Version classiqueVersion mobile

Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique

 | 
Xavier Dupuis
, 
Claude Lepelley

De la carte de Pierre Salama (1947) aux études récentes sur la frontière de la Byzacène

Claude Lepelley

Texte intégral

Introduction

1L’initiative de cette rencontre revient à Xavier Dupuis, qui, avec Yves Modéran, m’a suggéré le thème, et qui a accepté d’assumer l’organisation, ce qu’il fit avec beaucoup d’efficacité. Nous avons été encouragés d’emblée par l’appui de Jehan Desanges, qui a mis à notre disposition des moyens accordés par la Direction de la recherche du ministère de l’Éducation nationale pour le « Réseau interuniversitaire d’Études Africaines », domicilié à l’École Pratique des Hautes Études. Le ministère des Affaires Étrangères a accepté de prendre des voyages à sa charge. M. Joseph Mélèze-Modrzejewski, directeur du centre Gustave Glotz, à l’Université de Paris I, a très aimablement accepté de mettre à notre disposition la salle Charles Picard, nous permettant ainsi de tenir nos séances dans la Sorbonne, où Michel Christol nous accueillit très amicalement, avant d’accueillir les actes dans la série des « Publications de la Sorbonne ». À tous vont nos remerciements : grâce à ces appuis, tout a pu s’organiser avec une rapidité inhabituelle. Mais c’est avant tout l’accueil très favorable des historiens de l’Afrique antique et leurs nombreuses propositions de communications qui nous ont encouragés. Ce que nous pensions au départ devoir être une réunion restreinte de quelques spécialistes autour d’un thème bien précis et assez technique, est devenu grâce à tous une large rencontre, dont le succès a dépassé nos espérances.

2L’un de nous a d’emblée manifesté un enthousiasme juvénile et nous a vigoureusement encouragés : Pierre Salama. Connaisseur singulier, c’est à dire unique, du terrain et de la géographie historique de l’Afrique antique, il était concerné au premier chef par le sujet, et j’ai pensé que cette table-ronde était une excellente occasion de pouvoir lui rendre hommage, de rappeler son œuvre, qui a apporté de multiples clartés à notre connaissance de l’Afrique du Nord. Or c’est lui qui m’a fait observer une très heureuse coïncidence. Son livre sur Les voies romaines de l’Afrique du Nord parut à Alger en 1951 ; mais Pierre Salama m’a signalé que la célèbre carte qui est jointe au volume avait été imprimée et diffusée auparavant. De fait, on lit en bas à gauche : « Carte établie en minute par M. Pierre Salama en juin 1947 ». Nous avons donc fêté, en ce printemps 1997, le cinquantième anniversaire de cette carte.

  • 1 Pierre Salama a donné une carte mise à jour de la Proconsulaire dans son livre Bornes milliaires d (...)

3Si toutes les fois que tous, nous avons consulté, copié, photocopié, calqué, osons le dire, pillé sa carte, nous avions payé des droits à l’auteur, Pierre Salama serait riche aujourd’hui. Mais ce pillage est en fin de compte le plus bel hommage qu’on pouvait rendre à ce magnifique travail. Une carte est toujours une œuvre de synthèse, et d’abord une synthèse de l’espace, exprimé en réduction ; mais une carte de géographie historique synthétise aussi le temps. Les cités dont on lit les noms, les limites provinciales qui sont indiquées, ont duré de longs siècles, qui sont représentés ici : les frontières provinciales tracées sur la carte de Salama sont celles de la Proconsulaire d’Auguste, des Maurétanies de Claude (mais au Sud, la praetentura est la limite sévérienne), de la Numidie de Septime Sévère, ainsi que celles des provinces de Dioclétien fractionnant les précédentes. La valeur durable de sa carte, un demi-siècle plus tard, prouve que le jeune Salama manifestait dès 1947, outre un très grand talent de géographe historique et de cartographe, une érudition sans faille, la maîtrise de tous les éléments connus. Dieu merci, la connaissance a progressé en un demi-siècle, et notre réunion a pour but de faire le bilan de ces avancées, d’apporter des données nouvelles ; pourtant, ces nouveautés n’ont pas périmé pour l’essentiel l’acquis exprimé cartographiquement en 1947, et elles pourraient sans peine être intégrées dans l’œuvre initiale. C’est lors de la rencontre de mai 1997 qu’est né le projet de publication d’une nouvelle édition mise à jour de la carte de 19471.

