Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Cuicul, la Confédération Cirtéenne et les Suburbures

Des limites ambiguës

Xavier Dupuis

Texte intégral

  • 1 S. Gsell, ILAlg, I, p. IX.
  • 2 H.-G. Pflaum, ILAlg, II, 1, p. 40.

1L’ambiguïté de la situation administrative et des rapports que pouvaient entretenir la colonie de Cuicul, la tribu des Suburbures et la Confédération Cirtéenne est bien illustrée par S. Gsell lorsqu’il rédigea en 1922 la préface du premier tome des Inscriptions Latines de l’Algérie. Le savant français distinguait à juste titre quatre ensembles, la Proconsulaire, les Maurétanies Sitifienne et Césarienne, la Numidie militaire et la Confédération Cirtéenne « en y joignant, écrivait-il, la colonie de Cuicul et le territoire de la tribu des Suburbures1 ». Dans les deux volumes suivants, H.-G. Pflaum a suivi fidèlement ce programme, alors même qu’à la suite de S. Gsell il réaffirmait que la colonie de Cuicul n’avait jamais fait partie de la Confédération ; en bonne logique, les inscriptions de cette cité auraient donc dû être intégrées au volume consacrée à la Numidie militaire2. Comme on le verra, le recours à cette solution, a priori étonnante, se comprend en fait mieux à l’examen des documents épigraphiques, essentiellement des bornes milliaires, examen qui permet de bien mettre en évidence la situation complexe de cette zone, sinon son caractère contradictoire. Au delà d’un problème de géographie administrative, il est surtout possible de mieux comprendre la nature des liens qui unissaient ces trois entités et de mettre en évidence certaines des étapes de leur histoire.

  • 3 J. Gascou, La politique municipale de l'Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime (...)
  • 4 On connaît par exemple à Auzia en Maurétanie, P. Aelius Primianus, dec(urio) III / colll(oniarum) (...)
  • 5 On en connaît trois titulaires à Cirta (ILAlg, II, 1, 3606, AE, 1920, 115 et 1967, 558) et deux à (...)
  • 6 Texte inédit de Cuicul mentionnant un uilicus Cuiculi et Milei, responsable du bureau local des II (...)

2Le cas de Cuicul est apparemment très clair, et il suffit de rappeler, après J. Gascou3, que contrairement à ce qui avait parfois pu être avancé, la mention d’honneurs municipaux revêtus dans les V colonies, c’est-à-dire Cirta associée aux trois colonies contribuées de Rusicade, Chullu et Milev, et Cuicul, n’impliquait l’existence d’aucun lien administratif ou institutionnel précis, ni a fortiori l’appartenance de Cuicul à la Confédération. Cette expression soulignait simplement le poids social et personnel de quelques grands notables, suffisamment riches et influents pour faire carrière dans les deux cités4. À l’inverse cependant d’autres textes montrent l’existence de liens, de rapports certainement très étroits : à Cirta comme à Cuicul est attesté un honneur très original, celui de praefectus iuuentutis, qui semble marquer le sommet de la carrière dans les deux cités5. Dans un autre domaine, celui de l’administration fiscale, des liens existaient également6. Sans remettre nullement en cause le caractère bien distinct des deux cités, ces constatations renforcent au contraire la position défendue par J. Gascou : mieux que leur proximité géographique, le fait qu’à l’origine le territoire de la future Cuicul ait été rattaché à celui des Sittiani explique qu’aux IIe-IIIe siècles ces deux cités aient maintenu des relations privilégiées, hors de tout lien juridique ou institutionnel contraignant.

  • 7 Les références littéraires et épigraphiques ont été rassemblées par J. Desanges, Catalogue des tri (...)
  • 8 Inscription inédite copiée par H.-G. Pflaum, et AE, 1917-1918, 45, érigées par la res publica gent (...)
  • 9 CIL, 10335 à Bordj Mamra et AE 1942-1943, 68 près de l’oued Djermane (Caracalla en 215-216 et en 2 (...)
  • 10 R. Cagnat, art. cit., p. 99-100 = AE, 1904, 144 : Ex auctoritate / Imp(eratoris) Caesaris, di/ui N (...)

