Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Politique et institutions en milieu montagnard

Les domaines montagnards des princes d’Armagnac : la baronnie de Roquefeuil et les montagnes du Rouergue

Emmanuel Johans

Texte intégral

  • 1 Liber Miraculorum sancte Fidis, A. Bouillet éd., Paris, 1897, livre 1, ch. 33.

1Le Rouergue et les Cévennes constituent la bordure méridionale du Massif central. Déjà, Bernard, écolâtre d’Angers, venu trois fois en pèlerinage à Sainte-Foi de Conques entre 1012 et 1020, décrivait ainsi le Rouergue : « Il nous faut dire quelques mots des sites et des caractères de ce pays. C’est une région partout montagneuse et qui même par endroit est surmontée d’horribles rochers du haut desquels la vue s’étend sur d’immenses espaces... Cette terre est donc très différente de la nôtre. 1 »

  • 2 Aristocratie vassalique et pouvoir princier dans les domaines rouergats et cévenols de la famille (...)
  • 3 Cf. la figure 1 sur les domaines de la famille d’Armagnac en 1358.

2La zone qui nous intéresse s’étend sur le centre du Rouergue et sur une partie des Cévennes méridionales. Elle correspond aux domaines rouergats et cévenols des princes d’Armagnac aux xive et xve siècles. Ceux-ci ont fait l’objet de la thèse de doctorat que nous avons soutenue en décembre 20022. Notre source-souche comprenait 539 actes d’hommage et de reconnaissance féodale aux Armagnacs de 1308 à 1400. Ces terres armagnacaises du Rouergue et des Cévennes composent avec celles de Gascogne le second pilier de la principauté d’Armagnac qui se met en place dès le début du xive siècle3.

  • 4 Cf la figure 2 sur le comté de Rodez et la vicomté de Creissels en 1391.

3En 1304, le comte Bernard VI d’Armagnac et son frère Gaston, vicomte de Fézensaguet, héritent de par leurs femmes Cécile et Valpurge, également soeurs, de la majeure part du comté de Rodez. En effet, à Cécile a été attribué le comté ruthénois à proprement parler entre Truyère et Tarn ; à Valpurge, la vicomté de Creissels au sud du Tarn et la baronnie de Roquefeuil-Meyrueis4. En 1401-1403, Bernard VII d’Armagnac, le futur connétable de France, réunifie ces deux principautés après s’être débarrassé de ses cousins de Fézensaguet, Géraud II et ses fils, Jean II et Arnaud-Guillaume.

4Une partie de ce vaste espace est sans hésitation du domaine de la moyenne montagne. Entre Viaur et Tarn, les terres comtales s’étendent sur les contreforts des monts du Lévézou qui culminent à 1 155 m. Au nord, le comté s’étire au-delà du Lot et dans sa haute vallée sur une grande part de la Viadène et sur un pan du massif volcanique de l’Aubrac qui atteint 1 469 m d’altitude. Cette dernière zone porte d’ailleurs dès le xiiie siècle le nom de montagnes du Rouergue (Montanei Ruthenenses), et ce jusqu’au xviie siècle. La vicomté de Creissels, dont le castrum éponyme se situe à deux kilomètres en aval de Millau, et la baronnie de Roquefeuil, dont le chef-lieu est en fait Meyrueis, englobent certains des Grands Causses des confins des départements actuels de l’Aveyron, du Gard et de la Lozère : rebords du Larzac entre 800 et 900 m, causse Noir dit de Meyrueis (1 079 m), causse Méjean en Gévaudan (1 138 m), causse de Campestre (911 m) et causse de Blandas (955 m), à 1 100 m d’altitude maximum. Mais, cette dernière entité princière, la baronnie de Roquefeuil-Meyrueis, recouvre aussi une partie des Cévennes méridionales, autour du mont Aigoual (1 565 m) et de la montagne du Lingas (pic de l’Espérou à 1 284 m d’altitude et pic de Saint-Guiral à 1 366-1 410 m, au haut duquel se trouve le château ruiné de Roquefeuil).

Économie et société montagnardes

  • 5 Par exemple, en 1323, 35 dans la baylie de Roquefeuil et 13 dans celle de Creissels ; en 1323-1324 (...)
  • 6 Dans la baronnie de Roquefeuil, dans la vallée ou burle du Jaoul (de 836 à 1 030 m) qui a été aux (...)
  • 7 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, (...)

