Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Les Vénitiens confrontés au retour des rapatriés de l’empire colonial d’outre-mer (fin xve-début xve siècle)

Bernard Doumerc

Texte intégral

  • 1 G. Zordan et S. Gasparini. Repertorio di storiografia veneziana, testi e studi. Padoue, 1998.
  • 2 R. Cessi, Storia della Repubblica di Venezia, 2 vol. , Milan, réédition 1984 et F. C. Lane, Venise (...)

1En parcourant la très abondante bibliographie consacrée à l’histoire médiévale de la République de Venise, il est surprenant de constater que les références à des épisodes douloureux concernant les étapes du retrait puis de l’abandon des territoires du stato da mar restent dans l’ombre1. De plus, le rapatriement des colons installés outremer depuis longtemps n’est que très rarement évoqué, comme si les traces profondes laissées dans la société métropolitaine pouvaient être effacées au profit des pages glorieuses d’une histoire tout auréolée de fortune et de renommée2. L’aspect militaire des revers subis par les armées terrestres et navales est parfois présenté avec minutie, mais les historiens ne veulent pas aborder la portée de ces tragiques défaites parmi la population lagunaire. Il est grand temps d’établir une problématique et de définir les axes de cette recherche historique en cours ; certes, les indices paraissent difficiles à cerner dans les fonds riches et disparates des archives vénitiennes, mais il est possible dès à présent de présenter quelques résultats de ces investigations.

  • 3 G. Cozzi et M. Knapton, Storia della Repubblica di Venezia dalla guerra di Chioggia alla riconquis (...)

2Il faut d’abord rappeler la nature des dramatiques événements qui poussent des milliers de personnes à fuir le domaine colonial à la fin du quinzième siècle3. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’établir la chronologie fastidieuse des épisodes militaires, il faut cependant poser quelques jalons sur la route de l’exode parcourue par les rapatriés à la recherche de cieux accueillants. Prenons comme point de départ l’année 1478, après la conquête de Croia (Kruja en Albanie), au cours de laquelle les armées du sultan lancent un assaut de grande envergure contre l’Albanie vénitienne. La population chrétienne prend le chemin de l’exil et la peur s’installe. La chute de cette modeste bourgade, située sur la bordure méridionale de la zone vénitienne, concrétise l’avancée irréversible des Turcs dans la région. Déjà en 1431, le premier cadastre ottoman de l’Albanie conforte cette installation durable après la mainmise sur Valona, le port céréalier de la province, en 1417. Les Valonitains fidèles à la cause italienne ont fui la ville depuis longtemps, ce qui permet au sandjakbey d’occuper la Vajusa, une échelle qui contrôle l’entrée de la magnifique baie abritée de Valona, à peine éloignée d’une trentaine de milles nautiques de Brindisi et d’Otrante, les deux ports italiens ! A l’issue d’un siège terrible de plusieurs mois, la ville de Scutari succombe au printemps 1479, ainsi les Turcs prennent-ils le contrôle de deux axes principaux de circulation terrestre, rejoignant le littoral de l’Adriatique aux vallées fluviales traversant la Serbie. Une fois de plus, les réfugiés délaissent les villes albanaises et se dirigent vers Corfou. Tous les recteurs vénitiens des localités directement menacées réclament un secours immédiat.

  • 4 Domenico Malipiero, Annuii veneti dall’unno 1457 al 1500, éd. par P. Longo et A. Sagredo (Archivio (...)
  • 5 Ibid., p. 123-129 et Marino Sanudo, Vite dei dogi, éd. par A. Caracciolo Aricò, Padoue, 1989. p. 1 (...)
  • 6 M. Pia Pedani, In nome del Gran Signore, inviati ottomani a Venezia dalla caduta di Constantinopol (...)
  • 7 E. Alberi. Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, Florence, 1844, ser. III, vol. 3, p. 19- (...)

3Le beylerbey nommé par le sultan ne laisse aucune chance aux renforts menés par Leonardo Boldu, le recteur d’Albanie, qui doit également subir les dysfonctionnements au sein de l’état-major vénitien : « Il y a aujourd’hui quatre généraux mais c’est la très grande union ! »4 Le recteur de Durazzo, Antonio Loredan, tente de repousser l’échéance fatale mais la malaria décime ses troupes. Ayant obtenu une reddition en bon ordre, l’administrateur vénitien est loué par le sénat et nommé capitaine général dès son retour à Venise. La gloire illumine son courage après la réalisation du plafond de la salle du Grand Conseil, orné par un tableau de Paolo Veronese rappelant à tous ce fait d’armes. La paix de 1479 signée avec le sultan concrétise malgré tout le recul des Vénitiens dans cette région, au-delà des consignes de fermeté adressées aux ambassadeurs : « On garde ce que l’on tient »5. A partir de cette date, toutes les négociations avec le sultan mentionnent l’abandon de certaines régions de l’empire d’outre-mer6. Il faut bien tenir compte du courage des défenseurs de Scutari, mais depuis 1476, des bandes armées attaquent le Frioul et la Carinthie. Le sénat finance la construction de deux forteresses destinées à défendre les cités de Gradisca et Foglianica, car en 1477 toutes les villes se trouvant entre les fleuves Isonzo et Tagliamento sont ravagées par les Turcs7. L’objectif avoué est de repeupler cette région, en particulier Gradisca, mais la population frioulane apeurée ne veut plus rester sans protection. Les raids meurtriers des pillards venus des Balkans ont marqué à tout jamais la mémoire collective des Frioulans jusqu’à nos jours : Pier Paolo Pasolini, dans une pièce de théâtre I Turcs tal Frioul, restitue dans sa langue natale le drame vécu par ses ancêtres victimes des cuarps pagans lancés à l’assaut de l’Italie par les sultans.

  • 8 Archivio di Stato di Venezia (A.S.V.), Senato mar, reg. 6, fol. 14 et Domenico Malipiero, op. cit.(...)
  • 9 Marino Sanudo, Vite..., op. cit., p. 148.
  • 10 Ibid., p. 12.

4Les autorités vénitiennes pensent trouver la solution en expédiant plus de cent vingt familles, au sens large du terme approprié à la société clanique albanaise, vers le Frioul. Durant l’été des magistrats, les Savii a i Scutarini, doivent préparer les lotissements de terres agricoles fertiles pour assurer la bonne installation de ces rapatriés. En 1480, le bilan dressé par les cinq sages élus est positif : près de trente chefs de famille, satisfaits des conditions de vie, acceptent de devenir gardes-frontières et perçoivent alors un modeste équipement militaire8. D’autres réfugiés, récompensés pour leur action courageuse aux côtés des soldats vénitiens, sont admis au titre d’arbalétrier à bord des galères marchandes, venant ainsi renforcer le dispositif défensif des convois à une époque où les attaques se succèdent. Dans la mesure où il est possible de considérer le succès de ce rapatriement de sujets en nombre limité, loin de la lagune, il ne faudrait pas pour autant penser que le gouvernement réponde avec une telle efficacité aux problèmes posés avec intensité jusqu’à la première décennie du xvie siècle. La paix signée avec le sultan Mehmet II en janvier 1479 autorise un espoir d’accalmie sur le front, mais les discussions entreprises deux ans plus tard au sujet des frontières territoriales raniment l’animosité entre les adversaires. En 1482 Antonio Vitturi, chargé par le gouvernement vénitien de négocier, avant de renouveler le traité de paix, la récupération de Négrepont abandonnée par la République depuis plus de vingt ans, est éconduit sans ménagement. Il ne semble pas que la situation des captifs soit officiellement évoquée au cours des pourparlers diplomatiques, bien que la liste des Vénitiens détenus à Constantinople soit connue de tous9. Arrêtons-nous un instant sur le sort des épouses et de leurs enfants conduits au sérail du sultan : la femme de Paolo Contarini accepte de renier sa foi et l’épouse du baile de Négrepont, Paolo Erizzo atrocement exécuté par les vainqueurs, renie également sa foi et reste au harem. Cecilia Venier, fille du seigneur de l’île de Paros, partage la couche du sultan. Ironie du sort, l’un de ses fils, peut-être né de cette union, régnera à Constantinople10 ! Si ces femmes avaient entrevu l’espoir d’un retour rapide, auraient-elles accepté la soumission ?

  • 11 B. Arbel, « Nur Bann (1530-1583) : a venetian sultan ? », Tunica, 24 (1992), p. 241-259.
  • 12 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 114.

5D’autres tentent par leur volonté de vaincre l’adversité : c’est le cas du recteur de Lépante, qui rappelle dans une lettre pessimiste que « la ville est peu peuplée et en mauvais état, tous les murs sont à terre, seul le château se dresse encore », ne voyant aucune solution avant la prise de sa ville par l’armée turque11. Alors, il laisse partir quelques habitants, lesquels sont capturés peu de temps après. C’est le cas de Gabriela Venier, qui obtient le rachat de sa liberté grâce à un prêt consenti par le consul vénitien de Constantinople, l’un de ses parents. C’est un exemple exceptionnel, car il semblerait que ces malheureuses soient trop vite oubliées par leur famille. Le 11 mars 1475 on sait qu’une vingtaine de nobles dames, conduites auprès du sultan, se morfondent sans espoir de retour12. Que dire du sort des captives du menu peuple, peut-être déportées en Anatolie pour repeupler les régions désertées ! Inutile de décrire les drames vécus sur la via dolorosa menant les vaincus lors de la tentative de récupération de l’île par les armes après l’échec des négociations. Le sandjakbey turc de la province garde ses captifs, autant d’esclaves assurant son train de vie que de garanties contre une véritable attaque de l’escadre vénitienne.

6Après cette date, le nombre des localités perdues en Albanie et dans le Péloponnèse ne cesse de croître chaque année. Le gouvernement vénitien, empêtré dans la guerre de Ferrare, dégarnit le front oriental, autorisant ainsi une percée foudroyante des Janissaires en Romanie occidentale. Le flot croissant des malheureux réfugiés, dépossédés de leur terre sans autre espoir que de pactiser avec le nouveau maître des lieux pour éviter la servitude, ou de fuir vers d’autres provinces vénitiennes moins exposées, ne cesse de gonfler.

  • 13 Marino Sanudo, Vite..., op. cit., p. 13.
  • 14 G. Cogo, « La guerra di Venezia contro i Turchi (1499-1501) », Nuovo Archivio Veneto, 18 (1899), p (...)
  • 15 A. Tenenti, Profilo di un conflitto secolare, Venezia e i Turchi, Milan, 1985. p. 14.
  • 16 Marino Sanudo, I Diarii, Bologne, 1989, 2e éd., 58 vol. , t. 3, c. 689-691.
  • 17 Ibid., t. 3, c. 717.
  • 18 Ibid., t. 3, c. 725-726.
  • 19 Ibid., t. 3, c. 1561.
  • 20 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 120.
  • 21 Ibid., I, p. 121.
  • 22 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3. c. 85.
  • 23 Ibid., t. 3, c. 88.
  • 24 Ibid., t. 3, c. 1567.