3L’autre aspect du problème est celui des rapports que pouvaient entretenir la colonie de Cuicul et la tribu des Suburbures. Cette gens est mentionnée par Pline et Ptolémée, ainsi que par une série d’inscriptions provenant de la région située entre Cuicul, Aziz ben Tellis et le Chott el Beida(fig. I)7. La localité antique située à l’emplacement d’Aziz ben Tellis était un de leurs centres, sinon leur capitale ; en proviennent en effet deux dédicaces érigées en 198-199 par la res publica Gentis Suburburum Col(onorum ?) à Septime Sévère et à Caracalla, tandis qu’un troisième texte épigraphique évoque un acte d’évergétisme dont bénéficia la ciuitas8. La res publica Gentis Suburburum est également mentionnée sur plusieurs militaires9, tandis que deux bornes de délimitation retrouvées au nord du Chott el Beida indiquent qu’à la fin du règne de Trajan, en 116-117, des fines furent « assignées » à la Gens Suburburum10. À l’évidence son statut avait donc évolué : gens, tribu, au Ier siècle et au début du IIe, elle constituait une res publica à l’époque sévérienne, et était devenue une ciuitas avant la fin du IIIe siècle, accédant donc apparemment à la pleine autonomie municipale.

  • 11 P. Salama, « Les bornes milliaires de Djemila-Cuicul et leur intérêt pour l’histoire de la ville » (...)
  • 12 Supra, n. 9 ; selon P. Salama (art. cit., p. 219, n. 15) il faut restituer la même formule à la fi (...)
  • 13 Des trois bornes connues, seule celle de Cuicul est intacte : Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Au/re (...)
  • 14 On lit sur le texte de Cuicul (supra, n. 11) Imp(eratore) Caes(are),/diui Seueri Pii nepo/te, diui (...)

4Il est peut-être possible de préciser la nature des rapports qui unissaient les Suburbures à la colonie de Cuicul. En 1951 en effet, Pierre Salama avait attiré l’attention sur la présence dans cette ville d’une série de bornes, datées de Caracalla à Emilien, qui s’achèvent par la formule uias torrentibus exhaustas restituit ac nouis munitionibus dilatauit11. Précise sur le plan technique, cette expression est surtout très originale : on ne la retrouve ni dans le reste de l’empire, ni ailleurs en Afrique, à la seule exception du territoire des Suburbures. En effet les bornes érigées par la res publica Gentis Suburburum ont repris exactement le même formulaire, notamment sous Caracalla puis sous Sévère Alexandre12. À deux reprises au moins il y eut donc des opérations de bornages simultanées, sur plusieurs dizaines de milles. La ressemblance ne se borne pas à la formule finale, et on constate de telles similitudes dans le libellé des bornes de Caracalla13, et surtout de Sévère Alexandre14, qu’on peut, sans grand risque d’erreur, affirmer qu’une seule autorité fut à l’origine de cette formule unique, commune à la colonie de Cuicul et à la res publica des Suburbures et à elles seules. La différence de statut évidente entre ces deux communautés implique alors entre elles des relations inégales, un lien de subordination de l’une à l’autre. Au témoignage des bornes milliaires, les Suburbures auraient donc pu avoir été placés sous la tutelle administrative de Cuicul, ou si l’on veut « attribués » à la colonie voisine.

  • 15 S. Gsell, AAA, f. 16, no 468 et BCTH, 1917, p. 348, n. 1 ; P. Salama, communication orale. Sur le (...)

5D’autres éléments confortent cette hypothèse. Tout d’abord le fait, admis par S. Gsell et P. Salama, que toutes ces bornes, y compris celles érigées par les Suburbures, ont été numérotées depuis Cuicul, et cela bien que leur localisation soit parfois imprécise, s’agissant de découvertes anciennes ou de pierres déplacées15. Si on admet cette continuité, vraisemblable, l’hypothèse d’une attribution est évidemment renforcée, le passage d’un territoire à un autre n’entraînant alors aucune rupture apparente dans la numérotation des milliaires.

