Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La montagne traversée

Les Vosges sont-elles une montagne au Moyen Âge ?

Odile Kammerer

Texte intégral

1La question posée en guise de titre n’est pas si provocatrice qu’elle n’en a l’air car, même si les Vosges s’inscrivent parfaitement dans l’historiographie de la montagne, le doute s’insinue dans l’esprit de celui qui parcourt la documentation disponible pour la période médiévale. Au Moyen Âge, parle-t-on de montagne à propos des Vosges ?

  • 1 En 1796, Dom Mabillon et Dom Ruinart, bénédictins réputés pour leurs collations documentaires dans (...)
  • 2 Ph. Dollinger, Documents de l’histoire de l’Alsace, Toulouse, 1972, p. 76-77.
  • 3 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (ADMM), B 469 no 109.
  • 4 D’après Dom Ruinart déjà mentionné.
  • 5 Ch. Charton, Les Vosges pittoresques et historiques, Paris, 1862, p. 1.

2Il est certain qu’à la fin du xvie siècle quelques botanistes et médecins ont transmis leurs savantes observations de fleurs et de plantes trouvées à grand-peine dans les montagnes des Vosges puis les savants plus littéraires des xviie et xviiie siècles ont, eux, transmis la peur de ces lieux hostiles, précipices infernaux et cavernes de bêtes sauvages. Les Vosges furent alors hissées au rang « d’Alpe homicide »1. Quand l’Aquitain Ermold le Noir, exilé par Louis le Pieux à Strasbourg, essaie de revenir en grâce vers 826, il envoie un long poème à l’antique chantant ce qu’il découvre en Alsace. Le Rhin et les Vosges (explicitement nommées, Wasacus) débattent de leurs mérites respectifs. Le Rhin s’apitoie sur les « malheureuses Vosges, battues par le vent et la pluie, n’offrant pour tout trésor que du bois à brûler ». Riposte immédiate : « C’est de mon bois que l’on construit les palais, les églises... C’est dans mes forêts que courent les rois pour y chasser un abondant gibier, etc. » ; et plus loin, le coup de grâce : « Arrière, Rhin ! arrête tes débordements funestes... Si je n’avais pas installé mon séjour sur le haut des montagnes, il serait bloqué par tes eaux farouches »2. Les Vosges sont considérées comme une montagne au ixe siècle par un clerc qui se situe encore dans la tradition littéraire antique. Mais, pendant les siècles suivants, le nom de Vosges disparaît au profit des « montaignes de chaulmes ». L’exploitation partielle occulte l’ensemble du massif. Les voyageurs du xviie siècle, empruntant les vallées puis gravissant les pentes parfois raides à d’autres fins que la pâture de leurs bêtes, laissent parler leurs émotions et la conscience du danger qu’engendre la montagne. Un acte de 1607 mentionne que Gérardmer est « environnée de hautes et puissantes montaignes, lieux desertz et stérilz comme chascun scait... où le bestial est journellement au hazard et danger d’estre mangé et dévoré par les loups, cerviers et autres bestes sauvages...3 » À la fin du siècle, ces montagnes, avec leurs sentiers des plus étroits et leurs précipices les plus profonds font « frissonner d’horreur »4. Progressivement, mieux connues et plus parcourues, les Vosges deviennent une montagne apprivoisée et admirable à en croire un guide des Vosges de 1862 : « Nous allons essayer de décrire les Vosges, cette attrayante miniature des Alpes... de majestueuses montagnes, sombres forêts, riantes vallées, bruyantes cascades, lacs silencieux...5 »

  • 6 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.
  • 7 L’intérêt des médiévistes pour la géographie n’est pas nouveau et peut aller bien au-delà de la si (...)

3La perception de la montagne et de ses caractéristiques, la nécessité ou non de la nommer, la volonté et le besoin de s’y orienter et de l’exploiter, autant de questions qui cherchent leurs réponses dans des sources documentaires peu nombreuses et peu bavardes pour les Vosges si l’on compare aux fonds exploités par Henri Falque-Vert pour le Dauphiné du xiiie siècle6. Il a été alors tentant d’essayer de nouvelles méthodes d’investigation inspirées de la démarche géographique7. Pour aborder la question de la perception de la montagne, de son utilisation par la société et de son processus d’évolution, trois angles d’approche vont être successivement utilisés, du plus large au plus étroit : que dit la géographie savante à propos des Vosges ? Que sait-on de la géographie du paysage vosgien ? Et enfin, approche plus classique pour l’historien, que révèle la géographie du quotidien des Vosgiens ? Les trois approches successives font entrer l’historien dans un système complexe inscrit dans la longue durée.

Géographie savante et sources

  • 8 B. Collignon, Les Inuits. Ce qu'ils savent du territoire, Paris, 1996.

4Les concepts géographiques adaptés à nos méthodes historiques rendent de grands services quand il s’agit d’étudier l’évolution d’un espace où les composantes physiques et anthropiques ne peuvent s’ignorer. Jusqu’en 1950, l’école de géographie française « traditionnelle » décrit et explique les aspects physiques et humains des massifs montagneux en ne laissant à l’homme qu’un rôle passif d’adaptation aux contraintes du milieu naturel. Dans les années 1970, les approches se sont diversifiées et l’homme est devenu un acteur. Les travaux actuels de Béatrice Collignon, par exemple, sur les expériences et savoirs géographiques, distinguant savoir savant et savoir commun, autorisent une lecture renouvelée de la documentation médiévale8. Chacun a pu observer les distorsions entre les représentations spatiales des individus, leurs cartes mentales, le savoir vernaculaire et l’espace orthonormé, « réel », qui apparaît sur les cartes produites par la géographie savante. Cette approche méthodologique apparaît d’autant plus fructueuse que les savoirs géographiques ne se limitent pas aux savoirs spatiaux mais concernent aussi la connaissance des milieux, terroirs et territoires, phénomènes météorologiques. Ils induisent donc des comportements et des activités dont nous observons, nous historiens, les effets et les traces.

