Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Mercenaires castillans au Maroc au début du xve siècle

Roser Salicru I Lluch

Volltext

I. Milices et mercenaires chrétiens en Afrique du Nord

  • 1 D’après J.M. Abun-Nasr, A History of the Maghrib, Cambridge, 1975 (2e édition), p. 101, et Id., A (...)
  • 2 Cf. r. Brunschvig, La Berbérie Orientale sous les Hafsides. Des origines à la fin du xve siècle, P (...)
  • 3 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 97, 382 et 383 n. 1.
  • 4 Ibid., p. 436; Alemany, « Milicias », op. cit., p. 164.
  • 5 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 164.

1Les données relatives à la présence et au rôle des milices chrétiennes en Afrique du Nord1 durant le bas Moyen Âge concernent surtout des groupes ibériques, notamment catalans, même si parfois on peut en trouver quelques-unes concernant des Italiens (Génois et Vénitiens2) ou même des Portugais3, des Allemands4 et des Anglais5.

  • 6 Ainsi, par exemple, Ibn Abi Zar (cf. F. Maíllo Salgado, « Precisiones para la historia de un grupo (...)
  • 7 Voyez Alemany, « Milicias », op. cit., passim, qui en tire différents renseignements, et infra, à (...)
  • 8 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 133-169, qui se sert aussi des chroniqueurs catalans et notamm (...)
  • 9 A. Giménez Soler, « Caballeros españoles en África y africanos en España », Revue Hispanique, 12 ( (...)
  • 10 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., notamment p. 101-104, 149-161 et 514-516, et passim (voir les terme (...)
  • 11 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 440-449.
  • 12 En particulier, C. Batlle, « Noticias sobre la milicia cristiana en el Norte de Africa en la segun (...)
  • 13 Voyez par exemple Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 101, 122, 124, 135, 141, 145, (...)

2Il est vrai que les sources littéraires arabes6, ou parfois les chroniqueurs castillans7, ont permis de fournir quelques renseignements. Mais ce sont sans doute les riches archives royales catalanes qui en ont apporté le plus grand nombre : c’est à elles que se sont bornés, directement ou indirectement, les principaux travaux sur le sujet (ceux de José Alemany8, Andrés Giménez Soler9, Charles-Emmanuel Dufourcq10, Robert Brunschvig11 et, plus récemment, Carme Batlle12) et c’est à elles aussi, par conséquent, que l’on doit indirectement la majorité des informations rassemblées dans les ouvrages sur l’histoire du Maghreb13.

  • 14 Les Aghlabides, en revanche, avaient pris à leur service des troupes d’esclaves européens achetés (...)
  • 15 À mon avis, cette répartition explique que, puisque l’essentiel des sources concernant les milices (...)

3Toutes ces approches aboutissent à une double constatation, déjà signalée par Alemany : à partir des Almohades, la plupart des mercenaires engagés dans les milices chrétiennes – composées principalement d’hommes libres14 – ont été des Espagnols, mais ceux-ci ne se sont pas répartis uniformément ; les Castillans prédominaient au Maroc, tandis que les Catalano-Aragonais étaient majoritaires à Tunis et à Tlemcen15.

  • 16 Supra, n. 7.
  • 17 Supra, n. 6.
  • 18 Ainsi par exemple dans Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 304-305, 316, 346-348 n. 1, et 56-57  (...)

4Sur la période étudiée par Ch.-E. Dufourcq, c’est-à-dire à peu près entre 1212 et 1331, on connaît assez bien l’organisation des milices catalano-aragonaises, grâce à la richesse des archives catalanes. En revanche, les données relatives aux milices ou aux miliciens et mercenaires castillans sont beaucoup plus rares et malheureusement, faute de pouvoir s’appuyer sur la documentation castillane, il faut les chercher, comme je l’ai dit, chez les chroniqueurs castillans16 ; on peut en trouver quelques-unes dans les sources littéraires arabes17, mais également dans les archives catalano-aragonaises18. Ainsi, la présence de miliciens castillans au Maghreb est assez méconnue, du moins comparée à celle des Catalans.

5Par ailleurs, qu’il s’agisse de la Couronne d’Aragon ou de la Castille, nos connaissances dépassent à peine la première moitié du xive siècle. Pour la suite, les données sont beaucoup plus éparses et imprécises, et presque inexistantes lorsque l’on approche du xve siècle. Le phénomène des milices chrétiennes au Maghreb est davantage propre à la période analysée par Dufourcq qu’à celle qui va ici retenir notre attention, le début du xve siècle, puisque tout semble indiquer que dès la seconde moitié du xive siècle, ses paramètres directeurs ont changé ou évolué.

6Dufourcq et Brunschvig ont démontré que jusqu’au milieu du xive siècle, à Tunis notamment – et sans y parvenir complètement, à Tlemcen –, les milices chrétiennes, ou du moins celles de la Couronne d’Aragon, s’organisaient sous les auspices ou sous un certain patronage de leur monarchie et que même les conditions de leur existence et de leur organisation étaient prévues par les clauses des traités. La monarchie catalano-aragonaise a donc cherché à intervenir directement dans l’organisation des milices : le souverain en nommait les chefs, capitaines ou caïds ; les miliciens combattaient sous leur drapeau et, lorsque les monarques négociaient les trêves, ils leur octroyaient leur solde. On pourrait donc dire que, jusqu’au milieu du xive siècle, les milices ont été une « affaire d’État ».

  • 19 Voyez Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 448-449 ; Alemany, « Milicias », op. cit., p. (...)
  • 20 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 101-104.

7En revanche, dès la deuxième moitié du xive siècle, les informations relatives aux milices au Maghreb diminuent considérablement et disparaissent presque complètement bien que, comme l’a souligné Brunschvig, en ce qui concerne Tunis, l’on trouve des renseignements jusqu’au début du xvie siècle19. Le cas de Tunis, antérieurement étudié par Dufourcq jusqu’au premier quart du xive siècle20, et poursuivi par Brunschvig des origines jusqu’à la fin du xve siècle, est précisément le seul dont nous ayons une approche évolutive tout au long du bas Moyen Âge.

  • 21 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 441.
  • 22 D’après Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 141 et 145, et Id., A history of the Mag (...)
  • 23 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 443.

8A Tunis, Brunschvig a également remarqué l’existence de deux périodes. Il a tout d’abord constaté que les renseignements se concentraient principalement au cours de la deuxième moitié du xiiie siècle et du premier quart du xive, pour deux raisons : d’une part, les rapports entre les Hafsides et la Couronne d’Aragon, à laquelle il a accordé un rôle essentiel dans cette question, n’ont jamais été aussi fréquents ni aussi étroits que durant cette période, et les archives de Barcelone en ont en effet conservé des traces importantes ; d’autre part, la Tunisie de ce temps, qui a tenu sa place dans le concert des puissances méditerranéennes d’Occident, a accueilli, pour des durées variées, un certain nombre d’hommes d’armes chrétiens des plus notoires, réfugiés provenant d’Espagne ou d’Italie, dont les avatars sont connus21. Mais pour la plupart ces mercenaires – tout du moins leur noyau le plus compact et le plus cohérent — étaient alors des vassaux de la Couronne d’Aragon, fait qui explique les prétentions des souverains à intervenir dans leurs affaires et à imposer aux Hafsides des conditions relatives à leur statut22. Ainsi, les rois d’Aragon tenaient beaucoup à nommer eux-mêmes les caïds de ces miliciens et à les révoquer à leur gré ; ils ont en outre insisté maintes fois pour que l’autorité de ces caïds s’étendît indistinctement sur tous les mercenaires chrétiens du sultan23.

  • 24 Ibid., p. 447-448.
  • 25 En 1353 comme en 1391, on trouve des caïds génois, tous deux des Cibo (ibid., p. 448), la famille (...)
  • 26 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 445.

9En revanche, à partir du milieu du xive siècle, les données se raréfient et deviennent plus imprécises qu’au cours de la période précédente. Brunschvig l’a justifié par un relâchement des liens avec la Couronne d’Aragon, moins intéressée à l’affaire que par le passé24. Par ailleurs, en dépit de l’insuffisance des textes, Brunschvig a ajouté qu’il percevait une évolution ; d’après lui, le nombre de caïds chrétiens augmentait et, en outre, ils n’étaient plus tous catalano-aragonais : si en 1344 un Catalan, Jacques Garics, était peut-être encore le seul caïd, en 1353 il y en avait au moins deux et en 1391, au moins trois, et sans doute chacun commandait-il une troupe, en principe composée d’hommes de même nation que lui25. Brunschvig conclut que, jusque dans le premier quart du xive siècle, la milice chrétienne de Tunis a été un corps détaché de l’armée de la Couronne d’Aragon, à titre onéreux, au profit des sultans hafsides, et que c’est seulement plus tard que ces mercenaires, demeurés cependant chrétiens, ont abandonné toute allégeance envers un État européen et qu’ils ont fini par, selon lui, « se tunisifier »26.

  • 27 Les travaux de Ch.-E. Dufourcq nous permettent de constater qu’à Tlemcen, la Couronne d’Aragon a c (...)

10Sans doute faudrait-il développer des approches comparatives plus approfondies, mais on pourrait peut être avancer qu’à Tunis et à Tlemcen27, dès le milieu du xive siècle, l’intervention directe de la monarchie dans l’organisation des milices avait cessé, que celles-ci n’étaient plus une « affaire d’État », et que le phénomène des mercenaires devenait plus individuel au fur et à mesure que diminuait l’importance et les implications des États maghrébins dans la politique internationale méditerranéenne et que s’aggravaient la désagrégation, la décadence et la faiblesse du Maghreb central.

II. Héros, miliciens et farfanes castillans

  • 28 Également quelques-uns des documents du début du xve siècle dont nous allons nous occuper et qui, (...)

11Lorsque les historiens se sont intéressés aux mercenaires ou aux milices castillanes au Maghreb, ils se sont presque toujours et exclusivement penchés sur les cas des infants Henri et Frédéric, d’Alfonso Pérez de Guzmán ou Guzmán el Bueno, et des fameux farfanes – c’est-à-dire les cinquante familles de miliciens castillans de Fès rentrées en Castille à la fin du xive siècle – étant donné que les principaux renseignements trouvés les concernaient, bien que grâce à des études sur les milices on puisse y ajouter plusieurs caïds castillans, intervenus dans les luttes dynastiques mérinides28.

