Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Migrants de l’Europe atlantique et du nord vers le monde méditerranéen

Jacques Paviot

Texte intégral

1Mon propos, dans cette contribution à l’étude des migrations dans le monde méditerranéen, est de présenter des cas de migrants de l’Europe atlantique et du Nord vers ce monde méditerranéen à la fin du Moyen Âge. J’emploie le mot migrants et non pas le mot migration, car le nombre de ceux qui sont partis est trop faible pour parler de phénomène migratoire. Cette faiblesse numérique ne doit cependant pas nous faire passer sous silence ces déplacements. Les mentions que je vais citer ne doivent pas non plus se présenter comme un ensemble de cas isolés, d’histoires vécues. Je pense que nous pouvons faire des classements et tirer des conclusions de ces expériences individuelles.

  • 1 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473). Leben und Werk, Sigmaringen, 1996 (Beiträge zur Geschic (...)
  • 2 Cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. VI, Paris, 1932, col. 436-438 (pa (...)

2Le premier pôle d’attirance est plutôt d’aspect politico-culturel et doit son existence aux hasards de l’histoire plutôt qu’à quelque autre raison. Il s’agit de la cour pontificale, qu’elle soit établie à Rome ou à Avignon. Des prélats ont aimé à y résider, pour des périodes plus ou moins longues. Prenons l’exemple du cardinal Jean Jouffroy1. Né dans une famille originaire de Luxeuil en Franche-Comté, il fut d’abord au service de son seigneur naturel, le duc de Bourgogne Philippe le Bon, qui l’employa pour des missions diplomatiques. Il assista longuement au concile de Ferrare-Florence en 1438-1439 et revint en Italie en 1446-1448. Devenu évêque d’Arras en 1453, il partagea sa vie jusqu’en 1460 entre les États bourguignons et Rome, où il était un proche du pape Nicolas V. Le pape Pie II lui accorda le chapeau de cardinal en 1461 et le transféra au siège d’Albi en 1462, car Jean Jouffroy avait changé d’allégeance vers le roi Louis XI à son avènement. Il revint à la cour romaine pour des négociations en 1462-1463 et y résida à nouveau sous le pontificat de Paul II en 1466-1468. Ce personnage est intéressant, car il possédait une résidence à Rome et, culturellement, il se rattache au mouvement de l’humanisme qu’il a aidé à répandre en France. Un exemple parallèle est celui de l’abbé Gomes, un Portugais qui a fixé sa résidence à Florence au moment du concile, et dont la correspondance constitue une source historique d’importance pour l’histoire du Portugal. Si nous retournons dans le domaine des relations franco-romaines, la cité pontificale a été d’autre part un lieu d’exil et d’accueil pour des prélats s’opposant à la politique du roi Louis XI, tel le cardinal de la Balue, évêque d’Angers, qui se réfugia en Italie après sa libération en 14802.

  • 3 J. M. Llorens i Cistero, « Entre la cerimònia i la gentilesa (Comentaris històrico-musicals) », da (...)

3La cour pontificale, ainsi que les cours princières d’Italie ou d’Espagne, attirèrent une autre catégorie de personnes, les musiciens. Le mouvement a commencé au xive siècle, est bien marqué au xve siècle et le flux ne se tarit pas jusqu’au xvie siècle. Nous avons en exemple les plus grands noms. Dans la seconde moitié du xive siècle, le roi Jean d’Aragon avait à son service le roi des ménestrels d’Allemagne et de France, devenu également celui d’Aragon, Midach. Celui-ci participa au sacre du roi Jean de Castille en 1379, à la suite de quoi le roi d’Aragon demanda à celui de Castille que Midach fût aussi déclaré roi des ménestrels de Castille3. Guillaume Dufay, originaire de Cambrai, fut au service des Malatesta à Pesaro entre 1420 et 1424, résida à Bologne en 1427-1428, fit partie de la chapelle papale de 1428 à 1433 à Rome, puis de 1435 à 1437 à Florence (où il a composé son fameux motet Nuper rosarum flores pour la dédicace du Duomo, motet dont les mesures reflètent celles de l’édifice), servit la maison de Savoie et revint mourir à Cambrai en 1474. Le « prince de la musique », Josquin des Prés, né dans le Vermandois, fit partie du chœur de la cathédrale de Milan de 1459 à 1472. Il fut ensuite chanteur au service de Galéas Marie Sforza en 1474, puis d’Ascagne Sforza en 1479-1486, à Milan et à Rome où il resta au service des papes Innocent VIII et Alexandre VI de 1486 à 1494. Il revint en Prance au service de Louis XII en 1501-1503 avant de retourner en Italie pour être le maître de chapelle d’Hercule d’Este à Ferrare, mais il revint mourir à Condé-sur-l’Escaut après 1504.

  • 4 Nous empruntons les renseignements biographiques à l’ouvrage d’I. Bossuyt. De Vlaamse Polyfonie, L (...)

4Ces deux exemples suffisent. Je cite encore simplement les noms d’Alexandre Agricola, Loyset Compère, Jacob Obrecht, Pierre de la Rue, Heinrich Isaac qui nous sont connus par les enregistrements actuels et qui sont passés par les chœurs des cathédrales de Milan, de Florence ou de Sienne, par les chapelles des papes à Bologne, Florence ou Rome, des Sforza, des Médicis, des Aragonais de Naples. Au xvie siècle nous trouvons encore les noms d’Adrien Willaert qui est également allé à Venise et surtout celui de Roland de Lassus. Presque tous les plus grands compositeurs sont allés en Italie. Combien d’autres nous sont encore inconnus ? (Remarquons toutefois que Gilles Binchois est resté à la cour de Bourgogne, ainsi qu’Antoine Busnois, et que Johannes Ockeghem, originaire du Hainaut, un autre très grand compositeur, est resté au service du roi de Prance)4.

