Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sociétés et économies de montagne

Petites villes et leurs réseaux en pays de moyenne montagne

L’exemple des hautes terres du Massif central à la fin du Moyen Âge

Jean-Luc Fray

Texte intégral

  • 1 Rappelons que les deux tiers du territoire du Velay et la quasi-totalité de celui du Gévaudan se si (...)
  • 2 La notion de « villes petites et moyennes » s’appuie sur les travaux d’un groupe de réflexion inter (...)

1Les moyennes montagnes (600 à 1 800 m) du Massif central français, en particulier la haute Auvergne, mais aussi les plateaux limousins, l’Aubrac, les causses du Rouergue, le Gévaudan et le Velay1, apparaissent comme un milieu particulier pour le développement des « lieux centraux » et de la strate des villes moyennes et petites2 dans les derniers siècles du Moyen Âge :

    • 3 Le décompte des localités centrales fourni en annexe totalise 10 « lieux centraux » au-dessus de 1  (...)

    en raison des compartimentages de l’espace dus au relief (c’est un pays de lieux centraux perchés jusqu’à plus de 1 000 m d’altitude)3 ;

    • 4 Les comptes consulaires de Saint-Flour nous montrent le duc de Berry voyageant en hiver dans les go (...)
    • 5 Voir les exemples rassemblés par M. Aubrun, Moines, paroisses et paysans, Clermont-Ferrand, 2000, p (...)

    au regard des contraintes imposées aux courants de circulation4, par ailleurs étonnamment vivaces et divers tant pour le commerce que pour les pèlerinages : le Massif est aisément pénétrable par le nord, grâce à la succession des limagnes et depuis la région toulousaine par les affluents du Lot et de la Dordogne. Il est abondamment parcouru par un système de routes de crêtes, forme de voirie que rend pertinente l’usage du portage (à dos d’hommes ou par animaux de bât)5 ;

    • 6 L’enquête de 1552 éditée par J. Bousquet, Enquête sur les commodités du Rouergue en 1552, procès co (...)
    • 7 Ainsi les vignes de l’Hôtel-Dieu du Puy jusque sur les flancs du rocher Corneille ou encore à Espal (...)

    mais aussi en raison des aptitudes agricoles (élevage, mais aussi arboriculture6) et « industrielles » (sous-produits de l’élevage, utilisation de la force hydraulique et d’une eau de qualité, ressources minières) spécifiques ; et au regard des efforts déployés pour adapter à des conditions difficiles des cultures que l’on attendrait pas à ces altitudes7 ;

    • 8 J.-P. Chambon et Ph. Olivier, « L’histoire linguistique de l’Auvergne et du Velay, notes pour une s (...)

    en raison d’un particularisme juridique et administratif, voire du maintien, ici plus longtemps qu’ailleurs, de la langue d’oc face à l’offensive de la langue du roi8 ;

    • 9 Le plateau qui porte la chaîne des Puys en Auvergne ou encore le Carladez, aux confins de l’Auvergn (...)
    • 10 Vers 1841-1846, les 1 900 habitants de Besse (Puy-de-Dôme) se répartissent en moins de 900 au centr (...)
    • 11 On emploie ici par prudence le concept « neutre » de maillage pour signifier la présence et la répa (...)

    ou encore au regard d’un peuplement dense, malgré les conditions climatiques – y compris aux hautes époques comme le montre la prospection archéologique9 – et d’une extrême dispersion de l’habitat rural10 que ce maillage11 spécifique de lieux centraux vient structurer et auquel il offre ses services.

  • 12 Ch.-Ed. Perrin et J. de Font-Réaulx, Pouillés des provinces d’Auch, de Narbonne et de Toulouse, Par (...)

2La description du diocèse de Lodève par Bernard Guy (1331)12 donne – pour un territoire ramassé – une bonne image de ces contrastes et de ces opportunités : il y distingue les Ecclesie [...] in montanis, soit treize églises paroissiales, toutes situées à des altitudes supérieures à 600 m (alors qu’à dix kilomètres plus au sud, le chef-lieu de diocèse, Lodève est sis à une altitude de 165 mètres). L’évêque est collateur et décimateur dans sept de ces treize paroisses ; il l’est dans toutes celles qui jouxtent la grande voie régordane, chemin le plus court unissant l’Ile-de-France au Languedoc royal, et il contrôle les quatre châteaux (Le Caylar, Les Rives, Ladude, Saint-Michel) qui en sont proches. Dans la plupart des paroisses, le prélat perçoit tout ou partie de la dîme sur les blés et tous les légumes, les produits carnés (carnalagii), la laine et les fromages, les ortolagii, le foin et raparum ; dans d’autres de ces localités, sont mentionnées les dîmes des nutrimentis animalium, la decima in avenis et in cumbres, in civatis et palmola, in leguminibus, in caseis, de agnis et hedis et in olivis (à l’Escalette !).

  • 13 Rappel des éléments de la théorie de Christaller et de ses applications possibles aux villes médiév (...)

3Ont été retenues pour base de l’enquête des « localités centrales » (définies selon la méthode de Christaller, réaménagée13) sises sur des plateaux ou dans des vallées de montagne, toutes à des altitudes supérieures à 600 mètres, et présentant un nombre de critères de centralité au moins égal à quatre.

  • 14 Ainsi la fortification urbaine et son rôle de refuge, la hiérarchie des tribunaux et cours, l’exerc (...)
  • 15 Peuvent être proposés à titre d’exemples : la centralité cathédrale de la mère-église du diocèse, l (...)
  • 16 Ainsi foires et marchés, références à des système de mesure et de monnaies, présence de prêteurs lo (...)
  • 17 Par le système toponymique que nous avons proposé d’appeler « centralité toponymique », rapportant (...)

4On rappellera brièvement que la « méthode de la centralité » met en exergue dans l’examen des semis urbains des critères – dits « critères de centralité » – qui prennent en compte les services (de nature politico-administrative14, cultuelle et culturelle15, économique16) que rend le lieu central aux campagnes d’alentour ou encore à d’autres lieux centraux de moindre degré de centralité et plus ou moins subordonnés à lui, ou encore les critères relatifs à la perception des hiérarchies spatiales par les contemporains17.

  • 18 Rappel des éléments de la théorie de Christaller et de ses applications possibles aux villes médiév (...)

5Ont été retenues pour base de l’enquête des « localités centrales » (définies selon la méthode de Christaller, réaménagée18) sises sur des plateaux ou dans des vallées de montagne, toutes à des altitudes supérieures à 600 mètres, et présentant un nombre de critères de centralité au moins égal à quatre.

  • 19 Ainsi la fortification urbaine et son rôle de refuge, la hiérarchie des tribunaux et cours, l’exerc (...)
  • 20 Peuvent être proposés à titre d’exemples : la centralité cathédrale de la mère-église du diocèse, l (...)
  • 21 Ainsi foires et marchés, références à des système de mesure et de monnaies, présence de prêteurs lo (...)
  • 22 Par le système toponymique que nous avons proposé d’appeler « centralité toponymique », rapportant (...)

6On rappellera brièvement que la « méthode de la centralité » met en exergue dans l’examen des semis urbains des critères – dits « critères de centralité » – qui prennent en compte les services (de nature politico-administrative19, cultuelle et culturelle20, économique21) que rend le lieu central aux campagnes d’alentour ou encore à d’autres lieux centraux de moindre degré de centralité et plus ou moins subordonnés à lui, ou encore les critères relatifs à la perception des hiérarchies spatiales par les contemporains22.

  • 23 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 559.