7Il faut dire que le sultan Bayazid II mène la politique d’annexion territoriale avec une grande habileté : en 1484 il propose au gouvernement vénitien le paiement d’un tribut en échange de l’occupation de l’île de Zante. Ainsi pendant une accalmie relative, annonciatrice de terribles catastrophes, les Vénitiens récupèrent l’usufruit de cette île idéalement placée sur la route maritime entre la mer Égée et la mer Ionienne, surveillant l’entrée du golfe de Patras. Quelques années plus tard, cet îlot devient un refuge convoité13. Les tragiques lendemains de ces trêves trompeuses, qui bercent d’illusions un gouvernement aveugle et sourd malgré les messages angoissés expédiés par les marchands vénitiens et les autorités consulaires installées à Constantinople, sonnent le glas de l’empire colonial d’outre-mer14. La terrible phase qui suit la chute de Modon puis de Coron, « les deux yeux de la République », pendant l’été 1500, précipite la métropole dans la consternation. A la fin du mois d’août, plus de six mille captifs quittent Modon enchaînés pour participer au triomphe du sultan, présent sur le lieu du combat à la tête de son armée : Bayazid II considérant que les officiers vénitiens constituent sa part du butin de guerre, les rançons sont monnayées par ses agents. L’édifiante lecture du rapport rédigé par le capitaine général de la mer, Benedetto Pesaro, sur la foi des témoignages des fugitifs, laisse les sénateurs plongés dans la stupeur15. Des lettres affluant vers la capitale contiennent des nouvelles alarmantes « au sujet des femmes et des enfants de cette ville, horrifiés par la férocité des combats, ayant préféré rejoindre le camp des Turcs pour avoir la vie sauve en échange de l’esclavage »16. Beaucoup d’autres, fuyant la ville en pleine nuit, répandent la nouvelle à Coron, toute proche. A son tour, la population de la ville assiégée tente de fuir vers la Crète tandis que, dans la ville abandonnée à son triste sort, les partisans de la capitulation affrontent les jusqu’au-boutistes. Le menu peuple est prêt à pactiser avec le Turc17. Le recteur de la cité constate que « plus de cinq mille hommes hésitent à partir de chez le Turc et je ne pourrai les retenir longtemps »18. Quand arrivent les recteurs de Modon et les commandants de galères, enchaînés et obligés de se présenter devant les portes de Coron, agonisante, les habitants exigent la capitulation pour conserver la vie19. Il faut avouer que l’écho des massacres de Lépante et de la Vajusa confirmant l’exécution des survivants génère la panique auprès des habitants de Drivasto massacrés à leur tour20. Le recteur de la ville, Giacomo da Mosto, épargné par les vainqueurs, est obligé de déambuler devant les remparts de Durazzo, vêtu de sa veste dorée, et couvert de chaînes. Les défenseurs de la ville refusant de céder à cette horrible négociation laissent le malheureux da Mosto affronter le supplice du pal sous les acclamations des Janissaires21. Désormais, la terreur pousse les habitants de l’Albanie vénitienne à fuir vers d’autres lieux proches du littoral22. Le recteur vénitien de Cattaro prévient le Sénat de son impossibilité matérielle à accueillir dans de bonnes conditions tous ceux voulant entrer en ville pour se protéger. Il réclame une aide d’urgence, financière et alimentaire, mais également un médecin, un maître d’école et un chancelier pour renforcer l’encadrement des rapatriés livrés à eux-mêmes23. Partout la situation se dégrade considérablement ; à Budva, village voisin de Cattaro, la population subit un blocus meurtrier, le port est entouré par une palissade surmontée de têtes empaillées destinées à terroriser les deux cents familles recluses à l’intérieur24. Ces quelques descriptions ne peuvent résumer l’ampleur de la catastrophe militaire, économique et sociale qui balaye les contrées vénitiennes. Les autorités métropolitaines, peut-être surprises par la soudaineté de l’attaque turque et par les moyens militaires engagés sur terre et sur mer, tardent à réagir efficacement et semblent déstabilisées par l’accumulation des mauvaises nouvelles. Seule une ligne politique est clairement définie : empêcher les migrants de s’approcher de la lagune.

  • 25 Ibid., t. 3, c. 1387.
  • 26 Ibid., t. 5, c. 872-883.
  • 27 Ibid, t. 5, c. 23.
  • 28 Ibid., t. 3, c. 251.
  • 29 Ibid., t. 5, c. 345 et Girolamo Priuli, I Diarii (o diario veneto) 1494-1512, éd. par A. Segre jus (...)
  • 30 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 3, p. 253 et Marino Sanudo, op. cit., t. 5, c. 872.
  • 31 Ibid., fasc. 3, p. 306.

8Le gouvernement vénitien prend un ensemble de mesures pour répartir ces migrants de la défaite et gérer l’exode des fuyards sur le territoire du stato da mar en évitant par tous les moyens un repli vers la lagune. L’archevêque de Lépante, Marco Sanudo, réfugié à Brescia, propose l’installation d’une partie d’entre eux sur l’île de Stridonia25. L’île de Céphalonie est une base de repli peu sûre, pourtant plus de vingt mille habitants s’entassent partout. Les chefs de clans albanais exigent un salaire promis depuis longtemps et causent des dommages aux récoltes. Nombre d’entre eux vendent leurs armes pour vivre et cherchent un arrangement avec le Turc. Le recteur vénitien ne peut éviter une révolte dans la ville et laisse partir de nombreux soldats. Il affronte en outre l’exaspération des marchands qui veulent rapatrier leurs avoirs vers la capitale26. C’est dans l’île de Corfou que la situation se dégrade dramatiquement27 : des milliers de blessés et de malades encombrent les rues des villes et des villages ; des subsides d’urgence sont distribués « en public et en avance sur le salaire » pour calmer la fronde des mutins. Plus de dix mille ducats, engloutis en une seule journée, suffisent à faire baisser la tension. Le Sénat de Venise cherche alors « une personne de grande autorité » pour gouverner cette île dont l’importance n’échappe à personne. Une garnison menée par le redoutable Polo Albanese s’installe sur place et assure le maintien de l’ordre, mais l’afflux incessant des réfugiés pousse le recteur à évacuer de l’île toutes les bouches inutiles. A plusieurs reprises des navires basques, loués pour l’occasion, transportent vers les Pouilles des milliers de personnes28. Pendant l’été 1503 il y a encore plus de « soixante mille âmes qui n’ont rien à manger et vivent désespérées »29. Le gouverneur de Corfou propose alors d’envoyer près de quatre mille personnes sur l’île de Cérigo, puis à l’initiative des réfugiés, un groupe décide de s’installer sur l’îlot de Tiachin pour « labourer et semer alors que cette terre est au Turc ». Mais les trois cents stradiotes albanais rapatriés de Céphalonie exigent leur solde et le recteur vénitien de l’île, Nicolò Marcello, après avoir accueilli plus de cent familles avec leurs animaux, ne peut les payer car les recettes fiscales couvrent à peine les dépenses. Il constate que « désormais, il y a dix-huit mille habitants en ville et plus de vingt-sept mille sur toute l’île »30. Les commerçants réclament à cor et à cri le passage d’un convoi de galères assurant un lien « avec nos lieux de Romanie afin d’emporter les personnes et les biens », mais la pénurie de galères marchandes commence à faire sentir ses effets néfastes. Pendant de longs mois, l’activité commerciale tourne au ralenti malgré l’ardeur de Domenico Pisani qui, depuis Venise, tente de ranimer le dynamisme du commerce maritime, cherchant à éviter la ruine à de nombreux investisseurs et armateurs affolés par la tournure des événements. Tout cela reste sans effet31.

  • 32 Ibid., fasc. 6, p. 119.
  • 33 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 206.
  • 34 Ibid., t. 3, c. 1573 et t. 4, c. 47, etc.
  • 35 Ibid., t. 4, c. 233.
  • 36 R. Finlay, « Al servizio del sultano, Venezia e i Turchi e il mondo cristiano », dans Reno-vatio U (...)

9Il y a bien une contre-attaque pendant l’année 1501 mais c’est une fois encore une défaite cuisante : à Valona, quatre cents Vénitiens laissent leur vie, plus de huit cents sont capturés et aussitôt déportés vers Constantinople32. Une escadre de secours récupère près de deux mille réfugiés perchés sur les rochers proches de la côte ayant échappé à la mort par miracle et sauvés de la servitude. D’autres ont moins de chance : Marco Gabriel, châtelain de Modon, est décapité à la demande du sultan car, avant sa capture, il avait ordonné l’exécution d’un amiral turc, le célèbre Erichi, rôti sur un gril pour venger l’effroyable meurtre dans des conditions identiques d’Ambrogio Contarmi et de ses soldats après leur capture sous les murs de Thessalonique33. Les plus chanceux sont les chefs d’escadron de stradiotes albanais, qui trouvent toujours une garnison prête à utiliser leur compétence et à abriter leurs familles. Ceux qui fuient Durazzo sont utilement employés à Cattaro, mais se retrouvent vite trop nombreux pour rester durablement dans la petite cité34. La reprise en main des forces navales engagées dans cette région du Golfe s’effectue sous la houlette de Marco Antonio Contarini d’Alvise de Sant’ Agostino, aidé dans sa tâche par le proviseur aux armées Hieronimo Contarini de Francesco dit Grilo35. Nous sommes en février 1502 et certains marchands retournent enfin chez eux. Un beau matin, un navire venu de Raguse débarque sous le regard médusé des passants seize nobles affaiblis et pauvrement vêtus. Il y a là Andrea Gritti en personne, qui après avoir déboursé deux mille quatre cents ducats se retrouve libre, Lunardo Bembo de Piero (mille quatre cents ducats), Francesco Contarini de Luca (mille deux cent cinquante ducats), Jacomo Foscari d’Urban (sept cents ducats), Bernardo Giustignan de Francesco (mille ducats), Alessandro Gritti de Hieronimo, cousin d’Andrea (sept cents ducats), et des marchands n’appartenant pas au patriciat. Au total, seize marchands installés à Constantinople rançonnés pour la somme considérable de quarante mille ducats. Ils rapportent avec eux la dépouille d’Alvise Loredan de Polo, mort au combat devant Corfou, que sa famille fait inhumer dans l’église Santa Helena, où se trouve la chapelle Loredan36.

  • 37 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 258.
  • 38 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 3, p. 1515.
  • 39 E. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 33.

10Que dire de ces interminables listes de captifs dressées par les chroniqueurs ! Un élément frappe le lecteur : pas plus que la solidarité du peuple vénitien, celle de l’élite dirigeante n’existe. Le captif est très vite oublié par les autorités et c’est grâce à l’initiative des familles qu’il peut espérer le paiement de la rançon exigée pour le rachat. Le gouvernement ne participe pas au financement de ces opérations, tout au plus y a-t-il des arrangements proposés : le plus connu est celui d’une avance sur salaire, sorte de prêt temporaire, consentie aux agents de l’État en poste dans les territoires d’outremer. En revanche, le Sénat est plus généreux pour accorder des récompenses équitables en juste paiement des services rendus une fois obtenue la libération du captif. De nombreuses promotions militaires assorties du paiement d’une prime récompensent les condottieres les plus loyaux et les commandants de galères les plus audacieux. Une fois encore, la fidélité des citoyens vénitiens d’outre-mer n’est pas prise en défaut : Dalmates et Albanais investis de commandements militaires font honneur à la Dominante et le Sénat ne cesse de le rappeler : « Il faut récompenser ceux qui ont souffert pour la sauvegarde de la République »37. Chaque fois que cela est possible, « nos vieux soldats chargés de mérite doivent recevoir des offices comme légitime récompense ». L’affaire est aisée à conclure quand les personnels concernés restent en outre-mer : quoi de plus normal que d’encourager pour l’exemple la promotion des commandants de galères de combat venus de Corfou, d’Otrante ou de Lesina ! Plusieurs d’entre eux, nommés chevaliers et recevant la prestigieuse veste brodée d’or des mains du doge, sont promus soit chef de bureau de la douane soit amiral du port de leur ville d’origine. Il est hors de question cependant de leur accorder le droit de résider dans la métropole38. La priorité du gouvernement se tourne vers le sort des combattants morts au champ d’honneur ou tenus en captivité. Le manque d’information laisse planer le doute quant au sort de ces disparus et les proviseurs aux armées exigent une enquête. Contrairement à ce que l’on pourrait croire il y a un problème d’identification de ces combattants : certains nobles originaires de l’empire colonial sont méconnus dans la métropole, donc mal défendus par les réseaux de parentèle. D’autres, issus de familles « à la noblesse entachée » par des mariages mixtes avec des autochtones, sont sournoisement rejetés du groupe nobiliaire. Il ne faut pas oublier un argument d’une accablante banalité : celui de la confusion des individus au sein d’un groupe où les homonymes sont si nombreux que les nobles eux-mêmes ne s’y retrouvent plus. Que penser d’un Almoro Donado, ayant appris la mort d’un certain Georgio Pisani, quand il interroge de cette façon : « Je ne sais de qui ni qui il est, ainsi j’ai peur que ce soit mon cousin... mais je connais quatre Giorgio Pisani et je ne vois pas de qui il s’agit »39. Le chroniqueur Marino Sanudo, pourtant si précis dans le récit des événements, ne facilite pas la tâche de l’historien, car il commet lui aussi des erreurs d’identification en citant les membres de ces illustres familles aristocratiques.

