Versión clásicaVersión móvil

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La montagne traversée

La montagne est-elle une frontière ? Le témoignage de la circulation monétaire d’après les trésors alpins

Yves Coativy

Texto completo

Nous remercions Monsieur Jean Duplessy de nous avoir autorisé à consulter son inventaire manuscrit des trésors, ainsi que Messieurs Marc Bompaire et Michel Dhénin pour leur aide et leur gentillesse.

  • 2 On lira en particulier les actes du colloque Circulation monétaire régionale et suprarégionale. Étu (...)

1La mer, la Manche par exemple, apparaît très souvent aux yeux des « continentaux » comme une frontière, sorte de barrière infranchissable que seul Guillaume le Conquérant a su dompter, et il a fallu attendre l’inauguration du tunnel France-Angleterre pour que cette insularité soit enfin définitivement levée. Or, d’un point de vue économique et culturel, la mer est au contraire un lien entre les hommes, et les monnaies anglaises ou espagnoles trouvées sur le sol français en témoignent. Nous avons voulu savoir si cette situation était constatable dans les Alpes, et il se trouve que la monnaie italienne est un excellent marqueur des relations économiques qui unissent les deux versants des Alpes2. Le corpus des trouvailles monétaires françaises et suisses permet de tirer quelques conclusions qui, même si elles doivent être confrontées à d’autres résultats, permettent d’éclairer le problème posé, ainsi que de reposer celui d’une évidence rare : les grosses pièces italiennes d’argent et d’or sont-elles vraiment des monnaies internationales ? Avant d’entrer dans le vif du sujet, il reste à régler un problème de définition : qu’est-ce qu’une monnaie italienne, alors même que la Savoie possède des ateliers en Italie du Nord (Turin) et en Suisse ? Nous avons retenu comme monnaies italiennes celles dont le pouvoir émetteur se situe en Italie (Venise, Rome...), sans pour autant écarter de l’étude les monnaies savoyardes émises Outremont. Nous aborderons en premier lieu l’argent, pour traiter ensuite de l’or. Ce découpage peut sembler artificiel, mais il reprend l’évolution chronologique marquée par le retour tardif de l’or dans la circulation occidentale, et donne à l’étude toute sa pertinence.

État des lieux

  • 3 J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 51 (...)
  • 4 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 284.

2Traverser les Alpes au Moyen Âge n’est pas une mince affaire, et en dehors des raisons habituelles qui poussent les hommes à se déplacer, le franchissement de la montagne est essentiellement motivé par les affaires, et concerne donc surtout les marchands qui gagnent les foires de Champagne, de Lyon, de Genève et d’Allemagne (Francfort). Pour cela, le chemin le plus court pour passer de l’Italie du Nord à l’Allemagne du Sud ou à la France du Centre est d’emprunter un col. Si l’opération est compliquée par la présence endémique de bandits et les nombreux péages, le danger de perdre la marchandise est bien moindre que sur mer. C’est au xiiie siècle que nobles et communautés villageoises des Alpes s’entendent pour faciliter le commerce en aménageant des routes là où n’existaient que des sentiers. C’est ainsi que s’ouvrent après 1250 les cols du Simplon et du Saint-Gothard. Le Simplon permet de faire communiquer le bassin du Pô avec le Rhône supérieur, le Piémont et le Valais, et de relier Turin et Milan à Berne et Bâle. Le Saint-Gothard unit Milan à Zurich aussi bien qu’à Constance. L’ouverture de ces deux routes valorise le rôle de Milan en Italie, de Stuttgart, Augsbourg et Ratisbonne en Allemagne, sans oublier le désenclavement de la Suisse. Les cours supérieurs du Rhin, de l’Elbe et de la Weser ne sont plus des culs-de-sac. De nouvelles routes s’ouvrent par la suite, au profit de Milan en particulier, celles du Splüngen et du San Bernardino qui unissent la Valteline aux rives du lac de Constance, et qui permettent le développement du commerce entre le Trentin et l’Europe danubienne, par le Tyrol et le col du Brenner. De fait, le trafic s’effondre au Grand-Saint-Bernard, qui sert surtout aux relations de la Savoie et du Dauphiné avec le Piémont, et la route du Mont-Cenis perd toute importance dans le commerce à longue distance, avant de retrouver un peu de lustre au xive siècle dans les relations intra-savoyardes, puis au xve siècle avec le développement des foires de Lyon3. Les comptes des ports, passages et péages qui contrôlent les différents cols franchissant les Alpes, du Mont-Cenis au Brenner, indiquent un trafic régulier la plus grande partie de l’année. En six mois de l’année 1340-1341, au péage de Jougne (route du Saint-Gothard et du Simplon), on relève un peu moins d’un passage tous les deux jours, pour l’essentiel des Lombards et des transporteurs savoyards, comtois et bourguignons, qui transportent de l’Italie vers le nord toutes sortes de produits orientaux et méditerranéens (draps, armes, chevaux, etc.). À la même époque, le passage annuel par les cols du Grand-Saint-Bernard et du Simplon porte sur 140 à 160 tonnes de marchandises, soit un millier de sommées4.

