Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Septime Sévère, P. Aelius Peregrinus Rogatus et le limes de Maurétanie Césarienne

Nacéra Benseddik

Texte intégral

  • 1 P. Salama, Libyca, I, 1953 et III, 1955, p. 358.

1Entre 198 et 203, les frontières de l’Afrique se dotent, sur plus de 2 000 km, d’un réseau de forteresses avec une synchronisation qui n’a pas manqué d’être relevée1. L’expansion romaine atteignait ainsi pratiquement ses limites : aux confins occidentaux et méridionaux de l’Afrique proconsulaire, dans les territoires soumis au légat propréteur de la IIIa Augusta, le limes se renforçait avec l’établissement des postes avancés de Si Aoun et de Castellum Dimmidi en 198, Gholaïa (Bou Njem) et Cydamus en 201. Dans l’Atlas saharien oriental, les places de Castellum Dimmidi, Ain Rich, El Gahra et Sadouri assuraient pour l’armée de Numidie, bien que situées au sud de la province de Césarienne, le contrôle d’un courant migratoire venant des Hauts Plateaux du Sud oranais, du Dj. Amour, des monts des Ouled Naïls et se dirigeant vers la Numidie de Lambèse et les plaines constantinoises.

La noua praetentura et l’expansion militaire en Maurétanie Césarienne sous les Sévères

  • 2 J.-P. Laporte (Rapidum, Sassari, 1989, p. 11, n. 1) a fait justice du « limes de Trajan » à propos (...)
  • 3 Pour l’organisation militaire de la province voir N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires, Alger, 19 (...)
  • 4 Pour la mise à jour de cette liste, voir N. Benseddik, Vsinaza..., p. 425-437 et Note..., BCTH, 23 (...)

2Jusque là et depuis le règne de Trajan et surtout celui d’Hadrien2, une série de camps placés le long d’un axe routier est-ouest, séparant le monde romain de la Maurétanie indépendante, constituait le long du Chélif, jusqu’à Albulae vers l’ouest et jusqu’à Auzia vers l’est, le limes de la province de Maurétanie Césarienne3. Les troubles du IIe siècle ayant révélé l’inefficacité d’une lignefrontière qui laissait en dehors les massifs du Tell, Septime Sévère, en digne descendant des Antonins, lança une symétrique au sud de ces massifs. Une nouvelle ligne-frontière qui longerait la zone steppique en intégrant les massifs montagneux constituerait une nette avancée, vers le sud, du territoire contrôlé par Rome. L’encerclement et la pénétration, par ailleurs, de ces mêmes massifs par de multiples voies, qui sont autant de liaisons entre les trois grandes lignes d’occupation, faciliteraient la réduction des derniers îlots de résistance à la romanisation. Enfin, soutenue par les positions sahariennes avancées du limes de Numidie, une progression régulière vers l’ouest achèverait le verrouillage des nombreuses voies d’invasion méridionales possibles. C’est l’époque du transfert de la cohorte des Sardes de Rapidum à Altava, entre 201 et 208, probablement sous l’autorité de P. Aelius Peregrinus Rogatus, cet homme de confiance de Septime Sévère dont l’intense activité en Césarienne ne doit pas être sous-estimée ; la liste des inscriptions qui en témoignent ne cesse de s’allonger4.

  • 5 CIL, VIII, 22602-22604 = AE, 1892, 116 et CIL, VIII, sup., 22611 =AE, 1893, 105. BCTH, 1919, p. CC (...)
  • 6 P. Salama, Libyca, I, 1953 et III, 1955, p. 358 (l’auteur commente la formule sur des bornes de Ma (...)
  • 7 P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 236.

3Sur cette longue rocade, jalonnée de forts depuis Aras (Tarmount), au nord du Chott el Hodna, jusqu’à Numerus Syrorum, le tronçon Cohors Breucorum-Kaputtasaccora a fourni deux bornes milliaires de la voie Lucu-Kaputtasaccora et une de la route Cohors Breucorum-Ala Miliaria, qui attestent soit la pose « de milliaires sur la noua praetentura » soit celle « de nouveaux milliaires sur la praetentura5 ». On a souvent commenté la formule noua praetentura sans s’interroger sur les deux versions ou sur la signification de l’épithète « noua6 ». Les deux bornes de la voie Lucu-Kaputtasaccora donnent le même texte à quelques détails près : sur l’une (CIL, VIII, 22602-22604) on lit miliaria nouae praetenturae, sur l’autre (CIL, VIII, 22611), miliaria noua praetenturae ; sur la troisième, très lacunaire, on lit [miliaria] noua p[raetenturae]... (BCTH, 1919, p. CCXIV, no 1). Cette différence est-elle une simple erreur du copiste ou bien signifie-t-elle que des milliaires avaient déjà été posés antérieurement sur cette voie ? Quand ? Faut-il alors supposer que la partie occidentale de la praetentura a connu, dès 198, comme la partie orientale, un début d’organisation et que les opérations menées sous le gouvernement de P. Aelius Peregrinus Rogatus ont complété le dispositif mis en place par son prédécesseur, C. Octauius Pudens ? Seul un tel mouvement de va-et-vient, qui contredit donc l’idée d’une poussée régulière vers l’ouest sous le règne de Septime Sévère7, expliquerait que Tatilti ait été fondé en 198-200 et qu’Aras l’ait été quelques années plus tard, en même temps que des établissements occidentaux de la rocade. Si l’on revient, maintenant, à la formule miliaria nouae praetenturae, qui a été seule retenue par les spécialistes et qui est attestée sur une des deux bornes de Lucu, la situation n’est pas plus simple. L’idée que la ligne Ad Aras-Numerus Syrorum fût la « noua praetentura » par rapport à l’ancienne praetentura, établie par Hadrien dans la vallée du Chélif, s’est imposée jusqu’ici comme une évidence. Il existe, pourtant, au moins une autre interprétation : la ligne fortifiée lancée, par Septime Sévère, sur la lisière nord des steppes maurétaniennes était également noua par rapport à l’antenne avancée de la Numidie militaire mise en place au sud, dans l’Atlas saharien oriental, par le même empereur. Sa frontière méridionale s’éloignant auparavant rarement du littoral à beaucoup plus de 50 km, la Maurétanie Césarienne doublait ainsi sa superficie initiale. Grâce à cette nouvelle ligne-frontière, non seulement les zones désertiques, parcourues par les nomades, étaient surveillées de près, mais les massifs du Titteri, de l’Ouarsenis, des Béni Chougrane et du Tessala, longés, au nord par la voie militaire centrale, étaient comme pris en tenailles et séparés les uns des autres par les voies perpendiculaires aux deux grandes routes militaires. Tandis que, d’autre part, les Bibans et les Babors étaient encerclés par le triangle Saldae-Auzia-Sitifis, le Djurdjura séparé de ces massifs par les routes qui, partant de Saldae, arrivaient Tune à Auzia, l’autre à Malliana. Après le limes antonin anti-montagnard, la noua praetentura sévérienne se voulait anti-montagnarde et anti-nomade.

Figure 1. – Inscriptions mentionnant P. Aelius Peregrinus Rogatus en Maurétanie Césarienne. Échelle 1 :3 000 000.

