Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille en Gévaudan au XVe siècle (1380-1483)

 | 
Philippe Maurice

Partie III. La famille et la société

Chapitre - XIII - Ascension sociale de la bourgeoisie

Texte intégral

1Au Moyen Age, et pendant toute la période antérieure à la Révolution française, les notaires recourent à l'usage de titres honorifiques pour désigner une partie de leurs clients, fis y renoncent lorsque le rang de ces derniers, dans la société, frit d'eux des gens trop insignifiants pour qu'une telle reconnaissance sociale leur soit accordée, mais aussi en fonction de la forme de l'instrument En effet, les brouillards et les brèves, actes concis par excellence, délaissent les renseignements de ce genre qui ne sont enregistrés que dans la version étendue. Les extensoires présentent donc ce type d'informations qui permettent de voir quelle place la société accordait aux clients des tabellions. La terminologie usitée s'avère donc tout particulièrement édifiante, afin de situer les intéressés, et permet occasionnellement de déceler les traces d'une éventuelle ascension lorsque le même personnage est différemment désigné au cours de sa vie.

2Plusieurs milieux sociaux favorisent la promotion individuelle, et par-delà familiale, dans la mesure où ils offrent le maximum de chances pour suivre des études, ou une formation professionnelle de pointe, pour accéder aux responsabilités, ou pour contracter des alliances privilégiées. Une partie des familles concernées par ce mouvement se situe d'ailleurs aux marges de la bourgeoisie et de la noblesse, au point de rendre délicate la distinction entre les états roturier et noble. A ce niveau, le statut nobiliaire, atteint d'une forte suspicion, ne présente plus guère de garantie et une partie des nouveaux riches usurpent leur noblesse en usant de stratagèmes relativement classiques. Mais, pour ces marchands et ces officiers qui s'imposent à leurs contemporains, la véritable consécration consiste à obtenir les lettres d'anoblissement du roi de France, dont nous verrons qu'elles lurent très rarement octroyées à des Gabalitains.

I - LES TITRES HONORIFIQUES

  • 1 Les termes les plus utilisés sont probus, providus, prudens, honestus, honestus juvenis, discrelus (...)

3La terminologie utilisée distingue les états roturier, noble et ecclésiastique, même si certains qualificatifs restent acceptables pour l'un ou l'autre de ces statuts ; aussi opérerons-nous une digression à la fin pour les deux dernières catégories d'individus. De la même façon, les hommes se désignant avec un plus grand nombre de substantifs1 que les femmes et les enfants, une rubrique sera réservée à ces derniers.

  • 2 Le tailleur Vital Réversac en 1457, l'argentier Jehan Bodet en 1459, le forgeron Pierre Maynier en (...)
  • 3 3E.2895/82v°, G. 1401/27. A propos de ces personnages, consulter la généalogie des Ferrier, en ann (...)
  • 4 Les tisserands Guillaume Fagie en 1470, Jacques Malassanha en 1476 (3E611/109, 2896/63), peigneur (...)

4Le probus vir embarrasse souvent les historiens en surgissant dans toutes sortes d'instruments. Les chartes considèrent généralement que le probe homme intervient en diverses choses, comme arbitre, pour régler, expertiser et trancher les conflits. C'est souvent lui qui statue sur le montant de la pension d'une veuve ou d'un infirme, sur le mode de règlement du numéraire des dots, et qui intervient en tant qu'arbitre quand rien n'a été préétabli. Le terme excite donc la curiosité et, comme bien d'autres, nous nous sommes demandé qui se targuait d'être un probe homme. L'expression apparaît aussi souvent dans les campagnes que dans les villes, et proportionnellement plus fréquemment dans les premières que dans les secondes, dans la mesure où la plupart des maîtres des oustaux campagnards sont "probes", alors que les citadins adoptent bien d'autres formules. Dans les villes, plusieurs artisans bien en place sont ainsi désignés, tailleur, argentier, forgeron, sergent, hôtelier et barbier2, certains étant même alliés à des ecclésiastiques instruits en droit canon comme le chaussetier Jehan de Beaucaire, en 1443, et le pareur de draps Etienne Bertin, en 14683. Nous relevons également des gens modestes, simple tisserand, voire peigneur de laine ou brassier4. Ces hommes ne bénéficient donc pas forcément d'une grande richesse, ni d'une remarquable notoriété, et se contentent de jouir, tout simplement, d'une probité manifeste, d'où leur qualificatif. Tout le monde estime pouvoir s'en remettre à leur jugement et à leur loyauté. Le portrait type indique qu'ils sont généralement chefs de famille, établis dans leur paroisse et sans doute pourvus d'une certaine expérience, ce qui n'exclut pas les jeunes pères.

  • 5 3E.2665/192v°.
  • 6 3E.718/256v°, 2890/38v°, G.1388/66, G. 1418/292.
  • 7 G.1413/7v°, 3E.2895/181, 1477/87.
  • 8 Ferri (G.1411/97v°), Seguin (G. 1400/1), des notaires (3E.2889/8v°, 2893/105v°).
  • 9 le fustier Jehan Albaret, en 1466, le marchand Jehan Albi, en 1455, le capitaine Michel Del Senhor (...)
  • 10 3E.2668/118.

5Le providus vir se situe légèrement au-dessus du précédent dans la considération de ses concitoyens. Du latin classique, l'expression se traduirait "homme avisé", voire "prudent" ou "circonspect", mais cette dernière traduction correspond à un autre usage. Providus et prudens pourraient bien être synonymes dans la mesure où les actes s'y réfèrent pour désigner le même type d'individus. Notre soupçon d'une éventuelle nuance provient du testament d'Anthoine Ferrier qui mentionne son neveu providum et prudentum virum Etienne Ferrier, en 14825. L'indication d'une synonymie aurait été signalée par "sive", alors que le scribe a bien usé de la conjonction de coordination "et", mais un style redondant justifierait cette dernière. En fait, nous estimons qu'il s'agit bien de deux termes identiques introduisant le "prud'homme" qui se distinguerait du "probe homme" par une plus grande notabilité, même si une certaine supériorité peut distinguer le prudens. Plusieurs paysans sont nommés prudens vir tel Jehan Pascal, du Born, en 1478, ou providus vir comme Pierre Martin, de Lanuéjols, en 1437, Jehan Boyer, de Balsièges, en 1458, Jehan Rocherousse, de Chanac en 14736 ; mais il est vrai que Pierre est le père du chanoine Guillaume Martin, et Jehan Rocherousse le frère d'un juriste entré dans les ordres, ce qui les élevait au-dessus de la simple condition de laboureur. Toutefois, la majorité de ces "prud'hommes" résident dans une ville, Le titre prudens vir distingue Anthoine Alcays, fermier de l'Equivalent, d'Ispagnac en 1463-1469, Guillaume Alcays, beau-père de noble Louis de Bressoles, de Quézac en 14467, et le barbier mendois Jehan Ferri en 1477. Guillaume Seguin, de Marvejols, l'accole à celui de "maître", avant son nom qu'il fait suivre de son grade de licence en médecine. Les notaires Jacques Bodo, du Malzieu, en 1465, et Anthoine Dumas, fils de providus vir Bérenger, en 14568, en font logiquement autant avec le titre de maître. Ces personnages occupent donc une place qui commence à devenir marquante, soit en s'alliant dans la noblesse, soit en exerçant une fonction les mettant au service du public. Nous les recensons parmi les marchands, notaires, capitaines, baillis, notaires, fustiers, bouchers, apothicaires et autres membres de l'artisanat9, toutefois, nous relevons aussi des gens modestes, tel Privat Chaptal, peigneur et tisserand en 1483 ; mais il est vrai que ce dernier a épousé la fille d'Astorg Petit dont la famille occupe un place honorable à Mende10.

  • 11 Le barbier Pierre Adatgier en 1451, l'hôtelier Jaucelin Bedossan en 1463, l'argentier Guillaume As (...)
  • 12 Anthoine de Lizieus, diacre en 1452, Jacques Broe, acolyte en 1476, Anthoine Barro, clerc en 1478, (...)
  • 13 3E.2779/11.

6La position sociale du "discret homme" ne s'éloigne pas beaucoup de celle du "prud'homme", tout en étant supérieure, comme le confirme l'attribution de cette qualité un barbier, un hôtelier, un argentier, un forgeron, un juriste, des notaires11, et à plusieurs clercs qui n'ont pas encore accédé à la prêtrise12. Un paysan, Pierre Bessa, de Saint-Léger-du-Malzieu, porte également ce titre en 1444, mais il constitue une exception13.

  • 14 3E.2010/16v°, 2884/272, G.1411/41, 1412/185.
  • 15 Ramadier (3E.2665/24v°, 51), Liège (G. 1418/138).

7Le "sage homme" a déjà acquis une place importante dans la société ; ainsi Jacques de Corsac, écuyer et seigneur de Vallescure, n'hésite-t-il pas à se dire saige en 1462, imité par André Barrian, hôtelier de Saint-Chély-d'Apcher, dont la fille épouse un notaire en 1466. D'autres cumulent les titres "sage et honorable", tel Jacques Rayraud, forgeron de Vébron, lieutenant du bailli de Saint-Etienne-Vallée-Française en 143514. Cela n'empêche pas un paysan, Jehan Ramadier, de Rimeize, père d'un prêtre, d'être un providus et sapiens vir, en 1461 ; mais la même année il recourt au qualificatif "probe". Pour sa part, Jehan de Liège, sergent d'armes du roi, est sagax vir en 147215.

  • 16 2889/198v°. Le qualificatif vénérable est souvent accompagné d'un autre.
  • 17 3E.2885/110, G.1414/122v°
  • 18 Pour une période plus tardive (XVIe-XVIIe siècles), Georges Huppert stipule que les marchands enri (...)
  • 19 Egregius et honorandus (3E. 1086/15).

8Les universitaires, distingués par leurs diplômes, deviennent de "vénérables hommes". L'ascension par le grade obtenu dans un université est remarquable, et venerabilis vir Pierre Etienne, licencié en médecine d'Albi en 1458, est mentionné avec son père "prud'homme" Pierre Etienne, cordonnier de Mende16. Pierre Maynier, bachelier en médecine, qualifié "vénérable homme" en 1470, sera "honorable homme" en 147817. Ce dernier cas nous conduit à traiter des "honorables hommes", un statut ouvrant la voie à l'usurpation de noblesse, comme nous le verrons avec Astorg Aragon18. L'ostensible éminence de ces personnages puise son origine dans leur savoir universitaire ou dans les fonctions qu'ils occupent, jugerie, lieutenance, et autres offices, voire régence d'établissements d'enseignement. En haut de la hiérarchie, des hommes du rang de dom Philippe Gervais, docteur dans les deux droits, lieutenant du sénéchal de Beaucaire et commissaire royal en 1470, usent des termes "excellent et honoré"19.

  • 20 Ces qualificatifs démontrent que les hommes du Moyen Age prêtent des qualités morales aux individu (...)
  • 21 "Magister" précède le nom de l'intéressé, contrairement à "mercator", "civis" et "burgens" qui le (...)
  • 22 Girard (G.1417/83v°), Gaspard (G. 1396/34v°, 79, 1404/153, 1407/23v°), Chapelle (G.1418/205).

9Si ces expressions se réfèrent à des qualités morales, réelles ou supposées, liées à l'échelon social atteint par leurs titulaires20, d'autres se rattachent plus à un statut bien défini, sans impliquer pour autant une valeur personnelle. Le magister illustre le meilleur exemple de ce type21. Tous les notaires et les gradués d'université ayant un rang égal ou inférieur à la maîtrise font précéder leurs prénoms du rang de "maître", à moins qu'ils n'en revendiquent un autre plus important. Ils sont rejoints par les maîtres artisans, comme le carrier Jehan Girard en 1463, ou Pons Gaspars et Jehan Durand qui se chargent des travaux de la cathédrale en 1453. Les barbiers ne méprisent pas cette pratique puisque Jehan Chapelle s'y adonne en 147222.

  • 23 Les tisserands Bernard Astier, en 1428, et Jehan Jaucelin, en 1466 (3E.1708/6v°, 2885/58), les hôt (...)

10Le terme mercator instaure une ambiguïté puisque la plupart des marchands ne mentionnent pas dans quel secteur s'exerce leur activité. Les plus opulents ne prennent jamais la peine d'apporter d'autres précisions, comme Pierre Monbel, dont nous savons qu'il est drapier en raison des nombreux contrats de vente de tissu qui le concernent et des mentions de son ouvroir de draperie. Mercator exprime autant le niveau de fortune que le commerce. Toutes sortes de professionnels le revendiquent : tisserands, hôteliers, merciers, tailleurs, chaussetiers et chirurgiens23.

  • 24 Maynadier (3E.5045/11, 26v°), Mayrand (E.208, 3E.1586/11v°, G.1407/29v°).
  • 25 Fontaine (L.), "Droit et stratégies : la reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné (...)
  • 26 Galtier (3E.5045/43, G. 1374/2, 1390/25. Consulter la généalogie des Valdin), Pelhicier (3E.2665/2 (...)

11Le civis est un homme aisé, comme Raymond Maynadier, civis civitatis Mimatensis, qui teste en 1417 en fondant une chapelle à Barjac où il est né. Parmi ces citoyens, nous recensons des forgerons, des pelletiers et des courtiers. L'âge n'est pas très important : en 1459, Guillaume Mayrand, notaire mendois originaire de Grandrieu, n'a que trente ans, et, en 1461, Privat Taurand, fils d'un marchand, est majeur de quinze ans, mais mineur de vingt-cinq ans24. Finalement, ces hommes marquent leur appartenance à la petite bourgeoisie de Mende. Nous ignorons s'il existe réellement un statut de bourgeois dans les villes du Gévaudan, comme à Lyon ou dans d'autres grandes cités du royaume25, mais plusieurs mendois, marvejolais et hommes d'Ispagnac se targuent de cet honneur. En 1416, "prud'homme" Guillaume Galtier est "bourgeois" de Mende, comme son fils, Jehan, "prud'homme" en 1392, le sera en 1429. Cette famille compte parmi les plus importantes puisque la fille de Guillaume se marie dans la noblesse, alors que le fils de Jehan occupe le siège de l'officialité en 1426-1427. Pierre Pelhicier, riche marchand allié aux Germain et aux Mercier, se qualifie de la même façon, et son fils Jehan, "honorable et discret homme", en fait autant en 1476. Pierre d'Orlhac, héritier des Moires, qui mariera sa fille à noble Guillaume de Naves, opte également pour ce rang en 142326. Plusieurs de ces bourgeois, comme les Monbel et les Valdin, usurpent la noblesse.

  • 27 3E. 1089/19, 330, 2668/116, 171, 176v°, 2890/48.
  • 28 Cahors (G.1399/38,1401/5v°), Fontsbesses (G.1407/16).

12Les femmes sont généralement dites honestae mulieres. "Honnête femme" Guillaumette Brolhet, veuve de maître Pierre Angalier, notaire de Mende, est citée avec son enfant, "honnête jeune fille" Enimie, lors du mariage de cette dernière en 1483. Si les filles se disent "honnêtes", les jeunes garçons procèdent pareillement, comme Jehan Cobe II et Jehan Bardon en 1483. Deux ans plus tard, le second, désigné comme "discret homme", se fera affermer le soquet de Mende. Les hommes mûrs arborent rarement l'épithète "honnête", mais Pierre Cobe IIΙ est bien un honestus vir en 145927. Les mineurs et les femmes ne s'écartent que très rarement de ces expressions, mais Catherine Cahors, veuve de maître Pierre Amat, conjointe de Jehan Conques, teste en se qualifiant "honorable femme", le 27 avril 1443, alors que "honorable et honnête femme" Claude Fontsbesses, veuve de Benoît Cornihon, épouse de Guillaume Robin II, rédige ses dernières volontés en 146128.

  • 29 3E.2025/20, 2885/248, G.1399/35, 1431/9v°.
  • 30 3E. 1708/59v°, 2898/164v°, 5045/36, G.1378/29, 1430/32v°.

13Dominus s'applique à tous les prêtres, mais les juristes et les nobles s'y réfèrent également. En règle générale, venerabilis devance le précédent dans toute présentation des ecclésiastiques parvenus au sacerdoce, mais beaucoup de scribes ajoutent un autre qualificatif, ou remplacent "vénérable" ; les manifestations les plus significatives sont : venerabilis et discretus vir dominus Pierre d'Atgia, curé d'Esclanadès en 1478, honorabilis vir dominus Bertrand Almueys, prêtre de Vébron en 1450, honorabilis et providus vir dominus Etienne Colin, alias Mirmont, en 144329, venerabilis et circumspectus vir dominus Jacques Ferrier en 1475. En testant, en 1419, Jehan Cavalier arbore les titres de venerabilis viri domini [J. C.], presbiteri [..], bacallari in decretis et de venerabili et prudentis viri domini. Les moines usent presque tous de l'expression "religieux homme frère", comme Privat Claret, carme de Mende en 1476. Mais venerabilis et religiosus vir dominus Raymond Bonot, docteur ès décret, en 1422, alors moine et official de Mende, est également venerabilis et magnus circumspectus vir dominus30.

14Les nobles n'oublient jamais de mentionner leur qualité, sauf les ecclésiastiques qui, à quelques occasions, expriment leur modestie en ne déclinant pas une origine que tout le monde connaît. Les exemples les plus humbles seront illustrés par les mentions de quelques garçons de la famille Pelamorgue, petite noblesse de Grèzes en possession de la seigneurie de Palhayretz, dans la paroisse de Palhers : nobilis vir Franciscus Pelamorgue, aliter Palhayretis, filius nobilis viri Astorgi Pelamorgue, aliter Palhayretis, domicellum, domini de Palhayretis, parrochie de Palhariis en 1461, nobilis vir Guinotus Pelamorgue, dominus de Palhayretis en 1483, écuyer en 1488, frère du précédent et héritier de leur père, et vir nobilis et discretus Hebrardus Pelamorgue, aliter de Palhayretis, dominus de Balme, fils et futur héritier du précédent en 1497. Enfin, nobilis et honesta mulier Ayglina Ebrarda, aliter Charbonieyra, épouse de Guinot Pelamorgue, se qualifie comme presque toutes ses homologues.

  • 31 Pelamorgue (1089/179v°, 2673/213v°, 2669/116, G.1416/173v°, 1428/14v°), Toumel (3E.2706/12, 52)
  • 32 Comme le fait Georges Huppert (Bourgeois et Gentilshommes ..., p. 34). Il convient d'utiliser cett (...)
  • 33 G. 1378/86, 1392/16v°, 3E.2670/57, 2884/10,272, 2891/170

15Pour ces petites maisons rurales, l’essentiel consiste à rappeler leur appartenance à l'ordre privilégié, puis à mentionner le nom du fief familial et, le cas échéant, leur rang de damoiseau, d'écuyer ou de chevalier. Par contre, les fils de barons se disent "nobles et excellents", comme Guillaume Guérin, frère de Pierre Guérin, lui-même "noble et magnifique et puissant homme, seigneur de la terre et baronnie du Tournel" en 1455, dont la veuve se qualifie "noble et excellente damoiselle" en 146931. Bien sûr, les uns et les autres déclarent qu'ils sont chevaliers, barons, comptors, voire chambellans ou officiers du roi, selon les cas. La liste des titres utilisés par les nobles s'avère moins intéressante dans la mesure où leur place dans la société est mieux établie que celle des roturiers qui ont justement besoin de se rehausser avec des titres honorifiques, plus ou moins significatifs, et le contraste apparaît suffisamment entre les Pelamorgue, qui recourent parfois à un adjectif presque roturier "discret", alors que les barons sont "magnifiques et puissants". Il devient donc dangereux d'évaluer l'authenticité de la noblesse, et les éventuelles usurpations, à partir de l'introduction d'épithètes apparemment roturières dans la présentation des personnages en question32 puisque nous savons que les Pelamorgue sont de noblesse immémoriale. Les Corsac, de noblesse urbaine, offrent un autre exemple. En 1423, Bertrand est "noble homme et bourgeois", son fils Jehan, "noble et prud'homme, damoiseau" en 1420, "noble et discret homme damoiseau" en 1448, "noble et sage homme" en 1462, son petit-fils Jacques, "noble et sage" en 1462, son arrière-petit-fils, Simon, "noble et honorable" en 149133.

