Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

De Zama à Kairouan : la Thusca et la Gamonia

Ahmed M’Charek

Texte intégral

1À l’origine de notre présente étude, il y a une série de cinq documents épigraphiques dont une dédicace inédite de Douar Bayoud et une borne de Henchir Abd es-Selam partiellement inédite. Ces documents permettent d’identifier, selon nous, un immense bloc de terres impériales situées au sud du pagus Thuscae, dans une région géographique définie par la vallée du Marguellil.

  • 1 Voir infra : notes 91 à 100.

2Dans les sources arabes du Moyen Âge, cette région est appelée Qamûnia1 et dans une dédicace pour le salut des Sévères provenant de la même région, on reconnaît un ethnique abrégé, celui des [c]oloni Gam., que nous lirons « [c]oloni Gam(onienses) ».

  • 2 Voir infra : note 105.

3Le rapprochement entre l’ethnique abrégé Gam., attesté sous les Sévères, et le toponyme Qamûnia, mentionné au milieu du VIIe siècle2, permet l’identification d’une nouvelle région numide appelée Gamonia. Celle-ci est la composante septentrionale du territoire d’origine des Gam(onienses) qui se prolonge vers le sud pour englober la région des steppes appelée par les mêmes sources arabes Gamûda, sans doute l’antique Gamuta. Pour le développement de l’ethnique abrégé Gam., on pourra tout aussi bien envisager une seconde possibilité et lire [c]oloni Gam(utenses).

4La définition nécessairement provisoire de la Gamonia, région historique antique, nous amène à proposer – d’ores et déjà – la localisation, d’une manière assurée ou probable, de plusieurs centres domaniaux d’époque romaine dont quatre au moins ont été des sièges épiscopaux entre la fin de l’époque romaine et la fin de l’époque byzantine (Marazanae, Aquae Regiae, Mammes et Iubaltiana).

5L’importance stratégique et économique du secteur domanial de Gamonia, desservi par la uia Hadrumetina, jette une lumière nouvelle sur la fondation de Kairouan et sur les localités rurales qui l’ont précédée dans un contexte géographique et historique désormais mieux défini.

  • 3 Cf. H. H. Abdulwahab, « Du nom arabe de la Byzacène », Revue Tunisienne, 1939, p. 199-201. Ce topon (...)

6Si les résultats de notre enquête sur la Gamonia sont acceptés, il y aurait lieu de mieux préciser l’ensemble de la géographie historique de la Byzacène, province antique appelée par les Arabes al-Muzaq3.

de la delimitation de la Thusca a l’identification de la Gamonia (fig.l)

  • 4 Nous réservons le premier chapitre de la synthèse que nous consacrons à la Thusca antique, en cours (...)

7Dans un premier essai de délimitation de la Thusca, nous avons cherché à instruire un dossier documentaire fort complexe dont seul l’apport des bornes de délimitation sera évoqué ici pour les besoins de la présente enquête4. Pour la clarté de l’exposé, il convient de noter que dans notre démarche, c’est l’enquête sur la Thusca qui a permis l’identification de la Gamonia.

1 - La borne numide du jebel Messouge : un document difficile à interpréter

  • 5 J.-B. Chabot, « Note sur l’inscription punique d’une borne-limite découverte en Tunisie », BCTH, 19 (...)
  • 6 Cf. L. Poinssot, dans Rev. Africaine, t. 69, 1928, p. 166-168 ; G.-C. Picard, dans Karthago, VIII, (...)
  • 7 CRAI, 1963, p. 124-130.
  • 8 Cf. J.-G. Février, dans Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-124.

8Il s’agit d’une borne portant une inscription punique, découverte en 1940 dans le jebel Messouge5, à quatre km environ au sud-ouest de Zama, Henchir Jâma, qu’on s’accorde aujourd’hui à identifier avec Zama Regia6 et à trente km environ au nord de Mactaris, chef-lieu dupagus Thuscae7. Pour l’interprétation de l’inscription du Messouge, les commentateurs ont adopté, jusqu’à une date toute récente, la traduction proposée par J.-G. Février8 :

9« A érigé cette pierre WLBH qui est préposé aux territoires de Tiskat, fils d’[A]ris fils de DWS, fils de NRWT, fils de Zililsan, par ordre de Micipsa le prince, dans l’année vingt et un de son règne. À partir de la pierre qui est sur le tombeau et jusque vers ( ?) cette pierre-ci (il y a) deux-cent-quarante stades. »

Figure 1. - Secteur central de la Thusca des cités (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).

  • 9 Appien, Libyca, 68.
  • 10 Cf C. Tissot, Géogr. comp., I, p. 17 ; G. Camps, « Aux origines de la Berbèrie. Massinissa et les d (...)
  • 11 S. Gsell, HAAN, II, 110 ; III, 321. C’est cette localisation qui sera préférée par J.-G. Février (B (...)

10Daté de l’année 128-127 av. J.-C., ce document a fourni, pour la première fois, des indications sur la localisation de la « chora Tusca » qui, selon Appien, fut enlevée à Carthage par le roi Massinissa à la veille de la troisième guerre punique9. Avant la découverte de cette inscription, on situait hypothétiquement la chora en question soit en Kroumirie où coulait un flumen Tusca10 soit dans la région de Dougga11.

  • 12 Cf. J.-G. Février, dans BCTH, 1951-1952, p. 116. Soulignant l’intétêt de la borne du Messouge en ta (...)

11Dans un article consacré à la « borne de Micipsa », paru en 1952, J.-G. Février améliore la lecture de l’inscription proposée par l’Abbé Chabot. Mais, dans son commentaire, il ne fait pas le rapprochement avec la « chora Tusca » d’Appien et se demande si « Tiskat ne serait pas le nom d’une ville ». Toute sa réflexion se porte sur une hypothétique route numide et sur la fonction routière de la borne du Messouge12.

  • 13 Id., Ibid.

12Dans ce cadre, il suggère de traduire le terme sémitique MRSM qui signifie littéralement « courses » par « stades » parce qu’il recouvre une notion d’itinéraire ; les « 240 stades » feraient ainsi quelque 43 kilomètres. L’auteur traduit le mot « SW'T » par « tombeau » et suggère d’identifier le repère mentionné dans l’inscription avec le mausolée numide de Dougga distant d’une quarantaine de km à vol d’oiseau13.

  • 14 G. Camps, op. cit., p. 194-195 et p. 267.

13C’est à G. Camps que revient le mérite d’avoir songé au rapprochement à faire entre la « chora Tusca » d’Appien et la mention de l’RST TSKT dans l’inscription punique ; mais ce savant a proposé, lui aussi, de situer hypothétiquement la Thusca dans la région de Dougga14.

  • 15 G.-C. Picard, A. Mahjoubi, A. Beschaouch, « Pagus Thuscae et Gunzuzii », CRAI, 1963, p. 124-125 :
    Im
    (...)

14Pour mieux localiser le territoire numide recherché, il a fallu attendre la découverte, en 1963 à Maktar, d’une dédicace qui mentionne un « praefectus civitatium pagi Thuscae et Gunzuzi15 ». Ce document, daté de 113 ap. J.-C., a révélé l’existence du pagus Thuscae qui groupait plusieurs dizaines de cités stipendiaires autour de Mactaris. Les éditeurs de l’inscription ont suggéré l’identification de ce pagus avec la « chora Tusca » d’Appien mais il n’ont pas mis à contribution le texte punique du Messouge.

  • 16 Ibid., p. 128.
  • 17 Ibid., p. 128.

15Dans leur effort pour situer géographiquement le district numide identifié, les mêmes auteurs ont retenu une localisation entre la Fossa Regia à l’est et les « Fosses phéniciennes à l’ouest16 » en ajoutant que « si le pagus Thuscae devait... avoir 80 kilomètres de large. Ses dimensions du nord au sud ne peuvent être estimées17. »

  • 18 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, III, 1966, p. 1257-1262 (...)
  • 19 Ibid.,, p. 1258.

16Sur le conseil de J.-G. Février, la question est reprise par G.-C. Picard en 1966, à la lumière de l’inscription du Messouge, dans une étude consacrée à « l’administration territoriale de Carthage ». L’auteur cherche d’abord à montrer qu’il y a équivalence entre les trois appellations utilisées dans les sources pour désigner une même structure administrative (chora Tusca = ‘RST TSKT = pagus Thuscae18) ; il note que le titre ‘S ‘L du préfet numide de la Thusca « correspond exactement au latin praefectus » qui apparaît dans les inscriptions de Maktar19. Le même savant donne, ensuite, des éléments pour une délimitation moins vague du pagus Thuscae :

    • 20 Ibid., p. 1259-1262. Il est aujourd’hui établi que Furnos Maius était une cité de la Proconsulaire (...)

    « Vers le nord et l’est, c’est la Fossa Regia qui matérialisait la frontière punico-numide après les annexions de Massinissa en 149... Les bornes placées par ordre de Vespasien prouvent que la Fossa Regia passait immédiatement au nord de Furnos Maius et à 1 km au sud d’Abthugni20. »

    • 21 Ibid., p. 1259.

    « La frontière occidentale du pagus s’identifie aux Fosses Phéniciennes qui avant 149 séparaient le royaume numide du territoire punique. La borne de Micipsa s’élève sur ce tracé... [et marque] la limite non seulement vers l’ouest mais vers le nord21. »

  • 22 Ibid., p. 1260-1261 (carte, p. 1262).
  • 23 Depuis les découvertes obtenues par L. Déroche lors d’une campagne de fouilles effectuée en 1947, o (...)

17Se fondant sur ces données, G.-C. Picard n’hésite pas à conclure que la ville de Zama (Henchir Jâma), sise à quelques kilomètres au nord de la borne de Micipsa, ne faisait pas partie de la Thusca22. Une pareille conclusion ne tient pas compte de plusieurs données de géographie historique dont l’appartenance probable au territoire de Zama Regia du uicus Maracitanus (Ksar Toual Zammel), situé au sud de la borne ; cette appartenance proposée par L. Déroche est pourtant généralement admise, y compris pour la haute époque romaine23.

18Aujourd’hui, une connaissance moins vague du territoire de Zama nous incite à envisager une nouvelle interprétation de l’inscription punique du Messouge dont la lecture vient d’être sensiblement améliorée par M. Sznycer.

2 - La borne de Micipsa : au cœur d’un territoire relevant de Zama (fig 1 et 2)

  • 24 J.-B. Chabot, dans BCTH, 1942-1945, p. 64-67 et J.-G. Février, dans BCTH, 1951-1952, p. 116.
  • 25 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, III, 1966, p. 1257, n. (...)
  • 26 AAT, au 1/100 000, f. Jama, XV, 68.
  • 27 Ibid., 64.
  • 28 Ibid., 67 (pour l’aqueduc d’Ain Slimane). Des arches sont encore debout sur l’oued Jebour, à une ce (...)
  • 29 AAT, au 1/100 000, f. Maktar, XXX, 32.

19Le lieu de provenance de la borne de Micipsa a encore besoin d’être précisé. Selon l’Abbé Chabot, la pierre fut trouvée « près d’un point d’eau » où « les Romains ont postérieurement bâti des constructions24 ». Grâce à une enquête de P. Cintas, on sait que l’emplacement se trouve « non loin de la crête du Djebel Massouge » au-dessous de « l’indication RR aqueduc sur la carte topographique au 200 000, feuille de Maktar25 ». On peut donc fixer l’endroit à proximité de l’une des deux sources captées à l’époque romaine pour les besoins en eau de Zama.Il pourrait s’agir soit d’Ain Slimane26 soit, plus vraisemblablement, d’Ain Jebour située plus près de la crête du massif montagneux27. Les vestiges de deux aqueducs d’orientation sud-nord se dressent encore à peu de distance des captages en question28, à environ quatre km au sud-ouest de Henchir Jâma29.

  • 30 Voir notre carte jointe intitulée « Secteur central de la Thusca des cités ».

20Au vu de son site d’implantation, quelle pouvait être la fonction de la borne de Micipsa ? Pour essayer de répondre à cette question, il est indispensable de poser le problème de l’étendue du territoire de Zama. Au dossier de ce dernier, on versera les indices suivants30.

  • 31 P. Gauckler, op. cit., II, p. 205, no 25 et no 29. Pour l’aqueduc de Ain Slimane, Ibid., p. 205, no(...)
  • 32 Le champ de ruines de Henchir Jâma, actuellement en cours de fouille, est nettement plus vaste que (...)

21– Entre Henchir Jâma et Ksar Toual Zammel, s’étend la partie centrale du Jebel Messouge, facile d’accès et relativement fertile où se situent les carrières de pierre et les sources d’eau de Zama. Les vestiges imposants des installations hydrauliques romaines qui s’y trouvent31 témoignent de l’opulence d’une ville dont la croissance démographique, sous le Haut-Empire, a dû avoir un caractère exceptionnel, en comparaison avec les autres centres urbains de la région32.

Figure 2. - Gamonia antique. Essai de localisation (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).

  • 33 Il s’agit de deux colonnes milliaires en calcaire :
    – la première est actuellement conservée à la fe (...)
  • 34 Cf. R. Cagnat, Nouvelles explorations épigraphiques et archéologiques en Tunisie, 1887, p. 82-83 ; (...)
  • 35 CIL, VIII, 1686.

22– La principale voie d’accès à la ville de Zama traversait la plaine de Siliana ; elle est attestée par deux bornes milliaires qui indiquaient le troisième mille, l’une sous Dioclétien et Maximien, l’autre sous Constantin33. C’est également sur cette même voie que se dressait, à trois km au sud de la ville, un arc de triomphe érigé en l’honneur d’Hadrien34, l’empereur qui a conféré à Zama Regia le titre de colonia Aelia Augusta35.

  • 36 J. Desanges « observe que la source suave de Zama va dans le sens d’un territoire étendu, parce que (...)

23– Dans l’état actuel de la documentation épigraphique, la dédicace de l’arc d’Hadrien et les deux milliaires du Bas-Empire constituent les seuls indices précis sur le territoire de Zama Regia à l’époque romaine qui englobait, probablement, le uicus Maracitanus. Mais les sources littéraires, commentées par d’éminents savants, attestent que ce territoire était, à l’époque numide, relativement étendu puisqu’il pouvait avoir un rayon de vingt milles autour de la ville36.

  • 37 Sur la nature de cet édifice, cf. F. Rakob, « Numidisches Kônigsarchitektur », dans Die Numider, Co (...)
  • 38 Cf. A. M’Charek, « Inscriptions découvertes entre Zama Regia (Henchir Jâma) et [Ma]ragui Sara (Henc (...)

24En attendant l’exploration approfondie de la région, on peut retenir une première constatation. Sous les Romains encore, le territoire de Zama s’étendait vers le sud, sur une douzaine de kilomètres au moins, pour englober le versant oriental du jebel Messouge dans sa totalité ainsi que la vallée fertile de l’oued Messouge où se trouvaient le uicus Maracitanus et l’imposant édifice numide du Kbor Klib37. Dans sa plus grande extension, ce territoire a probablement englobé aussi l’essentiel de la plaine de Siliana, sans doute l’antique « plaine de Zama », où s’élevait [Ma]ragui Sara (Margaron de Polybe38 ?).

25Il apparaît ainsi que la borne de Micipsa, trouvée à quatre km seulement au sud-ouest de Henchir Jâma, était au cœur d’un territoire qui relevait de Zama Regia. La fonction attribuée à cette borne par G.-C. Picard gagnerait donc à être révisée, au moins en partie.

