Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Les frontières mouvantes du royaume vandale

Yves Modéran

Texte intégral

  • 1 Procope, Guerre vandale, I, 25, 4-5, trad. D. Roques, Paris, 1990.
  • 2 En faisant cette remarque, nous songeons naturellement à l’hypothèse plusieurs fois formulée par F (...)
  • 3 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, en particulier p. 256-259.
  • 4 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 184.
  • 5 C. Courtois, ibid. p. 171-185.

1Dans un passage célèbre et souvent cité de La Guerre Vandale, Procope raconte que vers le mois d’octobre ou de novembre 533, peu après sa première victoire sur Gélimer, Bélisaire rencontra un certain nombre de chefs maures qui « demandèrent que, conformément à l’ancienne tradition, il leur expédiât les insignes de leur autorité. Une tradition voulait en effet que personne, fût-ce un ennemi des Romains, ne commandât à des Maures avant d’avoir reçu de l’empereur des Romains les marques distinctives de son autorité. Or, à la vérité, les chefs des Maures avaient déjà obtenu ces insignes des Vandales, mais dans leur esprit l’autorité qu’ils avaient n’était pas solide1. » Cette pratique d’investiture et de remise d’insignes à des chefs indigènes reconnaissant la souveraineté romaine est bien attestée en Afrique comme en d’autres provinces. Le témoignage de Procope, qui accompagnait Bélisaire en 533, établit que les rois vandales l’avaient reprise à leur compte vis-à-vis des Berbères, affirmant par là leur prétention à succéder à l’empereur. Le geste consistant à investir des princes vassaux ou clients était en effet, par excellence, un des signes de la souveraineté impériale, et cet aspect de la politique des Hasdings est assurément un bon indice de l’indépendance réelle qu’ils avaient acquise après la prise de Carthage en 4392. Mais c’est surtout une des plus belles illustrations d’un phénomène que C. Courtois avait clairement mis en valeur dans sa grande thèse de 1955 : en bien des aspects de la vie politique ou administrative, le royaume vandale s’était inscrit dans la continuité du Bas-Empire3. Cependant, Courtois considérait qu’il était un domaine où cette continuité ne pouvait être constatée : les rois vandales n’avaient pas respecté l’héritage territorial de l’Empire, en ne gouvernant qu’une partie seulement de l’Afrique romaine. Il y avait même là à ses yeux une véritable rupture, source d’une originalité remarquable dans l’Occident des Ve et VIe siècles : « Il semble, notait-il, qu’une impulsion irraisonnée ait poussé les peuples germaniques installés dans les provinces de l’Occident romain à s’appliquer aux grands ensembles géographiques dans lesquels ils s’étaient introduits. Théodoric a réalisé une Italie ostrogothique. Les Wisigoths ont éliminé leurs rivaux suèves, pour unifier territorialement la péninsule. Les Francs n’ont eu de cesse que d’achever la conquête de la Gaule, si largement ébauchée par Clovis. Les Vandales, seuls, n’ont pas eu pour objet l’annexion totale du pays qu’ils occupaient4. » Courtois dégageait cette conclusion d’une minutieuse étude de l’histoire des frontières vandales en Afrique, qu’il avait résumée par la carte reproduite ici (carte 1). Définitivement établi en 442 lors du traité avec Valentinien III, le royaume des Hasdings se réduisait, selon lui, à deux anciennes provinces dans leur intégralité, la Proconsulaire et la Byzacène, et à deux autres provinces partiellement occupées : la Numidie jusqu’à une ligne Hippone-Cirta-Thabudeos vers l’ouest, et le Tripolitaine jusqu’à Oea vers l’est5. Délaissant la Numidie occidentale et les Maurétanies, l’Etat vandale s’était au contraire, selon Courtois, tourné vers la mer, vers les îles, pour constituer un « empire du blé » qui aurait été le véritable « secret de Genséric ».

  • 6 Seul N. Duval a pris nettement position lors d’un colloque de 1994 en notant : « les cartes [de Co (...)
  • 7 Cf. Y. Modéran, « L’Afrique et la persécution vandale » dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Va (...)

2Cette interprétation, avec la carte de l’Afrique vandale qui l’accompagnait, a souvent été reprise depuis 1955, et elle n’a, hormis quelques rectifications de détails, que rarement fait l’objet de remarques critiques, alors même que bien des chapitres du livre de Courtois étaient radicalement remis en question6. Or, un réexamen récent du dossier de la persécution vandale, entrepris pour une autre recherche7, m’a fortuitement amené à découvrir une série d’anomalies dans les raisonnements du grand historien, qui sont à l’origine du présent article : de vérifications en vérifications, c’est finalement une nouvelle histoire des frontières africaines sous Genséric et ses successeurs qui s’est peu à peu esquissée et a naturellement trouvé sa place dans notre colloque. Certes, on le verra, tous les problèmes ne sont pas résolus, mais cet article voudrait surtout montrer, sans aucune volonté d’irrespect vis-à-vis de la mémoire de Christian Courtois, qu’en ce domaine aussi son livre appelle désormais de sérieuses révisions.

Carte 1 : L’Etat vandale après 455 selon Chr. Courtois (Les Vandales et l'Afrique, p. 182. Carte simplifiée).

  • 8 C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, p. 169-70 et carte p. 172. La chronique de Prosper Tiro in (...)
  • 9 Les principales sources sur les termes politiques de ce traité sont la chronique de Prosper Tiro ( (...)
  • 10 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13, éd. C. Halm, MGH.AA, t. III, 1
  • 11 C’est le cas d’A. Chastagnol qui, en se fondant sur le texte de Victor de Vita et sur un passage d (...)
  • 12 Pour l’Abaritana, cf. C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 36 note 101. Pour (...)
  • 13 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et Byzantine » dans Byzan (...)
  • 14 J. Desanges, ibid., 1963, p. 50-51, et 1995, p. 99.
  • 15 Victor de Vita, I, 23. La date de ces exils se déduit d’une indication du paragraphe suivant : « a (...)

3Genséric, après le débarquement de mai 429 en Maurétanie Tingitane, et la longue marche dévastatrice vers l’est, avait obtenu en 435 un premier traité de l’Empire. Cet accord, signé à Hippone, lui concédait, encore à titre de fédéré, un ensemble territorial couvrant une partie des Maurétanies, de la Numidie et de la Proconsulaire occidentale, au moins entre une ligne Hippone-Calama à l’est et Sitifis à l’ouest puisque, comme Courtois l’a judicieusement noté, les évêques de ces deux dernières cités furent exilés en 437, ce qui implique que leurs sièges se trouvaient alors sur le territoire administré par Genséric8. Mais le traité d’Hippone ne fut appliqué que peu de temps : à l’automne 439, à la surprise des Romains, les Vandales reprirent les hostilités et ils s’emparèrent alors, en quelques semaines, de toute la partie orientale de l’Afrique, la plus riche et la plus urbanisée, qu’ils convoitaient de toute évidence depuis le début. Devant ce coup de force, le faible gouvernement de Valentinien III dut s’incliner, et il en résulta en 442 un nouveau traité, qui pour la première fois fixait les termes d’un véritable partage de l’Afrique entre Genséric et l’empereur9. Non plus « fédéré » mais reconnu désormais comme un roi « vassal » ou « client » de l’Empire, le souverain vandale fit accepter son autorité sur un important groupe de provinces ou de régions, dont Victor de Vita nous a conservé la liste : « Il se réserva, écrit le prêtre de Carthage, la Byzacène, l'Abaritana, la Getulia et une partie de la Numidie, et il donna à son armée la Zeugitane ou Proconsulaire », rendant le reste de l’Afrique, c’est-à-dire la Numidie occidentale et les Maurétanies, à l’Empire10. Dans cette liste font évidemment problème l’Abaritana et la Getulia. Certains savants ont estimé qu’il s’agissait réellement de nouvelles provinces créées par Genséric11. En réalité, comme le pensait Courtois, il semble plus probable que Victor de Vita a mêlé ici de véritables provinces et des régions à forte spécificité que l’on avait pris l’habitude d’appeler aussi « provinces ». Le problème le plus délicat est de localiser ces régions. Courtois, sans arguments solides, proposait de placer l’Abaritana en Tripolitaine occidentale, et la Getulia dans la « Byzacène du Sud12 ». Les travaux de J. Desanges ont rendu caduques ces interprétations. Comme ce savant l’a montré par une série d’articles sans cesse enrichie depuis 1963, l’Abaritana correspond très vraisemblablement au massif aurasien, donc à une subdivision de la Numidie13. Il en va de même de la Getulia, souvent évoquée par saint Augustin, qui désignait l’ensemble des plaines et des plateaux situés immédiatement au nord de l’Aurès et des Némenchas14. De toute évidence, ces régions complétaient la pars Numidiae remise au chef vandale, dont la frontière avec l’Empire devait donc suivre un axe essentiellement orienté nord/sud, ou plutôt nord-est/sud-ouest. La novelle XIII de Valentinien III, datée de 445, évoquant les provinces redevenues romaines de « Numidie et Maurétanie Sitifienne » nomme en effet explicitement les cités de Rusicade et Constantina. Comme Courtois, on peut logiquement en déduire que la frontière de 442 passait à l’est de ces villes, mais en prolongeant ensuite le trait en diagonale, pour exclure de l’Empire l’ensemble de l’Aurès. Le problème est plus délicat de l’autre côté. Victor de Vita ne dit pas un mot de la Tripolitaine dans sa présentation du partage de l’Afrique. Pourtant, un peu plus loin dans son récit, en racontant les premières mesures de persécution, il signale l’exil sur décision royale, avant le 24 octobre 454, de deux évêques de cette province : Vincentius de Sabratha et Cresconius d’Oea15. Comme rien n’atteste un changement dans les rapports de Genséric avec l’Empire entre 442 et 455, il semble permis de conclure que dès 442 cette partie de la Tripolitaine était également incluse dans le territoire vandale. Malgré les corrections apportées à l’interprétation des termes Abaritana et Getulia, tout ceci conduit finalement, pour la période 442-455, à une carte très proche de celle tracée par Courtois, en supprimant seulement le point d’interrogation qu’il laissait subsister pour l’Aurès (carte 2).