  • 40 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 494 et c. 787.
  • 41 Ibid., t. 4, c. 862.

11Quoi qu’il en soit, l’aristocratie vivant dans la lagune soutient ses représentants et veut leur assurer une juste rétribution pour services rendus. Malheur à ceux qui ont capitulé sans combattre, aux marchands capturés et aux épouses emportées vers Constantinople. Un vent de panique souffle sur les possessions territoriales vénitiennes : depuis la guerre vénéto-turque laissant des plaies béantes entre 1463 et 1479, la confiance mise par les populations locales dans la force protectrice de la Dominante régresse lentement. La défaite navale des deux campagnes successives en 1499 et 1500 engloutit les espérances d’un sursaut victorieux : les habitants fuient Nauplie et après deux mois de siège impitoyable la garnison forte de cinq cents hommes accepte la reddition et l’enrôlement dans les troupes du sultan40. Le podestat vénitien de Malvoisie constate à son tour la déception puis la révolte de ses administrés, tout comme le recteur de l’île de Sainte-Maure qui ne peut empêcher la trahison au profit des Turcs. Une escadre de secours partie de Dalmatie ayant été interceptée par une flottille turque, non seulement les équipages sont capturés, mais les habitants désespérés ouvrent les portes des villes aux Janissaires. Quelques rares fugitifs, cachés pendant vingt jours dans des grottes près des plages de Zia, doivent leur salut à un hasard bienveillant41. L’assaut mené contre Sainte-Maure est un succès limité qui fait renaître la confiance dans les armées de la République : à Valona, le commandant Polo Calbo, malgré quatre blessures graves, organise le rapatriement de quatre-vingt-quinze réfugiés. Plus tard, pendant l’aiguade, les marins attaquent le campement turc et capturent de nombreux soldats ainsi que leurs esclaves.

  • 42 Ibid., t. 5, c. 288.
  • 43 Ibid., t. 5, c. 290.
  • 44 Ibid., t. 6, c. 293.
  • 45 Ibid., t. 6, c. 519.

12Cet épisode perturbe durablement les relations et compromet la trêve proposée par les Vénitiens42. En effet, les discussions achoppent sur la restitution de ces esclaves, propriété du sultan, et, de retour de sa mission en décembre 1503, Andrea Gritti fait état des discussions au sujet des captifs vendus à Venise venant de Sainte-Maure, que l’ambassadeur ottoman réclame, « car il faudra que Votre Seigneurie restitue l’argent des prisonniers et les prisonniers eux-mêmes sinon nous n’arracherons jamais de nos geôles les prisonniers que nous détenons »43. Ainsi, les captifs de Modon doivent patienter et la Seigneurie est contrainte de verser des indemnités financières pour réparer les dommages causés par son armée au port de Valona, au Castel Novo des bouches de Cattaro et à Sainte-Maure44. Au cours d’une visite à Venise, l’ambassadeur ottoman exige de rencontrer tous les captifs turcs enlevés par les Vénitiens. Une enquête rapidement menée par une commission sénatoriale révèle que cinquante d’entre eux désirent rester près de la lagune. Une jeune fille achetée par Marco Zantani déclare devant l’ambassadeur qu’elle ne veut pas repartir. Les palabres terminées, le gouvernement vénitien offre cinquante ducats par tête et accepte de payer les chevaux volés à Mehmet bey, le gouverneur d’Argyrocastro, place forte en Albanie45.

  • 46 Ibid., t. 6, c. 764.
  • 47 Ibid., t. 13, c. 375.
  • 48 D. E. Queller, Il patriziato veneziano, la realtà contro il mito, Rome. 1987, p. 205.

13Pendant ce temps, les captifs se morfondent dans les geôles turques de Constantinople. En 1507, Giacomo Contarini est enfin libéré : il explique au Sénat que des prisonniers attendent depuis vingt ans leur rachat et que « Marco Orio et ceux de Cà Diedo, très aimés du seigneur turc, sont au sérail avec peu de réputation »46. Le sultan réclame près de cent trente mille ducats pour les chefs militaires qu’il a capturés lui-même à Modon. Un versement de onze mille ducats en janvier 1507 évite l’exécution des captifs, mais il faut attendre juillet 1508 pour que l’ensemble des aristocrates capturés et survivants soient libérés. Entre-temps beaucoup d’entre eux sont morts d’épuisement ou victimes des sévices de leurs geôliers47. Rien n’est fait pour soutenir les familles des captifs et accorder un prêt nécessaire au paiement de la rançon : en janvier 1512 Marco Dandolo, fils d’Andrea de San Moïse, détenu en captivité en Picardie depuis plus de trois ans, peut enfin envoyer une lettre à ses proches. Il réclame de l’aide afin d’écourter son interminable séjour en prison. Son épouse, Nicolosia Loredan, tente bien de mobiliser les deux familles qui comptent parmi les plus fortunées et les plus prestigieuses de Venise, mais l’infortuné Marco Dandolo reste prisonnier des Français durant de longs mois encore48. La lecture des testaments d’une partie de ces aristocrates marchands impliqués dans le commerce maritime, ne révèle pas un élan de générosité qui serait en rapport avec les dommages subis par les familles nobles, par ailleurs très étroitement liées par une endogamie renforcée en ce début du xvie siècle.

  • 49 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, c. 152.
  • 50 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 2, p. 145 et fasc. 4, p. 44.
  • 51 B. Doumerc, « De l’incompétence à la trahison : les commandants de galères vénitiens face aux Turc (...)
  • 52 Marino Sanudo. Diarii, op. cit., t. 4, c. 13.
  • 53 Ibid., t. 4, c. 81.
  • 54 A. Zorzi, Le Grand Canal, la plus belle rue du monde, Paris, 1991, p. 360 et Marino Sanudo, Diarii (...)

14Quoi qu’il en soit, les agents de l’autorité publique représentant le gouvernement dans les possessions d’outre-mer ne remplissent pas leur fonction avec assez d’efficacité pour endiguer les mouvements migratoires improvisés. La liste, longue et surprenante, dressée par D. E. Queller concernant l’irresponsabilité politique des administrateurs49 vénitiens ne révèle pas l’ampleur du phénomène conjoncturel. Du modeste châtelain, chef de garnison d’un poste frontière en Albanie jusqu’au gouverneur de province de Dalmatie, les nobles vénitiens défaillants sont régulièrement dénoncés au Sénat par les inspecteurs, syndics du Levant, nommés pour traquer les malversations qui exaspèrent les sujets coloniaux. De fait, la classe politique mise à mal par les révélations de scandales retentissants, fraudes et corruptions en tous genres, les candidatures pour remplir le devoir civique deviennent rares : quatre candidats élus pour administrer l’île de Corfou déclinent cet honneur pendant l’année cruciale de 150050. Il en est de même pour la fonction très exposée de proviseur de l’Albanie ! Le chroniqueur Girolamo Priuli proteste tout autant contre l’impéritie des administrateurs civils que contre la couardise de certains chefs militaires51. La désastreuse campagne militaire des années 1499-1500 cause un traumatisme réel dans la société vénitienne et les procès douloureux, au lendemain de la défaite, mettent en lumière des comportements inacceptables au sein de l’aristocratie. L’esprit de vengeance contre les traîtres l’emporte sur la nécessaire reprise en main des affaires publiques52. Certes, des hommes de bon sens, dévoués et fidèles à leur serment, parent au plus pressé : ils sont bien mal défendus au Sénat et au Grand Conseil qui se contente souvent de déclarations de principe suivies de rares condamnations, pas vraiment significatives à l’encontre des incompétents. Quand Nicolò Marcello, le recteur de Céphalonie, réclame de l’argent pour installer une centaine de familles de réfugiés auprès de la cité, le Sénat lui répond « que la guerre dévore tout le budget ». Il doit alors laisser partir « chez le Turc, ceux qui veulent planter et semer pour vivre »53. Avant leur capture, trois commandants de galères, Marco Orio, Vincenzo Pasqualigo et Sebastiano Moro, miraculés après le désastre de La Vajusa, rejoignent Durazzo épuisés, avec une centaine de survivants. Les Turcs les poursuivent avec acharnement jusqu’aux portes de la cité, « lieu antique, vaste mais dépeuplé où ne vivent plus que deux cents hommes apeurés car les Albanais autour vivent en harmonie avec le Turc, tout cela par la faute de l’ancien comte vénitien [...] qui les a poussés à la révolte »54. Le constat est amer !

15Leonardo Loredan est élu doge le 2 octobre 1501 après l’agonie d’un vieillard malade, ambitieux et corrompu, qu’il est amené à remplacer. C’est à lui que revient la délicate mission de négocier une paix honorable. En 1502, le gouvernement envoie à Constantinople Zaccaria Freschi, reçu par Bayezid II mais aussitôt éconduit. Le sultan propose en effet des conditions qui ne correspondent pas du tout aux espoirs des Vénitiens. L’orateur Freschi repart vers Venise accompagné par Ali bey, chargé de présenter les exigences du sultan : dépecer l’empire territorial du stato da mar. Le 5 mai 1503, en présence d’Ali bey, le doge prête serment sur l’Évangile de respecter les clauses imposées par le Turc. Un nouvel orateur, Andrea Gritti, embarque avec Ali bey à destination de Constantinople pour régler le contentieux commercial et financier pendant l’été 1503.

16L’envergure d’Andrea Gritti représente bien ce que le patriciat peut produire de mieux. Originaire de Crète, le lignage des Gritti s’installe très tôt dans l’empire colonial après 1204. Le destin d’Andrea est dicté par la volonté de son grand-père, Triadano, qui l’emmène partout avec lui dans les missions diplomatiques accomplies au nom de la République. Polyglotte, le jeune Andrea, fier de son nom, se lance dans le commerce du grain à Constantinople et se lie d’amitié avec un proche du sultan, le grand vizir Ahmed pacha. Cette relation ne lui permet pas d’éviter la prison ni la mise sous séquestre de ses biens pendant la guerre vénéto-turque de 1499. Après de nombreuses péripéties, celui qui avait choisi de s’installer à Constantinople avec sa concubine turque et leurs trois enfants doit, la mort dans l’âme, retourner à Venise après 1503. Devenu podestat de Padoue, il se constitue un beau domaine agricole dans les environs puis gravit les échelons du cursus honorum des charges politiques et militaires jusqu’au dogat, l’année de ses soixante-douze ans. Fort de son expérience du monde des affaires, Andrea Gritti sait négocier avec habileté la récupération des avoirs vénitiens séquestrés à Constantinople. Étape après étape, il obtient la libération des marchands, nobles ou non, contre le paiement de rançons revues nettement à la baisse, ainsi que la réunion d’un groupe d’experts élus par les aristocrates et les citoyens chargés de fixer le montant des pertes financières. Cette discussion assez sereine avec les autorités ottomanes aboutit à un règlement plutôt avantageux pour les Vénitiens, compte tenu des circonstances. Revenu à Constantinople avec Ali bey, Andrea Gritti ne ménage ni sa peine ni son argent pour améliorer le sort des captifs, en utilisant tous les moyens pour obtenir leur libération. Il explique au sultan que les familles ne peuvent pas payer des rançons aussi élevées, surtout celles qui manquent d’un appui fort dans la parentèle présente au Grand Conseil. Lorsque Giovanni Zantani, frère d’Antonio tué devant Modon, et son cousin, Marco Zantani fils de Marco lui aussi mort au cours de cette bataille, cherchent à obtenir des charges, le Grand Conseil refuse de leur accorder cette faveur. Très mal représentée au Grand Conseil avec onze votants, cette Maison ne peut lutter à armes égales contre les lignages disposant de quatre-vingt-huit voix comme les Morosini ou les soixante-douze voix des Marcello ! Les familles longhe font la loi au sein de l’assemblée souveraine et malheur aux corti sous-représentées.

