Versión clásicaVersión móvil

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Montagnes médiévales, qu’est-ce à dire ?

Georges Comet

Texto completo

  • 1 J’emprunte cette citation au DEA de Cl. Martin, Délimitation et perception de l'espace montagnard e (...)

1« Depuis le xixe siècle et les travaux de plusieurs érudits, le département des Hautes-Alpes n’a pas été l’objet de beaucoup d’études. Cependant, depuis quelques années, la tendance s’inverse un peu1. »

2Une telle description correspond à la réalité de l’intérêt qui a été porté à ce sujet. D’une façon plus large, cette évolution concerne les études de la plupart des secteurs montagneux. Bien peu d’ouvrages ont été consacrés aux montagnes médiévales, et il y a 40 ans déjà, Georges Duby m’avait proposé un tel sujet de thèse qui n’a jamais été traité.

  • 2 Bibliographie de L’histoire médiévale en France (1965-1990), SHMES, M. Balard dir., Paris, 1992.
  • 3 Dictionnaire encyclopédique du Moyen Age, A. Vauchez dir., Paris, 1997. Dictionnaire du Moyen Âge, (...)

3Prenons la Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990) publiée, il y a seulement onze ans, par notre société et Michel Balard2 : on n’y trouve pratiquement rien sur le sujet, si l’on excepte les travaux de Thérèse Sclafert et quelques articles. Quant à l’APHG, aucun de ses numéros depuis quelques années n’a évoqué des enseignements particuliers sur la ou les montagnes. Enfin, aucun des deux dictionnaires du Moyen Âge3 récemment parus n’a d’article pour le mot montagne.

  • 4 No 107/4, 2002.
  • 5 Cela a donné naissance à un site internet qui continue d’exister et s’intitule : « au-delà de l’ann (...)
  • 6 http://www.msh-alpes.prd.fr/prealp/prealpques.html (consulté en septembre 2003).

4Par contre, si nous nous plaçons en 2003 : il y a, d’une part, notre congrès. Mais les montagnes étaient aussi en projet pour les journées de Flaran, et le dernier numéro de la revue Hérodote4 est intitulé « Géopolitique en montagnes ». D’autre part, les Nations unies ont fait de 2002 « l’année internationale de la montagne »5, et du 11 décembre 2003 la « journée internationale de la montagne ». En 2001 s’est tenu à Kempten, en Bavière, le congrès de l’Association internationale pour l’histoire des Alpes sur la culture matérielle des sociétés alpines et une revue est publiée depuis lors sous ce même titre. En 2000 un colloque international s’est tenu à Conques, dont les actes sont parus sous le titre « La montagne dans le texte médiéval ; entre mythe et réalité ». Depuis quelques années un site web6 présente une partie des résultats des recherches de l’équipe internationale animée par Dominique Rigaux et à laquelle participe Simona Boscani, PREALP (Peintures murales des régions alpines) qui par ailleurs organise rencontres et colloques.

5Enfin, nos contemporains touristes s’intéressent davantage à la montagne puisque les sondages nous indiquent qu’un nombre croissant de Français vont y passer leurs vacances.

6Tout cela, même rapidement brossé, montre une certaine prise de conscience d’un domaine d’intérêt et d’études nouveau, et nous sommes ici pour tenter d’en repérer les dimensions.

De quoi parle-t-on ?

7Si vous me permettez une réaction acquise depuis longtemps sur les bancs de l’école, je commencerai par poser la question : qu’est-ce que la montagne ?

8Au-delà de l’amusement du propos, la réponse est loin d’être évidente. J’ai d’abord cherché ce qu’officiellement notre État français appelle actuellement « montagne ». Le 9 janvier 1985, la loi « Montagne » a été publiée au Journal officiel de la République. Votée à l’unanimité, elle n’a toutefois pas été appliquée (cela expliquant peut-être ceci...). Elle déclarait que la montagne est une « entité géographique, économique et sociale... dont l’identité et les spécificités sont reconnues par la nation et prises en compte par l’État ». Si ce discours qualifie certes la montagne d’entité spécifique, il n’avance aucune précision sur les limites et le contenu de cette entité.