  • 16 Sur cette fonction, nous renvoyons à l’article de J. Gascou, « Lapraefectura iure dicundo dans les (...)
  • 17 S. Gsell, AAA, f. 16, no 233, p. 13, et 295. La frontière numido-maurétanienne se trouvait à envir (...)

6On peut également invoquer une autre particularité propre à Cuicul, le très grand nombre de préfets produumvirs attestés dans cette colonie (16 dont trois quinquennaux), proche de celui des duumvirs (27 dont 6 quinquennaux). À l’évidence il ne peut s’agir de préfets suppléant l’empereur, ni probablement même de praefecti iure dicundo nommés à la place d’un duumvir absent ou empêché16. Leur nombre élevé suggère en effet qu’ils étaient nommés de façon régulière, dans le cadre d’une situation administrative et juridique normale. Il paraît donc préférable de penser qu’une partie au moins de ces préfets étaient l’équivalent des praefecti pro triumuiris, chargés d’administrer au nom des triumvirs cirtéens les pagi du territoire de Cirta. Celui de Cuicul étant relativement exigu17, il faut admettre que ces préfets étaient chargés d’administrer des territoires attribués comme pouvait l’être celui des Suburbures.

7Les documents que nous venons d’énumérer suggèrent donc l’existence d’un vaste ensemble territorial, regroupant la colonie de Cuicul et le territoire des Suburbures, localisé entre la Confédération Cirtéenne, la Numidie méridionale et la Maurétanie Césarienne.

8Le problème est évidemment de savoir s’il convient de le rattacher à la Confédération ou à la Numidie méridionale, mais les éléments précis font défaut. Ajoutons que de Trajan à Dioclétien on se trouve de toute façon dans un ensemble administratif unique, celui de la (future) province de Numidie. Toutefois sa partition éphémère entre 303 et 314, en une Numidia Cirtensis au nord, et une Numidia Militiana au sud, montre a contrario que, même unifiée, elle restait composée de deux régions bien distinctes, dont l’individualité demeurait perceptible. A ce titre la question mérite au moins d’être posée.

  • 18 Ce milliaire a déjà signalé par J. Desanges, Pline l’Ancien, p. 333. P. Salama a bien voulu m’indi (...)
  • 19 Notons que l’hypothèse d’un fractionnement entre des Suburbures Col(oni) au nord et des Suburbures(...)

9Elle reste malheureusement quasiment insoluble. Ni Cuicul ni le territoire des Suburbures n’ont en effet livré d’inscription mentionnant un gouverneur des années 303-314, document qui seul permettrait de déterminer sans contestation possible à laquelle des deux provinces cette zone était rattachée. Un autre document, un milliaire inédit dont je dois à P. Salama de connaître l’existence18, apporte un élément de solution tout en posant d’autres problèmes. En effet ce texte daté du règne de Caracalla, contemporain donc des bornes érigées simultanément par la colonie de Cuicul et par la res publica des Suburbures, émane sans doute possible de la colonie de Cirta. Erigé près de Saint-Arnaud, à proximité immédiate de la frontière des deux province de Numidie et de Maurétanie, il était donc placé à l’extrémité d’une route qui devait nécessairement couper celles qui venaient de Cuicul ou d’Aziz ben Tellis et traverser le territoire des Suburbures. Les déductions que l’on pouvait tirer des milliaires cuiculitains ou suburbures paraissent donc contredites par ce document, qui tend au contraire à montrer que toute cette zone, et donc les Suburbures, dépendaient toujours de Cirta19. Une fois éliminée la solution de facilité qui consisterait à penser qu’il s’agit d’une borne déplacée, ou d’un texte mal rédigé, il faut essayer de concilier deux données apparemment irréductibles.

  • 20 À l’autre extrémité du territoire cirtéen, vers l’est, une autre fraction de Suburbures, les Subur (...)
  • 21 Comme le montre la note précédente, la situation privilégiée de Cirta n’excluait pas des intervent (...)

