Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sociétés et économies de montagne

Gens des villes ou peuples des montagnes ? Regards sur les Pyrénées (xiie-xve siècle)

Claude Denjean

Texte intégral

  • 1 Présentée dans Géographie universelle, R. Brunet dir., 1, Paris, 1989.
  • 2 Au début du xive siècle, 10 % de la population. Voir Une communauté juive au prisme du notariat chr (...)

1Selon les critères actuels, géographiques, administratifs comme touristiques, la Cerdagne, comme le Capcir, le Confient ou l’Andorre appartiennent sans aucun doute à l’espace montagnard. Le sens commun fondé sur l’effort du cheminement qui nous porte vers ces hauteurs, le paysage ou le temps qui nous accueillent nous l’indiquent. Les registres notariés, source d’histoire sociale dépourvue d’ambition descriptive ou littéraire, nous introduisent dans un monde où ceux que l’on nomme « les hommes des vallées » jouent un grand rôle, où les urbains portent des noms de lieux montagnards et cherchent à obtenir bénéfice de l’élevage bovin et ovin, de la transhumance, où la moisson survient tard dans la saison alors que le seigle demeure plus courant que le blé... Bref, sans énumération plus longue, la vie économique et sociale cerdane s’adapte à des conditions de topographie, de relief et de climat, caractéristiques de l’altitude, des fortes pentes et des vallées qui définissent la montagne. Néanmoins, dès que nous progressons dans notre travail et que nous voulons décrire puis situer et caractériser la Cerdagne, nous pointons plusieurs anomalies faisant « bruit ». Peut-on les relier à sa situation particulière dans la chaîne des Pyrénées, découvrir cette explication dans la documentation médiévale ? Ainsi, si la Cerdagne forme un espace quasi parfaitement délimité fort rassurant pour la théorie des « pays » et des lieux centraux1, elle voit sa population exceptionnellement polarisée par un centre d’une inhabituelle importance à une altitude de plus de 1 000 mètres, qui atteint au xive siècle le quatrième rang en Catalogne, avec ses 6 500 à 7 000 habitants suivant Barcelone, Perpignan et Gérone ; la documentation produite alors témoigne par sa masse d’une dynamique activité textile et commerciale ; la ville royale tient son rang fiscal durant toute la période ; la communauté juive installée sur place vaut celle de Perpignan2, les installations dont elle jouit feraient classer son équipement et ses fonctions parmi les premiers centres de population. Si nous choisissons les critères de rang donnés par les couvents dominicains puis franciscains, la réponse donnée demeure en phase avec les précédentes. Nous devons donc conclure à une exception : une ville importante prospère non en piémont comme il est coutume, mais en altitude, Puigcerdà (figure 1).

2Les critères retenus s’articulent autour des fonctions urbaines. Les villes de montagne s’opposent à celles du pla, alors que Puigcerdà ne s’intégre exactement ni à la première catégorie, ni à la seconde. Les spécificités de Puigcerdà sont hachurées.

Tableau 1. – Caractéristiques des villes en plaine et en montagne en Catalogne, Roussillon et Cerdagne

Caractéristiques au milieu du xive siècle

Plaine Roussillon, Pla de Barcelone

Puigcerdà

Montagne pyrénéenne

Taille, en nombre d’habitants

7 à 40 000

6 500/7 000

2 à 4 000

Statut

Ville royale Autres

Ville royale

Lieu royal Bourgs épiscopaux, monastiques Vallées

Type

Divers Ville franche

Ville franche

Rareté des villes franches

Fonctions politiques de commandement

Capitale Hiérarchie urbaine complète

Centre de viguerie Avec sous-viguerie (Capcir)

Sous-viguerie Hiérarchie urbaine incomplète

Marché

International Hiérarchie complète

Régional important (bovins, textile) Transhumance Faiblesse des échanges internationaux (couleurs, draps de Flandre, marchands italiens, fer)

Local et régional

Centre créditeur

Centre principal distributeur du crédit rural, artisanal, commercial, de consommation somptuaire Clientèle : du rural à la cour

Centre principal distributeur du crédit rural et artisanal en déclin au xve siècle

Centre distributeur secondaire
Centre consommateur du crédit extérieur

Centre artisanal

Diversifié
Textile : filière complète

Incomplet
Domination du textile et des métiers du cuir Chronologie du développement et de la crise différente de celle de la plaine

Artisanat rural
Moindre variété des produits Pas d’artisanat de luxe

Communauté juive

10 % de la population Présence de « juifs de cour » plus de 500 habitants juifs collecta, aljama hiérarchisée équipement complet

10 % plus de 500 aljama hiérarchisée équipement complet

Moins de 500 Aljama incomplète Équipement incomplet

Couvents mendiants

Franciscains, Dominicains, Clarisses, Frères du Sac Grands couvents

Franciscains, Dominicains, Clarisses, Frères du Sac Grands couvents

Franciscains, Dominicains (Urgel) Absence dans les petits centres

Rang dans la hiérarchie urbaine de Catalogne

1 à 4

3 ou 4

Après 10

  • 3 J.-P. Vigneau, Climat et climats des Pyrénées orientales, Thèse de géographie, Toulouse, 1986, dact (...)
  • 4 Comme par exemple sa voisine Urgell ou le Béarn.
  • 5 Ainsi, les difficultés du xve siècle touchent plus vivement Puigcerda que Perpignan, d’autant que l (...)
  • 6 M. Berthe et B. Cursente éd., Villages pyrénéens, Toulouse, 2003, particulièrement B. Cursente, « L (...)
  • 7 S. Brunet, J. Goy et N. Lemaitre éd., Déviances et sorcellerie. Une spécificité montagnarde ï, Jour (...)

3Une première explication résiderait dans l’originalité du pays cerdan par rapport au reste des Pyrénées, caractérisé par l’orientation est ouest de l’ample vallée d’altitude – que les géographes hésitent d’ailleurs à nommer, un climat à dominante méditerranéenne, les massifs avec leurs pics dépassant les 2 500 m et les cinq cols qui marquent la limite avec les pays voisins3 (cf. figure 1). À lieu exceptionnel, développement exceptionnel. Cependant comme ailleurs, le dynamisme de cet espace profita des périodes favorisant les routes demeurées à l’abri des troubles4. La chronologie du développement cerdan nous rappelle que la montagne peut être refuge, mais demeure une économie fragile et particulièrement sensible aux crises5. Voilà de quoi conforter les interprétations classiques ou répéter les conclusions des géographes qui ont montré combien ces milieux pouvaient être alternativement répulsifs ou attractifs. La documentation livre donc des données que nous aurions tendance à classer spontanément dans la catégorie « système montagnard » : notariat extrêmement centralisé, spécificité du crédit rural, élevage bovin et ovin avec transhumance, moindre diversité sociale, villages à maisons6, rapport assez distant avec des domaines mieux développés en plaine – tels le luxe et la culture, peut-être même choix religieux différents ou marginaux7, migrations et carrières lointaines des élites. Certains points ont été éclairés ou sont actuellement en question. D’autres pourraient encore légitimement l’être. Néanmoins, sans mettre en cause ces réponses, une incursion dans le domaine des représentations pourrait peut-être aider notre cheminement vers la formulation de problématiques introduisant un autre type de causalités. À partir des sources les plus diverses produites par des voyageurs venus de la plaine comme par les acteurs locaux, nous allons tenter de définir comment aux xiiie et xive siècles les hommes se représentent ce que nous appelons « montagne ». Nous cheminerons d’abord avec des voyageurs porteurs d’un regard sur la marginalité comme constitutive de cet espace, puis nous observerons les montagnards situer tout naturellement leur territoire au cœur d’un système sur lequel ils cherchent à agir.