  • 7 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19762, chap (...)
  • 8 Préface à Jules Blache. J. Blache, L’homme et la Montagne, préface de R. Blanchard, Paris, 1933.
  • 9 Ibid., p. 35.

9Retournons donc à Fernand Braudel qui, pour les historiens, est une valeur sûre, davantage du moins que ce Journal officiel. On se souvient probablement que dans sa fameuse Méditerranée au temps de Philippe II7, il commence la présentation de la Méditerranée par ses montagnes et déclare : « La Méditerranée n’est-ce pas tout d’abord une mer entre des montagnes ? » Il cite ensuite Raoul Blanchard : « Une définition de la montagne, qui soit claire et compréhensible, est à elle seule à peu près impossible à fournir », et avance, avec un demi-sourire, que c’est « l’ensemble des terres méditerranéennes au-dessus de 500 m »8. S’il admet en gros que les montagnes sont un lieu de pauvreté, il assure aussitôt que « nombreuses sont les montagnes qui font exception à cette règle de pauvreté ». Et il donne cette magnifique image (qui évoquerait la « France d’en bas ») : « C’est dans les pays d’en bas que sont les sociétés serrées, étouffantes, les clergés prébendés, les noblesses orgueilleuses et les justices efficaces. La montagne est le refuge des libertés, des démocraties, des “républiques” paysannes9. » Ce qui bien sûr ravit tous les héritiers de 1789 que nous sommes...

10Selon le Robert, le mot montagne est apparu en français au xie siècle. Le même mot s’applique à des ensembles de diverses grandeurs : il désigne des chaînes comme les Andes, de grandes montagnes comme les Alpes, d’autres comme les Vosges, ou encore des reliefs limités comme la « montagne Sainte-Victoire » ou encore la « montagne de Reims ». Pour les géographes, la montagne est volontiers caractérisée par un certain nombre d’étages bioclimatiques et par une succession de crêtes et vallons escarpés.

11Notre grande chaîne européenne, les Alpes, est actuellement partagée entre six Etats et présente une disposition parallèle de petits ensembles politiques perpendiculaires à l’axe. Cette disposition, classique en Europe, réussit à combiner les ressources des différents niveaux d’altitude et permet de pratiquer une transhumance à l’intérieur des États. Cela conduit à nous donner une certaine image équilibrée de l’économie montagnarde qui ne fut pas toujours organisée de cette façon-là.

12On constate encore de nos jours dans bien des cas la persistance dans ces montagnes de phénomènes religieux ou linguistiques minoritaires, probablement parce que les caractéristiques géographiques des montagnes ont longtemps réduit les capacités d’action des pouvoirs politiques unificateurs. De même, les pacages étant volontiers collectifs et les terres cultivables cantonnées au fond des vallées, la constitution d’une classe de propriétaires fonciers a été rendue difficile et cela a limité l’extension d’une économie dite « moderne ».

Qu’imagine-t-on ?

13En lien avec ces caractères orographiques, climatiques, pluviométriques, ethniques, sociaux, etc., s’est développée une certaine conception de la montagne, une image, qui a été répandue aussi bien dans les massifs qu’alentour. Cette image de la montagne a été étudiée par certains, surtout à partir du moment où celle-ci a été conquise par les habitants des plaines, au moment où elle est devenue une invention humaniste avant d’être protestante, selon Philippe Joutard.

14Quelles ont été les conséquences d’une part de l’évolution historique en général, d’autre part des changements écologiques et des modifications dues aux activités humaines, sur la manière de se représenter la montagne ? Et, comme nous sommes à Chambéry, permettez-moi de parler davantage de la montagne alpine. À vrai dire, il n’y a guère en Europe de milieu naturel qui ait contribué aussi puissamment que les Alpes à façonner l’imaginaire, aussi bien des populations qui les habitent que des observateurs extérieurs. Cet investissement symbolique et idéologique de la montagne a connu plusieurs moments forts depuis la fin du Moyen Âge. Jusqu’alors, la montagne était perçue comme un milieu répulsif et hostile que l’on contournait ou, au pire, que l’on traversait par les itinéraires les plus directs. Aussi ne sera-t-on pas surpris de constater que ni les Celtes ni les Romains, sauf exceptions remarquables – le Mons Poeninus/Mons Jovis (Grand-Saint-Bernard) notamment – n’ont pris la peine de nommer les sommets des Alpes.