  • 34 Bertrand (G.1391/98v°), Pierre (3E.1086/2, 1087/238, 2044/47, 2665/106v°, 2892/226), Pierre (3E. 2 (...)

16Nous assistons à une progression des titres honorifiques utilisés dans une même famille en fonction des générations. Encore cette évolution se conjugue-t-elle avec l'ascension personnelle des individus. Providus vir Bertrand Monbel délivre une quittance en 1435. Pierre Monbel, fils de Bertrand, se dit "probe homme" en 1469, "sage" en 1474, "honorable" la même année, et "honorable bourgeois et marchand" en 1482, mais il est vrai qu'il portait déjà ces qualificatifs en 1464. Son fils, Pierre Monbel II, est "discret homme", clerc et chanoine de Marvejols en 1474, puis "vénérable homme et maître" en 1477 ; un autre, Jehan IIΙ, est "discret" en 1476 et "honorable" la même année. Son troisième fils, Guidon, "bourgeois" en 1488, usurpe la noblesse en se déclarant "noble et honorable" en 1508, puis "noble et bourgeois" en 151634. Cette terminologie exprime donc fort bien la promotion individuelle et familiale.

II - LES MILIEUX EN ASCENSION

  • 35 Consulter le chapitre XI, partie II "Tradition et profession", sous-partie A "Les artisans".

17Nous avons déjà constaté que l'ascension sociale des familles s'effectuait progressivement, sur plusieurs générations, le paysan, ou le modeste artisan, apprenant un métier prometteur, permettait à son fils puis à son petit-fils d'acquérir un nouveau rang dans la société35. Toutefois, une foule considérable d'individus, attelée à un labeur ingrat assurant une vie simple, stagnait au bas de l'échelle.

  • 36 Consulter les mêmes chapitre et partie, sous-partie B "Les professions libérales".
  • 37 Consulter en annexe le tableau généalogique des Atger, famille roturière.
  • 38 Pour simplifier, nous ne donnerons que les principales références d'actes : 3E.718/93, 1086/174v°, (...)

18Tous ceux qui parviennent à s'élever rejoignent le groupe des notaires et des marchands. La plupart des pères qui désirent enrichir leur maison se démènent afin de pourvoir un fils d'un office de tabellion, qu'ils soient apothicaire, médecin, bastier, carrier, chaussetier, forgeron, fustier, meunier, sonnailler ou tisserand36. La corporation des tisserands s'avère très hétérogène : les plus humbles travailleurs côtoient les plus riches. Parmi ces derniers, plusieurs destinent précisément un garçon au notariat. Pierre Amat, tisserand de 1445 à 1464, a au moins quatre garçons et une fille. Il marie Agnès à Pierre Chatard en 1445. Son fils André se fait conférer un surplis dans la cathédrale de Mende, dès 1463. Anthoine exerce comme chaussetier et se fait arrenter les courtages du tissu en 1479 ; Etienne reprend le commerce de tissage, de 1468 à 1500. Pierre, clerc en 1468, devient notaire dès 1471. La notoriété des Amat les impose suffisamment pour que Pierre convole avec Delphine, fille du marchand Bernard Atger37, pour qu'Etienne se remarie, une fois veuf, avec Isabelle Brun, belle-soeur de noble Vital de Recoules, et pour qu'il donne sa propre fille, née du premier lit, à maître Jehan Enjalvin38.

  • 39 G.1395/35v°, 1403/61,63, 3E.1586/48,2892/226.

19Si le premier notaire apparaissant dans une famille compte surtout une parentèle formée d'artisans, voire de paysans lorsqu'il vient de la campagne, la seconde génération s'intègre vite au milieu des marchands et le lien entre les deux professions s'impose très souvent ; il suffit de se rappeler les Cobe. Les notaires ont fréquemment un fils marchand, et les marchands un fils notaire. Les uns et les autres s'échangent réciproquement leurs filles. Quand des alliances sont cherchées avec des artisans, comme lors du mariage d'André Clapier et de Catherine Alègre, fille d'un tisserand, c'est en raison de la position honorable de la belle-famille _Catherine est la soeur de Guigon, moine pourvu d'un prieuré dans le diocèse de Castres en 1439_, ou bien parce que le notaire vient juste de sortir d'une famille modeste qui ne l'autorise pas encore à briguer une union de qualité. Car il convient toujours de conserver à l'esprit ce que nous avions constaté en analysant les dots. Il existe des notaires et des marchands relativement pauvres, artisans ou paysans mal dégrossis, dont les dots stagnent aux environs de quarante livres, alors que celle de Françoise Monbel, fiancée de Guillaume Clapier, atteint quatre cents écus, en plus du trousseau de noces39.

20Pour le principe, nous rappellerons comment se conjuguent ascension et alliances. Au bas de l'échelle, le paysan marie son cadet exclu de la succession à une fille d'artisan. Le jeune homme, installé en ville, travaille modestement dans le métier qu'il a appris et cherche, pour son héritier, la fille d'un de ses homologues plus riches. La seconde génération de citadins enverra un de ses mâles étudier la grammaire et fera son possible pour le faire investir d'un office notarial. Si la réussite sourit à cette famille, l'hoir enrichi cessera de louer ses bras à d'autres et s'essaiera au commerce, devenant marchand. La troisième génération se composera donc de deux frères, l'un "mercator", l'autre "magister", qui commenceront à se signaler dans la petite bourgeoisie, sans avoir encore l'envergure des grandes familles parvenues.

21La promotion des Clapier a été fulgurante. Déodat Clapier et son frère, dom Etienne Clapier, habitants de Saint-Pierre-de-Nogaret, sont morts dans la première moitié du XVe siècle. Déodat a laissé deux fils et une fille. "Probe homme" Pierre Clapier, marié à deux reprises, demeure dans sa paroisse natale et disparaît après avoir testé en 1437. Ses huit enfants ne se distinguent pas particulièrement et deux de ses garçons héritent de la totalité de son patrimoine. Guillaume Clapier Ier, frère de Pierre, épouse Jehanne Merle, native du Malzieu, et s'installe à Mende, comme notaire épiscopal, dès 1413, année où il est syndic de la cité. "Discret homme" en 1442, son testament le désigne comme "honorable" en juin 1456. Moins d'un an après, Guillaume décède en laissant une fille et deux fils en vie : Catherine, André et Guillaume II.

  • 40 3E. 1477/32, 2884/149v°, 158, 2896/142, 3137/41, 70v°, 5045/2.

22En 1452, Guillaume Ier constitue une dot de deux cent cinquante livres, en plus du trousseau nuptial, à Catherine, promise à Anthoine Olivier, un fils de cordonnier, lui-même cordonnier, qui se déclare déjà marchand. André Clapier, d'abord héritier de son père, n'a qu'une fille illégitime, dotée en 1470, par Guillaume Clapier II, avec deux cents écus or et son trousseau. La somme, importante pour une bâtarde, se justifie uniquement par le fait que l'exclusion successorale qui frappe l'enfant fait passer la succession d'André entre les mains de Guillaume II. Un regard sur la liste des témoins assistant aux contrats de mariage démontre que la notoriété des Clapier en imposait aux mendois. Apparaissent l'official, un chanoine, trois juristes, un médecin, quatre notaires, un marchand, un hôtelier, un tisserand en 1452, cinq chanoines, le seigneur de Plagnol et de La Parade, un notaire, trois marchands en 1464, le bailli de la Cour commune, un chanoine, trois marchands, deux juristes et un notaire en 147040.

  • 41 G. 1412/74, 81v°, 3E.2892/226.
  • 42 Dravasa (E.), "Vivre noblement, recherche sur la dérogeance de noblesse du XIVe au XVIe siècle", R (...)
  • 43 G. 1422/36v°bis, 3E.2033/160v°, 2673/270.

23L'opulence des Clapier étonne par la rapidité avec laquelle elle s'est fortifiée. Nous ne relevons pas la trace d'une "génération perdue" dont les membres traînent leur misère en espérant se faire tolérer par les bourgeois et Guillaume Clapier imposa promptement sa famille dans la grande bourgeoisie. En fait, nous ignorons si Guillaume Clapier Ier se contenta de diriger son étude notariale, mais nous sommes certains que ses fils s'adonnèrent au commerce. En effet, André Clapier, notaire et marchand, obtint deux obligations en 1457 et 1458, après la vente de tissus à des hommes de Florac et du diocèse de Béziers. De même, lors de son contrat de mariage, Guillaume Clapier II est "notaire et marchand"41. Aussi curieux cela puisse-t-il paraître, notariat et commerce cohabitaient fort bien dans les boutiques des méridionaux et E. Dravasa rapporte que ce n'est qu'au XVIe siècle que François Ier, sensible aux plaintes des Languedociens qui reprochaient cette double activité aux notaires, décida de soumettre les tabellions commerçants aux taxes en vigueur, malgré les lettres de dispense qu'ils avaient pu obtenir·42. Notre documentation dévoile plusieurs cas de ce genre : Pons Jourdan, de Mende en 1499, Etienne Saunier, de Barre en 1494, alors que Jehan Petit est notaire et meunier en 147343.

  • 44 3E. 1954/24v°, G. 1378/24, 1388/53, G. 1392/4. Voir la généalogie des Robin.

24Les Robin portent haut la grandeur de la bourgeoisie mendoise. "Discret homme" Guillaume Robin Ier, tailleur de Mende, reçoit un lods en 1418. Il exerce son métier depuis 1391 et se qualifie marchand à partir de 1419. Il teste, en 1436, en se présentant comme "sage et prud'homme"44. Son frère, Privat Robin Ier, chapelain du cardinal Pierre Blau et préchantre de Rieux en 1403, appartient aux chapitres de Lodève et de Mende en 1418 et occupe la dignité de sacriste de la cathédrale du Gévaudan de 1432 à 1437. Son fils, Bernard Robin Ier, siège comme official de Mende de 1413 à 1418, puis comme vicaire général de l'évêque Jehan de Corbie, alors qu'il possède déjà un canonicat dans le chapitre de Mende. Dès 1433, Bernard obtient une stalle dans la cathédrale de Lodève et devient official de ce diocèse en 1434. En mourant, vers 1437, Guillaume Ier laisse sa famille dans une excellente situation.

  • 45 Guillaume 1° (3E. 1477/3/1, G.1407/16, 1413/76v°, 79v°), II (G.1387/3, 1391/121, 1393/22, 1402/171 (...)
  • 46 "Les officiers royaux ...", p. 306.
  • 47 3E. 1576/86.

25Guillaume Robin II reprend le commerce de son père Guillaume Ier. "Discret homme" en 1454, "honorable et prud'homme homme" en 1461, il teste en 1466 et meurt avant le mois de mars. Guillaume II se distingue particulièrement en assurant la régence de la Cour temporelle en 1461 et en effectuant le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il se marie trois fois. En 1414, avec la fille d'un notaire de Saint-Chély-du-Tarn, en 1436 avec la fille d'un marchand millavois, et en 1443 avec Claude de Fontsbesses, fille d'un marchand marvejolais, déjà veuve de Benoît Comihon45. Ce dernier n’était autre que le fils de Jehan Comihon, bachelier dans les deux droits, consul de Marvejols en 1384, lieutenant du bailli royal de Marvejols en 1383, juge de ce même bailliage de 1389 à 142746. Son neveu, Jehan Comihon occupera l'office de bailli du monastère Saint-Sauveur, près de Chirac, en 147647. Guillaume constitue une dot de deux cents écus à sa fille Isabelle, née de Claude. Cette dernière lui avait apporté quatre cents écus, en plus de tous ses droits sur la succession de son premier mari et de son trousseau de noces. Son contrat de fiançailles avec sa seconde femme stipule que celle-ci jouit d'une dot de cinq cents moutons or en plus des vêtements et de la literie.

26Le beau-frère de Guillaume II, Jacques Traversier, est bailli capitulaire de 1451 à 1453 ; un beau-frère de Claude de Fontsbesses dirige la jugerie de la seigneurie de Ressouches. Parmi les neveux de Guillaume, Pons Jourdan, est official de Mende de 1441 à 1443, Gérald Traversier, lieutenant de l'official en 1503. Ses deux fils, Bernard II et Privat Robin II, bacheliers en droit canon, entrent successivement dans le chapitre de Mende. Le troisième se retire chez les carmes de Mende, et le quatrième se dit chaussetier et marchand. C'est finalement l'exemple parfait d'une grande famille bourgeoise et nous nous demandons pourquoi aucun de ses membres ne tenta de se faire passer pour noble. Deux hypothèses se présentent : le désintérêt pour le statut nobiliaire, ou l'absence d'une alliance dans la noblesse.

  • 48 Pour mémoire, consulter leur généalogie en annexe.
  • 49 Coulet (N.), Quelques aspects du milieu médical en Provence au bas Moyen Age", "Vie privée et ordr (...)
  • 50 3E.1476/33v°, 2673/270, 2884/158, G.1400/1, 1405/21v°.
  • 51 Consulter en annexe les tableaux généalogiques des familles Garsin et Malel.

27Bien d'autres exemples de familles en plein essor ont surgi au fil des pages de notre étude et il suffira de rappeler les Dumas48, originaires de la campagne mendoise, venus s'installer à Mende. Les thérapeutes, comme les autres bourgeois, tentent de s'imposer à la tête de la société et se rangent dans la compagnie des marchands, comme le note N. Coulet à propos de leurs homologues provençaux49. Le physicien Guillaume Cayrel, bachelier en médecine, a deux fils : Jacques, qui exerce comme forgeron, et François. Ce dernier est clerc en 1453-1456 et notaire de 1457 à 149950. Les barbiers Jehan Colonh, François Garsin, et l'apothicaire Jacques Malel sont les pères de Pierre Colonh, notaire en 1465-1482, de Bernard Garsin, notaire en 1461-1482, et de Jehan Malel junior, notaire de 1458 à 149751. Plusieurs médecins servent les rois de France ; Déodat Bassol les rois Charles VU et Louis XI, Martial de Genouillac le roi Louis XI, Jehan Martin, Jehan Garsin et Jehan Trossel le roi Charles VIII.

  • 52 3E.2888/101v°.
  • 53 Maurice (Ph), "Les officiers royaux du bailliage de Marvejols à la fin du Moyen Age", Revue Histor (...)
  • 54 Petit (3E.2900/87v°), Salvanhac ("Les officiers royaux ...", p. 305), Grèze (3E.1117/44 v°. "Les o (...)

28Ces hommes en quête de promotion contractent mariage dans la noblesse, comme le marchand François Balmas uni à noble Marguerite Pagès vers 145552, le médecin Pierre Maynier à noble Danise Montanhac vers 1478, les juristes, Guillaume Cahors, bachelier ès lois, juge royal de Marvejols en 1359-1377, marié à noble Delphine53, Fiacre Brien, juge royal de Marvejols en 1378-1381, époux de noble Jehanne de Chaselas, Pierre Petit, bachelier ès lois de Mende en 1469-1498, conjoint de noble Marguerite en 1480, Jehan de Salvanhac, juge royal de Marvejols en 1383, époux de noble Cébile Dalmas, Barthélémy Grèze, notaire de Chirac, lieutenant du bailli royal de Marvejols en 1377, uni à noble Yolande, et André Girard, lieutenant du bailli capitulaire de Mende en 1461, à noble Bombare de Garregat vers 144754. Les notaires en font autant, mais nous ne prolongerons pas cette liste.

29Ces roturiers acquièrent des fiefs lorsqu'ils en ont la possibilité, comme les Codonh, du Malzieu. Maître Guillaume Codonh, décédé avant 1448, laissa deux fils, Jehan, marchand, et Pierre, notaire. Les deux frères agissent comme coseigneurs de la Grange ; en 1435, Jehan Codonh et le procureur de Pierre accordent un lods à Guillaume Trémolières, de Marcilhac (Saint-Flour), alors qu'en 1457, c'est Pierre qui, en son nom et en celui de son frère, ratifie une vente faite à Crosat Boschet.

  • 55 Codonh (3E.2779/24v°, 2782/40), Enjalvin (3E.2668/181v°, 2673/122 ; voir généalogie des Brun).

30Mais toutes ces tentatives d'ascension n'aboutissent pas et il suffit de se rappeler Privat Reboul, ce tisserand dont le fils unique, Pierre, notaire nanti d'une licence en droit civil, s'éloigna à Bordeaux après avoir été emprisonné pour dette, et dont une de ses filles avait été diffamée et exilée sur la demande de son mari. De même, chez les Enjalvin, Pierre, fils du notaire Jehan Enjalvin, partit étudier à Avignon en 1453, devint bachelier dans les deux droits, se dit "honorable homme", et dirigea la Cour temporelle de Mende de 1471 à 1476, mais ses deux enfants retombèrent à un niveau social inférieur à celui du grand-père. Jehan Enjalvin est serrurier en 1495, et sa soeur, Delphine, épouse le chapelier Jehan Ebrard en 148455. Il est vrai que Pierre n'eut sans doute pas le temps d'assurer l'avenir de ses enfants puisqu'il fut assassiné. Le destin de l'autre branche de la famille se montra plus favorable puisque le neveu de Pierre, Privat Enjalvin, continua à tenir l'échoppe notariale de la famille et se maria avec la soeur d'un lieutenant du garde du petit sceau de Montpellier.

III - EN MARGE DE LA NOBLESSE ET DE LA BOURGEOISIE

  • 56 ''Vivre noblement ...", p. 8, 16.

31Si l'on excepte la grande noblesse depuis les princes jusqu'aux barons, le statut nobiliaire pose parfois de nombreux problèmes. En Gévaudan, les possesseurs des douze gentilhommières qui donnaient accès aux Etats particuliers appartenaient à une noblesse incontestable. Dans les campagnes, beaucoup de petits fiels se trouvent encore entre les mains des familles issues de la chevalerie, comme les Ancette, Borne, Espinasson, Malbec, Malevieille, Montesquieu, Pelamorgue, Peyrebesses, Recoulettes, Talhier et Villaret, dont les maisons sont suffisamment connues pour ne soulever aucun doute ; mais des bourgeois ont déjà acquis des seigneuries au point de susciter quelques confusions. En outre, des familles nobles, installées dans les villes, se mélangent avec la grande bourgeoisie et l'appartenance de certains individus à l'un ou l'autre des deux ordres laïcs devient parfois difficile à établir. E. Dravasa présente fort bien le problème lorsqu'il écrit "Il n'y a plus de coïncidence pour le noble entre son statut juridique et son statut social (...). II ne vit plus noblement : il déroge. Le noble fait pour combattre s'adonne à des activités autres". Par contre "vivre roturièrement (...) c'était cultiver la terre (...) et payer la taille, signe extérieur financier le plus voyant, celui qui marquait le plus nettement la frontière qui séparait le roturier du noble"56.

  • 57 Au Moyen Age, la théorie juridique résulte des chartes et des arrêts des parlements, et il faut at (...)
  • 58 Ibid, p. 26.

