Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les serviteurs de l'État au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Des hommes de terrain : les maîtres des œuvres du roi en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge

Philippe Lardin

Note de l’éditeur

Pour des raisons techniques, les astérisques qui constituaient les appels de note de fin des annexes de ce chapitre, dans l’édition originale (papier) ont ici été remplacés par des numéros.

Texte intégral

  • 1 La bibliographie est vaste. On trouve certains éléments dans des ouvrages plus généraux comme G. Fa (...)
  • 2 Op. cit. n. 1, p. 247. C’est aussi la position de H. Gilles (op. cit. n. 1, p. 43) qui, négligeant (...)
  • 3 Op. cit. n. 1, p. 388.
  • 4 La maîtrise de l’œuvre à Notre-Dame de Chartres, la fabrique, les ouvriers et les travaux au XVe si (...)

1Les bâtiments royaux étaient, pour une très large part, sous la responsabilité des maîtres des œuvres. Du fait de l’importance de leur action et de l’abondance relative des informations dont on dispose à leur sujet, ils ont fait l’objet de nombreux travaux. Toutefois, la majorité des études qui leur sont consacrées ne s’intéresse qu’à une partie de leur activité et, le plus souvent, à une seule catégorie d’entre eux : les maîtres-maçons. Les historiens de l’art ont ainsi mené de nombreuses recherches, parfois riches d’enseignements, sur ceux qu’ils appellent de manière anachronique les « architectes »1. Or, comme l’avait déjà remarqué Noël Canat de Chizy en 1898, « l’histoire des maîtres des œuvres n’est pas intéressante uniquement pour l’histoire de l’Art, car ces hommes étaient en même temps et peut-être avant tout, des sortes de ministres des travaux publics »2. Même si l’expression est quelque peu excessive comme nous allons le voir, elle présente l’avantage de ne pas limiter la fonction de maître des œuvres à la conception et au contrôle de la construction de bâtiments dont ils auraient été les « créateurs » uniques. En fait, comme l’a montré L.R. Shelby3, les maîtres des œuvres exerçaient quatre activités distinctes : ils étaient évidemment concepteurs de travaux, mais aussi administrateurs pour l’organisme qui les employait, assez fréquemment entrepreneurs et enfin, responsables du contrôle technique des constructions achevées. Leurs fonctions étaient donc multiples et, par conséquent, comme l’écrivait en 1921 Maurice Jussselin, « les expressions modernes d’architectes [sont] susceptibles de donner naissance à de fausses interprétations et on n’enlèvera rien à ces hommes en les désignant par le titre même qu’ils portaient de leur vivant »4.

2C’est pourquoi sans éliminer les aspects créatifs de la fonction, j’essaierai surtout de mettre en valeur ce qui faisait de ces hommes des rouages essentiels pour la conservation et l’entretien de tous les bâtiments qui appartenaient au roi. Je tenterai également de mesurer la place que ces experts en construction occupaient parmi les serviteurs de l’État et plus généralement dans la société de leur temps à la fois par leurs revenus et par le rang ou l’autorité qui leur étaient éventuellement reconnus.

Les maîtres des œuvres au service du roi

Les différents maîtres des œuvres

  • 5 La fonction de maître des œuvres du roi dut naître dans la deuxième moitié du XIIIe siècle (voir I. (...)
  • 6 La situation était un peu différente à la cathédrale de Rouen où, jusqu’au milieu du XVe siècle, le (...)
  • 7 En 1398, Jean Aux Tabours et Guillaume du Fresnay, maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpente (...)

3Depuis très longtemps –certainement depuis les origines de la fonction –, on distinguait deux maîtres des œuvres, l’un pour la charpenterie, l’autre pour la maçonnerie5. Si le responsable de la maçonnerie bénéficiait parfois d’un plus grand prestige, le charpentier jouait également un rôle considérable dans l’organisation des chantiers. On réduit donc considérablement cette fonction en ne s’intéressant qu’aux maîtres des œuvres de maçonnerie sous le prétexte qu’on pourrait les assimiler à des architectes. Les nombreux documents conservés à la Bibliothèque nationale de France permettent de constater que, certaines années, le maître des œuvres de charpenterie du roi intervenait plus souvent que son collègue maçon. De toutes façons, il y avait pratiquement tout le temps deux maîtres des œuvres simultanément et, aux yeux de leurs employeurs, l’égalité entre les deux fonctions était tellement évidente que les charpentiers recevaient les mêmes salaires quotidiens et les mêmes frais de déplacement que les maçons6. Les deux maîtres des œuvres travaillaient d’ailleurs souvent ensemble et partageaient la même responsabilité quant à la certification des travaux effectués7.

  • 8 BNF, ms. fr. 26018, no 271.
  • 9 Jean le Fournierre est commis dans la vicomté du Pont-de-l’Arche, sous Thierry Dupont, canonnier et (...)
  • 10 BNF, ms. fr. 26094, no 1128.
  • 11 BNF, ms. fr. 26096, no 1536.

4Les maîtres des œuvres du roi ne s’occupaient évidemment que des bâtiments qui appartenaient au souverain. Comme ceux-ci étaient nombreux et de natures diverses, le territoire sur lequel ils intervenaient était assez précisément délimité. On distinguait, pour la région qui nous occupe, les maîtres des œuvres du bailliage de Caux, du bailliage de Gisors et du bailliage et vicomté de Rouen, mais ces circonscriptions pouvaient être, en certaines circonstances, élargies ou divisées. En 1381, à la mort de Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Gisors, Guillaume du Fresnay, qui exerçait la même fonction dans le bailliage de Rouen, réunit pendant quelques mois les deux bailliages sous son autorité, c’est-à-dire pendant le temps nécessaire pour trouver un nouveau maître des œuvres de charpenterie à Gisors8. Par contre, il y avait en général un maître des œuvres pour la vicomté du Pont-de-l’Arche qui dépendait du bailliage de Gisors et, plus épisodiquement, pour la vicomté d’Arques qui faisait partie du bailliage de Caux. À Rouen, alors que les deux maîtres des œuvres avaient des activités semblables, le maçon était considéré comme responsable de l’ensemble du bailliage tandis que le charpentier n’était théoriquement chargé que de la vicomté. Vers le milieu du XVe siècle, on institua des substituts –appelés aussi commis ou lieutenants –aux maîtres des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen ou dans la vicomté de Pont-de-l’Arche9. À cette époque, en effet, plusieurs bailliages avaient été regroupés sous l’autorité d’un seul individu dont les compétences n’étaient pas forcément polyvalentes et, devant le nombre croissant des chantiers de reconstruction, il avait été nécessaire de lui trouver des lieutenants. En 1472, Jean Pontif, qui exerçait la fonction de commis sous Guillaume Bacheler, « escuyer, canonnier et maistre des œuvres de maçonnerie pour le roy en bailliage de Rouen »10, dut se rendre au nom de ce dernier à Pont-Audemer dans le bailliage d’Auge, pour contrôler certains travaux. Cette situation, peu pratique, ne dura qu’une dizaine d’années. En 1466, les maîtres des œuvres du roi dans les bailliages furent à nouveau les vrais titulaires de la fonction et Jean Pontif, par exemple, fut désormais officiellement le seul maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen11.