3 - La borne de Micipsa : borne-limite d’un domaine royal ?

  • 39 Entre 202 et 46 av. J.-C., Zama est déja une ville célèbre et fréquemment citée par les sources lit (...)
  • 40 En 46 av. J.-C., Zama est visitée et récompensée par Jules César pour avoir fermé ses portes à Juba (...)

26Il faut d’abord souligner une donnée que nous tenons désormais pour établie ; à savoir l’appartenance de la cité de Zama à la « chora Tusca » ; Zama et Mac taris sont d’ailleurs les seules localités pour lesquelles nous disposons d’indices épigraphiques attestant l’appartenance à ce district numide. À notre avis, c’est sans doute Zama qui a dû jouer le rôle de chef-lieu de la Thusca numide39, car cette ville a toujours été nettement plus importante que Mactaris, future capitale du pagus Thuscae40.

  • 41 J.-B. Chabot, « Note sur l’inscription punique d’une borne-limite découverte en Tunisie », BCTH, 19 (...)

27Trouvée au cœur du territoire de Zama, la borne de Micipsa ne marquait donc pas la limite nord de la Thusca et sur ce point précis, l’interprétation de G.-C. Picard doit être définitivement abandonnée. En revanche, il y aurait intérêt à reprendre l’hypothèse de l’abbé Chabot qui y voyait une pierre de bornage placée à la limite d’un domaine royal41.

  • 42 C. Saumagne, dans BCTH, 1927, p. 130 et suiv. ; Id., dans « Mélanges Saumagne », CTun, X, 1962, p.  (...)
  • 43 N. Ferchiou, « Contribution à l’histoire du site d’Assuras : aperçu préliminaire sur un sanctuaire (...)
  • 44 CIL, VIII, 12879.

28En effet, la cité de Zama semble tourner le dos à la contrée rurale située au nord et à l’ouest du jebel Messouge, en gros entre Henchir Mest (Mustis) et Henchir Jâma. Les recherches de C. Saumagne ont montré que ce secteur correspondait, essentiellement, au domaine impérial de la « Turris Rutunda » centré sur la plaine de la Ghorfa42. Au sud-ouest du même massif montagneux, entre Es-Sers et Henchir Jâma, c’était, depuis Auguste probablement, un secteur de colonisation romaine, celui de la colonia Assuras. Cette ville qui s’élevait à Henchir Zanfour, dans un secteur déjà occupé à l’époque pré-romaine43, était aussi sous l’Empire le centre d’une région domaniale (regio Assuritana), attestée par une inscription de Carthage44.

  • 45 Cf. Bell. Afr., 97 : Juba, vaincu à Thapsus, est venu mettre fin à ses jours dans l’une de ses ferm (...)

29Les terres impériales du fundus Turris Rutundae qui relevaient probablement de la regio Assuritana et s’étendaient au nord et à l’ouest des crêtes du Messouge, au voisinage immédiat du territoire municipal de Zama, correspondent-elles aux terres royales confisquées par César en 46 av. J.-C, après la mort de Juba vaincu à Thapsus45 ?

30En attendant les résultats d’une prospection en cours, voici deux indices concordants qui permettent déjà d’envisager une pareille hypothèse :

    • 46 J. M. Lassère, Ubique populus, Paris, 1977, p. 146.
    • 47 Cf. BSAF, 1995, p. 42.

    Comme on l’admet généralement, les regia mis en vente par César, lors de son passage à Zama, comprenaient, entre autres, des biens fonciers qui devaient tomber dans l’ager publicus ; on peut supposer que César dut en vendre à des hommes d’affaires installées en Afrique46. Or, « le dédicant de l’arc de Gordien à Mustis se qualifie de Zamensis regius et paraît agir en voisin des Mustitains » comme vient de le noter récemment A. Beschaouch47 ; son domaine pourrait donc se situer entre Mustis et le fundus Turris Rutundae voisin de Zama.

    • 48 Cf. en dernier lieu A. Ferjaoui, « Stèles du sanctuaire de Baal Hammon-Saturne de Henchir el-Hammi  (...)

    À ce jour, le secteur situé à l’ouest du Messouge, entre Jâma et Es-Sers, n’a livré aucun document attestant une quelconque structure municipale et l’habitat antique qui s’y trouve est de type rural48.

31Si l’hypothèse envisagée ici est valable, le jebel Messouge d’orientation sud-ouest/nord-est, aurait constitué une frontière naturelle entre deux domaines fonciers gérés à partir de Zama ; celui de la cité à l’est et celui du roi numide à l’ouest. La borne érigée par ordre de Micipsa en 128-127 av. J.-C. marquerait ainsi la limite entre ces deux domaines.

  • 49 M. Sznycer, « Permanences de l’organisation administrative des territoires africains aux époques pu (...)

32Il reste à trouver le lien entre la borne du Messouge et la seconde borne-repère, distante de 240 stades (environ 43 km). Au sujet de celle-ci, une précision de taille vient d’être révélée, tout récemment, par M. Sznycer dans une nouvelle lecture de la fameuse inscription punique49 :

33« A érigé cette pierre-ci WLBH, qui est préposé aux territoires de Tushkat, fils de ‘Aris, fils de DWS, fils de NRWT, fils de Zilalsan, par ordonnance (ou par délégation) de Micipsa, le Souverain, dans l’année vingt-et-un de son règne. À partir de cette pierre qui est sur le “monument” et jusqu’à la signalisation de cette pierre-ci (il y a) deux-cent-quarante “stades”. »

  • 50 Id., dans REPPAL, X, 1997, p. 139 où on lit à propos du mot SYW’T : « on doit donc exclure la tradu (...)
  • 51 Lors de son séjour en Tunisie, en 1997, M. Sznycer a aimablement attiré notre attention sur l’intér (...)
  • 52 L’itinéraire qui vient immédiatement à l’esprit est la voie attestée par les milliaires du Bas-Empi (...)
  • 53 Cf. M. Sznycer, dans REPPAL, X, 1997, p. 138 où on lit : « cette formule finale de l’inscription de (...)
  • 54 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, 111, p. 1261.

34Ainsi, il n’est plus question d’une borne-repère placée « sur un tombeau » comme l’avait compris J.-G. Février50, mais d’une pierre de signalisation, érigée sur « un monument » qui pourrait être son propre socle d’implantation51. On aurait donc affaire à deux bornes érigées officiellement sur un même itinéraire52 et la distance de 43 km qui les séparait donnerait une idée de l’étendue de la Thusca, selon une interprétation de G.-C. Picard admise par M. Sznycer53. La seconde borne serait donc à rechercher au sud de Mactaris, dans un secteur où on passe du tell à la steppe à travers le jebel Berbrou, car « peu de limites naturelles s’imposent comme celles-là54 ».

35D’autres bornes d’époque romaine confirment, selon nous, cette hypothèse de G.-C. Picard et montrent que la frontière méridionale du pagus Thuscae était matérialisée par un bornage qui indiquait la limite avec des terres impériales.

4 - Borne de Henchir Abd es-Selam : la permanence d’une frontière historique ? (Pl. I, a, b)

  • 55 CIL, VIII, 23395.
  • 56 AAT, au 1/100 000, f. El Ala, XXXVI, 52. Le site archéologique est vaste d’une dizaine d’ha, on y v (...)

36Il s’agit d’une borne-limite55 trouvée depuis un siècle sur le site d’une bourgade antique, Henchir Abd es-Selam, à quatre kilomètres au sud-ouest de Kessera, antique Chusira et à dix-huit kilomètres au sud-est de Mactaris56.

37Conservée à Maktar, dans le jardin de la Délégation (sous-préfecture), la borne est une stèle calcaire qui porte sur chacune des deux faces une inscription incomplète. En bas, la bordure irrégulière montre que la pierre a été arrachée à son socle d’implantation.

38Sur une face, les auteurs du CIL, VIII ont lu une inscription qui comportait, semble-t-il, huit lignes à l’époque ; mais aujourd’hui, les quelques lettres lisibles dans les deux premières lignes ont disparu :

[---]L[---] / [termin]i Aug[ustales] / positi ex auc/toritate ra/tionalium / per Fabium / Celerem eu[oc(atum)] / Aug(usti)n(ostri).

  • 57 M. Christol et S. Demougin, « De Lugo à Pergame : la carrière de l’affranchi Saturninus dans l’admi (...)
  • 58 Notre ami M. Christol a bien voulu nous confirmer le bien-fondé d’une pareille déduction, ce dont n (...)

39L’inscription atteste un bornage effectué par un militaire, evocatus Augusti, sur ordre des rationales (a rationibus et procurator summarum rationum) qui constituaient au troisième siècle un couple de hauts responsables des services financiers à Rome57 ; leur intervention ici implique l’existence d’un domaine impérial dans la région58.

40Sur l’autre face également endommagée, l’inscription comportait au moins deux lignes dont il ne subsiste plus que deux lettres superposées, deux fois plus grandes que dans la première inscription (hl. 8 cm et 5,5 cm), de sorte que l’espace disponible suffisait pour quatre ou cinq lettres seulement.

C[---]
T[---]

  • 59 Cf. Bulletin de la Société Archéologique du Midi de la France, fasc. 21, 1897, p. 59.

41À la suite d’un certain Bégouin, les auteurs du CIL, VIII en ont donné une lecture erronée puisqu’ils ont retenu trois lettres disposées sur une même ligne « CDN59 ».

42À notre avis, cette borne marquait la limite entre des terres impériales attestées également par d’autres documents du jebel Berbrou et le territoire de Chusira (Kessera) qui s’étendait plus au nord. Entre Chusira, la plus méridionale des cités de la Thusca occidentale, et Henchir Abd es-Selam, lieu de provenance de la borne, il n’existait aucune autre localité. C’est pourquoi, Il nous paraît possible de proposer pour cette inscription fragmentaire la restitution hypothétique suivante :

C[hus(irae)] / T(erminus) [p(ositus)] ?
ou encore
C(ivitatis) [Chus(irae)] / T[(erminus)] [p(ositus)] ?

  • 60 Cf. en dernier lieu, pour ce cas précis de la Thusca, M. Sznycer, dans REPPAL, X, 1997, p. 137 où o (...)

43Pour la Thusca en général, peut-on parler d’une permanence de l’organisation administrative comme on a tendance à le faire de plus en plus60 ? Dans le secteur sud de la Thusca, la limite attestée au IIIe siècle ap. J.-C. par les termini Augustales correspond-elle à une vieille frontière numide entre la Thusca et un domaine royal situé plus au sud ?

  • 61 Rappelons, encore une fois, que c’est G.-C. Picard qui a été le premier à retenir, comme frontières (...)

44Comme on le verra plus loin, une autre borne de délimitation, celle d’Oueslatia, montre que les mêmes terres impériales se prolongeaient à l’est, au sud de la Thusca orientale, et faisaient partie d’une chora Gamonia d’origine numide dont Aquae Regiae a sans doute été le principal centre de gestion. Une frontière historique aurait ainsi existé entre deux districts numides nettement individualisés61 ; au nord, la Thusca avec ses cinquante cités et au sud la Gamonia, pays de transition avec la steppe, ayant reçu une organisation domaniale.

45Si on admet la permanence de ce type de frontière historique, il devient possible de proposer une même fonction pour la borne de Henchir Abd esSelam érigée par ordre des rationales et pour celle du Messouge, érigée par ordre de Micipsa, plusieurs siècles plus tôt. L’une, comme l’autre, indiquait la limite de la Thusca des cités avec des terres royales devenues ensuite propriétés impériales.

  • 62 La vallée de l’oued el-Hammam correspond à la route actuelle entre Siliana et Maktar, jalonnée par (...)
  • 63 Cet itinéraire à travers le Messouge a été suggéré par R. Cagnat à propos de la voie Aquae Regiae-Z (...)

46La distance de 240 stades (ou 43 km) qui séparait, en 128-127 av. J.-C., la frontière du Messouge de celle du Berbrou correspondrait, en toute logique, à un itinéraire vraisemblable reliant Zama à Mactaris, à travers la vallée de l’oued el-Hammam62. Comme on l’a déjà vu, c’est cette voie qui est attestée à l’entrée sud de Zama par les milliaires du Bas-Empire. La borne de Micipsa a pu être placée sur un embranchement qui se détachait de cette voie en direction de l’ouest, à travers le massif du Messouge63.

47En définitive, les 43 km séparant la borne du Messouge au nord de la seconde borne-repère au sud, pourraient bien correspondre à l’étendue du ressort administratif du préfet de la Thusca numide, calculée sur une voie principale reliant Zama Regia à Aquae Regiae uia Mactaris. Ce ressort administratif était limitrophe au sud, et sans doute au nord, d’importantes propriétés royales.

48D’autres bornes d’époque romaine permettent de préciser les limites de la Thusca des cités.

5 - Bornes de la Fossa Regia et limite nord-est de la Thusca

  • 64 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1259-1262 (carte, p. 1260).
  • 65 BCTH, 1938-39-40, p. 204 ; ILTun, no 623-624.
  • 66 CRAI, 1894, p. 46 (R. Cagnat) ; CIL, VIII, 23084 ; ILTun, no 787 (A. Merlin).
  • 67 Ain Fourna, A AT, au 1/100 000, f. Jama, XXV, 187.
  • 68 Henchir es-Souar, AAT, au 1/100 000, f. Dj. Fekirine, XLI, 52.

49C’est encore à G.-C. Picard que revient le mérite d’avoir fixé approximativement la limite entre le pagus Gunzuzi, ancien territoire punique, et le pagus Thuscae, ancien territoire numide. Pour ce savant, la frontière en question doit être recherchée entre les deux bornes les plus méridionales de la Fossa Regia64 (celle de l’oued el-Ouaar65 et celle de l’oued el-Hadada66), c’est-à-dire en gros entre Furnos Maius67 et Abthugnos68.

  • 69 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1259.
  • 70 CRAI, 1907, p. 480-481.
  • 71 Henchir Oum el-Aboueb, AAT, au 1/100 000, f. Djébibina, XLXVIII, 56.
  • 72 ILTun, 619
  • 73 Henchir es-Séhili, AAT, au 1/100 000, f. Jâma, XXV, 25.
  • 74 N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu en Afrique proconsulaire et sur la Fossa Regi (...)

50En fait, la ligne de démarcation recherchée devait franchir l’oued el-Kébir à un endroit encore indéterminé. G.-C. Picard a proposé69, à la suite de L. Poinssot70, de la faire passer au nord de Furnos Maius et de Seressi71 ; mais une enquête récente de N. Ferchiou permet de supposer, avec plus de vraisemblance, que la Fossa Regia se prolongeait plus au sud et englobait en Africa Vetus non seulement Furnos Maius, où fut trouvée une dédicace datable de 390-392 par la mention du proconsul en charge72, mais probablement aussi les cités de Saradi73 et Seressi74.

  • 75 G. Di Vita-Evrard, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique proconsulaire », L’Africa Romana, III (...)
  • 76 AAT, au 1/100 000, f. Dj. Bou Dabbous, XXXI, 5-6 (Ksar Lemsa).
  • 77 AAT, au 1/100 000, f. Djebibina, XLVIII, 28.
  • 78 AAT, au 1/100 000, f. Maktar, XXX, 262 (Henchir Sidi Amara).
  • 79 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1262 où on lit : ayant « une unité géographique, physique (...)