5Les zones de montagnes qui nous intéressent paraissent encore plutôt peuplées au début du xive siècle. Le nombre des feudataires armagnacais en 1308 et en 1323 n’est pas moindre dans les châtellenies montagnardes que dans celles du plat pays5. Dans les aveux féodaux, nous avons parfois des informations sur les tenanciers des manses dont la possession est reconnue par les vassaux princiers. En montagne, les tenures semblent occupées et exploitées par des familles entières6. Par ailleurs, en dépouillant les actes qui ont servi à notre travail, nous avons recensé l’ensemble des toponymes qui y sont signalés, y compris les noms de simples villages, de hameaux, de centres d’exploitation, etc., et nous les avons localisés, autant que faire se peut. Dans certains secteurs, ils correspondent à la majeure part de la toponymie et de la microtoponymie actuelles. Un sentiment s’en dégage qu’une étude circonscrite et exhaustive pourrait confirmer : les vallées, versants et causses des Cévennes sont assez densément habités au début du xive siècle, toute la toponymie ou presque étant en place à cette époque pour des sites qui aujourd’hui sont vides ou faiblement peuplés7.

  • 8 Dans la baronnie de Roquefeuil, le damoiseau Bérenger d’Arre toujours, acquéreur en indivision du (...)
  • 9 Ibid., A 71, fo 22, 27 septembre 1308 : Unum pratum situm in manso de Valellis cum suo aqueductu e (...)
  • 10 Ibid., fo 33v-34, 7 octobre 1308 : Territoria sive mansi de Combe, Crose et de Malmont dans la châ (...)
  • 11 Une draya, aujourd’hui dénommée Grande Draille du Languedoc, relie le Tarnon à la basse vallée de (...)
  • 12 Le damoiseau Raimond de Valeilles, qui assure un service de garde au castrum de Roquefeuil pour le (...)
  • 13 Indice de cette diminution, nous assistons à une chute du nombre des féaux princiers dans le comté (...)

6Quelles sont les activités perceptibles dans nos sources ? Les terroirs pauvres de montagne sont cultivés et fournissent des produits qui sont comparables à ceux des terroirs de plaine, les reconnaissances en attestent lorsqu’elles abordent les redevances versées par les paysans8. Certains terrains sont même irrigués, ce qui leur confère de la valeur : dans la baronnie de Roquefeuil, le manse de Valeilles comporte un « aqueduc », peut-être une simple rigole ou tranchée d’irrigation9. Mais les aires non mises en culture paraissent prédominer : forêts, landes, friches, pâturages, prés... Sur les causses, les nombreux territoria désignent ainsi des pacages10. Au début du siècle, l’élevage joue déjà un rôle de premier ordre dans l’économie de ces régions. La mention de drayes indique également le passage de troupeaux aux périodes de transhumance11. Le contrôle de ces chemins de crête avait autrefois facilité l’émergence de seigneuries montagnardes, telle la baronnie de Roquefeuil, entité que les comtes de Rodez puis les Armagnacs se sont empressés de récupérer. On a d’ailleurs l’impression qu’au cours du siècle les communautés montagnardes se sont concentrées sur cette spécialité qu’est l’élevage ou d’autres comme la chasse12, qui nécessitent moins de main-d’œuvre, en période de vraisemblable recul démographique13.

  • 14 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 24, 27 septembre 1308 : Duo stere et emina siliginis, X denarii Turon (...)
  • 15 Ainsi, dans la paroisse Saint-Sauveur-des-Pourcils, est mentionné un pulveragium, de pulvis la pou (...)
  • 16 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 3, 20 septembre 1308 : Si in montana Rocafolii inveniam nidos sive ag (...)
  • 17 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 3, 30 septembre 1308 : Quatuor stateres avene ad mensuram Cornutii et (...)
  • 18 Cf. notre article sur « Les mines d’argent du comte de Rodez. Étude de la charte de coutumes du Mi (...)

7Prenons l’exemple du manse du Cambon dans la paroisse de Saint-Jean-du-Bruel, sous le château de Roquefeuil (780 m), où le damoiseau Bérenger Adémar perçoit un cens annuel composé pour sa partie en nature de deux setiers et une émine de seigle. Il est clairement envisagé que le tenancier puisse abandonner ce mode d’exploitation agraire traditionnel pour transformer le manse en unité d’élevage ovin et bovin. Le seigneur peut alors prétendre à un cens, d’ailleurs partagé avec le vicomte, d’un mouton ou d’un veau et d’un fromage pour toute cabane ou baraque et étable construite14. Les productions liées à l’élevage font également l'objet de prélèvements qui laissent penser que ces activités sont soutenues15. Concernant les services associés à la chasse, les exemples sont multiples où les vilains ou les fieffés eux-mêmes doivent à leur seigneur une part des oiseaux de proie, des rapaces qu’ils s’appliquent à chercher sur les hauteurs. Dans la montagne de Roquefeuil, le damoiseau Raimond de Valeilles donne au vicomte un nid ou aire d’éperviers, sur quatre trouvés. Il n’est pas le seul16. À Cornus, un manant censitaire remet chaque année à la noble Jacque de Vic, outre des céréales, un autour17. Ce type de prestations attaché à la pratique cynégétique, activité aristocratique, est fréquent dans les Cévennes et donne probablement lieu à un marché lucratif. Nous pourrions évoquer d’autres ressources, comme celles des mines d’argent du Minier-de-Montjaux sur les pentes du Lévézou18.