32La question conduit à se demander quelles sont les règles en vigueur qui attestent qu'un homme est noble ou ne l'est pas. La réponse, simplifiée, revient à considérer qu'est noble celui qui vit noblement et le prouve57. La preuve est apportée par trois moyens : le témoignage, la documentation probatoire et l'enquête58. Bien sûr, tous les nobles ne sont pas contraints de démontrer que leur origine ne cèle aucune tache, et la manifestation d'éventuelles souillures révèle justement la différence entre le roturier et le noble.

  • 59 La crise d'une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 19 (...)
  • 60 Caron (M.T.), La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1987, p. 42.
  • 61 Ibid, p. 23.
  • 62 Ibid, p. 39-41, 47.

33Tout d'abord la noblesse est héréditaire et s'acquiert par le sang paternel, en Bordelais59, en Bourgogne60 et dans la quasi-tolalité du royaume de France. Toutefois, l'Artois, le Beauvaisis, la Champagne et le Maine admettent la noblesse par la mère, mais E. Dravasa rapporte que "si la noblesse utérine existait, celle-ci n'avait que des effets partiels, en ce sens que les nobles, par leur mère, étaient sujets au droit de franc fief'61. Les exceptions localisées dans ces "pays", jumelées aux prétentions individuelles, exacerbées par les frustrations d'un fils de noble dame, ou de cette dernière elle-même qui ne souhaite pas voir son rejeton rétrogradé au bas de l'échelle sociale, justifient sans doute des attitudes en rupture avec le droit dans les autres régions. Ainsi, Marie-Thérèse Caron signale-t-elle deux cas : celui de Jean Didier, entre 1436-1456, petit-fils d'un maître boucher et neveu d'un tanneur, du côté paternel, alors que sa mère est noble, née d'un capitaine anobli et d’une noble dont la parenté participe aux guerres, et celui de Jean Ryollet de Painblanc, "noble par sa mère et vaillant homme de sa personne", qui se déclarent tous deux nobles, argumentant avec force sur leur lignage maternel, leur valeur personnelle par le service armé et leur mode de vie62. Nous verrons plus loin qu'en Gévaudan la noblesse de la mère, guère plus transmissible, facilite toutefois l'usurpation, comme en Bourgogne, puisqu'un fils s'en servira pour confirmer son rang.

  • 63 Ibid, p. 44.
  • 64 "Vivre noblement ...", p. 39-40.

34Est-ce la réprobation qu'inspire le mariage d'une noble avec un roturier ? Ou bien s'agit-il de résoudre le problème que nous venons de rencontrer sur l'hérédité de la noblesse ? Toujours est-il qu'en Bourgogne la femme mariée en dehors de sa condition perdait automatiquement sa noblesse63. C'est d'ailleurs une attitude juridiquement générale dans les pays où le sang paternel est le seul à compter. E. Dravasa précise : "la coutume notoire du royaume et spécialement de la ville et de la Vicomté de Paris veut que l'épouse non-noble unie par mariage à un homme noble devient noble et doit et peut user des droits des nobles pendant son mariage". Il ajoute même : "suivant la coutume de Paris, (si) une femme mariée en premier mariage avec un homme noble de naissance ou anobli, devenue veuve, se remarie avec un non-noble, elle suit obligatoirement la condition juridique de son deuxième mari sans qu'elle puisse se prévaloir de sa noblesse personnelle ou de celle de son premier mari"64. En Gévaudan, nous avons observé que les nobles mariées à des marchands, des notaires et des juristes, continuaient toujours à revendiquer leur noblesse. Beaucoup de celles-ci ne sont même connues que par leurs prénoms et leur état, les patronymes n'ayant pas été portés à notre connaissance, comme s'ils étaient moins importants que l'origine. La Gabalitaine tait parfois le nom de son lignage, mais elle ne renonce jamais à son appartenance à la noblesse.

  • 65 Bacquet (J.), raité des droits de Francs-fiefs, de Nouveaux Acquêts d'Anoblissements et d'Amortiss (...)
  • 66 Thieriuat (F. de), écuyer et seigneur de Lochepierre, Trois traictez, Paris, 1606, cité par Hupper (...)

35A l'époque moderne, Jehan Bacquet (en 1582) proclame : "nous tenons en France que pour vérifier que un homme est noble, il suffit que les témoins déposent qu'ils ont cogneu son ayeul et son père, les ont veu vivre noblement, suivre les armes, aller aux guerres... hanter les gentilshommes, porter habits de gentilshommes ... et faire autres actes de nobles, sans avoir été assis à la taille... et qu'au pais ils ont esté censez estimez et reputez nobles par tous les habitants"65. D est rejoint en cela par Florentin de Thierriat (en 1606)66. Ainsi, la noblesse se prouvait-elle par la façon de se vêtir ; or, des marchands aisés comme les Monbel offrent des fourrures de qualité, comme le vair, à leurs filles. La preuve résultant de la fréquentation des nobles n'a rien d'exceptionnel pour un roturier dont la mère est noble, et nous comprenons l'intérêt de rédiger des contrats de mariage et des testaments en présence de nobles, voire de devenir leurs exécuteurs testamentaires ou le tuteur de leurs enfants. Plus l'homme s'écarte des manants et s'intègre à l'ordre privilégié, plus il prouvera son appartenance à la noblesse, réelle ou usurpée.

  • 67 La crise d'une société..., p. 94, 156, 160.
  • 68 Estebe (J.), "La bourgeoisie marchande et la Terre à Toulouse au XVIe siècle", Annales du Midi, 76 (...)
  • 69 La noblesse dans le duché de Bourgogne..., p. 244.
  • 70 G. 1403/83. Yzam Teinturier fut anobli en juin 1407 (Wolff, Ph., Le Languedoc et le Rouergue dans (...)
  • 71 Corsac (G.1392/16v°, 1414/143), Alamand (3E.1089/48v°, 49, 2274/10vo, 2666/145v° G 1391/50 1395/30 (...)

36Au Moyen Age, le statut de Bourgeois n'a rien d'incompatible avec la noblesse, que ce soit en Bordelais67, en Toulousain68 et en Bourgogne69. A Montpellier, noble homme Yzarn Teinturier, oncle de Ligier Alamand, de Mende, se dit bourgeois70. D en va de même en Gévaudan. En 1423, noble homme Bertrand de Corsac est bourgeois de Mende, alors qu'en 1470, noble Jehan Grégoire, damoiseau, porte ce titre à Ispagnac. En 1448, noble Ligier Alamand, bourgeois de Mende, héritier de son défunt père, Pons, noble bourgeois, agit comme patron de la chapelle Saint-Martin fondée en la collégiale Saint-Germain à Montpellier par l'ancien évêque de Condom, Bernard Alamand. Les Alamand ont usurpé leur noblesse, dès 1405, année où Guérin Alamand Ier, neveu de l'évêque Bernard et cousin du 2° au 3° degrés de Ligier, se déclare noble. Son cousin germain, Pons Alamand, en fait autant dans un acte de 1433, mais ni l'un ni l'autre ne renonce à sa qualité de bourgeois. Dès 1467, Ligier, fils de Pons, acquiert la seigneurie du château de Calviac, paroisse de Saint-Pierre de La Salle, en Nîmois, puis il se titre "écuyer", tout en continuant à se rattacher à la bourgeoisie mendoise, en 1478. A Marvejols, noble Jehan Salayron se signale ainsi, en 1453-1459, alors qu'il est seigneur de Fraissinet (Saint-Julien-du-Toumel) et de Chardonet (Salmon), et qu'il prouve sa noblesse, une décennie plus tard, en partant servir Louis XI dans sa guerre de Bourgogne en 147171. Comme nous le verrons plus loin, beaucoup d'hommes ayant usurpé la noblesse arborent leur rang de bourgeois, ce qui ne remet pas en cause leur noblesse et confirme bien que les deux statuts n'ont rien de contradictoire.

  • 72 Des médecins sont nobles en Provence ("Quelques aspects du milieu médical ...", p. 128), et André (...)
  • 73 Jehan Montanhac senior (E.208, 3E.2886/83v°, 2887/4, 2889/67v°, 2895/154v°, G.1405/65v° 1410/102, (...)
  • 74 G. 1418/143, 154, 1431/161v°.

37En fait, une tradition souvent admise consiste à admettre certaines professions comme dérogeantes. Outre la verrerie qui est considérée comme un "'art mécanique" supérieur, mais dont nous ne trouvons guère trace en Gévaudan, les professions de médecin72 et de notaire ne posent aucun problème à la noblesse. D suffit de se rappeler Jehan Montanhac senior et junior, notaires de Mende, nobles et écuyers73. Leur famille s'unit à plusieurs reprises avec les Talhier, une vieille noblesse d'Auroux, et avec les Malbec, mais ils n'hésitent pas à donner plusieurs de leurs filles à des bourgeois, comme Jehan Monbel, François Malel, Pierre Dumas et Pierre Maynier. Bien qu'ils vivent à Mende, ils possèdent la borie de Montanhac, au nord de Grandrieu. En outre, en 1472, le père et le fils respectent leurs engagements militaires envers le roi, puisqu'ils passent un accord avec Martial de Lascols, sergent de Mende, qui s'engage à servir, au nom desdits Montanhac, "notre seigneur le roi dans l'exercice de ses guerres en pays de Bourgogne", où ailleurs, tant que la guerre durera74.

  • 75 3E. 1089/177, 2671/53v°, 2898/70v°.
  • 76 3E.1476/33v°,2883/139,2884/6v°, 11v°, 12v°, 14v°,2888/24v°,G.1395/109.

38Jehan Jeton, dit Husson, bachelier en médecine, physicien et chirurgien de Mende, bien qu'il soit marié à Hélix Blachieyre, veuve de deux roturiers et fille d'un cordonnier, se targue de sa noblesse en 1474, sans choquer. Mais il est vrai qu'il est aussi désigné comme "discret homme" en 1483 et en 148875. Pierre de Bressoles, dont le frère et la soeur, Anthoine et Delphine, sont qualifiés nobles, rencontre quelques problèmes. En 1437, comme témoin d'un contrat de mariage, il est qualifié "prud'homme" et plus loin "noble". En 1448, il se qualifie "discret homme" et "bourgeois" dans une procuration pour se faire représenter devant la Cour du parlement de Paris, puis "noble" dans une autre auprès de la Cour de Montpellier. En 1454, avec son fils, il porte le même titre. Nous pensons que sa situation assez floue et contestée résulte de ses activités puisqu'il se dit apothicaire en 1419-1437, hôtelier en 1447, marchand en 144176. En effet, un apothicaire agit plus en marchand qu'en noble et l'hôtellerie se range parmi les rares métiers dérogeants dans le midi, dans la mesure où l'on y vend du vin, alors que toutes les chartes interdisent aux nobles la vente de vin au détail dans les tavernes et les auberges.

  • 77 "Vivre noblementp. 25, 103, 105, 107, 108, 111, 114.
  • 78 Zeller (G.), " Louis XI, la noblesse et la marchandise", Annales E.S.C., 1946, p. 336.
  • 79 "Vivre noblement...", p. 117.-118.
  • 80 Meyer (J.), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1985.
  • 81 "Vivre noblement...", p. 47.

39Le droit de commercer s'est progressivement étendu aux nobles dans le midi. E. Dravasa nous apprend que les activités de marchand n'étaient pas dérogeantes sous Philippe VI ; après quoi Charles VI avait expressément autorisé le noble producteur de vin à négocier sa marchandise en gros, sans payer de taxe, tant qu'il s'agissait de sa production, en 1392. De même, tant qu'il vendait "du bestail qui était de son creu", il ne frisait pas acte de commerce. Les rois Charles VI, Charles VII et Henri VI ne semblent pas interdire la draperie aux nobles, et la situation est tellement floue qu'une brèche reste ouverte. Louis XI, fin politique et administrateur du royaume, contraint comme tout roi de respecter les coutumes du royaume, comprit fort bien le parti à tirer de l'absence de précision sur les restrictions imposées aux nobles en matière de commerce. Outre des autorisations individuelles, il prit une mesure générale, en 1463, en considérant que "nostre pays de Languedoc est principalement fondé en fait de marchandise", afin "que doresnavant tous nobles, officiers royaulx et autres gens de notredit pays de Languedoc ... puissent et leur loise faire ... exercice de marchandise licite et honneste, de quelque qualité ou espèce qu'il soit, tant par mer que par terre et en tous pays, royaumes ou signeuries sans qu'il leur tourne à préjudice, charge, blasme ne déshonneur, ne qu'ils, ne aucun d'eux, en encourent pour ce en amendes envers nous". En fait, l'auteur ajoute que les Marseillais jouissaient, semble-t-il, de ce droit depuis toujours77. Ce privilège fut aussi octroyé à d'autres. Ainsi des lettres délivrées en 1481 déclarent-elles que "les nouveaux nobles pourront continuer à trafiquer comme par le passé, à marchander en gros ou en détail" mais que seuls ceux qui vivront noblement seront exonérés de la taille78. Et nous rencontrons là la condition sine qua non : tout noble qui commerçait payait la taille79. De même, et bien qu'à une période plus tardive, le noble breton raccrochait-il son épée au bailliage tant qu'il se livrait au trafic de marchandises80. Un fait s'affirme avec force : la noblesse par le sang est indestructible et une activité contraire au statut nobiliaire ne la frit pas disparaître ; tout au plus inflige-t-elle une suspension des privilèges que le noble retrouve dès qu'il reprend une vie digne de son état81.

  • 82 La crise d'une société.... p. 373.
  • 83 Castellani (G.1422/80,150), Falcon (G. 1402/164v°).
  • 84 Au début du XIVe siècle, des chevaliers nommés Atger vivent à Mende.
  • 85 3E.1477/14v°, 1708/64v°, 1710/54v°, 56,2889/8v°, 2890/93, 2894/155, G.1378/41v°, 1388/6v°.
  • 86 3E.2883/33,2891/137v°, G.1413/35.

40En Bordelais, R. Boufruche signale la présence d'Etienne Makanan (1435-1502), devenu "noble homme et écuyer", chargé de plusieurs fonctions publiques, qui n'abandonne pas immédiatement ses opérations commerciales"82. Les notaires mendois citent "noble homme" Otto Castellani, marchand florentin de Toulouse, marié à noble Maritone Alamand, soeur de Ligier Alamand, et "noble et prud'homme" Pierre Falcon, marchand à Montpellier en 144183. A compter de Louis XI, la noblesse languedocienne commerce sans crainte, mais elle ne se gênait pas pour le faire auparavant, quitte à voir son statut parfois remis en question. Le cas de Pierre Atger "Fresquet" est assez significatif. Nous ignorons si Pierre descend de nobles84. En 1459, providus vir Jehan Atger, alias lo Catala, de Saint-Sauveur-de-Peyre, lègue tous ses héritages à son frère, "noble et prud'homme" Pierre Atger "Fresquet", de Mende. Les deux frères n'appartiennent pas au même ordre. Jehan Atger, trop pauvre pour vivre noblement, serait-il devenu roturier ? Nous l'ignorons ! Ne serait-ce pas plutôt Pierre qui aurait usurpé sa noblesse ? Si nous remontons plus loin dans le temps, nous constatons que "discret homme" Pierre Atger "Fresquet", habitant de Châteauneuf, reçut un lods pour une maison qu'il venait d'acquérir dans la cité épiscopale. Pierre se manifeste donc comme un cadet parti en quête d'aventures, puisqu'il naît à Saint-Sauveur-de-Peyre, vit à Châteauneuf, pour finir à Mende. En 1423, providus vir et marchand, il rachète plus de cinquante livres de "cens nus et d'anniversaires" grevant sa maison et s'acquitte du prix de sa demeure en 1425. Peu après, il acquiert une pagésie sise à Laubert et divers biens à Bastide et à Gourgons (Allenc), pour cent douze moutons or. Sa fortune immobilière comprend donc des biens en ville et une exploitation rurale, En 1433, il est sapiens et providus marchand lors d'une procuration qu'il adresse à trente notaires. Son patrimoine continue à augmenter puisque nous savons qu'en 1447 il jouit d'un second oustau. Enfin, dès 1456, alors qu'il marie sa nièce, Agnès Dumas, la constitution dotale de cette dernière le désigne comme "noble homme et marchand", et il ne se départira plus guère de sa qualité nobiliaire accolée à sa profession, en particulier dans les relations qu'il entretient en tant que fermier général de l'Equivalent. Enfin, nobilis vir Petrus Atgerii, aliter Fresquet, mercator de Mimata rédige son testament le 21 avril 1467 et nul ne conteste son statut, bien qu'il fasse notoirement oeuvre de marchand85. Son fils, Jehan, est cité comme noble dès 1444, comme noble marchand en 1462. Enfin son petit-fils, François Atger "Fresquet", exprime toujours son appartenance au second ordre et se dit noble fils de noble86. Pierre "Fresquet" descendait-il des chevaliers du XIVe siècle ? La noblesse de ses aïeux, suspendue par dérogeance, se serait-elle à nouveau affirmée ? Le silence marqué par nos sources sur l'origine de Pierre interdit toute conclusion hâtive, mais un certitude s'impose : personne n'est incommodé par un noble marchand.

  • 87 "Vivre noblement...", p. 87.

41Le paiement de la taille implique théoriquement le rattachement au troisième ordre ; mais qu'en est-il réellement ? Dans le Languedoc, c'est totalement faux, du moins à compter du XVe siècle. En effet, E. Dravasa cite deux documents à ce sujet : tout d'abord des lettres patentes du 10 mars 1443 "ordonnant de contraindre au paiement des tailles tous les habitants du Languedoc qui possèdent des biens ruraux et d'anciennes contributions à l'exception des nobles suivant les armes, malades, infirmes ou trop âgés, des écoliers et étudiants réels, des commensaux du roi et des mendiants" ; ensuite, une "déclaration du roi du 12 mars 1464, ordonnant le paiement de la taille pour tous les possesseurs d'héritages ruraux, fussent-ils nobles, prêtres ou privilégiés"87. En fait, dans tout le royaume, celui qui était suspecté d'usurpation par des officiers du fisc parvenait à prouver sa noblesse s'il suivait les armées du roi. En conséquence, le fait de combattre pour le maître du royaume servait de caution Mais en Languedoc, la loi frappe avec plus de rigueur, puisque la charte de 1443 rendait taillable le "noble incontestable", dès qu'il cessait de respecter ses obligations militaires. Et la déclaration de 1464 ne tenait même plus compte de ces services, pour peu qu'un chevalier possédât des terres roturières. Tout cela démontre bien que la volonté d'appartenir à l'élite ne se résume pas, pour les intéressés, à l'exemption fiscale, même si cette dernière ne saurait être négligée.

  • 88 Cela démontre que Louis XI n'innove pas en la matière et que la coutume languedocienne, au moins g (...)
  • 89 G. 1409/84-88.
  • 90 L'acte ne lui reconnaît qu'un baccalauréat, mais de nombreux documents citent une licence dès 1441
  • 91 G. 1398/134, 3E.225/35, 2674/67v°, 2668/128v°, 2669/13v°, 2895/10vo.