7On pourra objecter que le corpus est bâti à partir de critères géographiques par trop « contemporains » ; ce serait oublier que, par exemple, lorsque les rédacteurs des registres consulaires de Saint-Flour évoquent l’envoi de messagers des consuls en alvernha, l’examen du contexte permet de se rendre compte qu’il s’agit de la basse Auvergne (Clermont, Montferrand, Riom ou Issoire)23. De même, la liste des « bonnes villes », établie de façon stable au xvie siècle distingue bien, pour le besoin de réunion des États propres à chaque partie de la province, les six villes de haute Auvergne (Aurillac, Chaudes-Aigues, Mauriac, Maurs Saint-Flour, et Salers) et les treize de la basse Auvergne. Cinq des six bonnes villes de la haute Auvergne se retrouvent dans nos listes (seule Maurs est une ville de basse altitude : 280 mètres), aucune de basse Auvergne.

  • 24 Nous avons tiré le plus grand profit pour notre réflexion conceptuelle générale, de la lecture des (...)

8À partir d’un échantillon de plus de soixante « lieux centraux », allant du bourg-centre fortifié (Vic, Carlat, Murat, Maurs, plus tard Salers...) à la ville moyenne (Aurillac, Mauriac, Figeac) et à la cité épiscopale (Mende, Rodez, Le Puy), ou « néo-épiscopale » (Saint-Flour, 1317), l’étude cherche à établir comment le maillage des lieux centraux s’est adapté à cette situation particulière, tant à l’intérieur de chacune de ces localités que dans leurs rapports avec le monde rural montagnard et avec les autres foyers urbains régionaux et extra-régionaux24.

9D’entrée de jeu, la carte de la répartition spatiale montre un contraste très fort entre :

  • des régions où les localités centrales sont finalement peu nombreuses en altitude (Limousin, causses méridionaux du Rouergue et du Gévaudan), parce que des vallées plus basses et plus accueillantes y ont fixé préférentiellement les villes et les bourgs (vallées de la haute Dordogne avec Beaulieu, de la Creuse avec Aubusson et Felletin, hautes vallées du Tarn et de ses affluents Dourbie et Dourdou avec Millau, Saint-Affrique et Nant) ;

  • des régions de « localités centrales de montagne » (« Montagnes occidentales » d’Auvergne, Planèze cantalienne, Lévézou, Causse comtal et causse de Séverac en Rouergue, Gévaudan et Velay, monts du Forez) ;

  • des régions montagneuses enfin qui échappent à la thématique de cette étude puisque quasiment vides de lieux centraux (barre des Cévennes et monts du Vivarais, à l’exception – notable – de Saint-Agrève (1 050 m).

  • 25 Fr. Brechon, « Pratique et activité notariale au début du xve siècle : l’exemple des trois notaire (...)

10Sans tomber dans un déterminisme géographique simpliste, force est de constater les distorsions introduites dans le tracé des zones de relations privilégiées entre ville et campagne par les contraintes orographiques : ainsi, en Vivarais, Franck Bréchon a montré que le rayon d’action des notaires d’Aubenas et de Joyeuse s’effiloche en remontant vers la tête des vallées des Cévennes et ne franchit que très exceptionnellement la crête, alors que la limite diocésaine mord sur le versant nord-ouest de la montagne jusqu’à Arlempdes25.

  • 26 Cl. Grimmer, « Pistes pour une histoire des élites aurillacoises », Siècles, 10 (1999), p. 27-45 et (...)
  • 27 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 160-161.

11En haute Auvergne, l’enquête menée pour la période moderne par Claude Grimmer sur l’origine géographique des élites aurillacoises montre un développement conforme au modèle théorique en cercles concentriques d’intensité décroissante sur le plateau de la Châtaigneraie (500-700 m) et un dessin en « doigt de gant » le long des deux vallées de la Jordane et de la Cère, qui sont toutes deux des voies de pénétration dans le Massif cantalien, sans toutefois que la zone de recrutement des élites aurillacoises franchisse le col du Lioran (1 294 m) ou le col de Cabre (1 528 m)26. En Rouergue, la petite ville de La Vinzelle (aujourd’hui simple hameau) est siège d’une justice royale ; or, bien que sise dans la vallée du Lot, les officiers de justice la délaissent, au profit du bourg de Calvinet, situé 15 km plus au nord, sur le plateau : c’est ici la localité d’altitude (500-600 m) qui l’emporte sur celle de la vallée encaissée27.

  • 28 La communauté de prêtres est attestée à partir de 1384 (AD Lozère, G 2970).

12Le phénomène de passage explique seul l’équipement paradoxal de Saint-Chély-d’Apcher, localité modeste en terme de critères de centralité (cinq en 1400) et cependant siège d’un couvent de Cordeliers et d’une forte communauté de prêtres28 ; de plus, la présence d’une communauté juive y est attestée jusqu’au début du xive siècle ; quant à la formation même du nom, elle renvoie à la tour d’Apcher, sise à cinq kilomètres à l’est de Saint-Chély et de la voie régordane : on a là un cas typique de déplacement de centralité d’un ancien site fortifié vers un nouvel emplacement mieux situé par rapport à l’axe majeur de circulation. Mais que dire de Javols, cité épiscopale déchue sur le même plateau du Gévaudan, et pourtant dotée d’une préceptorie d’Antonistes ?

  • 29 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. 119.

13Les contraintes orographiques peuvent intervenir également – mais elles ne sont évidemment pas seules à entrer en ligne de compte – dans les orientations géographiques prédominantes des villes : ainsi, Aurillac est plus orientée vers le Rouergue, le Quercy, voire le Périgord, comme le montrent les alliances entre consulats. Mais Aurillac est aussi capitale pour toute la haute Auvergne : les États particuliers de la province montagnarde s’y tiennent (ainsi en 137829) ; Aurillac est également le siège du tribunal de bailliage. Saint-Flour ne peut guère en revanche se targuer que d’une centralité diocésaine tardive (1317) et territorialement mal assurée : les abbés d’Aurillac ont reçu peu après cette date les pontificalia et se comportent en parfaite indépendance spirituelle par rapport à l’Ordinaire sanflorain.

  • 30 Ibid.
  • 31 Guillaume Charreyre, notaire au Malzieu (Lozère, Mende, chef-lieu de canton), d’une famille origina (...)
  • 32 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. XXIV.

14Saint-Flour fonctionne en revanche sur une logique d’axe nord-sud, le long de la voie régordane : les comptes publiés jadis par Marcelin Boudet pour les années 1376-140530 illustrent les liens avec Saint-Chély d’Apcher, Le Malzieu31, et Mende (mais peu Millau). Saint-Flour est depuis 1300 membre de la Ligue des marchands de langue d’Oc, dont le chef de file est Montpellier32. En 1378, 61 % des étudiants du diocèse de Saint-Flour sont immatriculés à Toulouse, alors que les destinations privilégiées des jeunes Bourbonnais ou Foréziens sont Orléans et Paris et un peu Bourges à la fin du xve siècle.

  • 33 Ibid., p. 201-202.
  • 34 Ibid., p. 66, note 5.
  • 35 Ibid., p. 258, note 2.
  • 36 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 562-563, a dressé le tableau des envois de messager (...)