Les sources

4Rassembler les divers genres de sources en vue d’une étude, qui concernerait les représentations, est sans nul doute un idéal souhaitable, garant d’un résultat valable et nuancé. Néanmoins lorsque la documentation relève de deux types aussi distincts que les sources littéraires et celles de la pratique notariale urbaine, quelques précautions ne semblent pas inutiles. Un inventaire (cf. tableau 2) distingue les premières – fruit d’une analyse, d’une description, expression d’une vision, sinon véritablement personnelle, du moins construite en vue d’un but spécifique (édification, propagande...) et selon les critères du genre auquel elles appartiennent, des secondes – obéissant à des règles préétablies, utilisant un formulaire prédéterminé, où l’expression individuelle comme la démonstration cèdent le pas à l’utilité. Les deux principaux groupes ne s’opposent pas seulement à travers la nature textuelle et la situation de l’auteur mais, fort logiquement, présentent des structures nettement contrastées.

Tableau 2. – Sources et vocabulaire des espaces étudiés

Tableau 2. – Sources et vocabulaire des espaces étudiés
  • 8 Hachures claires : auteur originaire de l’extérieur.
  • 9 Hachures foncées : scripteur ou scribe local.

Note 88
Note 9
9

  • 10 Cl. Thomasset et D. James-Raoul, La montagne dans le texte médiéval : entre mythe et réalité, Paris (...)

5La production par des auteurs qui vivent en Cerdagne ou la décrivent préside à la constitution de ce tableau. Le point commun entre ces documents est donc simplement d’ordre géographique : c’est le lieu de production ou de référence. Or produire un document dans un espace donné, ici à la scribania locale, à mille mètres d’altitude, ou évoquer un lieu exploré ou rêvé sont deux actions a priori sans relation. Faire jouer ainsi les sources implique la reconnaissance du postulat de départ : 1) il existe des échanges entre la culture historique et religieuse et la pratique administrative ; 2) les individus vivant ou fréquentant un milieu géographique, ici les Cerdans et les juifs ibériques et languedociens, voient et analysent ce milieu en fonction de leur grille de lecture influencée par leur culture et les notions qu’ils possèdent. En outre, leur discours possède une fonction opératoire. D’où leur regard ici attentif à certains faits, ailleurs oublieux de ce qui nous semble des évidences ; 3) il peut exister une circulation entre les différents milieux sociaux et modes de pensée, qui restent à inventorier au cas par cas, ce qui exige une méthode adéquate, concomitance ne signifiant pas influence, ressemblance n’étant pas lien structurel. Sans être totalement en mesure de répondre, nous posons ainsi la question de la relation entre une culture savante et une pratique dans un espace non central, la montagne, et de la relation que peuvent entretenir les élites locales avec les topoi bien connus sur la montagne10.

Montagnes marginales dans les sources narratives et littéraires

  • 11 La frontière pyrénéenne ne se crée vraiment qu’au xviie siècle, même si la constitution d’une ligne (...)

6Sans doute les montagnes ne sont-elles point encore véritablement des frontières11 ; néanmoins, la documentation nous invite à les situer à la marge. Certainement pas « ligne » – et jamais « chaîne » – pas exactement « marche » mais terres en deçà ou en delà de l’humanité. L’altitude réintroduit dans le texte une profondeur chronologique qui fait échapper la montagne à la trivialité d’un ici et maintenant, pour la faire lien entre le passé et l’avenir qu’expriment des signes terrifiants, le silence ou cri – par-delà le langage.

7La montagne est toujours un ailleurs. Passés les pâturages et la forêt parcourus et exploités se dressent les monts, que défendent les cirques, leurs chaos et leurs lacs. Lieux qui ne s’ouvrent pas à n’importe qui : il faut de la force, de la grandeur ou de la folie pour affronter l’escalade. Il faut accepter d’y risquer sa vie. Mais ceux qui marchent à travers les estives entre 1 400 et 2 000 mètres, ceux qui passent les ports taisent les dangers quotidiens. Ils les évitent aussi, choisissant leur saison, les jours propices, et savent quand retourner vers l’asile de la vallée. Ils n’ont pas l’occasion de parler de montagne. Seuls les voyageurs, réels ou imaginaires, dépassent les limites et atteignent des contrées où l’homme ne peut vivre (cf. tableau 2).

  • 12 Je me permets de renvoyer à Cl. Denjean, « “Si je t’oublie, Jérusalem”. Tsarfat, Sefarad et Sion : (...)

8L’espace nommé montagne est par nature en marge. Le terme « montagne » ne s’oppose pas à plaine ou à tout autre terme de relief. On est dans la montagne, « au pied », « à côté » ou on n’y est pas. Elle forme un tout indescriptible, difficile à diviser en parties, espace autre qui n’appartient pas à notre monde mais à celui des prodiges et des démons comme à celui de Dieu. Benjamin de Tudèle, qui parcourut le Bassin méditerranéen vers 1173, demeure le plus explicite à ce sujet. Son vocabulaire, toujours précis, forme un système cohérent. Ainsi, notre voyageur juif n’est pas indifférent aux pentes qu’il lui faut gravir ou dévaler. Il commence par « descendre l’Èbre » ; il faut « monter sur » la terre des Valaques, qui pour leur part ne « descendent » que pour piller dans la plaine que délimite leur montagne ; il souligne ensuite, fait unique dans son itinéraire, la spécificité du site de Constantinople que l’on atteint après « cinq jours de marche entre les montagnes ». Néanmoins, la montagne qu’il traverse, longe ou imagine ne mérite ni description, ni anecdote, pas plus les Apennins que les Pyrénées ou le Massif central. Au contraire, les Balkans, la Valachie sont bien selon lui pays de montagnes, comme la terre des Druzes... Le plus géographe de nos auteurs distingue la « montagne » – il faudrait la nommer « massif », le Liban, mesurant huit jours de marche de « mont », remarquable seulement à Montpellier, à Rome, à Antioche, à Jérusalem puisque signifiant généralement la verticalité sacrée désormais accessible grâce aux « Lumières de la Torah ». Ainsi, chacune de ces notations prend sens en fonction de son utilité dans la structure d’ensemble d’un récit dont la sensibilité géographique certaine ne doit pas masquer les aspects démonstratifs et symboliques12. « Montagne » a pour lui un sens géopolitique – pays élevé, difficile d’accès, à l’organisation sociale et politique originale, ou topographique – butte ou pic, mais aussi défilé. Cet élément géographique ou topographique mérite un regard lorsqu’elle est étrange et dangereuse (Valachie, Liban), sacrée (Rome, Jérusalem où elle est site archéologique), exceptionnellement utile à l’aménagement (château d’eau à Antioche) ou écrin qui met en valeur la Ville (Constantinople).