42Bien sûr, ces diverses dispositions provoquèrent de nombreux conflits et le minutier men dois a conservé la trace de trois d'entre eux opposant des nobles et des manants. Le premier surgit entre les Dumond, du manse de Chapelle, et les habitants de Grandrieu. Ces derniers déclaraient que ces nobles détenaient leurs biens dans la paroisse et qu'ils devaient contribuer aux tailles royales et autres charges au même titre que tous les autres paroissiens, comme ils avaient d'ailleurs l'habitude de le faire aux temps passés. Au contraire, nobles Gervais et Anthoine Dumond, alias Chapelle, père et fils, répliquaient qu'ils n'y étaient pas tenus puisqu'ils étaient nobles, que leur fief était noble, qu'ils vivaient noblement, servaient le roi, de leurs propres personnes, comme leurs ancêtres l'avaient suivi dans ses guerres et y avaient été tués, et qu'en l'état, tous les nobles du pays de Languedoc ne devaient semblablement pas contribuer. Finalement, en 1449, les parties en appelèrent à Pierre Tonel, Guillaume et Raymond Monbel, afin de procéder à arbitrage. Ces derniers convinrent que ces nobles devraient participer avec les autres hommes de Grandrieu, pour leurs biens ruraux, "comme cela arrive fréquemment dans le bailliage"88, mais seulement pour les vingt années à venir à compter de ce jour, à l'occasion des tailles royales et communes de ladite paroisse. En réalité, personne ne contestait la qualité nobiliaire des Dumond. Au contraire, celle-ci est même mentionnée pour rappeler qu'ils doivent payer la taille. Les habitants de la paroisse appuyaient leur revendication sur l'antériorité de la taxation des maîtres de Chapelle89. Les arbitres précisaient bien qu'en Gévaudan il n'y avait rien d'exceptionnel à ce qu'un noble fût taillable ; or tous trois sont compétents : Guillaume Monbel est alors licencié ès lois et lieutenant du juge de la Cour commune, son frère Raymond, bachelier ès lois, ancien lieutenant de l'official et bientôt juge du Tournel, Pierre Tonel licencié ès lois et juge temporel de l'évêque90. Que se passa-t-il vingt ans plus tard, en 1469 ? Nous l'ignorons, mais les Dumond portent toujours haut leur noblesse. Anthoine convole avec Marie, fille et héritière de noble Jehan Chardonal, dont il a noble Pierre, bailli du Fau en 1490. Le second fils de Gervais, Jehan, partit s'établir à Mende où il épousa Jehanne Julien, fille d'un notaire roturier, veuve de noble Bartholomé de Recoules, qui le laissa sans enfant ; après quoi il se remaria avec la soeur du seigneur de Fontanes91, dont il eut trois filles et un fils.

  • 92 Les clauses du compromis sont ignorées car l'acte ne fait que désigner les arbitres (3E. 1087/141)

43Noble maître Vital de Recoules, fils de la première femme de Jehan Dumond "Chapelle", este contre les consuls de la cité qui exigent qu'il paie la taille. Lui nie devoir le faire, tant en raison de sa noblesse que du fait qu'il est tenu de participer aux armées du roi. L'affaire est portée devant le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes. Nous ignorons les motifs invoqués par les consuls et la date à laquelle leur exigence se manifesta, mais Vital décide de négocier en 1481. Il convient de se rappeler que Vital fut un partisan des La Panouze et un adversaire de la bourgeoisie qui avait imposé le consulat. Or, sur les trois consuls, nous relevons deux ennemis de Vital en 1479 et deux en 1480 ; il n'est donc pas impossible que Vital subisse alors les conséquences de ses positions d'antan. Une chose est certaine : quand il négocie en 1481, deux des consuls sont Pierre Monbel et François Cayrel, ses amis92.

  • 93 3E.2902/53v°, 63.
  • 94 F. 618. Lescure (Vcte de) Armorial du Gévaudan, Lyon, 1929, réédité à Marseille, 1979, p. 186. Bou (...)
  • 95 Nous corrigerons deux erreurs de Lescure. Le mari d'Hélix de Cadoëne se nomme Jehan de Naves (3E.2 (...)
  • 96 G. 1402/143.

44La troisième mésaventure met bien à jour la contradiction soulevée par les lettres de 1443. En 1450, noble Guillaume de Naves adresse une protestation afin d'informer qu'il est en procès, devant la Cour du parlement de Toulouse, contre les syndics de Mende qui exigent qu'il contribue à la taille royale, ce qu'il conteste devoir faire93. Qui est Guillaume ? Depuis le XIIIe siècle, sa famille, originaire du Vivarais, possède la seigneurie de Mirandol (Chasseradès) qui donne accès aux Etats particuliers du Gévaudan. Ses ancêtres et son père accèdent à la chevalerie94. Guillaume naît de noble Jehan de Naves, chevalier et seigneur de Mirandol, et d'Hélix, fille et soeur de nobles Guillaume et Guillaume de Cadoëne, successivement seigneurs de Cadoëne et coseigneurs de Barre, deux fiefs ouvrant l'accès aux Etats particuliers95. Nous l'avons déjà rencontré avec ses frères, noble Pierre, chanoine et sacriste d'Uzès, étudiant de Toulouse en 1447, et Louis, prieur de Chambonas. En 1451, ce dernier se dit de militari genere ab utroque parente procreato96. Comment un tel homme se trouvait-il astreint à la taille ? Les syndics étayaient leurs prétentions sur le fait que Guillaume devait cotiser au titre des biens de sa femme, Naudette d'Orlhac.

  • 97 Naudette (3E.2665/158v°, 2668/188v°, 2884/9, 2898/197), Pierre (E.134, 3E.1708/82, 5045/18v° F.618 (...)

45Cela nous conduit à une seconde question : qui est Naudette d'Orlhac ? Elle se dit noble fille et héritière de feu noble Pierre d'Orlhac en 1447, "noble dame" en 1474 et 1484. Son père était-il vraiment noble ? Pierre D'Orlhac est "prud'homme" et "bourgeois" en 1423. Sa femme, Marquèze, est la fille de Guillaume Charcos, notaire de Mende, qualifié noblement en 1381 mais certainement roturier. Pierre d'Orlhac a hérité de son oncle, Bernard Moires, la totalité des biens de cette famille, dont les bories de Saugères, Villeneuve et Fangette dans la paroisse de Rieutort-de-Randon, alors que sa femme possédait le Croset de Chafol. Ensuite, l'héritage des Orlhac, échu à Naudette, comprenait une chapelle fondée par Guigon Moires et la chapelle Saint-Laurent fondée sur le Lot par Marquèze Charcos. En conséquence, Naudette ne peut être considérée comme noble qu'en tant qu'épouse d'un noble, en aucun cas comme issue d'un lignage de chevaliers. La mésalliance contractée par Guillaume de Naves s'avérait intéressante dans la mesure où la mariée lui apporta l'héritage de trois grandes maisons bourgeoises de Mende, celles des Moires, des Charcos et des Orlhac, mais elle justifia la demande des syndics. C'est sans doute en raison de ce procès que les Naves liquident toute une partie du patrimoine mendois de Naudette contre cinq cent soixante-dix-neuf livres en 1450 et 1451. Et ils se servent continuellement des biens de Naudette afin d'obtenir des liquidités de 1438 à 147597.

46Le statut nobiliaire gabalitain, et pour tout dire languedocien, est donc d'une imprécision assez remarquable et les critères admis par les théoriciens du XVIe siècle sont loin d'être applicables. Seul le règlement des droits de francs-fiefs pourrait servir de révélateur, mais là encore des doutes subsistent car un riche bourgeois est toujours apte à soutenir une longue procédure devant les Cours du sénéchal, puis du parlement, pour obtenir, occasionnellement, gain de cause, alors qu'un noble, de très ancienne extraction mais relativement pauvre, risque de se soumettre aux exigences des officiers royaux afin d'éviter des frais qui le ruineraient, quitte à laisser ses héritiers ouvrir d'ultérieures contestations si la fortune leur sourit à nouveau.

IV - L'ANOBLISSEMENT

A - L'anoblissement par lettres royales

  • 98 La crise d'une société..., p. 82.

47L'anoblissement ne relève pas de la seule autorité du roi. En Bordelais anglais, Richard II autorise le duc de Lancastre à anoblir. De même, Gaston de Foix, qui revendique une certaine souveraineté, jouit de ce pouvoir98. Mais ce sont là des exceptions régionales, et dans le royaume de France, le roi veille jalousement sur son privilège. Pendant le Moyen Age, les chartes royales délivrées au bénéfice de Gabalitains désireux de devenir nobles sont rares. Nous n'en connaissons que quatre ; encore deux d'entre elles ne concernent-elles que des médecins partis exercer ailleurs : Jehan Garsin, au service du roi, et Bernard Corsier, retiré dans le diocèse de Carcassonne. Les deux autres personnages sont Guillaume Ebrard et Jehan Jourdan, mais l'un et l'autre obtinrent leurs lettres à une époque antérieure à celle que nous étudions, pour le premier, et légèrement postérieure pour le second.

  • 99 Feuda gabalorum, tome II, 1ère partie, p. 233-236. FAGES (E), "Le syndicat à Marvejols, 1307-1366",(...)
  • 100 Arch. Nation. JJ.68-346-482. 3E.901/15, 32, 38, 99, 1741/6v°.
  • 101 Notre étude : "Les officiers royaux du bailliage de Marvejols à la fin du Moyen Age", Revue histor (...)
  • 102 Jehan Ebrard ΙII meurt entre 1461 et 1468.

48Le marvejolais Guillaume Ebrard tenait diverses terres et rentes pour lesquelles sa mère et tutrice, Saura, veuve de Guillaume Ebrard, fit hommage au roi en 1307. Le 2 juillet 1340, il apparaît mentionné, comme juriste, dans le procès-verbal d'élection des syndics de Marvejols99. C'est en septembre 1347 que Philippe VI l'anoblit en déclarant le faire en raison des services qu'il lui a rendus en temps de guerre. En 1357, Guillaume est qualifié noble, avec son fils, Ebrardon. Il décède entre le 9 août 1359 et le 4 mai 1360. Ebrardon Ebrard, mentionné comme "prud'homme" le 4 mai 1360, arbore sa qualité nobiliaire le 15 mars de la même année. Les deux fils aînés de Guillaume, Hugon, camérier de Sainte-Enimie, et Ebrardon Ebrard, meurent avant le mois de janvier 1362, date où leur frère, Jehan Ebrard Ier, est sous la tutelle de dom Guillaume Brun100. Ce Jehan Ebrard devient bailli royal de Marvejols de 1380 à 1385, alors que son petit-fils, Jehan Ebrard ΙII "Charbonnier" l'est en 1443-1444 et en 1455101. La branche aînée de cette maison s'éteint avec une fille de Jehan ΙII mariée à un Pelamorgue102.

49Nous avons souvent rencontré la famille de Jehan Jourdan II. Jehan est le petit-fils du tisserand Guillaume, le fils d'un autre Jehan et d'Agnès, veuve en premières noces de Jehan de Folhaquier. Jehan Jourdan Ier commerce dans la draperie et l'un des registres du notaire Jehan Durand montre qu'il comptait de nombreux ecclésiastiques, nobles, chevaliers et barons, dans sa clientèle. Ses autres clients vivent à Mende, mais également dans les terres royales, dans la terre de Peyre, dans le Valdonnez, dans les Cévennes, en Margeride et dans les terres basses du Languedoc. A temps perdu, il vend aussi des animaux et il trafique dans l'immobilier. Il acquiert également seize setiers de froment de cens, de noble Guillaume de Montrodat, pour deux cents écus, en 1419, et deux setiers de froment de rente, de noble Jehan Garregat, en 1420.

  • 103 Voir généalogie des Jourdan. Agnès (3E. 1711/120), Jehan (G. 1383, 1409/147v°, 3E.625/170).
  • 104 Consulter l'annexe "Liste des Syndics". Poree (C.), "Le consulat et l'administration municipale de (...)
  • 105 3E.61 l/86v°, 625/170, 2665/95v°, G. 1421/97.

50Jehan Ier est "prudent homme", comme son fils le sera en 1480103. Jehan Jourdan II hérite de son père et dirige sa boutique de drapier, tout en participant fréquemment aux affaires communales puisqu'il est syndic en 1453, 1462, 1465, 1470, et consul, la même année, puis en 1475 et 1478. Il intervient dans le conseil de la cité en 1468, 1469, 1473, 1485 et 1490. Il est commis pour lever la taille en 1479. Ses positions, lors de la révolte de 1469, sont telles qu'il est violemment maltraité par le bailli de Clément de La Rovère104. Outre ses immeubles mendois, Jehan possède un moulin en 1468, des biens à Rochebelot (Rieutort-de-Randon) en 1478, un ouvroir à Marvejols en 1480, et la borie de Limoset en 1478105. C'est cet homme que le roi anoblit en mai 1488, alors que le Grand conseil se tient en présence de maître Jehan Martin. Charles VIH déclare agir en faveur de son amé et féal conseiller et médecin maistre Jehan Martin, duquel il (Jehan Jourdan) est parent et qui de ce nous (le roi) a tres instamment supplié et requis. Le roi désigne Jehan Jourdan comme son très cher et bien amé et rapporte qu'il est de bonnes meurs (...) et notable extraction et gentration. Les mérites sont maigres. Jehan Jourdan est anobli avec tous ses enfants, mâles et femelles, nés ou à naître de loyal mariage, ce qui laisse entendre que ses bâtards, ou ceux de ses héritiers, n'auront pas la qualité nobiliaire, contrairement à ceux des nobles d'extraction. Les lettres ajoutent que toutes et quantesfoiz qu'il leur plaira, ilz puissent accepter, prendre et recevoir l'estat de chevalerie, et que en tous leurs faiz, négoces et besoingnes, ilz soient doresnavant congneuz et réputez pour nobles, et en toutes places, tant en jugement que ailleurs, et joyssent et usent de tous honneurs, libertez et franchises, privillèges, droiz et prérogatives dont jouyssent et ont acoustume joir et user les autres nobles de notre Royaume, et puissent en tous temps acquérir toutes manières de fiefz et nobles tenemens, de quelque estat, auctorité, dignité ou condition qu'ilz soient, pour eux et leur postérité. Et si en ont desja acquis, Iceubc et iceulx que cy après ilz y acquerront, tenir et posséder et joir et user plainement et paisiblement, tout ainsi que si d'ancienneté ilz estoient neez et extraiz de noble lignée, sans ce qu'ilz soient tenuz, ne puissent estre contrains de les vendre, aliéner et mettre hors de leurs mains, ne d'en paier à nous ou nos successeurs aucune finance.

  • 106 3E.2669/196, 2670/78v°, 2671/57, 2673/21 lv°, 2926/196, 283v°.
  • 107 3E.2665/263, 2670/116v°, 2671/156-feuillet intercalé, 2673/41v°, 192, 2673/211v°, 270. Les Feuda g (...)

51Dès 1489, Jehan Jourdan et son fils Pierre se déclarent "nobles marchands", et tous deux continuent à commercer jusqu'à la fin de leur vie. Pierre meurt entre 1491 et 1494, son père entre 1494 et 1497106. En 1493, apparaît un autre fils de Jehan, noble Pons Jourdan, "bourgeois et marchand". Dès 1497, Pons hérite des biens familiaux. En janvier 1499, il tient un office notarial et participe au conseil municipal. Enfin, en 1526, le même Pons se dit "noble, écuyer et seigneur de Pelouse", une petite seigneurie sise à treize kilomètres à l'est de Mende107. Cela démontre que l'anobli et ses fils ont continué à administrer leur boutique de drapier pendant plusieurs années, sans que cela ne remette quoi que ce soit en question.

B - L'anoblissement tacite

  • 108 Bourgeois et gentilshommes ..., p. 32.

52La rareté des anoblissements n'empêche pas qu'un contingent élevé de familles postule à la qualité nobiliaire. L'anoblissement tacite ouvre donc plus souvent l'accès à cette dignité. Les "patronymes anoblis" sont nombreux pendant notre période ; il suffit de citer les familles Alvernhas, Aragon, Borses, Bozène, Fagie, Fontsbesses, de La Mare, Monbel, d'Orlhac, Pelisson, Salayron et Valdin. Mais le succès est plus ou moins grand, et parfois posthume, comme nous allons le voir. Georges Huppert indique que la combinaison idoine pour l'anoblissement tacite, à l'époque moderne, consiste en la possession d'une seigneurie, la maîtrise d'une culture universitaire, la détention d'offices et la recherche d'alliances matrimoniales dans la noblesse108. Ce cliché classique est acceptable comme base de recherche.

  • 109 Ourliac (P.), "C.R. des deux ouvrages de M. Bloch. La société féodale, t. I. La formation des lien (...)
  • 110 3E. 1089/130.
  • 111 A propos de cette famille, consulter notre étude "Un exemple d'organisation municipale au XVe sièc (...)

53L'achat de terres et de rentes féodales constitue une condition sine qua non. En effet, comment vivre noblement si le prétendant ne dispose d'aucun bien-fonds lui assurant des rentes confortables qui l'émancipent de la dépendance totale d'une activité commerciale. Pour sa part, E. Dravasa cite Paul Ourliac qui signale "la tendance certaine d'accorder la noblesse aux non-nobles qui vivent noblement ou qui possèdent des fiefs"109. Le premier exemple lié à l'achat de terres se solde, pour ainsi dire, par un échec et concerne les Borses, de Chirac. Jehan Borses Ier, apparemment originaire de Laguiole en Rouergue, vient s'installer à Chirac, comme marchand drapier, dès 1439. Son commerce rayonne dans toute la région de Chirac et s'étend jusqu'au diocèse du Puy. Il conforte son ascension de diverses façons, tout d'abord en intervenant le plus possible dans l'administration de sa ville, dont il est syndic à six reprises, et conseiller cinq fois. Il épouse Isabelle, fille et héritière d'un hôtelier, Jehan Regordel, qui lui permet de s'intégrer à l'un des partis de l'oligarchie chiracoise. De 1448 à 1450, Jehan Borses Ier acquiert des cens de Louis de Bonas, coseigneur de Chirac, et de noble Jehan Grégoire. Il entre ainsi dans la caste des seigneurs fonciers de la seconde ville royale du pays et reçoit l'hommage de plusieurs de ses concitoyens. Sa femme détient une borie à Palhers et d'autres biens à Chirac. L'avenir de l'héritier de cette maison, Jehan Borses II, se profile d'une belle façon Il se fait surnommer "Regordel", rappelant ainsi son appartenance à l'oustau du grand-père maternel, et continue à exercer comme marchand. Sa situation se renforce, du vivant de son père, par son mariage, antérieur à 1481, avec noble Françoise Salayron, fille de Jehan Salayron, qui combat pour Louis XI, en Bourgogne, en 1471, aux côtés d'un des coseigneurs de Chirac. De plus, en 1477, Jehan II se titre "seigneur de Récénates" (Salces). Il parvient à se faire désigner comme "noble" quand il enlève la ferme, pour quatre ans, du prieuré de Saint-Bonnet-de-Chirac110 ; mais c'est la seule fois, sur l'ensemble des actes qui le concernent. Au début du XVIe siècle, deux autres Jehan Borses, oncle et neveu, sans doute les fils et petit-fils de Jehan Borses II, détiennent, l'un la seigneurie d'Auriac, l'autre celle de Récénates, sans pour autant se dire nobles. La famille s'enrichit mais elle demeure dans le monde de la roture111.

  • 112 Consulter la généalogie de cette famille en annexe (3E.1708/64v°, G.1378/101v°, 122).
  • 113 La particule n'accompagne pas toujours le patronyme de cette famille.
  • 114 3E. 1477/2/47,2892/145, G.1397/112, 1405/14.