10Un point que ne remet pas en question la découverte de P. Salama est celui de l’appartenance originelle de tout cette région au territoire cirtéen : la présence de cette borne le prouve au contraire définitivement. Peut-être faut-il en revanche poser différemment la question à partir du moment où, à partir de Trajan, le statut de ces différents territoires fut redéfini. Nous l’avons vu, l’usage d’un formulaire commun aux milliaires de Cuicul et des Suburbures, et le fait que sur le territoire des seconds les milles étaient comptés à partir de Cuicul, impliquent à coup sûr des rapports étroits entre les deux communautés, toutes deux installées dans une région qui avait dépendu de Cirta. Peut-être d’ailleurs ne s’agissait-il pas à proprement parler du territoire de colonisation des Sittiani, mais plutôt d’une région frontière située en marge du territoire cirtéen et servant de glacis de sécurité face au royaume de Maurétanie. On comprend aisément qu’ensuite, lors de l’organisation de la Numidie, Rome ait placé les Suburbures, jugés encore insuffisamment romanisés, sous la tutelle de Cuicul, colonie de vétéran probablement plus apte à contrôler ce peuple que Cirta. Simultanément celle-ci aurait conservé la charge de l’entretien de la route qui menait à Sétif, et cela sur l’ensemble de son ancien territoire, y compris dans la zone désormais attribuée aux Suburbures. On peut évidemment penser à des raisons administratives et stratégiques vu l’importance de l’axe Cirta-Sitifis. D’autres motifs ne sont cependant pas exclus, par exemple la volonté de rappeler aux Suburbures que Rome leur avait concédé une partie du territoire cirtéen et qu’une telle décision était toujours révocable20, à moins, et les deux explications ne s’excluent pas, qu’il ne s’agisse d’une des contreparties imposées à Cirta en échange d’un statut incontestablement privilégié21.

11La complexité de la situation, le caractère en apparence contradictoire des informations dont nous disposons, interdisent, on le voit, de proposer une solution définitive aux problèmes administratifs que pose cette région de la Numidie sous le Haut-Empire. Au-delà des incertitudes, apparaît surtout la complexité, l’ambigüité apparente de la notion de limites administratives qui découle en vérité de la souplesse des conceptions des Romains dans ce domaine. Une nouvelle fois, c’est bien le souci des intérêts de Rome allié à une incontestable volonté d’efficacité, bref une conception très pragmatique des problèmes, qui semble avoir prévalu.

Figure 1. – La région de Cuicul et des Suburbures (d’après une carte inédite de P. Salama).

Discussion

12Intervention de M. Duval :

13M. Duval a été satisfait de voir souligner encore une fois les rapports de part et d’autre de la frontière provinciale entre Numidie et Sitifienne (voir supra) : si on suit P. Salama et si on raisonne suivant la vraisemblance, il est assez normal que la collectivité publique la plus importante centralise l’« émission » des milliaires et impose son formulaire, surtout si la fabrication et la gravure se font dans les carrières locales autour de Cuicul.

14Contrairement à X. Dupuis, il ne voit pas d’anomalie ni de spécificité dans la filiation par les femmes pour les Sévères sur ces milliaires : les impératrices syriennes sont Augustae, ce qui n’est pas le cas de toutes les femmes d’empereurs et beaucoup d’inscriptions les mentionnent à ce titre.

Notes

1 S. Gsell, ILAlg, I, p. IX.

2 H.-G. Pflaum, ILAlg, II, 1, p. 40.

3 J. Gascou, La politique municipale de l'Empire romain en Afrique Proconsulaire de Trajan à Septime Sévère (CEFR, 8), Rome, 1972, p. 111-115 ; Id., « La politique municipale de Rome en Afrique du Nord », ANRW, II, 10, 2, p. 177-178. Rappelons que la colonie de Cuicul a vraisemblablement été fondée par Trajan, peut-être sur un site déjà occupé ; le nom de Nerva est parfois avancé, mais il s’agit d’une simple hypothèse, fondée sur le seul fait que la colonie voisine de Sétif, en Maurétanie, est une fondation de cet empereur.