9Ces caractéristiques, clairement exprimées dans les sources narratives (cf. tableau 2) imprègnent la description objective donnée par les notaires. En effet ceux-ci n’ont aucun motif de nommer et figurer la montagne. Elle commence là où il n’est plus besoin de borner, sur des terrains indescriptibles et innommables. Jusqu’à 1 800 m, le notaire peut décrire les prairies de bords des ruisseaux, estimer l’espace où vont paître les bêtes, qu’il serve aux voisins de Llivia ou aux moines de Poblet (cf. figure 2). Ainsi, les flancs du Cambre d’Ase, qui semble plus élevé que le Canigou, apparaissent dans les descriptions notariales comme prairies et pâturages. La vallée d’Eyne, qui débute au-dessus de 1 400 m d’altitude, et mène vers le col de Nuria par un col fréquenté mais difficile n’est pas décrite avec d’autres mots que le Val de Queroll et les alentours de ses villages, Enveitg, La Tor, Queroll, Porta, plus aisés d’accès. Canaux, prairies, champs, cabanes, ne sont pas vus différemment que les alentours de Puigcerdà où la pente pourtant moins forte, ne nécessitant pas de véritables terrasses, se lit dans les listes de confronts. Il ne parle pas de montagne ici, mais des vallées, des eaux, du bois et des estives. Ensuite, commence un monde indistinct.

  • 13 Salimbene de Adam, Cronica, G. Scalia éd., Turnhout (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis, (...)

10L’auteur amateur de « merveilles » prendra intérêt à la montagne terrifiante. Pour Gervais de Tilbury, la description topographique d’un des massifs les plus impressionnants de l’est pyrénéen, le Canigou, sans être fausse, est au service d’un propos autre. Tel que le décrit le Livre des Merveilles, ou qu’on le retrouve dans la chronique de Fra Salimbene rapportant l’ascension du pic par Pierre III d’Aragon en 1285, la montagne Canigou est stupéfiante, elle s’élève vigoureusement, en abrupt, ce qui la rend inaccessible, sauf à la progression d’individus d’une volonté surhumaine, capables de s’affronter à l’extraordinaire, et qui viennent y apprendre ce qu’est la prudence et l’imprudence13. Au sommet, son lac est insondable, ses neiges éternelles et sa glace permanente. Le blasphème mène dans ces lieux horribles. Ces lieux sont voués à une violence démoniaque : jeter une pierre dans le lac déchaîne des phénomènes extraordinaires, Pierre III déchaîne un dragon qui s’envole en obscurcissant l’air... Des démons s’y réunissent, y sont enlevés des hommes qui deviennent fous et sauvages. Une des seules notations climatiques de notre corpus insiste sur la paix impossible : « [...] entre les dites montagnes fait rage une tempête perpétuelle de vents qui se livrent bataille de part et d’autre, et il est rare et même impossible d’y trouver le calme ».

  • 14 Nous trouvons une vision comparable dans le Bahir, Lagrasse, 19892.

11Les grondements qui s’en échappent, la terre qui tremble, l’impossibilité d’y vivre ou même de s’en approcher rapprochent les descriptions de celles de l’ombilic du monde. Ce n’est pas le cas. Dans la littérature mystique de la Kabbale du xiiie siècle, les lieux édéniques seraient plutôt de vertes vallées où coulent les torrents, par opposition non aux monts rocheux mais au désert14. L’ascension n’est pas ici de nature à vous rapprocher du principe divin. D’ailleurs, les chapelles de Belloch comme l’ermitage de Font-Romeu ne se situent pas à plus de 1 800 mètres, où commencent les estives limitrophes du monde sauvage.

La montagne ou les montagnards ?

  • 15 D. Fabre et D. Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc au xixe siècle, Paris, 1973, p. (...)
  • 16 E. Le Roy-Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, 1975, chap. 5, 6 et 7, p. 133-196.

12Au fond, nous serions même tentés d’affirmer presque sans provocation que nos auteurs ne voient pas notre montagne. Cependant, faute de montagne, nous repérons des montagnards. Si Pierre le Cérémonieux ne va pas jusqu’à traiter les gens de Puigcerdà de « montagnards », il jette sur eux un regard condescendant sur leurs efforts somptuaires : draps de laine plutôt que soie ! Ces gens sont frustes. En 1344, le roi d’Aragon considère la Cerdagne comme un pôle secondaire. Une fois les îles Baléares conquises, le Roussillon repris, la Cerdagne n’est qu’un refuge provisoire, un passage par lequel s’enfuir pour Jacques de Majorque. Un lieu de désespoir enfin, lorsque, privé même de vêtements et de bagages qu’il n’a pu reprendre en ville, le vaincu passe le Puymorens dans la neige et le froid. Nous retrouvons une vision classique dans des sources narratives ou littéraires. Gervais de Tilbury rapporte l’histoire de la petite fille du blasphème qui y fut élevée, horrible à voir. Elle a en particulier « les yeux vagues [et] ne parle aucune langue qui lui permette de se faire comprendre, et à peine sait-elle ou entend-elle chose humaine ». Cette enfant sauvage, « folle des Pyrénées » du Canigou avant celles du Montcalm voisin15, paya durement son indocilité puisque son père excédé se laissa malheureusement aller à la vouer au diable et fut pris au mot. Un père oublieux de la force des paroles exila ainsi sa fille hors du langage. Dans cet entre-deux-mondes où se réfugient les exclus évolueraient également les bergers dont le mieux connu est Pierre Mauri de Montaillou16. En réalité, les pasteurs qui conduisent les troupeaux des urbains sont parfaitement intégrés dans les activités dépendant de Puigcerdà, au fil des actes notariés passés avec leurs parents et relations locales. Les consuls et hommes des vallées, ceux de Queroll ou de Vallzcebolere se différencient peu par la nature de leurs pratiques de ceux de Puigcerdà ou même de Perpignan, malgré les évidentes dissemblances liées au milieu exploité.

  • 17 « Aucun roi ne peut régner sur eux », chez les Valaques, (p. 198), « Points de rois ou de princes p (...)
  • 18 Ils ont leurs propres prophètes au lieu de « suivre la religion des Ismaélites », comme les Assassi (...)
  • 19 « Ils courent comme des cerfs » (p. 198) et « sont très agiles et parcourent les montagnes » (p. 21 (...)
  • 20 Les Valaques se donnent des noms comme les juifs et prétendent même être juifs (p. 198) ; les Druse (...)
  • 21 J. Duvernoy éd., Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, I, Paris-La Haye, 1978, p. 267.