  • 8 P. Salama, Les déplacements..., p. 585-586.
  • 9 La présente étude complète une communication faite sur la question au congrès de Stirling il y a p (...)

447 stations ont été identifiées, il y a 20 ans, sur le limes de Césarienne8. Le progrès des connaissances et de la réflexion sur la question exige une révision de cette liste9 :

  • 10 S. Gsell, AAA, 26, 135.

5No 1. Cellas (Kherbet Zerga). Une inscription atteste l’existence d’un bourg fortifié en 242 et la notice de S. Gsell signale un fortin de type byzantin10 ; rien sur la présence d’une forteresse sévérienne.

  • 11 S. Gsell, AAA, 26, 111.

6No 2. Macri (Hr Remada-Magra). Parmi les « ruines romaines très vagues noyées dans des constructions d’époque plus récente » signalées par S. Gsell11, il n’y a pas la moindre trace de forteresse.

  • 12 S. Gsell, AAA., 25, 85.

7No 3. Zabi (Bechilga). S. Gsell a mentionné des « ruines confuses et sans caractère » et des « ruines d’une grande ville... ruinée par les Maures vers la fin de la domination vandale, reconstruite au temps de Justinien12 », mais aucune forteresse sévérienne.

  • 13 M. Christofle, Rapport... 1933-1935, p. 291. J.-P. Laporte, Notes.... p. 349-351.

8No 4. Aras (Tarmount). C’est en 201-203 ou 204, et non en 198, qu’a été fondé un camp au point d’aboutissement de la voie qui longe la trouée du Hodna et de départ des deux lignes d’occupation de la Césarienne, celle d’Hadrien et celle des Sévères13.

  • 14 J.-P. Laporte, Notes..., p. 343-366.
  • 15 art. cit., p. 348.
  • 16 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 186.
  • 17 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 64-65.

9No 5. Tatilti (Taraess). Situées sur la ligne d’occupation centrale, les hiberna de la IVe cohorte des Sycambres, et non plus de la IVe cohorte des Chalcidéniens14, ont été fondées en 198-199, avant Aras mais à la même époque qu’Aïn Grimidi, Aïn Touta et Boghar plus à l’ouest sur la praetentura. Sur les 8 ha de ruines, l’établissement militaire n’occupait que 1,21 ha, superficie jugée par J.-P. Laporte « nettement inférieure a celle nécessaire pour une cohorte quingénaire equitata15 ». En fait, d’une part rien pour l’instant n’autorise à considérer la cohorte des Sycambres comme une troupe montée, et d’autre part, la superficie du camp de Tatilti, à peine inférieure aux normes données pour les camps de cohortes quingénaires non montées (entre 1,7 ha et 2,7 ha), est proche de celle de Cohors Breucorum16 (1,3 ha) ; enfin, le nombre des attestations épigraphiques de la présence de la cohorte des Sycambres à Caesarea recommande, jusqu’à nouvel ordre, d’y placer son lieu de stationnement17, seul un détachement partant fonder le camp de Tatilti.

  • 18 S. Gsell, AAA., 24, 155 add.
  • 19 Sous le gouvernement de C. Octauius Pudens, en 198-200 : CIL, VIII, 20845. Voir P. Salama, Nouveau (...)
  • 20 P. Salama, BSAF, 1984, p. 133.
  • 21 P. Salama, BSAF, 1984, p. 140 : la mention par l’auteur d’une aile des Sicambres est vraisemblable (...)

10No 10. Aïn Grimidi. Une simple description, dépourvue du moindre schéma18, nous reste des ruines d’un vaste complexe militaire, édifié entre 198 et 20019, vraisemblablement pour assurer, avec Tatilti, Aïn Touta et Boghar, la protection de la région d'Auzia et des communications de celle-ci avec Caesarea par Thanaramusa Castra et Lambdia. Un masque de parade et un casque de combat, découverts en 1871 dans une nécropole de Aïn Grimidi, ont été récemment datés de la fin du IIe – début du IIIe siècle et attribués, le premier « nécessairement à un cavalier auxiliaire de l’armée de Maurétanie Césarienne stationné sur le site » et le second « à un cavalier (sous-officier ou soldat d’élite)20 ». Si on considère que ces deux objets militaires sont anonymes, qu’aucune inscription militaire ne provient de cette nécropole ou d’un autre endroit du camp et qu’aucune troupe auxiliaire de Césarienne ou d’ailleurs n’a laissé trace de son stationnement ou de son passage dans ce camp, on sera forcé d’admettre qu’une identification sérieuse de la troupe qui l’occupait n’est pas encore possible ; la présence, en ce point du limes, de la cohorte des Sycambres21 est vraisemblable depuis que l’on sait qu’un détachement de cette dernière était stationné à la même époque non loin de là, à Tatilti, mais pas certaine. Il faut, enfin, considérer la possibilité que ces objets aient appartenu à des soldats morts à Grimidi mais ayant servi ailleurs, en Césarienne, en Afrique ou même dans une autre province de l’Empire.

  • 22 S. Gsell, AAA., 24, 119.
  • 23 CIL, VIII, 9227 = 20846.

11No 15. Aïn Touta. « Ruines romaines étendues. Les pierres de taille sont en très petit nombre ; les constructions étaient faites surtout en moellons ; on a employé aussi la brique. Au-dessus de la fontaine moderne, enceinte carrée d’une cinquantaine de mètres de côté : peut-être un fort22 ». Ce sont là toutes les données archéologiques qui ont servi, avec une inscription mutilée qui paraît commémorer une opération officielle en 19823, à placer une « forteresse » à cet endroit et cette année là.

  • 24 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992], p. 425-437 = Africa Romana, XI, 1994 [1996], p. 1369 (...)

12No 16. Vsinaza (Saneg). La découverte fortuite, en 1990, d’une tabella ansata à Saneg (Vsinaza) a modifié nombre de nos données sur le limes sévérien24. L’inscription commémore la fondation de l’oppidum Usinazense, centre de colonisation fortifié, en 202-203 ou 203-204 - et non une « forteresse » en 205 – par le procurateur P. Aelius Peregrinus Rogatus. La région de Boghar-Derrag est une de ces zones limites de nomadisme et de transhumance, entre le Tell et les hautes steppes, où s’avéraient nécessaires la surveillance et le contrôle des migrations saisonnières. C’était un des rôles dévolus à ces fondations de la praetentura sévérienne qui parachevaient ainsi avec Grimidi, Tatilti et Vsinaza l’encerclement des monts du Titteri, entamé au nord avec Auzia, Rapidum, Thanaramusa Castra, poursuivi à l’ouest avec les hiberna de l’ala Sebastena, fondés en 201 par le même gouverneur, et Boghar. Situé entre Aïn Touta et Boghar, l’oppidum Usinazense a probablement contribué à renforcer la sécurité des communications entre Ausia et Caesarea, en plus de la défense du nouveau territoire de colonisation constitué contre des tribus maures récemment cantonnées.

  • 25 CIL, VIII, 20847.

