer71.Les actes recueillis au xixe siècle par l’archiviste B.-J. Alart dans son célèbre cartulaire mettent bien en évidence ces donations, consenties par les nobles72. Le phénomène se pérennisa au xiie siècle : des nobles continuaient à faire donation de leurs droits et de leurs biens sur certains territoires73.

  • 74 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 64.
  • 75 E. Cauvet, Étude historique sur Fontfroide, abbaye de l’ordre de Cîteaux, située dans le diocèse e (...)
  • 76 ADPO, PR, 1B8, n. f., 6 janvier 1202.
  • 77 Ibid., Clergé régulier, H277, 24 septembre 1213.
  • 78 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 64.

26Les abbayes de Saint-Michel-de-Cuxa, Saint-Martin-du-Canigou ou encore Sainte-Marie-d’Arles, mais aussi le prieuré de Cornella, purent avec ces legs étendre leur patrimoine et prospérer. Toutefois, les abbayes se lancèrent de plus en plus dans une active politique d’acquisitions74. Nous sommes bien renseignés sur les terres achetées par les abbayes cisterciennes en Roussillon. Débutons par Fontfroide qui envoyait ses bêtes pâturer en Provence, dans les Corbières, le Fenouillèdes, ainsi qu’en Roussillon. Celle-ci prit soin dans cette dernière région d’étoffer ses parcours d’estives. Pendant près d’un siècle, en bénéficiant de l’appui des principaux seigneurs de la région, elle parvint à constituer un patrimoine important. Si l’abbaye profita de nombreuses donations et notamment celles consenties par le roi75, elle les compléta également par des acquisitions lui permettant d’accroître ses zones de pâturage. Elle acheta par exemple pour 10 000 sous le territoire d’Escaro en Conflent76. Devant le nombre de ses possessions, au début du xiiie siècle, le comte du Roussillon, Nunyo Sanche, la plaça sous sa protection77. Deux autres abbayes cisterciennes, filiales de Fontfroide, Santés Creus et Poblet, ne cessèrent elles aussi de multiplier les acquisitions, notamment dans le massif du Carlit entre les années 1160 et 118078.

  • 79 M. Riu i Riu, « Formación de las zonas de pastos veraniegos del monasterio de Santes Creus en el P (...)
  • 80 Cette compétition n’était pas unique. À la même époque, un procès opposait l’abbaye de Fontfroide (...)
  • 81 Ch. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003, p. 4 (...)

27Manuel Riu i Riu a pu souligner l’entreprise conquérante du monastère de Santes Creus qui cherchait à disposer de surfaces pastorales d’estives79. Fait assez remarquable, cette abbaye entra en compétition avec celle de Poblet pour le contrôle des pâturages du Carlit80. D’après les estimations de Christiane Rendu, elles auraient en définitive pu disposer de près de 30 000 hectares de pâturages pour leur cheptel81. À travers ces données, on ne peut que constater la portée de l’entreprise cistercienne, qui, à n’en pas douter, joua un rôle essentiel dans l’essor de l’élevage de la région et plus largement de la draperie. Toutefois, si les Cisterciens étaient de grands propriétaires de bétail, on ne doit pas oublier dans le même temps que bénédictins, templiers et autres prélats étaient également très impliqués dans l’élevage. Cette réalité n’aurait cependant pas été aussi importante et ne se serait pas pérennisée sans la protection inconditionnelle de la royauté.

Le rôle de la royauté

  • 82 F. Udina Martorell, El “Llibre Blanch” de Santas Creus (cartulario del siglo xii ), Barcelone, 195 (...)
  • 83 E. Cauvet, Étude historique sur Fontfroide..., op. cit., p. 141.
  • 84 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 1.

28Depuis au moins la fin du xiie siècle, l’entreprise d’expansion et de mise en valeur menée par les monastères et les ordres religieux fut incontestablement favorisée par la couronne d’Aragon. En 1173, le roi d’Aragon Alphonse Ier se proclama protecteur du monastère de Santes Creus, l’autorisant ainsi à acheter ou vendre tout type de terres. Dans le même temps, il lui accordait des droits de pacage dans tous ses États82. Son soutien aux monastères cisterciens est corroboré par d’autres documents. En 1177, il donnait à un autre monastère cistercien, Fontfroide, le pasquier de Roja et conférait au bayle de Prats-de-Mollo-la-Preste le soin d’interdire l’accès à ceux qui n’auraient pas reçu d’autorisation explicite des moines83. Multipliant les donations, le roi fit encore en 1180 don à l’abbaye du lieu-dit de Planès, en Confient84. L’appui de la royauté prit encore une autre ampleur avec Jacques Ier, dit le Conquérant.

  • 85 ADPO, Archives hospitalières d’Ille-sur-Tet, A.8, 22 octobre 1245.
  • 86 A. Huici Miranda, D. Cabanes Pecourt, Documentas de Jaime I d’Aragón, I, Valence, 1976, p. 206-207
  • 87 Ibid.
  • 88 ADPO, PR, 1B10, n. f., 22 novembre 1245.
  • 89 Ibid., 1B276, fo 125, 22 novembre 1245.

29Grâce à lui, pratiquement toutes les institutions religieuses présentes en Roussillon, templiers, bénédictins, institutions caritatives ou encore prélats, bénéficièrent de son soutien. Au cours de l’année 1245, il prit plusieurs initiatives. Ainsi à quelques jours d’intervalles, il mit sous sa protection les troupeaux et les biens de l’Hôpital d’Ille-sur-Têt85, avant de conférer des privilèges sur le Canigou à l’abbaye de Saint-Martin-du-Canigou86. Parmi toutes ces institutions religieuses, il faut reconnaître que les templiers bénéficièrent d’une attention particulière. Le roi Jacques Ier d’Aragon concéda ainsi en 1245 aux templiers du Mas Deu les droits de pâturage à Prats-de-Mollo-la-Preste87. Toujours au cours de la même période, il loua aux mêmes les pacages situés dans les montagnes de Prades sises sur la paroisse de Sainte-Juste-et-Rufine88. De leur côté, ces religieux achetèrent une portion délimitée des pacages de Comalada89.

  • 90 Il concéda ainsi de nombreuses franchises aux ordres religieux, en Aragon, dans le royaume de Vale (...)
  • 91 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 2. Le roi veillait à ce que cett (...)

30L’intérêt de ce monarque pour l’élevage concerna en fait tous ses États90. Sur le plan local, toute la teneur de sa politique se résume à travers une charte où il confirma aux principaux prélats de la région, l’évêque d’Elne, l’abbé de La Grasse, ceux de Saint-Michel-de-Cuxa, de Saint-Martin-du-Canigou, de Saint-Genis-des-Fontaines, de Sainte-Marie-d’Arles-sur-Tech, de Fontfroide et les prieurs de Cornella, d’Aspira, de Sainte-Marie-del-Camp et de Sainte-Marie-de-Serrabone, des privilèges justiciers et des droits d’herbage dans les pasquiers royaux91. Ses successeurs et en particulier les rois de Majorque ne firent souvent que confirmer les droits qu’il avait conférés aux abbayes ou aux communautés. Malgré tout, si le roi était un généreux donateur, la royauté n’en avait pas moins oublié de tirer des bénéfices assez importants des pasquiers royaux.

  • 92 En 1306, le droit de pacage de la Coma de Vaques était affermé pour 25 livres en monnaie de Barcel (...)
  • 93 A. M. Arago, R. Conde, « Evolució de les rendes del Confient.. », op. cit., p. 112.
  • 94 ADPO, PR, 1B173, fo 15-19, 2 mai 1399.
  • 95 Ibid., 1B192, fo 24v-25, 21 mai 1405.

31C’est surtout à partir du xive siècle et plus encore au xve siècle que l’on conserve de nombreuses informations sur les pasquiers royaux. Si le roi disposait des droits de pacage sur les pasquiers de Castelnou, du Vall de Ribes, de la Comalada (d’une capacité de 5 000 têtes de bétail), le droit le plus important était celui des pasquiers du Confient qui comprenait également les pâturages de la Coma de Vaques. Toute une organisation était en place afin de prélever la taxe sur le bétail entre les différents pâturages. L’impôt sur le parcours des bêtes était ainsi levé à Vinça, Claira et à Sant-Llorenç92. La vente aux enchères de ce droit fut de tout temps, au vu de la valeur des autres fermes, relativement élevée, atteignant jusqu’à 310 livres en monnaie barcelonaise de tern93. Les bénéfices étaient cependant partagés avec le prieur de Cornella. Cette taxe fut, on l’imagine, à l’origine d’innombrables excès : fraudes et contestations de droits. Il arrivait même parfois que l’on ne sache plus très bien qui payait et qui était exempté, ainsi que le prix de la taxe levée sur chaque bête. Pour sortir de cet imbroglio, des enquêtes pouvaient ainsi être ouvertes permettant de rétablir la teneur exacte de ce droit94. À la charnière des xive et xve siècles, le roi dut aussi, si l’on en croit un témoignage, réaffirmer son autorité sur les montagnes. En effet, en 1405, le roi et le prieur de Cornella durent confirmer aux bergers le droit de passer librement les cols quand bien même des barons, chevaliers et autres clercs occuperaient ces lieux95. Les conflits récurrents restaient toutefois ceux qui opposaient les communautés.

Communautés villageoises et urbaines

  • 96 B.-J. Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises..., op. cit., p. 21.
  • 97 P. Bonnassie, « La croissance agricole du haut Moyen Âge dans la Gaule du Midi et le nord-est de l (...)
  • 98 B.-J. Alart, Privilèges et titres relatif aux franchises..., op. cit., p. 22.

