Version classiqueVersion mobile

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Le limes intérieur de la Notitia Dignitatum

Des barbares dans l’Empire

Denis Lengrand

Texte intégral

  • 1 Van Berchem D., L’armée de Dioclétien et la réforme constantinienne, Paris, 1952, p. 37-49 ; Courto (...)
  • 2 Benseddik N., Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le haut Empi (...)
  • 3 Gsell S., Atlas archéologique de l'Algérie (= ΑAΑ), Paris-Alger, 1911-1920, f° 14, no 105 ; id., Hi (...)

1Dans Les Vandales et l’Afrique, C. Courtois énumérait les points fortifiés tenus par l’armée romaine en Maurétanie d’après la Notitia Dignitatum, c’est-à-dire à une date généralement située vers le début du Ve siècle1. La Grande Kabylie était alors littéralement encerclée par les limes d’Auzia, Tupusuptu, Bida, et peut-être Tablatum. Il ne s’agissait pas là de remparts continus, mais de lieux de stationnement de troupes commandées par des praepositi limitis, et l’ensemble devait représenter des forces importantes. En un sens, la situation n’était pas nouvelle puisque, déjà sous le Haut Empire, un dispositif militaire surveillait la région, avec des troupes stationnées à Caesarea, Oppidum Novum, Sufasar, Thanaramusa Castra, Rapidum, Auzia, Sitifis, Saldae2. Cependant, le maintien de la surveillance d’importants secteurs de Maurétanie Césarienne au-delà du IVe siècle ne laisse pas d’être étonnant, si l’on se souvient que les Romains, présents dès le Ier siècle av. J.-C., avaient été précédés par les Phéniciens et les Puniques dont l’influence s’était exercée à l’intérieur au moins jusqu’à Auzia3 : le temps leur avait été donné pour assimiler les populations locales.

  • 4 Parmi une bibliographie considérable : dEscurac-Doisy H., « Un soulèvement en Maurétanie Césarien (...)

2De fait, les soulèvements des IIe-IIIe siècles justifiaient largement les mesures prises alors. Il n’en reste pas moins que le maintien de ces précautions pendant l’Antiquité Tardive pose le problème des relations entre Romains et populations locales sur le long temps. Les savants qui se sont récemment penchés sur la question ont surtout étudié les oppositions, les problèmes de refoulement de tribu, d’occupation du sol4. Cependant, les relations entre Romains et indigènes ne furent pas toujours antagonistes, si l’on songe par exemple aux soixante-dix années qui séparent l’expédition de Maximien de la guerre de Firmus. Or il existe un important dossier épigraphique sur la direction des tribus, dossier complété par le récit de la guerre de Firmus par Ammien Marcellin. C’est pourquoi je me suis proposé d’étudier les progrès, ou les échecs de la romanisation des tribus, en dehors des épisodes de tension, déjà bien étudiés.

  • 5 Gsell S., HAAN, t. II, VII, VIII ; Desanges J., « L’Afrique romaine et libyco-berbère », dans : Nic (...)

3La région qui fait l’objet de cette étude s’étend du nord de Sétif, avec le massif des Babors, jusqu’à la vallée du Chélif. La côte fut occupée, parfois dès les VIIe-VIe siècles, par un chapelet de villes d’origine phénico-punique. Masinissa s’en empara après la défaite de Syphax, mais ses descendants virent leur territoire diminuer progressivement au profit des rois de Maurétanie. À la mort du dernier roi maure, Bocchus II, en 33 av. J.-C., Rome s’empara de son royaume qui s’étendait alors jusqu’à l’Ampsaga, et donc englobait alors Grande et Petite Kabylie. Auguste y déduisit des colonies de vétérans à Gunugu, Rusguniae, Rusazus, Saldae, Tupusuptu, et Igilgili, puis offrit le royaume à Juba II en 25 av. J.-C. Après l’assassinat de Ptolémée, Claude créa en 45 ap. J.-C. la province de Maurétanie Césarienne. Par la suite, furent créés une série de municipes et de colonies à l’intérieur du pays, comme Auzia, Rapidum, Bida, Oppidum Novum, Thanamarusa, qui formaient comme une ligne parallèle à la côte5.

  • 6 Courtois C., Les Vandales et l’Afrique, o. c., p. 119-120 ; Desanges J., Catalogue des tribus afric (...)
  • 7 IA M 2, 94 (Banasa) ; Seston W., et Euzeunnat M., « Un dossier de la chancellerie romaine : la Tab (...)

4Quoi qu’on en ait dit, ces cités formaient un maillage assez serré, surtout si on leur ajoute les castella qui y étaient rattachés. Elles n’en coexistaient pas moins avec plus d’une cinquantaine de gentes, de tribus6. À l’égard de ces dernières, les Romains ne changèrent pas leurs habitudes de laisser en place les autorités et les institutions locales, du moment que l’ordre était respecté et que les impôts étaient payés7. Ils ne durent donc pas changer grand-chose aux habitudes héritées de leurs prédécesseurs numides et maures.

  • 8 Gsell S., HAAN VI, p. 94-108 ; Chabot J.-B., Recueil des inscriptions Libyques (= RIL), 2e fascicul (...)

5Or, une série de documents permettra peut-être un jour de faire la lumière sur cet héritage, et les transformations qu’y apportèrent les Romains. Il s’agit d’une quinzaine de stèles découvertes en Grande Kabylie, et qui ont pour la plupart la particularité d’être ornées de personnages, souvent des cavaliers, et armés de javelines et d’un bouclier rond. Ces pierres sont gravées d’inscriptions libyques, et ce détail nous incite à y voir des funéraires plutôt que des monuments religieux8.

  • 9 RIL 2 (Dougga).
  • 10 RIL 2 (Dougga) ; Février J.-G., « La constitution municipale de Dougga à l’époque numide », Mélang (...)

6Leur datation reste imprécise, mais deux au moins devraient dater de l’époque de l’indépendance. En effet, on y a déchiffré le titre lybique GLDMSK, qui figure sur l’inscription consacrée à Masinissa à Dougga en 138 av. n.è.9. Les savants discutent toujours sur la nature de la fonction ainsi désignée, mais on y retrouve la racine aguellid, qui désigne un chef10. À Dougga même, cette fonction est exercée dans un contexte urbain. En Kabylie, les représentations figurées font penser à des chefs de tribu dont nous ignorons s’ils disposaient d’un pouvoir délégué, ou s’ils avaient reçu un titre honorifique. Il n’en reste pas moins que nous avons ici très probablement la trace de relations entre les chefs coutumiers, et une autorité supérieure à l’époque de l’indépendance.

  • 11 CIL VIII, 8984 (Toudja).

7Dans les mêmes parages, à proximité de Saldae, une inscription latine, datant probablement du tout début du premier siècle, mentionne un personnage peut-être appelé Vercien Nerdocen, et qui porte le titre de princeps11. Le décor de la stèle suggère que ce pérégrin était princeps gentis.

  • 12 CIL VIII, 9005 et 9006 (Tala Islm.), Desanges J., Catalogue, o. c., p. 70.
  • 13 CIL VIII, 9006 ; Desanges J., « Un princeps gentis à Sétif », BCTH.B, 12-14, (1976-1978), 1980, p. (...)
  • 14 Jacques F., « La constitution de Caracalla », dans : Jacques F. et Scheid J., Rome et l’intégration (...)
  • 15 Listes de principes établies par : Kotula T., « Les principes gentis et les principes civitatis en (...)

8Deux autres stèles figurées portent chacune le nom d’un princeps ex Castello Tulei12. Il s’agit en fait probablement de principes des Toulensii, l’un d’eux étant de surcroît qualifié de Nababus, un ethnique13. L’un d’eux, Milcin Mioinedin, est mort en 264, cinquante ans après l’édit de Caracalla qui accordait la citoyenneté romaine aux hommes libres de l’Empire, hormis les déditices, et il était toujours pérégrin14. Les trois principes que nous venons de rencontrer sont des chefs coutumiers, et c’est pourquoi nous allons achever la revue de ces chefs15.