  • 2 Ces travaux sont synthétisés dans P. Salama, « Les déplacements successifs du limes de Maurétanie (...)
  • 3 P. Salama, « Occupation de la Maurétanie Césarienne occidentale sous le Bas-Empire romain », Mélan (...)
  • 4 P. Salama, « Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite “de 253” : le dossier numismatiq (...)

4Bien entendu, je ne veux nullement ramener l’œuvre de Pierre Salama à sa carte. Pensons à l’index, à la fin du livre sur les voies romaines, où l’on trouve la liste des localités identifiées de l’Afrique romaine – Algérie et Tunisie – et qui reste un instrument de travail essentiel. Pensons surtout à tous ses articles, où il manifeste toujours son sens du terrain, de l’espace où s’est déroulée l’histoire. Constituent par exemple des acquis fondamentaux les études sur l’extension à l’époque sévérienne du territoire contrôlé par l’Empire en Maurétanie Césarienne, donc sur les variations du tracé du limes2, ou encore sur l’existence et le maintien tardif d’une liaison terrestre entre la Césarienne et la Tingitane3. Grand épigraphiste, P. Salama est aussi un numismate très confirmé ; pour ne citer qu’un exemple, son étude sur les trésors enfouis lors de la révolte dite de 253 est exemplaire4. C’est à l’œuvre entière de Salama que nous rendons ici hommage.

5La contribution présentée à la Table-Ronde par Pierre Salama clôt ce livre. Je lui avais demandé de parler de lui-même et de son œuvre, mais il a préféré évoquer, avec verve, humour et tendresse, les autres, ceux qui ont œuvré avec lui pour l’archéologie algérienne depuis le temps de la seconde guerre mondiale jusqu’à l’indépendance. Il a su rendre à ces maîtres disparus toute leur humanité, que ne peuvent révéler que très imparfaitement leurs écrits à ceux qui les lisent mais ne les ont pas connus. Ce mémorial n’est pas seulement un chef d’œuvre de piété et d’humour : il est aussi un hommage mérité à des savants trop souvent oubliés, et parfois injustement décriés. Toutefois, en évoquant ses maîtres, Salama se révèle lui-même : il montre comment il a toujours su allier la science la plus austère et la plus rigoureuse, acquise souvent au cours de dures épreuves, et le regard amusé mais bienveillant qu’il sait porter sur ses confrères. Si ces derniers avaient pu lire les portraits qu’il a donnés d’eux ici, ils auraient pu s’écrier avec Alceste :

« Morbleu Messieurs, je ne croyais pas être
Si plaisant que je suis » !

  • 5 La part de Cagnat dans l’élaboration de ce volume était considérable mais, vu les circonstances, l (...)

6Nous constatons que l’Algérie a tenu une grande place dans nos travaux. Je m’en réjouis, car c’est une manière de manifester à nos amis algériens notre amitié et notre solidarité dans les difficultés qu’ils connaissent. Ces travaux sur un passé lointain qui est leur patrimoine sont une manière d’œuvrer pour la paix. En 1916, en pleine guerre mondiale, Dessau a publié à Berlin le quatrième volume de supplément du CIL VIII, consacré aux inscriptions de la Proconsulaire. Dans sa préface, il rendait hommage à l’œuvre de ses amis francogalli, parmi lesquels Renatus Cagnatus, et il exprimait le souhait que cette œuvre soit une pierre d’attente pour un avenir meilleur, une incitation à la reprise de travaux scientifiques et pacifiques communs ; le tout dit en un magnifique latin, que les censeurs de Guillaume II n’ont, semble-t-il, pas compris5. Loin d’être une fuite, nos études sur le passé doivent susciter l’espoir, aider à retrouver la sérénité.

