Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Politique et institutions en milieu montagnard

La montagne dans la Catalogne médiévale. Perception et pouvoir

Flocel Sabaté

Note de l’éditeur

Sigles employés : ACA, Arxiu de la Corona d’Aragó ; ACL, Arxiu Capitular de Lleida ; ACU, Arxiu Capitular d’Urgell ; ADPO, Archives départementales des Pyrénées-Orientales ; ADM, Archivo Ducal de Medinaceli ; AES, Arxiu Eclesiàstic de Solsona ; AHCG, Arxiu Històric de la Ciutat de Girona ; AHCO, Arxiu Històric Comarcal d’Olot ; AHCP, Arxiu Històric Comarcal de Puigcerdà ; AHCTE, Arxiu Històric Comarcal de les Terres de l’Ebre ; AHG, Arxiu Històric de Girona ; AHCM, Arxiu Històric de la Ciutat de Manresa ; AHMV, Arxiu Històric Municipal de Vic ; AMA, Arxiu Municipal d’Àger ; AML, Arxiu Municipal de Lleida ; AMSJA, Arxiu del Monestir de Sant Joan de les Abadesses ; AVV, Arxiu del Veguer de Vic ; AHT, Arxiu Històric de Terrassa.

Texte intégral

  • 2 « Toute la terre de la Catalogne est très montagneuse ; et ainsi on peut dire d’elle qu’elle est to (...)

1En Catalogne, un petit pays ibérique qui s’étend, au Moyen Âge, entre l’extrême ouest de la vallée de l’Ebre, la mer et les deux versants des Pyrénées orientales, laisserait croire que la montagne désignerait seulement un secteur concret de l’espace. Mais la perception de ses habitants est autre : c’est celle de vivre sur un territoire fragmenté, où la montagne s’incruste dans le pays et, par conséquent, dans la vie de sa population. En 1600 Pere Gil décrivait, très clairement, que tota la terra de Cathalunya és montuosíssima ; y ayxí se pot dir que tota ella o casi tota ella és montañas. Il y ajoutait, cependant, une complète synchronisation avec les activités humaines, parce que son totas las montanyas tan vestidas de arbres y plantas, y tan fèrtils ab les fonts, y tempèrie del clima, y tan habitadas dels Cathalans ; y tan cultivades y fecundas ; que apenas y ha grans deserts ni devesas ; ni se monstran parts que no sian totas o casi totas cultivadas2. De cette manière, la présence généralisée de la montagne n’impose pas de barrières mais elle s’insère au contraire dans la perception commune de la population du pays et, de cette expérience, elle se greffe sur les traits juridictionnels et socio-économiques du pays, conditionnant expressions et exercices du pouvoir.

Perception de l’espace

  • 3 F. Sabaté, « Apropament a una comarca natural : l’Urgell al segle xiv », Urtx, 2 (1990), p. 49-53.
  • 4 Y. F. Tuan, Topophilia. A Study of Environmental Perception, Attitudes and Values, New York, 1984, (...)
  • 5 A. Dauphiné, « Espace terrestre et espace géographique », dans Les concepts de la géographie humain (...)
  • 6 Y.-F. Tuan, Space and Place. The Perspective of Experience, Londres, 1977, p. 16-17 ; Id., « Enviro (...)
  • 7 F. Sabaté, El territori de la Catalunya Medieval, Barcelone, 1997, p. 42.

2En Catalogne, la société médiévale est soumise à une fragmentation administrative et politique très significative, comme cela est normal dans un contexte de singularisations juridictionnelles et seigneuriales, de projection et d’assise territoriale de l’Eglise. Le passage d’une baronnie à l’autre peut impliquer de complets changements de juridiction et, dans leur domaine, les circonscriptions diocésaines entraînent aussi de permanentes différenciations. Néanmoins, la perception populaire du territoire ne se fonde pas toujours sur ces critères, mais sur les unités paysagères3. Du point de vue d’une analyse géographique, nous dirions que l’imposition de segmentations4 – juridictionnelles, circonscriptionnelles et ecclésiastiques – n’a pas autant influencé la perception populaire du territoire que « l’espace terrestre », avec sa « double dimension physique et écologique »5 ; cette situation explique le système de mesure de l’espace par empans6, qui met en relief l’importance de la nature et a des conséquences sur les populations. Ces dernières doivent s’adapter à la réalité écologique en termes d’expériences et de travail, comme cela est évident dans une société à majorité paysanne7.

  • 8 R. Martí, « “Territoria” en transició al Pirineu medieval (segle v-x) », dans Actes del 3r curs d’a (...)
  • 9 F. Sabaté, « Organització administrativa i territorial del Comtat d’Urgell », dans El comtat d’Urge (...)
  • 10 Id., El territori..., op. cit., p. 24-25.
  • 11 Id., L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : conquesta o repoblarió ?, Lérida, 1996, (...)
  • 12 F. Sabaté, « La Marca en els comtats de l’any mil », Plecs d’Història Local, 65 (1996), p. 36-39.

3Le premier rôle de la nature et du paysage est visible dans les descriptions et situations des lieux. C’est une caractéristique du tout début du haut Moyen Âge, lorsque le critère se situe dans les territoria8, sous forme d’espaces homogènes, qui coïncident parfois avec des vallées concrètes9. Précisément, les premiers comtés carolingiens se constituent en additionnant, autour d’un centre articulé, un petit nombre de territoria, lesquels retiennent la perception populaire de l’espace, de telle sorte que jusqu’au début du xe siècle l’utilisation du comté pour situer les lieux ne prend pas racine10. L’articulation des territoria par rapport à la capitale du comté lui donne une cohérence socio-économique qui garantit l’unité de la circonscription. Toutefois, l’expansion territoriale sur la frontière au xe siècle et la conquête des espaces de l’al Andalús au xie siècle élargit spectaculairement l’expansion des comtés occidentaux11, entraînant la perte de la cohérence initiale et de l’imposition, en échange, de nouvelles fractures juridictionnelles et du développement de nouveaux centres socio-économiques12.

  • 13 C. Baraut, « Els documents, dels anys 1101-1150, de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell », Urgelli (...)
  • 14 Ibid., p. 237 ; J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, 1976, p. 320
  • 15 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 41-59.
  • 16 « Qui étaient de la montagne de Solsona et de Camprodon ? » (Ch. Baudon de Mony, Relations politiqu (...)
  • 17 « Chemin de la Montagne » (B. Desclot, Crònica del Rei en Pere, cap. CXLVII, dans Les quatre grans (...)

4Les comtés, incapables d’intégrer des unités économiques ou politiques, sont peu à peu remplacés par des régions qui apparaissent progressivement comme de nouveaux centres économiques. Néanmoins, à ce moment-là, la perception populaire généralisée trouve dans le paysage des critères supérieurs. Clairement, même l’occupation de la frontière est perçue comme une descente depuis la Montagne. C’est pour cette raison qu’un des comtés les plus étendus, celui d’Urgel, se différencie dans l’esprit des gens au cours du premier tiers du xiie siècle en deux parties, la Montanya (Montagne) et la frontière ou Marca (Marche), comme le signale Jordana en 1132, en parlant de omnes compras et plantas sive acapitos que ego feci ab virum meum Ramon Uzalard in marcha ne in montaga13. Aussi le comte Ermengol VI, en préparant son testament en 1133, dispose-t-il des biens situés in Marcha sive in Montana14. De manière semblable, à l’intérieur, où les respectives dynamiques seigneuriales, juridictionnelles et socio-économiques ont fragmenté les premières unités, le critère physique reflète une société très attentive à la terre et à ses ressources. C’est pour cela qu’une perception commune du territoire se généralise en fonction des vallées, des rivages, des côtes maritimes, des bassins, des plaines et des montagnes, comme le reflètent les situations documentaires propres à chaque ensemble, dans une dynamique qui se maintiendra emmêlée avec les délimitations administratives postérieures15. Précisément, la dénomination la plus courante est celle qui se réfère à la montanya (montagne). La montagne est décrite dans de vastes et diverses zones : en 1278, on peut parler des lieux « que fossen de la montanya de Solsona e Campredon »16, de la même manière qu’à la même époque, pour aller de Figueras à Banyoles on peut traverser un générique camí de la Muntanya17.

  • 18 « Dans les montagnes »... « la plaine de l’Empordà » (L. G. Constans i Serrats, Diplomatari de Bany (...)
  • 19 « Comme c’est la coutume dans la montagne et dans le Bassin du territoire comunal de Tortosa » (B. (...)

5La séparation entre montagne et plaine se généralise partout au bas Moyen Âge. Dans les terres de Gérone, par exemple, hormis ceux qui résident à Gérone, on peut distinguer entre ceux qui habitent en les montanyes et ceux qui habitent le pla d’Ampordà18. Dans d’autres contrées où la plaine est vivifiée par une rivière, la dichotomie s’établit entre montagne et rivière, comme on dit à la ville de Tortosa, qui commande la vallée alluviale de l’Èbre, és costuma en la muntagna et en la Ribera del terme de Tortosa19.

  • 20 L. G. Constans i Serrats, Diplomatari..., op. rit., p. 404.
  • 21 « Paysans de Montagne » (ibid., p. 366).
  • 22 « Gens de Montagne » (ibid., p. 370).

6Cette généralisation facilite son usage pour exprimer des ensembles physiques et humains au-dessus de circonscriptions inférieures et de fragmentations juridictionnelles : en 1485, sur les terres de Gérone, dans le contexte du voyage des syndics paysans à la cour pour le règlement de la question remença, une différentiation s’établit entre les représentants de la Montagne – gens d’Olot, de Mieres, de Camprodon, de Cartellà, de Sant Marti Sesserres, de Pallerols et de Fontcoberta – et ceux de la Plaine, avec Madremanya, Sant Daniel et la Bisbal20, en dehors de toute autre différence de géographie administrative ou juridictionnelle. En conséquence, on parle facilement des pagesos de Muntanya21 et il est courant de se référer à la gent de Muntanya22.

  • 23 AMSJA, Documents sobre la jurisdició de l’abat en la Vegueria de la Ral, fo 1.
  • 24 ACA, Cancelleria, reg. 225, fol. 151 : cf. l’édition d’A. de Fluvià, « Els comtes i el comtat de Pr (...)
  • 25 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, Lérida-Barcelone, à paraître.

7La concrétion de ces mentions génériques sur des espaces spécifiques homogènes permet de caractériser le territoire. La perception populaire remplit l’espace de références fondées sur la montagne : Montagnes de Camprodon, Montagnes de Prades, Montagnes de Solsona, Montagnes de Montseny... C’est la perception populaire qui impose la dénomination. Si la mention officielle incorpore le critère montagnard, ce n’est pas parce qu’il produit le nom, mais parce qu’il prétend assumer la dénomination populaire préalable dans l’indication de la circonscription : ce qui explique que l’officier royal, chargé de régir l’aire d’influence de Camprodon, est mentionné comme viguier in montaneis Campirotundi23 et que le comté que Jacques II crée en 1324 pour son fils mineur porte le nom populaire de la région, comtat de les Muntanyes de Prades (comté des Montagnes de Prades), dans la mesure où il lui donne les montagnes : imperpetuum totas montaneas nostras vocatas de Prades in Cathalonia situatas, cum villa de Prades et Castro ac villa de Siurana et aliis castris, villis et locis ipsarum montanearum de Prades plenarie et complete cum omnibus iuribus, terminis et pertenentiis24. L’approximation entre la mention populaire et l’officielle ne réussit pas toujours complètement, souvent parce que le critère urbain peut gommer la référence géographique, se résumant par exemple en veguer de Camprodon (viguier de Camprodon) et même en comtat de Prades (comté de Prades)25.

  • 26 J. Canal et M. Mercè Homs, « Verntallat i “la muntanya remença” », L’Avenç, 202 (1996), p. 62-65.
  • 27 E. Cl. Girbal, Bañolas. Noticias históricas de ésta villa, Gérone, 1863, p. 7.

8La prolifération de dénominations nous permet de saisir ce qui se cache derrière la mention du terme montagne. La montagne est perçue comme un territoire fragmenté. Le caractère brusque de l’élévation en conditionne la perception : les montagnes de Prades, les Ports de Beseit, le Montseny ou le Montserrat, par exemple, s’imposent soudainement sur un environnement fort plat. La cassure, bien qu’elle soit progressive, est plus déterminante que ne l’est l’altitude atteinte. On parle de montagne à l’ouest de Figueras en allant vers Banyoles, quand l’altitude n’atteint même pas les 200 mètres par rapport au niveau de la mer. La clé de l’explication se trouve dans la sensation de territoire fragmenté, opposé, selon les cas, au rivage ou à la plaine. Ceux-ci, de leur côté, ne configurent pas une plaine linéaire mais présentent des oscillations notoires. Finalement, la vision de la montagne ne peut pas être unitaire mais régionale, à la recherche d’un espace physiquement et humainement homogène. L’exemple fourni par le diocèse de Gérone met en valeur la combinaison entre plaine et montagne. Par conséquent, on ne doute ni de l’emplacement de Madremanya dans la plaine bien qu’elle soit entourée d’un paysage de plus en plus élevé, ni de celui de la Fontcoberta en montagne bien que la cote planimétrique se situe à environ 200 mètres d’altitude. Précisément, le nom de la Muntanya (la Montagne) reste identifié populairement à ce territoire, qui de l’ouest de l’Empordà s’élève peu à peu vers Camprodon et qui inclut aussi bien des altitudes élevées que de plus modérées dans le secteur oriental, adoptant dans l’ensemble la dénomination commune de montagne pour décrire ce paysage fragmenté, économiquement difficile et humainement homogène au-delà des divisions juridictionnelles, comme cela se popuralise bientôt autour des guerres de remença du dernier quart du xve siècle26 et se maintient séculairement27.

  • 28 J. Miret i Sans, Les cases de Templersy Hospitalers en Catalunya, Barcelone, 1880, p. 158.
  • 29 C. Guilleré, « Criteris medievals per a l’estudi comarcal : el cas de la Seva a través de les enque (...)
  • 30 F. Sabaté, « Anoia. Marc Històric », Catalunya Romànica, XIX, Barcelone, p. 324.
  • 31 ACA, Cancelleria, reg. 505. fo 174 ; reg. 506, fo 107 ; reg. 507, fo 142v ; reg. 582, fo 102v-103 ; (...)
  • 32 AMA, C-IV, manuscrit 95, non folioté.
  • 33 AHG, Fons notarial de Figueres, secció Castelló, reg. 508, fo 22.

9Le paysage propre de la montagne fragmenté et oscillant peut être défini par d’autres critères. La densité boisée, espace redouté comme habitat de bêtes féroces et sauvages, amène à parler de forêt vierge au lieu de montagne, en situant certains lieux in Silva28. Cela se stabilise bientôt dans des régions comme le sud-est de Gérone29 et l’est d’Igualada30, avec suffisamment d’enracimement pour être assumé, dans les deux cas, par les circonscriptions ecclésiastiques du bas Moyen Âge, et fondé par l’administration royale – baiule de Segarra et de la Selva31 (bailliage de Segarra et de la Selva). Au contraire, l’espace montagneux peut également être défini comme terrain d’une certaine dureté, en partie aride et sec, remplaçant ainsi la dénomination de muntanya (montagne) par celle d’Aspres (Âpres, zones abruptes), comme cela se produit entre Balaguer et Àger32 ou dans le nord du comté d’Empúries33.

  • 34 « La vallée de Mieres et de Sant Miquel de Campmajor et quelques autres lieux des Montagnes » (L. G (...)
  • 35 AVV, registre 3, pli 5, non folioté.

10L’existence de divers endroits identifiés perpétuellement avec les Selves (les forêts), les Aspres (les zones abruptes) ou les Montagnes met en évidence la stabilisation des dénominations. Les zones considérées comme Montagnes sont donc des régions concrètes et bien définies. Parfois c’est la somme de petits endroits, comme la Muntanya (la Montagne) à l’est de l’Empordà, où par exemple on aperçoit la vall de Mieres e de Sent Miquel de Campmajor e alguns altres lochs de las Muntanyes34. Dans des usages descriptifs, comme dans le diocèse de Gérone, l’utilisation du critère montagnard cherche à obtenir des indicateurs supérieurs aux circonscriptions et aux réalités socio-économiques existantes. Dans d’autres cas, les différentes montagnes jouissent non seulement de l’homogénéité physique mais aussi de leur caractère humain, raison pour laquelle elles sont regroupées dans un centre directeur. Elles concordent ainsi avec les imbrications socio-économiques des habitants du milieu environnant vers le centre nodal : ce sont les Muntanyes de Camprodon (Montagnes de Camprodon), les Muntanyes de Solsona (Montagnes de Solsona). S’agissant d’une singularité juridictionnelle, les montagnes s’identifient facilement avec le domaine baronnial dont elles font partie : les montagnes de Bas caractérisent le secteur le plus élevé du petit vicomté de Bas, à l’extrême nord de l’actuelle Cordillère transversale, unité montagneuse, qui, dans la partie sud de Montsoriu, est parfois citée sous le nom de Muntanyes del Vescomtat (Montagnes du Vicomté), en raison de l’identification avec le vicomté de Cabrera35.

  • 36 AHMV, livre XIII, parchemin 253 ; AEV, Processos criminals, liasse 2, plec pli 2, non folioté, parm (...)
  • 37 ACA, Cancelleria, reg. 1782, fo 44.
  • 38 AHCTE, Ports 1.
  • 39 A. Pladevall, « El Montseny a l’època medieval. Dominis i jurisdiccions », Monografies del Montseny(...)
  • 40 ACA, Cancelleria, reg. 1913, fo 138.

11Entre l’un et l’autre extrême des deux tronçons de la Cordillère transversale, le centre du domaine du vicomté de Cabrera donne son nom propre au Territorio de Cabrera36, espace montagnard avec une dénomination particulière. En fait, la plupart des véritables montagnes jouissent d’une dénomination spécifique : Montserrat, les Ports, Pallars ou le Montseny. Avec leur propre dénomination elles confèrent une identité au territoire environnant – Esparraguera Montisserrati, ainsi s’appelle le village d’Esparraguera situé au pied de Montserrat37 –, elles s’intègrent de manière partiulière au sein d’une région placée sous l’influence d’une capitale extérieure – les Ports apportent la propre singularité à la « capitalité » de Tortosa au sud de la Catalogne38 – et elles partagent un même cadre juridictionnel et socio-économique, comme le Montseny dans le vicomté de Cabrera39. Mais surtout, elles se distinguent par l’articulation de certains espaces spécifiques de montagne, comme cela se passe avec le Pallars, qui devient synonyme d’une région montagneuse conjointement traitée40.