17Les plus actifs sont les enfants des disparus, aidés par la parentèle constituée en groupe de pression au Sénat, qui cherchent à obtenir des avantages en compensation de la mort de leur père sur le champ de bataille. Les exemples se multiplient et les sénateurs vite submergés renouvellent des promesses parfois sans lendemain. Les quatre fils d’Alvise Michiel de Matteo, tué devant Modon, obtiennent la châtellenie de Mestre, et leur jeune sœur mille ducats pour sa dot. Les frères de Giovanni Malipiero, mort au champ d’honneur, profitent à leur tour d’exonérations fiscales. La veuve de Marco Tiepolo de Matteo obtient l’assurance que ses deux fils profiteront d’un poste d’arbalétrier leur vie durant à bord des galères marchandes. Dans tous les cas l’affaire est réglée aisément, car les personnes concernées vivent dans la métropole et profitent de toutes leurs relations sociales ; d’autres catégories, en revanche, sont visiblement moins favorisées par les autorités.

  • 55 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 42. Bibliothèque Marcienne, manuscrits italiens, cl. VII (...)
  • 56 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 189.
  • 57 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 27.
  • 58 B. Pullan, « Poveri, mendicanti e vagabondi », Storia d’Italia, Annali I, Turin, 1978 et La politi (...)
  • 59 Marino Sanudo, Diarii. op. cit., t. 6, c. 125.
  • 60 Ibid., t. 4, c. 52 et 74.
  • 61 Marino Sanudo, De origine, situ et magistratibus urbis venetae, éd. par A. Carraciolo Aricò, Milan (...)

18L’accueil des réfugiés, rapatriés d’outre-mer, dans le duché pose en effet un sérieux problème aux autorités politiques. Depuis 1479, date de l’éphémère succès de l’assimilation des habitants de Scutari, les choses empirent. La spectaculaire proposition de loi, avancée par Francesco Falier et Gabriele Bon en 1492 et visant à accorder des subsides aux nobles pauvres et isolés, est rejetée avec cynisme par le Grand Conseil. Chaque noble âgé de plus de soixante ans ayant droit à un secours de cent ducats et ceux qui sont âgés de vingt-cinq à soixante ans, une obole de cinquante ducats, le Conseil des Dix envisage une dépense de soixante mille ducats pour six cents chefs de famille concernés55 ! Depuis 1488, le Grand Conseil affirme « Il y a trop de nobles et il faut leur assurer charges et offices ». Comment faire lorsque aux difficultés de la métropole viennent s’ajouter les vagues de rapatriés ? Malgré les apparences, necessitas habet legem : il faut éviter le désordre en ville. C’est après le désastre vécu par les équipages devant Scutari que les institutions charitables se mobilisent dans la métropole. Le premier hôpital, destiné aux blessés et aux infirmes, est construit entre Sant’ Antonio et San Nicolo. Il porte le nom de l’hôpital de Jésus-Christ, plus connu à Venise comme étant « celui des marins ». Mais au fil des ans, il faut préparer des hôpitaux, des orphelinats et des logements pour cette population en transit dans la capitale. N’imaginons pas un seul instant que l’aristocratie soit épargnée : les exemples, nombreux, prouvent que la paupérisation de la noblesse est une réalité. Il suffit de mentionner le cas de membres d’un rameau du lignage Contarini surpris à mendier sous le porche des églises de Venise56. D’autres, plus chanceux, profitent de la vacance d’un emploi : Ettor Ottobon devient titulaire de la sumaria del sal, d’un rapport de quatre cents ducats par an, mais il doit partager ce revenu avec ses huit frères et sœurs, enfants comme lui de Stefano Ottobon tué par les Turcs57. Il faut alors parer au plus pressé : à Venise en avril 1500, une commission d’enquête sénatoriale recense près de cinq mille réfugiés malades et blessés. Le Sénat décide de payer deux ducats d’indemnité pour calmer les plus violents, ceux qui ont pris d’assaut la boulangerie communale. L’année suivante, Nicolo Morosini de Giacomo da l’ochio offre un vaste terrain débarrassé de quelques ruines pour financer la construction d’une trentaine de maisons près de Santa Trinita. Les « pauvres gentilshommes » auront également à leur disposition un logement confortable pour le prix d’un très modeste loyer58. Au mois de septembre, émue par le sort de ces malheureux, c’est au tour de la famille Tron de participer à cet effort de solidarité. Le procureur de Saint-Marc, Filippo Tron, lègue par dispositions testamentaires la somme considérable de cinquante mille ducats destinés à la construction d’une centaine de maisonnettes vendues à bas prix aux marins pauvres et âgés59. À cela il faut ajouter l’équivalent de nos logements sociaux, appelés à Venise les maisons de Saint-Marc, gérés par la Commune en faveur des artisans de l’arsenal et des matelots accidentés du travail ou atteints par les malheurs de la vieillesse. Le chroniqueur Priuli, ardent défenseur de la tradition maritime du peuple vénitien, comprend l’exaspération des sujets déçus par leur gouvernement. Il est prêt à excuser la mise à sac de la boulangerie « car jusque-là, ils ont tout supporté en silence mais ne peuvent endurer la faim »60. Fidèle à sa politique, le gouvernement vénitien refuse d’accueillir dans le duché les bouches inutiles. Seule la compétence des gens de mer trouve grâce à ses yeux : une expédition organisée par le capitaine général de la mer doit ramener en Istrie plus de deux mille hommes sauvés, « ils sont tous utiles car tous charpentiers et il est impossible de les laisser à Corfou, île gorgée de gens où on ne peut plus vivre »61.

  • 62 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 709-718.

19Assailli de réclamations et de sollicitations, le gouvernement consent à gonfler le nombre des agents de l’État. En 1505 le nombre des avocats de Saint-Marc passe à vingt, cette décision fait suite à la création des Provveditori sopra i dazi en 1501 et des Provveditori delle deliberazioni del senato. Comme il faut sans cesse accroître les possibilités de reclassement des nobles rapatriés, on porte le nombre des sages de Rialto de trois à vingt ainsi que ceux des Syndici di San Marco e di Rialto62. Cette « augmentation récente » des nombreuses magistratures n’a pas d’autre objet que d’assurer des revenus aux nobles métropolitains désargentés et de maintenir en phase de survie ceux qui arrivent des colonies. La liste serait longue, mais dans ce cas précis il est possible d’affirmer que la terrible guerre de la ligue de Cambrai (1509-1511) coupe court à une vague de contestations qui auraient pu causer de terribles secousses à la société vénitienne et, qui sait, faire vaciller les institutions républicaines : en mobilisant à nouveau toutes les énergies humaines pour la défense de la patrie menacée, en stabilisant la pression démographique à la suite des nombreuses disparitions pendant les combats, puis en permettant à l’aristocratie de retrouver des charges d’administration dans le domaine de Terreferme reconquis et surveillé attentivement. Tous pensaient que cette crise serait passagère, mais il faut créer d’autres magistratures ; en 1506 les Cinque savii alla mercanzia sont élus pour la première fois et une assemblée restreinte du Sénat, inaugurée à cette époque, la zonta delle specie, procure un emploi de qualité à des nobles désœuvrés, le prétexte étant d’étudier avec soin les conséquences des importations massives d’épices vers le royaume du Portugal, nouveau débouché de la route maritime des épices. Il y a aussi des Provveditori alla justicia nova, une quarantaine après 1501.

  • 63 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 5, c. 27.
  • 64 Ibid., t. 3, c. 1577 et A. Zannini, L’impiego pubblico. Storia di Venezia dalle origine alla cadut (...)
  • 65 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I. p. 54 et M. Casini, « La cittadinanza originaria a Ven (...)

20Quelques exemples pour illustrer le phénomène de grande ampleur qui consacre le poids de la bureaucratie administrative : après l’invention des Avocati fiscali en 1498, c’est le tour des Nobeli sora i conti, chargés de vérifier les frais de mission des ambassadeurs, orateurs et autres diplomates63. Pourtant, la séance du Grand Conseil du 30 avril 1503 débute sous de mauvais auspices, car il faut discuter de l’attribution effectuée par le Sénat d’une châtellenie de Terreferme aux fils d’Angelo da Canal, captif à Constantinople. Le Grand Conseil, manœuvré par le clan influent, accepte à son tour et Marino Sanudo, furieux, déclare « que c’est une très mauvaise décision que d’accorder les offices d’administration per gratiam et sans tenir compte des mérites de chacun »64. En septembre 1501 pourtant, le Conseil des Dix rappelait l’interdiction formelle de se donner les titres de noblesse des pères, sauf pour les fils d’un doge ou des procurateurs de Saint-Marc. Cela faisait suite à l’enquête diligentée par les Savii sopra i Modonei, chargés de veiller à l’assimilation des réfugiés dans la société vénitienne. Ce rapport met en évidence les relations tendues au Grand Conseil car tous ces arrivants « veulent des offices, des chancelleries, des cavaleries ou des châtellenies, tous crient et réclament »65. Les anciennes institutions destinées à venir en aide aux pauvres de la ville, balestrieri della popa, arbalétriers à bord des galères pour les jeunes aristocrates, ou poveri al povere, personnel chargé de conditionner les épices et de peser les sachets destinés à la vente, pour les gens du peuple, marins et combattants, dans l’impossibilité de poursuivre leur activité professionnelle ne suffisent plus. Comme l’aristocratie, le groupe des Vénitiens, celui des cittadini originari nés de père et de grand-père vénitien, défend à son tour sa place dans la société. En 1507 plusieurs fonctions administratives sont désormais réservées à ce groupe de citoyens, dont celle de gastaldo des procurateurs de Saint-Marc. De multiples exemples illustrent cette évolution caractéristique d’une société en crise.

  • 66 Ibid., I, p. 171.
  • 67 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 2, p. 273.
  • 68 A.S.V., Senato mar, reg. 11. fol. 146 ; reg. 12, fol. 28 ; Incanti di galere, reg. 1, fol. 94 et 1 (...)
  • 69 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, p. 1613.

21De rares études mentionnent, sans vraiment insister, le lien possible entre l’abandon des territoires d’outre-mer et la hausse subite du nombre des agents administratifs dans la métropole. D’autres facteurs, touchant le secteur de l’activité maritime, entraînent la dégradation aggravée par les réquisitions générales des galères marchandes envoyées au front, soit pour approvisionner les troupes, soit pour embarquer la population en surnombre dans les villes portuaires et engendrent la réticence des matelots. Le gouvernement hésite toujours à décréter la réquisition de la marine marchande envoyée renforcer l’escadre de combat, car cela « provoque un grand dommage et un grand inconvénient pour la cité »66. Les patrons de galères, marchands avisés, refusent cette idée car « les galères qui étaient marchandes sont devenues des bateaux de corsaires et sont obligés de combattre très souvent »67. Alors, le volontarisme et la loyauté des nobles laissent à désirer pendant des phases cruciales d’opérations guerrières contre les escadres turques. Au large de Céphalonie, au début de l’année 1500, le capitaine général de la mer, Marco Trevisan, successeur d’Antonio Grimani emprisonné après la défaite, envisage de renvoyer les galères marchandes mal équipées et menées par des équipages peu enthousiastes et des patrons mécontents68. Les marins, démoralisés par les témoignages des réfugiés entassés dans les ports épargnés par les combats, exigent une augmentation de salaires de 30 % pour toucher des gages équivalant à ceux des hommes qui se battent à bord des galères de l’escadre militaire. Le tumulte atteint l’escalier du palais des doges et les patrons de galère refusant de payer cette prime réclament une subvention gouvernementale pour éviter la grève générale ou la mutinerie69. Pendant l’hiver 1503, Vido Antonio Trevisan, amiral d’une escadre de huit galères de combat de retour d’expédition, affronte la mauvaise humeur des équipages qui réclament le paiement des arriérés de salaires sur un seul versement complet. Pour éviter le désordre dans Pola, il sépare les galères, deux à Trau, une à Spalato, une à Zara et les autres à Capo d’Istria et tente de régler tous les litiges existants. Il constate à son tour que l’argent dû sur la paie des morts n’a pas été mis de côté pour les familles, que les dispositions testamentaires exprimées par les défunts ne sont pas prises en compte et que les marins malades n’ont pas été payés. Il distribue alors tout l’argent disponible, mais exige une enquête pour déterminer les responsabilités.

  • 70 Ibid., t. 3, c. 1554.
  • 71 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 10, p. 126.
  • 72 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 194.
  • 73 Ibid., p. 195.
  • 74 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., t. 5, c. 1022 et B. Arbel, « Le colonie d’Oltremare », Storia d (...)
  • 75 B. Doumerc, « De lignée antique et consanguine, l’idéologie nobiliaire à Venise (fin xve-début xvi(...)