51Avec G. Di Vita-Evrard, nous croyons à la « permanence des limites administratives » et admettons volontiers que le tracé à retenir ici correspondrait à un segment de la frontière qui, au Bas-Empire, sera tracée entre les provinces de Proconsulaire et de Byzacène75. Au sud de ce segment de la Fossa Regia, la Thusca orientale engloberait selon G.-C. Picard, les secteurs de Limisa76 et de Muzuca77 au nord ainsi que celui d’Agger78 au sud ; et là aussi, la limite méridionale du pagus Thuscae, serait une frontière naturelle79.

52Grâce à une borne de délimitation de terres impériales trouvée au sud d’Oueslatia, on peut fixer la limite sud de la Thusca orientale conformément à l’hypothèse de G.-C. Picard.

6 - Borne d’Oueslatia (PI. II, a, b ; PI. II bis, a, b)

53Le 8 avril 1946, Alfred Merlin a présenté à la Commission d’Afrique du Nord des inscriptions envoyées par C. Saumagne et relevées pour le plus grand nombre par ses soins. Parmi ces inscriptions :

54« Un certain nombre de pierres (no 3 à 8) proviennent des environs d’Ousseltia (région de Kairouan). Elles sont conservées dans le jardin de l’ancien caid Si Mohamed Zouari, qui les a recueillies dans un rayon d’à peu près 5 kilomètres vers le Sud du village de colonisation.

55 » 3° Cippe de calcaire à peine dégrossi. Haut. 0,50 m ; larg. 0,20 m ; haut, des lettres 0,06 m.

CAES
N

56 » 4° Borne de calcaire assez soigneusement équarrie, à sommet triangulaire. Dans un cartouche haut de 0,21 m, large de 0,34 m, en lettres mesurant 0,08 m :

GALLI
ΚΑΝΙ

  • 80 BCTH, 1946-1949, p. 76-78 ; AE, 1946, 75 et 76.

57 » les bornes 3 et 4 marquaient la limite de deux domaines, l’un appartenant à l’empereur, l’autre à un particulier nommé Gallicanus80. »

58Nous avons retrouvé les documents publiés par C. Saumagne qui sont encore conservés dans l’ancienne maison du caid à Oueslatia. Mais il convient de rectifier l’information fournie par l’éditeur qui n’a pas dû avoir l’occasion d’examiner de près les pierres ; en effet, les deux inscriptions marquant la limite entre les terres de l’Empereur et celles de Gallikanus ne sont pas gravées sur deux bornes différentes mais sur les deux faces d’une seule et même borne.

59Il s’agit d’une pierre calcaire haute de 1,12 m, plus large dans sa moitié inférieure mal dégrossie destinée à être fichée en terre (45 cm) que dans sa moitié supérieure destinée à recevoir les inscriptions (36 cm). La hauteur des lettres est à peu près conforme à celle donnée par l’éditeur.

60Une prospection rapide du secteur de provenance de la borne, à 5 km au sud d’Oueslatia en direction du jebel Oueslat, nous a permis de visiter de nombreux sites antiques riches en vestiges d’huileries. Ces bourgades rurales se trouvent dispersées dans les diverses fermes coloniales françaises aujourd’hui nationalisées dont la ferme-pilote Menchari (1800 ha).

  • 81 BCTH, 1909, p. 112-115.

61À notre avis, la borne d’Oueslatia, marquait la limite entre des terres impériales, « Caes(aris) n(ostri) », situées au sud de la Thusca comme on le verra plus loin et un grand domaine privé autonome, celui de Gallikanus, situé géographiquement sur le territoire d'Agger qui s’étendait en gros dans l’actuelle plaine d’Oueslatia. À peu de distance au sud-ouest de la borne, dans un secteur appelé Chendouba, se trouvait l’atelier d’un quadratarius Aggeritanus attesté par une inscription publiée en 190981.

  • 82 G. Barbieri, L'albo senatorio da Settimo Severo a Carino (193-285), Roma, 1952, no 1016 ; M. Corbie (...)

62On reprendra ailleurs l’enquête relative au domaine de Gallikanus attesté par le document d’Oueslatia. Pour l’instant, on se bornera à noter ici que le propriétaire de ce fundus pourrait être identifié avec le sénateur L. Domitius Gallicanus Papinianus, probablement originaire de Carthage, qui a été praefectus aerarii Saturni sous Alexandre Sévère avant d’exercer plusieurs gouvernements consulaires sous Gordien III et Philippe82.

63Il reste à mieux situer les terres impériales attestées par la borne d’Oueslatia ; pour ce faire, nous allons examiner maintenant la documentation provenant de la région située au sud de la Thusca, c’est-à-dire au sud des bornes de Henchir Abd es-Selam et d’Oueslatia.

Identification de la Gamonia

1 - Les coloni Gam(onienses), au sud de la Thusca occidentale (fig. 2)

  • 83 AAT, au 1/100 000, f. EL Ala, XXXVI, 116 (Henchir el Left). Voir la description des ruines par S. B (...)

64Dans une communication présentée à Tunis en décembre 1994, intitulée « le domaine impérial de Rouhia-Berbrou », nous avons rapproché la borne de Henchir Abd es-Selam érigée par ordre des rationales d’une dédicace trouvée à Henchir Left, ruines d’une bourgade antique située dans la plaine de Rouhia à une vingtaine de km au sud de Maktar83.

  • 84 BCTH, 1946-49, p. 376 ; A E, 1949, 49 : [Iussu ou Pro salute ddd nnn Constan]ini maximi[---/---ins](...)

65Publiée en 1949 par Alfred Merlin et conservée actuellement au jardin du musée de Maktar, cette inscription datable des années 323-337 mentionne des travaux d’adduction d’eau (nymphée et canalisation) et rend grâce à deux patrons de la bourgade dont l’un, [---]lius Florentius, était u(ir) p(erfectiss im us) proc(urator)84.

  • 85 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-empire, Paris, 1981, II, p. 115.
  • 86 H. Jouffroy, Les constructions publiques en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg, 1986, p.  (...)
  • 87 Voir notre article : « L’identification d’un domaine impérial dans le secteur de Rouhia-Berbrou », (...)

66L’absence à la fin de cette dédicace de toute mention relative à une quelconque structure municipale, déjà relevée par C. Lepelley85 et H. Jouffroy86, confirme l’aspect nettement rural de la documentation recueillie dans l’ensemble du secteur de Rouhia-Berbrou87. Il nous a donc paru utile d’entreprendre une prospection archéologique à travers les ruines signalées par les brigades topographiques entre Henchir Abd es-Selam et Henchir Left.

  • 88 AAT, au 1/100 000, f. EL Ala, notice. Voir aussi nos cartes de localisation jointes infra. Douar Ba (...)

67Effectuée au cours de l’été 1994, en compagnie de Béatrice Rogeré, étudiante à Paris I qui venait d’achever un DEA consacré au patrimonium d’Afrique, une campagne de prospection a permis de visiter plusieurs ruines dont celles de Henchir Attia, Henchir Jaballah, Henchir Tebraria et Douar Bayoud88. C’est dans ce dernier site que fut recueilli un document épigraphique décisif pour la confirmation de l’hypothèse de travail envisagée. Malgré une cassure qui a fait disparaître une ou deux lettres au début de chacune des sept lignes, la nouvelle inscription se lit aisément (PI. III, a, b)

[M]inervae Vic/[to]riae Aug(ustae) sacr(um) / Pro salute Augg[[g]](ustorum) / [Im]pp[[p]](eratorum) Severi et / [An]tonini [[et Getae]] / [et I]uliae Domnae Aug(ustae) / [c]oloni Gam. suapec(unia) f(ecerunt).

  • 89 On reviendra notamment sur l’intérêt de l’inscription pour l’histoire religieuse : Minerve est qual (...)

68Une étude détaillée de l’inscription sera publiée en Tunisie, en collaboration avec B. Rogeré, dans un article consacré à Henchir Bayoud89. On se contentera ici de souligner la valeur documentaire du texte pour la géographie historique.

  • 90 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle, p. 156-166.
  • 91 Plusieurs parallèles sont attéstés épigraphiquement ; on citera, à titre d’exemple, les « coloni Ba (...)

69Cette dédicace est datable entre septembre 209 et le 4 février 211 ap. J.-C.90 par le règne commun des trois Augustes, Septime Sévère et ses deux fils, Caracalla et Géta dont le nom a été martelé. Elle révèle le nom abrégé d’une communauté de colons africains91, celle des coloni Gam., dont le centre correspond très probablement à Douar Bayoud, au cœur du jebel Berbrou. À notre avis, ce document inédit confirme l’existence au sud de la Thusca d’un vaste secteur de terres impériales dont la limite septentrionale était marquée par les bornes de Henchir Abd es-Selam et d’Oueslatia.

70En outre, il nous paraît possible d’identifier le nom abrégé de la communauté de colons-métayers signataires de la dédicace de Douar Bayoud grâce à un rappochement probant avec deux toponymes fournis par les sources médiévales : Qamûnia (Gamûnia) et Qamûda (Gamûda).

Figure 3 – Gamonia médiévale. Essai de localisation (Laboratoire de carthographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis,1997).

2 - Qamûnia des sources arabes, au sud de la Thusca orientale (fig.3)

71Dans les sources médiévales qui évoquent la conquête arabe de l'Ifriqiya entre 654 et 688, à une époque où l’armée byzantine avait déjà évacué la Byzacène steppique pour se retrancher derrière sa dernière ligne de défense constituée notamment par les forteresses de Couloulis et Mammes, il est régulièrement fait mention de Qamûnia, tantôt comme région, tantôt comme localité. Ce toponyme est associé à la fondation de Kairouan et à l’épisode du royaume éphémère de Koceila, vainqueur de Oqba, mais qui fut lui-même défait par Zuhair al-Balawi à la bataille de Mems en 688 et tué à une trentaine de km à l’ouest de Kairouan.

  • 92 Ibn Khordadbeh Abul-Qasim Obaidallah, Le livre des routes et des royaumes, ed. M. J. de Goeje, Leyd (...)
  • 93 Ibn Abd al-Hakam Abul-Qasim Abd al-Rahman, Conquête de l'Afrique du Nord et de l’Espagne, Traduit p (...)
  • 94 Abul-Arab Muhammad b. Ahmed b. Tamim, Classes des savants de l’Ifriqiyya, édition et traduction par (...)
  • 95 Al-Raqiq Abu-Ishaq Ibrahim b. al-Qasim, Histoire de l’ifriqiyya et du Maghreb, Tunis, 1980, p. 47 ( (...)
  • 96 Al-Bekri Abou Ubayd Abdallah b. Abd al-Aziz, Les royaumes et les routes, traduction française par M (...)
  • 97 Al-Maliki Abu Baker Abd-Allah, Riyad al-nufus, éd. par B. Baccouche et M. A. Matoui, Beyrout, 1983, (...)
  • 98 Yaqut, Mujam al-Buldan, Beyrout, 1979-1986, IV, p. 399, 415.
  • 99 Ibn al-Athir Abul-Hassen Izzeddin, Al Kamil fittarikh, éd. par Ali Chiri, Beyrout, 1989, II, p. 399 (...)
  • 100 Ibnu Nagi Abul-Fadhl Qasim b. Isa, Maalim al-imen fi marifet ahl alQayrawan, Tunis, 1973, 1, p. 45.
  • 101 Al-Nuwairi Shihabeddin Ahmed b. Abd al-Wahhab, Nihayat al-Arab fi funun al-adab, t. 24, Le Caire, 1 (...)

72Parmi les sources qui parlent de Qamûnia, on citera Ibn Khordadba92, Ibn Abd al-Hakam93, Aboul-Arab94, Al-Raqiq95, Al-Bakri96, Al-Maliki97, Yaqût98, Ibn al-Athir99, Ibnu Nagi100, Al-Nuwayri101.

  • 102 C. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 563.
  • 103 H. H. Abdulwahab, « Sur l’emplacement de Qairouan », Revue Tunisienne, 1940, p. 51-53 ; M. Talbi ; (...)

73Maintes fois souligné depuis C. Diehl, le point faible de ces sources médiévales est sans doute leur caractère tardif qui a engendré diverses contradictions, confusions ou imprécisions102. Elles s’échelonnent, en effet, entre le IXe et le XVe siècle et sont séparées des événements qui nous occupent par un intervalle de 2 à 7 siècles. C’est, à notre avis, pour cette raison que les commentateurs modernes, depuis H. H. Abdulwahab jusqu’à M. Talbi, ont retenu une hypothèse bien fragile faisant de Qamûnia une ville antique qui a précédé Kairouan103.

74Depuis la découverte de l’inscription de Douar Bayoud signée par les coloni Gam. nous avons repris l’enquête sur Qamûnia des sources arabes car le rapprochement entre l’ethnique abrégé Gam. et le toponyme Qamûnia nous a paru possible. Ce rapprochement se justifie aussi bien phonétiquement (Qamûnia = Gamonia) que linguistiquement (Qamûnia étant constitué par le radical Gam. + un suffixe).

  • 104 Voir notre communication donnée le 21 novembre 1997 à Kairouan, sous le titre « lubaltiana et Villa (...)
  • 105 Il s’agit d’un article de 20 pages en Arabe, à paraître en Tunisie.

75Nous aurons l’occasion de développer ailleurs notre argumentation tirée des sources arabes que nous avons pris soin de faire vérifier par un excellent connaisseur, l’historien de Kairouan, notre Maître Mohamed Talbi104. En outre, notre élève Ahmed Al-Behi qui prépare un doctorat sur la toponymie de l’Ifriqiya vient d’achever un article exhaustif sur « le concept de Qamûnia dans les sources arabes105 ».

76On se limitera donc à faire état ici des principaux résultats de l’enquête en rapport avec l’identification de la Gamonia ; résultats déjà acceptés par Mohamed Talbi ainsi que par de nombreux médiévistes tunisiens dont nos amis Abdelaziz Daoulatli, Mohamed Hassen, Fawzi Mahfoudh et Mourad Rammeh.

  • 106 Dans les chroniques arabes qui relatent les raids en Ifriqiya de Moawiya Ibn Hodaij (654-665), on a (...)
  • 107 Ibn al-Athir, op. cit., trad. Fagnan (Annales du Maghreb et de l’Espagne), p. 15 ; ce texte est cit (...)
  • 108 Al-Bekri, op. cit., éd. par A. P. Van Leewen et A. Ferré, 1994, II, p. 763 (1245).

77Qamûnia est évoquée en tant que région depuis les expéditions de Moawiya Ibn Hodeij entre 654 et 665, bien avant la fondation de Kairouan en 670106. Elle est également attestée après cette date : selon Ibn al-Athir, une révolte du jound a éclaté en 663 dans l’ouest de Qamûnia contre le gouverneur abbasside de l’Ifriqiya, Mohamed Ibn Al-Achath, à un moment où celui-ci venait à peine de relever les murs de Kairouan107. Le géographe andalous AlBakri qui reprend une source kairouanaise du Xe siècle ap. J.-C. mentionne « Balad Qamûnia » (pays de Qamûnia) et « Kurat Qamûnia » (chora de Qamûnia)108.

78Qamûnia correspond géographiquement aux plaines et plateaux relativement fertiles et riches en eau potable, situées autour de Mems, au pied du jebel Oueslet et au sud de Jaloula, dans le secteur de jebel Al-Qam.