54Gérald de Chaldoreilhe offre personnellement le modèle d'une belle et rapide réussite. Son grand-père, Jehan de Chaldoreilhe, notaire de Mende, possédait un oustau au pan de Champnau en 1407. Son père, Guillaume, héritier universel de Jehan, se qualifie "prud'homme" lorsqu'il transige avec noble Jehan Gasc, en 1422, à propos d'un cerf pris dans un filet, et "discret homme" en 1423. Guillaume rédige un codicille en 1426 et décède peu après112. En 1434, alors qu'il transige avec son oncle par alliance, maître Jehan Monbel, Gérald Chaldoreilhe113 se présente comme "noble" et "seigneur de Javilhet" (Quézac). Le château de Javilhet demeure entre les mains de Gérald jusqu'à sa mort, survenue après 1464. Ses alliances avec les Monbel, les Pareur et les Bonot n'offraient pas les relations adéquates pour que Gérald prétendît acquérir la noblesse, même si un mariage, mal connu, contracté entre les Chaldoreilhe et les Salayron lui ouvre une petite porte114. En fait, le meilleur atout de Gérald consiste dans le mode de vie qu'il mène quotidiennement puisqu'il s'établit dans son château, vivant uniquement de ses rentes, comme un hobereau campagnard, loin de la ville et des commerçants, faisant très vite oublier que ses pères avaient été roturiers.

  • 115 L'origine de cette famille est donnée dans plusieurs actes concernant Raymond Salayron et datant d (...)
  • 116 Barbot (M.), Médecins, chirurgiens et apothicaires mendois, des origines au XXe siècle, p.47-53. C (...)
  • 117 G.2243.
  • 118 Dès 1360, et jusqu'à la fin de sa vie, Raymond se présente comme "maître en médecine" (3E.901/38). (...)
  • 119 3E.901/38.
  • 120 Médecins ..., p. 48-49, 51.
  • 121 Arch. départ. Aveyron, Inventaire de la série DL cote 329. En 1380, Raymond déclare tenir du seign (...)

55A deux reprises, nous venons de mentionner les Salayron, en raison de leurs liens avec les Borses et les Chaldoreilhe. Cette famille, originaire de Moriès115, sort de l'obscurité au cours du XIVe siècle, grâce à trois frères, Guillaume, Etienne et Raymond. Le premier est prêtre à Mende de 1346 à 1374, le second hebdomadier en 1359, puis chanoine en 1368-1374116. En 1371, Guillaume et Etienne s'engagent à fonder deux chapellenies au château de Moriès et allouent une dotation de vingt setiers de seigle et de cent sous de rente. La fondation a lieu en 1374 ; la présentation et l'institution reviennent au prieur du lieu117. Raymond Salayron suit des études de Médecine à Montpellier et revient vivre dans son pays118, mais il quitte Moriès afin de s'établir à Marvejols. Dès 1360, il participe à la vie communale et nous relevons son nom parmi d'autres Marvejolais119. En 1362, Urbain V est élu pape. Raymond peut l'avoir rencontré, antérieurement à cette époque, par divers intermédiaires : ses frères bien établis dans la cathédrale de Mende, ou Guy de Chaulhac, médecin, comme lui, qui entre très vite au service du pape. Enfin, il ne faut pas oublier qu'Urbain V vécut un certain temps au monastère Saint-Sauveur, à moins de trois kilomètres de Moriès. Toujours est-il qu'Urbain appelle très tôt Raymond auprès de lui Marcel Barbot cite la date de 1363, Emile Wickersheimer celle de 1364. Raymond aurait été chargé de redresser la situation de la faculté de médecine de Montpellier, alors en déclin Il suit Urbain en Italie lorsque celui-ci tente d'y replacer le Saint-Siège. Après la mort d'Urbain, en 1370, nous ignorons si Raymond demeure au service de Grégoire XI, nouveau maître de la Chrétienté ; toujours est-il qu'aux environs de 1372-1374, il offre ses soins à la soeur de ce dernier, Hélix de Beaufort, comtesse de Valentinois. Après quoi il retourne en Gévaudan afin d'y finir sa vie. Raymond jouit d'une honnête fortune. Vers 1371, son frère Etienne lui lègue des rentes sur le mandement de Chapieu, à Grèzes, à Brugers et à Montrodat, alors que Guillaume lui transmet une maison sise au pan d'Aiguespasses, à Mende. En 1374, il rend hommage à l'évêque de Mende pour divers biens sis à Saint-Gervais120. L'année précédente, en 1373, il avait lui-même reçu des reconnaissances féodales pour ce qu'il tenait sur des paysans de La Chaze, La Pinède, du Grand-Viala et de Martinès121.

  • 122 3E.902/17-1, 66-66v°, 145v°, 146, 163, 163v°, et feuillets non numérotés.

56Raymond Salayron conserve des créances importantes sur plusieurs nobles du pays. En 1377, noble Raymond Grégoire, d'Ispagnac, reconnaît lui devoir cent quarante setiers de froment et d'avoine d'arrérages de cens et de dépenses faites lors d'une procédure suivie par l'Officialité de Mende. En 1378, Guillaume de Montrodat, chevalier, seigneur de Muret, coseigneur de Montrodat, et son fils émancipé, Guillaume, s'obligent pour deux cent quarante setiers de céréales. Raymond se charge souvent d'encaisser les rentes féodales des Montrodat. En 1382, il délivre quittance à Guillaume de Montrodat, de quatre années des rentes afférentes aux château et mandement de Muret qu'il lui avait cédées. En 1387, Guillaume de Montrodat, fils du défunt chevalier, vend les mêmes revenus pour quatre ans contre une somme de trois cent soixante livres. Raymond Salayron entretient de telles relations avec Louis de Joyeuse, seigneur de Joyeuse en Vivarais et de Saint-Denis en Gévaudan, de 1379 à 1382. Il se charge aussi des intérêts de Guérin d'Apcher, chevalier et seigneur d'Apcher, qui lui adresse une procuration, en 1382122.

  • 123 3E.902/38, 39,42, 43, 47, 48, 51-1, 53v°-2.

57Le médecin continue donc à arrondir sa fortune et place ses gains dans l'immobilier. En 1376, il achète une vigne sise à Marvejols, contre soixante florins, et un oustau sis dans la me Droite de Marvejols, contre quatre-vingts francs. En 1380, il procède encore à l'acquisition d'une croto et d'une soue sises à Marvejols. II négocie aussi l'achat de cens. En 1376, il échange sa maison du pan de Claustre, à Mende, avec Raymond Merle, seigneur de Chazaux, qui lui abandonne six setiers de céréales et trente sous de cens, sur le manse de Croset-Plan (Serverette), avec tous les droits de lods. Une clause prévoit que Raymond Merle pourra racheter ce cens contre une somme de cent florins. En 1377, Pierre Blau, chevalier, coseigneur de La Garde, et son fils Jehan lui vendent dix-huit setiers de céréales, une livre, cinq sous et une poule, perçus dans le mandement de la baronnie du Tournel, avec toute la basse justice qu'ils y exercent, contre quatre-vingt-dix florins or123.

  • 124 En fait, la noblesse des Fabri est usurpée. Guillaume Ier, le père, est le mari de noble Agnès Atg (...)
  • 125 3E.902/102, 105v°, 132-135, 136, 137v°.
  • 126 3E. 1743/4, 5.
  • 127 3E. 1557/60v°, 68v°, 110v°.
  • 128 3E. 1559/135, 2278/16v°, 2279/34v°, 40v°, A.D. Bouches-du-Rhône, 56H.2747/146v°.
  • 129 G. 1372/39.

58Tout cela demeure dans les limites du comportement classique des bourgeois, mais la plus belle acquisition s'opère entre 1380 et 1381. Le 15 septembre 1380, noble Guillaume Fabri, fils de feu noble Guillaume124, vend à Raymond Salayron toute la justice haute et basse, tous ses cens et rentes, qu'il avait hérités de son père, sur le manse de Chardonnet (Salmon), à savoir neuf setiers et une carte de céréales, vingt-deux sous et six poules de redevances annuelles, contre cent quatre-vingts francs or. Mais ce fief était tenu en coseigneurie avec les Malian. Le 8 novembre, nobles Jehan Malian, prieur d'Altopodio (diocèse de Rodez), et Almueyse de Curière, tuteurs de leurs neveux et fils, cèdent les droits des enfants à Raymond Salayron, contre quatre-vingt-quinze francs. Peu après, le 4 janvier 1381, le procureur de Raymond recueille l’hommage féodal de six habitants de Salmon, "hommes liges" du nouveau seigneur125. L'aisance de Raymond Salayron l'autorise à pourvoir sa fille, Arnalde, d'une dot de six cents francs, en juin 1383. La somme, importante, permet l'union avec noble Etienne Aribald, natif de Barre126. Le médecin marvejolais décède vers 1390, date où il disparaît complètement de nos actes, alors que son fils, Jehan Salayron, surgit dans les registres à partir de 1395. Jehan travaille comme drapier, à Marvejols, et se qualifie "marchand" et "bourgeois"127. A partir de 1405, Jehan Salayron, seigneur de Chardonnet, beau-frère d'un damoiseau, se prétend continuellement "noble"128. Nous ignorons s'il continua la politique d'acquisition de son père, mais en 1412, il fait reconnaissance au chapitre de Mende pour ses droits à Rover129. Jehan meurt après 1435.

  • 130 3E. 1559/135.
  • 131 3E.2014/56v°, 2275/82, G. 1409/1, G.2000.

59Parmi leurs amis, les Salayron comptent déjà la famille Regordel, de Chirac. Ainsi, Guillaume et Jehan Regordel, père et fils, assistent-ils à la quittance des biens familiaux qu'Amalde Salayron délivre à son père, Raymond, en 1383. De plus, Jehan Salayron Ier est institué exécuteur testamentaire par Guillaume Regordel, en 1405130. Or, c'est l'arrière-arrière-petit-fils de Guillaume, Jehan Borses, fils d'Isabelle, fille de Jehan Regordel, qui épousera noble Françoise Salayron, arrière-petite-fille de Jehan Salayron Ier. A compter de cette époque, la noblesse des Salayron s'affirme avec certitude. En 1428, Etienne Salayron, bachelier en décret, occupe le rectorat de Sainte-Colombe-de-Peyre. En 1435, le même est désigné comme procureur, avec son père, par Béatrice Laurent, de Millau. Le 2 janvier 1443, "noble homme dom" Etienne Salayron, prêtre, bachelier en décret et prieur de Sainte-Colombe, adresse une procuration à Jehan Ros, marchand de Mende, afin qu'il fesse appel devant le lieutenant de la Cour commune du Gévaudan. Etienne devient chanoine de Marvejols et décède vers 1452, année où son prieuré est conféré à Anthoine de La Panouze131.

  • 132 3E. 1568/95v°, 2025/7-15, 2026/23v°, G. 1402/178v°.
  • 133 G.1405/105, 1406/194, E.204, 3E. 1574/77.

60En juin 1452, noble Jehan Salayron II bénéficie de plusieurs obligations de Cévenols avec lesquels il est en affaire. La même année, comme patron de la chapelle des Richard, il présente audit bénéfice Raymond Salayron, clerc de Marvejols dont nous ignorons le lien de parenté. Il adresse aussi un mandat à son frère, noble Simon Salayron132. Jehan II réside toujours à Marvejols. Il renforce sa puissance en achetant la borie de Fraissinet (Saint-Juliendu-Tournel) à noble Amalric Pelabarbe, entre 1453 et 1458. En 1459, il se déclare "noble damoiseau et seigneur de Fraissinet", quand il rachète à maître Jehan Montanhac trente sous de cens sur la borie de Fraissinet qu'Amalric Pelabarbe avait abandonnés à Montanhac. Même s'il demeure au rang de damoiseau, Jehan Salayron se comporte en noble bien établi, arguant de ses titres de seigneur de Chardonnet et de Fraissinet. D charge Pierre Monbel de percevoir ses revenus, en 1458, et témoigne au testament de Pierre Garin, baron du Tournel, en 1461. Enfin, nous avons déjà signalé qu'en mai 1471 il sert aux armées du roi, en Bourgogne, et demande alors à son frère d'armes, noble Raymond Peyre, coseigneur de Chirac, qui rentre au pays, de prolonger un contrat d'arrentement consenti à Jehan Serre, marchand marvejolais133. L'anoblissement des Salayron a été rapide puisqu'il s'est produit entre 1380 et 1405, entrepris par Jehan Ier, dont le père avait acquis un fief. Parvenue à la quatrième génération, la noblesse de cette maison ne fait plus aucun doute et le chef de famille combat, aux côtés des autres nobles du pays, dans l'ost royal.

  • 134 3E.2017/129, 140, 2024/186.
  • 135 3E.2017/140, 153, 2018/60v°, 2024/182v°, 2025/61,2027/187.
  • 136 3E.2017/85, 2025/33, 2027/112.

61Le dernier exemple d'anoblissement par acquisition de seigneurie est illustré par les La Mare, de Barre. Benoît de La Mare est roturier134. D occupe l'office de bailli des terres et juridictions de Louis de Taulignan, seigneur de Barre, de 1440 à 1454135. En 1453, avec sa femme, Rixende, il donne la moitié de leurs biens, dont ils se réservent l'usufruit, à leur fils Jehan de La Mare Ier. Quelques jours plus tard, Benoît convoque le notaire et lui demande d'enregistrer ses dernières volontés. Son cadet, Anthoine, est destiné aux études et à l'Eglise, ses filles mariées bénéficient d'un modeste legs d'une livre, et la dernière se voit octroyer quarante livres de dot en plus du trousseau Benoît confirme ce que la donation précédente laissait supposer : Jehan Ier héritera de la fortune familiale. Ses filles épousent Etienne Astier, de Barre, Guillaume du Masel, hôtelier de Barre, frère d'un notaire, et un forgeron, Pierre Fabri. L'une emporte cent moutons or de dot, une autre soixante-dix, en plus du trousseau Cela ne reflète guère gloire, fortune et richesse ; toutefois, lors des contrats de mariage, nous notons la présence de notaires, de noble Louis de Taulignan, des prieurs de Barre et de Saint-Flour du Pompidou, du curé de Brenoux136. Cette assistance démontre l’estime dont jouit la famille.

  • 137 3E.2024/115, 2025/20, 2028/163.
  • 138 Le vicomte de Lescure a confondu cette famille avec les Pélissier, dits de Saint-Férréol, originai (...)
  • 139 3E.2010/1v°, 24,2012/42,2018/41,2024/115,2025/56v°, 2027/52,2028/167v°.
  • 140 3E.2027/52, 2037/27.
  • 141 Seul l'intitulé de cet acte a été conservé (3E.2028/167v°).

62Jehan de La Mare Ier hérite donc du patrimoine d’un petit bourgeois d’une modeste ville cévenole. Sa chance résulte de ses épousailles avec une jeune roturière, Marguerite Pelhicier, dont le père était seigneur de Saïgas (Vébron). Jehan réside à Barre de 1450 à 1457, mais il s'installe à Saïgas dès 1459137, après la mort de son beau-père, Raymond Pelhicier. La maison des Pelhicier est connue depuis Géraud, époux d'Almuène d'Alayrac, seigneur de Saïgas en 1411138. Géraud s'éteignit avant 1434, laissant pour héritier son fils, Raymond, seigneur de Saïgas en 1434. Ce second maître du fief de Saïgas décède entre 1441 et 1455139 en laissant quatre enfants, Jehan, Etienne, Marguerite, et Blonde mariée à un notaire de Saint-Etienne-du-Valdonnez. Raymond Pelhicier quitte probablement le monde intestat car, le 30 septembre 1455, les hommes de la Fage (Saint-Etienne-du-Valdonnez) passent un pacte avec les quatre frères et soeurs, héritiers universels de leur père. Toutefois, en 1462, Jehan et son frère Etienne restent les seuls hoirs, lorsque le premier accorde un lods à Jehan de La Mare, pour la pagésie que ce dernier possède à Saïgas140. Sans doute les filles renoncèrent-elles à leurs droits contre une compensation dotale. Le 19 septembre 1457, Jehan de La Mare transige avec sa belle-mère141, et c'est peut-être à la suite de cette négociation qu'il s'établit à Saïgas. Après 1462, tous les Pelhicier disparaissent et seule Marguerite, épouse de Jehan de La Mare, survit et se retrouve à la tête du fief familial.

  • 142 3E.2042/25v°.
  • 143 3E.2042/14v°, 26, 146bis, 2044/9, 20.

63Jehan de La Mare se signale comme seigneur de Saïgas, au nom de sa femme, à partir de 1470142. Il se fait alors arrenter les revenus que Guillaume Monbel perçoit à Vébron, et la ferme des quartos bladorum de Saint-Laurent-de-Trèves. Le 10 décembre de la même année, il intervient en tant que régent de la terre de Barre placée sous séquestre par le roi. Enfin, en 1472, il préside, en tant que lieutenant du bailli de Vébron, à l'institution des procureurs représentant cette ville. L'ascension des La Mare suffit pour que Jehan de La Mare demande à noble Jehan Dumond, alias Chapelle, de donner sa fille, Françoise, à son fils, Jehan de La Mare II, ce à quoi Dumond consent. En 1492, Jehan de La Mare Ier et sa femme Marguerite octroient la moitié indivise de leurs biens au jeune fiancé avec lequel ils vivront143.

  • 144 3E.2014/267v°, 2025/20,2029/112, 2033/284, 2042/146bis, 2044/20, 59.
  • 145 3E.2045/195v°, 212v°, 2668/236, 2670/21.

64De 1459 à 1472, Jehan de La Mare Ier se définit avec les épithètes roturiers habituels, mais il ajoute son titre de "seigneur de Saïgas" de 1470 à 1506. En 1505,1507 et 1510, seulement, il se dit "noble" alors qu'il patronne la chapelle fondée en l'église Sainte-Marie de Barre par Pierre de Valat L'anoblissement s'opère donc très tardivement et sa femme, Marguerite, qui tente de porter le titre nobiliaire en 1475, en revient au plus modeste qualificatif "honnête femme" en 1492144. En revanche, le fils, Jehan de La Mare II, se prétend plus aisément noble lorsqu'il adresse des quittances dotales à ses beaux-parents, nobles Jehan Dumond "Chapelle" et Louise de Fontans, en 1492 et en 1494. Le procédé est intéressant ; par complaisance familiale, les Dumond-Fontans préfèrent frire instrumenter, par des notaires soumis, que leur gendre est noble plutôt que roturier ; et la notoriété s'établit. Ce gendre n'est-il pas l'héritier d'un fief cévenol ! Puisque la preuve de noblesse se fonde sur la démonstration que l'intéressé fréquente des nobles, l'état reconnu à Jehan II rejaillit sur ses géniteurs, et toute la famille passe dans l'ordre privilégié. Au XVIe siècle, les trois enfants de Jehan, Béatrice, Gabrielle et Jehan ΙII, déclinent leur statut nobiliaire sans que personne ne le conteste145. Le processus adopté par les La Mare s'est déroulé en plusieurs étapes : offices administratifs tenus par la première et la seconde génération, alliance avec une roturière héritière d'un fief noble au niveau de la seconde génération, mariage dans la noblesse et adoption du rang de l'épousée par le troisième représentant de cette maison.

  • 146 3E. 1563/98, 2279/14, 37v°, G. 1397/1, 1401/131, Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 56H.2747/79v°.
  • 147 Armorial du Gévaudan, p. 679.

65Même si le sang des femmes n'est pas considéré comme un élément de transmission de l'état noble, il n'en joue pas moins ce rôle en permettant aux enfants, voire même aux époux, d'acquérir la notoriété. Mais tout le monde ne peut revendiquer une telle relation, et certains usurpateurs jouent assez curieusement d'une origine supposée, totalement fausse et post-mortem. Guillaume Pelisson II, bourgeois de Marvejols de 1445 à 1480, marque son désir d'élévation, mais son ascendance se cantonne aux gens de commerce. Son père, Guillaume Pelisson Ier, a épousé une fille de Guillaume Alvernhas. Ce dernier, généralement qualifié "prud'homme", tenait une boutique de draperie à Marvejols, de 1402 à 1439. Vers 1444, sa mort apporte à son petit-fils un héritage comprenant le patronage d'une chapelle fondée à Rieutort-de-Randon par un défunt curé de ce lieu146. Guillaume Pelisson Ier avait commencé à établir la famille en acquérant les manses de Brousse et de Rouvière (Buisson), de noble Aldebert de Bonas, en 1403147.