  • 9 M.-Ch. Fourny, « Introduction », Revue de géographie des Alpes, t. LXXXIII/3 (1995), p. 10.
  • 10 A. Hampé, Du haut des sommets vosgiens, panorama et géologie, Strasbourg, 2002.

5Cette approche géo-historique se justifie pleinement pour l’étude de la montagne et des Vosges en particulier. Les géographes en effet admettent que les paramètres physiques et morphologiques ne suffisent pas à fonder les seuils et les limites généralisables à tout système montagnard, englobant donc cette catégorie difficile à définir de la moyenne montagne9. L’étude socio-culturelle est indispensable, donc l’approche historique. Les Vosges, dans le cadre de la géographie savante, offrent indéniablement des caractéristiques de milieu montagnard (géomorphologie, altitude, climat, végétation, faune et flore, etc.) et sont classées dans la catégorie des « moyennes montagnes » par les géographes. De la frontière du Palatinat au territoire de Belfort, entre la plaine d’Alsace et le plateau lorrain, les Vosges offrent une très grande variété depuis le relèvement progressif de reliefs au nord jusqu’à la chaîne de plus de 1 000 m d’altitude aux pentes raides vers le sud. La ligne de crête, cette fameuse ligne bleue des Vosges, offre la possibilité d’en faire une frontière quand la nécessité politique le requiert. On distingue communément les Vosges du nord, gréseuses et de faible altitude (moins de 1 000 m) et les Vosges du sud, cristallines avec le plus haut sommet, le Grand Ballon culminant à 1 424 mètres. Les mêmes bouleversements tectoniques à l’ère tertiaire (65 millions d’années) ont entraîné la formation de l’arc alpin, du Jura et des Vosges, lesquelles, divisées par un effondrement central où s’est engouffré le Rhin, se sont réparties en deux massifs, les Vosges et la Forêt-Noire de part et d’autre de la plaine d’Alsace. Les glaciers vont sculpter les paysages avant que les hommes du néolithique ne commencent à participer à l’évolution des sites10.

  • 11 ADMM, B 617 no 11 bis, pièce no 8.
  • 12 Ch. Grad, À travers l’Alsace et la Lorraine, Paris, 1884-1888, p. 145.

6Ce socle de connaissances savantes de géologie peut être complété par les sciences de la vie permettant de mettre en adéquation la végétation compatible avec la nature de sols et l’altitude (peu sujettes à variation à notre échelle chronologique). En ce qui concerne le climat, on sait depuis les travaux pionniers de Pierre Alexandre et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, que son évolution au cours de l’histoire a entraîné bien des modifications de comportements. Ce que la géographie savante climatique actuelle met à disposition va donc être confronté aux sources, parcimonieuses à cet égard pour la période médiévale. En 1556, les Munstériens envoient une supplique au duc de Lorraine pour continuer à bénéficier de l’accès au « circuit et district des chaulmes appelé le hault pasturage » du moins pendant l’été « jusques a ce que obstans les neiges, l’hyver et aultre indisposition de temps, (avons esté) contrains les (vaches, bœufz, veaulx, chevalx, brebis) en retyrer... »11 Dans une visite des chaumes effectuée le 1er juin 1700 près du col de Bussang, le représentant du duc de Lorraine observe l’inaccessibilité des pâtures « actuellement recouvertes de neige ». Petit âge glaciaire oblige... Au xixe siècle, Charles Grad, député au Reichstag et désireux de faire partager sa passion pour l’Alsace, note que « la neige blanchit cinq mois durant les hautes cimes des Vosges, élevées comme un rempart naturel le long de sa nouvelle frontière de France... »12

  • 13 W. Meyer, « Burgenbau, Siedlungsentwicklung und Herrschaftsbildung im Jura in der Zeit um 1000 », (...)
  • 14 Il a inventé, comme on le sait, le mot « Ameriga ».
  • 15 En 1593 il résume ses observations et enquêtes documentaires dans un « Discours sommaire des Haute (...)

7En ce qui concerne les occurrences de « Vosges » et de « montagne », la géographie ancienne doit être interrogée. Les cartes ou croquis, les descriptions volontaires ou involontaires des actes de la pratique, permettent d’établir plusieurs constatations. Avant le xvie siècle, il n’existe qu’un mince corpus de documents iconographiques ou de cartes. Sur la Table de Peutinger, on distingue les Vosges, Silva Vosagus, sous la forme d’une petite crête ornée d’essences variées, située au nord de la voie Metz-Strasbourg par Sarrebourg et Saverne, mais cette indication est moins un choix géographique qu’une contrainte pratique imposée par le format de la carte. Le terme de silva qui évoque une forêt sauvage et impénétrable se rencontre également pour d’autres massifs de moyennes montagnes comme le Jura13. Cette mention d’une forêt vosgienne confirme certaines sources latines comme Pline l’Ancien qui célèbre les sapins (abietes) des Vosges semblables à ceux d’autres massifs montagneux. Le concept de barrière forestière concurrence celui de montagne. César, en homme de terrain, use des termes de Vogesus mons. Le relief difficile qui caractériserait la montagne (mons) forme une entité géographique dénommée Vogesus. Il faut ensuite attendre le xvie siècle pour reprendre le fil cartographique avec, en 1512, une esquisse sur bois du célèbre14 cartographe de Saint-Dié, Waldseemuller, qui servira de base à tous les croquis ou cartes permettant de situer des droits sur des espaces dessinés et nommés. Thierry Alix (1530 ou 1531-1594), conseiller de Charles III, duc de Lorraine, et président de la Chambre des comptes de Lorraine à partir de 1569, a parcouru les « montaignes de chaulmes », fait des relevés précis des chaulmes, pâtures et jumenteries pour établir sur le terrain tous les espaces d’exploitation qui devaient être repris aux Alsaciens pour revenir juridiquement au domaine ducal15. Exactement à la même époque, et ce n’est pas un hasard, paraît la première carte rigoureuse des Vosges par Daniel Specklin (1536-1586), ingénieur topographe et architecte de Strasbourg, qui a dressé pour le compte de la maison d’Autriche une carte de l’Alsace comparable à celle des frères Cassini.