15Mais les liens sont plus étroits encore vers le nord, c’est-à-dire les villes de basse Auvergne : le lignage chevaleresque des sires de Saint-Flour, vassaux des prieurs clunisiens et possessionnés dans la paroisse de Saint-Georges, au nord-ouest de la ville, est aussi seigneur de Saint-Floret près de Champeix33 ; suzerains des Saint-Flour/Saint-Floret, les dauphins d’Auvergne sont aussi bien dotés territorialement dans la vallée de la Couze que sur la planèze de Saint-Flour et dans la seigneurie de Ruines-en-Margeride. Dans la seconde moitié du xive siècle, leur chancelier Pierre Mercier est en même temps bailli de Béraud II Dauphin pour sa seigneurie de Mercœur et notaire, secrétaire et avocat-conseiller de la commune de Saint-Flour dont il est originaire ; anobli, ce fils de marchand finit sa vie installé à Blesle, où il sert l’abbesse Mahaut Dauphin, mais reste en lien épistolaire suivi avec les consuls sanflorains34. Marcelin Boudet, puis Albert Rigaudière ont montré les familles de banquiers Champagnac, Chauchat, Coustave, Esclavi, Guy, Ollier... partageant leurs activités financières entre Saint-Flour et Clermont35. Quant aux consuls sanflorins, les archives du consulat les montrent plus souvent en relations officielles avec Paris et presque autant avec la trilogie bas-auvergnate Clermont-Montferrand-Riom qu’avec Aurillac, pourtant chef-lieu du bailliage depuis 136636.

  • 37 En 1395, les consuls sanflorains font parvenir à leurs collègues aurillacois des vins d’Auvergne et (...)
  • 38 Ibid., p. 593.
  • 39 La distance Saint-Flour/Le Puy est de 92 km avec deux cols à franchir, à 1 040 et 1 080 m d’altitud (...)
  • 40 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 591-592.
  • 41 Ibid., I, p. 259-260.

16Avec cette dernière ville, les relations sont ambiguës, passant de la solidarité (face aux Anglais) et de l’échange de cadeaux37 aux manifestations de mauvaise humeur : les Sanflorains refusent par trois fois, en 1420, 1421 et 1422, de déléguer aux Etats de haute Auvergne parce que la réunion se tient à Aurillac38. Faisant fi de la création d’une lieutenance de bailliage royal à Aurillac, les Sanflorains s’adressent de préférence au xive siècle au bailli royal du Velay (au Puy), situé pourtant dans une province voisine39, les appels allant ensuite à Cusset et non à Aurillac. Il semble qu’en 1439, le comte de Montpensier, dauphin d’Auvergne, convoquant les délégués de Saint-Flour pour une session des Etats d’Auvergne à Riom, ait pensé à confier aux consuls sanflorains la mission de répercuter l’information sur les autres bonnes villes de haute Auvergne40. En 1523 enfin, arguant des difficultés de circulation, Saint-Flour obtient la création d’un siège royal de justice délégué du tribunal d’Aurillac41.

17Il convient également de revenir sur les spécificités économiques liées au caractère montagnard en raison de la prédominance de l’élevage et des métiers urbains traitant les produits de l’élevage ou les utilisant comme matière première (boucherie, métiers du cuir et de la laine...) et du poids de leur rapport dans les relations sociales entre monde rural et petites villes.

  • 42 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 36 et suiv. ; le passage à la prédominance des bovins se prod (...)
  • 43 AD de la Haute-Loire, Hôtel-Dieu, 3 E 40, fo 74. La « transhumance inverse » (descente des troupeau (...)

18L’enquête rouergate de 1552 publiée par Jean Bousquet42 compte 500 000 à 600 000 ovins (soit dix fois plus que de bovins) avec une importante transhumance directe vers l’Aubrac, le Barrès et la Viadène. À l’inverse, l’Hôtel-Dieu du Puy achète à la fin du xve siècle des « chiens mastiz » (mâtins) « pour mener en terre basse lou bestial mance », ce qui constitue probablement la première attestation d’un processus de transhumance inverse (c’est-à-dire la descente des troupeaux pendant l’hiver dans la région des Baux de Provence) qui prendra une ampleur considérable au début du siècle suivant43.

  • 44 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 42-44.
  • 45 Ibid., p. 137. Ce témoin est un marchand de Lombardy (paroisse de Saint-Cirgues, en Auvergne, march (...)

19L’activité des bouchers de Rodez apparaît considérable au xvie siècle, avec jusqu’à 700 à 800 bêtes par bail. Le Rouergue et la haute Auvergne sont également réputés pour l’élevage des mulets et la Chataîgneraie cantalienne (autour de Marcolès) pour celui des pourceaux44. D’après l’un des témoins des Enquêtes de 1552, on utilise la mesure du marché d’Aurillac pour le lait des vaches jusque dans la montagne rouergate, une extension insolite du cercle habituel de validité des mesures locales que seules l’intensité et la régularité des échanges peuvent expliquer45.

  • 46 Bousquet, Enquête..., op. cit.

20Saint-Urcize, bourg non fermé (mais avec château) de l’Aubrac cantalien (altitude : 1 080 m), avec son église romane de la fin du xiiie siècle à vaste nef, déambulatoire et chapelles rayonnantes, siège d’un prieuré de la Chaise-Dieu, sa chapelle des Pénitents du xve siècle et ses maisons des xve et xvie siècles, est caractérisé par la présence de marchands-bouchers aux relations lointaines (Cantal, Rouergue, Marseille)46 : comme les bourgs vignerons de la Limagne auvergnate, les localités centrales de montagne marquées par les activités d’élevage et les trafics commerciaux qui y sont liés présentent dans leur bâti une qualité quasi urbaine...

  • 47 P. Charbonnier, Seigneurie..., op. cit., p. 252-255. L’enquête concerne un emprunt forcé sur les ge (...)
  • 48 Images du Patrimoine, canton de Besse. Même remarque concernant Saint-Chély-d’Apcher (Lozère, Mende (...)

21Cette remarque vaut aussi, plus au nord, pour Besse, qui, avec ses 28 « marchands facteurs et entrepreneurs » et ses 16 marchands-bouchers, apparaît dans l’enquête auvergnate de 1557 comme la « capitale économique des montagnes occidentales d’Auvergne »47 et présente encore aujourd’hui un riche patrimoine bâti datant pour l’essentiel de la fin du Moyen Âge et du xvie siècle48.

  • 49 AM St-Flour, chap. XI, art. 2, no 38, fo 30v (compte de 1426) ; en 1469, c’est un marchand de Saint (...)
  • 50 A. Chassaing éd., Cartulaire des Hospitaliers du Velay, Paris, 1888, charte 85.

22Les villes elles-mêmes tiennent à leurs estives et aux revenus qu’elles en tirent : depuis 1421, les consuls de Saint-Flour louent ainsi « la montagne de Clabestre » comme pâturage d’été, de mai à octobre et le premier des consuls se charge lui-même de trouver les meilleurs preneurs par un périple qui peut le conduire jusqu’à Laguiole en Aubrac rouergat...49 Les conflits entre les consuls de Millau et le puissant ordre des Hospitaliers, grand éleveur sur le plateau du Larzac, ou celui signalé en 1335 entre les maîtres de l’Hôtel-Dieu du Puy et le commandeur des Hospitaliers de la même ville à propos de droits de pacage à Saint-Jean-Lachalm et Belvezet (dans la montagne du Devès, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de la cité ponote) illustrent l’âpreté de ce même enjeu50.

  • 51 AN, X la 4801, fo 60, cité par G. Lavie, Les élites montferrandaises à la fin du Moyen Âge, Mémoire (...)

23Un contre-exemple est cependant fourni par Montferrand vers 1445-1447 : lassé de voir se multiplier les querelles entre les habitants de la ville elle-même et entre eux et leurs voisins clermontois à propos des pâtures, à l’évidence surchargées, du territoire communal, le bailli de Montferrand oblige à conduire le bétail, de la Saint-Rémy (premier octobre) à la « Notre-Dame en mars » (25 mars), « dans la montagne, hors de la justice » : cette dernière précision exclut donc les côtes volcaniques voisines et suppose une transhumance inverse, probablement dans la chaîne des Puys. Ici la montagne devait servir d’exutoire aux problèmes de gestion des terroirs péri-urbains de la plaine de Limagne. Rien ne dit cependant que cette mesure de déportation administrative du bétail, assez mal venue d’ailleurs sur le plan climatique, ait connu un commencement d’exécution...51

  • 52 J. Rossignol, La ville et la collégiale d’Herment du xiie au xviiie siècle, DES, Université de Cler (...)
  • 53 R. Grand, Les paix d’Aurillac, étude et documents sur l’histoire des institutions municipales d’une (...)