***

  • 16 Victor de Vita, 1, 13.
  • 17 Cf. par exemple L. Schmidt, Histoire des Vandales, Paris, 1952, p. 104.
  • 18 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 181.
  • 19 Ibid., p. 184.

4L’année 455 marqua un tournant décisif, tant dans l’histoire du royaume vandale que dans celle de l’Empire. Après l’assassinat de Valentinien III le 16 mars, le nouvel empereur Pétrone Maxime rompit un accord complémentaire au traité de 442 et qui prévoyait le mariage d’Hunéric, le fils du roi vandale, à Eudocie, fille de l’empereur. Devant cette décision unilatérale et la mort de l’homme avec qui il avait conclu la paix, Genséric ne se considéra plus lié, et il reprit aussitôt l’offensive. La manifestation la plus dramatique de ce nouvel état de guerre fut la prise et le pillage de Rome en juin 455, avec la capture d’Eudocie et de sa mère. Mais le roi agit aussi en Afrique, en mettant la main sur des territoires qui jusque là lui échappaient. Notre seule source sur cette annexion est un passage de l’œuvre de Victor de Vita, malheureusement excessivement concis : Post [Valentiniani] mortem, totius Africae ambitum obtinuit16. Le mot ambitus est évidemment essentiel, mais quel sens lui donner ? Avant C. Courtois, les historiens lui reconnaissaient en général une signification large, et ils en déduisaient alors une extension de l’autorité vandale à la Numidie occidentale et à l’ensemble des Maurétanies Sitifienne et Césarienne17. C. Courtois a estimé au contraire qu’il fallait retenir un sens restreint, le plus fréquent, et comprendre : « il s’empara de tout le littoral africain », en limitant aussitôt la portée de l’annexion à « quelques points de la côte maurétanienne », et éventuellement à la région de Cirta18. En fait, pour lui, les frontières vandales en Afrique avaient donc très peu été modifiées en 455, et la carte définitive de l’Etat vandale qu’il proposait pour la période 455-533 ne différait guère de celle établie pour les années 442-455 (carte 1) : « tout démontre, concluait-il, que l’Etat vandale est demeuré à peu près identique à lui-même, l’Aurès mis à part, du traité de 442 à la conquête byzantine »19. Cette conclusion ne réglait pas dans son livre un simple problème d’érudition. Elle préparait la longue étude des offensives vandales sur les îles de la Méditerranée occidentale, et une de ses grandes thèses : Genséric avait voulu créer un « empire du blé », fondé sur la partie orientale (la plus fertile) de l’Afrique, la Sicile et la Sardaigne. C’est donc délibérément qu’il avait décidé l’abandon de la Numidie occidentale et des Maurétanies d’un côté, de la Tripolitaine orientale de l’autre, parce que ces régions n’avaient pas une production céréalière suffisante. Or, cette « Afrique abandonnée » ne l’a probablement pas été autant, et aussi vite, que Courtois le croyait.

Carte 2 : Les deux partages entre les Vandales et l’Empire (Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 172).

  • 20 Ibid., p. 174 note 6.
  • 21 Cf. Y. Modéran, « Les premiers raids des tribus sahariennes et la Johannide de Corippus », dans L’ (...)
  • 22 Procope, La Guerre Vandale, I, 6, 9, (même récit, abrégé, dans la Chronique de Théophane (éd. Clas (...)
  • 23 Procope, ibid., I, 10, 22.

5Il faut d’abord rectifier la carte de la Tripolitaine vandale. Courtois, de 442 à 533, la limitait vers l’est à Oea, en affirmant : « il n’y a aucun indice que Leptis Magna en ait jamais dépendu20 ». En fait, comme nous avons déjà eu l’occasion de le montrer, cette affirmation résulte d’une mauvaise interprétation des textes grecs évoquant la Tripolis vandale. Courtois, par un curieux anachronisme, voyait dans ce mot une référence à la cité moderne de Tripoli, l’antique Oea. En réalité, c’est le groupe des « trois cités » qui est ainsi évoqué, Sabratha, Oea et Lepcis Magna, et plus généralement la Tripolitaine entière. Oea n’est devenue Tripoli qu’à l’époque arabe21. Dès lors, il faut revenir aux textes de Procope et de Théophane, et en particulier au récit de la guerre qui opposa dans les années 468-470 Genséric à l’empire d’Orient. Procope indique en effet que parallèlement à l’expédition navale malheureuse de Basiliscos, une armée conduite par le général Hérakléios « avait été envoyée de Byzance dans la Tripolis de Libye. [Celui-ci] avait triomphé militairement des Vandales de la région et s’y était sans peine emparé des cités22. » Plus tard, devant le désastre de la bataille navale du Cap Bon, la province reconquise fut abandonnée. Ce passage ne laisse aucun doute sur la réalité d’un contrôle vandale de l’ensemble de la Tripolis avant 468. En fait dès 442, les trois cités, y compris Lepcis, dépendaient donc de Genséric. En 533, leur situation n’avait pas changé : alors, en effet, un notable local nommé Pudentios « amena la région à se rebeller contre l’autorité vandale23 ». À cette date cependant, le contrôle exercé par le souverain de Carthage se limitait seulement à la frange côtière, car les Maures tenaient tout l’arrière-pays. Il n’est pas sûr qu’il en ait été de même sous Genséric, mais nous manquons totalement de documents pour connaître le sort de la Tripolitaine intérieure après 439. Dans ces conditions, on remarque qu’au total les modifications à apporter à la carte de C. Courtois restent assez mineures dans cette partie de l’Afrique. Il n’en va pas de même pour les régions occidentales, mais le dossier est aussi alors infiniment plus complexe.

  • 24 Édition et commentaire dans la thèse de Mme Y. Duval, Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs (...)
  • 25 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 180-181.
  • 26 P.-A. Février, « Inscriptions chrétiennes de Djémila », dans BAAlg, I, 1962-1965, p. 214-222 (= AE (...)
  • 27 cf. la synthèse récente citée supra note 6.
  • 28 Procope, Guerre vandale, I, 8, 2.
  • 29 Dernière édition avec commentaire dans Y. Duval, Loca sanctorum Africae, Rome, 1982, tome 1 notice (...)

