Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Essais de cartographie culturelle

À propos de la frontière de Numidie et de Maurétanie

Gabriel Camps

Texte intégral

  • 1 Camps G., « Une frontière inexpliquée : la limite de la Berbérie orientale de la Préhistoire au Mo (...)

1La notion de frontière est nécessairement associée à celle de territoire et par conséquent relève de la cartographie. La cartographie de certains faits culturels s’est révélée riche en superpositions et coïncidences parfois curieuses, souvent inattendues. Désirant vérifier le tracé et la pérennité de la frontière entre la Numidie et la Maurétanie, sujet que j’avais abordé en 19731, j’ai tenté de présenter, en guise de préliminaires, quelques exemples de ce que je propose d’appeler la cartographie culturelle. Tous les cas retenus sont africains et la plupart s’étendent sur la longue durée, en contribuant à la solution de quelques problèmes propres au monde berbère.

Chars rupestres et inscriptions libyques

2Nous commencerons notre examen par celui d’un phénomène qui, au Sahara, marque la fin des temps préhistoriques. Il s’agit de la répartition des images de chars parmi les multiples gravures et peintures sahariennes (Fig. 1). Contrairement à ce que prétend l’hypothèse des « routes des chars », il est clair que les représentations de ces véhicules couvrent l’ensemble du Sahara et qu’ils apparaissent partout où il existait un support rocheux susceptible de recevoir leurs images et de les conserver. Ces chars ont intéressé les historiens, à commencer par leur père Hérodote qui affirme que les Libyens avaient appris aux Grecs à atteler les chars à quatre chevaux et qu’ils pourchassaient les Ethiopiens avec leur quadrige.

  • 2 Camps G., « Les chars sahariens. Images d’une société aristocratique », Antiquités africaines, t.  (...)

3Cependant les chars sahariens sont le plus souvent des biges, et les plus belles représentations sont situées dans le Tassili n’Ajjer, particulièrement à Tamadjert. Ces véhicules très légers sont attelés à des chevaux dont les pattes étendues simulent un « galop volant ». Les chars qui sont cités par les auteurs anciens (Hérodote, Diodore de Sicile) chez les Libyens du Nord étaient des engins de guerre sur lequel l’aurige était accompagné d’un lancier ou d’un archer ; les biges sahariens nous semblent avoir été essentiellement des véhicules de prestige2. Du Maghreb jusqu’au voisinage du Niger, les chars sont représentés, ils recouvrent exactement la zone de la berbérophonie ancienne, telle qu’elle est révélée par les inscriptions libyques, les tifinagh et la toponymie. Nous remarquons la disparition brutale de ces différentes données culturelles, au Sud du Fezzan, le long du 12° de longitude Est ; au-delà de ce méridien, plus de char représenté sur les rochers, plus de tifinagh (si ce n’est l'orgueilleuse proclamation de quelque touareg lors d’un rezzou) et la toponymie ne s’explique plus par le berbère. Cette frontière est celle des mondes berbère et toubou.

4Alors que dans le Sahara central et occidental les Paléoberbères (« Equidiens », Gétules et Touaregs) ne rencontrèrent aucun obstacle véritable dans leur propagation vers le Sud, à l’Est du 15° de longitude, les Toubous constituèrent un môle quasi impénétrable, centré sur le Tibesti. De tout temps, et jusqu’à nos jours, ce bloc toubou fit obstacle à la pénétration des Méditerranéens en Afrique centrale.

Répartition des inscriptions libyques

  • 3 Camps G., « Punica lingua et épigraphie libyque dans la Numidie d’Hippone », Bulletin archéol. du (...)
  • 4 Galand L., « Les alphabets libyques », Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 69-81.

5C’est à une époque plus récente que celle des chars qu’appartiennent les documents qui font maintenant l’objet de notre attention. Il s’agit de la répartition des inscriptions libyques dans l’ensemble du Maghreb (Fig. 2). Cette carte n’avait, à ma connaissance, jamais été dressée avant l’étude que j’avais entreprise sur le maintien du punique, au voisinage d’Hippone, au temps de saint Augustin, quatre siècles et demi après la destruction de Carthage3. Conformément à ce qu’avait observé L. Galand4, la grande majorité des inscriptions appartient à l’alphabet dit « oriental » et 72 % d’entre elles sont concentrées dans les confins algéro-tunisiens, (région de la Cheffia et pays entre la Seybouse et le cours supérieur de la Medjerda). La densité diminue sensiblement dans la région de Cirta puis les inscriptions se raréfient à partir de Sétif. Au delà de cette ville non seulement les inscriptions libyques deviennent exceptionnelles mais encore elles utilisent plusieurs lettres qui n’existent pas dans l’alphabet oriental, d’où la dénomination d’alphabet occidental donnée à cette écriture.

  • 5 Galand L., op. l. Ghaki M., « Une nouvelle inscription libyque à Sicca Veneria. Libyque oriental e (...)
  • 6 Ghaki Μ., op. l.
  • 7 Courtois C., « Saint Augustin et le problème de la survivance du Punique », Revue africaine, t. XC (...)
  • 8 Camps G., « Punica lingua et épigraphie libyque... », Bull. archéol. du CTHS, 23, 1990-1992, p. 33 (...)