24L’activité dominante retentit sur les manifestations de la piété : dans les Combrailles méridionales, la collégiale d’Herment comporte une vicairie Saint-Biaise, fondée par les familles « bourgeoises » locales (Moriac et Bouyon) et une confrérie des saints Crépin et Crépinien, fondée au début du xvie siècle52. Parmi la dizaine de confréries aurillacoises connues aux xiiie et xive siècles, celle de saint Géraud, qui a l’honneur de porter le nom du saint patron de l’abbaye et de la ville, rassemble les métiers du cuir (pelletiers, pélissiers et gantiers) ; on remarque de même façon que la confrérie des bouchers est dédiée au Corps-Dieu, alors que la plupart des autres confréries ont des saint protecteurs plus « classiques » (saint Éloi pour les forgerons, saint Martin pour les hôteliers...)53. De même, si les habitants d’Ussel portent encore aujourd’hui le surnom collectif de « pélauds », c’est en raison du développement de l’activité de tannerie à partir du xve siècle. Ainsi les métiers du cuir et de la boucherie, en rapport avec le développement de l’élevage, jouissent-ils d’une survalorisation d’estime sociale au sein des villes de la montagne...

  • 54 On se reportera aussi sur ce point à l’exposé d’Emmanuel Johans sur les montagnes du Rouergue dans (...)
  • 55 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 182.
  • 56 C. Brunei éd., Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, no 223 et 288.
  • 57 AD Lozère, H 252.

25La richesse de la montagne lui vient aussi de la pureté de ses eaux54 : « eau propre pour faire teintures de draps, laines et autres choses et les habitants des lieux circonvoisins y portent pour faire teindre de quoi en revient grand profit... », s’exclament les témoins de « l’enquête sur les commodités de Rouergue » de 1552 à propos du bourg de Laguiole55. À Nant, la présence de pélissiers d’une part, de chaudronniers de l’autre dès la fin du xiie siècle dans le bourg prioral s’explique par l’utilisation des eaux, fortes et pures, du Durson, affluent de la Durbie56 ; les aménagements hydrauliques anciens (médiévaux ?) y sont encore visibles dans le bourg. Il en va de même pour le petit bourg castrai de Castelnau-Pégayrols, entre Saint-Bauzély et Montjaux. L’eau, bien précieux, est source de conflits, ainsi à Saint-Chély-d’Apcher au milieu du xive siècle, où le château et le couvent des Cordeliers se disputent l’usage de la fontaine57.

  • 58 Mention du balneum Magdalene, du balneum Crote, des balnea sancti Johannis en 1420 dans le terrier (...)
  • 59 Saint-Nectaire : Puy-de-Dôme, Issoire, Champeix. Alt. : 782 m.
  • 60 L. Bouyssou, « Chaudesaigues au xive siècle », Revue de la haute Auvergne, 46 (1977). Chaudes-Aigue (...)
  • 61 F. Brechon, « Premiers jalons pour une histoire du thermalisme en Ardèche au Moyen Age : les source (...)

26Des recherches récentes sortent peu à peu le thermalisme médiéval de l’obscurité. Le Massif central se révèle riche d’attestations : un document de 1420 mentionne plusieurs « bains » au lieu-dit du même nom (aujourd’hui La Bourboule), au pied du Sancy58. La grotte thermale du Mont-Cornadore, à Saint-Nectaire, en contrebas de l’église priorale et du château59, a peut-être été utilisée aux xiiie et xive siècle. Utilisant un terrier de 1332, Léonce Bouyssou a montré l’existence de bains publics à Chaudes-Aigues à cette date60. De son côté Franck Bréchon démontre grâce à une patente de 1434 que l’activité thermale de Saint-Laurent-les-Bains dans la montagne vivaraise, peut-être déjà attestée fin xie siècle, générait ce que l’on peut analyser ici comme un effet de centralité : le texte mentionne les « bonnes hôtelleries bien fournies » et l’affluence de la foule « tant à l’occasion des bains chauds qu’on dit être des vertus, comme pour la situation de la ville assise sur le grand chemin qui vient des marchés de France et de Montpellier... » ; la lettre royale autorise le prélèvement d’un impôt sur le débit de vin pour la réfection des remparts de la localité, sise sur un diverticule de la voie régordane et dominée par une tour féodale61.

  • 62 Cl. Billot, « Les mines du bassin d’Alès dans le charnier de Castries (1290-1785 », Annales du Midi(...)

27Les richesses minières enfin ont parfois concentré les population et, en tout cas, intéressé les pouvoirs régionaux et fait naître une fonction de protection : les mines d’argent de Peyrusse, connues dès 1182 par une bulle de Lucius III au profit de l’abbaye de Figeac, ou celles de Montjaux, connues par un acte du comte de Rodez en 1214, ont donné naissance à deux bourgades castrales et fortifiées de belle allure, la première siège probable d’une petite communauté juive au xiiie siècle... En revanche, les exploitations de filons houillers des Cévennes, à Saint-Andéol de Trouillas et au Mas-Dieu, au nord d’Alès, ou à la mine des Nones au nord de La Grande-Combe, attestées au tournant des xiiie et xive siècles, n’ont eu aucune influence centralisante62.

  • 63 A. Rigaudière, « Hiérarchie socioprofessionelle et gestion municipale dans les villes du Midi franç (...)
  • 64 E. Delcambre, Une institution municipale languedocienne, le consulat du Puy-en-Velay des origines à (...)
  • 65 A. Leguai, « Émeutes et troubles d’origine fiscale pendant le règne de Louis XI », Le Moyen Âge, sé (...)
  • 66 R. Grand, Les paix d’Aurillac..., op. cit.

28Une thématique commune à propos de l’évolution socioéconomique et institutionnelle des zones de montagnes consiste dans le leit-motiv du « retard ». Ainsi Albert Rigaudière a-t-il souligné lui-même en 198363 le retard dans l’émancipation communale des villes du Midi en général, avec une seconde vague tardive dans les régions montagneuses du Massif central au cours des xiiie, xive et même xve siècles. Il insiste en particulier sur la longue permanence de l’autorité temporelle des évêques dans les cités épiscopales du sud-est du Massif central (Le Puy). C’est au xive siècle que les revendications politiques et sociales s’y précisent et aboutissent à l’entrée partielle des métiers dans le gouvernement urbain : ainsi, au Puy (application partielle et progressive à partir de 1363-1367 des statuts municipaux de Nîmes, moins « aristocratiques ») et, plus tardivement encore, à Saint-Flour (mouvement populaire en 1418)64. Le Puy – au régime très oligarchique – apparaît comme une ville particulièrement agitée tout au long du xve siècle, en particulier à propos d’enjeux fiscaux65, alors que l’évolution conflictuelle avait été plus précoce à Aurillac66.

  • 67 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. XXIII.

29On pourrait invoquer également le long attachement des « lieux centraux » de la montagne à la langue d’oc : alors que le registre consulaire de Saint-Pourçain est en français dès 1359, ceux d’Aigueperse dès 1388, que les comptes de Montferrand passent à la langue royale en 1392, en haute Auvergne, Murat et Allanche sont encore réfractaires au français à la fin du xive siècle. À Saint-Flour, les élites dirigeantes sont trilingues : latin, français (assez mal maîtrisé) et oc ; le pouvoir royal lui-même tient compte de cette situation, qui convoque la ville à partir de 1365, tantôt aux Etats de langue d’Oc, tantôt à ceux de langue d’Oïl67.