12Ces unités distinguées jouissent donc d’une dénomination propre, alors que dans les autres cas l’usage du critère « montagne » a contribué à donner une certaine cohésion à des ensembles plus génériques. La variété d’une gamme aussi large met en valeur des ressources et des contenus de la montagne fort variés et adaptés à des réalités plus larges. La montagne peut être à la fois lieu de craintes et de ressources.

La montagne, lieu de craintes

  • 41 E. Carbonell et J. Sureda, Tresors Medievals del Museu Nacional d’Art de Catalunya, BarceloneMadrid (...)

13L’importance de la montagne aboutit à une relation intense et diverse avec les hommes et les femmes de l’époque. D’abord, une montagne peu peuplée est surtout occupée par des animaux. Elle devient ainsi un lieu de crainte. On a peur d’une nature sauvage et, en même temps, proche. Quand au xiie siècle on reproduit le tétramorphe dans l’église pyrénéenne d’Esterri de Cardos, en prétendant représenter l’évangéliste saint Marc comme un lion, en réalité on peint un ours, qui est réellement l’animal connu41.

  • 42 A. Riera, « Sistemes alimentaris i estructura social a la Catalunya de l’alta edat mitjana », dans (...)
  • 43 J. Rius Serra, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, II, Barcelone, 1946, p. 88-89.
  • 44 AES, parchemin 1514, édité par A. Bach, Col-lecciô Diplomàtica del Monestir de Santa Maria de Solso (...)
  • 45 « Ramasser les nids de faucons, d’autours et d’éperviers [...] avec l’obligation de donner un de ch (...)

14La densité animale de la forêt de montagne favorise l’alimentation humaine, au haut Moyen Âge, par le biais de la chasse, spécialement celle du petit gibier42 ; et les exigences seigneuriales, comme celles de l’abbé de Sant Cugat, apparaissent dans le cadre d’un établissement à Clariana en 1012, imposant que per singulos annos dent censum rofia I obtima cervuna43. Le contrôle de la forêt est lié aux ressources cynégétiques et engendre des revenus pour les seigneurs, mais impose aussi des barrières coercitives, comme cela est spécifié à Freixe, déjà au xiiie siècle, à ceux qui casaverint nec etiam cirogillos acciperini44. Les ressources de la forêt deviennent ainsi l’objet d’accords entre seigneurs, comme l’établissent, en 1154, le prieur de Montserrat et les vicomtes de Barcelone, afin que ces derniers puissent, sur le territoire du monastère coger los nidos de falcones, azores y espavers [...] con obligación de dar uno de cada nido a dicho priory un quarto de ciervo o de puerco o de cabra silvestre45.

  • 46 « Les hommes d’Esposolla sont tellement maltraités par beaucoup de bêtes sauvages aussi bien par de (...)
  • 47 Ibid., 1B-149, fo 1v.

15Cette domestication de la forêt et sa progressive occupation par l’homme, bien évidente à partir du xiie siècle par l’augmentation de l’approvisionnement en ressources des centres urbains émergents, ne réussissent pas à ôter la peur des hommes et des femmes envers les animaux qui habitent dans les forêts de montagne. Dans les milieux ruraux, les paysans parlent de troupeaux décimés et du danger face aux animaux qui proviennent de la forêt. À la fin du xive siècle, dans le Capcir, los homens del loch de Esposoyla són maltractats per moites salvatgines axí de porcs senglars com d’osses en tant que és dubta que per aquesta rahó los homens del dit loch no haien a desemparar lo dit loch e anar-s’en en altres partides46. Étant donné la gravité, en 1392 le procurateur royal des comtés du Roussillon et de Cerdagne autorise aussi bien les habitants d’Esposolla que ceux de Riufret et de Sant Pere d’Enforcats, en Cerdagne voisine, à brûler la forêt chaque fois qu’il le faut afin de repousser les agressions animales : possitis mitere seu miti facere ignem semel et pluries pro ardendis arboribus et aliis broçes et locis erboses, pro occidendis dampnifficandis et evitandis ac effugandis animalibus feriis silvestribus atque brutis47.

  • 48 X. Pérez, « La memòria històrica del llop a la Selva », Quaderns de la Selva, 12 (2000), p. 185-191
  • 49 ACU, fonds Tavèrnoles, parchemin 17a : document édité par C. Baraut, « Diplomatari del monestir de (...)
  • 50 AHCTE, clavari, 15, p. 164 ; 17, p. 178 ; 18, p. 120 ; 36, p. 98, entre autres.
  • 51 « Près de l’église du Godall » (AHCTE, clavari, 15, p. 168).
  • 52 A. Curto et A. Martinez, « La presència del llop a l’antic terme de Tortosa durant la Baixa Edat Mi (...)
  • 53 AHCTE, Establiments, 1397, non folioté
  • 54 « Du cauchemar de ces deux genres-là de bêtes sauvages importunes que sont les loups et les renards (...)

16Mais l’animal qui suscite le plus de crainte est le loup, tel qu’en témoigne une toponymie remplie, dans tout le pays, d’évocations de sa présence48, sans oublier qu’il est le protagoniste de nombreuses histoires d’épouvante. La première fondation du monastère de Santa Maria de Meià, à la frontière montagneuse du Montsec, se trouve en 1080 dans un état de ruine ; c’est la combinaison du mauvais gouvernement de l’abbé, des agressions mulsulmanes, de la sècheresse et de la menace des loups qui l’explique : destructus a sarracenis et a lupis atque siccitate49. La crainte du loup accompagne l’histoire de toutes les montagnes tout au long de la période médiévale. Le voisinage entre les uns et les autres peut être spécialement tendu quand le degré d’occupation humaine est élevé. Tortosa, ville méridionale prospère entourée de montagnes boisées, voit provenir de celles-ci une densité très élevée de loups, qui s’enfoncent avec aisance dans les zones habitées. Pour cette raison, le gouvernement municipal de Tortosa crée la fonction de ligaller i lobater de la dita ciutat, qui encourage la chasse aux loups et leur élimination, s’occupe des formalités d’obtention de la compensation financière apportée par la municipalité à chacune des personnes qui en apporte la dépouille, en faisant la distinction entre les louveteaux et les animaux plus grands, ces derniers étant beaucoup mieux rémunérés50. La liste des lieux où ils ont été chassés montre leur présence à l’intérieur des montagnes et à proximité des habitats humains, comme celui qui est abattu en 1378 prop de l’església del Godell51. L’intense activité tout au long du bas Moyen Âge52 n’épargne pas la persistance d’une crainte surtout pour le bétail53, comme le signale, peu après le Moyen Âge, Cristòfor Despuig, en parlant de la pesadilla de aquells dos generos de salvatgines impotunes que son llops i raboses, perquè no.s perdu lo cuydado de guardar los bestiars y les gallines54.

  • 55 R. Gibert, « La paz del camino en el derecho medieval español », Anuario de Historia del Derecho Es (...)
  • 56 G. Gonzalvo, La Pau i la Treva a Catalunya. Orlgen de les Corts Catalanes, Barcelone, 1986, p. 24-2 (...)
  • 57 Id., Les Constitucions de Pau i Treva de Catalunya (segles xi-xiii), Barcelone, 1994, p. 80.
  • 58 F. Sabaté, « Discurs i estratègies del poder reial a Catalunya al segle xiv », Anuario de Estudios (...)
  • 59 AVV, liasse de registres 25, pli 1394, non folioté.
  • 60 ACA, Cancelleria, Papeles por incoporar, Cervera, non folioté.

17L’amplitude des zones de montagne augmente la proximité avec le danger animal, mais aussi avec l’humain. Le maintien de la préoccupation juridique pour garantir une paix spécifique du chemin55 se sert, en réalité, du besoin de garantir l’ordre sur les voies publiques pour le déplacement des personnes afin de consolider le pouvoir de celui qui légifère pour protéger les chemins qui traversent ses terres. Les Constitucions de Pau i Treva (les Constitutions de Paix et de Trêve) montrent, au xie siècle, l’Eglise protégeant ceux qui se rendent aux marchés56 et au siècle suivant, quand le monarque prétend consolider sa position en tant que garant de la paix et de l’ordre, il invoque explicitement la prise en charge de la protection des vias publicas sive caminos vel stratas57. Le roi intègre cette revendication parmi les arguments de consolidation du pouvoir souverain au bas Moyen Âge, bien qu’il n’ait pas les forces pour l’imposer58. Dans la pratique, les prétentions législatives ne peuvent pas empêcher que les agressions sur les chemins se répètent et qu’elles soient à la recherche d’une plus grande impunité dans la montagne sauvage59, en profitant de la fragmentation juridictionnelle60.

  • 61 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1555, fo 2v.
  • 62 F. Sabaté, « Les factions dans la vie urbaine de la Catalogne du xive siècle », dans Histoire et ar (...)
  • 63 AVV, processos civils, vol. 1333-1334, pli 1333-2, non folioté.
  • 64 ADPO 1 B-121, fol. 25.
  • 65 F. Sabaté, « L’augment de l’exigència fiscal en els municipis catalans al segle xiv : elements de p (...)
  • 66 ACA, Cancelleria, reg. 924, fo 77v-78.
  • 67 AVV, liasse de registres 1, pli 5, non folioté.
  • 68 F. Sabaté, « Història Medieval », Histbria de Piera, Lérida, 1999, p. 186.

18Outre divers cas concrets, comme le crime commis par deux transporteurs de Puigcerdà qui en 1378 assassinent un collègue de métier et de ville sur le chemin qui commence à s’élever, à Blancafort, vers les passages du Cadí, entre Berga et la Cerdagne61, la plupart des crimes commis profitant de la montagne boisée peuvent être classés selon la typologie suivante : certains canalisent les tensions de factions qui secouent les populations et leurs régions62, en montrant des assaillants qui agissent conjointement contre d’autres factions profitant de conditions offertes par des montagnes bien connues63 ; d’autres, plus ponctuels, apparaissent dans la seconde moitié du xive siècle, quand l’intérieur du pays est menacé par des compagnies errantes de la guerre de Cent Ans – gents estranyes de peu e de cavayl de les parts de França64 –, quelque quatorze incursions en un demi-siècle à la recherche d’un butin65, déprédations que favorisent le contexte montagneux et boisé66 ; en troisième lieu et de manière plus globale, les forêts de montagnes sont appropriées pour que de simples groupes factieux, parfois stables mais aussi occasionnels, puissent assaillir les voyageurs67. Précisément, la possible agression de criminels ou de troupes oisives – les campanyes blanques (les campagnes blanches) – est l’excuse invoquée par le gouvernement municipal de Piera pour obtenir du roi le permis, en 1373, de fermer le chemin qui circule sur la partie élevée du territoire de la ville, et obliger de passer par un autre chemin qui entre dans la ville, vraie raison de la mesure68.

  • 69 Id., « Ejes vertebradores de la oligarquía urbana en Cataluña », Revista d’Història Medieval, 9 (19 (...)
  • 70 F. Guicciardini, Viaje a España, Valence, 1952, p. 39.

19L’instabilité attribuée aux montagnes boisées se combine avec la fragmentation juridictionnelle, qui caractérise le pays depuis le haut Moyen Âge, que les Corts de 1283 ont sanctionné irrémédiablement et que les difficultés du xive siècle ont augmenté. Le pays est une juxtaposition de juridictions infranchissables, et les crimes commis dans une seigneurie peuvent être impunis si le coupable se réfugie dans une autre juridiction. Cela entraîne de graves problèmes dans tout le pays, dans la mesure où les pôles juridictionnels et socio-économiques ne coïncidant pas, les obligations souscrites peuvent ne pas être accomplies impunément, parvenant à mettre en péril d’importantes fortunes urbaines69. La combinaison avec des zones montagneuses complique énormément cette situation. Les montagnes du vicomté de Cabrera ou celles de la Panadella proches du domaine seigneurial des Queralt, étant sillonnées par des chemins très fréquentés, sont perçues comme des lieux très dangereux habités par des délinquants souvent impunis70.

  • 71 ACA, Cancelleria, reg. 1913, fo 78.

20Quand on additionne une vaste étendue de montagnes, une orographie spécialement difficile et une juridiction fortement fragmentée, toutes les craintes convergent. Cela explique que les actuelles comarques (contrées) d’Alt Urgell, Pallars et Ribagorça, en incluant les terres aujourd’hui aragonaises, soient perçues comme une montagne particulièrement impunie. Cette identification entre montagne et criminalité de l’espace, situé entre Pont de Bar, Pont de Oliana, Montsec, Cinca, col de Gistau et cols des vallées d’Andorre, est proclamée par le monarque, qui blâme ainsi son absence de juridiction dans cette vaste étendue de terres de juridiction baronniale71.

  • 72 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers, Barcelone, 1984, p. 105-107.
  • 73 J. Reglà, El bandolerisme català del barroc, Barcelone, 1966.

21Non seulement dans cet espace, mais aussi dans l’ensemble du pays, une société organisée en factions et un territoire fragmenté en juridictions devient un des principaux héritages de la période médiévale en Catalogne. C’est pour cela que, sous les circonstances politiques et économiques des siècles postérieurs, toutes les montagnes, qu’elles soient pyrénéennes ou qu’elles se situent dans les zones centrales, accentueront une instabilité72 propre à un pays identifiée, précisément, au bandolerisme ou brigandage73.

  • 74 « Ne peuvent pas passer ni aller ceux qui sont dans lesdites côtes sans danger et tout particulière (...)
  • 75 N. Sales, Mulers, ramblers i pires (s. xviii-xix), Reus, 1991, p. 92-94.
  • 76 « Qui menait deux mulets chargés d’huile » (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1555, fo 14).

22Outre les problèmes de sécurité personnelle, l’orographie de montagne peut aussi rendre difficile la circulation. À plusieurs reprises le passage des montagnes est endommagé après des périodes de pluies et il faut le réparer, réparation souvent encouragée par les proches capitales et les péages imposés aux voyageurs, comme cela se fait au passage de Còdol-Rodon, dans la montagne qui sépare les vigueries de Manresa et de Cervera, où en 1327 il faut arranger deux montées où no poden passar ne anar qui son en les dites costes sens perill e specialment cavaleries e besties carregades74. Ces difficultés des chemins ajoutent de nouvelles craintes à la circulation de montagne, surtout parce qu’il s’agit de chemins étroits et en mauvais état75. C’est pour cela que de nombreux accidents ont lieu comme celui du transporteur qui menava II muls carregats d’oli, et aussi bien lui qu’un des mulets, avec le chargement, furent précipités dans le cours de la Merola, où il perdirent la vie76.

  • 77 A. Benet, « Santa Maria del Camí », Catalunya Romànica, XIX, Barcelone, 1992, p. 522.
  • 78 E. Fort i Cogul, El trànsitpel Coll de Balaguer (Del Perellô a l’Hospitalet de l’Infant), Barcelone (...)

23L’ensemble des difficultés et des craintes soulevées dans les environs de la montagne explique que les chemins qui doivent pénétrer dans ces espaces sauvages disposent de centres d’assistance, comme Santa Maria del Camí aux portes des Selves depuis le xiie siècle77 ; au xive siècle, on développe un hôpital à chaque bout du tronçon de montagne et sauvage du chemin entre Tarragone et Tortosa, c’est-à-dire la Font de Perellò et l’Hospitalet de l’Infant78.

  • 79 A. Rubió y Lluch, Documents per a l’història de la cultura catalan mig-eval, I, Barcelone, 20002, p (...)
  • 80 P. Català, « Castell de Vilardell, inscrit en la llegenda », dans Els Castell Catalans, II, Barcelo (...)
  • 81 M. de Riquer, Llegendes històriques catalanes, Barcelone, 2000, p. 122-127.
  • 82 Cl. Lecouteux, Demoniosy genios comarcales en la Edad Media, Palma de Majorque, 1999, p. 19.

24Une montagne aussi sauvage contient tout ce qui est inconnu, aussi bien ce qui suscite la crainte que ce qui provoque l’admiration, dans le sens médiéval du terme. La montagne accueille cette forêt-là fantastique qui la relie aux mythes des romans courtois du cycle arthurien, largement diffusés au bas Moyen Âge catalan79. Voici la montagne du vicomté de Cabrera qui accueillait un dragon, vaincu définitivement par le chevalier Soler de Vilardell80 avec une épée de virtut (de courage) qui au xive siècle appartient au roi81. Dans une autre montagne beaucoup plus emblématique, le Canigou, se situe la présence du dragon qui surgit volant d’un lac quand le roi Pierre le Grand, en 1285, y jeta une pierre82.

  • 83 « Un beau dragon, près du château et du chemin qui va de Barcelone à Gérone, qui dévorait le bétail (...)

25L’acceptation populaire de ces faits s’entrecroise au bas Moyen Âge avec les traits de la quotidienneté. Le dragon tué à Vilardell menaçait l’importante route entre Gérone et Barcelone, car, comme le reconstruira le prétendu Bernat Boades, il s’agit d’un bell drach, prop del castell e del camí qui.n va de Barcelona a Gerona, lo quaise’n menjave lo bestiar e molta de la gent qui.n passave per lo camí desús dit83. Si les dangers de la montagne, par conséquent, provoquent un certain malaise, cette dernière n’en demeure pas moins un lieu de ressources.

La montagne ressource

  • 84 AHCM, Fonds Viguier, livre de citations 1323-1328, non folioté.
  • 85 J. Bolòs et V. Hurtado, « La xarxa viària catalana a l’alta edat mitjana. Una aproximació des de la (...)

26On peut considérer que la montagne représente une large partie du territoire catalan, même si elle est fragmentée, et qu’elle joue un rôle important dans les activités et les ressources humaines. Tous les chemins, intensément sillonnés par les marchands, traversent des montagnes. La réparation du chemin à Còdol-rodon, citée précédemment, s’imposa à cause du volume considérable de voyageurs qui l’empruntaient et du lien qu’il tissait entre villes importantes et bourgs du pays84. Cette intensité du bas Moyen Âge maintient une continuité avec la vivacité des échanges des siècles précédents, car au haut Moyen Âge les principaux passages de montagne, comme les dénommées clusas, spécialement dans les espace pyrénéens, sont surveillés et même fortifiés85.

  • 86 ADPO 1B-95, fo 34v-35.
  • 87 « Arbre gracieux, grand ou petit » (ADPO 1B-121, fo 83).
  • 88 ADPO 1B-95, fo 17.
  • 89 M.-T. Ferrer Mallol, « Boscos i deveses a la Corona catalano-aragonesa (segles xiv-xv) », Anuario d (...)