32Pour paraphraser B.-J. Alart, disons que de tout temps les communautés disposaient de droits qui remontaient à leurs origines et que la loi wisigothique, les diplômes carolingiens et les Usatges de Barcelone avaient par la suite confirmés96. Si les communautés montagnardes étaient en progrès à partir du ixe siècle et ce jusqu’au milieu du xe siècle97, les comtes et les prélats s’attachèrent, du xe et xie siècle, à en favoriser le peuplement et l’activité pastorale. En dépit des innombrables concessions accordées aux monastères ou malgré leurs achats réalisés dans certains territoires, les habitants des communautés conservèrent les droits qu’ils possédaient auparavant. Très tôt, certains prélats favorisèrent même leur essor. En 1052, le seigneur et abbé du Canigou concéda aux habitants du Vernet une réduction de redevance de pacage et l’affranchissement de la corvée de tragin98. Les monastères stimulèrent donc l’élevage ovin paysan. Puis le roi amplifia le mouvement aux siècles suivants.

  • 99 Ibid., p. 35.
  • 100 J. Font Ruis, Cartas de población y franquicia de Cataluña, II, Madrid-Barcelone, 1969, p. 640.
  • 101 ADPO, Archives communales de Vinça, 183EDT/1 (AA1), 1er février 1269.
  • 102 Ibid., Cartulaire de Villefranche-de-Conflent, 2J/17, fo 14 et 14v, 28 mars 1210.
  • 103 Cf. supra note100.
  • 104 Le 21 janvier 1242, le roi affranchit tous les habitants de Prats-de-Mollo-la-Preste des droits d’ (...)
  • 105 Les cartulaires urbains, par exemple celui de Prats-de-Mollo-la-Preste, soulignent clairement la p (...)

33Avec la création ex nihilo de Puigcerdà, ville créée en Cerdagne, ou encore la concession de chartes de peuplement, les phases de població et d’émancipation des villes eurent des effets stimulants sur l’élevage. Le mouvement municipal se réalisa en Roussillon avec le soutien du potentat local, puis de la royauté, notamment sous le règne de Jacques le Conquérant. Le cas de Villefranche-de-Conflent nous éclaire sur cette montée en puissance des foyers urbains. En 1095, cette localité reçut une charte de població ou franchises communales du comte99. Avant 1210, la ville était déjà dotée d’une institution municipale, d’une universitas. À partir du début du xiiie siècle, de nombreuses franchises lui furent confirmées, alors que des droits féodaux eurent tendance dans le même temps à être supprimés. En 1207, le droit féodal de la exorquia fut abrogé par le roi Pierre le Catholique, avant que le roi Jacques Ier, ne supprime en 1243 les trois mals usos, les mauvais usages100. En 1269, l’infant Jaume, roi de Majorque, confirma ces dispositions101. Les deux rois d’Aragon antérieurs, Pierre et Jacques, avaient également pris des mesures pour favoriser l’élevage. Ainsi le premier accorda à la ville le droit de bâtir des bergeries franches de tous droits dans les pasquiers royaux afin d’y mener les troupeaux102. Au même moment, la royauté confirma aux habitants de Villefranche-de-Conflent les droits de pâture à Salses, dans la garrigue. Cette franchise visait sans doute à favoriser l’hivernage du bétail conflentais ; le second autorisa la libre circulation du bétail dans ses pasquiers103. Ce mouvement de franchises urbaines accordées à certaines localités se perçoit également avec Prats-de-Mollo-la-Preste104. Là aussi, les rois de Majorque se contentèrent souvent de réaffirmer simplement des dispositions prises antérieurement105.

  • 106 Les problèmes entre les abbayes et les particuliers ne firent que s’envenimer à partir du xiiie si (...)
  • 107 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 61.

34Si on arrive à deviner par la concession de nombreuses franchises les conditions d’une croissance, sur le plan économique, il est bien difficile par le biais des sources de percevoir directement le poids de l’élevage dans les villages et les bourgades. Le phénomène urbain n’en contribua pas moins à faire reculer l’importance des monastères roussillonnais. Comme en Italie du Nord, les monastères devinrent de moins en moins présents dans la gestion directe de la montagne et cédèrent des montagnes aux communautés et aux villes106. Ainsi, en 1298, le monastère de Poblet finit par vendre ses pâturages, avant d’être suivi quelques années plus tard, en 1329, par Santes Creus qui céda également ses montagnes à la ville de Puigcerdà107. Dans une phase de mise en place des institutions municipales, doublée d’un contexte d’essor économique avec en particulier le développement de la draperie, l’élevage, et en particulier l’élevage ovin, devinrent définitivement l’affaire des laïcs. C’est réellement à partir des sources datant du dernier quart du xiiie siècle que l’on parvient à découvrir l’identité des propriétaires de moutons.

Propriétaires et bergers à la fin du Moyen Age

  • 108 ADPO, Not. Perpignan, 3E1/13, n. f., 1283.
  • 109 Deux artisans, un tisserand et un tailleur, de Perpignan, achetèrent par exemple deux parts dans u (...)
  • 110 Ibid., 3E1/16, P 8v, mai 1285 ; ibid., fo 49v, 16 novembre 1285, etc.

35Les plus anciens minutiers conservés pour la région sont ceux de Perpignan et de Puigcerdà. En consultant les seuls protocoles perpignanais on observe tout d’abord la présence de certains prélats propriétaires de troupeaux, notamment dans les Albères108. Cette situation traduit donc une continuité avec les siècles précédents. Néanmoins, on note aussi l’apparition de troupeaux appartenant à des artisans, ici en l’occurrence des pareurs de draps de Perpignan109. Enfin, on peut mettre en évidence le poids du cheptel présent dès cette époque dans la plaine autour de Perpignan et possédé par des paysans110.

  • 111 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne…,op. cit., p. 21.
  • 112 Les Giginta de Rivesaltes constituaient l’une des principales familles d’éleveurs ovins en Roussil (...)

36Les affaires liées à la perception du droit des pasquiers royaux, complétées par les minutiers des notaires, permettent de dresser une carte assez précise des éleveurs ovins présents un siècle plus tard, au xve siècle. Comme l’avait indiqué Christiane Rendu, on s’aperçoit que les propriétaires fréquentant les pasquiers royaux provenaient des localités de la Salanque, région bordant le littoral111. C’est là qu’on trouvait un élevage fournissant une laine de qualité dont avait tant besoin la draperie perpignanaise. Dans cette zone se détachaient plus particulièrement deux foyers d’élevage : un concentré autour d’Elne et un autre situé à Rivesaltes112. On relève donc une continuité avec le xiiie siècle. L’étude des taxes levées sur les pasquiers a néanmoins ses limites. En effet, le bétail de certains foyers de population tels que Prats-de-Mollo-la-Preste ou Villefranche-de-Conflent, était franc de droits de pâture sur les territoires faisant partie des pasquiers royaux. Quelques bribes d’actes notariés permettent cependant de saisir la réalité du cheptel concentré dans les vallées.

  • 113 Ibid., Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/913, fo 89, 22 septembre 1448 ; ibid., 3E40/912, n. f., (...)
  • 114 Pour Prades par exemple : ibid., Not. Prades, 3E21/9, fo 47, 1er septembre 1491 ; ibid., 3E21/18, (...)
  • 115 À la fin du xve siècle, on relève un de ces propriétaires de bétail. Ainsi Pere March, boutiquier, (...)
  • 116 Ibid, PR, 1B226, fo 35v, décembre 1422.
  • 117 Ibid, 1B173, P 17, mai 1399 ; ibid., 1B226, fo 147-148, 9 août 1424.

37Au hasard des sources, on rencontre un marchand de Prats-de-Mollo-la-Preste, à la fois propriétaire et négociant de moutons. Au cours de l’automne 1448, il se sépara de 83 moutons pour 49 livres en monnaie de Barcelone ; le mois suivant ce furent 34 autres pour une valeur de 14 livres et demie et enfin, il en vendit encore pour 50 livres barcelonaises. L’année suivante, il plaçait en commande-dépôt 201 moutons113. Si l’on en croit les sources notariales, toutes les villes des vallées du Vallespir et du Confient avaient à leur disposition un cheptel ovin abondant mais éclaté entre de multiples propriétaires, des artisans, des marchands ou de simples éleveurs114. Les sources notariales, en dépit de leurs lacunes, laissent entrevoir la présence d’un élevage ovin suffisamment important pour approvisionner les centres drapiers locaux. Ouvrons ici une parenthèse pour préciser que dans le même temps, un cheptel bovin était possédé de la même manière à Prats-de-Mollo-la-Preste, Saint-Jean-Pla-Corts, Céret, Prades et sans doute Villefranche-de-Conflent115. Mais pour en revenir à nos moutons, les troupeaux dépassant les 500 unités restaient exceptionnels en Roussillon. À noter toutefois que deux habitants de Villefranche-de-Conflent, qui devaient payer le droit de pâture au bayle de Ponteilla, possédaient l’un 1 070 bêtes et l’autre 300 ovins116. En fait, les grands troupeaux transhumants étaient des troupeaux étrangers à la région. Ces regroupements de propriétaires venaient à la fois du versant sud des Pyrénées, de la Catalogne et du Languedoc. Ainsi un habitant de la ville de Baga faisait pâturer en Cerdagne 3 000 bêtes alors qu’un Languedocien de Durban, lui était sociétaire d’un troupeau de 1 600 têtes117.