22En fait, il y a bien une pénurie de bras car tous les captifs déportés par les Turcs vers les territoires administrés par les sandjakbey font cruellement défaut. En Dalmatie littorale, épargnée alors par des combats de grande ampleur, il « manque au moins dix mille âmes à Zara depuis que la ville est frappée par la peste et par des bandes de Turcs qui emmènent les hommes valides avec eux »70. Le châtelain de Lavrana, Francesco da Ponte, ayant réussi à payer sa rançon arrive à Venise à la fin de l’année 1504, « vêtu à la grecque, portant la barbe, amaigri et affaibli, avec d’autres captifs dont Giacomo Malipiero, le commis des Zen [...] il déclare que mille cinq cents hommes ont été pris avec lui [...] que son aide de camp a été décapité [...] mais qu’après 15 jours de marche terrible vers Constantinople [...] il ne sait rien de tous ces malheureux »71. Sans l’aide du Génois Pantaleo Coresi, généreux intermédiaire négociant le rachat des Vénitiens avec le sultan, bon nombre de captifs seraient morts à Constantinople. Grâce à lui, Andrea Gritti peut verser quarante-trois mille ducats de rançon pour sa personne et plusieurs associés, payés par une lettre de crédit garantie par le Génois72. Toutes les informations puisées dans les chroniques minutieuses de Marino Sanudo et de Girolamo Priuli permettent d’affirmer que l’afflux des réfugiés vers les côtes et les îles de la mer Ionienne cause de graves préjudices au stato da mar. La métropole elle-même est touchée par l’arrivée des nobles, titulaires de charges diverses ou résidents coloniaux d’outre-mer, et une fois de plus il ne faut pas oublier de prendre en compte les données capitales. Les Vénitiens prennent enfin la mesure de l’avancée ottomane le 24 février 1501, après la déclaration faite à l’envoyé vénitien chargé de préparer les négociations de paix avec le sultan. La chancellerie ottomane répète « que la mer sera la seule frontière avec l’Illustrissime Seigneurie »73. Les Vénitiens en effet abandonnent Nauplie, Modon, Coron, Malvoisie en quelques années, ensuite « la Seigneurie a cédé Scutari, Stalimene, Drivasto, Croia et Alessio mais veut rester en Adriatique qui est le golfe de Venise depuis la concession du pape et de l’empereur d’Occident »74. De plus, le sort des captifs est évoqué pendant les discussions préparatoires du traité de paix mais à l’avantage des Turcs qui font pression sur les autorités vénitiennes afin d’élargir la zone frontière : le sandjakbey de Négrepont « qui a beaucoup de captifs entre ses mains » obtient des territoires grâce à ce chantage75.

  • 76 A.S.V., Avogaria di comun, reg. 164 et 165.
  • 77 S. Chojnacki, « Kinship ties and young patricians in fifteenth century Venice », Renaissance Quate (...)
  • 78 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 107 : Tamen fo commandata tal cosa secre-tissima az (...)

23La société métropolitaine semble très mal préparée à affronter l’épreuve du retour des captifs et de l’afflux des rapatriés. C’est en effet toucher du doigt l’échec d’un gouvernement incapable de défendre le stato da mar, l’impéritie des administrateurs coloniaux et l’infériorité des forces armées navales et terrestres. Il faut donc par tous les moyens limiter l’onde de choc provoquant la panique ou la défiance à l’égard des autorités. Mais le mal semble ne pas trouver de remède et les structures sociales de la Venise impériale sont ébranlées en ces temps difficiles. L’observateur attentif de la conduite des affaires publiques par le groupe aristocratique vénitien ne tarde pas à remarquer la forte progression numérique des inscriptions au registre de la Boule dorée, autorisant l’entrée anticipée au Grand Conseil par tirage au sort76. Les registres d’inscription contenant la liste des prétendants révèlent une augmentation de 64 % entre la première moitié du quinzième siècle et la fin du siècle77. Les annalistes décrivent cet afflux : en 1459 la magistrature concernée par le dépôt des candidatures enregistre quarante-huit dossiers et en 1500 il y a cent vingt demandes. Malheureusement, cette tanta multitudo n’est pas définie par les contemporains, qui se limitent à constater l’événement sans en rechercher les causes. Il en est de même pour le nombre croissant des votants au Grand Conseil : en 1460, sept cents nobles en moyenne donnent leur avis sur un projet de loi ou élisent l’un d’entre eux à une fonction publique. En 1480 il y a plus de mille deux cents participants et en 1510 le chiffre surprenant de mille six cent soixante-dix votants est atteint78. Il est impossible de chercher une explication unique dans une éventuelle explosion démographique au sein de la caste nobiliaire, même si ce phénomène doit être pris en considération. Si l’on prend en compte le fait que les membres du clergé sont exclus après 1498 du Grand Conseil, peut-être pour mieux accueillir la foule des rapatriés, et que la guerre incessante cause des pertes humaines considérables - Sanudo lui-même raconte que pendant la terrible année 1510 cent vingt nobles sont morts au champ d’honneur -, il faut chercher ailleurs les causes de cet afflux. Le malaise est ancien, n’en doutons pas, mais les modalités du rapatriement des sujets d’outre-mer provoquent un véritable cataclysme.

  • 79 Marino Sanudo, Oiarii, op. cit., t. 4, c. 308.
  • 80 Ibid., t. 4, c. 258 : « Quod necessitas non habet legem ». Voir aussi Girolami Priuli, Diarii, op. (...)
  • 81 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 168.

24La réaction du groupe nobiliaire peut surprendre : accrochés à la défense des intérêts chèrement acquis, les métropolitains acceptent mal de partager fonctions et revenus jusqu’alors monopolisés par un groupe restreint. L’arrivée de nouveaux venus dans la lagune bouscule les habitudes et insidieusement suscite l’animosité. Rappelons seulement quelques faits marquants : le premier concerne l’attribution des récompenses pour les combattants exemplaires ; au mois de février 1501, le Collège et les chefs du Conseil des Quarante décident d’offrir à tous les héritiers des combattants morts des offices et des charges afin de subvenir aux besoins des familles. Le Grand Conseil refuse catégoriquement cette éventualité sans doute pour éviter que les fils d’émigrés jouissent enfin de privilèges. Le chroniqueur Girolamo Priuli insiste sur le fait que le gouvernement « le fit quand même mais secrètement »79. Aux élections, les candidats faisant valoir les mérites de leurs pères sont systématiquement écartés et au mois de septembre 1502 le Conseil des Dix interdit aux nobles de rappeler les fonctions de leur père et l’incident de l’élection d’Alvise Capello en est le détonateur. Le candidat, qui siège au tribunal des Quarante, ose mentionner dans son discours devant la vénérable assemblée l’héroïque ardeur de son père Vittore Capello, tué par les Turcs devant Modon abandonnée à son triste sort. Cette tentative provoque un tollé général parmi les nobles du Grand Conseil, certains quittent la salle en hurlant pour dénoncer ces opportunistes. Il est vrai que les incidents de ce genre se multiplient : en janvier 1501, Girolamo Pesaro est élu à la zonta du Sénat pour récompenser les mérites de son père et Girolamo Soranzo, frère de Gabriele, décapité par un boulet pendant l’attaque de Sainte-Maure, « est entré au Sénat alors qu’il n’a aucun titre ni compétence »80. Le scandale agite toute la ville, et des voix s’élèvent pour arrêter cette dérive qui menace les institutions républicaines. A plusieurs reprises, le chroniqueur Sanudo, chantre des vertus civiques, s’insurge contre cette tendance « si mauvaise d’attribuer les charges par récompense »81.

  • 82 Ibid., fasc. 6. p. 176.
  • 83 Ibid., fasc. 6, p. 168.

25Le phénomène ne touche pas seulement les aristocrates de haute extraction, puisque la lutte est également farouche pour les postes sans réelle influence, mais assez prisés pour la sécurité de l’emploi à une époque incertaine. A de nombreuses reprises la fonction d’arbalétrier à bord des galères marchandes, emploi communal salarié, est accordée à des héritiers bien défendus par la parentèle et la clientèle, parfois sans passer par le régime souverain à Venise, le système électif. Les jeunes bâtards ou ceux issus de rameaux nobiliaires peu fortunés, convoitent les emplois et se retrouvent en concurrence avec un afflux massif de candidats venus d’ailleurs, de Modon, de Corfou, de Durazzo. Face aux critiques, le Sénat décide d’annuler toutes les nominations accordées per gratiam pour mettre de l’ordre dans ce recrutement devenu anarchique et pléthorique après l’été 1501. Il ne suffit pas d’augmenter le nombre de ces nobeli da popa embarqués, encore faut-il que la procédure d’attribution respecte la législation ! Ceci est d’autant plus grave que plusieurs titulaires de ces fonctions obtenues par dérogation s’empressent de vendre leur emploi au plus offrant pour retirer quelque argent en toute quiétude. Les petits arrangements avec les codes de loi (necessitas non habet legem) courroucent les procureurs de l’État qui réagissent vivement82. Alors le fossé se creuse un peu plus chaque jour entre les nobles : un groupe aristocratique de haute volée, à l’origine sans tâche, veut s’imposer et « on entend des patriciens qui prétendent établir des distinctions en classant les familles nobles et qui veulent, pendant les élections, faire valoir l’origine et non le mérite. La loi ne doit pas favoriser ces distinctions factices, ce serait un abus aux plus dangereuses conséquences, en mettant en avant des familles prétendues plus nobles et plus anciennes »83.

  • 84 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 174 : El tesoro serve per alimento de poveri gentil (...)
  • 85 L. Zecchin, Vetro e vetrai di Murano, 3 vol. , Venise, 1990, III, p. 190.

26Le constat est dramatique, même si la prise de conscience est antérieure à ces événements de la fin du xve siècle. Depuis 1488, le Grand Conseil affirme « qu’il y a trop de nobles et il faut leur assurer charges et offices » ; mais que dire quand la perte de l’empire colonial complique la tâche des gouvernants ? L’animosité et la tension règnent dans la capitale : le 23 juin 1501 le guet parcourt la cité à la recherche des armes qui circulent en ville, les démobilisés et les rapatriés ayant conservé leur équipement militaire doivent le remettre aux autorités. Une série d’altercations agite la population : en janvier 1503, une rixe éclate entre un parent de Carlo Contarini, décapité après la reddition de Zonchio par le capitaine général Benedetto Pesaro, et un fils bâtard de l’illustre chef de guerre, accusé de défendre un meurtrier. La contestation des décisions injustes, car l’aménagement de la loi est mal vécu par ceux qui sont écartés, laisse place à la violence. Le Sénat réclame alors une annulation des concessions de charges accordées sous la pression des familles : en premier lieu, l’attribution d’un emploi d’arbalétrier doit être approuvée par le tribunal des Quarante. Cet incident fait suite à la requête de la veuve de Marco Tiepolo tué par les Turcs : ses enfants ayant obtenu per gratiam une charge d’arbalétrier à vie à bord des galères marchandes, les candidats métropolitains attendant leur tour d’engagement protestent avec vigueur. La multiplication de ces réclamations pousse les autorités à surveiller attentivement la mise en œuvre d’un grand nombre de dérogations favorables aux réfugiés. La procédure élective, devenue la règle à respecter par les candidats au poste d’arbalétrier, cherche à éviter la concession abusive de ce privilège. Le chroniqueur Priuli déclare en effet que depuis la loi de 1493 il y a chaque année quelque cent trente postes offerts, mais depuis la crise des années 1499-1500 seule une trentaine est réellement mise au concours en raison de l’abus des grâces distribuées généreusement par le Grand Conseil84. Trop souvent, ces emplois réclamant une réelle compétence sont attribués par népotisme, comme en témoigne le cas de l’épouse de Girolamo Zorzi, condamné pour meurtre, se retrouvant seule avec huit enfants et qui « reçoit par privilège huit postes d’arbalétriers qu’elle négociera comme elle voudra, mais de cette façon le Trésor sert à financer les pauvres gentilshommes dans le besoin même quand cela n’est pas justifié »85. En réalité, les plus nécessiteux ne profitent pas souvent des largesses de leurs pairs.

