Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les serviteurs de l'État au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’heure de la retraite a sonné : les serviteurs de l’Hôtel du duc d’Orléans en fin de carrière (fin XIVe-fin XVe siècle)

Elizabeth Gonzalez

Texte intégral

  • 1 On peut citer, pour ce qui est des études récentes, les pages consacrées à « L’aide aux anciens of (...)
  • 2 A. Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France d (...)

1Si débuts et déroulements de carrière font l’objet de nombreuses études, plus rares sont les travaux portant sur les fins de carrière1. Plusieurs raisons sont à l’origine de la cessation d’activité d’un serviteur. Deux prévalent : l’une politique et l’autre naturelle. Je ne m’arrêterai pas sur la première dont ont déjà traité certaines études, telle celle d’Alain Demurger sur les baillis et sénéchaux2, préférant m’attarder sur la seconde, objet de travaux plus rares. Et pour cause. Sitôt qu’un serviteur n’assure plus son service, il disparaît des sources. À croire que seul le service qu’il exerçait lui donnait vie. Au sein du corpus que je suis parvenue à rassembler pour l’Hôtel des ducs d’Orléans au XVe siècle, les documents permettant d’évoquer la question sont de fait peu nombreux (mais les silences ne sont-ils pas eux aussi parlants ?). Néanmoins, il m’a semblé pertinent de m’interroger sur le devenir des vieux serviteurs d’une institution qui constitue à cet égard un poste d’observation idéal. En effet, l’Hôtel cumule plusieurs avantages : monde extrêmement composite, il compte parmi ses membres aussi bien des clercs que des laïcs, des hommes d’influence comme de petites gens, enfin, vu la multiplicité des services qu’il comporte, on peut imaginer que des reconversions y sont envisageables.

2Après une rapide mais nécessaire mise au point lexicale portant sur les termes de carrière, retraite et vieillesse, je m’attacherai à définir l’attitude adoptée par le prince à l’égard des serviteurs qui ne sont plus en mesure de le servir, pour terminer sur une interrogation : ne revient-il pas finalement aux serviteurs de préparer eux-mêmes leur retraite ?

Le sens des mots

  • 3 Dictionnaire historique de la langue française, A. Rey dir., Paris, Les Dictionnaires Le Robert, 1 (...)
  • 4 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960). P. (...)
  • 5 O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1989 [é (...)
  • 6 Trésor de la langue française..., op. cit. n. 4, t. 14, p. 1045.
  • 7 Dictionnaire..., op. cit. n. 3, t. 2, p. 1793 et Trésor de la langue française..., op. cit. n. 4, (...)

3Étymologiquement, les termes de carrière et de retraite n’existent pas au Moyen Âge. Ou, s’ils existent, ils n’ont pas le sens qu’on leur donne aujourd’hui. Ce n’est pas avant le XVIIe siècle que carrière signifie « temps pendant lequel on exerce une profession qui présente des étapes, des degrés successifs »3. Quant à retraite comme « état d’une personne qui a cessé toute fonction, tout emploi, en raison de son âge ou d’une incapacité et qui a droit à une pension »4, il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour voir apparaître ce terme qui s’applique d’abord aux officiers militaires5 avec dès lors une connotation probablement négative : de la retraite militaire aux militaires à la retraite. Pour la fin du Moyen Âge, les lexicologues n’accordent au mot que le sens de « lieu où l’on se retire, se réfugie, l’action de se retirer d’un lieu »6 et font de Montaigne le premier à exprimer, sans idée de mouvement physique, « l’action de se retirer de la vie professionnelle ou mondaine »7. Et pourtant, Deschamps n’énonce-t-il pas déjà cette idée dans une ballade datée du début du XVe siècle :

  • 8 Se retraire : se retirer, s’en aller ; se retraire de + inf. : renoncer à, cesser de, d’après F. G (...)
  • 9 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs de la court et de leur boute hors, dans J.-P. Boudet et (...)

« Vieulx serviteurs et anciens [...]
De retraire8 est temps et saison ;
Quant plus ne vous pouez aidier,
Alez vous ent en vo maison »9.

  • 10 Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, G. Hasenohr et M. Zink dir., Paris, Fayard, 199 (...)

4Et dès avant lui Philippe de Novare dans son traité de morale Des IIII tenz d’aage d’ome composé vers 126510 lorsqu’il écrit :

  • 11 Philippe de Novare, Des IIII tenz d’aage d’ome, M. de Fréville éd., Paris, 1888, p. 105.

« Quant on est de LX anz acompliz, adonc est l’e[n]viel. Et por ce, dit l’an que dès ici en avant est l’an quites des servises ; et bien samble raison, car hom[es] de tel aage a assez a servir a soy meïsmes, ou de soi faire servir, se il a de quoi »11.

  • 12 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les Gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris (...)
  • 13 F. Autrand, « La force de l’âge : jeunesse et vieillesse au service de l’État en France aux XIVe e (...)

5Ainsi, si le terme dans son acception moderne n’existe pas, l’idée, elle, commence à s’imposer parmi les serviteurs de l’État. Françoise Autrand l’a bien montré pour le milieu des gens du Parlement, évoquant le cas de maître Pierre Ogier, vieillard de quatre-vingt ans incapable après la dissolution de la cour de Béziers en 1428 de se rendre à celle de Poitiers, et qui préserve ses gages sans avoir à siéger, comme en 1436 préserveront leurs gages sans obligation de présence les conseillers de Poitiers et les conseillers bourguignons : ces deux cas font selon elle jurisprudence en la matière12. Et Françoise Autrand de conclure : « on commence à penser que les serviteurs de l’Etat, devenus vieux, ont le droit de se retirer, sans perdre leurs ressources »13.

