Version classiqueVersion mobile

Montagnes médiévales

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Régine Le Jan

Texte intégral

1Lorsque nous avons choisi le thème de la montagne pour le XXXIIIe Congrès de notre Société, nous ne savions pas qu’en décembre de cette même année 2003 se tiendrait la première journée internationale de la montagne. Le thème s’était imposé de lui-même puisque le Congrès avait lieu à Chambéry, ville de montagne et capitale de la Savoie.

2Plusieurs laboratoires de recherche historique, dont celui de Chambéry, consacrent actuellement leurs travaux, en tout ou en partie, à l’étude des montagnes médiévales et le volume des actes présenté fait le point et met en lumière les acquis de la recherche en ce domaine. Les historiens médiévistes qui étudient la montagne et qui cherchent à comprendre les mécanismes de fonctionnement des « sociétés de montagne » reconnaissent cependant cerner difficilement leur objet d’étude car il soulève plusieurs questions restées en suspens. Il s’agit là d’un thème d’histoire totale, qui croise diverses approches : économique, sociologique, artistique et bien sûr géographique. Mais le dialogue central avec la géographie pose lui-même problème dans la mesure où les géographes tendent à remettre en cause le concept même de montagne et les historiens seraient tentés de les suivre. Ils se demandent ainsi ce qu’est la montagne dans le développement historique et s’il existe un faciès montagnard des sociétés médiévales. Derrière la pluralité des cas, peut-on mettre en lumière « une » société de montagne ? Y a-t-il une représentation uniforme de la montagne ? La diversité des sources utilisables et utilisées d’une région à l’autre rend en effet les comparaisons difficiles.

3Le volume d’actes ne prétend pas répondre à ces questions fondamentales, mais il donne matière à une réflexion d’ensemble sur les interactions de l’homme et du milieu montagnard au Moyen Âge et sur l’intégration du milieu dans le système de représentation des sociétés médiévales.

4La matière y est répartie en quatre thèmes principaux : la montagne traversée, la montagne gouvernée, la montagne vécue, la montagne imaginaire. La montagne y apparaît tout à la fois comme un espace d’altérité et comme un espace vécu, un lieu où certains passent et où d’autres restent. Les questions d’ouverture et d’isolement, d’attraction et de répulsion y sont omniprésentes. Si la montagne est habituellement représentée selon un mode de description figée, elle peut aussi être décrite comme une réalité ordinaire, fortement anthropisée. On y apprend que la montagne barrière n’existe pas au Moyen Âge et que l’amélioration de la circulation intra-montagnarde est un phénomène médiéval qui a réduit l’isolement, favorisé les échanges culturels et facilité l’insertion des sociétés de montagne dans l’économie englobante. Même l’émergence d’un ensemble de communautés plus ou moins autonomes qui constitue l’un des héritages majeurs de la période médiévale ne doit pas nous tromper. Ces communautés montagnardes ne sont pas repliées sur elles-mêmes, elles sont partie prenante d’un jeu complexe de pouvoirs qui les met aux prises avec les seigneurs locaux – souvent mais pas exclusivement monastiques –, et le prince territorial.

5Le Congrès de Chambéry fut une réussite, grâce à la qualité de l’organisation et à l’accueil des autorités universitaires et du conseil général de Savoie. Nous remercions particulièrement monsieur Jean Luquet, directeur des archives départementales de la Savoie qui nous a permis de voir ces pièces rarissimes que sont les rouleaux de châtellenie. Au nom de tous, je salue le dévouement de nos collègues, Christian Guilleré, Guido Castelnuovo, Fabrice Mouthon et Laurent Ripart, qui ont préparé ce congrès et contribué à sa réussite. Nos remerciements vont aussi à toute l’équipe logistique qui nous a accueillis pendant ces trois jours, ainsi qu’à Madame Catherine Brun, qui a aidé à la préparation du manuscrit, ainsi qu’à Fabrice Delrieux, qui en a réalisé les cartes.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search