15Les géographes du Moyen Âge suivent volontiers Orose et font des Alpes une barrière qui ferme et délimite les pays, alors que les voies de passage qui les traversent n’ont cessé d’être parcourues. D’une façon générale ce sont les montagnes les plus rectilignes et les plus individualisées qui sont retenues et dont on parle : c’est, bien entendu le cas des Alpes. Ainsi Paul Diacre (Historia Longobardorum, II, 9) déclare-t-il au viiie siècle : « Toute l’Italie... est entourée par la mer Tyrrhénienne ou Adriatique, tandis qu’à l’ouest et au nord elle est enclose par les Alpes, de telle sorte qu’on ne peut entrer que par des goulets étroits et par les sommets des montagnes. » Le Massif central, quant à lui, a beaucoup moins retenu l’attention, Mais les Alpes elles-mêmes ne sont pas forcément décrites ni même citées quand on décrit l’espace européen : ni Brunet Latin, au xiiie siècle, ni Jean de Mandeville, au xive, n’en parlent. La prise de possession par la toponymie est un phénomène lié à la modernité et à la « découverte » des Alpes.

  • 10 Le Livre des merveilles, A. Duchesne éd., Paris, 1992, no 42 et 43.

16Au xiiie siècle, Le Livre des merveilles de Gervais de Tilbury, montre une grande familiarité avec les événements extraordinaires qui se déroulent dans les montagnes, que ce soit le mont Aiguille ou le col de Fenestre dans les Alpes par exemple10. On constate aussi chez Albert le Grand, chez Barthélemy l’Anglais ou Jean de Mandeville, une prise de conscience des réalités climatiques, agricoles et autres de cet espace qui n’était auparavant qu’une simple limite. Complétons la description en précisant qu’au xve siècle les géographes qui parlent des montagnes accordent désormais une grande importance aux cours d’eau, liant ainsi orographie et hydrographie.

17Les choses ont commencé à changer durant le Moyen Âge par la densification du peuplement, la mise en valeur des vallées et l’intense trafic au travers des passages alpestres. Toujours redoutées, les « montagnes maudites » et leurs multiples dangers s’accommodent de tout un système de croyances. Ainsi, c’est entre le Valais et le Dauphiné que sont attestés, vers 1430, les éléments constitutifs du sabbat des sorcières, bientôt diabolisé et prétexte à la grande offensive contre la sorcellerie qui touchera, à partir des Alpes, l’ensemble de la Chrétienté occidentale. Parallèlement, la croisade de l’Église contre les monstres et autres démons malfaisants a pour effet de parsemer les montagnes de lieux de cultes, de statues et de dévotions à des saints protecteurs (parmi ces saints tutélaires, de nombreux Nicolas, Jacques, Bernard et Théodule).

18Dans les descriptions « géographiques » que l’on peut rencontrer au Moyen Âge concernant les montagnes, celles-ci apparaissent généralement comme des lieux chargés de valeurs négatives. Elles sont liées à la crainte qui provient d’un paysage tourmenté et des manifestations étranges qu’on ne sait expliquer et qu’on considère alors comme un merveilleux proche du démoniaque. Des changements s’opèrent, à des dates différentes selon les auteurs qui ont étudié la question. Certains font commencer cette nouvelle sensibilité avec la fameuse ascension du mont Ventoux par Pétrarque en 1336 dont nous reparlerons. D’autres placent le changement d’attitude mentale face à la montagne au début du xve siècle et d’autres encore au xvie siècle.

  • 11 C. Higounet, « Une carte des relations monastiques transpyrénéennes au Moyen Âge », Revue de Commin (...)

19Là encore, il semble bien que d’importantes distances existent entre les images transmises par les contemporains et ce que l’on peut cerner comme étant la réalité du temps. Charles Higounet avait bien montré, il y a un demi-siècle, que la haute montagne n’avait pas fait peur aux hommes qui franchissaient les Pyrénées11.