  • 29 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 304-305 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 441- (...)
  • 30 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 346-347.
  • 31 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 383, n. 1 et 3.

12Dans son étude prosopographique sur les « chevaliers espagnols en Afrique », Giménez Soler s’est uniquement attaché à deux Castillans ayant séjourné à Tunis : l’infant Henri, fils de Ferdinand III de Castille et frère rebelle d’Alphonse X, lequel s’y trouvait pendant la seconde moitié du xiiie siècle, et auquel nous pouvons ajouter son frère, l’infant Frédéric, réfugié lui aussi à la cour hafside29,ainsi qu’Alfonso Sánchez ; d’après Giménez, un frère de celui-ci, Juan Sánchez, fils naturel ou bâtard de Sanche IV de Castille, aurait échoué dans sa tentative de « passer en Afrique » en quête de fortune30, mais d’après Dufourcq il fut un des caïds chrétiens des Mérinides31.

  • 32 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 440-449.
  • 33 Dufourcq. L’Espagne, op. cit., p. 121 et n. 4.
  • 34 Batlle, « Noticias », op. cit., p. 130, n. 12 et doc. 3, et p. 133.

13Brunschvig n’ajoute aucune autre donnée concernant des Castillans à Tunis32, mais Dufourcq, en revanche, nous signale la présence en 1270 des chevaliers Gonzalvo Pérez de Alcoba et Pedro Valimayna aux côtés de l’infant Frédéric, et même d’un autre Castillan appelé à devenir plus tard le commandant de la milice des Mérinides, García Martínez de Gallegos33, tandis que les documents apportés par Carme Batlle, à propos des milices, nous révèlent également la présence à Tunis, en 1270, de Sancho Díez, originaire de San Esteban de Gormaz et écuyer de la famille maghrébine des Beotumen, ainsi que celle de Juan Martínez Navarro, ąui fuerit alchaidus familie de Tripol34.

  • 35 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 154 et n. 8.
  • 36 Batlle, « Noticias », op. cit., p. 133, n. 24.

14En ce qui concerne Tlemcen, Dufourcq nous apprend qu’en 1272 le rayonnement de sa milice chrétienne était tel que plusieurs chevaliers castillans de la milice des Mérinides, dont les principaux étaient don Pedro Núñez et le chevalier Serpia, tentèrent de changer de camp pour servir les Abdalwadides35. Grâce aux travaux de Batlle, nous savons également que c’est à Tlemcen que quelques années plus tard, en 1297, on rencontre un autre groupe de miliciens castillans, en compagnie cette fois, de quelques miliciens catalans dirigés par le célèbre Bernat Seguí : Alfonso Gonzalez de Séville, Garci Pérez de Séville et Juan García36.

  • 37 Voyez, par exemple, Abun-Nasr, A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 84, 86 (...)
  • 38 Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 124 et 153, signale que parmi les milices almoha (...)
  • 39 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 137. Voyez aussi Dufourcq. L’Espagne, op. cit., p. 24.

15Mais c’est surtout à propos du Maroc, comme cela a déjà été précisé, que l’on trouve l’essentiel des renseignements sur les mercenaires castillans au Maghreb. La milice des Almohades – lesquels ont pourtant suivi le modèle des Almoravides en ce qui concerne l’emploi de chrétiens à leur service37 – semble déjà avoir été composée pour l’essentiel de Castillans38. Ainsi, pour la période almohade, Alemany, qui ne trouve aucun renseignement relatif aux Castillans hors du Maroc, nous parle d’un renégat d’origine royale espagnole nommé Abuzacaría Yahia, fils de Gonzalvo « le réfugié », autrement dit « le fils de la sœur d’Alphonse », qui était établi à Meknès vers 1213-122339.

  • 40 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 140.
  • 41 Voir le texte correspondant à la n. 33.
  • 42 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 144-145.
  • 43 Ibid., p. 147-148 et 149. Voir également Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 388 et 456-458.
  • 44 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 383 ; voir pourtant Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 346-34 (...)

16En 1261-1262, un capitaine chrétien nommé Don Lop pourrait aussi être un Castillan40, comme l’était sans doute Garci Martínez de Gallegos, capitaine de la milice chrétienne mérinide d’Abou Yousouf en 1278, mais qui avait servi à Tunis auparavant41 ; c’est à ce moment également que le fameux fondateur de la maison de Guzmán, Alfonso Pérez de Guzmán ou Guzmán el Bueno, sur lequel nous reviendrons, servait Abou Yousouf, accompagné de son précepteur Cebolilla et de son page Gonzalo Sánchez de Troncones42 ; devenu en 1308 caïd de la milice chrétienne, il intervint de manière décisive dans la vie politique marocaine et eut une grande influence sur toute l’armée mérinide43, selon Dufourcq, Juan Sánchez, le bâtard de Sanche IV de Castille, devint aussi l’un des caïds chrétiens mérinides à ce moment44.

  • 45 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 316.
  • 46 Par « Bugia », Bougie ?
  • 47 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 459.
  • 48 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 150-154.

17Pour le début du xive siècle, Giménez Soler nous fournit le nom d’un autre Castillan se trouvant au Maroc, un certain Juan Ruiz45 ; sans doute s’agit-il de Juan Ruiz de Mendoza, commandant en chef de la milice castillane, signalé par Dufourcq, et qui participa avec un autre capitaine castillan, Juan Sánchez de Bugea46, à la révolte d’Abou Ali contre son père Abou Saïd en 131547. Vers 1361, un autre Castillan caïd de la milice chrétienne mérinide, Garcia ben Antol, a également eu un rôle très actif dans les luttes de cour qui ont finit par installer Abou Oumar sur le trône du Maroc48. Il faut ensuite attendre 1386 pour rencontrer dans la chronique de Jean Ier de Castille, les cinquante farfanes castillans qui, précédés de Sancho Rodríguez, sont rentrés à Séville.

  • 49 M. A. Ladero Quesada, « Una biografía caballeresca del siglo xv : « La Cronica del yllustre y muy (...)
  • 50 Ibid. ; Id., « El héroe en la frontera de Granada », Cuadernos del CEMYR, 1 (1994), p. 75-100 (réé (...)
  • 51 Voir les renseignements bibliographiques dans les deux articles de Ladero cités dans les notes pré (...)
  • 52 Id., « El héroe... », p. 89.
  • 53 Id., « Una biografía... », p. 260.

18Comme l’affirme Miguel Angel Ladero, parmi les diverses images mentales que les Castillans du bas Moyen Âge cultivaient sur la Berbérie, plus ou moins en accord avec la réalité du Maghreb, celle d’une terre de richesses où chevaliers et marchands pouvaient s’enrichir sans trahir leur condition chrétienne, était l’une des plus tenaces. Un chevalier pouvait y devenir « riche et bienheureux », comme le démontrait soit la fortune des chrétiens ayant servi les taifas andalouses, soit celle de quelque noble de la deuxième moitié du xiie ou du début du xiiie siècle, comme les Castro auprès des Almohades49. Parmi ces « héros » chrétiens qui partaient en Berbérie en quête d’« honneur et d’argent »50, Alfonso Pérez de Guzmán, Guzmán el Bueno51, est sans doute le plus célèbre, à l’instar de Rodrigo Díaz de Vivar, le Cid – avec lequel les biographes de Pérez de Guzmán ont implicitement créé un parallélisme52. Mais l’un des mérites de ces mercenaires les plus célèbres – peut-être parce que leurs exploits ont été exaltés par des biographes postérieurs les ayant jugés uniquement après leur retour en Castille ainsi qu’après leur succès – était le caractère provisoire de leur « dénaturalisation ». Théoriquement, leur but était toujours de rentrer en Castille, de pouvoir jouir de leurs richesses en terre chrétienne et de servir à nouveau leur seigneur naturel, le roi de Castille53. Leur attitude était donc irréprochable et consistait à faire profiter les chrétiens des ressources des musulmans, et, par conséquent, les véritables héros ont été ceux qui y sont parvenus.

  • 54 Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 265-281.
  • 55 À propos de l’étymologie et du sens en arabe du terme farfán, voyez Maíllo, « Precisiones », op. c (...)
  • 56 R. Sánchez Saus, « Un linaje hispano-marroquí entre la leyenda y la historia : los Farfán de los G (...)

19Le cas des farfanes est, pourtant, assez différent. Avant tout, en suivant les considérations de Maíllo – qui pourtant n’avait pu trouver ou signaler aucune mention documentaire du mot farfán54 – on doit distinguer entre le terme farfân emprunté à l’arabe55 comme nom commun, appliqué aux miliciens chrétiens au Maghreb, et le mot farfán, employé en Castille pour désigner le groupe de farfanes rentrés à la fin du xive siècle ainsi que leurs descendants, qui plus est à l’origine du lignage des Farfán de los Godos56.

  • 57 АСА [Archives de la Couronne d’Aragon], С [Chancellerie], reg. [registre] 3122, fol. 25r-v. 1423, (...)
  • 58 Crónica del Halconero de Juan II, éd. J. de M. Carriazo, Madrid, 1946, p. 127.
  • 59 A. García de Santa Maria, Crónica de Don Juan II de Castilla (1420-1434), Madrid, 1891 (Colección (...)
  • 60 Castillans, comme les Farfán de los Godos, génois, comme l’ambassadeur de Tlemcen, ou même catalan (...)