  • 86 A. S.V., Signori di notte al civil, b. 1, cap. A, fol. 125.
  • 87 D. Romano, Housecraft and statecraft in Renaissance Venite, Baltimore, 1986, p. 87sq.
  • 88 A. Ducellier, B. Doumerc et alii, Les chemins de l’exil, bouleversements de l’est européen et migr (...)
  • 89 J. Beloch, « La popolazione di Venezia nei secoli xvi e xvii », Nuovo Archivio Veneto, n.s. 2 (190 (...)

27Malgré toute la prudence déployée par le gouvernement pour régler ce douloureux problème, les rapatriés d’outre-mer surmontent d’incroyables difficultés avant d’être acceptés par les habitants de la lagune. Pour le menu peuple, la situation paraît moins délicate : nous l’avons vu, un grand nombre de réfugiés trouve des cieux accueillants dans les Pouilles et dans le domaine insulaire de l’Égée ou de la mer Ionienne. Les colons originaires des villes portuaires de la côte orientale de l’Adriatique, de ITstrie jusqu’en Albanie, retournent dans les zones épargnées par les combats. Il est impossible d’évaluer le nombre, même approximatif, de ces gens qui réussissent à s’installer dans la lagune. En 1503, les statuts de la confrérie des maîtres verriers sont modifiés : désormais les Vénitiens d’origine étrangère sont exclus de la maistrance. Peut-on faire le lien avec la forte présence albanaise dans cette profession après la nomination de Nicolo de Drivasto, très vite devenu Nicolo de Biagio pour cacher son origine, élu gastaldo de l’Art des verriers de Murano en 150186 ? Au même moment, en juillet 1503, dans le capitulaire des chefs de sestieri, réécrit en raison des circonstances, il est introduit plus de huit chapitres concernant la législation adaptée au personnel domestique « à cause des hommes et des femmes qu’il faut inscrire de jour en jour »87. Il est vrai que le poids de la domesticité croît sans cesse à Venise dans les riches palais des familles fortunées : en 1511 chez Francesco Priuli de Lorenzo de Santa Fosca, treize personnes composent la famille, dont six enfants du couple et dix serviteurs qui restent en permanence au service de la maisonnée88. Ce n’est en rien un exemple particulier, tout indique en effet une grande recrudescence d’arrivées sur le marché du travail de tous ces réfugiés cherchant le gîte et le couvert auprès d’une famille patricienne, parfois sans réclamer le moindre salaire. C’est souvent le cas chez les Slaves et les Albanais. Les répercussions des flux migratoires en direction de la lagune de Venise sont maintenant mieux connues. La clémence des autorités communales, accordant l’ouverture de scuole aux communautés d’origine étrangère, slave, albanaise puis grecque, pour acheter la paix sociale est un élément positif de la gestion des flux pour mieux les contrôler. La succession des épisodes pesteux en 1502, 1507, 1510 puis 1511, avec l’apparition de maladies inconnues à Venise, pousse le gouvernement à rénover et à renforcer la magistrature des Proviseurs à la santé publique, qui enquêtent également en 1506 « sur la provenance des mendiants trop nombreux dans notre cité, dont personne ne sait d’où ils viennent et qui ne sont pas nos pauvres »89.

  • 90 B. Imhaus, Le minoranze orientali a Venezia (1300-1510), Rome, 1997, p. 411 et G. Fedalto. « La co (...)
  • 91 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, c. 11 et t. 17, c. 777 et M. T. Todesco, « Andamento demogr (...)

28Qu’elles soient anciennes ou plus récentes, les études faisant référence encore aujourd’hui, et tentant d’approcher une évaluation de la population citadine vénitienne - encore faudrait-il s’entendre sur le nombre des îles concernées - n’abordent pas avec netteté l’explication de cette hausse significative90. Le recensement incomplet de 1509 autorise une évaluation autour de cent dix mille âmes pour passer une trentaine d’années plus tard à cent trente mille. Mais on ne prend jamais en compte l’éventualité d’un afflux massif de réfugiés : on sait qu’après 1495 l’académie d’Aide Manuce regroupe plusieurs savants grecs, qu’en 1503 le professeur de langue grecque auprès de l’université de Padoue, Marcos Musuros, est sans doute celui qui installe la chaire de grec à l’école de la chancellerie ducale en 1508, qu’en 1511 le nombre des stradiotes répartis dans les garnisons des villes de Terraferma est revu à la hausse. Tous ces Grecs, nommés par le qualificatif ethnique, participaient à cette magna multitudo) grecorum comparable à celle qui a suivi la chute de Constantinople en 145391.

  • 92 Ibid., t. 5. c. 388.
  • 93 Ibid., t. 4, c. 179.
  • 94 Ibid., t. 11. c. 495.
  • 95 Ibid., t. 10, c. 265 et t. 11, c. 288.
  • 96 Ibid., t. 11, c. 290 et t. 14, c. 64, 247.
  • 97 Arbel, « Le colonie d’Oltremare », dans Storia di Venezia, op. cit., t. V, p. 947-988.

29La situation est beaucoup plus délicate pour les aristocrates implantés depuis des générations dans l’empire colonial d’outre-mer. Les plus mal lotis font valoir une appartenance oubliée à l’aristocratie vénitienne. L’évêque de Lépante réfugié en Istrie explique dans une lettre qu’Agostino de Rachi, un capitaine albanais, est appelé Contarini car sa mère est de la Cà Contarini. Lui et son frère Vincenzo veulent partir pour Venise92. L’épouse du comte Georges Cernovich, née Erizzo, rapatriée à Venise est soutenue par son clan familial qui favorise son installation ; mais le 25 avril 1510, déclarée sans ressource, elle réclame des subsides publics. On lui répond sèchement que chez elle, au Monténégro, elle pourrait percevoir les bénéfices de ses domaines93 ! Au début du mois de décembre 1501 meurt à Venise Fiorenza Crispo, fille du duc de l’Archipel94. Elle avait épousé en 1444 Marco Corner de San Cassiano, union de laquelle naquit Caterina Corner, la reine de Chypre. Après le décès de Fiorenza, les héritiers désirant rester à Venise tentent de vendre leur domaine à la République, en vain. Une autre affaire embarrasse les sénateurs : quelques années plus tard, Sebastiano Giustignan, oncle des frères Sommaripa, titulaires du fief d’Andros, veut à son tour céder le domaine à l’Etat vénitien. Le litige éclate car Marco Zeno prétend que cette île lui appartient par héritage, ce qui l’amène à s’opposer à un troisième protagoniste, Sebastiano Zantani95. Le problème surgit deux ans plus tard quand Francesco Premarin, un fils bâtard de Matteo décédé, souhaitant garder l’île en pleine et entière propriété, affronte les héritiers légitimes de Matteo, à savoir ses neveux Giovanni et Alessandro fils d’Andrea, le frère du défunt. Après de longues discussions, le Sénat ayant entendu le rapport des enquêteurs, se prononce en faveur du bâtard Francesco « car il manifeste l’intention de rester là-bas et de vivre sur l’île »96. Au moins voilà un rapatrié de moins ! Quoi qu’il en soit, le Grand Seigneur veut dominer l’empire d’Occident et Alvise Manenti, le diplomate vénitien envoyé à Constantinople en décembre 1499, confirme bien que partout où il passe, les Turcs organisent la vie sociale et économique des territoires occupés avec soin et efficacité. Cette impression est concrètement affirmée par cette déclaration dans le diwan : « Le premier pacha s’occupe de la prise de la Morée, le second de Chypre, le troisième de la Sicile, le quatrième du royaume de Naples, le cinquième du Frioul, tous réclament des hommes et promettent d’aller jusqu’en Lombardie »97.

  • 98 A.S.V., Maggior Consilio, reg. 21, Leona, fol. 241 et S. Chojnacki, Kinship ties, op. cit., p. 252
  • 99 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 126 et W. Zelz, « Ali bey, un interprete della Porta nel (...)
  • 100 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 196.

30Parfois les jeunes nobles rapatriés d’outre-mer ne sont pas dûment enregistrés à cause de la négligence de leur père, qui a oublié de les faire participer au tirage au sort de la Boule dorée98. En 1507, Marco Gradenigo, venu de Candie, réclame le droit de siéger au Grand Conseil et, après enquête, il peut s’asseoir à côté de ses pairs99. D’autres cherchent à provoquer l’adhésion en forçant les portes de l’assemblée : « Beaucoup de nobles se font attribuer les titres de leur père, frère, fils qui sont morts, captifs, brûlés, empalés ou esclaves, voire ruinés par la guerre contre le Turc et obtiennent des offices sans rapport avec leur condition ni dignité ». Le Grand Conseil murmure et quand ces titres sont annoncés, les nobles se lèvent et quittent la pièce par dépit100. Cet épisode est significatif d’une véritable révolution culturelle touchant les mentalités du groupe nobiliaire. Les lignages incarnent le poids du passé et les individus ne peuvent se satisfaire du patronyme qui vient se fondre dans l’homonymie généralisée au sein d’un groupe restreint. Jadis, les membres de lignages aristocratiques partaient coloniser des territoires d’outre-mer, en Morée, en Crète, en Dalmatie, en gardant l’attachement à la paroisse d’origine sur les îlots lagunaires. Le lien symbolique fort maintenait les émigrés dans la communauté d’appartenance, mais il s’agit à la fin du xve siècle d’un sentiment égalitaire trompeur. La mémoire de cette noblesse d’outre-mer cherchant à retrouver son rang et sa considération dans la société métropolitaine se heurte aux chocs du retour. La fierté résidait dans le succès de l’implantation d’un nouveau rameau dans les territoires coloniaux, mais quand elle est remplacée par l’affliction ! Il faut honorer le sang versé sur les champs de bataille lointains, personne à Venise n’en doute, mais la noblesse, cette garantie qui permet de s’imposer au Grand Conseil pour partager la sécurité des offices publics, la gloire du combattant, la fortune de l’entrepreneur, ne peut effacer les terribles disparités nées de l’éloignement ! Faut-il évoquer alors une certaine « fonctionnarisation » de la noblesse rapatriée d’outre-mer, minorité dont le salaire est l’essentiel du revenu, qui cherchera à s’établir en Terreferme puisqu’elle est écartée des affaires les plus profitables ? Faut-il mendier un emploi et une obole à la sortie des églises ? Il ne s’agit plus d’un revers de fortune qui parfois flatte le malchanceux lequel, grâce à son énergie, reprendra son rang comme le fit Andrea Barbarigo, mais d’un état de décadence durable : le naufrage n’est rien comparé à l’exode !

  • 101 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 126.
  • 102 Girolami Priuli. Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 176.
  • 103 M. Scazzarro, « Nobiltà senatoria e nobiltà minore a Venezia tra Sei et Seltecento », Nuova Rivist (...)

31En 1524 il y a plus de deux mille votants au Grand Conseil, un record absolu, malgré toutes les catastrophes qui se sont abattues sur la cité. En aucun cas, répétons-le, il ne faut prendre en compte qu’une évolution favorable de la démographie qui contredirait les réflexes malthusiens des hommes frappés par le malheur récurrent101. Chaque jour qui passe, des rapatriés se présentent au Sénat. Le 12 novembre 1496, « deux hommes vêtus à la Grecque, deux fils de Giacomo Zorzi de Négrepont, le frère du seigneur de Caristo, gentilshommes par le sang, à savoir un Marchisoto de 34 ans et un Nicolo de 35 ans [...] restés esclaves des Turcs pendant vingt-cinq ans [...] ayant fui les Turcs après leur capture à Négrepont il sont partis chez les Maures à Damas [...] puis retournent ici [...] Les conseillers demandent qu’ils démontrent leur valeur et selon le cas, ils seront récompensés [...] »102. La minutie des enquêtes cherche à démasquer les imposteurs, mais la dureté des temps implique un repli sur soi par la mise en relief d’une identité ethnique exacerbée. Pour la première fois peut-être dans l’histoire de la République patricienne, l’ethnos veut s’affirmer dans la continuité de la stirpe immaculée. Nous savons que pour de nombreux nobles ce salaire, aumône accordée par l’État, est le seul moyen de subsistance, puisque la baisse autoritaire des salaires décrétée par le gouvernement pour financer l’effort de guerre pendant la cruelle année 1502 provoque la ruine des patriciens démunis103.

