Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

Réflexions sur l’organisation de l’espace selon la latitude dans l’Afrique du Nord antique

Jehan Desanges

Texte intégral

  • 1 E. F. Gautier, Le passé de l'Afrique du Nord, Paris, 1952, p. 11.
  • 2 H. Isnard, Le Maghreb, Paris, 19844, p. 7.
  • 3 St. Gsell, HAAN, V, p. 81.

1On l’a depuis longtemps observé, l’ensemble géographique que nous appelons Afrique du Nord, manque d’équilibre spatial. Long et étroit, il est bordé au sud par le désert. E.-F. Gautier1 caractérisait sa surface cultivable comme « un immense ruban long de 3 000 km et large à peine de 150 km ». H. Isnard2, sur le modèle des schémas d’Hérodote ou de Strabon, stylise son système montagneux sous la forme d’un parallélogramme qui s’étire du sud-ouest au nord-est. Mais déjà St. Gsell3 affirmait : « La Berbérie est à la fois trop longue et trop étroite pour qu’une domination unique puisse se maintenir depuis l’océan jusqu’aux Syrtes. La bande se fractionne en plusieurs tronçons, la nature imposant des coupures, dont la place est déterminée par les luttes et les accords des hommes. »

  • 4 Strab., XVII, 3, 7 (C828).
  • 5 J. Despois, « La bordure saharienne de l’Algérie orientale », RevAf LXXXVI, 1942, p. 197-219.
  • 6 Pline l’Ancien, V, 35-37, cf. notre commentaire dans Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre V, (...)

2Des massifs d’accès difficile, l’absence presque totale de rivières navigables sur une distance importante, la direction générale des chaînes de montagne ne facilitent pas les communications entre le littoral et son hinterland proche ou lointain. En revanche, sur certains itinéraires les relations longitudinales à longue distance sont relativement aisées pour des peuples de cavaliers. Nous ne pensons pas à la voie littorale, souvent étroite et accidentée, mais, par exemple, à la « route des chotts », de l’Atlas marocain à Constantine (antique Cirta), qu’au dire de Strabon4, suivant des sources sensiblement antérieures, fréquentaient les Pharusiens, lesquels, en revanche, ne se mêlaient guère aux Maures situés plus au nord. On songera aussi à la possibilité de déplacements rapides offerte par les steppes qui s’étendent au sud du djebel Onk, des Nemencha et de l’Aurès. C’est une voie naturelle5 qui joua un rôle appréciable dans la guerre de mouvement qu’on est conduit à reconstituer entre Cornélius Balbus et les Gétules, d’après l’analyse de la liste des localités conquises mentionnée par Pline l’Ancien6.

3Certes, aux deux extrémités du Maghreb, on échappe quelque peu à ce schéma. Dans l’extrême ouest, face à l’Atlantique, s’ouvrent de larges plaines côtières arrosées par des cours d’eau mieux alimentés. Mais au sud de l’oued Bou Regreg, le pays des Zaërs, avec ses accidents de terrain, sépare en réalité en deux cet ensemble, d’où l’opposition du pays de Fès, qui communique facilement avec celui de Tlemcen au delà de la trouée de Taza par le Trik es-Soltan, et celui de Marrakech. À l’autre extrémité, la Dorsale tunisienne sépare le pays de Carthage, l’antique Karkhédonie, du Sahel de Sousse ou Byzacium. Mais ce fut là très tôt le domaine d’implantation des Phénico-puniques, en tout cas bien avant que les royaumes indigènes n’entrent dans l’histoire.

  • 7 Hdt, II, 32 ; IV, 181.
  • 8 Strab., III, 4, 3 (Cl51) ; XVII, 3, 8 (C829).
  • 9 Id., II, 2, 3 (C95) ; II, 5, 37 (C133).

4La division naturelle de l’Afrique en bandes latitudinales n’a pas échappé, dès la haute époque, aux Anciens. On sait qu’Hérodote7 distinguait déjà du nord au sud la zone côtière, celle des bêtes sauvages et le bourrelet de sable bordant au nord le désert, avec son peuplement sporadique, soit trois zones à peu près parallèles. À la fin du IIe siècle avant notre ère, Artémidore8, influencé peut-être par l’exocéanisme, étirait les Lotophages et leur lotos depuis l’océan Atlantique, aux confins des Éthiopiens Hesperii, jusqu’à la Cyrénaïque intérieure. Peu après, Poseidonios9 étendait à travers l’œcoumène la « zone du silphium », « complètement desséchée et couverte de sable », que les Grecs avaient pu observer en Cyrénaïque. Quels que fussent les excès de la théorie, on était conscient que le long ruban de l’Afrique Mineure habitable se divise selon le relief en bandes grossièrement latitudinales. Or royaumes libyques et provinces romaines se succèdent au contraire de l’est à l’ouest, selon des lignes de clivage qui courent approximativement du nord au sud. Cette opposition, d’apparence éclatante, entre divisions géographiques et divisions politiques ne saurait-elle être relativisée et par là même dépouillée de son aspect paradoxal ?

5Tout d’abord, il est patent qu’à l’époque hellénistique se distingue du reste de l’Afrique une zone côtière, ou peut-être plus exactement portuaire, qui est presque tout entière, et en nombre de points depuis très longtemps, sous influence phénico-punique (cités libyphéniciennes et métagonites). Cette zone a pris une grande avance dans le rythme des échanges et le procès d’urbanisation. En contrepoint, l’hinterland, à partir du IIIe siècle avant notre ère au moins, s’est organisé en royaumes issus de conglomérats de tribus libyennes, plus ou moins instables, à l’exception de l’extrémité orientale, qui est le domaine de Carthage. Bien entendu, cette opposition doit être nuancée. Les royaumes ne se sont pas désintéressés des ports, depuis l’époque où nous les appréhendons : Siga ne fut-elle pas une des villes royales de Syphax ? Et, Carthage détruite, Rome et les royaumes se sont partagé la zone côtière, même si les cités du littoral ont en général conservé une large autonomie.

  • 10 Florus, II, 31. C’est sans doute des abords de la Syrte que venaient les rameurs et soldats de mar (...)
  • 11 A. Luisi, Popoli dell'Africa mediterranea in età romana, Bari, 1994 (= Quad. di « Invigilata Lucer (...)
  • 12 St. Gsell, Hérodote, Alger, 1915, p. 167-168. Le grec Nomades n’a été réservé qu’assez tardivement (...)
  • 13 Strab., II, 5, 33 (C131), d’après Poseidonios, et XVII, 3, 15 (C833) : c’est Massinissa qui aurait (...)
  • 14 G. Camps, Massinissa ou les débuts de l'histoire (= Libyca, Arch. Epigr., VIII), 1960, p. 74.
  • 15 Table de Peutinger, IV, 4-5 – V, 1 : la Gétulie est bordée par une ligne Ad aquas Ca(e)saris Theue (...)