6Outre l’interprétation qu’il donnait du texte de Victor de Vita, un des arguments de Courtois pour affirmer l’absence d’une autorité vandale sur la Numidie occidentale après 455 était une inscription célèbre de Kherbet el Ma el Abiod, qui commémore un dépôt de reliques « le 3 des nones de février de l’an 435 de la province24 ». Kherbet el Ma el Abiod se trouve à une trentaine de kilomètres au sud-est de Cuicul, dans ce qui était la province romaine de Numidie. Or, l’inscription en question est datée par l’emploi de l’ère de la province de Maurétanie, « en 435 », soit 474 de notre ère. Il s’agit là, pour cette région, d’un usage tout à fait anormal, dont C. Courtois avait aussitôt tiré les conséquences : peu d’inscriptions, reconnaissait-il, sont datées à cette époque dans les régions orientales insérées dans l’Etat vandale ; mais lorsqu’elles le sont, c’est toujours selon un comput différent, fondé sur les années régnales des souverains Hasdings. Dans ces conditions, si à Kherbet el Ma el Abiod on utilisait en 474 un autre comput, maurétanien, c’est que le site n’était pas sous contrôle vandale, et qu’il participait au contraire au même destin que les Maurétanies, celui de l’Afrique abandonnée25. Ce raisonnement, logique en fonction de la documentation disponible en 1955, n’est plus irréfutable depuis la publication par P.-A. Février en 1962 d’une inscription funéraire de Cuicul datée du 27 février « de l’an 24 de Carthage26 ». Comme N. Duval l’a en effet montré à de nombreuses reprises, cette datation se réfère à une ère vandale partant de la prise de Carthage le 16 octobre 43927 : elle doit donc être resituée en 463 de notre ère, soit huit ans après l’extension de l’autorité vandale en Afrique consécutive à la mort de Valentinien III. Or, Cuicul-Djémila se trouve à 30 km à l’ouest de Kherbet el Ma el Abiod : on imagine mal, dès lors, que si en 463 cette cité était vandale, Kherbet el Ma el Abiod ne l’ait pas été également. Cependant l’inscription de Djémila est de onze ans antérieure à celle de ce site : entre les deux dates, il est toujours loisible de supposer une modification de statut et un recul des Vandales devant les Maures, les maîtres du pays, selon Courtois, dès 455. Ce serait, sous un souverain comme Genséric qui, selon Procope, avait toujours été « redouté » des Maures28, une évolution assez surprenante. Mais c’est surtout accorder au mode de datation par l’ère maurétanienne une signification politique qu’il n’a pas. Rien en effet n’autorise à avancer qu’à l’intérieur du royaume vandale l’utilisation du comput fondé sur l’ère régnale ait été obligatoire, surtout pour des inscriptions n’ayant aucun caractère administratif et officiel. Si localement il existait des habitudes de datation par une ère « politiquement neutre », et c’était le cas de l’ère maurétanienne », elles pouvaient certainement être tolérées. En Espagne, à la même époque, les Wisigoths n’avaient pas interdit Père hispanique. De même que sous la domination impériale avaient coexisté en Maurétanie une datation par Père provinciale et une datation par les consuls (encore en 452 une inscription de Sétif comporte cette double référence29), il est tout à fait possible que, sous la domination vandale, ère provinciale et ère régnale officielle aient été utilisées en même temps.

  • 30 A. Chastagnol et N. Duval, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’époque v (...)
  • 31 Elle est en effet encore attestée en 452 et 454 par deux inscriptions de Djémila. Cf. P.-A. Févrie (...)
  • 32 P.-A. Février avait rapproché ce texte d’une autre inscription, géographiquement assez proche, de (...)

7Reste cependant à expliquer pourquoi on s’est décidé en Numidie occidentale à employer Père maurétanienne. Il faut ici revenir un peu en arrière. Entre 442 et 455, cette région, comme les Maurétanies, était redevenue romaine. Or, comme l’ont montré dans un article célèbre A. Chastagnol et N. Duval30, il semble bien qu’à ce moment la Numidie occidentale et la Maurétanie Sitifienne furent plus ou moins administrativement unifiées. Certes, les novelles XIII (de 445) et XXXIV (de 451) de Valentinien III distinguent nominalement les deux provinces. Mais la première, en mentionnant une délégation unique du concilium « des Numides et des Maures Sitifiens » auprès de l’empereur, paraît aussi évoquer une administration commune, avec peut-être un seul gouverneur. Il n’est pas impossible que dès lors on se soit mis aussi à user en Numidie, concurremment avec la datation consulaire traditionnelle31, du système chronologique des Maurétaniens. Par la suite, en 455, si, comme d’autres arguments bientôt présentés nous incitent à le penser, les Vandales ont mis la main sur l’ensemble de cette province nouvelle, on ne voit guère quelle raison aurait pu les contraindre à la démembrer à nouveau. Et dans ces conditions, rien n’empêche ensuite d’admettre que l’usage du comput maurétanien en Numidie occidentale s’est poursuivi, sans cependant qu’il ne devienne une norme. Les habitudes locales devaient en effet rester prédominantes, certains usant de l’ère maurétanienne, d’autres de l’ère vandale, et la majorité négligeant quelque mode de datation que ce soit. Il semble donc, en résumé, que l’épigraphie en elle-même ne puisse rien prouver sur cette question. Politiquement neutre sous l’Empire, le comput maurétanien le restait aussi sous les Vandales, et son usage à Kherbet el Ma el Abiod ne doit pas être l’objet d’une surinterprétation32.

  • 33 Deux éditions de référence : par C. Halm, dans MGHAA, t. III, 1, Berlin, 1879, p. 62-71 ; et par M (...)
  • 34 Le texte comporte une erreur sur la date de la conférence, qui eut lieu dans la huitième année du (...)
  • 35 L’exil est signalé par les mentions exil(ium) ou in exil., ou par le lieu de rélégation : hic(in A (...)

8Cette conclusion, apparemment négative, ne clôt pas pour autant la discussion du problème des frontières vandales. Elle conduit seulement à la faire sortir de la voie étroite dans laquelle C. Courtois l’avait engagée, et à rouvrir au contraire des pistes que le grand historien avait hâtivement jugé impraticables. Faute de textes descriptifs explicites, ou de documents attestant clairement les limites d’une présence germanique, il reste en particulier possible de déterminer les frontières du royaume de Genséric après 455 de manière indirecte, en cartographiant les manifestations d’autorité du souverain et de ses successeurs. Si la notion de frontière se prête à de multiples interprétations, en matière politique elle peut, en effet, toujours être définie simplement : c’est d’abord la limite de l’espace sur lequel s’exerce un pouvoir. Or, au Ve siècle, une des marques les plus expressives de la souveraineté d’un pouvoir était sa capacité à faire appliquer sa politique religieuse, surtout quand celle-ci était répressive. En fonction de ce principe, on peut admettre que tout ordre d’arrestation ou d’expulsion d’un évêque sur décision d’un monarque implique logiquement que le diocèse ainsi persécuté se trouve sur un territoire dépendant de ce monarque. Nous avons rappelé plus haut que Courtois lui-même avait utilisé cette méthode pour fixer les frontières orientales du royaume vandale entre 442 et 455 : l’exil de Cresconius d’Oea et de Vincentius de Sabratha lui avait permis d’établir que ces deux cités appartenaient à Genséric. Sous ce souverain, les mesures d’expulsion étaient cependant resté limitées, et touchaient surtout des prélats de Proconsulaire. Mais à la fin du règne de son fils Hunéric, les poursuites devinrent systématiques. Après avoir organisé le 1er février 484 un bref colloque entre l’Eglise catholique et l’Eglise arienne, le roi ordonna l’exil de tous les évêques catholiques du royaume, et il mit en œuvre une très violente persécution. Or, un manuscrit de Laon, le codex Laudunensis 113, a conservé, à la suite d’une partie de l’œuvre de Victor de Vita, un document extraordinaire sur cette persécution33, la Notifia provinciarum et civitatum Africae. Se présentant dans son introduction comme la liste des évêques catholiques qui participèrent à la conférence contradictoire avec l’Eglise arienne convoquée par le roi Hunéric34 (Incipiunt nomina episcoporum catholicorum diversarum provinciarum, qui Carthagine ex praecepto regali venerunt pro reddenda fidei die KL Februarias anno sexto regis Hunerici), ce texte énumère, pour les provinces de Proconsulaire, Numidie, Byzacène, Maurétanie Césarienne, Maurétanie Sitifienne, Tripolitaine, Sardaigne (et autres îles), un total de 461 noms d’évêques, accompagnés du nom de leur diocèse. Mais il fournit aussi 8 noms d’évêchés non pourvus en Byzacène, et 6 en Maurétanie Césarienne. D’autre part, à côté de la mention de certains des évêques, figure, souvent sous une forme abrégée, une indication de leur sort à la suite de la persécution qui succéda à la conférence : exil, décès, fuite35, etc... Enfin, le manuscrit s’achève par un tableau récapitulatif qui reprend ces indications, et donne le total des morts par province et le nombre des exilés et des fugitifs.