5Les maîtres de œuvres avaient deux types d’activités : il leur fallait d’une part, s’occuper de l’entretien des bâtiments royaux dont ils avaient la charge et, d’autre part, diriger la construction de nouveaux édifices ou organiser des transformations importantes dans ceux qui existaient déjà. Dans le premier cas, ils devaient en général rétablir la situation antérieure, alors que dans le deuxième cas, il leur fallait imaginer la nouvelle construction et, dès lors, intervenir en tant qu’architectes. Dans les faits toutefois, c’était l’entretien des constructions existantes qui occupait la majeure partie de leur temps.

Le lancement des travaux

  • 12 L’ordonnance royale du 12 août 1445 précisait d’ailleurs que c’était aux conseillers et trésoriers (...)
  • 13 BNF, ms. fr. 26019, no 388 et 455.
  • 14 BNF, ms. fr. 26022, no 1029.
  • 15 BNF, ms. fr. 26024. no 1639.

6Pour maintenir en état les bâtiments dont ils avaient la charge, les maîtres des œuvres devaient en permanence les surveiller. Pour ce faire, ils étaient amenés à se déplacer, surtout quand ils avaient plusieurs édifices sous leur responsabilité. Le plus souvent, les maîtres des œuvres du roi agissaient sur mandement d’un représentant du souverain –le vicomte ou le bailli –ou à la demande d’un responsable militaire12. Leur capacité d’initiative était donc réduite et il était rare qu’on les vît d’eux-mêmes attirer l’attention sur la nécessité de faire certaines réparations. En 1383, par exemple, Pierre de Carcuit, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen, rendit l’état des déplacements qu’il avait effectués, sur l’ordre du bailli ou du vicomte, entre la Saint-Michel 1382 et Pâques de l’année suivante. En octobre, il s’était rendu au château de Moulineaux « veoir et visiter certaines tasches a faire oudit chastel » et il y était retourné au printemps suivant « visiter certaines œuvres à faire de necessité qui estoient despiecées au renveil des gelées ». De là, il était allé à Cailly, pour voir l’état du moulin et noter les réparations à faire. Pendant la même période, Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Gisors, s’était rendu en janvier à Vernon pour y prévoir plusieurs installations défensives qui lui avait été demandées par le capitaine du château, puis il avait effectué une inspection du château de Gisors afin de noter les réparations à envisager13. En 1387, le même maître des œuvres avait rendu au vicomte de Gisors l’état des déplacements qu’il avait effectués « par mandement du vicomte dudit lieu pour revisiter les manoirs, fours, estaux, pons et autres ediffices en ladicte vicomte et ressort de Gisors »14. Sur un mandement du capitaine du château de Gisors, il avait dû également faire effectuer certains ouvrages en prévision de la venue du roi. Plus révélateur encore est le voyage à Paris que durent effectuer, en 1390, les maîtres des œuvres du bailliage de Gisors, Jean de Bayeux l’Aîné et Pierre le Fèvre, pour y « porter deulx roulles scellés et certifiés » contenant les dépenses occasionnées par certains travaux alors « que l’en avoit riens ordené d’iceulx de par la chambre du tresor », puisque les réparations avaient été commandées directement au vicomte par le roi15.

  • 16 BNF, ms. fr. 26011. no 1340.

7Pour lancer des travaux, il fallait parfois aller chercher les autorisations jusque dans l’entourage royal. En 1372, Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Gisors, dut se rendre auprès des « gens du conseil du roy » afin de leur montrer « les necessités du chastel de Gisors ». On ignore s’il agissait sur le mandement du capitaine du château ou de son propre chef parce que le vicomte de Rouen n’était pas de son avis. En tout cas, il fit « empetrer des lettres de Mesditsseigneurs et de Messeigneurs de la chambre des compte adrechans au vicomte de Rouen » et c’est seulement après ce voyage qu’il put commencer à recruter les ouvriers dont il avait besoin16.

  • 17 BNF, ms. fr. 26023, no 1396.

8De même, dans le compte rendu des déplacements qu’il avait effectués entre Pâques et la Saint Michel 1389, Jean de Bayeux l’Aîné, alors maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Gisors, indiquait qu’il avait visité en mai les châteaux de Gaillart, Vernon, Longchamps, Vernonnet, Petit Goulet, Grand Goulet et enfin Lyons pour « veoir et adviser les ouvrages necessaires ou faict de [son] office ». Il avait séjourné sur place pendant six jours pour « faire escripre icelles ouvrages affin de les monstrer au vicomte de Rouen »17. Il avait ensuite attendu que ce dernier lui donnât son accord et c’est seulement en juillet suivant que les travaux furent effectivement lancés. Les maîtres des œuvres devaient en effet justifier les travaux dont ils estimaient l’exécution indispensable. C’est pour cela que les devis et les quittances contiennent des formules stéréotypées expliquant qu’il avait fallu remplacer certaines poutres « pour ce que celles qui y estoient en paravant estoient toutes pourries et qu’elles ne pouvaient plus servir de riens » ou qu’on avait dû refaire tel pignon « pour ce qu’il estoit en peril de cheoir ».

9Une fois qu’il avait enregistré et fait accepter par ses employeurs les travaux à réaliser, le maître des œuvres devait en préparer le devis expliquant avec précision la nature et l’ampleur de la tâche. Comme pour tous ces travaux d’entretien des bâtiments, c’était également à la demande de leurs employeurs que les maîtres des œuvres étaient amenés à proposer des projets plus vastes pour des transformations ou des constructions nouvelles. Dans tous les cas, ils avaient le choix entre un devis écrit et des plans dessinés.

Plans ou devis

  • 18 Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, R. Recht dir., Strasbourg. 1989, avant-propos, p. 9. Idée (...)
  • 19 J.H. Harvey (The Mediaeval Architect.... op. cit. n. 1, p. 245), dit exactement le contraire de ce (...)