  • 5 J. Heers, « L’expansion maritime portugaise à la fin du Moyen Âge : la Méditerranée », Revista da (...)

5Mais l’Italie a peut-être attiré avant tout des hommes de guerre, phénomène qui a déjà été largement étudié. Il suffit simplement de rappeler l’anglais sir John Hawkwood, ou le français Antoine de la Sale devenu célèbre dans l’histoire littéraire ; ou encore, à un niveau moindre, le noble portugais Afonso qui était en garnison à Pise en 14635.

  • 6 U. Chevalier, Répertoire des sources historiques du Moyen Âge. Bio-bibliographie, nouv. éd.. vol.  (...)
  • 7 O. Troubat, « La France et le royaume de Chypre au xive siècle : Marie de Bourbon, impératrice de (...)
  • 8 Les références sont données par W. H. Rudt de Collenberg, « Les Lusignan de Chypre », Épétèris (Ni (...)

6Les musiciens nous ont fait entrer dans les milieux de cour. Leur migration était volontaire, à la recherche de patrons connaisseurs et fortunés, auprès desquels ils pourraient développer leurs talents et gagner leur vie. D’autres personnes, rattachées à une cour, n’ont pas effectué de migration volontaire ; non que cette migration fût forcée, mais simplement parce que ces personnes ont suivi leur prince ou princesse lorsque celui-ci ou celle-ci est allé(e) se marier dans le monde méditerranéen. L’exemple le plus intéressant est celui de la maison royale de Chypre : en 1328-1329, Marie de Bourbon épousa Guy, fils d’Hugues IV, roi de Chypre et de Jérusalem. En 1329, elle partit pour l’île de Chypre avec trente personnes. Parmi celles-ci, toutes ne sont sans doute pas restées, mais d’autres ont dû faire souche. Parmi ceux qui l’accompagnaient, un Jean de Bourbon, dit « de Tresiaus », doyen d’Autun, mourut à Nicosie, le 19 août 13306. En 1346, après la mort de son mari, Marie de Bourbon quitta l’île et épousa, en 1347, Robert de Tarente à Naples, où elle mourut quarante ans plus tard7. Une autre princesse de Bourbon, Charlotte, de la branche cadette de la Marche, épousa en 1409-1411 le roi Janus. Les suppliques adressées au pape en faveur des membres de son entourage devraient nous apprendre quelles personnes l’avaient suivie de France en Chypre8.

  • 9 À son sujet, voir la notice que nous lui avons consacrée dans Les Chevaliers de l’Ordre de la Tois (...)
  • 10 Œuvres, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866 [réimpr. Genève, 1971], t. III. p. 125.
  • 11 Rudt de Collenberg. op. cit., p. 206-207.
  • 12 A. M. Ferreira, « O processo de Pedro Barreto contra Jean Forestier : un episódio nas relações lus (...)

7Quelques noms nous sont connus, relatifs aux suites des deux maris de Charlotte de Lusignan. Le premier de ceux-ci fut Jean de Coïmbre, épousé en 1456 et mort dès 14579. Le chroniqueur Georges Chastellain nous apprend qu’il était parti des Pays-Bas avec une suite de trente-neuf personnes10. Parmi celles-ci se trouvait un autre Portugais, Vasco Gil Moniz, qui épousa Éléonore de Lusignan entre 1456 et 1459. Les événements forcèrent le couple à quitter l’île en 1466 pour gagner, avant 1472, le Portugal11. Un autre membre de la suite de Jean de Coïmbre était Pedro Barreto, également portugais, que le prince d’Antioche envoya en ambassade en Occident au mois d’octobre 1457. En passant par le Languedoc au mois de juin 1458, il fut arrêté par les officiers du roi de France12.

  • 13 S. Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey, Lyon, 1650, IIIe partie, Bresse, p. 226 (Loriol) ; B (...)
  • 14 Ibid., Bugey, p. 39.
  • 15 Ibid.

8Le second mari de Charlotte de Lusignan fut Louis de Savoie. Dans sa suite, nous trouvons des nobles savoyards de ce côté-ci des Alpes. Sibued de Loriol, originaire de Bresse, fut commis par le duc de Savoie, père de Louis, chef du conseil de son fils et devint chancelier de Chypre lorsque Louis et Charlotte montèrent sur le trône. Le cousin de Louis de Savoie, Amé (ou Amédée) de Genève, et Antoine de la Balme, seigneur de Morterey dans le Bugey, devinrent ses conseillers et chambellans. On trouve encore les noms d’Antoine de Buenc, Claude de Briord, Humbert de Grôlée et de frère Jacques de Luyrieux, chevalier de l’ordre de l’Hôpital, tous originaires du Bugey13. Un fragment de compte, tenu par Antoine de la Balme pour les dépenses du roi à Cérines, livre les noms de Claude Bouvard, receveur de l’artillerie, de Pierre Louis, du bâtard de Saluces et du seigneur de Bressieu14. Si nous revenons au cas d’Antoine de la Balme, nous pouvons nous poser la question de savoir s’il avait vraiment l’intention de s’installer en Chypre. Nous pouvons en douter puisque nous savons que sa femme était restée dans le Bugey, ainsi que le prouve une lettre à elle adressée par la reine Charlotte, écrite à Rhodes, le 23 février 1462 (à moins que la dame de Morterey ne fût rentrée plus tôt en raison de la situation politique)15.

