Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Les subdivisions de l’administration domaniale et financière en Afrique romaine

Des limites de la procuratelle d’Hadrumète à celles de la province de Byzacène

Michel Christol

Texte intégral

  • 1 Ainsi dans le cursus de L. Sibidienus Sabinus (CIL, XI, 5863) ; H.-G. Pflaum, Les carrières procur (...)
  • 2 H.-G. Pflaum estimait que la mesure s’était produite sous Trajan, sans précision chronologique : H (...)

1Vers la fin du principat de Trajan, la procuratelle d’Afrique, connue au Ier siècle par la nomenclature de son titulaire, procurator provinciae Africae1, a fait l’objet d’aménagements2. Un des effets immédiats de cette mesure fut, dans notre documentation, l’apparition d’une procuratelle de la région d’Hippone et de Théveste, dont on peut retracer l’histoire.

  • 3 PIR 2, F 310 ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 229-231, no 38 ; H. Pavis d’Escurac, La préfecture de (...)
  • 4 CIL, VIII, 5351 (ILS, 1435) = ILAlg, I, 285 et add. ; M. Christol, dans Splendidissima civitas [n. (...)
  • 5 E. Albertini, dans BCTH, 1921, p. CCV (AE, 1921, 19) = ILAlg, I, 3992 ; M. Christol, dans Splendid (...)

2Ce district procuratorien est connu pour la première fois par deux inscriptions de Calama et d’Hippone, relatives à T. Flavius Macer, un notable municipal qui s’engagea assez tard dans la carrière procuratorienne3. Ce chevalier romain est connu à Calama sous le titre de proc. Aug. praediorum saltu(u)m [Hip]poniensis et Thevestini4, tandis qu’à Hippone il apparaît sous le titre de proc. Aug. a[d pra]edia saltus Hipponi[en]s(is) et Theve[st]ini5. Le titre, identique dans les deux inscriptions, semble indiquer que l’on avait alors dessiné les contours d’une circonscription administrative complexe. Il insiste aussi sur l’importance de la gestion domaniale dans les responsabilités du procurateur (praedia), mais les compétences du titulaire s’arrêtaient-elles à la gestion des seuls biens fonciers de l’empereur ?

  • 6 G. Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et admini (...)

3Le titre définit aussi le ressort comme double, à partir du mot saltus, dont l’usage ici peut surprendre. Mais la documentation nous donne aussi, immédiatement, la preuve que ce mot peut être un équivalent de regio, puisqu’à Hippone l’hommage est rendu au procurateur par les conductores qui in regione Hipponi[ensi] consistent (sic). On peut supposer l’existence d’un groupement équivalent établi à Théveste. On peut supposer aussi que les deux regiones ainsi définies n’étaient pas apparues seulement au moment de la création de la circonscription procuratorienne qui les englobait. Elles devaient être antérieures. En sorte que l’on peut raisonnablement estimer que la procuratelle d’Afrique, avant même l’apparition de la procuratelle d’Hippone et de Théveste, était subdivisée en plusieurs unités de dimensions moyennes, appelées regiones6.

  • 7 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 316-319, no 131.
  • 8 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 379-385, no 158.
  • 9 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 397-404, no 164 bis.
  • 10 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 655-657, no 244 bis.
  • 11 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 732-734, no 275.
  • 12 CIL, XIV, 5351.
  • 13 AE, 1956, 123.
  • 14 IRT, 395 et 424.
  • 15 L’importance des bureaux de Théveste se dégage des nombreux témoignages sur les esclaves et les af (...)
  • 16 C’est ce que pourrait indiquer l’inscription ILAlg, I, 3991 (Hippone) qui évoque l'édification, so (...)
  • 17 C’est en ce sens que H.-G. Pflaum développe son explication : Carrières, pp. 657-657. Pourtant, da (...)
  • 18 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1094 ; cependant, dans Abrégé, p. 18-19, ce savant envisage que la fon (...)

4À partir de sa création cette circonscription d’administration financière et domaniale est bien attestée. Nous connaissons plusieurs procurateurs qui en assumèrent la responsabilité. Citons dans Tordre chronologique : un anonyme7, M. Claudius Restitutus8, sur lequel nous allons revenir, Ti. Claudius Proculus Comelianus9, D. Clodius Galba10, L. Iulius Victor Modianus11. On doit toutefois constater qu’il existe des fluctuations dans la dénomination du ressort administratif. Au IIe siècle, l’anonyme déjà cité est appelé [proc. regio]nis Thebes[tinae]12. Puis Ti. Claudius Proculus Comelianus est, de même, appelé proc. regionis Thevestinae13. Cependant, un peu plus tard, à l’époque de Septime Sévère, D. Clodius Galba est appelé proc. reg. Thevestinae et Hipponensis14 à deux reprises, dans des inscriptions de Lepcis Magna. On constate donc que Théveste avait ainsi pris la première place dans l’énoncé, et que son nom suffisait même à définir tout le ressort procuratorien, dès le IIe siècle. Cette ville devait être alors la résidence principale du chevalier romain, le siège des bureaux les plus importants15. Si Hippone avait eu initialement la prééminence, et avait même pu abriter – mais pour combien de temps ? – le responsable de l’administration domaniale et financière16, elle avait vraisemblablement cédé bien vite ce rôle de chef-lieu à sa rivale méridionale. La dualité de la circonscription a toujours été admise17, comme le montre le libellé de la fonction de D. Clodius Galba dans les inscriptions de Lepcis, mais Hippone avait alors perdu la primauté, comme le montrent aussi ces mêmes inscriptions, qui citent Théveste avant elle. Quant au responsable administratif, il entrait dans la catégorie des procurateurs centenaires18.

***

  • 19 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1094 (liste des procurateurs). Toutefois, dans Abrégé, pp. 18, 19, 21, (...)
  • 20 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 380 et 383. Toutefois, p. 1094, bien que conservant l’association des (...)
  • 21 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 24. Voir supra n. 17.
  • 22 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 18.
  • 23 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 21 ; déjà, à ce propos, Id., Carrières, pp. 381, 382.

5Nous savons aussi qu’exista sous le Haut-Empire une procuratelle d’Hadrumète, dont l’existence est bien attestée : mais les documents explicites n’apparaissent pas avant l’époque de Marc Aurèle19. De cette circonscription, H.-G. Pflaum a proposé un schéma d’évolution assez complexe. Il estime, en effet, qu’à un certain moment du IIe siècle une procuratelle d’Hadrumète et de Théveste aurait été constituée20. Le procuratelle d’Hippone aurait, durant ce laps de temps, poursuivi une existence séparée21. Mais, par la suite, la procuratelle d’Hadrumète serait revenue à sa configuration primitive, ce qui aurait permis de retrouver le découpage de l’ancienne grande procuratelle d’Afrique en trois ou quatre subdivisions. De l’avis de H.-G. Pflaum le démembrement de la procuratelle d’Afrique aurait eu lieu sous Trajan22. Sous Hadrien une configuration en quatre parties serait désormais acquise23. Mais dans le nouveau dispositif aurait subsisté la possibilité de faire varier, à l’occasion, la combinaison de ces subdivisions.