  • 5 P. Racine, L’Occident chrétien au xiiie siècle. Destin du Saint Empire et de l’Italie, Paris, 1994, (...)
  • 6 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, op. cit., p. 375.
  • 7 A. Demurger, Temps de crise, temps d’espoir xive-xve siècle, Paris, 1990, p. 289.

3Dans le même temps, en Italie, Venise, Gênes et Pise se font une concurrence effrénée. Les Vénitiens s’imposent dans le monde byzantin après la quatrième croisade, jusqu’en 1258, date à laquelle les Génois commencent à les concurrencer à Constantinople. En 1284, les Génois viennent à bout des Pisans, dont l’activité commerciale décline désormais. Dans le courant du xiiie siècle se mettent en place des lignes maritimes fiables et régulières vers Londres et Bruges, ce qui n’empêche pas les Génois de passer par le Mont-Cenis pour se rendre aux foires de Champagne5. On constate des changements dans la fréquentation des foires à la fin du Moyen Âge. Celles de Francfort-sur-le-Main connaissent une grande période d’activité dans les années 1330-1400, et l’on y trouve des produits allemands mais aussi hongrois (chevaux) et italiens (de Venise, Bologne et Lucques en particulier), alors qu’à partir de 1397, les Milanais désertent les foires flamandes. Les quatre foires de Genève, mentionnées dès 1262, reconnues par le comte de Savoie en 1285, sont largement fréquentées par les marchands toscans et lombards à la fin du xiiie siècle, en même temps que se précipite le déclin des foires de Champagne. Elles connaissent leur apogée dans les années 1450 : on y trouve des Milanais (venus par le col du Simplon), des Florentins, des Génois (caravanes par les cols du Mont-Cenis et du Grand-Saint-Bernard), ainsi que des Français venus du Midi et du Centre6. Une mosaïque de principautés et d’évêchés d’Empire contrôlent la région, mais il faut souligner qu’un grand pouvoir fédérateur, le comté de Savoie, organise l’ensemble, qui s’étend de part et d’autre des Alpes, sur les versants français, suisse et italien. Le traité de 1355 définit les conditions de vie entre la Savoie et le Dauphiné : la Savoie cède le Viennois au Dauphiné en échange du Faucigny, du pays de Gex et du Bugey, ainsi que l’hommage du comté de Genève. Pour ce dernier, l’acquisition est complète en 1401, à l’exception de la ville de Genève. En 1388, Jean de Grimaldi, baron de Beuil, lègue son comté de Nice (qui s’étend jusqu’à la haute Durance) au comte de Savoie. En 1401, le Piémont puis le marquisat de Saluces sont définitivement acquis à l’État le plus puissant des Alpes, qui contrôle les principales routes alpestres vers Lyon, Genève, l’Italie, et l’Allemagne, du Mont-Cenis au Simplon7. Ce puissant ensemble est érigé en duché en 1416 par l’empereur Sigismond.

Le témoignage des trésors : la monnaie d’argent8

  • 8 Pour alléger la publication, nous ne donnons pas le détail des trésors publiés, mais nous le tenons (...)
  • 9 La lecture de la documentation usuelle, comme les deux livres de Jean Duplessy, ne nous a pas permi (...)

