Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Frontières et limites militaires de la Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire

Yann Le Bohec

Texte intégral

1L’armée, par les camps qu’elle a implantés et les routes qu’elle a tracées, a largement contribué à dessiner la frontière méridionale de la Maurétanie Césarienne, une frontière qui, selon la tradition historiographique, s’est déplacée vers le sud par bonds successifs. Par conséquent, toute enquête sur cette limite doit nécessairement prendre en compte les différents systèmes défensifs mis en place par les autorités militaires.

  • 1 R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique et l'occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, 2e(...)

2Assurément, des publications importantes ont déjà abordé ces questions1, et on pourrait légitimement considérer que le dossier est clos. Mais existe-t-il un seul problème historique définitivement résolu ?

*

  • 2 Les géographes, de nos jours, ont remplacé cette appellation de Hauts Plateaux par celle de Hautes (...)
  • 3 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 609.

3L’histoire de la frontière militaire de la Maurétanie Césarienne a été écrite par R. Cagnat en 1892, dans un ouvrage qui fut édité une deuxième fois en 1913, sans apporter de changements sur ce point. Sa conception du sujet est encore aujourd’hui admise par les chercheurs, au moins dans ses aspects majeurs. Pour cet auteur, l’armée romaine a établi des frontières qui, correspondant à des routes, étaient en quelque sorte parfaites, « trois grandes lignes d’occupation militaire, l’une suivant la côte, l’autre longeant la crête septentrionale des Hauts-Plateaux2, la troisième courant parallèlement à la mer »3, cette dernière étant, bien entendu, la plus méridionale.

  • 4 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 610 ; N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984- (...)
  • 5 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 612 ; P. Romanelli, Storia delle province romane dell'Africa,(...)
  • 6 R. Cagnat, L'armée romaine, 1913, p. 613.

4Après avoir établi l’existence de ces trois lignes, R. Cagnat s’était efforcé de les dater, et il arriva à la conclusion qu’elles n’avaient pas été installées et utilisées simultanément par l’armée, mais de manière successive. La plus ancienne et la plus septentrionale, qui longeait le littoral, avait été établie « vers l’an 404 ». La seconde, chronologiquement, occupait une position intermédiaire par rapport aux deux autres, et pouvait être attribuée, sans doute, à l’époque d’Hadrien5. La troisième, la plus méridionale, avait remplacé la précédente probablement sous Septime Sévère6.

  • 7 Salama, « Les déplacements successifs du limes en Maurétanie Césarienne (essai de synthèse) », Akt (...)
  • 8 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 163 et 173, et Dizionario epigrafico, 1984-1985, p. 13 (...)
  • 9 P. Salama, Voies, 1951, p. 26.
  • 10 R. Bloch, « Une campagne de fouilles dans la vallée du Chélif. Les Tigaua castra », MEFR, LVIII, 1 (...)
  • 11 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 114.
  • 12 P. Salama, Voies, 1951, p. 27.
  • 13 E. Albertini, « La route frontière de Maurétanie Césarienne entre Boghar et Lalla Maghnia », Bull, (...)

5Les recherches effectuées depuis un siècle ont peu modifié le tableau de R. Cagnat7. Tous les travaux publiés après 1913 reprennent la conception de frontières suivant le tracé des routes, donc linéaires, et en outre successives. Les principales nouveautés ne concernent que la chronologie, et ne la modifient que bien modestement. En ce qui concerne la ligne militaire littorale, il est vrai, elle embarrasse les auteurs au point qu’ils la passent volontiers sous silence, ou qu’ils l’oublient8. Pour la deuxième ligne, qui représentait un « bond singulier9 », son destin a été davantage lié à la route ; de la sorte, son établissement doit être étalé sur les règnes de Trajan10 et, mais seulement pour sa partie orientale, d’Hadrien11. Enfin, en ce qui concerne la ligne méridionale, que l’épigraphie définit corne une praetentura, elle était le produit d’un « assaut brutal12 ». Sa chronologie ne pouvait plus être séparée de celle de la voie, et était de ce fait précisée : elle était fixée à l’année 20113.

6En résumé, l’historiographie actuelle reprend la conception de R. Cagnat, de frontières linéaires, en ne la précisant que pour la chronologie. La Maurétanie Césarienne aurait été défendue par deux (trois ?) systèmes militaires successifs ; le premier, hypothétique, aurait été installé sous Caligula ou sous Claude le long de la côte ; le second, accompagnant le rebord septentrional des Hautes Plaines, daterait de Trajan et Hadrien, et le troisième, le plus méridional, de 201.

*

7Pour évaluer cette théorie, sans doute convient-il de reprendre l’examen de la documentation déjà connue, mais en l’éclairant à l’aide des dernières conceptions de l’histoire militaire. Deux points retiendront l’attention l’un après l’autre : tout d’abord la conception de ce qu’il est convenu d’appeler le « limes », et ensuite la composition de l’armée de Maurétanie Césarienne.

  • 14 G. Forni, « Limes », dans Dizionario epigrafico, éd. E. De Ruggiero, IV, 34, 1959, p. 1074 sv, et, (...)

8Le terme de limes, on le sait maintenant, n’a été que tardivement utilisé, et ne l’a été en outre que très rarement dans l’Antiquité ; ce sont les modernes qui ont fait sa fortune14. Ils l’ont employé pour désigner un ensemble qu’il vaudrait mieux appeler autrement, par exemple « système(s) défensif(s) », et qui comprenait trois types d’éléments : des défenses linéaires, comme par exemple les murs de Bretagne, absentes de Maurétanie Césarienne ; des défenses ponctuelles, camps et tours ; des routes.

9En ce qui concerne les routes, les épigraphistes, en règle générale, utilisent les milliaires pour les dater (on pourrait avec profit davantage recourir à l’archéologie). Mais la présence de bornes de Trajan ou de Septime Sévère ne prouve pas que la route a été tracée au temps de Trajan ou de Septime Sévère ; elle fournit simplement un terminus ante quem. La route peut être très antérieure aux milliaires, et même être préromaine.

  • 15 R. Bloch, MEFR, LVIII, 1941-1946, p. 11.
  • 16 P. Salama, Libyca, I, 1963, p. 232-234.

10En ce qui concerne les camps, il paraît dangereux de les lier trop étroitement à la route qu’ils bordent. Ils peuvent eux aussi lui être antérieurs : ainsi, aux Tigaua castra, sur l’axe de Trajan-Hadrien, on a relevé des traces d’occupation très anciennes, pas obligatoirement militaires il est vrai, remontant à l’époque d’Auguste15. Et, bien entendu, les routes survivent très largement aux camps. Il n’est pas sans intérêt, à cet égard, de remarquer que des milliaires de 198 ont été relevés sur la partie de la voie centrale, entre Sétif et Auzia16.

*

  • 17 R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique, 1913, p. 217-251, mis à jour par divers travaux mentionnés c (...)