30Le tableau d’évolution chronologique des critères de centralité semble donner raison à cette thèse, avec en particulier le cas de Salers, à la montée en puissance très tardive, après 1350 (puisque la muraille urbaine n’est pas antérieure au milieu du xve siècle et que les franchises datent de 1508), mais appuyée après 1550, grâce à la création d’un siège de bailliage seigneurial et à l’agrégation aux « bonnes villes » de haute Auvergne.

  • 68 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 102-103, s’appuyant sur M. Sahut d’Izarn, « Généalogies rouer (...)
  • 69 Ainsi pour Figeac, Martel et Gourdon (Quercy), Beaulieu-sur-Dordogne, Tulle, Donzenac et Brive (Lim (...)
  • 70 I. Ribieras, « Beaulieu en Bas-Limousin du xiiie au xve siècles », dans M. Cassan et J.-L. Lemaitre (...)

31La constitution d’un réseau reste problématique, mais c’est aussi sur ce point que l’enquête est à la fois la plus délicate et la plus ouverte, tant dans le repérage des relation familiales entre familles de notables et de leurs migrations possibles (ainsi les Brenguier sont signalés à Millau en 1266, Rodez en 1274, par la suite à Laguiole, à la fin du xve siècle à Entraygues68) que dans l’étude des jeux de relations entre consulats urbains : alors que nous disposons de nombreux exemples d’actions concertées entre les consulats de plusieurs villes du Limousin, du Quercy et du Périgord dès le milieu du xiiie siècle et tout au long du xive siècle69, force est de constater que la totalité de ces données concerne les villes des bas pays et que la documentation ne révèle rien d’équivalent pour les villes de la zone montagneuse. Le phénomène s’explique-t-il seulement par les lacunes des sources ? Cela est peu probable si l’on considère que les plus anciens accords connus associent également Aurillac en haute Auvergne : en 1231, Beaulieu, Figeac, Aurillac et Saint-Céré font accord – et les trois premières citées derechef en 1232 – pour assurer la sécurité des déplacements et du trafic des marchandises entre elles70 ; après cette date en revanche, Aurillac n’est plus associée à ce réseau de solidarités inter-urbaines orienté vers le Haut-Quercy...

  • 71 Tenir compte cependant sur ce même point de la communication d’Emmanuel Johans dans le présent volu (...)

32Mais l’emploi du concept de « retard » est-il bien judicieux alors que d’autres signes montrent une parfaite réceptivité aux innovations, par exemple sur le plan technologique71 ? Certes, si un studium – premier pas vers d’ultérieures études en Avignon – est créé dans le bourg montagnard de Saint-Germain-de-Calberte, dans les Cévennes, c’est bien parce que l’initiateur de la fondation, le pape Urbain V (1362-1370), est originaire du Gévaudan.

  • 72 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au xve siècle, Paris, 1998, p. 51-55 : l’auteur mentionne la pr (...)

33Certes, Serge Lusignan constate que le notariat urbain promeut la langue vernaculaire dans la France du Nord, alors qu’en Massif central, il reste attaché au latin, un latin truffé d’expression d’oc. Mais le chercheur établit aussi la règle selon laquelle la distance moyenne entre deux « points d’écriture publique » est de 25-30 km en France du Nord à la fin du Moyen Âge. Il semble que le maillage soit plus serré en Auvergne où, à tout le moins, que les noeuds en soient – tout comme dans le Gévaudan voisin – plus fortement équipés (plusieurs notaires) : ici l’influence du droit écrit, rendant obligatoire le recours fréquent au notaire, contrebalance ce que la montagne pourrait avoir comme effet négatif. C’est ce que semblent montrer également les travaux de Philippe Maurice sur le Gévaudan et de Anne-Marie Landès-Mallet sur le Rouergue central72.

  • 73 Les premiers exemples non italiens datent du début du xive siècle (Paris, vers 1300 ; Beauvais, v. (...)
  • 74 Riom, 1380 ; Nevers, av. 1394 ; Aigueperse, 1397 ; Moulins, avant 1400 ; Clermont, 1407 ; seules – (...)

34D’autres exemples ajoutent à cette inscription en faux contre le concept de retard : le cas des exploitations minières a déjà été évoqué ; on peut penser aussi aux horloges publiques, dont la première apparition à Saint-Flour date de 1386, soit à une date de précocité honorable73 et sans décalage notable avec les villes du bas pays74. Il serait donc plus judicieux de parler d’évolution sur des rythmes différents.

  • 75 J. Rossignol, Herment..., op. cit., p. 70 et suiv.

35De fait, il se pourrait que les contrastes fussent ici plus marqués qu’ailleurs entre l’esprit d’entreprise des élites des petites villes et l’état d’esprit de la petite noblesse rurale : Jacques Rossignol avait ainsi remarqué la recrudescence dès la fin du xiiie siècle des aliénations de biens fonciers opérées par la petite et moyenne noblesse rurale des Combrailles, aux méthodes de gestion archaïsantes (peu de cens en argent) au profit du chapitre de la collégiale Notre-Dame-d’Herment, très lié au chapitre cathédral de Clermont, et manifestant des pratiques de gestion plus intensément monétarisées et des intentions plus construites visant au remembrement75.

  • 76 P. Marcilloux, « Liens féodaux et bourgeoisie consulaire : l’exemple de la vicomté de Ventadour, xi (...)
  • 77 J.-L. Lemaitre, « Les libertés et franchises de la ville d’Egletons : matériau pour un corpus des f (...)

36L’exemple d’Ussel en Limousin pourrait bien illustrer à l’inverse l’instrumentalisation de la bourgeoisie de la petite ville par le pouvoir des – grands, il est vrai – féodaux que sont les Ventadour : les familles marquantes de la bourgeoisie consulaire d’Ussel se trouvent en effet dès le xive siècle et plus encore au xve siècle prises dans des liens féodaux qui les mettent dans la dépendance des vicomtes de Ventadour, seigneurs de la ville, pour des biens repris en fief dans la paroisse même d’Ussel ou dans un rayon de dix kilomètres, mais en particulier dans des paroisses où la directe vicomtale était faible, ce qui permettait à la fois d’assurer la fidélité des consuls urbains envers le seigneur vicomte, et de renforcer indirectement le contrôle vicomtal en périphérie76. Plus encore : les franchises d’Egletons (confirmées en 1265 par les Ventadour) servent de référence pour celles de Neuvic (1300) : ici le réseau est commandé par l’appartenance commune à la vicomté77.

  • 78 Entrepôt et écurie des marchands aurillacois à Provins en 1202 (Provins, BM., ms. 92, fo 256 v-258 (...)

37Les relations privilégiées de Saint-Flour avec les villes de basse Auvergne, celle d’Aurillac (au moins jusqu’au milieu du xiiie siècle) avec celles des vallées quercynoises, voire les relations plus lointaines de la cité cantalienne avec Provins78, prouvent que si l’on peut parler des particularités des villes de montagne, il serait faux d’imaginer quelque particularisme. En ce domaine comme en d’autres, la montagne ne peut s’étudier sans son piémont, sans son Umland de basses terres.

38Quant à la thématique très (trop) contemporaine de l’enclavement, elle doit être abandonnée pour la période médiévale et celle du « retard » sérieusement nuancée.

  • 79 Un colloque européen se tiendra à Clermont-Ferrand en 2007 sur ce sujet (avec extension à la périod (...)

39L’enquête se poursuit ; elle ne pourra porter de pleins fruits que dans le cadre d’une comparaison européenne (Meseta ibérique, highlands, montagnes moyennes de l’Europe centrale, Alpes du Sud...)79

Annexes

Annexe 1. – Comptages des critères de centralité en 1400

Soixante-cinq localités d’altitude supérieure ou égale à 600 m.