79Nous pouvons, dès lors, retenir une donnée géographique essentielle obtenue à la lumière des sources arabes : Qamûnia était la région située à l’ouest de Kairouan, en gros entre Jebel al-Qarn à l’est et jebel Berbrou à l’ouest.

  • 109 Il s’agit de Jouhaina et Ghatafène qui ont fait partie des premiers contingents arabes venus avec M (...)
  • 110 M. Solignac, « Recherches sur les installations hydrauliques de Kairouan et des steppes tunisiennes (...)
  • 111 Carte topographique au 1/50 000, Pichon.

80On ajoutera que c’est précisément au cœur de cette région que la première colonisation arabe devait trouver son terrain d’élection109. Depuis l’excellente enquête de M. Solignac sur les installations hydrauliques de la région, nous savons en outre que Mems des sources arabes est identifiable avec les ruines de Douemis110 et que la première localité arabe en dehors de kairouan, Qariat al Jouhayniyin, correspond à l’actuelle Haffouz, appelée Pichon à l’époque française111.

81Le rapprochement probant phonétiquement et linguistiquement entre coloni Gam. et Qamûnia reçoit ainsi une excellente confirmation par les données de la géographie. Il existe, en outre, une véritable unité orographique pour l’ensemble de la région située entre Kairouan à l’est et Douar Bayoud, centre des coloni Gam., à l’ouest ; unité clairement définie par la vallée de l’oued Marguellil comme on peut le voir sur les cartes topographiques au 1/200 000 de Kairouan et Pichon.

82Ces données permettent, selon nous, d’identifier une région antique appelée Gamonia. C’est ce nom qui apparaît dans la dédicace de Douar Bayoud sous la forme d’un ethnique que nous proposons de développer ici « Gam(onienses) ».

3 - La Gamonia : une région géographique et historique (fig.4)

a - Une région géographique

  • 112 Nos cartes jointes montrent clairement le partage des eaux de part et d’autre de la frontière entre (...)

83Grâce à l’aide obligeante de notre collègue géomorphologue Mohamed Raouf Karray qui préparare une thèse d’État consacrée au Kairounais, nous savons que la frontière entre la Thusca et la Gamonia, telle que nous la restituons à partir des bornes de Henchir Abd es-Salem et d’Oueslatia, est également une frontière naturelle. Il s’agit, grosso modo, de la limite du domaine tellien et du domaine steppique qui est aussi une ligne de partage des eaux112.

  • 113 Notre carte jointe intitulée « Gamonia antique », met en évidence le grand carrefour que fut Aquae (...)
  • 114 J. Despois, La Tunisie orientale : Sahel et Basse-Steppe, Paris, 1955, p. 134 où on lit : « Au sud (...)

84Dans cette région qui a toujours servi de couloir de pénétration113, il y a une heureuse complémentarité entre les secteurs montagneux qui fournissent d’importantes réserves d’eau et les plateaux et plaines particulièrement fertiles au cœur de la Gamonia, autour d’El-Ala et de Haffouz comme l’a montré J. Despois114.

Figure 4. - Gamonia. Une région géographique (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).

b - Une région historique

  • 115 A. Gragueb, M. Harbi-Riahi, A. M’Timet, J. Zoghlami, « Nouvelles découvertes de représentations rup (...)
  • 116 A. Gragueb et R. Karray, « Découverte du paléolithique inférieur en Tunisie centrale (note prélimin (...)
  • 117 Voir AAT, au 1/100 000, cartes « Kairouan » et « El-Ala ».

85La région a révélé d’importants vestiges préhistoriques et protohistoriques indiqués par nos collègues auteurs de la carte « Kairouan » de l’Atlas Préhistorique de la Tunisie actuellement sous presse. On peut en citer les peintures rupestres du jebel Oueslat115, l’acheuléen de Jebil116 ainsi que de nombreuses nécroploles mégalithiques117.

  • 118 Ibid.
  • 119 Sur les cartes relatives à l’urbanisation ou à la municipalisation de l’Afrique romaine, la vallée (...)

86La documentation épigraphique et archéologique d’époque antique, sans être négligeable comme on pourrait le croire, révèle un habitat de type rural mais qui était particulièrement dense118. La région encore faiblement explorée n’a livré à ce jour aucun indice d’une quelconque structure municipale119. Dans une première étape de prospection, nous avons visité trois secteurs de la vallée :

  • à l’ouest, les nombreuses ruines du jebel Berbrou, autour de Douar Bayoud ;

    • 120 D. P. S. Peacock, F. Bejaoui et N. Ben Lazreg, « Roman Pottery in Central Tunisia » Journal ofRoman (...)
    • 121 P. Salama, « La Via Hadrumetina en Byzacène », CTun, 45-46, 1964, p. 81, n. 54.
    • 122 M. Solignac, op. cit., p. 154 et suiv. ; C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 34 (...)

    autour de Haffouz et d’El-Ala, plusieurs sites importants dont Sidi Marzoug-Attounsi, considéré par Peacock comme l’un des plus grands centres de production de la sigillée fine120, Henchir el-Khatra (Haffouz) qu’on s’accorde à juste raison à identifier avec le nœud routier d’Aquae Regiae121, Henchir Douemis, point de départ de l’aqueduc antique et médiéval de Kairouan, identifié avec l’antique Mammes, Mems des sources arabes122.

    • 123 Sabra es-Sour (Sabra des remparts) se trouve à un kilomètre et demi au sud de la mosquée de Oqba. I (...)
    • 124 Abbassiya se trouve à quelques kilomètres au sud de Kairouan ; il s’agit également d’un site qui a (...)
    • 125 Voir infra, note 143.
    • 126 Carte topographique au 1/50 000, f. de Kairouan. Le site archéologique n’est pas indiqué sur AAT, f (...)

    Autour de Kairouan, les sites encore insuffisamment étudiés de Sabra123,d’Al-Abbassiya124, de Raqqada125 ainsi qu’un champ de ruines inédit, celui d’ElGarn126.

4 - La Gamonia, un vaste secteur de terres impériales

  • 127 A. M. Broadley, The last punic war, Tunis past and present, vol. II (a. 1882), p. 164.

87Outre les inscriptions trouvées à Henchir Abd es-Selam, à Ousseltia, à Henchir Left et à Douar Bayoud, nous disposons d’un cinquième document épigraphique à verser au dossier. Il s’agit de CIL, VIII, 11 217, découvert en 1881 à Kairouan-même, au cours de travaux de « réparations » effectués « au dehors de la mosquée » d’Oqba comme le précise le britannique A. M. Broadley127.

88Malgré quelques particularités graphiques qui posaient problème, ce texte a été lu et restitué par les auteurs du Corpus qui ont adopté une interprétation du Père Delattre :

Deo Plutoni sacr(um), pro salu/te dddd(ominorum) nnnn(ostrorum) Diocletia/ni et Maximiani et Costanti (sic) et Maximiani nob[i]lissimo(rum) (sic) Caessss(arum), / templum Plutnis (sic) colabsum et dedicatum per instantia Felici / C.Aeli Fortunati et L.C. Antoni Marsua/tis magg(istrorum) f(undi) ( ?) Iub[a]l[tianensis] ( ?) et Fortunatus Aliqua/tis arcarius et in hon(orem)poet. maiest. cura...

  • 128 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1981, II, p. 331.

89Ce texte évoque la restauration d’un temple de Pluton pour le salut de Dioclétien et ses collègues de la Tétrarchie (293-305 ap. J.-C.). Complètement ignorée des médiévistes historiens de Kairouan, l’inscription a été commentée avec prudence par C. Lepelley qui pensait avoir à faire à « une pierre remployée dans la mosquée de Kairouan128 » ; elle a aussi retenu l’attention de S. Lancel qui a écrit à propos de Iubaltianensis plebs : « Le siège était situé en Byzacène selon l’indication de la Notitia de 484... La découverte à proximité de Kairouan d’une inscription relative au f[un] d[us] Iub[a]l[tianensis] (CIL, VIII, 11 217) rend très probable la localisation près de cette dernière cité de ce siège rural. »

  • 129 H. H. Abdulwahab, « Sur l’emplacement de Qairouan », Revue Tunisienne, 1940, p. 51-53. M. Talbi, da (...)
  • 130 A. Daoulatli, « La céramique Ifriqqiyienne du VIIIe au XVIe siècle », Catalogue de l’éxposition Cou (...)
  • 131 A. Ennabli, A. Mahjoubi, J. W. Salomonson, La nécropole romaine de Raqqada, Notes et documents, VII (...)

90À notre avis, c’est aussi par prudence que ce savant a préféré localiser l’évêché de Iubaltiana « à proximité de Kairouan » alors que la pierre provenait de Kairouan même. Prudence pleinement justifiée au vu de l’état des connaissances sur la localité qui a précédé la ville d’Oqba. En effet, si les commentateurs qui se fondent sur les textes arabes retiennent l’existence d’un fortin byzantin et d’une église129, l’archéologie est à ce jour défaillante malgré plusieurs fouilles qui attendent d’être publiées130. Notons toutefois, que le site de Raqqada, à dix km plus au sud, a fait l’objet d’une fouille publiée dans les années soixante et a déjà livré un matériel couvrant les quatre premiers siècles de l’ère chrétienne131. On reviendra ailleurs sur les problèmes que pose le site de Kairouan et on se contentera de donner ici les premiers résultats d’une enquête appelée à se développer.

91La découverte du centre des [c]oloni Gam(onienses) et l’identification de la Gamonia confortent l’interprétation retenue par les auteurs du CIL, VIII pour la dédicace de Kairouan. L’existence dufundus Iubaltianensis dans le secteur oriental de la Gamonia peut désormais être envisagée avec davantage de vraisemblance.

  • 132 Al-Bekri, op. cit., trad. De Slane, Paris, 1965, p. 22, 52-53. Al-Qaeçariya correspond au toponyme (...)

92Le fundus qui a précédé Kairouan, attesté sous la Tétrarchie, serait ainsi un domaine impérial d’époque romaine. Cette interprétation semble éclairer une indication toponymique due à Al-Bakri. Dans son ouvrage « Les routes et les royaumes », ce géographe du XIe siècle nous apprend que les deux colonnes rouges remployées dans le Mihreb de la mosquée d’Oqba provenaient « d’une église ancienne située à l’endroit connu aujourd’hui sous le nom d’Al-Qaeçariya où se trouve “Souk al-Darb132” » (édifice de la monnaie).

  • 133 S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1415.
  • 134 Le siège épiscopal de Marazanae est attesté en 411 (S. Lancel, op. cit., IV, p. 1415-1416) ; celui (...)
  • 135 A. Beschaouch, « À la recherche de Thambeis/Tanbes », BSAF, 1985, p. 26-28.
  • 136 A. M’Charek, « Henchir es-Snam (antique Apud Asnam ?) : champ de bataille en 125 H./742 ap. J.-C. » (...)

93Outre le siège catholique de Iubaltiana, attesté pour la première fois en 497, on peut localiser, d’une manière plus ou moins assurée, à l’intérieur de la Gamonia trois autres évêchés tardifs, ruraux et catholiques, à savoir : Mammes, Aquae Regiae et Marazanae (désormais vraisemblablement Marazanae regiae133), tous attestés entre la fin de l’époque romaine et la fin de l’époque byzantine134. Le siège épiscopal de Thambeis situé hypothétiquement par A. Beschaouch « dans la région de Kairouan135 » n’est pas à rechercher à l’intérieur de la Gamonia136.

  • 137 Victor de Vita, III, 28 ; S. Lancel, op. cit., IV, p. 1311.
  • 138 C. Saumagne, « Un tarif fiscal au IVe siècle », Karthago, I, 1950, p. 130.
  • 139 Cf.P. Salama, Les voies romaines de l'Afrique du Nord, 1951,p. 121.

94Parmi les évêchés de cette région qui ont sans doute joué le rôle de centres de gestion domaniale, un seul Aquae Regiae a, semble-t-il, atteint le statut de civitas mais seulement à l’époque vandale137. Dans le document épigraphique du IVe siècle appelé conventionnellement « tarif fiscal », il est fait mention d’un fundus Aquarum138 mais nous savons que plusieurs localités africaines portaient un nom composé dont le premier élément était Aquae139.

  • 140 A. Ennabli, A. Mahjoubi, J. W. Salomonson, La nécropole romaine de Raqqada, Notes et documents, VII (...)
  • 141 P. Salama, « La Via Hadrumetina en Byzacène », CTun, 45-46, 1964, p. 73-85.
  • 142 Cf. M. Christol, « L’administration des biens et des revenus de l’État à l’époque romaine », Actes (...)

95La Gamonia dont plusieurs centres produisaient et exportaient la fameuse céramique sigillée africaine140 était desservie par la Via Hadrumetina, artère dont le rôle majeur dans l’économie de la Byzacène, notamment en rapport avec les domaines impériaux, a été depuis longtemps souligné par P. Salama141. Le secteur domanial de Gamonia trouverait ainsi sa place tout naturellement dans la « regio Hadrumetina » ou, peut-être, au sein du « tractus Byzacenus142 ».

  • 143 F. Jacques, « Propriétés impériales et cités en Numidie Méridionale », Cahiers du centre G. Glotz, (...)

96Ainsi, les résultats provisoires de notre enquête autorisent à envisager l’existence à travers la Gamonia d’un bloc de terres impériales qui aurait eu 70 à 80 km selon l’axe est-ouest. Si elle est admise, cette découverte apporterait confirmation à la brillante démonstration du regretté F. Jacques à propos des « propriétés impériales en Numidie méridionale143 ».

  • 144 Peut-être pourrait-on rapprocher ce toponyme de l’ethnique Iubaleni d’Ammien Marcellin, cf. J. Desa (...)
  • 145 Cf. Z. Benzina-Ben Abdallah, dans L'Africa Romana, XI, 1994, p. 1367.
  • 146 Lors du creusement, au début des années 1980, des fondations de l’Hotel Continental à Kairouan, en (...)

97Qualifiée de « kûra » (chora) par Al-Bakri, la Gamonia correspond également à un ancien district du royaume numide comme sa voisine Thusca. L’origine numide est en tout cas attestée tant par la toponymie que par l’archéologie. Peuvent-être considérés comme numides, les noms de Gamonia, Iubaltiana144, Mammes (ou plutôt Mamma), Marazanae ainsi que l’hydronyme Marguellil, construit sur le nom du dieu libyque Maragzu attesté par une inscription de Limisa145. Aquae Regiae, sans doute le centre majeur de la Gamonia, porte un nom qui évoque le souvenir des rois numides. L’archéologie atteste la culture numide à travers la tradition des tombes mégalithiques et à travers l’art figuratif des stèles à Baal-Hammon-Saturne découvertes un peu partout dans la région y compris à Kairouan-même146.

  • 147 Cf. en dernier lieu N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu d’Afrique proconsulaire e (...)
  • 148 Cf. J. Despois, La Tunisie Orientale, Sahel et Basse Steppe, Paris, PUF, 1955, p. 2-96.

98Si on reconnaît pour la Gamonia une origine et une culture numides, on devrait situer cette région à l’extérieur de la Fossa Regia et on aurait ainsi, pour la première fois, une indication décisive sur le tracé méridional de la vieille frontière historique. À partir d’Abthugnos, la Fossa Regia atteindrait la ville de Thinae en ligne directe, à travers les sebkhas Kelbia et Sidi el-Hani, ce qui est de nature à confirmer une hypothèse généralement admise147. Il en découle que la frontière du Byzacium punique pourrait correspondre, à quelque chose près, à l’actuelle limite du Sahel Tunisien qui est une frontière naturelle148.