11Donner la composition de l’armée qui se trouvait en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire constitue un problème des plus difficiles à résoudre17. Sans prétendre lui apporter de solutions définitives, nous pouvons faire le point de la recherche, rappeler des acquis récents et ajouter quelques réflexions, ici aussi surtout du point de vue de la méthode. Il faut essentiellement, en effet, et nous les rappellerons plus loin, définir des critères qui permettent de savoir si telle ou telle aile, telle ou telle cohorte, a ou non fait partie de l’armée de la province, et pour combien de temps.

  • 18 Pour l’essentiel CIL, XVI, 56 et 99.
  • 19 P.-A. Février, « Le formulaire des inscriptions funéraires datées de la Maurétanie Césarienne orie (...)
  • 20 H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund, 1952, 2 vol.
  • 21 J.-J. Hatt, La tombe gallo-romaine, Paris, 2e éd., 1986, en particulier p. 19.
  • 22 A. Audin et Y. Burnand, « Chronologie des épitaphes romaines de Vienne (Isère) », REA, LXIII, 1961 (...)
  • 23 Y. Burnand, « La datation des épitaphes romaines de Lyon », Inscriptions latines de Gaule Lyonnais (...)
  • 24 J.-M. Lassère, « Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l'Africa », AntAfr, VII, (...)
  • 25 M. Clauss, « Zur Datierung Stadtrömischer Inschriften : tituli militum praetorianorum », Epigraphi (...)
  • 26 K. Kraft, Zur Rekrutierung der Alen und Kohorten an Rhein und Donau, Berne, 1951, p. 18-19 ; D. B. (...)
  • 27 Notre ouvrage La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, p. 55-74, et notre art. « Les marques sur (...)

12L’instrument le plus sûr, pour répondre à ces interrogations, est constitué par les diplômes militaires18. Hélas, ceux qui intéressent la Maurétanie Césarienne se comptent sur les doigts d’une main. Dans leur grande majorité, les textes disponibles appartiennent à deux autres catégories, puisqu’il s’agit soit de dédicaces soit d’épitaphes. Une autre difficulté surgit dans ce cas, la datation, et il faut alors se fier au formulaire qui, par bonheur, a été étudié pour cette province19. En outre, de nombreuses études ont été effectuées ces dernières années, portant sur des régions, dont certaines sont fort voisines de la province qui nous occupe, ou sur des types d’unités de l’armée romaine. Ce n’est pas le lieu de reprendre ici tout le problème, ni de recopier des tableaux, qui peuvent être facilement trouvés ailleurs, aussi suffit-il de rappeler que le formulaire funéraire est maintenant bien connu pour Ostie20, pour la Gaule21, pour Vienne22 et Lyon23, pour différents sites d’Afrique24, et que les éléments militaires de ces mêmes épitaphes ont été l’objet d’enquêtes portant sur les prétoriens25, sur les auxiliaires26 et sur les légionnaires (épithètes comme Septimiana, Seueriana..., mention de la centurie, de la durée du service, des étapes d’une carrière, notamment27).

  • 28 Mentionnons en particulier H. Devijver, « L’armée romaine en Maurétanie Césarienne », Latomus, XLI (...)
  • 29 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 159-160.

13Pour établir ces listes nous sommes aidés, en outre, par les publications de N. Benseddik qui, dans son livre Les troupes auxiliaires, cité plus haut, avait donné de longues listes, et qui, dans un article plus récent, également déjà cité, les a amendées, tenant compte des discussions soulevées par sa première publication28. Les débats ouverts amènent à distinguer ici trois catégories d’unités29 : les premières ont été indûment introduites dans l’armée de la Maurétanie Césarienne, les secondes ne sont venues dans cette province que de manière provisoire, en renfort, et les dernières y ont effectivement servi, pour des durées plus ou moins longues.

  • 30 CIL, VIII, 9657, 21567 ; notre C. R., cité plus haut, p. 261 sv., et notre livre Les unités auxili (...)
  • 31 CIL, VIII, 21037, en Afrique ; Mésie : CIL, XVI, 44, 50, 111, M. Roxan, Diplomas (= Roman Military (...)
  • 32 H. Devijver, passage cité.
  • 33 CIL, VIII, 21567.
  • 34 CIL, VIII, 2226 = 17619 ; notre C. R., cité plus haut, p. 261 sv., et notre livre cité Unités auxi (...)
  • 35 RevAfr, 1936, p. 468, repris par J.-P. Laporte, « Notes sur les camps de Tatilti et d’Aras », dans(...)
  • 36 H. Devijver, Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 588.
  • 37 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/52.
  • 38 Voir notre livre Unités auxiliaires, 1989, p. 65. En dernier lieu : AE, 1991, 1705.

14Il faut donc commencer par expulser de notre catalogue trois ailes, sinon quatre, et au moins trois cohortes, sinon davantage. En effet, l’ala Flauia faisait partie de l’armée de Numidie30 et l’ala Flamand Gallorum de celle de Mésie31. Enfin, en ce qui concerne l’ala I Neruiana Augusta fidelis milliaria, si elle a bien fait partie de l’armée de Maurétanie Césarienne, elle n’est sans doute pas différente de celle qui est bien connue sous la forme abrégée d'ala milliaria32. Pour les cohortes, il faut également rendre à la Numidie la VI Commagenorum33 et l’Hispanorum equitata de CIL, VIII, 222634. De plus, une publication récente, s’appuyant sur un document négligé, permet de rendre à la IV Sygambrorum une inscription, la seule, où l’on avait cru voir l’unique mention de la IV Chalcidenorum à laquelle on pouvait se référer35. Restent deux problèmes. D’une part, la cohors Hispanorum equitata est sans doute identique à la I Flauia Hispanorum equitata pour H. Devijver36, suggestion que n’a pas retenue N. Benseddik37. D’autre part, nous nous demandons toujours si le fort de Medjedel, construit par une cohorte hélas anonyme, se trouvait en Numidie ou en Maurétanie Césarienne38.

  • 39 CIL, XVI, 99, de l’année 150 ; M. Le Glay, « Une nouvelle inscription relative à l’insurrection ma (...)
  • 40 CIL, XVI, 178, M. Roxan, Diplomas, 62, 86, 138 ; C. Cichorius, RE, I, 1894, col. 1229-1230.
  • 41 La présence de soldats de cette unité est attestée à Portus Magnus (CIL, VIII, 9764), et surtout à (...)
  • 42 Libyca, II, 1954, p. 114.
  • 43 CIL, VIII, 9291, 21620, Libyca, II, 1954, p. 122, pour l’Afrique. Pannonie : CIL, XVI, 76, 77, 84, (...)
  • 44 AntAfr, VIII, 1974, p. 103 ; Μ. P. Speidel, Proceedings of the African Classical Association, XIII (...)
  • 45 CIL, VIII, 9059 ; P. Southern, « The numeri of the Roman Imperial Army », Britannia, XX, 1989, p.  (...)
  • 46 Μ. P. Speidel, Numerus Syrorum Malvensium, Dacia, XVII, 1973, p. 169-177.
  • 47 CIL, VIII, 20944.
  • 48 CIL, VIII, 21453, AE, 1971, 532 ; Μ. P. Speidel, American Journal of Philology, 1972, p. 299.