13Rien à voir avec les « peuples des montagnes » asociaux décrits par Benjamin. Ce sont des hommes violents : Valaques, Assassins, Druzes. Ils sont privés du sens de l’organisation sociale hiérarchique comme les Druzes ou organisés en bandes comme les Carmathiens ou les Assassins. Ces révolutionnaires en rupture avec le pouvoir17, la communauté ou la famille, sont des proies faciles pour l’hérésie18. Les montagnards vivent à l’extérieur du monde connu, jamais ici, jamais au cœur de l’espace politique. En effet, ils transgressent les commandements élémentaires puisqu’ils « n’ont aucune loi » : ils tuent, ils volent et pillent, sont adultères, incestueux, tel les Druzes. Ce sont de vrais sauvages, quasi des bêtes19. Le pire est sans doute le choix volontaire de leur exclusion politiquement marqué par un profond anarchisme, égalitarisme et échangisme. Ils sont « plongés dans le vice » et, s’ils font parfois semblant de se raccrocher à une tradition20, leur refus originel de toute loi les exclut sans appel. Un écho de ces pratiques pourrait-il se lire dans la description des mœurs polygames et des théories incestueuses de Pierre Clergue selon l’interrogatoire de Béatrice de Planissoles ? Un comparatisme de mauvais aloi nous ferait imaginer un trait structurel caractérisant le montagnard dans cette mise en cause des interdits du mariage21. Ce topos médiéval n’influence-t-il pas encore aujourd’hui nos schémas interprétatifs ?

Un milieu spécifique à exploiter, pratiques de notaires

14De fait, si la marginalité ressort en premier lieu des sources littéraires, si la montagne se repère d’abord par sa société plutôt que par son relief, ce que ne nieraient pas certains géographes d’aujourd’hui, nous voyons poindre une reconnaissance d’une spécificité montagnarde. L’observation du milieu géographique mène ici à l’exploitation.

  • 22 S. Bosom, Cl. Denjean, O. Mercadal et C. Subiranes éd., Coneguem... els Jueus i Franciscans a Puigc (...)
  • 23 Arxiù Historic Comarcal de Puigcerda (AHCP), Consells, 1342, fo 4.
  • 24 Archives départementales des Pyrénées orientales (ADPO), inventaire de la série B ; S. Caucanas, Mo (...)

15La montagne recèle en effet bien des richesses. Eternellement renouvelées, les eaux dévalent les pentes. Elles font la beauté de ces lieux, elles sont la fierté des hommes. Elles appartiennent si naturellement au paysage qu’en leur absence, il faut les inventer ! Le lac du Canigou appartient en effet plutôt à l’imaginaire qu’au réel. Domestiquer les eaux demande par contre un investissement régulier. La grande affaire des consuls de Puigcerdà, pour laquelle ils emploient d’ailleurs, parmi d’autres, des juifs, traditionnellement experts dans ce domaine, c’est la gestion de l’eau. Les missions pour entretien du réseau de canaux et autres recs remplissent les Livres du consulat. Il faut par exemple diriger les travaux d’aménagement du grand rec de Queroll qui alimente en particulier le call juif au moins depuis la concession royale de 1333, curer les canaux, réparer le bois des canalisations et veiller au bon fonctionnement des dérivations et du système des vannes. L’étang, dont la première mention se lit dans le premier livre notarié conservé en 1260, symbolise la ville presque autant que le puig. Il est le centre du système d’adduction d’eau de la ville et de ses jardins, il est un espace festif, une réserve poissonneuse, le cœur des lotissements de la fin du xive siècle22. Cependant, en pleine guerre de 1342-1344, les consuls se préoccupent surtout du risque d’incendie, presque autant que de l’édification et l’amélioration des nouvelles murailles qui défendent la ville. Le quartier juif peut servir de centre et de modèle. En effet, non seulement il est bien alimenté en eau, mais les maisons sont équipées pour avoir un accès facile à l’eau. Le notaire insiste sur ce point ; les fouilles archéologiques ont prouvé la réalité de cet équipement23. Les habitants chrétiens sont donc invités à conserver dans chaque maison une citerne d’eau, seaux et échelles, les menuisiers et forgerons doivent pouvoir alerter, de manière à lutter contre le danger urbain par excellence. Nous voyons donc que les préoccupations des consuls diffèrent peu de celles des responsables des autres villes. La description des canaux n’est pas originale, la prise en compte des difficultés spécifiques à la montagne illisibles dans les actes, alors que la volonté de garantir l’ordre public en cas de malheur est très sensible. Par contre, en ce mois d’août 1342, l’eau ne manque pas, alors que des difficultés d’approvisionnement pourraient gêner une ville de la plaine. À l’inverse, nous n’avons pas trouvé de mentions de risque d’inondations, pourtant possibles si la fonte des neiges s’accompagne de pluies printanières trop fortes. Certainement, les plus petits canaux qui quadrillent les champs autour de Puigcerdà, dans une cuvette, servent autant à drainer qu’à irriguer au fil des saisons. Les canaux alimentent aussi les moulins et autres installations drapières. De même les documents perpignanais prouvent l’attention portée à l’aménagement de la vallée de la Têt, de l’Agly, à la création du lac de barrage de Vinça24. Les moulins, en altitude sur chaque petit ruisseau ou canal, ou bien concentrés dans les faubourgs des villes dans des quartiers spécifiques, utilisent comme ailleurs la force des eaux. Ainsi, avec les eaux vives se rejoignent le symbolisme et le pragmatisme, le regard extérieur des sources littéraires et la pratique des habitants telle que la disent les sources notariales, sans toutefois que ceux-ci désignent les travaux en montagne de manière spécifique.

  • 25 AHCP, Liber testamentorum, Inventaires après décès, Joan de Corromines, 1398.

16Le Canigou de Gervais de Tilbury recèle également argent, cristal et richesses sous diverses formes... Ses sables roulent de l’or. Mais les artisans et commerçants prospèrent plutôt grâce à la laine et à la peau des troupeaux, ainsi que grâce à des échanges de fer, difficiles à repérer systématiquement25. Les consuls contrôlent et orientent ces activités. Mais au fond, ces richesses, même exceptionnelles, ne peuvent suffire à définir la particularité de la montagne.

  • 26 Cortès de los antiguos reinos de Aragon y de Valencia y Principado de Catalunya, F. Fita et B. Oliv (...)

17Au fil des actes comme des textes, nous voyons donc également se constituer un relevé des caractéristiques climatiques d’un milieu montagnard, bien distinctes des éléments topographiques que toutes nos sources jugent superflus. Le temps qu’il fait constitue un caractère négatif lié à l’altitude ou à la hauteur des versants. Le froid, la glace et la neige sont les premiers ennemis. La Cerdagne est un piège où les soldats impatients de mouvement pourraient se trouver pris s’ils y passaient trop de temps. Le contraste est encore plus choquant lorsqu’on vient de la plaine où les raisins murs égaillent les vaillants guerriers : le jeudi 2 septembre 1344, feu gran fredor e gran vent e neva, nous rappelle dans sa Chronique un Pierre le Cérémonieux peu ravi de demeurer à la fête de Puigcerda jusqu’à la fin de la semaine. Il n’a cure de se réjouir de la Sainte-Marie de septembre et s’enfuit dès que la météo le permet, après cette première offensive du mauvais temps pour la descente des troupeaux : Per reguard dels temps e dels ports a passar, volguem-nos cuitar d’exir. La guérilla, forme de résistance adaptée à la montagne, n’est pas dans les moeurs du temps, Jacques de Majorque s’appuie sur des sites de fond de vallée lorsque Puigcerdà lui échappe. Il faut dire qu’il cherche à tenir entre septembre et décembre, période où le temps est variable selon les années. Passer les cols le 4 décembre 1344 a en effet des chances de se faire dans la neige et la glace, ce qui est difficile sans un équipement minimum. Si Gervais de Tilbury brodait quelque peu lorsqu’il affirmait que le calme est rare dans le massif du Canigou, les lettres royales contemporaines comme dans la Cronica rédigée bien plus tard n’exagèrent aucunement lorsqu’ils allèguent la tempête et la soudaineté des changements de temps. Pour les habitants enfin, les éléments climatiques suscitent le compte rendu lorsqu’ils gênent l’activité. Sinon, ils apparaissent en filigrane à travers le calendrier des réunions consulaires, de l’endettement ou de l’achat de vin « en bas », dans la plaine du Roussillon. Mais encore une fois, les agriculteurs de montagne ne sont pas les seuls à subir des aléas climatiques. Jamais ils ne se plaignent de difficultés particulières, à notre connaissance. Les contraintes que nous jugeons spécifiques au milieu montagnard ne sont pas un argument pour demander une diminution de l’impôt par exemple26.