  • 16 AE 1980, 978 (Caesarea).
  • 17 AE 1983, 796 (Tibiscum).
  • 18 AE 1979, 679 ; Desanges J., « Un princeps gentis », a. c.
  • 19 CIL VIII, 8826 = 20628 (Sertei) ; Leglay M., Saturne Africain Monuments II, Paris, 1966, p. 288.

9Une inscription de Caesarea datée du début du premier siècle mentionne un princeps pérégrin, dont le nom et l’ethnique ont disparu16. À Tibiscum, en Dacie, un princeps gentis, Flavius Quinctus, est signalé comme étant d’origine africaine, mais on ne peut en dire plus17. T. Flavius Septimianus Pesclianus, dont la tribu des Musonii était située entre Sétif et le Hodna, est hors de notre champ18 ; nous n’avons pas retenu davantage Sextius Victor, dont nous discutons le cas plus loin19.

  • 20 AE 1907, 159 (Teniet Meksen).
  • 21 Ammien Marcellin, XVI, 12, 23-26.
  • 22 Gsell S., HAAN V, p. 66-73 ; Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement, Paris, 1964, p. 210-211.

10Les inscriptions officielles fournissent d’autres renseignements. Un texte lacunaire daté de Valérien, et trouvé à Teniet Meksen, un col des Babors, indique : [---] Bavarum gentes quorum omnis multitudo prostata est, interfectis Tagavin, Masmule et Faiem regibus, adprehensis etiam Afram, Fac [ ], Vasaveni [ ], coniectis regalibus20. « Les gentes des Bavares dont la foule entière est terrassée, les rois Tagavin, Masmule et Faiem ayant été tués, Afram, Fac [ ], Vasaveni ayant été capturés, les biens royaux jetés... » Les Bavares sont ici divisés en gentes dont les chefs sont qualifiés de roi. Le terme regalibus pourrait évoquer des aristocrates, des « petits rois » comme chez Ammien21, mais il vaut mieux y voir les biens royaux. Au risque d’anachronisme, ce tableau évoque les tribus berbères contemporaines, dont les fractions étaient dirigées par des cheikhs22. Tous sont pérégrins : ils n’ont pas non plus bénéficié de l’édit de Caracalla.

  • 23 CIL VIII, 2615 = ILS 1194 (Lambèse).

11Un autre texte, de Lambèse cette fois, évoque lui aussi les Bavares conduits par quatre rois alliés23. Il fait allusion aux dévastations provoquées par les Quinquegentanei et les Fraxinenses sous la direction d’un chef dont, ni le titre, ni le nom, ne sont cités.

  • 24 CIL VIII, 9047 = ILS 2767 (Auzia).

12Enfin, un texte d’Auzia, daté des années 259-260, célèbre Q. Gargilius Martialis, tué dans une embuscade tendue par les Bavares24. La colonie lui éleva une statue quod eius virtute et vigilantia Faraxen rebellis cum satellibus suis fuerit captus et interfectus. Faraxen n’apparaît pas ici comme un chef de tribu, mais comme un chef de guerre.

13Notre liste est courte, compte tenu du nombre de tribus connues. Nous pourrions attribuer ce fait au hasard des fouilles. Mais nous croyons que si les chefs de tribu, ou de clan, ne firent pas graver d’inscription latine, c’est qu’ils n’en ressentaient pas la nécessité : ils vivaient hors du monde romain.

  • 25 Ammien Marcellin, XXIX, 5,2.
  • 26 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 46 et 47.
  • 27 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 27.
  • 28 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 21 et 51.
  • 29 Ammien Marcellin, XVI, 12, 23-26.

14Le récit de la guerre de Firmus, le révolté de 372, par Ammien Marcellin, permet de glaner quelques renseignements supplémentaires. Le père de Firmus, Nubel, est un « roi très puissant », mais ce titre n’est pas rattaché à une appartenance à une tribu précise25. Les Isaflenses, qui peuvent aligner jusqu’à 20 000 combattants, ont pour roi Igmazen26. Suggen, un chef de guerre, conduit les Mazices27. Il existe une aristocratie. Chez les Mazices, Masilla est qualifié d’optimas, et Bellen de princeps. Evasius est un potens municeps des Isaflenses28. La nomenclature d’Ammien est imprécise, et il lui est difficile de nommer les titres des chefs indigènes. Cette difficulté à rendre compte de titres, de fonctions du monde tribal africain se retrouve lorsqu’Ammien décrit l'organisation des Alamans : on y trouve des reges qui dirigent d’autres reges, de simples reges, de petits reges, les regales, enfin des optimates29. Manifestement, le monde barbare est totalement étranger à un grec romanisé même quand, comme c’est probable, il a eu accès à des sources officielles.

  • 30 Pline lAncien, V, 30 ; Desanges J., « Une notion ambiguë : la gens africaine. Réflexions et doutes (...)

15Sur les funéraires, comme chez Ammien, le mot gens désigne ce que Pline appelle natio, ou populus30. Mais les inscriptions commémoratives nomment gens aussi bien une tribu qu’une fraction de tribu. Pour Ammien, un rex est à la tête d’une tribu, ou d’un ensemble de tribus, alors que, dans les funéraires, le chef de tribu est un princeps. Enfin, on trouve des chefs de guerre, duces, Faraxen, Suggen. Le cas de ce dernier suggère que ces duces apparurent dans les tribus privées de leurs chefs coutumiers par l’institution de préfets. Au total, l’imprécision du vocabulaire est générale, aussi bien dans le domaine administratif que chez Ammien, même si on peut relever que les chefs coutumiers portent toujours le titre de princeps sur les funéraires.

  • 31 IAM 94 (Banasa), 1. 5.
  • 32 Ammien Marcellin, XXIX, 5,35.
  • 33 Ammien Marcellin, XVI, 12,60 ; XVII, 2,1-4.

16Aucun citoyen romain ne figure parmi les principes gentis. Les reges, duces, principes, optimales, chez Ammien, sont tous pérégrins, à l’exception de Nubel. La romanisation de l’aristocratie tribale n’a donc pas avancé entre le Ier et le IVe siècle. Sans doute, les empereurs du Haut Empire considéraient-ils ces chefs à l’image des isti gentiles auxquels, selon la Table de Banasa, il n’était pas d’usage de conférer la cité romaine31. Il est plus difficile de comprendre qu’elle n’ait pas été accordée après l’édit de Caracalla : sans doute les tribus avaient-elles été ravalées au rang de déditices après leurs révoltes. Lorsqu’Ammien décrit leur reddition face au Comte Théodose vers 372, il emploie la formule in deditionem acceptis32 : les gentes se remettent entre les mains du vainqueur, non comme des sujets rebelles, mais comme des barbares étrangers, ainsi les Germains battus par Julien l’Apostat33.

  • 34 Procope de Césarée, La Guerre Vandale, XXV, 5-8. La traduction est tirée de celle de Ph. Leveau : « (...)
  • 35 Lepelley C., « La préfecture de tribu au Bas Empire », Mélanges W. Seston, Paris, 1974, p. 284-287.
  • 36 CIL VI, 1800 = I LS 855 (Rome) ; IAM 2, 349 (Volubilis).