La Gamûda : composante steppique du territoire des Gam(onienses) / Gam(utenses) (fig. 5)

  • 149 Jusqu’à la création en 1973 du gouvernorat qui porte son nom, Sidi Bouzid, village fondé à la fin d (...)
  • 150 La première mention de Gamûda dans les sources médiévales remonte à 647 ap. J.-C. lors du raid d’Ib (...)
  • 151 Al-Yaqûbi, Kitab al-boulden, éd. Sader, p. 160.
  • 152 Ibn Hawkal, Souratou al-Ardh, éd. Brill, Leiden, 1967, p. 94 ; Al-Mûqaddassi, Ahçan Attakassim fi M (...)
  • 153 Al-Bekri, Les routes et les royaumes, éd. Beit al-Hikma, Tunis, 1992 p. 1245.
  • 154 H. Djaït, « La wilaya d’Ifriquiya au IIe/VIIIe siècle : Étude institutionnelle », Studia Islamica, (...)
  • 155 A. Mahjoubi, « De la fin de l’Antiquité au haut Moyen Âge : Héritages et changements dans l’urbanis (...)
  • 156 H. H. Abdulwahab, dans CTun, no 5, 1954, p. 8 où l’auteur écrit : « On ne dispose malheureusement p (...)
  • 157 Cf. A. Al-Hani, op. cit., n. 145.

99Comme dans le toponyme Qamûnia, on retrouve l’ethnique abrégé Gam. dans le nom médiéval et moderne de Gamûda149. Celui-ci apparaît dans les sources arabes, dès le milieu du VIIe siècle, sous la forme Qamûda150. Il désigne, au Moyen Âge, « un pays151 », plus précisément un « district administratif152 » dont le chef-lieu fut, entre la création de la province arabe de l’Ifriqiya et le règne des Zirides au XIe siècle, successivement Sbeitla, Kasserine, Madkour et Jamûnis-es-Saboun. Ces deux dernières localités sont données par Al-Bakri sur un itinéraire qui passait à l’est de Sbeitla153. On connaît encore mal l’admistration territoriale154 et le réseau routier de l’Ifriquiya médiévale155, surtout en ce qui concerne la région des steppes tunisiennes. H. H. Abdulwahab a essayé de restituer approximativement l’itinéraire donné par Al-Bakri entre Gafsa et Kairouan où se trouvent mentionnées plusieurs localités de Gamûda aujourd’hui disparues. Aucune de celles-ci n’est localisable avec certitude mais l’auteur a suggéré de situer la Gamûda médiévale, au sud du district de Kairouan156, dans l’actuelle région de Sidi Bouzid qui s’appelait Gamouda jusqu’en 1973 et où se trouve, actuellement, le cheikhat de même nom157.

Figure 5. - Byzacène (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).

  • 158 S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1480 : Milicus, episcopus T(h)ag (...)
  • 159 F. Béjaoui, « Documents d’archéologie et d’épigraphie paléo-chrétienne récemment découverts dans la (...)
  • 160 Toulotte, Géographie de l’Afrique chrétienne..., Paris, 1894, p. 199 ; F. Van der Meer et C. Mohrma (...)

100C’est dans ce même secteur, à 20 km à l’est de Sbeitla, que F. Béjaoui a proposé avec vraisemblence de localiser Thagamuta, évêché chrétien de Byzacène158 dont le nom comporte également le radical Gam.159. Jusque là, on situait habituellement ledit évêché, plus au sud, à quelques kilomètres de Sidi Bouzid160.

101Ainsi, on peut reconnaître deux unités territoriales voisines : la Gamonia au nord et la Gamûda au sud. L’une et l’autre appartiennent au même bassin versant de l’oued Zeroud dont le Marguellil n’est que l’affluent le plus septentrional.

  • 161 On reconnaît indubitablement le nom Gamuta dans le toponyme d’époque byzantine transcrit par les Ar (...)
  • 162 Dans le nord de la Gamonia, à quelques km au sud-ouest de la borne d’Oueslatia et à 8 km au sud-est(...)
  • 163 Cf. en dernier lieu : N. Duval, « Sufetula, l’histoire d’une ville romaine de la haute steppe à la (...)
  • 164 Cf. P. Salama, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, 1951, p. 124 Cilma (Djilma, 30 km E.-N.E. d (...)
  • 165 Cf. S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1417 (Masclianae : « La loca (...)

102Il nous paraît donc possible de considérer Gamûda, sans doute l’antique Gamuta161, comme le prolongement au sud du territoire d’origine des Gam(onienses) attestés à l’époque sévérienne162. Mais, si le district de Gamonia, secteur stratégique, riche en eau et relativement fertile, a été incorporé au domaine royal numide, il n’en a pas été de même, semble-t-il, pour le territoire des Gam(utenses) où la sédentarisation a été bien plus tardive. Dans cette région steppique, il faut attendre l’époque flavienne pour voir émerger quelques villes comme Sufetula et Cillium, généralement tenues pour des fondations coloniales romaines163. À l’est de ces cités, les itinéraires antiques ont permis de situer trois localités de statut indéterminé : Cilma (Gilma164), Masclianae et Naro (ces deux dernières ont été des évêchés chrétiens165).

  • 166 Nous venons de présenter à Sbeitla une communication intitulée « Gamûda, antique Gamuta, composante (...)

103Les récentes découvertes épigraphiques et archéologiques laissent supposer que la partie orientale de Gamûda a reçu, à l’époque romaine, une organisation domaniale. On se gardera bien, toutefois, de se prononcer définitivement sur cette question avant l’achèvement d’une enquête en cours sur le terrain. On y reviendra166.

Conclusions

104Au terme de cette étude, on retiendra les résultats suivants :

1051) La frontière entre la Gamonia et la Thusca, matérialisée au IIIe siècle ap. J.-C. par un bornage officiel, a permis d’aboutir à une délimitaion relativement satisfaisante du pays de la Thusca. Le district numide était sans doute plus vaste qu’on ne le croyait puisqu’il devait être limitrophe, après l’annexion césarienne, des fondations romaines de Carthage, Mustis, Assuras et Sicca Veneria.

  • 167 Zama fera partie de la provincia Proconsularis créée à la fin du IIIe siècle, cf. notre article int (...)

106Le district de la Thusca, remodelé probablement sous Auguste et attesté épigraphiquement à partir de 113 ap. J.-C., correspond à un territoire moins étendu qu’à l’époque numide. En tant que cité libre, Zama Regia échappe, dès 46 av. J.-C., au contrôle du préfet des cités stipendiaires167, mais elle perd en revanche, relativement tôt, son statut de capitale régionale au profit de Mactaris, lieu de résidence du praefectus civitatium pagi Thuscae et Gunzuzi, et d'Assuras, centre de gestion de la regio Assuritana.

  • 168 La vallée de l’oued Nebhana, située à l’est du jebel Bou Dabbous, est vide de cités antiques et la (...)

107La documentation épigraphique montre que cette Thusca des cités est entourée, presque de tous côtés, par des terres impériales qui avaient été jadis des terres royales numides168.

  • 169 Cf. la communication présentée par M. Christol à la « Table Ronde » sur Les frontières de l’Afrique (...)
  • 170 Cf. A. El Hani, op. cit., p. 132 et suiv. (liste de plusieurs poètes et hommes de lettres portant l (...)

1082) La nouvelle dédicace de Douar Bayoud signée par les [c]oloni Gam(onienses) / Gam(utenses) a révélé l’existence d’une importante gens numide qui a disposé à l’origine d’un immense territoire couvrant l’ensemble du bassin versant de l’oued Zeroud. Ce territoire initial a évolué pour donner naissance à deux régions distinctes qui ont dû constituer, dès le milieu du second siècle, deux subdivisions du Tractus Byzacenus ou Regio Hadrumetina169 : la Gamonia dont le souvenir a disparu au bas Moyen Âge, car elle n’était plus connue que sous le nom de district de Kairouan et la Gamuta, dont le souvenir s’est perpétué dans la toponymie aussi bien médiévale que contemporaine170.

1093) Dans sa partie nord, la Byzacène antique a comporté plusieurs territoires individualisés ; à l’est le Byzacium des Libyphéniciens de tradition punique dont la frontière correspondant à la Fossa Regia serait en gros la limite du Sahel actuel, et à l’ouest l’ancien territoire des Musulames marqué par la colonisation flavienne. Entre le Byzacium et les Musulames, on connaît maintenant trois régions historiques d’origine numide : la Thusca, la Gamonia et la Gamuta.

  • 171 Cf. J. Despois, op. cit., p. 88 et suiv. et p. 129-140.

1104) L’identification de la Gamonia, région à caractère domanial, permet de mieux comprendre les circonstances qui ont présidé à la fondation de Kairouan. Ainsi, on pourrait mieux expliquer les choix stratégiques des généraux arabes et les motivations de la résistance berbere conduite par des princes venus de la lointaine Gétulie, Koceila et la Kahena. Les historiens de Kairouan qui ont trop longtemps regardé vers la steppe sont appelés à prendre en compte le poids de la Gamonia en tant qu’hinterland de la ville d’Oqba ; hinterland qui fournit à la ville, hier comme aujourd’hui, son approvisionnement en eau et en denrées alimentaires171.

  • 172 J. Cuoq, L'Église d'Afrique du Nord du IIe au XIIe siècle, Paris, 1984, p. 144-149.

1115) En principe, rien ne s’oppose désormais à envisager la filiation entre les évêchés antiques de la Gamonia et l’évêché chrétien de Kairouan attesté sous les Aghlabides et les Zirides172.

112Enfin, si les conclusions de notre enquête sont recevables, de nouvelles pistes de recherche devraient conduire à une meilleure connaissance de la composante rurale de la Byzacène, ancienne terre tribale, ayant reçu à l’époque romaine une organisation essentiellement domaniale.

Discussion

113Intervention de M. Duval :

114M. Duval est intéressé par l’éclairage porté sur cette région peu explorée au Sud de la Dorsale. Il rappelle pour l’anecdote que la reconnaissance de ce qui sera reconnu plus tard comme la Via Hadrumetina avait été dans les tâches du médecin marseillais Peyssonnel en 1724 mais que ce dernier ne s’était pas écarté en fait de l’itinéraire habituel et avait inventé des pointes vers Sufetula et Marazana (qui reste à localiser) en les légitimant par de fausses inscriptions (BSAF, 1965).

115Il note toutefois que les tracés de régions sont proposés à partir d’une petite série de bornes de nature variée dont celles de l’ancienne fossa regia et des limites entre une structure municipale et un domaine privé ou public : ces limites sont connues ailleurs et on n’en tire pas les mêmes conclusions. M. Duval n’avait pas été convaincu par une démonstration comparable (de Fr. Jacques et X. Dupuis) pour les domaines impériaux de Numidie à partir d’un tout petit nombre d’indices. Est-on sûr qu’il n’existe pas de structures municipales dans la « Gamonia » (il en existe au moins sur les franges avec Cululis, Mammes – dont l’importance à l’époque byzantine est évidente – et Marazana) ?

116Sur un problème ponctuel, à propos de la nouvelle inscription, il se demande si les rationales mentionnés sont réellement ceux de Rome, ou un collège de procurateurs locaux déjà désignés par ce terme, qui l’emportera au Bas-Empire.

117Cependant, quelles que soient les réserves de détail, on se félicite de voir expliquer mieux la permanence de régions naturelles comme la Thusca, expliquer et localiser le terme de Gamonia (M. Duval rappelle que jusqu’à une révolte du XIXe siècle, suivie d’une destruction des oliviers, le Dj. Ousselet était assez prospère), surtout montrer pourquoi Kairouan a été créée à cet endroit et quel était son hinterland traditionnel.

Notes

1 Voir infra : notes 91 à 100.

2 Voir infra : note 105.

3 Cf. H. H. Abdulwahab, « Du nom arabe de la Byzacène », Revue Tunisienne, 1939, p. 199-201. Ce toponyme est mentionné par l’historien égyptien Ibn Abd alHakam qui écrivait au IIIe siècle H./IXe siècle ap. J.-C. et par un poète kairouanais, Abd er-Rahman Ibn Ziad el-Maafiri, qui écrivait au IIe siècle H./VIIIe siècle ap. J.-C. L’évolution phonétique du nom, du Byzacium d’époque romaine au Muzaq d’époque arabe, s’explique sans doute par un relais d’époque byzantine (cf. Buzakios, dans Georges de Chypre, Descriptio orbis Romani, éd. du Corpus Bruxellense historicorum Byzantinorum, 1939).

4 Nous réservons le premier chapitre de la synthèse que nous consacrons à la Thusca antique, en cours d’élaboration, à un « Essai de délimitation de la Thusca ».

5 J.-B. Chabot, « Note sur l’inscription punique d’une borne-limite découverte en Tunisie », BCTH, 1943-1945, p. 64-67, pl. IV ; J.-G. Février, « La borne de Micipsa », BCTH, 1951-1952, p. 116-120 et Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-124.

6 Cf. L. Poinssot, dans Rev. Africaine, t. 69, 1928, p. 166-168 ; G.-C. Picard, dans Karthago, VIII, 1957, p. 10 et 20 ; J. Desanges, Pline l’Ancien. Livre V : Histoire Naturelle, 1980, p. 322-323 ; C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas- Empire, Paris, 1981, 2, p. 9, 325-326, notes 6-10 ; S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, t. 1, p. 202 et t. IV, 1991, p. 1531. Voir aussi : notre article publié dans L'Africa Romana, IX, 1992, p. 251-264 et en dernier lieu : A. Beschaouch, « Zama », dans BSAF, 1995, p. 42-43 où l’auteur rappelle l'identification récente du nom antique de Sidi Amor Jedidi qui n’était pas une colonia Zamensis mais la civitas Siualitana. L’auteur donne, ensuite, quelques indices qui incitent à « situer la cité historique de Zama à Jâma », indices tirés de quelques inscriptions dont une dédicace inédite à Mercure où le dédicant est inscrit dans la Quirina, tribu des colonies fondées par Hadrien. À la suite de cette communication de A. Beschaouch, plusieurs savants interviennent : G.-C. Picard « considère définitive l’identité de Zama et du site de Jâma », N. Duval « pense que Zama est Zama Regia et que le site n’est pas éloigné de la description qu’en donne Salluste » ; pour A. Chastagnol « l’identité de Zama et Jama paraît très vraisemblable » (cf. Ibid.).

7 CRAI, 1963, p. 124-130.

8 Cf. J.-G. Février, dans Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-124.

9 Appien, Libyca, 68.

10 Cf C. Tissot, Géogr. comp., I, p. 17 ; G. Camps, « Aux origines de la Berbèrie. Massinissa et les débuts de l’Histoire », Libyca, 1960, p. 194-195.

11 S. Gsell, HAAN, II, 110 ; III, 321. C’est cette localisation qui sera préférée par J.-G. Février (BCTH, 1951-1952 et Cahiers de Byrsa, VII, 1957, p. 119-124).

12 Cf. J.-G. Février, dans BCTH, 1951-1952, p. 116. Soulignant l’intétêt de la borne du Messouge en tant que document routier, l’auteur note que la pierre était au moment de sa découverte « vraisemblablement in situ » en raison de son poids d’une centaine de kg et qu’il est possible de la mettre en rapport avec la route qui passait à proximité.