4En dehors des informations politiques et artistiques que livrent les pièces du fait de leur types et de leurs légendes, les listes des monnaies trouvées dans le sol (trésors, trouvailles isolées et monnaies de fouilles) permettent une approche économique originale, surtout pour une époque où la documentation est souvent lacunaire. En effet, on peut facilement les identifier et donc en donner l’origine, ce qui permet une cartographie précise. Pour aboutir à des résultats fiables, nous avons recensé des trésors qui couvraient de façon régulière la période étudiée, en essayant d’en avoir suffisamment pour éviter les distorsions liées à un corpus trop étroit. En plus de la dispersion des espèces, nous avons étudié leur répartition chronologique, pour établir grossièrement l’origine géographique et la date d’apparition des monnaies italiennes dans la circulation. Nous nous sommes arrêté plus spécialement sur quelques trésors bien décrits et particulièrement représentatifs, mais il faut remarquer que ce travail a été rendu difficile par la maigre documentation française9, que nous avons efficacement complétée par une vingtaine de trésors suisses bien décrits. En théorie, les échanges se pratiquent avec de grosses monnaies d’argent et surtout d’or, dites « internationales », que l’on présente le plus souvent comme des pièces italiennes, ducats de Venise, genovini de Gênes, florins de Florence et de Milan, et bolognini de Bologne.

  • 10 A. M. Stahl, « The circulation of medieval venetian coinages », dans Moneta locale, moneta stranier (...)

5La diffusion des monnaies vénitiennes selon Alan M. Stahl (voir figures 1-5, 9)10, et en particulier celles des piccoli (petites pièces d’argent puis de cuivre) et des gros est particulièrement révélatrice. Un simple coup d’œil sur la carte des monnaies de fouilles permet de constater que les piccoli ne circulent qu’autour de Venise, sentiment confirmé par les trésors qui indiquent une aire de circulation un peu plus large mais très nettement limitée au sud des Alpes. Ceci s’explique facilement du fait qu’il s’agit d’une monnaie d’appoint de mauvaise qualité, dont on peut penser qu’elle n’est acceptée qu’à proximité de l’atelier émetteur. L’aire de circulation de la grosse monnaie d’argent est nettement plus large, mais offre sur le fond des aspects similaires. Quelle que soit la période à laquelle on se place, les grossi ne circulent que dans la zone d’influence de la Sérénissime, c’est-à-dire la côte dalmate, la Grèce et les comptoirs du Proche-Orient, et les variations de dispersion suivent d’ailleurs les évolutions du rayonnement du grand port. Le corpus de trésor permet de distinguer trois grandes périodes. Du xie au xiiie siècle, on constate pour l’essentiel la circulation de deniers locaux, agrémentée de quelques deniers étrangers. De 1300 à 1430-1440, l’ensemble est plus varié et si les monnaies régionales occupent bien le terrain, les espèces étrangères sont de plus en plus fréquentes. Enfin, au milieu du xve siècle, la circulation monétaire devient nettement interrégionale et internationale. Nous n’avons retenu dans le tableau de synthèse que les trésors comprenant des monnaies italiennes, ce qui nous a amené à écarter plus de la moitié de l’échantillon, ce qui n’est pas surprenant compte tenu du fait que les monnaies d’argent ont le plus souvent une aire de diffusion locale, contrairement aux monnaies d’or.

  • 11 Ulrich Klein, « Bermerkungen zum Anteil italienischer Münzen des Mittelalters am Geldumlauf in Südw (...)
  • 12 Sur la difficulté d’interprétation des « trésors-papiers » et le hiatus constaté entre les textes e (...)

6L’échantillon commence avec le trésor de Paladru, le premier à contenir des monnaies d’argenr italiennes. Les espèces milanaises sont de loin les plus présentes parmi celles qui circulent en Suisse et près des Alpes, impression confirmée par leur place dans les monnaies de fouilles. La carte de diffusion d’Ulrich Klein11 montre faire de diffusion des monnaies milanaises dans le sud-ouest de l’Allemagne, au nord du lac de Constance (le Bodensee) (figure 6). Il faut constater le rôle des vallées (Rhin, Neckar et Danube) dans la diffusion de la monnaie, qui sous-entend bien sûr les routes commerciales. Par contre, le gros tournois est relativement discret. Remarquons enfin le hiatus entre la documentation écrite qui signale des pros de Bohême, qui n’apparaissent pas de la même façon dans les trésors12.