10On a beaucoup écrit sur les activités créatrices des maîtres des œuvres qu’on appelle pour l’occasion, architectes. Récemment encore, Roland Recht estimait qu’au XIIIe siècle, lors de la construction des cathédrales gothiques « l’architecte ne passait plus son temps sur les échafaudages avec les maçons, [...] mais dans son cabinet de travail »18. Le fait était peut-être vrai au XIIIe siècle lors de la construction des cathédrales, mais il me semble discutable à la fin du Moyen Âge en Normandie orientale, particulièrement pour les maîtres des œuvres du roi, parce que, d’une part, comme on le verra plus loin, ces hommes étaient fréquemment sur les chantiers et que, d’autre part, ils ne dessinaient qu’assez peu19.

  • 20 Cela est vrai notamment pour les maîtres des œuvres de la cathédrale de Rouen. En 1468, le maçon Gu (...)
  • 21 On trouve de nombreux devis dans les mandements et quittances conservés à la Bibliothèque nationale (...)
  • 22 Ils sont assez proches de ceux de Rennes qui tiennent le plus souvent sur moins de deux pages de pa (...)

11Tout au long du siècle, en effet, et pour toutes les catégories de maîtres des œuvres que nous connaissons, l’activité de dessin proprement dite était très limitée par rapport aux autres fonctions qu’ils devaient assumer20. D’ailleurs, l’ouvrage Vestiges des finances, daté des années précédant 1527, qui décrit les mécanismes financiers de la monarchie, répond à la question : « Comment se font et payent lesdits ouvrages et réparations ? » par « il fault faire ung devys par escript des ouvrages et réparations qui sont nécessaires ». C’est effectivement ce que montrent les comptes rendus de déplacement des maîtres des œuvres du roi qui nous sont parvenus en assez grand nombre pour la Normandie21 et, à la lecture de ces devis, on peut en effet, le plus souvent, comprendre assez clairement quelle était la nature de la tâche envisagée. Les dimensions des pierres ou des pièces de bois à utiliser, les particularités d’assemblage, les éventuels modèles à suivre sont indiqués avec précision et permettaient généralement aux ouvriers de faire leur travail sans avoir recours à un autre document22.

  • 23 AM Rouen, tiroir no 67, liasse no 6, pièce no 10, document non daté. Le fait que le plan soit « en (...)
  • 24 P.-Y. Le Pogam (Les œuvres royaux, op. cit. n. 1, p.154) n’a trouvé aucun plan dans les documents q (...)
  • 25 Par exemple, pour la construction des ponts, J. Mesqui (« Le pont de pierre au Moyen Âge. Du concep (...)
  • 26 AD Seine-Maritime, G 2519, fol. 59.
  • 27 S. de Merval, Documents relatifs à la fondation du Havre, Rouen, 1875, p. 30-39.

12Les plans commencèrent peut-être à devenir plus nombreux et plus détaillés au XVIe siècle. Pour la construction du palais de justice de Rouen, le maître des œuvres du roi avait fourni aux entrepreneurs potentiels, « un parchemin en plan et en montée », autrement dit un plan au sol et un autre en élévation, l’ensemble formant le « pourtraict » du bâtiment23. Pourtant, les plans d’architectes tels que nous les connaissons, paraissent avoir été relativement rares et on n’en trouve finalement assez peu d’exemples24. Plus que les plans, les devis étaient véritablement le moyen courant de préparer des travaux et leur adjudication25. Encore en 1502, lorsqu’une délégation de six maçons, comprenant le maître des œuvres de maçonnerie du roi, visita la cathédrale de Rouen à cause de « la grant ruyne des couvertures et en la nef » elle rédigea « par escript ce qui estoit à faire »26 et, en 1517, c’est une description précise –par écrit –des deux tours qui seraient construites à l’entrée du futur port du Havre que durent rédiger, en une seule après-midi, les 16 maçons convoqués à Harfleur par le vice-amiral Guyon le Roy27.

  • 28 M.-L. Regnier éd., « Devis pour la construction d’une maison forte à Elbeuf-sur-Seine pendant l’occ (...)

13Parfois on faisait un plan et un devis. En 1440, quand les Anglais firent construire une maison forte à Elbeuf-sur-Seine, pour protéger la ville des attaques éventuelles des Français arrivant par la Seine, le devis spécifiait que les murs « auroient trois pies d’espoisse comme il est pourtraict sur le parchemin sur ce faict »28. Le devis pouvait donc être la traduction écrite d’un dessin précis, mais les mentions répétées tout au long du texte de la formule « jouxte le pourtraict », montrent malgré tout, d’une part, que la pratique était finalement assez peu courante, surtout lorsqu’il s’agissait d’entretien ou de réparations et, d’autre part, que le dessin ne suffisait pas pour décrire précisément les travaux à faire.

14Le devis tenait donc lieu en général de plan dessiné à l’échelle et en dispensait le maître des œuvres. Il contenait aussi les modalités de paiement de la tâche à effectuer. Il indiquait comment et à quels termes serait rémunéré l’ouvrier qui accepterait le travail, si ses aides et les manœuvres seraient payés par lui et enfin s’il devait acheter ou non les matériaux utilisés.

Les adjudications

  • 29 BNF, ms.fr. 26019, no 455.
  • 30 BNF, ms. fr. 26023, no 1396.
  • 31 Cette méthode, employée par tous les maîtres des œuvres est précisément décrite dans Vestiges des F (...)

15Le devis était destiné à permettre l’adjudication des travaux, qui aurait lieu après sa rédaction et son acceptation par les officiers du roi. La tâche des maîtres des œuvres consistait alors à le faire connaître aux ouvriers qui pourraient éventuellement l’accepter. Pour cela, il fallait le faire « crier ». dans les lieux où la foule se rassemblait. En 1383, Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Gisors, rédigea le devis d’une guérite qui devait être installée au château de Vernon, puis il se rendit « à Etrepagny et à Andeli aux jours de marché pour crier lad. tasche à faire des rabés »29. En 1389, Jean de Bayeux l’Aîné, après avoir obtenu l’accord du vicomte de Rouen, se transporta à nouveau dans les différents châteaux dont il avait la charge « pour fere veoir les travaux ordenés par le vicomte de Rouen et d’illec alla es marchés prouchains les faire crier afin de scavoir se aucun les vouldroit rabesser »30. À Rouen, les « criées » avaient lieu un jour de marché « es lieux accoustumés à faire crys », c’est-à-dire sur le parvis de la cathédrale, au Vieux Marché, à la cohue du château et à un certain nombre de carrefours. La criée était normalement faite en présence du maître des œuvres, mais il arrivait fréquemment que celui-ci se fasse remplacer par un sergent qui faisait les annonces à son de trompe31.

