Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La montagne traversée

La montagne dans la géographie médiévale

Christiane Deluz

Texte intégral

1Au cours de l’année 1188, Giraud de Barri, accompagnant l’archevêque Baudouin dans sa tournée de prédication de la croisade au pays de Galles, se trouve au cœur des montagnes du Breconshire :

  • 1 Praeterea montibus excelsis, praeterquam a borea, haec undique terra concluditur : a zephyro, mont (...)

Cette terre est entièrement enfermée dans de très hautes montagnes, de toutes parts sauf au nord. À l’ouest, par la montagne de Canterbochan, au sud, par les monts du midi dont le principal est appelé CaerArthur, c’est-à-dire, la Chaire d’Arthur, en raison des sommets jumeaux de ce promontoire qui s’avancent en forme de chaire. Et comme cette chaire est située sur une hauteur abrupte, le vulgaire lui a donné le nom d’Arthur, le plus grand et le plus renommé roi des Bretons. Sur le sommet le plus haut de cette montagne, jaillit une source bouillonnante. Elle est dans une sorte de haut puits maçonné et il n’en sort aucune rivière, mais on y trouve, dit-on, de temps en temps des truites. Grâce à l’obstacle dressé par la montagne face au midi, un vent frais défend le pays de la brûlure du soleil et le rend parfaitement tempéré, dans un air salubre. À l’est, enfin, s’étendent les montagnes de Talgarth et d’Ewyas1.

2Tous les voyageurs ne décrivent pas la montagne d’un trait aussi précis, mais, dans le paysage, elle s’impose au regard. Présente dans les textes, figurée sur les mappemondes, elle est un des éléments essentiels de l’architecture du globe terrestre auquel s’intéresse ce qui ne se nomme pas encore la géographie.

3Géographie descriptive des itinéraires, des récits de voyage, des Images du Monde, mais aussi géographie théorique des Traités sur la Nature et des Cosmographies, ce sont ces deux sortes de sources qu’il convient d’interroger. Je me bornerai ici aux auteurs de l’Occident latin, la géographie arabe demanderait à elle seule une autre étude, même si de nombreuses interférences existent entre savoir de cet Occident et savoir islamique. Sans négliger la partie descriptive, j’insisterai davantage sur la partie théorique où la réflexion, presque inexistante au départ, s’enrichit peu à peu de questionnements sur l’origine et l’évolution des montagnes. Nous passerons ainsi de la montagne dépeinte et nommée à la montagne reconnue et interrogée.

La montagne dépeinte

4La montagne dans les récits de voyage, pèlerinages ou autres, l’est rarement de façon objective, comme dans le texte de Giraud de Barri. Ce sont le plus souvent moins des descriptions que des impressions ressenties en raison de la pénibilité de la marche ou des risques encourus. Au ve siècle, Ethérie insiste sur la raideur des pentes à gravir et à descendre :

  • 2 Ethérie, Journal de voyage, H. Pétré éd. et trad., Paris, 1948, (Coll. Sources chrétiennes), p. 10 (...)

C’est avec une peine extrême qu’on fait l’ascension de ces montagnes les unes après les autres, car on ne les monte pas tout doucement en tournant et, comme on dit, en colimaçon, mais on monte tout droit comme au long d’un mur, et il faut descendre tout droit ces montagnes l’une après l’autre jusqu’à ce qu’on arrive au pied même de celle du milieu qui est le Sinaï proprement dit2.

5Au xve siècle, Félix Fabri s’effraie des glaces et des neiges qui lui barrent le chemin dans les Alpes autrichiennes (il est vrai que l’on est au mois de janvier 1483 !) :

  • 3 Per viam valde malam, glacie, nive et taxis distortam, in locum autem quendam devenimus, ubi via r (...)

Nous sommes arrivés dans un certain endroit par un très mauvais chemin, défoncé par la glace, la neige et les pierres, où la route royale avait été totalement arrachée par des amas de neige et de glaces. En effet, il était tombé la veille du haut de la montagne des blocs de neige qui avaient entraîné avec eux de grosses pierres et des arbres retournés jusqu’aux racines, et le passage n’était pas réouvert. Nous avons fait la traversée avec grande peine3.

6Ou encore, les textes nous disent une montagne aperçue depuis le pont d’une galère. Regard rapide, souvent imprécis :

  • 4 Circa occasum solis dicto die martis peregrini omnes et marinarii inceperunt videre montes Sicilie (...)
  • 5 Le voyage de la saincte cyté de Hierusalem faict en l’an 1480, Ch. Schefer éd., Recueil de voyages (...)

Vers le coucher du soleil, tous les pèlerins et mariniers commencèrent à voir les montagnes de l’île de Sicile, mais moi, le notaire Martoni, je n’ai rien pu voir car j’ai la vue faible4.
Nous veismes sur une grande montaigne ung feu et tantost apres en une aultre haulte montaigne dessus la ville, a une tour, se fist ung aultre signe de feu et est le guet du pays5.

7On retrouve à peu près les mêmes notations brèves, dès le xiie siècle, dans les routiers ou portulans qui signalent un mons magnus, mons excelsus, repères visibles pour le navigateur. Visions fugitives, auxquelles répondent les tracés schématiques des Images du Monde :

  • 6 Libanus mons Phoenicum altissimus... cujus ea pars quae est super eum ad Orientalem plagam respici (...)
  • 7 Mons Caucasus a Caspio mari orientis atollitur et per aquilonem vergens pene usque ad Europam porr (...)
  • 8 Et secundum Hieronymum libro Locorum, Galaad mons est ad terminum Phoenicis et Arabiae, collibus L (...)
  • 9 Pierre d’Ailly, Imago Mundi, E. Buron éd. et trad., Paris, 1930, 3 vol., p. 375.