  • 118 Deux Béarnais vendirent 700 moutons à un bourgeois de Perpignan : ibid., 3E1/1653, fo 141v, 21 oct (...)
  • 119 En 1309, le roi avait accordé le droit aux bergers de posséder 30 bêtes en commun avec un propriét (...)
  • 120 Ibid., 3E40/912, n. f., 16 novembre 1448 ; ibid., 3E40/913, n. f., 1448 ; ibid., 3E40/53, n. f., 4 (...)
  • 121 Les bergers béarnais étaient nombreux à monter les bêtes des propriétaires de Toulouges ou de Rive (...)
  • 122 Ibid., 3E21/8, fo 22v, 1489, fo 27, 18 juin.

38Un autre fait marquant est également l’arrivée au xve siècle de nombreux pâtres béarnais. Ils venaient à la fois vendre leurs troupeaux à Elne et à Perpignan, mais aussi s’employer comme bergers118. Ceux-ci conservaient néanmoins quelques bêtes119. Plusieurs de ces pâtres résidaient dans les vallées, à Arles-sur-Tech ou à Céret120. Mais de manière surprenante, les bergers béarnais étaient, semble-t-il, plus nombreux à être employés et à vivre auprès des éleveurs originaires des localités situées dans la plaine autour d’Elne et de Rivesaltes121. Tout au long du xve siècle, on peut croire au vu des occurrences concernant le bétail français, que l’importation des bêtes provenant du sud du Royaume de France n’avait cessé de croître122.

39Toutes ces informations sont quelque peu surprenantes, car en présence d’une capitale économique, Perpignan, rayonnant au niveau méditerranéen et européen, on pouvait s’attendre à trouver au xve siècle parmi les grands propriétaires, des artisans ou des marchands perpignanais. Leur présence dans l’élevage ovin roussillonnais reste en fait assez limitée. On fera également remarquer qu’à la différence de la Provence, de l’Auvergne ou de la Castille, on ne trouve pas non plus de nobles ruraux comme grands propriétaires de bétail. Cette situation est une des conséquences du rôle essentiel joué dans la région par les institutions ecclésiastiques.

L’artisanat

La draperie

  • 123 Cf. supra note 11.
  • 124 Un pareur de Prats-de-Mollo-la-Preste s’installa par exemple à Perpignan en 1283 : cf. ADPO, Not. (...)
  • 125 M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », dans Anuario d (...)
  • 126 Pour la Catalogne : cf. A. Pinto, Commerce et draperie..., op. cit., vol. II, p. 358. Pour la Sici (...)
  • 127 G. Romestan, « Un marchand perpignanais au xive siècle Bernat Saquet », dans Actes du LXVIIe C.F.H (...)

40L’existence à Prats-de-Mollo-la-Preste d’un moulin à foulon attestée dès le xiie siècle révèle la précocité de l’essor de la draperie dans cette partie des Pyrénées123. Son développement s’accéléra encore au siècle suivant puisque l’on relève dans les minutiers des notaires de Perpignan des mentions d’apprêteurs de draps et de tisserands originaires des vallées pyrénéennes124. À la charnière des xiiie et xive siècles, le centre drapier de Villefranche-de-Conflent exportait ses draps125. D’autres foyers textiles lui emboîtèrent le pas au xive siècle exportant leurs produits en Catalogne et en Sicile126. À la fin de la période médiévale, les villes drapantes des vallées pyrénéennes constituaient, après Perpignan, le principal foyer de la draperie roussillonnaise. D’ailleurs, une taxe sur les draps, la bulle de plomb et du sceau, était prélevée à Arles-sur-Tech, mais aussi en Confient, à Villefranche-de-Conflent. En 1382, un marchand de Perpignan, Bernard Saquet, emporta la ferme de la généralité de la bulle de plomb et du sceau en Vallespin pour la forte somme de 4 134 livres en monnaie barcelonaise de tern127.

  • 128 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/828, nf. 1405. Dans un acte daté de 1421, on apprend qu’une compag (...)
  • 129 Cf. supra note 30.
  • 130 Pour Saint-Joan-Pla-Corts : cf ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/911, 2 juillet 1446.

41Toutes les différentes étapes de la fabrication étaient assurées localement et non à Perpignan. La teinturerie était implantée dans la plupart des villes ou bourgades d’importance. Plusieurs localités comptaient suffisamment d’individus disposant de capitaux et de savoir-faire technique pour que la teinture des draps y soit localement réalisée. Ainsi, le secteur de la teinturerie est attesté à Arles-sur-Tech, à Céret, à Villefranche-sur-Conflent, à Prats-de-Mollo-la-Preste ou encore à Ille-sur-Têt. Au xve siècle, plusieurs ateliers fonctionnaient sous le régime de l’association artisanale128. Un gros atelier était notamment en activité à Céret, comme nous l’avons vu129. Quant aux moulins à foulon et aux étendoirs, on les trouvait également à Céret, Saint-Jean-Pla-Corts, Arles-sur-Tech, à Villefranche-de-Conflent et à Prats-de-Mollo-la-Preste130. Toujours dans le domaine de la production, l’apport indispensable de filasse, de laine et de draps écrus était assuré par les zones de relief où la draperie était conjointement présente.

  • 131 Cf. infra note 167.
  • 132 Parmi de nombreux exemples : Joan Corona, marchand de Prats-de-Mollo-la-Preste, céda en commande 1 (...)
  • 133 Après la peste de 1348, des marchands et des artisans d’Arles-sur-Tech et surtout de Céret allaien (...)
  • 134 Les Comelles, les Aygabella et les Perer, tous à l’origine des artisans drapiers, furent très acti (...)

42Le succès de cette draperie reposait sur sa bonne qualité dont les prix dépassaient ceux du Languedoc ou de Catalogne. Cette activité continua de prospérer au xve siècle, ce qui remet en cause certaines idées reçues sur la conjoncture. La bonne santé de la draperie locale allait se traduire par une immigration continue d’artisans de Catalogne, du Languedoc et plus largement des Pyrénées131. L’autre point fort de cette draperie tenait au fait qu’elle sut préserver son indépendance vis-à-vis des marchands perpignanais. En effet, la commercialisation des draps n’échappait pas entièrement aux artisans drapiers ou aux marchands pyrénéens qui parfois partaient les vendre à Barcelone, mais aussi plus loin en direction de Naples, de la Sicile ou encore de l’Ultramar vers le Liban et la Syrie132. La capitale régionale, Perpignan, et à un degré moindre celle du principat de Catalogne, Barcelone, n’en demeuraient pas moins les plaques tournantes du commerce international des draps. Si la draperie locale travaillait pour l’exportation, il ne faudrait toutefois pas sous-estimer le poids du marché local133. La vitalité de cette activité permit à certains artisans de devenir de véritables entrepreneurs, constituant au xve siècle une élite urbaine aisée, présente dans le même temps dans la production et le commerce du fer134.

La métallurgie et la ferronnerie

  • 135 On relève de nombreux achats de fer réalisés par des habitants de cette localité : cf. ADPO, Not. (...)

43Bien des personnes se sont intéressées au travail du fer en Roussillon. Néanmoins, les historiens ont négligé la portée des minutiers des notaires pour l’étude de cette activité. Or, contrats de location de forge ou de mouline, ventes de barres de fer, contrats d’embauches, biens produits, noms et origines des fabres ou ferrons, mentions de fabricants d’armes, de charbonniers ou encore des muletiers travaillant sur les forges, peuvent être relevées dans les protocoles des notaires. Du coup, ces informations inédites changent quelque peu la connaissance que l’on peut avoir sur l’activité métallurgique en Roussillon. La carte de cette production jusqu’ici dressée pour le xve siècle mérite d’être complétée. Plusieurs localités apparaissent alors comme des foyers d’activité métallurgique. Il s’agit avant tout de Céret, de Saint-Jean-Pla-Corts où le minerai était transporté afin d’y être transformé et ouvragé135. Plus loin, dans la plaine, au pied du massif des Albères, au bas du Perthus, était situé l’autre foyer métallurgique du Boulou où le fer était aussi acheminé avant d’y être travaillé.

  • 136 Ibid., Not. Céret, 3E40/50, fo 115v, 20 avril 1445.
  • 137 Ibid., 3E40/52, n. f., 2 août 1456 ; ibid, 3E40/53, n. f., 29 septembre 1461 ; ibid., n. f., 18 se (...)
  • 138 Ibid., 3E40/9, n. f., 31 mars 1414 ; ibid., 3E40/52, n. f., 2 août 1452 ; ibid., 3E40/63, fo 51 v, (...)

44Une activité métallurgique florissante sise à Céret doit être aussi mise en exergue. Sans trop rentrer dans le détail, on peut néanmoins dire qu’une forge fonctionnait au lieu-dit appelé Le moulin, près du Pont du diable, une à Reynès, une autre aux Bains (Amélie-les-Bains), située sur ce même territoire de Céret, et enfin une dernière au mas Parrot136. Toujours en nous appuyant sur la documentation notariale, on devine que cette localité de Céret constituait un centre commercial pour de nombreuses forges situées dans le massif du Canigou137. Des transactions portant sur les aliments, les mules, le crédit et bien entendu sur le fer s’y déroulaient138.

  • 139 Ibid., 3E40/9, n. f., 22 juin 1414 ; ibid, Not. Prades, 3E21/2, fo 28, 1481.
  • 140 Ibid.
  • 141 À l’instar, du Languedoc voisin, on devait assurément fabriquer des martinets. Un ferrer de Valman (...)
  • 142 Ibid., 3E40/69, fo 71, 4 septembre 1490.
  • 143 Ces ferrudes pouvaient se vendre par quintar : ibid., 3E40/911, Not. Prats-de-Mollo, fo 131v, 31 m (...)