6La concordance entre la grande zone du libyque « oriental », de la Tunisie centrale au bassin du Rhumel, et le royaume numide massyle est indubitable. La limite occidentale de cet alphabet, qui sera soulignée par d’autres documents que nous verrons infra n’est pas cependant infranchissable ; des recherches récentes5 ont fait connaître des inscriptions en libyque oriental (ou massyle), en Grande Kabylie et inversement des textes épigraphiques en libyque occidental (ou masaesyle) au voisinage du Kef et dans le Sud tunisien6. La coïncidence territoriale entre l’alphabet oriental et le royaume massyle se trouve confirmée par une autre répartition se rapportant à une période un peu plus ancienne, celle des monuments mégalithiques (Fig. 9). Mais avant de quitter le domaine des inscriptions libyques, il faut nous attarder sur une troublante question, celle de la langue parlée dans l’arrière-pays d’Hippone au temps de saint Augustin. Dans ces campagnes et bourgades, on aurait encore parlé le « punique ». Une enquête très poussée de S. Lancel sur l’étendue du diocèse d’Hippone l’a conduit à déterminer un vaste triangle dans lequel se situaient les bourgades de Fussala, Mutugena, Thogonetum, Siniti et Gilva ; dans ces centres ruraux on comprenait mal le latin et on y parlait ce que saint Augustin nomme la lingua punica (Fig. 3). La carte des inscriptions libyques nous révèle que cette zone « punicophone » se situe au cœur même de la zone « libycographe », si on me permet ce néologisme. Comment résoudre la contradiction entre les écrits de saint Augustin et ces données archéologiques ? Dans une étude intempestive C. Courtois7 avait exprimé l’idée que lorsque l’évêque d’Hippone parlait de punique, il fallait comprendre « africain ». Je me suis permis, à mon tour, de présenter une conclusion risquée8 : ces rustici de l’arrière-pays numide devaient parler un libyque peut-être influencé par le punique qui s’était maintenu dans les faubourgs et alentours d’Hippone. Lorsque ces Numides s’adressaient aux citadins et aux autorités n’avaient-ils pas tendance, suivant un penchant constant chez les Berbères, à se valoriser en revendiquant une punicité fictive ? N’est-ce pas symptomatique que les Touaregs appellent encore « tifinagh » (pluriel de tafinek) les formes actuelles de l’écriture libyque et dont l’étymologie la plus vraisemblable serait : les (lettres) puniques ? Peut-être ne font-ils que perpétuer l’attitude des paysans numides contemporains de saint Augustin qui qualifiaient leur langue de punique et se disaient Cananéens, de la même manière que certains de leurs descendants devaient revendiquer, plus tard, une origine arabe aussi fictive que valorisante.

L’araire berbère

  • 9 La charrue et l’araire ont donné lieu à de très nombreuses études et hypothèses. En ce qui concern (...)

7Ces paysans contemporains de saint Augustin, et certainement leurs ancêtres depuis plusieurs siècles utilisaient déjà pour leur agriculture un araire qui a fait l’objet de nombreuses études linguistiques9. Il est prouvé que les Berbères n’ont pas reçu cet instrument des Phéniciens : les données linguistiques et techniques sont formelles : les nombreux termes qui servent à désigner l’araire sont tous berbères, chez les Berbérophones, et l’araire phénicien n’appartient pas au même type.

8Il existe deux types principaux d’araire nord-africain. L’un, l’araire dental, est constitué de trois pièces assemblées : le sep (ou dental) portant le soc, l’âge courbe et le mancheron droit. C’est l’araire que les Puniques utilisaient déjà et que les Romains répandirent dans le monde méditerranéen. L’autre araire, d’aspect plus primitif, ne comprend que deux pièces : le mancheron n’est que le prolongement du sep, d’où le nom d’araire « manche-sep » qui lui a été donné par les ethnographes (Fig. 4). Du fait de l’angle très ouvert que présentent le sep et le mancheron, le soc fixé à l’extrémité du sep se trouve plus fortement incliné vers le sol.

9Ces deux types d’araires s’observent dans des régions bien distinctes, l’araire manche-sep occupe une vaste bande de pays au climat atlantique : Maroc, Portugal, Galice et Landes ; plus à l’Est on le retrouve dans un secteur de climat méditerranéen humide, en Algérie orientale et dans le Nord de la Tunisie. L’araire dental recouvre toute l’Algérie occidentale, quelques oasis en Tunisie méridionale et Tripolitaine, mais aussi une région autour de Casablanca.

10Comment expliquer cette répartition ? Le climat en serait-il responsable ? Théoriquement, en effet l’araire manche-sep permet de labourer un peu plus profondément que le dental dont le sep reste parallèle au sol. Le premier correspondrait donc aux sols plus épais de la zone atlantique et des montagnes de l’Algérie orientale. Mais on se rend facilement compte que la pluviosité n’est pas toujours élevée dans la vaste zone de l’araire manche-sep : elle tombe au-dessous de 400 mm au Nord de Batna, région où domine ce type. On retrouve cet araire manche-sep à Tindouf et Beni Abbés. L’explication climatique doit donc être rejetée.

11Il est possible, en revanche, que l’araire manche-sep, moins évolué que le dental, soit le vrai araire berbère. La carte de répartition de cet instrument primitif (Fig. 5) montre que les deux vastes régions où subsiste cet araire sont aussi celles où se maintiennent les groupes berbérophones les plus importants tant au Maroc (Rifains, Berabers, Chleuhs) qu’en Algérie orientale (Kabyles, Chaouïa du Nord de l’Aurès).