17Pour être pérégrins, les chefs de tribu n’en devaient pas moins être contrôlés. Un texte tardif de Procope se réfère selon nous aux usages en la matière : « Il y avait même ceux (des chefs) qui avaient laissé leurs enfants en gage de leur promesse, et qui demandaient que Bélisaire leur fasse parvenir les insignes de leur pouvoir selon ce qui était assurément leur ancienne coutume. En effet, selon la coutume des Maures, nul ne pouvait exercer le pouvoir, même s’il était l’ennemi des Romains, avant que l’Empereur des Romains ne lui ait remis les insignes du pouvoir34. » Ce texte a été utilisé comme illustration du pouvoir des préfets. Mais ces derniers sont des agents impériaux. Ils ne prennent leur commandement qu’après une nomination qui n’a rien à voir avec le droit coutumier35. Ici, les chefs ne demandent à l’empereur que la légitimation d’un pouvoir déjà acquis selon le ius gentis. Un détail du texte va également dans ce sens : certains chefs ont remis leurs enfants en otage. Nous pouvons rappeler qu’il s’agit là d’une pratique courante : les fils de chef étaient invités à Rome, à la fois pour répondre de la fidélité de leurs parents et pour assurer leur éducation. Ainsi, Memor, fils d’Aurelius Canartha, princeps constitutus des Baquates, mourut-il à Rome à l’âge de 16 ans36.

18Le passage de Procope montre que les Maures avaient profondément intériorisé la nécessité de la confirmation impériale. Pour être parfois seulement symbolique, le pouvoir de l’empereur n’en avait pas moins réussi à s’imposer, ne fut-ce qu’en tant qu’instance de légitimation. Pour obtenir ce résultat, il avait fallu des siècles, et l’habitude de recevoir le diadème remontait sûrement au moins au Bas Empire.

  • 37 Lepelley C., « La préfecture de tribu », a. c. p. 287-288 ; Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », (...)
  • 38 CIL VIII, 20231 (Guergour).
  • 39 AE 1985, 901, (Iggachen, près de Bida).
  • 40 CIL VIII, 8995, (Iomnium).
  • 41 Gascou J., « La praefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », L’Afrique dans l’Oc (...)

19Pour gouverner les tribus les plus remuantes, Rome mettait à leur tête des préfets qui se substituaient aux chefs coutumiers37. Nous avons écarté T. Statilius Taurus, dont on ignore s’il fut praefectus gentis, ou praefectus civitatis38. Nous n’avons pas davantage retenu Aurelius Illilasen, Rusuccuritanus, ex praefecto, curator39. Dans cette inscription trouvée près de Bida, la formule ex praefecto est identique à celle qui qualifie les anciens praefecti gentis. Néanmoins, on peut la mettre en parallèle avec un texte d’Iomnium qui cite C. Iulius Félix, Rusuccuritanus, praefectus pro duoviris40. Cette préfecture est une magistrature exercée dans les territoires ou agglomérations dépendant d’une cité, comme à Cirta ou à Carthage41. Or, précisément, Rusuccuru dominait un large espace, dont Iomnium, au moins jusque Septime Sévère, et C. Iulius Felix exerça sa juridiction dans cette dernière cité. Aurelius Illilasen, citoyen romain de fraîche date, peut-être à la suite de l’édit de Caracalla, s’affirme Rusuccuritanus et curator : il a sans doute exercé sa curatèle à Rusuccuru, et la préfecture peut être une charge municipale.

  • 42 Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », p. 156.
  • 43 AE 1992, 1609 (Naciria) ; Desanges J., BCTH.B, 22 (1987-1989), 1992, p. 269.
  • 44 AE 1985, 902 (Mechtras).

20Au premier, ou au début du second siècle, nous rencontrons tout d’abord à Oppidum Novum, sur le Chelif, un anonyme, commandant l’Aile II des Thraces, et préfet des Mazices, enfin patron de la cité près de laquelle vivait cette tribu42. Notre anonyme est en même temps officier et préfet : les Mazices ont dû provoquer des désordres pour mériter de le voir nommé à leur tête. En 197, un certain Aleizcinus Rogatus, praefectus gentis Nabuscorum a été enterré à Naciria, près du Castellum Tulei où des principes sont attestés au IIIe siècle43. Ce préfet, pérégrin comme les principes évoqués à l’instant, était très probablement issu de la tribu qu’il dirigeait. A Mechtras, au nord du Djurdjura, une inscription datée de 241 ap. J.-C. transmet le nom de M. Aurelius Impen, ex praefecto gentis Milidiorum44. Ce préfet d’origine indigène devait lui aussi être issu de la tribu qu’il dirigeait.

  • 45 CIL VIII, 8828 = 20630 = ILS 6889 = AE 1971, 533 (Sertei) ; Pflaum H. G., Les carrières procurator (...)
  • 46 CIL VIII, 8826 = 20628 (Sertei).

21M. Speidel a récemment procédé à une nouvelle lecture d’une inscription de Sertei, un castellum proche de Sétif45. On y apprend que, sous Sévère Alexandre, les habitants de ce bourg ont construit une muraille, « Instantibus Helvio Crescente, dec(urione) al(ae) (Primae) Cl(audiae) Kapitonianae pr[inc(ipe) g(entis) N(umidarum)] ». Instantibus mis pour instante est ici fautif. Le développement des initiales pr en pr(inceps) ne paraît pas logique. En effet, Helvius Crescens est un officier, et on admettrait plus volontiers de le voir préfet que princeps. D’autre part, la restitution de la fin de l’inscription a été manifestement inspirée par le développement de la dédicace à Saturne dédiée à Sertei également par Sextius Victor. Dans ce texte daté de 247, ce personnage porte le titre de décurion, suivi par les initiales PR.G.N. développées en princeps gentis Numidarum dans les listes de principes46. La présence d’un defensor publicus parmi les deux curatores fait penser que le décurionat est celui du bourg, mais nous pourrions aussi avoir affaire à un officier comme Helvius Crescens. Qu’il ait été un notable ou un militaire, nous voyons mieux Sextius Victor en préfet, qu’en princeps, et nous développerons donc PR.G.N. en praefectus gentis Numidarum.

  • 47 CIL VIII, 9327 = ILS 2750 (Caesarea) ; Pflaum H. G., Les carrières procuratoriennes, o. c. p. 736- (...)

22À une date inconnue, mais qui devrait se situer dans la première moitié du IIIe siècle, au sens large, M. Pomponius Vitellanius offrit une dédicace aux Dii Maurici à Caesarea47. Ayant accompli ses trois milices équestres, il fut procurator ad curant gentium avant de commander la flotte de Germanie. Compte tenu du contexte, et du lieu de la trouvaille, il peut être tenu que la première procuratèle s’exerça en Césarienne. Or, il s’agit d’une titulature unique : s’il existe bien des praefecti gentium ou nationum en Afrique, on n’y rencontre qu’un seul procurateur de ce type, et aucun dans le reste de l’Empire. Dans la mesure où les préfectures se maintiennent par la suite, y compris celles exercées par des officiers en activité, il ne s’agit pas de l’intégration de la praefectura gentium dans la carrière procuratorienne, mais d’une fonction de circonstances, éphémère. La première moitié du IIIe siècle avait été très agitée en Césarienne, et de nombreuses tribus avaient dû recevoir un préfet. C’était donc un surcroît de travail pour le praeses de Césarienne, chargé de contrôler les préfets. La nomination d’un procurateur, homme de guerre comme le montre son second poste, permettait au gouverneur de se décharger des tâches de police, et M. Pomponius pouvait mener une politique suivie à l’égard de ces tribus si nombreuses. À notre sens, cette procuratèle a été créée pour répondre à une situation extraordinaire, soit sous Sévère Alexandre, soit après 253 ; la pacification considérée comme achevée, la fonction pouvait disparaître.

  • 48 CIL VIII, 9195 (Rapidum) ; Jarret M.G., « An Album », a. c., p. 181.