  • 16 W. H. Rudt de Collenberg, « Études de prosopographie généalogique des Chypriotes mentionnés dans l (...)
  • 17 Voyageurs occidentaux à Chypre au xvesiècle, éd. G. Grivaud, Nicosie, 1990 (Excerpta Cypria Nova, (...)
  • 18 Bibl. nat. de Fr., ms. nouv. acq. fr. 10058, fol. 17v et 18.
  • 19 Rudt de Collenberg, « Études de prosopographie... », p. 590.
  • 20 Ibid., p. 598-599.

9Le monde méditerranéen pouvait offrir des opportunités à ceux qui avaient l’esprit aventureux. Le succès le plus éclatant doit être celui de Pierre de France. Sa biographie n’a pas encore été établie de manière satisfaisante. Natif de Tournai, il alla finalement en Chypre ; son nom de famille semble avoir été Le Jeune. La première mention semblant le concerner date de 1391 : il est alors ambassadeur à Gênes. Douze ans plus tard, il l’est à Venise ; en 1410, il est conseiller du roi ; en 1411, il obtient le droit de choisir son confesseur et est nommé familiaris et scutifer papae16. En 1412, lors du passage du marquis Nicolas III d’Este, messer Perino di Francia, secretario e consigliero del re lui demande d’être le parrain de sa fille, ce que le seigneur italien accepte17. À partir de 1414, Pierre de France est amiral de Chypre, et c’est dans cette fonction que le Tournaisien Coppart de Velaine le rencontre en 1423. Celui-ci l’entretient de bonne grâce : « Item monsigneur l’amiral me fist grant chiere et me dist qu’il avoit bien connut men pere, et aloit souvent a son hostel, et me mena en se cambre, et me donna.je. espee de Turquie tres bielle, et me presta. ij. cevaux et. j. varlet pour aler en no galee a le Biscopie »18. Pierre Le Jeune avait épousé avant 1413 une dénommée Isabelle et la fille qu’il a fait baptiser par Nicolas d’Este est peut-être Bourgogne Le Jeune, laquelle a été la première femme de Jacques Flory, comte de Jaffa19. D’autre part, Pierre de France est peut-être venu s’installer en Chypre avec ses frères, ou bien il les a fait venir ensuite, car un Milio de France, chanoine de Paphos, est dit défunt le 15 novembre 1420, puis un Jean de France, qui possédait la chapelle Saint-Biaise de Nicosie, est aussi mentionné comme défunt le 6 décembre 143520. L’exemple de Pierre Le Jeune « de France » est un bel exemple de réussite sociale, ainsi que le prouve le mariage de sa fille, mais il ne semble pas avoir eu d’héritier mâle pour perpétuer cette réussite.

  • 21 Biographie nationale belge, t. XXII, p. 381.

10Un autre exemple de réussite, mais moindre, est celui de Jean Courtois, natif du Hainaut. D’abord héraut Enghien, il entre au service de Louis d’Anjou lors de son expédition en Italie, sous qui il est héraut Jérusalem, puis, entre 1432 et 1435, il est héraut Sicile — son nom le plus connu - sous Alphonse V d’Aragon. Il revient ensuite dans son Hainaut natal où il devient maréchal d’armes de la province et meurt avant janvier 143721 (Il est surtout connu pour son Blason des couleurs en armes, livrées et devises qui a eu un grand succès aux xve et xvie siècles.)

  • 22 Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverne (...)
  • 23 Jean Froissart, Œuvres, éd. K. de Lettenhove, t. XV. Bruxelles, 1871, p. 319.
  • 24 Ibid..
  • 25 Chronique du Religieux de Saint-Denys, éd. L. Bellaguet, t. II, Paris, 1840, p. 562-564.

11Si la réussite ne pouvait être trouvée dans les cours chrétiennes, on pouvait tenter sa chance dans les cours des Infidèles. La fin du xive siècle a vu un certain nombre d’hommes d’armes chercher fortune au service des Ottomans ou de Tamerlan. Ainsi, en 1388-1389, le futur maréchal Boucicaut, en effectuant son pèlerinage d’outre-mer, offrit ses services à Mourad II, au cas où celui-ci mènerait une guerre contre des Sarrasins22. Le seigneur picard Jacques de Heilly, ainsi que nous l’apprend Froissait, « avoit servy en armes l’Amorath (...), et si sçavoit ung petit parler turc »23. De son côté, l’écuyer tournaisien Jacques du Fay « avoit servy au roy de Tartarie, lequel roy s’appelloit Tanburin », jusqu’en 139624. Selon le Religieux de Saint-Denis, après la bataille de Nicopolis, le seigneur de Vergy resta au service de Bajazet à la tête des prisonniers de Nicopolis pour combattre Tamerlan, mais revint dès le mois de janvier 1398 en tant qu’ambassadeur d’un des grands seigneurs turcs25.

  • 26 Cf. sa notice par F. Babinger dans le Dizionario biografico degli Italiani, t. 3. Rome, 1961, p. 2 (...)

12Un exemple de réussite involontaire est celui du Vicentin Giovan Maria Angiolello à la cour ottomane. Épargné par les Turcs à la suite de la prise de Négrepont en 1470 parce qu’il n’avait pas de barbe au menton, il fut donné à l’un des fils de Mehmet II. Après la mort de celui-ci, il fut affecté à la cour ottomane à Constantinople où il gravit les échelons de l’administration jusqu’à devenir chef des finances. Il était d’autre part lecteur du sultan. Mais après la mort de Mehmet II, Angiolello s’enfuit pour revenir à Vicence26.

  • 27 Cf. A. Vasiliev. « Jörg of Nuremberg. A Writer Contemporary with the Fall of Constantinople », Byz (...)
  • 28 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene. t. II: Mitilene, 1454-1460, éd. A. Roc (...)
  • 29 Sur toutes ces personnes au service de Raguse. cf. B. Doumerc, « L’émigration française à Raguse ( (...)