  • 10 Haudricourt G. et Jean-Brunhes Delamare Μ., op. l.

12L’araire berbère, manche-sep, serait donc un instrument assez primitif assimilable à une pioche en bois dur, traînée à la surface du sol. Différent de l’araire égyptien et oriental qui avait deux mancherons, il se distingue également de l’araire romain et punique. Il semble être né en Méditerranée occidentale dès l’Âge du Bronze, sinon avant10. Il n’est pas impossible qu’il ait eu même une origine locale. Sa simplicité de construction, les données linguistiques et la cartographie militent en faveur de cette hypothèse.

Poteries funéraires et genres de vie

13Le mobilier funéraire sera un nouveau sujet d’examen susceptible d’alimenter la cartographie culturelle paléoberbère. Le mobilier d’accompagnement déposé dans les monuments sans âge, généralement appelés protohistoriques, est constitué essentiellement de poterie modelée à la main sans usage du tour. Cette poterie se répartit en trois classes répondant à des fonctions distinctes :

  • la microcéramique votive que l’on retrouve aujourd’hui, identique, déposée dans les sanctuaires ruraux
  • les vases rituels qui sont parfois décorés (style de Gastel, style de Tiddis)
  • les imitations de la vaisselle domestique, généralement de taille réduite et de forme simplifiée.

14Dans cette dernière catégorie, qui est la plus nombreuse, les formes les plus fréquentes sont les bols et leurs dérivés (jattes et gobelets), un grand nombre de coupes, d’assiettes, de couvercles, quelques bols et jattes possèdent deux perforations traversant le bord près de l’orifice ou plus rarement le pied d’une coupe. Ces perforations ont pour l’archéologue (à condition qu’il soit quelque peu ethnologue) une valeur de témoignage. Il suffit de pénétrer dans n’importe quelle maison rurale pour voir pendue au mur la plus grande partie de la vaisselle domestique dont la technique de modelage, les formes et le décor sont restés pratiquement inchangés depuis les temps protohistoriques. Or ce simple détail de suspension de la vaisselle en terre cuite apporte sur les constructeurs de ces tombeaux un renseignement d’importance : ces sépultures sont celles de sédentaires, de cultivateurs possédant des rudiments de vie sociale qui se révèlent dans l’organisation spatiale de certaines grandes nécropoles.

15Les monuments funéraires protohistoriques du Maghreb ne renferment pas tous des poteries, et ceux qui en ont livré ne sont pas répartis au hasard. Les quelque soixante nécropoles protohistoriques dont les monuments renferment des poteries se répartissent, sur la carte, en plusieurs nébuleuses (Fig. 6) : la première s’inscrit dans un vaste triangle dont le golfe de Hammamet, le Sud des Némencha et Alger seraient les sommets. Plus à l’Ouest, un autre ensemble, moins vaste, s’étend du Haut-Chélif à la région d’Oran. Après un vide correspondant au Maroc oriental, on retrouve des tombeaux renfermant des poteries dans une région occidentale délimitée par Taza, Tanger et l’embouchure du Sebou.

16À l’exception de 4 sites, sur 60 étudiés, toutes ces nécropoles sont donc situées à l’intérieur d’une limite bien connue des géographes et des agronomes, celle de la culture sèche des céréales. La concordance est trop grande pour être le fruit du hasard (Fig. 6) ; la conclusion s’impose donc avec une clarté et une rigueur que rien ne saurait infirmer : les vases trouvés dans les monuments funéraires protohistoriques présentent les caractères de la vaisselle domestique des populations sédentaires d’aujourd’hui et ces tombes à céramiques se situent à l’intérieur de la zone de culture sèche des céréales. Les populations qui modelaient ces vases et les plaçaient dans leurs tombes étaient donc des sédentaires.

Poterie peinte et limes romain

17Toutes les cartes « culturelles » ne se laissent pas lire aussi aisément. Nous prendrons comme exemple la répartition actuelle (ou plutôt subactuelle) de la céramique modelée et peinte, souvent appelée, à tort, poterie kabyle. L’étude de cette production, dont on annonce depuis un siècle et demi l’inéluctable disparition, permet de reconnaître des caractères d’un archaïsme prononcé aussi bien dans les techniques de modelage sur fond plat, que dans la morphologie qui rappelle celle des poteries façonnées dans les pays méditerranéens de l’Âge du bronze. Ces données sont renforcées par l’analyse du décor toujours géométrique sans être monotone (Fig. 7). Il est fondé sur la juxtaposition de lignes parallèles, de triangles et de chevrons, les motifs obtenus sont en rouge ou en brun sur engobe blanc, ou en noir sur fond rouge. Quelques productions de Grande Kabylie sont trichromes.

18Malgré le nom de poterie kabyle qui lui est donné fréquemment, cette céramique n’est pas une production exclusivement berbère. Elle est absente de tout le Sahara ; au Maroc, elle disparaît au Sud du Rif et demeure inconnue des plus importants groupes berbères de l’Atlas ; en Algérie la céramique peinte est limitée au Tell et atteint le Sud de l’Ouarsenis et des Monts du Hodna. Plus à l’Est, son extension gagne les régions prédésertiques de la Tunisie (Matmata, Nefzawa). Ainsi cette poterie qui n’est pas connue de tous les Berbères est, en plusieurs régions, produite par des arabophones (Nord de l’Algérie orientale). Elle est connue même par les semi-nomades du Sud de l’Aurès et de Tunisie méridionale. La poterie peinte dite kabyle n’est donc ni un produit exclusivement berbère ni nécessairement un produit de sédentaires. La carte de répartition de cette céramique montre qu’elle prend le Maghreb en écharpe ; elle est située au Nord d’une ligne orientée Nord-Ouest/Sud-Est, passant par Larache (Nord-marocain) et Zarzis (Sud tunisien).