  • 24 Voir supra, avec n. 17 et 20.

6Ce que nous avons conclu de l’examen de la documentation relative à la procuratelle de Théveste et d’Hippone conduit à nuancer ce point de vue : si l’on a connu une regio Thevestina et une regio Hipponiensis, celles-ci ont suivi un sort commun, en étant constamment regroupées sous l’autorité du même procurateur équestre. Ce sont seulement les variations de la nomenclature de la circonscription qui ont pu laisser supposer qu’elles avaient parfois pu subir une dissociation. Mais il y a plus, car cette conclusion impose de revenir sur la question d’une possible procuratelle de Théveste et d’Hadrumète, dont la mise en place aurait, pour un temps, laissé à part la procuratelle d’Hippone24.

  • 25 CIL, VIII, 7039, cf. p. 1848 (ILS, 1437) = ILAlg, II, 665. Sur le personnage, H.-G. Pflaum, Carriè (...)

7Aussi convient-il de revenir sur le seul document qui permettait de fonder cette hypothèse de la création éphémère d’une procuratelle de Théveste et d’Hadrumète. Il s’agit d’une inscription de Cirta, faisant connaître le cursus d’un procurateur équestre, Marcus Claudius Restitutus25 :

8M(arco) Claudio Q(uinti) f(ilio) Quir(ina) Restituto, proc(uratori) Aug(usti) dioeceseos regionis Hadrumetinae et Thevestinae et ludi matutini et ad putandas rationes Syriae civitatium, trib(uno) l(egionis) VII Geminae, praef(ecto) coh(ortis) I Gaetulorum, [[[---]le[--]r]] Aug(usti) lib(ertus) tabul(arius), d(ecreto) d(ecurionum)

  • 26 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 380-385 ; Id., dans le commentaire à ILAlg, II, 665.
  • 27 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 385.

9H.-G. Pflaum a tenté de résoudre les débats qu’avait suscités l’interprétation des termes administratifs dioecesis et regio qui voisinaient dans cette énumération : ceux-ci lui paraissaient normalement se référer à deux domaines différents, l’un relevant du vocabulaire de l’administration générale des provinces, en particulier de l’exercice de la justice par les proconsuls et leurs légats (dioecesis), l’autre relevant du vocabulaire d’administration patrimoniale (regio)26. Au sein de la province d’Afrique, l’un convenait à la définition d’un secteur judiciaire, laissé à la compétence d’un légat du proconsul, l’autre convenait à la définition d’un district domanial ou financier, laissé à la compétence d’un procurateur. Il estimait donc que M. Claudius Restitutus avait eu sous son autorité une vaste circonscription. Il la définissait ainsi : « le terme dioecesis Hadrumetina est tiré de la subdivision correspondante de la province d’Afrique... La regio Thevestina, en revanche, à laquelle appartiennent certainement le bureau de Cirta, et par conséquent les domaines du territoire des quatre colonies cirtéennes, englobe toute la circonscription qui se trouve soumise au légat de la légion IIIe Auguste, et son nom provient de ce que ce corps de troupes avait jadis tenu garnison à Théveste, où résidait alors également son commandant27 ».

  • 28 A. Chastagnol, « Les légats du proconsul d’Afrique au Bas-Empire », dans Libyca, 6, 1958, pp. 7-19 (...)
  • 29 Plus généralement on fera abstraction de l’hypothèse de Ch. Saumagne, « Esquisse des circonscripti (...)

10À la mesure de nos connaissances actuelles on peut déceler une faiblesse dans ce raisonnement. Il semble difficile, en effet, à propos de la dioecesis Hadrumetina, d’évoquer une subdivision provinciale, car cela supposerait l’organisation du ressort d’un légat, dont l’existence n’a jamais été prouvée28. On ne peut plus supposer que se profile derrière l’expression dioecesis regionis Hadrumetinae un district procuratorien reprenant les contours du ressort d’un légat du proconsul d’Afrique29.

11C’est aussi le gigantisme de cette circonscription, dont on aurait détaché pendant quelques années, afin qu’elle poursuive une vie autonome, la circonscription domaniale d’Hippone, qui doit susciter notre perplexité, car l’hypothèse de l’existence d’une procuratelle de Théveste et d’Hadrumète impose la reconstruction d’une histoire administrative d’une réelle complexité, voire d’une inutile complexité. Si l’on admet qu’au début du IIe siècle eut lieu la création d’une circonscription financière et d’administration domaniale englobant la regio Hipponiensis et la regio Thevestina, ce qui correspondait à peu près à ce que l’on appelle la Numidie proconsulaire dans sa configuration tardive, la Confédération cirtéenne et le territoire militaire ressortissant au légat de la IIIa Augusta, et surtout si l’on admet avec nous sa permanence durant le IIe siècle et le début du IIIe siècle, l’explication de l’inscription de Cirta doit être orientée dans un autre sens.

***

  • 30 On trouvera dans ce raisonnement une raison supplémentaire pour écarter l’interprétation de Ch. Sa (...)

12H.-G. Pflaum avait relevé le caractère singulier de la formulation, quand le rédacteur énumérait les fonctions procuratoriennes constituant le cursus de ce chevalier. S’il lui était facile d’isoler, dans l’énumération, ce qui concernait la procuratelle du ludus matutinus, ainsi que ce qui se rapportait à la procuratelle adputandas rationes Syriae civitatium, il n’osait pas distinguer la mention d’une procuratelle de laregio Hadrumetina de celle d’une procuratelle de la regio Thevestina. Pourtant les quatre séquences énumératives semblent toutes sur le même plan, liées entre elles, uniformément, par la conjonction de coordination et. Ne faut-il donc pas aller dans un sens différent de celui choisi par notre maître, et isoler, l’une après l’autre dans l’énumération, deux fonctions procuratoriennes africaines bien attestées par ailleurs ? N’a-t-on pas constaté depuis longtemps qu’existaient tant une procuratelle de Théveste qu’une procuratelle d’Hadrumète ? Ne doit-on pas admettre aussi, comme nous l’avons indiqué d’emblée, que la procuratelle de Théveste, sous diverses dénominations, s’est perpétuée durant tout le IIe siècle, que cette continuité plaide, semble-t-il, pour une permanence de sa configuration, et qu’enfin ce constat plaide, à son tour, pour une permanence semblable de la procuratelle voisine30 ? Ne doit-on pas aller dans cette nouvelle direction puisque, selon l’interprétation traditionnelle, on est conduit à admettre l’existence d’une situation exceptionnelle et éphémère ? Par rapport aux explications de H.-G. Pflaum, un renversement d’hypothèse semble désormais vraisemblable. Il faut essayer de l’étayer en examinant d’abord si, dans le cursus de Marcus Claudius Restitutus, le texte peut être expliqué dans ce contexte nouveau qui repose sur la distinction entre les deux circonscriptions.