  • 104 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 1, c. 279.
  • 105 Ibid., t. 4, c. 201.
  • 106 Ibid., t. 7, c. 7.

32Cela est d’autant plus vrai qu’un grand nombre d’aristocrates avait payé les rançons exigées par les Turcs pour obtenir la libération des prisonniers de guerre ou des marchands incarcérés à Constantinople. Pendant des années, jusqu’en 1514 au moins, des Vénitiens croupissent dans les geôles turques. En 1507, le bouleversant témoignage de Giacomo Contarini émeut les sénateurs informés de l’infortune de ces malheureux oubliés de tous : « Le sultan a bien libéré des captifs malades mais certains étaient là depuis vingt ans, restant désespérés, avec rien sur le dos »104. Le flot des migrants est ininterrompu : les Turcs, nouveaux maîtres de Coron « chassent tous les habitants et on dit qu’ils vont faire partir tous les chrétiens de la Morée »105. Les nobles sont eux aussi malmenés : la famille de Silvestro Tron, le châtelain de Zonchio rançonné pour la somme de mille deux cents ducats et ne disposant que de trois cents ducats, veut vendre une galère pour compléter les ressources indispensables au rachat, mais le gouverneur de Corfou interdit la transaction selon les directives du Sénat106.

  • 107 Ibid., t. 5, c. 1345 : il laisse une épouse et sept enfants.
  • 108 Ibid., t. 5, c. 1022.

33D’autres aspects très méconnus qui mériteraient une belle synthèse de grande ampleur concernent les rapports entre les sujets vénitiens d’appartenances ethniques diverses, qui doivent partager des territoires surpeuplés frappés par la disette et les pénuries de biens de première nécessité. L’empire colonial est secoué par des mouvements de fond qui déstabilisent un fragile équilibre existant entre les communautés ethniques et confessionnelles. La reprise économique sur l’île de Zante est due à l’arrivée massive des réfugiés ayant quitté le Péloponnèse. L’île, abandonnée après l’occupation turque de 1479, retrouve dans les années 1520 la prospérité qui était la sienne107. Mais apparaissent des conséquences inattendues : le proviseur vénitien de l’île de Zante, Donato da Ponte, met en garde le Sénat dans une lettre datée du 25 mai 1506 : « L’île est redevenue très peuplée et fréquentée par de nombreux Italiens mais n’ayant pas de chapelle pour eux on se sert d’un entrepôt ; alors les habitants latins se tournent vers le rite grec »108. C’est le même cas à Céphalonie « où les églises de rite latin sont totalement en ruine ». La judicieuse répartition décidée par les autorités en 1488 proposant l’installation des chrétiens de rite latin à Zante et de ceux de rite orthodoxe à Céphalonie, n’est plus en application et les tensions entre les communautés menacent l’autorité des recteurs vénitiens incapables de gérer sur place ces problèmes complexes. Si le malaise est profond dans le stato da mar, il l’est bien plus encore dans la métropole.

  • 109 F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris, 1959, p. 289.
  • 110 E. Lunzi, Della condizione politica delle isole Jonie sotto il dominio veneto, Venise, 1858, p. 35 (...)
  • 111 Dante, Œuvres complètes, Paris, 1965, p. 503.
  • 112 E. Menegazzo, « Tre scritti di Alvise Cornaro », dans Tra latino e volgare : Ommagio a Carlo Dioni (...)

34A Venise, la cooptation des nobles admis à participer de plein droit à l’assemblée plénière du Grand Conseil se fonde sur une idéologie de plus en plus rigide, où la pureté du sang devient le critère sélectif déterminant au cours des siècles, mais particulièrement recherchée au début du xvie siècle. En principe, tous les nobles sont égaux puisqu’un membre du Grand Conseil dispose d’une voix dans le système électif qui règle les institutions. Mais peu à peu, le groupe métropolitain se protège contre les intrusions extérieures en définissant de nouveaux critères plus sélectifs pour autoriser l’admission en son sein. L’évolution de la législation nous éclaire sur la transformation des mentalités. La création en 1506 du Livre d’or de la noblesse est un éclatant témoignage de cet état d’esprit. Cette noblesse cherche un avenir dans la lecture des étoiles, la voie des astres, où le destin peut contrarier le don de naissance qui attribue la qualité de noble. Dante refuse dans le Banquet de considérer cette transmission héréditaire : « Ce n’est pas le lignage qui fait noble [...] mais les personnes qui font noble une lignée »109. À Venise au début du xvie siècle l’arrivée des rapatriés d’outre-mer bouscule la tradition établie. Nous assistons à une nette altération des normes du comportement civique, mais aussi à une modification du contenu des valeurs de référence. Des hommes respectables, soumis à de terribles tensions exprimées dans la compétition pour obtenir un emploi protégé, se battent pour limiter la dégradation de la prospérité. L’inquiétude générée par l’incertitude qui plane sur un avenir assombri par la défaite outre-mer ainsi que par la menace en Terraferma modifie le comportement des aristocrates vénitiens ayant perdu leur sérénité. Le Grand Conseil exige la tenue du registre du Livre des naissances en 1506, récoltant les références précises du « pedigree » aristocratique des deux parents, indiscutable association de l’ancienneté et de la consanguinité des lignages. La contestation de ces critères discriminatoires agite les assemblées : en 1514, Alvise Corner d’Antonio de San Bartolomeo se plaint « de ne pas avoir l’usage de son état de noblesse ». Le Sénat lui répond sèchement que « tous les descendants du doge Marco Corner […] étant éloignés résidant dans le Péloponnèse et ne respectant pas l’usage de la loi comme celui qui oblige à l’inscription de la naissance d’un noble dans le registre officiel, ils perdent leur noblesse car ils ne figurent pas dans ledit livre »110. Déjà avant lui, Elisabetta Morosini, épouse du comte Frangipane, titulaire de fiefs en Croatie, recommande à ses frères restés à Venise un certain Rigo Badoer habitant Arbe « qui souhaite se faire admettre gentilhomme »111. Le Grand Conseil circonspect tourne alors la législation à l’avantage des métropolitains : il faut que les pères des candidats à l’entrée au Grand Conseil participent aux séances et que l’enregistrement des fils soit effectué dans les délais. Que faire quand on habite sur une île de la mer Égée ou dans un village albanais ? Le capitaine général de la mer Antonio Grimani vaincu par les Turcs aurait-il subi tant de désagréments à son retour dans la capitale si sa mère, Agnesina Montaner de Modon, n’eût été aristocrate de sang bleu ? Le généalogiste intervient alors pour traquer « les taches sur les étoiles de la noblesse éclipsée de certains patriciens de Venise »112.

  • 113 Doumerc, « De lignée antique... », op. cit., p. 81.
  • 114 A. Capellari Vivaro, Il campidoglio veneto, Biblioteca Nazionale Marciana (Venise), manuscrits, cl (...)
  • 115 S. Chojnacki, « Political adulthood in fifteenth century Venice », American Historical Review, 91 (...)
  • 116 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 6, c. 215.
  • 117 Girolamo Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 5, p. 392.

35L’évolution de la famille et de la parenté dans la société vénitienne à cette époque subit les effets de ce choc en retour de la présence massive des rapatriés d’outre-mer. Comment pourrait-il en être autrement, même si les études les plus fiables n’envisagent jamais de prendre en compte ces données113 ? Le signe réel qui marque le traitement institutionnel concernant les règles de l’alliance familiale, livre des mariages, livre des naissances, inscription à la Bala d’oro, se retrouve de façon déterminante à donner une forme et un contenu nouveaux. C’est également le cas des réseaux de compérages qui se renforcent face à l’adversité. Les autorités n’apprécient guère ce clientélisme qui échappe aux règles lisibles de la sociabilité urbaine. Au mois d’août 1505, Marino Sanudo décrit une curieuse situation : « Il y a une nouvelle habitude quand un père veut baptiser un fils, il convoque beaucoup de nobles pour la cérémonie du baptême et ils deviennent compères avec qui ils entretiennent des liens d’amitié étroits. Les sénateurs disent que cela est dangereux et que ce n’est pas bien. A son tour le Conseil des Dix déclare qu’aucun noble ne peut prendre un autre noble pour compère sous peine de deux cents ducats d’amende et une exclusion de tout office pendant cinq ans et qu’aucun cadeau ne doit être offert à cette occasion »114. Serait-il exagéré de proposer une explication à l’inflation des dots dénoncée par Girolamo Priuli le 4 novembre 1505 « qui dépassent trop souvent cinq mille ducats pour atteindre parfois huit ou dix mille ducats [...] causant ainsi la ruine des pères... », par l’afflux massif de candidats au mariage cherchant à redorer leur blason et à garnir l’escarcelle par des mariages avantageux115 ? De même, faut-il faire le lien avec la part de plus en plus importante des revenus locatifs, pris en compte dans la constitution des dots, dans une ville où l’espace qui vient à manquer trouve preneur à des prix élevés116. Certains spéculateurs profiteraient-ils de ces opportunités pour s’enrichir sur le dos des rapatriés mal logés et déconsidérés ? Les temps changent et l’esprit de corps du peuple vénitien ne signifie plus grand chose pendant cette grave crise. La refonte d’un cadastre ancien entreprise en 1502 serait aussi un signe évident de la recomposition de la société urbaine de la métropole, comme la réorganisation de la distribution de l’eau potable dans la ville après la création du Collegio alle acque en 1501 et celle des commissions de l’urbanisme en 1503 puis 1504 chargées de réglementer les formes de l’expansion117. Dans ces conditions faut-il être surpris par la remarque désabusée exprimée par Girolamo Priuli en 1509, regrettant « que depuis peu on achète maisons et terres à la campagne le double de la valeur réelle » et qu’un changement profond se produise dans les habitudes ancestrales de la cité ? Autant d’éléments rassemblés et en cours d’analyse ne peuvent que résulter d’un ensemble conjoncturel inattendu. Comment ne pas envisager, dans cette préoccupation soudaine d’aménager l’espace urbain, les répercussions causées par l’arrivée massive de population ?

36Pendant des siècles, les chemins de l’honneur, de la virtù et de la fortune sont ceux qui mènent vers l’outre-mer. Souvent le choix commun de l’émigration est familial : les chefs des maisons nobles et leur fratrie envisagent les rôles de chacun au profit de l’entreprise et de la République ; au sein du lignage, il y aura des colons, des administrateurs, des soldats et des patrons de navires. En 1478, la liste des candidats à l’exil volontaire vers Chypre pour renforcer la présence vénitienne dans l’île sur le point de tomber dans le stato da mar est révélatrice de ces tendances. Acceptent de quitter Venise ceux qui sont implantés de longue date et bénéficient d’un solide réseau de parentèle. Jadis, par exemple en 1229, des familles aristocrates quittaient la métropole pour se rendre à Constantinople occupée, encouragées par les autorités. Le temps du retour est venu et il ne s’effectue pas dans de bonnes conditions. Ceux qui espéraient être accueillis à bras ouverts se retrouvent bien seuls parmi une population métropolitaine confrontée à de réelles difficultés économiques et sociales. Peut-être faut-il chercher là l’une des caractéristiques, parmi d’autres sans aucun doute, de la progression, déjà notée, de la paupérisation de la noblesse. C’est le cas des Barnaboti, aristocrates désargentés résidant dans le paroisse de San Barnaba à Dorsoduro, cherchant à obtenir un modeste emploi communal. Priuli avait raison, le début du xvie siècle marque une étape dans l’histoire de la République de Venise. La cité lagunaire se transforme sous les coups d’une urbanisation envahissante, la spéculation dans les domaines agricoles de Terreferme va bon train, tout cela sous la pression démographique. De plus, l’apport d’une population venue d’ailleurs conditionne les caractéristiques constitutives de la société vénitienne mais avec des risques considérables. Dante avait sans doute raison : l’origine de tous les maux d’une cité suit la confusion delle persone, une sorte d’évolution sociale qui perturbe l’ordre ancien facteur de la stabilitas rassurante (Paradis, XV-XVI). La première vague de rapatriés vers Venise suit la chute des États latins d’Orient et la mémoire collective prend en compte cette donnée. Les familles intégrées au Grand Conseil sont bien identifiées : dans les documents on évoque les Case Venute della Siria. Le patriciat vénitien a toujours été confronté à ces concepts contradictoires hésitant entre errance et enracinement pendant près d’un millénaire. Au début du xvie siècle, il semble que l’inflexion vers une lignée cherchant un ancrage dans l’ethos nobiliaire favorisant un ethnos « national » provoque un véritable blocage défavorable au cosmopolitisme traditionnel au sein de la société lagunaire. Il s’agit bien là d’un élément de ce repli frileux constaté dans des domaines culturels et économiques : la République de Venise devient à son tour un État territorial comme les autres.