Héritage châtelain et administration princière

  • 19 Cf. J. Miquel, L’architecture militaire en Rouergue au Moyen Âge et l’organisation de la défense, (...)
  • 20 Voir A. Debord, « Châteaux et société dans le Rouergue médiéval (xe-xiiie siècles) », dans Actes d (...)
  • 21 Cf. l’exemple de la baronnie de Peyre dans J. Belmon, « Une seigneurie châtelaine en Gévaudan aux (...)

8Les aires montagnardes des domaines armagnacais sont donc des zones vivantes et essentielles dans l’économie régionale. Comment le pouvoir princier exerce-t-il sa domination sur ces espaces particuliers ? Les Armagnacs peuvent compter sur un réseau châtelain préexistant à leur implantation. Ce tissu castrai est même relativement dense. La plupart des châteaux sont des rocas ou roques, c’est-à-dire des sites perchés ou à mi-pente19. Pour citer encore Bernard d’Angers, relevons le cas du castrum de Perse. L’Angevin précise que « les bâtiments de la forteresse de Castro Percio ont été fondés sur une roche d’une solidité tout à fait excellente ; ils s’élèvent à une grande hauteur et ils semblent planer dans les airs »20. Le territoire est ainsi quadrillé par des châtellenies, autrement appelées mandements, détroits, juridictions, honneurs, baylies, qui sont des circonscriptions où s’exercent les pouvoirs seigneuriaux banaux, notamment justiciers21.

9L’Armagnac contrôle le pays grâce à la possession directe de la majorité des chefs-lieux de mandement. Ces castra princiers sont en général des bourgs fortifiés assez conséquents qui constituent le réseau urbain ou semi-urbain de la principauté. Seuls quelques détroits échappent à la mainmise immédiate du comte ou du vicomte. Ils sont entre les mains de barons ou seigneurs haut-justiciers qui sont toutefois vassaux du prince.

  • 22 Cf. E. Guilhot, La famille Roquefeuil des origines jusqu’au xiiie siècle, Mémoire de maîtrise, Uni (...)
  • 23 En 1323, les vicomtes ne disposent que de quatre logis, à Creissels, Cornus, Meyrueis et Valleraug (...)

10Les zones de montagne connaissent ce système. Mais nous avons le sentiment que leurs structures d’administration ont évolué au cours du xive siècle de façon différente des zones de plus faible altitude. Cela est plus singulièrement visible pour la baronnie de Roquefeuil22. Alors que le quadrillage châtelain subit des modifications incessantes en plaine, celui de la baronnie reste inchangé tout au long du siècle, paraissant s’assoupir dans un certain archaïsme. L’équipement administratif demeure insuffisant, le nombre et la qualité des résidences ou hôtels princiers étant en dessous des normes ruthénoises23. Meyrueis est la « capitale » de la baronnie, mais le nom de celle-ci reste Roquefeuil, celui d’une forteresse-refuge nichée sur un pic et sans doute déjà ruinée ou délaissée. C’est comme si l’on conservait le souvenir d’un site de hauteur, symbole de l’éminence de l’autorité seigneuriale et princière. Roquefeuil demeure de plus à la tête de la plus grande subdivision baronale, une baylie couvre tout le versant méridional de la montagne du Lingas et les causses de Campestre et de Blandas. Par ailleurs, beaucoup de castra baronaux ne sont que des forts sans agglomération et occupés de manière intermittente : Blanquefort, Montjardin, Les Pauses...

  • 24 Cf. la figure 4 sur le comté de Rodez en 1323.
  • 25 G. Pradalié rappelle dans « Aux origines de l’hôpital d’Aubrac... », op. cit., p. 266, que ces sei (...)
  • 26 Sauf pour Cassuéjouls qui est dans le détroit royal de Laguiole (AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 6v-7 (...)
  • 27 Au sud immédiat d’Estaing sur le chemin de Rodez.
  • 28 Seul cas dans toute notre documentation, le terme de valles est utilisé comme synonyme de baylie p (...)
  • 29 AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 100v-101, 31 juillet 1323, pour Yvannus de Monte Petrozo, domicellus, (...)
  • 30 Ibid., fo 113, 9 août 1323.
  • 31 AD Tarn-et-Garonne, A 76, fo 35v-37, 13 septembre 1360. Pour leurs autres terres, les seigneurs gé (...)
  • 32 AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 104v-106, 6 août 1323 pour Aubrac, et fo 42, 6 juillet 1323 pour Cani (...)
  • 33 Ibid., fo 73, 22 juillet 1323.