Nombre de critères de centralité supérieur ou égal à 4.

I : critère historique/II : critères du domaine politico-militaire/

III : critères du domaine cultuel-culturel/IV : critères du domaine économique/V : critères toponymiques et géographiques.

Hiérarchie et centralité dans les hautes terres du Massif central (vers 1400)

Hiérarchie et centralité dans les hautes terres du Massif central (vers 1400)

NB - Entre parenthèses, est indiqué le nombre de critères de centralité. Les localités situées à 800 m d'altitude et plus sont soulignées.

Notes

1 Rappelons que les deux tiers du territoire du Velay et la quasi-totalité de celui du Gévaudan se situent à plus de 750 m d’altitude et que, malgré la présence des limagnes (Grande-Limagne, limagnes d’Issoire et de Brioude, bassin d’Ambert), les deux tiers de la superficie de l’ancien diocèse de Clermont (dans ses limites antérieures à 1317) se situent à une altitude supérieure à 500 m.

2 La notion de « villes petites et moyennes » s’appuie sur les travaux d’un groupe de réflexion inter-universitaire (« Les petites villes d’Occident à la fin du Moyen Âge ») placé sous la direction du Prof. Philippe Jansen et rattaché au CEPAM (Université de Nice-Sophia-Antipolis).

3 Le décompte des localités centrales fourni en annexe totalise 10 « lieux centraux » au-dessus de 1 000 m : 1 000 m pour Saint-Chély-d’Apcher (Lozère, Mende, chef-lieu de canton), 1 040 m pour Besse (Puy-de-Dôme, Issoire, chef-lieu de canton), 1 050 m pour Saint-Agrève (Ardèche, chef-lieu d’arrondissement) et Saint-Urcize (Cantal, canton de Chaudes-Aigues), 1 072 m pour Laguiole (Aveyron, Rodez, chef-lieu de canton), 1 083 m pour La Chaise-Dieu (Haute-Loire, Brioude, chef-lieu de canton), 1 290 m pour Châteauneuf-de-Randon (idem). Salles-Curan, lieu de séjour des évêques de Rodez depuis le xiie siècle est à 833 m, Chaudes-Aigues (Cantal, chef-lieu de canton) à 750 m et Vodable, forteresse et résidence des Dauphins d’Auvergne, à 730 m.

4 Les comptes consulaires de Saint-Flour nous montrent le duc de Berry voyageant en hiver dans les gorges de la haute Auvergne en traîneau (M. Boudet, Les registres consulaires de Saint-Flour (1376-1505), Paris-Riom, 1900, p. 67 et note 1). Notables sanflorains, Antoine du Prat et Jean Belughe, se rendant à Aurillac en 1395 et effrayés par le mauvais temps qui règne au col du Lioran, font halte à Murat pour y quérir un guide (cité par A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, Étude d’histoire administrative et financière, Paris, 1982, II, p. 565). Une pièce de procédure de 1504 (AC de Saint-Flour, citée par A. Rigaudière, op. cit., II, p. 575) indique : « De Saint-Flour jusqu’à la dite ville Dourlhat (Aurillac), une journée et en temps dyver y sont une journée et demie, voyre deux ou trois journées selon que le temps y est disposé ».

5 Voir les exemples rassemblés par M. Aubrun, Moines, paroisses et paysans, Clermont-Ferrand, 2000, p. 193-202, ici p. 195.

6 L’enquête de 1552 éditée par J. Bousquet, Enquête sur les commodités du Rouergue en 1552, procès contre l’Agenais, le Quercy et le Périgord, Toulouse, 1969, p. 136 et 144-148 montre que poires, prunes, cerises, châtaignes, amandes (Millau, Vabres) et noix du Rouergue s’exportaient en Auvergne par Aurillac et Saint-Flour.

7 Ainsi les vignes de l’Hôtel-Dieu du Puy jusque sur les flancs du rocher Corneille ou encore à Espaly, à plus de 700 m d’altitude (AD de la Haute-Loire, Hôtel-Dieu, 1 B 340, 342, 393, 403, 404, 412).

8 J.-P. Chambon et Ph. Olivier, « L’histoire linguistique de l’Auvergne et du Velay, notes pour une synthèse provisoire », Travaux de linguistique et de philologie, XXXVIII (2000), p. 83-153.

9 Le plateau qui porte la chaîne des Puys en Auvergne ou encore le Carladez, aux confins de l’Auvergne et du Rouergue, semble avoir été densément peuplé à toutes les époques, le Cézallier à certaines. Voir les différents fascicules de la Carte archéologique de la Gaule, sous la dir. de M. Provost et la thèse de J.-L. Boudartchouk, Le Carladez de l’Antiquité au xiiie siècle, terroirs, hommes et pouvoirs, Univ. Toulouse II, 1998, dactyl.

10 Vers 1841-1846, les 1 900 habitants de Besse (Puy-de-Dôme) se répartissent en moins de 900 au centre-ville et 1 000 répartis en 32 mas (P. Charbonnier, Une autre France : la seigneurie rurale en basse Auvergne du xive au xvie siècle, Clermont-Ferrand, 1980, II, p. 104).

11 On emploie ici par prudence le concept « neutre » de maillage pour signifier la présence et la répartition non aléatoire sur l’espace considéré des éléments en cause ; qu’ils constituent un réseau (ce qui suppose - dans le strict respect des réflexions conceptuelles de la géographie urbaine - la mise en évidence d’une hiérarchisation et surtout de flux, puisque c’est la nature et l’importance des relations interurbaines qui définissent le réseau) reste une question ouverte.

12 Ch.-Ed. Perrin et J. de Font-Réaulx, Pouillés des provinces d’Auch, de Narbonne et de Toulouse, Paris, 1972, p. 583-602.

13 Rappel des éléments de la théorie de Christaller et de ses applications possibles aux villes médiévales allemandes dans le recueil d’articles Zentralitàt als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung E. Meynen dir., Munster/W. 1979 (= Veröffentlichungen des Instituts fur vergleichende Stadtgeschichte in Münster, Städteforschung, A 8), dans l’étude de R. Riesling, Zeitschrift fur Bundeslandes-Geschichte, 40 (1977), p. 829-867, enfin chez Fr. Irsigler, N. Bulst, J. Hoock et Fr. Irsigler, Bevolkerung, Wirtschaft und Gesellschaft..., Trèves, 1983, p. 13-33. Le concept de « lieux centraux » a été tardivement acclimaté en France par le géographe Pierre Claval dans Revue géographique de l’Est, 1966, p. 3-56, et Ibid., 1973, p. 225-251) et par le médiéviste Ch. Higounet, « “Centralité”, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale », dans J.-P. Poussou et Ph. Loupes dir., Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1987, p. 41. Notre propre thèse d’Habilitation, Villa... in medio..., Réseau urbain et perception de l’espace : essai d’application de la théorie de la centralité au cas de la haute Lorraine médiévale (début xie-début xve siècle), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997, dactyl., propose un réexamen des conditions dans lesquelles la méthode christallerienne peut-être utilisée par les médiévistes pour cerner l’organisation de l’espace.

14 Ainsi la fortification urbaine et son rôle de refuge, la hiérarchie des tribunaux et cours, l’exercice de la juridiction gracieuse...

15 Peuvent être proposés à titre d’exemples : la centralité cathédrale de la mère-église du diocèse, le rôle des écoles urbaines, les chantiers monumentaux et leur aire de recrutement de travailleurs et d’approvisionnement en matériaux, ce dernier critère se situant déjà à la jonction du groupe des critères « économiques »...