7Nous pouvons aussi nous attarder sur le cas fort intéressant des monnaies savoyardes, frappées de part et d’autre des Alpes. L’étude des trésors suisses de La Tuffière et de Noréaz permet d’apporter quelques éléments de réponses à la circulation transalpine de l’argent au sein d’un même ensemble géopolitique. La trouvaille de La Tuffière (enfouie vers 1435) est décrite par Colin Martin comme un trésor d’accumulation de 242 monnaies à l’état d’usure homogène qui indique la contemporanéité de leur circulation, et l’on constate sur la carte de répartition que la moitié des monnaies identifiée est frappée à Turin. Dans le cas du trésor de Noréaz (enfoui vers 1480), composé de 197 monnaies dont 4 en or et le reste en argent, accumulées sur une quarantaine d’années, on ne trouve dans les monnaies savoyardes qu’une pièce frappée à Turin, toutes les autres étant du nord des Alpes. Ces deux trouvailles indiquent peut-être un basculement de la circulation monétaire entre la première et la deuxième moitié du xve siècle, mais il faudrait compléter l’étude par d’autres trésors bien décrits pour confirmer cette impression, qui peut être remise en cause par d’autres trouvailles ou qui reflète l’activité plus ou moins importante des ateliers savoyards.

Tableau 1. – Ventilation chronologique des monnaies italiennes d’argent dans quelques trésors français et suisses

Tableau 1. – Ventilation chronologique des monnaies italiennes d’argent dans quelques trésors français et suisses
  • 13 Il faut y ajouter Spolète, la Sicile et le royaume de Naples.

Note 1213

La circulation de l’or14

  • 14 En dehors des études de P. Spufford, Money and its use in medieval Europe, Cambridge, 1988, en part (...)

8Les cartes de diffusion de la monnaie d’or n’apportent pas les mêmes informations que les précédentes. En effet, l’or est utilisé dans les échanges de grandes valeurs, locaux, régionaux mais aussi internationaux, et si les pièces d’argent traversent peu les frontières, des monnaies d’or de toutes origines sont utilisées en Occident. Une vérité bien installée dans l’historiographie veut que les monnaies d’or italiennes soient dès leur origine des monnaies internationales et qu’elles circulent sans frontière en Occident. Si cette affirmation est partiellement exacte, les trésors nous montrent une situation moins tranchée, avec des concurrences qui s’affirment avec le temps. Jusque dans les années 1340, le florin de Florence domine la circulation de l’or, en Italie et au-delà, et le ducat vénitien est rare sur le marché. Après 1343, date de l’arrivée de grandes quantités d’or à Venise, la proportion de ducats en circulation augmente, mais ils n’arrivent pas pour autant à concurrencer le florin, sauf en Grèce. Il faut aussi remarquer que l’on trouve habituellement ces deux monnaies conjointement avec des florins du Rhin et de Hongrie.

  • 15 B. Zâch, dans « Fremde Münzen... », op. cit., souligne le rôle de zone de contact de la Suisse entr (...)
  • 16 H.-J. Geiger, « Le trésor monétaire de Ruéras (Grisons) du xive siècle », BSFN, nov. 1981, p. 114-1 (...)
  • 17 Même situation en France, cf. J. Duplessy, « Les monnaies allemandes et autrichiennes dans les trés (...)
  • 18 C’est le constat de P. Spufford dans la conclusion du colloque de Cambridge, Moneta locale, moneta (...)