27La forêt offre en montagne deux ressources essentielles : llenyar (faire du bois) et carbonar (faire du charbon de bois)86. La première fournit du bois, surtout de pin et de sapin qui peut être sec ou vert (tam vendes quam sictas) ou, d’après l’allure et les dimensions, arbre gentil, gran o poch87, et qui fait l’objet d’une grande publicité comme c’est le propre d’une société en développement qui utilise le bois dans la construction urbaine, l’outillage agricole, l’infrastructure artisanale et comme énergie. Précisément, c’est à partir surtout de les lenyes seches (des bois secs), que l’on élabore, dans la forêt même, le charbon de bois, essentiel non seulement pour l’usage domestique mais aussi pour l’alimentation des fours, et tout particulièrement pour la production métallurgique88. Les cendres sont également utilisées pour des usages fort divers, élaborées expressément en fonction de la demande. En réalité, l’intensité de l’utilisation des ressources se ramifie dans les différentes composantes végétales. Les montagnes couvertes de végétation méditerranéenne dégradée, comme les chamérops font aussi l’objet d’une systématique utilisation pour la vannerie, comme cela est attesté à Cubelles vers le milieu du xive siècle89.

  • 90 J.-M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Catalunya, I, Barcelone-Madrid, 1969, p. 524.
  • 91 AHT, parchemins, chemise V, no 11.
  • 92 ADPO 1B-196, fo 32.
  • 93 M. Torras, El Llibre Verd de Manresa (1218-1902), Barcelone, 1996, p. 103.
  • 94 AHCM, fonds du viguier, registre 3, non folioté.
  • 95 ACA, Cancelleria, reg. 9, fo 8.

28Il n’est pas étonnant, donc, qu’en 1293 l’octroi par Joan Despuig d’une charte de peuplement à Paüls, endroit juché sur la montagne des Ports, témoigne de la préoccupation de rentabiliser l’exploitation du bois de chauffage, de construction, ainsi que du charbon et des cendres90. L’importance de ces ressources conditionne les relations entre les différents bourgs ou villes et les maîtres des montagnes proches, comme le montre le paradigmatique accord entre la ville de Tarrasa et la baronne de Vacarisses en 130291. Garantir cet accès à la forêt se situe à la base des tensions entre des localités voisines, comme Puigcerdà et Llívia92 ou devient l’indicateur de la prééminence régionale, tel que Manresa qui, en obtenant en 1333 un privilège royal qui lui garantit le libre accès aux forêts de la propre région, en sort fort consolidée93. Étant donné ces bénéfices, endommager la forêt de l’adversaire s’ajoute aux agressions endurées par les seigneurs, comme Blanca de Castellet, qui en 1283, obtient pour la défense des forêts de ses montagnes de Castellet, l’aide des officiers royaux, qui ordonnent à leurs ennemis de ne pas couper eux-mêmes le bois ou de le faire couper par d’autres : lo dit bosc no li talets ne li fassats talar94. Les faveurs, accordées au monastère de Montserrat par Jacques Ier en 1258 vont dans ce sens95.

  • 96 Cl. Carrère, Barcelona, 1380-1462. Un centre econòmic en època de crisi, I, Barcelone, 1977, p. 194 (...)
  • 97 ACA, Cancelleria, reg. 249, fo 117-v.
  • 98 Ibid., reg. 243, fo 54.

29L’intense demande de bois pour construire des bateaux dans les chantiers navals, comme celui de Barcelone, exige le transport non seulement des proches montagnes mais aussi de toutes les grandes chaînes montagneuses du pays, sans compter les exportations extérieures96. En fait, le monarque se montre toujours sensible à l’approvisionnement en matière première pour la construction de bateaux97, veillant aux différentes qualités de bois, comme le démontre Jacques II qui estimait, en 1316, que les arbres des bois qui couvrent les montagnes de Bas et du vicomté de Cabrera, dans la Cordillère transversale, sont excellents pour faire des rames98.

  • 99 M.-T. Ferrer i Mallol, « Boscos i deveses... », op. cit., p. 517.
  • 100 Á. L. Molina, « Territorio, Espacio y Ciudad en la Edad Media », La ciudad Medieval, J. A. Bonachía (...)
  • 101 ACA, Cancelleria, reg, 505, fo 142v.
  • 102 Ibid., reg. 1871, fo 143-v.
  • 103 ADPO 1B-153, fo 79v.
  • 104 ACA, Cancelleria, reg. 738, fo 8v.
  • 105 « Avec des filets et avec d’autres instruments de pêche non habituels sur toutes les rives tant qu’ (...)
  • 106 Ibid., 1B-95, fol. 68v-69v.

30L’exploitation intensive de la forêt lui enlève progressivement son image d’espace méconnu. Le monarque intervient afin de façonner la nature pour faciliter l’exploitation, comme 1419, par l’aménagement du cours de la Noguera Ribagorçana entre Tragó et Andaní : on pourra ainsi transporter par flottaison le bois abattu dans les forêts pyrénéennes99. Très souvent, l’intervention acquiert un sens protectionniste100, fruit de la volonté de sauvegarder les ressources pour l’activité économique ou simplement cynégétique. En 1389, Jean Ier protège une de ses zones de chasse101 quand il limite les coupes excessives des forêts de Torroella de Montgrí102, et autorise en 1392 à brûler et abattre les forêts du Capcir de la castellania de Puigbaledors en épargnant la forêt royale de la Mata103. La protection de la forêt est très étendue : en 1369, Pierre le Céremonieux limite les incendies provoqués dans les montagnes du Garraf104, par exemple tout en insistant aussi sur les ressources fluviales. Ainsi, en 1369 il fait interdire la pêche dans les eaux royales en Confient et au Capcir jusqu’à ce que les espèces soient plus nombreuses. Il faut éviter de pêcher ab fillats e ab altres asins de peschar no acustumades en tant que tot en tot les ribes seran adés frayturoses de peix, et veiller à ce que negun no gos pechar en temps vedat de peix en les dites aygues105. Il s’agit là d’interventions qui touchent les activités économiques, comme l’indique la régularisation détaillée de l’utilisation des forêts du Roussillon et de la Cerdagne en 1345106.

  • 107 C. Rendu, « Quelques jalons pour une histoire des forêts en Cerdagne : le massif d’Osseja entre 103 (...)
  • 108 C. Verna, Le temps des moulins. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie-xvie s (...)
  • 109 « L’extraction du fer » (ADPO 1B-122, fo 42).
  • 110 Ibid.
  • 111 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1569, C-3, non folioté.
  • 112 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », CERCA, 25 (1964), p. 251-255.
  • 113 A. Gallardo et S. Rubió, La farga catalana, Barcelone, 1930, p. 46-49.
  • 114 M.-C. Rovira, J. Solaris, V. Turu, A. Net, X. Llovera, « Primers résultats del projecte d’estudi so (...)
  • 115 AMSJA, Carpeta Curia Secular. Processos. 1351-1370, pli 1364, non folioté.
  • 116 ADPO 1B-95. fo 15.
  • 117 Ibid., 1B-357, fo 36v-41.

31Ces règles d’exploitation sont surtout liées aux forges et aux fours à chaux, dont l’intense activité met en péril la survivance de la forêt de montagne lors du passage du xive au xve siècle107. Le développement de véritables vallées sidérurgiques qui conditionnent aussi bien la poussée hydraulique que les ressources forestières108 concorde avec l’importance de la treyta del ferro109 dans diverses zones surtout du Vallespir et du Confient (signalons parmi elles surtout celle de Saorra110, endroit identifié pleinement à cette époque-là, avec l’exploitation du fer111), combinée avec celles de l’or, du plomb, du cuivre, du khôl, de la couperose et du vitriol112. Non seulement l’extraction, mais aussi la transformation des minéraux, surtout du fer, donne une physionomie spécifique à la montagne qui ne cesse de se développer alors113. Il s’agit souvent de productions adressées à une demande située dans un environnement pas très éloigné114. Au milieu du xive siècle, par exemple, Pere Ferrer fabrique des socs de charrue et des houes pour les paysans dans une fabregua (forge) à Tornamira, qu’il possède à cens et qui fonctionne avec du fer et du charbon115. De son côté, en 1338, Guillem Pals gère la molina de la Coucha (le moulin de la Conca), qui possède obrada y fargada (avec atelier et forge), et pour laquelle il a besoin de fer et de charbon de bois116. De même, à la même époque la combinaison d’extractions de fer, d’apports de charbon et le recours hydraulique confortent les forges de Ribes et bénéficient aussi bien aux tenanciers qu’à leurs seigneurs117.

  • 118 Cl. Rivais, Le moulin et le meunier, I, Portet-sur-Garonne, 2000, p. 67.
  • 119 ACA, Cancelleria, parchemins de Ramon Berenguer III, 227 : document édité par R. Serra, « El molí d (...)
  • 120 J. Bolòs, « Les moulins en Catalogne au Moyen Âge », dans Moulins et Meuniers dans les campagnes eu (...)
  • 121 ACA, Cancelleria, reg. 2009, fol. 13v.
  • 122 ACL, calaix 121, parchemin 7501.
  • 123 ADPO 1B-122, P 28.
  • 124 Respectivement ADPO 1B-122, fo 42 et ibid., 1 B-156, fo 50.
  • 125 Ibid., 1B-121, P 74v.
  • 126 « I moulin scieur avec une ou deux scies » (ADPO 1B-212, P 74).

32De toute évidence, la localisation des moulins hydrauliques n’est pas fonction de la montagne mais des cours d’eau et en même temps il est clair que l’orographie facilite les cours et les accumulations d’eau qui permettent de développer la meunerie comme l’un des attraits des vallées montagnardes. Le moulin est, en réalité, une machine polyfonctionnelle118, et la typologie des moulins en est diverse. En Catalogne médiévale, on peut parler d’ipsos mulinos blanchers pour le tanneur119, mais surtout une dichotomie s’impose entre les moulins à farine120 molins bladers sive fariners121 et ceux à foulon – molins drapers122. Aux moulins hydrauliques de montagne, déjà consolidés au xive siècle123, s’ajoutent deux autres types. Dans des montagnes comme les Pyrénées, en plus de ces deux types124, il faut signaler le molin serrador (moulin scieur) et la molina de ferre (moulin à fer)125. Les uns et les autres reçoivent l’eau de barrage, mais le second est consacré à forger le fer tandis que le premier est d’ordinaire I casai de molí serrador ab una serra o dues serres126.

  • 127 C. Rendu, « L’estiuada i la gestió del pasturatge de les muntanyes a la Cerdanya medieval », Plecs (...)
  • 128 M. Riu, « Ramaderia i arqueologia a la Catalunya medieval », Actes del 3e curs.op. cit., p. 116.
  • 129 C. Yáñez, Anàlisi de les zones d’intercanvi, Roc d’Enclar. Transformacions d’un espai dominant, seg (...)
  • 130 F. Sabaté, « Cases de religiosos i ordes militars », Atles d’Història de Catalunya, V. Hurtado i J. (...)
  • 131 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1512, fo 22.
  • 132 Ibid., 1500, fo 37.
  • 133 ACA Cancelleria, reg. 722, fo 149-v.

33Les avantages hydriques et climatiques confèrent un remarquable avantage à la montagne grâce à la création de prés appropriés pour l’élevage. L’expansion des pâturages, aux xie et xiiie siècles, impose une réduction de la forêt, mettant en péril un équilibre qui ne sera retrouvré qu’au xive siècle127. Les nouvelles terres incorporées à la Catalogne accueillent, au moment de l’expansion territoriale définitive du xiie siècle, d’importants monastères cisterciens, comme ceux de Santes Creus et de Poblet, qui se consacrent très tôt à un élevage transhumant. Les pâturages estivaux des Pyrénées y jouent un rôle essentiel en relation avec les zones méridionales d’hivernage grâce aux chemins de transhumance128 qui font partie des chemins naturels de tradition séculaire129. Ainsi, ces communautés jouent un rôle de plus en plus important dans la possession de droits de pâturages dans l’espace pyrénéen130, qui exigent, au bas Moyen Âge, l’attention contre ceux qui usent sans autorisation des pâturages131 ou de la forêt132, sans pouvoir éviter, cependant, les affrontements, entre le monastère de Santes Creus et Ramon de Soler, dûs aux tensions pour l’exploitation du bois et des pâturages de Guils de Cerdagne133.

  • 134 F. Carreras Candi, « Ordinacions urbanes de bon govern a Catalunya (segles xiii a xviii) (continuac (...)
  • 135 F. Sabaté, « Perpinyà capital baix medieval dels comtats de Rosselló i Cerdanya », dans La Ville et (...)

34En même temps, les grands centres urbains ont besoin d’espace pour faire paître leur propre bétail dans les montagnes proches. Pour cette raison, la ville de Tortosa se soucie de réglementer les Ports de Beseit pour l’élevage134. Le poids de la société urbaine du bas Moyen Âge a encore beaucoup plus d’incidences sur les ressources de la montagne. D’une part, les bourgs et villes, en veillant à leur propres intérêts en termes d’approvisionnement et de pâturages, ont tendance à intervenir de façon active dans leurs respectives zones d’influence. De l’autre, et en parfaite synchronisation, les groupes dirigeants dans la société urbaine investissent de façon attentive dans cet environnement. Cette double approche façonne de manière croissante les ressources de la montagne pour satisfaire non seulement les besoins urbains mais aussi pour faciliter les investissements des dirigeants urbains135.

  • 136 ACA, Cancelleria, reg. 951, fo 28v-29.

35Le fait que les différents groupes sociaux, nobiliaires, ecclésiastiques, bourgeois, s’intéressent à la montagne met en relief qu’en réalité, il s’agit d’un espace économiquement attrayant. Aussi le monarque s’en soucie-t-il explicitement. Quand en 1340, par exemple, il désigne le châtelain de Castell-lleó, en mentionnant ses devoirs, il détaille qu’en vertu de son office il devra défendre la vallée avec ses territoires, ses gens et ses forêts136. En réalité, la claire mention des ressources justifie qu’afin de les surveiller, la couronne s’entoure d’officiers spécifiques.

Revenus et agents du roi à la montagne

  • 137 Cf. sur la pêche : ADPO 1B-121, fo 39v-40 ; sur les pâturages : ADPO 1 B-121, fo 53 ; sur le charbo (...)
  • 138 ADPO 1B-111, fo 45v.
  • 139 F. Sabaté, « Corona d’Aragó », dans Histbria de España. La época medieval : administracióny gobiern (...)
  • 140 « Barrages et prises d’eaux et berges » (ADPO 1B-212, fo 74v).
  • 141 A. M. Aragó et R. Conde, « Evolució de les rendes del Confient, sota Pere el Ceremoniós (1345-1386) (...)
  • 142 ADPO 1B-151, fo 8-v.
  • 143 Ibid., 1B-148, fo 1-2.
  • 144 Ibid., 1B-111, fo 66-v. ; 1B-122, fo 38 ; 1B-154, fo 111v.
  • 145 A. M. Arag6 et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 121.
  • 146 ADPO 1B-111, fo 42v-43.

36Le domaine royal bénéficie de revenus typiquement montagnards, surtout dans la zone où il jouit d’une puissante implantation juridictionnelle dans les comtés du Roussillon et de la Cerdagne et dans le cadre des vigueries du Roussillon, du Confient et de la Cerdagne avec les sous-vigueries respectives du Vallespir, Capcir et Baridà. Le monarque autorise dans son domaine des exploitations collectives ou individuelles de ressources comme la pêche, les pâturages, carbonar en los boschs (faire du charbon de bois dans les forêts), comme cela se fait en 1369 dans la vallée de Conat, ou gérer différents moulins de possession royale bien présents dans le Confient, la Cerdagne et le Roussillon et le Vallespir. La plupart d’entre eux sont fariniers ou bladiers, ou encore à foulons : il faut y ajouter les autorisations concernant ceux qui sont destinés à la transformation du métal comme fargua sive molina ferri et scieries137. Les revenus du monarque sont gérés par la procuration royale, qui les met aux enchères tous les deux ans – in enquantum publicum138 – dans la capitale des comtés, Perpignan139. Dans d’autres cas, les concessions sont plus concrètes et cédées en emphytéose, comme cela se fait en 1366 pour la construction et l’exploitation dans la vallée de Conat d’un molendinum ad serrandum fustam sive arbores nemoris, avec une ou deux scies et le contrôle propre aux recloses e ademprius d’aygues e riberes140. Ce moulin s’ajoute à un autre animant une scierie, propriété de la couronne141, située dans les gorges de Carança et qui, depuis le milieu du xive siècle, apporte d’importants revenus annuels jusqu’en 1392, date à laquelle il est concédé en emphytéose à Bernat Saquet142, conjointement avec le droit de forestatge de la forêt de Carança, qui jusqu’alors est aussi mis aux enchères tous les deux ans143. Ces droits sur cette forêt144, dans les gorges homonymes sur le versant méridional du Confient, étaient l’un des principaux revenus royaux de la viguerie145. Sur le côté septentrional se situait l’autre grand domaine royal, la vallée de Conat, dont la gestion était identique146.

  • 147 Ibid., 1B-15, fo 98v.
  • 148 Ibid., 1B-97, fo 59.
  • 149 Ibid., 1B-153, fo 79v ; 1B-121, fo 35v-36.
  • 150 ACA, Cancelleria, reg. 1912, fo 187.

37Les revenus royaux pouvent être inféodés de manière complète, comme la forêt autour du village de Ger, au damoiseau Guillem Pons de Ger dans les années 1250147, ou de façon partielle, comme les droits sur les forêts de Carança à l’abbaye de Cuxa148. Dans d’autres occasions, le volume de revenus à encaisser par la trésorerie royale peut diminuer à cause d’assignations préalables149, ou disparaître des comptes, lorsque Jean Ier donne en douaire la vallée de Conat à son épouse la reine Violant ; dans ce cas c’est le forester (forestier) désigné par le procurateur de la reine qui reçoit et gère ces droits150.

  • 151 R. Ordeig, Catalunya Carolíngia. IV. Els Comtats d’Osona i Manresa, Barcelone, 1999, p. 1090.
  • 152 ADPO 1B-121, fo 47.
  • 153 Ibid., 1B-149, feuille intercalaire.
  • 154 « Beaucoup de forêts du Roi sont détériorées » (ADPO 1B-121, fo 27r).
  • 155 « Afin que lesdites forêts ne puissent pas être coupées ou détruites » (ADPO 1B-121, fo 26r).
  • 156 ADPO 1B-122, fo 52v.
  • 157 Ibid., 1B-121, fo 52v.