20Grâce à un document catalan de 1423 dans lequel apparaît, en compagnie d’ambassadeurs de Tlemcen, un certain Didacus Yanyes clairement défini comme christianus sive farfanus57, je peux confirmer que le terme farfanus était effectivement appliqué aux divers groupes de chrétiens disséminés au Maghreb durant le bas Moyen Âge, et non seulement à ce groupe de Castillans du Maroc, comme l’avait suggéré Maíllo à partir de l’opposition de la Crónica del Halconero – laquelle parle, en 1432, de quelques envaxadores del rrey de Túnez, cristianos et y ajoute e llamábanlos allá farfanes58 – avec la chronique de Jean II de Castille d’Álvar García de Santa María — qui affirme que ce même ambassadeur de 1432 était un caïd (nom réservé aux capitaines des milices chrétiennes) ou un chevalier chrétien génois issu du groupe de « ceux qui habitaient avec le roy de Tunis »59. Par conséquent, on peut trouver des farfanes au Maroc, à Tunis et à Tlemcen, et il s’agit simplement de chrétiens60.

  • 61 Adiciones a las notas de la Crónica del Rey don Juan I, dans Crónicas de los Reyes de Castilla, Ma (...)
  • 62 P. López de Ayala, Crónica del Rey don Juan I de Castilla e de León, dans Crónicas de los Reyes de (...)
  • 63 Sánchez, « Un linaje », op. cit., p. 326.
  • 64 Adiciones, op. cit., p. 158 ; Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 268-274 ; R. Sánchez, Un linaj (...)
  • 65 Sánchez, « Un linaje », op. cit., p. 326-328.

21En ce qui concerne les fameux farfanes castillans qui habitaient à Fès à la fin du xive siècle, on sait qu’ils envoyèrent un messager, Sancho Rodríguez, au roi Jean Ier de Castille, pour que celui-ci réclamât leur retour au roi du Maroc, et qu’il leur permît de s’installer à Séville ; il y eut effectivement des négociations à ce sujet entre les deux souverains, puisque Jean Ier demanda au roi de Fès d’autoriser leur départ61. Ce retour massif des farfanes du Maroc en 1390, sous Jean Ier, concerna cinquante familles62 qui se sont établies surtout à Séville, mais également à Jerez de la Frontera et dans d’autres villes andalouses63. Le nouveau roi castillan Henri III leur accorda en 1394 des privilèges leur conférant un statut presque nobiliaire, probablement justifié par leur prétendue filiation avec les anciens Goths – ils se disaient issus des familles espagnoles ayant émigré au Maroc au viiie siècle, après la conquête arabe de la péninsule Ibérique64. Même si les libertés conférées par leur statut proche de la noblesse permirent à quelques-unes des familles de farfanes de prospérer et de s’intégrer vraiment à la noblesse, la plupart d’entre elles eurent du mal à survivre, puisque leur rang social ne correspondait pas à leurs ressources économiques et à leurs biens patrimoniaux65.

  • 66 Voir dans Sánchez, « Un linaje », op. cit.
  • 67 Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 276-277.

22Tous nos renseignements relatifs aux farfanes castillans des Mérinides et à leur retour en Castille proviennent des chroniqueurs castillans ; nous ne disposons pas d’autres données documentaires à leur sujet (bien que, même si elles sont très rares, il y en ait quelques-unes concernant la période postérieure à leur installation en Castille66). D’ailleurs, les chroniqueurs castillans ne nous disent rien au sujet de la vie et des activités de ces farfanes au Maroc, ni sur les raisons les ayant poussés à rentrer en Espagne à ce moment-là. Bien que l’on ne puisse pas rejeter la possibilité d’un lien entre cette fuite et la probable implication des farfanes dans les luttes dynastiques, puisqu’ils étaient restés à Fès depuis des années et qu’ils étaient bien intégrés dans l’entourage de la cour, Felipe Maíllo a déjà suggéré que cette émigration massive pouvait se rapporter à la situation de décadence et de désagrégation que vivait le Maghreb pendant la deuxième moitié du xive siècle, aggravée encore vers la fin du siècle67 : dans le sultanat de Fès, d’où provenaient nos farfanes, les derniers souverains et prétendants mérinides se livraient à de continuelles luttes dynastiques, tandis que le pays était soumis à une profonde crise économique, urbaine et culturelle.

23Cette situation est bien connue et il n’y a par conséquent pas lieu d’insister davantage, mais l’on peut encore renvoyer à un court passage d’une lettre que Jean Ier de Portugal envoya à Ferdinand Ier d’Aragon en 1415, après la conquête de Ceuta, pour essayer de le convaincre de s’engager à ses côtés dans la guerre contre Grenade ; cela nous montre d’une part que même les contemporains ont eu conscience de cette crise mérinide, et cela nous ramène d’autre part à notre période chronologique, le règne de Ferdinand Ier :

  • 68 АСА, С, CR [Cartes Reials] Ferdinand Ier, boîte 20, num. 2491. [1415], octobre, 20. Evora ; éd. Mo (...)

24« Auparavant, lorsque Grenade était menacée de guerre, elle le signalait aux rois de Benamarin et du Maroc, et aux autres souverains de cette partie de l’Afrique, et ces rois envoyaient à Grenade des gens, des chevaux, de l’argent et toutes les choses dont Grenade avait besoin. Mais maintenant, à cause des famines, des pestes et des guerres, les Maghrébins manquent tellement de gens et de toutes les choses mentionnées qu’ils ne réussissent même pas à subvenir à leurs propres besoins, et par conséquent encore moins à ceux des autres musulmans68 ».

III. Ferdinand Ier, la Castille, la Couronne d’Aragon et le royaume de Fès

25Si pour le début du xve siècle, sous le règne de Ferdinand Ier, nous pouvons parler des mercenaires castillans au Maroc, c’est encore grâce aux archives catalanes, puisque pour la Castille le problème reste toujours celui du manque de sources documentaires.

26Pour le début du xve siècle, une raison précise nous permet de relever de nombreuses données dans les archives royales catalano-aragonaises : Ferdinand Ier d’Aragon ou Ferdinand d’Antequera, fils de Jean Ier de Castille et monarque catalano-aragonais de 1412 – à l’occasion de la mort sans descendance, en 1410, du dernier roi de la dynastie catalano-aragonaise Martin Ier l’Humain – à 1416, dès la mort de son frère Henri III de Castille, survenue en 1406, fut également régent de la Castille durant la minorité de son neveu Jean II. Et ce regroupement du royaume de Castille et de la Couronne d’Aragon entre les mains de Ferdinand Ier s’est traduit par une politique absolument identique, du moins officiellement, dans le domaine des rapports entre les deux États et les sultanats de Grenade et de Fès.

  • 69 Voir R. SaliCrú i Lluch, El sultanat de Granada i la Corona d’Aragó, 1410-1458, Barcelone, 1998, p (...)

27Ferdinand Ier est monté sur le trône catalano-aragonais avec tout le poids de la tradition castillane des rapports avec l’Islam occidental et notamment avec l’aura de ses récentes et victorieuses campagnes contre Grenade. Lorsqu’il fut proclamé roi, il venait de signer, au nom de la Castille, une trêve avec Grenade prorogeant la précédente, accordée après la campagne de 1410 et la conquête d’Antequera, qui lui avait permis de se consacrer pleinement à la défense de ses droits de succession à la Couronne d’Aragon et d’éviter d’éventuels rebondissements de la politique castillano-grenadine. Par la suite, en 1413, 1414, 1415 et 1416, Ferdinand prolongea de nouveau ces trêves, négociées selon le modèle castillan et signées au nom de Jean II de Castille, sans en modifier les conditions, mais en les étendant à la Couronne d’Aragon, de manière que ses sujets catalano-aragonais et les Castillans y restassent soumis de la même façon69.

  • 70 Μ. A. Ladero Quesada, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, 1989, p. 168. Sur (...)

28Au début du xve siècle, l’inclusion du royaume de Fès dans les trêves castillano-grenadines était un fait à ce point coutumier que, selon Miguel Angel Ladero, c’en était devenu une tradition presque anodine70 ; cela signifie en tous cas que pendant le règne de Ferdinand d’Antequera, la Castille et la Couronne d’Aragon furent formellement en paix avec le sultanat mérinide de Fès.

  • 71 C’est ce qui ressort de manière évidente du contraste entre l’ampleur des principales œuvres trait (...)
  • 72 Ainsi, par exemple, Arribas, Las treguas, op. cit., est complètement élaboré à partir des sources (...)
  • 73 Voir R. Salierú i Lluch, Relacions de la Corona d’Aragó amb el regne de Granada al segle xv (1412- (...)

29Si comparativement à la Couronne d’Aragon nous n’avons que de rares renseignements – ou du moins de documents – sur les rapports entre la Castille et le Maghreb71, c’est qu’en grande partie les registres de la chancellerie castillane ne nous sont pas parvenus. Cependant, et puisqu’au cours de son règne Ferdinand Ier continua à s’occuper à la fois de la Couronne d’Aragon – où logiquement, il s’installa – et de la régence castillane, c’est-à-dire des affaires relatives à l’Andalousie et aux rapports de la Castille avec l’Islam, les registres de la chancellerie catalano-aragonaise relatifs à son bref règne deviennent ainsi une source extraordinaire, qui nous permet de combler partiellement le manque de renseignements propres à la Castille72 ; les thèmes des rapports avec Grenade et avec le royaume mérinide de Fès sont les domaines les plus féconds73.

  • 74 Il s’agit d’une quinzaine de documents, dont huit avaient déjà été publiés par Arribas Palau, « Ca (...)

30Cette situation nous permet donc de parler des miliciens castillans au Maroc et de leurs familles au début du xve siècle, grâce aux documents contenus dans les archives royales de Barcelone74.

IV. Mercenaires castillans au Maroc pendant le règne de Ferdinand Ier

  • 75 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 465.

31Comme l’avait déjà signalé Ch.-E. Dufourcq75 et comme nous l’avons vu dans le cas des farfanes du Maroc, rentrés en Castille avec leurs familles vers la fin du xive siècle, une grande partie des mercenaires ou des miliciens qui servaient les sultans mérinides étaient établis en famille, avec femmes, enfants et biens sur leur terre d’adoption.

  • 76 АСА, С, reg. 2359, fol. 110v. 1413, février, 10. Barcelone.
  • 77 Nous disposons de plusieurs éléments au sujet de cette guerre civile mérinide opposant Abou Saïd O (...)