9La ventilation chronologique est riche d’enseignements. Comme c’est fréquemment le cas, elle n’est pas homogène mais sujette à des évolutions, assez nettes dans le cas qui nous intéresse. La circulation de florins et de gros est attestée à Bâle dès 1281, puis dans des trésors comme ceux de Tavetsch-Ruéras ou Lausanne15. Dans le courant du xive siècle, l’or italien se systématise dans les trouvailles, et après 1350, le florin domine. Vers 1400, il disparaît complètement de l’échantillon retenu et cède la place à d’autres monnaies italiennes (de Gênes, Rome, Venise et Milan) dont aucune n’arrive à prendre l’avantage, mais ces espèces sont aussi nettement complétées dans la circulation par les florins du Rhin, plus concurrentiels, selon un processus qui relève clairement de la loi de Gresham16. Cette place importante, occupée très tôt par les monnaies « rhénanes », ne se dément pas au long d’un siècle et demi, et offre une variété d’origines que nous n’avons pas détaillée ici17. L’affaiblissement du titre de ces pièces en 1385 puis en 1399 a pour effet de couper en deux les aires de circulation : l’Italie garde sa monnaie, alors que le nord des Alpes s’aligne sur la plus faible et donc sur les espèces rhénanes, ce qui explique leur place dans les trésors du nord des Alpes18. Enfin, il faut souligner la trace éphémère laissée par les monnaies d’Europe centrale, pourtant attestées par les textes.

  • 19 Ces monnayages mériteraient une étude spécifique ; sur la monnaie de Savoie, on lira une synthèse a (...)
  • 20 A. Engel et R. Serrure, op. cit., III, p. 1042-3.

10Même si elles sont d’origines différentes, ces pièces relèvent du système italien ducat/florin. Il y a bien dans les trésors des écus français ou de grosses monnaies d’or flamandes, mais on trouve majoritairement des monnaies d’échelle italienne, florins et ducats. Les trésors, composés uniquement de monnaies de ce type, sont nombreux (Buzerach, Liesle, Constance, Aumont...), et la somme des monnaies d’or convenablement décrite dans le corpus de trésors donne un résultat on ne peut plus net, avec 89,5 % monnaies de type florins/ducat (204) contre 10,5 % de type écu (24). Les phénomènes d’imitation vont exactement dans le même sens. Le florin savoyard, qui typologiquement tient pour une face du florin de Florence et pour l’autre du florin de Milan, est tout à fait révélateur. Amédée VI (1343-1383) adopte en 1352 la monnaie d’or en imitant le florin, avec l’écu savoyard comme différent, mais il copie aussi les écus et les moutons français. Amédée VIII (1398-1434) unit le Piémont à la Savoie en 1418. En 1430, il émet un ducat d’or représentant le duc à genoux devant saint Maurice, mais ses successeurs copient les monnaies royales françaises ; quant à Charles Ier (1482-1490), il adopte le style renaissant. Il semble que pour la Savoie, l’alignement sur la monnaie française se fasse plus net au xve siècle, avec apparition sous Louis Ier (1434-1465) d’un écu d’or, et une tendance pour les monnaies d’argent (les parpaiolles) à reprendre les types royaux19. La Savoie n’est pas la seule à subir l’influence des monnaies d’or italiennes, et on peut citer l’évêque de Lausanne Gui de Prangins (1375-1394) qui imite les monnaies milanaises, ainsi que son successeur Guillaume de Menthonay (1394-1406). Le lien est tellement fort qu’il embauche pour son atelier le monnayeur milanais Jean de Canturio20.

11Parti d’une évidence rare, ce travail vient renforcer la notion de porosité des Alpes à la fin du Moyen Âge, et des trésors comme ceux de Sévaz et Noréaz montrent bien à quel point la Suisse et la Savoie sont des zones de contact et d’échanges entre le nord et le sud de l’Europe. La monnaie italienne se diffuse lentement au nord et à l’est des Alpes au xiiie siècle, plus clairement au xive, époque où le florin de Florence est bien une monnaie internationale, relayée dans ce rôle au xve siècle par le gros d’argent de Milan. Pourtant, force est de constater à travers l’analyse des trésors que cette situation n’est pas permanente et que l’affirmation doit être tempérée. D’une part, les autres monnaies italiennes ne peuvent prétendre à ce statut, même si elles apparaissent épisodiquement dans les trésors. D’autre part, les florins du Rhin sont très présents, particulièrement après leur affaiblissement à la fin du xive siècle et une étude de la diffusion de ces pièces ferait certainement apparaître des choses intéressantes, car elles semblent être, autant que les espèces transalpines, des monnaies internationales.