  • 36 C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 93-95.
  • 37 Ibid., p. 96.
  • 38 C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, Paris, 1955 : p. 89, note 1 (« suspecte ») ; p. 92 (« d’un (...)

9Ces diverses anomalies par rapport à la nature du document telle qu’elle est annoncée dans son introduction ont, jadis, habilement été relevées et expliquées par C. Courtois. Au terme d’une étude présentée en appendice de sa thèse complémentaire sur Victor de Vita, ce savant a conclu que la Notitia n’était pas une liste des participants à la conférence de 484, mais en réalité un fichier de l’Église d’Afrique36, probablement, seulement mis à jour en 484, et sur lequel on consigna ensuite les informations incomplètes qui parvenaient à Carthage sur le sort des prélats exilés. En soulignant l’importance de la mention de l’exil à [Turris] Tamalleni d’Eugène de Carthage, il a établi aussi avec certitude que le document ne fut plus remanié après 487, puisque cet évêque fut autorisé, à cette date, à regagner son diocèse37. Souvent cité et toujours repris parce qu’unique sur le sujet, le travail de Courtois apparaît cependant extrêmement bref (moins de dix petites pages) au regard de l’intérêt exceptionnel de la Notitia. On ne peut aussi qu’être étonné par son approche presque uniquement négative du texte : de toute évidence, son but était seulement de définir sa nature exacte, non d’en commenter toutes les indications. De fait, la Notitia n’est que très peu citée dans Les Vandales et l’Afrique, et seulement pour répéter qu’elle est « extrêmement suspecte38 ». Une conclusion en est surtout retenue : puisqu’elle n’est qu’un fichier de l’Église africaine et non la liste des évêques convoqués par Hunéric· à la conférence de 484, elle ne peut rien prouver sur les limites de l’autorité politique et religieuse du pouvoir vandale.

  • 39 Victor de Vita, II, 39 et II, 52.
  • 40 Historia persecutionis africanae provinciae, III, 20 : Ob quam causam iussi estis in Corsicanam in (...)
  • 41 Marcellinus cornes, éd. Mommsen, MGH.AA, t. XI, p. 92-93.
  • 42 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 297-298, note 10.
  • 43 Dans la note citée supra, Courtois indique, pour toute justification du chiffre de 409 évêques, «  (...)
  • 44 Pour les 164 évêques de Proconsulaire, cf. Victor de Vita, I, 29 : Unde factum est, ut post obitum (...)

10On ne reviendra pas ici sur la nature exacte du document, même si l’argumentation de Courtois n’est, en fait, guère convaincante. L’édit de convocation promulgué par Hunéric le 20 mai 483 s’adressait en effet à tous les évêques per Africain constitua. D’autre part, Victor de Vita indique clairement qu’au colloque conveniunt non solum universae Africae, verum etiam insularum multarum episcopi39. Il n’y a, enfin, que 14 noms d’évêchés sans titulaires sur les 475 que comporte la Notitia. Or, puisque l’historien des Vandales admet lui-même que le texte a été plusieurs fois complété entre 484 et 487, on peut très bien supposer qu’à partir d’une liste qui était au départ celle des évêques convoqués à la conférence du 1er février, des clercs ont ensuite ajouté des noms de diocèses non représentés pour avoir, en pleine persécution, un état de leur Église catholique. En quelque sorte, le « fichier » serait né du procès-verbal. Mais sans même développer cette interprétation, qui fera l’objet d’un autre travail, certaines indications du tableau récapitulatif de la Notitia suffisent à ruiner les conclusions de Courtois. Le texte se termine par un total des évêques quiperierunt (88) qui n’a pas forcément de signification politique : il peut s’agir de décès naturels, et de prélats morts dans leur diocèse. Il comporte également un total de ceux quifugerunt (28), qui peut, avec beaucoup moins de vraisemblance, concerner aussi des départs sans rapport avec la politique d’Hunéric. On ne voit pas, en revanche, comment ne pourraient être reliées à la persécution vandale les deux lignes suivantes : Corsica relegati numr XLVI ; Hic [in Africa] relegati numr CCCII. Ces exils en Corse et en Afrique sont ceux décidés par Hunéric, rapportés par Victor de Vita40, et confirmés dans leur nombre, à quelques unités près, par Marcellinus cornes41 dans sa Chronique : Totam namque per Africam crudelis Hunerici Vandalorum regis in nostros catholicos persecutio importata est. Nam exulatis diffugatisque plus quam trecentis triginta quattuor orthodoxorum episcopis ecclesiisque eorum clausis, plebs fidelium variis subacta suppliciis beatum consummavit agonem. Ces 334 ou 348 évêques exilés, en vertu du principe exposé plus haut, étaient nécessairement les titulaires de diocèses situés sur un territoire dépendant du roi vandale. Courtois avait perçu l’intérêt de ces chiffres, mais il ne les avait pas trouvé étonnants : « D’après la Notifia, 302 évêques auraient été rélégués en Afrique, chiffre vraisemblable si l’on songe que les quatre provinces de Tripolitaine, de Byzacène, de Proconsulaire et de Numidie, comptaient au total, au moins en principe, 409 évêques, et qui coïncide approximativement avec celui que nous fournit Marcellinus cornes, qui évalue à 334 le nombre des évêques exilés ou dispersés. On peut donc penser que la mesure prise par Hunéric a été suivie d’une application générale dans toute l’étendue du royaume42 ». Si les quatre provinces du royaume vandale tel que le concevait Courtois avaient eu effectivement au temps d’Hunéric 409 évêques, le raisonnement serait impeccable. Malheureusement, par une étrange distraction, Courtois s’est appuyé ici sur un calcul qu’il avait présenté 180 pages plus tôt dans son livre, et qui incluait, pour la province de Proconsulaire, le chiffre des évêques au début du règne de Genséric, avant les nombreux exils décidés par ce roi43. Ce chiffre, 164 évêques, donné par Victor de Vita à propos de la mort de Deogratias de Carthage en 457, n’avait plus aucune valeur en 484, lorsque Hunéric déclencha sa persécution. Le seul chiffre à prendre en considération à ce moment est celui donné par la Notitia : il restait alors seulement, à la veille de l’exil général, 54 évêques en Proconsulaire44 ! Depuis 439, s’il n’avait qu’assez peu entravé la vie catholique dans les provinces « royales », Genséric avait, en revanche, multiplié les mesures répressives en Proconsulaire, province où avaient été lotis ses hommes et où il voulait implanter solidement l’Eglise arienne. Les exils avaient été nombreux, et ils s’étaient surtout accompagnés d’une interdiction de remplacer les prélats décédés, même pour les sièges dont les titulaires n’avaient pas été expulsés : Undefactum est, ut post obitum episcopi Carthaginis [Deogratias, mort en 457] Zeugitanae et proconsulari provinciae episcopos interdiceret· ordinandos, écrit Victor de Vita (I, 29). Il ne faut donc pas s’étonner du maintien de seulement 54 évêques dans la province, près de trente ans plus tard. Courtois lui-même, dans un passage de l’appendice consacré à la Notifia dans sa thèse complémentaire (p. 97), l’avait d’ailleurs admis : « En Proconsulaire, on voit donc que c’est une liste d’évêques que nous possédons, et non une liste d’évêchés. Sans doute s'agit-il de ceux-là seuls qui continuaient d’occuper leur siège au moment de la convocation du colloque [de 484]. » Or, évidemment, ce sont aussi ces évêques qui ont été exilés après le colloque. En fait, Courtois a, par une distraction qui n’a curieusement jamais été relevée et faussait pourtant tout son raisonnement, oublié dans sa thèse principale cette remarque de sa thèse complémentaire, et il s’est mis à raisonner sur des chiffres d’évêchés et non d’évêques, perdant de vue que Hunéric avait exilé en 484 des hommes et non des cathédrales. La meilleure preuve de cette surprenante confusion se trouve dans la manière dont il utilise les données sur la Byzacène. Il part cette fois, à juste titre, de la Notitia, mais en adoptant le chiffre de 117 titulaires, oubliant que 8 des sièges épiscopaux n’étaient pas pourvus en 484, et ne pouvaient donc être affectés par un exil. Deux tableaux suffisent, pour conclure, à éclairer cette surprenante distraction, en admettant encore, et provisoirement, les limites du royaume vandale telles que les a fixées Courtois :