20On fait volontiers remonter la première véritable « découverte » des Alpes à la Renaissance, car la montagne commence à être regardée pour elle-même, dans sa réalité comme dans ses représentations. D’une certaine manière, la Renaissance s’annonce en 1387, lorsque le moine lucernois Niklaus Bruder tente, avec cinq compagnons, la première ascension du mont Pilate, en Suisse, bravant les interdits religieux attachés aux périls supposés d’une montagne mythique. C’est aussi une nouvelle mode réaliste de représenter le paysage qu’inaugure le peintre Konrad Witz lorsqu’il peint La Pêche miraculeuse en 1444 avec son panorama du massif du mont Blanc vu de la rade de Genève. Le peintre utilise la montagne pour dessiner un horizon au pays ainsi délimité ; c’est aussi un moyen de placer sous le regard un objet qui existe ; je dirai dès lors que c’est un moyen de rendre plus objectif le regard du peintre sur le paysage.

  • 12 Le livre des propriétés des choses, livre XIV.
  • 13 Ibid., note 13, p. 75.

21Pourtant, dès le Moyen Âge, il existe chez certains hommes une observation que l’on peut qualifier de scientifique. Certes, il convient de s’expliquer rapidement sur le sens donné à ce terme. J’entends par là une pensée qui veut expliquer la réalité d’une façon qui lui paraît exacte et rationnelle selon les critères du temps et non par le fait de la seule volonté divine. Cette réflexion, bien sûr, est affaire de lettrés que nous pouvons qualifier de géographes ; il s’agit souvent de gens ayant écrit ce que nous appelons les encyclopédies médiévales. Barthélemy l’Anglais, s’appuyant sur Aristote, explique les plissements, l’érosion fluviale, la présence de mines dans les « veines profondes »12. D’autres auteurs, comme Jean de Mandeville transcrivant des récits de voyage, expliquent ainsi les difficultés du climat montagnard du mont Olympe : « Au sommet de la montagne il y a un air si pur que n’y court ni vent ni aure. Ni oiseau ni bête ne pourrait y vivre pour ce que l’air est trop sec. Et dit on en ces parties que les philosophes jadis y montèrent sur ces montagnes et tinrent en leurs mains une éponge mouillée en eau pour avoir de l’air moite autrement ils n’auraient pu respirer et auraient défailli par manque de respiration, car l’air est trop sec13. »

  • 14 C. Deluz éd., Le livre de Jehan de Mandeville, une « géographie » au xive siècle, Louvain, 1988, p. (...)

22Christiane Deluz a ainsi défini cette vision de la montagne : « Le climat est une ambiance, le relief du sol, un décor, la mer et les fleuves des chemins. La tâche de la géographie physique est de dresser le Théâtre du Monde, comme on dira au xvie siècle, pour que l’on puisse mieux observer les acteurs, les hommes14. »

  • 15 Lettres familières, IV, 1.
  • 16 Ces réflexions sur les « géographes » médiévaux sont empruntées à P. Gautier Dalché, « La montagne (...)

23Quant à l’ascension du Ventoux, que Pétrarque raconte bien des années après être censé l’avoir faite15, sa véracité continue d’être mise en doute et n’a certes rien d’assuré, mais ce n’est pas là ce que nous retiendrons. Ce qui est important et nouveau, c’est que dans ce récit la montagne devient une réalité concrète et que pour la décrire on se fonde sur une expérience vécue, en tous cas sur une cupiditas vivendi (termes de Pétrarque), c’est-à-dire une curiosité qu’on pourrait presque dire expérimentale (même si elle est de fait en partie inventée et fournit un beau prétexte à une méditation quasi existentielle)16.

24À la date charnière de notre période médiévale, en 1492, Charles VIII ordonne de gravir le mont Aiguille, pour la première fois. Rappelons que Gervais de Tilbury exprimait que le mont était inaccessible mais qu’on y voyait parfois du linge, d’origine inconnue, sécher sur les prairies du plateau sommital : c’était bien la marque d’un merveilleux inatteignable. Avec cette ascension, la montagne entre dans la mémoire collective grâce à un véritable effort de « communication » du roi, dirait-on de nos jours. Il n’est plus de terre qui ne soit pas sous l’emprise de l’homme, ici du roi.