  • 11 Parmi les études concernant la poterie modelée peinte de l’Afrique du Nord on retiendra Randall Ma (...)

19Cette limite ainsi grossièrement tracée correspond approximativement au limes romain au moment de sa plus grande extension ; or, aucun élément ne permet d’imaginer une relation quelconque entre ces deux phénomènes sinon qu’ils sont tous deux allochtones et d’origine méditerranéenne. Leur extension est tellienne, sauf à l’Est qui bénéficie des deux façades méditerranéennes de la Tunisie. Cette extension paradoxale offre peut-être un premier élément de solution quant à l’origine de cette poterie, mais parmi les nombreux folkloristes et ethnographes11 qui se sont intéressés à cette question, aucun ne semble avoir tenté de cartographier sa répartition. Celle-ci ne semble pas correspondre à une origine autochtone, elle n’est pas, non plus, liée à un genre de vie particulier.

20À la fin du XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe, les auteurs croyaient fermement que cette céramique avait une origine orientale. Les progrès de l’archéologie orientale faisait alors connaître des céramiques préhistoriques de Canaan, d’Iran, de Chypre qui présentaient les mêmes caractères techniques et décoratifs que les poteries « kabyles ». Le diffusionisme était, à l’époque, l’explication quasi universelle de toute ressemblance entre des productions mêmes fort éloignées les unes des autres. Ainsi, Maciver recherchait en Egypte les prototypes de certains plats de Kabylie, Myres soulignait la parenté entre les poteries du Maghreb et celles de la Sicile de l’Âge du bronze, tandis que Van Gennep insistait sur les très grandes ressemblances entre les vases chypriotes chalcholithiques et les productions berbères. Par ses techniques de fabrication, par l’esthétique rigoureusement géométrique qui triomphe dans le décor, le monde berbère paraissait être un immense conservatoire (Fig. 7) dont les éléments pouvaient remonter jusqu’aux temps préhistoriques.

  • 12 Gobert E.-G., « Les poteries modelées du paysan tunisien », Revue tunisienne, 1940, 119-193.
  • 13 Camps G., Monuments et rites funéraires..., p. 343-490 ; Fayolle V., La poterie modelée... ; Ben Y (...)

21Ces théories longtemps admises sans discussion furent vivement combattues à partir de 1940 par le Dr Gobert12 qui, tout en reconnaissant la concordance des formes de poteries maghrébines et italiennes de l’Âge du bronze, attribuait à un phénomène de convergence les ressemblances signalées dans le décor des différentes céramiques peintes méditerranéennes, quel que fût leur âge. La principale objection que présentait E.-G. Gobert à l’hypothèse diffusionniste était l’absence de tout jalon chronologique entre les céramiques orientales pré ou protohistoriques et la poterie maghrébine contemporaine. Or cette objection ne tient plus depuis la démonstration de l’existence de cette poterie dans les nécropoles protohistoriques ou d’époque punique13. Deux écoles ou styles ont été reconnus, celui de Gastel situé à proximité de Tébessa et présent au Djebel Mistiri (540 ± 110 BC non corrigé) et jusque dans des sépultures punicisantes du Sahel tunisien, et celui de Tiddis, dans la région de Constantine, dont une bazina renfermant une importante série de vases peints, très « kabyles » d’aspect, a été datée de 250 ±110 BC. Ce style de Tiddis est à placer aux origines de la poterie peinte moderne qui reproduit avec une fidélité étonnante un décor identique par ses couleurs, ses motifs et leur disposition à la surface de vases de morphologies semblables.

22Nous entrevoyons plus facilement aujourd’hui les origines de la poterie peinte maghrébine. Celle-ci a conservé les traditions techniques nées en Orient. Cet expression artistique méditerranéenne, qui a disparu ailleurs, est devenue « berbère » parce qu’elle est restée rurale. Parmi les multiples foyers de céramiques peintes susceptibles d’avoir diffusé leur technique en Afrique du Nord, celui de Sicile semble devoir être retenu en priorité. En faveur de cette hypothèse, il faut citer la proximité entre la Sicile et la Tunisie qui explique l’ancienneté des relations, telles que l’importation de l’obsidienne des Lipari et de Pantelleria en Afrique du Nord au Néolithique, et l’extension dans le Nord de la Tunisie des petits hypogées cubiques creusés à flanc de falaise (haouanet) (Fig. 10), identiques à ceux de Sicile de la civilisation de Castelluccio, dont les poteries présentent les mêmes motifs agencés de la même façon, sur des vases ayant souvent les mêmes formes qu’au Maghreb.

23Ainsi la poterie peinte maghrébine, qui a curieusement la même extension que la domination romaine, est, comme celle-ci d’origine méditerranéenne.