32Cependant, nous trouvons également quelque fois des renseignements relatifs au passage en Berbérie d’hommes seuls ou de chevaliers avec leurs compagnons d’armes. Mais même si, après un premier contact, la Berbérie devenait parfois pour eux un pays d’adoption où pouvaient s’installer femme ou famille, ces approches solitaires semblent souvent répondre, tout au moins au début, à la seule volonté de prendre part à l’une des fréquentes luttes dynastiques ou guerres civiles maghrébines. 11 s’agissait donc d’hommes qui cherchaient à profiter des occasions de faire fortune. Ainsi par exemple, le Castillan Ferrán Vaz de Crunya passa au service du Mérinide Abou Saïd Outman III avec une compagnie de vingt hommes armés au début de 141376, probablement attiré par la guerre contre le rebelle Saïd77.

  • 78 Ainsi le déclarait du moins un chevalier valencien – Jaume Terrés – à propos d’un Murcien – Genis (...)
  • 79 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 58 et n. 2, p. 59 et n. 3.

33Selon les termes d’une lettre quasi contemporaine de 1414 ou 1415, au début du xve siècle pasar en Barberia per guanyar lo sou axí com d’altres Cristians hi passen, c’est-à-dire, aller en Berbérie pour gagner son salaire, était considéré comme une expérience habituelle78, de même qu’à l’époque de Pierre le Cérémonieux, au xive siècle, comme le confirme une lettre datant de son règne79.

34Pourtant, la grande majorité des lettres et des renseignements concernant les miliciens castillans au Maroc sous Ferdinand Ier témoigne de cas contraires, c’est-à-dire de miliciens castillans qui, en suivant les traces des farfanes, avaient quitté Fès et le service d’Abou Saïd vingt ans auparavant et voulaient rentrer eux aussi en Castille avec leurs familles et leurs biens.

  • 80 On pourrait probablement établir un parallélisme avec la parfaite intégration des miliciens chréti (...)
  • 81 Anda en la companyía de Ruy Díez. de Fonollosa, АСА, С, reg. 2385, fol. 38v. 1414, avril, 25. Sara (...)

35Toutes les références à ces miliciens sont concentrées entre 1414 et 1415, et il faut sûrement les relier à la guerre entre Abou Saïd et Saïd, dont elles pourraient être une conséquence, ainsi qu’à l’émigration des autres farfanes quelques années auparavant. Dans ce cas, nous serions en présence d’une vague migratoire de grande portée, liée au processus de désagrégation et à la crise mérinide qui, après chaque nouvelle secousse politique, poussait quelques-uns des membres des groupes de chrétiens établis au Maroc à abandonner ce pays, peut-être uniquement dans le but d’en éviter les ravages, mais aussi sans doute parce qu’après de longues années de service ils y étaient trop engagés et, par conséquent, se sentaient menacés. Contrairement aux hommes seuls qui cherchaient à profiter de cette instabilité pour aller au Maroc en quête de fortune, ceux qui quittaient ce pays pour rentrer en Castille se composaient de familles entières, bien établies et sûrement bien intégrées dans l’entourage de la cour à Fès80 ; elles risquaient par conséquent d’y perdre leurs confortables conditions de vie, leurs biens et leur sécurité. L’instabilité et l’insécurité les poussaient à tout abandonner en échange d’une vie plus tranquille dans leurs terres d’origine. Nous trouvons aussi, il est vrai, des hommes seuls qui voulaient rentrer en Castille, par exemple García de Escamilla, qui servait la compagnie de Ruy Díez de Fonollosa, en avril 141481, bien que son retour puisse être dû à la fin de la guerre civile.

  • 82 Ferdinand Ier demanda à Abou Saïd de leur permettre de partir (АСА, С, reg. 2381, fol. 53v. 1414, (...)
  • 83 Pour s’assurer le consentement du Mérinide, Ferdinand Ier fit également intervenir son secrétaire (...)

36Habituellement, des familles entières quittaient le Maroc, le père en tête ; mais il y avait également des hommes seuls, qui allaient rejoindre leurs familles parties auparavant, ou encore des femmes et leurs enfants, avec tous les biens meubles accumulés, qui précédaient le départ de leurs maris. Dans ce groupe de familles on trouve par exemple, en juillet 1414, celles de Juan Gonzalvez, de Gonzalvo Gonzálvez, de Pero Fernández, de Juan de Alvillos et de Gonzalvo Martínez, habitantes du royaume de Fès82 ; en revanche, Fernando de Toledo, originaire de cette ville castillane, à Fès avec sa femme Elvira Ruyez de Castellblanc, ses enfants et sa belle-mère, voulait uniquement faire rentrer sa famille avec tous leurs biens, souhaitant quant à lui rester au moins provisoirement au Maroc83.

  • 84 АСА, С, reg. 2409, ff. 70v-71r. 1415, juillet, 16. Valence ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., do (...)
  • 85 АСА, С, reg. 2391, fol. 62r-v. 1415, décembre, 27. Perpignan.
  • 86 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 465 et 581 ; Batlle, « Noticias », op. cit., p. 128 et 129.

37Cependant, les recommandations royales précédant les départs n’étaient pas toujours suivies d’effet et parfois miliciens et familles ne réussissaient pas à quitter le pays parce que les Mérinides ne les autorisaient pas à partir. Gonzalvo Martínez de Rueda, l’un des cinq miliciens qui avait demandé au sultan mérinide de partir avec sa famille en juillet 1414 avait réussi à le faire à titre personnel ; mais un an plus tard sa femme Guisabel Fernández et ses servantes, Catalina Rodríguez, épouse de Juan de Serpa, et Guisabel, étaient encore au Maroc. Il fallut que Ferdinand Ier réécrive à Abou Saïd pour solliciter l’autorisation de leur départ84. Le cas de Rodrigo Marino, vers la fin de 1415, est assez similaire : parti seul de Fès, sa femme Urraca Fernández, restée là, cherchait à le rejoindre avec tous ses biens, vêtements et argent85. Indirectement, le fait que ces femmes soient restées seules à Fès nous indique que le soutien de la communauté, ainsi que les liens avec l’ensemble des chrétiens établis là, étaient suffisamment solides pour qu’elles pussent y demeurer sans leurs maris. Pour le début du xve siècle nous ne disposons pas de renseignements, mais les données recueillies par Ch.-E. Dufourcq et par L.C. Batlle, nous permettent de savoir que les miliciens vivaient à proximité des marchands et, comme nous le verrons dans un instant, de l’évêque et des prêtres86.

  • 87 Rappelons que l’un des cinq miliciens partis en juillet 1414 avec leurs familles s’appelait aussi (...)
  • 88 Il avait été recommandé par Ferdinand Ier aux différents « caïds chrétiens de la maison du roi de (...)
  • 89 Elle est appelée la femme que tenía por manceba en aquexa tierra.
  • 90 Ainsi dans la recommandation que Ferdinand Ier envoya à Abou Saïd deux mois après, en juillet 1414 (...)

38Sur le plan familial, les deux cas les plus intéressants sont ceux d’Alfonso Sánchez, lequel avait été caïd et écrivain des soldes des chrétiens au service d’Abou Saïd, et de la famille de feu le capitaine de toute la milice chrétienne du royaume de Fès, Juan González de Valladares. Alfonso Sánchez, qui avait vécu à Fès durant des années, y était mort peu avant le mois de mai 1414 et y avait de ce fait laissé tous ses biens. Son fils, Martín de Alvillos87, qui vivait en Castille avec sa mère, fit le déplacement à Fès poulies récupérer88. Mais si Alfonso n’avait laissé sur place ni fils ni aucun héritier légitime, il avait une concubine ou maîtresse89 (sans doute chrétienne, sinon le document l’aurait signalé comme un fait blâmable) laquelle, sans détenir aucun droit sur les biens d’Alfonso, s’était approprié tout ce qu’il avait possédé90. Cet exemple est donc intéressant à double titre : d’une part, du point de vue de cette double vie familiale qui devait ou qui pouvait être parfaitement normale ; d’autre part, parce qu’il nous montre la valeur des fortunes que les miliciens – ou du moins ceux qui exerçaient de hautes fonctions – pouvaient amasser au Maroc, puisque, pour les récupérer, cela valait la peine de courir les risques d’un voyage en Berbérie et d’en avancer les frais.

  • 91 Voir infra.
  • 92 АСА, С, reg. 2423, fol. 44v. 1414, juin, 4. Saragosse ; АСА, С, reg. 2423, fol. 44r. 1414, juin, 2 (...)

39Mais le cas de la famille du caïd et chevalier décédé, Juan González de Valladares, capitaine de la milice chrétienne du royaume de Fès, est sans doute le plus intéressant : après la mort de son mari, survenue en 1411 pendant la guerre entre Abou Saïd et Saïd91, sa veuve, Margarita Guillen, était restée au Maroc, où nous la retrouvons trois ans après, avec son beau-fils – un autre caïd, García López de Salcedo –, sa fille – Catalina Gómez – et sa petite-fille – Mari Gómez92. Cet exemple nous permet donc de voir à quel point les familles ou le groupe des miliciens chrétiens, dans ce cas castillans, établis dans les sultanats maghrébins, formaient des groupes soudés et entretenaient entre eux des relations ou des liens familiaux très étroits, déjà observés parmi les farfanes, qui rentrèrent en Castille à la fin du xive siècle. Nous pouvons également deviner ces liens à partir des noms de famille des miliciens que nous découvrons pendant le règne de Ferdinand Ier. En outre, la famille du capitaine Juan González de Valladares nous permet d’apprécier l’organisation non-militaire, développée par ces émigrés chrétiens en terre d’Islam.

  • 93 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., notamment p. 104-106, 111, 141, 156, 266, 299 n. 4, 323, 465, 472-4 (...)

40Pour le xiiie et la première moitié du xive siècle, nous savons, notamment grâce à Ch.-E. Dufourcq, que des chapelains et des prêtres veillaient au maintien de la loi catholique parmi les chrétiens, miliciens et marchands, établis au Maghreb93.

  • 94 АСА, С, reg. 2343, fol. 44r. 1414, juin, 27. Morella.
  • 95 АСА, С, CR Ferdinand Ier, boîte 10, num. 1232. [1414], septembre. 3 (lundi). Fès.