1. - Nombre d’évêques susceptibles d’être exilés en 484 selon Courtois.

Tripolitaine

5

Source : Notitia de 484

Byzacène

17

Source : Notitia de 484 (avec évêchés vacants)

Numidie

123

Source : Notitia de 484 (toute la province)

Proconsulaire

164

Source : Victor de Vita, I, 29.

Total

409

soit plus que les 334 ou 348 exilés de 484

II. - Nombre réel d’évêques susceptibles d’être exilés en 484. (Source : Notitia de 484).

Tripolitaine

4

(puisque Courtois exclut Lepcis)

Byzacène

109

Numidie

moins de 100

(la Notitia donne 123 pour toute la province, mais Courtois estime que la Numidie occidentale n’est pas vandale)

Proconsulaire

54

Total

267

il manque entre 67 et 81 évêques pour atteindre le chiffre des exilés de 484.

  • 45 Historia persecutionis africanae provinciae, III, 29.

11Cette dernière remarque est évidemment capitale pour notre propos : fourni par deux sources indépendantes, la Notitia rédigée ou mise à jour à l’occasion de la conférence de 484, et la Chronique de Marcellinus cornes, le nombre des évêques exilés après février 484 sur ordre du roi Hunéric, et jusque là donc titulaires de sièges situés sur un territoire dépendant de ce roi, excède considérablement le nombre des évêques établis dans les seules régions de Tripolitaine, Byzacène, Proconsulaire et Numidie orientale. Dès lors, une conclusion s’impose : en Afrique, le royaume vandale était, en 484, bien plus vaste que ne le pensait Courtois. Il incluait certainement toute la Numidie occidentale, mais aussi la Maurétanie Sitifienne (42 évêques en 484) et une partie de la Maurétanie Césarienne : en ajoutant en effet les chiffres des titulaires de Tripolitaine (5), de Byzacène (109), de Proconsulaire (54), de toute la Numidie (123) et de la Maurétanie Sitifienne (42), on parvient à un total de 333 évêques, égal à une unité près au nombre indiqué par Marcellinus cornes (334). Pour atteindre les 348 exilés signalés par la Notitia, on peut ajouter encore une quinzaine de titulaires de diocèses de Maurétanie Césarienne, dont celui de Tipasa, la seule cité de la province explicitement évoquée par Victor de Vita45.

  • 46 Victor de Vita, III, 29 : In Tipasensi vero quod gestum est Mauritaniae maioris civitate ad laudem (...)
  • 47 Priscos, fragment 36, éd. R. C. Blockey, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roma (...)
  • 48 Procope, Guerre vandale, II, 10, 29.

12Ces régions, qui étaient encore romaines entre 442 et 455, étaient de toute évidence passées sous le contrôle des Vandales au moment de la mort de Valentinien III, lorsque Genséric, selon l’expression de Victor de Vita, totius Africae ambitum obtinuit. Il est probable que le roi vandale constitua alors deux nouvelles provinces : l’une réunissant Numidie occidentale et Maurétanie Sitifienne, comme nous l’a suggéré l’étude de l’inscription de Kherbet el Ma el Abiod ; et l’autre, correspondant à la partie de la Maurétanie Césarienne sur laquelle s’exerçait son autorité. Un passage peu connu de l’Historia persecutionis africanae provinciae appuie cette interprétation : en évoquant le martyre que Hunéric fit subir à certains catholiques de Tipasa, Victor de Vita qualifie en effet cette cité de civitas Mauritanie maioris46. La « Maurétanie majeure » correspondait vraisemblablement à la Maurétanie Césarienne vandale. Mais son nom implique aussi l’existence d’une « Maurétanie mineure », qui devait être l’ensemble formé de la Numidie occidentale et de la Sitifienne. Il faut donc admettre qu’à partir de 455 et jusqu’en 484 au moins, le royaume des Hasdings eut, en Afrique, une extension vers l’ouest bien plus importante qu’on ne l’a admis jusqu’ici. En Maurétanie Césarienne, ce fut même peut-être, comme le disait Victor de Vita, tout le littoral qui fut occupé au début. On comprendrait mieux, ainsi, le passage de Priscos affirmant qu’en 468, en prévision du débarquement de l’armée de Majorien d’Espagne en Afrique, « Genséric dévasta tout le pays des Maures et empoisonna les puits47 ». Cette hypothèse expliquerait aussi pourquoi Procope indique, en une même phrase, qu’à une époque imprécise antérieure à l’arrivée des Byzantins « les Maures remportèrent de nombreuses victoires sur les Vandales et occupèrent le pays qu’on appelle maintenant Maurétanie, qui va de Gadeira jusqu’aux frontières de Césarée48 ».

***

  • 49 Procope, Guerre vandale, II, 13, 19 et 28. Le texte évoque une région située entre l’Aurès contrôl (...)
  • 50 Dracontius, Epithalame de Johannes, vers 47, dans le tome IV de ses Œuvres, éd. E. Wolff, Paris, 1 (...)
  • 51 Concilia Africae, éd. C. Munier, CChr.SL, t. 149, 1974, p. 260, I. 225-229 : Fratrem vero coepisco (...)

13Comme cette remarque de l’historien grec le rappelle, il est peu probable, cependant, que les provinces maurétaniennes demeurèrent longtemps sous contrôle vandale. Lorsque les Byzantins débarquèrent en Afrique, en 533, même la Maurétanie Sitifienne était devenue, au dire de Procope, un pays maure49. Elle était, à cette époque, aux mains d’un chef nommé Orthaias, qui affirmait en être maître « depuis des temps anciens ». Entre 484 et 533, la région avait donc connu la même évolution que l’Aurès, l’Abaritana provincia, libérée avant la mort d’Hunéric. Il n’est guère possible de dater avec précision cette reconquête berbère, qui fut probablement progressive. Au milieu des années 490, un poème de Dracontius évoque encore le mariage d’une jeune noble de Sétif sans aucune allusion à une situation troublée50. Une trentaine d’années plus tard, le royaume d’Orthaias était certainement constitué, mais peut-être pas encore dans toute la province. Un curieux passage des actes du concile de Carthage en 525 déplore en effet que l’évêque de Sitifis n’a pu venir à cette première assemblée générale de l’épiscopat catholique africain, parce que le roi Hildéric le lui a interdit51. Certes, une telle interdiction peut avoir des raisons diverses. Mais, à cette date, si Hildéric, à peine parvenu au trône, et si plein de bonne volonté pour l’Eglise, faisait une exception pour Optatus, c’est vraisemblablement parce que l’évêque le gênait, ce qui pourrait impliquer aussi que son diocèse était encore plus ou moins dans le royaume vandale, ou au moins que des liens existaient toujours entre la ville, peut-être tenue par les Maures, et le souverain de Carthage.