13Dans la seconde moitié du xve siècle nous trouvons, non plus des chevaliers en quête de combats, mais des artilleurs en quête de travail. Le plus connu d’entre eux est Georges de Nuremberg. En 1456, il se trouvait au service du « duc Etienne de Bosnie » et plus tard il passa au service de Mehmet II. Il a laissé un bref récit de sa vie27. La même année 1456, on trouve mentionné le bombardier Jean de Cologne : il avait été fait prisonnier par les habitants de Lemnos et Balthasar Gattilusio lui avança l’argent de sa rançon28. Les Ottomans n’étaient pas les seuls à recruter des fondeurs de canons ou des artilleurs puisque la république de Raguse recherchait, elle aussi, des « maîtres bombardiers », notamment des Français. Dès 1432, est mentionné maître Guillaume de Paris, cité jusqu’en 1446 ; l’ont suivi Adam, mentionné en 1445, Jean de France, cité de 1449 à 1453, remplacé par Mongin, lequel est embauché définitivement en 1463, André mentionné en 1455, Olivier, cité de 1471 à la fin du siècle et qui participa à la construction de l’enceinte fortifiée de Ston, où se trouvaient des salines en 1472, et même d’une galère en 1487, en compagnie du forgeron Nicolas, également français. À côté de ces artisans du métal, la république recherchait aussi des horlogers (tâche également remplie par Guillaume de Paris avant 1446) ou des maîtres tisserands29.

  • 30 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Donato di Chiavari (17 Febbraio-12 Novembre 139 (...)
  • 31 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, n° 10, 19 et 24, p. 42, 54 et 6 (...)
  • 32 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, 1.1, n° 38 et 56, p. 119 et 143 (témoi (...)
  • 33 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1471), éd. A. Roccatagliata, Gêne (...)
  • 34 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, index (la référence au n° 34 es (...)

14Les colonies génoises d’outre-mer ont attiré un certain nombre d’hommes du Nord ou de l’Atlantique. Les actes des notaires de Chio, Péra et Mitylène nous livrent quelques noms : en 1394, Hanequin de Bruges était au service du podestat de Chio30 ; en 1456, Jean de Bilbao apparaît comme témoin dans l’acte mentionnant Jean de Cologne cité ci-dessus et, la même année, il participait à la vente des biens de feu Troïlus de Via, en compagnie notamment de Balthasar Gattilusio31. Une autre profession, celle de maître tailleur, nous est connue par deux noms : Guyot de Brabant à Péra en 145332 et Franck d’Allemagne à Chio en 145433. Nous trouvons encore un Bernard de Brabant à Mytilène entre 1454 et 146034.

  • 35 G. Olgiati, Classis contra regem Aragonum (Genova, 1453-1454). Organizzazione militare ed economic (...)

15Parmi les professions humbles où des hommes espéraient trouver fortune ou un emploi, figurent celles de marin et d’homme d’armes. Les comptes de la flotte génoise armée contre les Aragonais de Naples en 1453-1454 offrent un échantillon intéressant, car les hommes sont même décrits physiquement, les traits importants étant la taille (petit, grand) et la présence d’une cicatrice ou d’une verrue. Nous trouvons mentionnés Henri Boudier (Enricus Bolderius), fils d’Antoine, de Bourgogne, jeune de vingt-sept ans, de petite taille, avec une cicatrice au milieu du nez, ou Jacques de Bayonne, dit le Gascon, ou encore Barthélemy Girardot35 Parmi les différentes troupes de sarbatanerii, on relève :

  • la troupe d’Andréas de Ratisbonne36, composée de quatorze hommes, dont :
    • Wolf d’Allemagne, plus précisément de Prusse37, âgé de quarante-deux ans, avec une verrue sur la joue droite ;
    • Laurent de Prusse, jeune de grande taille, âgé de vingt-quatre ans, avec une petite verrue sous la lèvre ;
    • Thomas le Hongrois, âgé de quarante-trois ans ;
    • Gérard Gheraertsz, de Hollande d’Allemagne (sic), jeune de vingt-huit ans, les cheveux bruns, avec une cicatrice au milieu de la tête ;
    • Corneille Claesz. de Zélande, jeune de grande taille, âgé de vingt-sept ans, avec une cicatrice dans le sourcil gauche ;
    • Lucas, fils de Nicodème, d’Allemagne, jeune de vingt-six ans, les cheveux bruns ;
    • Jean Jacobsz. de Hollande, jeune de vingt et un ans, avec une cicatrice au front ;
    • Hanequin, fils de Jean, de Cologne, jeune de vingt ans, les cheveux blonds, avec une cicatrice au front et une verrue sur la partie droite du menton ;
    • Hermann d’Allemagne, jeune de vingt-huit ans, avec une cicatrice au pouce de la main droite ;
  • la troupe de Nicolas de Bohême38, composée de quatorze hommes, dont :
    • Jean Calms, d’Allemagne, âgé de cinquante ans, avec une cicatrice sur le sourcil droit ;
    • Tudesquin de Bavière, âgé de quarante-trois ans, avec une cicatrice sur la joue gauche ;
    • Jean Sgouf de Prusse, jeune de trente-cinq ans avec une grande cicatrice sur le front ;
    • Raymond Verrières, de Bourgogne ;
    • Étienne, de France, jeune de vingt-cinq ans, avec une petite marque sur le sourcil droit ;
    • -Jean (Johnson) d’Ecosse, jeune de vingt-sept ans, avec une cicatrice sur le sourcil gauche ;
    • Jean de la Trémoïlle, de France, jeune de petite taille, âgé de trente-deux ans, avec une cicatrice sous l’œil droit ;
    • Michel, de France, jeune de vingt-six ans ;
    • Pierre Paul « de Richio », d’Allemagne, jeune de vingt-six ans.
  • 39 Ibid., p. 306.