  • 31 E. Birley, « Inscriptions Indicative of Impending or Recent Movements », dans Chiron, 9, 1979, pp. (...)

13Lorsqu’un affranchi ou un esclave impérial honore un procurateur comme le fait le tabularius de Cirta, ou lorsque un inférieur honore un supérieur, cela se produit en général dans une situation spécifique. Il s’agit de fêter le départ d’un administrateur, dont la promotion signifie la faveur des gouvernants, celle du prince et de ses conseillers, et dont l’élévation vers plus de puissance et plus d’autorité apparaît comme une éventuelle garantie de soutien et de protection pour les plus proches. C’est alors que peuvent le mieux s’exprimer les manifestations de gratitude, de reconnaissance, d’affection, tant des gouvernés que des collaborateurs. Elles peuvent être sincères ou intéressées, mais peu importe. Elles ont lieu, et parfois elles devaient susciter un phénomène d’entraînement. E. Birley a pu ainsi composer une étude précieuse, sur les inscriptions indiquant des mouvements de personnels, consacrée surtout aux sénateurs. Il y montrait que les documents concernés mentionnaient tant le dernier poste occupé par le fonctionnaire que le nouveau poste auquel il était destiné31.

  • 32 Pour Lambèse, M. Christol, « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théves (...)

14À Cirta nous sommes incontestablement dans le ressort de la procuratelle de Théveste, comme le montrent toutes les données de l’épigraphie. Cette procuratelle comportait au IIe siècle quatre lieux principaux d’administration : Théveste et Hippone, dont on a déjà parlé, Cirta et Lambèse32. Le tabularius pouvait donc honorer son supérieur sur le départ, en mentionnant de surcroît sa destination connue. Le procurateur honoré demeurait en Afrique, en partant pour Hadrumète. Cette explication, si on pouvait la retenir sans hésitation, aurait l’avantage de faire disparaître la difficulté dont nous avons signalé plus haut l’existence.

15Est-elle toutefois incontestable ? Dans la mesure où, dans les exemples relevés par E. Birley, l’énumération des postes est souvent limitée au poste de départ et au poste de destination, l’inscription de Cirta ne répond pas totalement à ce modèle. De plus, il faudrait admettre que le cursus, qui se déroule ici en sens inverse, n’est pas présenté de façon cohérente, puisqu’il y aurait à un certain moment rupture dans la logique de l’énumération : la procuratelle d’Hadrumète aurait dû normalement clore l’énoncé des fonctions procuratoriennes. Aussi hésitera-t-on à soutenir l’argumentation développée ci-dessus. Le tabularius de Cirta n’a peut-être pas honoré un supérieur qui, en fonction à Théveste, préparait son départ pour Hadrumète.

  • 33 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 383.
  • 34 M. G. Jarrett, « An Album of the Equestrians from North Africa in the Emperor’s Service », dans Ep (...)
  • 35 On rappellera par exemple l’observation de M. Jarrett, dans Epigr. Studien [n. 34] : « The final p (...)

16Peut-être a-t-il voulu honorer un chevalier qui, pour des raisons de service, revenait vers son pays d’origine. En effet, à la suite des remarques de H.-G. Pflaum33, qui rapprochait la procuratelle sexagénaire ad putandas rationes Syriae civitatium de la légation ad rationes Syriae putandas du sénateur P. Pactumeius Clemens, on a supposé que le sénateur, originaire de Cirta, avait pris avec lui dans cette mission exceptionnelle un proche compatriote34. En définitive, et quelle que soit l’interprétation des raisons de l’hommage rendu par l’affranchi impérial au procurateur équestre, cela n’affecte pas la nécessité de distinguer dans cette inscription la procuratelle de Théveste (et d’Hippone) de la procuratelle d’Hadrumète, à laquelle il faut attribuer aussi, à cette époque, un salaire centenaire. Il est surtout nécessaire de faire disparaître une construction administrative insolite35.

  • 36 LSJ, sv. « διοίκησις ». H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis, T (...)
  • 37 CIL, III, 431 = 7116 = 13674 (ILS, 1449) = IEph (IK, 13, 3), 666. Sur le personnage H.-G. Pflaum, (...)

17Mais cette conclusion conduit maintenant à apporter à l’explication de l’inscription de Cirta une autre précision. Puisque le mot dioecesis ne peut se rapporter à une circonscription administrative de la province d’Africa, il faut lui attribuer non le sens de « circonscription », mais celui d’« administration financière » ou de « gestion », qui est le sens premier du mot36. C’est d’ailleurs le sens qu’avait postulé H.-G. Pflaum lui-même à propos du cursus de Valerius Eudaemon, procurator Imperatoris Caesaris Traiani Hadriani Augusti ad dioecesin Alexandreae37.

18Ce n’est donc, en définitive, que le manque d’informations précises sur les origines de cette circonscription d’Hadrumète qui a entretenu le doute. Si nous pouvons placer, comme il est vraisemblable, le passage de M. Claudius Restitutus en Afrique vers la fin du règne d’Hadrien ou le début du règne d’Antonin, nous disposons du premier indice chronologique sur l’existence de cette procuratelle. Nous pouvons alors dégager un premier bilan de nos réflexions. L’examen des documents implique l’existence de trois procuratelles tout au long du IIe siècle ap. J.-C., à savoir les procuratelles de ThévesteHippone, d’Hadrumète et de Carthage. L’inscription de Cirta relative à Marcus Claudius Restitutus peut parfaitement s’insérer dans ce cadre.

***

19Mais cette conclusion conduit à poser d’autres questions. L’une concerne la date d’apparition de ces circonscriptions : y eut-il réforme globale ou bien aménagements successifs et décalés ? L’autre concerne la configuration territoriale de ces nouvelles circonscriptions : quelles en furent les limites ? comment celles-ci furent-elles définies ?

  • 38 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1093.

20Il semble bien que l’on puisse écarter l’idée d’un démantèlement progressif de la procuratelle d’Afrique, faisant apparaître d’abord une distinction entre une procuratelle de Carthage et une procuratelle correspondant à tout le reste de l’espace provincial : l’apparition de la procuratelle d’Hippone et de Théveste à la fin du règne de Trajan serait déjà, dans cette perspective, une nouvelle étape dans le démembrement de la partie dissociée, depuis quelque temps déjà, de l’administration établie à Carthage. On peut faire l’économie de cette hypothèse trop complexe. Il est préférable d’admettre que la réforme fut réalisée en une seule fois, et qu’au même moment apparurent les circonscriptions de Carthage, d’Hadrumète et d’Hippone-Théveste. C’est seulement la diversité des informations sur l’existence de ces trois circonscriptions, qui a pu gêner nos prédécesseurs quand ils voulaient en retracer l’évolution : le premier document évident sur la procuratelle d’Hippone et Théveste est de la fin du règne de Trajan, celui qui concerne la procuratelle d’Hadrumète est, comme nous venons de le voir, du tournant entre le règne d’Hadrien et celui d’Antonin, et, si l’on excepte les renseignements fournis par les règlements d’exploitation africains, les mentions de la procuratelle de Carthage sont encore plus tardives38.