45On peut également définir que le secteur de la ferronnerie était très développé à Prats-de-Mollo-la-Preste, à Villefranche-de-Conflent, à Céret, à Arles-sur-Tech, à Saint-Jean-Pla-Corts, à Prades, à Mosset, Catllano, Mosset, Le Boulou et à Ille-sur-Tet, sans oublier Perpignan. Les mêmes sources nous informent sur l’existence d’une production variée d’articles en fer ouvragés. On apprend ainsi qu’à Céret et à Arles-sur-Tech l’on produisait des candélabres139. Les inventaires post mortem de la fin du xve siècle font apparaître avec une trop grande évidence des stocks de chaudrons et autres ustensiles ménagers pour ne pas penser qu’on les produisaient en série140. Toujours par déduction, on peut supposer que l’on fabriquait sur place les chaudrons servant à la teinture des draps, des martinets, ainsi que les enclumes que les bayles saisissaient aux mauvais payeurs141. Nous sommes tout aussi mal renseigné sur la clouterie, pourtant celle-ci existait. À la charnière des xve et xvie siècles, à Céret, un jeune Savoyard de 18 ans s’employa pendant un an chez Ludovic Ripoll, maître clavorum142. Différentes mentions de stocks ou de ventes de ferrudes suggèrent l’existence d’une production variée que venait compléter la manufacture d’armes143.

46Si l’on devait fabriquer des armes à bouches dans les villes pyrénéennes, on trouvait surtout des lancerii ou asters, des fabricants de lances, présents à Céret, Arles-sur-Tech, Prats-de-Mollo-la-Preste et à Prades. Au cours du xve siècle, les Basques se firent de plus en plus nombreux dans ce secteur que les Roussillonnais n’avaient pas pour autant abandonné. Sous les effets cumulés des entreprises de conquête amorcées par le roi Alphonse le Magnanime, de l’arrivée des Basques, puis des guerres entre le Royaume de France et le roi Ferdinand d’Aragon, la fabrication d’armes se développa considérablement à partir des années 1470.

  • 144 Les premiers Basques que nous rencontrons étaient des charbonniers : cf. supra note 25.
  • 145 Ainsi, Joan Germany, notaire d’Arles-sur-Tech et seigneur du territoire de Léta, loua sa mouline à (...)
  • 146 On relève un ferrer de Tarascon-sur-Ariège et un autre de Limoux : ibid., 3E40/829, n. f., 30 déce (...)
  • 147 Ibid., Not. Céret, 3E40/9, n. f., 31 mars 1414 ; ibid., 3E40/63, fo 74v, 1452.
  • 148 D. Fontaine, « Marti de Parutxania (+1618)... », op. cit., à paraître.

47Toute la métallurgie connut donc une très forte croissante grâce à l’arrivée des Biscayens et autres Basques qui occupèrent les métiers de maître de forge, de forgeron, de fabricant d’armes, de charbonnier, de muletier ou encore de mineur. Leur venue se fit non pas à la fin du xve siècle comme on le pensait, mais dès les années 1410144. C’est dans un acte notarié datant de 1414 que l’on relève la première mention concernant un maître de forges castillan145. Mais c’est surtout à partir des années 1440 qu’ils vinrent en grand nombre. En quelques années, ils parvinrent à se substituer aux Roussillonnais qui, avec quelques Languedociens et de plus rares Béarnais, occupaient jusqu’ici tous les emplois de la chaîne du fer, de son extraction à sa transformation146. Par chance, on connaît les exploitants de certaines forges depuis le début du xve siècle jusqu’à la fin du xve siècle. On voit alors très nettement cette passation de pouvoir sur les sites de plusieurs moulines comme à La Bastide147. Au milieu du xve siècle, les Castillans originaires du Pays basque ou des Navarrais se comptaient par dizaines, on les trouvait partout, à Prades, à Saint-Jean-Pla-de-Corts en passant par Villefranche-de-Conflent, Arles-sur-Tech, Prats-de-Mollo-la-Preste, Céret ou dans les exploitations minières, sidérurgiques et forestières situées en montagne. L’implantation basque débordera encore largement aux siècles suivants148.

  • 149 Les Comelles, par exemple, possédaient des mines : cf. Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises. (...)
  • 150 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., p. 262-263.

48Jusqu’à une date assez tardive les Basques étaient des exploitants et non des propriétaires de forges, ces dernières appartenaient à des seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, au roi et à des hommes d’affaires locaux. Si on rencontrait des bourgeois et des marchands de Perpignan, ceux-ci intervenaient peu dans le secteur du fer en comparaison des capitaux dont ils disposaient et des opérations commerciales ou bancaires qu’ils réalisaient. Les principaux animateurs de la métallurgie étaient en fait les notables (apothicaires, marchands, notaires) originaires des deux côtés des Pyrénées, de Ripoll, d’Olot, mais plus encore ceux des vallées roussillonnaises. Les Comelles, les Aygabella et les Perer d’Arles-sur-Tech comptaient parmi les principales familles impliquées dans l’extraction, la transformation et le commerce du fer149. Au vu de la vitalité de la métallurgie roussillonnaise, on peut douter, comme l’avait pensé Ph.-J. Hesse, que l’activité du fer ait été en déclin au xve siècle150.

Les autres activités

  • 151 Après les émeutes antijuives de 1391, des juifs étaient encore présents à Arles-sur-Tech et à Cére (...)
  • 152 Il faut noter que les principaux monastères de la région Saint-Martin-du-Canigou, Saint-Michel-de- (...)
  • 153 Cf. note supra 142.

49Les villes et bourgades des vallées du Vallespir et du Confient comptaient comme de petits foyers économiquement florissants disposant, toute proportion gardée, d’un potentiel artisanal et intellectuel relativement développé. Rien ne les différenciait des villes du littoral, si ce n’est le poids du travail du fer. À l’instar d’autres villes aragonaises ou méridionales des communautés juives y étaient implantées151. Le notariat était tout aussi présent qu’en plaine, on le rencontrait même dans certaines localités montagnardes152. Les notaires faisaient alors partie de l’élite urbaine et étaient souvent issus des milieux drapiers ou marchands. En doublant leur pratique de l’écriture avec celle du commerce, ils constituaient rapidement de petites fortunes qui permettaient à certains d’acquérir des seigneuries153.

  • 154 Inventaire-sommaire des archives..., op. cit., p. 266.
  • 155 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/832, n. f., 27 mai 1420 ; ibid., 3E40/830, n. f., mars 1406.
  • 156 Si l’on relève la présence de plusieurs sabonerii originaires de Céret, il faut noter la présence (...)

50Chacune des vallées de la Têt et du Tech disposaient d’un pôle économique dominant : Villefranche-de-Conflent pour la première, et Céret pour la seconde, auxquelles venait se greffer à un rang inférieur un tissu de petites bourgades, comme Prades, Prats-de-Mollo-la-Preste et Arles-sur-Tech, elles aussi très actives et disposant d’un artisanat et des services variés (médecin, juriste, barbier, voire argentier et épicier pour certaines). En plus de la métallurgie et de la draperie, le travail du cuir était très répandu. À Villefranche-de-Conflent, une confrérie des cordonniers rassemblant ceux de la ville, ainsi que tous ceux du Confient, bénéficiait de divers privilèges que le roi de Majorque, Sanche, confirma en 1312154. Le secteur de la boucherie constituait une activité rentable permettant à ses professionnels de vendre de la laine, de la filasse, ainsi que du fer155. Si quelques activités prédominaient, il semble que des tentatives pour diversifier l’économie locale virent le jour, notamment par la production de savon à Céret ou l’oléiculture156.

  • 157 Ils pouvaient d’ailleurs avoir plusieurs activités, comme témoignent celles d’Antoni Deuder, d’Arl (...)
  • 158 Des cantonniers avaient également pour autre tâche de prélever une taxe sur les animaux de certain (...)
  • 159 Au début du xve siècle, un maître d’œuvre et un tailleur de pierre originaire de Castelló d’Empúri (...)

51Lié en grande partie à l’exploitation du fer, ainsi qu’aux activités marchandes, le secteur du transport constitua un autre domaine d’activité fort développé dans les vallées et les montagnes roussillonnaises. Dans chaque ville, l’on trouvait l’incontournable hôtelier. Ce métier est ainsi mentionné à Céret, Arles-sur-Tech, Villefranche-de-Conflent, Prades et Prats-de-Mollo-la-Preste. Aux hôteliers, s’ajoutaient les muletiers et les caravaniers. Ces convoyeurs se chargeaient du transport du charbon de bois et plus encore du minerai de fer qu’ils acheminaient vers les forges, puis le transportaient sous forme de lingots en direction du port de Collioure, vers le versant sud de la Catalogne ou encore vers le Languedoc, où ils pratiquaient à l’envie la contrebande. Les muletiers étaient aussi à l’occasion des négociants n’hésitant pas à faire commerce des draps ou du fer157. Grâce à la circulation du bétail et au passage des caravanes muletières transportant les matières premières ou les marchandises appartenant aux marchands, le réseau routier était donc très animé. L’administration royale prenait d’ailleurs soin d’entretenir les routes158 alors que des ponts continuaient à être construits au début du xve siècle, signes de l’amélioration du réseau159.

  • 160 Sur la liste des produits transitant par les ports secs des Pyrénées : cf. G. Camarena, Vocabulari (...)
  • 161 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/832, dernier jour de février 1420 ; ibid., 3E40/830, n. f., 30 mar (...)
  • 162 On relève par dizaines les contrats de ventes de mules. Certaines transactions dépassaient les 100 (...)
  • 163 Par exemple, un écrivain de Perpignan vendit à un marchand de Prats-de-Mollo-la-Preste, Pere Coron (...)