  • 14 Georges Chastellain, Chronique, dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, D. (...)
  • 15 Je n’ai pas retrouvé de document comparable à celui exploité par Léon Mirot, où l’on voit Jean san (...)

6Parfois volontaire – c’est à sa demande, nous relate Georges Chastelain, que « Toison d’Or, vieillard, fut déchargé de son office [roi d’armes de l’ordre], où il avait servi le duc pendant trente-six ans »14 –, les départs à la retraite relèvent le plus souvent d’une décision ducale. Ponctuellement, à l’occasion de l’arrivée au pouvoir du successeur du prince défunt15 ou suite à des réductions de personnel (une partie de l’Hôtel de Charles est ainsi remerciée durant sa captivité) ; plus généralement, dans le cadre d’un renouvellement des forces vives de l’Hôtel, le prince ne tenant probablement pas à être entouré uniquement de vieillards égrotants, incapables de le suivre dans le moindre de ses déplacements (quand le prince se déplace, l’Hôtel suit), tremblotants, tel l’échanson, lorsqu’il s’agit de lui verser à boire, incapables d’assurer le port de lettres dans le cas du chevaucheur ne pouvant plus se maintenir en selle, etc. L’argument avancé pour se débarrasser d’eux est que la maladie et/ou l’âge les rendent inaptes à exercer leur charge :

« Vieulx serviteurs et anciens,
Qui trop avez suy ma court,
Vuidier vous fault hors de ciens »

  • 16 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 205, v. 1-3.
  • 17 « La vieillesse [....] comme âge de la retraite et de la préparation à la mort » (H. Dubois et M. (...)

7fait dire Deschamps à la cour16. L’idée de retraite apparaît donc étroitement liée à l’âge17. Mais à partir de quel âge peut-on parler de vieux serviteur ?

  • 18 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques : ceux qui comptent dans la société médiévale sont-i (...)
  • 19 F. Autrand, « La force... », op. cit. n. 13, p. 206-223.
  • 20 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime. État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 21 H. Millet, Les Chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), Rome, EFR, 1982.
  • 22 É. Mornet, « Âge et pouvoir dans la noblesse danoise (vers 1360-vers 1570) », JS, janv.-juin 1988, (...)
  • 23 Ainsi en est-il de Jean Prunelé. Il apparaît pour la première fois dans les sources en 1381 comme (...)
  • 24 Cf. E. Mornet, « Âge... », op. cit. n. 22, p. 149.
  • 25 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs.... op. cit. n. 9, p. 205, v. 4-6.
  • 26 Je ne suis pas encore en mesure d’avancer de chiffres pour la Maison d’Orléans, mais les sommes dé (...)

8Bernard Guenée, dans son article sur « L’âge des personnes authentiques »18, puis, dans son sillage, Françoise Autrand19, Claude Gauvard20, Hélène Millet21 et Élisabeth Mornet22 ont montré quelles difficultés il y avait à déterminer un seuil de la vieillesse, celle-ci pouvant commencer à soixante comme à quarante ans. Les sources comptables sur lesquelles j’ai travaillé restent en effet très allusives en parlant de « grant aage », d’officier « moult ancien », sans apporter de précision chiffrée. Dans certains cas, il m’a été possible de « reconstruire » la vie d’un individu à partir des dates de première et de dernière apparition de sa période de vie active et ainsi, d’estimer son âge au moment de sa destitution23. Mais ces cas sont rares. Silencieuses sur l’âge, les sources le sont moins sur les maux dont souffrent les serviteurs déchus. Les termes ne manquent pas pour dénoncer la faiblesse des anciens : « débilité », « imbecillité », « decrepitude », « impotence », etc. Davantage que l’âge (toute vieillesse n’est pas forcément calamiteuse), ce sont donc les maux qui l’accompagnent et tout ce qui va à l’encontre de la capacité à se rendre utile qui priment24. Et à en croire Deschamps, cette capacité est réduite à néant : « Car paresceux estes et lourt, / Chargant, dormant, annuyant, sourt, / Qui ne pouez plus traveillier »25. Pourquoi dès lors le prince s’encombrerait-il de serviteurs devenus inutiles ? Pourquoi continuerait-il à les entretenir, à les nourrir et à les loger en sus des quelque deux à trois cents officiers en activité que compte l’Hôtel en temps normal ? Cela représenterait un coût énorme, grevant les finances ducales déjà bien écornées par les dépenses de l’Hôtel26. Quelle peut donc être l’attitude du prince envers ceux qui ne peuvent plus le servir ?

La politique ducale envers les serviteurs âgés

  • 27 Eustache Deschamps, « Foulz est a court qui trop s’i tient et crout » (v. 6-8), Des vieulx servite (...)

« Et aussi tost que viellesce leur vint,
De leur bienfaiz a la court ne souvint :
Raiez furent et reboutez du tout »27.

  • 28 Cf. la troisième strophe de la ballade d’Eustache Deschamps (Des vieulx serviteurs.... op. cit. n. (...)
  • 29 Eustache Deschamps vient d’être remplacé dans son office de bailli de Senlis (1404). Il a alors at (...)
  • 30 « Le vieil briquet se repose, / Desormais travailler n’ose / Abayer ne mot sonner. / On luy doit b (...)