Le Liban est une très haute montagne de Phénicie, [...] La partie du Liban qui le domine en regardant du côté oriental s’appelle Antiliban, c’est-à-dire contre le Liban6.
Le Caucase s’élève en Orient à partir de la mer Caspienne et, s’inclinant vers le nord, s’étend presque jusqu’en Europe7.
Et, selon Jérôme, le mont Galaad est à l’extrémité de la Phénicie et de l’Arabie, relié aux collines du Liban au sud, il s’étend à travers le désert jusqu’à ce lieu au-delà du Jourdain où vécut jadis Seon, roi des Amorites8.
Les Apennins sont cette chaîne de montagne qui, s’étendant tout au long de l’Italie, partage le pays en deux portions, dont l’une donne sur la mer Inférieure à droite, et l’autre vers la mer Intérieure sur le détroit de Sicile à gauche9.

8Il serait fastidieux de multiplier les citations. Une étude, non exhaustive, menée à partir du vocabulaire de textes géographiques fait apparaître dans les descriptions deux notions essentielles, celle de hauteur, souvent abrupte, de domination, et celle de clôture, de séparation.

  • 10 Voir les illustrations dans l’annexe. L’analyse de la représentation cartographique supposerait un (...)

9Ce sont les mêmes notions qui sous-tendent les tracés des montagnes dans la cartographie10 : lignes dentelées, suggérant la hauteur et la raideur des pentes et délimitant, avec les fleuves, les différentes parties ou régions du monde et, ici ou là, la pyramide d’un sommet remarquable. On peut l’observer tout au long de la période médiévale : des mappemondes de Beatus, d’Ebstorf, de Hereford, aux grands portulans de l’école de Majorque, jusqu’à la mappemonde de Ptolémée. Que ce soit dans les textes ou dans les cartes, la montagne est plus esquissée que décrite. Monde plus ou moins interdit, le seul pouvoir que l’on a sur lui sera celui de la dénomination.

La montagne nommée

  • 11 Un résumé de la nomenclature des montagnes se trouve dans J. K. Wright, The Geographical Lore of t (...)

10Cette dénomination, héritage antique reçu de l’Adversum paganos d’Orose, du De nuptiis Philologiae et Mercurii de Martianus Capella ou de l’Historia Naturalis de Pline, n’évolue guère au cours du Moyen Âge. On la retrouve à peu près inchangée des Etymologies d’Isidore de Séville à l’Imago Mundi de Pierre d’Ailly. Elle n’est pas modifiée dans l’Opus Majus de Roger Bacon, pourtant soucieux de mettre à jour la nomenclature géographique en Asie d’après les plus récents récits de voyage. Elle est conservée par les premiers humanistes italiens, par exemple Boccace dans le De montibus, alors qu’ils sont bien conscients des changements survenus dans la désignation des lieux depuis l’Antiquité. Cette persistance sera longue, on peut le voir avec les grands portulans du xvie siècle, comme celui de Diego Ribeira (1519) ou de Battista Agnese (1543)11.

11Avec les fleuves, les montagnes tracent, on l’a dit, les grandes délimitations des continents et des régions. Sans vouloir donner ici une liste exhaustive, on peut nommer les principales, que l’on retrouve citées dans les textes et figurées sur les cartes et mappemondes. Pour l’Asie, le Caucase est la pièce centrale, séparant la Mésopotamie des régions de la mer Noire et de la mer Caspienne entre lesquelles se trouvent les fameuses Portes Caspiennes fortifiées par Alexandre pour contenir les Barbares. Il se prolonge vers l’ouest par le Taurus, qui domine la Cilicie et l’Isaurie, vers l’est par les monts Parchoatras où naît l’Euphrate. On trouve ensuite, toujours en allant vers l’est, les monts Acrocerauni, des Portes Caspiennes aux sources du Tigre, puis les monts Ariobarzane et le mont Oscobares où naît le Gange, séparant l’Inde infra-gangétique de l’Inde ultra-gangétique (la péninsule indochinoise), les monts Paropanisades, où naît l’Ottogora, et enfin l’Imaus.

12En Europe, les monts Riphées donnent source au Tanaïs, les monts Hyperboréens se situent à l’extrême nord du continent, les Alpes pennines séparent la Pannonie de la Gaule Belgique, les Alpes proprement dites bornent l’Italie, et les Pyrénées, l’Espagne.

13En Afrique, les monts Catabathmon marquent l’entrée en Libye Cyrénaïque, le mont Astrix sépare la Mauritanie Césarienne des grands déserts, et l’Atlas est sur l’Océan à l’ouest.

14À ces grandes chaînes, il faut ajouter quelques sommets isolés remarquables, soit des volcans, Vésuve, Etna, mont Chimère en Lycie, soit des monts rendus célèbres par la mythologie ou la Bible : Olympe, Parnasse, Athos, Ararat, Sinaï, Thabor. Telle est, dans ses grandes lignes, la nomenclature fixée pendant dix siècles.

15Si la géographie descriptive demeure donc statique, la géographie théorique se montre plus dynamique, reconnaissant assez rapidement le rôle de la montagne sur les phénomènes météorologiques, puis climatiques et se posant des questions de plus en plus pressantes sur l’origine et l’évolution des montagnes.