13No 18. Boghar. « Etablissement romain : peut-être, à l’origine, une des places fortes de la frontière militaire de Maurétanie surveillant l’entrée du Chélif dans la région du Tell. Nombreuses pierres de taille, débris de mosaïque, tombeaux taillés dans le roc, inscriptions latines, monnaie », rapporte l’Atlas archéologique (AAA, 24, 8). En outre, une inscription commémore l’inauguration d’une construction officielle en 19825. Telles sont les données sur lesquelles repose l’hypothèse d’un camp destiné, dès 198, à couvrir Thanaramusa Castra et à assurer, avec Aïn Grimidi et Aïn Touta, la protection de la liaison Auzia-Caesarea.

  • 26 S. Gsell, AAA., 23, 27.
  • 27 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 60-62, 168.

14No 23. Aïn Toukria. Il me parait difficile, dans l’état actuel de nos connaissances, de dater du début du IIIe siècle les vestiges de remparts signalés à cet endroit par l'Atlas archéologique26, d’autant qu’aucune troupe n’y est attestée avant Gordien III – un détachement de la cohorte des Sardes27.

  • 28 S. Gsell, AAA., 23, 16, d’après une communication de Vayssettes à la RevAfr, VI, 1862, p. 26
  • 29 CIL, VIII, 21023 = 21529. Voir N. Benseddik, Les Troupes..., p. 246, no227.

15No 25. Aïn Tissemsilt. « Une construction de basse époque ou remaniée28 » et l’épitaphe d’un vétéran datable de la fin du Ier - déb. du IIe siècle29 ne prouvent pas l’existence à cet endroit d’une forteresse sévérienne.

  • 30 S. Gsell, AAA, 22, 127 add.

16No 26. Columnata (Sidi Hosni30). Il est difficile de trouver dans les maigres informations disponibles les éléments d’un camp sévérien.

  • 31 S. Gsell, AAA, 33, 14.
  • 32 P. Cadenat, AntAfr, 24, 1988, p. 43-46.

17No 27. Tiaret. Trois enceintes munies de bastions carrés, non datées, ont été décrites autour de cette ville dont on ignore toujours le nom antique31. À cet endroit, la route-frontière est incertaine et ne peut être suivie à nouveau qu’à partir de Aïoun Sbiba. On sait seulement, grâce à l’étude récente de deux dédicaces officielles, que cette place forte avait au IIIe siècle une organisation municipale de type romain32.

  • 33 S. Gsell, AAA, 33, 34.
  • 34 P. Salama, Libyca, III, 1er sem., 1955, p. 173-177= 2e sem., p. 342-355. N. Benseddik, BAR, p. 979 (...)
  • 35 P. Salama, Libyca, III, 1955, 2e sem., p. 343.
  • 36 P. Salama, Libyca, III, 1955, 2e sem., p. 342-352.

18No 34. Aïoun Sbiba33. Une double malchance entretient le doute sur l’identification des 17 ha de ruines qui s’étalent sur un glacis de plateau où jaillissent de nombreuses sources. Leur appartenance à un camp sévérien du nom de Cen... ne nous parait pas assurée car elle repose sur un milliaire trouvé en remploi dans les ruines34. L’oppidum dont la fondation datée de 203 est mentionnée sur une autre inscription déplacée, retrouvée non loin de là au Djeddar de Ternaten, concernerait, selon l’éditeur, ces mêmes ruines35 ; dans ce cas, plutôt que Cen..., nous proposerions de donner à ce camp un nom commençant par Com... En effet, la comparaison du texte dè Tematen avec notre inscription de l’oppidum Vsinazensis suggérerait la restitution d’un oppidum Com[...ensem] au lieu des trois possibilités avancées par P. Salama de Com[magenorum], com[militonibus, meantibus] com[pleuerunt, posuerunt] pour la lacune du texte de Ternaten. Une ala [...]orum a participé à la restauration d’une fontaine, à Aïoun Sbiba, sous le règne de Caracalla36. Qu’on le place à Aïoun Sbiba ou ailleurs, dans les environs, l' oppidum, fondé en 203, sous l’autorité du même P. Aelius Peregrinus Rogatus, contrôlait les monts de Frenda, comme celui d’Vsinaza, établi à l’est, la même année, surveillait le Titteri et les mouvements de transhumance.

  • 37 S. Gsell, AAA, 33, 35 et add.

19No 34. Taoughzout. L’Atlas y signale « une forteresse romaine presque carrée de 90x85 m, construite en grand appareil » et « trois épitaphes dont deux nomment un décurion et une autre un cavalier », sans nom de troupe37, rien qui permette de dater de l’époque sévérienne ces ruines dont la nature militaire reste à prouver.

  • 38 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992],

20La fondation de Cohors Breucorum (no 38), Ala Miliaria (no 40) et Lucu (no41), sur le tronçon de la noua praetentura attesté par des bornes milliaires, a été, jusqu’ici, datée de 201 par le gouvernement de P. Aelius Peregrinus Rogatus. Il faut tenir compte désormais de la nouvelle datation de la présence de ce dernier à la tête de la province, à savoir 201-203 ou 20438.

  • 39 31, 79.

21NO 42. Tect... (Tenira). « Ruines romaines » est la seule information de l’Atlas39 ; il paraît raisonnable de ne retenir, pour l’instant, ni l’hypothèse d’un « camp ? », ni la date du début du IIIe siècle.

22Compte tenu de l’ampleur de l’œuvre sévérienne sur les nouveaux confins de la Maurétanie Césarienne, il est logique de penser que Aïn Touta, Boghar, Aïn Toukria, Columnata, Tiaret ont été fondés entre 198 et 204. La rigueur et la prudence commandent pourtant, tant que les dossiers archéologiques et épigraphiques resteront aussi minces, de les retirer de la liste des certitudes.

La noua praetentura et la politique de colonisation agricole

  • 40 On ignore toujours la superficie des quartiers militaires d’Altaua et de Numerus Syrorum, dont les (...)
  • 41 M. Lenoir, MEFR 1986, p. 644, s’est attardé sur les hésitations de R. de la Blanchère, S. Gsell et (...)
  • 42 Des restes de monuments funéraires de différentes époques et de nombreux éléments de pressoirs à h (...)
  • 43 N. Benseddik, Les Troupes..., p. 178 et inscr. no 25 et 26
  • 44 M. Lenoir, MEFR, 1986 p. 644-645.
  • 45 Une telle politique avait déjà été mise en pratique sur le limes de Numidie, dans le dj. Zireg, au (...)