9Pour Deschamps, le prince ne s’embarrasse pas de bouches inutiles, renvoyant chez eux, sans compensation aucune, tous les officiers devenus incapables, du plus important (viel chambellain) au plus modeste (viel pannetier)28. À ces invectives poétiques émanant d’un serviteur aigri29, on peut opposer l’épitaphe parodique de Basque, chien de Louis XI, une pièce de Jean Robertet qui n’est pas sans rappeler le rondeau composé par Charles d’Orléans en l’honneur d’un de ses vieux chiens de chasse30, et qui laisse transparaître une toute autre attitude princière :

  • 31 Jean Robertet, Œuvres, M. Zsuppan éd., Paris, 1970. Grâce à Monique Paulmier-Foucart, ce texte m’a (...)

« Or m’a vieillesse pris, plus n’y voy goute d’ueil,
Servir ne puis mon maistre, dont j’ay regret et dueil.
Il m’a pourveu garde de vie et de pencion,
à six vingt francz par an, et belle mancion
Au Chasteau des Montiz, qui est assez lez Tours »31.

10Au regard de ces textes, quelle image retenir du prince entre ingratitude et reconnaissance durable ?

  • 32 Certes, ils peuvent avoir trouvé une place ailleurs. Mais dans ce cas, on devrait retrouver leur t (...)
  • 33 Ainsi, les serviteurs congédiés en 1404 par Jean sans Peur reçurent une gratification de congé « p (...)
  • 34 Orléans, AD Loiret, 6J 5, 31.
  • 35 BNF, PO 3013, no 66835 (6). Attention toutefois : il peut effectivement s’agir d’un retour définit (...)
  • 36 O. Mattéoni, Servir..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 598.
  • 37 C. Gauvard, « De grace epecial »..., op. cit. n. 20, t. 1, p. 374.
  • 38 Eustache Deschamps, « Foulz... » (v. 9), dans Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 199.

11Les sources de la pratique semblent donner raison à Deschamps en faisant des laissés pour compte la grande majorité des cas. Nombreux en effet sont les officiers de l’Hôtel des ducs d’Orléans qui, après avoir figuré régulièrement, des années durant, sur les listes de gages, disparaissent soudainement sans qu’aucun document n’indique qu’une pension leur ait été versée32. Tout au plus le duc leur délivre-t-il une indemnité de départ, de quoi pouvoir « retourner en leur pays »33. Tel est le cas de Jean de Noyers, chevaucheur, à qui Louis d’Orléans octroie 40 francs d’or « pour consideracion des bons et agreables services faiz ou temps passé en chevauchant ça et la par plusieurs et diverses parties, lieux et pays »34, ou celui de Bernardon de Serres, écuyer, à qui Charles fait délivrer 50 livres tournois « pour luy aidier a supporter les fraiz et despens qu’il lui conviendra faire pour soy retourner en son pays »35. De telles sommes pouvaient éventuellement couvrir plus que les simples frais de voyage ; mais quoi qu’il en soit, la générosité ducale ne semble pas aller beaucoup plus loin. Dès lors, que deviennent les serviteurs rejetés ? Les plus fortunés se retirent sur leurs terres, d’autres qui, en parallèle de leur activité curiale, exerçaient par ailleurs un métier, s’y consacrent désormais à plein temps, mais qu’en est-il des autres, de ceux qui n’ont rien ? À ma connaissance, les d’Orléans n’ont pas fondé d’établissement spécialisé, comparable à l’hôpital Saint-Nicolas créé à Moulins en 1400 par Louis II de Bourbon36, où les vieux serviteurs puissent terminer leurs jours. Il ne leur reste plus qu’à trouver refuge auprès des leurs, la famille servant « à la fois [de] nursery, [d’]orphelinat et [d’]hospice »37. Mais tous les vieux serviteurs n’ont pas forcément une descendance désireuse de les prendre en charge, voire, en ces temps où la mort fait des ravages, des parents qui leur auraient survécu. D’eux, comme dit Deschamps, « Et ne sceut on que leur estat devint »38.

  • 39 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les pensionnaires fieffés des ducs de Bourgogne de 1352 à 1419 », M (...)
  • 40 BNF, PO 1168, Florigny, 37 ; PO 2464, Renti, 8 ; PO 1117, Fayel, 32, et nouv. acq. fr. 3641, 533 p (...)

12Tout autre est le sort de certains serviteurs qui, malgré leur grand âge, continuent à bénéficier de la faveur ducale. Sous quelles formes ? La façon la plus sûre de mettre à l’abri du besoin un officier est de lui attribuer une pension « a avoir et prendre sa vie durant ». Mais ces pensions à vie, que Pocquet du Haut-Jussé assimile à « des pensions de retraite accordées à de vieux serviteurs qui n’exercent plus leur fonction qu’au ralenti, ou qui ne peuvent plus les remplir du tout »39, font figure d’exception à l’Hôtel des ducs d’Orléans. Ainsi, dans l’état actuel de mes recherches, j’en compte seulement quatre pour le début du XVe siècle. Leurs bénéficiaires : Philippe de Florigny, Guiot de Renti, Guillaume de Fayel et Jean Prunelé sont tous chambellans du duc40. À cette solution onéreuse et contraignante, parce que contractuelle, les ducs semblent avoir préféré d’autres moyens.

  • 41 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 242.
  • 42 BNF, nouv. acq. fr. 3640, 523.

13Je n’ai pas trouvé d’exemples d’auxiliaire associé à un serviteur devenu impotent, celui-ci conservant titre et gages afférants, mais l’on peut supposer qu’une telle pratique, courante par ailleurs, était employée à la Maison d’Orléans. Par contre, plusieurs sources font état d’un procédé qui a attiré mon attention. On y voit le prince retenir comme conseiller un serviteur destitué de l’office qu’il détenait. Ainsi en est-il de Raoul de Justines, « nagaires nostre aumosnier », retenu en 1395 par Louis d’Orléans « en nostre conseiller aux gaiges ou pension de cinquante livres tournois par an ». Les raisons invoquées dénotent un âge avancé : « considerans les tres bons, agreables et notables services qu’il nous a faiz par long temps, continuelment, tant en nous instruisant et aprenant a l’escole comme oudit office d’aumosnier »41. De même, Jean Braque, maître d’Hôtel de Charles V, de Charles VI, et de Louis d’Orléans de 1392 à 1407, est retenu par le fils de ce dernier en 1409 comme conseiller aux gages de 400 livres tournois par an42.