  • 16 MGH SS Rerum Merovingorum, V 212-248, Passio Praeiecti.
  • 17 B. Debarbieux et H. Gumuchian, « Des lieux et des noms. Pratiques, représentations et dénomination (...)

8La période médiévale ne correspond donc pas à une production cartographique de la montagne dite Vosges parce qu’une telle représentation d’ensemble n’offrait aucune utilité. Les premiers occupants pourtant, après les Romains, évoquent le caractère pénible de la progression dans ce massif mais sans toujours le nommer. L’hagiographie des ermites, pour faire valoir leur héroïsme, évoque leur cheminement et leur quête de perfection per juga montium et convallium16. L’alliance cependant des termes de forêt (ou désert, heremus Vogesus) et de Vosges va l’emporter après le haut Moyen Âge sur l’alliance de montagne et de Vosges. Dans les actes de la pratique, le terme général de Vosges disparaît, comme on l’a dit, au profit d’une désignation d’usage (« montaignes de chaulmes ») toujours accompagnée d’une dénomination topographique précise, à l’échelle d’une pâture. Le terme de Vosges fait place à une longue liste de lieux-dits ou à un repère géographique commun, la crête sommitale (First), « là où fond la neige ». Les désignations proprement montagnardes comme celles que l’on peut observer dans les Alpes17 (avalanches, pentes, érodion, climat...) demeurent les exceptions (toponymes ou microtoponymes en bach, berg).

9Les sources les plus importantes où l’on trouve ces désignations émanent des abbayes nombreuses d’un côté comme de l’autre, en relations constantes et des pouvoirs politiques maîtres de parties du massif, le duc de Lorraine ou les Ribeaupierre. Il est indispensable de travailler dans la longue durée, c’est-à-dire d’inclure dans l’enquête la période moderne en raison d’une production documentaire qui s’appuie sur le travail de mémorisation à long terme. Les enquêtes du xviie siècle s’appuient explicitement sur des pratiques médiévales.

  • 18 Des relevés archéologiques de traces de roues dans le rocher donnent à penser que l’on attaquait l (...)
  • 19 ADMM, B 617 no 38, p. 10.
  • 20 Ibid., p. 2.

10Forêts et pâtures, les Vosges médiévales représentent aussi une zone de passages nombreux. Les voies romaines (via strata et via salinaria pour le commerce de l’indispensable conservateur) gravissaient allégrement18 les cols du Bussang, du Bonhomme ou de Saales mais n’étaient pas les seules voies de passage, tant s’en faut. Plus fréquemment se présentaient « les sentiers serrés par lesquels il est de nécessité de passer »19. Beaucoup de passages, de simples sentiers, de progressions sans itinéraire fixe, prouvent, s’il en était besoin, le savoir géographique commun fondé sur quelques points de repère (arbre, rocher, cascade, type de végétation, etc.) et transmis comme semble l’indiquer l’enquêteur précédemment évoqué, qui s’enquiert auprès d’habitants « des connaissances nécessaires autant qu’ils peuvent en avoir de leur temps »20. Les nombreuses désignations de rochers, lacs ou tourbières, forêts ou pâtures constituent autant de points de repère mémorisés par leurs utilisateurs.

La géographie du paysage

11L’approche féconde réunissant archéologie, histoire et sciences de la nature permet de suivre l’interaction de l’homme et de son milieu. Si le paysage est une « étendue d’espace qui s’offre à la vue », c’est aussi et surtout l’image d’une réalité physique (relief), biologique (végétation) et humaine (les constructions, réseaux de communication, limites de propriétés, etc.) qui traduit la façon dont une société a su tirer parti de son espace. Plusieurs types de sources peuvent être sollicitées : les analyses polliniques qui disent l’histoire de la végétation et des cultures, les toponymes, les descriptions des contemporains comme on a déjà pu les apprécier ou les actes de la pratique qui dévoilent souvent indirectement les éléments du paysage.

12L’histoire de la végétation fondée sur les résultats de la palynologie permettrait d’établir une évolution autour de 5000 avant J.-C. dans le massif vosgien. Avant cette époque, la forêt de chênes, ormes, tilleuls et frênes aurait formé un manteau compact couvrant le massif jusqu’aux sommets. Après cette date, la présence de l’aulne et son biotype, la tourbière, indiquerait des trouées ouvertes par des occupants relativement présents pour les maintenir. Vers – 2000, les défrichements progressent sous deux formes : contre la forêt où le hêtre et le sapin deviennent prédominants ; contre les marécages où poussent de nouvelles essences comme le charme et l’épicéa. Lors de la conquête romaine (entre – 58 et 285) apparaissent le noyer et le châtaignier, les chaumes sommitales sont importantes et le hêtre progresse considérablement. L’évolution de la végétation situe donc de façon très précoce l’anthropisation du massif par des défrichements considérables.

  • 21 P. Marichal, Dictionnaire topographique des Vosges : comprenant les noms de lieux anciens et moder (...)