  • 39 Voir M. Christol [n. 32],

21La procuratelle de Carthage avait une limite commune avec la procuratelle d’Hippone et de Théveste, plus occidentale, et une autre avec la procuratelle d’Hadrumète, plus méridionale. Mais la procuratelle d’Hippone et de Théveste entourait pour sa part la procuratelle d’Hadrumète, sur deux côtés au moins, et même sur trois si, comme il apparaît dans la documentation, les questions relatives au territoire militaire étaient réglées depuis Théveste39.

  • 40 J. Desanges, « Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numid (...)

22Il est difficile d’effectuer des observations très précises sur cette question des limites. La documentation relative à la procuratelle d’Hippone et de Théveste montre qu’au IIe s. et même au IIIe siècle, celle-ci, dans laquelle Théveste était devenue un point central, se ramifiait vers Cirta et vers Lambèse, où devaient se trouver des centres secondaires, comme l’était alors devenu celui d’Hippone. Lorsque fut créée la province de Numidie, une nouvelle procuratelle apparut, mais il semble bien que la gestion d’une partie des revenus publics de la confédération cirtéenne soit restée sous l’autorité du procurateur de Théveste : il s’agit du service appelé at fusa per Numidiam40.

  • 41 C. Lepelley, Les Cités, II, pp. 304-305.
  • 42 CIL, VIII, 23068 (ILS, 9012) ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 416-419 ; L. L. Sebaï, « Les inscripti (...)
  • 43 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 757-759, no 292 bis.
  • 44 CIL, VIII, 11175. L’autre inscription est un hommage rendu à ce même personnage par un notable pro (...)
  • 45 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 759. Dans le même sens Ch. Saumagne, dans CTun, 1962 [n. 29], pp. 253, (...)

23Pour ce qui concerne la procuratelle d’Hadrumète, on dispose toutefois de quelques éléments assez précis, fournis par l’épigraphie. Plusieurs inscriptions de procurateurs du district d’Hadrumète proviennent de Segermes, qui se trouvait, au IVe siècle, à l’extrémité septentrionale de la Byzacène, près de la côté méditerranéenne41. L’une est une base honorifique érigée en vertu d’un décret municipal (decreto decurionum), à l’époque de Marc Aurèle et de Lucius Verus42. Deux autres bases se rapportent à un autre personnage, mais à une date plus tardive, car apparaît un signum43. L’une a été érigée pour le procurateur par Victor, affranchi impérial, qui se proclame son cliens44. H.-G. Pflaum en a déduit justement que Segermes devait être le centre d’un district secondaire de la procuratelle d’Hadrumète : « La personnalité du dédicant, Victor, Augg. lib., nous permet de supposer que Segermes a été, à l’époque où nous sommes, et qui doit être postérieure au règne de Septime Sévère et Caracalla, et même des deux frères Caracalla et Géta, donc au plus tôt sous Macrin et Diaduménien, le siège d’un bureau domanial, et nous ne nous tromperons vraisemblablement pas en avançant qu’il y a eu une regio Segermitana, subdivision de la regio Hadrumetina45. »

  • 46 CIL, VIII, 11341 =23219 (ILS, 9016) = ILTun, 362 ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 826-827, no 320 : (...)
  • 47 ILS, 9026 (= ILAfr, 135).

24D’autre part Sufetula en faisait partie. De cette cité provient l’hommage à un procurateur d’Hadrumète, élevé par un notable local qui ne dépassa pas la fonction d’avocat du fisc46. Ce dernier honore le procurateur parce qu’il lui était lié par l’adfectio du condiscipulatus. Il ne s’agit pas de deux concitoyens, mais de deux chevaliers qui ont eu l’occasion de vivre aux côtés l’un de l’autre, à l’époque de leurs études. Leurs carrières ont divergé, mais la nomination de l’un d’entre eux dans le district financier d’Hadrumète a été l’occasion pour l’autre de l’honorer dans sa cité, alors qu’il y était devenu un personnage important. Sufetula, comme Segermes, pouvait être le chef-lieu d’une subdivision de ce grand district. On y connaît l’épitaphe d’un affranchi impérial47, Inventus, qui était parvenu dans sa carrière jusqu’à la fonction de procurator dioecesis Leptitanae. Si la mort d’Inventus était attestée à Sufetula, c’est qu’il y était né, et que ses parents appartenaient à la familia Caesaris.

  • 48 J. Desanges, dans CTun, 1963 [n. 30], pp. 7, 21-22.
  • 49 J. Gascou, Politique municipale, pp. 30-31.
  • 50 J. Gascou, Politique municipale, pp. 30-31 (pour Sufetula), 31-32 (pour Cillium), 83.
  • 51 J.-M. Lasserre, Ubique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de l (...)

25Sans que l’on puisse se fonder sur le constat d’une adéquation parfaite des tracés, il faut bien reconnaître que l’on s’oriente vers une définition des limites de la procuratelle d’Hadrumète se rapprochant de celles de la Byzacène tardive, c’est-à-dire d’une région qui, à partir du Byzacium préromain, s’est étendue vers le Sud, vers l’Ouest et le Sud-Ouest, au fur et à mesure que la progression de Rome s’affirmait, une région qui s’est donc constituée peu à peu, comme l’a souligné J. Desanges48. En l’occurrence, une étape décisive eut lieu sous les Flaviens, quand Sufetula devint municipe49, mais aussi quand furent posés les jalons de l’enracinement de nombreuses familles de Flavii50 dans ce Far West dont la prospérité allait croître de décennie en décennie51.

  • 52 C’est sous Trajan que se développe la municipalisation du Sud : J. Gascou, Politique municipale, p (...)

26Toutefois, à notre avis, la question des limites doit être encore nuancée, en ce qui concerne la procuratelle d’Hadrumète, suivant que l’on envisage la limite septentrionale, ou les limites méridionale et occidentale. Ces dernières pouvaient encore laisser place à quelque imprécision au début du IIe s. ap. J.-C.52 En revanche la limite septentrionale, qui se développait dans une partie de l’Afrique mise en valeur depuis longtemps, où la civilisation urbaine s’était largement imposée, devait laisser peu de marge à l’incertitude.

  • 53 Le tracé de cette limite a donné lieu à une bibliographie assez abondante : voir déjà R. Cagnat, « (...)
  • 54 On se référera aux commentaires de J. Desanges sur Pline, HN, V, 23-24 (pp. 209-210 et 227-230). U (...)
  • 55 G. di Vita-Evrard, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique proconsulaire », dans L’Africa roman (...)
  • 56 A. M’Charek, « Inscriptions découvertes entre Zama Regia (Henchir Jäma) et [Ma]rag(ui) Sara (Hench (...)