11Autre exemple de montagne, cette fois au nord du comté de Rodez, l’Aubrac24. Divisé entre plusieurs seigneuries, auvergnates (Saint-Urcize), gabalitaines (Apcher, Peyre et Canilhac) et rouergates (Estaing, Calmont-d’Olt et hôpital d’Aubrac sur la crête), ce massif a une grande importance en raison de l’élevage qui s’y pratique25 et de la route venant d’Auvergne qui le traverse. Or, les registres d’hommages et d’aveux de 1323 révèlent que le comte de Rodez est puissamment impliqué dans le contrôle de pans entiers de l’Aubrac. Tout d’abord, la partie occidentale est sous la juridiction des castra princiers de Montézic (dont la baronnie de Bénaven) et de Cabrespines. Ensuite, la plupart des sires précités sont vassaux comtaux pour des morceaux plus ou moins larges de leurs propres domaines. La baronnie d’Estaing est presque totalement intégrée dans le comté26. En 1292, l’échange entre Gui d’Estaing et Henri II de Rodez de la châtellenie de Cabrespines contre celle de Sébrazac27 indique à la fois l’intérêt pour le comte à maîtriser des vallées de l’Aubrac28 et la soumission définitive d’un seigneur qui à Estaing tient un point de passage vital sur le Lot (concurrent de celui d’Entraygues). Les sires de Montpeyroux et d’Esparron (châteaux près de la Boralde flaujaguaise), eux-mêmes féaux du baron d’Estaing, prêtent également allégeance directe à l’Armagnac29. Au nord, le baron d’Apcher rend hommage dès 1256 pour les mandements d’Arzenc-d’Apcher, de Castrum Vetus et de Monchanson30. À l’est, celui de Peyre est feudataire pour les châtellenies de Chaudes-Aigues et de Lagarde depuis 127431. Le dom ou supérieur de l’hôpital d’Aubrac, bien que dominus Dei gratia, est aussi hommager comtal. De même que le baron de Canilhac, il fait au prince reconnaissance de la moitié de leur coseigneurie sur le castrum d’Aurelle et son détroit, dans la vallée du Merdanson32. Quant à l’abbaye cistercienne de Bonneval qui est sur la Boralde flaujaguaise et qui a été fondée grâce aux comtes, son supérieur livre serment féodal pour de multiples biens à l’intérieur de la même principauté33. Bref, au début du xive siècle, les Armagnacs ont déjà un pied sur l’Aubrac, même si leur suzeraineté côtoie celle du roi. Celui-ci nomme d’ailleurs un juge spécifique pour les Montagnes du Rouergue, dépendant du sénéchal de Villefranche, puis de celui de Millau. Il est probable que l’existence de cette fonction permette de mieux exercer la justice du souverain dans cette fraction excentrée du domaine royal rouergat. Mais il est également possible que cette charge confiée à un légiste, un gradué de la faculté de droit civil, requière une compétence spéciale dans le cadre des coutumes du Rouergue, notamment en ce qui concerne les conflits qui peuvent surgir en rapport avec les activités prépondérantes de la région, l’élevage et la transhumance. Toutefois, l’influence comtale sur la montagne s’accentue dans la seconde moitié du siècle.

  • 34 Cf. la figure 5 sur les domaines de la famille d’Armagnac en 1404.
  • 35 AD Tarn-et-Garonne, A 80, fo 57-58, 13 juillet 1384. La baronnie de Sévérac comprend la haute vall (...)
  • 36 Ibid., A 79, fo 14, 8 mai 1384. Dans quelques actes, Saint-Geniez-de-Rive-d’Olt et La Roque-Valzer (...)
  • 37 Ibid., A 80, fo 314, 13 janvier 1396.
  • 38 Au vénérable maître Vivian de Rames, licencié ès lois et juge royal de 1349 à 1366, succède de 137 (...)

12En 1374, en échange de ses droits sur la Bigorre, le roi Charles V cède à Jean II le Bossu, comte d’Armagnac, les Quatre Châtellenies du Rouergue, c’est-à-dire les détroits de Cassagnes-Royaux ou Bégonhès, et surtout de Laguiole, de Saint-Geniez-de-Rive-d’Olt et de La RoqueValzergues dans les Montagnes du Rouergue. Ces baylies royales embrassent de vastes territoires sur l’Aubrac et dans la haute vallée du Lot34. Mais elles incluent également la suzeraineté sur deux baronnies importantes, celle de Sévérac rattachée administrativement à La Roque-Valzergues35, et celle de Calmont-d’Olt rattachée à Saint-Geniez-de-Rive-d’Olt36. Avec Laguiole, l’Armagnac parachève sa mainmise sur la Viadène, absorbant tous les droits du roi sur cette micro-région. Faisant désormais double emploi, le castrum comtal de Montézic, à la tête du principal mandement de la Viadène, est donné en viager avant 1391 à un gentilhomme auvergnat, Pierre de Monsaut, sans doute en récompense de services rendus37. Mais, si le prince concède ainsi les revenus de la châtellenie, à savoir la haute et la basse juridiction, et aussi sa lourde gestion, il conserve sur elle l’autorité supérieure, le ressortus, ce qui démontre une habile politique d’administration. Avec la superioritas sur Calmont-d’Olt, Jean II complète également l’emprise sur le massif de l’Aubrac, notamment par l’intermédiaire des sires de Belvezet, féaux des barons. En cette fin de xive siècle, les frontières orientales de la principauté armagnacaise se confondent dorénavant avec celles du diocèse de Rodez. De plus les monts d’Aubrac, que ce soit dans leurs versants rouergats, gévaudanais ou auvergnats, sont aux mains de seigneurs qui ont d’une manière ou d’une autre partie liée avec le comte d’Armagnac. On ne peut donc dire que le pouvoir princier se désintéresse de cette zone de montagne. D’ailleurs, en devenant comtale, la jugerie des Montagnes du Rouergue est maintenue, et ce jusqu’au xvie siècle38.