23Pratiquement toutes ces places fortes ont à la fois tiré avantage de leur arrière-pays et favorisé sa prospérité, donnant naissance à de véritables agglomérations. La plupart de ceux qui les ont décrites, faute de distinguer l’établissement civil du militaire, ont donné aux camps des superficies beaucoup trop vastes40. Nous évoquerons ici le cas d’Ala Miliaria (Benian), dont la double nature a embarrassé plus d’un41. Implanté dans un terroir propice à la culture de l’olivier42 et relié directement à la côte, grâce à la voie qui rejoignait Portus Magnus par Aquae Sirenses, le camp de l’Aile Miliaire est devenu, avec le temps, une agglomération semi-militaire, semi-agricole. Les cavaliers, tout d’abord, installés sous le règne de Septime Sévère autour de l’enceinte avec leurs familles, dans des constructions légères qui ont laissé peu de traces, ont été rejoints par des vétérans, munis de concessions de terres, dont les fils devaient servir dans le camp tout proche ; ainsi ce Furnius Primus, cavalier de l’Ala Miliaria, décédé à l’âge de 70 ans à Ala Miliaria, après 27 ans de service, et dont la fille, Furnia Prima, est mariée à Sallustius Martialis, lui aussi cavalier de la même aile43. Dans un deuxième temps, difficile à préciser, après l’abandon du camp en tout cas, la population civile a fini par investir l’espace militaire lui-même, où elle élève une église44. Une telle évolution de ces places fortes s’inscrit dans la politique de Septime Sévère de renforcement de la puissance militaire et de mise en valeur agraire des confins45 ; l’extension du limes de Césarienne, accompagnée du traditionnel refoulement des tribus, vers le sud et l’ouest, avait rapporté à Rome de vastes territoires qu’il fallait organiser et mettre en valeur.

  • 46 N. Benseddik, Autour de Rapidum, p. 195-203.
  • 47 AE, 1955, 56. Voir J.-P. Laporte, Rapidum, p. 228.
  • 48 J.-P. Laporte, Rapidum, p. 21-22.

24Dans une telle optique, le réseau routier de Maurétanie Césarienne se devait d’être à la fois stratégique et économique. Des découvertes récentes attestent que le limes d’Hadrien, dans la région d’Auzia tout au moins, n’avait pas perdu tout intérêt sous Septime Sévère et ses fils, même à une époque où tous les efforts auraient dû se concentrer sur la route-frontière méridionale. En effet, outre la fondation du camp de Tatilti pour relier la région d’Auzia au Hodna, on doit leur attribuer des opérations de bornage sur la voie Auzia-Rapidum. On a recueilli récemment, dans une carrière encore en usage à l’est de Rapidum, un militaire daté du 10.12.194 – 9.12.19546 ; s’ajoutant à un milliaire de Caracalla du 10e mille, daté de 214-215, découvert autrefois à 15 km à l’ouest de Rapidum47, celui de Septime Sévère, qui marque le 15e mille à partir de Rapidum, vers l’est, indique que le territoire de cette cité a une étendue encore plus grande que celle suggérée par les milliaires d’Antonin : au moins jusqu’aux 10e mille à l’ouest et 15e mille à l’est, si l’on admet toujours qu’une borne est posée sur le territoire de la cité à partir de laquelle la distance est comptée. L’intérêt de Rapidum et de sa région avait pourtant, à cette époque, cessé d’être militaire puisque les Sévères avaient, entre 201 et 208, transféré à Altava la troupe qui avait fondé le camp, la cohors II Sardorum. Deux inscriptions de Rapidum viennent d’être réexaminées, qui permettent de penser que la ville a obtenu le statut de municipe comme une compensation pour le départ de la cohorte48. Il est intéressant de souligner, pour notre propos, que la perte de son intérêt militaire a signifié pour Rapidum la désaffectation du camp, non son démantèlement ou le déclin de l’agglomération.

  • 49 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992], p. 425-437 = Africa Romana, XI, 1994 [1996], p. 1369 (...)

25Oppidum Vsinazense. Expression naturelle de visées stratégiques, cet oppidum, fondé sur la praetentura en 202-203 ou 203-204 avec déduction civile, traduit aussi une intention colonisatrice49. L’établissement sévérien a dû répondre tout à la fois à des exigences de stratégie, de colonisation, de commerce et de réseau routier. Avec le report des frontières de l’empire à la lisière des hautes-plaines, l’époque sévérienne est caractérisée par une reprise de la colonisation. Sur ce point du limes, la source de peuplement de la nouvelle agglomération n’est pas militaire ; point de vétérans, mais un transfert de population anciennement romanisée de Proconsulaire vers un pays neuf et hautement stratégique. La justification traditionnelle, l’octroi de terres aux vétérans, étant absente ici, il nous faut nous interroger sur les buts réels d’une colonisation dont il a fallu aller chercher les acteurs dans la lointaine Proconsulaire ? L’État romain venait-il de réaliser, grâce à Septime Sévère, que le farouche pays maure recelait des richesses qui méritaient qu’on tentât sérieusement de le romaniser par une injection de population anciennement romanisée ? La mention « populis nouis ex africa » de la dédicace d’Vsinaza désigne peut-être la région de Cirta ou le nord de la Proconsulaire comme lieux de provenance des nouveaux venus ; en effet, ces deux régions sont citées par J. M. Lassère, dans son enquête sur les mouvements de population en Afrique, parmi celles qui ont le plus subi l’attrait des contrées occidentales, surtout au IIe siècle et malgré les turbulences maures de l’époque.

  • 50 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 339.
  • 51 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 342-351.

26La nature de cette déduction amène à réexaminer la question du peuplement de cet autre oppidum, fondé à la même époque dans la région de Ternaten. On y a supposé une déduction vétérane semblable à celles de la vallée du Chélif50, mais le caractère lacunaire de l’inscription et l’exemple d’Vsinaza autorisent l’hypothèse d’une déduction civile à cet endroit aussi. Si l’oppidum se trouvait bien à Aïoun Sbiba, il semble bien que Septime Sévère, ait voulu réaliser, ici comme à Vsinaza, un établissement doublement stratégique, du point de vue de la défense de la région et de la colonisation d’un nouveau territoire. L’intervention de cavaliers auxiliaires dans la restauration d’une fontaine, sous le règne de Caracalla51, illustre bien l’imbrication de ces deux aspects sur ces confins.

  • 52 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 343.
  • 53 P. Salama, Libyca, III, p. 361 ; déplacements..., p. 585-586.

27De nombreux vestiges qui environnent Aïoun Sbiba ont été considérés comme des observatoires et des ouvrages militaires de protection52. C’est que la praetentura a été supposée elle-même couverte au sud par une organisation militaire complexe, semblable au fossatum53. Les sites suivants auraient constitué autant de postes avancés de ce système de défense : Boughezoul, la Ferme Romanette, Aïn Smir, Aïn Benia et Aïn Balloul. De quelles données disposons-nous pour chacun de ces sites ?

  • 54 P Salama, Libyca, III, p. 361 et n. 135 ; déplacements..., p. 585, no 17.

28No 17. Boughezoul. « ruines romaines sans importance... » pouvons-nous lire dans l’Atlas archéologique (24, 59). P. Salama, qui n’y signale que des « pierres de taille », le considère comme un poste avancé54.

  • 55 Il faut reconnaître que A. Joly, qui le premier en a donné la description, a évoqué cette possibil (...)
  • 56 C’était notamment l’avis de S. Gsell, AAA, 34, 57. P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 259, n. 178 ; dé (...)

29No 21. La Ferme Romanette. Il parait plus raisonnable de considérer les vestiges qui dominent la berge de l’oued Ouerk comme ceux d’une ferme fortifiée55, plutôt que comme ceux d’un poste militaire qui aurait surveillé une piste venant du sud et se dirigeant vers les Hiberna de l’Ala Sebastena56.