L’inventaire de la montagne

18Quelle peut être la place des topoi de la culture littéraire dans la pratique notariale ? Jusqu’à présent, si des éléments de paysage comme le lac, le torrent, le mont, ont pu être identifiés, le paysage n’existe pas véritablement dans nos sources. Il peut simplement, comme ailleurs, se reconstituer à travers la mosaïque des inventaires dispersés dans les actes notariés.

19Repérer est le premier acte essentiel lorsqu’il est question d’un lieu faisant l’objet d’une mission ou d’une transaction. Naturellement, les lieux où poser des bornes, ceux par rapport auxquels se situer est facile reviennent sans cesse dans les actes ; ils sont caractéristiques de la montagne. La butte ou puig, le mont et autres éminences, lieux de marché ou d’observation des troupes selon les circonstances, le val et les recs ou aquaria, axes le long desquels les champs, vergers et prairies s’organisent en épi suivant la pente signifiée par les points hauts et les limites basses, l’étang, le lac déjà signalés, la forêt ou festive, mais aussi la cabane, le hameau, le village. Lorsque le scribe choisit un type de description dans le corpus des formulations et enchaînements tout faits dont il dispose, il dessine l’étagement des cultures, des activités et des habitats. Encore une fois, rien d’exceptionnel : des descriptions similaires se trouvent par exemple dans les registres italiens. Autant que l’altitude, l’éloignement par rapport au village explique la succession des jardins, champs, prairies nourrissant des mulets, chevaux, veaux et pâturages ouverts à l’élevage extensif, beaucoup moins directement liés à la ville. Néanmoins, l’espace péri-urbain est exploité directement et intensivement alors que les vallées entretiennent avec la ville des liens médiatisés par les consuls des vallées. Si l’on prend en compte le statut juridique de l’espace et des hommes concernés, cette attention recouvre plus ou moins les courbes de niveau qui structurent pour nous le schéma d’interprétation du paysage. S’il demeure approximatif de tenter la chose pour la Cerdagne, le Capcir et le Confient, certains ensembles comme les vallées de Queroll, Vallzcebolere, Eyne... bien documentés se reproduisent aisément. Enfin, voyageurs comme paysans se retrouvent dans leur superbe ignorance des hauts sommets et des massifs inutiles car impénétrables et abandonnés au silence ou à l’imagination d’un Gervais de Tilbury. Le choix même du Canigou comme lieu extraordinaire me semble un choix d’urbain et d’homme de la plaine : depuis la Cerdagne, le plus présent n’est-il pas le sommet du Cambre d’Ase, le plus impressionnant et difficile le massif du Carlit ? Les lieux de passage sont à côté, les estives à leurs pieds et sur leurs flancs ; quant au reste, il n’y a rien à en dire. Benjamin de Tudèle, lui non plus, n’a pas eu un regard pour le Canigou.

  • 27 AHCP, Processos, 1386-1391.
  • 28 AHCP, Conseils, 1342, fo 23v.

20Les échanges de terres sont bien entendu très rares dès que l’on prend de l’altitude. Il faut des missions et des procès concernant le pâturage pour que nous en entendions parler comme en 139127. Alors qu’au xiiie siècle et durant la première moitié du xive siècle, le danger pour les troupeaux provenait des agissements des hommes du comte de Foix, ceux d’Ax en particulier, qui n’hésitent pas à pénétrer en Cerdagne avec leurs bêtes, sans payer aucun droit28, les conflits opposent désormais plutôt les Cerdans aux Catalans. Il n’est plus question de frontières indûment franchies, mais de droits de pâture concédés et de partage des estives par les communautés locales, de Puigcerdà et de Llivia et les foraines. Dans ce domaine, le bornage et les droits juridiques importent plus que les cultures. La frontière entre les diverses zones se lit donc nettement dans les registres, surtout les Firmitatis. Autour de la ville, jardins fumés et irrigués, prairies, étables, colombiers, parcelles font l’objet d’une intense spéculation foncière à la fin du xiiie siècle. Plus loin les terres à blé et seigle, les prairies. Plus haut, les petits champs irrigués avec leurs cabanes comme vers Err et dans la vallée d’Eyne. Enfin les pâturages d’altitude. Les contrats d’acapte, liés au crédit et à la spéculation immobilière des lotissements péri-urbains, ne sont employés qu’autour de Puigcerdà, plus rarement de Bellver et Llivia. Quelques vallées proches, commençant à basse altitude, comme celle de Vallczebolere, peuvent être citées à l’occasion dans ce type d’actes. Les changements sont nombreux dans les vallées les plus intensément cultivées et équipées d’un réseau de canaux alors que les sources demeurent silencieuses sur les autres zones.

21Le pouvoir urbain emploie donc les mêmes outils qu’ailleurs pour affirmer sa domination sur son pays, mais les livres de comptes et autres registres de la ville de Puigcerdà durant la première moitié du xive siècle dessinent l’espace vécu des élites urbaines et des paysans, alors que les itinéraires des pasteurs n’exigent pas de comptes rendus détaillés et ne peuvent être compris à travers les sources écrites. Le crédit et la levée de la taille sont les médiateurs essentiels de la domination de la ville sur son pays (cf. figure 2). Les échanges entre gens des villes et habitants des vallées sont d’autant plus intenses que la ville a besoin des produits de la montagne. Les zones les mieux documentées, démontrant des relations constantes et relativement équilibrées se situent donc essentiellement vers la vallée de Queroll, alors que les habitants des villages suivant la ligne des 1 400 mètres sur le versant nord, de Ur à Bolquera dépendent du crédit urbain. Nous retrouvons la césure majeure exprimée dans les textes littéraires entre l’espace sauvage des massifs et l’espace civilisé. Les pâturages sont laissés aux pasteurs et à leurs troupeaux, entre 1 700 et 2 200 m. Les vallées dépendent des communautés organisées. La haute Cerdagne, la vallée du Queroll, d’où vient l’essentiel de l’eau qui alimente la ville, leurs lignes de villages entre 1 200 et 1 400 m, le Capcir, sont sillonnés par les paysans, pasteurs, marchands qui se rendent en ville ou traversent le pays. L’éloignement pondéré par la difficulté due au relief peut sans difficulté se lire à travers la densité de la circulation. Néanmoins, le poids politique et économique de la ville vient bousculer l’apparente convergence entre la géographie physique et les pratiques quotidiennes. Les 1 850 m du Puymorens n’empêchent pas sa fréquentation alors que la route par le Capcir puis le piémont est moins touchée par les intempéries. Le choix de la saison et la situation politique n’est pas seul en cause. Le vall de Ribes et le passage vers Ripoll n’effraient personne alors que les Andorrans viennent emprunter quelques deniers à Puigcerdà, bien qu’il existe une offre à Urgel, plus rapidement accessible. Marchands-fabricants du textile, collecteurs de la taille, courriers et informateurs dépassent la basse Cerdagne et grimpent régulièrement vers les villages d’altitude, suivant un rythme et un calendrier qui les distingue fort peu de leurs homologues roussillonnais ou géronais...