23Entre 255 et 259, M. Furnius Donatus, chevalier romain et flamine perpétuel à Rapidum, est qualifié d’ex praefecto gentis Masat [---] ou Masac [---]. La dédicace, consacrée entre autre à la Fortune, à la Victoire de Trois Césars, et aux Dieux Maures, peut être rapprochée des troubles qui agitèrent la région à cette époque48.

  • 49 CIL VIII, 9010 (L’Arbaa Naït Irathen).
  • 50 Leschi L., « Le centenarium d'Aqua Viva près de M’doukal (Commune mixte de Barika) », dans : Leschi(...)
  • 51 IRT 889 (Bir Semech) ; voir aussi IRT 877 (Sidi Aliben Zaïd) ; Goodchild R.G., « The Latino-Libyan (...)
  • 52 Duval N., « L’iconographie des “villas africaines” et la vie rurale dans l’Afrique romaine de l’Ant (...)
  • 53 Février P.-A., « Le monde rural du Maghreb antique (Approches de l'historiographie du XIXe siècle)  (...)

24M. Aurelius Masaisilen, ancien praefectus gentis V[---] édifia un centenarium à l’Arbaa Naït Irathen en 32849 : M. Aurelius Masaisilen, ex praefecto gentis V centenarium a fundamenta (sic) suis sumptibus fecit et dedicavit. Ce centenarium a été généralement assimilé à un ouvrage militaire. Mais les centenaria à usage militaire ne furent pas construits à titre privé, et ils furent inaugurés par des officiels de haut rang50. Il en alla autrement en Tripolitaine avec les centenaria érigés par des personnes privées, et sur lesquels furent apposés des tituli rédigés en latino-punique. Ainsi, une inscription retrouvée sur une ferme fortifiée rapporte qu’une certaine Flavia Samav, et son fils Macrinus avaient bâti ce centenarium51. Ces constructions massives, accompagnées de tours, prennent place dans une vaste série illustrée notamment par les mosaïques de l’Empire Tardif52, et leur nom est inspiré de leur aspect. Le centenarium de M. Aurelius Masaisilen est en fait une villa, au même titre que le castrum de M. Aurelius Vasefan, à Ammi Moussa, le castellum du Nador, ou celui de Kaoua53.

  • 54 BCTH 1920, p. LXIV (Merkkala) ; CIL VIII, 9008 (Bida).
  • 55 CIL VIII, 9613 (Zucchabar) ; Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », p. 173-174.
  • 56 Ammien Marcellin, XXIX, 5,21.

25Aurelius Urbanus Mastlius, et M. Aurelius Vindex, qui portaient le titre d’ex praefecto gentis furent respectivement enterrés près de Bouira et à Bida, très probablement au IIIe ou au IVe siècle54. À la même époque, Aurelius Nucfus, fils d’Aurelius Mazucan, était gradé des Armigeri, et praefectus gentis Madicum, c’est-à-dire préfet des Mazices comme notre premier préfet55. Enfin, Ammien Marcellin fournit le nom d’un préfet des Mazices en 372, Fericius56.

  • 57 CRAI 1925, p. 263 (Thanaramusa).

26Les inscriptions ne permettent pas de connaître l’étendue des pouvoirs des préfets, mais la fréquence de la formule ex praefecto gentis amène à se demander quelle était la nature de cette fonction. N’étant pas viagère, elle ne peut être assimilée à un principat de tribu, ni tendre à se confondre avec lui. Elle ne figure pas non plus à proprement parler dans la carrière militaire, puisqu’elle est ajoutée à un commandement déjà effectif. En Maurétanie Césarienne, elle ne figure pas non plus parmi les fonctions préalables à une carrière procuratorienne. Il semble qu’il s’agisse d’une charge à coup sûr officielle, temporaire par définition, et qui finit par être considérée comme un de ces postes qui donnèrent naissance aux titres honorifiques, d’ex comitibus par exemple. On peut en conclure que le poste de préfet était doté d’un certain prestige, ce qui explique la survie du titre au Ve siècle57.

27Sur onze préfets retenus, trois seulement étaient certainement des militaires. Du Ier au IVe siècle, Rome a imposé des officiers pour préfets aux tribus les plus remuantes, mais elle n’a pu généraliser le procédé à cause de la charge supplémentaire que cette fonction procurait. Le fait qu’on connaisse trois préfets des Mazices, dont deux militaires, laisse penser que cette tribu fut considérée comme peu sûre tout au long de l’Empire.

28Cependant, la majorité des préfets a été recrutée chez les civils. Cinq d’entre eux, six, si l’on compte M. Aurelius Vindex, sont d’origine indigène, et proviennent très probablement de la tribu qu’ils dirigent, et on peut se demander si nous n’avons pas là une continuation, un héritage lointain des aguellids des stèles figurées. Un seul préfet est pérégrin, à la fin du IIe siècle, c’est-à-dire, compte tenu de notre échantillon, à une date assez haute.

  • 58 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 21.
  • 59 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 52-55.
  • 60 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 35 ; pour l’histoire de Firmus : Camps G., « De Masuna à Koceila. Les de (...)

29Sur les huit préfets civils, cinq avaient Aurelius pour gentilice, et quatre de ces derniers Marcus pour prénom : leur famille dut accéder à la cité romaine grâce à l’édit de Caracalla, alors que reges et principes en étaient toujours écartés. Rome s’appuya donc sur certaines familles de l’aristocratie, contre d’autres. Chez les Mazices, Bellen, un chef de clan, et Fericius, le préfet, s’opposèrent au Comte Théodose : Ammien écrit qu’ils avaient aidé la factio opposée à la paix58. L’emploi du mot factio n’est pas indifférent, puisque ce terme, péjoratif, désignait les partis politiques à Rome. Mais cette factio avait des ennemis : outre les contingents Mazices qui assistèrent le Comte Théodose dans un moment difficile, nous pouvons citer un chef de clan, Masilla, qui complota pour livrer Firmus59. La famille même de ce dernier ne fut pas indemne de divisions puisque Gildon prit parti pour le Comte Théodose contre ses frères et soeur, et qu’ensuite Macsizel aida Rome contre lui. Cette division dans les tribus explique qu’après la pacification le Comte Théodose ait facilement trouvé des préfets à la fidélité éprouvée60.

  • 61 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 9.

30Mais les divisions ne passaient pas seulement dans les tribus elles-mêmes, elles les opposaient. Lors de ses préparatifs de campagnes, le Comte Théodose prépara ses troupes consociato indigena milite cum eo quem ipse perduxerat61 : « le soldat indigène ayant été associé avec celui que lui-même avait amené ». Ammien ne nous dit pas qui étaient ces combattants indigènes, mais ils ne pouvaient être autre chose que des guerriers de tribus hostiles à Firmus, puisque l’auteur a fait allusion peu auparavant aux troupes régulières qui protégeaient l’Afrique. Nous sommes en présence d’une situation analogue à celle des Gaules au moment de la conquête, quand des peuples gaulois ou des partis gaulois soutiennent Jules César combattu par d’autres peuples gaulois, et d’autres partis. La différence réside dans le fait que les Romains étaient présents en Maurétanie Césarienne depuis quatre siècles lors de la révolte de Firmus.

  • 62 Vitruve, De Architectura, VIII, 3, 24 ; Gsell S., HAAN VIII, p. 207 ; Lengrand D., « M. Valerius Mu (...)
  • 63 Corbier M., « Les familles clarissimes d’Afrique Proconsulaire (Ier-IIIsiècles) », Tituli 5, 1982 (...)
  • 64 Voir note 36.