6Au delà vers le sud, et touchant à la fois à la Méditerranée, aux abords des Syrtes10, et à l’Atlantique, à partir de Sala (Le Chellah près de Rabat), s’étend l’immense Gétulie. On ne peut assurément pas distinguer les Gétules des Numides et des Maures par des caractères somatiques. Il est arbitraire de leur prêter, comme l’a fait récemment un érudit11, « une conscience d’unité raciale ». Mais ce n’est sans doute pas non plus un mode de vie comme le nomadisme qui peut les définir. En effet, même s’il faut admettre qu’une sorte de jeu de mots grec a puissamment contribué à imposer aux Numides l’image du nomade12, il demeure que ces derniers pendant longtemps ne semblent guère avoir été plus sédentaires que les Gétules13. Inversement, il n’est pas du tout exclu que des Gétules aient pratiqué l’agriculture. Les « quadrillages » du douar Tazbent, à l’ouest de Tebessa, antérieurs à l’époque romaine, sont constitués de murs frustes, à l’effet de ralentir l’écoulement des eaux et de protéger le sol arable. Selon l’expression de G. Camps14, il s’agit d’un « système agraire et hydraulique cohérent ». Or plus qu’en pays numide, nous sommes là en pays gétule, à en croire la Table de Peutinger15.

  • 16 C’est la position de St. Gsell, HAAN, V, p. 110. Diod., III, 49, 2, oppose, en Libye, les agricult (...)
  • 17 Polybe dans Plin., V, 9, s’il ne s’agit pas plutôt d’Agrippa.
  • 18 St. de Byz., Ethn, s. u., éd. Meineke, p. 195 ; Eustathe, Comm. à Denys Periégèse, 215.
  • 19 Sall., Iug., LXXX, 1-2 ; cf. XCVII, 4.
  • 20 Id., ibid., CIII, 4.
  • 21 B. Afr., LVI, 3.
  • 22 Ibid., XXXV, 4.
  • 23 Ibid., LVI, 3.
  • 24 El., N.A., VII, 23. Si l’on en croit Élien, il fallut toute une année à Juba I pour venir à bout d (...)
  • 25 Cassius Dio, LV, 28, 3-4. Des monnaies de Juba II commémorent les succès royaux, cf. M. Coltelloni (...)
  • 26 Tac., Ann., IV, 24-26.
  • 27 Cassius Dio, LIX, 25, 1.

7Pour l’historien, la façon la plus pragmatique de définir les Gétules est de les considérer comme l’ensemble des tribus qui ont limité vers le sud l’organisation en royaumes16. Nous n’entendons pas parler d’eux avant Polybe17 sans doute, et en tout cas Artémidore18. Jugurtha eut beaucoup de mal à leur enseigner les rudiments de la discipline militaire, alors même que, selon Salluste19, « ils ignoraient encore jusqu’au nom des Romains ». Mais beaucoup intervenaient dans le conflit pour leur propre compte, comme ces « brigands gétules » qui attaquèrent les envoyés de Bocchus20. D’autres encore se rallièrent à Marius et reçurent de lui terres et domaines21. Une grande partie des Gétules se considéraient comme des clients de Marius22, détestaient Hiempsal, à qui Sylla les avait livrés23, et Juba I, contre lequel ils s’étaient révoltés24 bien avant la campagne césarienne d’Afrique, qui les vit embrasser peu à peu le parti du dictateur. Leur résistance ne faiblit pas contre Juba II25. Mais les temps avaient changé. Il ne leur était plus possible de jouer des divisions du monde politique romain entre populares et optimales, et l’unique monarque subsistant alors, le roi de Maurétanie, jouissait de la confiance de Rome. La mort de Tacfarinas, vaincu par l’action combinée des Maures de Ptolémée et du proconsul, en 24 de notre ère26, mit fin à toute velléité de politique indépendante. Mais ce fut bientôt aussi, avec le meurtre de Ptolémée sur l’ordre de Caligula, en 4027, la fin du dernier royaume indigène.

8Le clivage selon la latitude nous semble donc s’établir ici entre l’Afrique qui s’est organisée en royaumes et celle qui y répugne, alors qu’il oppose dans une assez large mesure, plus au nord, l’Afrique des cités maritimes de tradition phénico-punique et l’Afrique des royaumes.

  • 28 Sall., Iug, CIII, 4, avec notre commentaire : « Utica, Tucca et la Cirta de Salluste », Mélanges R (...)
  • 29 B. Afr., XXV, 2.
  • 30 Table de Peutinger, segm. IV, 2.
  • 31 Apul., Αροl., 24, 1.
  • 32 Table de Peutinger, segm. IV, 5-V, 1.
  • 33 Ils font probablement partie des Gétules voisins des Syrtes, mentionnés par Florus, II, 31, comme (...)
  • 34 Table de Peutinger, segm. VII, 2.
  • 35 Ibid., segm. III, 4.
  • 36 Aug., Psalm., CXLVIII, 10, dans CChr.SL, XL, Turnhout, 1956, p. 2172-2173.
  • 37 Vict. Vit., Hist. Pers., I, 13, dans MGH.AA, III/l, p. 4.
  • 38 Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 174 : « Dans cette liste se juxtaposent (...)