13Les toponymes jouent également un rôle important d’indicateurs pour approcher les caractéristiques d’un paysage ou plus précisément l’activité de l’homme. Cette méthode, on le sait, n’assure pas une chronologie rigoureuse mais, par exemple, les défrichements ou les zones de landes, de forêts ou de tourbières attestées dans les différentes et successives ( ?) formes linguistiques donnent une indication d’usage. Le Dictionnaire topographique des Vosges indique des toponymes préceltiques (bosc, bois ; bruc, bruyère), dérivés de noms gaulois (aballo, coudrier ; broy, breuil ; landa, lande), du latin et bas-latin (castanea, châtaignier ; exsartum, essart ; fagus, hêtraie), du francique (brog, défrichement ; haga, haye ; hasla, rameau, forêt) ou encore de formes médiévales postérieures (foresta, forêt réservée ou bois d’usage)21. Comme on l’a déjà remarqué, les toponymes vosgiens n’indiquent qu’exceptionnellement une perception (donc une importance ?) du milieu naturel montagnard mais en revanche une indication souvent précise de la nature de la forêt par les essences d’arbres ou des formes d’anthropisation, l’activité agro-pastorale.

  • 22 L. Duhamel, Documents rares ou inédits de l’histoire des Vosges, Paris, 1868-1896, p. 72. Séhère, (...)
  • 23 Chronique de Saint-Symphorien de Metz, Trésor des chartes de Metz, cartulaire 983, AM Metz, AA1, p (...)
  • 24 F. Kirschleger, Flore d’Alsace ou des contrées limitrophes, Paris, 1857, 2, p. XIII et suiv.

14Les descriptions volontaires ou involontaires des contemporains insistent aussi surtout sur la densité de la forêt. Mais il s’agit parfois, ne l’oublions pas, de mettre en valeur soit une traversée héroïque soit une installation non moins héroïque. César évoque un vastum et impenetrabile nemus dans ses descriptions d’expéditions. L’hagiographie insiste sur la similitude entre le désert des premiers ermites et cette forêt sauvage et isolée. Séchère de Remiremont (mort en 1128) recherche un lieu idoine pour fonder un prieuré. On peut lire dans la traduction du xviie siècle de la chronique de Chamousey, non loin d’Épinal : « Il nous plust grandement de choisir notre demeurance dans les bois et forest, et au lieu mesmement qui nous semblait être le plus pacifique et arrier de hante et fréquentation du peuple22. » Mais ce retrait du monde n’a rien d’absolu et on reviendra sur l’installation de ces abbayes ou ermitages en pays connu. L’auteur de la chronique de Saint-Symphorien de Metz n’éprouve d’ailleurs aucun sentiment de contradiction quand il évoque le saint confesseur Goëry retiré du monde au fin fond de la forêt, faisant preuve « d’hospitalité, patience et charité envers les voyageurs et envers tous les pauvres »23. Il y avait donc du monde autour de lui ! L’histoire de la forêt, ou ce qu’il en reste après l’installation des établissements monastiques et l’exploitation des pâtures, mériterait plus de bûcherons ! Ce terme de forêt s’applique en réalité à des paysages forestiers fort divers selon les essences d’arbres et le degré d’anthropisation. D’après le botaniste du xixe siècle, Frédéric Kirschleger, les Vosges du Nord constitueraient « un fouillis de vallons, de plateaux, de rochers, de gorges, de forêts de hêtres, de chênes, de bouleaux ; ce sont des marais tourbeux, des prairies humides, des champs sableux... »24

15Enfin les documents de la pratique, la plupart assez tardifs, guident l’historien sur les sentiers de l’exploitation, la propriété et la domestication de cette montagne... si montagne il y a. En effet, le terme de montagne apparaît peu et presque toujours assorti de son usage : les pâtures ou le bois. Il s’agit bien d’une appropriation de la montagne par le nom, appropriation précoce et facilitée par la relativement faible distance entre les habitats de vallées et la cime. Il ne faut pas sous-estimer les nombreuses vallées, plates aux bords très escarpés du côté alsacien, qui introduisent rapidement vers les hauteurs. Ces enclaves dans la montagne ont été précocement humanisées par l’installation des abbayes de Masevaux, Murbach, Munster, ou plus au nord dans un paysage plus ouvert, Andlau, Marmoutier, etc. Ces établissements possédaient les capacités techniques et économiques pour mettre en valeur des espaces assez larges. Depuis le haut Moyen Âge les chaumes semblent avoir été exploitées pour y faire divaguer le bétail : bœufs, vaches, chevaux, veaux, brebis, disent les textes. Le paysage se structure donc en grande partie autour des hautes chaumes sur les sommets ou des petites pâtures dénudées à plus basse altitude avec des zones boisées intermédiaires appelées « répandises ».

  • 25 Ch. Grad, À travers l’Alsace..., op. cit., p. 172.
  • 26 P. Boyé, Les Hautes Chaumes des Vosges, Nancy, 1903.
  • 27 G. Leser, « La conquête des hautes chaumes par les marcaires de la vallée de Munster », Dialogues (...)
  • 28 A. Fischer, « Die Verdrängung der Münstertaler Melker von den herzoglich-lothringischen Hochweiden (...)

16L’histoire des hautes chaumes soulève bien des controverses : pour les uns elles ont toujours existé, compte tenu du climat, pour les autres, elles sont le fruit de l’activité humaine dévastatrice et conquérante. Charles Grad défend cette dernière thèse en des termes non équivoques : « Autrefois toute la surface de nos montagnes était boisée car on rencontre partout au milieu des pâturages, maintenant dénudés, des souches de sapins et de hêtres, indiquant par leurs dimensions des arbres de la plus belle venue... Les bois de ces cimes gazonnées ont été détruits en vue des pâturages. Une fois détruits, le froid, les vents, la neige entravent leur relèvement ou leur reproduction »25. La chronologie a également été longtemps l’objet de polémiques. Le grand spécialiste des hautes chaumes, Pierre Boyé, affirme que, dès le ixe siècle, les troupeaux de l’abbaye de Munster « montent régulièrement aux chaumes » et profitent des pâturages lorrains26. Aucun texte avant le xiie siècle ne corrobore pourtant cette assertion et le partage des chaumes, la rencontre des marcaires de part et d’autre des Vosges ne semble pas s’établir de façon régulière avant cette date. Ce qui n’exclut nullement les transhumances occasionnelles. L’accord que passe l’abbé de Munster en 1339 avec les habitants de sa ville traite de ces questions et mentionne pour la première fois la fabrication du (futur) célèbre fromage de cette ville. Il y a donc à cette époque une véritable transhumance avec départ des bêtes à la Saint-Jean et retour à la Saint-Michel ou à la Saint-Martin. Les marcaires, sur place, dans leurs gîtes, utilisent le lait en fabriquant des fromages27. Les pâturages ou pelouses beaucoup plus vastes et moins escarpés du côté lorrain, ceux de La Bresse, Sérichamp, sont admodiés aux Munstériens, du moins jusqu’en 1571, date à laquelle le duc de Lorraine reprend ses droits28.