  • 57 A. Joly, RevAfr, LIII, 1909, p. 17. S. Gsell, AAA, 34, 37-56 et 37 add.
  • 58 P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 361, n. 135 ; déplacements..., p. 585, no 22.

30No 22. Aïn Smir. En dehors des tombeaux indigènes et des bazinas qui parsèment le coin, en grand nombre, on n’y signale qu’un fragment d’épitaphe latine avec le terme « pax »57, évocateur, peut-être, mais insuffisant pour ranger ce site parmi les établissements militaires sévériens58.

  • 59 R. de La Blanchère, Voyage d’études..., p. 70-71. P. Salama, Libyca, I ; 1953, p. 361, no 135 ; Le (...)
  • 60 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 985-987.

31No 28. Aïn Benia. Les vestiges signalés à la fin du siècle dernier ont été attribués à une forteresse destinée à protéger le Sersou au sud59. Dans cette large vallée aux nombreuses sources, tout près du désertique Sersou, la présence d’une uilla rurale n’aurait rien d’extraordinaire60.

  • 61 O. Mac Carthy, Algeria Romana RevAfr, 1, 1856, p. 102. P. Courtot, Essai historique sur Altaua d’a (...)
  • 62 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 985.

32Aïn bent Soltane. Les restes d’une tour à Meurbah et « quelques vestiges antiques » à Sidi Brahim et à Aïn bent Soltane auraient constitué des postes fortifiés destinés à couvrir la vallée supérieure de l'Isser dont Altaua fermait l’entrée61. En fait, la nature de la documentation disponible ne permet même pas de considérer ces vestiges comme romains62.

  • 63 S. Gsell, AAA, f. 32, 126 add. ; f. 33, 32-33 add., 36 add., 42-47, 80, 81 add., 130 add. ; f. 44, (...)
  • 64 C’était l’hypothèse de S. Gsell pour Aïn Bénia, AAA, 34, 26. A. Joly avait également évoqué cette (...)
  • 65 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 987 et n. 38.
  • 66 Le substantif praetentura, tiré du verbe praetendere = tendre en avant, tendre devant, désigne d’a (...)

33La liste de ces « forteresses », encore longue (Temordjanet, Ben Beha, Kherbet bent Sarah, Aïn Grega, Aïn Balloul et une série d’anonymes63), attend un travail de terrain sérieux, seul à même de confirmer leur caractère militaire et les dater. Quand de modestes pierres de tailles suffisent à reconstruire des forteresses, on peut imaginer l’effet produit par des restes de tours ou de murs épais, qui peuvent aussi bien appartenir à des exploitations agricoles fortifiées de personnalités indigènes64 ou de vétérans65, sur l’esprit des militaires des brigades topographiques qui ont contribué à l’élaboration de l’Atlas archéologique de l’Algérie. C’est sur une telle base qu’on a supposé, en ces divers lieux, des établissements militaires assurant, au-delà de la route-frontière, le contrôle des migrations tant commerciales que pastorales à travers la haute plaine du Sersou. N’étaient-ce pas là précisément les fonctions dévolues à la praetentura66.

Conclusion

  • 67 Il doit être rajouté à la liste dressée par M. Benabou, Quelques paradoxes sur l’Afrique romaine, (...)
  • 68 Ainsi les quelques ruines qu’on trouve dans le Zaccar, l’Ouarsenis ou le Djurdjura, loin d’être ce (...)
  • 69 P. Salama, Les déplacements..., p. 579, explique cette déviation par le fait que ces massifs, couv (...)
  • 70 M. Speidel, “Numerus Syrorum Naluensium”, the transfer of a dacian army unit to Mauretania and its (...)
  • 71 AE, 1902, 4. M. Rachet, Rome et les Berbères..., p. 213. N. Benseddik, Les troupes auxiliaires...,(...)
  • 72 Selon l’expression favorite de Cl. Lepelley.
  • 73 Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984. Pour l’auteur, le système (...)

34Le paysage archéologique maurétanien n’est que « postes », « tours », « fortins », « forteresses », mais la paix romaine règne, à peine troublée par des escarmouches ! C’est là un des innombrables paradoxes qui font l’attrait de l’historiographie de l’Afrique antique67. Ainsi, on souligne souvent la faiblesse des effectifs préposés, en Afrique, à la garde d’une frontière aussi longue et la légèreté de la barrière défensive, « obstacle plus symbolique que réel », pour appuyer la thèse d’une Afrique acquise à Rome ; les innombrables « postes militaires » auraient simplement assuré la police des confins sahariens et le contrôle des transhumances des nomades. L’historien Hérodien (Histoire, VII, 9, 1) a évoqué le rôle de ces garnisons pour empêcher les razzias auxquelles pouvaient se livrer les tribus sahariennes ou maurétaniennes. Une telle économie de moyens qui se traduit, par exemple, par l’encerclement, non l’occupation effective des massifs montagneux hostiles68 ou par la boucle étrange que dessine la praetentura après Aïoun Sbiba pour suivre la lisière nord des monts de Saïda, de Daïa et de Tlemcen, au lieu de les englober69, est due à des ressources financières forcément limitées et non à une soumission qui reste à prouver. Ainsi, Tertullien (Adu. Iudaeos, 7) signale une agitation maure et gétule, précisant que l’action romaine visait à empêcher ces tribus de « dépasser les limites de leurs territoires ». Un passage d’Hérodien (VII, 9) lie l’expérience des soldats de Capellien qui luttèrent contre Gordien l’Ancien, en 238, « aux attaques qu’ils avaient à soutenir tous les jours contre les Maures ». Cette agitation a-t-elle nécessité la venue de renforts ? L’arrivée de l’ala I Claudia Gallorum Capitoniana et du numerus Syrorum Maluensium ont été datés du règne de Septime Sévère70. La dédicace d’un autel à la Victoire, par un centurion de cohorte, pour le salut des empereurs et du procurateur P. Aelius Peregrinus Rogatus, à Ala Miliaria, évoque probablement une autre difficulté rencontrée par les opérations sévériennes dans la région71. Ce sont là quelques échos de la politique de colonisation de l’empereur africain, en attendant les troubles sérieux du règne de Sévère Alexandre. En Maurétanie, les villes constituent « des îlots de romanité72 » dans un environnement berbère contraint au cantonnement, à la dépossession, et aux levées. Les recherches de Ph. Leveau dans l’arrière-pays montagneux de Caesarea, la capitale de la province, n’ont-elles pas montré l’hétérogénéité significative de celui-ci : une partie romanisée contrôlée par la ville et une autre restée africaine dans son fonctionnement, où les montagnards continuaient une existence tribale ancestrale73. Les postes militaires éparpillés à l’intérieur de la province ou alignés sur la praetentura ont-ils un rôle « symbolique » ou constituent-ils plutôt, même si on en réduit le nombre de moitié, autant de preuves d’une sécurité toute précaire ?