15Il est plus facile, en un second temps, d’isoler des unités qui ne sont venues en Maurétanie Césarienne que pour une mission ponctuelle et qui en sont reparties sitôt leur tâche accomplie. Les unes sont présentées clairement comme telles dans un diplôme militaire39. On trouve ici cinq ailes. On compte donc pour commencer les ailes I Hispanorum Arauacorum40, et III Augusta Thracum sagittariorum de Pannonie Supérieure, I Flauia Britannica milliaria ciuium Romanorum41, I Thracum ueterana sagittariorum et I Augusta Ituraeorum sagittariorum42 de Pannonie Inférieure. On leur ajoutera peut-être l’ala Vlpia I contariorum, de Pannonie Supérieure elle, et mentionnée par des inscriptions de Tipasa et de Portus Magnus43. D’autres unités mentionnent sans ambiguïté leur appartenance à l’armée d’une autre province. C’est le cas de l’ala Augusta du Norique44 et des numeri Diuitiensis de Diuitia en Germanie Supérieure45, Syrorum Maluensium de Malua en Dacie46, et Mauretanorum Tibiscensium de Dacie47, où se trouvait Tibiscum, ainsi que des pedites singulares Pannoniciani... évidemment venus de Pannonie48.

  • 49 CIL, VIII, 21516. Europe : CIL, XVI, 41, 45, 58, 61, 112, 113, M. Roxan, Diplomas, 87, 152, 165 ; (...)
  • 50 H. Devijver, passage cité.
  • 51 J· Baradez, Libyca, II, 1954, p. 120, pour l’Afrique. Europe : CIL, XVI, 20, 28, 36, 64, 76, 77, 8 (...)
  • 52 CIL, VIII, 21050 = AE, 1963, 23 ; M. Vigil, « Ala II Flauia Hispanorum ciuium Romanorum », AEA, XX (...)
  • 53 CIL, VIII, 9631 ; N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/52.
  • 54 CIL, VIII, 21038.
  • 55 CIL, XVI, 73, 159, 165, 169, 170, 181, 182, M. Roxan, Diplomas, 48, 84, 157, 186.
  • 56 CIL, VIII, 21668.
  • 57 AE, 1901,59b.
  • 58 G. Alföldy, Die Hilfstruppen der römischen Provinz Germania Inferior, Epigr. Stud., VI, 1968, p. 7 (...)
  • 59 CIL, VIII, 9745 ; cette unité n’est pas présente dans l’art, de P. Southern consacré aux numeri et (...)
  • 60 CIL, VIII, 9829.
  • 61 CIL, VIII, 21019.

16Une série d’unités font également problème. On les trouve dans des inscriptions de Maurétanie Césarienne, mais ces mentions peuvent s’expliquer de différentes manières : présence, totale ou sous forme de détachement, ou encore retour au pays d’un vétéran, ou d’un soldat renvoyé après avoir été réformé, avec la causaria missio. Les différents auteurs considèrent tantôt qu’elles sont totalement étrangères au Maghreb, tantôt qu’elles n’y furent que de passage. On peut ainsi penser que l’ala Gaetula I49 ne se trouvait pas en Maurétanie Césarienne, car plusieurs inscriptions mentionnent des ailes de Gétules, mais elles ont été trouvées en Europe ou en Orient50. On leur ajoutera Yala I Caninafatium, qui est bien attestée en Germanie supérieure puis en Pannonie51, l’ala II Flauia Hispanorum dont le camp se trouvait à Rosinos de Vidriales, dans la péninsule Ibérique52. En outre, la cohors II Cirtensium n’est mentionnée que par un seul texte, qui plus est fragmentaire53 : sa présence reste à prouver. Enfin, la seule sépulture d’un vétéran de la cohors Syrorum sagittaria milliaria54 se révèle d’autant moins probante que cette unité est bien attestée en Maurétanie Tingitane55. C’est aussi le cas de plusieurs numeri. Autre unité mystérieuse, le numerus exploratorum Batauorum56, est peut-être identique au numerus exploratorum Germa( )57 ; ces deux dénominations se retrouvent à Albulae, et leur province de garnison reste inconnue ; peut-être ont-ils appartenu à l’année de Maurétanie Césarienne, peut-être, plutôt, à celle de Germanie Inférieure58. Autres numeri dont la présence reste à démontrer, le numerus Ambou( )59, les Osroheni iuniores60, sans doute plus tardifs qu’on ne l’a cru, et le numerus Ques( )61.

  • 62 CIL, VIII, 2716 ; Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, p. 451-461.
  • 63 AE, 1966, 597.
  • 64 CIL, VIII, 9045, 9047.
  • 65 Μ. P. Speidel, « Mauri equites », AntAfr, XXIX, 1993, p. 121-126.

17D’autres problèmes analogues, voire plus complexes, sont posés par des unités diverses, et pour commencer de Mauri. Des Mauri sont en effet attestés à Lambèse en 238 sous la forme d’une uexillatio militum Maurorum Caesariensium ; elle y a été appelée pour combler le vide laissé par la dissolution de la IIIe Légion Auguste62. On a assimilé ces soldats à des equites et pedites […]63, ce qui est audacieux, et à une uexillatio equitum Maurorum, elle présente en Maurétanie Césarienne64. Il est possible qu’ils aient formé un numerus par la suite65.

18Une caractéristique générale de ces troupes de renfort mérite d’être relevée : la présence de nombreux cavaliers.

  • 66 CIL, XVI, 56.
  • 67 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 159-160.

19Après avoir essayé de faire le ménage, il reste à reconstruire et à dresser la liste des unités qui ont effectivement servi en Maurétanie Césarienne. Ainsi qu’on le sait, ici se pose un problème de méthode. En effet, nous n’avons de certitude que pour un petit nombre d’ailes et cohortes, celles qui sont explicitement présentées comme ayant appartenu à l’armée de la province. C’est le cas de trois ailes et de dix cohortes mentionnées par le diplôme militaire de 10766. P.-A. Février avait estimé leur effectif total à un maximum de 6 000 hommes, et il estimait que c’était relativement peu67. Il est remarquable que les fantassins sont plus nombreux, en proportion, que dans le cas des troupes de renfort, composées surtout de cavaliers. Les autres unités, qui ne sont connues que par des épitaphes ou des dédicaces, offrent moins de certitudes. Il faut d’abord s’assurer qu’elles n’étaient pas connues dans une autre province, qu’elles ne faisaient pas partie d’une autre armée. Ensuite, en principe, on tiendra compte des mentions du commandant de l’unité, ou de l’unité elle-même, agissant en tant que personne morale. Pour le reste, il ne faudra considérer que les mentions multiples : testis unus, testis nullus. Cette règle souffre peut-être, cependant, des exceptions : en effet, sous les Julio-claudiens, la mode épigraphique ne s’était pas encore beaucoup diffusée chez les soldats ; aussi, quand on trouve une unique mention, à haute époque, d’une aile ou d’une cohorte, et si elle n’est pas connue par ailleurs, alors pèsera une présomption de sa présence en Maurétanie Césarienne. Mais, concrètement, en-dehors du diplôme militaire de 107, on ne tranchera qu’au cas par cas, après une longue enquête, et en sachant que subsiste une part d’incertitude.