  • 29 ADMM, B 617 no 38, passim.

17Il semble bien que l’activité des marcaires et de leurs bêtes ainsi que le climat aient pu maintenir ces pelouses. Défrichées sans doute de façon très précoce, les chaumes ou pâtures, recouvertes de neige une partie de l’année, battues par les vents d’altitude, entretenues par les marcaires, ont perduré au point de donner l’impression d’avoir toujours existé. Leur entretien ne devait cependant pas être facile. Une visite pour le compte du duc de Lorraine en 1700 par Willemin de Bruyères donne lieu à ces observations : « Le reste de la chaume estans remplie de broussailles et de bois inutils » ; plus loin : « Il est assé difficil de défricher cette chaume a cause de sa hauteur et incommodité », ou encore « deux chaumes l’une l’autre éloignées seulement de trois quarts d’heure... appelées “la vieille montagne” (près du Bussang) dont la première est de fort bon pâturage et la dernière remplie de bois n’y ayant pas trois cents pas de gazon en estat, estant fort difficil d’en défricher les bois cependant dans quelques endrois les moins espais elle pouvait encore faire quelque profit... »29

  • 30 F. Albert, « L’ours des Vosges », Dialogues transvosgiens, no 5, p. 43-67.
  • 31 P. C. Méline, Histoire des montagnards vosgiens, Nancy, 1938, p. 42.

18Solidaire du paysage qui est son biotype, la faune joue un rôle d’importance et la présence d’ours30, de loups ou « autres bêtes sauvages », confirme le caractère montagnard des Vosges. Dans le commentaire de sa carte (1576), Specklin mentionne la faune des montagnes des Vosges (Wosagisch Gebirg) « où on a toute une foule de chevaux sauvages, [...] d’ours, de martres, de chats, de daims ». Dans un récit teinté de nostalgie, un auteur plus récent évoque pour la période médiévale les « grands ruminants, aurochs ou urus aux cornes énormes »31.

La géographie du quotidien

19La géographie savante et l’histoire du paysage attestent d’une occupation précoce de la montagne vosgienne et en donnent quelques caractéristiques. Les sources de la géographie du quotidien sont plus prolixes. Comment les contemporains pensaient-ils, voyaient-ils la montagne ? À l’époque romaine, un dieu tutélaire, Vogesus, assurait sa protection, mais son culte attesté sur une aire géographique beaucoup plus large que le seul massif vosgien donne à penser aux spécialistes que ce dieu avait une vocation plus universelle. Au Moyen Âge, pas de culte spécifique, pas de pouvoir politique unique non plus sur le massif, mais des utilisateurs d’espaces aux échelles variables qui n’ont pas besoin de désigner un ensemble géographique mais qui se repèrent avec des lieux d’usage. Il est temps de reprendre une question à plusieurs reprises évoquée : nommer la montagne. Après la protection du dieu romain Vogesus, les Vosges ne semblent pas avoir eu besoin d’un nom, d’une désignation globale, d’un repère identitaire. Nous l’avons vu : ni les cartes ni les textes n’usent d’un terme pour l’ensemble du massif. Pour vérifier cette affirmation dans le magnifique fonds d’archives anciennes lorraines, il suffit dans un premier temps de consulter l’index du Trésor des chartes de Lorraine établi par l’érudit Dufourny (qui, lui, a sans doute lu la plupart des textes). Il ne relève ni col ni montagne ni montagne des Vosges mais passages ou bailliage de Vosges. C’est en effet l’administration et les progrès de la cartographie qui ont fait réapparaître au xvie siècle le massif avec son nom. L’époque médiévale est le temps de l’appropriation de la montagne par des utilisateurs divers et les dénominations relèvent de la géographie du quotidien. Le massif semble avoir été précocement et complètement occupé au gré des gazons propices à l’entretien des bêtes.

20La géographie savante et la géographie des paysages ont permis de mettre en scène des lieux que la géographie du quotidien anime par toute une série d’acteurs et en particulier les acteurs politiques. L’absence de nom, d’identification et d’entité vécue, tient en grande partie au fait que cette montagne se partage entre de nombreux détenteurs de pouvoir politique, laïques et ecclésiastiques.

  • 32 E. Hlawitschka, Studien zur Abtissinenreihe von Remiremont (13.-17. J.), Sarrebruck, 1963. Remirem (...)
  • 33 P. Boudet, « Le chapitre de Saint-Dié en Lorraine des origines au xvie siècle », Annales de la Soc (...)
  • 34 C. Wilsdorf, « Le comte Eberhard et les monastères de Murbach et de Remiremont », Francia, 3 (1975 (...)
  • 35 H. Büttner, Geschichte des Elsass I, T. Endemann éd., Sigmaringen, 1991, p. 302-313.
  • 36 Ibid., p. 205-227.
  • 37 Ibid., p. 269-294.
  • 38 M. Parisse, Austrasie, Lotharingie, Lorraine, Nancy, 1990 (L’époque médiévale. Encyclopédie illust (...)
  • 39 O. Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein, 1250-1350, (...)
  • 40 M. Parisse, « Saint-Denis et ses biens en Lorraine et en Alsace », Bulletin philologique et histor (...)