22Nous voici bien loin de la sauvagerie montagnarde. Si les auteurs comme les acteurs locaux ont une petite idée de la brutalité et de la dureté du climat montagnard, c’est bien le seul élément spécifique que nous pouvons relever.

23Somme toute, puisque le social et le politique comptent plus que le climat et la topographie pour définir la montagne, puisque la notion de « milieu montagnard » apparaît dans notre documentation de manière si fugace, jamais explicite, alors que la notion de « milieu » n’existe pas à proprement parler, nous observons peut-être plutôt la persistance d’un système méditerranéen antique qu’un système montagnard.

  • 29 AHCP, Liber expensarum 1325 ; Conseils, 1342-1345.

24Toutes nos sources (cf. tableau 2) sont bâties autour de systèmes d’opposition dont certains couples se retrouvent partout. En effet, si « montagne » apparaît peu, et « montagnard » à peine plus, le puig, mont ou butte, est au contraire le lieu essentiel. L’habitat se développe sur le puig, à l’abri, comme à Puigcerdà, ou au pied de la pente, près de la route, comme à Llivia. La défense de la Cerdagne s’appuie sur les châteaux et leurs garnisons qui gardent les passages, mais également sur les points d’observation où les consuls envoient enfants et paysans surveiller l’ennemi depuis le bocage durant des mois en 132529. Les cols sont gardés grâce au contrôle des points élevés qui se situent immédiatement à côté de Puigcerdà, comme Agia, ou gardent le débouché d’un passage, tel la Tour cerdane avant le Puymorens. Les agents du consulat qui inspectent le réseau de canaux structurent également leurs itinéraires autour de cette opposition essentielle. L’expérience ne distingue pas d’abord l’altitude, mais le dénivelé : la sensation des Méditerranéens qui grimpent à 500 m à partir du niveau de la mer n’est pas très différente de celle des Cerdans qui passent de 900 à 1 400 m !

25La vie s’organise autour des déplacements réguliers entre les villages d’altitude et le marché de Puigcerdà, mais aussi entre la Cerdagne et le Roussillon, la Cerdagne et le Ripollès, la Cerdagne et le pays de Foix... Ceux d’en haut et ceux d’en bas entretiennent des liens essentiels. L’oligarchie et les juifs développent leurs activités en s’appuyant sur la complémentarité entre les terres d’altitude et le littoral ou le piémont. Les registres notariés témoignent de ces incessantes migrations régulières et saisonnières, essentielles pour les affaires, jusqu’aux textes des délibérations consulaires les plus politiques, puisqu’une des activités principales des consuls consiste à envoyer des négociateurs auprès des autorités demeurant toujours dans la plaine, auprès du roi ou aux Corts de Catalogne. Ces montagnes sont traversées : par des migrants, des exilés, des réfugiés ; par des marchands et des bergers, selon une chronologie d’origine étrangère puisque liée aux troubles de la plaine, à l’alternance d’impuissance et de reprise en main du pouvoir. Ces montagnes sont dépeuplées ou accueillantes suivant le mouvement du trend économique légèrement décalé par rapport à la plaine ou au piémont – décalé, mais pas nécessairement en retard. Ici la présence de la communauté juive est un marqueur utile. Ces terres d’altitude changent rapidement et ne respectent certes pas l’immobilité du temps long. Au contraire, nous voyons les flux et reflux successifs s’inscrire dans l’espace, lieux-dits déserts, puis peuplés puis abandonnés, espaces réoccupés. À ce titre, l’aménagement de la ville de Puigcerdà, ville continuellement en chantier depuis le xiie siècle, est éclairant.

26Pourtant, au milieu de ce mouvement incessant, une chose est solidement ancrée au milieu des changements permanents, en Cerdagne, c’est la famille. Il suffit de lire le nom des hommes des vallées dans les textes conservés à Urgel, de suivre les familles dans les registres notariés à partir du xiiie siècle, de jeter un coup d’œil au cadastre du xviiie pour être persuadé de la solidité d’un noyau de population qui se transmet quelques noms typiquement cerdans. Les Bosom, les Isern, les de Girona, les Arcegel et quelques autres, présents dès le xiie siècle, actifs aux xiiie et xive siècles, habitent toujours au centre de Puigcerdà selon le cadastre de 1725, voire possèdent des descendants aux xixe et xxe siècles. Au xive siècle, il est plutôt rare que les rejetons de ces familles recherchent des carrières les éloignant de leur pays. La liste des offices de Pierre le Cérémonieux en fournit rarement, semble-t-il. Longtemps d’ailleurs, ils peuvent s’enrichir sur place.

  • 30 AHCP, Conseils 1342-1345, fo 1v.
  • 31 Cortès..., op. cit., p. 426-429.
  • 32 AHCP, Liber expensarum de 1325 ; Conseils 1342-1345, fo 23 : sécurité des pâturages avec le comte d (...)