41Vers le début du xve siècle, c’étaient les femmes de cette famille liée au capitaine de toute la milice chrétienne du royaume de Fès et de l’un de ses caïds, Margarita Guillén, Catalina Gómez et Mari Gómez, mère, fille et petite-fille, qui surveillaient et aidaient le clergé installé à Fès. C’est grâce à leur intercession qu’en 1414 Ferdinand Ier demanda au pape Benoît xiii d’envoyer comme chapelain, le frère augustin Pedro de San Román qui, selon les coutumes de son ordre, n’aurait normalement pas pu remplir cette fonction. Mais le témoignage de ces femmes assurait qu’il était bien la personne la plus appropriée pour garantir la célébration de la messe pour les chrétiens habitant le royaume de Fès94. Quelques mois plus tard, en septembre 1414, une autre lettre, écrite à Fès par leur beau-fils, mari et père respectif, le caïd García López de Salcedo, et adressée à Ferdinand Ier, nous informe que le caïd envoya au monarque catalano-aragonais le messager Juan Sánchez de Jérez au nom de sa belle-mère, de sa femme et de sa fille, las quales vyven en esta tierra por vuestros capellanes – « qui vivent en ce pays pour vos chapelains » –, c’est-à-dire, qui s’occupaient, on ne sait trop comment, des prêtres résidant au Maroc. Le messager devait s’entretenir avec Ferdinand Ier au sujet de quelques affaires qui ne sont pas précisées mais qui, probablement, se rapportaient au culte et à la communauté chrétienne de Fès95.

  • 96 Arribas, « La ausencia », op. cit., p. 245-254.
  • 97 АСА, С, reg. 2387. fol. 83v. 1415, janvier, 30. Valence ; éd. Arribas. « La ausencia », op. cit., (...)
  • 98 АСА, С, reg. 2449, fol. 124r ; АСА, С, CR Ferdinand Ier, boîte 11, num. 1283 ; et АСА. С, CR Ferdi (...)

42Ces deux documents doivent sans doute avoir un lien avec l’absence à Fès de l’évêque du Maroc, Pedro de San Cipriano, et avec les problèmes survenus, tant avec des musulmans qu’avec quelques caïds et miliciens chrétiens, et qui avaient déjà été signalés par Arribas Palau96 ; plusieurs d’entre eux empêchaient en effet l’évêque de recevoir les églises qui devaient lui être livrées, et avaient également séquestré ses biens et revenus ecclésiastiques ; ainsi, en janvier 1415, Ferdinand Ier les menaça de ne pas permettre le retour de l’évêque, ni la venue au Maroc d’aucun ffrayre o clérigo, s’ils ne changeaient pas d’attitude97. Mais Arribas n’avait cependant pas eu connaissance de trois documents qui nous signalent que l’évêque était déjà sur le territoire de la Couronne d’Aragon en novembre 1414, qu’il avait été reçu par l’infant Alphonse, fils aîné de Ferdinand Ier et futur Alphonse le Magnanime, et qu’il allait également rendre visite au monarque98.

43Toutes ces données nous permettent donc d’identifier directement huit femmes chrétiennes ou épouses de miliciens des Mérinides, établies à Fès : Margarita Guillén, Catalina Gómez et Mari Gómez, du clan familial de Juan González de Valladares et de García López de Salcedo ; Guisabel Fernández, épouse de Gonzalvo Martínez ou Martínez de Rueda ; Elvira Ruyez de Castellblanc, épouse de Fernando de Toledo ; Catalina Rodríguez, épouse de Juan de Serpa et servante de Guisabel Fernández et Gonzalvo Martínez de Rueda ; Guisabel, servante de Guisabel Fernández et Gonzalvo Martínez de Rueda ; et Urraca Fernández, épouse de Rodrigo Marino. On peut ajouter à cette liste les quatre femmes de Juan Gonzálvez, de Gonzalvo Gonzálvez, de Pero Fernández et de Juan de Alvillos, la belle-mère de Fernando de Toledo et mère d’Elvira Ruyez de Castellblanc, et la concubine ou maîtresse d’Alfonso Sánchez, dont nous ne connaissons pas les noms, ce qui porte le total à quatorze femmes.

44En ce qui concerne les enfants, Mari Gómez est la seule expressément nommée, mais nous avons également des références indirectes à ceux d’Elvira Ruyez de Castellblanc et Fernando de Toledo, à ceux de Juan Gonzálvez, Gonzalvo Gonzálvez, Pero Fernández et Juan de Alvillos, et à ceux du couple formé par Gonzalvo Martínez de Rueda et Guisabel Fernández.

  • 99 АСА, С, reg. 2385, fol. 38v. 1414, avril, 25. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. (...)
  • 100 АСА, С, reg. 2359, fol. 110v. 1413, février, 10. Barcelone.
  • 101 АСА, С, reg. 2381, fol. 63r-v. 1414, mai, 5. Saragosse.
  • 102 АСА, С, reg. 2381, fol. 63r-v. 1414, mai, 5. Saragosse et АСА, С, reg. 2381, fol. 63v. 1414, juill (...)
  • 103 АСА, С, reg. 2423, fol. 44v. 1414, juin, 4. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 9, (...)
  • 104 АСА, С, reg. 2343, fol. 44r. 1414, juin, 27. Morella.

45Les données concernant les miliciens nous apportent aussi, indirectement, des renseignements sur leur organisation. Nous avons pu constater qu’il y avait plusieurs compagnies de mercenaires ou de miliciens castillans : García de Escamilla anda en la companyía de Ruy Díez de Fonollosa99, et Ferrán Vaz de Crunya, qui passa au service du Mérinide avec sa propre compagnie de vingt hommes armés100. Mais outre les différentes compagnies de miliciens castillans, la « maison du roi mérinide » disposait également de plusieurs « caïds chrétiens », pas nécessairement castillans, puisqu’en 1414, Martín de Alvillos, le fils d’Alfonso Sánchez, avait été recommandé à tous101. D’autre part, c’est sur l’ensemble de la milice chrétienne mérinide que s’étendait l’autorité des deux charges que nous avons rencontrées : celle de « caïd et écrivain des soldes » des chrétiens ou de « caïd et écrivain des soldes » du roi mérinide, occupée d’abord par Alfonso Sánchez, mort avant le mois de mai 1414102, puis par Antón Rodríguez qui exerçait déjà cette fonction au début de juin 1414, lorsque Ferdinand Ier le recommanda à Abou Saïd103 ; et celle de « capitaine de la milice de chrétiens du royaume de Fès », qui avait été occupée par le caïd Juan González de Valladares104.

  • 105 АСА, С, reg. 2381, fol. 59v. 1414, juillet, 6. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 1 (...)

46Nous disposons également de deux lettres établissant une division en trois catégories entre les membres de la milice chrétienne du Maroc : caïds, mofarrants ou mofarrates et compagnons105. Si les « compagnons » étaient à n’en pas douter les miliciens ou mercenaires du niveau le plus bas, je ne peux pour le moment rien préciser en ce qui concerne les mofarrants, qui correspondent sans doute à un degré intermédiaire ; le niveau supérieur se distinguait par les grades de caïds (alcaids/alcaides), auxquels étaient parvenus les deux caïds et écrivains des soldes des chrétiens (Alfonso Sánchez et son substitut, Antón Rodríguez), le capitaine de toute la milice chrétienne de Fès (Juan Gonzalez de Valladares), et son beau-fils, le caïd Garcia López de Salcedo.

  • 106 Mais évidemment, le fait que nos documents n’en parlent pas comme caïds ne signifie pas qu’ils ne (...)

47Les treize miliciens restants dont nous connaissons les noms (Ferrán Vaz de Crunya, Garcia de Escamilla, Ruy Díez de Fonollosa, Ginés ou Genis Coves, Juan Gonzálvez, Gonzalvo Gonzálvez, Pero Fernández, Juan de Alvillos, Gonzalvo Martínez de Rueda, Fernando de Toledo, Juan de Serpa, Rodrigo Marino et Juan Sánchez de Jerez) n’apparaissent pas dans les documents avec une distinction particulière, bien que Vaz de Crunya et que Díez de Fonollosa fussent aussi à la tête de leur propre compagnie106.

48Par conséquent, aux quatorze femmes déjà signalées nous pouvons ajouter les dix-sept hommes dont nous connaissons les noms – dont quelques-uns avec leurs « enfants et familles » – et les vingt hommes armés de la compagnie de Vaz de Crunya. Donc, au total, la quinzaine de documents du règne de Ferdinand Ier se rapportant à la milice ou aux mercenaires castillans au Maroc et à leurs familles nous parle plus ou moins directement d’une cinquantaine de personnes.

  • 107 ACA, C, reg. 2381, fol. 59v. 1414, juillet, 6. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 1 (...)
  • 108 Et, d’après le chroniqueur, avec plus de dix mille musulmans appartenant aux deux factions.
  • 109 Il s’agit de la même bataille qu’évoque Jean-Léon l’Africain, Description, op. cit., vol. I, p. 17 (...)
  • 110 Cronica de Juan II, op. cit., p. 335.

49Ces documents nous apportent encore un dernier élément, celui de l’activité militaire de la milice, notamment sa participation à la guerre civile mérinide entre Abou Saïd et Saïd. Nous pouvons, d’une part, remarquer la participation du Murcien Genís ou Ginés Coves au conflit et l’attrait probable que celui-ci suscita pour Ferrán Vaz de Crunya et sa compagnie de vingt hommes armés ; au début de juillet 1414, Ferdinand Ier avait par ailleurs rappelé le « loyal service que les chrétiens habitant le royaume de Fès » avaient prêté à Abou Saïd « lorsqu’il en avait eu besoin », pour recommander au sultan mérinide tous les membres de la milice chrétienne ainsi que leurs épouses et fils, et pour lui demander de les favoriser en tous points107. D’autre part, il faut aussi signaler la parfaite coïncidence de nos données documentaires avec un passage de la chronique de Jean II de Castille de Galíndez de Carvajal, qui relate comment tous les chrétiens au service du souverain mérinide l’avaient appuyé pendant la guerre, et que son capitaine – mort avec quatre-vingts autres chrétiens108 dans une furieuse bataille aux alentours de Fès en 1411109 – était un chevalier originaire de la ville castillane de Campos répondant au nom de Juan González de Valladares110. Il s’agit donc du même chevalier, caïd et « capitaine de toute la milice chrétienne du royaume de Fès » dont nous avons rencontré la veuve, la fille, le beau-fils et la petite-fille trois ans plus tard parmi les documents de Ferdinand Ier.