20Au bilan, nous pouvons proposer une liste de six ailes, quinze cohortes et quatre unités du type numerus (seules deux d’entre elles portent explicitement ce nom dans les inscriptions disponibles). Il faut bien faire attention à la chronologie : certaines de ces unités ne sont arrivées qu’après la conquête, au IIe siècle, voire au IIIe ; d’autres sont parties avant la fin de la période que nous appelons le « Haut-Empire ».

21Les ailes de l’armée de Maurétanie Césarienne

  • Ala I Augusta Parthorum68. Elle est une des mieux connues.
  • Ala exploratorum Pomariensium69. Son nom même prouve sa présence à Pomaria, en Maurétanie Césarienne.
  • Ala I Claudia (Gallorum) Kapitoniana70.
  • Ala milliaria = I Neruiana Augusta fidelis milliaria71. Cette unité, qui a pu faire partie de la garnison de Cherchel à son arrivée en Maurétanie Césarienne, a laissé son nom à une agglomération.
  • A la II Thracum Augusta pia fidelis72. Elle se trouvait sans doute à Cherchel.
  • Ala pia gemina Sebastena73. On connaît son camp de la Kherba des Ouled Hellal, construit en 200-201 ; elle avait probablement un détachement à Cherchel.

22Les cohortes de l’armée de Maurétanie Césarienne

  • Cohors II Breucorum74. Une agglomération a porté le nom de Cohors Breucorum.
  • Cohors II Brittonum75.
  • Cohors I Corsorum ciuium Romanorum76.
  • Cohors VI Delmatarum77. Il n’est pas impossible que cette cohorte se soit trouvé à Cherchel au Ier siècle de notre ère.
  • Cohors VII Delmatarum78. Nous proposerons pour cette cohorte la même hypothèse que pour la précédente, celle d’une présence à Cherchel au Ier siècle.
  • Cohors Aelia Expedita79. Sa présence en Maurétanie Césarienne n’est pas encore établie de manière indiscutable.
  • Cohors II Gallorurm80.
  • Cohors I Flauia Hispanorum81.
  • Cohors I Flauia Musulamiorum82.
  • Cohors Nurritanorum83.
  • Cohors I Pannoniorum84. Peut-être présente en Maurétanie Césarienne dès le Ier siècle, assurément au IIe (elle est mentionnée dans le diplôme de 107), cette cohorte s’est ensuite peut-être installée à Lucu ou dans les environs, car ses soldats y ont construit une route en 209-210.
  • Cohors II Sardorum85. Sa présence est bien attestée à Rapidum au IIe siècle, à partir de 122, à Auzia au IIIe, dès l’époque de Septime Sévère.
  • Cohors I Aelia singularium86. Elle se trouvait très probablement à Auzia au IIIe siècle.
  • Cohors IV Sygambrorurn87. Sa présence à Tatilti au IIIe siècle vient d’être établie, mais elle a pu faire partie de la garnison de Cherchel auparavant.
  • Cohors I Augusta Neruiana Velox88.

23Les numeri de l’armée de Maurétanie Césarienne

24On leur ajoutera des unités de même type, même si ces dernières ne portent pas explicitement le titre de numerus.

  • Numerus Gaesatorum89. Ce numerus a aidé le fameux Nonius Datus à construire le non moins fameux aqueduc de Bougie (aujourd’hui Bejaïa).
  • Numerus Syrorum sagittariorum90. Beaucoup d’inscriptions mentionnent ce numerus qui a donné son nom à une agglomération. Pour certains auteurs, il devrait être identifié au numerus Syrorum Melenuensium de Dacie, qui serait venu s’installer dans la province de Maurétanie Césarienne.
  • Singulares praesidis91.
  • Classiarii92. Les soldats de marine ne sont pas des auxiliaires, mais ils ont joué leur rôle dans l’organisation défensive de la Maurétanie Césarienne.

*

25Ces listes ne sont pas, assurément, indiscutables. On devrait toutefois pouvoir les accepter, au moins pour l’essentiel. Elles permettent de passer à une autre étapes de l’étude de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne, la « Dislokation », la répartition des unités dans l’espace.

  • 93 Pline, H. N., V, 24. Voir le commentaire de J. Desanges, dans son éd. de Pline l’Ancien, H. N., V, (...)
  • 94 Nous renvoyons à ce que nous avons dit plus haut sur les épitaphes d’époque julio-claudienne, qui (...)
  • 95 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 169-187, et Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1 (...)

26Pourtant, ici aussi, se pose un autre problème : comment être sûr que tel ou tel site a bien reçu une garnison ? Plusieurs critères peuvent être utilisés, et d’abord la toponymie. Des unités ont donné leur nom à des agglomérations, ce qui prouve qu’elles y ont séjourné de manière durable : Numerus Syrorum, Ala Milliaria et Cohors Breucorum. En revanche, on ne retiendra pas les Castella, ce mot pouvant désigner une agglomération de civils, ni les Castra, comme les curieux Castra Puerorum : ils sont indatables (à preuve les Castra Cornelia de Proconsulaire, près d’Utique, qui sont d’époque républicaine93), et l’armée romaine n’a pas compté de pueri dans ses rangs. Enfin, l’archéologie a révélé la présence de camps du Haut-Empire, près desquels ont été trouvées des inscriptions, épitaphes ou dédicaces. Il faut traiter avec prudence ces documents, et ne pas oublier que nous connaissons des camps sans unité et des unités sans camp. Quand une dédicace est gravée au nom de toute l’unité, ou au nom de son commandant, sa présence est très probable ; mais il faut se méfier des inscriptions de Cherchel, lieu de résidence du gouverneur, personnage souvent honoré par ses subordonnés. Pour les épitaphes, il vaut mieux en posséder plusieurs. Mais une seule pourra avoir valeur de preuve si elle est ancienne94, si l’unité n’est pas connue par ailleurs, si le soldat est mort avant la fin de son temps normal de service (soit quelque trente ans ; on n’oubliera pas, cependant, la réforme, la causaria missio). Ici aussi, nous pouvons profiter des travaux de N. Benseddik95.

27Les garnisons de l’axe médian

28Il s’agit de la voie Auzia-Albulae, du « limes » de Trajan-Hadrien.