  • 52 Nous renvoyons au mémoire très complet de G. Camps : « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AntAfr(...)
  • 53 Ainsi C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 232. S’il s’agissait d’évoquer simplement, et de (...)

14Le problème des rapports entre Vandales et Maures est en effet extrêmement complexe, et il constitue probablement la clef de l’histoire des régions maurétaniennes depuis 455, en même temps qu’une source essentielle de difficultés pour notre enquête. Car, si nous avons jusqu’ici essayé de préciser l’évolution des frontières du royaume des Hasdings en adoptant une conception fondamentalement territoriale de la notion de frontière, il n’est pas sûr que dans ces régions, au Ve siècle, cette conception soit la plus judicieuse. Lorsque Genséric s’empara, en 455, de la Numidie occidentale et des Maurétanies, une partie de ces territoires devaient, en fait, déjà être plus ou moins aux mains des Maures. Les grandes familles princières, à la fois berbères et romanisées, qu’avait décrites Ammien Marcellin dans les années 370 en Grande Kabylie n’avaient certainement pas disparu52. Nombre de tribus de Maurétanie Césarienne, administrées par des préfets de tribu indigènes avant 429, avaient probablement au contraire profité du désordre du deuxième quart du Ve siècle pour renforcer leur autonomie, et le rétablissement de l’autorité romaine entre 442 et 455 ne dut guère, faute de moyens, avoir d’effets contraignants pour elles. En mettant la main sur les territoires de l’ouest en 455, Genséric fut confronté inévitablement au problème des relations avec ces groupes maures, et il ne put imposer son pouvoir comme il avait eu l’habitude, jusque là, de le faire. Procope, dans un passage qui a été, selon nous, mal compris, le laisse bien entendre : « À cette époque-là, Genséric, qui, après la mort de Valentinien (en 455) s'était adjoint le concours des Maures, envahit chaque année, au début du printemps, la Sicile et l’Italie. » On a souvent voulu voir dans ce passage une simple allusion à une alliance de circonstances entre le roi vandale et des groupes berbères indéterminés53. Mais le lien très précis qu’établit l’historien grec entre le concours des Maures et l’année 455 nous incite plutôt à identifier ici une des conséquences de la mainmise vandale sur les Maurétanies. Certes, on peut penser qu’en Numidie occidentale, sur le littoral de Césarienne, et dans les secteurs les plus urbanisés, Genséric établit effectivement son pouvoir. Mais dans la majorité des territoires de Maurétanie Césarienne et dans le sud de la Sitifienne, le régime qui prévalut dut être celui qu’évoque le texte de Procope, et qui est parfaitement expliqué par le passage du même auteur par lequel nous commencions cet article : le roi vandale, officiellement maître des provinces, se contentait, en fait, en échange d’une reconnaissance de souveraineté et d’une alliance militaire, d’investir les chefs maures en leur remettant les insignes traditionnels.

  • 54 Procope, ibid., I, 8, 2.
  • 55 On remarquera que même en Maurétanie Césarienne occidentale, l’existence de royaumes maures réelle (...)
  • 56 Saint Augustin, lettre 220, 3 et 7 (éd. Goldbacher, CSEL, tome 57, p. 436).
  • 57 Victor de Vita, II, 26-37. Victor de Tunnuna, Chronique, éd. Mommsen, MGH.AA, t. XI, p. 189 : Hugn (...)
  • 58 CIL, VIII, 9286 : [Mu]tis exiliis [saepe]/ probatus et fidei/ catholicae adser/tor dignus inventas (...)

15Tant qu’il pouvait rester capable de contrôler effectivement ces chefs, et, au besoin, d’intervenir militairement pour les obliger à respecter leurs engagements, sa souveraineté sur les régions concernées était réelle. Nul doute qu’il en fut souvent ainsi jusqu’en 477, puisque Procope affirme que les Maures se tinrent tranquilles du vivant de Genséric « parce qu’ils le redoutaient54 ». La situation commença à changer sous Hunéric, dans l’Aurès et vraisemblablement en quelques secteurs de la Maurétanie, mais pas partout55. Dans le sud-ouest de la Numidie et dans le sud de la Maurétanie Sitifienne, nous avons, en effet, la preuve que les liens établis entre Vandales et Maures sous Genséric se maintenaient encore au début des années 480. Ici, dès la fin des années 420, saint Augustin indiquait que depuis la région de Tubunae (Tobna), où Boniface avait jadis commandé une garnison, des tribus barbares se ruaient dans la province56. Or, ce sont probablement les mêmes groupes qui, un demi-siècle après, selon les témoignages concordants de Victor de Vita et de Victor de Tunnuna, se trouvaient au service d’Hunéric pour conduire chez eux, dans le pays de Tubunae, Macri et Nippis, les 4 966 catholiques déportés sur ordre du roi persécuteur57. Ces Maures appliquaient la politique religieuse définie à Carthage. Encore placés sous l’influence vandale, ils se faisaient persécuteurs eux aussi. Il n’est pas impossible que ce fut par le même type de moyens que l’évêque inconnu enterré en 495 à Mouzaïaville, en Maurétanie Césarienne, eut à souffrir les nombreux exils58 qui marquèrent sa vie. De manière générale, la complicité des chefs qui pouvaient être établis en Numidie occidentale et en Maurétanie Sitifienne dans l’application de la politique religieuse d’Hunéric en 484 paraît, nous l’avons vu, plus que probable au regard des indications de la Notitia. En revanche, comme l’atteste ensuite la formation de grands royaumes berbères en Maurétanie Césarienne et en Sitifienne, Gunthamund (484-496) et ses successeurs s’avérèrent très vite incapables de faire respecter leur autorité par les chefs des régions occidentales qui avaient reconnu la suzeraineté de Genséric en 455. Sans que les hommes aient réellement changé, sans même peut-être que les cérémonies d’investiture, dans certains cas, aient cessé, le contenu juridique et politique que le vieux roi avait su donner à son « alliance » avec les Maures disparut complètement. D’un groupe à l’autre, dès 455, et de manière sans cesse évolutive après 455, la souveraineté vandale connut donc dans les territoires de l’ouest des degrés extrêmement variables, qui rendent très artificiel tout essai de cartographie : l’application des mesures de persécution décidées à Carthage constitue un critère de mesure de cette souveraineté, mais qui n’a de valeur que pour le début des années 480.

Carte 3 : Extension probable du royaume vandale après 455 (adaptation de la carte de l'Afrique ecclésiastique de 411 donnée par S. Lancel).

16L’histoire des frontières du royaume vandale se révèle ainsi bien plus complexe que ne l’avait cru Christian Courtois. Sans revenir sur la pertinence de la notion d’« empire du blé », la singularité de la politique territoriale que le grand savant prêtait à Genséric paraît largement démentie par les sources, et tout particulièrement par la Notitia de 484. Le coup de force de 455, qu’il voulait réduire à quelques corrections de frontière en Numidie, fut en réalité un grand mouvement vers l’ouest, par lequel le roi affirma sa souveraineté non seulement sur la Numidie occidentale, mais aussi sur une partie des Maurétanies. En ce sens, il faut fortement corriger les cartes de Courtois. Mais la carte constitue-t-elle, dans le cas de l’Ouest africain, le meilleur moyen de représenter l’étendue du pouvoir des Hasdings ? L’importance croissante des chefs maures, surtout en Maurétanie Césarienne et dans le sud de la Maurétanie Sitifienne, permet d’en douter : ici, la manière dont s’exerça l’autorité vandale ne dut probablement jamais ressembler exactement à ce qui était advenu à Carthage en 439. C’est pourquoi, par un jeu de mots qui n’est pas qu’artifice, nous avons proposé, dans le titre même de cet article, de mettre en avant la notion, aux connotations assurément déjà médiévales, de « mouvance » : « domaine dans lequel un pouvoir exerce son influence », et « caractère de ce qui est instable » disent les dictionnaires pour la définir : tels sont bien, de fait, les traits essentiels qui caractérisèrent après 455, dans les régions les plus marginales du royaume, la situation politique des populations des anciennes provinces romaines face aux Vandales.