21La montagne des Vosges n’a jamais constitué un territoire politique englobant tout le massif et correspondant à une entité de pouvoir identifiable pour les contemporains. Entre la Marne et le Rhin, l’occupation franque, on le sait, a été décisive mais la densité démographique dans les Vosges n’a pas suscité la mise en place d’un système politique spécifique si ce n’est ses prémices avec la christianisation et le développement de villae dans les fonds de vallée. Après le passage d’ermites d’inspiration irlandaise, le relais a été rapidement assuré par la fondation d’abbayes bénédictines. Les souverains francs, les ducs ou autres princes, par leurs donations et privilèges, contribuèrent à mettre en place dans les fonds de vallées des abbayes qui devinrent des centres de peuplement et d’exploitation agricole, attirant des populations nécessaires aux travaux de toutes natures : le Saint-Mont ou les chanoinesses de Remiremont32, Étival, le chapitre collégial de Saint-Dié33, Murbach34, Munster35, Hohenburg36, Masevaux, Andlau37, etc. Le premier exemple mérite quelques développements. En 620 les saints Romaric et Amé fondent le monastère du Saint-Mont. Un siècle plus tard, Eberhard, duc d’Alsace, administrateur du fisc en Alsace, fonde Murbach en confraternité de prières avec le Saint-Mont où il se retire vers 635. Dans la dynamique carolingienne, le monastère quitte la montagne pour devenir abbaye à Remiremont, dans un espace plus ouvert (817-818). Ce chapitre de chanoinesses se trouvait possessionné de part et d’autre des Vosges, et son recrutement se faisait au sein des grandes familles également de part et d’autre. Le massif vosgien semble « attiser la convoitise des fondateurs de monastères »38, et le maillage de ces établissements gomme la montagne en tant qu’obstacle. Les abbayes lorraines possédaient des vignes de l’autre côté des Vosges39. L’exemple de l’abbé de Saint-Denis, Fulrad, d’origine lotharingienne, est bien connu. Il possédait un ensemble de biens de Saint-Dié en passant par le col de Sainte-Marie, la vallée de la Lièpvrette jusqu’au vignoble alsacien40 et son ravitaillement en vin transitait par les Vosges pour régaler son abbaye.

22Les textes de fondation destinés à l’édification des fidèles mettent en valeur le retrait du monde de ces établissements. Si le désert reste indispensable à la vie spirituelle, il ne doit pas être trop profond pour répondre aux besoins de la vie matérielle. L’implantation des abbayes ou des monastères surprend, tout au contraire, par leur proximité avec des pâturages (sans doute déjà exploités), des routes ou voies de communication et points d’eau qui les mettaient en nécessaire relation avec d’autres utilisateurs. Dès leur origine, de par leurs activités économiques et leur rayonnement spirituel, les abbayes lorraines ont essaimé en franchissant les Vosges et les relations intenses entre établissements participaient des deux côtés de la montagne. Son passage ne semble pas avoir ralenti leur flux permanent. Autour de l’an mil, la dynamique d’exploitation et d’échanges se manifeste par le regroupement de sites habités autour des villae dans les vallées vosgiennes et alsaciennes.

23Les principautés ecclésiastiques et laïques, fruits de l’échec de la Lotharingie post-carolingienne en 870, se sont déployées souvent à cheval sur la crête, ignorant ou utilisant le relief plus ou moins escarpé. Les nombreux détenteurs de pouvoirs politiques ont pris pied à proximité de sources de revenus, semblant ignorer le caractère répulsif du relief et du climat vosgiens. Dans la seconde moitié du xie siècle, la Lorraine se construit à l’ouest, le pouvoir ducal partageant l’accès aux Vosges avec les grandes abbayes et l’exploitation des mines d’argent. Cette puissance politique montante n’assure toutefois pas une emprise complète sur la montagne traversée, habitée et exploitée par toutes sortes d’acteurs.

24La montagne ne constituait en aucune façon un obstacle aux déplacements puisque bien des territoires se constituaient par mariage entre familles lorraines et alsaciennes... mais ne devrait-on pas dire vosgiennes ? Les Eguisheim-Dabo résidaient dans leurs châteaux d’un côté ou de l’autre, semant la zizanie historiographique entre les partisans d’un pape Léon IX lorrain ou alsacien. Les Ribeaupierre, plus tard, ont également joué sur les deux versants vosgiens, parlant les deux langues. La montagne ne constituait pas un obstacle, certes, mais était-elle utilisée ? Les châteaux peuvent constituer une piste de recherche intéressante. Le système castrai fort riche sur les deux versants se révèle complexe, au moins dans ses objectifs. Sur des pitons rocheux ou dominant un passage, assuraient-ils la défense ou l’offensive des communications entre plaine et montagne ou encore constituaient-ils un système confiné à l’espace montagnard ?

  • 41 C. Wilsdorf, « La vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation d’un paysage par (...)

25La dynamique vosgienne suit parfaitement le contexte économique d’une Europe en plein essor dès le xiie siècle puisque le massif se trouve à l’articulation des grands courants d’échange terrestres et fluviaux (Moselle et Rhin). Si les abbayes et les princes ou seigneurs animent cet entre-deux au relief contrasté, les marchands des villes suscitent eux aussi par leur activité commerciale des allées et venues dont attestent les actes de la pratique, en particulier les registres de péages des tabellions lorrains. Les routes se transforment et transforment le paysage de la montagne par leur fréquentation : la vallée de la Thur vers le col de Bussang, équipée d’une route romaine puis d’une route médiévale, assurait le transit entre l’Italie et les Flandres41.