16 Ainsi foires et marchés, références à des système de mesure et de monnaies, présence de prêteurs lombards et de communautés juives (ce dernier critère à l’intersection des trois types).

17 Par le système toponymique que nous avons proposé d’appeler « centralité toponymique », rapportant le nom d’une localité à une autre placée en position de référent spatial (« X-lès-Y », « X-sous-Y », « X près-ou devant-Y »...).

18 Rappel des éléments de la théorie de Christaller et de ses applications possibles aux villes médiévales allemandes dans le recueil d’articles Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, E. Meynen dir., Munster/W. 1979 (= Veröffentlichungen des Instituts für vergleichende Stadtgeschichte in Münster, Städteforschung, A 8), dans l’étude de R. Riesling, Zeitschrift fur Bundeslandes-Geschichte, 40 (1977), p. 829-867, enfin chez Fr. Irsigler, N. Bulst, J. Hoock et Fr. Irsigler, Bevölkerung, Wirtschaft und Gesellschaft..., Trèves, 1983, p. 13-33. Le concept de « lieux centraux » a été tardivement acclimaté en France par le géographe Pierre Claval dans Revue géographique de l’Est, 1966, p. 3-56, et Ibid., 1973, p. 225-251) et par le médiéviste Ch. Higounet, « “Centralité”, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale », dans J.-P. Poussou et Ph. Loupes dir., Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1987, p. 41. Notre propre thèse d’Habilitation, Villa... in medio..., Réseau urbain et perception de l’espace : essai d’application de la théorie de la centralité au cas de la haute Lorraine médiévale (début xie-début xive siècle), Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1997, dactyl., propose un réexamen des conditions dans lesquelles la méthode christallerienne peut-être utilisée par les médiévistes pour cerner l’organisation de l’espace.

19 Ainsi la fortification urbaine et son rôle de refuge, la hiérarchie des tribunaux et cours, l’exercice de la juridiction gracieuse...

20 Peuvent être proposés à titre d’exemples : la centralité cathédrale de la mère-église du diocèse, le rôle des écoles urbaines, les chantiers monumentaux et leur aire de recrutement de travailleurs et d’approvisionnement en matériaux, ce dernier critère se situant déjà à la jonction du groupe des critères « économiques »...

21 Ainsi foires et marchés, références à des système de mesure et de monnaies, présence de prêteurs lombards et de communautés juives (ce dernier critère à l’intersection des trois types).

22 Par le système toponymique que nous avons proposé d’appeler « centralité toponymique », rapportant le nom d’une localité à une autre placée en position de référent spatial (« X-lès-Y », « X-sous-Y », « X près-ou devant-Y »...).

23 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 559.

24 Nous avons tiré le plus grand profit pour notre réflexion conceptuelle générale, de la lecture des travaux de notre jeune collègue géographe J.-Ch. Édouard, Organisation et dynamiques urbaines du nord du Massif central (Auvergne, Limousin, Nivernais), Clermont-Ferrand, 2001 et CERAMAC (collectif), L’Auvergne urbaine, Clermont-Ferrand, 2002, p. 161-185.

25 Fr. Brechon, « Pratique et activité notariale au début du xve siècle : l’exemple des trois notaire du Bas-Vivarais de 1400 à 1430 », Cahiers d’histoire, 38/1 (1993), p. 3-23.

26 Cl. Grimmer, « Pistes pour une histoire des élites aurillacoises », Siècles, 10 (1999), p. 27-45 et notamment carte p. 29.

27 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 160-161.

28 La communauté de prêtres est attestée à partir de 1384 (AD Lozère, G 2970).

29 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. 119.

30 Ibid.

31 Guillaume Charreyre, notaire au Malzieu (Lozère, Mende, chef-lieu de canton), d’une famille originaire de Saint-Flour, épouse à la fin du xive siècle, Isabelle Dauphine, petite-fille bâtarde légitimée de Robert Dauphin, seigneur de Ruines en Margeride (Cantal, Saint-Flour, chef-lieu de canton).

32 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. XXIV.

33 Ibid., p. 201-202.

34 Ibid., p. 66, note 5.

35 Ibid., p. 258, note 2.

36 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 562-563, a dressé le tableau des envois de messagers par le consulat sanflorain entre 1377 et 1396 ; il en ressort 27 missions parisiennes, contre 6 à Clermont, 2 à Montferrand et une à Riom. Aurillac fait l’objet de 10 missions, Rodez de 4.

37 En 1395, les consuls sanflorains font parvenir à leurs collègues aurillacois des vins d’Auvergne et de Rouergue (A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 622).

38 Ibid., p. 593.

39 La distance Saint-Flour/Le Puy est de 92 km avec deux cols à franchir, à 1 040 et 1 080 m d’altitude ; de Saint-Flour à Aurillac, 97 km par Pierrefort et Carlat. Cf. supra note 4.

40 A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit., II, p. 591-592.

41 Ibid., I, p. 259-260.

42 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 36 et suiv. ; le passage à la prédominance des bovins se produit entre le xvie et le xviiie siècle.

43 AD de la Haute-Loire, Hôtel-Dieu, 3 E 40, fo 74. La « transhumance inverse » (descente des troupeaux pendant l’hiver en Provence, dans la région des Baux) est bien connue grâce aux comptes d’un berger datant du règne de François Ier (M.-Chr. Merle-Comby, « Quand les moutons de l’Hôtel-Dieu du Puy hivernaient en Provence... », Cahiers de la haute Auvergne, 52 (1983), p. 113-136. L’Hôtel-Dieu du Puy entrenait aussi des estives proches, dans le Devès (boria de Ramourouscle, à 1 000 m d’altitude, sous la direction d’un donat, près de 1 300 ovins et 73 bovins en 1388 : AD de la Haute-Loire, Hôtel-Dieu, 1 B 907, fo 29) et en Margeride, au domaine du Sauvage, à 1 290 m d’altitude (260 bovins en 1401, ibid., fo 59) : Dix siècles d’activités hospitalières au Puy-en-Velay, Le Puy, 1997 et M.-N. Chamelot, Les relations de l’Hôtel-Dieu du Puy au Moyen Âge, essai d’application de la théorie de la centralité, mémoire de DEA, Clermont-Ferrand, 2000, dactyl.

44 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 42-44.

45 Ibid., p. 137. Ce témoin est un marchand de Lombardy (paroisse de Saint-Cirgues, en Auvergne, marchand de bétail gros et menu, trafiquant en Auvergne, Rouergue, Gévaudan, Agenais, Quercy et Périgord (ibid., p. 219). Un autre passage de l’Enquête (ibid.., p. 138) indique que les cordonniers d’Aurillac se fournissent en cuir et peaux en Rouergue.

46 Bousquet, Enquête..., op. cit.

47 P. Charbonnier, Seigneurie..., op. cit., p. 252-255. L’enquête concerne un emprunt forcé sur les gens de justice et les marchands, facteurs et entrepreneurs ; 25 paroisses sont concernées par la seconde catégorie.

48 Images du Patrimoine, canton de Besse. Même remarque concernant Saint-Chély-d’Apcher (Lozère, Mende, chef-lieu de canton ; alt. 1 000 m) avec son beffroi et ses belles maisons des xve et xvie siècles.

49 AM St-Flour, chap. XI, art. 2, no 38, fo 30v (compte de 1426) ; en 1469, c’est un marchand de Sainte-Urcize (Cantal, Saint-Flour, Chaudes-Aigues) qui entre en compétition (ibid., chap. V, art. 6, no 5, P 11v) ; ces exemples sont empruntés à A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit. Voir aussi L. Bouyssou, « Les montagnes cantaliennes, du xiiie au xviiie siècle », Revue de la haute Auvergne, 43 (1972), p. 142-164.