Discussion

17Intervention de M. Duval :

18N. Duval félicite l’orateur pour cette brillante démonstration qu’il aurait dû faire lui-même quand il réfléchissait avec Y. Duval, dans les années soixante-dix, sur les limites de la puissance vandale, de la province rendue à l’Empire en 442 et de la réoccupation byzantine. Il est de plus en plus persuadé de la permanence de l’entité Numidie occidentale-Sitifienne, du rôle provisoire de Cuicul comme résidence probable du gouverneur (qui expliquerait le triclinium officiel de la maison de Bacchus et la mention d’officiales sur le pavement de l’église nord du groupe épiscopal), de l’existence dans cette ville d’une phase byzantine, longtemps niée à tort pour des raisons historiques et à cause d’une méthode de fouille indifférente aux strates tardives. Au fond, en dehors des comptoirs de la côte, la réoccupation byzantine s’est limitée aux régions qui avaient été sous la domination des Vandales, au moins théoriquement puisque les rois Vandales avaient perdu d’après Procope le contrôle de l’Aurès et des « territoires du Sud » au début du VIe siècle. Il est probable que, comme on avait tenté de le démontrer en 1970-1971 (cf. Y. Duval, « La Maurétanie Sitifienne à l’époque byzantine », Latomus, 1970, et les articles sur le culte impérial avec A. Chastagnol dans BSAF et Mélanges Seston), on est revenu assez vite à l’époque byzantine, après une tentative formelle de rétablissement des provinces du début du Ve siècle, à l’équilibre de territoires qui était celui du milieu du Ve siècle et qui correspondait à une réalité géographique, stratégique et économique, dont témoignent aussi les remarques de X. Dupuis sur les routes de la région de Djémila-Sétif.

Notes

1 Procope, Guerre vandale, I, 25, 4-5, trad. D. Roques, Paris, 1990.

2 En faisant cette remarque, nous songeons naturellement à l’hypothèse plusieurs fois formulée par F. Clover, qui voudrait qu’après le traité de 442 avec l’Empire, les Vandales soient restés des « fédérés ».

3 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, en particulier p. 256-259.

4 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 184.

5 C. Courtois, ibid. p. 171-185.

6 Seul N. Duval a pris nettement position lors d’un colloque de 1994 en notant : « les cartes [de Courtois] sont maintenant périmées », cf. « Les systèmes de datation dans l’est de l’Afrique du Nord à la fin de l’Antiquité et à l’époque byzantine », dans Ktema, 18, 1996, p. 198, note 63.

7 Cf. Y. Modéran, « L’Afrique et la persécution vandale » dans J.-M. Mayeur, Ch. et L. Piétri, A. Vauchez et M. Venard, Histoire du Christianisme, t. 3, Paris, 1998 (sous presse).

8 C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, p. 169-70 et carte p. 172. La chronique de Prosper Tiro indique seulement que « Possidius » et « Novatus » furent parmi les évêques « les plus notables » que Genséric exila en 437. Courtois suppose, avec beaucoup de vraisemblance qu’il s’agissait de Possidius de Calama, l’auteur de la Vie de saint Augustin, et de Novatus de Sitifis, qui représenta souvent la Maurétanie Sitifienne dans les conciles africains avant l’invasion. On peut, en revanche, rester sceptique devant l’exclusion de la Maurétanie Césarienne et surtout du sud de la Numidie qu’il postule pour ce traité.

9 Les principales sources sur les termes politiques de ce traité sont la chronique de Prosper Tiro (éd. Mommsen, MGH.AA, t. IX, p. 479) et, si on admet l’interprétation de Courtois, un passage de la Guerre Vandale de Procope (I, 4, 13) qui, sans date, évoque le versement d’un tribut et la remise du fils du roi à l’empereur comme otage. Comme N. Duval l’a écrit, ces clauses correspondent plus au statut de roi « vassal » qu’à celui de « fédéré » (cf. son article « Culte monarchique dans l’Afrique vandale : culte des rois ou culte des empereurs ? » dans Revue des Etudes Augustiniennes, 30, 1984, p. 269-273). Pour la thèse opposée, défendue à de nombreuses reprises par F. Clover, cf. récemment le recueil des articles de ce savant paru sous le titre The Late Roman West and the Vandals, (Variorum Reprint), 1993.

10 Victor de Vita, Historia persecutionis Africanae provinciae, I, 13, éd. C. Halm, MGH.AA, t. III, 1.

11 C’est le cas d’A. Chastagnol qui, en se fondant sur le texte de Victor de Vita et sur un passage du Liber de promissionibus et praedictionibus Dei, (III, 38, 45) mentionnant aussi l’Abaritana provincia, conclut à « l’organisation d’une province au nom nouveau » (« Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », dans Antiquités africaines, t. 1, 1967, p. 131 et note 4).

12 Pour l’Abaritana, cf. C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 36 note 101. Pour la Getulia, cf. Les Vandales et l'Afrique, p. 174 note 3.

13 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et Byzantine » dans Byzantion, 33, 1963, p. 49-55 ; id., « Abaritana ou Avaritana provincia » dans Encyclopédie berbère, t. 1, Aix, 1984, p. 57-59 ; id., « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », dans L’Afrique, la Gaule, la Religion à l'époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Leglay, Bruxelles, 1995, p. 95-99.

14 J. Desanges, ibid., 1963, p. 50-51, et 1995, p. 99.

15 Victor de Vita, I, 23. La date de ces exils se déduit d’une indication du paragraphe suivant : « après ceci, il advint que, sur la demande de Valentinien Auguste, un évêque nommé Déogratias fut ordonné pour l’Église de Carthage » (I, 24). Or ce dernier événement est bien situé par une chronique tardive (cf. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 290, note 3).

16 Victor de Vita, 1, 13.

17 Cf. par exemple L. Schmidt, Histoire des Vandales, Paris, 1952, p. 104.

18 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 181.

19 Ibid., p. 184.

20 Ibid., p. 174 note 6.

21 Cf. Y. Modéran, « Les premiers raids des tribus sahariennes et la Johannide de Corippus », dans L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe colloque international d'histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, tome 2, p. 481-482.

22 Procope, La Guerre Vandale, I, 6, 9, (même récit, abrégé, dans la Chronique de Théophane (éd. Classen, Bonn, 1839, t. 1, p. 181). Un détail a été peu remarqué dans ce passage : selon Procope, après avoir pris les cités de Tripolitaine, Hérakléios avait laissé là sa flotte et « il avait par voie de terre conduit son armée à Carthage ». Une armée byzantine aurait donc pénétré en Byzacène et peut-être en Proconsulaire en 470, avant de faire retraite ensuite. Ce précédent méconnu de la reconquête de 533 n’est cependant évoqué par aucune source africaine.

23 Procope, ibid., I, 10, 22.

24 Édition et commentaire dans la thèse de Mme Y. Duval, Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIT siècle, Rome, 1982, t. 1, notice 135, p. 284-287.

25 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 180-181.

26 P.-A. Février, « Inscriptions chrétiennes de Djémila », dans BAAlg, I, 1962-1965, p. 214-222 (= AE, 1967. no 596) : die I[I] kal. mar an. XXIIII K.

27 cf. la synthèse récente citée supra note 6.

28 Procope, Guerre vandale, I, 8, 2.

29 Dernière édition avec commentaire dans Y. Duval, Loca sanctorum Africae, Rome, 1982, tome 1 notice 146, p. 306-310 (= CIL, VIII, 8630).

30 A. Chastagnol et N. Duval, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’époque vandale », dans Mélanges Seston, Paris, 1974, p. 112.

31 Elle est en effet encore attestée en 452 et 454 par deux inscriptions de Djémila. Cf. P.-A. Février, « Inscriptions chrétiennes de Djémila » dans Bulletin d'archéologie algérienne, I, 1962-1965, p. 207-214.