38L’entretien des forêts et pâturages a justifié, pendant des siècles, l’existence d’agents qui surveillaient les intérêts de leurs seigneurs respectifs. Déjà, dans les Pyrénées du xe siècle, on constate que le possesseur d’un lieu peut naturellement in ipsos boscos velpasturas suos forestarios illi mittere151. En ce sens, la monarchie du bas Moyen Âge s’appuie sur ces officiers que sont les foresters dans les zones de forte concentration de forêts en Cerdagne152 et Confient153. Ils sont tellement indispensables qu’un retard dans leur nomination entraîne la détérioration des forêts – molts boschs del senyor Rey son deteriorats154 –, car ils sont tenus d’y veiller – per tal queds dits boscos no.s pusquen talar e destroyts155 –, avec une attention qui peut s’étendre aux pâturages – nemoribus et erbagiis156. L’office englobe ainsi les deux fonctions : foresteriis sive custodibus nemorum et erbagiorum157.

  • 158 Ibid., 1B-110, fo 73v.
  • 159 Ibid., 1B-97, fo 102.
  • 160 « Garde forestier du Capcir » (ibid., 1B-100, fo 52v, 56v).
  • 161 « Forestier des forêts du Capcir et de la Cerdagne » (ibid., 1B-121, fo 17, 26).
  • 162 « Vous ayez votre maison et votre domicile dans la dite terre du Capcir » (ibid., 1B-121, fo 26v).
  • 163 Ibid., 1B-122, 52v.
  • 164 Ibid., 1B-121, fo 26v.
  • 165 Ibid., 1B-110, fo 73v.
  • 166 « Office de forestier et de la garde des forêts de toute la terre du Confient excepté de la terra d (...)
  • 167 Ibid., 1B-121, fo 67-69v et fo 52v (1366).

39Le forestier du Confient158 devait au départ s’occuper de la vallée de Conat et la sous-viguerie du Capcir, aux sources de l’Aude qui, à cause de son altitude et de son orographie, s’identifie avec la montagne et la forêt. Dans la mesure où la Carança a son propre forestier, on comprend qu’on réitère la nomination exprimée en 1345 sous le titre de forester de Confient, Capcir i Vall de Conat159. Le Capcir devient ainsi le centre d’action d’un forestier qui peut se présenter, comme le fait Bernat Bosom en 1348, commeguarda dels boscos del Capcir160. Le fait que les principales forêts royales de Cerdagne se situent dans son secteur oriental justifie que du Capcir on surveille aussi la circonscription cerdane, comme foraster dels boschs de Capcir e Cerdanya161, situation qui se consolide en 1360 à travers la centralité du Capcir, l’officier promettant d’y élire son domicile – haiats vostra casa e vostre domicili en la dita terra de Capcir162 –, bien qu’il puisse se faire représenter en agissant per te vel idoneum substitutum163. Le volume d’activités justifie deux titulaires sur la même charge, dont le salaire (douze livres annuelles) est fonction d’une partie des amendes, devant céder le reste de pénalisations pécunières à la procuration royale164. Un autre forestier devait s’occuper du Confient165 offici de la foresteria e de la guarda dels boschs de tota la terre de Confient exceptat de la terra de Capcir166. Le faible poids du forestier du Confient sans les vallées de Conat et de la Carança explique la création d’un seul office par le soin des forêts du Capcir, de la Cerdagne et du Confient, consolidé en 1366167.

  • 168 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, à paraître.
  • 169 1B-100, fo 52v.
  • 170 Ibid., 1B-121, fo 53.
  • 171 Ibid., 1B-121, fo 52v.
  • 172 Ibid., 1B-136, fo 7v (1374) ; ibid., Cancelleria, reg. 1913, fo 9v (1379) et ibid., 1B-153, fo 47 ( (...)
  • 173 Ibid., Cancelleria, reg. 1912, fo 115.

40En réalité, les dirigeants locaux de la capitale du Confient, Villefranche, s’expriment par l’intermédiaire du gouvernement municipal pour médiatiser les agents royaux d’une circonscription qui coïncide, en grande partie, avec son propre rayon d’action économique et sociale168. Cette attitude et même l’attrait de la charge expliquent des manœuvres comme celle orchestrée en 1366 par les consuls de Villefranche-de-Conflent pour écarter de la charge de forestier Bernat Bosom, originaire de la vallée de Ribes et donc étranger aux intérêts villefranchois169, au profit de Pere Berenguer, personnage pleinement intégré au gouvernement local170. La manœuvre consiste à médire de Bosom afin de convaincre le roi que celui-ci néglige l’office – sit vagabundus cum meretricibus publice »171. L’appétit de revenus permet au monarque d’offrir la charge pour récompenser des fidélités comme celle de Ramon Marti de Puyvalador au moment de l’invasion manquée de Jacques de Majorque en 1374 – nobis legualiter servistis quando infans Maioricarum gentibus armigeris terras nostra intravis –, qui lui vaut en 1377 une charge viagère – quamdiu vobis fuerit vita cornes vos erguo sitis forasterius una cum aliis iam ad ipsum officium deputatum quandum vixeritis –, confirmée en 1379 et précisée en 1390 comme forasterio nemorum regionum172. La dualité de titulaires se maintient entre un Capçinois et un Villefranchois, comme cela se produit en 1379 par la désignation de Bernat Querol et sa confirmation en 1387173.

  • 174 ACA, Cancelleria, reg. 2210 fo 158-v.

41Le poids de la capitale est une constante comme le confirme l’office de forestier de Prats-de-Mollo-la-Preste, à la source de la vallée du Tech, au fin fond de la sous-viguerie de Vallespir. Cette zone de circulation routière importante où Prats exerce une nette fonction de capitale, s’explique par l’autonomie juridictionnelle du bayle de l’endroit et par le poids du gouvernement local, dans lequel le forestier exerce en plus de ses missions celle de crieur public, comme Pere de Castelló, qui, dans le dernier quart du xive siècle, par concession royale, obtient une charge qu’il peut léguer à son fils, Pere Castelló, selon la pragmatique du roi Martin en 1406174.

  • 175 ADPO 1B-122, fo 39.
  • 176 Ibid., 1B-156, fo 56bis.
  • 177 Ibid., 1B-149, feuille intercalaire.
  • 178 « ... les pacages des bergers étrangers que prend le Roi en Cerdagne » (ibid., 1B-111, fo 39v).
  • 179 A. M. Aragó et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 118.
  • 180 ADPO 1B-212, fo 153.
  • 181 .Ibid, 1B-212, fo 153.

42En revanche, la ferme des rentes mises aux enchères tous les deux ans à Perpignan se retrouve dans l’assignation des pasquers, avec pour charge de veiller à ce que seuls les fermiers les gèrent175. La désignation séparée pour la Cerdagne176 et pour le Confient177 s’accorde avec l’ascendant atteint par celui-ci, doté d’une activité qui inclut lo pasquer dels pastors estranys que pren lo senyor Rey en Cerdanya178, tout en étant une des principales contributions à la trésorerie royale de la circonscription179. Le volume des activités justifie aussi bien la simultanéité de divers officiers chargés des pacages à la fois – en général quatre180 – et qu’ils soient considérés comme un investissement par des personnages qui ne l’exerceront pas personnellement et qui dans certains cas ne résideront même pas dans la circonscription181.

  • 182 Ibid., 1B-153, fo 79v.
  • 183 Ibid., 1B-196, fo 28-v.
  • 184 Ibid., 1B-212, fo 153-v.
  • 185 Ibid, 1B-367, fo 98-99.

43L’importance des pâturages dans l’économie de montagne explique l’existence de nombreuses tensions, dans certains cas contre des localités qui allèguent leurs franchises quant au pasquer e penturatge (au droit de pacages et de pâturage) qu’on prétend leur faire payer182 ; dans d’autres, en raison de droits féodaux ou de concessions royales, comme l’exige le monastère de Cornilla contre les droits de pacages royaux dans la vallée de Conat, comme le reconnaîtra le juge du domaine royal en 1410183. À partir d’une lecture se référant clairement aux rentes, ce monastère assoit ses droits sur les pâturages du Confient, parallèlement à ceux des officiers chargés des pacages. C’est pour cette raison qu’ils plaident ensemble, en 1418, contre le viguier et un rentier de Ribes, pour les droits des pâturages de Coma de Vaca184. Les manquements aux bans, incluant le séquestre de bétail, facilitent des tensions entre les agents juridictionnels royaux, comme cela se répète avec le viguier du Confient, obligeant aussi à intervenir le juge de patrimoine, comme en 1424185.

  • 186 A. M. Aragó et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 118.
  • 187 ADPO 1B-350, fo 59.
  • 188 Ibid., 1B-234, fo 12.
  • 189 Ibid., 1B-234, fo 78-94v.
  • 190 M. Gonzalez, « Minas de plata en el Alto Aragón », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, V (...)
  • 191 « Que tout le monde, étranger et favori de n’importe quel royaume ou terre ou classe que ce soit, p (...)

44Cependant le principal revenu de la couronne dans le Confient porte sur les mines de fer, surtout celles de Saorra186. En général, la couronne encourage l’extraction, la commercialisation et même la recherche de nouveaux gisements de fer187 ou de n’importe quel autre minerai, mais surtout d’or et d’argent188. Le xive siècle et plus encore le xve sont pleins de chercheurs dans de nombreux endroits de montagnes comme les Pyrénées, dotés des permis royaux189. Cela concorde avec une ancienne tradition d’exploitation de mines d’argent dans les Pyrénées non seulement catalanes, mais aussi aragonaises, puisque celle de Benasque est attestée dès le xiie siècle au profit du roi190. Cette situation trouve un écho retentissant lors de la découverte de mines d’argent au milieu du xive siècle dans d’autres montagnes, celles de Prades, que le monarque avait offert comme comté à la branche cadette de la dynastie : on ne cessera d’encourager que tot hom, estrany e privat de qualque regnes o terres o estament sia, puxaprendre e çercar menes d’argent e de tot altre metall191.

  • 192 ADPO 1B-234, fo 93-94v ; 240, fo 166v.
  • 193 Ibid., 1B-234, fo 114.
  • 194 Ibid., 1B-234, fo 138-v.
  • 195 Ibid., 1B-357, fo 41.

45Le monarque désigne des délégués spéciaux pour les mines en fonctionnement192, comme en 1428 lorsqu’une compagnie de trois investisseurs perpignanais a trouvé au Baridà du cuivre, de l’azur, du khôl, du boliarmin et du plomb193. Si cela est nécessaire, il désigne aussi un garde spécifique pour les mines que l’on cherche, comme la combinaison, à la fin du premier quart du xve siècle, qu’Arnau Perer et Joan Camplà font au Vallespir, le premier désigné par le souverain aux mines d’Arles et le second comme garde royal de la prospection des nouvelles mines dans la sous-viguerie194. Cela ne concerne pas seulement l’extraction. La transformation apporte également des bénéfices au monarque, comme certaines forges de fer de possession royale dans la vallée de Ribes195.

  • 196 « Que le seigneur Roi prenne du minerai que l’on extrait de la terre et seigneurie du seigneur Roi (...)
  • 197 Ibid., 1B-l 11, fo 40v.
  • 198 Ibid., 1B-267, 81 ; 262, fo 138v.
  • 199 Ibid., 1B-254, fo 78v.
  • 200 Ibid., 1B-122, fo 39-40.
  • 201 Ibid., 1 B-l22, fo 30-44.

46Surtout, cependant, l’importante renda de la treyta de la mena de ferro (rente de l’extraction du minerai de fer) mise aux enchères selon des conditions déjà vues provient de la ponction fiscale qui grève l’exportation de fer. C’est donc ce que el senyor Rey pren de la mena que hom trau de la terra e senyoria del senyor Rey e portar en altres parts, ço és, XII diners cascuna somada196. Les bailleurs sont des gens qui spéculent et qui investissent dans les mines de fer : parmi eux on trouve aussi bien des damoiseaux197 que des bourgeois de Perpignan198, toujours plus nombreux, auxquels il faut ajouter, surtout au xve siècle, des investisseurs barcelonais199. Ainsi, établie à douze deniers la charge et conçue pour taxer surtout le passage vers la France200, cette taxe apparaît comme le principal revenu du Confient. En 1370, la trésorerie royale encaisse 30 livres pour le passage de fer du Confient vers la France, chiffre supérieur aux 26 provenant de la leude de Villefranche-de-Conflent ou aux 13 livres et 10 sous de la forêt de Carança201.

  • 202 Ibid., 1B-254, fo 140.
  • 203 Ibid., 1B-121, fo 16.
  • 204 Ibid., 1B-121, fo 31.
  • 205 « Les cols ou les passages des dits comtés » (ibid., 1B-350, fo 97v).
  • 206 « L’office du maître des cols et des passages et des produits interdits des dits comtés » (ibid., 1 (...)
  • 207 « Garde et gardien de tous les passages et de tous les produits interdits qui sortiront de toute la (...)
  • 208 « Droit de maître des cols » (ibid., 1B-347, fo 34).
  • 209 « Que le dit maître des cols à partir d’aujourd’hui ne donne ni puisse donner aucune licence d’expo (...)
  • 210 Ibid., 1B-121, fo 80.
  • 211 Ibid., 1B-121, fo 24.
  • 212 Ibid., 1B-121, fo 78.
  • 213 ACA, Cancelleria, reg. 2217, fo 11, juste après une provision de Jean Ier (ibid., reg. 2217, fo 12v (...)
  • 214 Ibid., reg. 2219, fo 74v.

47Cette fiscalité n’affecte pas seulement les minerais202. En réalité, tout un ensemble de produits sont taxés, dont le nombre varie selon les circonstances politiques et économiques203, et qui portent sur les métaux, les armes, les chevaux et autres animaux d’attelage et de combat – cavayls, rossins d’armes –, mais aussi le grain, la poix, le goudron, le suif, l’étoupe et, plus occasionnellement, les produits alimentaires comme le poisson ou la viande204. Déclarés vedats de treure (interdits à l’exportation), ces produits peuvent seulement être exportés grâce à une licence du procurateur royal. Le volume d’activités et le fait de devoir contrôler les divers passages frontaliers, la plupart en montagne, justifient leur situation au niveau de los ports o passos dels dits comtats205 sous la coordination de l’offici del mahestrat dels ports e dels passes e de les coses vedades dels dits comtats206, c’est-à-dire, le guarda e guardià de tots los passes e de totes les coses vedades que ixiran de tota la terra e senyoria del dit senyor Rey aytant quant duran los comtats damunt dits207. Le titulaire de la charge reçoit, comme dret de mestrat de port208, un cinquième des amendes imposées ou des saisies, laissant le reste au procurateur royal. Les désaccords avec les procurateurs se multiplient, surtout parce que le maître des cols ne veut pas rester dans une fonction purement exécutoire. Jean Ier devra imposer, en 1395, que seul le procurateur royal puisse attribuer des licences d’exportation, en ordonnant en même temps que el dit Maestre dels Ports d’aquí avant no do ne puxa donar licències algunes de traure de nostra senyoria209. En fait, le monarque a toujours maintenu la communication sur les produits interdits d’exportation avec les procurateurs qui transmettaient l’information aux maîtres de cols ou directement aux personnes chargées de surveiller les passages, très souvent grâce à des lieutenants de la procuration présents dans chaque viguerie210. C’est pour cette raison que la charge de maître de cols est intégrée à celle du procurateur royal en 1361211 : le bourgeois perpignannais, Armengou Martí, se présente comme procurador reyal e maestre dels ports en los comtats de Rosselló et de Cerdagne au cours la même décennie212. Le roi, cependant, récupère la charge, réorientée comme coordinateur des biens royaux de la même zone de montagne, c’est-à-dire des passages de chemins, forêts et pâturages, combinaison en grande partie conçue pour profiter à des personnages comme Arnau Marquès de Banyoles, qui en 1384 reçoit de officio magistratus seu custodie portuum rerum prohibitorum necnon et piscariarum, pastorum et nemorum sive forest prohibitorum intus Comitatus Rossilionis et Ceritane, charge confirmée par le roi Martin en 1397213. Les tensions persistantes entre le maître de cols et le procurateur royal conduisent, cependant, à la fusion définitive des deux charges sous le règne de Martin en 1403214.

  • 215 ADPO 1B-133, fo 48.
  • 216 « Les cols ou passages desdits comtés » (ibid., 1B-350, fo 36v).
  • 217 « Personnes aptes et suffisantes pour les garder » (ibid., 1B-121, fo 24, 26, 27, entre autres).
  • 218 « Gardes des cols et des produits interdits » (ibid., 1B-347, fo 34).
  • 219 « Le tiers de tous ces produits interdits exportés de la terre du seigneur roi seront confisqués » (...)
  • 220 « Constituer et placer des gardes sur tous les passages, chemins et lieux frontaliers du Royaume de (...)
  • 221 « Par les villes, bourgs et lieux qui sont limitrophes du royaume de France et du comté de Foix » ((...)
  • 222 « Forestier des lieux de la Cerdagne et du Capcir » (ibid., 1B-121, fo 26r).
  • 223 Ibid., 1 B-121, fo 28v ; 78.
  • 224 « Garde des cols d’Estagel et de toute la commune » (ibid., 1 B-161, fo 28 ; 1B-121, fo 78v-79).
  • 225 .Ibid., 1B-121, fo 24.
  • 226 « Garde des produits interdits sur le passage de Millars et sur les territoires communaux de Millar (...)
  • 227 Ibid., 1B-121, fo 29.
  • 228 Ibid., 1B-121, fo 31.
  • 229 « Pour tout Perpignan et pour tout le Roussillon » (ibid., 1B-121, fo 76-79).
  • 230 ADPO 1B-121, fo 78.

48La circulation régulière des produits implique le contrôle des chemins qui traversent la montagne215. Il faut donc ordonner que les ports o passos dels dits comtats216 soient placées sous l’autorité de persones aptes e sufficients per guardar aquels217, tâches qu’accomplissent les guardes dels ports i de les coses vedades : ils ont pour mission de contrôler que les produits soumis à la taxation puissent justifier d’une autorisation218, et de confisquer ceux qui ne l’ont pas obtenue, rendant ainsi la charge de garde des cols particulièrement attrayante, car le salaire consistait en un tiers des produits confisqués : le terssa part de totes aquelles coses vedades eixins de la terra del senyor rey que seran conficades219. Au début des années 1360, le procurateur royal Joan Vola exprime une claire préoccupation pour constituir e metre guardes per tots los passes, camins e lochs frontalers del Regne de França220 ; il est particulièrement attentif au mouvement des produits per les ciutats, viles e lochs confrontats ab lo regne de França e ab lo comtat de Foix221. La tâche des agents de montagne peut ainsi être multiple, comme en 1392 où les passages du Capcir sont placés sous la responsabilité de Ramon Condors, déjà foraster dels lochs de Cerdanya e de Capcir222. Le bayle local, comme celui de Vingrau, Jaume Leitus, voit son activité complétée, en 1369, par la garde des passages de ce lieu223. De la même manière, durant la même décennie en Roussillon, aux gardes des cols d’Estagel – garda dels ports d’Estagell et de tots sos termes224 – de Tautavel225 et de Millars – garda de les coses vedades en lo pas de Milars e en los termes de Millars226 – s’ajoutent ceux de la plaine de Salses-le-Château227 et de Perpignan228, avec deux titulaires, qui gardent les divers passages de la circonscription per tot Perpenyà e per tot Rosseylló229 en raison du volume d’activités230.