14Cette pratique n’était pas réservée aux seuls membres de l’Hôtel. En 1431, Charles d’Orléans retient « conseiller en nostre ville et conté de Blois » Jean de Marrygny,

  • 43 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 12, pièces 35 et 36.

« nagueres deschargé de la prevosté de nostre ville de Blois, laquelle il avoit tenue en garde par long temps ; nous, attendu son grant aage et les bons et agreables services qu’il nous a faiz le temps passé, voulans le pourveoir d’aucun honnorable estat en telle maniere que, le demourant de sa vie, il doie et puisse vivre en nostre service honnestement [...], a icellui avons ordonné avoir et prendre par chascun an la somme de vint livres tournois de gaiges »43.

  • 44 Siègent-ils pour autant au conseil ducal ? On ne les retrouve pas parmi les conseillers dont le no (...)

15L’attribution du titre de conseiller assorti de gages semble ainsi être un moyen feutré de mettre à la retraite en douceur les vieux serviteurs que le prince n’entend pas délaisser44.

  • 45 Ainsi Jean Prunelé (cf. supra n. 23).
  • 46 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les pensionnaires... », op. cit. n. 39, p. 148.
  • 47 M. Sommé, Isabelle..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 624.
  • 48 Il laisse à sa mort une situation financière difficile qui ne cesse de s’aggraver : une partie des (...)
  • 49 Un mois seulement après sa capture, Charles d’Orléans adresse le mandement suivant aux gens de ses (...)
  • 50 Des fonds sont rassemblés durant sa captivité mais également après sa délivrance : le 18 août 1441 (...)
  • 51 De même que la place des anciens au sein de la communauté que constitue l’Hôtel, il conviendrait d (...)

16Si l’on étudie maintenant le rang social des bénéficiaires de la faveur ducale, quelle que soit la forme qu’elle prenne, force est de constater que les vieux serviteurs distingués par le duc ne sont pas les premiers venus. Chambellans, maîtres d’Hôtel, aumôniers..., tous sont détenteurs de charges importantes au sein de l’Hôtel et bien souvent également au-dehors45. Beaucoup plus libéraux apparaissent à la même époque les ducs de Bourgogne. Ainsi, des exemples de pensions viagères, octroyées quel que soit l’office occupé, ont été relevés pour les Hôtels de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur46, de même que pour celui d’Isabelle de Portugal47, troisième femme de Philippe le Bon. Faut-il en conclure une politique plus élitiste de la Maison d’Orléans ? Pas uniquement. Je pencherai plutôt pour des difficultés financières, notamment après la mort de Louis (23 novembre 1407) ; elles obligèrent en effet les ducs d’Orléans à distribuer leurs faveurs avec davantage de parcimonie et à préférer au système onéreux de la rente viagère d’autres formes d’aides, accordées, ainsi que le précisent les textes, « tant comme il nous plaira ». Et de fait, nombreuses sont les suspensions de gages et de pensions que subirent les officiers de cette Maison au cours du XVe siècle : suite à l’assassinat de Louis48 ; immédiatement après la capture de Charles à Azincourt49 ; pour le paiement de la rançon exigée par les Anglais50 ; au retour de Charles, la guerre ayant mis à mal ses possessions et le roi n’étant guère disposé à l’aider (du moins au début)... Ainsi pourraient s’expliquer les limites de la reconnaissance pécuniaire des ducs d’Orléans à l’égard d’hommes qu’ils maintiennent délibérément dans leur entourage, soucieux qu’ils sont de transformer en capital actif ceux qui, par la force de l’âge, sont devenus inactifs : ils avaient en effet intérêt à ne pas se séparer de personnages, peut-être diminués physiquement, mais néanmoins toujours importants politiquement, et conservant un prestige qui rejaillissait sur eux. De plus, le prince pouvait-il imaginer meilleur entourage que de jeunes serviteurs promis à un bel avenir mêlés à de plus vieux au passé prestigieux51.

17Laissés pour compte d’un côté, bénéficiaires de l’autre : ce schéma trop simple appelle, me semble-t-il, quelques nuances. En effet, à ne regarder que le moment où le serviteur n’est plus en mesure d’assurer son service, on en oublie les faveurs ducales dont il a pu bénéficier durant sa période d’activité et qui ont pu l’aider à préparer sa retraite.

Préparer sa retraite tant que l’on est actif

  • 52 C. Gauvard, « De grace epecial ».... op. cit. n. 20, t. 1, p. 355.

18Thésauriser, capitaliser en prévision de ses vieux jours, voilà une idée qui semble a priori bien anachronique pour le Moyen Âge. Et pourtant, je l’ai trouvée exprimée sous la plume de deux auteurs de l’époque : Philippe de Novare et Eustache Deschamps. Chez Philippe de Novare tout d’abord, dont le thème des quatre âges de l’homme « est à cette époque très répandu »52. Le « moien aage » qui suit enfance et jeunesse est présenté comme le temps de préparation au quatrième et dernier âge, « viellesce » :

  • 53 Philippe de Novare, Des IIII tenz..., op. cit. n. 11, p. 55-57.