  • 32 Les enchères à la chandelle existaient sans doute aussi, mais on n’en a apparemment qu’un seul exem (...)
  • 33 BNF, ms. fr. 26038, no 4600.

16Par contre, le maître des œuvres était pratiquement toujours présent au moment de l’adjudication qui, à Rouen, avait lieu « le huitiesme jour ensuivant la criée ». Les ouvriers intéressés se rendaient au lieu qui leur avait été indiqué lors des criées et on procédait alors à des enchères au rabais. Le prix de départ pouvait avoir été fixé par le maître des œuvres ou être proposé par le premier des preneurs potentiels. En général, les enchères se succédaient jusqu’à ce que le prix atteint fût considéré par tous comme un plancher en dessous duquel il était impossible de continuer à descendre32. Quand les enchères ne pouvaient pas avoir lieu faute de « rabaisseur », on s’arrangeait pour obtenir le témoignage d’un autre ouvrier du même métier qui certifiait qu’il n’aurait pas pris la tâche à un prix inférieur à celui qui avait été accepté par le preneur33. Le système du vin, autrement dit d’un pourboire compensatoire, permettait parfois de faire accepter un marché qui, sans cela, ne l’aurait pas été. Le principe des enchères au rabais était systématiquement utilisé par les maîtres des œuvres du roi parce que, comme il laissait aux entrepreneurs tous les problèmes de gestion, il était sans doute le moyen le plus rentable pour la couronne.

  • 34 BNF, ms.fr. 26019, no 455.
  • 35 BNF, ms. fr. 26014, no 2161 et 26025, no 1863. Compte rendu de Pierre le Fèvre, Pâques 1393 (BNF, m (...)

17Après une première séance de mise à prix, les maîtres des œuvres devaient obtenir l’accord des représentants du roi. En 1383, Pierre Le Fèvre, après avoir mis aux enchères une guérite, une herse et une barrière pour le château de Vernon, se rendit à Gisors « pour monstrer au vicomte les rabés mis sur ladicte tasche [...] et aussi pour savoir s’il vouldroit plus de rabesseur »34. Quand le marché était définitivement accepté, le maître des œuvres faisait « doubler par trois foys le devys », gardait un exemplaire pour lui, en donnait un au vicomte « affin que il l’eust dans ses comptes » et un autre à l’ouvrier qui devait exécuter les travaux35.

  • 36 Toutefois, pour les enchères de la ville de Rouen, le délai était plus court et ne dépassait pas la (...)
  • 37 Op. cit. n. 1, p. 166.

18La pratique des adjudications au rabais présentait pourtant l’inconvénient de prendre du temps. Il se passait souvent plus de trois semaines entre le moment où le devis avait été rédigé et celui où un preneur était choisi36. C’est pourquoi pour les réparations urgentes ou de faible valeur, les maîtres des œuvres se contentaient souvent de trouver un compromis avec un ouvrier à qui le devis était proposé. Pierre-Yves le Pogam a ainsi pu calculer que, pour les chantiers royaux du règne de Charles VII, les adjudications furent utilisées dans 85 % des cas lorsque les sommes en jeu étaient comprises entre 2 000 et 25 000 deniers, alors que 75 % des devis prévoyant des gains compris entre 100 et 2 000 deniers donnèrent lieu à des marchés de gré à gré37.

  • 38 BNF, ms. fr. 26019. no 388.

19Les marchés de gré à gré étaient d’autant plus utilisés qu’il n’était pas toujours facile, particulièrement à la fin du XIVe siècle et pendant l’occupation anglaise, de trouver les ouvriers nécessaires et donc de les mettre en concurrence. C’est pourquoi les maîtres des œuvres devaient parfois se charger eux-mêmes de recruter les entrepreneurs pour les travaux qu’ils lançaient. En 1383, Pierre de Carcuit se rendit au Pont-de-l’Arche « avec ung paveur pour luy monstrer certaine tasche de pavement a faire [...] et le faire marchander par le vicomte du lieu »38.

20C’étaient également les maîtres des œuvres qui devaient choisir entre donner la tâche « a pris-faict », c’est-à-dire à forfait, et mettre les travaux en régie. Dans ce cas, il faudrait payer les ouvriers à la journée, approvisionner le chantier en matériaux et surveiller en permanence son état d’avancement. Cela nécessiterait la présence d’un ou plusieurs responsables sur le chantier et surtout la mise en place d’une comptabilité précise, compliquée à établir et à vérifier. Au vu des documents qui nous sont parvenus, il semble que le système de la mise en régie ait été limité au maximum par les administrations. On ne trouve guère que les travaux au pont de Rouen avant l’occupation anglaise à avoir été payés à la journée.

Le déroulement des travaux

  • 39 BNF, ms. fr. 26023, no 1175.
  • 40 BNF, ms. fr. 26019, no 388.

21L’ouvrier qui avait accepté la tâche mise aux enchères avait ensuite un certain temps pour la réaliser. Il était en principe libre de la mener à sa guise. Pourtant, les maîtres des œuvres étaient toujours présents. En 1388, Guillaume du Fresnay, maître des œuvres de charpenterie du Roi dans le bailliage de Rouen, se rendit ainsi à Moulineaux « pour monstrer à plusieurs charpentiers ce qui estoit à faire en pont dormant et pont voilant »39. Les maîtres des œuvres intervenaient aussi au cours de l’exécution des travaux pour vérifier que les ouvriers les effectuaient bien comme on le leur avait prescrit. En novembre 1383, Pierre de Carcuit se rendit à Vatteville, sur mandement du connétable du lieu, « pour veoir et visiter comment l’on reparoit certaine tremye de queminée et autres choses qui, par feu d’aventure, avoient esté gastées »40.

  • 41 BNF, ms. fr. 26023, no 1175.
  • 42 BNF, ms. fr. 26008, n° 808 et 26014, no 2161.