  • 231 « Des pièces de monnaies en or et en argent de quelqu’aloi que se soit, ne soient pas de sa terre o (...)
  • 232 « Lieutenant du Maître des Ports des comtés » (ibid., 1B-121, fo 96).
  • 233 Ibid., 1B-121, fo 26.
  • 234 « Garde des passages du Confient » (ibid., 1B-161, fo 26v-27)
  • 235 « La garde des cols de la Cerdagne » (ibid., 1B-121, fo 24v).
  • 236 Ibid., 1B-161, fo 26v-27.
  • 237 Ibid., 1B-142, fo 56 ; 121, fo 24v.
  • 238 AHCP Llibre de Provisions Reials, fo 26v-27 ; 450v-41v, 48-v, 50-v, 71 ; Llibre de Saltèguel, fo 25 (...)
  • 239 ADPO 1B-142, fo 56v.

49L’exercice de leur charge est encouragé par des préoccupations spécifiques, comme en 1369 lorsque le monarque insiste sur le contrôle de la sortie de monedes de or ni de argent de qualque ley sien no siguen de la terra o senyoria sua exceptats florins d’Aragon dels que.s baten vuy ni negun altre metayll231, préoccupation qui justifie l’existence d’un llochtinent del Mestre dels Ports dels comtats dans le port de Collioure232. Dans les circonscriptions de l’intérieur, un officier spécifique est en charge pour chaque circonscription : le Capcir233, le Confient – garda dels passos de Conflent234 – et la Cerdagne – guarda dels ports de Cerdanya235. L’ingérence du gouvernement municipal de la capitale de la circonscription est considérable. En général, ce responsable est originaire de la même ville236. En Cerdagne237, le gouvernement local décrète un contrôle sur certains produits vedats de treure (interdits d’exportation), surtout pour régulariser les importations et les exportations de blé, afin d’en garantir l’approvisionnement et le prix238. De cette manière la capitale souligne sa prééminence sur la région et l’officier est précisément connu comme le mestre dels ports de Puigcerdà239.

  • 240 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 308-309.
  • 241 ACA, Cancelleria, reg. 1912, fo 150v.

50À l’extrémité occidentale des Pyrénées catalanes, le monarque maintient sa propre juridiction sur le val d’Aran, uni au début au royaume d’Aragon jusqu’à ce que, au xive siècle, il renforce les liens avec la Catalogne grâce surtout à ses relations avec le Pallars240. L’entrée dans la vallée n’était pas grevée par le contrôle permanent des cols depuis la Catalogne ; cependant, en 1387, Jean Ier décide d’appliquer le même système de mestres de ports pour contrôler les importations par les passages de Senet et de Pallars et régulariser les exportations de produits interdits241.

  • 242 ADPO 1B-163, fo 7v-8, 46, 62.
  • 243 P. Català, « Decadència i moment actual dels castells », dans Els castells catalans, Barcelone, 199 (...)
  • 244 R. D’Abadal, Dels visigots als catalans, Barcelone, 1986, p. 335-337.
  • 245 ADPO 1B-186, fo 1v-4.
  • 246 F. Sabaté, « La tenencia de castillos en la Cataluna medieval », dans Alcadíasy fortalezas en la Es (...)
  • 247 ADPO 1B-145, fo 28v.
  • 248 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 34.
  • 249 ADPO 1B-94, fo 44.
  • 250 Ibid., 1B-358, fo 68v.
  • 251 Ibid., 1B-145, fo 83v.
  • 252 Ibid., 1B-145, fo 28v.
  • 253 F. Sabaté, Vegueries..., op. cit.
  • 254 ADPO 1B-253, fo 115.

51Ces charges fiscales sur la circulation de produits donnent la mesure d’une montagne jouant un rôle de frontière. Les préoccupations militaires offrent la même image. L’articulation défensive se tisse autour d’un réseau de châteaux, un châtelain s’occupant de la garde de chacun d’entre eux242. Le statut ad consuetudinem Ispanie, propre de beaucoup des châteaux selon Pierre le Cérémonieux, les réintègre militairement du royaume de Majorque à celui d’Aragon, en 1344243, et bénéficie le pouvoir du souverain244, qui conserve ainsi le contrôle de ces châteaux frontaliers ; ces châtelains ne recevaient pas le château selon le système féodal, mais de façon temporaire, comme salariés245 et étaient susceptibles d’être remplacés par le monarque246. Ce dernier insiste sur le fait que ceux-ci doivent maintenir en bon état la forteresse qui leur a été confiée247, qu’ils y résident248 et qu’ils réparent les dégâts249. L’importance de l’entretien des châteaux se reflète dans la priorité de la mention du châtelain dans ces officiers qui ont, en même temps, d’autres offices supérieurs, comme ceux du bayle et du sous-viguier, comme le castellanus de Podiobaladosio250, châtelain de Puyvalador qui préside le Capcir251 ou chez celui de Bellver dans la Baridà252. Néanmoins, les besoins d’argent de la Couronne mènent à d’importantes inféodations à la fin du xive siècle, comme celles des agents de Puyvalador et de Bellver253. D’une et d’autre façon, il y a d’importants manquements à l’entretien des châteaux254.

  • 255 Ibid., 1B-219, fo 107v.
  • 256 ACA, Cancelleria, reg. 2006, fo 5.
  • 257 F. Sabaté, L’augment de l’exigència..., op. cit., p. 431-432.
  • 258 J. R. Julia, « Defensa y avituallamiento de los castillos del Rosellón y la Cerdana en la segunda m (...)
  • 259 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 18v.
  • 260 « Soient reconnues, construites, ordonnées et fournies toutes les forces des dits comtés » (ADPO 1B (...)
  • 261 « Réparer et arranger » (ibid., 1B-121, fo 16v).
  • 262 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 104-v ; ADPO 1B-121, fo 35.
  • 263 « Envoyez des espions dans les régions qui vous sembleront » (ibid., 1B-121, fo 16v).
  • 264 Ibid., 1B-257, fo 123.
  • 265 À. Casais, « Estructura defensiva de Catalunya a la primera meitat del segle xvi : els comtats de R (...)

52De manière encore plus frappante qu’à d’autres endroits du pays, les opera castri font l’objet de permanentes discussions, surtout à cause de l’augmentation des coûts de réparation255, les fonds de procuration royale venant compléter occasionnellement, par décision du souverain, le financement des châtelains256. En fait, la crainte des nombreuses incursions, surtout dans la seconde moitié du xive siècle257, se traduit par la volonté de maintenir en bon état les forteresses258, en intervenant sur des châteaux particuliers259 ou en poussant des commissions de révision à ce que sien regonegudes, obrades endresades e fornides totes les forçes dels dits comtats260. Cette politique permet ainsi de détecter, reparar e adobar les dégâts261, de fournir la garnison en hommes, armes et vivres262 et en renseignements – trametats espies en aquelles parts que us paregua263 – et d’assurer la communication entre les forteresses, même si ce n’est qu’au moyen de la fumée264. La consolidation de la frontière dans les siècles suivants265, née d’une préoccupation défensive, donne à la montagne un caractère séparateur.

  • 266 C. Guilleré, « Les finances publiques en Roussillon-Catalogne au milieu du xive siècle : comptes de (...)
  • 267 1B-122, fo 46.
  • 268 « Leude du minerai de fer du Confient » (ibid., 1B-163, fo 38).
  • 269 Ibid., 1B-257, fo 38.
  • 270 Ibid., 1B-122, fo 3.
  • 271 Ibid., 1B-357, fo 190.
  • 272 Ibid., 1B-357, 190.
  • 273 Ibid., 1B-350, fo 110.
  • 274 M. Duran, « Les lleudes de l’Alt Urgell (s. xiii-xviii) », Urgellia, 5 (1982), p. 183-206.
  • 275 R. Conde, « La lleuda de la Seu d’Urgell (s. xv-xvi) », Urgellia, 4 (1981), p. 335-348.
  • 276 Respectivement : ADPO 1B-156, fo 24bis-cinquième ; 1B-257, fo 70 et ibid., 1B-357, fo 190.

53De toute façon, les montagnes pyrénéennes apparaissent comme des zones de passage. Cette situation explique que les leudes portant sur la circulation de produits soient la source la plus importante266 de revenus de la procuration royale des comtés de Roussillon et de Cerdagne267. Parfois, elles portent sur des produits spécifiques, comme la lleuda de la mena de ferro del Confient268, et dans d’autres cas, elles égrènent les différents produits qui transitent par Le Boulou269, Estagel270, la vallée de Ribes271, Villefranche-de-Conflent272 ou la Cerdagne273. De même, la région voisine d’Urgellet comprend celles de Castellbò, Taus, Organyà et Estamariu274, en plus de celle de la Seu d’Urgell275. La fonction des leudes est similaire à celles qui grèvent la circulation de produits dans les différentes zones du pays, par exemple, dans le même Roussillon l’importance des leudes de Perpignan et de Salses-le-Château276.

  • 277 F. Sabaté, « Corona d’Aragó », dans Història de España..., op. cit., p. 289-400.
  • 278 Cortes de Cataluña. Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluna, (...)
  • 279 Ibid., p. 143.
  • 280 J. L. Martí, « Pactismo político y consolidation señorial en Cataluña tras la conquista de Sicilia  (...)

54La montagne a donc favorisé une scène concrète qui a rendu propice une certaine adaptation des revenus et des institutions, mais le cadre juridictionnel est identique au reste du pays et les éléments coïncident. De manière correspondante, la royauté adapte aux circonstances concrètes le même modèle qui s’est stabilisé au xiiie siècle dans tout le pays, avec la délégation de la juridiction aux viguiers et celle des revenus aux bayles, ces derniers pouvant dans certaines zones assumer les fonctions des premiers pour répondre précisément aux localités qui exercent la fonction de capitale277. Ce modèle, cependant, ne peut pas se généraliser à l’ensemble de l’espace, dans la mesure où la Catalogne médiévale se caractérise par l’incapacité royale à établir un pouvoir capable de surmonter l’éclatement juridictionnel et fiscal. Les Corts de 1228278 et, surtout, ceux de 1283279, consolident un pays constituté d’espaces infranchissables sur le plan juridictionnel, parce que les officiers royaux n’ont pas compétence dans les domaines sous la juridiction baronniale, quand bien même celle-ci se maintiendrait par tradition280. La monarchie souffre, au xive siècle, de graves incapacités économiques jusqu’au point de devoir aliéner des droits par lettre de grâce. Parallèlement, les agents sont chargés de l’exercice juridictionnel et fiscal d’un pays institutionnellement fragmenté. La vision politique et sociale de la montagne, par conséquent, se greffera sur un cadre juridictionnel aussi éclaté.

Les montagnes dans un pays de juridiction fragmentée

  • 281 M. Zimmerman, « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans Histoire et (...)
  • 282 F. Sabaté, « El nacimiento de Catalunya. Mito y realidad », dans IX Congreso de Estudios Medievales (...)

55À la différence de pays comme la France, en Catalogne au bas Moyen Âge, le monarque, en cherchant à consolider son pouvoir, ne peut pas alléguer l’existence d’une unité préalable, qui a été morcelée par l’éclatement féodal : en effet, la Catalogne proprement dite s’est formée à partir d’une addition de comtés détachés de l’empire carolingien qui se sont progressivement rapprochés au cours d’un long processus séculaire et sans que le comte de Barcelone jouisse d’une capacité juridique préalable sur l’ensemble281. En outre, pour imposer sa prééminence socioéconomique et politique sur tout le pays au xiie siècle et afin d’affermir sa position sur les autres nobles catalans, le comte de Barcelone invoque sa condition de roi, titre dont il fait usage au bas Moyen Âge et que tout le monde respecte, bien qu’il s’agisse là d’un paradoxe formel, car en réalité, il est le roi d’un autre pays, l’Aragon282.

  • 283 Id., « La divisió territorial de Catalunya : les vegueries », dans Història, Política, Societat i C (...)
  • 284 Id., L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lérida, 1996, (...)
  • 285 Id., « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle xiv », Butl (...)
  • 286 Id., « Discurs i estratègies... », op. cit., p. 633.

56Dans ce cadre, l’affermissement du pouvoir royal à la charnière des xiie et xiiie siècles inclut le déploiement et la consolidation de certains offices de district sur l’ensemble du pays, les viguiers, qui deviennent ainsi l’image de la territorialisation du pouvoir royal. Le monarque, cependant, n’ose pas désigner d’officiers sur les territoires sous contrôle baronnial, à cause de l’absence de juridiction. La prudence est atteinte en 1301, lorsque Jacques II fixe, pour la première fois, un réseau de circonscriptions royales qui couvrent tout le territoire, avec toute l’intentionnalité, comme le lui ont conseillé les juristes romanistes283. Cette proclamation du pouvoir supérieur et souverain du monarque n’est pas contredite par la reconnaissance de la pleine autonomie et capacité juridictionnelle des nobles qui en jouissent, en commençant par les détenteurs de domaines comtaux et vicomtaux traditionnels et les juridictions particulières liées à l’expansion sur la frontière entre le xe et le xiie siècle284 et à la stabilisation seigneuriale des xiie et xiiie siècles285. L’augmentation de cette exclusion de la juridiction royale, à la suite des difficultés financières de la couronne au xive siècle, accroît spectaculairement les espaces hors de la juridiction royale, jusqu’à des extrêmes spectaculaires sous le règne de Jean Ier, quand, en 1392, seulement 13,43 % du territoire et 22,17 % de la population sont soumis à la juridiction du monarque286.

  • 287 Id., « Perpinyà capital... », op. cit., 179-180.

57Ces chiffres, avec la généralisation qu’ils impliquent, mettent en évidence la séparation qui existe entre domaine royal et domaine nobiliaire sur le plan juridictionnel, pour des raisons différentes de la simple opposition entre montagne et plaine. Toutefois, l’enracinement de certaines unités baronniales dans des zones montagneuses particulières facilite l’identification entre espace montagneux et juridiction baronniale étrangère, et parfois opposée à celle du roi. Dans cette évolution, les villes qui exercent la fonction de capitales urbaines jouent un rôle prépondérant, comme Villefranche et Puigcerdà dans le cadre des vigueries du Confient et de Cerdagne, mais plus encore Perpignan sur l’ensemble des comtés du Roussillon et de Cerdagne. La fonction qu’exerce Perpignan se projette sur un environnement baronnial fortement morcelé, ce qui facilite les manœuvres du gouvernement consulaire de la ville comme appui à la juridiction royale. On comprend mieux dans ces conditions que le respect de la juridiction royale dans les vallées des Pyrénées orientales soit supérieur à celui du reste du pays à la même époque287.

58En revanche, dans d’autres zones, la condition baronniale de la capitale de la région contribue à souligner l’absence de la présence royale et, dans des zones de montagne, à identifier la juridiction baronniale avec les unités montagneuses physiquement homogènes. Des villes et des bourgs comme la Seu d’Urgell, Hostalric, Falset, Sort, Castellbò Cardona ou Solsona, par leur statut de capitale, s’imposent aux autres centres moyens et excluent le monarque de ces zones de montagnes. Il y a donc de grands domaines baronniaux, complètement étrangers aux revenus et à la juridiction royaux qui s’identifient avec des unités physiques et humaines montagneuses : la vicomté de Cabrera, le comté des Montagnes de Prades, la vicomté de Castellbò, le comté de Pallars Sobirà, les seigneuries de Pinós et de Mataplana, les domaines épiscopaux de la Seu d’Urgell et, partiellement, les terres des Cardona. Il s’agit de vastes espaces montagneux, situés en dehors de la juridiction royale où le roi n’a jamais mis les pieds et où aucun de ses officiers n’exerce le moindre pouvoir. La montagne est ainsi un grand domaine nobiliaire.

  • 288 P. Bertran, « El “Liber feudorum viccarie Pallariensis” », Ilerda, XXXVIII (1977), p. 79.
  • 289 F. Sabaté, Vegueries..., op. cit.

59Cette perception est largement vécue au Moyen Âge, et non pas seulement dans les grands domaines nobiliaires. Les différentes baronnies identifiées avec des espaces physiques moindres repoduisent une capacité juridictionnelle identique. Ainsi, le Pallars Jussà, intégré à la juridiction royale depuis 1192, totalise au xive siècle seulement 4,14 % des feux royaux288 et, en revanche, il acceuille d’importantes unités baronniales identifiées avec des vallées concrètes : Erill, Orcau, Abella et Bellera289. Précisément, ces domaines juridictionnels cohérents contribuent puissamment à la perception de la montagne comme zone étrangère à la juridiction royale.

  • 290 Id., El poder en la Cataluña bajo medieval, Lleida, à paraître.
  • 291 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1491, fo 21-v.
  • 292 ACA, Cancelleria, « Papeles por incorporar », 1379, non folioté.
  • 293 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 228.

60La situation implique une totale absence de collaboration juridictionnelle, c’est-à-dire que les personnes poursuivies par la justice royale ne peuvent pas être punies sur les terres baronniales et vice versa290, ce qui crée une situation forcément conflictuelle291. En outre, l’absence de la présence royale est très large et va au-delà de l’incapacité d’une quelconque collaboration juridictionnelle. La tradition et la force des barons leur permettent de jouir d’une totale indépendance et de passer outre aux constitutions qui, du fait de leur approbation devant les Corts, doivent être, en théorie, obligatoirement observées par tous, tout comme ils peuvent s’opposer aux regalia292 et utiliser abusivement des formes de protection personnelle293.

  • 294 Id., « Corona d’Aragó », op. cit., p. 437-448.
  • 295 ACA, Cancelleria, Varia, reg. 260, non folioté.
  • 296 Ibid., reg. 264, non folioté.
  • 297 Ibid.
  • 298 A. Pladevall, « La vall d’Osor dels anys 1316 al 1318 », Ausa, IV (1961-1963), p. 259.
  • 299 AHCG, XV.4, liasse 1, livre 4, non folioté.
  • 300 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 234-246.