  • 39 Nous pourrions également parler de l’annexion de la vicomté de Carlat, aux limites de la Haute-Auv (...)
  • 40 Cf. Ch. Higounet, Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la couronne, 2, Toulouse (...)
  • 41 Voir Henri Morel, Jean de Labarthe et la maison d’Armagnac, un épisode de la concentration féodale (...)

13Ce travail sur les domaines montagnards des Armagnacs en Rouergue et dans les Cévennes pourrait être transposé aux autres domaines montagnards des Armagnacs, à savoir dans les Pyrénées39. L’intérêt armagnacais pour la montagne n’est là pas à démontrer, ne serait-ce qu’en raison de l’affrontement avec les Foix-Béarn, durant la guerre dite de Cent Ans des Pyrénées. Les princes d’Armagnac n’ont cessé de vouloir couper l’axe pyrénéen fuxéo-béarnais, mais aussi contrôler une voie d’accès à l’Aragon, même à la fin du xive siècle (par exemple par le col du Rioumajou). Cela passe par les rattachements provisoires du comté de Bigorre de 1327 à 1360, du comté de Comminges de 1379 à 139140, et enfin de manière définitive de la vicomté des Quatre-Vallées (Magnoac, Neste, Aure et Barousse) en 139841.

  • 42 Cf. H. Martin, « L’évacuation des forteresses “anglaises” du Rouergue et des pays voisins (1387-13 (...)

14Loin de l’idée d’aire répulsive, il nous semble que les zones de montagne demeurent à la fin du Moyen Âge des espaces suscitant une certaine convoitise pour les puissances princières ou royales. Néanmoins, le temps des petites et moyennes seigneuries d’altitude est passé. Le pouvoir central, dont l’autorité n’est que rarement remise en cause, n’a plus vraiment à se soucier d’assurer sa supériorité sur les châtelains montagnards. Un premier lot de forteresses est d’ailleurs abandonné au xive siècle. En plus de la disparition de quelques lignages, il faudrait peut-être y voir un lien avec les problèmes que pose l’expulsion des compagnies dites « anglaises » entre 1369 et 1393 et qui rendent ces « repaires » intolérables auprès des princes et des villes42.

  • 43 Cf infra la communication de Jean-Luc Fray.
  • 44 Le phénomène de la coseigneurie est très développé dans cette région. Il n’est qu’à voir les cas d (...)

15Mais la montagne rouergate ou cévenole reste un lieu de production, un réservoir d’articles parfois à haute valeur ajoutée. Nous l’avons vu pour l’élevage et la chasse. Le pouvoir princier encourage probablement les spécialisations qui s’ébauchent dès le xive siècle, ceci dans le cadre d’une baisse de la population, mais aussi d’une demande urbaine renouvelée et vigoureuse. Rappelons que notre champ d’étude est proche de plusieurs villes prospères de la bordure méridionale du Massif central : Saint-Flour, Rodez, Millau, Lodève, Mende, Le Vigan, voire Cahors, Figeac, Villefranche-de-Rouergue, Albi, Montpellier, Nîmes...43 Les Armagnacs maintiennent donc leur autorité, quitte à laisser en place des coutumes locales (Montagnes du Rouergue), ou à partager cette autorité avec les seigneurs du cru44 ou encore avec le roi (Meyrueis).

Figure 1. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1358

Figure 1. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1358

Figure 2. — Le comté de Rodez et la vicomté de Creissels en 1391

Figure 2. — Le comté de Rodez et la vicomté de Creissels en 1391

Figure 3. — La vicomté de Creissels et la baronnie de Roquefeuil en 1308

Figure 3. — La vicomté de Creissels et la baronnie de Roquefeuil en 1308

Figure 4. — Le comté de Rodez en 1323

Figure 4. — Le comté de Rodez en 1323

Figure 5. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1404

Figure 5. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1404

Notes

1 Liber Miraculorum sancte Fidis, A. Bouillet éd., Paris, 1897, livre 1, ch. 33.

2 Aristocratie vassalique et pouvoir princier dans les domaines rouergats et cévenols de la famille d’Armagnac au xive siècle. Homagium principi, 2 vol., Thèse de l’Université de Toulouse II-Le Mirail, dactyl.