31Depuis longtemps, Rome avait pris l’habitude de s’assimiler les populations conquises. En Afrique, sans vouloir remonter à M. Valerius Muttine, à C. Iulius Juba, ni à C. Iulius Masinissa62, nous pouvons rappeler le destin des Messii, sénateurs romains issus d’unprinceps gentis Cinithiorum, ou de Lusius Quietus, qui faillit, dit-on, devenir empereur63. La Table de Banasa montre comment les Romains accordaient leur cité à des chefs de clan avant d’en faire des principes gentis ; toujours en Maurétanie Tingitane, Aurelius Canartha reçut la citoyenneté romaine après avoir été fait princeps constitutus des Baquates64. Si les Romains mirent des préfets à la tête des tribus les plus remuantes de Proconsulaire, ils romanisèrent les gentes comme ils le firent pour les cités, en attirant les élites locales, en l’occurrence les chefs coutumiers. Il n’en alla pas de même en Césarienne où il semble bien que, jusqu’à la fin du IIe siècle au moins, Rome se contenta de réprimer les soulèvements, et d’encadrer les tribus les plus importantes. Ce n’est que tardivement que s’amorce une politique profondément différente de celle qui était poursuivie dans le reste de l’Afrique. Plutôt que de chercher à attirer les chefs coutumiers, les Romains opérèrent des choix dans l’aristocratie indigène, profitant de ses divisions, s’ils ne les provoquèrent pas. C’est sans doute ce qui amena la création d’une procuratèle spécialisée, compte tenu de l’ampleur de la tâche. Mais, la mobilisation d’un haut fonctionnaire, et de ses services, représentait sans doute un gros sacrifice eu égard à la qualité des populations concernées : la crise passée, la fonction fut supprimée.

  • 65 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 44 ; Gsell S., « Observations géographiques sur la révolte de Firmus », (...)
  • 66 Ammien Marcellin, XXIX, 5,13.
  • 67 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 31.
  • 68 Courtois Ch., Les Vandales, o. c., p. 146 et n. 2.

32Il semble bien que les Romains aient systématisé au IVe siècle une politique jusque là empirique. En effet, grâce à Ammien Marcellin et à l’épigraphie, nous pouvons reconstituer la position dominante du roi Nubel qui mourut vers 370. Issu de la tribu des Iubaleni, localisée dans les Bibans, il possédait avec son fils Firmus une propriété au col des Beni-Aïcha, près de Thenia, l’ex Meneruille65. Un autre de ses fils, Sammac, construisit une demeure fortifiée sur ce qui devait être une propriété familiale, à Petra, près de Mlakou, dans la vallée de la Soummam66. Enfin, Mazuca, un autre de ses fils, possédait un fundus dans la vallée du Chélif, au sud-ouest de Caesarea67. Les biens de la famille devaient être extrêmement importants. À la mort de l’avant dernier fils de Nubel, Gildon, l’empereur dut nommer un Comes Gildioniaci patrimonu68. Même si l’ancien Comte d’Afrique avait largement arrondi ses biens, la base de sa fortune foncière reposait sur l’héritage de son père. Ces propriétés s’étendaient sur une longue bande de territoires, parallèle à la fois à la côte et au dispositif militaire romain du Haut Empire : la famille était donc à même de s’intéresser à beaucoup de tribus.

  • 69 Ammien Marcellin, XIX, 5, 2.
  • 70 Ammien Marcellin, XIX, 5, 44.
  • 71 Lengrand D., « L’inscription de Petra », a. c.

33Ammien présentait Nubel comme un regulus potentissimus per nationes mauricas69. Au-delà de l’aspect polémique de cette formulation, il faut comprendre qu’il portait le titre de rex. Per peut-être compris comme « au milieu de, parmi », mais nous verrions plus volontiers le sens de « par dessus », « sur l’ensemble de ». À notre sens, Nubel était très puissant – potentissimus – sur les tribus maures : il les dominait. À l’inverse, lorsqu’Ammien parle des Iubaleni, il dit que le Comte Théodose avait appris que Nubel y était né : ubi natum Nubelem patrem didicerat Firmi70. C’est que Nubel n’était pas roi des Iubaleni, mais que lui-même, et après lui son fils Firmus, disposaient d’un pouvoir qui ne dépendait pas d’une tribu particulière. Pour mesurer leur ascendant et celui de leur famille, il suffit de considérer celui qu’exerçait les enfants légitimes de Nubel : leur seul présence suffit à provoquer le ralliement sans combat des tribus, des Bavares du nord de Sétif aux Mazices de la vallée du Chélif. À l’inverse, Sammac, fils illégitime de Nubel, dut se battre pour imposer son autorité à des tribus qui, par la suite, rallièrent sans combat Macsizel, envoyé par Firmus71. Ces ralliements spontanés – et sélectifs – ne s’expliquent que par la légitimité reconnue à Nubel et à sa famille. La domination ainsi exercée par un primus rex inter pares épargnait à Rome de mettre en place une administration consacrée aux tribus, si du moins Nubel acceptait de travailler pour elle.

  • 72 CIL VIII, 9255 (Rusguniae) ; Camps G., « De Masuna à Koceila », a. c.
  • 73 Gsell S., « Observations sur la révolte », a. c., p. 116.

34Or, une inscription de Rusguniae, ville proche du col des Beni Aïcha, nous apprend que Nubel, appelé ici Flavius Nuvel, avait été praepositus des Armigeri Iuniores, et que son père Saturninus, un perfectissime, avait été honoré du titre d’ex comitibus, sa mère Colecia était qualifiée d'honestissima femina72. On peut rapprocher le commandement exercé par Flavius Nuvel de celui d’Aurelius Nucfus, préfet des Mazices, et lui aussi officier des Armigeri. Le gentilice Flavius a souvent été donné par la famille constantinienne aux Barbares qui servaient l’Empire73. Nubel était chrétien, et son père avant lui. Il s’était comporté en véritable évergète en offrant une basilique destinée à abriter un morceau de la vraie croix. Son arrière grand-père, Elurus Laconicus, n’était probablement pas citoyen romain, mais on peut considérer que cette famille constitue un très bel exemple de la romanisation des élites indigènes au IVe siècle.

  • 74 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 20 ; Demougeot E., « La Notitia Dignitatum et l’histoire de l’Empire d’O (...)
  • 75 Ammien Marcellin, XXIX, 5,20.
  • 76 Ammien Marcellin, XXIX, 5,24.

35L’inscription de Rusguniae ne nous informe pas de la qualité de roi de Nubel ; Ammien ne nous dit pas qu’il fut officier romain. Pour ce qui est de son fils Firmus, il est toujours dangereux de vouloir exploiter le silence des sources, mais certains détails de son histoire suggèrent très fortement qu’il servit Rome à son tour. En effet, dans son opposition au Comte d’Afrique Romanus, Firmus ne bénéficia pas seulement du ralliement de tribus maures, mais aussi de celui d’au moins deux unités romaines constituées, officiers en tête : la quatrième aile d’archers montés, et les pedites constantiani74. Ces derniers faisaient partie de troupes légionnaires, et on les voit mal se joindre à la révolte d’un chef de tribu, si puissant fut-il. La seule explication possible tient dans le fait que les soldats, partagés entre l’obéissance due au Comte Romanus et celle due à Firmus aient choisi ce dernier parce que lui aussi était officier supérieur. Ammien confirme indirectement qu’en choisissant Firmus, ces soldats réguliers n’avaient pas trahi. Après le débarquement du Comte Théodose, envoyé de l’Empereur en Afrique, les troupes romaines ralliées à Firmus se rendirent au Comte75. Dans un premier temps, ce dernier se contenta de leur infliger une dégradation. Ensuite, et au mépris de la parole donnée, le Comte les fit exécuter, à l’exception des officiers des archers qui eurent les mains tranchées76. Ammien rapporte ainsi les critiques dont le Comte Théodose fut l’objet pour cette action : « Car vraiment ces soldats légionnaires auraient dû être punis plus légèrement, car ils ne s’étaient laissés aller qu’à une seule erreur. » Ammien avait été officier, et tenait à la discipline. Il n’a jamais critiqué le Comte Théodose pour les atrocités commises envers les indigènes. Il n’aurait pas laissé qualifier d’erreur le fait de passer à l’ennemi. C’est que les pedites Constantiani n’ont tout simplement pas fait le bon choix entre deux officiers romains : les autres troupes régulières avaient choisi Romanus, puis Théodose.