61Le manque de collaboration ne mène pas, cependant, à des formes d’arbitraire dans les seigneuries de montagne, comme l’historiographie l’a souvent décrit en s’appuyant sur la documentation de la chancellerie royale. En réalité, l’homogénéité et la proximité de formes et de pratiques juridiques et de gouvernement s’imposent avec naturel dans une société où les notaires et les juristes, formés au droit romain, occupent progressivement tous les recoins de l’administration et de la gestion, qu’elle soit municipale, royale ou baronniale294. Les contenus formels d’un côté et de l’autre sont assez similaires. La grande différence se situe dans la pleine capacité juridictionnelle des nobles et dans l’absolue liberté de disposer de systèmes propres pour l’exercice juridictionnel et le recouvrement de l’impôt. Ainsi chaque unité baronniale applique son propre aménagement territorial. De manière significative, dans beaucoup d’entre elles l’officier supérieur délégué du seigneur est un procureur centré sur des unités géographiques bien claires, comme l’honneur de Mataplana295, la vallée de Lillet296, et la vallée de Toses et de Rigard297, la vallée d’Osor298 ou la vallée d’Hostoles299. L’ensemble peut se subdiviser en unités, châteaux et baylies, comme c’est le cas dans la vicomté de Cabrera, ou bien peut s’organiser en quartiers sous la direction d’un bayle, laissant la totalité de la juridiction au viguier, comme cela s’applique à Castellbò300.

  • 301 Id., Elpoder reial..., op. cit., p. 329-342.
  • 302 AHCO, parchemin A-222.
  • 303 « Douce seigneurie » (ACA, Cancelleria, reg. 1560, fo 42v, 58v, 66v, 91, 109).
  • 304 ACA Cancelleria, reg. 1913, fo 78.

62Le fait que les différents officiers ne collaborent jamais avec ceux des autres juridictions et, par conséquent, avec les officiers royaux301, contribue, comme nous l’avons vu, à créer un espace d’impunité en montagne, par l’accueil de ceux qui ont commis un délit dans une autre juridiction. Le monarque intègre cette image dans son discours sur les fondements de son propre pouvoir. De la même manière qu’il oppose la prétendue dureté baronniale à la sienne, suave302 et « dolça senyoria »303, il met en contraste la montagne nobiliaire, violente et criminelle, à la montagne royale, pacifique et ordonnée. Les Pyrénées catalanes occidentales, qui, à l’exception de la vallée royale d’Aran, sont constituées d’une fragmentation de juridictions qui couvre l’Urgellet, les comtés de Pallars et Ribagorça, sont considérées par les monarques comme une montagne qui offre refuge aux voleurs et aux assassins, par opposition aux Pyrénéens orientales, identifiées aux comtés de Cerdagne et du Roussillon, sous juridiction royale. C’est un discours en grande partie intéréssé, parce que la stabilité des circonscriptions royales n’est pas due au monarque mais aux gouvernements municipaux et à l’orographie des vallées, situation bien différente du panorama éclaté qui existe dans l’espace compris entre le Pont de Bar, le Pont d’Oliana, le Montsec, le Cinca, le col de Gistau et les Vallées d’Andorre. De manière fort significative, Jean Ier en 1388 désigne Joan de Bellera comme son capitaine général pour intervenir à l’intérieur de ces limites avec les pleins pouvoirs afin de préserver ses droits, défendre ses sujets, imposer l’ordre et la stabilité et récupérer la justice perdue304.

  • 305 Ch. Baudon de Mony, Relations politiques..., op. cit., p. 281.
  • 306 F. Soldevila, Histbria de Catalunya, I, Barcelone, 1963, p. 135.
  • 307 « Que c’est lui qui est le seigneur dans les montagnes et non pas le roi » (ACA, Cancellerie, Procé (...)

63Dans la pratique cette mesure ne changera rien. L’impossibilité d’imposer sa juridiction est le fondement de la tradition et du droit des territoires habitués à une longue et complète absence royale, ce qui facilite les propres discours d’autonomie politique et de cohésion territoriale. Très clairement, déjà en 1302, le vicomte de Castellbò proclame sa pleine capacité à l’encontre du monarque en alléguant que dans sa vicomté les prédécesseurs du souverain n’ont jamais joui de juridiction305. Le comte de Pallars pouvait le faire avec davantage de force encore, en invoquant la continuité depuis l’époque carolingienne au-delà des collaborations qu’il a pu entretenir avec le comte de Barcelone306. Le domaine de Pallars, précisément, s’identifie à tel point à la haute montagne, que son titulaire en lutte en 1483 contre le roi pour réaffirmer son autonomie es senyor en Les montanyes, que no el senyor rey307.

  • 308 J.-M. Bringué, « Redelme, qüèstia i llibertats camperoles al comtat de Pallars (segles xiv-xv) », C (...)
  • 309 Id., « La qüestió de la fi del comtat de Pallars, cimal de la crise baix-medieval », Collegats, 4 ( (...)
  • 310 F. Sabaté, L’augment de l’exigència fiscal..., op. cit., p. 464-465.
  • 311 J.-M. Bringue, Del Pallars als Cardona. Guerra i canvi a la societat del Pallars, segles xv-xvi : « (...)
  • 312 F. Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català », dans V congrés Internacional d (...)

64De toute manière, la forte division interne de ce comté met en exergue non pas l’identification de la grande montagne avec l’institution comtale, mais la cohésion atteinte par chaque petite unité territoriale avec son seigneur correspondant308, ce qui s’ajoute aux graves difficultés économiques des comtes et à l’augmentation corollaire de la pression des percepteurs309. Ces éléments fonctionnent intérieurement de manière indépendante, facilitant ainsi l’intégration des unités montagneuses à l’ensemble de la Catalogne. Il n’est donc pas étonnant qu’avant de clore le xive siècle, des organismes comme la baronnie de Pinós et de Mataplana ou le vicomté de Castellbò respectent les signes de supériorité du souverain, comme certain droits régaliens310, ou qu’avant la fin du xve siècle les armes réduisent à néant l’indépendance du comte de Pallars311. Les identifications avec la montagne n’ont donc pas empêché le cheminement vers une cohésion supérieure. En même temps, la relative unité dans laquelle la Catalogne sort du Moyen âge ne manque pas d’être freinée par la forte fragmentation juridictionnelle, ce qui n’a, cependant, rien à voir avec le caractère particulier de la montagne mais plutôt avec l’évolution du pouvoir312.

65Cette évolution générale est compatible avec la préservation, dans les vallées de la haute montagne, de leur propre tradition, à travers des institutions et des expressions particulières. C’est pour cette raison par conséquent qu’il faut pénétrer dans les montagnes les plus profondes pour les percevoir comme des dépôts de la tradition.

Les montagnes les plus profondes, lieu de tradition

66La progressive cohésion de la Catalogne n’empêche pas la préservation de particularités institutionnelles dans les montagnes physiquement et humainement les plus profondes, comme les vallées de haute montagne des Pyrénées catalanes occidentales. Il s’agit, certainement, d’un reflet de la distance et des mauvaises communications avec les centres de pouvoir, mais surtout de l’affermissement d’une cohésion sociale dans un cadre physique particulier.

  • 313 F. Sabaté, El territori…, op. cit., p. 23-25.
  • 314 « Caractère endogamique de beaucoup de vallées pyrénéennes » : M. Riu, « Hipòtesi entorn dels oríge (...)
  • 315 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, II, Toulouse, 1976, p. 648-649.

67En fait, nous avons déjà vu comment l’unité de chaque vallée montagneuse est non seulement à l’origine des comtés carolingiens, mais plus encore en est le critère identitaire jusqu’au xe siècle313. L’historiographie n’a pas cessé d’insister sur la persistance des solidarités entre vallées. Le caràcter endogam de moites valls pirenenques a été perçu comme l’origine aussi bien du cheminement vers le féodalisme314, que de la résistance à l’imposition seigneuriale315.

  • 316 ADM, sección Pallars, liasse 31, doc. 612 (document édité par L. Martinez, « Convinença que els hom (...)
  • 317 J. Bolòs, « Formes dels pobles i societat al Palars Sobirà a l’Edat Mitjana », Solidaritats pageses(...)
  • 318 J. I. Padilla, « El context històric i institucional », L’esperit d’Àneu. Llibre dels costums i ord (...)
  • 319 J. Oliver, « Jutjar i castigar a la vall d’Àneu a l’edat mitjana », L’esperit d’Àneu..., op. cit., (...)
  • 320 F. Valls Taberner, Privilegis i ordinacions de les Valls Pirenenques II. Vall d’Àneu, Vallferrera i (...)

68La cohésion interne de chaque vallée se perçoit dans les accords conjoints établis entre les seigneurs au xie siècle316 ; elle se maintient dans l’articulation sociale et dans l’exploitation communale des ressources naturelles317 ; elle est visible dans la particulière capacité d’ordonnancement interne318 et de la basse justice319 et se reflète dans les privilèges spécifiquement concédés à chaque vallée, qui ne cessent d’être confirmés et de se consolider tout au long du bas Moyen Âge320.

  • 321 Nous devons parler de juxtaposition, de coparticipation ou de subordination des communautés à la se (...)
  • 322 J. Bonales, Les muntanyes en venda. La desamortització de terres comunals a la conca de Tremp, 1885 (...)

69La particulière identité montagneuse autour de la vallée prolonge un système communal qui s’adapte au féodalisme – hem de parlar de juxtaposició, coparticipació o subordinació de les comunitats a la senyoria, sigui reial, nobiliària o eclesiàstica – et qui se prolonge au cours des siècles dans un système communal ; ce dernier, malgré l’historiographie, favorise les maisons les plus puissantes321, et arrive à survivre à travers les circonstances jusqu’au xixe siècle322.

  • 323 B. Marques, « Ordinacions... », op. cit., p. 359.
  • 324 J.-M. Bringué, « Comunitats i béns comunals... », op. cit., p. 123, 125-126.

70Les différentes vallées du haut Pallars, au nord de Rialb, maintiennent des communautés, tout au long du Moyen Âge, avec des représentants qui interviennent avec certaines capacités comme le bon conseyll jurat de la terra323. La représentation des membres de chaque vallée survit au Moyen Âge dans beaucoup d’entre elles, bien qu’avec des nom différents – Vista General de la Vall (Vue générale de la Vallée), Bon conseil (Bon conseil), conseil dels Vint-i-quatre (conseil des Vingt-Quatre), Cort de la Vall (Cour de la Vallée) –, avec une vigueur qui dépasse non seulement les siècles postérieurs mais en plus tend à se développer en termes de pouvoir collectif avec le seigneur correspondant324.

  • 325 E. Moliné, « Organitzacions eclesiàstiques autònomes al Pirineu durant l’antic règim : les Valls d’ (...)
  • 326 Id., « Organitzacions... (continuació) », Urgellia, VI (1983), p. 439-440.
  • 327 Ibid., Urgellia, V (1982), p. 301.
  • 328 Id., « Les relacions de les visites « ad limina apostolorum » dels bisbes d’Urgell 1597-1821 (conti (...)
  • 329 Id., « Organitzacions... (continuaciô) », Urgellia, VI (1983), p. 426-427.

71L’autonomie locale se traduit par la fermeture vers l’extérieur, dans la mesure où le juge ou le notaire sont souvent originaires de la même vallée. Ce renfermement s’exerce aussi, avec plus de transcendance, en matière ecclésiastique. On peut observer de manière significative, dans la vallée d’Àneu tout au long des siècles du bas Moyen Âge, aussi bien le rôle électif et corporatif du clergé que l’intervention active des laïcs dans l’organisation ecclésiale, situation qui ne manquera pas d’entraîner des tensions avec l’évêché au xive siècle325. Le puissant rôle communautaire des laïcs et des clercs trouve un écho dans les groupements singuliers comme celui du Bon Conseil de la Vall (Bon Conseil de la Vallée) et celui des Braços de la Cort (Bras de la Cour)326 et dans la capacité élective supérieure à celle existant dans d’autres contrées, qui porte atteinte à la distribution originale des bénéfices ecclésiastiques327. Ceux-ci sont nombreux – on en compte plus d’une centaine dans les vingt-deux paroisses de la vallée d’Àneu à l’époque moderne – et ils sont connus comme conrectors dâns les vallées d’Àneu et de Box ou porcioners (portionnaires) dans la vallée d’Aran : leur concession vient de l’évêque, avec présentation préalable des autorités de la vallée. La participation des notables locaux justifie qu’ils connaissent les candidats et admettent uniquement les fils de la vallée328, qui peuvent même être mineurs, les ordres sacrés leur étant conférés lorsqu’ils atteignent l’âge requis. L’endogamie s’explique par l’insuffisance des revenus du bénéfice qu’il faut compléter avec son propre patrimoine329.

  • 330 « Une personnalité collective plus forte » (ibid., « Organitzacions... », Urgellia, VI (1983), p. 4 (...)

72Ce traitement des institutions ecclésiastiques est une particularité régionale plus que diocésaine, parce qu’il affecte deux évêchés situés de part et d’autre des deux versants des Pyrénées, Urgel et Comminges. Il est aussi une singularité de certaines vallées comme celles d’Aran, de Bof et d’Àneu. Les vallées voisines de Cardós et de Vallfarrera n’affermissent ni ne prolongent longtemps ces particularités. Ces différences entre des vallées proches et soumises à des circonstances socio-économiques et physiques similaires confirment que ce trait singulier de la montagne est moins le fruit de la distance et des mauvaises communications, que de la capacité du maintien de la cohésion interne, qui a bien été perçu par l’historiographie, lorsqu’elle insiste sur una personalitat collectiva més forta330, qui s’exprimerait dans les institutions politiques et religieuses. Ces particularités, par conséquent, ne seraient pas un handicap prolongé depuis le Moyen Âge mais tout au contraire, le reflet de la vive cohésion interne de la vallée ; ainsi, à l’époque moderne, ces expressions collectives se raffermissent encore plus dans beaucoup de cas, aussi bien dans les domaines civils qu’ecclésiastiques, comme dans les vallées d’Aran ou d’Àneu.

73En fait, la montagne n’a jamais été isolée. Les vallées les plus connues pour leurs singularités juridictionnelles, comme celles déjà citées de Bof, d’Àneu ou d’Aran, maintiennent des liens constants avec d’autres espaces proches et sont l’objet d’une constante traversée de marchands et d’éleveurs, grâce aux cols. Ces particularités ne sont pas liées à l’isolement mais à la capacité de préserver les propres domaines de cohésion. Vues de loin, les facteurs de continuité et certains éléments, ou prétendus éléments, préservateurs de la mémoire identificatrice, restent forts.

Continuités et lieux communs

74La montagne médiévale, dans sa perception et dans les formules de pouvoir, a imprimé une empreinte séculaire qui est pratiquement arrivée jusqu’à nos jours, spécialement comme critère idéologique.

  • 331 F. Flos y Calçat, Geografia de Catalunya, Barcelone, 1896, p. 34 ; E. Sunyol, « Lo terrer de Catalu (...)
  • 332 F. Flos y Calçat, Nomenclatura geográfica de Catalunya seguida de la Geografia Universal, Barcelone (...)

75En premier lieu, la perception d’une Catalogne formée en grande partie par une addition de régions identifiées par la Montagne s’est prolongée jusqu’aux siècles contemporains. À la charnière des xixe-xxe siècles, les différentes propositions à la recherche d’une régionalisation de la Catalogne ont pris en compte différentes zones liées à la montagne : Montagnes de Prades, Montagnes de Camprodon, la Haute Montagne ou simplement la Montagne appliquée à différentes zones, comme celles de l’ancien comté de Besalú ou celui du Berguedà..., ce, en concordance très directe avec la perception et l’expérience médiévale331 et le maintien de la vision que, malgré l’importance du littoral, la Catalogne reste un pays montagneux : en plus des Pyrénées, elle compte plus de quarante chaînes de montagnes332.

  • 333 « À la montagne s’est créé le nerf de la mentalité catalane ; n’oublions pas que jusqu’au xiiie siè (...)
  • 334 « El 500 aniversari de la mort d’Hug Roger III promociona el Pallars », Segre, dimecres 11 de juny (...)

76L’existence d’un apport spécifique à l’identité catalane, à partir de la forte expérience de la Montagne, a été assumée par les historiens qui, aux xixe et xxe siècles, ont essayé de détecter la soi-disant âme du pays. Dans cette optique, Jaume Vicens Vives a prétendu expliquer le comportement, le caractère et l’âme de la Catalogne et des Catalans à travers la conjugaison du poids de la montagne et de celui, provenant de l’influence opposée, de la mer. Dans cette approche, de la montagne médiévale surgissait le souffle vital d’une identité qui s’est prolongée jusqu’à aujourd’hui, par la certitude que a la muntanya s’ha creat el nervi de la mentalitat catalana ; no oblidem que fins al segle xiii la muntanya guardà les reserves humanes i espirituals del pais i que els creadors de la nostra personalitat historica foren homes muntanyencs333. Encore de nos jours la mémoire du dernier comte de Pallars, qui perdit son territoire face aux armées royales en 1483, a été rappelée comme revendication d’une identité spécifique surgie au Moyen Âge et qui refuse l’homogénéisation imposée du pays334.

77En définitive, la montagne a laissé une empreinte essentielle dans la société catalane médiévale dans son expérience, ses croyances et son articulation, qui s’est prolongée jusqu’à nos jours dans la mémoire et les mythes autour de la genèse du pays.

Notes

2 « Toute la terre de la Catalogne est très montagneuse ; et ainsi on peut dire d’elle qu’elle est toute ou presque formée de montagnes » ; « toutes les montagnes sont tellement couvertes d’arbres et de plantes, tellement fertiles grâce aux sources, de climat tempéré, tellement habitées de Catalans ; et tellement cultivées et fécondes ; qu’à peine il y a de grands déserts, et de pâturages ; et qu’on ne voit pas de lieux qui ne soient totalement ou quasi totalement cultivés. » (P. Gil, Llibre primer de la Histbria Cathalana en la qual se tracta de Histbria o descripció natural, ço és de coses naturals de Catbaluña ; J. Iglésies Fort, Pere Gil S. J. (1551-1622) i la seva geografia de Catalunya, Igualada, 1949, p. 190).

3 F. Sabaté, « Apropament a una comarca natural : l’Urgell al segle xiv », Urtx, 2 (1990), p. 49-53.

4 Y. F. Tuan, Topophilia. A Study of Environmental Perception, Attitudes and Values, New York, 1984, p. 115-129.

5 A. Dauphiné, « Espace terrestre et espace géographique », dans Les concepts de la géographie humaine, A. Bailly et al. éd., Paris, 1984, p. 35.