22La réception des matériaux était également une activité importante pour les maîtres des œuvres. Ils étaient, en effet, chargés de choisir les matériaux quand les devis prévoyaient qu’ils étaient à la charge du roi. Cela les amenait à une activité parfois multiforme. Quand, en 1388, Guillaume du Fresnay établit le devis des ponts dormants et levants du château de Moulineaux, il se rendit d’« illec en la forest de la Londe au plus près dud. chastel pour adviser et merquer le bois necessaire », puis une fois le marché attribué, il y retourna pour montrer au charpentier qui l’avait accepté « en quel lieu estoient les arbres merqués et affin que le chastellain congneust led ouvrier »41. La pierre était également choisie par les maîtres des œuvres. En 1378, par exemple, Jean de Bayeux l’Aîné fît une tournée des carrières de Vernon pour choisir la pierre destinée aux réparations du château de cette ville, allant de la carrière de la Hucholle à celle de Méry « pour ce qu’il n’avoit point peu trouver de pierre à la hucholle »42.

  • 43 BNF, ms. fr. 26029, no 2735 et 2741.

23Le fait de représenter le roi permettait à ses maîtres des œuvres de réquisitionner les matériaux lorsque la pénurie se faisait sentir. En 1398, les maîtres des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen, Jean Aux Tabours et Guillaume du Fresnay, qui devaient avoir du mal à se procurer des tuiles sur le marché rouennais, se rendirent directement sur le lieu de leur fabrication aux Monts d’Yville, en compagnie d’un sous-sergent de Couronne, avec des lettres du vicomte de Rouen « pour prendre et mettre en la main du Roy notre sire toute la tieulle qui lors estoit esd tieulleries jusques a ce que [...] en fussent prins et choisis 40 milliers qu’il falloit »43 et cela, « affin de les avoir plus prestement et meilleur marché ».

La fin des travaux

  • 44 Dans Vestiges des Finances, il est précisé : « apres lesditz ouvrages faictz, il fault qu’ilz soien (...)
  • 45 BNF, ms. fr. 26058, no 2368.

24Enfin, lorsque les travaux étaient achevés, les maîtres des œuvres devaient les « visiter » afin de voir s’ils étaient conformes au devis que l’ouvrier avait accepté44. Ainsi, en 1434, afin de faire payer le huchier Jean Louys pour les travaux qu’il avait effectués au château de Rouen, le charpentier Jacques de Sotteville « tesmoingna et relata que ledit huchier avoit bien et deuement faictes lesdictes besongnes et que necessité estoit pour le prouffit du Roy nostre sire que faictes fussent et que, pour icelle faire, avoit trouvé bois, toille, clou, ruban, et autres choses necessaires à faire lesdictes besongnes qui mises et employées y ont esté » et que, par conséquent, « il lui povoit bien appartenir la somme de 42 sous 6 deniers »45.

  • 46 Op. cit. n. 1.
  • 47 Voir plus bas.
  • 48 BNF, ms. fr. 26061, no 2916.

25Ces visites touchaient des secteurs d’activité très divers. Si les responsables de la maçonnerie n’étendaient guère leur surveillance au delà de la maçonnerie et de la plâtrerie, les charpentiers, eux, se chargeaient pratiquement de tout le reste. Le tableau établi par Pierre-Yves Le Pogam dans sa thèse46 montre que Jacques de Sotteville avait une activité particulièrement variée. Si à peu près la moitié des « visitacions » qu’il effectua durant toute sa période d’activité concernait bien les activités du bois, c’est-à-dire la charpenterie et la hucherie, il intervenait aussi pour la plâtrerie, la serrurerie et les autres métiers des métaux. Cela s’explique en partie par le fait qu’il fut amené à remplacer le maçon Alexandre de Berneval pendant le temps où celui-ci fut incarcéré par les autorités anglaises47, mais on retrouve la même polyvalence chez ses successeurs. Il arrivait aussi que les maîtres des œuvres fussent accompagnés par des « ouvriers a ce recongnoissans », autrement dit par des spécialistes du même métier que l’ouvrier dont on jugeait les travaux. Pour prendre un seul exemple parmi beaucoup d’autres, on voit en 1436, Jacques de Sotteville contrôler des travaux de hucherie réalisés dans la chambre des Comptes de l’Hôtel de la Monnaie de Rouen, en compagnie de plusieurs huchiers, dont Jean de Manneville qui travaillait fréquemment à l’archevêché et à la cathédrale, puis vérifier des travaux de plâtrerie avec un plâtrier de la ville48.

  • 49 Jean de Senlis apparaît partout, aussi bien à la cathédrale qu’à l’archevêché. Le tabellionage ne m (...)

26Mais ce n’était pas toujours le cas et les maîtres des œuvres certifiaient parfois seuls des travaux dans des domaines dont ils n’étaient pas forcément les spécialistes mais dont on pouvait facilement vérifier la conformité. Par exemple, le même Jacques de Sotteville vérifia tous les travaux de verrerie réalisés au château de Rouen par Jean de Senlis, sans se faire accompagner par un autre verrier. Peut-être parce qu’il n’y en avait pas d’autre dans la ville à ce moment, mais surtout parce que cela n’était pas nécessaire49. Cette activité diversifiée montre, en effet, que la « certification » était assez routinière. Il était difficile, par exemple, d’aller vérifier la qualité des lattes quand une couverture était achevée ou les tenons et mortaises d’une charpente définitivement « levée ». Mais on pouvait voir immédiatement si des pignons « estoient dans leurs droites lignes » et vérifier rapidement si des panneaux de verre avaient bien été changés, s’ils étaient propres ou bien peints. De même, quand il s’agissait de voir si une place avait bien été nettoyée par les manœuvres, il n’y avait pas besoin de spécialiste. Les maîtres des œuvres étaient donc des hommes de métier et de terrain qui savaient repérer les défauts et n’hésitaient pas à les dénoncer. Les ouvriers devaient alors refaire ou continuer le travail « à leurs cousts et despens ».

  • 50 BNF, ms. fr. 26014, no 2159. Pendant la même année, le maître des œuvres de maçonnerie du même bail (...)

27Les paiements, dont ces certifications étaient la condition sine qua non, posaient aussi bien des problèmes aux maîtres des œuvres. En 1377-1378, Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie dans le bailliage de Gisors, dut ainsi effectuer treize voyages à Rouen auprès du vicomte de Rouen, « pour aler querir de l’argent et distribuer aux ouvriers ». Cette même année, il fut envoyé à Paris par le roi pour que l’« on ordonast en quel lieu seroit pris l’argent pour faire les reparacions du donjon de Gisors ». La décision fut retardée par la mort de Marie de France mais, de toutes façons, la chambre des comptes avait décidé que l’argent nécessaire à ces réparations ne serait pas « ordené jusques ad ce que le vicomte de Gisors eust rendu son compte et partant, le maître des œuvres s’en retourna à ses ouvriers »50. En effet, si la « certiffication » des travaux par le maître des œuvres était indispensable à un ouvrier pour pouvoir être payé, elle était encore plus nécessaire au receveur pour que son compte fût accepté par les auditeurs qui procédaient à des contrôles rigoureux mettant en relation les devis, les quittances des ouvriers et les vérifications des maîtres des œuvres.