  • 111 Supra, n. 77, pour les renseignements bibliographiques.

50Le « loyal service que les chrétiens de Fès avaient prêté à Abou Saïd lorsqu’il en avait eu besoin » et que Ferdinand Ier invoquait en juillet 1414, doit par conséquent être mis en rapport avec cette guerre civile, qui semble avoir commencé en 1411, s’être prolongée au moins jusqu’au début de 1413 et avoir eu des conséquences, probablement jusqu’au milieu de 1414111. Ce n’est qu’une fois ce conflit achevé que Ferdinand Ier se permit de recommander au sultan mérinide tous ses « sujets » castillans restés au Maroc.

51Bien que la chronique de Jean II nous signale que Juan González de Valladares avait servi le monarque mérinide pendant des années, ce souvenir d’une origine précise – la ville castillane de Campos – semble avoir concerné personnellement le capitaine, mais non sa famille, et pourrait nous indiquer qu’il s’était installé à Fès peu de temps auparavant.

52Ainsi ou autrement, c’est-à-dire même si ce souvenir n’était pas directement lié à sa personne mais à sa famille ou à ses aïeux immédiats, cela nous ramène également aux liens et à la mémoire collective que les mercenaires castillans des Mérinides, comme les Farfanes de los Godos de la fin du xive siècle semblent avoir toujours gardée de leurs racines castillanes. Des racines qui ont probablement été nourries, durant des siècles, par ce flux continuel et bi-directionnel que nous avons pu saisir au début du xve siècle.

Anmerkungen

1 D’après J.M. Abun-Nasr, A History of the Maghrib, Cambridge, 1975 (2e édition), p. 101, et Id., A history of the Maghrib in the Islamic period, Cambridge, 1987, p. 84, dans un système politique construit sur l’hégémonie d’un groupe tribal dans une société ethniquement divisée, les mercenaires étrangers sont indispensables ; outre les renforts militaires qu’ils apportent, ils évitent aux dirigeants d’avoir à s’appuyer sur des tribus avec lesquelles ils sont potentiellement en conflit ; la logique de l’état tribal requiert que les dirigeants, lorsqu’ils sont conscients de l’insuffisance militaire de leur propre groupe, doivent chercher des renforts parmi des éléments étrangers ; Abun-Nasr soutient que, dans le Maghreb, cette logique est restée un axiome du gouvernement tribal jusqu’au xvie siècle.

2 Cf. r. Brunschvig, La Berbérie Orientale sous les Hafsides. Des origines à la fin du xve siècle, Paris, 1982, vol. I, p. 443 et 448, n. 2 et 3 ; J. Alemany, « Milicias cristianas al servicio de los sultanes musulmanes de Almagreb », dans Homenaje a D. Francisco Codera, Saragosse, 1904, p. 164 et 169 ; Ch.-e. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles, Paris, 1966, p. 102.

3 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 97, 382 et 383 n. 1.

4 Ibid., p. 436; Alemany, « Milicias », op. cit., p. 164.

5 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 164.

6 Ainsi, par exemple, Ibn Abi Zar (cf. F. Maíllo Salgado, « Precisiones para la historia de un grupo étnico-religioso : los farfanes », Al-Qantara, IV (1983), p. 269-270, n. 8 et 9), ou Ibn Khaldun (cf., par exemple, op. cit., p. 270 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 440, 442, 446 ; Alemany, « Milicias », op. cit., passim).

7 Voyez Alemany, « Milicias », op. cit., passim, qui en tire différents renseignements, et infra, à propos des farfanes, de Juan González de Valladares et de la guerre civile mérinide.

8 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 133-169, qui se sert aussi des chroniqueurs catalans et notamment de L. De Mas Latrie, Traités de peux et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les arabes de l’Afrique Septentrionale au Moyen Âge, New York [édition originale Paris], 1866, 2 volumes.

9 A. Giménez Soler, « Caballeros españoles en África y africanos en España », Revue Hispanique, 12 (1905), p. 299-372, et 16 (1907), p. 56-69.

10 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., notamment p. 101-104, 149-161 et 514-516, et passim (voir les termes « milice(s) chrétienne(s) », dans son Index Rerum). Voir aussi, Id., « Les relations du Maroc et de la Castille pendant la première moitié du xiiie siècle », Revue d’Histoire et de Civilisation du Maghreb, 5 (1968), p. 40-44.

11 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 440-449.

12 En particulier, C. Batlle, « Noticias sobre la milicia cristiana en el Norte de Africa en la segunda mitad del Siglo xiii », dans Homenaje al Profesor Juan Torres Fontes, Murcie, 1987, vol. I, p. 127-137.

13 Voyez par exemple Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 101, 122, 124, 135, 141, 145, 153 et 154, et Id., A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 55, 84, 86, 91, 99, 104, 116, 121, 125, 127, 130 et 196, ou A. Dhina, Le royaume abdelouadide à l’époque d’Abou Hammou Moussa Ier et d’Abou Tachfin Ier, Alger, 1984, p. 60-62.

14 Les Aghlabides, en revanche, avaient pris à leur service des troupes d’esclaves européens achetés à des marchands de Naples et de Venise (cf. Abun-Nasr, A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 55).

15 À mon avis, cette répartition explique que, puisque l’essentiel des sources concernant les milices chrétiennes est concentré dans les archives catalanes, nous sommes beaucoup mieux renseignés sur les milices des Zayyanides et des Hafsides que sur celles des Mérinides ; voir le contraste entre la qualité et la quantité de données sur les mercenaires au service des Zayyanides et des Hafsides, d’une part, que l’on trouve dans Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 141, 145, 153 et 154, ou dans Id., A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 121, 125, 127, 130, et celles qui concernent d’autre part les Mérinides (p. 122, 124 et 135, et p. 116, respectivement), qui renvoient seulement à l’héritage des Almoravides. En ce qui concerne la prédominance des Catalano-Aragonais à Tlemcen, on soutient qu’après l’assassinat en 1254 de l’un des fils de Yagmourasan, en raison du soulèvement des troupes chrétiennes dont le chef était certainement un Castillan, et à cause de l’échec des mercenaires castillans, ceux-ci furent dispersés et remplacés par des Catalans ; le chef ou caïd de la milice fut aussi remplacé par un Catalan et, dès 1255, fut accepté comme chef de toutes les communautés européennes de l’État zayyanide, avec des prérogatives aussi bien militaires que commerciales (cf. Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 150-151 ; Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 153-154).

16 Supra, n. 7.

17 Supra, n. 6.

18 Ainsi par exemple dans Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 304-305, 316, 346-348 n. 1, et 56-57 ; Dufourcq. L’Espagne, op. cit., p. 121, 306, 363, 364, 382-383, 388, 457, 459, 462 ; Batlle, « Noticias », op. cit., p. 130 et 133 ; ou infra.

19 Voyez Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 448-449 ; Alemany, « Milicias », op. cit., p. 169 ; Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 68-69 ; et le témoignage d’Adorno, au milieu du xve siècle (R. Brunschvig, Deux Récits de Voyage inédits en Afrique du Nord au xve siècle. Abdalbasit B. Halil et Adorne, Paris, 1936, p. 190-192 et 215), ainsi que celui de Léon l’Africain, au début du xvie siècle (Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique. Nouvelle Édition traduite de l’Italien par A. Épaulard, Paris, 1980, vol. II, p. 382 et 387).

20 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 101-104.

21 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 441.

22 D’après Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 141 et 145, et Id., A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 121, les non-Catalans n’ont rejoint la milice hafside qu’après le milieu du xiiie siècle.

23 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 443.

24 Ibid., p. 447-448.

25 En 1353 comme en 1391, on trouve des caïds génois, tous deux des Cibo (ibid., p. 448), la famille dont traite, dans ce même ouvrage, Georges Jehel. Voir également Alemany, « Milicias », op. cit., p. 168-169, où l’auteur arrive à la même conclusion que Brunschvig, qui, cependant, ne le signale pas.

26 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 445.

27 Les travaux de Ch.-E. Dufourcq nous permettent de constater qu’à Tlemcen, la Couronne d’Aragon a cherché à reproduire le modèle de la milice chrétienne hafside, c’est-à-dire imposer ses propres conditions et la dominer, même si ce ne fut pas une réussite complète (voir en outre Dufourcq, L’Espagne, op. cit., Dhina, Le royaume, op. cit., p. 60-62). En revanche, Dufourcq apporte peu de données et de renseignements sur la milice chrétienne mérinide. La raison en est simple : comme nous l’avons déjà dit, la milice chrétienne du Maroc fut, avant tout, une milice castillane, et logiquement les informations qu’en donnent les sources catalano-aragonaises sont assez limitées. Cependant, la prédominance des Castillans au Maroc a été précoce et, de la même façon que les Catalano-Aragonais l’ont fait à Tunis et à Tlemcen, les Castillans s’y sont considérés supérieurs et avec des « droits acquis ». Ainsi, lorsqu’au début du xive siècle un caïd catalan, Bernat Seguí, est parvenu à atteindre une grande influence au Maroc, les Castillans se sont cru autorisés à se plaindre de sa puissance auprès du monarque catalano-aragonais Jacques II (Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 462).

28 Également quelques-uns des documents du début du xve siècle dont nous allons nous occuper et qui, bien que publiés par Arribas Palau, étaient restés oubliés parmi les travaux de l’auteur.

29 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 304-305 ; Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 441-442. Voyez aussi Alemany, « Milicias », op. cit., p. 161-162, et Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 102. 103, 121, 306 (n. 00) et 307.

30 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 346-347.