4 On connaît par exemple à Auzia en Maurétanie, P. Aelius Primianus, dec(urio) III / colll(oniarum) Auz(iensis) et Rusg(uniensis) / et Equiz(etensis) et Q. Gargilius Martialis, dec(urio) duarum coll(oniarum) Auzien/sis et Rusguniensis (CIL, 9045 et 9047 = ILS, 2766 et 2767). Rien n’indique que ces cités, éloignées les unes des autres et dont l’histoire municipale fut très différente (Rusguniae près d’Alger était une colonie d’Auguste, Auzia peut-être un municipe d’Hadrien promu colonie par Septime Sévère, et Equizetum situé entre Auzia et Sétif un municipe et non une colonie), aient jamais été « contribuées ».

5 On en connaît trois titulaires à Cirta (ILAlg, II, 1, 3606, AE, 1920, 115 et 1967, 558) et deux à Cuicul (AE, 1913, 22 et 159). Sur cet honneur, voir J. Gascou, « Les magistratures de la Confédération Cirtéenne », BCTH, NS, 17 B, 1981, p. 323-335, p. 328 et n. 42-43. L’importance de la iuuentus transparaît également dans la titulature de Cirta, colonia Iulia Iuuenalis Honoris et Virtutis Cirta (ILAlg, II, 1, 626).

6 Texte inédit de Cuicul mentionnant un uilicus Cuiculi et Milei, responsable du bureau local des IIII publica Africae.

7 Les références littéraires et épigraphiques ont été rassemblées par J. Desanges, Catalogue des tribus africaines de l'antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962, p. 135-136 et Pline l'Ancien, NH, V, 1-46, Paris, 1980, p. 332-335

8 Inscription inédite copiée par H.-G. Pflaum, et AE, 1917-1918, 45, érigées par la res publica gentis Suburburum Col(onorum ?) ; A E, 1913, 225 qui mentionne un acte d’évergétisme accompli ob amorem ciuitatis suae.

9 CIL, 10335 à Bordj Mamra et AE 1942-1943, 68 près de l’oued Djermane (Caracalla en 215-216 et en 214-215) ; R. Cagnat, « Sabinius non Licinius Barbarus », Mélanges Boissier, Paris, 1903, p. 99-102, p. 101, à Mechta Zebabcha au nord du Chott el Beïda (Sévère Alexandre).

10 R. Cagnat, art. cit., p. 99-100 = AE, 1904, 144 : Ex auctoritate / Imp(eratoris) Caesaris, di/ui Neruae f(ilii), Nerufa[e] / Traiani Optimi / Aug(usti) Germ(anici) Dac(ici) / [P]arthici, fines / adsignati gen[ti] / Suburburum per [T(itum)] / Sabinium Barba[rum] / leg(atum) Aug(usti) pro pr(raetore). Le second texte est identique au premier.

11 P. Salama, « Les bornes milliaires de Djemila-Cuicul et leur intérêt pour l’histoire de la ville », RevAfr, 95, 1951, p. 213-272, notamment p. 216-219. Concernent plus particulièrement notre propos une borne de Caracalla, no 1, p. 215-219 et une autre de Sévère Alexandre, no 3, p. 220-223 (publiées par A. Ballu, BCTH, 1911, P· 111 no 6 et 1912, p. CCIV no 2 = AE, 1911, 101 et 1912, 155).

12 Supra, n. 9 ; selon P. Salama (art. cit., p. 219, n. 15) il faut restituer la même formule à la fin d’un autre milliaire très mutilé de Bordj Mamra, CIL, 10336. Les trois bornes de Caracalla paraissent contemporaines : celle de Cuicul et de Bordj Mamra présentent en effet la séquence TRIB POT XVIIII IMP III COS IIII, alors que celle de l’oued Djermane porte TRIB POT XVIIIIMP [III] COS IIII. On peut se demander si le nombre XVIII ne résulte pas ici d’une erreur, de gravure ou de lecture, ayant affecté les puissances tribuniciennes, ce qui permettrait de dater ces trois milliaires de la période comprise entre le 10/XII/215 et le 9/XII/216.