  • 77 Mattingly D. J. « Libyans ans the “Limes” : Culture and Society in Roman Tripolitania », AntAfr, 23 (...)

36Dans les trois premiers siècles de leur occupation en Maurétanie Césarienne, les Romains ne semblent pas s’être souciés de la romanisation des tribus maures ou de leurs élites. Les rares inscriptions ne citent pratiquement que des chefs pérégrins, même quand on assiste à un début d’urbanisation comme au Castellum Tulei. Ce n’est qu’au début du IVe siècle ap. J.-C. que l’on assiste à l’apparition d’une aristocratie romano-maure. Ses membres étaient citoyens romains, vivaient comme les Romains dans des villae construites sur de vastes domaines. Ils exerçaient des charges ou des commandements romains, bénéficiaient d’honores. Mais à la différence des riches Romains d’Afrique de l’époque, ils restaient hors du monde des cités, lieu par excellence de la romanisation, et gardaient leurs liens culturels et politiques avec le monde des tribus. Toutes proportions gardées, et sous une forme différente, cette situation se retrouve à l’autre extrémité de l’Afrique, en Tripolitaine. On y retrouve au IVe siècle des fermes massives, parfois fortifiées, et une aristocratie locale dotée de titres romains77. La différence entre les deux situations réside dans le fait qu’en Césarienne les Romains ont délibérément promu des membres de l’aristocratie maure pour surveiller les tribus, alors qu’en Tripolitaine rien de tel ne semble s’être passé.

  • 78 Laporte J.-P., « Les amphores de Tubusuctu et l’huile de Maurétanie Césarienne », BCTH.B, 12-14, 19 (...)
  • 79 Benseddik N., Les troupes auxiliaires, o. c., p. 83.
  • 80 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 29 ; Benseddik N., « Les Cimbriani à Sétif », BCTH.B, 17, 1984, p. 361-3 (...)

37Au IVe siècle, les Maures romanisés assurèrent efficacement la police en Césarienne, procurant deux générations de paix. Ainsi s’explique la prospérité de Tubusuptu, grande exportatrice d’huile78. La prépondérance de Nubel et de sa famille, le relais assuré par les préfets, permettaient à Rome de faire l’économie d’une administration spécialisée. Le retour du calme amena le désarmement partiel de la région. En effet, les effectifs auxiliaires étaient passés sous le Haut Empire d’une dizaine de milliers d’hommes à près de vingt mille79. Or, lorsque le Comte Théodose réprima la révolte de Firmus, il fut toujours à court d’effectifs. À une occasion, Ammien donne le chiffre de 3 500 hommes80 : c’est peu, même en tenant compte des troupes ralliées à Firmus, et de celles qui étaient autour de Sétif. C’est ce désarmement partiel qui explique les succès de Firmus, par exemple la prise de Caesarea, amplement pourvue de troupes sous le Haut Empire.

  • 81 Lengrand D., « L’inscription de Petra », a. c.

38Cependant, cette paix était fragile : au IVe siècle encore, la majorité des chefs de tribu était restée hors de la cité romaine, et les Maures romanisés ne formaient qu’une très mince couche sociale, au surplus placée dans une situation délicate, entre deux mondes. Il suffit d’une intervention malheureuse du Comte Romanus pour briser cet équilibre et contraindre Firmus à la révolte81.

39Firmus avait assez de légitimité selon la coutume pour entraîner avec lui ses frères et soeur à l’exception de Gildon, et les tribus maures ; il avait assez de légitimité romaine pour que des unités entières se rallient à lui. Les préfets que le Comte Théodose installa après une sauvage répression n’étaient plus là pour romaniser les tribus, mais pour les contraindre. Les autorités n’eurent d’autre choix que d’encercler de nouveau le pays avec des troupes prêtes à intervenir : on en revenait à la situation du Haut Empire.

Chefs coutumiers

Nom

Qualité

1 Vercien Nerdocen

Princeps Pérégrin

Ie siècle
CIL VIII, 8984 (Toudja)

2 Nom mutilé

Princeps ex castello Tulei
Pérégrin

IIIe siècle
CIL VIII, 9006
(Castellum Tulei)

3 Milcin Mioinedin

Princeps ex castello Tulei
Pérégrin

264 ap. J.-C.
CIL VIII, 9005
(Castellum Tulei)

4 Anonyme

Princeps [gentis ?]
Pérégrin

Premier siècle ?
AE 1980, 978 (Caesarea)

5 Tagavin, Masmule, Faiem, Afram, Fac[--], Vasaveni

Reges gentium Bavarum Pérégrins

AE 1907, 159
(Teniet Meksen)
Règne de Valérien

6 Flavius Nuvel

Officier des Armigeri juniores
Citoyen romain Rex

† vers 370
CIL VIII, 9255
(Rusguniae) ; Ammien
Marcellin, XXIX, 5, 2

7 Igmazen

Rex gentis Isaflensium Pérégrin

Ammien Marcellin,
XXIX, 5, 46

8 Faraxen

Dux Pérégrin

259-260
CIL VIII, 9047
= ILS 2767 (Auzia)

9 Suggen

Dux gentis Mazicum Pérégrin

Ammien Marcellin
XXIX, 5, 27

10 Masilla

Optimas (gensMazicum) Pérégrin

Ammien Marcellin
XXIX, 5, 51

11 Bellen

Princeps (gensMazicum) Pérégrin

Ammien Marcellin
XXIX, 5, 21

12 Evasius

Potens municeps (gens Isaflensium) Nom à consonance latine

Ammien Marcellin
XXIX, 5, 43

Praefecti gentis

Nom

Qualité

R

1 Anonyme

Commandant Aile II des Thraces.
Praefectus gentis Mazicum

Premier siècle
AE 1973, 654
(Oppidum Novum)

2 Aleizcinus Rogatus

Praefectus gentis
Nabuxorum Pérégrin

197 ap. J.-C.
AE 1992, 1609 (Naciria)

3 M. Aurelius Imten

ex praefecto gentis Milidiorum

241 ap. J.-C.
AE 1985, 902 (Mechtras)

4 Helvius Crescens

decurio alae ; praefectus gentis Numidarum

IIIe siècle
CIL VIII, 20630 =
AE 1971, 533 (Sertei)

5 Sextius Victor

decurio ; praefectus gentis
Numidarum

247 ap. J.-C.
CIL VIII, 20630 (Sertei)

6 M. Furnius Donatus

Chevalier romain.
fl.p.p. de Rapidum ; ex praefecto gentis Masat [---] ou Masac [---]

Vers 255-259 ap. J.-C.
CIL VIII, 9615
(Rapidum)

7 M. Aurelius Masaisilen

ex praefecto gentis V.