Discussion

35Intervention de M. Salama :

36L’auteur s’érige en juge définitif sans se rendre compte que nos déductions d’historiens demeurent toujours caduques, du moins dans le détail. Mais douter, par exemple, que le limes sévérien ait progressé chronologiquement d’Est en Ouest à partir de l’année 198, est une aberration manifeste. Il y eut certainement un plan général de renforcement du dispositif militaire africain, conçu peut-être par le préfet du prétoire Plautien, et exécuté par deux gouverneurs de provinces, Anicius Faustus en Numidie, Octavius Pudens en Césarienne. Voyez deux travaux récents (non cités) : M. Euzennat, Internat. Limes Kongress, X, p. 942 et XI, p. 537-538, et surtout M. Christol, « L’œuvre de C. Octavius Pudens Caesius Honoratus en Maurétanie Césarienne » (Africa Romana, X, Sassari, 1992, p. 1147-1152).

37Mme Benseddik mène son enquête au nom de la « réflexion », de la « rigueur » et de la « prudence ». Quels en sont les résultats ? J’avais peut-être eu tort d’indiquer sur une même figure de mes « Déplacements successifs... » (Internat. Limes Kongress, XI, 1976, p. 577-595), et sous le titre « Limes de Maurétanie Césarienne au début du IIIe siècle » (carte no 4) des établissements sévériens et d’autres qui ne l’étaient pas, pour montrer la densité des vestiges signalés. Mais il suffisait de regarder la différence des signes conventionnels, et de lire les notices, pour faire le point entre établissements datés ou non datés. Ceci élimine par avance une bonne partie des 47 numéros contestés ici.

38Reprenons cependant les griefs principaux : no 10, 15 et 18, Grimidi, Aïn Touta, Boghar. Les trois sites ont fourni des inscriptions fondamentales, toutes datées de 198 (dont deux avec la présence du gouverneur Octavius Pudens) qu’en historienne et épigraphiste, Mme Benseddik eut dû beaucoup plus considérer. Le CIL VIII, 20 845 (Grimidi) dont la partie conservée mesure encore 1,35 m, devait avoir environ 3 m de longueur. Le texte inscrit porte (ligne 4) la mention de la province, précédant le nom du gouverneur. On peut restituer une formule du genre pro securitate provinciae Mauretaniae Caesariensis, suivie de l’oeuvre et du verbe, puis du gouverneur (ou inversement). Nous sommes dans les normes d’une très importante construction militaire. Le CIL VIII, 20 846 (Aïn Touta) porte (ligne 5) les lettres... OPA..., à restituer soit propagatores, soit pro pace in provincia, formule de l’inscription des Hiberna de l’aile Sebastaise (AE, 1954, no 143b). Le CIL VIII, 20 847 (Boghar) porte encore (ligne 7), comme à Grimidi, la mention de la province avant le nom du gouverneur. On pense encore à pro securitate provinciae etc. Dans les trois cas la province elle-même est concernée. Les œuvres ne peuvent être que de grands établissements « sécuritaires », à formules comparables, dans le contexte général du limes sévérien.

39À Grimidi même, où existent dans les tombes des cavaliers avec leur équipement, j’ai supposé l’existence d’une aile (ou d’une cohorte montée) ; rien que de très naturel, il me semble. Erreur : ces militaires ont pu venir « d’ailleurs en Afrique, ou même d’une autre province de l’empire ». Autrement dit : n’importe quoi, sauf l’hypothèse Salama. On s’excite même (note 21) sur des Sycambres dont je n’ai jamais parlé ! La légèreté est encore plus frappante dans l’analyse du no 34 (Aïoun Sbiba). Mon identification de la ville de CEN viendrais d’« un milliaire en remploi » à la périphérie de la ville. Revoyons ma publication : « Aïoun Sbiba. Identification de la ville romaine » (Libyca.B, III, 1955, p. 173-177, non cité ici) ; le nom de la ville est attesté non par un mais deux milliaires, et si l’identification d’un site par ces témoignage n’est plus probante, on risque d’effacer sur la carte du monde romain un assez grand nombre de toponymes. L'ennui pour ma contestataire est l’existence, sur le prolongement occidental de la même voie, d’une borne indiquant encore la ville de CEN, document pourtant publié depuis longtemps : Cadenat, « Découverte d’un milliaire à Martimprey, Oranie » (AntAfr, 4, 1970, p. 119-123). Pour Mme Benseddik, aucun document sévérien n’apparaîtrait dans les ruines ? On oublie l’inscription de Setpime Sévère et ses fils publiée par le même auteur dès le début de ses investigations : Cadenat, Libyca.B, I, 1953, p. 176). Ceci dit, je n’ai jamais présenté l’assimilation de CEN à l’oppidum de Tematen que comme une hypothèse. Au surplus, j’ai toujours préconisé dans mes écrits la consultation d’un dossier éventuel de photographies aériennes pour la connaissance du limes maurétanien, problème qui ne semble pas tourmenter mon censeur !

40On me demandera sans doute quelle peut être la nécessité d’user de ce droit de réponse pour un enjeu aussi surfait ? J’y tiens pour la raison majeure que, dans l’étude d’une question, les chercheurs futurs s’adresseront en premier lieu à l’élément le plus tardif du dossier bibliographique. En outre, le fait que Mme Benseddik n’envisage à aucun moment dans son procès le côté utile de mes longs travaux inciterait tout lecteur non averti à n’y voir que du « négatif ». Au reste, j’ai toujours rendu hommage aux travaux de L'historienne lorsqu’ils étaient importants, et notamment à ses compléments de la carrière du procurateur Peregrinus, et à son étude sur l’oppidum d’Vsinaza (contesté par d’autres) puisque j’en avais préparé une éventuelle documentation à propos de Ternaten.

41Pour conclure, il vaut mieux subir des critiques plutôt que d’enregistrer des louanges. Lorsque Mme Benseddik veut flatter, elle ridiculise. M. Laporte en fait les frais par deux fois. D’abord, on le crédite d’avoir « fait justice du limes de Trajan », alors que cette appellation n’a jamais existé dans l’esprit de personne, sauf dans celui de l’accusatrice elle-même (Diz. Ep., col. 1376/56). On sait, en effet, que les travaux de ce « limes des Antonins » n’ont pris fin que sous Commode. Puis, à propos des milliaires sévériens à formulaire indiquant soit miliaria nova praetenturae, soit miliaria novae praetenturae, Gsell, au tout début du siècle, avait déjà tranché en faveur de la deuxième solution (AAA, XXXII, no 46, juin 1904 = via praetenturae...). Un consensus général « avait suivi ». Or, dit Mme Benseddik (note 6), « seul J.-P. Laporte (Rapidum, p. 20 n. 29) s’est demandé si nova s’appliquait à miliaria ou à praetentura... ; il a fini par trancher en faveur de nova praetentura et de la thèse de la nouveauté par rapport au limes d’Hadrien ». Que d’égards ! M. Laporte, travailleur silencieux n’en demandait pas tant ; et que d’amnésie envers Gsell et ses successeurs ! Au surplus, la différence entre limes Antonin et limes Sévérien est connue depuis belle lurette. Y insister encore en 1997 parait superfétatoire. S’adresserait-on à des lecteurs ignares ?

Figure 2. – Usinaza (photo N. Benseddik).

Bibliographie

Bibliographie

M. Benabou, La Résistance africaine à la romanisation, Paris, 1975.

Id., « Les Romains n’ont jamais conquis l’Afrique », Annales ESC, 33, 1978.