31 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 383, n. 1 et 3.

32 Brunschvig, La Berbérie, op. cit., vol. I, p. 440-449.

33 Dufourcq. L’Espagne, op. cit., p. 121 et n. 4.

34 Batlle, « Noticias », op. cit., p. 130, n. 12 et doc. 3, et p. 133.

35 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 154 et n. 8.

36 Batlle, « Noticias », op. cit., p. 133, n. 24.

37 Voyez, par exemple, Abun-Nasr, A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 84, 86 et 91 ; ainsi Maíllo, « Precisiones », op. cit., n. 9, p. 269-270, remarque la fausseté de l’affirmation du chroniqueur Ibn Abi Zar. d’après lequel al-Mamun fut « le premier qui a porté des soldats chrétiens à al-Magrib et les a pris à son service ».

38 Abun-Nasr, A History of the Maghrib, op. cit., p. 124 et 153, signale que parmi les milices almohades il y avait quelques Catalans, mais surtout des Castillans, et qu’après la mort du calife Said, une partie déserta et rejoignit les Zayyanides, tandis que le reste resta avec les Mérinides ; sur le passage des troupes mercenaires chrétiennes au service des Almohades, à celui des Mérinides, après la mort du calife Said, voyez aussi Id., A history of the Maghrib in the Islamic period, op. cit., p. 104.

39 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 137. Voyez aussi Dufourcq. L’Espagne, op. cit., p. 24.

40 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 140.

41 Voir le texte correspondant à la n. 33.

42 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 144-145.

43 Ibid., p. 147-148 et 149. Voir également Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 388 et 456-458.

44 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 383 ; voir pourtant Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 346-347, et le texte correspondant à nos notes 30 et 31.

45 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 316.

46 Par « Bugia », Bougie ?

47 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 459.

48 Alemany, « Milicias », op. cit., p. 150-154.

49 M. A. Ladero Quesada, « Una biografía caballeresca del siglo xv : « La Cronica del yllustre y muy magnifico cauallero don Alonso Perez de Guzman el Bueno », En la España Medieval, 22 (1999), p. 257.

50 Ibid. ; Id., « El héroe en la frontera de Granada », Cuadernos del CEMYR, 1 (1994), p. 75-100 (rééd. Id., Los señores de Andalucía. Investigaciones sobre nobles y señoríos en los siglos xiii al xv, Cádiz, 1998, p. 597-619).

51 Voir les renseignements bibliographiques dans les deux articles de Ladero cités dans les notes précédentes.

52 Id., « El héroe... », p. 89.

53 Id., « Una biografía... », p. 260.

54 Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 265-281.

55 À propos de l’étymologie et du sens en arabe du terme farfán, voyez Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 266-267.

56 R. Sánchez Saus, « Un linaje hispano-marroquí entre la leyenda y la historia : los Farfán de los Godos », dans Actas del Congreso Internacional « El Estrecho de Gibraltar ». Ceuta, 1987, Madrid, 1988, vol. II, p. 323-332.

57 АСА [Archives de la Couronne d’Aragon], С [Chancellerie], reg. [registre] 3122, fol. 25r-v. 1423, juillet, 23. Barcelone.

58 Crónica del Halconero de Juan II, éd. J. de M. Carriazo, Madrid, 1946, p. 127.

59 A. García de Santa Maria, Crónica de Don Juan II de Castilla (1420-1434), Madrid, 1891 (Colección de Documentos Inéditos para la Historia de España), vol. II (C), p. 342.

60 Castillans, comme les Farfán de los Godos, génois, comme l’ambassadeur de Tlemcen, ou même catalano-aragonais, peut-être comme Didacus Yanyes ; même si son nom, Didacus Yanyes (Diego Yáñez), peut suggérer qu’il s’agit d’un Castillan, on ne peut pas non plus exclure qu’il soit catalano-aragonais.

61 Adiciones a las notas de la Crónica del Rey don Juan I, dans Crónicas de los Reyes de Castilla, Madrid, 1953, vol. II (BAE, vol. 68), p. 158 ; voyez aussi Maíllo, « Precisiones », op. cit., et Sánchez, « Un linaje », op. cit. Même si les historiens de la Castille l’ont mis en valeur, il n’y a rien d’extraordinaire à la demande d’autorisation de départ adressée au sultan par le roi castillan, puisque cette demande était une démarche habituelle lorsque les mercenaires établis au Maghreb voulaient rentrer chez-eux ; on le verra plus loin pour le début du xve siècle ; on le remarquera aussi chez Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 59-60 et 67.

62 P. López de Ayala, Crónica del Rey don Juan I de Castilla e de León, dans Crónicas de los Reyes de Castilla, Madrid, 1953, vol. II (BAE, vol. 68), p. 143.

63 Sánchez, « Un linaje », op. cit., p. 326.

64 Adiciones, op. cit., p. 158 ; Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 268-274 ; R. Sánchez, Un linaje, op. cit., p. 324-325.

65 Sánchez, « Un linaje », op. cit., p. 326-328.

66 Voir dans Sánchez, « Un linaje », op. cit.

67 Maíllo, « Precisiones », op. cit., p. 276-277.

68 АСА, С, CR [Cartes Reials] Ferdinand Ier, boîte 20, num. 2491. [1415], octobre, 20. Evora ; éd. Monumenta Henricina, Coimbra, Comissão Executiva das Commemorações do V Centenario da Morte do Infante D. Henrique 1960-1974, vol. II, doc. 108, p. 226-229.

69 Voir R. SaliCrú i Lluch, El sultanat de Granada i la Corona d’Aragó, 1410-1458, Barcelone, 1998, p. 15-117 ; M. Arribas Palau, Las treguas entre Castilla y Granada firmadas por Fernando I de Aragón, Tétouan, 1956 ; et J. Torres Fontes, « La regencia de don Fernando el de Antequera y las relaciones castellano-granadinas (1407-1416) » [IV. Las treguas]. Miscelánea de Estudios Arabes y Hebraicos, XXII (1973), p. 7-59 (reéd. Id., La regencia de Don Fernando el de Antequera y las relaciones castellano-granadinas (1407-1416), Cadix, 1999, p. 162-189).

70 Μ. A. Ladero Quesada, Granada. Historia de un país islámico (1232-1571), Madrid, 1989, p. 168. Sur l’inclusion du sultanat mérinide de Fès dans les trêves castillanes et catalano-aragonaises avec Grenade, voyez R. Salieru i Lluch, « L’ambaixada a Fes d’Antoni Queixai i Ramon de Conesa », Acta Historica et Archaeologica Mediaevalia, 19 (1998), p. 229-230, et les reférences qui y sont données.

71 C’est ce qui ressort de manière évidente du contraste entre l’ampleur des principales œuvres traitant des rapports entre la Couronne d’Aragon et le Maghreb durant le bas Moyen Âge, d’une part (Dufourcq, L’Espagne, op. cit. ; A. Masià i de Ros, Jaunie II : Aragó, Granada i Marroe, Barcelone, 1989 ; M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995), et le caractère nécessairement limité des approches relatives aux rapports entre la Castille et le Maghreb, d’autre part (voir par exemple M. A. Ladero Quesada, « Castilla, Gibraltar y Berbería (1252-1516) », dans Actas del Congreso Internacional « El Estrecho », op. cit., p. 37-62, rééd. dans Id., Los mudejares de Castilla y otros estudios de historia medieval andaluza, Grenade, 1989, p. 169-209 ; I. Montes Romero-Camacho, « Algunos datos sobre las relaciones de Castilla con el Norte de Africa : Sevilla y Berbería durante el reinado de Enrique IV (1454-1474) », Estudios de Historia y Arqueología Medievales, V-VI (1985), p. 239-256 ; également Relaciones de la Península Ibérica con el Magreb. Madrid, 1988).

72 Ainsi, par exemple, Arribas, Las treguas, op. cit., est complètement élaboré à partir des sources des Archives de la Couronne d’Aragon.

73 Voir R. Salierú i Lluch, Relacions de la Corona d’Aragó amb el regne de Granada al segle xv (1412-1458). Barcelone, Universitat de Barcelona 1997 (éd. en microfilm), vol. I, p. 168-228.

74 Il s’agit d’une quinzaine de documents, dont huit avaient déjà été publiés par Arribas Palau, « Cartas de recomendación cursadas al sultán Abu Said Utman III de Marruecos por el rey de Aragón, Fernando I, el de Antequera », Hesperis-Tamuda, III (1960), doc. 5, 8, 9, 10, 11, 13 et 16, et Id., « La ausencia del obispo fr. Pedro de San Cipriano O.F.M. de su sede de Marruecos », Archivo Ibero-Americano, 62 (avril-juin 1956), doc. 3, mais qui ne furent pas utilisés par les historiens castillans. Il faut en outre ajouter que presque toutes les données qui concernent les Castillans au Maroc et en Berbérie pendant le règne de Ferdinand Ier, font allusion à la milice ou aux mercenaires castillans et à leurs familles ; je n’ai pas trouvé une seule référence à des Castillans qui ne concerne pas des mercenaires, ni une seule à des mercenaires qui ne concerne pas des Castillans. En revanche, à propos des vrais sujets de Ferdinand, les Catalano-Aragonais, les données font toujours allusion à leurs activités économiques et commerciales au Maghreb. On peut donc noter une présence d’un type clairement différent. D’autre part, il faut également signaler que cette correspondance entre la régence de Castille de Ferdinand Ier et les données relatives aux Castillans en Afrique du Nord dans la documentation catalano-aragonaise peut apparaître en opposition avec les sources du règne de son fils, Alphonse V le Magnanime, parmi lesquelles les références aux Castillans dans le Maghreb disparaissent, ainsi que celles qui concernent des mercenaires ; quant à ceux-ci, on peut citer comme exception le document relatif au chrétien sive farfanus provenant de Tlemcen que j’ai signalé supra (quoique farfanus ne doive pas forcément être assimilé à mercenaire) et deux autres déjà relevés par Alemany, « Milicias », op. cit., p. 169 (signalé par De Mas Latrie, Traités, op. cit., vol. II, p. 170) et par Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 68-69.