« Porveanz et sages est qui tout avant se porvoit [...] ; se doit on porveoir et traveillier et porchacier que l’an ait des biens temporés, heritages et richesces, qui les puet avoir loiaument [...] ; et touz les biens que on a d’eschoite et de conquest que l’an a fait en jovant, en moien aage les doit on acroistre et forfitier et edifier por miaus valoir. Et se doit on mout garder que l’an nes perde ; car honte et mesaise en porroit avoir en viellesce. »53.

19On retrouve la même idée dans l’envoi de la ballade d’Eustache Deschamps sur les vieux serviteurs :

  • 54 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 205, v. 31-34.

« Princes, la court fait publier
Aux jeunes gens pour adviser
D’acquerir avoir par raison
Pour leur vieillesce soulacier »54.

  • 55 Cf. F. Autrand, Naissanceop. cit. n. 12, p. 31.
  • 56 Je remercie Alain Demurger de m’avoir communiqué les résultats d’une enquête demeurée inédite.

20Les serviteurs à avoir eu connaissance de tels écrits étaient vraisemblablement peu nombreux. De surcroît, beaucoup pouvaient s’attendre à mourir dans l’exercice de leurs fonctions, et donc à percevoir des gages jusqu’à leur dernier souffle. Ainsi en est-il des conseillers chers à Françoise Autrand55, ou des baillis et sénéchaux étudiés par Alain Demurger : sur les quatre-vingt-un dont il a repéré la date de décès pour la période allant de 1400 à 1436, quarante-huit sont morts en fonction (dont vingt de mort violente, à la guerre ou assassinés), soit près des 2/3, et leur nombre ne cesse d’augmenter après 1436 : les baillis et sénéchaux sous Charles VII se caractérisent par leur longévité professionnelle56. Beaucoup de serviteurs de l’Hôtel devaient cependant avoir conscience de la précarité de leur sort en un temps d’incertitudes, où la mort était omniprésente (guerres, pestes, famines), et où les assises financières de la Maison qu’ils servaient étaient bien aléatoires. Profitant de leur période d’activité, ils cherchaient donc à s’attirer la faveur princière et les dons qui allaient de pair. Certes, on ne peut parler de plan de retraite préconçu, mais ce faisant, ils se donnaient les moyens objectifs de vivre, le cas échéant, leur retraite.

  • 57 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 242.
  • 58 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 12, pièce 35.
  • 59 Orléans, AD Loiret, 6J 8, 42.
  • 60 Cf. « Les qualités exigées des officiers », dans O. Mattéoni, Servir..., op. cit. n. 1, t. 2, chap (...)

21Comment attirer à soi la faveur princière ? La réponse nous est donnée par les textes de gratification eux-mêmes : « considerans les tres bons, agreables et notables services qu’il nous a fait par long temps, continuelment »57 ; « considerans les longs, loyaulx et agreables services qu’il a faiz le temps passé »58 ; « demouré avec nous et en nostre service depuis aucun longtemps »59, etc. Sens, diligence et loyauté, on retrouve là les trois qualités fondamentales relevées par Olivier Mattéoni dans les lettres de nomination des officiers du duc de Bourbon60. Le fait que le lien clientélaire n’ait jamais été rompu paraît essentiel :

  • 61 BNF, nouv. acq. fr. 3640, 523.

« considerans aussi les grans, notables, et agreables services qu’il a faiz par long temps a feux nostre tres redoubté seigneur et pere [Louis d’Orléans], et nostre tres redoubtee dame et mere [Valentine Visconti] dont dieux ait les ame, en pluseurs et maintes manieres fait a nous chascun jour »61

  • 62 Sa fidélité à la Maison d’Orléans alors que beaucoup la désertait en ces années difficiles est ici (...)

22précise Charles d’Orléans en attribuant une pension à Jean Braque62. Il convient donc, par ses états de service, de se faire remarquer du duc pour en espérer la reconnaissance.

  • 63 Minorité certes, mais minorité active au sein de l’Hôtel. On les retrouve bien souvent à des poste (...)
  • 64 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 250.
  • 65 BNF, PO 570, no 13087 (18).

23Celle-ci s’exprime de diverses manières. S’agissant des clercs, qui constituent 5 à 10 % des membres de l’Hôtel63, ils pouvaient espérer obtenir grâce à l’intervention ducale un type particulier de faveur, à savoir un bénéfice. Gage de revenus réguliers pour le bénéficiaire et source d’économies pour le duc (cela lui permettait de rétribuer moins les services du clerc employé), l’importance du bénéfice est fonction de la gratitude princière. Jean Brisson, clerc de la chapelle ducale, reçoit en don en 1395 la chapellenie de Villers-Cotterets, vacante par la résignation d’Eustache Guiot64. Plus remarquable est la fin de carrière de Jean Cailleau, médecin de Charles d’Orléans au moins depuis 1442 (date de sa première apparition dans les sources), et que l’on retrouve aux côtés de Marie de Clèves, duchesse-régente, en 1472. Trente ans de bons et loyaux services lui valent de terminer ses jours comme doyen de l’église Saint-Aignan d’Orléans et chanoine en l’église Sainte-Croix d’Orléans65. Seuls les clercs pouvaient évidemment jouir de tels bénéfices, mais tous les officiers avaient accès aux rentes et dons prodigués par le prince.

  • 66 « ...on est effrayé du total des pensions que le Trésor ducal avait à payer vers l’époque de la mo (...)