13 Id., Ibid.

14 G. Camps, op. cit., p. 194-195 et p. 267.

15 G.-C. Picard, A. Mahjoubi, A. Beschaouch, « Pagus Thuscae et Gunzuzii », CRAI, 1963, p. 124-125 :
Imp. Caesari divi Nervae / f. Nervae Traiano Aug. Ger. Dacicopont, max.trib.pot. XVII/ Imp. VII Cos VI P.P., civitates LXIIII / pagi Thuscae et Gunzuzipec(unia) sua / fecerunt idemque dedicaverunt, curatore Victore Martialis praefecto earum e (centurione).

16 Ibid., p. 128.

17 Ibid., p. 128.

18 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, III, 1966, p. 1257-1262 ; Id., « Le pagus dans l’Afrique romaine », Karthago, XV-XVI, 1969-1970, p. 4-5.

19 Ibid.,, p. 1258.

20 Ibid., p. 1259-1262. Il est aujourd’hui établi que Furnos Maius était une cité de la Proconsulaire et se trouvait donc non pas au sud mais au nord de la Fossa Regia (cf. A. Merlin et L. Poinssot, « Le proconsul d’Afrique Dardanius », Mém. Soc. Antiq. de France, t. 78 (1928-1933).

21 Ibid., p. 1259.

22 Ibid., p. 1260-1261 (carte, p. 1262).

23 Depuis les découvertes obtenues par L. Déroche lors d’une campagne de fouilles effectuée en 1947, on sait que la bourgade qui s’élevait à Ksar Toual Zammel, à 12 km au sud de Henchir Jâma, fut très probablement une dépendance de la colonia Aelia Zama Regia. Des dignitaires municipaux de cette cité y sont honorés pour services rendus dans l’exercice de leurs charges ou pour des actes d’évergétisme au bénéfice des uicani. D’après M. Christol, cette bourgade a pu accéder à l’autonomie au IIIe siècle ap. J.-C. (BSAF, 1995, p. 43).

24 J.-B. Chabot, dans BCTH, 1942-1945, p. 64-67 et J.-G. Février, dans BCTH, 1951-1952, p. 116.

25 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, III, 1966, p. 1257, n. 3.

26 AAT, au 1/100 000, f. Jama, XV, 68.

27 Ibid., 64.

28 Ibid., 67 (pour l’aqueduc d’Ain Slimane). Des arches sont encore debout sur l’oued Jebour, à une centaine de mètres au nord-ouest de la source : cf. J. Poinssot, dans BSAF, II, 1884, p. 372, pl. XXVII et P. Gauckler, Enquête sur les installations hydrauliques en Tunisie, 1900,1, p. 147-148, II, p. 205.

29 AAT, au 1/100 000, f. Maktar, XXX, 32.

30 Voir notre carte jointe intitulée « Secteur central de la Thusca des cités ».

31 P. Gauckler, op. cit., II, p. 205, no 25 et no 29. Pour l’aqueduc de Ain Slimane, Ibid., p. 205, no 30.

32 Le champ de ruines de Henchir Jâma, actuellement en cours de fouille, est nettement plus vaste que tous les sites archéologiques de la région dont le plus étendu et le mieux connu est assurément celui de Maktar (50 ha environ).

33 Il s’agit de deux colonnes milliaires en calcaire :
– la première est actuellement conservée à la ferme Boglio, à environ 5 km au sud-est de Henchir Jâma (h. 2,10 m ; diam. 1,25 m, h. 1. 6 à 9 cm) ; publiée par G. C. Picard (BCTH, 1945, p. XIV), l’inscription qu’elle porte est omise dans les inventaires de P. Salama (cf. en dernier lieu : Bornes milliaires d’Afrique Proconsulaire. Un panorama historique du Bas-Empire romain, Rome, 1987). Nous en donnons le contenu ici : Pro salute et/incolumitate / dd. nn. / Diocletiani et [Maximiani] / Augg./III.
La deuxième colonne indiquait également le 3e mille ; elle fut gravée sous le règne de Constantin le Grand (BCTH, 1945, p. XII).

34 Cf. R. Cagnat, Nouvelles explorations épigraphiques et archéologiques en Tunisie, 1887, p. 82-83 ; CIL, VIII, 16441.

35 CIL, VIII, 1686.

36 J. Desanges « observe que la source suave de Zama va dans le sens d’un territoire étendu, parce que Vitruve la situe à une vingtaine de milles de la ville qui était célèbre » (BSAF, 1995, p. 43) ; Id., Commentaire du livre V de Pline, 1980, p. 322.
Si tel était le cas, on pourrait penser que le territoire de Zama n’était autre que la « chora Thusca » d’Appien puisqu’il engloberait Mactaris elle-même, futur chef-lieu du pagus Thuscae, distante justement d’une trentaine de km. Vers le nord et l’ouest, ce territoire s’étendrait également sur les terres vides de cités qui recevront à l’époque romaine une organisation domaniale (fundus Turris Rutundae et, au moins en partie, la Regio Assuritana).

37 Sur la nature de cet édifice, cf. F. Rakob, « Numidisches Kônigsarchitektur », dans Die Numider, Cologne-Bonn, 1979, p. 120-129. Voir aussi G.-C. Picard, La civilisation de l’Afrique romaine, 2e éd., 1990, p. 274 où l’auteur renonce à son interprétation du Kbor Klib formulée naguère (monument triomphal) au profit de celle avancée par l’archéologue allemand (édifice cultuel). N. Ferchiou y voit un mausolée monumental à décor hellénistique dont la construction remonte à l’époque numide (cf. Quaderni di archeologia della Libya, 14, p. 94).

38 Cf. A. M’Charek, « Inscriptions découvertes entre Zama Regia (Henchir Jâma) et [Ma]ragui Sara (Henchir Chaâr) », L’Africa Romana, IX, 1992, p. 251-264.

39 Entre 202 et 46 av. J.-C., Zama est déja une ville célèbre et fréquemment citée par les sources littéraires. Le titre de « regia » qu’elle a en commun avec d’autres cités de la future Proconsulaire (Bulla et Hippo) signifie qu’elle était étroitement liée à la monarchie numide, sans doute parce que les rois disposaient sur son territoire de biens fonciers (L. Poinssot, dans CRAI, 1907, p.466-481) ou bien parce qu’elle était le lieu de résidence d’un gouverneur (A. Beschaouch, op. cit., p. 43). En toute logique, un gouverneur ici ne pourrait-être que celui de la Thusca. En 127 av. J.-C., le préfet numide mentionné par le texte du Messouge était un haut dignitaire du royaume, voire un cousin du roi, si l’on en croit son onomastique (G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1258 ; G. Camps, Massinissa et les débuts de l’Histoire, p. 267, n. 814). Un personnage aussi considérable n’a pu délaisser Zama Regia au profit de l’obscure cité de Mactaris. De fait, si l’on admet que Zama, qualifiée par les sources de « regia domus » était bien une ville de la Thusca, on ne pourrait plus songer à Mactaris comme chef-lieu du district. Il est improbable, sinon exclu qu’une cité aussi médiocre que celle-ci ait pu avoir dans son ressort une ville de l’importance de Zama Regia.
Sur notre carte jointe intitulée « Secteur central de la Thusca », la situation de Zama en marge du territoire des cités ne conviendrait pas pour un supposé chef-lieu régional, mais cette difficulté devient moins gênante dès qu’on envisage un territoire englobant aussi les vastes espaces qui s’étendaient au nord et à l’ouest de Henchir Jâma et constituaient, vraisemblablement, des terres royales gérées à partir de Zama.

40 En 46 av. J.-C., Zama est visitée et récompensée par Jules César pour avoir fermé ses portes à Juba et ses amis pompéiens vaincus (Bell. Afr., XCI, 2 ; XCII, XVII, 1). Elle échappera ainsi à l’autorité du praefectus civitatium placé à la tête des cités stipendiaires de la Thusca (G.-C. Picard, dans CRAI, 1963, p. 129). La documentation épigraphique relative à la préfecture des cités remonte seulement au second siècle ap. J.-C., mais on peut supposer que c’est Auguste, dont le règne coincide avec l’essor de Mactaris (aménagement de la voie stratégique Carthage-Ammaedara), qui fut l’artisan de la réforme administrative dans la région. Zama qui avait opposé une résistance méritoire en 41-40 au siège de T. Sextius, partisan d’Antoine, est, une fois de plus, récompensée et retrouve son statut d'oppidum liberum qui la distingue des autres cités soumises au stipendium (J. Desanges, dans AntAfr, 15, 1980, p. 82). Sans Zama, le Pagus Thuscae ne compte plus que 49 cités au lieu des 50 mentionnées par Appien dans le cadre de la « chora Tusca ».

41 J.-B. Chabot, « Note sur l’inscription punique d’une borne-limite découverte en Tunisie », BCTH, 1943-2945, p. 64-65.

42 C. Saumagne, dans BCTH, 1927, p. 130 et suiv. ; Id., dans « Mélanges Saumagne », CTun, X, 1962, p. 257 et suiv.

43 N. Ferchiou, « Contribution à l’histoire du site d’Assuras : aperçu préliminaire sur un sanctuaire de tradition pré-romaine », REPPAL, X, 1997, p. 53.

44 CIL, VIII, 12879.

45 Cf. Bell. Afr., 97 : Juba, vaincu à Thapsus, est venu mettre fin à ses jours dans l’une de ses fermes voisines de Zama.

46 J. M. Lassère, Ubique populus, Paris, 1977, p. 146.

47 Cf. BSAF, 1995, p. 42.

48 Cf. en dernier lieu A. Ferjaoui, « Stèles du sanctuaire de Baal Hammon-Saturne de Henchir el-Hammi », REPPAL, X, 1997, p. 55-61.

49 M. Sznycer, « Permanences de l’organisation administrative des territoires africains aux époques puniques et romaines », Communication faite à la Table Ronde, organisée à Paris le 16 novembre 1996, sur le thème : « Espaces et territoire dans le Proche-Orient ancien », dont les Actes sont sous presse ; Id., « Note sur le mot SYW’T dans l’inscription du Djebel Massoudj », REPPAL, X, 1997, p. 133-139, inscription (p. 134).

50 Id., dans REPPAL, X, 1997, p. 139 où on lit à propos du mot SYW’T : « on doit donc exclure la traduction de ce mot par “tombeau”. Cette conclusion est importante car elle semble exclure également l’identification, proposée par J.-G. Février, du point de départ indiqué dans le texte, avec un “tombeau” de Dougga... en remarquant que de la cime du Djebel Massoudj jusqu’à Dougga, il y a, à vol d’oiseau, quelque quarante kilomètres. Il s’agit là d’une pure hypothèse qui est loin d’être certaine. Je préfère par conséquent laisser au mot SYW’T le sens général de “monument”, sans pouvoir préciser, en attendant, de quel monument il est question dans notre inscription. »

51 Lors de son séjour en Tunisie, en 1997, M. Sznycer a aimablement attiré notre attention sur l’intérêt de la possibilité à envisager une pareille interprétation, ce dont nous le remercions vivement.

52 L’itinéraire qui vient immédiatement à l’esprit est la voie attestée par les milliaires du Bas-Empire et en partie par la Table de Peutinger. De Zama, cette route se dirigeait vers le sud en empruntant la vallée de l’oued el-Hammam pour joindre Aquae Regiae via Mactaris. (Voir notre carte jointe : « Secteur central de la Thusca des cités »).

53 Cf. M. Sznycer, dans REPPAL, X, 1997, p. 138 où on lit : « cette formule finale de l’inscription de Djebel Massoudj montre qu’il ne s’agit pas d’une simple pierre de bornage, d’une borne, encore moins d’un milliaire, mais d’une pierre indiquant la distance, calculée en “stades”, d’un point à un autre de la circonscription de la Thushcat (Tusca), dirigée par le préfet WLBH. »

54 G.-C. Picard, « L’administration territoriale de Carthage », Mél. Piganiol, 111, p. 1261.

55 CIL, VIII, 23395.

56 AAT, au 1/100 000, f. El Ala, XXXVI, 52. Le site archéologique est vaste d’une dizaine d’ha, on y voit les vestiges d’édifices construits en pierres de taille, des contrepoids d’huileries et de nombreux tessons de céramique rouge africaine. On y a recueilli une seule inscription (CIL, VIII, 23393).

57 M. Christol et S. Demougin, « De Lugo à Pergame : la carrière de l’affranchi Saturninus dans l’administration impériale », MEFRA, 1990, p. 196, n. 197. Voir aussi M. Christol, cité infra, note 145.

58 Notre ami M. Christol a bien voulu nous confirmer le bien-fondé d’une pareille déduction, ce dont nous le remercions.

59 Cf. Bulletin de la Société Archéologique du Midi de la France, fasc. 21, 1897, p. 59.

60 Cf. en dernier lieu, pour ce cas précis de la Thusca, M. Sznycer, dans REPPAL, X, 1997, p. 137 où on lit : « La juxtaposition de l’inscription punique du Massoudj, datant de 128 av. J.-C. et de l’inscription latine du forum de Maktar, datant de 113 ap. J.-C., montre que l’organisation administrative de la région de Maktar a été, au IIe siècle ap. J.-C., à peu près semblable à celle qui existait déjà deux siècles auparavant, à l’époque punico-numide. »

61 Rappelons, encore une fois, que c’est G.-C. Picard qui a été le premier à retenir, comme frontières naturelles, les crêtes du Messouge au nord et celles du Berbrou au sud. Nous adhérons volontiers à cette idée car le jebel Messouge constitue effectivement un élément naturel susceptible d’influencer la structuration de l’espace.

62 La vallée de l’oued el-Hammam correspond à la route actuelle entre Siliana et Maktar, jalonnée par trois localités antiques qui s’élevaient à Ksar el-Hadada, Henchir Guennara et Ksar M’douja. Voir notre carte jointe intitulée « Secteur central de la Thusca des cités ».

63 Cet itinéraire à travers le Messouge a été suggéré par R. Cagnat à propos de la voie Aquae Regiae-Zama Regia-Assuras donnée par la Table de Peutinger (cf. Nouvelles explorations épigraphiques et archéologiques en Tunisie, 1887, p. 182). Cette voie pourrait correspondre à la piste actuelle qui de Jâma incline vers le sud-ouest pour gagner directement la plaine d’es-Sers ; au départ, cette piste est un embranchement à l’ouest sur la route entre Henchir Jâma et Henchir el-Hadada ; au niveau d’Ain Slimane, elle emprunte le col de Braguia, entre le jebel Ghorafa et le jebel Korrass. Jalonnée par des sites archéologiques secondaires, elle suit un tracé nord-ouest/sud-est et dessert la bourgade antique de Henchir Soualem avant de rattraper dans la plaine la route d’Althiburos.

64 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1259-1262 (carte, p. 1260).

65 BCTH, 1938-39-40, p. 204 ; ILTun, no 623-624.

66 CRAI, 1894, p. 46 (R. Cagnat) ; CIL, VIII, 23084 ; ILTun, no 787 (A. Merlin).

67 Ain Fourna, A AT, au 1/100 000, f. Jama, XXV, 187.

68 Henchir es-Souar, AAT, au 1/100 000, f. Dj. Fekirine, XLI, 52.

69 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1259.