La montagne reconnue

16Ouvrons à nouveau l’Itinerarium Kambriae. Parvenu à l’abbaye de Llantoni dans le Monmouthshire, Giraud de Barri s’enthousiasme des qualités du site :

  • 12 Stat autem in valle de Ewyas profundissima.... montibus aethereis orbiculariter undique conclusa, (...)

L’église Saint-Jean-Baptiste se trouve dans la profonde vallée de l’Ewyas... encerclée de toutes parts de montagnes atteignant l’éther... Ici, les montagnes engendrent des pluies très fréquentes, des vents vigoureux, et les nuages apportent une brume presque permanente. Et cependant, l’air est tempéré et salubre, d’autant plus clément et bienfaisant qu’il est troublé, et les maladies sont très rares. En effet, plus le vent vient du sud-est, plus il rend le ciel pur et subtil, et l’air pénétrant et agressif. Plus il tourne au contraire à l’ouest ou au nord-ouest, rendant l’air nuageux et épais, plus il est fécond, doux et salubre12.

17Mais ces remarques, liées à l’observation locale, ne vont pas sans poser quelques problèmes, le premier étant celui que soulève le duc de Normandie dans le Dragmaticon de Guillaume de Conches :

Puisque la chaleur vient du soleil et des parties supérieures et le froid, des parties inférieures, pourquoi y a-t-il du froid dans les montagnes dont les sommets sont au soleil, et proches des parties supérieures, et de la chaleur dans les vallées, qui sont proches des parties inférieures ?

18Le philosophe répond :

  • 13 Dux ; Cum calor sit a sole et a superioribus, frigus ab inferioribus, montium vero summitates soli (...)

Le feu ne peut s’allumer que dans l’épais et l’humide. Sur les montagnes, l’air est subtil, donc il ne peut s’enflammer, mais, en raison de sa légèreté, il est agité ici et là et se refroidit. Dans les vallées, au contraire, l’air est plus épais et presque immobile, les rayons du soleil touchant les pentes des montagnes sont renvoyés sur eux-mêmes et frappent l’air et, de partout, la chaleur se répand13.

19L’explication, qui montre une certaine compréhension du rayonnement terrestre, est reprise à l’envi par les auteurs postérieurs.

20Au siècle suivant, Thomas de Cantimpré, dans le De natura rerum, constate la présence de neige sur les très hautes montagnes qui « font les climats du globe », c’est-à-dire les grandes divisions climatiques, mais son explication utilise cette fois la disposition du relief plutôt que les propriétés des éléments :

  • 14 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, L. XIX, c. 2, H. Boese éd., 1973, cité par I. Vedrenne (...)

Il y a quatre façons d’envisager la terre, comme le dit Johannitius, selon l’altitude, la profondeur, le voisinage des montagnes et de la mer, l’équilibre de la terre. Les terres diffèrent entre elles selon ces quatre modes, car l’altitude apporte le froid, la profondeur, le contraire. Le voisinage des montagnes vers le midi rend la terre froide, car les montagnes font obstacle aux vents du midi, et les vents du nord cherchent à atteindre la terre de leur souffle froid14.

21Cette réflexion sur le rôle de la disposition du relief est conduite avec plus d’ampleur et de précision par Albert le Grand :

  • 15 Albert le Grand, De natura loci, P. Hossfeld éd., Aschendorff, 1980, c. 13, p. 21-23, cité par I. (...)

Mais l’abondant voisinage des montagnes donne des propriétés opposées au lieu selon la disposition des montagnes et leur altitude. En effet, si ce sont des montagnes peu élevées, la nature des lieux ne varie pas beaucoup ; et si elles sont assez hautes, alors d’une part elles sont fréquemment enneigées et, d’autre part, elles sont orientées soit en direction de l’Aquilon, soit vers le midi, soit vers l’orient, soit vers l’occident, et ferment le lieu. Et si certaines, regardant vers l’Aquilon, sont en avant d’un lieu, alors le lieu sera chaud par nature, parce que la réflexion qui frappe la montagne chauffe fortement le lieu.
Mais si les montagnes sont au midi, que le lieu regarde vers l’Aquilon et qu’elles sont nombreuses et hautes, le lieu sera d’un froid vif autant à cause des neiges sur les montagnes que parce que le lieu est sans défense face au vent du nord et dérobé au vent du sud. Et parce que le vent du sud dissipe les nuages, ce lieu sera froid et sain pour ceux qui y vivent, à moins qu’un autre accident ne l’empêche.
Et si les montagnes sont à l’orient et que le lieu regarde vers l’occident, dans la mesure où cela se produit, le lieu sera froid et humide, d’une humidité épaisse et impure... et ce ne sera pas un lieu bon à habiter. Si, en vérité, les montagnes étaient à l’occident et le lieu d’habitation à l’orient, alors ce lieu sera ouvert au vent d’est et protégé du vent d’ouest et, à cause de cela, il sera froid et humide, ayant un air troublé et pour cette raison peu sain15.

  • 16 Par exemple dans Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini, Livre I, 4e partie.

22Les parois montagneuses sont ainsi vues un peu comme les murs d’une maison pour lesquels il faut être très attentif aux ouvertures à pratiquer, conseil souvent donné dans les encyclopédies16.

  • 17 Barthélemy l’Anglais, Liber de proprietatibus rerum, L. XIV, c. II.