24Alors que les rentes viagères font figure d’exception, les pensions « a volonté » qui n’existaient que tant qu’il plaisait au duc sont nettement plus nombreuses66 et recoupent indistinctement tous les offices. Quant aux dons, quel est l’officier qui n’en a pas reçu un, que ce soit à l’occasion d’un heureux événement (mariage, naissance), ou pour lui venir en aide dans le malheur (paiement de rançon, dette à honorer, maladie). Dans le cadre de la présente étude, il convient de faire ressortir les dons qui ménagent et préparent l’avenir : les dons en argent destinés à l’achat de biens immobiliers, les objets précieux (hanaps, aiguières, gobelets... en or ou en argent) que l’on peut thésauriser et revendre ou faire fondre si besoin est, et les dons de terres ou de maisons.

  • 67 F.M. Graves, Quelques pièces relatives à la vie de Louis Ier, duc d’Orléans et de Valentine Viscon (...)
  • 68 BNF, nouv. acq. fr. 3638, 140.
  • 69 BNF, nouv. acq. fr. 3643, 910.
  • 70 BNF, PO 2635, no 58614 (6).

25Peu d’actes font mention de la donation directe d’une partie du patrimoine ducal, le prince cherchant manifestement à en préserver l’intégrité. Et lorsqu’il concède un arpent de bois à l’un de ses serviteurs, il est bien stipulé que ledit arpent doit être pris là où cela sera le moins dommageable pour le duc. Aux dons directs de terres et de maisons, le duc préfère donc aider à l’achat de biens immobiliers par le truchement d’une somme d’argent. Ainsi, Jean Poulain, valet de chambre et garde des finances de Louis d’Orléans, se voit attribuer 300 francs « pour lui aidier a paier une maison qu’il a achatee [...] audit lieu de Chambelly »67. Jean de Trie, chambellan ducal, reçoit du même prince 4 000 francs d’or « pour lui aidier a acheter de l’eritage afin qu’il ait mieulx de quoy soustenir son estat ou temps avenir »68. Il convient de relever le terme d’« eritage ». En effet, on le retrouve notamment à l’occasion du mariage de tel ou tel officier, le duc remettant alors fréquemment une somme d’argent « pour et en accroissement de son mariage ». Or, certaines chartes vont plus loin et précisent que cette somme doit « etre convertiz et emploiez en héritage »69, c’est-à-dire en terres. En favorisant ainsi l’installation du jeune ménage, le duc se pose en véritable patron social, soucieux de « favorizer et secourir noz serviteurs » comme le dit Marie de Clèves dans un mandement émis en 147070. Mais n’est-il question que de favoriser individuellement un officier et sa femme ? Cette notion d’héritage ne renvoie-t-elle pas à la volonté d’établir durablement une famille ou un nom au-delà même de la mort des premiers bénéficiaires ?

***

26Si bien des serviteurs meurent en fonction ou peu de temps après avoir quitté leur charge, le « moment-retraite » existe bien au Moyen Âge et l’on a une conscience instinctive qu’il faut le préparer. Le prince joue dans cette préparation un rôle prépondérant en dispensant ses bienfaits à ses serviteurs. Mais sa générosité est forcément limitée. En effet, même s’il l’avait voulu, il paraît difficile d’imaginer que le prince aurait eu les moyens financiers d’assurer à tous ses anciens serviteurs un « minimum-vieillesse ». Il lui fallait donc choisir parmi eux ; faute de quoi, il pouvait recourir à un moyen plus économique et pour lui plus profitable : plutôt que d’attribuer une pension ou d’octroyer des dons, il pouvait prendre à son service l’un des fils ou neveux de son officier, à charge pour lui de pourvoir sur ses gages aux besoins de son parent. Mais peut-on dans ce cas parler encore de retraite ?

Notes

1 On peut citer, pour ce qui est des études récentes, les pages consacrées à « L’aide aux anciens officiers et aux officiers malades » dans la thèse d’Olivier Mattéoni (Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523) : étude d’une société politique, Université de Paris-I, 1994, t. 2, p. 596-599), ainsi que les sous-parties « Faveurs aux proches et sécurité de l’avenir » et « Les pensions » dans la thèse de Monique Sommé (Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne, une femme au pouvoir au XVe siècle, Université Lille IIΙ, 1995, t. 2, p. 483-489 et p. 622-625) où la question est effleurée.

2 A. Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France de 1400 à 1418 : l’exemple des baillis et sénéchaux », Francia, 6 (1978), p. 151-298.

3 Dictionnaire historique de la langue française, A. Rey dir., Paris, Les Dictionnaires Le Robert, 1992, t. 1, p. 355.

4 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle (1789-1960). P. Imbs puis B. Quemada dir., Paris, CNRS, 1971-1994, t. 14, 1990, p. 1044.

5 O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, PUF, 1989 [éd. orig., 1932], p. 552.

6 Trésor de la langue française..., op. cit. n. 4, t. 14, p. 1045.

7 Dictionnaire..., op. cit. n. 3, t. 2, p. 1793 et Trésor de la langue française..., op. cit. n. 4, t. 14, p. 1044.

8 Se retraire : se retirer, s’en aller ; se retraire de + inf. : renoncer à, cesser de, d’après F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IVe au XVe siècle, Genève-Paris, Slatkine, 1982 [éd. orig., Paris, 1891-1902], t. 7, p. 153-154.

9 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs de la court et de leur boute hors, dans J.-P. Boudet et H. Millet dir., Eustache Deschamps en son temps, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 204-206, v. 1 et 8-10.

10 Dictionnaire des Lettres françaises. Le Moyen Âge, G. Hasenohr et M. Zink dir., Paris, Fayard, 1992 [éd. orig., Paris, 1964], p. 1148.

11 Philippe de Novare, Des IIII tenz d’aage d’ome, M. de Fréville éd., Paris, 1888, p. 105.

12 F. Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les Gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 17.

13 F. Autrand, « La force de l’âge : jeunesse et vieillesse au service de l’État en France aux XIVe et XVe siècles », CRAIBL, 1985, p. 219.