Tableau 2. – Ventilation des monnaies d’or italiennes et diverses (hors France, Angleterre et Espagne)

Tableau 2. – Ventilation des monnaies d’or italiennes et diverses (hors France, Angleterre et Espagne)

Figure 1. — Piccoli vénitiens trouvés en fouilles

Figure 1. — Piccoli vénitiens trouvés en fouilles

Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera…, p. 87-111

Figure 2. — Piccoli vénitiens trouvés en trésors

Figure 2. — Piccoli vénitiens trouvés en trésors

Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.

Figure 3. — Trésors de gros vénitiens enfouis avant 1280

Figure 3. — Trésors de gros vénitiens enfouis avant 1280

Source : Carte d'Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.

Figure 4. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1280 et 1354

Figure 4. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1280 et 1354

Source : Carte d'Alan M. Stahl, «The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.

Figure 5. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1354 et 1423

Figure 5. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1354 et 1423

Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venerian coinages », Monera locale, moneta straniera..., p. 87-111

Figure 6. — Trouvailles de monnaies italiennes dans le sud-ouest de l’Allemagne (xve-débutxvie siècle)

Figure 6. — Trouvailles de monnaies italiennes dans le sud-ouest de l’Allemagne (xve-début xvie siècle)

Source : Carte d’Ulrich Klein, « Bemerkungen zum Anteil italienischer
Münzen des Mittelalters am Geldumlauf in Südwestdeutschland »,
Moneta locale, moneta straniera..., p. 285-310.

Figure 7. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de Noréaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1480-1485

Figure 7. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de Noréaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1480-1485

Figure 8. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de La Tuffière (Suisse, canton de Fribourg), vers 1435

Figure 8. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de La Tuffière (Suisse, canton de Fribourg), vers 1435

Figure 9. — Trésors médiévaux de ducas vénitiens

Figure 9. — Trésors médiévaux de ducas vénitiens

Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.

Figure 10. — Origines des monnaies d'or du trésor d'Aumont (Suisse, canton de Fribourg), vers 1361-1364

Figure 10. — Origines des monnaies d'or du trésor d'Aumont (Suisse, canton de Fribourg), vers 1361-1364

Figure 11. — Origines des monnaies d'or du trésor de Sévaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1484

Figure 11. — Origines des monnaies d'or du trésor de Sévaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1484

Notas

2 On lira en particulier les actes du colloque Circulation monétaire régionale et suprarégionale. Étude numismatique et d’histoire monétaire, no 4, Lausanne, 2002. À l’origine, nous pensions nous en tenir aux trésors français, pensant que les matériaux étaient suffisants pour l’étude. Lorsque nous avons approfondi cette recherche, nous nous sommes rendu compte que le nombre de trésors publiés et la qualité des descriptions n’étaient pas au rendez-vous. Il nous a alors fallu élargir l’étude à la Suisse, pour laquelle le très efficace Colin Martin a publié en son temps de nombreuses trouvailles, effort poursuivi depuis sa mort par l’équipe travaillant dans le cadre du Groupe suisse pour l’étude des trouvailles monétaires.

3 J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 51 et 312.

4 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 284.