9Il est difficile de tracer avec quelque précision la limite septentrionale de la Gétulie, qui, au surplus, a dû fluctuer du Ier siècle avant notre ère à l’époque vandale. C’est dans la partie orientale de l’Afrique Mineure que cette limite peut être le mieux évaluée. Du temps de Marius28, puis de César29, les Gétules n’étaient pas éloignés de Cirta, sans doute dans la direction du sud. Gadiaufala (Ksar Sbahi), selon la Table de Peutinger30, et Madaure (Mdaourouch), selon Apulée31, sont à la limite de la Gétulie ; ensuite, à en croire le témoignage de la Table32, cette limite passe par Ad aquas Ca(e)saris (Youks), puis un peu à l’ouest de Theueste (Tebessa) et un peu à l’est de Thelepte (Medinet el-Kdima), pour englober enfin Capsa (Gafsa). Mais les Cinithi de Gightis (Bou Ghara) semblent bien avoir été des Gétules33, et des Gétules sont signalés par la Table34 au sud de l’origine d’un oued qui parvient à la mer face à l’île de Djerba (Bagigetuli, ou « Gétules errants »). Il est vraisemblable qu’au cours des siècles, la Gétulie s’est rétractée vers le sud, et la Table de Peutinger35 paraît en exclure Thamugadi (Timgad) et Lambèse. Mais quand Augustin36 oppose la sécheresse de la Gétulie aux pluies d’Hippone, où il réside, il est probable que, dans son esprit, la Gétulie est le pays des Hauts-Plateaux, au nord de l’Aurès et des monts des Nemencha. C’est aussi là, pensons-nous, qu’il faut situer la « province » de Gétulie que Geiséric choisit, en 442, de se réserver, avec la Byzacène, l’Abaritana et une partie de la Numidie (celle qui n’était pas restée romaine), abandonnant la Zeugitane à son armée37. Bien entendu, il faut concéder à Chr. Courtois38 que le terme de prouincia est ici vague, assez conforme à son sens premier de « ressort », aussi ambigu, en somme, que notre mot « département ».

  • 39 Dim. prou., 25, GLM, p. 13 ; Diu. orb. terr., 26, ibid., p. 19.
  • 40 Cassius Dio, LUI, 26, 2.
  • 41 J. Desanges, « Les territoires gétules de Juba II », REA, LXVI, 1964, p. 33-47.
  • 42 Ptol., Géogr., IV, 2, 7, éd. Millier, p. 611-612.
  • 43 Id., ibid., p. 612.
  • 44 Proc., B.V, II, 19, 22, et 20, 1.
  • 45 Plin., XXI, 77.
  • 46 Diosc., II, 66.

10La Gétulie, nous l’avons dit, se prolongeait plus à l’ouest jusqu’à l’Atlantique. On constate même que des textes inspirés des Commentaires d’Agrippa, la Dimensuratio prouinciarum et la Diuisio orbis terrarum, la groupent avec la Maurétanie39, sans doute parce que, d’après Dion Cassius40, Juba II en avait reçu une partie, en plus des États de Bogud et de Bocchus. Nous avons tenté41 d’expliquer certaines anomalies constatées dans la description de la Maurétanie par le géographe Ptolémée42, en proposant l’hypothèse que Juba s’était vu octroyer des terres gétules situées bien au sud du territoire cirtéen, puisqu’elles se seraient étendues de Zarai (Zraia) à Thabudeos (Thouda), en passant par Tubunae (Tobna), avec peut-être un empiétement sur l’Aurès (Toumarra de Ptolémée43 = Toumar de Procope44). En tout cas, l’expression « Gétulie de Maurétanie Césarienne » est attestée chez Pline l’Ancien45, tout comme chez Dioscoride46 l’expression « Gétulie de Maurousie ».

  • 47 Plin., V, 5 et 9. Cf. A327. Autolatae/Autololes/Autoteles, Encycl. berbère, VIII, Aix-en-Provence, (...)
  • 48 Philstr., V.Ap., V, 1.
  • 49 Plin., VI, 201.
  • 50 Id., VI, 203.
  • 51 Id., V, 16 et XXV, 77.
  • 52 Diosc., III, 82.
  • 53 Plin., XXVII, 2.

11Plus loin vers l’ouest, dans la Maurétanie océanique, Juba II paraît avoir contrôlé, de plus ou moins près, une Gétulie qui commence, avec les Gétules Autololes47, au sud de Sala (Le Chellah, près de Rabat). « À partir du Salex [notre Bou Regreg], affirmera au IIe siècle de notre ère Philostrate48, la Libye est déserte et on n’y trouve plus d’hommes » ! Le roi érudit repéra les îlots de Mogador et y installa des fabriques de pourpre49 ; il développa entre ces îlots et l’archipel des Canaries des liaisons maritimes50 ; enfin il s’intéressa beaucoup au massif de l’Atlas, et d’autant plus qu’il s’enthousiasmait pour les propriétés de l’euphorbe, plante atlasienne ainsi appelée du nom de son médecin personnel, frère de celui d’Auguste51.Il consacra à ses propriétés bénéfiques un traité entier : recueillie par des Gétules (Dioscoride la situe dans l’Autololia52, ou territoire des Autololes, mot hapax à notre connaissance), elle poussait, selon Pline53, dans l’Atlas, « à l’endroit même où s’arrête la nature ».

  • 54 M. Euzennat, Le « limes » de Tingitane. La frontière méridionale, Paris, 1989, p. 128-153.
  • 55 Plin., V, 12.
  • 56 Id., V, 17. En XXI, 17, les Gétules sont à nouveau évoqués aux confins des Masaesyles.

12Il se peut que le fossé qui part de l’océan à 7,5 km au sud-ouest de l’estuaire du Bou Regreg, la Seguia Faraoun, matérialise la limite entre le territoire de Sala et la Gétulie située hors de la province romaine au sens strictement administratif54. Mais il est bien évident, comme Pline55 le souligne avec quelque amertume, que le pays situé au delà des limites de la province romaine était fréquenté par nombre de négociants ou d’aventuriers, qui prospectaient « les forêts pour en tirer l’ivoire et le thuya et tous les rochers de Gétulie pour les murex et les pourpres ». Dans l’intérieur de la Maurousie occidentale, d’après le même Pline56, les Gétules avaient progressé au détriment des Maurusii et des Masaesyles, considérés comme des tribus relativement restreintes, épuisées par les guerres. Cette remarque pourrait découler de sources sensiblement antérieures. Mais il demeure, en tout cas, intéressant que Maures et Masaesyles symbolisent par leur nom même les royaumes libyques qui se sont constitués autour de leurs tribus. La dépense d’énergie guerrière indispensable pour maintenir en vigueur ces fragiles structures les aurait donc peu à peu anémiés.

  • 57 Strab., XVII, 3, 2 (C826).
  • 58 Nomina prouinciarum omnium (Liste de Vérone), 12, GLM. p. 128 : Numidia miliciana.