6 Y.-F. Tuan, Space and Place. The Perspective of Experience, Londres, 1977, p. 16-17 ; Id., « Environment, behaviour, and throught », dans The Behavioural Environment. Essays in Reflection Application and Re-evaluation, F. W. Boal et D. N. Livingstone éd., Londres-New York, 1989, p. 78-79.

7 F. Sabaté, El territori de la Catalunya Medieval, Barcelone, 1997, p. 42.

8 R. Martí, « “Territoria” en transició al Pirineu medieval (segle v-x) », dans Actes del 3r curs d’arqueologia d’Andorra. La vida medieval als dos vessants del Pirineu (setembre-octubre, 1991), Andorre, 1995, p. 43-64.

9 F. Sabaté, « Organització administrativa i territorial del Comtat d’Urgell », dans El comtat d’Urgell, Lérida, 1995, p. 18-21.

10 Id., El territori..., op. cit., p. 24-25.

11 Id., L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : conquesta o repoblarió ?, Lérida, 1996, p. 68-86.

12 F. Sabaté, « La Marca en els comtats de l’any mil », Plecs d’Història Local, 65 (1996), p. 36-39.

13 C. Baraut, « Els documents, dels anys 1101-1150, de l’Arxiu Capitular de la Seu d’Urgell », Urgellia, IX (1988-1989), p. 231.

14 Ibid., p. 237 ; J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, 1976, p. 320.

15 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 41-59.

16 « Qui étaient de la montagne de Solsona et de Camprodon ? » (Ch. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne, jusqu’au commencement du xive siècle, II, Paris, 1896, p. 160).

17 « Chemin de la Montagne » (B. Desclot, Crònica del Rei en Pere, cap. CXLVII, dans Les quatre grans cròniques, F. Soldevila éd., Barcelone, 1983, p. 546).

18 « Dans les montagnes »... « la plaine de l’Empordà » (L. G. Constans i Serrats, Diplomatari de Banyoles, vol. IV, Banyoles, 1991, p. 305).

19 « Comme c’est la coutume dans la montagne et dans le Bassin du territoire comunal de Tortosa » (B. Oliver, Historia del Derecho en Cataluña, Mallorca y Valencia. Código de las Costumbres de Tortosa, IV, Madrid, 1881, p. 216).

20 L. G. Constans i Serrats, Diplomatari..., op. rit., p. 404.

21 « Paysans de Montagne » (ibid., p. 366).

22 « Gens de Montagne » (ibid., p. 370).

23 AMSJA, Documents sobre la jurisdició de l’abat en la Vegueria de la Ral, fo 1.

24 ACA, Cancelleria, reg. 225, fol. 151 : cf. l’édition d’A. de Fluvià, « Els comtes i el comtat de Prades », Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, XXV/1 (1979-1980), p. 160.

25 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, Lérida-Barcelone, à paraître.

26 J. Canal et M. Mercè Homs, « Verntallat i “la muntanya remença” », L’Avenç, 202 (1996), p. 62-65.

27 E. Cl. Girbal, Bañolas. Noticias históricas de ésta villa, Gérone, 1863, p. 7.

28 J. Miret i Sans, Les cases de Templersy Hospitalers en Catalunya, Barcelone, 1880, p. 158.

29 C. Guilleré, « Criteris medievals per a l’estudi comarcal : el cas de la Seva a través de les enquestes episcopals », Quaderns de la Selva, 2 (1990), p. 85-101.

30 F. Sabaté, « Anoia. Marc Històric », Catalunya Romànica, XIX, Barcelone, p. 324.

31 ACA, Cancelleria, reg. 505. fo 174 ; reg. 506, fo 107 ; reg. 507, fo 142v ; reg. 582, fo 102v-103 ; reg. 949, fo 184 ; 950, fo 190, parmi beaucoup d’autres.

32 AMA, C-IV, manuscrit 95, non folioté.

33 AHG, Fons notarial de Figueres, secció Castelló, reg. 508, fo 22.

34 « La vallée de Mieres et de Sant Miquel de Campmajor et quelques autres lieux des Montagnes » (L. G. Constans i Serrats, Diplomatari..., op. cit., p. 309).

35 AVV, registre 3, pli 5, non folioté.

36 AHMV, livre XIII, parchemin 253 ; AEV, Processos criminals, liasse 2, plec pli 2, non folioté, parmi beaucoup d’autres.

37 ACA, Cancelleria, reg. 1782, fo 44.

38 AHCTE, Ports 1.

39 A. Pladevall, « El Montseny a l’època medieval. Dominis i jurisdiccions », Monografies del Montseny, 6 (1991), p. 85.

40 ACA, Cancelleria, reg. 1913, fo 138.

41 E. Carbonell et J. Sureda, Tresors Medievals del Museu Nacional d’Art de Catalunya, BarceloneMadrid, 1997, p. 143-144.

42 A. Riera, « Sistemes alimentaris i estructura social a la Catalunya de l’alta edat mitjana », dans Alimentacià i societat a la Catalunya Medieval, Barcelone, 1988, p. 23.

43 J. Rius Serra, Cartulario de « Sant Cugat » del Vallès, II, Barcelone, 1946, p. 88-89.

44 AES, parchemin 1514, édité par A. Bach, Col-lecciô Diplomàtica del Monestir de Santa Maria de Solsona : el Penedés i altres llocs del Comtat de Barcelona (segles x-xv), Barcelone, 1987, p. 150.

45 « Ramasser les nids de faucons, d’autours et d’éperviers [...] avec l’obligation de donner un de chaque nid audit prieur et un quart de cerf ou de sanglier ou de chèvre sauvage » (B. Ribas i Calaf, Història de Montserrat (888-1258), Barcelone, 1990, p. 191).

46 « Les hommes d’Esposolla sont tellement maltraités par beaucoup de bêtes sauvages aussi bien par des sangliers que par des ours que l’on doute si pour cette raison les hommes dudit lieu ne devront pas abandonner ledit lieu et s’en aller dans d’autres contrées » (ADPO, 1B-153, fo 96).

47 Ibid., 1B-149, fo 1v.

48 X. Pérez, « La memòria històrica del llop a la Selva », Quaderns de la Selva, 12 (2000), p. 185-191.

49 ACU, fonds Tavèrnoles, parchemin 17a : document édité par C. Baraut, « Diplomatari del monestir de Sant Sarduní de Tavèrnoles (segles ix-xiii) », Urgellia, 12 (1994-1995), p. 157.

50 AHCTE, clavari, 15, p. 164 ; 17, p. 178 ; 18, p. 120 ; 36, p. 98, entre autres.

51 « Près de l’église du Godall » (AHCTE, clavari, 15, p. 168).

52 A. Curto et A. Martinez, « La presència del llop a l’antic terme de Tortosa durant la Baixa Edat Mitjana », Acta historica et archaeologica Medievalia, 20-21 (1999-2000), p. 455-476.

53 AHCTE, Establiments, 1397, non folioté

54 « Du cauchemar de ces deux genres-là de bêtes sauvages importunes que sont les loups et les renards, afin de ne pas perdre le soin de protéger le bétail et les poules » (C. Despuig, Los Col-loquis de la insigne ciutat de Tortosa, Barcelone, 1981, p. 196).

55 R. Gibert, « La paz del camino en el derecho medieval español », Anuario de Historia del Derecho Español, XXVII-XXVIII (1957-1958), p. 831-852.

56 G. Gonzalvo, La Pau i la Treva a Catalunya. Orlgen de les Corts Catalanes, Barcelone, 1986, p. 24-25.

57 Id., Les Constitucions de Pau i Treva de Catalunya (segles xi-xiii), Barcelone, 1994, p. 80.

58 F. Sabaté, « Discurs i estratègies del poder reial a Catalunya al segle xiv », Anuario de Estudios Medievales, 25 (1995), p. 624.

59 AVV, liasse de registres 25, pli 1394, non folioté.

60 ACA, Cancelleria, Papeles por incoporar, Cervera, non folioté.

61 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1555, fo 2v.

62 F. Sabaté, « Les factions dans la vie urbaine de la Catalogne du xive siècle », dans Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Ph. Sénac éd., Perpignan, 1995, p. 339-365.

63 AVV, processos civils, vol. 1333-1334, pli 1333-2, non folioté.

64 ADPO 1 B-121, fol. 25.

65 F. Sabaté, « L’augment de l’exigència fiscal en els municipis catalans al segle xiv : elements de pressió i de resposta », Colloqui Corona, Municipis i Fiscalitat a la Baixa Edat Mitjana, Manuel Sánchez et Antoni Furi6 éd., Lérida, 1995, p.431-432.

66 ACA, Cancelleria, reg. 924, fo 77v-78.

67 AVV, liasse de registres 1, pli 5, non folioté.

68 F. Sabaté, « Història Medieval », Histbria de Piera, Lérida, 1999, p. 186.

69 Id., « Ejes vertebradores de la oligarquía urbana en Cataluña », Revista d’Història Medieval, 9 (1998), p. 143-151.

70 F. Guicciardini, Viaje a España, Valence, 1952, p. 39.

71 ACA, Cancelleria, reg. 1913, fo 78.

72 N. Sales, Senyors bandolers, miquelets i botiflers, Barcelone, 1984, p. 105-107.

73 J. Reglà, El bandolerisme català del barroc, Barcelone, 1966.

74 « Ne peuvent pas passer ni aller ceux qui sont dans lesdites côtes sans danger et tout particulièrement les chevaux et les bêtes chargées » (AHCM, Fonds Viguier, livre de citations 1323-1328, non folioté).

75 N. Sales, Mulers, ramblers i pires (s. xviii-xix), Reus, 1991, p. 92-94.

76 « Qui menait deux mulets chargés d’huile » (ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1555, fo 14).

77 A. Benet, « Santa Maria del Camí », Catalunya Romànica, XIX, Barcelone, 1992, p. 522.

78 E. Fort i Cogul, El trànsitpel Coll de Balaguer (Del Perellô a l’Hospitalet de l’Infant), Barcelone, 1974, p. 14-61.

79 A. Rubió y Lluch, Documents per a l’història de la cultura catalan mig-eval, I, Barcelone, 20002, p. 119.

80 P. Català, « Castell de Vilardell, inscrit en la llegenda », dans Els Castell Catalans, II, Barcelone, 1991, p. 268.

81 M. de Riquer, Llegendes històriques catalanes, Barcelone, 2000, p. 122-127.

82 Cl. Lecouteux, Demoniosy genios comarcales en la Edad Media, Palma de Majorque, 1999, p. 19.

83 « Un beau dragon, près du château et du chemin qui va de Barcelone à Gérone, qui dévorait le bétail et beaucoup de gens qui passaient sur le chemin susdit » (B. Boades, Libre de feyts d’armes de Catalunya, II, Barcelone, 1948, p. 141).

84 AHCM, Fonds Viguier, livre de citations 1323-1328, non folioté.

85 J. Bolòs et V. Hurtado, « La xarxa viària catalana a l’alta edat mitjana. Una aproximació des de la cartografia », Anuario de Estudios Medievales, 23 (1993), p. 14-16.

86 ADPO 1B-95, fo 34v-35.

87 « Arbre gracieux, grand ou petit » (ADPO 1B-121, fo 83).

88 ADPO 1B-95, fo 17.

89 M.-T. Ferrer Mallol, « Boscos i deveses a la Corona catalano-aragonesa (segles xiv-xv) », Anuario de Estudios Medievales, 20 (1990), p. 490.

90 J.-M. Font Rius, Cartas de población y franquicia de Catalunya, I, Barcelone-Madrid, 1969, p. 524.

91 AHT, parchemins, chemise V, no 11.

92 ADPO 1B-196, fo 32.

93 M. Torras, El Llibre Verd de Manresa (1218-1902), Barcelone, 1996, p. 103.

94 AHCM, fonds du viguier, registre 3, non folioté.

95 ACA, Cancelleria, reg. 9, fo 8.

96 Cl. Carrère, Barcelona, 1380-1462. Un centre econòmic en època de crisi, I, Barcelone, 1977, p. 194-195.

97 ACA, Cancelleria, reg. 249, fo 117-v.

98 Ibid., reg. 243, fo 54.

99 M.-T. Ferrer i Mallol, « Boscos i deveses... », op. cit., p. 517.

100 Á. L. Molina, « Territorio, Espacio y Ciudad en la Edad Media », La ciudad Medieval, J. A. Bonachía éd., Valladolid, 1997, p. 37.

101 ACA, Cancelleria, reg, 505, fo 142v.

102 Ibid., reg. 1871, fo 143-v.

103 ADPO 1B-153, fo 79v.

104 ACA, Cancelleria, reg. 738, fo 8v.

105 « Avec des filets et avec d’autres instruments de pêche non habituels sur toutes les rives tant qu’il manquera de poisson » ; « personne n’ose pêcher pendant le temps de la pêche gardée dans lesdites eaux » (ADPO, 1B-121, fol. 79v-80).

106 Ibid., 1B-95, fol. 68v-69v.

107 C. Rendu, « Quelques jalons pour une histoire des forêts en Cerdagne : le massif d’Osseja entre 1030 et 1430 », dans Études roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, 1987, p. 249-250.

108 C. Verna, Le temps des moulins. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie-xvie siècle), Paris, 2001, p. 119-120.

109 « L’extraction du fer » (ADPO 1B-122, fo 42).

110 Ibid.

111 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1569, C-3, non folioté.

112 Ph.-J. Hesse, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », CERCA, 25 (1964), p. 251-255.

113 A. Gallardo et S. Rubió, La farga catalana, Barcelone, 1930, p. 46-49.

114 M.-C. Rovira, J. Solaris, V. Turu, A. Net, X. Llovera, « Primers résultats del projecte d’estudi sobre la metallúrgia del ferro a Andorra », dans Actes del 3e curs d’arqueologia d’Andorra. La vida medieval ab dos vessants del Pirineu (setembre-octubre 1991), Andorre, 1995, p. 214.

115 AMSJA, Carpeta Curia Secular. Processos. 1351-1370, pli 1364, non folioté.

116 ADPO 1B-95. fo 15.

117 Ibid., 1B-357, fo 36v-41.

118 Cl. Rivais, Le moulin et le meunier, I, Portet-sur-Garonne, 2000, p. 67.

119 ACA, Cancelleria, parchemins de Ramon Berenguer III, 227 : document édité par R. Serra, « El molí de blanquer de Calders », Miscellània d’Estudis Bagencs, 2 (1982), p. 148.

120 J. Bolòs, « Les moulins en Catalogne au Moyen Âge », dans Moulins et Meuniers dans les campagnes européennes(ixe- xviiie siècle). Actes des XXIe journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran (3, 4 et 5 septembre 1999), M. Mousnier éd., Toulouse, 2002, p. 55-61.

121 ACA, Cancelleria, reg. 2009, fol. 13v.

122 ACL, calaix 121, parchemin 7501.

123 ADPO 1B-122, P 28.

124 Respectivement ADPO 1B-122, fo 42 et ibid., 1 B-156, fo 50.

125 Ibid., 1B-121, P 74v.

126 « I moulin scieur avec une ou deux scies » (ADPO 1B-212, P 74).

127 C. Rendu, « L’estiuada i la gestió del pasturatge de les muntanyes a la Cerdanya medieval », Plecs d’Història Local, 93 (2001), p. 52-54.

128 M. Riu, « Ramaderia i arqueologia a la Catalunya medieval », Actes del 3e curs.op. cit., p. 116.

129 C. Yáñez, Anàlisi de les zones d’intercanvi, Roc d’Enclar. Transformacions d’un espai dominant, segles iv-xix, Andorre, 1997, p. 503.

130 F. Sabaté, « Cases de religiosos i ordes militars », Atles d’Història de Catalunya, V. Hurtado i J. Mestre dir., Barcelone, 1995, p. 115.

131 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1512, fo 22.

132 Ibid., 1500, fo 37.

133 ACA Cancelleria, reg. 722, fo 149-v.

134 F. Carreras Candi, « Ordinacions urbanes de bon govern a Catalunya (segles xiii a xviii) (continuació) », Butlletí de la ReialAcadèmia de Bones Lletres de Barcelona, XI (1923-1924), p. 412.

135 F. Sabaté, « Perpinyà capital baix medieval dels comtats de Rosselló i Cerdanya », dans La Ville et les pouvoirs. Actes du Colloque du huitième centenaire de la charte de Perpignan (23/25 octobre 1997), Perpignan, 2000, p. 157-200.

136 ACA, Cancelleria, reg. 951, fo 28v-29.

137 Cf. sur la pêche : ADPO 1B-121, fo 39v-40 ; sur les pâturages : ADPO 1 B-121, fo 53 ; sur le charbon de bois ; ADPO 1B-121, fo 83 ; sur les moulins royaux du Confient : ADPO 1B-122, fo 42 ; sur ceux de Cerdagne : ADPO 1B-122, fo 55v ; sur ceux du Roussillon et du Vallespir : ADPO 1B-122, fo 37 ; sur les moulins fariniers : ADPO 1B-196, fo 50 ; sur les moulins bladiers : ADPO 1B-122, fo 42 ; sur ceux à foulons : ADPO 1B-163, fo 38 ; sur les moulines : ADPO 1B-357, fo 36 ; sur les scieries : ADPO 1B-212, fo 73v-74.

138 ADPO 1B-111, fo 45v.

139 F. Sabaté, « Corona d’Aragó », dans Histbria de España. La época medieval : administracióny gobierno, Madrid, 2003, p. 374-375.

140 « Barrages et prises d’eaux et berges » (ADPO 1B-212, fo 74v).

141 A. M. Aragó et R. Conde, « Evolució de les rendes del Confient, sota Pere el Ceremoniós (1345-1386) », dans Confient, Vallespir et Montagnes catalanes. Actes du LIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Prades et Villefranche-de-Conflent, 1978), Montpellier, 1980, p. 116.

142 ADPO 1B-151, fo 8-v.

143 Ibid., 1B-148, fo 1-2.

144 Ibid., 1B-111, fo 66-v. ; 1B-122, fo 38 ; 1B-154, fo 111v.

145 A. M. Arag6 et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 121.

146 ADPO 1B-111, fo 42v-43.

147 Ibid., 1B-15, fo 98v.

148 Ibid., 1B-97, fo 59.

149 Ibid., 1B-153, fo 79v ; 1B-121, fo 35v-36.

150 ACA, Cancelleria, reg. 1912, fo 187.

151 R. Ordeig, Catalunya Carolíngia. IV. Els Comtats d’Osona i Manresa, Barcelone, 1999, p. 1090.

152 ADPO 1B-121, fo 47.

153 Ibid., 1B-149, feuille intercalaire.

154 « Beaucoup de forêts du Roi sont détériorées » (ADPO 1B-121, fo 27r).