  • 42 C. Wilsdorf, « Depuis combien de temps parle-t-on un patois roman dans le val de Lièpvre et dans c (...)

26La montagne-barrière n’existe même pas, on l’aura compris. Deux limites peuvent toutefois être évoquées : la crête des Vosges méridionales correspondait grosso modo à la limite des diocèses de Bâle et de Toul, et au nord, à ceux de Strasbourg et de Metz mais avec des enclaves. D’autre part du point de vue linguistique on parlait plutôt germanique à l’est, plutôt roman à l’ouest mais là encore avec des exceptions de vallées welches du côté alsacien42.

27Les correspondances linguistiques et les influences respectives pour les anthroponymes comme pour les toponymes font de ce massif un terrain d’échanges par excellence. On ne sera pas étonné de constater que le vocabulaire technique des bûcherons, des marcaires ou d’autres utilisateurs de la forêt fait des emprunts aux langues germanique et romane. Si les correspondances linguistiques existent, c’est que les utilisateurs en ont besoin pour leurs échanges. Cette familière proximité des deux langues favorisait les rencontres et les mariages ! Les unions entre les Munstériens et les filles de La Bresse sont bien connues.

  • 43 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent (1480-1635) », Annales d (...)
  • 44 Les techniques minières de l’Antiquité au xviiie siècle, Actes du colloque de Strasbourg, 1988, CT (...)

28Cette montagne à l’échelle de la vie quotidienne et domestique offrait des ressources assez diversifiées pour permettre une vie autarcique, compte tenu de la proximité de tous les points du massif, même la crête, avec des vallées toujours peuplées. C’est sans doute une caractéristique de la moyenne montagne. Le bois et l’élevage ont été évoqués, bien intégrés au milieu montagnard. Les ressources minières constituent également un facteur de peuplement et donc de transformation du milieu. De récentes découvertes archéologiques permettent de situer dès le néolithique l’exploitation des ressources métalliques. L’extraction du minerai d’argent relevait du droit régalien exercé par le duc de Lorraine qui a stimulé, par le système de l’admodiation aux Ribeaupierre et à bien des entrepreneurs bourgeois, une activité spécifique avec son droit, ses ouvriers spécialisés, ses techniques, etc.43 Les travaux intenses d’archéologie minière dans les Vosges apportent beaucoup d’éléments d’analyse aux historiens44.

  • 45 Gérard Leser pour la vallée de Munster principalement.

29Un dernier élément de réponse, dans le cadre de ce petit article, à la question initiale des Vosges-montagne peut être esquissé : c’est l’importance d’un légendaire bien exploré par des ethnologues45. Les légendes et récits divers qui ont été soigneusement collationnés ou recueillis oralement renvoient le plus souvent à des lieux inquiétants ou considérés comme magiques : le grand Ballon, les lacs et les cascades, les grottes et pitons rocheux, les animaux au rang desquels l’ours joue un rôle d’acteur principal.

30Les Vosges sont-elles une montagne ? Elles comportent des caractéristiques géographiques de moyennes montagnes indéniablement : morphologie, couverture végétale, climat ou modes de vie.

31Mais les Vosges au Moyen Âge ne sont pas perçues dans la globalité du massif comme une entité physique ou politique nommée. Les espaces traversés grâce à des repères qui nous échappent en grande partie (la géographie du quotidien) ou les espaces d’exploitation sont désignés à petite échelle. Les vallées toujours proches des sommets ont permis d’apprivoiser des terrains d’altitude ingrats pour des populations dont l’augmentation nécessitait plus d’espace. Les Vosges ont indéniablement suscité des activités et des sources de richesse en réunissant les populations installées à toutes les altitudes depuis la plaine d’Alsace et le plateau lorrain : une appropriation complète. L’invention de la montagne-frontière commence au xvie siècle avec l’invention des consciences nationales.

Le massif vosgien entre Lorraine et Alsace

Le massif vosgien entre Lorraine et Alsace

Réalisation : C. Sira / Données : O. Kammerer - 1998

Chaume du Rosberg, ADMM B 617 no 38.

Notes

1 En 1796, Dom Mabillon et Dom Ruinart, bénédictins réputés pour leurs collations documentaires dans toutes les abbayes vosgiennes, évoquent l’horreur de ces montagnes traversées au cours de leurs recherches savantes. J. Matter, Voyage littéraire en Alsace au xviie siècle par Dom Ruinart, Strasbourg, 1826. F. Gueth, « André Silbermann, pionnier du tourisme dans les Hautes-Vosges ou un facteur d’orgues à l’assaut du Hohneck en 1736 », Dialogues transvosgiens, no 10, p. 47-55.

2 Ph. Dollinger, Documents de l’histoire de l’Alsace, Toulouse, 1972, p. 76-77.

3 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (ADMM), B 469 no 109.

4 D’après Dom Ruinart déjà mentionné.

5 Ch. Charton, Les Vosges pittoresques et historiques, Paris, 1862, p. 1.

6 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.

7 L’intérêt des médiévistes pour la géographie n’est pas nouveau et peut aller bien au-delà de la simple cartographie. P. Boucheron, « Représenter l’espace féodal : un défi à relever », Espaces Temps, no 68-69-70 (1998), p. 59-66.

8 B. Collignon, Les Inuits. Ce qu'ils savent du territoire, Paris, 1996.

9 M.-Ch. Fourny, « Introduction », Revue de géographie des Alpes, t. LXXXIII/3 (1995), p. 10.

10 A. Hampé, Du haut des sommets vosgiens, panorama et géologie, Strasbourg, 2002.

11 ADMM, B 617 no 11 bis, pièce no 8.

12 Ch. Grad, À travers l’Alsace et la Lorraine, Paris, 1884-1888, p. 145.

13 W. Meyer, « Burgenbau, Siedlungsentwicklung und Herrschaftsbildung im Jura in der Zeit um 1000 », La donation de 999 et l’histoire médiévale de L’ancien évêché de Bâle, J.-C. Rebetez éd., Porrentruy, 2002, p. 71-100.