13C’est sur cet ensemble latitudinal presque inorganisé, étendu de l’Atlantique aux Syrtes et recouvrant les Hauts-Plateaux algériens, qu’a mordu l’expansion romaine sous le Haut-Empire. Faut-il rappeler que celle-ci a été très progressive et que les limites entre territoire civil et territoire militaire à l’intérieur de l’Afrique romaine ont été nécessairement évolutives, de Caligula à Septime Sévère ? La IIIe légion a, au cours de cette longue période, accompli des missions sur un territoire immense : nous en avons des témoignages depuis Agueneb, à la lisière nord-occidentale du djebel Amour, jusqu’à Bou Njem, en passant par Dimmidi et Cidamis (Ghadamès). Il fallait une organisation souple, soustraite à un trop strict compartimentage administratif, capable même de développer comme des pseudopodes, pour contrôler les Gétules, le plus grand des peuples de Libye, selon Strabon57, qui les situait à partir des montagnes qui courent depuis les Kôteis (la région de Tanger) jusqu’aux Syrtes. À l’omniprésence et à l’instabilité des Gétules, Rome ne pouvait répondre, du moins dans un premier temps, que par la mise en place d’une ample région militaire. Au reste, à partir de Septime Sévère, la constitution d’une province de Numidie, pouvoirs civils et militaires confondus, laissa subsister un certain contraste entre le territoire de la Confédération cirtéenne et les « territoires du sud », puisque la Tétrarchie ressuscita, de façon il est vrai éphémère, une Numidia militiana58 à côté d’une Numidia Cirtensis.

  • 59 Vict. Vit., Hist. Pers., I, 13, dans MGH.AA, III/l, p. 4.
  • 60 Liber Promissionum, III, 45, éd. R. Braun, dans CChr.SL, LX, Turnhout, 1976, p. 186.
  • 61 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », Byzantium (...)
  • 62 Proc., De Aed., VI, 7, 6.
  • 63 Cf. supra n. 60.
  • 64 Arnobe, Adu. nat., I, 16 ; cf. J. Desanges, « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », L’Afrique (...)
  • 65 Mais rien ne prouve que tous les latinophones avaient conscience du caractère indéclinable du mot, (...)
  • 66 J. Desanges, « Le “uicus Abaris” et l’“Abaritana prouincia” », BCTH, n. s., 18 B, 1982, p. 87-94. (...)
  • 67 CIL, VI, 1690 ; VIII, 15832 ; 24521 ; ILAlg, I, 1286.

14Au début de l’époque vandale, en 442, non seulement, comme nous l’avons déjà signalé, la Numidie est distinguée de la Gétulie, mais on en distingue aussi59 une mystérieuse Abaritana, liée plus étroitement, semble-t-il, à la Gaetulia (en effet, chez Victor de Vita, une conjonction de coordination particulière unit ces deux termes à l’intérieur de l’énumération). Un autre témoignage de la même époque, celui de l’auteur du Liber Promissionum, sans doute Quoduultdeus de Carthage, atteste60 également une Auaritana prouincia. Nous avons jadis émis l’hypothèse61 que cette « province » recouvrait en fait l’Aurès, occupé dès leur arrivée par les Vandales, d’après Procope62. Il s’agit en tout cas d’une région encore fortement païenne63 et probablement très sèche64, qui ne saurait se confondre avec la Byzacène, mentionnée par le même accord de partage. L’occurrence d’un uicus Abaris (toponyme indéclinable65) dans une inscription de Timgad66 conforte notre hypothèse. Nous aurions là – même si prouincia n’a sans doute pas un sens plus précis que quand ce terme, dans des inscriptions, qualifie parfois la Numidie d’Hippone67 – une organisation de l’espace en bandes latitudinales, superposant à la Numidie un ensemble dissociable Gaetulia-Auaritana, la Gétulie pouvant d’ailleurs s’étendre à nouveau au sud du massif aurasien.

  • 68 Ptol., Géogr., IV, 3, 2, p. 621, et IV, 3, 3, p. 628.
  • 69 J. Desanges, « Étendue et importance du Byzacium avant la création, sous Dioclétien, de la provinc (...)
  • 70 S. Lancel, « Originalité de la province ecclésiastique de Byzacène aux IVe et Ve siècles », CTun, (...)
  • 71 St. de Byz., Ethn., s. u. Buzantes, éd. Meineke, p. 189.
  • 72 Corip., loh., VI, 49 ; cf. Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, Paris, 1896, p. 472. Le premier dux sié (...)

15Faut-il voir une exception à la répartition longitudinale des royaumes libyco-berbères de l’époque hellénistique, puis des provinces romaines du Haut-Empire, dans le découpage de l’Afrique Proconsulaire auquel a procédé la Tétrarchie, sans doute en 303 de notre ère, avec la création de trois entités provinciales plus réduites, étagées en gros du nord au sud, à savoir la Zeugitane, la Byzacène et la Tripolitaine (cette dernière étant, plus exactement, disposée en une équerre dont le côté le plus long tend, en gros, vers l’Orient) ? Nous ne le croyons pas. En effet, le décrochement du littoral de l’Afrique Mineure vers le sud, à partir du cap Bon jusqu’au golfe de Gabès, a été très sous-estimé par les Anciens. Ainsi pour Ptolémée68, entre des points correspondant au cap Bon et à Tripoli, le décalage en longitude est de 6° 30’, en latitude de 1° 50’seulement, trois fois et demie moindre en latitude qu’en longitude, alors qu’il est à peu près le double. En réalité, le découpage des nouvelles provinces s’est fait, en gros, perpendiculairement au littoral. Et dans le cadre de celles-ci on retrouve l’opposition habituelle entre la partie côtière et l’hinterland profond. Nous avons montré jadis69 d’une facon générale – et S. Lancel70 l’a fait aussi dans le cadre de la province ecclésiastique – que la Byzacène intérieure, de tradition numide, contrastait à bien des égards avec l’ancien Byzacium littoral, de tradition libyphénicienne. Mais nous ne faisions là que rejoindre Stéphane de Byzance71, quand il distingue, pour l’époque punique semble-t-il, deux parties dans la Buzakia et deux sortes de Buzakeni ou habitants de ces ensembles. Il est piquant de constater que sous Justinien, en 546 de notre ère, la défense de la Byzacène fut divisée entre deux duces, dont l’un devait veiller plus particulièrement sur le littoral et l’autre sur les régions intérieures72.

  • 73 Cf. mon article A284. Arzuges, Encycl. berbère, VI, Aix-en-Provence, 1989, p. 950-952.
  • 74 Lettre faisant part de la condamnation de Pélage, PL, XX, col. 1009.
  • 75 Oros., Adu. pag., I, 2, 90.
  • 76 Gesta, I, 207, éd. S. Lancel, SC, 195, p. 894 et 896.
  • 77 Ibn cAbd al-Hakam, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, éd. A. Gateau, Alger, 1948, p. 6 (...)
  • 78 Rav., III, 9, éd. M. Pinder et G. Parthey, p. 159.
  • 79 P. Trousset, « Reconnaissances archéologiques sur la frontière saharienne de l'Empire romain dans (...)
  • 80 Plin., V, 35.
  • 81 Ptol., Tétrab., II, 3, 69 et 71 ; Géogr., IV, 7, 10, p. 785.