70 CRAI, 1907, p. 480-481.

71 Henchir Oum el-Aboueb, AAT, au 1/100 000, f. Djébibina, XLXVIII, 56.

72 ILTun, 619

73 Henchir es-Séhili, AAT, au 1/100 000, f. Jâma, XXV, 25.

74 N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu en Afrique proconsulaire et sur la Fossa Regia », ITT Colloq. du CTHS, Montpellier, 1985, p. 351-366. Voir en dernier lieu son dernier article intitulé « Abthugnos, ville de Proconsulaire au IVe siècle, d’après une inscription nouvellement découverte », dans BCTH, 1997, p. 197-202.

75 G. Di Vita-Evrard, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique proconsulaire », L’Africa Romana, III, 1985, p. 32, n. 5

76 AAT, au 1/100 000, f. Dj. Bou Dabbous, XXXI, 5-6 (Ksar Lemsa).

77 AAT, au 1/100 000, f. Djebibina, XLVIII, 28.

78 AAT, au 1/100 000, f. Maktar, XXX, 262 (Henchir Sidi Amara).

79 G.-C. Picard, dans Mél. Piganiol, III, p. 1262 où on lit : ayant « une unité géographique, physique et humaine », le canton de la Thusca « est un pays montagnard : outre le plateau de Mactar avec son prolongement crayeux que couronne la forêt de la Kessera, il comprend la haute vallée de l’oued Marouf où s’élève aujourd’hui Ousseltia et la partie sud de la plaine de Siliana, le tout bordé et compartimenté par les chaînes abruptes et sauvages du Skerna, du Berbrou, du Serj, du Bargou et du Bou Dabouss. Les Messouges le séparent au nord et à [l’ouest] du pays massyle proprement dit. »

80 BCTH, 1946-1949, p. 76-78 ; AE, 1946, 75 et 76.

81 BCTH, 1909, p. 112-115.

82 G. Barbieri, L'albo senatorio da Settimo Severo a Carino (193-285), Roma, 1952, no 1016 ; M. Corbier, L’Aerarium Saturni et l’Aerarium militaire, CEFR, 24, Rome, 1984, p. 324-327, no 67.

83 AAT, au 1/100 000, f. EL Ala, XXXVI, 116 (Henchir el Left). Voir la description des ruines par S. Ben Baaziz, La haute vallée de l’oued el H'tab dans l’Antiquité, Thèse de 3e cycle dactylographiée, Université de Bordeaux III, 1982, 1, p. 284-288, site 217.

84 BCTH, 1946-49, p. 376 ; A E, 1949, 49 : [Iussu ou Pro salute ddd nnn Constan]ini maximi[---/---ins]olitum fastidi(o) opus erectus est deductum(que) longo tractu (a) nimfio. [Haec ab illo et ---]lio Florentio u(iro) p(erfectissimo) proc(uratore) pat(ronis) deuotissimis dedicata sunt.

85 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-empire, Paris, 1981, II, p. 115.

86 H. Jouffroy, Les constructions publiques en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg, 1986, p. 287, no 290.

87 Voir notre article : « L’identification d’un domaine impérial dans le secteur de Rouhia-Berbrou », Actes du colloq. sur « Les fondements historico-juridiques de la propriété foncière de l’État en Tunisie », (Tunis, 19-20 décembre 1994), in Revue Tunisienne d’administration Publique, 21, 1996. Voir aussi : AAT, f. EL Ala, XXX (notice).

88 AAT, au 1/100 000, f. EL Ala, notice. Voir aussi nos cartes de localisation jointes infra. Douar Bayoud ressort actuellement du gouvernorat (préfecture) de Kairouan, Délégation (sous-préfecture) d’El Ala.

89 On reviendra notamment sur l’intérêt de l’inscription pour l’histoire religieuse : Minerve est qualifiée ici de Victoria, fait particulièrement rare en Afrique qu’il conviendrait de mettre en rapport, semble-t-il, avec une éventuelle influence militaire. Le support de la dédicace est une pierre calcaire jaunâtre (h. 0,30 m ; 1. restante 0,32 m ; ép. 0,20 m ; h. I. 2,5 cm).

90 Cf. D. Kienast, Römische Kaisertabelle, p. 156-166.

91 Plusieurs parallèles sont attéstés épigraphiquement ; on citera, à titre d’exemple, les « coloni Bassensu » (Bassenses) cf. F. Jacques, dans les Cahiers du Centre Glotz, III, 1992, p. 136, no 12 ; Voir aussi MEFR, 1894, p. 37-38.

92 Ibn Khordadbeh Abul-Qasim Obaidallah, Le livre des routes et des royaumes, ed. M. J. de Goeje, Leyde, 1889, p. 66 de la traduction française.

93 Ibn Abd al-Hakam Abul-Qasim Abd al-Rahman, Conquête de l'Afrique du Nord et de l’Espagne, Traduit par A. Gateau,2e éd., Alger, 1947, p. 58, 74.

94 Abul-Arab Muhammad b. Ahmed b. Tamim, Classes des savants de l’Ifriqiyya, édition et traduction par M. Ben Cheneb, Alger, 1915-1920. Voir p. 46-47 du texte arabe édité à Tunis en 1968.

95 Al-Raqiq Abu-Ishaq Ibrahim b. al-Qasim, Histoire de l’ifriqiyya et du Maghreb, Tunis, 1980, p. 47 (en Arabe).

96 Al-Bekri Abou Ubayd Abdallah b. Abd al-Aziz, Les royaumes et les routes, traduction française par M. G. de Slane, Paris, 1965 ou Alger, 1911, p. 75.

97 Al-Maliki Abu Baker Abd-Allah, Riyad al-nufus, éd. par B. Baccouche et M. A. Matoui, Beyrout, 1983,1, p. 20, 29, 30, 32.

98 Yaqut, Mujam al-Buldan, Beyrout, 1979-1986, IV, p. 399, 415.

99 Ibn al-Athir Abul-Hassen Izzeddin, Al Kamil fittarikh, éd. par Ali Chiri, Beyrout, 1989, II, p. 399,415.

100 Ibnu Nagi Abul-Fadhl Qasim b. Isa, Maalim al-imen fi marifet ahl alQayrawan, Tunis, 1973, 1, p. 45.

101 Al-Nuwairi Shihabeddin Ahmed b. Abd al-Wahhab, Nihayat al-Arab fi funun al-adab, t. 24, Le Caire, 1983, p. 19, 24.

102 C. Diehl, L’Afrique byzantine, p. 563.

103 H. H. Abdulwahab, « Sur l’emplacement de Qairouan », Revue Tunisienne, 1940, p. 51-53 ; M. Talbi ; « Al-Qayrawan », dans Encyclopédie de l’Islam, nouv. éd., 4, p. 857-864.

104 Voir notre communication donnée le 21 novembre 1997 à Kairouan, sous le titre « lubaltiana et Villa Caesarea : localités de la Gamonia qui ont précédé Kairouan » (Colloque sur « Kairouan, la spécificité et le modèle », 21-23 novembre 1997) ; à paraître dans les Cahiers de Tunisie.

105 Il s’agit d’un article de 20 pages en Arabe, à paraître en Tunisie.

106 Dans les chroniques arabes qui relatent les raids en Ifriqiya de Moawiya Ibn Hodaij (654-665), on apprend que l’armée arabe évitait la route côtière et empruntait toujours la route intérieure qui passait par Kastilia (l’actuelle zone des oasis du Jerid). Depuis la victoire des Arabes à Sbeitla en 647, l’armée byzantine s’est retirée de la steppe pour se retrancher derrière ses dernières lignes fortifiées du Haut-Tell ; dès lors, il devint possible aux Arabes de pénétrer en profondeur au cœur de la Byzacène : à chaque fois, le raid partait du Jerid et cherchait à atteindre une même région appelée Qamûnia où on installait le camp d’armée (cf. M.Talbi, dans Encyclopédie Tunisienne, IV, 1994, p. 140). On se contentera de citer ici trois auteurs arabes du Moyen-Age :
– Ibnu Nagi (op. cit., I, p. 41) : « Une fois de retour à Qamûnia, Moawiya Ibn Hodeij s’est fait construire des habitations qu’il appela Qairawan alors que l’actuel site de Kairoua n’était ni peuplé ni habité. »
– Ibn Abd Al-Hakam (op. cit., p. 57) : « (Ibn Hodeij) s’est emparé de plusieurs fortins, il pris un butin considérable et installa son camp d’armée (Qairawan) à l’endroit appelé Al Qarn. »
– Ibn Al-Athir (op. cit., II, p. 238) : « Ibn Hodeij installa son camp à l’intérieur de Qamûnia et le Patrice lui envoya trente mille soldats ; quand Moawiya eut vent de leur attaque, il dépêcha contre eux un détachement de l’armée musulmane ; une bataille s’engagea, les Byzantins furent battus et la forteresse de Jalula fut assiégée. »

107 Ibn al-Athir, op. cit., trad. Fagnan (Annales du Maghreb et de l’Espagne), p. 15 ; ce texte est cité par M. Solignac qui écrit à propos de Qamûnia : « Ibn Al Athir en fait le lieu de répression, en 146/763, par le gouverneur d’Ifriqiya, Mohamed Ibn el Achath, de la rébellion kharedjite de Hachim ben ech-Châhij, et il indique en même temps, que cet évènement eut lieu à une date où le gouverneur venait à peine de relever les murs de Kairouan » (op. cit., infra, n. 59, p. 13).

108 Al-Bekri, op. cit., éd. par A. P. Van Leewen et A. Ferré, 1994, II, p. 763 (1245).

109 Il s’agit de Jouhaina et Ghatafène qui ont fait partie des premiers contingents arabes venus avec Moawiya Ibn Hodaij ; Cf. M. Solignac qui cite Al-Bakri, op. cit., p. 163-165.

110 M. Solignac, « Recherches sur les installations hydrauliques de Kairouan et des steppes tunisiennes du VIIe au XIe siècle (J.-C.) », Annales de l’Institut d'Études Orientales, t. X, Alger, 1952, p. 154-155.

111 Carte topographique au 1/50 000, Pichon.

112 Nos cartes jointes montrent clairement le partage des eaux de part et d’autre de la frontière entre la Gamonia et la Thusca. Au nord de cette limite, les eaux des oueds Ouzafa et Jilf coulent vers le nord tandis qu’au sud de celle-ci, tous les cours d’eau sont des affluents du Marguellil.

113 Notre carte jointe intitulée « Gamonia antique », met en évidence le grand carrefour que fut Aquae Regiae, sans doute la principale localité de la Gamonia. Deux voies majeures de circulation s’y croisaient : la famenuse uia Hadrumetina étudiée par P. Salama et un itinéraire signalé par les routiers antiques entre Agger et Masclianae (cf. P. Salama, op. cit., note 94).

114 J. Despois, La Tunisie orientale : Sahel et Basse-Steppe, Paris, 1955, p. 134 où on lit : « Au sud du djebel Ousselet (alors djebel Memtour), la région riche en eau de Pichon portait trois agglomératiuons : à 7 kilomètres au nord du centre actuel, à l’henchir Douamis, c’était Mems, ce “bourg florissant et bien peuplé” déjà cité par les auteurs byzantins et appelé ensuite El Mostain ; et 600 mètres à l’ouest se trouvait le Ksar El Khotara (ou El Zradba), “localité florissante et bien peuplée elle aussi” ; quant au centre, il était occupé par El Djéhinine, plus exactement le bourg des Jouhainiine (note 3). » Aujourd’hui encore, la région de Haffouz est particulièrement fertile (arbres fruitiers et oleiculture) ; l’eau y est abondante car la nappe phréatique est seulement à deux ou trois mètres de profondeur dans la vallée du Marguellil. Par ailleurs, les ressources en eau fournies par les jebels avoisinants étaient exploitées à l’époque antique comme en témoignent plusieurs aqueducs desservant Aquae Regiae qui méritait amplement sa dénomination antique. À propos du secteur de Mammes, J. Despois a écrit : « Il faut mettre à part les sources et puits de Cherichera qui alimentent Kairouan et qui donnent de 6 à 10 l/s d’eau douce. Par les sources comme par le ruissellement, le cadre montagneux apporte aux gens de la plaine une quantité d’eau qui n’est pas négligeable » (op. cit., p. 89).

115 A. Gragueb, M. Harbi-Riahi, A. M’Timet, J. Zoghlami, « Nouvelles découvertes de représentations rupestres en Tunisie : Jbel Ousselat (Tunisie centrale) », Bull. trav. INAA, C. R., fasc. 4, 1991, p. 41-64.

116 A. Gragueb et R. Karray, « Découverte du paléolithique inférieur en Tunisie centrale (note préliminaire) », Notes du Service géologique de la Tunisie, 1991, no 57, p. 7-13 ; Id., dans Bull. trav. de l’INAA, C. R., fasc. 4, 1991, p. 65-69.

117 Voir AAT, au 1/100 000, cartes « Kairouan » et « El-Ala ».

118 Ibid.

119 Sur les cartes relatives à l’urbanisation ou à la municipalisation de l’Afrique romaine, la vallée du Marguellil est toujours un espace vide de villes et de cités (C. Lepelley, op. cit., cartes jointes et liste des cités de la Byzacène).

120 D. P. S. Peacock, F. Bejaoui et N. Ben Lazreg, « Roman Pottery in Central Tunisia » Journal ofRoman Archeology, III, 1990, p. 59-84.

121 P. Salama, « La Via Hadrumetina en Byzacène », CTun, 45-46, 1964, p. 81, n. 54.

122 M. Solignac, op. cit., p. 154 et suiv. ; C. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 349, n. 11.

123 Sabra es-Sour (Sabra des remparts) se trouve à un kilomètre et demi au sud de la mosquée de Oqba. Il s’agit d’un site antique en très mauvais état de conservation : un terrain vague vaste de plusieurs hectares où se trouvent à une faible profondeur de nombreux vestiges de constructions saccagés par les chercheurs de pierres. Dans la partie nord du site, des tessons de sigillée africaine ramassés en surface par Mme Moufida Labeid ont été examinés par notre amie Ariane Bourgeois. Dans la partie basse du site archéologique de Sabra, située au sud, se trouve la résidence des califes fatimides à Sabra-Mansouriya fondée en 947 ap. J.-C. ; cf. G. Marçais et L. Poinssot, Objets kairouanais, Notes et documents, XI, fasc. 1 et 2, Tunis, 1948, p. 371, n. 3.

124 Abbassiya se trouve à quelques kilomètres au sud de Kairouan ; il s’agit également d’un site qui a fixé l’habitat antique comme en témoigne la présence de la sigillée claire (cf. G. Marçais, « Fouilles à Abbassiya près de Kairouan », BCTH, 1925, p. 203-306 ; Adnane Louhichi, dans Africa, 1992-93, p. 261, A. Daoulatli, dans le catalogue de l’exposition Couleurs de Tunisie : 25 siècles de céramique, Paris et Toulouse, 1995, p. 83).

125 Voir infra, note 143.

126 Carte topographique au 1/50 000, f. de Kairouan. Le site archéologique n’est pas indiqué sur AAT, feuille de Kairouan.

127 A. M. Broadley, The last punic war, Tunis past and present, vol. II (a. 1882), p. 164.

128 C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, 1981, II, p. 331.

129 H. H. Abdulwahab, « Sur l’emplacement de Qairouan », Revue Tunisienne, 1940, p. 51-53. M. Talbi, dans Encyclopédie Tunisienne, IV, 1994, article « Qairawan », p. 143.