Répartition des monuments mégalithiques en Afrique du Nord

24La plupart des poteries protohistoriques étudiées jusqu’à ce jour proviennent de sépultures et parmi elles beaucoup ont été recueillies dans des monuments mégalithiques du type dolmen. L’extension très particulière des dolmens nord-africains n’est pas sans poser des questions embarrassantes aux partisans de l’évolution sur place de ce type de monument. Alors que les tumulus et bazinas (forme spécifique du Maghreb et du Sahara caractérisée par des degrés ou un dallage sommital) sont innombrables et également répartis dans toutes les régions, les dolmens et les monuments dérivés sont localisés dans des zones privilégiées à très forte densité. Si on dresse la carte de répartition des dolmens et monuments mégalithiques dérivés, on s’aperçoit que les formes simples sont sur le littoral et les formes complexes à l’intérieur des terres, que les monuments mégalithiques sont inconnus au Sud de l’Atlas saharien et que, strictement cantonnés dans le Tell et les Hautes plaines, les dolmens sont regroupés massivement dans la partie orientale du Maghreb.

25Il est donc un pays des dolmens (Fig. 9), comme il existe un pays des haouanet (Fig. 10), (partie Nord de la Tunisie). Cette région d’élection des dolmens s’étend à l’Algérie orientale et à la Tunisie centrale. C’est dans ce pays montagneux que sont situées d’immenses nécropoles pouvant renfermer plusieurs milliers de dolmens (Bou Nouara, Roknia, Bou Chen, etc.). Au Nord les dolmens sont présents sur le littoral algérien, alors qu’ils sont très rares en Tunisie et remplacés, en quelque sorte, par les haouanet ; au Sud, le pays des dolmens englobe l’Aurès, les Némencha et la retombée Sud-Est de la Dorsale tunisienne. À l’Ouest les dolmens disparaissent brusquement, c’est une véritable frontière qui suit approximativement le cours du Rhumel ou, si on veut intégrer quelques dolmens de la rive gauche de ce fleuve, une ligne passant par Cavallo et Fedj-Mzala. Il existe donc à l’Ouest d’une Numidie riche en monuments mégalithiques, une Maurétanie où de tels monuments sont rares voire absents. Cette limite est la plus ancienne des différentes « frontières » culturelles que nous avons reconnues dans ces confins.

La frontière occidentale de la Numidie

  • 14 Despois J. et Raynal R., Géographie de l’Afrique du Nord-Ouest, Paris, Payot, 1967.

26Cherchant à définir une Algérie orientale distincte de l’Algérie occidentale, les géographes, depuis E.F. Gautier faisaient passer la ligne de démarcation par Cherchel et Biskra. J. Despois14 proposa une légère modification en intégrant le Hodna et le haut pays de Médéa à l’Algérie occidentale. À l’époque romaine, c’est plus à l’Est que passait la limite entre la Numidie et la Maurétanie Césarienne dont la région orientale devint, sous Dioclétien, la Maurétanie sitifienne. Cette limite entre les deux provinces est assez bien connue. Nous savons par Pline l’Ancien que le cours inférieur de l’Amsaga (Oued el-Kébir) se confondait avec elle. En progressant dans l’intérieur des terres, l’épigraphie permet de suivre le tracé, ainsi Cuicul (Djemila) était en Numidie, alors que les petites villes de Novar et de Mopth, à l’Ouest de l’oued Déhemcha, étaient en Maurétanie. C’était donc l’oued Enjas, puis l’oued Déhemcha, branche méridionale de celui-ci qui servait de frontière. Plus au Sud, Ad Portum (El Eulma) indique par son nom même la proximité de la frontière entre les deux provinces. À 8 km à l’Ouest d’Ad Portum, la Respublica Mediana datait ses épitaphes suivant l’ère maurétanienne et se situait donc en Maurétanie. Au Sud, la limite passait vraisemblablement par le Djebel Braou et gagnait le Hodna en laissant les castella de Perdices et Macri en Maurétanie et en Numidie, les villes de Zaraï et Cellas ainsi que la station de Capsum Juliani.

  • 15 Desanges J., « Les territoires gétules de Juba II », Revue des Etudes anciennes, t. LXVI, 1964, p. (...)

27L’examen de ce tracé appelle quelques remarques, la principale porte sur son caractère artificiel en amont de l’oued Déhemcha-oued Enjas ; à partir d’El Eulma aucune raison n’explique le passage de la limite par un point plutôt que par un autre. Cette imprécision ou plutôt cette absence de repères s’était déjà manifestée à une époque antérieure quand Auguste avait attribué des territoires gétules à Juba II. J. Desanges a montré que ces territoires étaient situés dans la Numidie traditionnelle15. Lors de la constitution des provinces maurétaniennes après l’assassinat de Ptolémée, ces territoires gétules revinrent à la Numidie c’est-à-dire à l’Africa. Ces variations méridionales contrastent avec la rigidité de la frontière dans la partie Nord. En fait cette limite était un héritage historique. Comme le royaume de Juba correspondait à celui de Bocchus le Jeune, on en déduit que cette limite existait déjà au temps de César. Il est même possible, sans trop solliciter des textes trop rares et imprécis que ce fut de l’époque antérieure. Il est difficile de reconstituer les contours du petit royaume de Massinissa II, mais nous savons que la plus grande partie de ce territoire fut accordée à Sittius et qu’elle correspondait à la future « Confédération cirtéenne ». Massinissa II puis son fils Arabion furent les derniers princes massyles. Ces ultimes héritiers du grand Massinissa avaient assisté à la réduction définitive de la « grande Numidie » née de la conquête du pays masaesyle par les Massyles. Bocchus II, roi des Maures, en profita pour porter sa frontière jusqu’à l’Amsaga. Au delà vers l’Est, commençait le territoire traditionnel des Massyles.