27Dans ce cadre, suivant les observations qui précèdent, la limite entre Zeugitane et Byzacène tardive s’impose comme limite de référence, d’autant que les quelques incertitudes ont été corrigées par des rectifications justifiées grâce à de nouveaux documents53. Il apparaît alors que, sur une grande partie de son tracé, elle reprend des limites non seulement tracées depuis longtemps, mais encore, pour l’essentiel, bien vivaces dans les réalités du temps présent au début du IIe siècle après J.-C. Dans la partie proche de la Méditerranée, elle devait reprendre la séparation entre la Zeugitana regio et le Byzacium de Pline : c’était une ancienne limite54, et nous pouvons constater qu’elle demeurait encore pertinente. Puis, en direction de l’Ouest, sur une certaine distance, elle suivait le tracé de la fossa regia, jusque dans la région de Fumos Maius, quand cette limite changeait de direction et remontait franchement vers le Nord : c’était une séparation qui avait été réactivée par Vespasien55. Passée la fossa regia, elle suivait la direction de la Dorsale, selon un tracé que l’on peut désormais reconstituer plus exactement à partir des travaux d’A. M’Charek. Mais alors se présentait une nouvelle limite, la frontière septentrionale de la Thusca, telle qu’elle avait été redéfinie après l’annexion de la Numidie par César56 : en effet, la séparation de Zama Regia, ancienne capitale de la Thusca, du secteur qu’elle administrait, se concrétise encore au Bas Empire, puisque cette cité était demeurée en Numidie Proconsulaire.

  • 57 R. Cagnat, dans Klio, 2, 1902 [n. 53], p. 79.

28Ainsi, cette limite administrative, matérialisée au IVe siècle comme séparation de deux provinces, n’a pas alors été créée dans l’improvisation due à la nécessité de préciser sur le terrain la démarcation des créations provinciales tétrarchiques. Elle a été construite pour l’essentiel sur la séparation ancienne entre procuratelle de Carthage et de Théveste d’un côté, procuratelle d’Hadrumète de l’autre. Si des aménagements de détail ont été décidés çà et là, ils n’ont que très peu affecté les tracés déjà donnés. Il n’est donc pas impossible de supposer qu’à ce moment la Byzacène ait pris pour limites propres l’ensemble du territoire de cette procuratelle, tel qu’il était au IIIe siècle et, si l’on remonte encore un peu, au IIe siècle. On aurait dans ce cas utilisé une limite d’administration financière pour dessiner une limite d’administration provinciale. Si l’on veut bien nous suivre - et c’est un second élément du bilan - on peut estimer que, plutôt que l’époque des Flaviens, c’est l’époque de Trajan qui vit s’inscrire comme limite interne de l’Africa, pour son administration domaniale et financière, cette ligne de direction Nord-Ouest/Sud-Est, qui plus tard fut la séparation de la Zeugitane et de la Byzacène. Sur le sujet on ne doit plus en rester au constat énoncé par R. Cagnat qui, voici près d’un siècle, écrivait pour conclure son étude : « Il faut bien l’avouer, on ne voit pas nettement, à l’inspection de la carte, quelles raisons ont pu présider au tracé de la ligne de séparation entre les deux provinces ; il ne semble pas que les considérations empruntées à la géographie physique aient été la base de cette délimitation57 ».

  • 58 Provincia : CIL, XIII, 1684 dioecesis : CIL, VIII, 23219 (ILS, 9016) = ILTun, 362 (voir n. 44) ; p (...)
  • 59 ILAlg, I, 2035.
  • 60 Ch. Saumagne, dans CTun, 10, 1962 [n. 29], p. 253. Voir aussi supra n. 30.
  • 61 St. Gsell, commentaire à ILAlg, I, 2035, qui mettait en perspective le vocabulaire de cette inscri (...)

29D’autre part, s’il est prudent de supposer qu’au début du IIe siècle ap. J.-C. les limites de la circonscription procuratorienne pouvaient demeurer quelque peu incertaines à l’Ouest et au Sud, il faut aussi admettre que progressivement les marges d’indétermination ont dû se réduire. Mais ce qui doit retenir notre attention c’est assurément la manifestation d’une cohérence historique, née de l’unité créée par l’administration des ressources du pays. C’est dans les documents relatifs aux procurateurs équestres que l’on prend la mesure de l’apparition la plus nette d’un Byzacium élargi jusqu’aux régions de Thala, Sufetula et Thelepte. Le terme de regio, courant pour définir la circonscription, est parfois remplacé par celui de provincia ou par celui de dioecesis, sans que l’on puisse supposer une quelconque modification de la nature du ressort58. Mais c’est surtout la mention d’un tractus Bizacenus dans une inscription de Madaure59, de date plutôt tardive, qui mérite attention. Ch. Saumagne y retrouvait la trace d’un nouvel aménagement des circonscriptions financières, et l’élargissement du district d’Hadrumète par absorption d’un secteur enlevé au district de Théveste : « Le titre de tractus byzacenus conviendrait assez, par hypothèse, pour désigner sous une autre forme cette dioecesis hadrumetina », écrivait-il60. Il nous semble plutôt que le rédacteur propose la définition d’une circonscription financière qui étend la notion de Byzacium à l’ensemble de la procuratelle d’Hadrumète61.

  • 62 G. di Vita Evrard, dans L’Africa romana, III [n. 54], pp. 32-34.
  • 63 Ce phénomène apparaît avec les interventions de C. Macrinius Sossianus aux côtés du proconsul Aris (...)
  • 64 J. Desanges [n. 30], p. 21.
  • 65 CIL, VIII, 11338 (ILS, 1198), repris par N. Duval [n. 46], pp. 427-430, no 46. En dernier, M. Chri (...)
  • 66 Nous ne pouvons pas suivre l’avis de M. Corbier, « Les familles clarissimes d’Afrique proconsulair (...)