13 Des trois bornes connues, seule celle de Cuicul est intacte : Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Au/relio Seuero/Antonino Pio Fel(ici)/Aug(usto), diui Septimi/Seueri Pii Arab(ici) Adiab(enici) Parth(ici) Max(imi)/Britt(annici) Max(imi) Aug(usti) et Iuliae Domnae Aug(ustae),/matris Caesar(is) et senatus et patriae,/filio, diui M(arci) Ant(onini) Pii German(ici) Sarm(atici)/nep(oti), diui Ant(onini) Pii pronep(oti), diui Hadr(iani)/abnep(oti), diui Tra(iani) Parth(ici) et diui Neru(ae)/adnep(oti), Parth(ico) Max(imo) Brit(annico) Ger(manico) Max(imo),/pont(ifici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) XVIIII, imp(eratori) III,/cos(uli) IIII, p(atri) p(atriae), procos(uli), res pub(licaa)/Cuiculitanorum uias torren/tibus exhaustas restituit ac no/uis munitionibus dilatauit. Les deux autres sont mutilées, mais ce qui subsiste de celle de l’oued Djermane montre que sa rédaction était identique à celle de Cuicul :-----/M(arci) Ant(onini) Pii Ger[manici Sarmatici nepoti, diui]/Ant(onini) Pii pronep(oti), diu[i Hadriani abnepoti],/diui Tra(iani) Part(hici) et diu[i Neruae adnepoti, Parthico]/Max(imo) Brit(annico) Ger(manico) Max(imo), [pontifici maximo],/trib(unicia) p[ot(estate)] XVIII, im[peratori III, consuli]/IIII, p(atri) p(atriae), pro[consuli, res publica gentis]/Subur[b]ur(um) ui[a]s [torrentibus exhaus]/tas restituit [ac nouis]/munitionib(us) dila[tauit],/(Milia passum) XVIIII. La structure générale des deux textes est identique, et on remarque également les abréviations Tra et Ant pour désigner Trajan puis Marc Aurèle et Antonin le Pieux, et dans les épithètes triomphales de Caracalla, l’omission de Maximus après Britannicus.

14 On lit sur le texte de Cuicul (supra, n. 11) Imp(eratore) Caes(are),/diui Seueri Pii nepo/te, diui Antonini Mag/ni f[[ilio,]M(arco) Aurelio]/S[eu]e[ro] A[leXan]dro/P[io] Felice Aug(usto), pon/tifice max(imo), trib(unicia) pot(estate),/patre patriae]], consu/[[[l]e, Iuliae Mamae Aug(ustae)/filio, Iuliae Maesae]]/Aug(ustae) [[nepote]], res p(ublica)/Cuiculitanorum ui/as torrentibus ex/haustas restituit et no/uis munitionibus dilata/uit. Celui de Mechta Zebabcha (supra, n. 9) est identique à quelques abréviations près (l’éditeur n’indique ni les martelages, ni les changements de ligne) : Imp(eratore) Caes(are), diui Seueri Pii nepote, diui Antonini Mag(ni) Piifilio, [M(arco) Aurelio Seuero Alexandre Pio F]el(ice) Aug(usto), pont(ifice) max(imo), trib(unicia) pot(estate), p(atre) p(atriae), co(n)s(ule), [Iul(iae) Mameae] Aug(ustae) filio, [lul(iae) Maesae] Aug(uslae) nepote, res publ(ica) gentis Suburb(urum) uias torrentibus exhaustas restituit ac nouis munitionibus dilatauit. (Milia passuum) XXV. Les deux textes sont rédigés à l’ablatif ; ils ne sont pas datés mais il peut s’agir de milliaires érigés à l’occasion de l’avènement de l’empereur en mars 222, la mention de Iulia Maesa ne permettant guère de descendre au-delà de 224, date probable de sa mort (cf. E. Kettenhofen, « Zum Todesdatum Iulia Maesas », Historia, 30, 1981, p. 244-249). Il faut surtout noter la façon dont est indiquée l’ascendance de l’empereur, d’abord par référence à Septime Sévère et Caracalla, ses ancêtres divinisés, puis à la fin du texte, à sa mère et à sa grand-mère, toujours vivantes. Une telle formulation est rarissime, mais on la retrouve, pour Caracalla, sur le milliaire reproduit n. 13, ainsi que sur deux bornes érigées en 214-215 par la colonie de Sétif, CIL, 10340 et 10359 = 22403.