14 Georges Chastellain, Chronique, dans Splendeurs de la cour de Bourgogne. Récits et chroniques, D. Régnier-Bohler dir., Paris, Robert Laffont, 1995, p. 940-942, livre VII, chap. XLIV.

15 Je n’ai pas retrouvé de document comparable à celui exploité par Léon Mirot, où l’on voit Jean sans Peur « se séparer des serviteurs de son père dont les fonctions faisaient double emploi avec celles du personnel de son propre hôtel [...] 180 serviteurs du défunt duc furent ainsi frappés. » (L. Mirot, « Le licenciement des serviteurs de Philippe le Hardi », AB, 11 (1939), p. 132-135, p. 132). On peut cependant imaginer que les décès de Louis et de Charles d’Orléans donnèrent lieu à de telles révocations.

16 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 205, v. 1-3.

17 « La vieillesse [....] comme âge de la retraite et de la préparation à la mort » (H. Dubois et M. Zink, « Introduction », dans Les Âges de la vie au Moyen Âge, H. Dubois et M. Zink dir., Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1992, p. 6).

18 B. Guenée, « L’âge des personnes authentiques : ceux qui comptent dans la société médiévale sont-ils jeunes ou vieux », dans Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986, p. 249-279.

19 F. Autrand, « La force... », op. cit. n. 13, p. 206-223.

20 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime. État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, t. 1, chap. 8, p. 347-382.

21 H. Millet, Les Chanoines du chapitre cathédral de Laon (1272-1412), Rome, EFR, 1982.

22 É. Mornet, « Âge et pouvoir dans la noblesse danoise (vers 1360-vers 1570) », JS, janv.-juin 1988, p. 119-154.

23 Ainsi en est-il de Jean Prunelé. Il apparaît pour la première fois dans les sources en 1381 comme « gouverneur de la conté de Blois » (BNF, Cabinet des titres, Pièce Originale [= PO] 1513, no 34263 [2]), charge importante qui laisse supposer qu’il avait alors dépassé la trentaine. En 1385, la mention d’un fils chapelain en l’église de Saint-Sauveur de Blois (BNF, PO 2393, no 53654 [4]) permet même de lui donner plus de quarante ans. Chambellan de Charles VI et de Louis d’Orléans, il administre les terres de ce dernier – sénéchal de Touraine, puis gouverneur du duché d’Orléans – jusqu’en 1404, année de sa destitution (J. Thibault, Orléans à la fin du Moyen Âge vers 1380-vers 1450, Paris, 1997, p. 10 et 429). Seul l’âge – il aurait alors la soixantaine – peut expliquer la perte d’une charge qui requiert disponibilité et santé. En effet, loin de tomber en disgrâce, Jean Prunelé voit la même année sa pension jusque là temporaire devenir viagère (BNF, nouv. acq. fr. 3641, 533) et sa présence au conseil ducal est attestée par de nombreux actes jusqu’en 1411. Il devait mourir en 1417 (F.-A. Aubert de la Chesnaye-Desbois et R. Badier, Dictionnaire de la noblesse contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie des familles nobles de France..., 2e éd., Paris, Veuve Duchesne, 1770-1786).

24 Cf. E. Mornet, « Âge... », op. cit. n. 22, p. 149.

25 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs.... op. cit. n. 9, p. 205, v. 4-6.

26 Je ne suis pas encore en mesure d’avancer de chiffres pour la Maison d’Orléans, mais les sommes dépensées par Philippe le Hardi (J. Rauzier, Finances et gestion d’une principauté au XIVe siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, CHEFF, 1996) ou Philippe le Bon (M. Sommé, Isabelle.... op. cit. n. 1, 1995) sont la preuve que « ...des sommes considérables étaient engouffrées dans un Hôtel » (B. Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, Paris, PUF, 1991 [éd. orig., Paris, 1971], p. 149).

27 Eustache Deschamps, « Foulz est a court qui trop s’i tient et crout » (v. 6-8), Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 199-201.

28 Cf. la troisième strophe de la ballade d’Eustache Deschamps (Des vieulx serviteurs.... op. cit. n. 9, p. 205) : « Vieulx barbiers, vieulx phisiciens, / Vieulx menestrelz qui estes gourt, / Vieulx queux, vous ne valez plus riens ; / Viel maistre d’ostel qui decourt, / Viel chappellain qui ne se sourt, / Viel chambellain, viel chevalier, / Viel eschanson, viel pannetier, / Viel secrétaire et, si dit-on, / D’escuirie viel escuier, / Alez vous ent en vo maison ».

29 Eustache Deschamps vient d’être remplacé dans son office de bailli de Senlis (1404). Il a alors atteint la soixantaine (Des vieulx serviteurs.... op. cit. n. 9, p. 15-16 et 204).

30 « Le vieil briquet se repose, / Desormais travailler n’ose / Abayer ne mot sonner. / On luy doit bien pardonner : / Ung vieillard peult peu de chose. » (Charles d’Orléans, Ballades et rondeaux, J.-C. Mühlethaler éd., Paris, Le Livre de Poche, 1992, rondeau 319, v. 2-6, p. 714-715).

31 Jean Robertet, Œuvres, M. Zsuppan éd., Paris, 1970. Grâce à Monique Paulmier-Foucart, ce texte m’a été communiqué par l’équipe de l’INALF (Nancy, CNRS) qui travaille à l’élaboration du DMF (Dictionnaire du moyen français). Son responsable, Willy Stumpf, a bien voulu qu’Odile Derniame interroge pour moi cette base de données. Je les en remercie ici tous vivement.