155 « Afin que lesdites forêts ne puissent pas être coupées ou détruites » (ADPO 1B-121, fo 26r).

156 ADPO 1B-122, fo 52v.

157 Ibid., 1B-121, fo 52v.

158 Ibid., 1B-110, fo 73v.

159 Ibid., 1B-97, fo 102.

160 « Garde forestier du Capcir » (ibid., 1B-100, fo 52v, 56v).

161 « Forestier des forêts du Capcir et de la Cerdagne » (ibid., 1B-121, fo 17, 26).

162 « Vous ayez votre maison et votre domicile dans la dite terre du Capcir » (ibid., 1B-121, fo 26v).

163 Ibid., 1B-122, 52v.

164 Ibid., 1B-121, fo 26v.

165 Ibid., 1B-110, fo 73v.

166 « Office de forestier et de la garde des forêts de toute la terre du Confient excepté de la terra du Capcir » en 1362 (ibid., 1 B-121, fo 27).

167 Ibid., 1B-121, fo 67-69v et fo 52v (1366).

168 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, à paraître.

169 1B-100, fo 52v.

170 Ibid., 1B-121, fo 53.

171 Ibid., 1B-121, fo 52v.

172 Ibid., 1B-136, fo 7v (1374) ; ibid., Cancelleria, reg. 1913, fo 9v (1379) et ibid., 1B-153, fo 47 (1390).

173 Ibid., Cancelleria, reg. 1912, fo 115.

174 ACA, Cancelleria, reg. 2210 fo 158-v.

175 ADPO 1B-122, fo 39.

176 Ibid., 1B-156, fo 56bis.

177 Ibid., 1B-149, feuille intercalaire.

178 « ... les pacages des bergers étrangers que prend le Roi en Cerdagne » (ibid., 1B-111, fo 39v).

179 A. M. Aragó et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 118.

180 ADPO 1B-212, fo 153.

181 .Ibid, 1B-212, fo 153.

182 Ibid., 1B-153, fo 79v.

183 Ibid., 1B-196, fo 28-v.

184 Ibid., 1B-212, fo 153-v.

185 Ibid, 1B-367, fo 98-99.

186 A. M. Aragó et R. Conde, Evolució de les rendes..., op. cit., p. 118.

187 ADPO 1B-350, fo 59.

188 Ibid., 1B-234, fo 12.

189 Ibid., 1B-234, fo 78-94v.

190 M. Gonzalez, « Minas de plata en el Alto Aragón », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, V (1952), p. 437.

191 « Que tout le monde, étranger et favori de n’importe quel royaume ou terre ou classe que ce soit, puisse prendre et chercher des minerais d’argent et de tout autre métal » : M. Romero, « Ordenanzas para la explotación de la plata en el condado de Prades y baronía de Entenza (Años 1343-1352) », Historia. Instituciones. Documentas, 6 (1979), p. 334.

192 ADPO 1B-234, fo 93-94v ; 240, fo 166v.

193 Ibid., 1B-234, fo 114.

194 Ibid., 1B-234, fo 138-v.

195 Ibid., 1B-357, fo 41.

196 « Que le seigneur Roi prenne du minerai que l’on extrait de la terre et seigneurie du seigneur Roi et exporte, soit, XII deniers par charge » (ibid., 1 B-1 11, fo 41).

197 Ibid., 1B-l 11, fo 40v.

198 Ibid., 1B-267, 81 ; 262, fo 138v.

199 Ibid., 1B-254, fo 78v.

200 Ibid., 1B-122, fo 39-40.

201 Ibid., 1 B-l22, fo 30-44.

202 Ibid., 1B-254, fo 140.

203 Ibid., 1B-121, fo 16.

204 Ibid., 1B-121, fo 31.

205 « Les cols ou les passages des dits comtés » (ibid., 1B-350, fo 97v).

206 « L’office du maître des cols et des passages et des produits interdits des dits comtés » (ibid., 1 B-121, fo 28).

207 « Garde et gardien de tous les passages et de tous les produits interdits qui sortiront de toute la terre et seigneurie du dit seigneur Roi dans les comtés mentionnés ci-dessus » (ibid., 1B-121, fo 28v).

208 « Droit de maître des cols » (ibid., 1B-347, fo 34).

209 « Que le dit maître des cols à partir d’aujourd’hui ne donne ni puisse donner aucune licence d’exportation de produits de notre seigneurie » (ibid., 1B-350, fo 98).

210 Ibid., 1B-121, fo 80.

211 Ibid., 1B-121, fo 24.

212 Ibid., 1B-121, fo 78.

213 ACA, Cancelleria, reg. 2217, fo 11, juste après une provision de Jean Ier (ibid., reg. 2217, fo 12v-13).

214 Ibid., reg. 2219, fo 74v.

215 ADPO 1B-133, fo 48.

216 « Les cols ou passages desdits comtés » (ibid., 1B-350, fo 36v).

217 « Personnes aptes et suffisantes pour les garder » (ibid., 1B-121, fo 24, 26, 27, entre autres).

218 « Gardes des cols et des produits interdits » (ibid., 1B-347, fo 34).

219 « Le tiers de tous ces produits interdits exportés de la terre du seigneur roi seront confisqués » (ibid., 1B-121, fo 27).

220 « Constituer et placer des gardes sur tous les passages, chemins et lieux frontaliers du Royaume de France » (ibid., 1B-121, fo 78).

221 « Par les villes, bourgs et lieux qui sont limitrophes du royaume de France et du comté de Foix » (ibid., 1B-121, fo 80v).

222 « Forestier des lieux de la Cerdagne et du Capcir » (ibid., 1B-121, fo 26r).

223 Ibid., 1 B-121, fo 28v ; 78.

224 « Garde des cols d’Estagel et de toute la commune » (ibid., 1 B-161, fo 28 ; 1B-121, fo 78v-79).

225 .Ibid., 1B-121, fo 24.

226 « Garde des produits interdits sur le passage de Millars et sur les territoires communaux de Millars » (ibid., 1B-161, fo 40v).

227 Ibid., 1B-121, fo 29.

228 Ibid., 1B-121, fo 31.

229 « Pour tout Perpignan et pour tout le Roussillon » (ibid., 1B-121, fo 76-79).

230 ADPO 1B-121, fo 78.

231 « Des pièces de monnaies en or et en argent de quelqu’aloi que se soit, ne soient pas de sa terre ou de sa seigneurie, sauf les florins d’Aragon que l’on frappe aujourd’hui ni d’aucun autre métal » (ibid., 1 B-121, fo 96).

232 « Lieutenant du Maître des Ports des comtés » (ibid., 1B-121, fo 96).

233 Ibid., 1B-121, fo 26.

234 « Garde des passages du Confient » (ibid., 1B-161, fo 26v-27)

235 « La garde des cols de la Cerdagne » (ibid., 1B-121, fo 24v).

236 Ibid., 1B-161, fo 26v-27.

237 Ibid., 1B-142, fo 56 ; 121, fo 24v.

238 AHCP Llibre de Provisions Reials, fo 26v-27 ; 450v-41v, 48-v, 50-v, 71 ; Llibre de Saltèguel, fo 255.

239 ADPO 1B-142, fo 56v.

240 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 308-309.

241 ACA, Cancelleria, reg. 1912, fo 150v.

242 ADPO 1B-163, fo 7v-8, 46, 62.

243 P. Català, « Decadència i moment actual dels castells », dans Els castells catalans, Barcelone, 1990, p. 252.

244 R. D’Abadal, Dels visigots als catalans, Barcelone, 1986, p. 335-337.

245 ADPO 1B-186, fo 1v-4.

246 F. Sabaté, « La tenencia de castillos en la Cataluna medieval », dans Alcadíasy fortalezas en la España medieval (Elda, octubre, 2001), Alicante, à paraître.

247 ADPO 1B-145, fo 28v.

248 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 34.

249 ADPO 1B-94, fo 44.

250 Ibid., 1B-358, fo 68v.

251 Ibid., 1B-145, fo 83v.

252 Ibid., 1B-145, fo 28v.

253 F. Sabaté, Vegueries..., op. cit.

254 ADPO 1B-253, fo 115.

255 Ibid., 1B-219, fo 107v.

256 ACA, Cancelleria, reg. 2006, fo 5.

257 F. Sabaté, L’augment de l’exigència..., op. cit., p. 431-432.

258 J. R. Julia, « Defensa y avituallamiento de los castillos del Rosellón y la Cerdana en la segunda mitad del siglo xiv », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, 9 (1988), p. 281-309.

259 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 18v.

260 « Soient reconnues, construites, ordonnées et fournies toutes les forces des dits comtés » (ADPO 1B-121, fo 25).

261 « Réparer et arranger » (ibid., 1B-121, fo 16v).

262 ACA, Cancelleria, reg. 1466, fo 104-v ; ADPO 1B-121, fo 35.

263 « Envoyez des espions dans les régions qui vous sembleront » (ibid., 1B-121, fo 16v).

264 Ibid., 1B-257, fo 123.

265 À. Casais, « Estructura defensiva de Catalunya a la primera meitat del segle xvi : els comtats de Rosselló i Cerdanya », dans XV Congreso de Historia de la Corona de Aragàn (Jaca, septiembre 1993), 1-2, Saragosse, 1996, p. 85-93.

266 C. Guilleré, « Les finances publiques en Roussillon-Catalogne au milieu du xive siècle : comptes des procureurs royaux pour l’année 1345-1346 », Annales du Midi, XCVI (1984), p. 362-363.

267 1B-122, fo 46.

268 « Leude du minerai de fer du Confient » (ibid., 1B-163, fo 38).

269 Ibid., 1B-257, fo 38.

270 Ibid., 1B-122, fo 3.

271 Ibid., 1B-357, fo 190.

272 Ibid., 1B-357, 190.

273 Ibid., 1B-350, fo 110.

274 M. Duran, « Les lleudes de l’Alt Urgell (s. xiii-xviii) », Urgellia, 5 (1982), p. 183-206.

275 R. Conde, « La lleuda de la Seu d’Urgell (s. xv-xvi) », Urgellia, 4 (1981), p. 335-348.

276 Respectivement : ADPO 1B-156, fo 24bis-cinquième ; 1B-257, fo 70 et ibid., 1B-357, fo 190.

277 F. Sabaté, « Corona d’Aragó », dans Història de España..., op. cit., p. 289-400.

278 Cortes de Cataluña. Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluna, Real Academia de la Historia, I, Madrid, 1896, p. 121.

279 Ibid., p. 143.

280 J. L. Martí, « Pactismo político y consolidation señorial en Cataluña tras la conquista de Sicilia », dans Economia y Sociedad en los reinos hispdnicos de la Baja Edad Media, Madrid-Barcelone, 1983, p. 239-254.

281 M. Zimmerman, « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans Histoire et archéologie. op. cit., p. 71-85.

282 F. Sabaté, « El nacimiento de Catalunya. Mito y realidad », dans IX Congreso de Estudios Medievales. Fundamnetos medievales de los Particularismos Hispànicos, Ávila, à paraître.

283 Id., « La divisió territorial de Catalunya : les vegueries », dans Història, Política, Societat i Cultura dels Països Catalans, III, Barcelone, 1996, p. 304-305.

284 Id., L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lérida, 1996, p. 68-90.

285 Id., « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle xiv », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, VI (1995), p. 153-157.

286 Id., « Discurs i estratègies... », op. cit., p. 633.

287 Id., « Perpinyà capital... », op. cit., 179-180.

288 P. Bertran, « El “Liber feudorum viccarie Pallariensis” », Ilerda, XXXVIII (1977), p. 79.

289 F. Sabaté, Vegueries..., op. cit.

290 Id., El poder en la Cataluña bajo medieval, Lleida, à paraître.

291 ACA, Reial Patrimoni, Mestre Racional 1491, fo 21-v.

292 ACA, Cancelleria, « Papeles por incorporar », 1379, non folioté.

293 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 228.

294 Id., « Corona d’Aragó », op. cit., p. 437-448.

295 ACA, Cancelleria, Varia, reg. 260, non folioté.

296 Ibid., reg. 264, non folioté.

297 Ibid.

298 A. Pladevall, « La vall d’Osor dels anys 1316 al 1318 », Ausa, IV (1961-1963), p. 259.

299 AHCG, XV.4, liasse 1, livre 4, non folioté.

300 F. Sabaté, El territori..., op. cit., p. 234-246.

301 Id., Elpoder reial..., op. cit., p. 329-342.

302 AHCO, parchemin A-222.

303 « Douce seigneurie » (ACA, Cancelleria, reg. 1560, fo 42v, 58v, 66v, 91, 109).

304 ACA Cancelleria, reg. 1913, fo 78.

305 Ch. Baudon de Mony, Relations politiques..., op. cit., p. 281.

306 F. Soldevila, Histbria de Catalunya, I, Barcelone, 1963, p. 135.

307 « Que c’est lui qui est le seigneur dans les montagnes et non pas le roi » (ACA, Cancellerie, Procés en volum, 73, fol. 11 1v [document édité par J.-M. Vila, « Transcripció del procés judicial incoat a Hug Roger, comte de Pallars, 1491 », dans Senyor en les muntanyes. Procès polític a Hug Roger III, darrer comte de Pallars, Lérida, p. 324]).

308 J.-M. Bringué, « Redelme, qüèstia i llibertats camperoles al comtat de Pallars (segles xiv-xv) », Collegats, 6 (1993), p. 105-107.

309 Id., « La qüestió de la fi del comtat de Pallars, cimal de la crise baix-medieval », Collegats, 4 (1991), p. 158-159.

310 F. Sabaté, L’augment de l’exigència fiscal..., op. cit., p. 464-465.

311 J.-M. Bringue, Del Pallars als Cardona. Guerra i canvi a la societat del Pallars, segles xv-xvi : « Senyor en les muntanyes. Procés polític a Hug Roger III, darrer comte de Pallars », Lérida, 2002, p. 181-212.

312 F. Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català », dans V congrés Internacional d’Història Local de Catalunya. L’estructura territorial de Catalunya. Els eixos cohesionadors de l'espai (Barcelona, desembre, 1999), Barcelone, 2000, p. 68-70.

313 F. Sabaté, El territori…, op. cit., p. 23-25.

314 « Caractère endogamique de beaucoup de vallées pyrénéennes » : M. Riu, « Hipòtesi entorn dels orígens del feudalisme a Catalunya », Quaderns d’estudis medievals, 2e série, I/4 (1981), p. 195-197.

315 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, II, Toulouse, 1976, p. 648-649.

316 ADM, sección Pallars, liasse 31, doc. 612 (document édité par L. Martinez, « Convinença que els homes de les Valls d’Àneu fan al comte Artau II de Pallars Sobirà sobre els plets de les viles d’Àneu », Catalunya Romànica, XV, Barcelone, 1993, p. 34).

317 J. Bolòs, « Formes dels pobles i societat al Palars Sobirà a l’Edat Mitjana », Solidaritats pageses, sindicalisme, corporativisme, J. Barrull, J. J. Busqueta éd., Lérida, 1998, p. 123-150.

318 J. I. Padilla, « El context històric i institucional », L’esperit d’Àneu. Llibre dels costums i ordinacions de les valls d’Àneu, J. I. Padilla dir., Esterri d’Àneu, 1999, p. 25-30.

319 J. Oliver, « Jutjar i castigar a la vall d’Àneu a l’edat mitjana », L’esperit d’Àneu..., op. cit., 1999, p. 42-46.

320 F. Valls Taberner, Privilegis i ordinacions de les Valls Pirenenques II. Vall d’Àneu, Vallferrera i Vall de Querol, Barcelone, 1917 ; B. Marques, « Ordinacions i privilegis de les Valls d’Àneu i d’Espot en un manuscrit del segle xiv », Urgellia, IV (1981), p. 349-368 ; J. I. Padilla dir., L’esperit d’Àneu..., op. rit., p. 97-152.

321 Nous devons parler de juxtaposition, de coparticipation ou de subordination des communautés à la seigneurie, qu’elle soit royale, nobiliaire ou ecclésiastique » (J.-M. Bringué, « Comunitats i béns comunals al Pallars Sobirà, segles xv-xviii », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, VII (1996), p. 123, 120-121).

322 J. Bonales, Les muntanyes en venda. La desamortització de terres comunals a la conca de Tremp, 1885-1931, Lérida, 1999, p. 91-157.

323 B. Marques, « Ordinacions... », op. cit., p. 359.

324 J.-M. Bringué, « Comunitats i béns comunals... », op. cit., p. 123, 125-126.

325 E. Moliné, « Organitzacions eclesiàstiques autònomes al Pirineu durant l’antic règim : les Valls d’Àneu, de Bol i d’Aran », Urgellia, V (1982), p. 334-335.

326 Id., « Organitzacions... (continuació) », Urgellia, VI (1983), p. 439-440.

327 Ibid., Urgellia, V (1982), p. 301.

328 Id., « Les relacions de les visites « ad limina apostolorum » dels bisbes d’Urgell 1597-1821 (continuació) », Urgellia, IV (1981), p. 421.

329 Id., « Organitzacions... (continuaciô) », Urgellia, VI (1983), p. 426-427.

330 « Une personnalité collective plus forte » (ibid., « Organitzacions... », Urgellia, VI (1983), p. 430).

331 F. Flos y Calçat, Geografia de Catalunya, Barcelone, 1896, p. 34 ; E. Sunyol, « Lo terrer de Catalunya y las comarques naturals de Catalunya », La Renaixensa, núm. 7219 (XXVII), (Barcelona, dimecres 17 de febrer de 1897), p. 977-978 ; N. Font Sagué, « Determinació de les comarques naturals i historiques de Catalunya », dans Jochs Florals de Barcelona, Barcelone, 1897, p. 362-363, 385.

332 F. Flos y Calçat, Nomenclatura geográfica de Catalunya seguida de la Geografia Universal, Barcelone, 1907, p. 40-41.

333 « À la montagne s’est créé le nerf de la mentalité catalane ; n’oublions pas que jusqu’au xiiie siècle la montagne garda les réserves humaines et spirituelles du pays et que les créateurs de notre personnalité historique furent des hommes de la montagne » (J. Vicens Vives, Notícia de Catalunya, Barcelone, 1982, p. 26).

334 « El 500 aniversari de la mort d’Hug Roger III promociona el Pallars », Segre, dimecres 11 de juny de 2003, p. 57.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search