28Ainsi si l’Amsaga avait permis de fixer la limite occidentale de la Numidie, c’est parce que antérieurement, il avait déjà servi de frontière au royaume maurétanien de Juba II et auparavant au royaume maure de Bocchus II, et plus tôt encore parce que la Masaesylie, conquise par Massinissa sur Syphax, avait été, à partir de la chute de Jugurtha, progressivement absorbée par le royaume maure des Bocchus.

  • 16 Galand L., « Les alphabets libyques », Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 69-81.

29C’est donc au IIIe siècle av. J.-C que nous voyons, par l’intermédiaire des Massyles et de leurs rivaux Masaesyles, se constituer, d’une manière nécessairement floue, ce partage entre Algérie orientale et Algérie occidentale que les géographes estiment suivre une ligne allant de Cherchel à Biskra mais qui, sur le plan historique à notre avis est matérialisée par le cours inférieur de l’oued el-Kébir (Rhumel, antique Amsaga), l’oued Enjas, et l’oued Déhemcha. Par ailleurs l’examen de la carte des inscriptions libyques nous a révélé que de part et d’autre d’une ligne allant de Sétif à l’embouchure de l’oued el-Kébir, la densité et la qualité (« orientale » ou « occidentale ») des inscriptions changeaient au point que L. Galand16 se déclare prêt à parler d’alphabet numidique et d’alphabet maure. Personnellement, je préfère utiliser les adjectifs massyle et masaesyle.

  • 17 Camps G., « Les Bavares, peuples de Maurétanie césarienne », Revue africaine, t. XCIX, 1955, p. 24 (...)
  • 18 Levi della Vida A., « Inscription latino-punique de Guelaat bou Sba », Oriens antiquus.
  • 19 Ptolémée, IV, 2, 5.
  • 20 CIL, VIII, 8379 et 20216. Nouvelle lecture dans Camps G., « Rex gentium Maurorum et Romanorum. Rec (...)

30La répartition des dolmens en Algérie et Tunisie, nous l’avons vu, confirme les données de la carte des inscriptions. Comme les inscriptions libyques, qui se pressent en Algérie orientale, les dolmens sont concentrés dans des zones privilégiées situées au voisinage de Constantine et en Tunisie centrale. Pour le phénomène mégalithique, comme pour d’autres faits culturel que nous avons cartographiés, le cours de l’oued el-Kébir / oued Enjas agit donc comme une frontière plus ou moins précise mais d’une durée remarquable. Je crois fermement que la solidité de cette frontière à travers les siècles est liée à la permanence de tribus montagnardes puissantes comme les Bavares17 et dans la même région des Babors, celle des Ketama, dont on retrouve sporadiquement la mention jusqu’à l’époque fatimite (Fig. 13). La plus ancienne citation est peut-être une inscription bilingue latino-punique de Guelaat bou-Sba, dans laquelle Levi della Vida croit pouvoir lire l’ethnique Ketam18. Ptolémée situe les Koidamousii sur la rive gauche de l’Amsaga19, la Notice de 484 cite, en Maurétanie sitifienne, un évêché Cedamusensis. Dans la même région, au col de Fdoulès, une inscription chrétienne mentionne un Rex gentis Ucutuma(niorum)20 qui semble bien appartenir à l’époque byzantine. Le fait que le chef de la tribu ait pris le titre de roi montre que le groupe prenait de l’importance et commençait peut-être à fédérer sous son autorité les tribus voisines.

31Cet accroissement de puissance que nous devinons vers le VIe siècle chez les Ucutumani précède le rôle important que, sous le nom de Ketama (ou Kotama), ils jouèrent au IXe siècle sous la conduite d’Abou Abd-Allah. Dans leur repaire des Babors, dans cette bourgade d’Ikjan devenue forteresse du chiisme, Abou Abd-Allah crée une armée fanatique qui s’empare de Mila en 902, puis de Sétif (904), Tobna et Bélezma (905). Dans la même année, en 909, les troupes kétama, toujours sous la conduite d’Abou Abd-Allah, emportent Kairouan, Reqqada, la capitale des Aghlabites, Tahert capitale des Kharedjites, et enfin Sidjilmassa d’où ils ramènent le Mahdi fatimite, Obeïd Allah. De tels combats, suivis après l’exécution d’Abou Abd-Allah d’une sanglante révolte en 911, puis de plusieurs expéditions au Maroc, en Sicile et en Egypte, jusqu’à la conquête définitive du pays sous le calife el Moizz (969), expliquent l’épuisement puis l’extinction de cette tribu sanhadja, et du même coup l’arabisation de la Kabylie orientale. Nous pensons aussi que la disparition des Ketama et l’arabisation de leur pays firent sauter la vieille frontière historique de l’oued el-Kébir/oued Enjas. Aucune donnée géographique perceptible ne permet d’expliquer cette frontière dont il faut rechercher les prémices dans la Préhistoire. Cette limite traverse deux régions naturelles contrastées comme si les données culturelles avaient plus d’importance que les conditions géographiques. Inversement la ligne Cherchel-Biskra qui s’impose aux géographes pour distinguer une Algérie orientale d’une Algérie occidentale, semble n’avoir jamais joué le moindre rôle dans l’Histoire pourtant si tourmentée de cette partie du Maghreb.