16À ceux-ci, il faut ajouter Jean Tudesque, de Brabant, jeune de grande taille, avec une grande cicatrice sur le sommet droit de la tête, et Jacques d’Allemagne, aussi jeune de grande taille, avec une verrue au côté droit du nez39.

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. 237.
  • 42 J. Paviot, « Aspects économiques du pèlerinage à la fin du Moyen Âge », dans Orient et Occident, i (...)
  • 43 BnF, ms. nouv. acq. fr. 10058, fol. 28 et 38v.

17Ce genre de document a l’avantage de nous faire également découvrir les personnes venues s’installer dans les ports de la Méditerranée pour exercer leur profession et qui apparaissent ici comme intermédiaires ou cautions des hommes d’armes, quand ils ne se mettent pas eux-mêmes à leur tête, comme Nicolas de Bohême, dont la profession était d’être tabemarius (boutiquier ou tavernier) à Gênes40. Apparaissent aussi (Ni) Colin de Picardie, magister birretorum (fabricant de viretons), Nicolas l’Allemand, tabernarius sur le môle, ou encore Tirimanus l’Allemand, fabricant de jaquettes41. D’autre part, à Venise, nous connaissons des guides-interprètes originaires de Hongrie ou de Bohême au début du xve siècle42 ou encore, en 1431, Jean Le Tailleur Wai(n)guier ( ?) de Tournai et Thomas Morel, orfèvre flamand43.

  • 44 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Giuliano de Canella (2 Novembre 1380-31 Marzo 1 (...)
  • 45 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1471), n° 46, p. 75-76.

18Ces hommes nous amènent au milieu des marchands. Ceux de la mer du Nord et de l’Atlantique ont commencé à pénétrer au compte-gouttes dans le monde méditerranéen à la fin du Moyen Âge, mais nous ne savons pas s’il y restèrent pour y résider ou s’ils venaient seulement au coup par coup, ainsi Pierre « Cholzat », qui se trouvait à Chio en 1381 pour l’achat d’alun chargé dans la coque de Pères de Heya de Bermeo, un Biscaïen44. Soixante-dix ans plus tard se trouvait à Chio Willem Lombaerd, de Hollande, lequel, dans un acte du 21 novembre 1453, instituait Gaspard Doria comme son procureur pour recouvrer tout ce que lui devaient Nicolo Gentile et Benedetto Italiano45.

  • 46 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, n° 34, p. 76-78.
  • 47 E. Nuness, « Guerra santa – ‘Santa pirataria’ : um caso português de 1455 », Brotéria, 90 (1970), (...)
  • 48 Cf. Paviot, La Politique navale, op. cit., p. 138-139.

19Un maître de navire qui est resté dans le monde méditerranéen est le Gascon Gaillardet de Borsa, patron d’une des galées rassemblées pour la croisade par Alain de Coetivy, cardinal d’Avignon, à Marseille, en 1456. Quelques mois, plus tard, le 27 mars 1457, il rédigeait son testament à Mitylène. Cet acte nous informe de ses affaires : Gaillardet de Borsa était en société avec le marchand marseillais Bernard Ro(u)ssin, en commande avec le marchand marseillais Lancelot de Sux46. Nous ne savons pas à quelles activités s’est consacré Gaillardet de Borsa : la guerre ou le commerce. La réponse est plus sûre pour le Portugais au service du duc de Bourgogne, Joâo Pires, qui faisait la course contre les Infidèles vers 145547. Nous pouvons également citer le cas de l’Artésien Antoine de Payage, lequel est resté en Méditerranée après la croisade avortée de 146448.

  • 49 En ce qui concerne les Basques, cf. M.-T. Ferrer i Mallol, « Transportistas y corsarios vascos en (...)
  • 50 Heers. loc. cit., doc. 2. p. 105.
  • 51 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961 (Affaires et (...)

20Il n’entre pas dans notre propos de donner toutes les mentions de marchands ou de patrons de navires hollandais, flamands, anglais, basques49 ou portugais ayant sillonné la mer Méditerranée à la fin du Moyen Âge, lesquels doivent faire l’objet d’une autre étude. Nous voulons seulement présenter les cas de personnes ayant fixé leur résidence dans un port méditerranéen, tel le chevalier portugais Martim Mendes « de Berreto » qui demeurait à Gênes en 1453 quand il institua deux procureurs pour récupérer des marchandises prises sur la rivière du Levant50. En fait, ces personnes semblent avoir été assez peu nombreuses et sont assez difficiles à déceler. Par exemple, l’index de l’ouvrage de Jacques Heers sur Gênes ne contient pas le mot « étranger », pas davantage que celui de l’ouvrage de Claude Carrère sur Barcelone51. Heureusement pour nous, ce n’est pas le cas pour les études consacrées à Marseille et à Valence.

  • 52 Histoire du commerce de Marseille, dir. G. Rambert, t. II : De 1291 à 1423, par E. Baratier, De 14 (...)
  • 53 Ibid., p. 592.
  • 54 Ibid., p. 591.
  • 55 Ibid., p. 547.
  • 56 Ibid., p. 601.
  • 57 Ibid., p. 603.