5 P. Racine, L’Occident chrétien au xiiie siècle. Destin du Saint Empire et de l’Italie, Paris, 1994, p. 365-371.

6 Ph. Contamine, M. Bompaire, S. Lebecq et J.-L. Sarrazin, L’économie médiévale, op. cit., p. 375.

7 A. Demurger, Temps de crise, temps d’espoir xive-xve siècle, Paris, 1990, p. 289.

8 Pour alléger la publication, nous ne donnons pas le détail des trésors publiés, mais nous le tenons à la disposition de ceux à qui il pourrait être utile. Nous faisons référence aux travaux de J. Duplessy, Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, 2 vol., Paris, 1985-1995, ainsi qu’à son inventaire manuscrit déposé au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France. Pour la Suisse, se reporter aux trésors publiés par C. Martin, en particulier Trésors et trouvailles monétaires racontent l’histoire du Pays de Vaud, Lausanne, 1973, et aux articles suivants, du même auteur : « Un trésor de gros tournois découvert à Lausanne en 1960 », Revue suisse de numismatique, 1963, p. 53-112 ; « Sur quelques frappes d’Amédée VI de Savoie », RSN, 1971, p. 125-135 ; « La Tuffière, une trouvaille qui modifie l’attribution des monnaies de Berne et de Savoie », RSN, 1972, p. 131-152 ; « La trouvaille monétaire de Noruéaz », RSN, 1968, p. 131-152, et « Le trésor de Sévaz », RSN, 1959, p. 27-42. Nous avons complété le corpus avec H.-J. Geiger, « Le trésor monétaire de Ruéras (Grisons) du xive siècle », Bulletin de la Société française de numismatique, nov. 1981, p. 114-118 ; F. Aubert, « Le trésor d’Aumont », RSN, 1963, p. 39-51 ; U. Klein, « Bemerkungen zum Anteil italienischer Münzen des Mittelalters am Geldumlauf in Südwestdeutschland », Moneta locale, moneta straniera : Italia ed Europa xi-xv secolo, Milan, 1999, p. 285-310, et B. Zäch, « Fremde Münzen im Geldumlauf des mittelalterlichen Schweiz (11-15. Jh.) : Beobachtungen, Fragen, Perspektiven », ibid., p. 401-442.

9 La lecture de la documentation usuelle, comme les deux livres de Jean Duplessy, ne nous a pas permis de retenir plus d’une quinzaine de trésors français « frontaliers », souvent mal connus. Un répertoire des trouvailles monétaires (trésors, monnaies de fouilles et monnaies isolées) accessible facilement à tous les chercheurs, semble être un des grands chantiers qui attendent les numismates français du xxie siècle.

10 A. M. Stahl, « The circulation of medieval venetian coinages », dans Moneta locale, moneta straniera : Italia edEuropa xi-xv secolo, Milan, 1999, p. 87-111.

11 Ulrich Klein, « Bermerkungen zum Anteil italienischer Münzen des Mittelalters am Geldumlauf in Südwestdeutschland », dans Moneta locale, moneta straniera, op. cit., p. 285-310.

12 Sur la difficulté d’interprétation des « trésors-papiers » et le hiatus constaté entre les textes et les trésors, un article capital d’A. Saccocci, « Billion and bullion : local and foreign coins in Northern Italy (11th-15th centuries) », dans Moneta locale, moneta straniera : Italia ed Europa xi-xv secolo, op. cit., p. 40-65. Il insiste sur le fait que dans les textes italiens du Moyen Âge, quand il trouve des comptes en monnaie « internationale », il s’agit en fait de monnaie locale dont le cours est celui d’une monnaie bien connue, dite internationale, mais celle-ci n’est pas pour autant présente dans le domaine concerné. Pour le bas Moyen Âge, il souligne le problème des florins, imités absolument partout (p. 45).

13 Il faut y ajouter Spolète, la Sicile et le royaume de Naples.

14 En dehors des études de P. Spufford, Money and its use in medieval Europe, Cambridge, 1988, en particulier les chapitres 10 et 12, la diffusion des monnaies d’or italiennes et allemandes n’a suscité que peu d’études. La diffusion de la monnaie italienne a attiré l’attention des historiens, mais souvent dans le domaine oriental, comme M. Balard, « Marché et circulation monétaire en Méditerranée orientale (xiie-xve siècles) », dans Moneda y monedas en la Europa Medieval (Siglos xii-xv). xxvi Semana des Estudios Medievales, Pampelune, 2000, p. 257-275, qui remarque d’ailleurs toute l’ambiguïté des analyses qui s’appuient sur une simple phrase comme celle de Maqrizi : « Le ducat se répand dans les principales villes du monde (musulman) au point d’y devenir la monnaie courante ».

15 B. Zâch, dans « Fremde Münzen... », op. cit., souligne le rôle de zone de contact de la Suisse entre l’Europe du Nord et celle du Sud, et il relève trois aires de circulation, la Lombardie, l’Allemagne du sud et la zone savoyarde. Quant à M. Orlandoni, Catalogo della raccolta numismatica dell’Academia di S. Anselmo, si. nd., p. 6 et 210-246, il signale un courant commercial France-Italie qui se met en place par le val d’Aoste à la fin du xiiie siècle. On voit alors circuler des monnaies savoyardes (à partir d’Amédée III, 1143-1148), des monnaies d’Asti, de Gênes, Milan, Pavie, Venise, de Berne et de Hongrie.