52Les vallées qui nous intéressent étaient sur le plan commercial des lieux de passage privilégiés reliant le littoral et les terres continentales. En plus de leurs ressources naturelles et industrielles, la proximité de Perpignan, place marchande ouverte sur la Méditerranée et l’Europe occidentale, permettait le transit d’un certain nombre de marchandises dont des produits de luxe (étoffes, épices, etc.)160. Les liens commerciaux avec le versant sud des Pyrénées de Camprodon, en passant par Solsona, mais aussi par la Cerdagne, Puigcerdà, ainsi qu’avec le Languedoc voisin, étaient prédominants au xve siècle161. À ce commerce venait s’ajouter un dernier secteur d’activité commerciale, celui de la vente de bétail. En laissant de côté les ovins, on doit signaler l’existence d’un élevage d’équidés de qualité et plus particulièrement de mules et de mulets, parfois vendus à prix d’or, qui stimulait un actif négoce162. Les Navarrais ou les Béarnais, nations de muletiers, comptaient en plus de la demande locale, parmi les principaux acquéreurs. En dépit d’un élevage très répandu, la région restait très demandeuse en bêtes de somme et en faisait parvenir du Languedoc163.

  • 164 Parmi de nombreuses occurrences : un marchand de Villefranche-de-Conflent avait par exemple vendu (...)

53Les activités commerciales et industrielles étaient donc très développées. Grâce aux échanges, à l’artisanat, mais aussi au notariat, des familles purent constituer une solide et durable élite urbaine. Parmi ces familles l’on rencontrait les Corona de Prats-de-Mollo-la-Preste, les Geli et les Castenda de Céret, les Millas de Villefranche-de-Conflent et surtout les Aygabella, les Perer et les Comelles d’Arles-sur-Tech. Villefranche-de-Conflent était toutefois la seule ville où l’on trouvait des bourgeois honrats et où l’on rencontrait aussi des marchands capables de participer au grand commerce en Méditerranée et ce, grâce à la draperie164. Les vallées qui nous concernent étaient donc loin d’être isolées, ce que corrobore le mouvement migratoire.

Le poids de la population étrangère au xve siècle

  • 165 Pour Camprodon : ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E3/833, 1410-141 ; ibid., Not. Céret, 3E40/9, 5 août (...)

54La situation économique de la région exigeait un apport de main-d’œuvre et des compétences que ne parvenaient pas à fournir en totalité la population autochtone à cause notamment d’une population rurale moins nombreuse qu’auparavant. Si les épidémies répétées y furent pour beaucoup, ce phénomène s’explique conjointement par l’importance économique et commerciale de Perpignan qui, au xve siècle, mobilisait les énergies et limitait l’apport de bras disponible pour son arrière-pays. De plus, en dépit des richesses proposées par l’hinterland de leur ville, les Perpignanais étaient peu intéressés à en tirer profit. Il en allait de même des autres Roussillonnais également peu présents. En proportion, les Catalans du versant sud des Pyrénées paraissaient plus nombreux, mais il est vrai que les liens économiques et humains tissés avec Puigcerdà, Camprodon, Sant Llorenç de la Muga ou Ripoll étaient importants165. Le Roussillon faisait ainsi partie d’une vaste région ferrifère englobant les foyers de la Catalogne et du Languedoc (Ariège) ce qui explique notamment la présence de quelques Ariégeois. Les liens tissés entre les hommes originaires de ces différentes régions pouvaient être parfois étroits. Dans l’ensemble toutefois, l’apport de main-d’œuvre ouvrière ou qualifiée venait des Pyrénées occidentales et, de manière tout à fait originale, du Pays basque.

  • 166 Une veuve originaire de Santander habitait Perpignan en 1396 : ibid., Not. Perpignan, 3E1/514, fo  (...)
  • 167 Ibid., Not. Prades, 3E21/2, fo 17v, 1482.

55L’ampleur et la portée de cette immigration basque ne font aucun doute, nous l’avons entrevu. Ce phénomène reste toutefois inédit. Du coup, devant la quantité d’actes permettant d’étudier cette « colonie », il nous a semblé préférable de traiter ce sujet dans une autre étude. Pour l’heure, nous pouvons préciser que les arrivées en Roussillon, à Perpignan, survinrent à la charnière des xive et xve siècles, avant de toucher les montagnes quelques années plus tard166. Pour éclairer les conséquences de cette immigration basque en Vallespir et en Confient, nous prendrons pour exemple le cas du Basque Joan Otxoa, bayle de Codalet167. La fonction d’officier royal de cet immigrant reflète à elle seule la réussite et le poids de la communauté basque au xve siècle. D’ailleurs, les notaires prirent l’habitude de les désigner par le terme de « Vasco » tant leur présence était commune.

  • 168 Un d’eux habitait par exemple à la forge de Léta : ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E40/833, n. f., ja (...)
  • 169 Ibid., Not. Céret, 3E40/52, n. f., 1459.
  • 170 ADPO, Not. Prades, 3E49/7, fo 77v, 1453 ; ibid, Not. Céret, 3E40/53, n. f., 17 avril 1460 ; ibid, (...)
  • 171 Ibid., Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/910, n. f., 10 novembre 1444.

56Après les Basques venaient les Béarnais. Nous avons pu entrevoir leur présence comme bergers ; ils étaient aussi nombreux comme muletiers. Si on les trouvait en nombre à Perpignan, quelques-uns vivaient également à Céret ou à Arles-sur-Tech168. À la différence des Basques, peu de ces Béarnais travaillaient dans les forges ou les forêts ; en fait, ceux-ci étaient soit des bergers, soit des rouliers se déplaçant souvent sur des longs parcours. Certains d’entre eux venaient toutefois s’employer dans l’artisanat et plus particulièrement dans le textile169. Dans ce domaine d’activité, la main-d’œuvre comprenait aussi des individus originaires du Comminges, de Champagne, du Languedoc, ainsi que du Pays basque170. On relève également à côté de ces Béarnais quelques Gascons. Un d’eux travaillait dans la forge de Léta, alors qu’un autre originaire du diocèse d’Auch rédigea son testament à Céret171. Le secteur du fer était sans doute le plus international, il employait des Pyrénéens (Ariégeois), des Italiens, des Suisses, des Savoyards et des Allemands à partir de la fin du xve siècle.

  • 172 Ibid., Not. Prades, 3E21/3, fo 35v, 27 octobre 1483, P 37 novembre 1484 ; ibid., 3E21/2, fo 4v, 14 (...)

57Il est incontestable que l’immigration connaît une accélération à partir des années 1440, pour atteindre des proportions étonnantes à la fin du siècle. Les protocoles des notaires de Prades conservés pour les années 1480 et 1490 révèlent l’ampleur de cette immigration, car en plus de nombreux Basques et Navarrais on rencontrait dorénavant des immigrants du Toulousain, du Béarn, du Comminges, de Bigorre, de l’Agenais, de Lombès-Samatan, des diocèses de Pamiers, de Montpellier, de Cahors, d’Auch ou encore du comté de Foix172. Ainsi, à partir du xve siècle, les Pyrénées s’animèrent dans leur totalité, leur extrémité orientale se révélant être un foyer économique dont le rayonnement parvenait à attirer une population cosmopolite.

  • 173 Les régions du Midi de la France et de la Péninsule ibérique ont pendant longtemps été considérées (...)

58De cette enquête, il ressort que la vie économique en Vallespir et en Confient était tout à fait remarquable173. En dépit de l’effondrement démographique, à l’évidence plus important en montagne qu’en plaine, les régions qui nous intéressent surent rebondir et prospérer. Ainsi les zones de montagnes continuèrent leur croissance à la fin du Moyen Âge grâce à leurs ressources naturelles, à l’élevage et aux activités artisanales, avec surtout la draperie et la métallurgie, secteurs dopés par les centres urbains des vallées. Toutefois, l’agriculture fut sans doute, faute de bras, le secteur le moins heureux, exception faite de l’élevage et, semble-t-il, de l’arboriculture. Il n’empêche qu’au xve siècle, Béarnais, Navarrais et autres Basques venus exploiter le bois et surtout le fer apportèrent un nouveau souffle à la région. Cette immigration fut durable et devint un trait pérenne de la société locale. Il ne faudrait pas non plus éluder le rôle de la royauté. La politique économique de la royauté prit sa pleine mesure sous le règne du roi Alphonse le Magnanime et la régence de la reine, tous deux intéressés au repeuplement et plus encore à la mise en valeur des richesses du sous-sol.

59Enfin, dans une région comptant parmi les plus riches de la Méditerranée, il s’agissait de voir si le capital urbain, celui des bourgeois de Perpignan dont la fortune reposait sur le commerce et la draperie, avait pu être profitable à ces terroirs. Or, on a pu s’apercevoir que Perpignan s’intéressait bien plus à la Méditerranée qu’aux Pyrénées. On tient là, avec l’immigration basque et l’ouverture des Pyrénées en termes démographiques, un des traits originaux de l’histoire roussillonnaise à la fin du Moyen Âge.

Notes

1 Jusqu’à ce jour l’on compte une seule étude historique à caractère économique pour le Moyen Âge et encore concerne-t-elle la Cerdagne : cf. Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne du xie au xve siècle, mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry, 1985, dactyl.

2 Des registres de notaire conservés pour Prats-de-Mollo-la-Preste, Céret, Arles-sur-Tech, Prades, Villefranche-de-Conflent ou encore Ille-sur-Têt, constituent plus de 200 minutiers. Ces documents sont dans leur grande majorité inédits. On enregistre aussi des sources ecclésiastiques : fonds de l’hôpital d’Ille-sur-Têt, fonds du clergé séculier classés dans la série G, et celui du clergé régulier, série H, où l’on recense de nombreux documents concernant les monastères de la région. On peut également compter sur des sources civiles, en premier lieu municipales : cartulaires urbains de Prats-de-Mollo-la-Preste, de Villefranche-de-Conflent, de Céret, ainsi que sur les inévitables capbreus ou terriers. Le fonds de la procuration royale (1B) se révèle quant à lui inégalable par la précocité des actes, la diversité et la quantité des informations disponibles.