  • 148 3E.1567/78v°.
  • 149 Ibid, p. 679.
  • 150 G. 1401/131, 1409/25v°, 3E.1571/128, 1572/45, 1576/80v°.
  • 151 G. 1411/23v°, 1414/129v°, 3E. 1087/101 v°, 1576/176v°, 2669/116.
  • 152 La création d'une noblesse imaginaire à partir d'un défunt a été observée avec Naudette d'Orlhac q (...)

66"Noble et sage homme" Guillaume Pelisson II, bourgeois de Marvejols, se fait arrenter les revenus de l'archidiaconat de Mende en 1445, puis il participe à l'administration de sa ville dont il est consul en 1452148. En 1453, il reçoit des hommages pour les manses achetés par son père'149 et la plupart des instruments qui le concernent mentionnent son appartenance à la noblesse. Mais il lui faut conforter son rang par une filiation ; à défaut d'ancêtres nobles, il en invente un. En 1465,1466 et en 1476, il se présente comme héritier universel de son grand-père "noble" Guillaume Alvernhas150. La troisième génération s'installe définitivement dans la noblesse. Du vivant de Guillaume II, sa fille, "noble" Gabrielle, épouse noble Jehan de Conches, seigneur de Conches et de Beaulieu (diocèse du Puy), un parent des Bonas, aux environs de 1469. Pierre, le fils de Guillaume II, porte son épithète nobiliaire en 1469 et en 1480. En 1488, Pierre Pelisson représente la ville de Marvejols, dont il est consul, aux Etats particuliers réunis pour fixer la taille. Deux ans plus tard, en 1490, "noble" Pierre Pelisson revendique son droit de lods sur un champ sis au terroir de Chastanhier, à Chirac, et se proclame publiquement "seigneur de Brousse"151. Le procédé des Pelisson unit classicisme et originalité. La démarche classique consiste à acquérir un fief d'une vieille famille noble ; la surprise revient à créer une origine nobiliaire imaginaire, en jouant sur la mort du grand-père maternel152. Mais ce n'est qu'à la troisième génération que les pièces sont mises en place : l'héritier se dit seigneur, sa soeur est mariée dans la noblesse.

  • 153 3E.44/151v°, 1569/89v°, G. 1416/189.
  • 154 "un exemple d'organisation municipale...", p. 206-207.
  • 155 126B-1/14, 3E. 1558/2v°, 2014/56v°, 2278/27. Arch. Segr. Vatic. RS.57/163v°, 82/23.
  • 156 3E.2883/139. Voir en annexe le tableau généalogique des familles Atger-Bressoles.
  • 157 G. 1419/189, 3E.1086/28v°, 1569/89v°, 2883/139.

67Détenir un office s'avère très prometteur, en particulier quand le poste donne un pouvoir important De 1457 à 1461, Astorg Aragon assure la lieutenance de deux baillis royaux de Marvejols. En 1475, il accorde un lods au titre de fermier du monastère Saint-Sauveur près de Chirac153. Astorg appartient à une éminente famille de bouchers qui participe à la direction de la ville de Chirac, tout au long du XVe siècle154. L'un de ses parents, Pierre Aragon, étudia le droit canon à Avignon en 1380, devint bachelier et entrait dans sa quatrième année de droit civil en 1394. De retour en Gévaudan, ce Pierre s'installa à Marvejols où il vécut de 1406 à 1435, après avoir été juge de la baronnie de Peyre en 1403155. Astorg Aragon assied confortablement sa situation en épousant, Astruge de Bressoles, fille de noble Pierre de Bressoles et soeur du lieutenant du bailli de la Cour commune du Gévaudan156. La terminologie utilisée pour désigner ce personnage évolue tout au long de sa vie, l'élevant de la prud'hommie à la noblesse. Il est providus vir et marchand en 1446, "prud'homme" en 1457, "honorable homme et bourgeois" en 1461, "noble et bourgeois" en 1470157.

  • 158 Il s’agit de Clermont-l'Hérault, dans l'actuel département de l'Hérault.
  • 159 G. 1388/90v°, 1409/136, 1411/88, 3E.1477/70, 1709/52v°.
  • 160 G.1411/88, 91, 132, 1412/23v°, 1417/34, 3E.1089/70v°, 231v°, 2668/221v°, 2891/13, 2895/190v°, 2897 (...)

68La réussite de Bérenger de Bozène, alias Galtier, paraît encore plus remarquable. Nous avons déjà vu que Bérenger hérita du bourgeois mendois Jehan Galtier. De 1438 à 1451, il était sous l'administration de son père, un bourgeois et marchand de Clermont158. Si le reste de sa famille demeure à Lodève, Bérenger devient mendois, mais il part faire carrière à Montpellier159. En 1452, Bérenger est bachelier ès lois, en 1455 licencié, en 1471 docteur ; mais en 1483 un acte le présente comme licencié dans les deux droits, et ses héritiers le qualifieront "professeur de droit" en 1485. En 1455, il figure à côté de Pierre Barilhet, juge du petit sceau de Montpellier, auquel il succède dès le 30 avril 1460. Il préside cette jugerie jusqu'à sa mort, survenue entre le 19 juin 1483 et le 20 mars 1484. Une quittance du 15 novembre 1471 nous informe que Bérenger est conseiller et maître des requêtes de l'Hôtel du roi. Bérenger possède deux seigneuries en Gévaudan, sur les manses du Mazel-Chabrier (Born) et de Donapant. Sa carrière se situe donc parmi les plus belles que nous ayons pu observer. Bérenger, fils d'un "prud'homme", est nommé "honorable homme maître" en 1452, "vénérable et honorable homme maître" en 1455, "vénérable et circonspect homme dom" en 1460, "noble et vénérable homme dom" en 1463-1469, "noble, excellent, grand, circonspect et savant homme dom" en 1471160.

  • 161 Consulter en annexe le tableau généalogique de cette famille.
  • 162 Armorial du Gévaudan, p. 339-340.
  • 163 André de Budos, père de Thibaud, surnommé le "Fléau des Anglais", fut chambellan de Charles VII.

69Afin de réaliser une synthèse de l'ensemble des pratiques énoncées, nous nous référerons à deux familles souvent citées dans ces travaux, celle des Monbel et celle des Valdin. Chez les Monbel, deux branches coexistent, issues de Bertrand et de Jehan K Nous rappellerons brièvement le nombre important de juristes produits par cette maison : François Ier, bachelier, procureur au parlement de Toulouse, Guillaume II, licencié ès lois, chanoine de Mende, Jehan Ier, bachelier en décret, juge temporel de Mende, Raymond, bachelier ès lois, juge du Tournel, Guillaume III, licencié dans les deux droits, juge de la Cour commune, Pierre II, bachelier en décret, procureur à Paris et chanoine de Marvejols, Jehan VI, licencié dans les deux droits et juge de la Cour commune. Cette liste impressionnante est susceptible d'augmenter si nous ajoutons les parents les plus proches, comme Pierre Pelhicier, licencié en droit canon, Jacques Pelhicier, licencié ès lois, juge d'Appel de la Cour commune, Jehan Montanhac senior et junior, officiers de l'évêque161. Cette maison s'impose donc facilement, par sa puissance, tant dans la cité épiscopale que dans tout le Gévaudan, et nous ne sommes pas surpris de constater que ses membres acquièrent progressivement la noblesse. Les premiers à le faire sont les enfants de Raymond Monbel. A défaut d'être nés nobles, ils peuvent démontrer leur rattachement au second ordre par les femmes. Tout d'abord, leur grand-père, Jehan Monbel Ier, transige, en 1434, avec noble Gérald Chaldoreilhe, seigneur de Javilhet, neveu de son épouse, Haliene Chaldoreilhe. Bien sûr, cette dernière ne prétend jamais être noble, mais qu'importe pour ses descendants qui sont consanguins du seigneur de Javilhet. Plus prestigieuse, l'alliance de Raymond Monbel ouvre une voie majestueuse à ses enfants, puisque sa femme n'est autre que noble Delphine de Borne, fille de Guigues, seigneur du Champ, et de Bourguine Hérail de Lugan. La grand-mère de Delphine est une fille du seigneur de Gabriac et les Borne, même s'ils sont d'une noblesse relativement modeste, ont pu entretenir une généalogie ininterrompue depuis la première moitié du XIIIe siècle162. Le frère de Delphine, Jehan de Borne, se marie même avec Jehanne, fille de Thibaud de Budos de Portes163.

  • 164 3E. 1477/48, 3/18v°, 20, 26, 2886/80, 2902/76v°
  • 165 3E. 1477/49, 78, 3/25,2887/131v°.
  • 166 E.423, 3E.2706/167v°, 229v°, 2898/39.
  • 167 G. 1378/122, 1388/136, 3E.1712/40v°.
  • 168 G.141 l/130v°, 1414/143, 1422/28, 3E.61 l/81v°, 139, 2669/147.
  • 169 Raymond est mort en 1454, année où il fixe son lieu de sépulture et moment où son frère est cotute (...)
  • 170 3E.2706/167v°.
  • 171 E.423, 3E.611/139, 2671/117,133, G.1411/130v°.

70Le patrimoine de Jehan Ier, dont nous ne connaissons pas la valeur mais dont nous pouvons imaginer qu'il est important, est largement augmenté par Raymond qui achète pour plus de cinq cent soixante livres tournois d'immeubles de 1447 à 1452164 et des cens pour plus de cinq cent quinze livres de 1445 à 1453165. En outre, Raymond possède un moulin à Rochebelot, la borie d'Altès (Laubies), affermée en 1455, le droit de lods sur une terre sise au Boschet (Chadenet), un ort au Malzieu que sa veuve vendra en 1473, une métairie à Arzenc et des maisons à Châteauneuf que Delphine de Borne cédera à noble Raymond Gayffier, en 1481166. Encore n'est-ce là qu'un maigre aperçu des biens ayant fait l'objet de tractations. Jehan Monbel se qualifie providus et honorabilis vir magister en 1423, Raymond, sapiens et providus vir magister en 1440, venerabilis vir en 1448167. François II, petit-fils et fils des précédents, est "discret jeune homme" en 1474, "sage homme et bourgeois" en 1481, mais il apparaît noble dans le contrat de mariage de sa soeur en 1470, puis par la suite avec sa mère, en 1480, et l'année où il est consul, en 1490168. En fait, l'anoblissement est facilité grâce à Delphine du Borne. Puisque la Gabalitaine ne perd pas son état privilégié en épousant un roturier, Delphine acte toujours en usant de sa qualité nobilaire. De plus, Raymond est mort en laissant François en bas âge169, sous l’administration d'Haliene Chaldoreilhe et de Delphine170. En conséquence, pendant de nombreuses années, l'entourage, les notaires et les voisins _l'ensemble de la société mendoise et gabalitaine_ s'accoutument à voir "noble Delphine de Borne", ou "noble Delphine, veuve de maître Raymond Monbel", agir en tant que mère de François Monbel. L'oustau des Monbel accueille même les parents nobles, comme Guigues de La Garde, seigneur de Trouillas, et Anthoine Grégoire, beaux-frères de François à partir de 1470. Comment ne pas profiter d'une telle situation ? Pourquoi ne pas saisir l'occasion du contrat de mariage d'Isabelle Monbel, avec un garçon de la très ancienne maison des Grégoire pour qualifier la fiancée noble ? Qui s'en plaindra ? Anthoine Grégoire préfère que sa femme soit noble ; sa mère _présente au contrat_ est d'une illustre famille de chevaliers, l'oncle de la mariée préside la Cour commune du Gévaudan. Et puisque la mariée est noble, pourquoi le frère ne le serait-il pas ? La mère d'Anthoine, noble Hélix de Montesquieu, ne peut que consentir à cette démarche, et les témoins ne sont pas convoqués pour s'y opposer, mais parce que leur amitié couvrira la tricherie. Ces témoins appartiennent aux plus vieilles familles du pays : Astorg de Cénaret, Robert de Montesquieu, Jehan Gasc, ou le nouvel arrivant, Robert de Grandmont, conseiller du roi et bailli du Gévaudan. Le mariage coûte cher _neuf cents livres de dot, en plus d'un trousseau composé de fourrures_, mais il conforte le rang des enfants de Raymond et de Delphine. Un instrument de 1480 montre bien le procédé utilisé dans les actes. Ce jour-là, noble Delphine, veuve de dom Raymond Monbel, et son fils, François, patron de la chapelle des Monbel, revendent des cens de ladite chapelle. L'instrument est dressé en la maison de "noble" François Monbel. Le statut de la mère se mêle à celui du fils. Par la suite, l'acquisition de fiefs conforte la première démarche. Lors d'une reconnaissance de dettes, François déclare détenir la seigneurie de Bizac, dans la paroisse de Montauroux. Le propre fils de François, Jehan Monbel V, sera "noble, bourgeois et seigneur de Recouse" en 1500, puis seigneur de Recouse et de Bissier en 1503171.

  • 172 3E. 1088/14, 2889/62v°, G. 1387/1, 1402/166, 1405/14.
  • 173 3E.2028/178, 2033/300, 2041/2, 2044/9, 106v°.
  • 174 3E.2029/152, 212, 2033/198v°, 300, 2044/157, 2045/20, 208, 2669/151v°, 2671/6, 133, 2669/194, 2670 (...)

71Dom Guillaume Monbel ΙII, l'oncle de François, ne suscite certainement pas l'esprit de contradiction chez les autres, car occuper l'office déjugé de la Cour commune pendant plus de trente ans confère indéniablement un ascendant sur la société environnante. Sa femme, Isabelle Pelhicier, à défaut de lui apporter une alliance noble, lui offre sans doute une belle dotation. Grâce à elle, il devient patron de la chapelle des Verdelhan, dès 1456. Lui-même hérite des droits de nobles Etienne Aribal et Arnalde Salayron. De plus, en 1451, Jehan Ros, bourgeois de Mende, cousin d'Isabelle Pelhicier, donne tous ses biens à Guillaume et à Isabelle172. Le juge de la Cour commune dispose donc d'une coquette fortune. En plus, il acquiert des droits dans les Cévennes, dans la région de Vébron, de Jehan Pelhicier, seigneur de Saïgas. Trop éloigné de ses terres, pour en percevoir les revenus, il les afferme de 1468 à 1477. Comme les précédents, Guillaume Monbel III décide de marquer son ascension en usant des épithètes nobiliaires. Il est "noble et honorable" en 1468, "noble et vénérable et excellent homme dom" en 1491173. Jehan Monbel VI, fils de Guillaume ΙII, apparaît comme "honorable homme maître" en 1480, "noble homme et vénérable dom" en 1483, "noble et vénérable et circonspect homme dom" en 1494. Après la mort de son père, nous constatons qu'il jouit de droits de lods à Saint-Etienne-Vallée-Française, au Mazeldan (Bousquet), à Barre, et qu'il possède la borie "la Sochayna" à Rieutort-de-Randon. Son frère, Astorg, licencié en droit, est "noble et vénérable homme dom" en 1512. Le rang des enfants du juge de la Cour commune ne subit donc pas de contestation ; sans doute est-il renforcé par le mariage d'une fille avec noble Hugon Pagès, de Meyrueis, et par celui de Jehan VI avec Catherine de Corsac174.

  • 175 3E.2671/82, 2674/67v° Armorial du Gévaudan, p. 622.

72L'autre branche des Monbel demeure beaucoup plus longtemps dans la roture. En fait, seul Guidon Monbel, fils de Pierre, se qualifie "noble et honorable" en 1508, et "noble homme" et "bourgeois" en 1516. Nous ne connaissons ni la mère, ni la femme de Guidon, mais il est probable que sa prétention résulte d'une certaine logique : ses cousins se titrent tous nobles ; pourquoi n'en ferait-il pas autant ? C'est donc la notoriété de ses agnats qui joue en sa faveur. Au XVIe siècle, le nouveau statut des Monbel est fortement ancré dans la mémoire des gens et Guy Monbel aurait même acheté la baronnie de Moissac en 1545175.

  • 176 Voir en annexe le tableau généalogique de cette famille.
  • 177 3E.718/148, 1086/99v°, 2883/111v°, 2889/81, 161v°, 2896/175v°, 5045/42v°.
  • 178 3E. 1709/29,2889/161v°, 2894/125v°, 2896/160,2897/174, 5045/50, G.1411/108, 1418/159v°.
  • 179 3E.2665/32,2894/125v°, 2896/118, 2899/6, G.1419/117v°.

73La famille Valdin se scinde aussi en deux branches, l’une provenant de Pierre Valdin II, père de Jehan, l'autre de Pons Valdin, père de Bertrand176. Eh 1416, avec l'autorisation de son oncle, Pons, Jehan Valdin, héritier universel de son père Pierre II, vend quarante sous de cens qu'il lève à Marvejols. La fortune héritée est certainement importante. Nous savons que Jehan a trois maisons et qu'il en vend une, en 1470, pour deux cent quarante-quatre moutons or. Il possède aussi des droits dans le manse de Fournel (Frutgères) en 1476177. En 1427, il se contente du qualificatif "prud'homme", mais il est suffisamment renommé pour être invité à assister au serment que l'évêque Ranulphe de Peyrusse fait de respecter les franchises de la cité. Le testament de sa cousine, Catherine Pareur, le présente comme "marchand et bourgeois". Pour la première fois, en 1457, il apparaît comme "noble et honorable homme, bourgeois". Sur quoi repose la prétention de Jehan Valdin ? Nous ne pourrons rien dire de son ascendance maternelle, inconnue. Son père et son grand-père sont des juristes, son oncle, licencié en droit canon, dirigea la sacristie de la cathédrale. Est-ce assez pour asseoir son ambition ? Nous pensons que sa volonté naît de la fierté tirée de son second mariage. En effet, en 1457, il unit son destin à celui de Mirande, fille de noble Bérenger Puel, d'une très ancienne maison de Saint-Pierre-de-Nogaret. Comment ce marchand n'éprouverait-il pas d'orgueil en accueillant parmi ses témoins le prévôt de la cathédrale, frère du baron de Cénaret, le seigneur de Saint-Amans, parent du précédent, un neveu de l'évêque, l'official et le juge temporel de Mende. Il mentionne même l'extraction noble de sa première épouse, une certaine Delphine dont nous ignorons tout et à propos de laquelle nous devons demeurer prudent178. Par la suite, la plupart des actes stipulent que Jehan est noble. En 1467, nobles Jehan et Guillaume Valdin IIΙ, père et fils, bourgeois de Mende, transigent avec Anthoine Basset à propos des cens que les premiers perçoivent sur la maison du second. Guillaume ΙII part vivre un temps à Langeac, en Auvergne, puis succède au patrimoine de son père dès 1481. Sa noblesse est continuellement affirmée, dans tous les instruments qui le concernent179.

  • 180 G. 1388/1, 56, 1394/98v°, 99, 99v°, 3E.1709/29, 5045/43.

74Bertrand Valdin, cousin germain de Jehan, exerce à Mende, comme marchand. Il épouse en premières noces Catherine Galtier, fille d'un riche bourgeois, belle-soeur de noble Jehan de Bonas, en secpndes une certaine Audine, dont nous ignorons tout, et en troisième noble Delphine de Malevieille, fille du seigneur de Malevieille (Chanac). Providus vir en 1427, sapiens et providus vir, mercator en 1433, "bourgeois" en 1436, il demeure dans les rangs de la bourgeoisie roturière jusqu'à sa mort survenue entre le 26 février et le 18 mars 1437180.