50 A. Chassaing éd., Cartulaire des Hospitaliers du Velay, Paris, 1888, charte 85.

51 AN, X la 4801, fo 60, cité par G. Lavie, Les élites montferrandaises à la fin du Moyen Âge, Mémoire de maîtrise, Université de Clermont II, 2001, dactyl.

52 J. Rossignol, La ville et la collégiale d’Herment du xiie au xviiie siècle, DES, Université de Clermont II, s. d., dactyl., p. 63.

53 R. Grand, Les paix d’Aurillac, étude et documents sur l’histoire des institutions municipales d’une ville à consulat (xiie- xve siècle, Paris, 1945, p. CXIII.

54 On se reportera aussi sur ce point à l’exposé d’Emmanuel Johans sur les montagnes du Rouergue dans le présent volume.

55 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 182.

56 C. Brunei éd., Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, no 223 et 288.

57 AD Lozère, H 252.

58 Mention du balneum Magdalene, du balneum Crote, des balnea sancti Johannis en 1420 dans le terrier de la seigneurie de Murat (A.-G. Manry dir., Dictionnaire des communes du Puy-de-Dôme, Arrondissement de Clermont-Ferrand, Roanne, 1989, p. 311). Antérieurement, Bertrand de la Tour, seigneur de Murat, avait établi une importante rente de 5 livres en faveur du chapitre cathédral Clermont sur les bénéfices du bain (ibid).

59 Saint-Nectaire : Puy-de-Dôme, Issoire, Champeix. Alt. : 782 m.

60 L. Bouyssou, « Chaudesaigues au xive siècle », Revue de la haute Auvergne, 46 (1977). Chaudes-Aigues : Cantal, Saint-Flour, chef-lieu de canton. Alt. : 750 m.

61 F. Brechon, « Premiers jalons pour une histoire du thermalisme en Ardèche au Moyen Age : les sources de Saint-Laurent-les-Bains », Annales du Midi, 112 (2000), p. 219-226. Saint-Laurent-les-Bains : Ardèche, Largentière, St-Étienne-de-Lugdaresse (alt. : 840 m).

62 Cl. Billot, « Les mines du bassin d’Alès dans le charnier de Castries (1290-1785 », Annales du Midi, 103 (1991), p. 183-190.

63 A. Rigaudière, « Hiérarchie socioprofessionelle et gestion municipale dans les villes du Midi français au bas Moyen Age », Revue historique, 269 (1983), p. 25-68.

64 E. Delcambre, Une institution municipale languedocienne, le consulat du Puy-en-Velay des origines à 1610, Le Puy 1933. A. Rigaudière, Saint-Flour..., op. cit.

65 A. Leguai, « Émeutes et troubles d’origine fiscale pendant le règne de Louis XI », Le Moyen Âge, sér. 4, 22 (1967), p. 447-487.

66 R. Grand, Les paix d’Aurillac..., op. cit.

67 M. Boudet, Les registres..., op. cit., p. XXIII.

68 J. Bousquet, Enquête..., op. cit., p. 102-103, s’appuyant sur M. Sahut d’Izarn, « Généalogies rouergates », Mém. Soc. Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 28 (1964), passim.

69 Ainsi pour Figeac, Martel et Gourdon (Quercy), Beaulieu-sur-Dordogne, Tulle, Donzenac et Brive (Limousin), Sarlat, Domme et Périgueux (Périgord) ; série d’exemples rappelée par P. Flandin-Blety, « Le pouvoir municipal en Limousin au Moyen Âge », M. Cassan et J.-L. Lemaitre éd., Espaces et pouvoirs urbains dans le Massif central et l’Aquitaine du Moyen Âge à nos jours, Ussel, 1994, p. 3-45, ici p. 27-28, et étudiée par lui dans sa thèse de droit : Id., Essai sur le rôle politique du Tiers-Etat dans les pays de Quercy et Rouergue, xiiie-xve siècles, consulats et relations consulaires, Paris, 1979, 2 vol. dactyl. Le plus ancien exemple est celui d’un traité d’amitié entre Martel et Beaulieu en 1241 pour la protection du transport des blés.

70 I. Ribieras, « Beaulieu en Bas-Limousin du xiiie au xve siècles », dans M. Cassan et J.-L. Lemaitre, Espaces et pouvoirs..., op. cit., p. 61-76, ici p. 72 et notes 89 et 90.

71 Tenir compte cependant sur ce même point de la communication d’Emmanuel Johans dans le présent volume.

72 Ph. Maurice, La famille en Gévaudan au xve siècle, Paris, 1998, p. 51-55 : l’auteur mentionne la présence d’au moins un notaire dans 15 % des paroisses du diocèse de Mende au xive siècle et dans plus de 38 % au xve siècle ; à cela s’ajoute « l’équipement notarial » de Mende même : entre 30 et 40 notaires simultanément vers 1340-1360. La carte jointe permet d’estimer le maillage à un « point d’écriture publique tous les 15-20 km, même en Margeride ou dans les vallées lozériennes des Cévennes ». A.-M. Landes-Mallet, La famille en Rouergue au Moyen Age, La pratique notariale (1269-1345), Rouen, 1985 : les plus anciens actes notariés conservés remontent à 1269 pour Rodez, à la fin du xiie siècle pour Millau (AD de la Lozère, G 455/2).

73 Les premiers exemples non italiens datent du début du xive siècle (Paris, vers 1300 ; Beauvais, v. 1310 ; Caen, 1314, Valenciennes, 1325 ; Cluny, 1340...) : G. Dhorn van Rossum, « The Diffusion of the Public Clocks in the Cities of Late Medieval Europe 1300-1500 », B. Lepetit et J. Hoock dir., dans La ville et l’innovation, Paris, 1987, p. 29-43. Du même, L’Histoire de l’heure, Paris, 1997.

74 Riom, 1380 ; Nevers, av. 1394 ; Aigueperse, 1397 ; Moulins, avant 1400 ; Clermont, 1407 ; seules – mais en dehors de la zone d’étude –, les horloges astronomiques des cathédrales de Bourges et Lyon bénéficient de l’antériorité (respectivement v. 1371-1372 et 1383).

75 J. Rossignol, Herment..., op. cit., p. 70 et suiv.

76 P. Marcilloux, « Liens féodaux et bourgeoisie consulaire : l’exemple de la vicomté de Ventadour, xive-xve siècles », dans M. Cassan et J.-L. Lemaitre, Espaces et pouvoirs..., op. cit., p. 139-144.

77 J.-L. Lemaitre, « Les libertés et franchises de la ville d’Egletons : matériau pour un corpus des franchises limousines », dans M. Cassan et J.-L. Lemaitre, op. cit., p. 103-138.

78 Entrepôt et écurie des marchands aurillacois à Provins en 1202 (Provins, BM., ms. 92, fo 256 v-258 v). Voir M. Boudet, « Notes pour servir à l’histoire du commerce de la haute Auvergne : les marchands d’Aurillac et de Saint-Flour aux foires de Champagne et de Montpellier », Revue de la haute Auvergne, 12 (1913), p. 326-341.

79 Un colloque européen se tiendra à Clermont-Ferrand en 2007 sur ce sujet (avec extension à la période moderne et au xixe siècle), à l’initiative du Centre de recherches « Espaces et Cultures » (CHEC) et de son axe 3 « Structures et gestion des territoires et des environnements ».

80 Diocèse de Viviers, mais bailliage du Velay.

81 Marges septentrionales des diocèses de Lodève, Uzès...

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Note 8080
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Note 8181
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Hiérarchie et centralité dans les hautes terres du Massif central (vers 1400)
Légende NB - Entre parenthèses, est indiqué le nombre de critères de centralité. Les localités situées à 800 m d'altitude et plus sont soulignées.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site