Notes

1 G. Zordan et S. Gasparini. Repertorio di storiografia veneziana, testi e studi. Padoue, 1998.

2 R. Cessi, Storia della Repubblica di Venezia, 2 vol. , Milan, réédition 1984 et F. C. Lane, Venise : une République maritime, Paris, 1985.

3 G. Cozzi et M. Knapton, Storia della Repubblica di Venezia dalla guerra di Chioggia alla riconquista della Terraferma, Turin, 1986 et G. Gullion, Le frontiere navali, dans Storia di Venezia, Rome, 1996, t. IV. p. 13-111.

4 Domenico Malipiero, Annuii veneti dall’unno 1457 al 1500, éd. par P. Longo et A. Sagredo (Archivio storico italiano, ser. I, vol. VII), partie I, Florence, 1843-1844, p. 94.

5 Ibid., p. 123-129 et Marino Sanudo, Vite dei dogi, éd. par A. Caracciolo Aricò, Padoue, 1989. p. 148.

6 M. Pia Pedani, In nome del Gran Signore, inviati ottomani a Venezia dalla caduta di Constantinopoli alla guerra di Candia, Venise, 1994, p. 142.

7 E. Alberi. Relazioni degli ambasciatori veneti al senato, Florence, 1844, ser. III, vol. 3, p. 19-20.

8 Archivio di Stato di Venezia (A.S.V.), Senato mar, reg. 6, fol. 14 et Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 115.

9 Marino Sanudo, Vite..., op. cit., p. 148.

10 Ibid., p. 12.

11 B. Arbel, « Nur Bann (1530-1583) : a venetian sultan ? », Tunica, 24 (1992), p. 241-259.

12 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 114.

13 Marino Sanudo, Vite..., op. cit., p. 13.

14 G. Cogo, « La guerra di Venezia contro i Turchi (1499-1501) », Nuovo Archivio Veneto, 18 (1899), p. 5-76, p. 348-421 et 19 (1900), p. 97-138.

15 A. Tenenti, Profilo di un conflitto secolare, Venezia e i Turchi, Milan, 1985. p. 14.

16 Marino Sanudo, I Diarii, Bologne, 1989, 2e éd., 58 vol. , t. 3, c. 689-691.

17 Ibid., t. 3, c. 717.

18 Ibid., t. 3, c. 725-726.

19 Ibid., t. 3, c. 1561.

20 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 120.

21 Ibid., I, p. 121.

22 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3. c. 85.

23 Ibid., t. 3, c. 88.

24 Ibid., t. 3, c. 1567.

25 Ibid., t. 3, c. 1387.

26 Ibid., t. 5, c. 872-883.

27 Ibid, t. 5, c. 23.

28 Ibid., t. 3, c. 251.

29 Ibid., t. 5, c. 345 et Girolamo Priuli, I Diarii (o diario veneto) 1494-1512, éd. par A. Segre jusqu’en 1500 et R. Cessi jusqu’en 1509. Bologne, 1912, Rerum Italicarum Scriptores, t. XXIV.

30 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 3, p. 253 et Marino Sanudo, op. cit., t. 5, c. 872.

31 Ibid., fasc. 3, p. 306.

32 Ibid., fasc. 6, p. 119.

33 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 206.

34 Ibid., t. 3, c. 1573 et t. 4, c. 47, etc.

35 Ibid., t. 4, c. 233.

36 R. Finlay, « Al servizio del sultano, Venezia e i Turchi e il mondo cristiano », dans Reno-vatio Urbis, Venezia nell’età di Andrea Gritti, éd. par M. Tafuri, Rome, 1984, p. 78-118.

37 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 258.

38 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 3, p. 1515.

39 E. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris, 1999, p. 33.

40 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 494 et c. 787.

41 Ibid., t. 4, c. 862.

42 Ibid., t. 5, c. 288.

43 Ibid., t. 5, c. 290.

44 Ibid., t. 6, c. 293.

45 Ibid., t. 6, c. 519.

46 Ibid., t. 6, c. 764.

47 Ibid., t. 13, c. 375.

48 D. E. Queller, Il patriziato veneziano, la realtà contro il mito, Rome. 1987, p. 205.

49 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, c. 152.

50 Girolamo Priuli, op. cit., fasc. 2, p. 145 et fasc. 4, p. 44.

51 B. Doumerc, « De l’incompétence à la trahison : les commandants de galères vénitiens face aux Turcs (1499-1500) », dans Félonie, trahison, reniements au Moyen Age, Cahiers du CRISIMA, 3 (1997), p. 612-624.

52 Marino Sanudo. Diarii, op. cit., t. 4, c. 13.

53 Ibid., t. 4, c. 81.

54 A. Zorzi, Le Grand Canal, la plus belle rue du monde, Paris, 1991, p. 360 et Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 5. c. 597, 612.

55 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 42. Bibliothèque Marcienne, manuscrits italiens, cl. VII, 90 (8029) c. 349. Voir aussi Priuli, op. cit., fasc. 5, p. 54.

56 Domenico Malipiero, op. cit., I, p. 189.

57 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 4, c. 27.

58 B. Pullan, « Poveri, mendicanti e vagabondi », Storia d’Italia, Annali I, Turin, 1978 et La politica sociale della Repubblica di Venezia (1500-1620), 2 voi., Rome, 1982, t. I, p. 223.

59 Marino Sanudo, Diarii. op. cit., t. 6, c. 125.

60 Ibid., t. 4, c. 52 et 74.

61 Marino Sanudo, De origine, situ et magistratibus urbis venetae, éd. par A. Carraciolo Aricò, Milan, 1980, p. 240 et suivantes.

62 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 709-718.

63 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 5, c. 27.

64 Ibid., t. 3, c. 1577 et A. Zannini, L’impiego pubblico. Storia di Venezia dalle origine alla caduta della Repubblica, Rome, 1995-1998, t. IV, p. 415-455.

65 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I. p. 54 et M. Casini, « La cittadinanza originaria a Venezia tra i secoli xv e xvi », dans Studi veneti offerti a Gaetano Cozzi, Venise, 1992, p. 133-150.

66 Ibid., I, p. 171.

67 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 2, p. 273.

68 A.S.V., Senato mar, reg. 11. fol. 146 ; reg. 12, fol. 28 ; Incanti di galere, reg. 1, fol. 94 et 100.

69 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, p. 1613.

70 Ibid., t. 3, c. 1554.

71 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 10, p. 126.

72 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 194.

73 Ibid., p. 195.

74 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., t. 5, c. 1022 et B. Arbel, « Le colonie d’Oltremare », Storia di Venezia, op. cit., t. V, p. 947-988.

75 B. Doumerc, « De lignée antique et consanguine, l’idéologie nobiliaire à Venise (fin xve-début xvie siècles) », dans Le sang au Moyen Âge, Cahiers du CRISIMA, 4 (1999), p. 128-145.

76 A.S.V., Avogaria di comun, reg. 164 et 165.

77 S. Chojnacki, « Kinship ties and young patricians in fifteenth century Venice », Renaissance Quaterly, 38 (1985), p. 240-270.

78 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 107 : Tamen fo commandata tal cosa secre-tissima azioche non se sapesse per la Terra. Sanudo dit que sont présents, à chaque conseil, mille huit cents votants che e grandissima cosa e inaudita.

79 Marino Sanudo, Oiarii, op. cit., t. 4, c. 308.

80 Ibid., t. 4, c. 258 : « Quod necessitas non habet legem ». Voir aussi Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 4, p. 302.

81 Girolami Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 168.

82 Ibid., fasc. 6. p. 176.

83 Ibid., fasc. 6, p. 168.

84 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 174 : El tesoro serve per alimento de poveri gentilhomeni besognosi vien dispensà a chi non se dovrebbe.

85 L. Zecchin, Vetro e vetrai di Murano, 3 vol. , Venise, 1990, III, p. 190.

86 A. S.V., Signori di notte al civil, b. 1, cap. A, fol. 125.

87 D. Romano, Housecraft and statecraft in Renaissance Venite, Baltimore, 1986, p. 87sq.

88 A. Ducellier, B. Doumerc et alii, Les chemins de l’exil, bouleversements de l’est européen et migrations vers l’ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, 1992.

89 J. Beloch, « La popolazione di Venezia nei secoli xvi e xvii », Nuovo Archivio Veneto, n.s. 2 (1902), p. 5-49 ; A. Contento, « Il censimento della popolazione sotto la repubblica veneta », Nuovo Archivio Veneto, 19 (1900), p. 5-42 et 179-240 et d. Beltrami, Storia della popolazione di Venezia dalla fine del secolo xvi alla caduta della Repubblica. Padoue, 1954.

90 B. Imhaus, Le minoranze orientali a Venezia (1300-1510), Rome, 1997, p. 411 et G. Fedalto. « La communita greca a Venezia alla fine del medioevo », dans Citta e sistema adriatico alla fine del medioevo, Atti e Memorie della società dalmata di storia patria, XXVI (1997), p. 203-219 et D. Romano, « L’assistenza e la beneficienza », Storia di Venezia, op. cit., t. V, p. 355-406.

91 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 3, c. 11 et t. 17, c. 777 et M. T. Todesco, « Andamento demografico della nobiltà veneziana allo specchio delle votazioni nel Maggior Consiglio », Ateneo Veneto, 27 (1989), p. 119-160.

92 Ibid., t. 5. c. 388.

93 Ibid., t. 4, c. 179.

94 Ibid., t. 11. c. 495.

95 Ibid., t. 10, c. 265 et t. 11, c. 288.

96 Ibid., t. 11, c. 290 et t. 14, c. 64, 247.

97 Arbel, « Le colonie d’Oltremare », dans Storia di Venezia, op. cit., t. V, p. 947-988.

98 A.S.V., Maggior Consilio, reg. 21, Leona, fol. 241 et S. Chojnacki, Kinship ties, op. cit., p. 252.

99 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 126 et W. Zelz, « Ali bey, un interprete della Porta nella Venezia del 500 », Studi Veneziani, n.s.. XIX (1990), p. 166-195).

100 Domenico Malipiero, Annali..., op. cit., I, p. 196.

101 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 7, c. 126.

102 Girolami Priuli. Diarii, op. cit., fasc. 6, p. 176.

103 M. Scazzarro, « Nobiltà senatoria e nobiltà minore a Venezia tra Sei et Seltecento », Nuova Rivista Storica, LXIX (1985), p. 503-530.

104 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 1, c. 279.

105 Ibid., t. 4, c. 201.

106 Ibid., t. 7, c. 7.

107 Ibid., t. 5, c. 1345 : il laisse une épouse et sept enfants.

108 Ibid., t. 5, c. 1022.

109 F. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris, 1959, p. 289.

110 E. Lunzi, Della condizione politica delle isole Jonie sotto il dominio veneto, Venise, 1858, p. 359.

111 Dante, Œuvres complètes, Paris, 1965, p. 503.

112 E. Menegazzo, « Tre scritti di Alvise Cornaro », dans Tra latino e volgare : Ommagio a Carlo Dionisotti, 2 vol. , Padoue, 1974, II, p. 602-613.

113 Doumerc, « De lignée antique... », op. cit., p. 81.

114 A. Capellari Vivaro, Il campidoglio veneto, Biblioteca Nazionale Marciana (Venise), manuscrits, cl. VII, 1518 (ancien 8304), fol. 61.

115 S. Chojnacki, « Political adulthood in fifteenth century Venice », American Historical Review, 91 (1986), p. 791-810.

116 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., t. 6, c. 215.

117 Girolamo Priuli, Diarii, op. cit., fasc. 5, p. 392.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540