3 Cf. la figure 1 sur les domaines de la famille d’Armagnac en 1358.

4 Cf la figure 2 sur le comté de Rodez et la vicomté de Creissels en 1391.

5 Par exemple, en 1323, 35 dans la baylie de Roquefeuil et 13 dans celle de Creissels ; en 1323-1324, 14 dans la baylie de Montézic et 13 dans celle de Cassagnes-Comtaux.

6 Dans la baronnie de Roquefeuil, dans la vallée ou burle du Jaoul (de 836 à 1 030 m) qui a été aux trois quarts acquise par le damoiseau Bérenger d’Arre du damoiseau Guillaume de Montdardier, sire de Campestre, le nouveau seigneur retient des redevances annuelles sur les cinq manses du Jaoul, de Quatrefages, de Cazaldebert, de Bellière et des Fonzes, sur lesquels habitent cinq chefs de famille. Ces redevances comportent un terrage proportionnel du quart des blés et des légumes, un droit sur le transport des fromages, le pulveragium, fromages qui sont « fumés » dans les cabanes édifiées sur ces manses, et enfin un cens en argent, au total quelque 69,5 deniers : Tres panes unius quartonis indivise quarti bladorum et leguminum, quas percipio in mansis et valle de Jaollo, de Quatrefajas, de Cazaldebert, de Belheria et dels Fonzes, tres partes quartonis cazeorum qui levantur in dictis mansis, dum sunt ibi cabane, scilicet de una quaque cabana unum cazeum pro pulveragio, et censuum denariorum qui ibidem percipi consueverunt per Guillelmum de Montedesiderio, scilicet a Johanne de Quatrefajas duodecim denarios et obolum, a Bruno XVIII denarios, a Stephano de Quatrefajas IIII denarios et obolum, a Petro Parafons IX denarios et a Petro de Jaollo II solidos et III obolos. De ces revenus sont reversés au prince chaque année 67,5 deniers de cens, le prince ou ses représentants, les curiaux, ayant le pouvoir de contraindre les emphytéotes à s’acquitter de leurs charges auprès de leur seigneur : Pro predictis omnibus teneor solvere et dare vobis censualiter anno quolibet Vsolidos, VII denarios et obolum. Vos seu vestri curiales in dicta baronia debetis et tenemini ad mei requisitionem homines predictos tenuentes solvere, mihi dictos census conpellere ad solvendum (AD du Tarn-et-Garonne, Montauban, A 71, fo 20, 26 septembre 1308). Cf. la figure 3 sur la vicomté de Creissels et la baronnie de Roquefeuil en 1308.

7 J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, 1978, p. 52-55, a fait des remarques similaires pour le diocèse de Cahors.

8 Dans la baronnie de Roquefeuil, le damoiseau Bérenger d’Arre toujours, acquéreur en indivision du quart du manse de La Rouquette dans la paroisse Sainte-Marie de Sauclières (804 m), y reçoit annuellement sa part de l’agrier, le quint des blés et des légumes : Quarta pars quinti bladorum et leguminum indivisa quam adquisivi in manso de La Roqueta parrochie beate Marie de Cerclieriis, Ruthenensi dyocesio, a Guillelmo de Montedesiderio, domicello, domino castri de Campestre (AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 20, 26 septembre 1308).

9 Ibid., A 71, fo 22, 27 septembre 1308 : Unum pratum situm in manso de Valellis cum suo aqueductu et omnibus suis pertinentiis.

10 Ibid., fo 33v-34, 7 octobre 1308 : Territoria sive mansi de Combe, Crose et de Malmont dans la châtellenie de Creissels, au bord du causse du Larzac, appartenant à Guillaume Martin, marchand de Millau.

11 Une draya, aujourd’hui dénommée Grande Draille du Languedoc, relie le Tarnon à la basse vallée de l’Hérault par l’Aigoual et l’Espérou.

12 Le damoiseau Raimond de Valeilles, qui assure un service de garde au castrum de Roquefeuil pour le vicomte, peut en échange faire librement paître ses porcs sur la montagne et y chasser à sa guise : Debeo et possum enpastairar porcos meos in montana Rocafolii, sine pretio et pecunie datione. Etiam de venationibus que per me caperentur in dicta montana, non debetis vos dominium sive aliquid pro dominio habere (AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 3, 20 septembre 1308).