27En effet, ce qui intéresse les consuls et syndics de Puigcerdà, comme toute l’oligarchie urbaine, ce sont les revenus des produits de la montagne et la défense des intérêts de la ville. Ils sont avant tout économiques : les procureurs doivent continuellement rappeler les privilèges fiscaux constitutifs de la ville royale et défendre un protectionnisme jamais démenti, de l’aide des fromages à l’exigence de la distinction des draps étrangers et des draps locaux. Ainsi, le Livre des Conseils de 1342-134530 présente divers types d’amendes assurant la police du marché des fromages ou de la viande. Les vendeurs ou revendeurs locaux doivent respecter la fraîcheur du produit ou ce que nous nommerions des labels de qualité : les fromages frais ne doivent pas être trop chers ou certaines productions semi-fraîches ne pas dépasser dix jours. Le fromage d’Aragon ne doit pas être pris pour celui de Cerdagne, où l’on peut distinguer celui de Livia de ceux des diverses vallées. Enfin le fromage vieux possède une valeur particulière. La viande vaut également selon sa fraîcheur. Il ne faut pas confondre la carn salada et le porc salé, d’autant que la viande de Cerdagne défend son appellation. Le veau de lait n’a pas plus de six mois. Les draps de laine étrangers doivent recevoir un sceau, malgré la contrebande qui inquiète les consuls durant tout le xive siècle. Ils en parlent en conseil, par exemple en avril 1342, ils le font rappeler par les procureurs envoyés auprès du roi ou aux Corts. Mais nos textes sont peu précis et explicites puisqu’ils redisent en 1351 essentiellement les privilèges de leude, de tolte, usaticum et pedaticum comme des autres franchises et libertés qui garantissent le trafic drapier mais aussi de toutes marchandises passant par la Cerdagne et demandent la garantie du marché local. Lorsque le roi d’Aragon reprend le pouvoir en Cerdagne après la fuite de Jacques de Majorque, le principal sujet de discussion entre les syndics, procureurs et consuls cerdans, et l’autorité royale – viguier, cardinal, roi en personne – concerne les privilèges. Le règlement des troubles de 1343-1344 est traité en trois réunions alors que les inquiétudes des drapiers courent durant les quatre années que couvre le registre concerné. Mais politique et économie sont intimement liés : la relation conflictuelle qui oppose Puigcerda à Villefranche concerne la route qui monte du Roussillon par Villefranche, ville où justement un envoyé cerdan fut assassiné en 1342. Ainsi, alors que les marchands et notaires cerdans s’efforcent de contrôler la production locale lors de leurs missions dans les vallées ou sur les pâturages, qui durent environ trois jours en moyenne, les syndics de Puigcerdà ne présentent pas lors des Corts au milieu du xive siècle de plaintes caractéristiques de régions d’élevage et de transhumance mais des réclamations de marchands drapiers. D’ailleurs, les précisions concernant les échanges de laine entre marchands drapiers et les familles des vallées qui travaillent à domicile passent dans les registres à travers des actes de crédit, nous offrant des renseignements très fugaces. Les gens de Puigcerdà défendent donc avant tout les exemptions fiscales concernant le commerce, sans revenir par exemple sur le bovatge comme ils le font sur les droits affectant la draperie, exactement comme ceux de Perpignan qui pensent d’abord à la leude et aux itinéraires des bateaux. À l’inverse, Torroella de Montgrì ou le Vall de Prats se préoccupent avant tout des conséquences économiques du passage des bestiaux vers le Roussillon par le chemin royal par Corsavy, comme en témoignent les doléances présentées aux Corts en 135131 ou les procès conservés aux Archives de la Couronne d’Aragon. Au xiiie siècle, les terres de Segura, la région de Valence se défendaient contre les vols de bestiaux. Les troupeaux sont pourtant à l’occasion également menacés en Cerdagne pour autant que l’on puisse le lire dans les registres notariés32. Les agents du comte de Foix ne restent jamais inactifs et la période troublée n’a pas véritablement épargné les terres d’altitude : il faut négocier avec le bayle du comte de Foix la sécurité des troupeaux du Puymorens. Même si ces problèmes sont plus rares que les incursions de bêtes supplémentaires sur les estives, il y aurait bien eu quelques raisons pour se plaindre et demander de contribuer moins fortement à l’effort fiscal. Ce ne sont pas ces arguments qu’ont choisis les consuls de Puigcerdà, pas plus que ceux de Berga qui défendent les marchands. Les charges transportées par les marchands méritent donc plus d’attention et d’énergie que l’élevage proprement dit. Ainsi, au pied de la montagne s’arrête le regard de l’urbain d’altitude et de son notaire. Il ne va pas plus loin que les pâturages. En outre, ceux-ci ne sont présentés que comme la production en amont du commerce et des productions locaux. L’exploitation des espaces montagnards coûte cher en missions soigneusement notées dans les livres des dépenses.

28Il serait cependant exagéré de conclure à une absence de prise en compte d’une spécificité montagnarde. Mais au fond, la métallurgie, la production de draps de laine de qualité moyenne, la gestion de l’eau sont ou ne sont pas selon les époques des caractéristiques d’une économie dite de montagne. L’aménagement des pentes lui-même n’est pas véritablement caractéristique, même s’il est fondamental en montagne, comme l’adaptation aux difficultés climatiques. Si nous réexaminons les topoi de nos voyageurs – qui survivent encore aujourd’hui –, que pouvons-nous conserver ? Sur la question de l’hérésie ou de l’anormalité religieuse, nous nous contenterons de dire ici qu’il faut être au moins très prudent. Le désordre des mœurs, le vol, le crime, la contrebande datent en Cerdagne du xvie siècle. Juger ces terres périphériques, comme Pierre le Cérémonieux, n’est pas généralement partagé. Mais sans doute le deviennent-elles peu à peu à partir de la fin du xive siècle. Toutefois, ce n’est que plus tard que les Cerdans de font Cerdagnols... Cette montagne devient périphérie lorsque apparaît la notion de frontière, puis celle de frontière naturelle, ce qui justement en Cerdagne n’a aucun sens et modifie en profondeur la donne économique.

29Cet essai est évidement incomplet. La « méthode patchwork » qui consiste à faire jouer des sources très hétérogènes en les juxtaposant pose sans doute plus de questions qu’elle n’en résout. Mais c’était le but de cet exposé. Le bariolage de ce tissu recréé à partir de bribes exige du lecteur d’avoir foi en la cohérence de la pensée d’un individu ou d’une société. Néanmoins utiliser cette métaphore pour dépeindre travail de l’historien ne me semble pas si inadéquate. Qui refuse cet axiome refusera à juste titre ces lignes qui ne se prétendent en rien définitives. Qui l’accepte remarquera quelques points en guise de conclusion. D’abord, la « montagne » est un terme polysémique. La dualité entre le sens topographique (le mont) et géographique (le milieu), sensible dans le vocabulaire et les sources littéraires, marque également la société dans ses pratiques. La notion de montagne comme espace se constitue peu à peu. Cette constatation n’a rien de nouveau. Dans toute la Catalogne, la montagne étant partout présente, la Cerdagne ne diffère que par son altitude particulièrement élevée, tempérée par un relief et un climat originaux dans les Pyrénées. Mais l’altitude n’est certes pas un critère pour l’homme médiéval, fait corroboré par les autres recherches. Ce serait plutôt le dénivelé qui serait un élément discriminant. Néanmoins, dans la pratique comme dans les idées, deux montagnes s’opposent : la haute montagne inaccessible, inhospitalière, longée par les hauts cols mais jamais véritablement humanisée ; le mont ou la vallée, l’estive dont les pentes fortement humanisées offrent des richesses originales, accessibles malgré les difficultés, auxquels on doit appliquer des modes d’exploitation adaptés et dont le système social diffère de ceux de la plaine ou du piémont. Cependant la différence entre plaine, piémont et cette montagne-là n’est pas de nature, à la différence de la « haute montagne ». La représentation des modes d’exploitation ne semble pas spécifique mais plutôt adaptée d’un mode urbain, issu des modèles latins dominants.