23De façon plus générale, l’influence des montagnes sur le climat est vue comme positive. Barthélemy l’Anglais juge les herbes de la montagne plus saines et plus propices à la bonne alimentation des animaux, car nourries d’humeurs plus subtiles et plus pures que dans la plaine. Les arbres, plus hauts, conviennent à la nidification des oiseaux et la forêt est un refuge pour les bêtes sauvages17.

  • 18 Vincent de Beauvais, Speculum naturelle, L. IV, c. CXII, éd. Douai, 1624, col. 303.

24Vincent de Beauvais vante les montagnes pour leur air clair et pur, leur eau légère et douce ; il voit leurs habitants de belle couleur, forts et sains, de haute taille et cependant humbles et doux, alors que ceux des vallées, condamnés à apaiser leur soif avec des eaux « non courantes », sont sujets aux maladies, voient leurs forces s’épuiser, sont petits, avec de grosses jambes, les poils noirs, la peau sombre et livide18.

25Mais si la montagne est ainsi reconnue pour son rôle bienfaisant, est-elle pour autant connue ? C’est dans cette recherche d’une meilleure connaissance que les géographes vont se heurter aux plus grandes difficultés.

La montagne interrogée

  • 19 Étymologies, XIV, 8.

26Les textes les plus anciens ne portent trace d’aucun questionnement. Isidore de Séville se contente d’une constatation : Montes sunt tumores terrarum altissimae, dicti quod sunt eminentes19.

  • 20 The Geographical Lore..., op. cit., p. 210.

27La montagne est taken for granted selon le mot de J. K. Wright20. Les lents mouvements de l’écorce terrestre ne semblent pas soupçonnés, les explications ne portant que sur les phénomènes immédiatement perceptibles, volcanisme et tremblements de terre. Et ces explications ne mettent pas en cause l’élément terre, jugé immobile dans sa pesanteur, mais le feu, l’eau ou l’air. Isidore de Séville rend compte ainsi des éruptions de l’Etna :

  • 21 Constat autem hunc ab ea parte, qua Eurus vel Africus flat, habere speluncas plenas sulphuris et u (...)

Il est évident que, dans cette région où souffle le vent du sud-est, ou Africus, il y a des cavernes pleines de soufre qui vont jusqu’à la mer. Ces cavernes, en recevant le flot de la mer, créent un vent qui, en s’agitant, fait jaillir le feu du soufre et ainsi paraît l’incendie21.

28L’explication est sans cesse reprise par la suite. L’Image dou monde de Gossouin de Metz la redit fidèlement :

  • 22 L’Image dou monde de Maître Gossouin, O. H. Prior éd., Lausanne, 1913, L. III, c. X, p. 142-143.

Et la terre a maintes vainnes qui sont toutes plainnes de soufre. Si en vient aucunes foiz un vent grant et fort qui s’en vient par l’yaue qui en sort. Et se deboutent si forment que li souffres en espart et art, aussi corne se ce fust un fournaisse ardant22.

29C’est également par l’air, cherchant à sortir des cavernes de la terre où il est enfermé pour rejoindre sa sphère naturelle que l’on rend compte des tremblements de terre. L’explication d’Isidore dans les Étymologies est, là encore, reprise par les auteurs, par exemple, sur le mode savant, par Adélard de Bath dans les Quaestiones naturelles perdifficiles :

  • 23 Movet enim terra particulariter quidem non universaliter. Hujus autem motus causae non suam qualit (...)

La terre tremble de façon partielle et non générale. Ce tremblement n’est pas l’effet de sa qualité, mais de la qualité de son contenant. C’est l’air qui la contient qui enferme la terre de toutes parts, mais emplit aussi l’intérieur de ses viscères et donc, appelé par l’air extérieur, l’air intérieur a une tendance innée à sortir en hâte. Dans cette intention, il emplit les cavernes de la terre. Quand il trouve un obstacle, il le frappe avec une grande force et ne cesse que quand il a trouvé une issue23.

30Alors que le Livre de Sydrach se situe sur un registre plus accessible :

  • 24 La Fontaine de toutes sciences duphilozophe Sydrach (v. 1268), Paris, A. Vérard, 1486, q. 222.

Les croules vienent de l’eaue qui durement court sur terre et fait grandes undes et gette grans vens. Et, a son encontrement, de l’air se serre et se amasse par caves qui sont soubz terre et par son grant serrement et sa grant force, il croule la terre et la fait toute remuer, et la crève là où la terre est foible et s’en yst hors et, à son yssir, il confont et abat tout. Mais là où la terre est forte et ferme, il la fait seulement trembler et non plus24.

31Mais, au-delà de l’observation, c’est à partir de problèmes théoriques que les auteurs vont peu à peu s’interroger sur la formation des montagnes. La question était double :

  • comment accorder le principe de la sphéricité parfaite des quatre éléments composant le cosmos selon la physique aristotélicienne et ces inégalités majeures de la surface terrestre que sont les hautes montagnes ?
  • comment accepter la discontinuité de la sphère de l’eau, percée en quelque sorte par les terres émergées ?

32Isidore de Séville est muet sur le premier point, mais déjà Bède s’en préoccupe dans le De natura rerum :

  • 25 Orbem terrae dicimus, non quod absoluti orbis sit forma, in tanta montium camporumque disparilitat (...)

Nous parlons de l’orbis terrae, non qu’il ait absolument la forme d’une orbe, avec une telle disparité de monts et de plaines, mais si l’on entourait d’un cercle l’ensemble des lignes de sa surface, on aurait la figure d’un orbe parfait25.

  • 26 Dragmaticon, op. cit., p. 185-186.
  • 27 Étymologies, XIV, 8.