75 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 465.

76 АСА, С, reg. 2359, fol. 110v. 1413, février, 10. Barcelone.

77 Nous disposons de plusieurs éléments au sujet de cette guerre civile mérinide opposant Abou Saïd Outman III au prétendant Saïd, qui dura de 1411 jusqu’au début de 1413 au moins, et eut probablement des conséquences jusqu’au milieu de 1414 ; son déroulement reste cependant méconnu, complexe et avant tout confus, même si les sources arabes et chrétiennes l’évoquent, la rattachant au soulèvement philomérinide survenu à Gibraltar pendant le règne de Yousouf III de Grenade (voir Crónica de Juan II de Castilla, éd. J. de M. Carriazo, Madrid, 1982, p. 410-411 et 414-417 ; Crónica de Juan II, dans Crónicas de los Reyes de Castilla, Madrid, 1953, vol. II (BAE, vol. 68), p. 334-335 ; D. Ferro, Le parti inedite della « Crónica de Juan II » di Alvar García de Santa María, Venise, 1972, p. 156 ; M. Arribas Palau, Intercambio de embajadas entre Abu Said Utman III de Marruecos y Fernando I de Aragón, Tétouan, 1956, p. 8-11 ; A. Cour, « Les derniers mérinides », Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord (1905), p. 109-112 ; Jean-Léon l’Africain, Description, op. cit., vol. I, p. 171-172 et n. 70 ; C. del Moral Molina, « El Diwan de Yusuf III y el sitio de Gibraltar », dans Homenaje al Prof. Dario Cabanelas Rodríguez, O.F.M., con motivo de su LXX aniversario, Grenade, 1987, p. 79-96 ; M. Charouiti Hasnaoui, « Conflictos en la frontera granadino-castellana poetizados por ai-Basti e Ibn Furkun (s. IX H-XV) », dans La frontera oriental nazarí como sujeto histórico (s. XIII-XVI). Actas del Congreso, Almería, 1997, p. 114 ; et quelques données documentaires inédites dans Salicrú, « L’ambaixada », op. cit., et Ead., Relacions, op. cit., vol. I, p. 186-191).

78 Ainsi le déclarait du moins un chevalier valencien – Jaume Terrés – à propos d’un Murcien – Genis ou Ginés Coves – rentré de Fès avec des ambassadeurs de Ferdinand Ier, et qui avait été arrêté, accusé d’espionnage ; il servait Abou Saïd et, pendant la guerre que celui-ci livra à Saïd, il fut capturé et livré au roi de Grenade, qui soutenait le rebelle mérinide ; les menaces qu’il avait reçues durant sa détention grenadine l’avaient obligé à se convertir à l’islam et une fois libre, il était rentré au Maroc ; là, l’évêque du Maroc l’avait reconverti à la foi catholique, après quoi il avait voulu rentrer chez lui, en Castille (АСА, С, Papers per Incorporar, boîte 4. S.d. [antérieur au 30 janvier 1414 ou 1415]. S.l. [Oriola] ; voir Salicrú, « L’ambaixada », op. cit., p. 241-242 ; ce document avait déjà été signalé par M. T. Ferrer i Mallol, Els sarraïns de la corona catalano-aragonesa en el segle xiv. Segregadó i discriminació, Barcelone, 1987, p. 79 et n. 78.

79 Giménez, « Caballeros », op. cit., p. 58 et n. 2, p. 59 et n. 3.

80 On pourrait probablement établir un parallélisme avec la parfaite intégration des miliciens chrétiens de Tunis dans l’entourage de la cour, telle qu’elle est décrite par Adorno (cf. Brunschvig, Deux Récits, op. cit., p. 190-192 et 215).

81 Anda en la companyía de Ruy Díez. de Fonollosa, АСА, С, reg. 2385, fol. 38v. 1414, avril, 25. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 8.

82 Ferdinand Ier demanda à Abou Saïd de leur permettre de partir (АСА, С, reg. 2381, fol. 53v. 1414, juillet, 1. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 10) ; il s’adressa aussi à l’aguazil et secrétaire royal Audalla Hazit Hellubebi – mais sans parler alors de Gonzalvo Martínez – (АСА, С, reg. 2381, fol. 54v. 1414, juillet, 2. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 11). D’après op. cit., p. 389, n. 9, cet Abd al-Aziz était l’Abou Faris Abd al-Aziz al-Loubabi, mentionné par Cour, « Les derniers », op. cit., p. 103-119. Dans mes données, Audalla Hazit Hellubebi apparaît plusieurs fois (par exemple dans АСА, С, reg. 2381, fol. 54v-55r. 1414, juillet, 3. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 12, lettre de Ferdinand Ier lui demandant la libération d’un captif), soit sous l’appellation « le noble Abdaliz », aguazil et hagep du roi mérinide, dans une lettre de recommandation en faveur de la femme, des fils et de la belle-mère de Ferrando de Toledo, soit comme Abdelaziz Alcubebi, dans une lettre en faveur du marchand valencien Joan d’Eixarc, soit encore, comme Abdala Aziz, secrétaire du roi mérinide, dans un document concernant l’évêque du Maroc (АСА, С, reg. 2387, fol. 83r. 1415, février, 29. Valence ; éd. Arribas, « La ausencia », op. cit., doc. 2).

83 Pour s’assurer le consentement du Mérinide, Ferdinand Ier fit également intervenir son secrétaire et un marchand musulman valencien établi à Fès, le « noble » Amet Xupió (АСА, С, reg. 2385, fol. 24r. 1414, janvier, 27. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 5).

84 АСА, С, reg. 2409, ff. 70v-71r. 1415, juillet, 16. Valence ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 16.

85 АСА, С, reg. 2391, fol. 62r-v. 1415, décembre, 27. Perpignan.

86 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., p. 465 et 581 ; Batlle, « Noticias », op. cit., p. 128 et 129.

87 Rappelons que l’un des cinq miliciens partis en juillet 1414 avec leurs familles s’appelait aussi Juan « de Alvillos » (voir le texte correspondant à la n. 82).

88 Il avait été recommandé par Ferdinand Ier aux différents « caïds chrétiens de la maison du roi de Benamarin et de Fès », АСА, С, reg. 2381, fol. 63r-v. 1414, mai, 5. Saragosse.

89 Elle est appelée la femme que tenía por manceba en aquexa tierra.

90 Ainsi dans la recommandation que Ferdinand Ier envoya à Abou Saïd deux mois après, en juillet 1414, pour lui demander de rendre justice au fils d’Alfonso ; АСА. С. reg. 2381, fol. 63v. 1414, juillet, 7. Morella.

91 Voir infra.

92 АСА, С, reg. 2423, fol. 44v. 1414, juin, 4. Saragosse ; АСА, С, reg. 2423, fol. 44r. 1414, juin, 27. Morella ; АСА, С, CR Ferdinand Ier, boîte 10, num. 1232. [1414], septembre, 3 (lundi). [Fès].

93 Dufourcq, L’Espagne, op. cit., notamment p. 104-106, 111, 141, 156, 266, 299 n. 4, 323, 465, 472-473, 491, 508, 513 et 580-582 ; Batlle, « Noticias », op. cit., p. 129.

94 АСА, С, reg. 2343, fol. 44r. 1414, juin, 27. Morella.

95 АСА, С, CR Ferdinand Ier, boîte 10, num. 1232. [1414], septembre. 3 (lundi). Fès.

96 Arribas, « La ausencia », op. cit., p. 245-254.

97 АСА, С, reg. 2387. fol. 83v. 1415, janvier, 30. Valence ; éd. Arribas. « La ausencia », op. cit., doc. 3.

98 АСА, С, reg. 2449, fol. 124r ; АСА, С, CR Ferdinand Ier, boîte 11, num. 1283 ; et АСА. С, CR Ferdinand Ier, boîte 15, num. 1769. 1414, novembre, 18. Saragosse. Rappelons aussi qu’en 1413 l’évêque avait reconverti à la foi catholique le mercenaire murcien Genis ou Ginés Coves, lequel était rentré en Espagne avec les ambassadeurs de Ferdinand Ier à Fès Antoni Queixai, maître général de l’ordre de la Merced, et Ramon de Conesa (voir supra et Salierú, « L’ambaixada », op. cit. ; les ambassadeurs sont arrivés à Alicante le 11 janvier 1414 ; il se pourrait que l’évêque soit également rentré avec eux).

99 АСА, С, reg. 2385, fol. 38v. 1414, avril, 25. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 8.

100 АСА, С, reg. 2359, fol. 110v. 1413, février, 10. Barcelone.

101 АСА, С, reg. 2381, fol. 63r-v. 1414, mai, 5. Saragosse.

102 АСА, С, reg. 2381, fol. 63r-v. 1414, mai, 5. Saragosse et АСА, С, reg. 2381, fol. 63v. 1414, juillet, 7. Morella.

103 АСА, С, reg. 2423, fol. 44v. 1414, juin, 4. Saragosse ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 9, recommandation conjointe avec le caïd García López de Salcedo et la belle-mère de celui-ci, la veuve de Juan González de Valladares, Margarita Guillén.

104 АСА, С, reg. 2343, fol. 44r. 1414, juin, 27. Morella.

105 АСА, С, reg. 2381, fol. 59v. 1414, juillet, 6. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 13, et АСА, С, reg. 2387, fol. 83v. 1415, janvier, 15. Valence ; éd. Arribas, « La ausencia », op. cit., doc. 3.

106 Mais évidemment, le fait que nos documents n’en parlent pas comme caïds ne signifie pas qu’ils ne l’étaient pas.

107 ACA, C, reg. 2381, fol. 59v. 1414, juillet, 6. Morella ; éd. Arribas, « Cartas », op. cit., doc. 13.

108 Et, d’après le chroniqueur, avec plus de dix mille musulmans appartenant aux deux factions.

109 Il s’agit de la même bataille qu’évoque Jean-Léon l’Africain, Description, op. cit., vol. I, p. 171-172 et n. 70.

110 Cronica de Juan II, op. cit., p. 335.

111 Supra, n. 77, pour les renseignements bibliographiques.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540