25Mais, puisque je parle de mémoire collective, je noterais volontiers, à la façon des neurologues parlant de la mémoire individuelle, que cette ascension met en relief un caractère émotionnel très fort (celle de Pétrarque avait déjà commencé). Le roi a fait prendre possession d’un lieu réputé inaccessible et où se passent des merveilles (du linge qui sèche). Le roi a joué certes sur la connaissance de la maîtrise du sommet, mais aussi sur l’émotion créée. De la même façon, notre mémoire individuelle s’articule entre mémoire cognitive et mémoire émotionnelle.

26De façon relativement récente l’étude de l’imaginaire a pris de l’importance pour les historiens : depuis quelques années l’étude des formes matérielles que les images dessinées et peintes ont données aux montagnes a intéressé les chercheurs. La forme dessinée, abrupte ou douce que revêt la montagne, aussi bien lorsqu’on veut illustrer des manifestations divines que des vies de saints parfois locaux, voire de miracles comme le pendu dépendu, ou les représentations des vices et des vertus, a donné lieu à d’importantes réflexions qui ont aidé à mieux connaître le sens du concept de montagne pour les contemporains de cette époque.

Travaux récents ou en cours

27S’agissant du titre même de notre rencontre, le fait de placer la montagne en tête signifie implicitement que l’on reconnaît l’existence (à tout le moins possible) de rapports entre une donnée orographique et des façons de vivre humaines. Cela signifie qu’on donne au relief, au climat, à la végétation, etc., une place importante dans la construction sociale. Cela signifie que l’historien prend fortement en compte les facteurs naturels et qu’il donne aux impératifs du donné matériel une place de choix. L’histoire devient alors une parente encore plus proche de la géographie, la société et son organisation peuvent varier en fonction des données pédoclimatiques. Les autres sciences humaines doivent venir à l’aide pour comprendre les divers conditionnements possibles et les sciences dites exactes doivent aider à préciser ces données. L’historien dès lors étudie de quelle façon l’homme s’y prend pour dominer la terre. Je n’irai pas plus loin dans cette direction, car nous risquerions d’en arriver aux questions de déterminisme. Bien d’autres que moi, dont de célèbres géographes, ont étudié cette question. Mais je retiendrai que le fait de tenir notre rencontre montre bien que la question existe, même si on l’aborde de façon nouvelle.

  • 17 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois – La Vésubie (xiiie-xve siècles), Nice, 1990
  • 18 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.
  • 19 C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie-xvie  (...)

28De tout cela il ressort des ouvrages d’historiens médiévistes, thèses ou recueils, des recherches en cours et quelques thèses récentes. Je citerai, déjà bien connues, les thèses de Jean-Paul Boyer17, d’Henri Falque-Vert18, qui traitent spécifiquement de sociétés montagnardes, de Catherine Verna19 pour l’aspect industriel des Pyrénées. Il est certain aussi que les recherches de Françoise Paravy, de Bernard Demotz, de Guido Castelnuovo, de Laurent Feller, de Aline Durand, de Dominique Rigaux concernent des régions qui sont aussi montagneuses et par là sont des éclairages sur notre thème.

  • 20 Ph. Braunstein dir., La sidérurgie alpine en Italie (xiie-xviie siècle), Paris-Rome, 2001 (Collecti (...)

29La dimension industrielle dans les Alpes a été récemment étudiée dans le recueil organisé par Philippe Braustein20, dont les divers articles concernent particulièrement l’industrie des Alpes lombardes, piémontaises, bergamasques, brescianes et vénitiennes.

  • 21 N. Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge. Économie et société, fin xiiie(...)
  • 22 S. Excoffon, Recherches sur le temporel des chartreuses dauphinoises, xiie-xve siècles. Thèse Univ. (...)
  • 23 N. Nicolas, Guerre et insécurité : le coût de la mise en défense des châteaux du Haut-Dauphiné (136 (...)