Trente ans de recherches sur la frontière de la Proconsulaire et de la Byzacène

  • 6 Cf. infra, note 13.

7Pour ouvrir nos travaux, je voudrais faire rapidement, à titre d’exemple, le bilan des modifications proposées depuis la carte de Pierre Salama pour la limite nord de la Byzacène, et tenter de voir si ces rectifications aident à comprendre les critères choisis sous Dioclétien pour l’établissement de cette nouvelle frontière provinciale. Je serai très tributaire de l’excellent article d’Ahmed M’Charek, que j’évoquerai plus loin, et qui présente déjà un bilan6. En bref, la Byzacène a « gagné » tout au nord, Pupput ; elle a « perdu » Abthugni, Zama Regia et Ammaedara.

1. Pupput

  • 7 Notitia, Proconsularis, 111, MGH.AA, I, p. 63 ; CSEL, 7, p. 117.
  • 8 A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », AntAfr, I, 1967, p. 120, no 4 = (...)
  • 9 Solution proposée par A. Chastagnol, Gouverneurs, p. 132 = 176. et reprise par la Prosopographie c (...)

8Pupput (Souk el Abiod) est sur le golfe de Hammamet, à 17 km au sudouest de Nabeul. Les auteurs du CIL VIII, puis Cagnat et Merlin, de même que Salama en 1947, plaçaient cette cité en Proconsulaire, à cause de la mention de son évêque Pastinatus au 11e rang des évêques de Proconsulaire, sur la liste de la conférence de 4847. Pourtant, on a trouvé sur le site l’inscription ILAfr, 314 (publiée dès 1912), une dédicace à Arcadius (383-408) mentionnant le vicaire Flavius Macrobius Maximianus et le consulaire de Byzacène Flavius Synesius Philo[mat]ius. C’est ce qui a conduit André Chastagnol à placer Pupput en Byzacène dans son étude sur les gouverneurs de cette province8. Le désaccord avec la liste de 484 s’expliquerait, soit par une différence entre les limites civiles et ecclésiastique, soit par une modification de la frontière à l’époque vandale9

9Il existe un argument géographique en faveur de cette localisation de Pupput en Byzacène : la plaine littorale de Hammamet s’ouvre au sud sur la plaine de l’Enfida, donc le Byzacium, et elle est isolée au nord par les jebel Reba el Aine el Jedidi, qui constituent l’extrémité nord-est de la Dorsale en direction du Cap Bon. On aurait donc ici une frontière orographique naturelle.

Carte établie par A M’Charek, publiée dans L'Afrique du Nord antique et médiévale. Actes du VIe colloque CTHS d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, 1993, éd. par P Trousset, t. I [Paris, 1995] Document reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.

2. Abthugnos

  • 10 Augustin (ep. 88) reproduit une lettre de Constantin précisant que l’empereur voulait faire juger (...)
  • 11 AE, 1995, 1655. Naïdé Ferchiou, « Abthugnos, ville antique de Proconsulaire, d’après une inscripti (...)
  • 12 Ibidem, p. 200. N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu en Afrique Proconsulaire et (...)