  • 51 BNF, ms. fr. 26040, no 4855.

28Enfin, c’était également aux maîtres des œuvres que le roi faisait appel lorsqu’il devait répondre à la supplication d’un ouvrier qui n’arrivait pas à remplir le contrat qu’il avait accepté. En 1413, deux maçons du Pont-de-l’Arche, Jean Nepveu et Yvon le Bacon, avaient pris à tâche la construction d’un pont dormant à l’entrée de la ville, mais ils avaient rencontré de grandes difficultés car, selon eux, les talus des fossés étaient composés de mauvaises terres sur lesquelles il était impossible de construire. Les deux hommes, « chargez de femme et petis enffans », étaient en situation difficile car, comme ils l’écrivaient au roi, « il conviendroit que tous leurs biens fussent vendus et leurs corps detenus ». Le roi ordonna donc au vicomte d’appeler « les massons de nos œuvres en bailliage de Rouen et d’autres ouvriers et gens à ce recongnoissans » afin de vérifier si les terres étaient effectivement mauvaises et si cela expliquait les difficultés des maçons. Le vicomte réunit Guillaume de Bayeux, maître des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen, Jenson Salvart, maître des œuvres de la cathédrale de Rouen, ainsi que de plusieurs autres lieux, Guillaume Moignet, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Caux et Simon le Franchoys, maître des œuvres de charpenterie du roi au Pont-de-l’Arche, qui avait fait le devis et le marché. Sept autres maîtres-maçons, parmi lesquels on trouvait le fils de Guillaume de Bayeux, participèrent à la visite d’inspection. À partir de leur avis, le vicomte avait pour tâche de « renvoyer au roy une lettre scellée » contenant sa propre opinion afin que les gens des finances décidassent de la forme de la grâce et du remède à apporter à cette situation51.

  • 52 BNF, ms. fr. 26089, no 201. De même, en 1521, les maîtres des œuvres de charpenterie et de maçonner (...)

29On le voit, les maîtres des œuvres du roi n’étaient pas seulement des professionnels, ils jouaient aussi un rôle administratif important et, pour toutes ces activités officielles, disposaient d’un sceau qui authentifiait les actes qu’ils faisaient rédiger. Comme l’écrivait en 1463 Richard des Bus, maître des œuvres de maçonnerie dans le bailliage de Rouen, au bas d’un acte certifiant que des travaux de plâtrerie avaient été correctement faits aux halles du Vieux Marché de Rouen : « j’ay scellé ces presentes de mon scel duquel je use oud. office »52. Pourtant, les maîtres des œuvres du roi faisaient également partie d’un monde de professionnels pour lesquels le service du roi n’était qu’une activité parmi d’autres.

Les activités des maîtres des œuvres en dehors du service du roi

Les cumuls de fonctions

  • 53 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V recueillis dans les collections de la Bibliothè (...)
  • 54 AD Seine-Maritime, G 2116, fol. 84.
  • 55 AM Rouen, A 1, fol. 12.
  • 56 En 1395, il est mentionné dans les délibérations municipales de Rouen comme « maistre des œuvres de (...)

30Les maîtres des œuvres du roi ne consacraient pas tout leur temps au service du roi. Il était très fréquent à la fin du XIVe siècle et pendant la première moitié du XVe siècle, de les voir exercer la fonction de maître des œuvres pour d’autres organismes, ce qui aboutissait à un cumul de ces fonctions officielles. Jean de Bayeux, par exemple, était déjà maître des œuvres de l’abbaye de Saint-Ouen depuis 1377 au moins, quand il fut nommé par Charles V, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Gisors le 23 août 138053. En 1388, le chapitre de la cathédrale de Rouen le nomma maître des œuvres en remplacement de Jean Périer qui venait de mourir54 et, l’année suivante, il fut choisi pour exercer la même fonction par les conseillers de Rouen qui estimaient que la ville « ne se pouvoit passer de maistre machon »55. Jusqu’à sa mort en 1398, il exerça donc en même temps les quatre fonctions56.

  • 57 AD Seine-Maritime, G 2119, fol. 73.
  • 58 AD Seine-Maritime, 1 ER 34, passim.
  • 59 BNF, ms. fr. 26042, no 5187, no 5192, 5200, 5203, 5205 ; AN, KK 1338, no 73.
  • 60 L. de Brecquigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par (...)

31Jenson Salvart exerçait lui aussi sa fonction en plusieurs endroits à la fois. En mars 1398, il devint maître des œuvres de la cathédrale de Rouen succédant ainsi à Jean de Bayeux57. À partir de 1410, il fut aussi maître des œuvres du château de Tancarville58 et, en 1417, au lendemain de la prise de la ville d’Harfleur par Henri V, il fut nommé « maistre des œuvres pour le roi en la ville d’Honfleur » qu’il était chargé de mettre en état de résister à une attaque anglaise59. Sa carrière ne s’arrêta d’ailleurs pas là puisque, avec plusieurs autres maçons, il fut chargé, au lendemain de la prise de Rouen par Henri V, de la construction du palais que celui-ci y faisait édifier pour manifester son autorité. Il devint enfin, à une date mal connue, maître des œuvres de la ville de Rouen en remplacement de Jean de Bayeux le Jeune60.

  • 61 AM Rouen, A 5, fol. 187 ; BNF, ms. fr. 26037, no 4373. Dans ce cas précis, il y avait direction con (...)

32Ces activités multiples posaient parfois des problèmes aux titulaires comme aux employeurs. En 1408, Guillaume Moignet, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Caux, fut, en plus, nommé appareilleur pour les travaux à effectuer au Pont de Seine. Comme il risquait d’être appelé hors de Rouen pour le service du roi, il « promist continuer et faire residence sans intervalle [...] » et s’engagea à ne pas « aler hors sans l’acord et congié de justice »61.

  • 62 La carte établie par J.H. Harvey (The Medieval Architect, op. cit. n. 1, p. 134) montre que les voy (...)
  • 63 Le Roux de Rincy et L.M.Tisserand donnent, dans Le Paris de Charles V et de Charles VI vu par les é (...)
  • 64 Il semble avoir été assez habituel que le même homme exerçât la double fonction de maître des œuvre (...)
  • 65 AD Seine-Maritime, G 6878, passim.