21A Marseille nous relevons le cas exceptionnel d’un marchand de Mézières, Jean de Raucroy, venu s’installer dans la cité vers 1387. Très vite, ses activités se sont étendues. En 1388, il nolise partiellement un navire pour Alexandrie et reçoit une commande importante de corail pour le Levant. Il vend également de la laque, du bois de Brésil et des épices à des marchands d’Avignon. A côté de ce marchand de grande envergure sont signalés Jean de Paillancourt ( ?) et Jacques de Villamur, de Cambrai, se louant pour six mois à un plâtrier en 1350 ; Jean de Troyes, fabricant de chaussettes, en 138352, Jean Guibourg, Jean Guilbert et Jean Brehiès, merciers de Nantes et de Tours, mentionnés en 147453 ; Guillaume Bailler, de Bourges, qui s’associe en 1475 avec un Narbonnais54, sans oublier Jean de Villages, l’agent de Jacques Cœur, originaire du Berry. Au xve siècle arrivent aussi des Biscaïens, tel Pedro Ochoa, mentionné en 143655, ou des Allemands, tels Karl Vinier et Karl Cain, d’Aix-la-Chapelle, qui fondent en 1475 une société de mercerie56 ; ou encore Erart Franc, qui trafique entre Marseille et Bouc en 147757.

  • 58 Gaspar de Vat se livrait aussi à l’assurance maritime : cf. A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mal (...)
  • 59 Carrère, op. cit., p. 31-32, 355, n. 6, 356, n. 1, 358, n. 1. 400, n. 5, 566, n. 3, 569. n. 3. 576 (...)
  • 60 Ibid., p. 542, n. 3.
  • 61 Ibid., p. 569, n. 3.
  • 62 Ibid., p. 353, n. 8, et 569, n. 3.

22Comparée à Marseille, Barcelone a attiré des marchands de plus grande envergure et nous offre en plus quelques renseignements sur le statut des étrangers. Le courant xénophobe était assez fort, mais, dès 1401, le roi Martin Ier établissait « comment doivent être traités les étrangers en Catalogne » et la ville de Barcelone elle-même s’opposait aux mesures fiscales du roi contre les étrangers. Ainsi des Allemands étaient en procès avec le gouverneur général de la Catalogne en 1445 et la ville prit leur défense, en indiquant que, s’ils partaient, le roi ne percevrait plus le dret dels Alamanys. Étaient en cause Jous Hompis, Gaspar de Vat58, Johan de Colunya et Matheu Destany, qui étaient considérés comme de gros commerçants, se conduisant loyalement en affaires59. Nous trouvons également le nom de Pol Spich en 144560 ; parmi ceux-ci, Jous Hompis, de Ravensburg, présent dès 139461, était le plus important. Il avait deux facteurs allemands habitant à Barcelone, « Petrus Chrestia » et « Johan Foch »62.

  • 63 Ibid., p. 575, 461, n. 3, 462, n. 1, 578, n. 4 et 7.

23Malgré les relations des Catalans avec Bruges, les Flamands s’intallèrent après les Allemands à Barcelone. Les premiers furent, en 1452, Coppin « Boloch », mais pour un court séjour, et Coppin Matthjis, de Middelbourg en Zélande, jusqu’alors fabricant de chaussures à semelles de liège, mais qui devint marchand. Une dizaine d’années plus tard, on y trouvait le Flamand Peter Jansz, le Picard Henri Larat, de Saint-Omer, le Brabançon Guillaume « de Sans », Mercier63.

  • 64 Ibid., p. 567.
  • 65 Ibid., p. 567.
  • 66 Ibid., p. 33, n. 1.
  • 67 Ibid., p. 355, n. 6.
  • 68 Ibid., p. 103, n. 4.
  • 69 Ibid., p. 563, n. 5.

24A côté des Allemands, nous relevons les noms de Jean « Marjohan », de Bourg-en-Bresse, donc de Savoie, en 139464, Roland Gibal, de Clermont (-Ferrand), qui épousa la fille d’un notaire barcelonais en 140665. Michelet Brocart, de Bourges, en 1414, Gérard Clavel (« Calvell »), du comté de Bourgogne, en 1422, Gabriel Carmau, du duché de Savoie en 142366, Jean Aymar, également savoyard, en 142667, Olivier Salomon, fils d’un bourgeois de Paris devenu courtier, qui épousa l’orpheline d’un marchand barcelonais68, Jean Jalage, de Limoges, en 1459, et Jean Vidal, d’Angers, en 146069.

  • 70 J. Guiral-Hudziiossif, Valence, port méditerranéen au xve siècle (I4I0-I525), Paris, 1986 (Histoir (...)

25À Valence, il fallut attendre 1420 afin que le roi accordât sa protection aux Allemands et aux Savoyards pour cinq ans, les autorisant à résidence ; ceux-ci devaient payer un droit de quatre deniers par livre (soit 1,66 %) sur les marchandises70. S’installèrent alors plusieurs compagnies : celle de Diesbach-Watt, de Berne et Saint-Gall, active de 1420 à 1460 ; celle des Allemands Jean et Louis Dispa, vers 1440 ; enfin celle de Humpis de Ravensburg, un ancien facteur de la firme Diesbach-Watt à Saragosse, vers 1450, qu’on appela la « Grande Compagnie », dirigée à Valence par Jous Koler jusqu’aux environs de 1455, plus tard, en 1476, par Jean « Enderone », flamand ou allemand, et Paul Spich, de 1488 à 1505. Cette succursale atteignit son apogée à la fin du xve siècle, ainsi qu’en atteste le récit de voyage de Hieronymus Monetarius (Jérôme Münzer). En 1477 l’un des facteurs de la Grande Compagnie, Conrad « Ancharita », créa la sienne, laquelle fut connue sous le nom de Petite Compagnie. La communauté allemande était constituée des marchands, de leurs facteurs et de leurs familles, mais également de nombreux artisans comme les imprimeurs Lambert Palmar (1473-1494) et Nicolas Spindeler (1489-1500) ou les fabricants d’orgues Jean Spens del Voguer à partir de 1488, des orfèvres ou des maîtres argentiers.