16Aux confins de la Byzacène, de la Tripolitaine et de la Numidie, s’étendait l’Arzugis73, un pays énigmatique, mentionné surtout par des documents ecclésiastiques, par Augustin et par Orose. L’un de ces documents74 évoque même une prouincia Byzacena et Arzugitana, ce qui lie l’Arzugis à la Byzacène, alors que, chez Orose75, les Arzuges sont plutôt rattachés à la Tripolitaine. En fait, l’Arzugis semble s’être étendue principalement autour de Tozeur et de Nefta, au nord-ouest du Chott Djerid76, dans la région que les géographes arabes ont appelée Qast’îliya77. Cette région fort isolée est qualifiée de Gétulie par le Géographe de Ravenne78, qui groupe en cette occasion Thursurum (Tozeur) avec Speculum (Chebika), Turres (Tamerza) et Tices (Hr Ragoubet, ou plutôt Kriz79 ?). Quelle que fût sa superficie, qu’Orose semble étendre abusivement à toute la Tripolitaine, l’Arzugie n’est qu’une portion de la longue bande territoriale gétule, tout comme la Phazanie évoquée par Pline l’Ancien80 et par Ptolémée81, qui, centrée sur Cidamis (Ghadamès), s’étirait peut-être jusqu’aux Matmata le long du Trik rhadamsi. Elle se situait donc « au-dessus de la Petite Syrte tournée vers les solitudes de l’Afrique », comme le dit Pline.

  • 82 Hom., Od., I, 22-24, abondamment commenté par Strab., I, 2, 24-28 (C 30-35) et II, 3, 7-8 (C 103).
  • 83 Cf. J. Desanges, « Diodore de Sicile et les Éthiopiens d’Occident », CRAI, 1993, p. 525-537.
  • 84 Périple du pseudo-Scylax, 112, GGM, I, p. 94-95.
  • 85 R. Lonis, « Les Éthiopiens du Pseudo-Scylax : mythe ou réalité géographique ? », Rev. fr. d’hist. (...)
  • 86 Strab., Il, 3, 4 (C 100).
  • 87 Id., XVII, 3, 5 (C 827).
  • 88 Ath., Deipn., II, 62 (62c).
  • 89 Méla, III, 96-100 ; Plin., V, 10 ; Ptol., Géogr., IV, 6, 5, p. 743-744.

17Beaucoup plus au sud, mais sans quitter l’Afrique Mineure, il resterait encore à évoquer brièvement l’Éthiopie, ultime bande latitudinale, puisqu’on enseignait depuis Homère82 que les Éthiopiens ou « Faces-brûlées », à la lisière méridionale de l’œcoumène, se divisent en deux, les Orientaux et les Occidentaux. Si les Éthiopiens d’Occident furent d’abord les Nilotiques83, on prit l’habitude, dès le IVe siècle avant notre ère au moins, de les situer au sud de la Maurousie atlantique. Ainsi fait le pseudo-Scylax84 en les campant face à Cerné, quitte à leur attribuer quelques caractéristiques des Éthiopiens nilotiques85. Vers 110 av. J.-C., Eudoxe de Cyzique86 rencontra, en longeant le littoral, des Éthiopiens limitrophes du royaume de Bogos (Bocchus Ier). Nous savons aussi par Strabon87 qu’un Bogos, qui cette fois est plutôt Bogud, fit campagne contre les Éthiopiens Occidentaux. Un recoupement avec Athénée88 nous permet d’apprendre que les asperges géantes qui poussaient dans leur pays, croissaient non loin de l’océan, dans une région montagneuse proche de la Gétulie. Il ne peut dès lors s’agir que des pentes du Haut Atlas ou de l’Anti-Atlas peu éloignées de l’océan. D’autres textes antiques89 laissent entrevoir que ces Éthiopiens habitaient les rives de l’oued Noun ou du Draa inférieur.

  • 90 St. Gsell, HAAN, I, p. 295-298.
  • 91 J. Desanges, « Le peuplement éthiopien à la lisière méridionale de l’Afrique du Nord d’après les t (...)
  • 92 Ptol. Géogr., IV, 6, 5, p. 742-743.
  • 93 Id., ibid., IV, 6, 6, p. 745.
  • 94 Plin., V, 9-10.
  • 95 Amm., XXIX, 5, 34 et 37 ; Claud., IV cons Hon., 34-35.
  • 96 Sall., Iug., XIX, 6.
  • 97 Plin., V, 30.
  • 98 G. Ch. Picard, Castellum Dimmidi, Alger-Paris, 1947, p. 22-31.

18Après St. Gsell90, nous avons jadis recensé en détail91 les témoignages textuels relatifs au peuplement éthiopien à la lisière méridionale de l’Afrique Mineure dans l’Antiquité, et nous sommes parvenu à la conclusion que le Sud-Marocain, le Sud-Algérien, les oasis du Sud-Tunisien, le pays des Garamantes, peut-être même l’oasis d’Ammon (Syouah) ont été, pour une large part, peuplés de négroïdes durant toute l’Antiquité. Bien entendu, dans le zone latitudinale la plus proche du désert existaient aussi des populations intermédiaires, que Ptolémée appelle pittoresquement Mélanogétules92, c’est-à-dire « Gétules noirs », ou Leukaithiopes93 : « Éthiopiens blancs ». Le contact avec ce peuplement, beaucoup plus tard renforcé – et modifié – par les esclaves amenés d’Afrique soudanaise, fut parfois établi par des expéditions grecques, puis romaines, depuis le périple de Polybe94 jusqu’à la campagne du comte Théodose contre Firmus95. On peut discuter des caractères somatiques de ces « Faces-Brûlées », qui les distinguaient assurément de la plupart des ethnies peuplant à présent l’Afrique subsaharienne ; on ne peut mettre en doute leur existence dans l’Antiquité au nord du Sahara, affirmée déjà par Salluste96 avec la plus grande netteté : « Au-dessus de la Numidie se trouvent les Gétules... derrière eux les Éthiopiens, enfin des régions embrasées par les ardeurs du soleil. » Dès lors, leur zone de peuplement était tout naturellement appelée « Éthiopie » et superposée à la Gétulie, dont la séparait, selon Pline97, le mystérieux fleuve Nigris, sans aucun rapport, quoi qu’on en ait dit98, avec l’actuel Niger !