30Nous devons aussi tenir compte que, sauf sur un bref tronçon, la ligne qui sépare la procuratelle d’Hadrumète des procuratelles de Carthage et de Théveste est indifférente au tracé de la fossa regia, séparant l’Africa vetus de l’Africa nova, qui avait été restaurée par Vespasien, et qui avait une valeur juridictionnelle, puisqu’elle régissait l’activité des légats du proconsul d’Afrique62. Or nous savons qu’ils interviennent encore dans ce qui devint la partie nord-occidentale de la Byzacène avant l’apparition de cette province, ce qui montre que Faire de leur activité était alors indifférente à l’extension de la procuratelle d’Hadrumète63. Leur présence est également attestée, de façon très vraisemblable à Sufetula, comme l’avait indiqué J. Desanges64. En effet un cursus sénatorial de la seconde moitié du IIIe siècle ap. J.-C., provenant de cette ville, montre que le personnage, qui avait été durant sa carrière légat de Numidie, est honoré comme patron par deux ressortissants du lieu, Aelius Felix et Fabius Donatulus65. Il est difficile de considérer que ce lien provient nécessairement de l’origine du sénateur, qui demeure pour l’instant incertaine66. En revanche, dans la mesure où Sufetula, sans appartenir à la Numidie historique, se trouvait, au sein de la province d’Afrique, à l’Ouest de la fossa regia, il devient possible de supposer que le lien de patronat fut noué lors de la légation de Numidie obtenue par ce personnage entre préture et consulat. Quoi qu’il en soit, la nouvelle limite créée par Trajan, s’il est l’auteur du démembrement de la procuratelle d’Afrique, est venue s’ajouter à la principale frontière interne qui existait déjà, celle qui séparait le diocèse d’Hippone du diocèse de Carthage. Aussi, pouvons-nous conclure, au moins en ce qui concerne la procuratelle d’Hadrumète, que les limites entre les procuratelles domaniales et financières, ont été tracées d’une façon relativement indifférente par rapport à la grande limite administrative, interne à la province d’Afrique, qui existait depuis longtemps. Mais, plus tard, une fois bien établies, elles ont pu servir pour créer des limites administratives provinciales. Et cette conclusion, relative à la transformation du territoire de la procuratelle d’Hadrumète en province de Byzacène, semble en concordance avec l’affirmation de cette entité, constituée progressivement, comme tractus byzacenus durant le IIIe siècle.

Discussion

31Intervention de M. Duval :

32Le système présenté par M. Christol gêne M. Duval qui avait toujours appris d’H.-G. Pflaum, écrit avec lui (dans l’Abrégé des Procurateurs équestres), et enseigné lui-même que la hiérarchie des procurateurs domaniaux était différente de celle des procurateurs financiers de la province. M. Christol est en train d’imaginer un système de circonscriptions financières polyvalentes (alors qu’il existe au moins deux fois une mention explicite ad praedia) à l’intérieur de la province de Proconsulaire (Carthage, Hadrumète, Hippone et Theveste), qui ne correspondrait même pas aux futures provinces tardives et qui ne repose que sur un argument a silentio (l’absence pendant une certaine période de mention du procurateur ducénaire de la province). Il se demande si la fameuse opposition de Tacite entre gouverneur et procurateur (qui se retrouve pourtant à propos de la révolte de Thysdrus et de la proclamation de Gordien I), le détachement à Carthage d’une cohorte légionnaire – considérée traditionnellement comme servant le procurateur provincial (cf. le dossier publié avec S. Lancel et Y. Le Bohec dans le BCTH.B, 1979-1980) – et la mention du procurateur de Carthage dans les récits des persécutions peuvent s’expliquer s’il n’existe pas un chef de l'administration financière pour le compte de l’empereur.

33Ceci dit, il est d’accord sur le découplage proposé à propos de ILAlg, II, 1, 665 des régions d’Hippone et de Théveste, qui lui paraît éclairant, de même qu’il avait été convaincu (plus que Y. le Bohec) par les arguments de M. Christol en faveur d’un rôle de trésorier payeur des troupes pour le procurateur de Théveste.

Notes

1 Ainsi dans le cursus de L. Sibidienus Sabinus (CIL, XI, 5863) ; H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960, pp. 20-23, no 6 ; S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, 1992, pp. 535-536, no 634.

2 H.-G. Pflaum estimait que la mesure s’était produite sous Trajan, sans précision chronologique : H-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950, pp. 56, 58 ; Id., Carrières, p. 83 ; Id. Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1976, p. 18. Il nous a semblé possible de dater cette mesure d’une façon plus précise, de « l’extrême fin du règne de Trajan » : M. Christol, « Du notable local à l’administrateur impérial, la carrière de T. Flavius Macer : aspects de la vie institutionnelle de la province d’Afrique au début du IIe siècle après J.-C. », dans Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques (réunies par A. Chastagnol, S. Demougin, C. Lepelley), Paris, 1996, pp. 31, 35, 37.

3 PIR 2, F 310 ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 229-231, no 38 ; H. Pavis d’Escurac, La préfecture de l’annone, service administratif impérial d'Auguste à Constantin, Rome, 1976, p. 427 ; M. Christol, dans Splendidissima civitas [n. 2].

4 CIL, VIII, 5351 (ILS, 1435) = ILAlg, I, 285 et add. ; M. Christol, dans Splendidissima civitas [n. 2], pp. 27-28 avec n. 3.

5 E. Albertini, dans BCTH, 1921, p. CCV (AE, 1921, 19) = ILAlg, I, 3992 ; M. Christol, dans Splendidissima civitas [n. 2], pp. 28-29.

6 G. Boulvert, Esclaves et affranchis impériaux sous le Haut-Empire romain. Rôle politique et administratif Naples, 1970, pp. 213-214.

7 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 316-319, no 131.

8 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 379-385, no 158.

9 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 397-404, no 164 bis.

10 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 655-657, no 244 bis.

11 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 732-734, no 275.

12 CIL, XIV, 5351.

13 AE, 1956, 123.

14 IRT, 395 et 424.

15 L’importance des bureaux de Théveste se dégage des nombreux témoignages sur les esclaves et les affranchis impériaux provenant de cette cité. Voir déjà J. Gascou, La politique municipale de l'Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972, pp. 96-97. D’autres témoignages ont été récemment ajoutés : P. Corbier et J. Gascou, « Inscriptions de Tébessa d’après les archives de Paul-Albert Février », dans AntAfr, 31, 1995, pp. 277-323, surtout numéros 2-4, pp. 279-283.

16 C’est ce que pourrait indiquer l’inscription ILAlg, I, 3991 (Hippone) qui évoque l'édification, sous l’autorité du procurateur C. Sestius Panthera, d’une chapelle dédiée au numen de l’empereur sous Hadrien, par Callistus, affranchi impérial, tabularius. Ce document est à joindre à l’inscription d’Hippone, relative à T. Flavius Macer, par le collegium Larum Aug. n., par les libertiet la familia établis en cette cité pour les besoins de l’administration domaniale. On peut estimer que ces nombreux témoignages épigraphiques, apparus au début du règne d’Hadrien, indiquent que la présence d’une domesticité impériale à Hippone est bien antérieure à ce règne (nous rejoignons ainsi G. Boulvert [n. 6]), et que leur zèle fut stimulé par l’installation du procurateur équestre : M. Christol, dans Splendidissima civitas [n. 2], p. 34.

17 C’est en ce sens que H.-G. Pflaum développe son explication : Carrières, pp. 657-657. Pourtant, dans Abrégé, p. 36, il estime que les deux procuratelles de Théveste et d’Hippone existaient indépendamment, ce qui ferait de leur réunion sous Septime Sévère, attestée par les inscriptions de Lepcis [n. 14], une situation exceptionnelle. Nous préférons en rester à son premier avis.