13 Indice de cette diminution, nous assistons à une chute du nombre des féaux princiers dans le comté de Rodez de 378 en 1323-1324 à 167 en 1384-1388.

14 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 24, 27 septembre 1308 : Duo stere et emina siliginis, X denarii Turonenses et unum pullum galline que habeo et percipio annuatim censualia, tam in terris quam in molendino dicti mansi : Si pagezii tenentes dictum mansum facerent ibi jacere cabanadas vel vacinadas, ego debeo percipere medietatem mutonis vel vacini qui levabitur de singulis cabanadis vel vacinadis ; et hoc pro tempore quo ibi jacebunt ; et vos debetis habere et percipere aliam partem dicti mutonis et vacini et unius casei.

15 Ainsi, dans la paroisse Saint-Sauveur-des-Pourcils, est mentionné un pulveragium, de pulvis la poussière, qui est une taxe prélevée pour le droit d’emprunter les routes. Elle est du quart d’un fromage, ce qui laisse penser que les bergers ou vachers étaient taxés sur le chemin en descendant à Meyrueis pour vendre leurs produits : Jus percipiendi quartam partem indivisam unius casei pro domino pulveragii quam habemus in singulis cabanis que ibi fierent quoquomodo (AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 14, 26 septembre 1308, B. Castangui, notaire habitant de la ville du Vigan, pour sa femme Agnès Sabatier).

16 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 3, 20 septembre 1308 : Si in montana Rocafolii inveniam nidos sive agres accipitrorum, debeo ex eis vobis unumprim reddere et tres alios retinere. Les damoiseaux Hugues et Raimond du Caylou de la paroisse Saint-Marcel-de-Fonsfouillouze fournissent aussi le prince : De nido sive aygre ancipitrorum, si inveniretur, vos haberetis unum ancipitrum primum de illis qui in ipso nido invenirentur (ibid., fo 6v-7, 23 septembre 1308). Ces éperviers ou autours (famille des accipitridés) et leurs nids ou aires sont cités dans l’hommage du damoiseau Pierre de Poujols, coseigneur du castrum de Folhaquier, sur les pentes de l’Aigoual : Exeptis et reservatis insuper mihi et meis aygribus ancipitrorum, venationibus et austoribus que invenirentur ab Aygoaldo inferius versus vallem Borniam usque adpassum del Elzil (ibid., fo 9v-10, 25 septembre 1308). Le chevalier Frédol de Folhaquier déclare pour le pré des Efrus à Meyrueis qu’il doit en cens un épervier ou une livre de cire : Promitto et teneor solvere de censu annis singulis cum fuero requisitus unum esperverum, aliter non teneor solvere dictum esperverum ob unam libram cere (ibid., fo 12-13, 25 septembre 1308). Cf. B. Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge : connaissance, affaitage et médecine des oiseaux de chasse d'après les traités latins, Paris, 1994, p. 45-50 et 75-86.

17 AD Tarn-et-Garonne, A 71, fo 3, 30 septembre 1308 : Quatuor stateres avene ad mensuram Cornutii et unum accipitrum annuatim pro censu et dominio.

18 Cf. notre article sur « Les mines d’argent du comte de Rodez. Étude de la charte de coutumes du Minier-de-Montjaux (Aveyron) », Revue du Rouergue, 64 (2000), p. 553-573.

19 Cf. J. Miquel, L’architecture militaire en Rouergue au Moyen Âge et l’organisation de la défense, 2 vol., Rodez, 1981, et Châteaux et lieux fortifiés du Rouergue, Rodez, 1982 ; M. Moreau, Les châteaux du Gard du Moyen Âge à la Révolution, Montpellier, 19992 ; R. Noël, Dictionnaire des châteaux de l’Aveyron, 2 vol., Rodez, 1971-1972.

20 Voir A. Debord, « Châteaux et société dans le Rouergue médiéval (xe-xiiie siècles) », dans Actes du colloque international de Najac, 1988, Château-Gaillard, XIV (1990), p. 7-27, et P. Bonnassie, « Les descriptions de forteresses dans le Livre des Miracles de Sainte Foy de Conques », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des Chartes, XXII (1982), p. 17-26. Gérard Pradalié identifie ce château comme celui de Perse, et non celui de Castelpers qui est, lui, sur le Céor, dans le Ségala. Le castrum de Perse serait donc situé au-dessus de l’église du même nom, sur le puech de Vermus, rive gauche du Lot, en face de la forteresse de Calmont-d’Olt, non loin d’Espalion (Cf. Id., « Aux origines de l’hôpital d’Aubrac », dans Les sociétés méridionales à l’âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France, xie- xiiie siècles), Hommage à Pierre Bonnassie, Toulouse, 1999, p. 265-268, notamment p. 267.

21 Cf. l’exemple de la baronnie de Peyre dans J. Belmon, « Une seigneurie châtelaine en Gévaudan aux xie-xiie siècles : la terre et le lignage des sires de Peyre », dans R. Fossier et Ph. Contamine dir., Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 69-97.