33Dans le Dragmaticon, Guillaume de Conches propose au duc la comparaison avec un fossé, franchissable d’un seul pas par un homme, mais où un pou se croira dans une vallée profonde entourée de hautes montagnes26. Il faut signaler à ce propos que les altitudes étaient très mal évaluées. Les calculs par triangulation d’Eratosthène et de Dicéarque à l’École d’Alexandrie, au iiie siècle avant notre ère, donnaient dix stades (environ 1 500 m) pour les plus hautes. Connaissant les Alpes, Posidonios, au siècle suivant, avait proposé quinze stades (environ 2 500 m.). Mais on répétait à l’envi à propos de l’Olympe, le vers de Lucain, attribué faussement à Virgile dans les Étymologies : Nubes excessif Olympus27, ou encore les légendes sur l’Athos atteignant le « pur air ». Quant aux premiers alpinistes du xive siècle, confondant l’allure d’une montée en altitude avec celle d’une marche en plaine, ils arrivaient à des hauteurs démesurées, quatre lieues pour le Ventoux selon Buridan en 1330 ! Reste qu’il fallait rendre compte de l’origine de ces disparités sur une terre qui n’avait pu être créée que parfaitement sphérique.

34Une explication simple venait à l’esprit : l’action du Déluge. On la trouve par exemple dans le Livre de Mandeville :

  • 28 Jean de Mandeville, Le Livre des merveilles du monde, C. Deluz éd., Paris, 2000, p. 467.

Qar Nostre Seignur fist la terre toute reonde en le my lieu de firmament. Et ceo q’il ait montaignes et vallés ceo n’est qe pur la fluvie de Noé qe gausta la terre molle et tendre, et la dure terre et roche demouroient montaignes28.

35Mais les esprits plus exigeants ne se contentaient pas de ces raisons. Albert le Grand, dans le De mineralibus, en donne de plus argumentées, reprises par Vincent de Beauvais dans le Speculum naturale :

  • 29 Terra ut dictum est supra in initio dispositionis suae rotunda fuit et plana nec montes nec valles (...)

Comme on l’a dit, la terre fut à l’origine ronde et plane dans sa disposition et il ne s’y trouvait ni montagne, ni vallée. Maintenant, elle est montagneuse, et cependant sphérique... Les montagnes se forment par une cause tenant à leur essence quand la terre s’élève en raison d’un violent tremblement de terre et produit un mont. Ou par une cause accidentelle, par exemple si des vents ou de l’eau creusent une profonde caverne, cela provoque à côté une grande élévation. C’est là la principale cause des montagnes. Il y a aussi des terres molles, d’autres dures. Les molles sont emportées par les eaux et les vents, et les dures demeurent et forment une éminence... Les montagnes ont été formées il y a très longtemps, maintenant elles décroissent et, quand on trouve des veines d’argile sur les sommets, elles ne proviennent pas de la nature des roches, mais de ce que les montagnes ont été usées29.

36Mouvements que l’on pourrait qualifier de tectoniques, lent travail de l’érosion, on voit ainsi s’animer peu à peu l’élément « terre » vu jusque-là comme inerte et immobile. La recherche va encore progresser par l’examen de la deuxième question, celle de l’apparition et de la répartition des terres émergées.

37Dans un premier temps, les clercs s’en tinrent à la congregatio aquarum de la Genèse (Gen., I, 9-10) assortie d’une explication finaliste : plantes, animaux et êtres humains ont besoin, pour vivre, d’être en contact avec l’air. C’est ce qu’explique, par exemple, Guillaume d’Auvergne :

  • 30 Guillelmi Alverni, De Universo, pars I (v. 1230), cité par P. Duhem, Le système du monde,2e éd., P (...)

La disposition, place ou situation naturelle des eaux serait d’être autour de la terre ; les eaux devraient entourer la terre comme un vêtement... Mais ces eaux se sont séparées en partie... Les eaux se trouvent donc en un lieu qui ne leur est pas naturel ; elles y demeurent contrairement à la nature de leur pesanteur et de leur fluidité. Cela ne s’est accompli par aucune force naturelle ; c’est, comme nous l’avons dit, l’effet de la seule parole et du commandement du Créateur... Le rassemblement des eaux, la mise à nu de la surface de la terre, ont été accomplis en vue de l’œuvre du jour suivant, qui est la fécondation de la terre. En effet, tant que les eaux la recouvraient, la terre ne pouvait donner naissance à des herbes brillantes, ni produire de végétation. Ainsi, la réunion des eaux au lieu où elles se trouvent est une proposition qui dépend en partie de la science humaine, en partie de la théologie30.

  • 31 Voir sur ces questions, P. Duhem, Le système du monde, op. cit., IX, 5e partie, « La physique pari (...)

38On trouve cette même explication finaliste chez les géographes arabes. Elle est quelque peu laïcisée par Roger Bacon qui remplace la parole divine par l’intention de la nature universelle. Et elle se maintient au cours du xive siècle, par exemple dans les écrits de Pietro d’Abano, Nicolas de Lyre, Jean de Jandun31...

  • 32 Ibid., p. 132-133 ; 140-141 ; 282-283 ; 161-163.
  • 33 Ibid., p. 273-274.