32 P.-A. Février avait rapproché ce texte d’une autre inscription, géographiquement assez proche, de Béni Fouda, datée de 472, et qui nomme les mêmes martyrs romains Laurent et Hippolyte (« Martyrs, polémique et politique en Afrique », dans Revue d'Histoire et de Civilisation du Maghreb, I, 1966 p. 17-18). Cette ferveur dans la célébration de saints italiens, en pleine persécution vandale, lui paraissait avoir une signification politique, et il y voyait un argument supplémentaire en faveur de la thèse de Courtois sur le tracé des frontières du royaume de Genséric : « Face à l’église arienne et face à la domination vandale, les martyrs romains de Sétif, de Béni Fouda, de Kherbet el Ma el Abiod semblent monter comme une garde à cette zone frontière », p. 18 de l’article cité supra). Nous ne croyons pas qu’il soit possible d’aller aussi loin : les inscriptions en question se situent en effet sous le règne de Genséric, dont les mesures de persécution visèrent surtout la Proconsulaire. Dans les autres provinces du royaume, en dehors de l’exil de quelques évêques de Byzacène, le roi ne semble pas avoir empêché les catholiques de vivre leur foi. D’autre part, la circulation des reliques paraît avoir été très fluide sous la domination vandale, puisque même des restes de martyrs orientaux pénétrèrent en Afrique à cette époque. En revanche, on ne peut exclure, comme Mme Duval l’a suggéré, que certaines églises de Numidie occidentale aient été rattachées à des évêchés maurétaniens entre 442 et 455, et qu’elles le soient restées ensuite (cf. Loca sanctorum Africae, tome 1, Rome, 1982, p. 287).

33 Deux éditions de référence : par C. Halm, dans MGHAA, t. III, 1, Berlin, 1879, p. 62-71 ; et par M. Petschenig, CSEL, t. VII, Vienne, 1881, p. 117-134.

34 Le texte comporte une erreur sur la date de la conférence, qui eut lieu dans la huitième année du roi Hunéric, et non dans la sixième.

35 L’exil est signalé par les mentions exil(ium) ou in exil., ou par le lieu de rélégation : hic(in Africa), ou Corsica (Tamalleni pour Eugène de Carthage). Aux décès correspond la mystérieuse formule Prbt, dont Courtois a justement montré qu’elle était due à une mauvaise lecture par les copistes du mot p(e)riit, lu p(e)rut puis prbt (cf. Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 92, note 10).

36 C. Courtois, Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 93-95.

37 Ibid., p. 96.

38 C. Courtois, Les Vandales et l'Afrique, Paris, 1955 : p. 89, note 1 (« suspecte ») ; p. 92 (« d’une extrême insécurité ») ; p. 111 note 1 (« extrêmement suspecte »), etc...

39 Victor de Vita, II, 39 et II, 52.

40 Historia persecutionis africanae provinciae, III, 20 : Ob quam causam iussi estis in Corsicanam insulam relegari...

41 Marcellinus cornes, éd. Mommsen, MGH.AA, t. XI, p. 92-93.

42 C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 297-298, note 10.

43 Dans la note citée supra, Courtois indique, pour toute justification du chiffre de 409 évêques, « [cf.] supra p. 111, n. 1 », où se trouve effectivement un décompte des évêchés, mais effectué au service d’un tout autre raisonnement : Courtois s’efforçait, à cet endroit de son livre, de calculer le nombre des évêchés avant l’invasion vandale, pour tenter une évaluation de la densité de l’urbanisation !

44 Pour les 164 évêques de Proconsulaire, cf. Victor de Vita, I, 29 : Unde factum est, ut post obitum episcopi Carthaginis (Deogratias, mort en 457), Zeugitanae et proconsulari provinciae episcopos interdiceret ordinandos, quorum erat numerus centum sexaginta quattuor.

45 Historia persecutionis africanae provinciae, III, 29.

46 Victor de Vita, III, 29 : In Tipasensi vero quod gestum est Mauritaniae maioris civitate ad laudem dei insinuare festinemus.

47 Priscos, fragment 36, éd. R. C. Blockey, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire, t. 2, p. 338-339.

48 Procope, Guerre vandale, II, 10, 29.

49 Procope, Guerre vandale, II, 13, 19 et 28. Le texte évoque une région située entre l’Aurès contrôlé par Iaudas, et la Maurétanie Césarienne tenue par Mastinas. Dans un passage assez difficile du De Aedificiis (VI, 7, 9), construit avec un participe présent, Procope écrit aussi que cette région « n’était pas du tout sous la domination vandale ». J. Desanges a estimé, en fonction du contexte du passage, qu’il fallait comprendre que « la Sitifïenne n’a été à aucun moment occupée par les Vandales » (« Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », dans Byzantion, 1963, p. 61-62). Nous pensons plutôt que Procope songeait à la situation de la province au moment de l’arrivée des Byzantins.

50 Dracontius, Epithalame de Johannes, vers 47, dans le tome IV de ses Œuvres, éd. E. Wolff, Paris, 1996 : Sardoasque iuget rosulis Sitifensibus herbas.

51 Concilia Africae, éd. C. Munier, CChr.SL, t. 149, 1974, p. 260, I. 225-229 : Fratrem vero coepiscopumque nostrum Optatum Sitifensem hic nobiscum fuisse nullus est qui ignoret : quem etsi reddidit praeceptio regalis absentem, confidimus tamen quia definitionibus nostris, cum cognoverit, praebebit adsensum.

52 Nous renvoyons au mémoire très complet de G. Camps : « Rex gentium Maurorum et Romanorum », AntAfr, t. 20, 1984, p. 183-218.

53 Ainsi C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 232. S’il s’agissait d’évoquer simplement, et de manière générale, l’établissement d’une alliance entre Vandales et Maures, la précision de Procope se comprendrait mal : pourquoi Genséric, qui dominait l’est de l’Afrique, où se trouvaient aussi, par exemple dans l’Aurès, des groupes maures, aurait-il attendu l’an 455 pour conclure un accord militaire avec eux ? Le passage n’a de sens que par rapport aux Maures de Césarienne.

54 Procope, ibid., I, 8, 2.

55 On remarquera que même en Maurétanie Césarienne occidentale, l’existence de royaumes maures réellement indépendants n’est attestée qu’à partir de la fin du Ve siècle (Djédars A et B du Djebel Lakhdar) et du début du VIe siècle (inscription de Masuna, datée de 508). Cf. le travail de G. Camps, cité supra note 52.

56 Saint Augustin, lettre 220, 3 et 7 (éd. Goldbacher, CSEL, tome 57, p. 436).

57 Victor de Vita, II, 26-37. Victor de Tunnuna, Chronique, éd. Mommsen, MGH.AA, t. XI, p. 189 : Hugnericus Wandalorum rex persecutioni per totam Africam nimis insistens Tubunis, Macri et Nippis aliisque heremi partibus catholicos iam non solum sacerdotes et cuncti ordinis clericos, sed et monachos atque laicos quattuor circiter milia exiliis durioribus relegat.

58 CIL, VIII, 9286 : [Mu]tis exiliis [saepe]/ probatus et fidei/ catholicae adser/tor dignus inventas./ Inplevit in episcopatu/ an(nos) XVIII, m(enses) II, d(ies) XII et occi/sus est in bello Mauro/rum et sepultus est die ! VI id(us) maias, (anno) p(rovinciae) CCCCLVI. On pourrait nous objecter, certes, que non loin de là, à Thanaramusa, le praefectus Iugmena posa, lui, la première pierre d’une église en 474. Mais le texte (publié par Albertini dans les CRAI, 1925, p. 261-266) ne peut remettre en cause le schéma ici proposé. D’une part, rien, comme nous l’avons vu, ne permet de dire que Genséric interdit le culte catholique dans les provinces occidentales. D’autre part, il est fort possible aussi que Iugmena, en 474, se soit déjà libéré de la tutelle vandale. D’un groupe à l’autre, l’émancipation par rapport à la suzeraineté de Carthage dut s’effectuer progressivement, et à des rythmes différents, jusqu’à la pleine indépendance.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : L’Etat vandale après 455 selon Chr. Courtois (Les Vandales et l'Afrique, p. 182. Carte simplifiée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Carte 2 : Les deux partages entre les Vandales et l’Empire (Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, p. 172).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Carte 3 : Extension probable du royaume vandale après 455 (adaptation de la carte de l'Afrique ecclésiastique de 411 donnée par S. Lancel).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540