***

  • 99 Plin., V, 29-30.
  • 100 Cf. supra n. 16.
  • 101 Excellente mise au point de R. Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique Mineure : renseigne (...)

19Ainsi, il y a bien eu une organisation de l’espace selon la latitude dans l’Afrique du Nord antique, au niveau des représentations comme dans les faits. Le paradoxe est que, fortement fondée dans des réalités géographiques et ethnographiques essentielles, cette organisation ne semble pas avoir influencé le découpage politique et administratif, à partir de l’époque où nous pouvons appréhender celui-ci, à savoir le IIIe siècle avant notre ère, malgré les assez nombreux remaniements qui touchèrent les frontières des royaumes numides et maurétaniens, puis les limites des provinces romaines. Une explication possible de ce constat paradoxal peut être trouvée dans le fait que, resté en marge des royaumes, le grand ensemble mal différencié et peu structuré que peuplaient sporadiquement les Gétules, s’est fractionné de part et d’autre de la lisière mouvante du territoire militaire balayé de l’est à l’ouest par la IIIe légion. Si, à en croire Pline99, Rome a conçu très tôt pour la grande province d’Afrique réunifiée par Auguste (mais non sans doute pour les Maurétanies qu’elle pénétra moins profondément) un horizon administratif englobant, jusqu’à sa limite avec l’Éthiopie, la Gétulie tout entière (tota Getulia) et si, d’après Pline encore, elle divisa cet espace, tribus gétules comprises, en centaines de populi, communautés soumises ou promises au fisc, elle n’a jamais songé à créer une province de Gétulie. Peut-être en eût-il été autrement si les Gétules avaient été organisés en royaumes, structurés par quelques cités royales. Quant aux Garamantes, ils avaient assurément des rois100 ; mais la distance et les difficultés d’accès protégèrent dans une large mesure le noyau de leur État, le couloir du wadi el-Agial (les « Gorges garamantiques »), et son réseau hydraulique remarquable, des entreprises de Rome. En ce qui concerne enfin la lointaine Éthiopie de l’Atlas saharien et du Sud-Marocain, les Romains, qui n’entretinrent jamais de légion dans les Maurétanies, jugeaient certainement déraisonnable de consacrer des ressources à l’administration et à la police de la vie marginale et dispersée qui l’animait à peine, libre aux agents de reconnaissance, négociants hardis ou aventuriers de s’y risquer101.

20Tout se passe, en somme comme si, dans l’Afrique Mineure, activité économique et structuration administrative avaient reçu leur impulsion à partir de la zone littorale. C’est depuis les côtes et selon le cours de quelques oueds que se dessinent la plupart des ensembles politiques et administratifs. Nous serions tenté de penser que l’importance et la vitesse des échanges de toute nature, bref la vie relationnelle, décroissaient de façon générale avec la latitude et en fonction des rigueurs du climat. On ne peut, à ce propos, que regretter l’absence d’études différentielles précises, qui pourraient notamment s’appuyer sur l’épigraphie. En arrière-plan, le Sahara nous apparaît dans l’Antiquité comme un obstacle massif beaucoup plus que comme un espace ouvert à de fructueux trafics caravaniers. Si Ton accepte ces vues, comment s’étonner que ce progrès vers la torpeur, même atténué par la présence de l’armée, n’ait guère incité l’Empire à prévoir pour les « territoires du Sud » une administration civile spécifique ?

Discussion

21Intervention de M. Duval après une remarque de M. Modéran sur la réorganisation byzantine :

22M. Duval abonde dans le sens d’Y. Modéran à propos du Lepte de la Novelle de 534 et de l’hypothèse Thelepte. La présence d’un dux dans cette partie de la province est logique en fonction des voies de communication, de l’importance de la ville – bien alimentée en eau dans l’Antiquité tardive (prouvée par le nombre et la dispersion des églises et par leur décor), de l’existence d’une grande forteresse qui est plutôt une ville restreinte (non pourvue d’églises apparemment). Jusqu’à l’occupation française et même au delà, ce rôle a subsisté puisque c’était une des étapes obligées du « camp du bey », puis un camp militaire français. Il ne faut pas oublier non plus la localisation probable à Thélepte du concile Telense de 418 qui soulignerait l'importance de l’évêché. Ceci dit, il reste encore bien des inconnues puisqu’aucun texte ne localise à Sufetula un état-major byzantin, bien attesté pourtant par les épitaphes d’officiers (on vient d’en retrouver d’autres dans une huitième église) et le choix de cette ville comme « capitale » par le Patrice Grégoire en 646-647.

Notes

1 E. F. Gautier, Le passé de l'Afrique du Nord, Paris, 1952, p. 11.

2 H. Isnard, Le Maghreb, Paris, 19844, p. 7.

3 St. Gsell, HAAN, V, p. 81.

4 Strab., XVII, 3, 7 (C828).

5 J. Despois, « La bordure saharienne de l’Algérie orientale », RevAf LXXXVI, 1942, p. 197-219.

6 Pline l’Ancien, V, 35-37, cf. notre commentaire dans Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre V, 1-46 : L'Afrique du Nord, Paris, (CUF), 1980, p. 384-410.

7 Hdt, II, 32 ; IV, 181.

8 Strab., III, 4, 3 (Cl51) ; XVII, 3, 8 (C829).

9 Id., II, 2, 3 (C95) ; II, 5, 37 (C133).

10 Florus, II, 31. C’est sans doute des abords de la Syrte que venaient les rameurs et soldats de marine gétules au service des Pompéiens en 46 av. J.-C. : Bell. Afr., LXII, 1.

11 A. Luisi, Popoli dell'Africa mediterranea in età romana, Bari, 1994 (= Quad. di « Invigilata Lucernis », 1994, 2), p. 39.

12 St. Gsell, Hérodote, Alger, 1915, p. 167-168. Le grec Nomades n’a été réservé qu’assez tardivement aux Numides. Pour Hérodote, IV, 191, les « nomades » habitent la partie orientale de la Libye à partir du fleuve Triton (au fond de la Petite Syrte) ; ce n’est pas là l’habitat des Numides. Le rapprochement entre Nomades et Numides est fait de façon évidente par Sali., lug., XVIII, 7-8 ; cf. aussi Plin., V, 22.