30Plus récemment encore il faut citer la récente thèse de Nicolas Carrier21, celles de Sylvain Excoffon22 et de Nathalie Nicolas23, divers articles et travaux de Fabrice Mouthon, de Patrick Gautier-Dalché. Et puis bien sûr, les centres de recherche qui se sont organisés autour de travaux concernant la montagne.

  • 24 On signalera que Chambéry est le centre français de l’année internationale de la montagne de l’ONU.
  • 25 C. Ducourthial, Châteaux, pouvoirs et peuplement dans les comtés de Belley, de Savoie et de Maurien (...)

31Chambéry, à tout seigneur tout honneur24, où l’Institut d’études savoisiennes dirigé par un médiéviste, Christian Guilleré, a pour objectif de développer les recherches sur l’histoire des pays de Savoie, c’est-à-dire les États et provinces liés à un moment donné aux princes de la Maison de Savoie, et ce dans un cadre pluridisciplinaire et international. L’histoire alpine y est envisagée de l’Antiquité à l’époque contemporaine. À ma connaissance il y a au moins trois thèses en cours sur des thèmes et régions proprement montagnards (Cyrille Ducourthial, Nathalie Favre-Bonvin et Frédéric Wieszczoszynski)25.

  • 26 E. Bille, Le village et la maison en Cerdagne du ixe au xie siècle ; D. Brocas, Histoire des forêts (...)

32À Toulouse, autour de Benoît Cursente, toute une équipe travaille sur les montagnes avec au moins cinq thèses en cours de Frédéric Guedon, Delphine Brocas, Amaia Legaz, André Constant, Élisabeth Bille26.

  • 27 S. Boscani, Les programmes peints des églises et des maisons privées dans les cantons suisses du Te (...)

33À Grenoble, siège Dominique Rigaux qui anime le PREALP, déjà cité, qui centralise tout un ensemble de recherches portant sur le domaine de la peinture et des images. Parce que ces régions montagneuses étaient économiquement plus pauvres que d’autres, les églises et les chapelles, de façon apparemment paradoxale, y renferment de nombreuses peintures. Il y a peu de temps qu’elles sont vraiment recensées et étudiées non seulement comme décor ou dans une vision d’histoire de l’art, mais comme une source d’histoire générale, sociale, et même de la vie matérielle, comme on le voit entre autres dans la thèse de Simona Boscani27.

  • 28 K. Lundström-Baudais et alii, Les millets : recherche ethno-botanique et culture expérimentale. Bri (...)

34En archéologie, il faut rappeler les fouilles de Brandes, celles de L’Argentière, celles de Charavines, leur publication, les divers travaux alentour, y compris dans le domaine de la paléo-botanique où s’est organisé aussi un programme d’archéobotanique en Suisse à Waldmatte. Certains travaux, sur la culture du millet par exemple, ont conduit des études à se mener à la fois à Waldmatte et par enquête d’ethno-botanique au Népal28.

35La conférence de Barcelone de novembre 1995 avait appelé à un partenariat entre l’Europe et l’ensemble des pays méditerranéens, parlant d’une région « euro-méditerranéenne », encourageant le développement de réseaux scientifiques et une meilleure valorisation de la dimension sociale, culturelle et humaine. Dans cet esprit, à Aix-en-Provence, s’est constituée une équipe pluridisciplinaire et internationale autour du thème « Montagnes en Méditerranée » dont l’objectif était d’organiser des rencontres regroupant des chercheurs des pays de la Méditerranée occidentale, nord et sud, afin de ne pas séparer les deux rives et de les embrasser du même regard. L’ensemble de la recherche doit déboucher sur les interrogations suivantes : Y a-t-il une spécificité de la montagne méditerranéenne – du milieu naturel, certes, mais aussi du milieu humain ? Que peut signifier la montagne pour l’homme de ces régions ?

36Pour répondre à ces questions, il est indispensable d’avancer à partir de deux principes méthodologiques : 1. juxtaposition et confrontation des approches disciplinaires : celles d’historiens, de géographes, d’ethnologues, de linguistes, d’économistes, d’agronomes, etc. 2. l’autre souci est le comparatisme, que ce soit de façon chronologique, dans le temps, ou dans l’espace au niveau des sous-régions de la zone considérée.