3 S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du ixe au xve siècle, Paris, 1995.

4 Ibid., p. 27.

5 Ibid., p. 50-54.

6 B.-J. Alart, Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Pyrénées orientales, archives civiles, série 1B, Perpignan, 1868, p. 10.

7 Archives départementales des Pyrénées orientales (ADPO), Procuration royale (PR), 1B212, fo 81, 6 novembre 1363.

8 Les habitants de Prades adressèrent une requête pour conserver le droit de pêche qu’ils disposaient dans la Têt depuis 1403 et qui avait été confirmé en 1421 : ibid., 1B415, n. f., 12 novembre 1499.

9 Il fut interdit aux consuls de Prats-de-Mollo-la-Preste de concéder des licences de pêche : ibid., 1B234, fo 145, 1428.

10 Par exemple : ceux relatifs aux étangs et aux rivières de la vallée de Querol : ibid., 1B192, fo 35, 1405.

11 S. Caucanas, Moulins et irrigations..., op. cit., p. 195.

12 Sur les premières moulines attestées : cf. J. Gibrat, Monographie de la paroisse de Prats-de-Mollo, Céret, 1923, p. 47.

13 ADPO, PR, 1B274, fo 78, 7 février 1453.

14 Sur le commerce de la glace à l’époque moderne : cf. D. Fontaine, « Marti de Parutxania (+1618) : bâtisseur de puits à neige en Vallespir (Pyrénées catalanes) », dans El comerç del fred, Ier Congrés internacional al voltant de la utilizació tradicional del gel i de la neu naturals, 1-3 novembre 2001, à paraître. Je remercie l’auteur qui a bien voulu me communiquer le manuscrit de son article.

15 En 1366, le forestier principal fut remplacé car il s’adonnait au vagabondage et à la mendicité : cf. ADPO, PR, 1B121, fo 53.

16 Pour les dégâts perpétrés dans un bois en Cerdagne, les habitants de plusieurs communautés furent contraints de payer une amende : ibid., 1B234, fo 128, 2 juin 1430.

17 Un individu pouvait alors recevoir le droit de couper un nombre limité d’arbres dans une forêt. Le roi concédait encore à des communautés des coupes plus importantes : ibid., 1B192, fo 7, 22 novembre 1404. La royauté pouvait aussi autoriser une communauté, ici celle de Puyvalador, à prendre ou couper du bois vert et sec, pour son usage dans certaines forêts et à certaines dates de l’année : ibid., 1B110, fo 8v, 10 février 1351.

18 La rente d’une seule forêt, ici forestage de celle de Carença, pouvait rapporter au roi jusqu’à 41 livres en monnaie de Barcelone : cf. A. M. Aragon, R. Conde, « Evolució de les rendes del Conflent, sota Pere el Cerimonios », dans Actes du LIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Confient, Vallespir et montagnes catalanes, 1980, Montpellier, p. 112.

19 ADPO, PR, 1 B/94, fo 8, 2 de septembre 1308.

20 Ibid., fo 13v, 15 septembre 1318.

21 On trouvait d’ailleurs ce produit parmi les marchandises taxées à la fin du xiiie siècle à Collioure : cf. M. Gual Camarena, Vocabulario del commercio medieval. Colección de aranceles aduaneros de la Corona de Aragón (siglos xiii y xiv ), Barcelone, 19762, passim.

22 ADPO, PR, 1B94, fo 20, 3 août 1311.

23 Les mentions abondent, nous rendrons compte de ces données dans une prochaine étude.

24 ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/909, n.f., 1405.

25 Ibid., 3E40/910, n. f., 20 octobre 1444.

26 Ibid., PR, 1B94, fo 88v, 27 juillet 1326.

27 Ibid., 1B24, fo 22v, 1330.

28 Celles-ci pouvaient avoir une durée de 10 ans : ibid., 1B121, fo 83.

29 Ibid., Not. Céret, 3E40/7, n. f., 15 octobre 1408 ; ibid., 3E40/7, n. f., 23 janvier 1408.

30 En plus de la qualité du bois, la mesure des troncs et des poutres sciés fut minutieusement notée par le notaire : ibid., PR, 1B285, fo 4v-5, 27 octobre, fo5v, 27 octobre 1455, fo 6-6v, 6 septembre 1455.

31 Ibid., fo 11, 5 avril 1459.

32 Ibid., fo 12, 8 janvier 1461.

33 À la fin du xve siècle, à Prades, un bûcheron gascon avait vendu à des Roussillonnais 150 bûches coupées dans la forêt de Mosset : ibid., Not. Prades, 3E21/15, fo 56, 17 septembre 1498.

34 Ibid., PR, 1B151, fo 4v, 25 juin 1393 ; ibid., 1B24, fo 23, 1330.

35 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 21, p. 66, etc.

36 Ibid., PR, 1B121, fo 74 et 74v, à 76, 1366.

37 Ibid., Notariat (Not.) de Céret, 3E40/53, 25 juillet 1460.

38 Pierre et archéologie, Colloque de Tautavel des 14-16 mai 1998, J.-C. Misckovsky et J. Lorenz dir., Perpignan, 2002.

39 En l’occurrence l’abbaye de Fontfroide : cf. C. Verna, « Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastique dans les Pyrénées au Moyen Âge », dans Moines et métallurgie dans la France méridionale, P. Benoît et D. Cailleaux dir., Paris, 1991, p. 51.

40 J.-P. Gely, « Le marbre de Céret (Pyrénées orientales) : neuf siècles d’extraction et d’emploi en décoration dans l’art roussillonnais », 119e Congr. Nat. Soc. Scient., Carrières et constructions, III, Amiens, 1994, p. 385.

41 Ibid, p. 385.

42 Ibid.

43 On relève la présence de plusieurs tailleurs de pierre habitant Céret et un originaire de Llerç (Empordan, Catalogne) : cf. ADPO, Not. Céret, 3E40/7, 1408 ; ibid., reg. 3E40/7, 1408 ; ibid., reg. 3E40/11, 1416, ibid, reg. 3E40/12, 1418.

44 J.-P., Gely, « Le marbre de Céret (Pyrénées orientales)... » op. cit., p. 385.

45 ADPO, Not. Prades, 3E21/2, fo 28, inventaire post mortem, 1482.

46 A. Cazes, Saint-Laurent-Cerdans, Custoja, Confient, Prades, 30 p.

47 ADPO, Archives communales de Prats-de-Mollo, 124EDT/31, 1350. Voir aussi sur la politique de fortification engagée en Roussillon par le roi Pierre le Cérémonieux : Ch. Guilleré, « Les finances publiques en Roussillon-Cerdagne au xive siècle », Annales du Midi, 96 (1984), p. 374-375.

48 ADPO, Not. Prats-de-Mollo, 3E40/983, 1448 ; ibid., Not. Céret, 3E40/55, n. fi, 1459 ; ibid., Not. Prades, 3E21/6, fo 76, 1485 ; ibid., 3E21/2, 1482-1483 ; ibid, 3E21/3, n. fi, 1484 ; ibid., 3E21/10, n. fi, 1492 ; ibid., 3E21/11, fo 5, 1493, etc.

49 Ibid., 3E21/1, 1485.

50 Ibid., 3E19/1037, n. f., 1438.

51 C. Verna, « Esquisse d’une histoire des mines... », op. cit., p. 48.

52 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, I, Toulouse, p. 257.

53 ADPO, PR, 1B234, P 14v, 1196.

54 Ibid.

55 Ibid

56 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », Centre d'études et de recherches catalanes des archives, 25 (1965), p. 258.

57 Ibid., CERCA, 26 (1964), p. 308.

58 Ibid., CERCA, 25 (1963), p. 252.

59 Sur la politique d’Alphonse le Magnanime en Roussillon : cf. G. Romestan, « Les hommes d’affaires de Perpignan dans le royaume de Naples à l’époque d’Alphonse le Magnanime »,IXe C.H.C.A., La Corona d’Aragon e il Mediterraneo : aspetti e problemi comuni da Alfonso il Magnanimo a Ferdinando il Cattolico (1416-1516) (Naples, 1974), II, Naples, 1982, p. 81-107 (réédité par la Société agricole des Pyrénées orientales, 105, p. 115-142) ; Id., « Les marchands de Perpignan et l’effort de guerre du roi d’Aragon Alphonse le Magnanime (1416-1458) », Les armes et la toge, Mélanges offerts à André Martel, Montpellier, 1997, p. 67-76.

60 À la même époque, il avait été chargé de fondre les métaux découverts dans des mines en Vallespir : cf. ADPO, PR, 1B234, fo 80, 19 mars 1427.

61 Ibid., fo 93, 6 novembre 1428.

62 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., 27, 1965, p. 17.

63 En 1445, le mineur castillan Forticho Martines habitait Céret : cf. ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E1/911, 8 juin 1445.

64 Ibid., Not Céret, 3E40/57, n. f., 1465,

65 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., 27, p. 17.

66 Un paysan de Marquixanes, en Confient, avait par exemple livré 40 quintares de fer au pareur Pere Comelles, d’Arles-sur-Tech : cf. ADPO, Not. Céret, 3E40/7, 22 décembre 1408. On trouve également mention d’un brassier travaillant dans une mine d’argent : ibid., 1B234, fo 155v, 28 septembre 1428.