13 Strab., II, 5, 33 (C131), d’après Poseidonios, et XVII, 3, 15 (C833) : c’est Massinissa qui aurait transformé les Numides. Mais Hérodote, IV, 191, avait prétendu, à la fin du Ve siècle av. J.-C., qu’au couchant du Triton, les Libyens étaient cultivateurs. Poseidonios a pu être guidé par son goût pour l’explication étymologique, plus que par des considérations proprement historiques.

14 G. Camps, Massinissa ou les débuts de l'histoire (= Libyca, Arch. Epigr., VIII), 1960, p. 74.

15 Table de Peutinger, IV, 4-5 – V, 1 : la Gétulie est bordée par une ligne Ad aquas Ca(e)saris Theueste Thelepte - Capsa.

16 C’est la position de St. Gsell, HAAN, V, p. 110. Diod., III, 49, 2, oppose, en Libye, les agriculteurs et les pasteurs (nomades) organisés en royaumes à un troisième groupe « qui n’est ni soumis à un roi, ni respectueux du droit, dont il n’a pas même l’idée ». Il vit de brigandage, surtout sous la forme de razzias, et s'abrite dans le désert (on sait au demeurant que la notion de désert est alors très relative). Certes Diodore vise essentiellement la Cyrénaïque méridionale et la Grande Syrte. La liaison qu’il établit entre le brigandage et le refus de la monarchie ne laisse pas d’être intéressant. Toutefois il y avait des rois chez les Garamantes (Plin., VIII, 142 ; Tac., Ann., IV, 23, 3 ; Ptol., Géogr., I, 8, 4 et 5), qui opéraient, eux aussi, des razzias (Tac., Ann., IV, 23, 3, et Hist., IV, 50, 7-8). Cf. R. Rebuffat, « Les fermiers du désert », L’Africa romana, V, 1987 [1988], p. 37-38 ; F. Chamoux, « Diodore de Sicile et la Libye », QAL, XII, 1988, p. 61-62.

17 Polybe dans Plin., V, 9, s’il ne s’agit pas plutôt d’Agrippa.

18 St. de Byz., Ethn, s. u., éd. Meineke, p. 195 ; Eustathe, Comm. à Denys Periégèse, 215.

19 Sall., Iug., LXXX, 1-2 ; cf. XCVII, 4.

20 Id., ibid., CIII, 4.

21 B. Afr., LVI, 3.

22 Ibid., XXXV, 4.

23 Ibid., LVI, 3.

24 El., N.A., VII, 23. Si l’on en croit Élien, il fallut toute une année à Juba I pour venir à bout de ces tribus d’au delà du désert.

25 Cassius Dio, LV, 28, 3-4. Des monnaies de Juba II commémorent les succès royaux, cf. M. Coltelloni-Trannoy, Le royaume de Maurétanie sous Juba II et Ptolémée, Paris, 1997, p. 47-54 ; voir aussi J. Desanges, « Un témoignage masqué sur Juba II et les troubles de Gétulie », à paraître dans les Hommages à Georges Souville = AntAfr, XXXIII, 1998.

26 Tac., Ann., IV, 24-26.

27 Cassius Dio, LIX, 25, 1.

28 Sall., Iug, CIII, 4, avec notre commentaire : « Utica, Tucca et la Cirta de Salluste », Mélanges R. Dion, Paris, 1974, p. 149.

29 B. Afr., XXV, 2.

30 Table de Peutinger, segm. IV, 2.

31 Apul., Αροl., 24, 1.

32 Table de Peutinger, segm. IV, 5-V, 1.

33 Ils font probablement partie des Gétules voisins des Syrtes, mentionnés par Florus, II, 31, comme ayant été contenus par Cossus vers 6 de notre ère ; cf. aussi Oros., Adu. Pag., VI, 21, 18.

34 Table de Peutinger, segm. VII, 2.

35 Ibid., segm. III, 4.

36 Aug., Psalm., CXLVIII, 10, dans CChr.SL, XL, Turnhout, 1956, p. 2172-2173.

37 Vict. Vit., Hist. Pers., I, 13, dans MGH.AA, III/l, p. 4.

38 Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 174 : « Dans cette liste se juxtaposent des régions administratives... et des régions géographiques ». On trouvera des exemples de prouincia employé avec Numidia dans un sens peu strict, dans A. Berthier, « Du mot “Numidia” accolé aux noms antiques de Constantine », AntAfr, III, 1969, p. 62.

39 Dim. prou., 25, GLM, p. 13 ; Diu. orb. terr., 26, ibid., p. 19.

40 Cassius Dio, LUI, 26, 2.

41 J. Desanges, « Les territoires gétules de Juba II », REA, LXVI, 1964, p. 33-47.

42 Ptol., Géogr., IV, 2, 7, éd. Millier, p. 611-612.

43 Id., ibid., p. 612.

44 Proc., B.V, II, 19, 22, et 20, 1.

45 Plin., XXI, 77.

46 Diosc., II, 66.

47 Plin., V, 5 et 9. Cf. A327. Autolatae/Autololes/Autoteles, Encycl. berbère, VIII, Aix-en-Provence, 1990, p. 1175-1176.

48 Philstr., V.Ap., V, 1.

49 Plin., VI, 201.

50 Id., VI, 203.

51 Id., V, 16 et XXV, 77.

52 Diosc., III, 82.

53 Plin., XXVII, 2.

54 M. Euzennat, Le « limes » de Tingitane. La frontière méridionale, Paris, 1989, p. 128-153.

55 Plin., V, 12.

56 Id., V, 17. En XXI, 17, les Gétules sont à nouveau évoqués aux confins des Masaesyles.

57 Strab., XVII, 3, 2 (C826).

58 Nomina prouinciarum omnium (Liste de Vérone), 12, GLM. p. 128 : Numidia miliciana.

59 Vict. Vit., Hist. Pers., I, 13, dans MGH.AA, III/l, p. 4.

60 Liber Promissionum, III, 45, éd. R. Braun, dans CChr.SL, LX, Turnhout, 1976, p. 186.

61 J. Desanges, « Un témoignage peu connu de Procope sur la Numidie vandale et byzantine », Byzantium, XXXIII, 1963, p. 51-55 ; cf. plus récemment A6. Abaritana ou Auaritana prouincia, Encycl. berbère, I, Aix-en-Provence, 1984, p. 57-59.

62 Proc., De Aed., VI, 7, 6.

63 Cf. supra n. 60.

64 Arnobe, Adu. nat., I, 16 ; cf. J. Desanges, « Une mention des Abaritani dans Arnobe ? », L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 95-99.