22 Cf. E. Guilhot, La famille Roquefeuil des origines jusqu’au xiiie siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirait, 1996, dactyl.

23 En 1323, les vicomtes ne disposent que de quatre logis, à Creissels, Cornus, Meyrueis et Valleraugue, alors que les comtes de Rodez en ont treize à la même date.

24 Cf. la figure 4 sur le comté de Rodez en 1323.

25 G. Pradalié rappelle dans « Aux origines de l’hôpital d’Aubrac... », op. cit., p. 266, que ces seigneuries ont des possessions étirées en pointe en direction d’Aubrac (comme les trois diocèses de Saint-Flour, Mende et Rodez, qui se rejoignent à la croix des évêques), comme si les monts avaient fait l’objet d’un partage coseigneurial, vraisemblablement après l’an mil.

26 Sauf pour Cassuéjouls qui est dans le détroit royal de Laguiole (AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 6v-7, juin 1323).

27 Au sud immédiat d’Estaing sur le chemin de Rodez.

28 Seul cas dans toute notre documentation, le terme de valles est utilisé comme synonyme de baylie pour Cabrespines.

29 AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 100v-101, 31 juillet 1323, pour Yvannus de Monte Petrozo, domicellus, coseigneur de Montpeyroux, d’Esparron et du Cayla, seigneur du Bousquet et de Tesq, et ibid., fo 80, 24 juillet 1323, pour Guillelmus de Sparro, dominus miles, coseigneur de Montpeyroux et d’Esparron. Le cadet de ce dernier, Ramundus de Sparro, domicellus, est de même fieffé pour des domaines moins amples dans la baylie de Cabrespines (ibid., fo 80v-81, 24 juillet 1323).

30 Ibid., fo 113, 9 août 1323.

31 AD Tarn-et-Garonne, A 76, fo 35v-37, 13 septembre 1360. Pour leurs autres terres, les seigneurs gévaudanais sont vassaux du roi et de l’évêque de Mende (cf. Feuda Gabalorum, H. Boullier de Branche éd., 2 vol., Nîmes, 1938-1949).

32 AD Tarn-et-Garonne, A 72, fo 104v-106, 6 août 1323 pour Aubrac, et fo 42, 6 juillet 1323 pour Canilhac.

33 Ibid., fo 73, 22 juillet 1323.

34 Cf. la figure 5 sur les domaines de la famille d’Armagnac en 1404.

35 AD Tarn-et-Garonne, A 80, fo 57-58, 13 juillet 1384. La baronnie de Sévérac comprend la haute vallée de l’Aveyron. La Roque-Valzergues est sur le causse dit de Sévérac.

36 Ibid., A 79, fo 14, 8 mai 1384. Dans quelques actes, Saint-Geniez-de-Rive-d’Olt et La Roque-Valzergues sont d’ailleurs qualifiées de « baronnies » pour signaler la supériorité de leur détenteur sur les hauts féodaux de leur ressort que sont les barons de Sévérac et de Calmont.

37 Ibid., A 80, fo 314, 13 janvier 1396.

38 Au vénérable maître Vivian de Rames, licencié ès lois et juge royal de 1349 à 1366, succède de 1375 à 1384 le vénérable maître Pierre Roux, bachelier en droit romain et juge comtal, habitant de la cité de Rodez.

39 Nous pourrions également parler de l’annexion de la vicomté de Carlat, aux limites de la Haute-Auvergne et du Rouergue, en 1393.

40 Cf. Ch. Higounet, Le comté de Comminges, de ses origines à son annexion à la couronne, 2, Toulouse, 1949, p. 547-562.

41 Voir Henri Morel, Jean de Labarthe et la maison d’Armagnac, un épisode de la concentration féodale au xive siècle, Toulouse, 1949, et dans Annales du Midi, LXI (1949), p. 257-311.

42 Cf. H. Martin, « L’évacuation des forteresses “anglaises” du Rouergue et des pays voisins (1387-1393) », dans Actes du 30e congrès d’études de la Fédération des sociétés académiques et savantes de Languedoc, Pyrénées, Gascogne, Rodez, 1974, p. 87-93.

43 Cf infra la communication de Jean-Luc Fray.

44 Le phénomène de la coseigneurie est très développé dans cette région. Il n’est qu’à voir les cas des castra de Montpeyroux et d’Esparron cités plus haut.

Table des illustrations

Titre Figure 1. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1358
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Figure 2. — Le comté de Rodez et la vicomté de Creissels en 1391
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 3. — La vicomté de Creissels et la baronnie de Roquefeuil en 1308
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 4. — Le comté de Rodez en 1323
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Figure 5. — Les domaines de la famille d’Armagnac en 1404
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23282/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search