  • 181 Elle se remaria avec Jehan Sarrazin, seigneur de Chambonnet et de Ligeac.
  • 182 3E.718/148, 2893/18v°, G.1388/1, 1389/68.
  • 183 3E.2883/157, 2899/111v°, G.1404/22v°.
  • 184 G. 1414/63v°.
  • 185 3E.2670/154.
  • 186 Voir en annexe le tableau généalogique de la famille Corsac.

75En 1437, le fils de Bertrand, François Valdin, clerc majeur de quatorze ans, mineur de vingt-cinq, est placé sous la curatelle de son oncle, le chanoine Guillaume Valdin, et de son cousin Jehan Valdin.’Sa marâtre ne s'occupe guère de lui et quitte l'oustau mendois181. François reprend le commerce familial et sa fortune s'étend à Mende, mais aussi dans les manses de Foumel, Felgeirolles (Frutgères), et Pelouse. En outre, son père disposait de biens à Marvejols et il est probable que ceux-ci soient restés dans son escarcelle182. Providus vir et bourgeois de Mende en 1447, il se prétend "noble" dans un lods de 1449 et ne cesse presque plus de le faire jusqu'à la fin de sa vie183. François Valdin épouse noble Brune d'Ancette, fille du seigneur d'Ancette, de très ancienne noblesse184, dont il a au moins deux filles et deux fils. Tous ses enfants sont réputés nobles, dès le mariage de Catherine, à laquelle il alloue quatre cents écus de dot, en 1476. Le fils aîné, Guillaume Valdin II, bailli épiscopal de 1497 à 1509, accède au rang d'écuyer en 1502185. Comment François Valdin a-t-il pu acquérir son nouveau statut sans choquer ? Sans doute grâce à ses affins, les Bonas et les Malevieille, mais aussi à Pierre Mathieu, juge de la Cour commune de 1433 à 1451, veuf de sa tante, Ferrande Valdin, remarié à noble Jehanne de Cubières, elle-même cousine germaine de Delphine de Malevieille186. Par ces unions, François Valdin s'apparentait aux Corsac, aux Rocheblave, aux Blau et aux Cubières, tous de familles issues de la chevalerie.

  • 187 Cet homme est le frère de Claude, mariée à Guillaume Robin, en 1443. Son père, Guillaume, et son f (...)

76Nous aurions encore pu développer quelques exemples, tels celui des Fontsbesses, de Marvejols. Honorabïlis et providus vir Guillaume Fontsbesses, marchand et bourgeois de Marvejols de 1461 à 1482, fils d'un autre Guillaume, use de l'épithète nobiliaire dans une procuration rédigée en 1472187. Mais cela n'apporterait plus grand chose. Plusieurs constats s'imposent à propos de ces familles tacitement anoblies. Presque toutes se rattachent au vaste système d'échange généralisé dont nous avons précédemment révélé l'existence. Les Alvernhas sont liés au Pefisson, de Marvejols, alliés aux Conches, du diocèse du Puy, eux-mêmes l'étant aux Bonas, dont un fils épouse une Galtier, de Mende ; Bérenger Bozène, de Clermont, hérite de Jehan Galtier. Catherine Galtier, nièce de Jehan, se marie avec Bertrand Valdin. Par les Jourdan, les Valdin étaient des affins des Robin, alliés aux Fontsbesses, de Marvejols. Les Monbel, vaguement apparentés aux Valdin, ont pris femme dans la maison des Chaldoreilhe, de Mende, elle-même alliée aux Salayron, de Marvejols ; ces derniers donnent une fille à Jehan Borses, de Chirac. Enfin, Jehan de La Mare, de Barre, et Astorg Aragon, de Marvejols, contractent respectivement des fiançailles avec des demoiselles Dumond "Chapelle" et Bressoles, de Mende, dont les tableaux généalogiques placés en annexe démontrent que leurs parentés s'insèrent dans ce vaste réseau d'alliances. Le fait est d'autant plus intéressant que ces familles viennent des Cévennes, du Puy, de Marvejols, de Chirac et de Mende, et que leur rencontre ne provient pas d'une relation de bon voisinage. Enfin, la plupart de ces nouveaux nobles participent, comme leurs pères, à la gestion de leur municipalité, en tant que syndics, consuls ou conseillers, et usent même du statut de bourgeois quand il existe dans leur ville.

CONCLUSION

77Avant la Révolution de 1789, toute ascension sociale n'atteint son apogée qu'après l'accession de la famille au statut nobiliaire, même s'il existe des familles qui semblent se complaire dans la roture, ou du moins ne pas chercher à entrer dans le second ordre, tels les Robin mendois.

  • 188 Nous ne sommes guère plus en présence d'une "gentry" retirée dans des fiefs ruraux car beaucoup de (...)

78A la fin du Moyen Age, deux moyens d'anoblissement coexistent encore. Officiellement, le roturier ne devient noble qu'après l'impétration de lettres royales lui en octroyant la qualité. Tacitement, le riche bourgeois obtient sa consécration en adoptant un mode de vie, conforté par ses actes et par ses relations sociales, qui lui permettra de se distancier par rapport au Tiers Etat. La première méthode est ardemment protégée par les Cours judiciaires et les officiers du fisc draconiens dans leurs décisions_ qui contestent la noblesse frauduleusement acquise afin de faire rentrer l'impôt Cela conduit souvent à estimer que les particuliers souhaitent devenir nobles afin d'être exemptés de toutes taxes ; or, nous avons vu qu'en Languedoc, les nobles pouvaient aussi être amenés à payer la taille. Ce n'est donc pas vraiment une question d'argent, mais un honneur, une façon de se situer ; comme l'on se dit "probe, prud'homme, discret, sage, honorable, vénérable, excellent", on souhaite être "noble". Chacun se place dans la hiérarchie qui lui permet de s'imposer aux autres, de contracter des alliances, d'exiger la reconnaissance et le respect par le simple usage d'une terminologie. Dans les faits, peu importe l'extraction prétendue noble ; nul n'est dupe et la différence saute immédiatement aux yeux, entre celui dont les ancêtres ont toujours administré une seigneurie tels les Montrodat ou les Naves_ et le nouveau venu ; l'essentiel est de marquer son intégration à la classe des dirigeants, et nous ne sommes plus très loin d'une société aristocratique plutôt que nobiliaire188.

79Comparer la situation de l'application du droit écrit dans le midi de la France avec celle des règles de dérogeance paraît raisonnable. Le droit, supposé strict, subit toutes sortes de contradictions en raison de la pratique notariale et des réalités régionales. Le concept nobiliaire, théoriquement pris dans un carcan rigoureux, s'adapte finalement à la vie quotidienne des provinces, et le Gévaudan n'échappe pas à ce processus. Les notables du pays imposent les limites selon lesquelles se fixe la possibilité d'être ou de ne pas être noble, et ce sont bien la façon de vivre de l’intéressé et sa renommée qui conditionnent l'acceptation de son état par les autres et qui règlent la question. De plus, les contestations s'élèvent généralement à la demande des représentants des paroisses qui veulent faire payer l’impôt à une plus large partie de la population afin de réduire la quote-part de chacun_, ou sur poursuite des officiers locaux. Les gens de la Cour des Aides de Montpellier ou des parlements n'interviennent souvent qu'après avoir été saisis par les parties et ils ont rarement l'occasion de découvrir personnellement les usurpations sur le terrain. Or, qui sont les responsables des villes ? Qui détient les grands offices locaux ? Ce sont principalement les usurpateurs ou leurs alliés. Pourquoi Guillaume et Jehan Monbel, juges de la Cour commune du Gévaudan pendant soixante ans, iraient-ils eux-mêmes dénoncer une pratique dont ils profitent, au risque de se voir à leur tour attaqués !

  • 189 Burguiere (A.), "La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France (...)

80L'ouverture de la noblesse demeure donc très grande, contrairement aux XVIIe et XVIIIe siècles. Nous sommes à ce sujet en légère opposition avec André Burguière qui déclare, à propos de l'époque moderne : "la qualité nobiliaire soumise à cette double instance de légitimation celle de l'expert compétent, mais aussi patenté, et celle de la volonté royale_ échappe désormais à l'autorité traditionnelle qui était la plus difficile à circonvenir : la renommée, l'attestation de ses pairs et de la mémoire collective"189. En fait, nous estimons plus commode pour le noble de faire accepter localement sa noblesse _en raison de ses alliances matrimoniales, de ses affinités, de ses amitiés, des services rendus, des offices détenus et de sa richesse_ à ses pairs, qui préféreront le dire noble afin de se rehausser eux-mêmes. Ainsi, le petit seigneur qui donne sa fille à un riche marchand a-t-il plus d'intérêts à reconnaître la qualité nobiliaire de son gendre qu'à la nier. En outre, les amis du seigneur, même s'ils ne sont pas enthousiastes, ne voudront pas entrer en conflit avec lui à propos d'un homme dont l'extraction n’est pas si importante dans la mesure où il vit noblement, respectueux des usages. D'où vient la différence d’analyse avec André Burguière ? L'abus, au Moyen Age, résulte justement de la facilité avec laquelle un homme peut s'imposer à son entourage. Il n'y a pas de trace de corruption mais seulement la reconnaissance acquise sur le terrain par un homme entreprenant. Et le barrage du jugement des pairs n'est pas aussi solide qu'André Burguière a pu le croire, du moins dans des provinces comme le Gévaudan où beaucoup de petits hobereaux vivent plus chichement que les grands bourgeois qui détiennent les offices judiciaires. En revanche, dès l'époque de Louis XIV _qui lança les grandes enquêtes de vérification de noblesse, sous les auspices de ses experts en généalogie_ l'usurpation par la renommée reconnue par les autres nobles avec lesquels le postulant s'avère apparenté à un degré plus ou moins lâche n'est plus possible, mais celle de la corruption active l'est et peut, elle, permettre à un prétendant de franchir le barrage éventuellement opposé par les notables locaux. C'est en cela que l'usurpation peut sembler plus facile au XVIIe siècle.

  • 190 Cubells (M), "Usurpations de noblesse en Provence", Provence historique, 81, 1970, p. 224-301, cité(...)

81Les familles en pleine ascension sont donc nombreuses et le phénomène conservera toute son importance au XVIe siècle ; peut-être son intensité augmentera-t-elle encore. Georges Huppert cite Monique Cubells qui affirme à propos de la noblesse provençale du XVIIIe siècle : "il est incontestable qu'à peu près toute la noblesse de Provence (...) doit son exode de la roture ou bourgeoisie, à partir du commencement du XVe siècle, à une situation acquise par le négoce". Et sur quatre cent trente-neuf familles examinées, trente-trois seulement étaient nobles vers 1400, tandis que deux cent vingt parvinrent à la noblesse entre 1550 et 1563190.

  • 191 Armorial du Gévaudan, p. 398-399, 595-596.
  • 192 Consulter le tableau généalogique de la famille Corsac, en annexe.
  • 193 G. 1387/1, 1401/124, 1402/39.

82Nous ne disposons pas de travaux analogues sur le Gévaudan, mais une brève lecture de l'armorial du Gévaudan démontre que beaucoup de maisons nobles du XVIIIe siècle étaient roturières à la fin du Moyen Age. De plus, certaines familles usurpatrices subirent positivement les contrôles de M. de Bezons, intendant du Languedoc en 1668. Ainsi, Jean-Louis de Mercier de Malaval, seigneur de Chaudeyrac et d'autres lieux fournit-il les preuves requises de quatre degrés jusqu'à Pierre de Mercier, seigneur de Burguière et de Malaval qui testa le 6 janvier 1519, dors que Charles de Chapelain, seigneur de Felgeirolles et d'autres lieux, attesta sa noblesse en 1669, sur cinq degrés, depuis Anthoine Chapelain, seigneur de Puecheiral et Gilote Mathieu, mariés le 3 juillet 1503191. Or, nous avons déjà rencontré Anthoine Chapelain et Gilote Mathieu, tous deux roturiers, même s'ils appartiennent à la bonne bourgeoisie et même si le frère et homonyme d'Anthoine se marie avec une fille de la noblesse et en profite pour se dire noble192. Pour leur part, les Mercier descendent de maître Pierre Mercier, juriste de Marvejols, propriétaire de la borie de Burguière quand il marie sa fille, Valence, avec Pierre Pelhicier, le 19 novembre 1417, les fils de Pierre étant, l'un trésorier du monastère Saint-Sauveur d'Aniane, l'autre marchand à Saint-Flour et à Mende193.

83La bourgeoisie de la fin du Moyen Age se situe donc dans une position extrêmement favorable. Comment en serait-il autrement dans un pays où les nobles sont assujettis à la taille, ont le droit de commercer, de se dire marchands et bourgeois ? Les riches roturiers se mêlent commodément aux petits nobles, vivent avec eux et adoptent leurs usages. En réalité, la noblesse apparaît bien plus comme un "art de vivre", et ceux qui ne l'ont pas encore usurpée préparent la voie à leurs descendants du XVIe siècle qui présenteront des contrats de mariage fourmillant d'épithètes nobiliaires.

Notes

1 Les termes les plus utilisés sont probus, providus, prudens, honestus, honestus juvenis, discrelus, sapiens, honorabilis, venerabilis, circumspectus, magnus, egregius, honorandus, magisler, mercator, burgens et civis ; encore laissons-nous de côté les épithètes réservées aux nobles.

2 Le tailleur Vital Réversac en 1457, l'argentier Jehan Bodet en 1459, le forgeron Pierre Maynier en 1462, le sergent Colin Boet en 1471, l'hôtelier Pierre de Monteilh en 1472, le barbier Pierre Augier en 1466 (3E.2665/122v°, 2889/131, 2890/97v°, 2892/9v°, 2897/206, G. 1423/1).

3 3E.2895/82v°, G. 1401/27. A propos de ces personnages, consulter la généalogie des Ferrier, en annexe.

4 Les tisserands Guillaume Fagie en 1470, Jacques Malassanha en 1476 (3E611/109, 2896/63), peigneur de laine Anthoine Gaus en 1473, et brassier Jehan Girios en 1476 (3E.1086/65, 2665/214,286v°).

5 3E.2665/192v°.

6 3E.718/256v°, 2890/38v°, G.1388/66, G. 1418/292.

7 G.1413/7v°, 3E.2895/181, 1477/87.

8 Ferri (G.1411/97v°), Seguin (G. 1400/1), des notaires (3E.2889/8v°, 2893/105v°).

9 le fustier Jehan Albaret, en 1466, le marchand Jehan Albi, en 1455, le capitaine Michel Del Senhor, en 1467, le bailli Guillaume Mercier, en 1449, les notaires Guillaume Fournier, en 1454, Guilhabert Jalvin en 1466, les bouchers Guigon et Jehan Brun, père et fils, les apothicaires Gitbert Jausion, en 1454, Jacques Malel, en 1439 (3E.2884/130v°, 2894/40, 2901/140, G..1395/54, 1396/30, 1411/41, 1412/3, 1413/142).

10 3E.2668/118.

11 Le barbier Pierre Adatgier en 1451, l'hôtelier Jaucelin Bedossan en 1463, l'argentier Guillaume Astruc en 1439, les notaires Mathieu Chaylet en 1418, Guillaume Barrai en 1421, Jehan Chabrit en 1464, Jehan Agasse en 1500, le forgeron Gitbert Bonier en 1470, le juriste Jehan Destrictis en 1480 (G.1378/98v°, 1394/80v°, 1411/82, 1412/185, 1426/126, 3E.2665/38, 2674/15v°, 2781/99, 5045/16v°).

12 Anthoine de Lizieus, diacre en 1452, Jacques Broe, acolyte en 1476, Anthoine Barro, clerc en 1478, Jacques Brolhet, chorier de la cathédrale en 1481 (3E.2884/186v°, 1419/15v°, 1422/141v°, 1431/111).

13 3E.2779/11.

14 3E.2010/16v°, 2884/272, G.1411/41, 1412/185.

15 Ramadier (3E.2665/24v°, 51), Liège (G. 1418/138).

16 2889/198v°. Le qualificatif vénérable est souvent accompagné d'un autre.

17 3E.2885/110, G.1414/122v°

18 Pour une période plus tardive (XVIe-XVIIe siècles), Georges Huppert stipule que les marchands enrichis sont qualifiés honorables hommes. Il ajoute que leurs fils "se heurtent à la quasi-impossibilité de rejoindre l'élite, en dépit de leurs titres universitaires et honorifiques" : Bourgeois et gentilshommes. La réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, 1983, p. 33 ; citant Couturier (M.), Recherches sur les structures sociales de Châteaudun, 1525-1789, Paris, 1969).

19 Egregius et honorandus (3E. 1086/15).

20 Ces qualificatifs démontrent que les hommes du Moyen Age prêtent des qualités morales aux individus en fonction de leur place dans la société.

21 "Magister" précède le nom de l'intéressé, contrairement à "mercator", "civis" et "burgens" qui le suivent.

22 Girard (G.1417/83v°), Gaspard (G. 1396/34v°, 79, 1404/153, 1407/23v°), Chapelle (G.1418/205).

23 Les tisserands Bernard Astier, en 1428, et Jehan Jaucelin, en 1466 (3E.1708/6v°, 2885/58), les hôteliers Etienne Atrasic, en 1462-1466, et Jehan Couhde en 1460 (3E.2666/57, 58, 73v°, 2884/232), le mercier Jehan Barro en 1444-1457 (G.1401/54v°, 1405/77), le tailleur Bernard Born en 1475 (3E.2898/21 1v°), le chaussetier Jehan de Beaucaire en 1443-1456 (G. 1401/27, 3E.2888/186), le chirurgien Jehan Conques en 1445 (3E.2883/56v°, 85).

24 Maynadier (3E.5045/11, 26v°), Mayrand (E.208, 3E.1586/11v°, G.1407/29v°).

25 Fontaine (L.), "Droit et stratégies : la reproduction des systèmes familiaux dans le Haut-Dauphiné (XVIIe-XVIIIe siècles)", Annales E.S.C., 47e année, n° 6, novembre-décembre 1992, p. 1268-1269.

26 Galtier (3E.5045/43, G. 1374/2, 1390/25. Consulter la généalogie des Valdin), Pelhicier (3E.2665/222, 2885/244. Voir la généalogie des Monbel), Orlhac (3E.5045/18v°, 1708/82).

27 3E. 1089/19, 330, 2668/116, 171, 176v°, 2890/48.

28 Cahors (G.1399/38,1401/5v°), Fontsbesses (G.1407/16).

29 3E.2025/20, 2885/248, G.1399/35, 1431/9v°.

30 3E. 1708/59v°, 2898/164v°, 5045/36, G.1378/29, 1430/32v°.

31 Pelamorgue (1089/179v°, 2673/213v°, 2669/116, G.1416/173v°, 1428/14v°), Toumel (3E.2706/12, 52)

32 Comme le fait Georges Huppert (Bourgeois et Gentilshommes ..., p. 34). Il convient d'utiliser cette terminologie en complément des autres informations, mais jamais de façon isolée et catégorique.

33 G. 1378/86, 1392/16v°, 3E.2670/57, 2884/10,272, 2891/170

34 Bertrand (G.1391/98v°), Pierre (3E.1086/2, 1087/238, 2044/47, 2665/106v°, 2892/226), Pierre (3E. 2885/249v°, G.1422/53v°), Jehan (G. 1411/100, 1414/75v°), Guidon (3E.2669/116, 2671/82, 2674/67v°).