65 Mais rien ne prouve que tous les latinophones avaient conscience du caractère indéclinable du mot, le *s final pouvant être senti comme une désinence de nominatif F. Vattioni, « Abaritanus », AntAfr, XXXII, 1996, p. 9-12, rejetant tout rapport entre cet ethnique et le nom de l'Aurès dans l’Antiquité et à la haute époque islamique, prétend qu’on ne peut partir d’un radical *Abaris, mais d’un radical *Abar, pour rendre compte de l’ethnique *Abaritanus. Mais Badias/Badis/Vadis, aujourd’hui Badès, qui a toujours préservé sa sifflante finale, a pour ethnique Badiensis, cf. Gesta, I, 180, éd. S. Lancel, SC, 195, p. 822, 1. 19. D’une façon générale, les toponymes africains en *-is donnent des ethniques en *-itanus et non en-isitanus. Apparemment, on ne s’interrogeait pas sur le caractère radical ou non de la sifflante finale. Quant au recours à une racine sémitique cBR, indiquant l’ultériorité, pour expliquer l’ethnique Abaritana, il a déjà servi à rendre compte fallacieusement du nom des Afri, et donc de lAfrica (cf. S. Segert, « Contributions philologiques à l’histoire carthaginoise », Mnema VI. Groh, Prague, 1964, p. 7-12) ! S’agissant d’un ethnique de « l’Afrique profonde », il est plus raisonnable de supposer une origine libyque ou l’appartenance à une langue inconnue qu’une étymologie punique ou hébraïque, qui assimile le nom des Abaritains à celui des Hébreux.

66 J. Desanges, « Le “uicus Abaris” et l’“Abaritana prouincia” », BCTH, n. s., 18 B, 1982, p. 87-94. L’inscription a été très antérieurement signalée, mais non publiée, par A. Ballu, dans BCTH, 1911, p. 131, cf. aussi A. Groslambert, L'archéologie algérienne de 1895 à 1915, Lyon, 1997, p. 247 (reproduisant le J. O., annexe, du 13 janvier 1911, p. 75-86).

67 CIL, VI, 1690 ; VIII, 15832 ; 24521 ; ILAlg, I, 1286.

68 Ptol., Géogr., IV, 3, 2, p. 621, et IV, 3, 3, p. 628.

69 J. Desanges, « Étendue et importance du Byzacium avant la création, sous Dioclétien, de la province de Byzacène », Les Cahiers de Tunisie, XI, 44, 1963, p. 21.

70 S. Lancel, « Originalité de la province ecclésiastique de Byzacène aux IVe et Ve siècles », CTun, XII, 45-46, 1964, p. 141-142 notamment.

71 St. de Byz., Ethn., s. u. Buzantes, éd. Meineke, p. 189.

72 Corip., loh., VI, 49 ; cf. Ch. Diehl, L’Afrique byzantine, Paris, 1896, p. 472. Le premier dux siégeait peut-être à Hadrumète ; le second semble avoir eu un double quartier-général à Capsa et à Thelepte.

73 Cf. mon article A284. Arzuges, Encycl. berbère, VI, Aix-en-Provence, 1989, p. 950-952.

74 Lettre faisant part de la condamnation de Pélage, PL, XX, col. 1009.

75 Oros., Adu. pag., I, 2, 90.

76 Gesta, I, 207, éd. S. Lancel, SC, 195, p. 894 et 896.

77 Ibn cAbd al-Hakam, Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne, éd. A. Gateau, Alger, 1948, p. 64-65 ; Ibn Khurradâdhbih, Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî et Ibn Rustih, Description du Maghreb et de l’Europe au IIIe = IXe siècle, éd. M. Hadj-Sadok, Alger, 1949, p. 6-7 (Ibn Khurradâdhbih) et p. 30-31 (Ibn al-Faqîh), etc.

78 Rav., III, 9, éd. M. Pinder et G. Parthey, p. 159.

79 P. Trousset, « Reconnaissances archéologiques sur la frontière saharienne de l'Empire romain dans le sud-ouest de la Tunisie », Actes du 101e congrès national des Sociétés savantes. Lille, 1976 : Archéologie et Histoire de l'Art, Paris, 1978, p. 28-31.

80 Plin., V, 35.

81 Ptol., Tétrab., II, 3, 69 et 71 ; Géogr., IV, 7, 10, p. 785.

82 Hom., Od., I, 22-24, abondamment commenté par Strab., I, 2, 24-28 (C 30-35) et II, 3, 7-8 (C 103).

83 Cf. J. Desanges, « Diodore de Sicile et les Éthiopiens d’Occident », CRAI, 1993, p. 525-537.

84 Périple du pseudo-Scylax, 112, GGM, I, p. 94-95.

85 R. Lonis, « Les Éthiopiens du Pseudo-Scylax : mythe ou réalité géographique ? », Rev. fr. d’hist. d’outre-mer, LXVI, 242-243, 1979, p. 101-110 = 2000 ans d'histoire africaine : le sol, la parole et l’écrit. Mélanges R. Mauny, Paris, 1981, p. 385-394.

86 Strab., Il, 3, 4 (C 100).

87 Id., XVII, 3, 5 (C 827).

88 Ath., Deipn., II, 62 (62c).

89 Méla, III, 96-100 ; Plin., V, 10 ; Ptol., Géogr., IV, 6, 5, p. 743-744.

90 St. Gsell, HAAN, I, p. 295-298.

91 J. Desanges, « Le peuplement éthiopien à la lisière méridionale de l’Afrique du Nord d’après les témoignages textuels de l’Antiquité », Actes du colloque « Afrique Noire et monde méditerranéen dans l’Antiquité », Dakar, 19-24 janvier 1976, Dakar-Abidjan, 1978, p. 29-53 ; Id., A71. Aethiopes. Sources antiques, Encycl. berbère, II, Aix-en-Provence, 1985, p. 168-175.

92 Ptol. Géogr., IV, 6, 5, p. 742-743.

93 Id., ibid., IV, 6, 6, p. 745.

94 Plin., V, 9-10.

95 Amm., XXIX, 5, 34 et 37 ; Claud., IV cons Hon., 34-35.

96 Sall., Iug., XIX, 6.

97 Plin., V, 30.

98 G. Ch. Picard, Castellum Dimmidi, Alger-Paris, 1947, p. 22-31.

99 Plin., V, 29-30.

100 Cf. supra n. 16.

101 Excellente mise au point de R. Rebuffat, « Au-delà des camps romains d’Afrique Mineure : renseignement, contrôle, pénétration », ANRW, II. 10. 2, Berlin-New York, 1982, p. 474-513.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540