33Le recrutement pouvait se faire sur des distances un peu plus grandes, mais finalement assez réduites62. Alexandre de Berneval, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen au début de l’occupation anglaise, fut sans doute recruté à Paris63 et c’est grâce à cette fonction officielle qu’il devint maître des œuvres de l’abbaye de Saint-Ouen64. Le même phénomène se reproduisit au milieu des années 1440 avec Jean le Noir, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen et maître des œuvres de l’église Saint-Maclou65.

  • 66 AN, KK 1338, no 124. Il fut également, dans les années 1450-1460, maître des œuvres de charpenterie (...)

34Ces cumuls de fonctions n’étaient pas limités aux maçons. Dans les années 1390-1410, Jean de Sotteville était maître des œuvres de charpenterie pour la ville de Rouen et maître des œuvres du roi. Son fils, Jacques de Sotteville, lui succéda dans les deux fonctions et fut, en plus, maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale de Rouen. Enfin, Jean Laurens, dans les années 1450, était maître des œuvres de charpenterie de la ville de Rouen et substitut du maître des œuvres du roi dans le bailliage66.

  • 67 AD Seine-Maritime, G 2522, fol. 39v.
  • 68 AD Seine-Maritime, G 2147, fol. 277 ; Cartulaire de Saint-Maclou, 2 E 1/262, fol. 340, 12 avril 152 (...)

35Cette situation était sans doute la preuve du prestige professionnel considérable dont jouissaient ces hommes mais aussi et surtout la manifestation de la pénurie de main-d’œuvre spécialisée qui frappa la Normandie orientale à la fin du XIVe et pendant une bonne partie du XVe siècle. Ces cumuls devinrent moins nombreux à partir des années 1470 et on vit alors se multiplier les maîtres des œuvres n’exerçant leur activité que dans une seule église ou dans une seule ville à la fois, évolution évidemment liée à la croissance démographique qui avait entraîné la multiplication des artisans et particulièrement des maçons. Toutefois, la transformation ne fut pas totale. En 1507, Jean le Boucher était à la fois maître des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen et maître-maçon de l’église Saint-Maclou67, tandis que Rouland le Roux, dont le prestige était considérable, cumulait, dans les années 1510, les fonctions de maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale de Rouen, de la ville et du roi dans l’ensemble du bailliage68.

Les chantiers privés

  • 69 Dans ces cas précis, on peut, à la rigueur, les appeler maîtres d’œuvre.
  • 70 Selon A. Higounet (« Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », dans Les constr (...)
  • 71 La lettre que lui adressa le roi Henri V est révélatrice à la fois de son prestige et des tâches qu (...)
  • 72 Brecquigny, op. cit. n. 37, no 964, p. 167 Même si cela était destiné à nourrir les ouvriers, il se (...)
  • 73 En mai 1438, Jenson Salvart et Jean Pontif reçurent 7779 livres pour la maçonnerie du palais du Roi (...)

36Les maîtres des œuvres n’étaient pas seulement des agents d’administration et de gestion de leurs employeurs, ils avaient aussi leurs propres chantiers69. Ils pouvaient ainsi prendre des tâches à forfait. Dans ce cas, ils se faisaient entrepreneurs et dirigeaient une équipe d’ouvriers qu’ils se chargeaient de payer70. Le rôle de Jenson Salvart, dont on a noté plus haut la diversité des activités, prit une toute autre ampleur pendant l’occupation anglaise quand il fut chargé de la construction du palais d’Henri V, à la limite sud-ouest des murailles71. Ce furent, cette fois, des milliers de livres qui lui furent versées. De plus, comme il lui fallait pourvoir au ravitaillement des ouvriers qu’il avait engagés, il obtint du roi d’être exempté de tous droits d’aides sur tous les marchés de Normandie pour l’achat de certaines quantités de blé, d’orge, d’avoine, de pois, de fèves, de lard et de beurre, de la revente desquels il devait évidemment tirer un certain profit72. Après une première campagne de travaux, Jenson Salvart reprit la direction du chantier avec Jean Pontif en 1438 et on leur versa à nouveau des sommes importantes, bien supérieures à celles que percevaient en général les autres ouvriers quand ils acceptaient un marché73.

  • 74 C. de Beaurepaire, op. cit. n. 63, p. 85-87.
  • 75 AD Seine-Maritime, 2E 1/167, fol. 278, 30 mai 1419.

37De même, Alexandre de Berneval, maître des œuvres de maçonnerie du Roi, prit en 1413 la tâche d’un monument en albâtre qui devait être placé dans l’église de Fécamp et, en 1420, fit pour la même église un tabernacle destiné au reliquaire74. En 1419, il s’était chargé des réparations du moulin de Fontaine-sous-Préaux qui appartenait au seigneur de Torcy et il semble qu’il ait fourni la pierre et la chaux dont il laissa le surplus sur place75.

  • 76 AD Seine-Maritime, 3E 6/177, liasse 1, no 11 et no 12, juillet et novembre 1470.

38Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale de Rouen, était, lui aussi, entrepreneur de travaux avec son frère Jean, maître des œuvres du roi dans le bailliage. On connaît mal ces tâches qui concernaient fréquemment des constructions privées pour lesquelles on ne dispose pas d’archives. Toutefois, on sait que tous deux effectuèrent pour la ville de Harfleur, à la fin des années 1460, des travaux dont l’exécution posa sans doute quelques problèmes, puisque les conseillers municipaux leur intentèrent, en 1470, un procès que les deux frères semblent avoir perdu76.

  • 77 AD Seine-Maritime, 3E 6/78, fol. 84.
  • 78 AD Seine-Maritime, G 2517, fol. 29.

39Cette activité des maîtres des œuvres sur les chantiers privés, même pour des marchés modestes, dura pendant toute la période qui nous intéresse. En 1487, Guillaume le Vuiveur, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Caux, en tant que dernier « rabaisseur », obtint le marché de l’« emparement » de la tour Lion située à l’entrée du bassin du Clos aux Galées de Harfleur77. De même, en 1499, Jean le Conte, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen, acheta pour ses propres affaires, 22 tonneaux de pierre de Saint-Leu d’Esserent à la fabrique de la cathédrale78.

  • 79 BNF, ms. fr. 26032, no 3433. Il touchait 6 sous par jour.
  • 80 AM Rouen, tiroir 54, liasse 1, pièce 1.