328 ap. J.-C.
CIL VIII, 9010 (L’Arbaa Naït Irathen, ex Fort National)

8 Aurelius Urbanus Mastlius

ex praefecto gentis

IVe siècle
BCTH 1920, p. LXIV

9 M. Aurelius Vindex

ex praefecto gentis

IVe siècle
CIL VIII, 9008 (Bida)

10 Aurelius Nucfus

gradé des Armigeri
praefectus gentis Mazicum

IVe-Ve siècle
CIL VIII, 9613 (Zucchabar)

11 Fericius

praefectus gentis Mazicum

372 ap. J.-C.
Ammien Marcellin, XXIX, 5, 21

12 M. Pomponius Vitellanius

Procurator ad curam gentium

IIIe siècle
CIL VIII, 9327 (Caesarea)

Discussion

40Intervention de M. Duval :

41N. Duval est un peu surpris des tableaux qui ont été distribués et qui ne correspondent pas au titre annoncé. En fait de « frontières intérieures », M. Lengrand traite de l’administration des tribus cantonnées et contrôlées soit par des chefs de gentes indigènes, soit par des préposés romains dont certains seraient d’origine indigène d’après l’onomastique. Et M. Lengrand esquisse une évolution chronologique entre les deux systèmes, qui correspondrait à une crise et à une tentative de reprise en main. Mais les limites géographiques et chronologiques de ces deux listes – qui sont loin d’être exhaustives – ne sont pas claires : c’est toute l’histoire despraefecti gentis, souvent faite et notamment par plusieurs des participants au colloque, qui devrait être retracée pour mettre ces listes en perspective. D’autre part, elles sont loin d’être territorialement et socialement homogènes : qu’y a-t-il de commun entre un decurio et ces officiers supérieurs ou généraux issus de la famille de Nuvel dont tous les travaux récents (par exemple encore deux communications sur la révolte de Gildon à l’Africa Romana de décembre 1996) montrent qu’ils appartenaient aux plus hautes sphères de décision politique et militaire romaines ? On pourrait également discuter des conclusions tirées de l’onomastique, dont on sait, justement par l’exemple de cette famille, combien elle est hétérogène.

Notes

1 Van Berchem D., L’armée de Dioclétien et la réforme constantinienne, Paris, 1952, p. 37-49 ; Courtois C., Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 82-89, 121 ; Matthews J. F., « Mauretania and the Notitia », dans : Goodburn R. et Bartholomew Ph., Aspects of the Notitia Dignitatum, BAR, Supplementary series, Oxford, 1976.

2 Benseddik N., Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le haut Empire, Alger, s. d. [1982] ; Salama P., « Les déplacements successifs du limes en Maurétanie Césarienne (Essai de synthèse) », IXe Congrès sur le Limes (1976), Budapest, 1977, p. 577-595.

3 Gsell S., Atlas archéologique de l'Algérie (= ΑAΑ), Paris-Alger, 1911-1920, f° 14, no 105 ; id., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord (= HAAN), Paris, 1913-1926, t. II, p. 157-162 ; Lancel S. et Lipinski E., article « Algérie », et Bunneus G., article « Auzia », dans : Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Turnhout, 1992.

4 Parmi une bibliographie considérable : dEscurac-Doisy H., « Un soulèvement en Maurétanie Césarienne sous Sévère Alexandre », Mélanges Piganiol II, Paris 1966, p. 1191-1210 ; Rachet M., Rome et les Berbères, Bruxelles, 1970 ; Leveau Ph., « Un cantonnement de tribu au sud-est de “Caesarea” de Maurétanie : la borne de Sidi Bouzid », REA LXXXVI, 1974, p. 292-294 ; id., « Un nouveau témoignage sur la résistance maure en Maurétanie Césarienne centrale », AntAfr 8, 1974, p. 103-110 ; id., « Paysans maures et villes romaines en Maurétanie Césarienne centrale », MEFRA, 87, 1975, 2, p. 858-871 ; id., « Une ville et ses campagnes : l’exemple de Caesarea de Maurétanie », Colloque Villes et Campagnes dans l'Empire romain (Aix en Provence 1980), Aix en Provence 1982, p. 77-89 ;id., Caesarea de Maurétanie, Paris, 1984 ; id., « Caesarea de Maurétanie, précisions, explications », Mélanges Le Glay, Latomus 226, Bmxelles, 1994, p. 204-219 ; Benabou M., La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 ; id., « Les survivances préromaines en Afrique romaine », dans L'Afrique Romaine, Wells éd., Ottawa 1982, p. 10-24 ; Christol M., « La prosopographie de la province de Numidie de 253 à 260 et la chronologie des révoltes africaines sous le règne de Valérien et de Gallien », AntAfr, 10, 1976, p. 66-77 ; id. « Les troubles en Maurétanie Césarienne sous le gouvernement de T. Licinius Hiéroclès », Mélanges Le Glay, o. c., p. 255-266 ; Fevrier P.-A., Approches du Maghreb romain I, Paris, 1989, p. 109-129 ; Gebbia C., « Ancora sulle “rivolte” di Firmo e Gildone », Africa Romana V, p. 117-129 ; Salama P., « Vulnérabilité d’une capitale : Caesarea de Maurétanie », Africa Romana V, 1988, p. 253-269 ; id., « Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite de “253” : le dossier numismatique », IVe Congrès d'Histoire et d’Archéologie d’Afrique du Nord, Paris, 1991, p. 455-467.

5 Gsell S., HAAN, t. II, VII, VIII ; Desanges J., « L’Afrique romaine et libyco-berbère », dans : Nicolet dir., Rome et la conquête du monde méditerranéen, 1re éd., Paris, 1978, p. 627-656 ; Gascou J., « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord I et II », ANRW, II, 10, 2, 1982, p. 137-317.

6 Courtois C., Les Vandales et l’Afrique, o. c., p. 119-120 ; Desanges J., Catalogue des tribus africaines à l’ouest du Nil, Dakar, 1962, p. 43-71.

7 IA M 2, 94 (Banasa) ; Seston W., et Euzeunnat M., « Un dossier de la chancellerie romaine : la Tabula Banasitana, étude diplomatique », CRAI, 1971, P· 479.

8 Gsell S., HAAN VI, p. 94-108 ; Chabot J.-B., Recueil des inscriptions Libyques (= RIL), 2e fascicule, Paris, 1941, p. VI ; Février P.-A., « L’art funéraire et les images des chefs indigènes dans la Kabylie antique », Actes du 1er Congrès d’études des cultures méditerranéennes, Alger, 1972, p. 152-169 ; Laporte J.-P., « Datation des stèles figurées de Grande Kabylie », Africa Romana 9, 1992, p. 389-433 ; Mrs Camps, M’Charek et Laporte ont présenté deux inédits à la séance du 20 janvier 1997 de la Commission d’Afrique du Nord.

9 RIL 2 (Dougga).

10 RIL 2 (Dougga) ; Février J.-G., « La constitution municipale de Dougga à l’époque numide », Mélanges de Carthage, 1964-1965, p. 88-89 ; Chaker S., « Une inscription libyque du Musée des antiquités à Alger », Libyca XXV, 1977, p. 193-201 ; Galand L., « Les alphabets libyques », AntAfr, 25, 1989, p. 77 ; id., « Du berbère au libyque : une remontée difficile », Lalies 16, 1996, p. 90-91 ; Ghaki M., « L’organisation politique et administrative chez les Numides », Mélanges P. GalandPernet et L. Galand, Paris, 1993, p. 93-94 ; Salama P., « À propos d’une inscription libyque du Musée des antiquités d’Alger, un nouveau conte kabyle », Mélanges Galand, o. c., p. 127-137 ; Laporte J.-P., « Datation des stèles », a. c.

11 CIL VIII, 8984 (Toudja).

12 CIL VIII, 9005 et 9006 (Tala Islm.), Desanges J., Catalogue, o. c., p. 70.

13 CIL VIII, 9006 ; Desanges J., « Un princeps gentis à Sétif », BCTH.B, 12-14, (1976-1978), 1980, p. 126.

14 Jacques F., « La constitution de Caracalla », dans : Jacques F. et Scheid J., Rome et l’intégration de l’Empire, coll. Nlle Clio, Paris, 1990, p. 286.

15 Listes de principes établies par : Kotula T., « Les principes gentis et les principes civitatis en Afrique Romaine », Eos LV, 1965, p. 364 ; Benabou M., La résistance africaine, o. c., p. 459.