16 H.-J. Geiger, « Le trésor monétaire de Ruéras (Grisons) du xive siècle », BSFN, nov. 1981, p. 114-118.

17 Même situation en France, cf. J. Duplessy, « Les monnaies allemandes et autrichiennes dans les trésors français médiévaux (xiie-xve siècles) », Actes du colloque international de Berlin, Berlin, 2000, p. 1027-1035 : aux xiie et xiiie siècles, très peu de monnaies allemandes (cinq trouvailles), mais par contre, on constate une forte hausse mais la circulation est plutôt groupée dans l’est de la France. On signale en particulier beaucoup d’imitations allemandes de monnaies françaises, celles-ci faisant un peu figure de monnaies internationales, et par ailleurs, on constate au xve siècle, dans le royaume, une irruption massive de florins du Rhin.

18 C’est le constat de P. Spufford dans la conclusion du colloque de Cambridge, Moneta locale, moneta straniera. op. cit., p. 336. Il constate par ailleurs que pour assurer au mieux l’intégrité de leur circulation monétaire, le royaume de France, mais aussi la Bourgogne, le Danemark, etc., maintiennent un important monnayage d’or pour lutter contre les monnaies étrangères, cf. P. Spufford, « Local coins and foreign coins in late medieval Europe », ibid., p. 1078-1084.

19 Ces monnayages mériteraient une étude spécifique ; sur la monnaie de Savoie, on lira une synthèse ancienne dans A. Engel et R. Serrure, Numismatique du Moyen Âge, Bologne, 1980 (rééd.), III, p. 1036-1039, et plus récente dans M. Amandry (dir.), Dictionnaire de numismatique, Paris, 2001, art. Savoie.

20 A. Engel et R. Serrure, op. cit., III, p. 1042-3.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1. – Ventilation chronologique des monnaies italiennes d’argent dans quelques trésors français et suisses
Leyenda Note 1213
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 260k
Título Tableau 2. – Ventilation des monnaies d’or italiennes et diverses (hors France, Angleterre et Espagne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Título Figure 1. — Piccoli vénitiens trouvés en fouilles
Leyenda Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera…, p. 87-111
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 396k
Título Figure 2. — Piccoli vénitiens trouvés en trésors
Leyenda Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 432k
Título Figure 3. — Trésors de gros vénitiens enfouis avant 1280
Leyenda Source : Carte d'Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 408k
Título Figure 4. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1280 et 1354
Leyenda Source : Carte d'Alan M. Stahl, «The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 416k
Título Figure 5. — Trésors de gros vénitiens enfouis entre 1354 et 1423
Leyenda Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venerian coinages », Monera locale, moneta straniera..., p. 87-111
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 428k
Título Figure 6. — Trouvailles de monnaies italiennes dans le sud-ouest de l’Allemagne (xve-début xvie siècle)
Leyenda Source : Carte d’Ulrich Klein, « Bemerkungen zum Anteil italienischerMünzen des Mittelalters am Geldumlauf in Südwestdeutschland »,Moneta locale, moneta straniera..., p. 285-310.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 376k
Título Figure 7. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de Noréaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1480-1485
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 316k
Título Figure 8. — Origines des monnaies savoyardes du trésor de La Tuffière (Suisse, canton de Fribourg), vers 1435
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 324k
Título Figure 9. — Trésors médiévaux de ducas vénitiens
Leyenda Source : Carte d’Alan M. Stahl, « The circulation of médiéval venetian coinages », Moneta locale, moneta straniera..., p. 87-111.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 412k
Título Figure 10. — Origines des monnaies d'or du trésor d'Aumont (Suisse, canton de Fribourg), vers 1361-1364
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 340k
Título Figure 11. — Origines des monnaies d'or du trésor de Sévaz (Suisse, canton de Fribourg), vers 1484
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23261/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 321k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search