Fig. 1. – Répartition des chars rupestes au Sahara et limites de la Berbérophonie au moment de sa plus grande expansion. Le bloc toubou a arrêté la propagation du berbère vers le sud-est. La zone hachurée correspond à la région où les chars sont cités par les auteurs antiques.

Fig. 2 - Répartition des inscriptions libyques en Algérie et Tunisie. Suivant leur grosseur les points représentent respectivement 1 à 5, 6 à 10 et plus de dix inscriptions.

Fig. 3 – Concentration des inscriptions libyques dans l'arrière-pays d'Hippone. Le triangle tracé par S. Lancel délimite la région où devaient se situer, au temps de saint Augustin (début du Ve siècle), les bourgades « punicophones » de Gilva, Mutugenna, Sinithi et Thogonetum.

Fig. 4. – Araire manche-sep du Rif (Maroc), d’après Haudricourt.

Fig. 5 – Zone berbérophones du Maghreb et répartition de l'araire manche-sep.

Fig. 6 – Zone de culture non irriguée et répartition des sépultures protohistoriques renfermant des poteries modelées.

Fig. 7. – Triangles opposés sommés d’appendices et motifs en sablier se retrouvent identiques sur des coquilles d’œuf d’autruche de Villaricos (Espagne) aux IVe - IIIe siècles av. J.-C. et sur un plat de l’Ouarsenis fabriqué en 1950.

Fig. 8 - Principales régions de production actuelle des poteries modelées. Elles sont toutes situées à l'intérieur de l'Afrique romaine délimitée par le limes du IIIe siècle.

Fig. 9 – Le mégalithisme en Afrique du Nord. Nécropoles (cercles pointés), et dolmens isolés ou en petit nombre (points).

Fig. 10 – Carte des haouanet (petits hypogées à flanc de falaise).

Fig. 11 – Frontière entre les provinces de Mauritanie et de Numidie.

Fig. 12 - Répartition des dolmens et nécropoles mégalitiques (entourées d’un cercle) en Algérie orientale ; contraste entre les régions massyle, à l’est, et masesyle à l’ouest.

Fig. 13 - Le bloc paléo-kabyle (Bavares, Quinquegentanei, puis Ketama) et la frontière numido-maurétanienne

Discussion

32Intervention de M. Duval :

33M. Duval rappelle, à propos de plusieurs cartes de M. Camps, combien, dans d’autres époques aussi, la frontière Maurétanie sitifienne-Numidie est ambiguë (pour reprendre l’expression de X. Dupuis) ou relative : en fait une vie commune de Djémila et Sétif est presque plus naturelle que le rattachement de Cuicul à la Numidie cirtéenne.

34Il note l’importance méconnue de la céramique peinte (avec des motifs cependant assez différents de ceux de la céramique « berbère », mais le même jeu de couleurs) au Maghreb à la fin de la période byzantine et au début de la période islamique (elle est en outre parallèle – et souvent voisine pour les formes et les motifs – à la céramique « copte », aux « Jerash bowls » et à la céramique « omeyyade » du Moyen-Orient).

35Quant à la représentation des « chars éclatés » vus de face avec les roues projetées sur le même plan, il signale que la même convention existe dans l’art romano-byzantin (par exemple : la mosaïque des quatre chevaux de Carthage, les bases du cocher Porphyrios à Constantinople, etc).

Notes

1 Camps G., « Une frontière inexpliquée : la limite de la Berbérie orientale de la Préhistoire au Moyen Âge », Maghreb et Sahara. Etudes offertes à Jean Despois, 1973, Paris, p. 59-67.

2 Camps G., « Les chars sahariens. Images d’une société aristocratique », Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 11-40. Id., « Chars protohistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Engins de guerre ou véhicule de prestige ? », IVe Colloque intern. d'Hist. et d’Archéol. de l’Afrique du Nord, 1991, p. 267-288. Lhote H., Les chars rupestres sahariens, Toulouse, 1982 défend l’hypothèse de chars de guerre, tandis que Spruytte J., Attelages antiques libyens, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1996, pense qu’il s’agit de véhicule de dressage.

3 Camps G., « Punica lingua et épigraphie libyque dans la Numidie d’Hippone », Bulletin archéol. du CTHS, Afrique du Nord, 23, 1990-1992, p. 33-49.

4 Galand L., « Les alphabets libyques », Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 69-81.

5 Galand L., op. l. Ghaki M., « Une nouvelle inscription libyque à Sicca Veneria. Libyque oriental et libyque occidental », REPPAL, II, 1986, p. 315-320.

6 Ghaki Μ., op. l.

7 Courtois C., « Saint Augustin et le problème de la survivance du Punique », Revue africaine, t. XCIV, 1950, p. 259-282.