67 Dans un des cartulaires urbains de Prats-de-Mollo-la-Preste, l’on peut à partir d’un document daté de 1520 définir les limites des pâturages appartenant à cette localité : cf ADPO, Livre rouge de Prats-de-Mollo-la-Preste (1241-1788), 2J28, fo 83, 1520.

68 J. Marti Santjaume, Diateri de Puigcerda amb sa vegueria de Cerdenya i sotsvegueria de Vall de Ribes, I, Ripoll-Lérida, 1926, p. 293.

69 B.-J. Alart, Cartulaire roussillonnais, Paris, 1880, documents XI, LXV, datés de 1087.

70 J. Naudo a très bien montré pour la Cerdagne la précocité des dons et le soutien apporté par quelques lignages locaux et principalement le comte de Cerdagne : cf. J. Naudo, Le carlit et ses montagnes : évolution de la propriété et des droits de pacage du Moyen Âge au xixe siècle, 1972, p. 61-62. Plus généralement le comte se fit le protecteur des abbayes : cf. Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 51.

71 F. Monsalvatge y Fossas, Noticias historicas. Monasterio de Sant Martin de Canigo, Olot, 1899, p. 176.

72 ADPO, Cartulaire roussillonnais, 2J/1 et 2. Voir aussi B.-J. Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises, institutions et propriétés communales de Roussillon et de Cerdagne depuis le xie siècle jusqu'à L'an 1660, Perpignan, 1874, p. 20.

73 Au cours de la deuxième moitié du xiie siècle, les Templiers du Mas Deu reçurent un pacage à Orbanya : cf. Inventaire-sommaire des Archives départementales., op. cit., p. 43.

74 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 64.

75 E. Cauvet, Étude historique sur Fontfroide, abbaye de l’ordre de Cîteaux, située dans le diocèse et la vicomté de Narbonne (de 1093 à 1790), Paris, 1875, p. 405-406.

76 ADPO, PR, 1B8, n. f., 6 janvier 1202.

77 Ibid., Clergé régulier, H277, 24 septembre 1213.

78 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 64.

79 M. Riu i Riu, « Formación de las zonas de pastos veraniegos del monasterio de Santes Creus en el Pirineo, durante el siglo xii », Santes Creus, Boletín del archivo bibliogràfico, 14, vol. 12, p. 137-147.

80 Cette compétition n’était pas unique. À la même époque, un procès opposait l’abbaye de Fontfroide au prieuré de Sainte-Marie-de-Cornella à propos de pasquiers : cf. ADPO, PR, 1B412, n. f., 28 août 1208.

81 Ch. Rendu, La montagne d’Enveig. Une estive pyrénéenne dans la longue durée, Perpignan, 2003, p. 438.

82 F. Udina Martorell, El “Llibre Blanch” de Santas Creus (cartulario del siglo xii ), Barcelone, 1957, p. 165.

83 E. Cauvet, Étude historique sur Fontfroide..., op. cit., p. 141.

84 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 1.

85 ADPO, Archives hospitalières d’Ille-sur-Tet, A.8, 22 octobre 1245.

86 A. Huici Miranda, D. Cabanes Pecourt, Documentas de Jaime I d’Aragón, I, Valence, 1976, p. 206-207.

87 Ibid.

88 ADPO, PR, 1B10, n. f., 22 novembre 1245.

89 Ibid., 1B276, fo 125, 22 novembre 1245.

90 Il concéda ainsi de nombreuses franchises aux ordres religieux, en Aragon, dans le royaume de Valence et en Catalogne : cf. Cl. Gerbert, « Les ordres militaires et l’élevage dans l’Espagne médiévale jusqu’à la fin du xve siècle », Flaran, 6, 1984, p. 93.

91 Inventaire-sommaire des archives départementales..., op. cit., p. 2. Le roi veillait à ce que cette mesure soit appliquée. Par exemple, en 1275, il confirma à l’abbaye de Fontfroide le droit d’herbage qu’elle avait reçu auparavant : ibid., Clergé régulier, H280, n. f., 21 octobre 1275.

92 En 1306, le droit de pacage de la Coma de Vaques était affermé pour 25 livres en monnaie de Barcelone : ibid., PR, 1B21, fo 65v. Sur le droit de Comalada : ibid., 1B24, fo 23, 1330.

93 A. M. Arago, R. Conde, « Evolució de les rendes del Confient.. », op. cit., p. 112.

94 ADPO, PR, 1B173, fo 15-19, 2 mai 1399.

95 Ibid., 1B192, fo 24v-25, 21 mai 1405.

96 B.-J. Alart, Privilèges et titres relatifs aux franchises..., op. cit., p. 21.

97 P. Bonnassie, « La croissance agricole du haut Moyen Âge dans la Gaule du Midi et le nord-est de la péninsule Ibérique : chronologie, modalités, limites », La Croissance agricole au haut Moyen Âge, Flaran, 10, 1990, p. 13-35. Et voir aussi J.-M. Salrach, « Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la péninsule Ibérique », La Croissance agricole.... op. cit., 10, 1990, p. 133-151.

98 B.-J. Alart, Privilèges et titres relatif aux franchises..., op. cit., p. 22.

99 Ibid., p. 35.

100 J. Font Ruis, Cartas de población y franquicia de Cataluña, II, Madrid-Barcelone, 1969, p. 640.

101 ADPO, Archives communales de Vinça, 183EDT/1 (AA1), 1er février 1269.

102 Ibid., Cartulaire de Villefranche-de-Conflent, 2J/17, fo 14 et 14v, 28 mars 1210.

103 Cf. supra note100.

104 Le 21 janvier 1242, le roi affranchit tous les habitants de Prats-de-Mollo-la-Preste des droits d’exorquia, cugucia, intestia : cf. B.-J. Alart, Privilèges et titres..., op. cit., p. 164. En 1269, l’infant de Majorque concéda à perpétuité une devèse : cf. J. Marti Santjaume, Diateri de Puigcerda..., op. cit., p. 293.

105 Les cartulaires urbains, par exemple celui de Prats-de-Mollo-la-Preste, soulignent clairement la position adoptée par ces rois : cf. ADPO, Archives communales de Prats-de-Mollo-la-Preste, 124EDT/74, Copie des privilèges royaux des pâturages de Prats-de-Mollo-la-Preste, 20 juillet 1330.

106 Les problèmes entre les abbayes et les particuliers ne firent que s’envenimer à partir du xiiie siècle : cf. ADPO, Clergé régulier, H148, n. f., 27 octobre 1295, etc.

107 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne..., op. cit., p. 61.

108 ADPO, Not. Perpignan, 3E1/13, n. f., 1283.

109 Deux artisans, un tisserand et un tailleur, de Perpignan, achetèrent par exemple deux parts dans un pasquier appartenant à un seigneur : ibid., 3E1/10, fo 32v, 2 mars 1279.

110 Ibid., 3E1/16, P 8v, mai 1285 ; ibid., fo 49v, 16 novembre 1285, etc.

111 Ch. Rendu, Pâturages et bois en Cerdagne…,op. cit., p. 21.

112 Les Giginta de Rivesaltes constituaient l’une des principales familles d’éleveurs ovins en Roussillon. Un membre de cette famille acheta par exemple 130 moutons à un berger béarnais : ibid., Not. Rivesaltes, 3E1/1836, fo 27v, 12 octobre 1430.

113 Ibid., Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/913, fo 89, 22 septembre 1448 ; ibid., 3E40/912, n. f., 5 avril 1449 ; 16 novembre ; ibid., 17 novembre.

114 Pour Prades par exemple : ibid., Not. Prades, 3E21/9, fo 47, 1er septembre 1491 ; ibid., 3E21/18, fo 44, 11 novembre 1501.

115 À la fin du xve siècle, on relève un de ces propriétaires de bétail. Ainsi Pere March, boutiquier, possédait des chevaux, des ovins, des caprins, mais aussi des bovins qu’il remettait à des éleveurs de Conat ou de Nohès : ibid., 3E40/7 ; ibid. 3E21/8, fo 5v, 1489, fo 27, 15 juin ; ibid. 3E21, fo 37v, juin 1484.

116 Ibid, PR, 1B226, fo 35v, décembre 1422.

117 Ibid, 1B173, P 17, mai 1399 ; ibid., 1B226, fo 147-148, 9 août 1424.

118 Deux Béarnais vendirent 700 moutons à un bourgeois de Perpignan : ibid., 3E1/1653, fo 141v, 21 octobre 1462. En 1469, on observe encore la vente de 500 moutons provenant du Béarn : ibid., 3E1/1085, fo 35v, 6 novembre.

119 En 1309, le roi avait accordé le droit aux bergers de posséder 30 bêtes en commun avec un propriétaire et d’être exempté de droit de pâture : ibid., 1B94, fo8v, septembre.

120 Ibid., 3E40/912, n. f., 16 novembre 1448 ; ibid., 3E40/913, n. f., 1448 ; ibid., 3E40/53, n. f., 4 octobre 1460.

121 Les bergers béarnais étaient nombreux à monter les bêtes des propriétaires de Toulouges ou de Rivesaltes dans les années 1450 : ibid., Not. Perpignan, 3E1/463, n. f., 11 décembre 1454, etc.

122 Ibid., 3E21/8, fo 22v, 1489, fo 27, 18 juin.

123 Cf. supra note 11.

124 Un pareur de Prats-de-Mollo-la-Preste s’installa par exemple à Perpignan en 1283 : cf. ADPO, Not. Perpignan, 3E1/13, fo 16, 6 octobre 1283.

125 M. Gual Camarena, « Para un mapa de la industria textil hispana en la Edad Media », dans Anuario de Estudios Medievales, IV (1967), p. 109-168.