16 AE 1980, 978 (Caesarea).

17 AE 1983, 796 (Tibiscum).

18 AE 1979, 679 ; Desanges J., « Un princeps gentis », a. c.

19 CIL VIII, 8826 = 20628 (Sertei) ; Leglay M., Saturne Africain Monuments II, Paris, 1966, p. 288.

20 AE 1907, 159 (Teniet Meksen).

21 Ammien Marcellin, XVI, 12, 23-26.

22 Gsell S., HAAN V, p. 66-73 ; Bourdieu P. et Sayad A., Le déracinement, Paris, 1964, p. 210-211.

23 CIL VIII, 2615 = ILS 1194 (Lambèse).

24 CIL VIII, 9047 = ILS 2767 (Auzia).

25 Ammien Marcellin, XXIX, 5,2.

26 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 46 et 47.

27 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 27.

28 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 21 et 51.

29 Ammien Marcellin, XVI, 12, 23-26.

30 Pline lAncien, V, 30 ; Desanges J., « Une notion ambiguë : la gens africaine. Réflexions et doutes », BCTH.B, 22, 1992, p. 169-176.

31 IAM 94 (Banasa), 1. 5.

32 Ammien Marcellin, XXIX, 5,35.

33 Ammien Marcellin, XVI, 12,60 ; XVII, 2,1-4.

34 Procope de Césarée, La Guerre Vandale, XXV, 5-8. La traduction est tirée de celle de Ph. Leveau : « L’aile II des Thraces, les Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », AntAfr, 7, 1973, p. 183.

35 Lepelley C., « La préfecture de tribu au Bas Empire », Mélanges W. Seston, Paris, 1974, p. 284-287.

36 CIL VI, 1800 = I LS 855 (Rome) ; IAM 2, 349 (Volubilis).

37 Lepelley C., « La préfecture de tribu », a. c. p. 287-288 ; Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », a. c., p. 175-186 ; Benabou M., La résistance, o. c., p 450

38 CIL VIII, 20231 (Guergour).

39 AE 1985, 901, (Iggachen, près de Bida).

40 CIL VIII, 8995, (Iomnium).

41 Gascou J., « La praefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », L’Afrique dans l’Occident romain, (CEFR, 134), Rome, 1990, p. 367-380.

42 Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », p. 156.

43 AE 1992, 1609 (Naciria) ; Desanges J., BCTH.B, 22 (1987-1989), 1992, p. 269.

44 AE 1985, 902 (Mechtras).

45 CIL VIII, 8828 = 20630 = ILS 6889 = AE 1971, 533 (Sertei) ; Pflaum H. G., Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut Empire romain, Paris, 1960, p. 840 ; Benseddik N., Les troupes auxiliaires, o. c., p. 32-33.

46 CIL VIII, 8826 = 20628 (Sertei).

47 CIL VIII, 9327 = ILS 2750 (Caesarea) ; Pflaum H. G., Les carrières procuratoriennes, o. c. p. 736-737 ; Jarret M. G., « An Album of the Equestrians from North Africa in the Emperor’s Service », Epigraphische Studien, 1972, p. 206 ; Camps G., « Qui sont les Dii Mauri ? », AntAfr, 26, 1990, p. 148.

48 CIL VIII, 9195 (Rapidum) ; Jarret M.G., « An Album », a. c., p. 181.

49 CIL VIII, 9010 (L’Arbaa Naït Irathen).

50 Leschi L., « Le centenarium d'Aqua Viva près de M’doukal (Commune mixte de Barika) », dans : Leschi L., Etudes d’épigraphie, d’archéologie et d’histoire africaines, Paris, 1957, p. 49-50 ; Trousset P., Recherches sur le Limes Tripolitanus, Paris, 1974, p. 92-93 ; Di Vita, Evrard G., « Gasr Duib : construit ou reconstruit sous les Philippes », dans IVe Colloque international d’Histoire et d'Archéologie d’Afrique du Nord, Paris, 1991, p. 426-434.

51 IRT 889 (Bir Semech) ; voir aussi IRT 877 (Sidi Aliben Zaïd) ; Goodchild R.G., « The Latino-Libyan Inscriptions of Tripolitania », Antiquaries Journal, XXX, 1950, p. 138.

52 Duval N., « L’iconographie des “villas africaines” et la vie rurale dans l’Afrique romaine de l’Antiquité tardive », IIIe Colloque international d'Histoire et Archéologie d’Afrique du Nord, Paris, 1986, p. 163-176.

53 Février P.-A., « Le monde rural du Maghreb antique (Approches de l'historiographie du XIXe siècle) », IIIe Colloque sur l'Histoire et l'Archéologie, o. c., p. 87-105 ; Lengrand D., « Les notables et leurs propriétés : la formule “In his praediis” dans l’Empire romain », REA 98, 1996, no 1-2, p. 109-131.

54 BCTH 1920, p. LXIV (Merkkala) ; CIL VIII, 9008 (Bida).

55 CIL VIII, 9613 (Zucchabar) ; Leveau Ph., « L’aile II des Thraces », p. 173-174.

56 Ammien Marcellin, XXIX, 5,21.

57 CRAI 1925, p. 263 (Thanaramusa).

58 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 21.

59 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 52-55.

60 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 35 ; pour l’histoire de Firmus : Camps G., « De Masuna à Koceila. Les destinées de la Maurétanie aux VIe et VIIe siècles », BCTH.B, 19, 1985, p. 309-310 ; Lengrand D., « L’inscription de Petra et la révolte de Firmus », BCTH.B, 23, 1994, p. 159-170.

61 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 9.

62 Vitruve, De Architectura, VIII, 3, 24 ; Gsell S., HAAN VIII, p. 207 ; Lengrand D., « M. Valerius Muttines », CTun 1996, p. 31-45,

63 Corbier M., « Les familles clarissimes d’Afrique Proconsulaire (Ier-IIIsiècles) », Tituli 5, 1982, p. 718 ; Picard G.-Ch., La civilisation de l'Afrique romaine, deuxième éd., Paris, 1990, p. 124-127.

64 Voir note 36.

65 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 44 ; Gsell S., « Observations géographiques sur la révolte de Firmus », RSAC, 36, 1903, p. 27-31 ; repris dans : Gsell S., Etudes sur l’Afrique antique, Scripta Varia, Lille, 1981, p. 119-123 ; Desanges J., Catalogue, o. c., p. 56.

66 Ammien Marcellin, XXIX, 5,13.

67 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 31.

68 Courtois Ch., Les Vandales, o. c., p. 146 et n. 2.

69 Ammien Marcellin, XIX, 5, 2.

70 Ammien Marcellin, XIX, 5, 44.

71 Lengrand D., « L’inscription de Petra », a. c.

72 CIL VIII, 9255 (Rusguniae) ; Camps G., « De Masuna à Koceila », a. c.

73 Gsell S., « Observations sur la révolte », a. c., p. 116.

74 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 20 ; Demougeot E., « La Notitia Dignitatum et l’histoire de l’Empire d’Occident au début du Ve siècle », dans : Demougeot E., L’Empire romain et les Barbares d’Occident (IVe-VIIe siècles), Script a Varia, Paris, 1988, p. 150-151.

75 Ammien Marcellin, XXIX, 5,20.

76 Ammien Marcellin, XXIX, 5,24.

77 Mattingly D. J. « Libyans ans the “Limes” : Culture and Society in Roman Tripolitania », AntAfr, 23, 1987, p. 84-88.

78 Laporte J.-P., « Les amphores de Tubusuctu et l’huile de Maurétanie Césarienne », BCTH.B, 12-14, 1980, p. 131-157.

79 Benseddik N., Les troupes auxiliaires, o. c., p. 83.

80 Ammien Marcellin, XXIX, 5, 29 ; Benseddik N., « Les Cimbriani à Sétif », BCTH.B, 17, 1984, p. 361-369.

81 Lengrand D., « L’inscription de Petra », a. c.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search