N. Benseddik, « La ferme Romanette, Aïn Benia, Aïn Bent Soltane : fortins ou fermes fortifiées ? », Roman Frontier Studies, III, BAR Intern. Ser., 71, 1980, p. 977-998.

Id., Les troupes auxiliaires de l’armée romaine en Maurétanie Césarienne sous le Haut Empire, Alger, 1982.

Id., « Limes, Mauretania Caesariensis », Diz. Ep., IV, 43, 1984-1985, 1376/47-1376/67.

Id., « Nouvelles contributions à l’atlas archéologique de l’Algérie », Atti del VII Convegno di Studio, Africa Romana, Sassari, 1989 [1990], p. 745.

Id., « “Vsinaza” (Saneg) : nouveau témoignage de l’activité de P. Aelius Peregrinus Rogatus sur la praetentura de Césarienne », Atti del IX Convegno di studio sull'Africa Romana, Sassari, 1991 [1992], p. 425-437.

Id., « Autour de Rapidum », L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine, Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Latomus, Bruxelles, 1994, p. 195-203.

Id., « À propos de C.I.L., VIII, 9228 », Atti del XI Convegno di studio sull'Africa Romana, Carthage, 1994 [1996], p. 1369-1370.

P. Cadenat, « Notes d’archéologie tiarétine », AntAfr, XXIV, 1988, p. 43-46.

N. Duval, « La basilique de Bénian (Ala Miliaria) est-elle un remploi de “principia” militaires ? », Africa Romana, VIII, 1990 [1991], p. 1079-1089.

J.-P. Laporte, Rapidum. Le camp de la cohorte des Sardes en Maurétanie Césarienne, Univ. degli studi di Sassari, Sassari, 1989.

M. Lenoir, « Une martyre près des “principia”. À propos du camp et de la basilique d’“Ala Miliaria” », MEFRA, XCVIII, 2, 1986, p. 643-664.

Ph. Leveau, “Caesarea de Maurétanie, (CEFR, 70), Rome, 1984.

R. Rebuffat, « Notes sur les confins de la Maurétanie Tingitane et de la Maurétanie Césarienne », Studi Maghrebini, IV, 1971, p. 33-64.

P. Salama, « Nouveaux témoignages de l’œuvre des Sévères dans la Maurétanie Césarienne », Libyca, I, 1953, Ier sem., p. 231-261.

Id., « Nouveaux témoignages... [suite] », Libyca, III, 1955, 2e sem., p. 329-363.

Id., « Un point d’eau du “limes” maurétanien, Maghreb et Sahara », Études géographiques offertes à J. Despois, Paris, 1973, p. 339-349.

Id., « Les déplacements successifs du “limes” en Maurétanie Césarienne », Akten des XI Intern. Limeskongresses, Budapest, 1976, p. 577-595.

Id., « Vulnérabilité d’une capitale. Caesarea de Maurétanie », Africa Romana, V, 1988, p. 253-269.

Id., « Masque de parade et casque d’Aïn Grimidi : précisions sur le “limes” de Maurétanie césarienne centrale », BSAF, 1984, p. 130-144.

Notes

1 P. Salama, Libyca, I, 1953 et III, 1955, p. 358.

2 J.-P. Laporte (Rapidum, Sassari, 1989, p. 11, n. 1) a fait justice du « limes de Trajan » à propos de cette ligne d’occupation centrale, organisée en réalité par Hadrien.

3 Pour l’organisation militaire de la province voir N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires, Alger, 1982.

4 Pour la mise à jour de cette liste, voir N. Benseddik, Vsinaza..., p. 425-437 et Note..., BCTH, 23, 1990-1992, [1994], p. 177-180. Si la moisson épigraphique continue à ne célébrer que ce procurateur, J.-P. Laporte (Notes..., p. 351) devra bien admettre son « hyper-activité » et le rôle essentiel qu’il a joué dans l’exécution des plans de Septime Sévère en Césarienne ; d’ailleurs, son gouvernement, limité jusqu’à la découverte de l’inscription d’Vsinaza à la seule année 201, doit être étendu aux années 201-203 ou 204, ce qui a modifié la chronologie des gouverneurs de Césarienne de l’époque sévérienne.

5 CIL, VIII, 22602-22604 = AE, 1892, 116 et CIL, VIII, sup., 22611 =AE, 1893, 105. BCTH, 1919, p. CCXIV, no 1.

6 P. Salama, Libyca, I, 1953 et III, 1955, p. 358 (l’auteur commente la formule sur des bornes de Macrin, en note 124). M. Benabou, La Résistance, p. 74-75. Même N. Benseddik, Les troupes..., p. 185. Seul J.-P. Laporte (Rapidum, p. 20, n. 29) s’est demandé si noua s’appliquait à miliaria ou à praetentura, sans noter la différence entre les deux bornes ; il a fini par trancher en faveur de noua praetentura et de la thèse de la nouveauté par rapport au limes d’Hadrien. Une borne de Macrin, découverte près de Tlemcen (BSGAO, 1931, p. 229-232), porte une inscription qui la qualifie de miliarium nouum, expression interprétée par E. Albertini comme l’indice de l’existence de la route Numerus Syrorum-Siga avant Macrin, « qui fit simplement rajeunir l’ouvrage » (p. 231) ; en revanche, l’épithète noua n’est qu’une restitution sur les deux bornes posées l’une sous le même règne entre Tect et Kaputtasaccora (BCTH, 1938-1940 ; p. 159), l’autre sous celui de Sévère Alexandre (CIL, VIII, 2, 22626 = BCTH, 1938-1940 p 160).

7 P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 236.

8 P. Salama, Les déplacements..., p. 585-586.

9 La présente étude complète une communication faite sur la question au congrès de Stirling il y a près de 20 ans : N. Benseddik, La ferme Romanette..., BAR, 71, 1980, p. 977-998.

10 S. Gsell, AAA, 26, 135.

11 S. Gsell, AAA, 26, 111.

12 S. Gsell, AAA., 25, 85.

13 M. Christofle, Rapport... 1933-1935, p. 291. J.-P. Laporte, Notes.... p. 349-351.

14 J.-P. Laporte, Notes..., p. 343-366.

15 art. cit., p. 348.

16 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 186.

17 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 64-65.

18 S. Gsell, AAA., 24, 155 add.

19 Sous le gouvernement de C. Octauius Pudens, en 198-200 : CIL, VIII, 20845. Voir P. Salama, Nouveaux témoignages..., Libyca, I, 1953, Ier sem., p. 235-236.

20 P. Salama, BSAF, 1984, p. 133.

21 P. Salama, BSAF, 1984, p. 140 : la mention par l’auteur d’une aile des Sicambres est vraisemblablement une erreur typographique.

22 S. Gsell, AAA., 24, 119.

23 CIL, VIII, 9227 = 20846.

24 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992], p. 425-437 = Africa Romana, XI, 1994 [1996], p. 1369-1370.