26Les premiers Français mentionnés à Valence furent d’abord des artisans : pelletiers de Charolles et de Mons, cordonniers de Saint-Quentin et de Langres, tailleur de Sablé, revendeur de thon d’Auvergne. Suivirent quelques marchands ; un de Normandie en 1436, Jean de Limoges avant 1450, le Picard Huguet de Lille, arrivé dès 1471 et qui demanda sa naturalisation dix ans plus tard, puis des marchands de Lyon et de Bourg-en-Bresse, liés à Avignon, tout à la fin du siècle.

  • 71 Nous en avons des aperçus pour Raguse ; cf. l’étude de Doumerc, op. cit.

27Dans cet exposé, je suis bien conscient de n’avoir fait qu’effleurer le sujet, espérant cependant avoir débroussaillé le domaine à étudier. Si nous disposons déjà d’études sérieuses, surtout sur Barcelone et Valence, tout semble à faire pour le reste du bassin Méditerranéen. D’autres dépouillements seront nécessaires pour espérer pouvoir répondre aux questions que nous nous posons, notamment : quelles étaient les raisons pour lesquelles ces gens sont partis de chez eux (contrainte économique ou par libre choix ?) De quelles informations disposaient-ils sur les lieux où ils voulaient faire leur nouvelle résidence ? Quel était leur statut juridique71 ? Dans quelle mesure leur naturalisation était-elle possible ? Quel fut leur niveau d’intégration ? Quelles étaient les professions les plus répandues parmi les migrants ? Quelles étaient les conditions politiques ou économiques favorables ? Quelle était la part des femmes, enfin, de leur point de vue individuel, leur réussite ?

Notes

1 C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473). Leben und Werk, Sigmaringen, 1996 (Beiträge zur Geschichte und Quellenkunde des Mittelalters, 18).

2 Cf. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. VI, Paris, 1932, col. 436-438 (par Paul Calendini).

3 J. M. Llorens i Cistero, « Entre la cerimònia i la gentilesa (Comentaris històrico-musicals) », dans Pere el Cerimoniós i la seva època, Barcelone, 1989, p. 166 ( = Anuario de estudos medievales, t. 24). Pour la période postérieure et la ville de Barcelone, cf. N. Coll i Julià, « Menestrals brabançons, flamencs i holandescos a Barcelona (segle XV) », dans Homenatge a la memòria del Prof. Dr. Emilio Sáez, Barcelone, 1989, p. 159-170. Je remercie M. Daniel Duran i Duelt de ces références.

4 Nous empruntons les renseignements biographiques à l’ouvrage d’I. Bossuyt. De Vlaamse Polyfonie, Louvain, 1994.

5 J. Heers, « L’expansion maritime portugaise à la fin du Moyen Âge : la Méditerranée », Revista da Faculdade de Letras. Universidade de Lisboa, t. XXII, 2e série, n° 1 (1956), p. 92.

6 U. Chevalier, Répertoire des sources historiques du Moyen Âge. Bio-bibliographie, nouv. éd.. vol. I, [réimpr., New York, 1960], col. 680.

7 O. Troubat, « La France et le royaume de Chypre au xive siècle : Marie de Bourbon, impératrice de Constantinople », Revue historique, 111e année, t. CCLXXVIII (1967), p. 3-21.

8 Les références sont données par W. H. Rudt de Collenberg, « Les Lusignan de Chypre », Épétèris (Nicosie), t. X (1979-1980), p. 154.

9 À son sujet, voir la notice que nous lui avons consacrée dans Les Chevaliers de l’Ordre de la Toison d’or au xve siècle, dir. R. de Smedt, Francfort-sur-le-Main, 1994 (Kieler Werkstücke, Reihe D : Beiträge zur europäischen Geschichte des späten Mittelalters, 3), n° 56, p. 121-123.

10 Œuvres, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1863-1866 [réimpr. Genève, 1971], t. III. p. 125.

11 Rudt de Collenberg. op. cit., p. 206-207.

12 A. M. Ferreira, « O processo de Pedro Barreto contra Jean Forestier : un episódio nas relações luso-francesas », Revista da faculdade de Letras, Universidade de Lisboa, IVe série, n° 1, 1976-77, p. 619-639.

13 S. Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey, Lyon, 1650, IIIe partie, Bresse, p. 226 (Loriol) ; Bugey, p. 38 (La Balme), 61 (Briord), 82 (Buenc), 122 (Grôlée) et 146 (Luyrieux).

14 Ibid., Bugey, p. 39.

15 Ibid.

16 W. H. Rudt de Collenberg, « Études de prosopographie généalogique des Chypriotes mentionnés dans les registres du Vatican 1378-1471 », dans Mélétai kai Hypomnémata. Hidryma archiepiskopou Makariou I, t. I (1984), p. 590.

17 Voyageurs occidentaux à Chypre au xvesiècle, éd. G. Grivaud, Nicosie, 1990 (Excerpta Cypria Nova, I ; Sources et études de l’histoire de Chypre, XV), p. 46.

18 Bibl. nat. de Fr., ms. nouv. acq. fr. 10058, fol. 17v et 18.

19 Rudt de Collenberg, « Études de prosopographie... », p. 590.

20 Ibid., p. 598-599.

21 Biographie nationale belge, t. XXII, p. 381.

22 Le Livre des fais du bon messire Jehan Le Maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneur de Jennes, éd. D. Lalande, Paris-Genève, 1985 (Textes littéraires français, 331). p. 61-62.