39Mais, dès 1271, Robert l’Anglais, dans le Tractatus de sphera Johannis de Sacrobosco cum glosis, propose une explication astrologique trouvée chez les géographes arabes, l’encyclopédie des Frères de la pureté et de la sincérité (xe siècle) et al-Bitrùgi, traduit par Michel Scot en 1217 : plus nombreux et plus puissants au-dessus de l’oekoumène, les astres attirent la terre hors de l’eau « comme l’aimant attire le fer » selon les mots de Ristoro d’Arezzo rallié à cette thèse et dont le Libro della compositione del mondo (1282) allait faire autorité pendant plus de deux siècles. Il inspire notamment la Quaestio de aqua et terra attribuée à Dante32. Cela impliquait que la répartition des terres et des mers change selon le mouvement de précession des équinoxes, une rotation de trente-six mille ans selon les calculs de Ptolémée sur le retour de la Grande Année. Ce changement était en quelque sorte manifesté par la présence de coquillages fossiles dans des roches émergées, remarqués notamment par Albert le Grand dans le Liber de causis proprietatum elementorum33.

40Mais, au début du xive siècle, les recherches sur l’équilibre des pesanteurs menées à l’Université de Paris vont conduire à avancer une explication liée non plus aux astres, mais à la terre elle-même. Si elle se tenait immobile au centre du monde, c’était par le jeu de cet équilibre. C’est ce qu’explique dès 1116 Adélard de Bath dans les Quaestiones naturales perdifficiles. À son neveu qui lui demande « par quoi ou pourquoi » le globe terrestre, « qui est plus pesant que toute pesanteur » peut être soutenu dans l’air, il répond :

  • 34 Qua autem omnia pondera festinant illuc cadunt, nil enim ponderum casus est nisi ad medium locum f (...)

Là où tous les objets pesants se hâtent, ils tombent ; il n’y a de chute des corps qu’à cause de leur hâte vers le centre. Le lieu où ils tombent, je veux dire le point central, demeure stable et, quand ils ont atteint la stabilité, ils s’arrêtent, à moins qu’une force quelconque, appliquée à l’un d’eux, ne le détourne de son intention naturelle34.

41L’expérience montrant que la terre, dans sa partie émergée, était moins dense qu’en ses profondeurs, puisque mêlée d’eau et d’air, on en vint à retrouver l’hypothèse formulée dès le iie siècle de notre ère par Alexandre d’Aphrodisias commentant Aristote : le centre de gravité de la terre ne coïncide pas avec son centre de grandeur. Dans ses Quaestiones super libri Metheorum (v. 1340), Jean Buridan va tirer toutes les conséquences de cette supposition, il rejette l’explication astrale comme inadaptée à la durée des temps géologiques :

  • 35 Jean Buridan, Quaestiones super libri Metheorum, Q. 20, cité par P. Duhem, Le système du monde..., (...)

La cause du déplacement de la mer ne pourrait, cela va sans dire, se trouver dans le mouvement diurne. Les mouvements des astres sur l’écliptique ne peuvent pas davantage être causes de ce changement ; le plus lent de ces mouvements, qui est celui de Saturne, s’achève cependant en cinquante-trois ans... Vient enfin le mouvement de la huitième sphère, qui est le plus lent ; on dit en effet qu’en cent ans, il conquiert seulement un degré sur l’écliptique... S’il était la cause de ce changement, dans dix-huit mille ans, l’Océan serait tout entier où se trouve maintenant la terre habitable, et inversement... Mais c’est le contraire qui nous apparaît. S’il en était ainsi, en effet, quatre mille ans suffiraient à nous manifester une partie très notable, presque le quart, de cette permutation... Il est visible que cela est faux : Aristote est venu presque deux mille ans avant nous, et les Égyptiens dont parle Aristote l’avaient précédé d’autant. Et cependant, ce que les Égyptiens avaient dit de l’ordonnance des rivages, des pays, des grandes montagnes..., Aristote l’a trouvé vrai de son temps et nous le retrouvons tel qu’Aristote l’a trouvé35.

42Et il enseigne l’incessant, mais imperceptible mouvement qui soulève et détruit les montagnes :

  • 36 Ibid. q. 21, p. 301-302.

Il est nécessaire que toujours la terre se meuve... toujours et continuellement, en effet, les fleuves en tombant à la mer y charrient beaucoup de terre enlevée à l’hémisphère découvert ; cette terre tombe ensuite au fond de la mer... Partant, pour que le centre de gravité de la terre se fasse sans cesse centre du monde, ceci doit être : autant la moitié couverte s’accroît et s’alourdit, autant la terre entière se meut et s’allège du côté découvert qui s’est allégé... De ce qui précède, il résulte que les parties de la terre qui sont à présent au fond de l’Océan viendront un jour au centre du monde et que les parties qui sont au centre viendront à la surface externe de la terre découverte... Les montagnes qui sont aujourd’hui les plus hautes seront détruites36.

  • 37 E. A. Moody, « John Buridan and the Habitability of the Earth », Speculum, XVI (1941), p. 415-425.

43Mais cette théorie, reprise et diffusée notamment par Albert de Saxe, disciple de Buridan, supposait une terre scindée en deux hémisphères, l’un de terres émergées, l’autre recouvert d’eau et donc inhabitable, ce que plus d’un voyageur impatient commençait à mettre en doute. D’où les hésitations de Buridan lui-même, terminant sa Quaestio septima super libro secundo de caelo et mundo, où il délibère sur l’habitabilité des différentes parties de la terre, par ces mots dubitatifs : Et sic patet quaestio37.