10Sur sa carte, Pierre Salama a placé Abthugni, ou plutôt Abthugnos, (Henchir es Souar) juste sur la frontière de la Proconsulaire et de la Byzacène, refusant donc de trancher. La mention d’un légat de Carthage sur l’inscription mutilée et disparue CIL, VIII, 928 + 11205 (datée de 383-392 par la mention de Valentinien 11, de Théodose et d’Arcadius) incitait à situer cette cité en Proconsulaire. Monceaux et Pallu de Lessert ont cependant placé Abthugni en Byzacène, à cause de l’évocation de l’intervention du vicaire dans les documents concernant le procès de l’évêque Félix en 31410. L’argument géographique jouait dans ce sens, car la petite plaine de Souar-Jebidina est isolée au nord par l’abrupt jebel Fkirine, haut de près de 1000 mètres, et elle s’ouvre au sud sur la plaine du Byzacium. Pourtant, la cause est désormais entendue, en faveur de la Proconsulaire. Naïdé Ferchiou, qui mène sur ce site d’importantes fouilles, a découvert une grande inscription mentionnant Valens, Gratien et Valentinien II, ainsi que le proconsul Decimius Hesperius, en fonction en 376-37711. On voit que l’argument appuyé sur l’orographie, la frontière naturelle, ne peut être employé systématiquement. Naïdé Ferchiou rappelle qu’une borne de la Fossa Regia a été trouvée à moins de 3 km au sud-ouest de la ville12 et qu’on peut constater ici la permanence d’une limite dans la longue durée. Notons que Naïdé Ferchiou révèle d’autre part que le toponyme correspondant à l’ethnique Abthugnitanus (donné par l’inscription CIL VIII, 23085 = ILS, 6815) était Abthugnos, et non Abthugni, au témoignage d’une inscription découverte par elle et encore inédite.

3. Za ma Regia

  • 13 A. M’Charek, « Zama Regia, cité de Proconsulaire », Productions et exportations africaines. Actual (...)
  • 14 CIL VI, 1686 = ILS, 6111 e.
  • 15 A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », AntAfr, I, 1967, p. 124 = 6 'It (...)

11Quand Ahmed M’Charek m’a communiqué pour la première fois le texte de l’inscription qu’il venait de découvrir à Ksar Toual Zouammeul et qui mentionnait l’intervention du proconsul Symmaque (373-374) à Zama Regia13, ma surprise fut grande. Parmi les six tablettes de patronat trouvées à Rome et offertes par des cités africaines à Quintus Aradius Valerius Proculus, praeses clarissime de Byzacène en 321, figurait celle de Zama Regia14, ce qui avait amené tous les auteurs (dont A. Chastagnol et moi, ainsi que Salama sur sa carte de 1987) à placer la cité en Byzacène. Il fallait pourtant se rendre à l’évidence : Zama Regia était en Proconsulaire. Je pus alors constater que la découverte de A. M’Charek résolvait deux problèmes irritants. A. Chastagnol avait noté que la table de patronat de Zama Regia était sur deux points différente des cinq autres. D’abord, elle était la seule à ne pas donner à Proculus le titre de praeses clarissime de la province de Byzacène ; d’autre part, elle était datée de 322 et non de 321 comme les autres, ce que Chastagnol expliquait par le fait qu’elle avait été rédigée après le départ de Proculus15. On pouvait donc penser que le patronat de Zama n’était pas lié aux bons souvenirs que Proculus avait laissé lors de son gouvernement de la Byzacène, mais à un lien d’un autre type. Surtout, la nouvelle inscription résoud un problème délicat de géographie historique. Tout le monde est aujourd’hui d’accord pour identifier Zama Regia avec la bourgade actuelle de Jama. Si on place la cité en Byzacène, cela oblige à supposer que la frontière provinciale faisait un crochet inexplicable au nord de la Dorsale, en englobant dans la Byzacène la plaine de Siliana, pourtant bien ouverte vers le nord et vers la Mejerda, par la vallée de l’oued Siliana. Au contraire, vers le sud, les monts de la Dorsale (avec les jebel Serj et Belouta-1200/1300 m) forment une barrière en direction de La Kessera et de Maktar. Englober Zama Regia dans la Byzacène aurait donc supposé, de la part des fonctionnaires de Dioclétien, un mépris excessif de la géographie : sur la carte de P. Salama, 1987, deux routes est-ouest sont tracées, qui traversent ce qui aurait été une excroissance aberrante de la Byzacène vers le Nord si la frontière avait été là où on la plaçait. La conclusion que permet la découverte de A. M’Charek est donc que, dans toute cette zone centrale, la frontière suivait bien la ligne de crête des chaînons de la Dorsale.

4. Ammaedara

  • 16 En Byzacène selon Procope, De Aedif, VI, 18 (sous la forme « Aumetra » ; en Numidie (au sens large (...)
  • 17 Dans A. Chastagnol et N. Duval, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’épo (...)