37Un premier colloque a eu lieu à Grenade en 1999, sur les techniques de mise en valeur. Celui d’Aix-en-Provence en 2001 sur l’utilisation de l’espace et celui de Rabat en 2003 sur « Montagnes en Méditerranée et société » ont dû être annulés par manque de financement. Mais les contacts et les échanges continuent.

38À Aix-en-Provence existe encore un programme (APN) animé par Aline Durand sur l’arboriculture fruitière méridionale, portant entre autres sur Alpes, Cévennes et Pyrénées, et qui s’occupe fortement de paléoenvironnement et de carpologie ; un autre projet coordonné par Philippe Leveau intitulé « La forêt et le troupeau dans les Alpes du Sud (département des Hautes-Alpes) du Tardiglaciaire à l’époque actuelle », concerne le pastoralisme dans le secteur des Alpes du Sud, et les études faites sur les actes de la chartreuse de Durbon montrent que cette pratique est déjà bien ancrée dès la seconde moitié du xiie siècle. Des fouilles de villages, comme Lazer, ou d’habitats temporaires ont eu lieu, et dans ce dernier cas se pose la question de la destination de ces habitats : élevage ou exploitation minière, ou les deux ? Des mottes ont été prospectées, des charbonnières sont en cours de fouille.

39Voilà, brièvement dressé, le tableau de quelques équipes travaillant sur ce sujet.

40Je n’ai pas particulièrement présenté les orateurs de ces deux journées, car vous avez sous les yeux le programme. Sans vouloir glorifier qui que ce soit, je trouve l’ensemble fort bien équilibré.

41Une première partie traite de ce qu’est une montagne : l’exemple des Vosges va permettre de la définir ; ensuite on a dit que c’est surtout un lieu que l’on traverse : il est traversé par l’argent, mais aussi par des cols qu’empruntent les hommes ; toutefois une protection divine est utile et des saints en sont chargés.

42La deuxième étape pose la question du gouvernement de ces terres : peuvent-elles s’intégrer aux États qui tentent alors de se constituer ? Un exemple, le Briançonnais, montre les difficultés ; et par ailleurs une typologie des principaux types de gouvernement est proposée.

43Dans un troisième temps nous regarderons de plus près l’économie de ces régions et d’abord ce que représentent réellement ces moines dont on parle tant. Il ne faudrait pas oublier que les montagnes ont suscité aussi la naissance de petites villes qui fonctionnent en réseau ; ce qui fait qu’au total cette économie est en fait bien diversifiée et pas si pauvre qu’on le prétend souvent. Pour bien saisir ces activités il est bon de rapprocher le regard ethnologique et celui de l’historien, sur le droit, l’habitat, les pacages. Finalement on constate que cette économie est suffisamment complexe pour que certains en oublient même qu’on est dans des montagnes.

44Enfin la quatrième section présente les récits merveilleux de la montagne qu’élaborent ses habitants ou que d’autres construisent. C’est un lieu de refuge grandiose (ainsi pour le roi Arthur). C’est un lieu où de magnifiques peintures expriment une perception religieuse particulière, bien plus d’ailleurs qu’une description du paysage ; c’est une terre aussi qui exprime fortement sa demande de protection divine en mettant toute une partie de ses peintures à l’extérieur et au vu de tous les passants ; et lorsque se clôt le Moyen Âge, la description se limite en fait à des topoi, mais l’arrivée des cartes aide à ce que la montagne ne soit plus un no man’s land et entre dans l’univers des enjeux politiques.

45Voilà résumé, peut-être avec trop de célérité, ce que j’ai cru comprendre de nos travaux à venir, et je pense qu’il est temps de laisser la parole à ceux qui ont quelque chose à dire sur ce sujet qui est en train de devenir l’objet d’une sérieuse attention de la part des historiens, et même des médiévistes.

Notas

1 J’emprunte cette citation au DEA de Cl. Martin, Délimitation et perception de l'espace montagnard entre Les xiie et xive siècles : le cas des Hautes-Alpes, Aix-en-Provence, 2002.