18 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1094 ; cependant, dans Abrégé, p. 18-19, ce savant envisage que la fonction ait d’abord été sexagénaire (sous Trajan), avant de devenir centenaire à partir d’Hadrien (pp. 21-22).

19 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1094 (liste des procurateurs). Toutefois, dans Abrégé, pp. 18, 19, 21, il fait apparaître cette circonscription dès le règne de Trajan, vraisemblablement dans le contexte d’une reconstruction hypothétique de l’évolution de l’administration de l’Afrique.

20 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 380 et 383. Toutefois, p. 1094, bien que conservant l’association des deux régions dans l’énoncé du titre de M. Claudius Restitutus, il inclut ce personnage dans la liste des procurateurs de la regio Hadrumetina et dans celle des procurateurs de la regio Thevestina. Id., Abrégé, (pp. 24-25, avec n. 33), où notre maître considère qu’il y eut réunion des districts domaniaux.

21 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 24. Voir supra n. 17.

22 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 18.

23 H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 21 ; déjà, à ce propos, Id., Carrières, pp. 381, 382.

24 Voir supra, avec n. 17 et 20.

25 CIL, VIII, 7039, cf. p. 1848 (ILS, 1437) = ILAlg, II, 665. Sur le personnage, H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 379-385, no 158. Voir aussi, sur divers aspects de sa carrière : H.-G. Pflaum, « Les officiers équestres de la légion VII Gemina », dans Legio VII Gemina, Actes du colloque international, Leon, 1968, León, 1970, pp. 363-364 (= La Gaule et l'Empire romain. Scripta varia, II, Paris, 1981, pp. 402-403, no 10), suivi par P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982, p. 307, et H. Devijver, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Auguste ad Gallienum, I, Louvain, 1976, pp. 268-269, C 178 ; IV, Suppl. I, Louvain, 1987, p. 1511, no 178, qui tient compte des remarques de W. Eck, « Jahres-und Provinzialfasten der senatorischen Statthalter von 69/70 bis 138/139 », dans Chiron, 13, 1983, p. 180, note 448 ; V, Suppl. II, Louvain, 1993, p. 2068. On considère, de plus en plus normalement, qu’il était originaire de Cirta et qu’il occupa ses fonctions en Syrie sous son compatriote P. Pactumeius Clemens : voir en dernier H. Devijver, « Equestrian officers from North Africa », dans L’Africa romana. Atti dell’VIII convegno di studio, Cagliari, 14-16 dicembre 1990, Sassari, 1991, pp. 161-163 (= The Equestrian Officers of the Roman Imperial Army, II, Stuttgart, 1992, pp. 161-163).

26 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 380-385 ; Id., dans le commentaire à ILAlg, II, 665.

27 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 385.

28 A. Chastagnol, « Les légats du proconsul d’Afrique au Bas-Empire », dans Libyca, 6, 1958, pp. 7-19 (= L'Italie et l'Afrique au Bas-Empire. Scripta varia, Lille, 1987, pp. 67-79, avec addendum pp. 80-82) ; G. di Vita-Evrard, « L. Volusius Bassus Cerealis, légat du proconsul d’Afrique T. Claudius Aurelius Aristobulus, et la création de la province de Tripolitaine », dans L’Africa romana. Atti del II convegno di studio, Sassari, 14-16 dicembre 1984, Sassari, 1985, pp. 154-160.

29 Plus généralement on fera abstraction de l’hypothèse de Ch. Saumagne, « Esquisse des circonscriptions domaniales dans l’Afrique romaine », dans Revue Tunisienne, 1940, pp. 231-242 (= Mélanges offerts à Ch. Saumagne, dans CTun, 10, 1962, pp. 245-255), qui admet un lien entre « tractus domanial et fiscal » et « division » ou « subdivision d’administration générale »... « le diocèse dans la province d’Afrique » (pp. 251, 255), tout en admettant que dans le cas d’Hadrumète, où siégerait le troisième légat, il s’agit d’un « diocèse mal défini au nom encore inconnu » (p. 249), et que la règle qu'il a posée est difficile à appliquer « à la troisième subdivision de l’Afrique ».

30 On trouvera dans ce raisonnement une raison supplémentaire pour écarter l’interprétation de Ch. Saumagne, dans CTun, 1962 [n. 29], p. 253, qui aurait voulu, sur le fondement de l’inscription de Cirta, que le « diocèse domanial » d’Hadrumète aurait été constitué, au moins pour un temps (sous Sévère et Caracalla ?) par la regio hadrumetina jointe à la regio thevestina détachée du tractus thevestinus ». Ce point de vue a inspiré les observations de J. Desanges, « Etendue et importance du Byzacium avant la création sous Dioclétien de la province de Byzacène », dans CTun, 11, 1963, p. 21 et d’A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », dans AntAfr, 1, 1967, p. 120 (= L’Italie et l’Afrique [n. 28], p. 164).

31 E. Birley, « Inscriptions Indicative of Impending or Recent Movements », dans Chiron, 9, 1979, pp. 495-505.

32 Pour Lambèse, M. Christol, « Ti. Claudius Proculus Cornelianus, procurateur de la région de Théveste », dans L’Africa romana. Atti del VII convegno di studio, Sassari, 15-17 dicembre 1989, Sassari, 1990, pp. 893-904.

33 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 383.

34 M. G. Jarrett, « An Album of the Equestrians from North Africa in the Emperor’s Service », dans Epigraphische Studien, 9, 1972, p. 171, d’où la notice de H. Devijver [n. 25].

35 On rappellera par exemple l’observation de M. Jarrett, dans Epigr. Studien [n. 34] : « The final post, in Africa, is not otherwise attested ». Cet auteur admettait, en effet, l’existence d’une procuratelle d’Hadrumète et de Théveste.

36 LSJ, sv. « διοίκησις ». H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis, Toronto, 1974, p. 38.

37 CIL, III, 431 = 7116 = 13674 (ILS, 1449) = IEph (IK, 13, 3), 666. Sur le personnage H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 264-271, no 110, et sur la terminologie employée par l’affranchi imperial Hermès, son adiutor, qui l’honore à son départ pour la Syrie, p. 267.

38 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 1093.

39 Voir M. Christol [n. 32],

40 J. Desanges, « Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle », dans AntAfr, 15, 1980, pp. 81-82 ; M. Christol, « At fusa per Numidiam », dans BSAF, 1993, pp. 332-335.

41 C. Lepelley, Les Cités, II, pp. 304-305.

42 CIL, VIII, 23068 (ILS, 9012) ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 416-419 ; L. L. Sebaï, « Les inscriptions de Segermes (Hr Harrat) », dans S. Dietz, L. L. Sebaï et H. Ben Hassen (éd.), Africa Proconsularis, II, Copenhague, 1995, pp. 735-737, no 16.