  • Auzia96
  • Rapidum97. Le camp, construit en 122, a été abandonné entre 201 et 208.
  • Thanaramusa Castra98. Cette enceinte serait contemporaine de Rapidum.
  • Oppidum Nouum. Un praesidium, sans doute militaire, y est attesté avant l’époque flavienne99.
  • Tigaua Castra100. Le rempart a été restauré en 167.
  • Albulae101. Le Praesidium Sufatiue a été construit par la cohors I Flauia Musulamiorum.
  • 102 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/57.

29Un esprit critique pourrait en revanche estimer que nous ne possédons pas suffisamment de preuves pour affirmer une présence militaire sur plusieurs sites, même si elle se révèle probable : Castellum Tingitanum, Gadaum Castra, Ballene Praesidium, Castra Noua, Zucchabar et Manliana102.

30Les garnisons de l’axe méridional

  • 103 P. Massiera et Dr. Megnin, « La route frontière au IIIe siècle entre Tarmount et Aïn Touta », 4e C (...)
  • 104 N. Benseddik, passages cités.
  • 105 P. Salama, « Bornes milliaires et problèmes stratégiques du Bas-Empire en Maurétanie Césarienne », (...)

31Les auteurs se partagent sur l’importance de la présence militaire romaine sur cet axe103 ; leurs estimations varient entre quinze104 et quarante-sept sites105.

  • Aras106.
  • Kherba des Ouled Hellal107. C’est là qu’ont été construits les hiberna de l’ala Sebastena.
  • Derrag. Ce poste date de Septime Sévère108.
  • Aïoun Sbiba109.
  • Cohors Breucorum110. L’unité a donné son nom à l’agglomération.
  • Ala Milliaria111. Ici aussi, l’unité a donné son nom à l’agglomération.
  • Kaputtasaccura112. L’aile des Parthes avait son camp à Kaputtasaccura, aujourd’hui Sidi Ali ben Yub.
  • Altaua113 Ce camp sévérien, de 201, abritait des soldats de la cohorte des Sardes.
  • Pomaria114. C’est, cette fois, l’unité, l’ala exploratorum, qui avait ajouté à son nom celui de l’agglomération.
  • Numerus Syrorum115.
  • 116 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/59.
  • 117 Là se trouvait peut-être un camp carré de 300 m. de côté, pour la Ire cohorte des Pannoniens.

32En revanche, et toujours pour nous mettre à la place d’un esprit hypercritique, nous ne sommes pas parfaitement assurés du rôle militaire de plusieurs sites116 : Lucu117, Grimidi, Aïn Touta, burgus Vzinazensis, Columnata, Aïn Teukria et Zabi.

  • 118 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 174 ; J.-P. Laporte, « Tatilti et Aras », cité plus ha (...)
  • 119 CIL, VIII, 9745.
  • 120 Année 227 : AE, 1966, 597 ; a. 255 : CIL, VIII, 9045 ; a. 260 : CIL, VIII, 9047.
  • 121 CIL, VIII, 9750 (formulaire : fin IIe-début IIIe siècle), et 21604 (IIIe siècle selon N. Benseddik (...)
  • 122 AE, 1971,533 (a. 233-235).
  • 123 CIL, VIII, 21516, mais il n’est pas assuré que ce poste ait été tenu par l’armée de Maurétanie Cés (...)
  • 124 CIL, VIII, 20827 = ILS, 3000, de l’a. 254.
  • 125 J. Baradez, « Les nouvelles fouilles de Tipasa et les opérations d’Antonin le Pieux en Maurétanie  (...)
  • 126 G. Forni, « Limes », Dizionario epigrafico, IV, 34, 1959, p. 1074 sv.

33Mais ce n’est pas tout. Il y a plus. En effet, un certain nombre de sites ont été occupés soit en-dehors des trois axes identifiés par R. Cagnat, soit sur l’un de ces trois axes, mais à une époque où ils auraient dû avoir été abandonnés. Deux postes militaires sont situés entre les deux lignes de Trajan-Hadrien et Septime Sévère : Tatilti (Taraess), qui a abrité les hiberna de la cohors IV Sygambrorum118 et les Aquae Sirenses (Bou Hanifia), de 242119. Deux autres garnisons au moins ont été présentes sur la route centrale au cours du IIIe siècle, Auzia120 et Tassaccura121. De plus, on peut repérer d’autres postes au nord de la route Auzia-Albulae : Sertei122, Quiza123 (ce dernier près du littoral) et Aïn Bou Dib124. Enfin, le grand nombre de sépultures militaires trouvées à Tipasa, en particulier pour des soldats venus en renfort, laisse penser que le colonel J. Baradez, qu’il est de bon ton de critiquer aujourd’hui, n’avait peut-être pas tout-à-fait tort : même si on n’y a pas trouvé d’enceinte, Tipasa a possédé un camp au moins provisoire, et au moins pour loger des unités de renfort125. De ces remarques découle une conclusion importante : contrairement à ce qu’avait écrit R. Cagnat, le « limes » de Maurétanie Césarienne, au moins à partir de Septime Sévère, et peut-être avant, n’était pas linéaire, mais bidimensionnel. Il suivait la règle générale, celle qu’avait définie G. Forni, à qui nous devons cette conception d’un système défensif ayant une longueur et une largeur126. Cette constatation, au fond, est rassurante, dans la mesure où elle supprime une exception.

  • 127 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 164 ; Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie, Paris-Rome, (...)
  • 128 Ph. Leveau, Caesarea, 1984, p. 79.

34Le plus important et le plus nouveau, sans doute, se trouve ailleurs, plus précisément à Cherchel. Les études précédemment consacrées à ce site127 avaient relevé le grand nombre d’inscriptions militaires qui y ont été découvertes, mais sans oser en tirer de conséquences, sans doute parce que la malchance n’a pas permis aux archéologues de trouver le moindre camp. Or, si on tient compte des critères mentionnés plus haut, tant pour identifier les unités qui ont été présentes sur tel ou tel site que pour la datation des inscriptions, on arrive à la constatation que Caesarea de Maurétanie a joué un grand rôle militaire. Là se trouvaient en permanence des soldats de marine, des classiarii, du moins après leur arrivée au Maghreb, et des singulares praetesidis, bien évidemment après la création de leur corps. Là aussi se trouvait sans doute le camp de la IIe aile des Thraces, lui aussi pendant tout le Haut-Empire. Il faut sans doute ajouter d’autres effectifs à ceux-ci : au Ier siècle trois cohortes, la Ire des Pannoniens, la VIe et la VIIe des Dalmates ; au IIe siècle l’aile milliaire et le numerus des archers syriens ; et dans la première moitié du IIIe siècle une partie de l'ala Sebastena. Tous ces corps sont attestés à Cherchel et pas ailleurs. Ils représentent au total un effectif d’au moins 500 hommes, et ont dû atteindre le plus souvent de 1 500 à 2 000 hommes sur un total de 6 000 présents dans la province. Pour une ville qui aurait compté de 20 à 22 000 habitants, une telle population de soldats n’est pas négligeable128. Dans le domaine militaire, il en découle que le « limes » de Maurétanie Césarienne ne ressemblait pas à celui de Germanie ou de Bretagne, dont les effectifs étaient soigneusement répartis sur la frontière. En Maurétanie Césarienne, une puissante réserve se trouvait à la disposition du gouverneur, qui pouvait la faire intervenir là où le besoin lui apparaissait s’en faire sentir. Ce système défensif s’apparentait, mais de loin, à celui de l’Égypte, où l’essentiel des forces combattantes avait été placé à Alexandrie. Il prouve que le « limes » présentait plus de variété que ne le laissaient penser les études de nos collègues allemands et britanniques.