2 Bibliographie de L’histoire médiévale en France (1965-1990), SHMES, M. Balard dir., Paris, 1992.

3 Dictionnaire encyclopédique du Moyen Age, A. Vauchez dir., Paris, 1997. Dictionnaire du Moyen Âge, Cl. Gauvard, A. de Libera, M. Zink dir., Paris, 2002.

4 No 107/4, 2002.

5 Cela a donné naissance à un site internet qui continue d’exister et s’intitule : « au-delà de l’année internationale de la montagne », http://www.montagnes2002.org/ (consulté en septembre 2003).

6 http://www.msh-alpes.prd.fr/prealp/prealpques.html (consulté en septembre 2003).

7 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19762, chap. 1.

8 Préface à Jules Blache. J. Blache, L’homme et la Montagne, préface de R. Blanchard, Paris, 1933.

9 Ibid., p. 35.

10 Le Livre des merveilles, A. Duchesne éd., Paris, 1992, no 42 et 43.

11 C. Higounet, « Une carte des relations monastiques transpyrénéennes au Moyen Âge », Revue de Comminges, 64 (1951), p. 129-138.

12 Le livre des propriétés des choses, livre XIV.

13 Ibid., note 13, p. 75.

14 C. Deluz éd., Le livre de Jehan de Mandeville, une « géographie » au xive siècle, Louvain, 1988, p. 158.

15 Lettres familières, IV, 1.

16 Ces réflexions sur les « géographes » médiévaux sont empruntées à P. Gautier Dalché, « La montagne dans la description géographique au Moyen Âge », dans La montagne dans le texte médiéval. Entre mythe et réalité, Cl. Thomasset et D. James-Raoul dir., Paris, 2000, p. 99-121 (coll. Cultures et civilisations médiévales XIX).

17 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois – La Vésubie (xiiie-xve siècles), Nice, 1990.

18 H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Grenoble, 1997.

19 C. Verna, Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (xiiie-xvie siècle), Paris, 2001.

20 Ph. Braunstein dir., La sidérurgie alpine en Italie (xiie-xviie siècle), Paris-Rome, 2001 (Collection de l’École française de Rome, 290).

21 N. Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen Âge. Économie et société, fin xiiie début xvie, Paris, 2002.

22 S. Excoffon, Recherches sur le temporel des chartreuses dauphinoises, xiie-xve siècles. Thèse Univ. de Grenoble 2, 2000, dactyl.

23 N. Nicolas, Guerre et insécurité : le coût de la mise en défense des châteaux du Haut-Dauphiné (1360-1400). Thèse Univ. Aix-en-Provence, 2002, dactyl.

24 On signalera que Chambéry est le centre français de l’année internationale de la montagne de l’ONU.

25 C. Ducourthial, Châteaux, pouvoirs et peuplement dans les comtés de Belley, de Savoie et de Maurienne du xe au xiiie siècles ; N. Favre-Bonvin, Peuplement et exploitation de vallées et montagnes savoyardes : les massif du Beaufortain et des Bornes aux xive et xve siècles ; F. Wieszczoszynski, Frontière, réseau castrai et hommes d’armes en Grésivaudan (1263-1355).

26 E. Bille, Le village et la maison en Cerdagne du ixe au xie siècle ; D. Brocas, Histoire des forêts de Soule (Pyrénées atlantiques) au Moyen Age et à l’époque moderne ; A. Constant, Pouvoirs, occupation du sol et habitats dans le massif des Albères et ses marges de l’Antiquité tardive au début du xiiie siècle ; F. Guedon, Occupation du sol et peuplement en moyenne et haute montagne des origines à l’époque moderne : le haut Lavedan, Hautes-Pyrénées ; A. Legaz, Espace et société dans une région des Pyrénées au Moyen Age : l’exemple de la basse Navarre.

27 S. Boscani, Les programmes peints des églises et des maisons privées dans les cantons suisses du Tessin et des Grisons, xiie-xvie siècles, Paris, EHESS, 2003, dactyl.

28 K. Lundström-Baudais et alii, Les millets : recherche ethno-botanique et culture expérimentale. Brig-Glis « Waldmatte », Valais, CH, 1992-1994, projet de recherche multigraphié.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search