44On le voit, à rencontrer et à contempler la montagne, on entre peu à peu dans une réflexion qui met en jeu non seulement la perception de l’espace, mais celle du temps. Murailles protectrices contre les excès des vents et de la chaleur, nourricières de bonnes plantes, d’animaux sains et de beaux hommes dans un air salubre, elles posent une question plus grave que celle de leur influence. Tant leur hauteur impressionnante que la fragilité de leurs roches, entraînées par les torrents qui les dévalent, conduisent à imaginer une durée qui dépasse infiniment non seulement les quatre mille ans écoulés selon la Bible depuis la Création, mais même les trente-six mille ans de la Grande Année.

45Dans ce temps ainsi distendu, l’espace à son tour s’élargit, faisant émerger la terre de la sphère de l’eau, pour la reconnaître tout entière habitable et peuplée, au-delà d’un oekoumène étroitement clos par l’Océan.

Notes

1 Praeterea montibus excelsis, praeterquam a borea, haec undique terra concluditur : a zephyro, montana de Canterbochan, ab austro montes habens meridionales, quorum principalis Kaerarthur dictus, id est cathedra Arthuri, propter gemina promontorii cacumina in cathedra modum se praeferentia. Et quoniam in alto cathedra et in arduo sita est, summo et maximo Britonum regi Arthuro vulgari nuncupatione est assignata. In excelso montis hujus vertice, fontis ebullit scaturigo. Est autem fons in putei modum altus, sed quadratus, nullum ex se rivulum faciens, in quo tamen et truttae quandoque, ut fertur, sunt repertae. His igitur obstaculis ad meridiem appositis, a phoebeo patriam fervore frigidior aura defendit, et insita aeris salubritate temperatissimam reddit. Ab euro vero, de Talgarth et Ewyas montana praetendit, Giraud de Barri, Itinerarium Kambriae, J. C. Dimock éd., Giraldi Cambrensis Opera, Londres, 1868, t. VI, p. 36.

2 Ethérie, Journal de voyage, H. Pétré éd. et trad., Paris, 1948, (Coll. Sources chrétiennes), p. 101.

3 Per viam valde malam, glacie, nive et taxis distortam, in locum autem quendam devenimus, ubi via regia totaliter fuit abrupta molibus nivium et glacierum ; ceciderant enim de altis montibus conglomerati moles nivium et secum petras grandes et arbores radicibus evulsas deorsum detraxerant praeterita die, necdum via facta fuerat, ideo cum ingenti labore pertransimus, dans Fratris Felicis Fabri Evagatorium in Terme sanctae Arabiae et Egyptiperegrinationes, C. D. Hassler éd., Stuttgart, 1843, 3, p. 441.

4 Circa occasum solis dicto die martis peregrini omnes et marinarii inceperunt videre montes Sicilie, sed ego, notarius Nicolaus videre non potui propter debilitatem visus, dans « Le pèlerinage de Nicolas de Martoni 1394) ( », L. Le Grand éd., Revue de l’Orient latin, 3 (1895), p. 566-669, en particulier p. 578.

5 Le voyage de la saincte cyté de Hierusalem faict en l’an 1480, Ch. Schefer éd., Recueil de voyages et documents pour servir à l’histoire de la géographie, II, Paris, 1882, p. 35.

6 Libanus mons Phoenicum altissimus... cujus ea pars quae est super eum ad Orientalem plagam respiciens Antilibanus appellatur, id est, contra Libanum, dans Etymologiarum Libri XII, W. W. Lindsay éd., XIV, 8.

7 Mons Caucasus a Caspio mari orientis atollitur et per aquilonem vergens pene usque ad Europam porrigitur, dans Honorius Augustodunensis, Imago Mundi, V. Flint éd., Archives d’Histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 1982, p. 58.

8 Et secundum Hieronymum libro Locorum, Galaad mons est ad terminum Phoenicis et Arabiae, collibus Libani copulatus ad meridiem, extenditurque per desertum usque ad locum ilium, ubi trans Jordanem habitavit olim Seon rex Amorraeorum, R. Bacon, Opus Majus, J. H. Bridges éd., Oxford, 1897-1900, 3 vol., I, pars. IV, p. 343-344.

9 Pierre d’Ailly, Imago Mundi, E. Buron éd. et trad., Paris, 1930, 3 vol., p. 375.

10 Voir les illustrations dans l’annexe. L’analyse de la représentation cartographique supposerait une autre étude.

11 Un résumé de la nomenclature des montagnes se trouve dans J. K. Wright, The Geographical Lore of the Time of the Crusades, New York, 19652, ch. XII, notamment p. 270-335. Pour les cartes et mappemondes, voir K. Miller, Mappaemundi, die ältesten Weltkarten, Stuttgart, 1895-1898, 6 vol. et M. de La Roncière et M. Mollat, Les Portulans, Paris, 1984.

12 Stat autem in valle de Ewyas profundissima.... montibus aethereis orbiculariter undique conclusa, ecclesia sancti Johannis Baptistae... Pluviae quas montanas creant hic creberrimae, venti pervalidi, nebulae sunt bruma fere continuae. Et tamen aeris quanto obtusions tanto benignioris et clementioris salubri temperantia, morbi rarissimi... Nam... quanta ad euri partes magis acceditur, tanto coeli faciens quo purior et subtilior, tanto penetrabilior et inclementior aer illustrat. Quanto vero ad circii zephyrique fines magis vergitur, occiduam temperiens quo nubilosior et obtusior, tanto benignior atque salubrior aura fecundat, dans Giraud de Barri, Itinerarium Kambriae, op. cit., p. 37-38.