8 Camps G., « Punica lingua et épigraphie libyque... », Bull. archéol. du CTHS, 23, 1990-1992, p. 33-49.

9 La charrue et l’araire ont donné lieu à de très nombreuses études et hypothèses. En ce qui concerne l’Afrique du Nord, en plus des ouvages de synthèse, dont le plus riche reste celui de Haudricourt G. et Jean-Brunhes Delamare M., La charrue à travers le Monde, Paris, Payot, 1955, on se reportera à Laoust E., « Le nom de la charrue et de ses accessoires chez les Berbères », Archives berbères, 1918, repris dans Mots et choses berbères, p. 275-301 et Basset H., « Les influences puniques chez les Berbères », Revue africaine, t. LXII, 1921, p. 340-374.

10 Haudricourt G. et Jean-Brunhes Delamare Μ., op. l.

11 Parmi les études concernant la poterie modelée peinte de l’Afrique du Nord on retiendra Randall Maciver D. et Wilkin, Libyan Notes, Londres, 1901, p. 38-42 et 54-57 ; Randall Maciver D., « On a rare fabric of kabyle pottery », The Journal of anthropological institute of Great Britain and Ireland, t. 32, 1902, p. 245-247 ; Myres J. L., « Notes on the history of the kabyle pottery », Ibid., p. 240-262 ; Van Gennep A., « Etudes d’ethnographie algérienne », Revue d’Ethnographie et de Sociologie, 1911 ; Id., « Recherches sur les poteries peintes de l’Afrique du Nord », Harward african studies, t. 2, 1916, p. 235-297. Dans les dernières décennies la poterie modelée peinte du Maghreb a suscité l’intérêt de Gobert E.-G., « Les poteries modelées du paysan tunisien », Revue tunisienne, 1940, p. 119-193 ; Balfet H., Les Poteries modelées d’Algérie dans les collections du Musée du Bardo, Alger, 1957 ; Camps G., « Recherches sur l’Antiquité de la céramique modelée et peinte en Afrique du Nord », Libyca, t. III, 1957, p. 334-343 ; Id., Aux origines de la Berbérie, Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, 1961, p. 230-416 ; et Fayolle V., La poterie modelée du Maghreb oriental, des origines au XXe siècle, Paris, CNRS, 1992.

12 Gobert E.-G., « Les poteries modelées du paysan tunisien », Revue tunisienne, 1940, 119-193.

13 Camps G., Monuments et rites funéraires..., p. 343-490 ; Fayolle V., La poterie modelée... ; Ben Younes H., « La Nécropole punique d’El Hkayma », REPPAL, II, 1986, p. 30-272.

14 Despois J. et Raynal R., Géographie de l’Afrique du Nord-Ouest, Paris, Payot, 1967.

15 Desanges J., « Les territoires gétules de Juba II », Revue des Etudes anciennes, t. LXVI, 1964, p. 33-47. Id., « Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle », Antiquités africaines, t. 15, 1980, p. 77-89.

16 Galand L., « Les alphabets libyques », Antiquités africaines, t. 25, 1989, p. 69-81.

17 Camps G., « Les Bavares, peuples de Maurétanie césarienne », Revue africaine, t. XCIX, 1955, p. 241-288.

18 Levi della Vida A., « Inscription latino-punique de Guelaat bou Sba », Oriens antiquus.

19 Ptolémée, IV, 2, 5.

20 CIL, VIII, 8379 et 20216. Nouvelle lecture dans Camps G., « Rex gentium Maurorum et Romanorum. Recherches sur les royaumes de Maurétanie des VIe et VIIe siècles », Antiquités africaines, t. 20, 1983, p. 183-218.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Répartition des chars rupestes au Sahara et limites de la Berbérophonie au moment de sa plus grande expansion. Le bloc toubou a arrêté la propagation du berbère vers le sud-est. La zone hachurée correspond à la région où les chars sont cités par les auteurs antiques.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 2 - Répartition des inscriptions libyques en Algérie et Tunisie. Suivant leur grosseur les points représentent respectivement 1 à 5, 6 à 10 et plus de dix inscriptions.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 3 – Concentration des inscriptions libyques dans l'arrière-pays d'Hippone. Le triangle tracé par S. Lancel délimite la région où devaient se situer, au temps de saint Augustin (début du Ve siècle), les bourgades « punicophones » de Gilva, Mutugenna, Sinithi et Thogonetum.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 4. – Araire manche-sep du Rif (Maroc), d’après Haudricourt.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 5 – Zone berbérophones du Maghreb et répartition de l'araire manche-sep.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 6 – Zone de culture non irriguée et répartition des sépultures protohistoriques renfermant des poteries modelées.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 7. – Triangles opposés sommés d’appendices et motifs en sablier se retrouvent identiques sur des coquilles d’œuf d’autruche de Villaricos (Espagne) aux IVe - IIIe siècles av. J.-C. et sur un plat de l’Ouarsenis fabriqué en 1950.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Fig. 8 - Principales régions de production actuelle des poteries modelées. Elles sont toutes situées à l'intérieur de l'Afrique romaine délimitée par le limes du IIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 9 – Le mégalithisme en Afrique du Nord. Nécropoles (cercles pointés), et dolmens isolés ou en petit nombre (points).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 10 – Carte des haouanet (petits hypogées à flanc de falaise).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 11 – Frontière entre les provinces de Mauritanie et de Numidie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 12 - Répartition des dolmens et nécropoles mégalitiques (entourées d’un cercle) en Algérie orientale ; contraste entre les régions massyle, à l’est, et masesyle à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 13 - Le bloc paléo-kabyle (Bavares, Quinquegentanei, puis Ketama) et la frontière numido-maurétanienne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22643/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540