15 S. Gsell, AAA, f. 16, no 468 et BCTH, 1917, p. 348, n. 1 ; P. Salama, communication orale. Sur le réseau routier de cette région, cf. P. Salama, « Les voies romaines de Sitifis à Igilgili. Un exemple de politique routière approfondie », AntAfr, 16, 1980, p. 101-103.

16 Sur cette fonction, nous renvoyons à l’article de J. Gascou, « Lapraefectura iure dicundo dans les cités de l’Afrique romaine », dans L’Afrique dans l’Occident romain (CEFR, 134), Rome, 1990, p. 367-380 ; J. Gascou conclut sur ces mots « le concept malléable de praefectura iure dicundo... a pu servir, selon les cités, à désigner des réalités très différentes ».

17 S. Gsell, AAA, f. 16, no 233, p. 13, et 295. La frontière numido-maurétanienne se trouvait à environ 12 km au nord et 8 km à l’ouest de la ville ; vers le sud une borne du XIe mille a été érigée par la res publica Cuiculitanorum (P. Alquier, RSAC, 59, 1928-1929, p. 398-400, no 113-114).

18 Ce milliaire a déjà signalé par J. Desanges, Pline l’Ancien, p. 333. P. Salama a bien voulu m’indiquer qu’il s’agit d’une borne érigée en 215 à la fin de laquelle on lit clairement CIRT.

19 Notons que l’hypothèse d’un fractionnement entre des Suburbures Col(oni) au nord et des Suburbures au sud ne résoud rien, puisque la route Cirta-Sitifis séparait de toute façon les seconds de Cuicul.

20 À l’autre extrémité du territoire cirtéen, vers l’est, une autre fraction de Suburbures, les Suburbures Regiani reçurent sous Vespasien des terres prises sur le domaine public de Cirta : Ex autorit(ate)/Imp(eratoris) Vespasia(ni)/Cae(saris) Aug(usti), agri/pub(lici) Cir(tensium) ads(ignati) Sub/ur(buribus) Reg(ianis) et/Nicibibus per/Tulium Pom/ponianum/Capitonem,/leg(atum) Aug(usti) (ILAlg, II, 2, 4343 ; autre texte identique en 6252). Dans ses interventions, Rome paraît avoir eu le souci de maintenir un certain équilibre entre Cirta et les tribus. Il faut en effet noter que si les Suburbures Regiani reçurent de Rome des terres publiques de Cirta, ce qui était certes une faveur garantissant les droits de la tribu aux dépens de la Confédération, le libellé des bornes leur rappelait implicitement qu’une telle concession supposait l’obéissance et l’adhésion à l’ordre romain.

21 Comme le montre la note précédente, la situation privilégiée de Cirta n’excluait pas des interventions autoritaires de Rome. On peut également évoquer les obligations qui pesaient sur les cités au titre du cursus publicus, les militaires servant aussi à définir de façon précise les limites géographiques des obligations imposées aux diverses communautés comme le montre un texte de Phrygie (W. H. C. Frend, « A third century inscription relating to angareia in Phrygia », JRS, 46, 1956, p. 46-56, notamment p. 55 à propos des ll. 5-6 où on peut comprendre « ... nous assurons le service pour ceux qui viennent de Synnada depuis le 5e mille et pour ceux qui viennent d’Amorium... et sur la route qui vient de Miros 4 milles jusqu’à Kamaxos sont sous notre responsabilité... »). Dans certains cas, il semble même que les obligations pouvaient s’étendre au-delà des limites du territoire de la cité. Une inscription fait par exemple état d’un conflit entre Philippes et Thasos qui refusait d’assumer la charge du cursus publicus sur le territoire de sa voisine (C. Dunant et J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, II (Etudes thasiennes, V), Paris, 1958, p. 82-87, no 186). Ces exemples montrent donc que les milliaires peuvent indiquer bien autre chose que de simples limites territoriales.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – La région de Cuicul et des Suburbures (d’après une carte inédite de P. Salama).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site