Figure 1. — L’espace polarisé par Puigcerda : le crédit Villages d’origine de la clientèle des prêteurs de Puigcerda

Figure 1. — L’espace polarisé par Puigcerda : le crédit Villages d’origine de la clientèle des prêteurs de Puigcerda

Cerdagne
1. Salteguel
2. Roca de Vilech
3.
Aristot
4. Musa
5. Bellver
6. Prats
7. Isobol
8. Nuilla
9. Saint Martin
10. Maranges
11. Carol
12. Angoustrine
13. Livia
14. Saillagouse
15. Llo
16. Valcebolere
17. Vall de Ribes
Capcir
5. Formiguières
6. Puvvalador
7. Matemale
Confient
5. Formiguières
6. Puwalador
7. Matemale

Figure 2. — L’espace polarisé par Puigcerda : exploitation et fiscalité

Figure 2. — L’espace polarisé par Puigcerda : exploitation et fiscalité

Notes

1 Présentée dans Géographie universelle, R. Brunet dir., 1, Paris, 1989.

2 Au début du xive siècle, 10 % de la population. Voir Une communauté juive au prisme du notariat chrétien : Les juifs de Puigcerda de 1260 à 1493, Thèse nouveau régime, Université de Toulouse-Le Mirail, février 1998, dactyl. et Ead., Juifs et chrétiens. De Perpignan à Puigcerda, xiiie-xive siècles, Perpignan, 2004.

3 J.-P. Vigneau, Climat et climats des Pyrénées orientales, Thèse de géographie, Toulouse, 1986, dactyl.

4 Comme par exemple sa voisine Urgell ou le Béarn.

5 Ainsi, les difficultés du xve siècle touchent plus vivement Puigcerda que Perpignan, d’autant que le tremblement de terre de 1428 eut des conséquences destructrices.

6 M. Berthe et B. Cursente éd., Villages pyrénéens, Toulouse, 2003, particulièrement B. Cursente, « Le village pyrénéen comme village à maisons. Premières propositions », p. 157-169 : vallées et hautes vallées par opposition au piémont (p. 160-162), « domus » dans un sens familial et topographique, étudiée dans le cadre du milieu montagnard (p. 157), dissociation au xiie siècle du casai du piémont et de celui des hautes vallées (p. 161) ; la limite est affaire d’altitude, qui reste à déterminer finement secteur après secteur (p. 166) ; la plus ou moins forte prégnance de l’économie pastorale, comparaison avec les autres régions de montagne (p. 167).

7 S. Brunet, J. Goy et N. Lemaitre éd., Déviances et sorcellerie. Une spécificité montagnarde ï, Journées de Toulouse, 15 novembre 2001, Heresis, numéro spécial, 2004.

8 Hachures claires : auteur originaire de l’extérieur.

9 Hachures foncées : scripteur ou scribe local.

10 Cl. Thomasset et D. James-Raoul, La montagne dans le texte médiéval : entre mythe et réalité, Paris, 2000.

11 La frontière pyrénéenne ne se crée vraiment qu’au xviie siècle, même si la constitution d’une ligne à partir de laquelle s’étend la France se structure dès l’époque de Louis IX.

12 Je me permets de renvoyer à Cl. Denjean, « “Si je t’oublie, Jérusalem”. Tsarfat, Sefarad et Sion : voyageurs médiévaux en diaspora (Provence, Péninsules ibérique et italienne, xiiie-xive siècles) », Récits de voyages ibériques, Séminaires d’Études ibériques, Bordeaux, 25 avril 2003, 1ère partie, de Gemmah, Toulouse, 14 novembre 2003, 2e partie, de Sylvanès, 2-5 mai 2004 (à paraître).

13 Salimbene de Adam, Cronica, G. Scalia éd., Turnhout (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis, 125), 1998-1999.2

14 Nous trouvons une vision comparable dans le Bahir, Lagrasse, 19892.

15 D. Fabre et D. Lacroix, La vie quotidienne des paysans du Languedoc au xixe siècle, Paris, 1973, p. 271-273 : en 1807, une femme sauvage est trouvée dans le massif du Montcalm.

16 E. Le Roy-Ladurie, Montaillou, village occitan, Paris, 1975, chap. 5, 6 et 7, p. 133-196.

17 « Aucun roi ne peut régner sur eux », chez les Valaques, (p. 198), « Points de rois ou de princes pour les gouverner », pour les Druzes (p. 210).

18 Ils ont leurs propres prophètes au lieu de « suivre la religion des Ismaélites », comme les Assassins (p. 209) ; « ils ne suivent point la religion des chrétiens » (p. 198), comme les Valaques (p. 198) ; ils sont païens et « n’ont pas de religion » (p. 198).

19 « Ils courent comme des cerfs » (p. 198) et « sont très agiles et parcourent les montagnes » (p. 211).

20 Les Valaques se donnent des noms comme les juifs et prétendent même être juifs (p. 198) ; les Druses sont « amis des juifs », qui n’habitent pourtant point parmi eux (p. 211).

21 J. Duvernoy éd., Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, I, Paris-La Haye, 1978, p. 267.

22 S. Bosom, Cl. Denjean, O. Mercadal et C. Subiranes éd., Coneguem... els Jueus i Franciscans a Puigcerda, Puigcerda, 1993 ; « El Call jueu de Puigcerda », Tribuna d’arqueologia, Barcelone, 1994, p. 135-152 ; « Noves aportacions a l’estudi de l’urbanisme medieval de Puigcerdà : segles xiii-xv », Cultures i medi de la Préhistoria a l’edat mitjana, Colloque d’Archéologie de Puigcerda, Puigcerda, 1994, p. 641-649.

23 Arxiù Historic Comarcal de Puigcerda (AHCP), Consells, 1342, fo 4.

24 Archives départementales des Pyrénées orientales (ADPO), inventaire de la série B ; S. Caucanas, Moulins et irrigation en Roussillon du ixeau xve siècle, Paris, 1995.

25 AHCP, Liber testamentorum, Inventaires après décès, Joan de Corromines, 1398.

26 Cortès de los antiguos reinos de Aragon y de Valencia y Principado de Catalunya, F. Fita et B. Oliver éd., Madrid, Real Academia de la Historia, 1896-1922, vol. 1, p. 422-423.

27 AHCP, Processos, 1386-1391.

28 AHCP, Conseils, 1342, fo 23v.

29 AHCP, Liber expensarum 1325 ; Conseils, 1342-1345.

30 AHCP, Conseils 1342-1345, fo 1v.

31 Cortès..., op. cit., p. 426-429.

32 AHCP, Liber expensarum de 1325 ; Conseils 1342-1345, fo 23 : sécurité des pâturages avec le comte de Foix. D’autres mentions sont dispersées dans les registres Firmitatis.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. – Sources et vocabulaire des espaces étudiés
Légende Note 88Note 99
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 1. — L’espace polarisé par Puigcerda : le crédit Villages d’origine de la clientèle des prêteurs de Puigcerda
Légende Cerdagne1. Salteguel2. Roca de Vilech3. Aristot4. Musa5. Bellver6. Prats7. Isobol8. Nuilla9. Saint Martin10. Maranges11. Carol12. Angoustrine13. Livia14. Saillagouse15. Llo16. Valcebolere17. Vall de RibesCapcir5. Formiguières6. Puvvalador7. MatemaleConfient5. Formiguières6. Puwalador7. Matemale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2. — L’espace polarisé par Puigcerda : exploitation et fiscalité
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search