126 Pour la Catalogne : cf. A. Pinto, Commerce et draperie..., op. cit., vol. II, p. 358. Pour la Sicile : cf. H. Bresc, « La draperie catalane au miroir sicilien, 1300-1460 », dans Acta Histbrica i Archeologica Mediaevalia, IV, 1983, p. 107-128 ; et pour l’Orient : cf. E. Ashtor, « L’exportation de textiles occidentaux dans le Proche Orient musulman au bas Moyen Âge (1370-1517) », dans Studi in Memoria de Federigo Melis, II, 1978, p. 303-377.

127 G. Romestan, « Un marchand perpignanais au xive siècle Bernat Saquet », dans Actes du LXVIIe C.F.H.L.M.R., Le Roussillon de la Marca hispanica aux Pyrénées orientales, Perpignan, 1995, p. 461.

128 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/828, nf. 1405. Dans un acte daté de 1421, on apprend qu’une compagnie comprenait au moins 4 actionnaires et un procureur : ibid., Not. Céret, 3E40/988, fo 11, 1421.

129 Cf. supra note 30.

130 Pour Saint-Joan-Pla-Corts : cf ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/911, 2 juillet 1446.

131 Cf. infra note 167.

132 Parmi de nombreux exemples : Joan Corona, marchand de Prats-de-Mollo-la-Preste, céda en commande 16 draps d’une valeur de 152 livres en monnaie de Barcelone à un marchand de Camprodon pour les vendre à Naples ou en Sicile : ibid., 3E40/912, n. f., 5 avril 1449.

133 Après la peste de 1348, des marchands et des artisans d’Arles-sur-Tech et surtout de Céret allaient par exemple vendre leurs produits à Castelló d’Empúries, ville située au sud des Albères : cf. Arxiu Històric Provincial de Girona, Not. Castelló d’Empúries, reg. 523, n. f., 16 mars 1407 ; ibid., reg. 461, fo 21v, 12 février 1382 ; ibid., reg. 462, fo 24v, 7 février 1388 ; ibid., fo 188, 3 septembre 1383 ; ibid., reg. 475, fo 79v, mars 1391.

134 Les Comelles, les Aygabella et les Perer, tous à l’origine des artisans drapiers, furent très actifs dans le secteur du fer : cf. supra notes 60, 65, 146.

135 On relève de nombreux achats de fer réalisés par des habitants de cette localité : cf. ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/829, n. f., 30 décembre, 18 février, 4 août 1407.

136 Ibid., Not. Céret, 3E40/50, fo 115v, 20 avril 1445.

137 Ibid., 3E40/52, n. f., 2 août 1456 ; ibid, 3E40/53, n. f., 29 septembre 1461 ; ibid., n. f., 18 septembre 1461 ; ibid., 3E40/49, fo 90, 6 juillet 1452.

138 Ibid., 3E40/9, n. f., 31 mars 1414 ; ibid., 3E40/52, n. f., 2 août 1452 ; ibid., 3E40/63, fo 51 v, 25 novembre 1451.

139 Ibid., 3E40/9, n. f., 22 juin 1414 ; ibid, Not. Prades, 3E21/2, fo 28, 1481.

140 Ibid.

141 À l’instar, du Languedoc voisin, on devait assurément fabriquer des martinets. Un ferrer de Valmanya en Confient, acheta un martinet à un Languedocien : ibid., Not. Céret, 3E40/49, fo 90, 6 juillet 1451.

142 Ibid., 3E40/69, fo 71, 4 septembre 1490.

143 Ces ferrudes pouvaient se vendre par quintar : ibid., 3E40/911, Not. Prats-de-Mollo, fo 131v, 31 mars 1440.

144 Les premiers Basques que nous rencontrons étaient des charbonniers : cf. supra note 25.

145 Ainsi, Joan Germany, notaire d’Arles-sur-Tech et seigneur du territoire de Léta, loua sa mouline à un Basque contre une redevance de 75 quintaux de fer par an : ibid., 3E40/831, n. f., 18 février 1414.

146 On relève un ferrer de Tarascon-sur-Ariège et un autre de Limoux : ibid., 3E40/829, n. f., 30 décembre 1407 ; ibid., Not. Céret, 3E49/1, fo 9, 26 novembre 1409. Sur les Béarnais : ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E40/833, n. f., 1410.

147 Ibid., Not. Céret, 3E40/9, n. f., 31 mars 1414 ; ibid., 3E40/63, fo 74v, 1452.

148 D. Fontaine, « Marti de Parutxania (+1618)... », op. cit., à paraître.

149 Les Comelles, par exemple, possédaient des mines : cf. Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., 26, p. 307. Ils faisaient également le commerce du fer et de la laine : cf. ADPO, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/910, n. f., 22 janvier 1443 ; n. f., 8 septembre 1443 ; ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E40/830, n. f., 28 avril 1411.

150 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises... », op. cit., p. 262-263.

151 Après les émeutes antijuives de 1391, des juifs étaient encore présents à Arles-sur-Tech et à Céret dans les années 1414 : cf. ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/831, n. f., 1414 ; ibid., Not. Céret, 3E40/830, n. f., 1411.

152 Il faut noter que les principaux monastères de la région Saint-Martin-du-Canigou, Saint-Michel-de-Cuxa disposaient de leur propre notaire.

153 Cf. note supra 142.

154 Inventaire-sommaire des archives..., op. cit., p. 266.

155 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/832, n. f., 27 mai 1420 ; ibid., 3E40/830, n. f., mars 1406.

156 Si l’on relève la présence de plusieurs sabonerii originaires de Céret, il faut noter la présence d’un autre originaire de Valence, signe sans doute que cette production était en pleine expansion et faisait appel à des experts : ibid., Not. Céret, 3E40/49, fo 21 1v, 1453.

157 Ils pouvaient d’ailleurs avoir plusieurs activités, comme témoignent celles d’Antoni Deuder, d’Arles-sur-Tech, également boutiquier, qui acheta 16 draps à un apprêteur de draps : ibid., 3E40/910, Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, n. f., 23 mars 1444.

158 Des cantonniers avaient également pour autre tâche de prélever une taxe sur les animaux de certains étrangers afin de payer leur salaire et recouvrer le coût de certains travaux : ibid., PR, 1B219, P 135v, septembre 1420.

159 Au début du xve siècle, un maître d’œuvre et un tailleur de pierre originaire de Castelló d’Empúries édifièrent un pont à Céret : ibid., 3E40/829, 1er octobre 1406.

160 Sur la liste des produits transitant par les ports secs des Pyrénées : cf. G. Camarena, Vocabulario delcommercio. op. cit., passim.

161 ADPO, Not. Arles-sur-Tech, 3E40/832, dernier jour de février 1420 ; ibid., 3E40/830, n. f., 30 mars 1411, n. f., 25 juin 1411.

162 On relève par dizaines les contrats de ventes de mules. Certaines transactions dépassaient les 100 florins d’or d’Aragon, soit plus de 1 100 s. l’unité : ibid., 3E40/910, fo 2v, 16 décembre 1443 ; ibid, 3E40/829, n. f., 18 octobre 1407.

163 Par exemple, un écrivain de Perpignan vendit à un marchand de Prats-de-Mollo-la-Preste, Pere Corona, 16 bêtes : 1 cheval, 9 mules et 6 mulets. Les bêtes avaient été achetées aux foires d’Espalion, en Rouergue : ibid., Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/911, P 67, 29 avril 1445.

164 Parmi de nombreuses occurrences : un marchand de Villefranche-de-Conflent avait par exemple vendu 50 draps de laine Saint James à Naples : ibid., Not. Perpignan, 3E1/1136, fo 18v, 13 octobre 1447.

165 Pour Camprodon : ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E3/833, 1410-141 ; ibid., Not. Céret, 3E40/9, 5 août 1414 ; ibid., 3E40/11, n. f., 24 septembre 1416.

166 Une veuve originaire de Santander habitait Perpignan en 1396 : ibid., Not. Perpignan, 3E1/514, fo 12v, 1398.

167 Ibid., Not. Prades, 3E21/2, fo 17v, 1482.

168 Un d’eux habitait par exemple à la forge de Léta : ibid., Not. Arles-sur-Tech, 3E40/833, n. f., janvier 1410.

169 Ibid., Not. Céret, 3E40/52, n. f., 1459.

170 ADPO, Not. Prades, 3E49/7, fo 77v, 1453 ; ibid, Not. Céret, 3E40/53, n. f., 17 avril 1460 ; ibid, 3E40/56, fo 4, 1456 ; ibid., 3E40/48, fo 85v, 1449.

171 Ibid., Not. Prats-de-Mollo-la-Preste, 3E40/910, n. f., 10 novembre 1444.

172 Ibid., Not. Prades, 3E21/3, fo 35v, 27 octobre 1483, P 37 novembre 1484 ; ibid., 3E21/2, fo 4v, 1482 ; ibid., fo 33v, 1483 ; ibid., 3E21/6, fo 57v, 15 novembre 1487 ; ibid., 3E21/9, fo 39v, 1491 ; ibid, 3E21/10, n. f., 1492 ; ibid, 3E21/30, fo 2, 7 janvier 1491.

173 Les régions du Midi de la France et de la Péninsule ibérique ont pendant longtemps été considérées comme des régions peu industrialisées et relativement pauvres. Fernand Braudel n’échappa pas à cette vision. Dans sa monumentale thèse, il dressa une description des Pyrénées catalanes, du littoral du golfe du Lion et du rivage catalan peu favorable, en insistant sur leur faible développement industriel : cf. F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2 vol., Paris, 19783.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search