35En conclusion, cette enquête a permis de proposer de nouvelles listes d’unités et de nouvelles listes de camps pour la Maurétanie Césarienne, listes qui sont susceptibles d’entraîner encore des débats : la nature même de la documentation laisse planer un certain nombre d’incertitudes.

36Elle permet surtout d’ajouter une nouvelle fonction à celles qui avaient été définies pour Cherchel dans l’Antiquité : c’était aussi une ville de garnison.

37Plus encore, elle a montré que le « limes » de Maurétanie Césarienne était « bi-dimensionnel », au moins à partir de Septime Sévère, et sans doute avant ce temps. Il rentrait par là dans la règle générale. Mais il présentait aussi un caractère original, par la présence d’une forte garnison en retrait, précisément à Cherchel.

Notes

1 R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique et l'occupation militaire de l’Afrique sous les empereurs, 2e éd., Paris, 1913, 805 p. ; P. Salama, Les voies romaines de l’Afrique du Nord, Alger, 1951, 143 p.-XII pl.-l carte h.-t. (nombreux autres travaux du même savant : voir plus loin) ; N. Benseddik, Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut-Empire, Alger, s. d. [1982], 285 p.-37 fig.-1 carte h.-t., et « Limes, Mauretania Caesariensis », dans Dizionario epigrafico, éd. E. De Ruggiero, Rome, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/47-67.

2 Les géographes, de nos jours, ont remplacé cette appellation de Hauts Plateaux par celle de Hautes Plaines.

3 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 609.

4 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 610 ; N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/55.

5 R. Cagnat, L’armée romaine, 1913, p. 612 ; P. Romanelli, Storia delle province romane dell'Africa, Rome, 1959, p. 406-407 ; Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, I, 2e éd., revue par C. Courtois, Paris, 1968, p. 135 ; P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, I, Aix-en-Provence, 1989, p. 119-120.

6 R. Cagnat, L'armée romaine, 1913, p. 613.

7 Salama, « Les déplacements successifs du limes en Maurétanie Césarienne (essai de synthèse) », Akten des XI. internat. Limeskongresses, Budapest, 1977, p. 577-595, N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 163-187, et Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/47-67. Voir aussi notre art. à paraître dans les Hommages à E. Birley.

8 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 163 et 173, et Dizionario epigrafico, 1984-1985, p. 1376/55.

9 P. Salama, Voies, 1951, p. 26.

10 R. Bloch, « Une campagne de fouilles dans la vallée du Chélif. Les Tigaua castra », MEFR, LVIII, 1941-1946, p. 9-42, en particulier p. 11 ; P. Romanelli, Province, 1959, p. 329 et 336 ; Ch.-A. Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, I, 1968, p. 121-122.

11 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 114.

12 P. Salama, Voies, 1951, p. 27.

13 E. Albertini, « La route frontière de Maurétanie Césarienne entre Boghar et Lalla Maghnia », Bull, de la Soc. de Géogr. et d’Archéol. d’Oran, 1928, p. 33-48 ; P. Romanelli, Province, 1959, p. 406-407 ; Ch.-A. Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, I, 1968, p. 135 ; P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 119-120.

14 G. Forni, « Limes », dans Dizionario epigrafico, éd. E. De Ruggiero, IV, 34, 1959, p. 1074 sv, et, du même, « Limes. Nozioni e nomenclature », CISA, XIII, 1987, p. 272-294 ; P. Trousset, « L’idée de frontière au Sahara », Enjeux sahariens, Paris, 1984, p. 47-78 ; B. Isaac, « The meaning of the terms limes and limitanei », JRS, LXV1II, 1988, p. 125-147 ; notre art. « La genèse du limes dans les provinces de l’empire romain », RHDF, LX1X, 3, 1991, p. 307-330.

15 R. Bloch, MEFR, LVIII, 1941-1946, p. 11.

16 P. Salama, Libyca, I, 1963, p. 232-234.

17 R. Cagnat, L’armée romaine d’Afrique, 1913, p. 217-251, mis à jour par divers travaux mentionnés ci-dessous.

18 Pour l’essentiel CIL, XVI, 56 et 99.

19 P.-A. Février, « Le formulaire des inscriptions funéraires datées de la Maurétanie Césarienne orientale », BSNAF, 1952, p. 152-160, et « Remarques sur les inscriptions funéraires datées de Maurétanie Césarienne orientale », MEFR, LXXVI, 1964, p. 105-172.

20 H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund, 1952, 2 vol.

21 J.-J. Hatt, La tombe gallo-romaine, Paris, 2e éd., 1986, en particulier p. 19.

22 A. Audin et Y. Burnand, « Chronologie des épitaphes romaines de Vienne (Isère) », REA, LXIII, 1961, p. 291-313.

23 Y. Burnand, « La datation des épitaphes romaines de Lyon », Inscriptions latines de Gaule Lyonnaise, Actes de la table-ronde de Lyon, novembre 1990, éd. F. Bérard et Y. Le Bohec, Lyon, 1992, p. 21-27.

24 J.-M. Lassère, « Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l'Africa », AntAfr, VII, 1973, p. 7-151.

25 M. Clauss, « Zur Datierung Stadtrömischer Inschriften : tituli militum praetorianorum », Epigraphica, XXXV, 1973, p. 55-95.

26 K. Kraft, Zur Rekrutierung der Alen und Kohorten an Rhein und Donau, Berne, 1951, p. 18-19 ; D. B. Saddington, « Towards the dating of early Inscriptions recording Roman auxiliary Regiments », VIe Congrès d’épigraphie, 1973, p. 538-540, et « The development of the Roman auxiliary Forces from Augustus to Trajan », ANRW, II, 3, 1975, p. 176-201.

27 Notre ouvrage La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, p. 55-74, et notre art. « Les marques sur briques et les surnoms de la IIIe légion Auguste », Epigraphica, XLIII, 1981, p. 127-160.

28 Mentionnons en particulier H. Devijver, « L’armée romaine en Maurétanie Césarienne », Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 584-595 (AE, 1984, 939), et notre C. R., paru dans Epigraphica, XLIV, 1982, p. 261-267.