43 H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 757-759, no 292 bis.

44 CIL, VIII, 11175. L’autre inscription est un hommage rendu à ce même personnage par un notable provincial : CIL, VIII. 11174 (ILS, 1440) ; L. L. Sebaï, dans Africa Proconsularis [n. 42], pp. 739-742, no 18 A et B.

45 H.-G. Pflaum, Carrières, p. 759. Dans le même sens Ch. Saumagne, dans CTun, 1962 [n. 29], pp. 253, 255.

46 CIL, VIII, 11341 =23219 (ILS, 9016) = ILTun, 362 ; H.-G. Pflaum, Carrières, pp. 826-827, no 320 : ce savant suppose qu’il est originaire de Sufetula. Le texte a été repris par N. Duval, « Inventaire des inscriptions latines païennes de Sbeitla », dans MEFRA, 101, 1989, pp. 433-435, no 50 : cet auteur renonce à l’origine locale. La tribu Papiria renverrait à une autre communauté d’Afrique proconsulaire.

47 ILS, 9026 (= ILAfr, 135).

48 J. Desanges, dans CTun, 1963 [n. 30], pp. 7, 21-22.

49 J. Gascou, Politique municipale, pp. 30-31.

50 J. Gascou, Politique municipale, pp. 30-31 (pour Sufetula), 31-32 (pour Cillium), 83.

51 J.-M. Lasserre, Ubique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères, Paris, 1977, pp. 299-311.

52 C’est sous Trajan que se développe la municipalisation du Sud : J. Gascou, Politique municipale, pp. 83-91.

53 Le tracé de cette limite a donné lieu à une bibliographie assez abondante : voir déjà R. Cagnat, « Les limites de l’Afrique proconsulaire et de la Byzacène », dans Klio, 2, 1902, pp. 73-79. Voir surtout les observations récentes de A. M’Charek, « Zama Regia, cité de Proconsulaire », dans Actes du 6e colloque d’Afrique du Nord (CTHS, Pau, 1993), Paris, 1995, pp. 381-393 (carte p. 389).

54 On se référera aux commentaires de J. Desanges sur Pline, HN, V, 23-24 (pp. 209-210 et 227-230). Un point important est relatif à la position de Pupput au sein du Byzacium, puis de la province de Byzacène : voir, par exemple, A. Chastagnol, dans AntAfr, 1, 1967, p. 119 (= L’Italie et l’Afrique [n. 28], p. 164).

55 G. di Vita-Evrard, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique proconsulaire », dans L’Africa romana. Atti del III convegno di studio, Sassari, 13-15 dicembre 1985, Sassari, 1996, pp. 31-58, surtout pp. 34-35.

56 A. M’Charek, « Inscriptions découvertes entre Zama Regia (Henchir Jäma) et [Ma]rag(ui) Sara (Henchir Chaâr) », dans L'Africa romana. Atti del IX convegno di studio, Nuoro, 13-15 dicembre 1991, Sassari, 1992, pp. 251-253.

57 R. Cagnat, dans Klio, 2, 1902 [n. 53], p. 79.

58 Provincia : CIL, XIII, 1684 dioecesis : CIL, VIII, 23219 (ILS, 9016) = ILTun, 362 (voir n. 44) ; pour ce dernier terme, mais à propos d’une autre circonscription, voir aussi l’épitaphe d’Inventus [n. 47]. Voir aussi H.-G. Pflaum, Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1950, p. 88. Sur la diversité des termes servant à désigner les circonscriptions procuratoriennes africaines, H.-G. Pflaum, Abrégé, p. 34, n. 43.

59 ILAlg, I, 2035.

60 Ch. Saumagne, dans CTun, 10, 1962 [n. 29], p. 253. Voir aussi supra n. 30.

61 St. Gsell, commentaire à ILAlg, I, 2035, qui mettait en perspective le vocabulaire de cette inscription avec les diverses formulations relatives à la procuratelle d’Hadrumète [n. 58], Les réserves de H.-G. Pflaum, Procurateurs équestres, p. 88, et Carrières, p. 658, ainsi que Id., « Une inscription de Madaure », dans Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de Constantine, 69, 1955, pp. 121-127 (= Scripta varia I, pp. 117-123) ne permettent pas d’éliminer cette suggestion. Cette émergence d’une unité administrative qualifiée de tractus Bizacenus rappelle la mise en évidence durant le IIIe siècle de laregio Tripolitana, antérieurement à la création d’une province de Tripolitaine (mais dans un contexte territorial spécifique, il est vrai, puisque la province tétrarchique est plus vaste que cette région) : G. di Vita, « ‘Regio Tripolitana’. A Reappraisal », dans Town and Country in Roman Tripolitania, ed. by D. J. Buck and D. J. Mattingly (Society for Libyan Studies Occasional Papers II ; BAR.IS, 274), Oxford, 1985, pp. 143-163.

62 G. di Vita Evrard, dans L’Africa romana, III [n. 54], pp. 32-34.

63 Ce phénomène apparaît avec les interventions de C. Macrinius Sossianus aux côtés du proconsul Aristobulus : CIL, VIII, 608 = 11772 et 11774 (Mididi) : C. Lepelley, Cités, II, p. 296-297 ; CIL, VIII, 11768 (Thugga Terebenthina) : C. Lepelley, Cités, II, p. 318. On peut ajouter vraisemblablement CIL, VIII, 624 = 23413 = AE, 1946, 119 (Mactar) : C. Lepelley, Cités, II, p. 292, avec n. 16. Sur l’ensemble de cette question, voir déjà J. Desanges [n. 30], p. 21, ainsi qu’A. Chastagnol, dans Libyca, 6, 1958, p. 10 (= L 'Italie et l’Afrique [n. 28], p. 70). Il en va différemment dans le diocèse de Carthage : G. di Vita-Evrard, dans L'Africa romana II [n. 28], pp. 155-156, 159-160. Sur les lieux de déplacement du proconsul, C. Lepelley, « Les sièges des conventus judiciaires de l’Afrique proconsulaire », BCTH.B, 23, 1990-1992 [1994], p. 145-157.

64 J. Desanges [n. 30], p. 21.

65 CIL, VIII, 11338 (ILS, 1198), repris par N. Duval [n. 46], pp. 427-430, no 46. En dernier, M. Christol, Essai sur l’évolution des carrières sénatoriales dans la 2e moitié du IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 1986, pp. 279-281, no 74. Sufetula aurait pu constituer une étape du légat dans sa tournée judiciaire.

66 Nous ne pouvons pas suivre l’avis de M. Corbier, « Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire », dans Epigrafia e Ordine senatorio, II (Tituli, 5), Rome, 1982, p. 731 : d’après les critères exposés à la p. 706, on doit estimer que l’auteur attribue à ce personnage une « origine locale sûre ou probable » ; l’interrogation porte sur son identité. À notre avis, ce notable n’est pas issu de Sufetula.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site