13 Dux ; Cum calor sit a sole et a superioribus, frigus ab inferioribus, montium vero summitates soli sunt et superioribus propinquiores, valles vero inferioribus : quare in illis est frigus, in istis calor ? Philosophus : Huius rei solutionem superius hanc posuimus quod ignis accendi non potest nisi in spisso et humido. In predictis vero montibus, aer subtilis est, unde accendi non potest, sed ex sui levitate huc et illuc impellitur frigidusque efficitur. In convallibus vero aer spissior est et fere immobilis, radii vero solis tangentes latera montium sese resiliendo percutiunt : ex quibus omnibus calor accenditur, dans Guillaume de Conches, Dragmaticon, (v. 1130), I. Ronca éd., Turnhout, 1997 (Corpus Christianorum CCII), p. 194-195.

14 Thomas de Cantimpré, Liber de natura rerum, L. XIX, c. 2, H. Boese éd., 1973, cité par I. Vedrenne, « Temps et climat », p. 83, dans Le temps qu'il fait au Moyen Âge, J. Ducos et C. Thomasset dir., Paris, 1988.

15 Albert le Grand, De natura loci, P. Hossfeld éd., Aschendorff, 1980, c. 13, p. 21-23, cité par I. Vedrenne, op. cit., p. 84.

16 Par exemple dans Li Livres dou Tresor de Brunetto Latini, Livre I, 4e partie.

17 Barthélemy l’Anglais, Liber de proprietatibus rerum, L. XIV, c. II.

18 Vincent de Beauvais, Speculum naturelle, L. IV, c. CXII, éd. Douai, 1624, col. 303.

19 Étymologies, XIV, 8.

20 The Geographical Lore..., op. cit., p. 210.

21 Constat autem hunc ab ea parte, qua Eurus vel Africus flat, habere speluncas plenas sulphuris et usque ad mare deductas, quas speluncas recipientes in se ventum creant qui agitatus ignem gignit ex sulphure, unde est quod vident incendium, dans Étymologies, XIV, 8.

22 L’Image dou monde de Maître Gossouin, O. H. Prior éd., Lausanne, 1913, L. III, c. X, p. 142-143.

23 Movet enim terra particulariter quidem non universaliter. Hujus autem motus causae non suam qualitatem dico sed continentis effectus. Continens aer vero, qui cum terram undique versus claudat ei se etiam intrinsecus visceratis informat. Hinc igitur exteriore suo vocante cum visu innativo properat exire, adunatusque cavernas terre intentione hac impleat, dum obstaculum reperit, ipsum vi magna concutit, nec quiescit donec exitum invenit, dans Adélard de Bath, Quaestiones naturales perdifficiles (1116), BnF, Incunable, R. 900.

24 La Fontaine de toutes sciences duphilozophe Sydrach (v. 1268), Paris, A. Vérard, 1486, q. 222.

25 Orbem terrae dicimus, non quod absoluti orbis sit forma, in tanta montium camporumque disparilitate, sed cujus amplexus, si cuncta linearum comprehendantur ambitu, figura absoluti orbis efficiat, dans Bède, De natura rerum, Ch. W. Jones éd., Paris, 1975 (Corpus Christianorum, CXXIII A), c. XLVI, p. 228.

26 Dragmaticon, op. cit., p. 185-186.

27 Étymologies, XIV, 8.

28 Jean de Mandeville, Le Livre des merveilles du monde, C. Deluz éd., Paris, 2000, p. 467.

29 Terra ut dictum est supra in initio dispositionis suae rotunda fuit et plana nec montes nec valles erant in ea. Nunc autem est montuosa sed tamen sphaerica... Quandoque ex causa essentiali montes fiunt, quando scilicet ex vehementi terraemotu elevatur terra, et fit mons. Quandoque vero ex causa accidentali, ut cum ex ventis, vel aquae ductu accidit et fit paulatim cavatio profunda. Sicque fit juxta eam eminentia magna, et haec praecipua est montium causa. Sunt enim quaedam terrae molles et quaedam durae. Molles quidem aquaeductibus ventisque tolluntur, durae vero remanent, sicque fit eminentia... Montes quidem per multa tempora facti sunt, sed num decrescentes sunt, venae autem lute ae quando reperiuntur in eminentiis non sunt de materia illa lapida, sed de eo quod de montibus diminuitur, dans Speculum naturale, L. VI, c. XX, De montibus et causis eorum, éd. Douai, 1624, col. 382.

30 Guillelmi Alverni, De Universo, pars I (v. 1230), cité par P. Duhem, Le système du monde,2e éd., Paris, 1958-1959, 10 vol., IX, p. 109-110.

31 Voir sur ces questions, P. Duhem, Le système du monde, op. cit., IX, 5e partie, « La physique parisienne au xive siècle ».

32 Ibid., p. 132-133 ; 140-141 ; 282-283 ; 161-163.

33 Ibid., p. 273-274.

34 Qua autem omnia pondera festinant illuc cadunt, nil enim ponderum casus est nisi ad medium locum festinatio. Illud vero ad quod cadunt loci dico punctus medius stabilisperseverat, illa igitur dum ad stabilitatem cadunt non deserunt nisi si alicui eorum vis inferatur unde a naturale intentione depellatur, dans Adélard de Bath, Quaestiones naturales perdifficiles, op. cit., Q. XLVIII.

35 Jean Buridan, Quaestiones super libri Metheorum, Q. 20, cité par P. Duhem, Le système du monde..., op. cit., p. 293-294.

36 Ibid. q. 21, p. 301-302.

37 E. A. Moody, « John Buridan and the Habitability of the Earth », Speculum, XVI (1941), p. 415-425.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search