32 Certes, ils peuvent avoir trouvé une place ailleurs. Mais dans ce cas, on devrait retrouver leur trace.

33 Ainsi, les serviteurs congédiés en 1404 par Jean sans Peur reçurent une gratification de congé « pour eulx en aller chascun en son pays » (L. Mirot, « Le licenciement... », op. cit. n. 15, p. 132).

34 Orléans, AD Loiret, 6J 5, 31.

35 BNF, PO 3013, no 66835 (6). Attention toutefois : il peut effectivement s’agir d’un retour définitif comme pour les officiers de Philippe le Hardi licenciés par son fils (cf. supra n. 32) mais l’hypothèse d’un départ temporaire s’inscrivant dans le cadre du « service à tour » n’est pas à exclure.

36 O. Mattéoni, Servir..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 598.

37 C. Gauvard, « De grace epecial »..., op. cit. n. 20, t. 1, p. 374.

38 Eustache Deschamps, « Foulz... » (v. 9), dans Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 199.

39 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les pensionnaires fieffés des ducs de Bourgogne de 1352 à 1419 », Mémoires de la société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 8 (1942), p. 148.

40 BNF, PO 1168, Florigny, 37 ; PO 2464, Renti, 8 ; PO 1117, Fayel, 32, et nouv. acq. fr. 3641, 533 pour Prunelé.

41 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 242.

42 BNF, nouv. acq. fr. 3640, 523.

43 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 12, pièces 35 et 36.

44 Siègent-ils pour autant au conseil ducal ? On ne les retrouve pas parmi les conseillers dont le nom est indiqué au bas des actes émis par le duc. Le titre de conseiller serait donc purement fictif.

45 Ainsi Jean Prunelé (cf. supra n. 23).

46 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Les pensionnaires... », op. cit. n. 39, p. 148.

47 M. Sommé, Isabelle..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 624.

48 Il laisse à sa mort une situation financière difficile qui ne cesse de s’aggraver : une partie des terres que Louis avait obtenues en don de son frère Charles revient au domaine royal ; la guerre civile qui débute entre Armagnacs et Bourguignons nécessite la mobilisation de fonds importants, de sorte qu’en 1412, Charles d’Orléans ne peut s’acquitter de la somme exigée par les Anglais pour regagner son pays et qu’il doit leur livrer en otage son propre frère, Jean d’Angoulême, ainsi que six officiers de son Hôtel (traité de Buzançais).

49 Un mois seulement après sa capture, Charles d’Orléans adresse le mandement suivant aux gens de ses comptes : « Comme au jour duy, par noz autres lettres et pour les regars et causes contenues en icelles, nous ayons ordonné que tous les gaiges et pensions de noz gens et serviteurs cessent et que riens n’en soit paié pour ceste annee presente commencant a la feste saint remy derrenier passee et oultre, que riens ne soit paié des arrerages ou restes qui sont deuz du temps passé a nos dictes gens et serviteurs a cause de leurs diz gaiges ou pensions ne autrement. [...] Donné ou palais de Londres le XXIXe our de novembre l’an de grace mil quatre cens et quinze. » (BNF, PO 2461, no 55365 [39]).

50 Des fonds sont rassemblés durant sa captivité mais également après sa délivrance : le 18 août 1441, Charles d’Orléans ordonne de suspendre le paiement de toute rente, gage ou pension « pour la tres grant necessité que presentement avons pour occasion du paiement de nostre raencon » (BNF, nouv. acq. fr. 3642, 802).

51 De même que la place des anciens au sein de la communauté que constitue l’Hôtel, il conviendrait d’étudier les rapports entre générations.

52 C. Gauvard, « De grace epecial ».... op. cit. n. 20, t. 1, p. 355.

53 Philippe de Novare, Des IIII tenz..., op. cit. n. 11, p. 55-57.

54 Eustache Deschamps, Des vieulx serviteurs..., op. cit. n. 9, p. 205, v. 31-34.

55 Cf. F. Autrand, Naissanceop. cit. n. 12, p. 31.

56 Je remercie Alain Demurger de m’avoir communiqué les résultats d’une enquête demeurée inédite.

57 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 242.

58 Caen, Musée des Beaux-Arts, collection Mancel, ms. 12, pièce 35.

59 Orléans, AD Loiret, 6J 8, 42.

60 Cf. « Les qualités exigées des officiers », dans O. Mattéoni, Servir..., op. cit. n. 1, t. 2, chap. 7, p. 390-413.

61 BNF, nouv. acq. fr. 3640, 523.

62 Sa fidélité à la Maison d’Orléans alors que beaucoup la désertait en ces années difficiles est ici récompensée.

63 Minorité certes, mais minorité active au sein de l’Hôtel. On les retrouve bien souvent à des postes importants : personnel de la chapelle (confesseur, aumonier, chapelain...), officiers de finances, membres de la chancellerie, médecins, etc.

64 BNF, nouv. acq. fr. 3639, 250.

65 BNF, PO 570, no 13087 (18).

66 « ...on est effrayé du total des pensions que le Trésor ducal avait à payer vers l’époque de la mort de Louis » (E. Jarry, La Vie politique de Louis de France, duc d’Orléans, Genève, Slatkine, 1976 [éd. orig., Paris, 1889], p. 47).

67 F.M. Graves, Quelques pièces relatives à la vie de Louis Ier, duc d’Orléans et de Valentine Visconti, sa femme, Paris, 1913, p. 53.

68 BNF, nouv. acq. fr. 3638, 140.

69 BNF, nouv. acq. fr. 3643, 910.

70 BNF, PO 2635, no 58614 (6).

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.