23 Jean Froissart, Œuvres, éd. K. de Lettenhove, t. XV. Bruxelles, 1871, p. 319.

24 Ibid..

25 Chronique du Religieux de Saint-Denys, éd. L. Bellaguet, t. II, Paris, 1840, p. 562-564.

26 Cf. sa notice par F. Babinger dans le Dizionario biografico degli Italiani, t. 3. Rome, 1961, p. 275-278. Nous préparons une nouvelle édition de son Historia turchesca.

27 Cf. A. Vasiliev. « Jörg of Nuremberg. A Writer Contemporary with the Fall of Constantinople », Byzantion, t. X (1935), p. 205-209.

28 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene. t. II: Mitilene, 1454-1460, éd. A. Roccatagliata, Gênes, 1982 (Collana storica di fonti e studi, 34.2). n° 10, p. 41-42.

29 Sur toutes ces personnes au service de Raguse. cf. B. Doumerc, « L’émigration française à Raguse (Dubrovnik) au xve siècle », dans Actes du 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, P.U., 25-29 octobre 1993, Démographie médiévale, Paris, 1996, p. 297-304.

30 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Donato di Chiavari (17 Febbraio-12 Novembre 1394), éd. M. Balard, Gênes, 1988 (Collana storica di fond e studi, 51 ), n° 67. p. 182.

31 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, n° 10, 19 et 24, p. 42, 54 et 62.

32 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, 1.1, n° 38 et 56, p. 119 et 143 (témoin).

33 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1471), éd. A. Roccatagliata, Gênes, 1982 (Collana storica di fond e studi, 35), n° 121 et 122, p. 218 et 220 (acte rédigé dans sa boutique).

34 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, index (la référence au n° 34 est erronée).

35 G. Olgiati, Classis contra regem Aragonum (Genova, 1453-1454). Organizzazione militare ed economica della spedizione navale contro Napoli, Cagliari. 1990, p. 220 et 262.

36 Ibid., p. 291-292.

37 Ibid., p. 241.

38 Ibid., p. 292-294.

39 Ibid., p. 306.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 237.

42 J. Paviot, « Aspects économiques du pèlerinage à la fin du Moyen Âge », dans Orient et Occident, ixe-xve siècles. Actes du colloque d’Amiens, 8-9 et 10 octobre 1998 [dans la revue] Histoire médiévale et Archéologie, 11 (2000), p. 121-131 ; repris dans Questions d’histoire : Orient et Occident aux ixe-xve siècles. Actes du colloque d’Amiens, 8-9 et 10 octobre 1998. Collectif coordonné par Georges Jehel, Paris, 2000, p. 143-157 (Histoire médiévale et archéologie).

43 BnF, ms. nouv. acq. fr. 10058, fol. 28 et 38v.

44 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio da Giuliano de Canella (2 Novembre 1380-31 Marzo 1381), éd. E. Basso, Athènes, 1993, n° 70, p. 136. Cf. aussi le n° 71, p. 137, à propos de Peres de Heya.

45 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chio (1453-1454, 1470-1471), n° 46, p. 75-76.

46 Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. II, n° 34, p. 76-78.

47 E. Nuness, « Guerra santa – ‘Santa pirataria’ : um caso português de 1455 », Brotéria, 90 (1970), p. 242-248 ; cf. J. Paviot, La Politique navale des ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille, 1995. p. 151.

48 Cf. Paviot, La Politique navale, op. cit., p. 138-139.

49 En ce qui concerne les Basques, cf. M.-T. Ferrer i Mallol, « Transportistas y corsarios vascos en el Mediterráneo medieval. Las aventuras orientales de Pedro de Larraondo (1406- 1409) », ITSAS memoria. Revista de Estudios Maritimos del Pais Vasco (San Sebastian), n° 2 (1998), p. 509-524 (avec bibliographie antérieure).

50 Heers. loc. cit., doc. 2. p. 105.

51 J. Heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1961 (Affaires et gens d’affaires, 24) ; Cl. Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés. 1380-1462, Paris-La Haye, 1967 (Civilisations et sociétés. V).

52 Histoire du commerce de Marseille, dir. G. Rambert, t. II : De 1291 à 1423, par E. Baratier, De 1423 à 1480. par F. Raynaud. Paris. 1951. p. 296.

53 Ibid., p. 592.

54 Ibid., p. 591.

55 Ibid., p. 547.

56 Ibid., p. 601.

57 Ibid., p. 603.

58 Gaspar de Vat se livrait aussi à l’assurance maritime : cf. A. Garcia i Sanz et M. T. Ferrer i Mallol, Assegurances i canvis maritims medievals a Barcelona, Barcelone, 1983 (Institut d’Estudis Catalans. Treballs de la Secció de filosofia i ciències socials, VI-VII). t. I, p. 141, 142 et 226, t. II, doc. 148, 149 et 155, p. 493-495 et 500-501.

59 Carrère, op. cit., p. 31-32, 355, n. 6, 356, n. 1, 358, n. 1. 400, n. 5, 566, n. 3, 569. n. 3. 576 et 598.

60 Ibid., p. 542, n. 3.

61 Ibid., p. 569, n. 3.

62 Ibid., p. 353, n. 8, et 569, n. 3.

63 Ibid., p. 575, 461, n. 3, 462, n. 1, 578, n. 4 et 7.

64 Ibid., p. 567.

65 Ibid., p. 567.

66 Ibid., p. 33, n. 1.

67 Ibid., p. 355, n. 6.

68 Ibid., p. 103, n. 4.

69 Ibid., p. 563, n. 5.

70 J. Guiral-Hudziiossif, Valence, port méditerranéen au xve siècle (I4I0-I525), Paris, 1986 (Histoire moderne, 20), p. 408-415.

71 Nous en avons des aperçus pour Raguse ; cf. l’étude de Doumerc, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540