12Ammaedara, aujourd’hui Haïdra, était localisée en Byzacène par les auteurs modernes, sur la foi d’un passage de Procope, De aedificiis, pourtant contredit par un autre passage du même ouvrage16. Noël Duval, dans l’article précité des Mélanges Seston, a montré qu’il fallait rattacher Ammaedara à la Proconsulaire, vu notamment la découverte par lui d’une inscription mentionnant sacerdotalis provinciae Africae d’époque vandale (AE, 1972, 691)17. Tout de suite soutenu fermement par Pierre Salama, il a remarqué que la grande route Carthage-Theveste, par Mustis, Althiburos, Ammaedara, était ainsi restée tout entière dans la même province : c’est peut-être la raison pour laquelle les experts de Dioclétien ont décidé que la Proconsulaire conserverait à l’ouest sa partie méridionale. Theveste étant en Proconsulaire, la grande route aurait traversé une enclave inexplicable si Ammaedara avait été en Byzacène. Si on restitue cette ville à la Proconsulaire, comme cela paraît s’imposer, on doit constater que la frontière ne suivait pas ici les lignes de crête de la Dorsale, puisqu’elle passait au nord des monts de Tébessa et, a fortiori du massif du Chambi.

  • 18 A. M’Charek, op. cit. supra n. 13, p. 393-394.
  • 19 A. Chastagnol (« Les gouverneurs », op. cit., p. 120 = 164) propose la période 294-305 pour la cré (...)
  • 20 Sur ce point, cf. C. Lepelley, « Les sièges des conventus judiciaires de l’Afrique Proconsulaire » (...)

13En conclusion, on peut constater que la frontière nord de la Byzacène a été tracée en tenant compte, tantôt de données physiques (Pupput ; Zama Regia), tantôt de données historiques (Abthugnos), tantôt d’impératifs pratiques et stratégiques (Ammaedara). Toutefois, les fonctionnaires de Dioclétien n’ont assurément pas procédé de manière arbitraire. Ils englobèrent dans la nouvelle province de Byzacène, non seulement l’antique Byzacium, mais aussi une partie de la Numidie Proconsulaire. C’est la coupure orographique due à la Dorsale qu’ils retinrent comme élément déterminant du tracé de la nouvelle limite provinciale. Je me rallie tout à fait aux conclusions d’A. M’Charek sur le tracé plus régulier de la frontière que celui retenu jusqu’alors, et sur l’adéquation plus grande que ne le croyait Cagnat aux directions générales du relief, soit celle des chaînons nord-est-sud-ouest de la Dorsale18. Les excellentes cartes données par A. M’Charek dans son article sur Zama Regia (en particulier la carte orographique de la page 389) manifestent qu’il est aujourd’hui bien informé pour donner sur le sujet esquissé ici la mise au point précise, argumentée et définitive qu’on attend. Ce travail de partition fut assurément accompli en Afrique même, peut-être durant le long proconsulat d’Aurelius Aristobulus, entre 290 et 294 comme le pensait William Seston, ou bien un peu plus tard, mais avant 303-30419, puisque les actes du martyre de sainte Crispine à Theveste montrent que le calendrier annuel de la tournée du proconsul avait alors changé (12 mars 295 pour le martyre de Maximilien condamné à Theveste en 295 par Cassius Dio, et le 5 décembre 304 – ou 303 ? – pour Crispine, condamnée par Anullinus)20.

14Comme Pierre Salama l’a bien vu, le tracé de la frontière de la Byzacène, outre le respect de la limite naturelle constituée par la Dorsale, permettait de maintenir sous une même autorité provinciale la grande route de Carthage à Theveste (et au delà, mais en Numidie, à Lambèse) qui était en quelque sorte l’épine dorsale routière de l’Afrique romaine : cette voie que Pierre Salama, sur sa carte de 1987, a eu l’excellente idée de dessiner en trait gras, telle une autoroute.