14 Il a inventé, comme on le sait, le mot « Ameriga ».

15 En 1593 il résume ses observations et enquêtes documentaires dans un « Discours sommaire des Hautes Chaumes ».

16 MGH SS Rerum Merovingorum, V 212-248, Passio Praeiecti.

17 B. Debarbieux et H. Gumuchian, « Des lieux et des noms. Pratiques, représentations et dénominations en haute montagne nord-alpine », Imaginaires de la haute montagne, Grenoble, 1987, p. 149-160. L’ensemble des noms étudiés par divers auteurs dans l’arc alpin se révèle fort riche : pour le relief sommital (Serre, Forclaz, Pelvoux...), pour les accidents de terrain (Mollard, Balme, Tane, Saix...), pour l’érosion (Clapier, Casse, Lapiaz...), l’eau stagnante (Gour, Paute, Nais...).

18 Des relevés archéologiques de traces de roues dans le rocher donnent à penser que l’on attaquait les cols directement, même par de fortes pentes, sans longs détours (B. Metz en a fait communication sans publication).

19 ADMM, B 617 no 38, p. 10.

20 Ibid., p. 2.

21 P. Marichal, Dictionnaire topographique des Vosges : comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Paris, 1941.

22 L. Duhamel, Documents rares ou inédits de l’histoire des Vosges, Paris, 1868-1896, p. 72. Séhère, premier abbé de Chamousey, avait mené avec Anténor du monastère de Remiremont une vie monastique plus ou moins érémitique avant de bénéficier d’une donation dans une forêt près d’Épinal. Ils vont sur place pour apprécier la donation et tombent d’accord pour trouver au lieu tous les avantages requis pour l’implantation d’un monastère. La traduction de la chronique de Chamousey a été établie au xviie siècle par Jean de France, chanoine de Chamousey.

23 Chronique de Saint-Symphorien de Metz, Trésor des chartes de Metz, cartulaire 983, AM Metz, AA1, p. 17.

24 F. Kirschleger, Flore d’Alsace ou des contrées limitrophes, Paris, 1857, 2, p. XIII et suiv.

25 Ch. Grad, À travers l’Alsace..., op. cit., p. 172.

26 P. Boyé, Les Hautes Chaumes des Vosges, Nancy, 1903.

27 G. Leser, « La conquête des hautes chaumes par les marcaires de la vallée de Munster », Dialogues transvosgiens, no 10, p. 56-60.

28 A. Fischer, « Die Verdrängung der Münstertaler Melker von den herzoglich-lothringischen Hochweiden am Ende des 6. Jahrhunderts », Annuaire de la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster, 1991, p. 11-48.

29 ADMM, B 617 no 38, passim.

30 F. Albert, « L’ours des Vosges », Dialogues transvosgiens, no 5, p. 43-67.

31 P. C. Méline, Histoire des montagnards vosgiens, Nancy, 1938, p. 42.

32 E. Hlawitschka, Studien zur Abtissinenreihe von Remiremont (13.-17. J.), Sarrebruck, 1963. Remiremont : l’abbaye et la ville, Actes des journées Vosgiennes, Remiremont, 1980, M. Parisse éd., Nancy, 1980. Les chapitres de dames nobles entre France et Empire, Actes du colloque d’avril 1996, Remiremont, Paris, 1998 (Coll. Religio Memori 1271-1629).

33 P. Boudet, « Le chapitre de Saint-Dié en Lorraine des origines au xvie siècle », Annales de la Société d’émulation des Vosges, 90-97 (1914-1921), p. 1-109 et 98 (1922), p. 110-274.

34 C. Wilsdorf, « Le comte Eberhard et les monastères de Murbach et de Remiremont », Francia, 3 (1975), p. 59-68.

35 H. Büttner, Geschichte des Elsass I, T. Endemann éd., Sigmaringen, 1991, p. 302-313.

36 Ibid., p. 205-227.

37 Ibid., p. 269-294.

38 M. Parisse, Austrasie, Lotharingie, Lorraine, Nancy, 1990 (L’époque médiévale. Encyclopédie illustrée de la Lorraine, G. Cabourdin dir.), p. 30.

39 O. Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein, 1250-1350, Paris, 2001, p. 204. M. Drouot, « Les possessions du chapitre de Remiremont à Cernay-Steinbach », Dialogues transvosgiens, no 7, p. 14-146.

40 M. Parisse, « Saint-Denis et ses biens en Lorraine et en Alsace », Bulletin philologique et historique (jusqu'en 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, t. 1, 1967, p. 237 et 248-250.

41 C. Wilsdorf, « La vallée de la Thur aux xiiie et xive siècles : la transformation d’un paysage par la route », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, t. 1, Paris, 1969, p. 303-330.

42 C. Wilsdorf, « Depuis combien de temps parle-t-on un patois roman dans le val de Lièpvre et dans celui d’Orbey ? », Société d’histoire du Val de Lièpvre, 10 (1985), p. 23-30.

43 G. Cabourdin, « Les ducs de Lorraine et l’exploitation des mines d’argent (1480-1635) », Annales de l’Est, 24 (1969), p. 91-137.

44 Les techniques minières de l’Antiquité au xviiie siècle, Actes du colloque de Strasbourg, 1988, CTHS, 1992. Publications régulières dans la revue Pierres et Terre.

45 Gérard Leser pour la vallée de Munster principalement.

Table des illustrations

Titre Le massif vosgien entre Lorraine et Alsace
Légende Réalisation : C. Sira / Données : O. Kammerer - 1998
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende Chaume du Rosberg, ADMM B 617 no 38.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/23258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search