130 A. Daoulatli, « La céramique Ifriqqiyienne du VIIIe au XVIe siècle », Catalogue de l’éxposition Couleurs de Tunisie, 25 siècles de céramique, Paris (déc.-mars 1995) et Toulouse (avril-juillet 1995), p. 83-87.

131 A. Ennabli, A. Mahjoubi, J. W. Salomonson, La nécropole romaine de Raqqada, Notes et documents, VIII, fasc. I, INAA, 1970, vol. I et II.

132 Al-Bekri, op. cit., trad. De Slane, Paris, 1965, p. 22, 52-53. Al-Qaeçariya correspond au toponyme antique Caesarea habituellement porté par de prestigieuses capitales régionales (l’une des mieux connues est Caesarea (Cherchel) de Mauretanie étudiée par P. Leveau). L’emploi de ce terme à propos de la localité rurale qui a précédé Kairouan n’a pas manqué d’étonner H. Saladin (cf. La mosquée de Sidi Okba (monuments historiques de la Tunisie), Paris, 1898, p. 27, n. 3) et H. H. Abdulwahab (cf. Revue Tunisienne, 1940, p. 52-53). Dans le cadre du présent dossier, le même toponyme semble prendre, au contraire, toute sa signification. On pourrait, en effet, considérer l’indication d’Al-Bakri comme la forme arabisée d’un toponyme typique des domaines impériaux, à savoir [uilla]Caesarea.
Cela n’aurait rien d’étonnant pour une bourgade de la Gamonia située entre Vicus Augusti à l’est et Aquae Regiae à l’ouest. L’existence à Kairouan de deux sites distants de moins d’un kilomètre et demi, Kairouan même et Sabra dite des remparts (le site antique de Sabra est réoccupé à l’époque aghlabide et fatimide : cf. A AT, au 1/100 000, f. de Kairouan, no 86), permet de supposer l’existence d’un site double, suivant une définition suggérée par J. Kolendo (cf. son article sur « Les grands domaines de Tripolitaine », Actes du IIe colloq. du CTHS, Montpellier, 1985, p. 151-152). L’endroit occupé par la ville arabe pourrait avoir abrité deux établissements antiques : une bourgade de paysans indigènes appelé Iubaltiana et une villa romaine dite Caesarea ; cette situation a son parallèle à Henchir Mettich par exemple où Villa Magna Variana est dite aussi Mappalia Siga (à propos de l’inscription de Henchir Mettich, cf. en dernier lieu Z. Benzina ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du musée du Bardo, CEFR, 92, Rome, 1986, no 388). Mais nous savons, par ailleurs, que toutes les grandes villes de l’Ifriqiyia médiévale, y compris Kairouan, avaient un souk appelé « Al-Qaeçariya » à partir d’une date plus ou moins précoce (cf. H. H. Abdulwahab, Warakat [feuillets : études sur certains aspects de la civilisation arabe en Ifrikia], 1re partie (en Arabe), Tunis, 1972, p. 54-55). C’est pourquoi, la prudence serait préférable quant à la signification réelle de cette indication d’Al-Bakri.

133 S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1415.

134 Le siège épiscopal de Marazanae est attesté en 411 (S. Lancel, op. cit., IV, p. 1415-1416) ; celui d'Aquae Regiae entre 411 et 484 (A. Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, I, Prosopographie de l’Afrique, Paris, 1982, s. v. Maximianus 8 et Liberatus 2) ; celui de Mammes n’est attesté-qu’à l’époque Byzantine (M. Solignac, op. cit., p. 154) ; celui de Iubaltiana entre 397 et 484 (A. Mandouze, op. cit., s. v. Ninus 2 et Eusebius 2).

135 A. Beschaouch, « À la recherche de Thambeis/Tanbes », BSAF, 1985, p. 26-28.

136 A. M’Charek, « Henchir es-Snam (antique Apud Asnam ?) : champ de bataille en 125 H./742 ap. J.-C. », CTun, 65, 1993 [1995], p. 19-27.

137 Victor de Vita, III, 28 ; S. Lancel, op. cit., IV, p. 1311.

138 C. Saumagne, « Un tarif fiscal au IVe siècle », Karthago, I, 1950, p. 130.

139 Cf.P. Salama, Les voies romaines de l'Afrique du Nord, 1951,p. 121.

140 A. Ennabli, A. Mahjoubi, J. W. Salomonson, La nécropole romaine de Raqqada, Notes et documents, VIII, fasc. I, INAA, 1970, vol. I, p. 77.

141 P. Salama, « La Via Hadrumetina en Byzacène », CTun, 45-46, 1964, p. 73-85.

142 Cf. M. Christol, « L’administration des biens et des revenus de l’État à l’époque romaine », Actes du colloque sur « Les fondements historico-juridiques de la propriété foncière de l’État en Tunisie », Rev. Tun. d’administration publique, no 21, publ. de l’École Nationale d’Administration, Tunis, 1994 [1996], p. 43-50.

143 F. Jacques, « Propriétés impériales et cités en Numidie Méridionale », Cahiers du centre G. Glotz, III, p. 123-139.

144 Peut-être pourrait-on rapprocher ce toponyme de l’ethnique Iubaleni d’Ammien Marcellin, cf. J. Desanges, Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962, p. 53, 56, 97, 116.

145 Cf. Z. Benzina-Ben Abdallah, dans L'Africa Romana, XI, 1994, p. 1367.

146 Lors du creusement, au début des années 1980, des fondations de l’Hotel Continental à Kairouan, en face du Bassin des Aghlabides, on a dégagé une belle stèle figurée à Saturne, actuellement exposée à l’entrée du même hotel. On y voit un couple debout de face, vêtu d’un costume ample. Cette image des dédicants, sculptée en bas-relief, est surmontée d’une couronne végétale et d’une pomme de pin. Au sommet pointu de la stèle, est représenté un aigle aux ailes déployées (ce document sera publié dans une étude ultérieure).

147 Cf. en dernier lieu N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu d’Afrique proconsulaire et sur la Fossa Regia », IIIe colloq. Intern. du CTHS, Montpellier, avril 1985, p. 359.

148 Cf. J. Despois, La Tunisie Orientale, Sahel et Basse Steppe, Paris, PUF, 1955, p. 2-96.

149 Jusqu’à la création en 1973 du gouvernorat qui porte son nom, Sidi Bouzid, village fondé à la fin du XIXe siècle s’appelait Gamouda (J. Despois, op. cit., p. 76-77 et 130-131) ou bien Gammouda, suivant une transcription consacrée cf. H. H. Abdelwahab, dans CTun, 5, 1954, p. 5-15. Sur la carte topographique au 50 000, f. de Sidi Bouzid, no 94, l’oued el-Fekka porte le nom d’oued Gamouda au niveau de Sidi Bouzid. À cet endroit appelé sur le même document « Bled Gamouda » se trouve encore aujourd’hui le cheikhat des « Guememdiya » (pluriel de Gamoudi dans la langue vernaculaire car, en Arabe classique, cela donnerait Gamoudiyin). Les auteurs de la carte topographique ont retenu la graphie fautive « Gmanndia »). Suite à l’arrivée des Hilaliens, cette tribu a dû se retrouver dans la confédération des H’mamma, semble-t-il, d’origine arabe. À Sidi Bouzid, les Guemamdiyia et les Ouled Bouzid se disent autochtones de la région et se disputent le même Saint-patron appelé Sidi Bouzid dont le m’zar est encore objet de vénération. Voir en dernier lieu, A. El-Hani, Qamûda, son histoire et ses élites, Tunis, 1997, p. 114 (en Arabe).

150 La première mention de Gamûda dans les sources médiévales remonte à 647 ap. J.-C. lors du raid d’Ibn Hodeij ; Sbeitla était alors son chef-lieu (cf. Ibn al-Khayyat, Histoire, éd. par A. D. Amri, Beyrout, 1977, p. 160).

151 Al-Yaqûbi, Kitab al-boulden, éd. Sader, p. 160.

152 Ibn Hawkal, Souratou al-Ardh, éd. Brill, Leiden, 1967, p. 94 ; Al-Mûqaddassi, Ahçan Attakassim fi Maarifati al-Akalim, éd. Brill, Leiden, 1967, p. 327.

153 Al-Bekri, Les routes et les royaumes, éd. Beit al-Hikma, Tunis, 1992 p. 1245.

154 H. Djaït, « La wilaya d’Ifriquiya au IIe/VIIIe siècle : Étude institutionnelle », Studia Islamica, XXVIII, 1986, p. 97 (district de Qammûda).

155 A. Mahjoubi, « De la fin de l’Antiquité au haut Moyen Âge : Héritages et changements dans l’urbanisme africain », Actes du 3e Colloq. Intern du CTHS, 1985, p. 394 et suiv.

156 H. H. Abdulwahab, dans CTun, no 5, 1954, p. 8 où l’auteur écrit : « On ne dispose malheureusement pas d’éléments historiques suffisants pour fixer, d’une façon précise, les limites de la province de Gammouda au Moyen Âge. Tout au plus, pourrait-on dire qu’elle était limitée au sud par celle de Gafsa, à l’ouest par celle de Sebiba, au nord et nord-ouest par celle de Kairouan et à l’est par celle de Sfax. »

157 Cf. A. Al-Hani, op. cit., n. 145.

158 S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1480 : Milicus, episcopus T(h)agamutensis.

159 F. Béjaoui, « Documents d’archéologie et d’épigraphie paléo-chrétienne récemment découverts dans la région de Gilma », CRAI, 1990, p. 256-277, voir notamment : p. 275 et suiv. Le rapprochement entre Gamûda et Tagamuta a été fait depuis J. Mesnage (L’Afrique chrétienne, p. 228).

160 Toulotte, Géographie de l’Afrique chrétienne..., Paris, 1894, p. 199 ; F. Van der Meer et C. Mohrmann, Atlas de l'Antiquité chrétienne.

161 On reconnaît indubitablement le nom Gamuta dans le toponyme d’époque byzantine transcrit par les Arabes Gamouda (avec un passage bien attesté de la dentale sourde T à la dentale sonore D comme pour Thugga/Dougga). Dans le toponyme antique de Tagamuta le préfixe TA- peut tomber comme dans le cas de Tacapes/Gabès et l’on sait que Tagamuta était, à l’époque byzantine, l’un des evêchés du district de Gamuta.
À propos de l’ancienneté du district de Gamûda, cf. H. H. Abdulwabab, dans CTun, no 5, 1954, p. 12 où on peut lire : « Ayant parcouru l'itinéraire de l’ancien canton de Gammouda, connu à l’époque byzantine sous le nom de « Thacamuda » (sic), il paraît superflu de dire que les agglomérations qui y existaient depuis la conquête arabe jusqu’au XIe siècle, représentaient d’anciens centres urbains de l’époque romaine et byzantine. »

162 Dans le nord de la Gamonia, à quelques km au sud-ouest de la borne d’Oueslatia et à 8 km au sud-est d’Agger, se trouve un site archéologique appelé Henchir Gamoud (cf. BCTH, 1899, p. 195-196 ; AAT, au 1/100 000, f. Maktar, 298, Henchir el Garnoud). Nous avons visité ce site signalé à notre attention par Mme M’Charek Fethia : il s’agit d’un champ de ruines situé à l’intérieur d’une ferme domaniale (ancienne ferme coloniale Dubras) et vaste de plusieurs ha (de nombreux alignements de murs, une grande citerne dont la voûte est encore conservée, de la sigillée africaine en abondance). Dans le même secteur mais plus à l’ouest, sur la route Kessera-Haffouz, à 3 km avant le tunnel de Kef al Guéria, on rencontre à droite de la route un site archéologique appelé Henchir Gamaana (cf. BCTH, 1899, p. 196, no 107, Henchir Gammana). L’existence au nord de la Gamonia, de Henchir Garnoud et de Henchir Gamaana n’est sans doute pas due au hasard. On a affaire indubitablement à deux sites qui conservent leurs noms antiques légèrement altérés par l’arabisation et qui étaient situés à l’intérieur du territoire des Gam(onienses)/Gam(utenses). Ces deux sites seront portés sur la carte de la Gamonia qui accompagnera notre étude intitulée « Gamûda, antique Gamuta, composante steppique du territoire des Gam(onienses)/Gam(utenses) ».

163 Cf. en dernier lieu : N. Duval, « Sufetula, l’histoire d’une ville romaine de la haute steppe à la lumière des études récentes », dans L'Afrique et l'occident romain. Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C., CEFR, 134, 1990, p. 501 et suiv.

164 Cf. P. Salama, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, 1951, p. 124 Cilma (Djilma, 30 km E.-N.E. de Sbeitla).

165 Cf. S. Lancel, Actes de la Conférence de Carthage en 411, IV, 1991, p. 1417 (Masclianae : « La localisation de cet évêché de Byzacène à Hadjeb el-Ayoun, en Tunisie repose sur la concordance des trois routes de l’Itinéraire d’Antonin, dans lesquelles figurent le nom de Masclianae, dans l’évaluation de la distance qui séparait ce site de Sufetula (Sbeitla) d’une part, d’Aquae Regiae d’autre part ») et p. 1433 (Nara : « le lieu dit Nara peut, grâce aux deux indications concordantes de l’ltinéraire d’Antonin... être localisé de façon très probable à Bir el-Bey [plutôt qu’à Bir el-Hafey], à 25 km au sud-est de Sufetula. »).

166 Nous venons de présenter à Sbeitla une communication intitulée « Gamûda, antique Gamuta, composante steppique du territoire des Gam(onienses)/Gam(utenses) » (Colloque organisé par F. Béjaoui sur les steppes aux époques antique et médiévale, Sbeitla, du 18 au 20 mai 1998).

167 Zama fera partie de la provincia Proconsularis créée à la fin du IIIe siècle, cf. notre article intitulé « Zama Regia, cité de la Proconsulaire », Actes du VIe Colloq. Intern. du CTHS, Pau, 1993 [1995], p. 381-394.

168 La vallée de l’oued Nebhana, située à l’est du jebel Bou Dabbous, est vide de cités antiques et la documentation y est de caractrère rural. Cette région est d’ailleurs le prolongement au nord de la plaine de Kairouan qui appartient à l’antique Gamonia. On y reviendra à une autre occasion.

169 Cf. la communication présentée par M. Christol à la « Table Ronde » sur Les frontières de l’Afrique du Nord antique, (Paris, mai, 1997) sous le titre « Les subdivisions d’administration financière en Afrique romaine ». On y reviendra, ultérieurement, d’une manière approfondie.

170 Cf. A. El Hani, op. cit., p. 132 et suiv. (liste de plusieurs poètes et hommes de lettres portant le nom Gammoudi).

171 Cf. J. Despois, op. cit., p. 88 et suiv. et p. 129-140.

172 J. Cuoq, L'Église d'Afrique du Nord du IIe au XIIe siècle, Paris, 1984, p. 144-149.

Table des illustrations

Légende Figure 1. - Secteur central de la Thusca des cités (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Figure 2. - Gamonia antique. Essai de localisation (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Figure 3 – Gamonia médiévale. Essai de localisation (Laboratoire de carthographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis,1997).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Figure 4. - Gamonia. Une région géographique (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Figure 5. - Byzacène (Laboratoire de cartographie de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 1997).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Planche I.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Planche II.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Planche II bis.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Planche III.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22670/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site