Discussion

15Intervention de M. Duval :

16N. Duval rappelle les variations de la frontière civile et ecclésiastique dans la région de Siagu-Pupput (Souk el-Abiod – Hammamet), dont il a traité, après les « Mélanges Seston », à la fin d'un article sur l’église de Siagu paru dans les « Mélanges Mazzotti » (Felix Ravenna, 127-130, 1984-1985). Après s’être mis d’accord avec J. Gascou, pour expliquer l’existence d’une cathédrale imposante à Siagu alors que Pupput est le siège de l’évêché, et les variations de statuts de ces deux localités, il avait supposé qu’il existait à la racine du Cap Bon une « conurbation » Siagu-Pupput (en y comprenant peut-être Vina) dont le centre avait varié avec le temps, comme le montre le fait que Siagu, civitas semble-t-il, devient vicus à basse époque et que Pupput, vicus dans l’Itinéraire Antonin, est en fait colonie dès le IIIe siècle. Il ne faut pas oublier que Pupput est placé en Proconsulaire ecclésiastique dans la Notitia de 484. Même si on admet une non-coïncidence entre province civile et ecclésiastique, le tracé de la frontière a pu varier dans le temps (c’est ce que supposent A. Mandouze et S. Pellistrandi dans la Prosopographie chrétienne, p. 831 s. v. Pastinatus). En tout état de cause, le rattachement de cette conurbation à l’une ou l’autre province pose un problème particulier.

17M. Duval rappelle, à propos du tracé de la route Carthage-Théveste, qu’un autre argument aurait pu faire penser dès l’origine qu’elle était entièrement sous la juridiction du proconsul : la législation du Bas-Empire qui interdit au vicaire de se déplacer en Proconsulaire sauf sur cette artère vitale pour gagner la Numidie. Comme c’était sa thèse dès 1969 (CRAI, 1969), il avait salué lors de la communication au CTHS (21 mai 1990, p. 193) les intéressants résultats de la prospection de M. M’Charek dans la région de Mactar qui précisait le tracé de la voie et son ancienneté. Il est heureux de voir, à travers la synthèse de Cl. Lepelley, que cette idée est maintenant devenue classique

Notes

1 Pierre Salama a donné une carte mise à jour de la Proconsulaire dans son livre Bornes milliaires d’Afrique Proconsulaire. Un panorama historique du Bas-Empire romain, CEFR, 101, Rome, 1987.

2 Ces travaux sont synthétisés dans P. Salama, « Les déplacements successifs du limes de Maurétanie Césarienne : essai de synthèse », Akten des XI internationalen Limeskongresses, Budapest. 1976, p. 577-593. Voir aussi « Nouveaux témoignages sur l’œuvre des Sévères en Maurétanie Césarienne », I et II, dans Libyca, I, 1953, p. 231-261 et Libyca, III, 1955, p. 329-367.

3 P. Salama, « Occupation de la Maurétanie Césarienne occidentale sous le Bas-Empire romain », Mélanges Piganiol, III, 1966, p. 1291-1311.

4 P. Salama, « Vues nouvelles sur l’insurrection maurétanienne dite “de 253” : le dossier numismatique », L’armée et les affaires militaires. Actes du IVe Colloque international d'archéologie et d'histoire de l'Afrique du Nord. t. I, 113e Congrès National des Sociétés Savantes, Strasbourg, 1988 [Paris, CTHS, 1991], p. 455-470.

5 La part de Cagnat dans l’élaboration de ce volume était considérable mais, vu les circonstances, le nom du savant français ne pouvait figurer sur la page de titre. Dessau eut la délicatesse de ne pas faire figurer le sien propre, et le volume parut donc sans nom d'auteur.

6 Cf. infra, note 13.

7 Notitia, Proconsularis, 111, MGH.AA, I, p. 63 ; CSEL, 7, p. 117.

8 A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », AntAfr, I, 1967, p. 120, no 4 = L'Italie et l’Afrique au Bas-Empire, Lille, 1987, p. 164. De même dans A. Chastagnol et N. Duval, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’époque vandale », Mélanges William Seston, Paris, 1974, carte de la page 92. Cette localisation a été depuis acceptée par C. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, t. II, Paris, 1981, p. 302-303, et P. Salama, carte de 1987 (dans Bornes milliaires d’Afrique proconsulaire, op. cit. supra, n. 1).