25 CIL, VIII, 20847.

26 S. Gsell, AAA., 23, 27.

27 N. Benseddik, Les Troupes auxiliaires..., p. 60-62, 168.

28 S. Gsell, AAA., 23, 16, d’après une communication de Vayssettes à la RevAfr, VI, 1862, p. 26

29 CIL, VIII, 21023 = 21529. Voir N. Benseddik, Les Troupes..., p. 246, no227.

30 S. Gsell, AAA, 22, 127 add.

31 S. Gsell, AAA, 33, 14.

32 P. Cadenat, AntAfr, 24, 1988, p. 43-46.

33 S. Gsell, AAA, 33, 34.

34 P. Salama, Libyca, III, 1er sem., 1955, p. 173-177= 2e sem., p. 342-355. N. Benseddik, BAR, p. 979 et n. 9.

35 P. Salama, Libyca, III, 1955, 2e sem., p. 343.

36 P. Salama, Libyca, III, 1955, 2e sem., p. 342-352.

37 S. Gsell, AAA, 33, 35 et add.

38 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992],

39 31, 79.

40 On ignore toujours la superficie des quartiers militaires d’Altaua et de Numerus Syrorum, dont les ruines couvraient respectivement 14 ha et 10 ha.

41 M. Lenoir, MEFR 1986, p. 644, s’est attardé sur les hésitations de R. de la Blanchère, S. Gsell et R. Cagnat qui, faute d’avoir distingué les deux phases d’occupation militaire puis civile des ruines qui s’étalaient sous leurs yeux, désignent le site tantôt comme un camp, tantôt comme une ville.

42 Des restes de monuments funéraires de différentes époques et de nombreux éléments de pressoirs à huile ont été découverts dans les ruines.

43 N. Benseddik, Les Troupes..., p. 178 et inscr. no 25 et 26

44 M. Lenoir, MEFR, 1986 p. 644-645.

45 Une telle politique avait déjà été mise en pratique sur le limes de Numidie, dans le dj. Zireg, au sud du Chott el Hodna. Voir L. Leschi, Une assignation de terres en Afrique sous Septime Sévère, BCTH, 1943-1945, p. 325-334 = RSAC, 1948, p. 103-112 = Études d’épigraphie d’archéologie et d’histoire africaines, Paris, 1957, p. 79 : Entre 198 et 201, ont été assignés sous l’autorité des trois Augustes, « des terres de culture, des pâturages et des points d’eau ».

46 N. Benseddik, Autour de Rapidum, p. 195-203.

47 AE, 1955, 56. Voir J.-P. Laporte, Rapidum, p. 228.

48 J.-P. Laporte, Rapidum, p. 21-22.

49 N. Benseddik, Africa Romana, IX, 1991 [1992], p. 425-437 = Africa Romana, XI, 1994 [1996], p. 1369-1370.

50 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 339.

51 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 342-351.

52 P. Salama, Libyca, III, 1955, p. 343.

53 P. Salama, Libyca, III, p. 361 ; déplacements..., p. 585-586.

54 P Salama, Libyca, III, p. 361 et n. 135 ; déplacements..., p. 585, no 17.

55 Il faut reconnaître que A. Joly, qui le premier en a donné la description, a évoqué cette possibilité sans la retenir : Ruines romaines de l’oued Ouerk, près de Chellala, BCTH, 1898, p. 188-191. N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 985-987.

56 C’était notamment l’avis de S. Gsell, AAA, 34, 57. P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 259, n. 178 ; déplacements..., p. 585, no 21.

57 A. Joly, RevAfr, LIII, 1909, p. 17. S. Gsell, AAA, 34, 37-56 et 37 add.

58 P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 361, n. 135 ; déplacements..., p. 585, no 22.

59 R. de La Blanchère, Voyage d’études..., p. 70-71. P. Salama, Libyca, I ; 1953, p. 361, no 135 ; Les déplacements..., p. 585, no28.

60 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 985-987.

61 O. Mac Carthy, Algeria Romana RevAfr, 1, 1856, p. 102. P. Courtot, Essai historique sur Altaua d’après l'épigraphie, RevAfr, LXXIX, 1936, p. 407.

62 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 985.

63 S. Gsell, AAA, f. 32, 126 add. ; f. 33, 32-33 add., 36 add., 42-47, 80, 81 add., 130 add. ; f. 44, 15. P. Salama, Libyca, I, 1953, p. 361, n. 135 ; déplacements..., p. 585, no 29-33, 35-37, 39.

64 C’était l’hypothèse de S. Gsell pour Aïn Bénia, AAA, 34, 26. A. Joly avait également évoqué cette possibilité pour la Ferme Romanette avant de la rejeter : BCTH, 1898, p. 190.

65 N. Benseddik, La Ferme Romanette..., p. 987 et n. 38.

66 Le substantif praetentura, tiré du verbe praetendere = tendre en avant, tendre devant, désigne d’abord la partie de la forteresse située entre la voie « principale » et la porte prétorienne, puis une garnison sur la frontière, un poste avancé, une route, pouvant être en territoire ennemi (Ammien Marcellin, 14, 3, 2 ; 25, 4, 11, E. Forcellini, Lexicon, IV, 1868, p. 831-832). Sous Caracalla, des soldats sont dits praetendentes sur le site de Ghadamès (IRT, 907) et à Auzia, une inscription de 260 mentionne une vexillation d’« equitum maurorum in territorio auziensi praetendentium » (CIL, VIII, 9047).

67 Il doit être rajouté à la liste dressée par M. Benabou, Quelques paradoxes sur l’Afrique romaine, son histoire et ses historiens, Actes du IIe Congr. lntern. d’Études des Cultures de la Méditerranée Occidentale, Alger, 1978, p. 139-144.

68 Ainsi les quelques ruines qu’on trouve dans le Zaccar, l’Ouarsenis ou le Djurdjura, loin d’être ces fortins ou ces postes militaires énumérés par les archéologues-militaristes du siècle dernier ne sont souvent que de simples établissements agricoles, fortifiés ou pas.

69 P. Salama, Les déplacements..., p. 579, explique cette déviation par le fait que ces massifs, couverts de forêts et infestés de fauves, constituaient un obstacle suffisant aux offensives nomades.

70 M. Speidel, “Numerus Syrorum Naluensium”, the transfer of a dacian army unit to Mauretania and its implications, Dacia, 1973, p. 169 sqq.

71 AE, 1902, 4. M. Rachet, Rome et les Berbères..., p. 213. N. Benseddik, Les troupes auxiliaires..., p. 156. Depuis la découverte d’Vsinaza et l’allongement de la durée du gouvernement de Peregrinus, on ne peut plus invoquer un gouvernement conjoint des deux Maurétanies, en 202, sous Cn. Haius Diadumenianus, à l’appui des troubles causés par les opérations sévériennes sur la praetentura.

72 Selon l’expression favorite de Cl. Lepelley.

73 Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, Rome, 1984. Pour l’auteur, le système militaire ne peut être dissocié du phénomène d’exclusion et de rejet des masses paysannes qui a produit des élites romanisées et les « barbares » africains qui devaient la ruiner.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Inscriptions mentionnant P. Aelius Peregrinus Rogatus en Maurétanie Césarienne. Échelle 1 :3 000 000.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Figure 2. – Usinaza (photo N. Benseddik).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site