35 Consulter le chapitre XI, partie II "Tradition et profession", sous-partie A "Les artisans".

36 Consulter les mêmes chapitre et partie, sous-partie B "Les professions libérales".

37 Consulter en annexe le tableau généalogique des Atger, famille roturière.

38 Pour simplifier, nous ne donnerons que les principales références d'actes : 3E.718/93, 1086/174v°, 1087/90v°, 2674/19v°, 2889/124v°, 2892/164v°,165v°, 2895/22v°, 2897/82, 2898/92, G.1396/189v°.

39 G.1395/35v°, 1403/61,63, 3E.1586/48,2892/226.

40 3E. 1477/32, 2884/149v°, 158, 2896/142, 3137/41, 70v°, 5045/2.

41 G. 1412/74, 81v°, 3E.2892/226.

42 Dravasa (E.), "Vivre noblement, recherche sur la dérogeance de noblesse du XIVe au XVIe siècle", R.H.D.F.E., Paris, 1965-1966, p. 168.

43 G. 1422/36v°bis, 3E.2033/160v°, 2673/270.

44 3E. 1954/24v°, G. 1378/24, 1388/53, G. 1392/4. Voir la généalogie des Robin.

45 Guillaume 1° (3E. 1477/3/1, G.1407/16, 1413/76v°, 79v°), II (G.1387/3, 1391/121, 1393/22, 1402/171).

46 "Les officiers royaux ...", p. 306.

47 3E. 1576/86.

48 Pour mémoire, consulter leur généalogie en annexe.

49 Coulet (N.), Quelques aspects du milieu médical en Provence au bas Moyen Age", "Vie privée et ordre public à la fin du Moyen Age. Etudes sur Manosque, la Provence et le Piémont (1250-1450), Aix, 1987, p. 128.

50 3E.1476/33v°, 2673/270, 2884/158, G.1400/1, 1405/21v°.

51 Consulter en annexe les tableaux généalogiques des familles Garsin et Malel.

52 3E.2888/101v°.

53 Maurice (Ph), "Les officiers royaux du bailliage de Marvejols à la fin du Moyen Age", Revue Historique, n° 582, avril-juin 1992, p. 305.

54 Petit (3E.2900/87v°), Salvanhac ("Les officiers royaux ...", p. 305), Grèze (3E.1117/44 v°. "Les officiers royaux...", p. 307), Girard (G. 1403/47v°).

55 Codonh (3E.2779/24v°, 2782/40), Enjalvin (3E.2668/181v°, 2673/122 ; voir généalogie des Brun).

56 ''Vivre noblement ...", p. 8, 16.

57 Au Moyen Age, la théorie juridique résulte des chartes et des arrêts des parlements, et il faut attendre le XVIe siècle pour qu'André Tiraqueau (1488-1558) et Loyseau (1564-1627) rédigent des traités, parfois en désaccord, qui peuvent permettre d'uniformiser la situation.

58 Ibid, p. 26.

59 La crise d'une société. Seigneurs et paysans du Bordelais pendant la guerre de Cent Ans, Paris, 1963, p. 82.

60 Caron (M.T.), La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Lille, 1987, p. 42.

61 Ibid, p. 23.

62 Ibid, p. 39-41, 47.

63 Ibid, p. 44.

64 "Vivre noblement ...", p. 39-40.

65 Bacquet (J.), raité des droits de Francs-fiefs, de Nouveaux Acquêts d'Anoblissements et d'Amortissements, chapitre ΧΧΙII, p. 361, 1ère colonne, t. II des Oeuvres de Me Jean Bacquet ... augmentées de plusieurs questions, décisions, et arrêts des Cours souveraines de France, (1582), par Claude Ferriere, Lyon, 1744, cité par Dravasa(e.), "Vivre noblement ...", p. 24.

66 Thieriuat (F. de), écuyer et seigneur de Lochepierre, Trois traictez, Paris, 1606, cité par Huppert (G), Bourgeois et gentilshommes ..., p. 18, 28.

67 La crise d'une société..., p. 94, 156, 160.

68 Estebe (J.), "La bourgeoisie marchande et la Terre à Toulouse au XVIe siècle", Annales du Midi, 76, 1964, p. 457-467, cité par Huppert (G.), Bourgeois et gentislhommes ..., p. 58.

69 La noblesse dans le duché de Bourgogne..., p. 244.

70 G. 1403/83. Yzam Teinturier fut anobli en juin 1407 (Wolff, Ph., Le Languedoc et le Rouergue dans le trésor des chartes, Paris, 1983, article 3368).

71 Corsac (G.1392/16v°, 1414/143), Alamand (3E.1089/48v°, 49, 2274/10vo, 2666/145v° G 1391/50 1395/30, 1403/83, 1411/19), Salayron (G.1406/194, 3E.1574/111).

72 Des médecins sont nobles en Provence ("Quelques aspects du milieu médical ...", p. 128), et André Tiraqueau considère la médecine comme un art des plus nobles ("Vivre noblement ...", p. 161).

73 Jehan Montanhac senior (E.208, 3E.2886/83v°, 2887/4, 2889/67v°, 2895/154v°, G.1405/65v° 1410/102, 1415/59), Jehan junior (E.213, 3E.1089/21 1v°, 2666/100, G. 1414/122 v°).

74 G. 1418/143, 154, 1431/161v°.

75 3E. 1089/177, 2671/53v°, 2898/70v°.

76 3E.1476/33v°,2883/139,2884/6v°, 11v°, 12v°, 14v°,2888/24v°,G.1395/109.

77 "Vivre noblementp. 25, 103, 105, 107, 108, 111, 114.

78 Zeller (G.), " Louis XI, la noblesse et la marchandise", Annales E.S.C., 1946, p. 336.

79 "Vivre noblement...", p. 117.-118.

80 Meyer (J.), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1985.

81 "Vivre noblement...", p. 47.

82 La crise d'une société.... p. 373.

83 Castellani (G.1422/80,150), Falcon (G. 1402/164v°).

84 Au début du XIVe siècle, des chevaliers nommés Atger vivent à Mende.

85 3E.1477/14v°, 1708/64v°, 1710/54v°, 56,2889/8v°, 2890/93, 2894/155, G.1378/41v°, 1388/6v°.

86 3E.2883/33,2891/137v°, G.1413/35.

87 "Vivre noblement...", p. 87.

88 Cela démontre que Louis XI n'innove pas en la matière et que la coutume languedocienne, au moins gabalitaine, astreignait déjà certains nobles à la taille.

89 G. 1409/84-88.

90 L'acte ne lui reconnaît qu'un baccalauréat, mais de nombreux documents citent une licence dès 1441.

91 G. 1398/134, 3E.225/35, 2674/67v°, 2668/128v°, 2669/13v°, 2895/10vo.

92 Les clauses du compromis sont ignorées car l'acte ne fait que désigner les arbitres (3E. 1087/141).

93 3E.2902/53v°, 63.

94 F. 618. Lescure (Vcte de) Armorial du Gévaudan, Lyon, 1929, réédité à Marseille, 1979, p. 186. Boullier de Branche (H.), Feuda gabalorum, Nîmes, 1949, tome II, 2e partie, p. 40.

95 Nous corrigerons deux erreurs de Lescure. Le mari d'Hélix de Cadoëne se nomme Jehan de Naves (3E.2884/8,9, 2901/1, G.1418/62). Il y eut deux Guillaume de Cadoëne, et non un. Le premier, mort avant 1443, avait épousé Dulcie de Coudoules (G. 1419/62, 3E.2884/8). Le second agit comme coseigneur de Barre de 1443 à 1445 (3E.2018/60v°, 2017/155). Ce Guillaume II, chevalier dès 1469 (3E.2041/2), est le père de Raymond qui transige, en 1481, avec son cousin Guillaume de Naves (G. 1419/62).

96 G. 1402/143.

97 Naudette (3E.2665/158v°, 2668/188v°, 2884/9, 2898/197), Pierre (E.134, 3E.1708/82, 5045/18v° F.618, G. 1369/8, 1391/118), Naves (3E.2902/74, 76v°, 79v°, 81v°, 95v°, G.1388/82v°, 3E.2898/197).

98 La crise d'une société..., p. 82.

99 Feuda gabalorum, tome II, 1ère partie, p. 233-236. FAGES (E), "Le syndicat à Marvejols, 1307-1366", Archives gévaudanaises, t. I, 1906-1909, p. 162. Il est possible qu'il y eût trois Guillaume successifs, et non deux, le fils de Saura serait alors le père de celui de 1357.

100 Arch. Nation. JJ.68-346-482. 3E.901/15, 32, 38, 99, 1741/6v°.

101 Notre étude : "Les officiers royaux du bailliage de Marvejols à la fin du Moyen Age", Revue historique, n° 582, avril-juin 1992, p. 304.

102 Jehan Ebrard ΙII meurt entre 1461 et 1468.

103 Voir généalogie des Jourdan. Agnès (3E. 1711/120), Jehan (G. 1383, 1409/147v°, 3E.625/170).

104 Consulter l'annexe "Liste des Syndics". Poree (C.), "Le consulat et l'administration municipale de Mende", Archives Gévaudanaises, 1898-1901, p. XLII.

105 3E.61 l/86v°, 625/170, 2665/95v°, G. 1421/97.

106 3E.2669/196, 2670/78v°, 2671/57, 2673/21 lv°, 2926/196, 283v°.

107 3E.2665/263, 2670/116v°, 2671/156-feuillet intercalé, 2673/41v°, 192, 2673/211v°, 270. Les Feuda gabalorum mentionnent des Jourdan, nobles, qui possèdent la seigneurie de Pelouse, dès les XIIIe et XIVe siècles (p. 165). Rien ne permet de relier les marchands anoblis au XVe siècle et les nobles du XIVe.

108 Bourgeois et gentilshommes ..., p. 32.

109 Ourliac (P.), "C.R. des deux ouvrages de M. Bloch. La société féodale, t. I. La formation des liens de dépendances, t. II. Les classes et le gouvernement des hommes", Bibliothèque de l'Ecole des chartes, t. 102, 1941, p. 218, cité "Vivre noblement ...", p. 48.

110 3E. 1089/130.

111 A propos de cette famille, consulter notre étude "Un exemple d'organisation municipale au XVe siècle : le syndicat de Chirac", Annales du Midi, tome 105, n° 202, avril-juin 1993, p. 183-208.

112 Consulter la généalogie de cette famille en annexe (3E.1708/64v°, G.1378/101v°, 122).

113 La particule n'accompagne pas toujours le patronyme de cette famille.

114 3E. 1477/2/47,2892/145, G.1397/112, 1405/14.

115 L'origine de cette famille est donnée dans plusieurs actes concernant Raymond Salayron et datant de l'époque où ce dernier résidait à Marvejols (3E.902/38, 66, par exemple).

116 Barbot (M.), Médecins, chirurgiens et apothicaires mendois, des origines au XXe siècle, p.47-53. Costecalde (L.), "Mentalité Gévaudanaise, au Moyen Age, d'après divers testaments inédits du XIIIe, du XIVe et du XVe siècle", Bulletin trimestriel de la société des lettres, sciences et arts de la Lozère, Chroniques et mélanges, 3e-4e trimestres 1925, p. 197. Wickersheimer (E.), Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Age, Paris, 1936.

117 G.2243.

118 Dès 1360, et jusqu'à la fin de sa vie, Raymond se présente comme "maître en médecine" (3E.901/38). Mais il lui arrive de se dire "professeur en médecine", comme dans un acte de 1390 (3E.902/151). Contrairement à ce qu'affirme Marcel Barbot, Raymond Salayron n'a jamais vécu à Mende. L'erreur de cet auteur provient du fait que le médecin possédait des biens dans cette ville.

119 3E.901/38.

120 Médecins ..., p. 48-49, 51.

121 Arch. départ. Aveyron, Inventaire de la série DL cote 329. En 1380, Raymond déclare tenir du seigneur de Peyre six setiers de céréales sur le mas de Bastide (Antrenas), dix autres setiers et vingt-cinq sous, sur les paroisses de La Chaze, Bessons, Aumont, et autres lieux de la terre de Peyre (3E.902/176).

122 3E.902/17-1, 66-66v°, 145v°, 146, 163, 163v°, et feuillets non numérotés.

123 3E.902/38, 39,42, 43, 47, 48, 51-1, 53v°-2.

124 En fait, la noblesse des Fabri est usurpée. Guillaume Ier, le père, est le mari de noble Agnès Atger, fille et petite-fille des chevaliers Pierre et Etienne Atger. Guillaume Fabri Ier obtint des lettres royales, datées de février 1338, qui lui confirmaient la possession des acquêts nobles réalisés par son père à Nogaret, Saint-Germain-du-Teil, Estables, Montjézieu, Barjac et autres lieux du Gévaudan et du Rouergue (Arch. nation. JJ.68-17-10v°). Guillaume s'est donc tacitement anobli.

125 3E.902/102, 105v°, 132-135, 136, 137v°.

126 3E. 1743/4, 5.

127 3E. 1557/60v°, 68v°, 110v°.

128 3E. 1559/135, 2278/16v°, 2279/34v°, 40v°, A.D. Bouches-du-Rhône, 56H.2747/146v°.

129 G. 1372/39.

130 3E. 1559/135.

131 3E.2014/56v°, 2275/82, G. 1409/1, G.2000.

132 3E. 1568/95v°, 2025/7-15, 2026/23v°, G. 1402/178v°.

133 G.1405/105, 1406/194, E.204, 3E. 1574/77.

134 3E.2017/129, 140, 2024/186.

135 3E.2017/140, 153, 2018/60v°, 2024/182v°, 2025/61,2027/187.

136 3E.2017/85, 2025/33, 2027/112.

137 3E.2024/115, 2025/20, 2028/163.

138 Le vicomte de Lescure a confondu cette famille avec les Pélissier, dits de Saint-Férréol, originaires du Dauphiné (Armorial du Gévaudan, p.679). Les deux familles n'ont rien de commun. De même, le lecteur ne devra pas confondre ces Pelhicier avec ceux de Mende.

139 3E.2010/1v°, 24,2012/42,2018/41,2024/115,2025/56v°, 2027/52,2028/167v°.

140 3E.2027/52, 2037/27.

141 Seul l'intitulé de cet acte a été conservé (3E.2028/167v°).

142 3E.2042/25v°.

143 3E.2042/14v°, 26, 146bis, 2044/9, 20.

144 3E.2014/267v°, 2025/20,2029/112, 2033/284, 2042/146bis, 2044/20, 59.

145 3E.2045/195v°, 212v°, 2668/236, 2670/21.

146 3E. 1563/98, 2279/14, 37v°, G. 1397/1, 1401/131, Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, 56H.2747/79v°.

147 Armorial du Gévaudan, p. 679.

148 3E.1567/78v°.

149 Ibid, p. 679.

150 G. 1401/131, 1409/25v°, 3E.1571/128, 1572/45, 1576/80v°.

151 G. 1411/23v°, 1414/129v°, 3E. 1087/101 v°, 1576/176v°, 2669/116.

152 La création d'une noblesse imaginaire à partir d'un défunt a été observée avec Naudette d'Orlhac qui prétend que son père était noble, afin de conforter sa propre origine, alors que ce dernier était roturier.

153 3E.44/151v°, 1569/89v°, G. 1416/189.

154 "un exemple d'organisation municipale...", p. 206-207.

155 126B-1/14, 3E. 1558/2v°, 2014/56v°, 2278/27. Arch. Segr. Vatic. RS.57/163v°, 82/23.

156 3E.2883/139. Voir en annexe le tableau généalogique des familles Atger-Bressoles.

157 G. 1419/189, 3E.1086/28v°, 1569/89v°, 2883/139.

158 Il s’agit de Clermont-l'Hérault, dans l'actuel département de l'Hérault.

159 G. 1388/90v°, 1409/136, 1411/88, 3E.1477/70, 1709/52v°.

160 G.1411/88, 91, 132, 1412/23v°, 1417/34, 3E.1089/70v°, 231v°, 2668/221v°, 2891/13, 2895/190v°, 2897/103v°, 2898/21 1v°, 2900/36.

161 Consulter en annexe le tableau généalogique de cette famille.

162 Armorial du Gévaudan, p. 339-340.

163 André de Budos, père de Thibaud, surnommé le "Fléau des Anglais", fut chambellan de Charles VII.

164 3E. 1477/48, 3/18v°, 20, 26, 2886/80, 2902/76v°

165 3E. 1477/49, 78, 3/25,2887/131v°.

166 E.423, 3E.2706/167v°, 229v°, 2898/39.

167 G. 1378/122, 1388/136, 3E.1712/40v°.

168 G.141 l/130v°, 1414/143, 1422/28, 3E.61 l/81v°, 139, 2669/147.

169 Raymond est mort en 1454, année où il fixe son lieu de sépulture et moment où son frère est cotuteur de François II (H.215, 3E.1477/76v°). Or, en 1470, lors du contrat de mariage d'Isabelle Monbel, François est âgé de quatorze à vingt-cinq ans (G. 1414/143), de plus, en 1466, il est majeur de onze ans, mineur de vingt-cinq (3E.2893/171 v°). François serait donc né vers 1454-1455.

170 3E.2706/167v°.

171 E.423, 3E.611/139, 2671/117,133, G.1411/130v°.

172 3E. 1088/14, 2889/62v°, G. 1387/1, 1402/166, 1405/14.

173 3E.2028/178, 2033/300, 2041/2, 2044/9, 106v°.

174 3E.2029/152, 212, 2033/198v°, 300, 2044/157, 2045/20, 208, 2669/151v°, 2671/6, 133, 2669/194, 2670/178,2673/86v°.

175 3E.2671/82, 2674/67v° Armorial du Gévaudan, p. 622.

176 Voir en annexe le tableau généalogique de cette famille.

177 3E.718/148, 1086/99v°, 2883/111v°, 2889/81, 161v°, 2896/175v°, 5045/42v°.

178 3E. 1709/29,2889/161v°, 2894/125v°, 2896/160,2897/174, 5045/50, G.1411/108, 1418/159v°.

179 3E.2665/32,2894/125v°, 2896/118, 2899/6, G.1419/117v°.

180 G. 1388/1, 56, 1394/98v°, 99, 99v°, 3E.1709/29, 5045/43.

181 Elle se remaria avec Jehan Sarrazin, seigneur de Chambonnet et de Ligeac.

182 3E.718/148, 2893/18v°, G.1388/1, 1389/68.

183 3E.2883/157, 2899/111v°, G.1404/22v°.

184 G. 1414/63v°.

185 3E.2670/154.

186 Voir en annexe le tableau généalogique de la famille Corsac.

187 Cet homme est le frère de Claude, mariée à Guillaume Robin, en 1443. Son père, Guillaume, et son frère, Aldebert, furent également marchands (G. 1393/22, 1407/16, 1412/123, 1418/61, 3E.44/55v°, 142, 3E.625/45, 88, 2897/45v°).

188 Nous ne sommes guère plus en présence d'une "gentry" retirée dans des fiefs ruraux car beaucoup de ces "anoblis" restent en ville et participent aux activités urbaines.

189 Burguiere (A.), "La mémoire familiale du bourgeois gentilhomme : généalogies domestiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècles", Annales E.S.C., 46e année, no 4, juillet-août 1991, p. 775.

190 Cubells (M), "Usurpations de noblesse en Provence", Provence historique, 81, 1970, p. 224-301, cité Bourgeois et gentilshommes..., p. 14.

191 Armorial du Gévaudan, p. 398-399, 595-596.

192 Consulter le tableau généalogique de la famille Corsac, en annexe.

193 G. 1387/1, 1401/124, 1402/39.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.