Version classiqueVersion mobile

La bataille d'Alésia

 | 
Joël Le Gall

Préface

André Chastagnol

Texte intégral

1Joël Le Gall a fait ses classes de chercheur et d’enseignant historien et géographe à Rome, où il a préparé et mené à bien ses travaux sur le Tibre, objet de sa thèse. Nommé ensuite comme professeur à l’Université de Dijon avant de l’être plus tard à celle de Paris, il assura la direction du chantier des fouilles d’Alise-Sainte-Reine pendant quinze ans, de 1956 à 1985, et ne cessa ensuite de participer aux activités de l’équipe qui continua à y travailler. Nul n’était donc mieux placé que lui pour nous entretenir du site et des fouilles d’Alésia, ce qu’il fit du reste à plusieurs reprises, notamment dans son livre de 1963, Alésia : archéologie et histoire, Paris, Fayard, édition revue et augmentée en 1980. L’ouvrage original qu’il nous donne aujourd’hui, malheureusement posthume, était presque achevé lorsqu’une mort cruellement soudaine l’a terrassé en 1991. Son élève et ami, Michel Mangin a bien voulu écrire sobrement les quelques pages qui manquaient et mérite des remerciements pour l’œuvre pieuse et utile qu’il a ainsi assumée ; cependant, en lisant ce livre tel qu’il se présente, on reconnaît parfaitement le style, le mode de pensée, les tics mêmes, la manière de parler et d’écrire de l’homme, de l’ami et du savant discret et amène que fut toujours Joël Le Gall.

2Il ne s’agit nullement d’une nouvelle synthèse archéologique et historique sur le site dans son ensemble, mais d’un essai de reconstitution raisonnée sur la campagne menée par César en 52 av. J.-C. et surtout son aboutissement dans le siège fameux, épisode principal de la défaite de Vercingétorix et de la conquête de la Gaule Chevelue par les Romains. L’auteur évite toute polémique, fonde son enquête sur la conviction fortement étayée qu’Alise-Sainte-Reine, en Bourgogne, est bien l’Alésia de la victoire césarienne et appuie ses réflexions sur l’examen des sources : sources littéraires (dont le livre VII du De Bello Gallico de César lui-même est évidemment l’élément de beaucoup le plus important), archéologie, numismatique, puis sur une connaissance intime du terrain et sur le dépouillement des rapports de fouilles et documents remontant aux travaux effectués sur le site du Mont Auxois et de la plaine des Laumes depuis l’époque héroïque des recherches effectuées dans tout le secteur à l’initiative de Napoléon III jusqu’à celles menées en 1990-1991. J. Le Gall a d’ailleurs œuvré beaucoup lui-même pour que les pièces d’archives soient recherchées dans les divers dépôts où elles étaient conservées, et il a donné, en deux volumes publiés en 1989, une édition indispensable des papiers relatifs aux fouilles des années 1861-1865. Il a été aussi à l’origine d’une édition, publiée en 1973, avec traduction et annotation, des textes littéraires antiques et médiévaux se rapportant à l’événement de 52.

3Je voudrais insister sur le sens, à mon avis indiscutable, qu’il assigne, après d’autres, à la phrase principale de César, VII, 66, 2, sur les mouvements de l’armée romaine dans les jours qui ont précédé immédiatement l’approche du site d’Alésia : « cum Caesar in Sequanos per extremos Lingonum fines iter faceret. » Elle signifie à coup sûr que le proconsul et ses troupes faisaient route en direction du territoire des Séquanes et se trouvaient pour cela dans un secteur excentré du territoire des Lingons, donc que l’armée romaine n’était pas encore en territoire séquane, mais toujours en territoire lingon lorsque… intervint la bataille de cavalerie, suivie du changement de direction vers Alésia. On n’était certainement pas chez les Séquanes, et la Saône n’était pas franchie. Les auteurs anciens qui affirment que la bataille eut lieu en pays séquane, Dion Cassius et, non sans d’autres confusions, Plutarque, ont, à ce qu’il semble, mal compris ou déformé le texte de César lorsqu’ils l’ont transposé en grec (sans recourir à toute autre source), et, dès lors, rien n’étaye vraiment les théories des imprudents – pour ne pas dire plus – qui fixent le siège dans le Jura ou ailleurs. Les fossés retrouvés, les monnaies ont permis depuis longtemps de confirmer la localisation à Alise-Sainte-Reine. D’ailleurs, une inscription gauloise donne le nom d’Alésia au site, même si elle ne date pas de l’époque en question ; que je sache, nous n’avons jusqu’ici aucune attestation de ce nom dans les autres sites qui ont pu être proposés : l’argument n’est certes pas décisif à lui seul, mais quand même… !

4J. Le Gall est donc tout à fait justifié à suivre pas à pas l’armée de César et les deux armées gauloises, à identifier ou rechercher, dans la mesure du possible, les traces et emplacements des camps et des fossés ; il examine la composition de chaque armée, montre un souci du détail concret et invoque volontiers l’argument du bon sens quand il décrit l’armement, l’artillerie, ce qu’est la vie des assiégés et des assiégeants ; l’étude du terrain n’est jamais absente. On peut admettre cependant que les effectifs donnés pour les armées gauloises par César et les autres sources, s’ils s’appuient sur des données fournies par les sources gauloises elles-mêmes, doivent être révisés sensiblement à la baisse pour ce qui est des forces qui se sont affrontées dans la plaine des Laumes.

5L’auteur nous apporte ainsi sa vision des événements, du comportement des hommes, de l’organisation des armées, des tactiques des chefs dans une belle unité de lieu et de temps. On a là comme le testament d’un fouilleur, d’un chercheur, d’un historien qui fait le point de la question qu’il étudie au moment même où le chantier a été transféré à d’autres plus jeunes. Il se trouve en effet que, depuis 1990, la fouille d’Alésia a été réorganisée, étendue à de nouveaux secteurs, dotée de moyens matériels plus adaptés aux temps présents, internationalisée même. Nul doute que les progrès suivront et que des vues nouvelles pourront s’affirmer. Il restera sans doute que les capacités militaires de César n’en seront pas contestées et que celles de Vercingétorix, compte tenu de l’outil qu’il avait à sa disposition, seront plus rarement niées ou ramenées à presque rien, en tout cas qu’on ne fera plus de lui un agent provocateur de César.

Fig. 1 : Le siège d’Alésia illustrant l’édition « aldine de la Guerre des Gaules (Venise, 1559).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le siège d’Alésia illustrant l’édition « aldine de la Guerre des Gaules (Venise, 1559).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/22550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search