29 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 159-160.

30 CIL, VIII, 9657, 21567 ; notre C. R., cité plus haut, p. 261 sv., et notre livre Les unités auxiliaires de l'armée romaine en Afrique Proconsulaire et Numidie sous le Haut-Empire, Paris-Marseille, 1989, p. 28-33.

31 CIL, VIII, 21037, en Afrique ; Mésie : CIL, XVI, 44, 50, 111, M. Roxan, Diplomas (= Roman Military Diplomas, Londres, 3 fasc., 1978, 1985 et 1994), 55 ; C. Cichorius, RE, I, 1894, col. 1243, et H. Devijver, Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 586.

32 H. Devijver, passage cité.

33 CIL, VIII, 21567.

34 CIL, VIII, 2226 = 17619 ; notre C. R., cité plus haut, p. 261 sv., et notre livre cité Unités auxiliaires, 1989, p. 108.

35 RevAfr, 1936, p. 468, repris par J.-P. Laporte, « Notes sur les camps de Tatilti et d’Aras », dans La hiérarchie (Rangordnung) de l'armée romaine sous le Haut-Empire, Actes du congrès de Lyon, éd. Y. Le Bohec, Paris, 1995, p. 343-366, en particulier p. 344-349.

36 H. Devijver, Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 588.

37 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/52.

38 Voir notre livre Unités auxiliaires, 1989, p. 65. En dernier lieu : AE, 1991, 1705.

39 CIL, XVI, 99, de l’année 150 ; M. Le Glay, « Une nouvelle inscription relative à l’insurrection maurétanienne de 145-147 », Libyca, VII, 1959, p. 217-220 ; Μ. P. Speidel, « Pannonian Troops in the Moorish War of Antoninus Pius », XI internat. Limes Congress, Budapest, 1977, p. 129-135.

40 CIL, XVI, 178, M. Roxan, Diplomas, 62, 86, 138 ; C. Cichorius, RE, I, 1894, col. 1229-1230.

41 La présence de soldats de cette unité est attestée à Portus Magnus (CIL, VIII, 9764), et surtout à Tipasa (AE, 1914, 241 = 1982, 279, Libyca, II, 1954, p. 117, RevAfr, 1918, p. 338) ; histoire de cette aile : AE, 1979, 459.

42 Libyca, II, 1954, p. 114.

43 CIL, VIII, 9291, 21620, Libyca, II, 1954, p. 122, pour l’Afrique. Pannonie : CIL, XVI, 76, 77, 84, 96, 104 et 178, M. Roxan, Diplomas, 174 et 176 ; C. Cichorius, RE, I, 1894, col. 1239.

44 AntAfr, VIII, 1974, p. 103 ; Μ. P. Speidel, Proceedings of the African Classical Association, XIII, 1975, p. 36.

45 CIL, VIII, 9059 ; P. Southern, « The numeri of the Roman Imperial Army », Britannia, XX, 1989, p. 81 sv., ici p. 135.

46 Μ. P. Speidel, Numerus Syrorum Malvensium, Dacia, XVII, 1973, p. 169-177.

47 CIL, VIII, 20944.

48 CIL, VIII, 21453, AE, 1971, 532 ; Μ. P. Speidel, American Journal of Philology, 1972, p. 299.

49 CIL, VIII, 21516. Europe : CIL, XVI, 41, 45, 58, 61, 112, 113, M. Roxan, Diplomas, 87, 152, 165 ; C. Cichorius, RE, I, 1894, col. 1243.

50 H. Devijver, passage cité.

51 J· Baradez, Libyca, II, 1954, p. 120, pour l’Afrique. Europe : CIL, XVI, 20, 28, 36, 64, 76, 77, 84, 96, 97, 104 et 178, M. Roxan, Diplomas, 62 ; C. Cichorius, RE, 1, 1894, col. 1236.

52 CIL, VIII, 21050 = AE, 1963, 23 ; M. Vigil, « Ala II Flauia Hispanorum ciuium Romanorum », AEA, XXXIV, 1961, p. 104-113 ; P. Le Roux, L'armée romaine et l’organisation des provinces Ibériques, Paris, 1982, en particulier p. 145-147 et 245-247.

53 CIL, VIII, 9631 ; N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/52.

54 CIL, VIII, 21038.

55 CIL, XVI, 73, 159, 165, 169, 170, 181, 182, M. Roxan, Diplomas, 48, 84, 157, 186.

56 CIL, VIII, 21668.

57 AE, 1901,59b.

58 G. Alföldy, Die Hilfstruppen der römischen Provinz Germania Inferior, Epigr. Stud., VI, 1968, p. 79-80 ; voir aussi P. Southern, art. cité.

59 CIL, VIII, 9745 ; cette unité n’est pas présente dans l’art, de P. Southern consacré aux numeri et mentionné plus haut.

60 CIL, VIII, 9829.

61 CIL, VIII, 21019.

62 CIL, VIII, 2716 ; Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989, p. 451-461.

63 AE, 1966, 597.

64 CIL, VIII, 9045, 9047.

65 Μ. P. Speidel, « Mauri equites », AntAfr, XXIX, 1993, p. 121-126.

66 CIL, XVI, 56.

67 P.-A. Février, Maghreb romain, I, 1989, p. 159-160.

68 CIL, VIII, 9371, 9827, 9828, 9838, 21064, 21619, 21720, 21779, XVI, 56, AE, 1984, 135, BAAlg, V, 1971-1974, p. 185 ; J. Marcillet-Jaubert, ZPE, LIV, 1984, p. 170.

69 CIL, VIII, 9745, 9906, 9907, 21704 ; Μ. P. Speidel, « Exploratores », Epigr. Stud., XIII, 1983, p. 63-78 = Roman Army Studies, II, Stuttgart, 1992, p. 89-104.

70 AE, 1971,533.

71 CIL, VIII, 9389, 21029, 21036, XVI, 56, AE, 1902, 4. Voir H. Devijver cité plus haut.

72 CIL, VIII, 9203, 9370, 21046, XVI, 56, AE, 1960, 245, RevAfr, 1903, p. 123 ; Ph. Leveau, « L’aile II des Thraces, la tribu des Mazices et les praefecti gentis en Afrique du Nord », AntAfr, VII, 1973, p. 153-192, en particulier p. 158, 160, 168, 169, 187.

73 CIL, VIII, 9359, 21000 (= AE, 1954, 136), 21044, BAAlg, VI, 1975-1976, p. 92-93, no 13. AE 1966, 596, a été attribuée à cette unité, ce qui reste à prouver, car il s’agit d’une restitution.