9 Solution proposée par A. Chastagnol, Gouverneurs, p. 132 = 176. et reprise par la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire – Afrique (par A. Mandouze et alii, Paris, 1982), Pastinatus, p. 831.

10 Augustin (ep. 88) reproduit une lettre de Constantin précisant que l’empereur voulait faire juger en son nom le procès de l’évêque Félix par le vicaire Verus, mais, celui-ci étant malade, l’affaire fut confiée au proconsul Aelianus. (CSEL, 34, 2, p. 407-409). Autre mention d’un vicaire dans les Acta purgationis Felicis du « Dossier du donatisme », CSEL, 26, p. 197 (il s’agit d’Aelius Paulinus, prédécesseur de Verus, qui convoqua les témoins au procès). J’ai suivi Pallu de Lessert et Monceaux et situé Abthugni en Byzacène dans mes Cités, t. Il, p. 265-268. Au vrai, l’argument était faible, car la répartition précise des compétences respectives du proconsul et du vicaire, soit le fait que ce dernier n’était pas juge d’appel en Proconsulaire, n’était probablement pas encore bien définie à cette date.

11 AE, 1995, 1655. Naïdé Ferchiou, « Abthugnos, ville antique de Proconsulaire, d’après une inscription récemment découverte », BCTH.B, n.s. 24, 1993-1995 [1997], p. 197-202.

12 Ibidem, p. 200. N. Ferchiou, « Nouvelles données sur un fossé inconnu en Afrique Proconsulaire et sur la Fossa Regia », IIIe Colloque international d'archéologie et d'histoire de l’Afrique du Nord, 110e Congrès National des Sociétés Savantes, Montpellier, 1985 [Paris, CTHS, 1986], p. 358. Cf. G. Di Vita-Évrard, « La Fossa Regia et les diocèses d’Afrique Proconsulaire », L’Africa Romana, III, Sassari, 1985 [1986], p 45.

13 A. M’Charek, « Zama Regia, cité de Proconsulaire », Productions et exportations africaines. Actualités archéologiques, Actes du VIe Colloque international d’histoire et d'archéologie de l'Afrique du Nord, 118e Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques, Pau, 1993, [Paris, CTHS, 1995], t. I, p. 381-394.

14 CIL VI, 1686 = ILS, 6111 e.

15 A. Chastagnol, « Les gouverneurs de Byzacène et de Tripolitaine », AntAfr, I, 1967, p. 124 = 6 'Italie et l'Afrique au Bas-Empire, Lille, 1987, p. 168.

16 En Byzacène selon Procope, De Aedif, VI, 18 (sous la forme « Aumetra » ; en Numidie (au sens large, incluant la Numidie Proconsulaire), dans Procope, De Aedif., VI, 7, 10-11

17 Dans A. Chastagnol et N. Duval, « Les survivances du culte impérial dans l’Afrique du Nord à l’époque vandale », Mélanges Seston, Paris, 1974, p. 101-102.

18 A. M’Charek, op. cit. supra n. 13, p. 393-394.

19 A. Chastagnol (« Les gouverneurs », op. cit., p. 120 = 164) propose la période 294-305 pour la création simultanée des provinces de Byzacène et de Tripolitaine. G. Di Vita-Évrard a proposé récemment 303, ce qui me semble un peu tardif (L’Africa Romana, II, 1984 [Sassari, 1985], p. 162-175)

20 Sur ce point, cf. C. Lepelley, « Les sièges des conventus judiciaires de l’Afrique Proconsulaire », dans BCTH.B, n.s., 23, p. 154-156.

Table des illustrations

Légende Carte établie par A M’Charek, publiée dans L'Afrique du Nord antique et médiévale. Actes du VIe colloque CTHS d’histoire et d’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, 1993, éd. par P Trousset, t. I [Paris, 1995] Document reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search