74 CIL, VIII, 5066, 9391, 21560, 21561, 21562, XVI, 56 ; RIB, 288.

75 CIL, VIII, 6995, XVI, 56, AE, 1937, 44.

76 CIL, IX, 2853, XVI, 56.

77 CIL, VIII, 9377, AE, 1921,31.

78 CIL, VIII, 9384, 21040, 21058.

79 CIL VIII, 9358, 21666 ; H. Devijver, Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 588.

80 CIL, XVI, 56.

81 CIL, VIII, 9047, 9612, 20754, 20942, XIV, 4467, XVI, 56, AL 1915, 111, 1937, 56, 1949, 37, BAAlg, V, 1971-1974, p. 185, 213, inédit de Sufasar, mentionné par N. Benseddik, no 132 de son catalogue ; H. Devijver, Latomus, XLIII, 3, 1984, p. 588.

82 CIL, VIII, 4879, XIV, 4467, XVI, 56, ILS, 9472, AE, 1913, 157 = 1985, 984, BAAlg, VI, 1975-1976, p. 91-92, no 12.

83 CIL, VIII, 4292, XI, 6010, XVI, 56.

84 CIL, VIII, 21033, 21041, 22602, 22603, 22604, 22611, XVI, 56, inédit mentionné par N. Benseddik, no 149 de son catalogue.

85 CIL, VIII, 9200, 9202, 9207, 9831, 20829, 20830, 21523, 21667, 21704, 21720, 21721, ILAlg, I, 474, AE, 1920, 27, 1929, 133, 1932, 31, 1951, 145, 1956, 159, 1991, 1738, 1739, BSNAF, 1974, p. 85 ; J.-P. Laporte, Rapidum, Le camp de la cohorte des Sardes en Maurétanie Césarienne, Sassari, 1989, 305 p. (reprend notamment les fouilles de W. Seston et M. Le Glay).

86 CIL, VIII, 9047, 9054, 9055a, 9055b, 9058, 20753.

87 CIL, VIII, 9045, 9363, 9393, 20999, 21604, XVI, 56, ILTun, 692, RevAfr, 1936, p. 468. J.-P. Laporte, « Tatilti et Aras », dans La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine, 1995, p. 343-366, en particulier p. 344-349.

88 CIL, XVI, 56.

89 CIL, VIII, 2728 = 18122 ; notre livre, La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 212 et 378.

90 CIL, VIII, 2094, 9060, 9962, 9964, 21015, 21017, BAAlg, VI, 1975-1976, p. 94-95, no 16, BCTH, 1925, p. CLXXVIII, RevAfr, 1903, p. 120, no 9 (voir CIL, III, 7387, de Thrace) ; Μ. P. Speidel, Dacia, XVII, 1973, p. 172-173.

91 CIL, VIII, 9292, 9354, 9355, 9393, 9763, 21034, AE, 1951, 41 ; Μ. P. Speidel, Guards of the Roman Armies, Bonn, 1978, en particulier p. 121-124.

92 CIL, VIII, 2728 = 18122 ; Y. Le Bohec, La Troisième Légion Auguste, 1989, p. 212 et 378 ; M. Reddé, Mare nostrum, Paris-Rome, 1986, p. 244-249.

93 Pline, H. N., V, 24. Voir le commentaire de J. Desanges, dans son éd. de Pline l’Ancien, H. N., V, Paris, 1980, p. 217-218 et 301-303.

94 Nous renvoyons à ce que nous avons dit plus haut sur les épitaphes d’époque julio-claudienne, qui sont antérieures à un renouveau de la mode épigraphique.

95 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 169-187, et Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/47-67.

96 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/56-57.

97 J.-P. Laporte, Rapidum, 1989, p. 13 et 20.

98 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 171.

99 BCTH, 1927, p. 75-76.

100 R. Bloch, « Tigaua castra », MEFR, LVIII, 1941-1946, p. 9-42 ; N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 172.

101 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/57.

102 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/57.

103 P. Massiera et Dr. Megnin, « La route frontière au IIIe siècle entre Tarmount et Aïn Touta », 4e Congrès Fédé. Soc. Sav. Afrique du Nord, 1938, II, p. 561-562 ; P. Salama, art. cité ci-dessous.

104 N. Benseddik, passages cités.

105 P. Salama, « Bornes milliaires et problèmes stratégiques du Bas-Empire en Maurétanie Césarienne », CRAI, 1959, p. 346-354. Ce chiffre élevé s’explique en partie parce que l’aut, ajoute les garnisons du Bas-Empire à celles du Haut-Empire.

106 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 173-174 ; J.-P. Laporte, « Tatilti et Aras », dans La hiérarchie de l’armée romaine, 1995, p. 343-366, en particulier p. 343-366.

107 AE, 1954, 143 ; P. Salama, « Nouveaux témoignages de l’œuvre des Sévères dans la Maurétanie Césarienne, I », Libyca, 1, 1953, p. 237-251 ; N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 173-174.

108 CIL, VIII, 21520.

109 P. Salama, « Nouveaux témoignages de l’œuvre des Sévères dans la Maurétanie Césarienne, II », Libyca, III, 1955, p. 342-354.

110 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 177.

111 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 177-178.

112 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 178-179.

113 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 179-180.

114 CIL, VIII, 9745, 9906, 9907, 21704.

115 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 180-181.

116 N. Benseddik, Dizionario epigrafico, IV, 43, 2-3, 1984-1985, p. 1376/59.

117 Là se trouvait peut-être un camp carré de 300 m. de côté, pour la Ire cohorte des Pannoniens.

118 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 174 ; J.-P. Laporte, « Tatilti et Aras », cité plus haut.

119 CIL, VIII, 9745.

120 Année 227 : AE, 1966, 597 ; a. 255 : CIL, VIII, 9045 ; a. 260 : CIL, VIII, 9047.

121 CIL, VIII, 9750 (formulaire : fin IIe-début IIIe siècle), et 21604 (IIIe siècle selon N. Benseddik).

122 AE, 1971,533 (a. 233-235).

123 CIL, VIII, 21516, mais il n’est pas assuré que ce poste ait été tenu par l’armée de Maurétanie Césarienne.

124 CIL, VIII, 20827 = ILS, 3000, de l’a. 254.

125 J. Baradez, « Les nouvelles fouilles de Tipasa et les opérations d’Antonin le Pieux en Maurétanie », Libyca, II, 1954, p. 89-139, et « L’enceinte de Tipasa et ses portes », Mélanges A. Piganiol, Paris, 1966, p. 1133-1152.

126 G. Forni, « Limes », Dizionario epigrafico, IV, 34, 1959, p. 1074 sv.

127 N. Benseddik, Troupes auxiliaires, 1982, p. 164 ; Ph. Leveau, Caesarea de Maurétanie, Paris-Rome, 1984, p. 145-146, avec notre C. R., dans BJ, 186, 1986, p. 843-848, et ses explications dans « Caesarea de Maurétanie », Mélanges M. Le Glay, Coll. Latomus, 226, 1994, p. 204-219.

128 Ph. Leveau, Caesarea, 1984, p. 79.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.