40Les charpentiers faisaient d’ailleurs comme les maçons. En 1403, le maître des œuvres du roi au Pont-de-l’Arche travailla pendant 35 journées à faire la « pallée » du bout de la ville vers l’abbaye de Bonport79. Ils avaient sans doute aussi une activité importante, qui n’a pas laissé de traces, dans la construction de maisons de particuliers. En 1454, par exemple, Jean Laurens, commis pour le maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Rouen, est qualifié, lors d’une visite d’inspection d’une maison privée de « Carpentier de l’ediffice d’icelluy Jean du Pont »80.

Les expertises

  • 81 AM Rouen, A 5, fol. 44v.

41Du fait de leur prestige et de leurs compétences professionnelles, les maîtres des œuvres du roi étaient fréquemment convoqués à titre d’experts pour donner leur avis lorsqu’un problème concernant la construction se posait. Par leur autorité, ils justifiaient ou infirmaient les décisions prises par certains de leurs autres collègues. Cette activité était toujours le fait d’une délégation composée d’« ouvriers en ce recongnoissans », de représentants des autorités, éventuellement de voisins appelés à donner leur avis et, bien entendu, des maîtres des œuvres des divers organismes du lieu, parmi lesquels ceux du roi n’avaient aucune prééminence. Pas plus que pour les certifications de travaux, il n’y avait de spécialisation professionnelle et on faisait appel aux maîtres des œuvres pour régler les problèmes spécifiques aux métiers. En avril 1406, après la mort du maçon parisien Nicolas Rousseau qui avait pris à tâche de la ville la construction de certaines parties de la porte Martainville de Rouen, c’est une équipe composée de quatre maîtres des œuvres qui fit l’estimation du travail effectué. On y trouvait le maître des œuvres de la ville, Jean de Bayeux le Jeune, celui de la cathédrale, Jenson Salvart, et les deux maçons-jurés du roi à Paris, Robert de Helebuterne et Benest de Savoye81.

  • 82 Ils effectuaient par exemple, chaque année, le lundi de la Pentecôte, l’inspection des moulins du R (...)
  • 83 AM Rouen, A 5, fol. 193.

42Les problèmes pour lesquels intervenaient les maîtres des œuvres du roi, souvent associés à ceux de la ville, étaient très variés82. On peut en citer quelques-uns à titre d’exemple. Lorsque, en 1409, les conseillers de la ville de Rouen décidèrent que la place de la Vieille Harenguière, près des quais, serait pavée « pour le bien commun car lad. rue estoit puante et mauvaise et ne povoit en commercer en yver pour les boes et ordures qui y estoient et portoient prejudice es heritaiges et as denrees et marchandises ilec estans », la définition des limites du nouveau pavage fut confiée à Guillaume de Bayeux, maître des œuvres de maçonnerie du roi et à Jean de Sotteville, alors maître des œuvres de charpenterie de la ville de Rouen83.

  • 84 En novembre 1407, une délégation imposante comprenant les maîtres des œuvres de maçonnerie et de ch (...)
  • 85 En 1435, un différend s’étant élevé entre Jean Engrenier, notaire du roi au Châtelet, et Régnault J (...)
  • 86 AD Seine-Maritime, 2E 1/167, fol. 227 à 231, 13 mars 1419. Cette estimation ne donna lieu à aucune (...)
  • 87 AD Seine-Maritime, G 6268.
  • 88 AM Rouen, tiroir 159, liasse 3 (25 février 1419, n.st.).

43Les problèmes de « veues », c’est-à-dire de fenêtres donnant sur un lieu public ou privé étaient également assez fréquents car c’était par là que certains habitants peu scrupuleux jetaient leurs ordures84. Les problèmes de gouttière et de cheminée étaient souvent aussi à l’origine des interventions des maîtres des œuvres. Les contrats de mitoyenneté enregistrés dans les actes du tabellionage étaient toujours très précis sur ce point et lorsque des conflits éclataient, les maîtres des œuvres devaient faire une expertise afin que la justice pût se prononcer85. Enfin, les problèmes de mesure étaient aussi de la compétence des maîtres des œuvres. Une bonne partie des activités des maîtres des œuvres consistait en effet à « toiser » les édifices. On sait qu’ils devaient faire ce travail de « visite » pour leurs employeurs parce qu’il était indispensable au paiement des ouvriers, mais il leur arrivait fréquemment aussi de le faire pour des particuliers. Au lendemain de la reddition de la ville, une délégation assez nombreuse fut chargée de faire l’estimation des maisons situées sur la place du Marché aux Chevaux où Henri V avait l’intention de faire élever son nouveau palais. Comme il s’agissait de constructions traditionnelles, il y avait là quatre charpentiers menés par Jean de Sotteville, maître des œuvres du roi et de la ville, ainsi qu’un plâtrier et un couvreur jurés, mais la direction du groupe revenait à Alexandre de Berneval et à Jenson Salvart, respectivement maîtres des œuvres du roi et de la cathédrale86. En 1487, le maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale et celui de maçonnerie du roi furent chargés par la fabrique de l’église Saint-André-de-la-Porte-aux-Fèvres de « tezer et mesurer les heritaiges » des paroissiens sur lesquels on allait lever, avec l’autorisation du roi, une taille de 3 sous par pied carré de superficie afin de reconstruire le choeur87. De même, en 1519, lorsqu’il fut enfin décidé que « le lieu le plus commode » pour installer le Neuf Marché, était « en une place prés l’eglise sainct Jean », et que « plusieurs maisons et heritaiges devoient estre à ceste fin demolyes et abatues », les maîtres des œuvres du roi, ceux de la ville et plusieurs autres ouvriers des métiers de maçonnerie, charpenterie et plâtrerie de la ville, furent chargés « par leurs sermens de dire la vraye valleur et estimacion des admelioracions et ediffices qui avoient peu estre faictes sur led. heritaige »88.

  • 89 AD Seine-Maritime, 2E 1/174, fol. 10, 10 mai 1430 (cité par P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne (...)
  • 90 AD Seine-Maritime, G 7323, fol. 189.

44Ce qui se faisait sur ordre des autorités pouvait aussi être exécuté par les maîtres des œuvres à la demande de certains particuliers lors d’une transaction immobilière. On trouve d’assez nombreux exemples de ce genre dans les actes du tabellionage. En 1430, par exemple, Jenson Salvart et Alexandre de Berneval accompagnés par le maître des œuvres de charpenterie du roi, Jacques de Sotteville, « toisèrent » une maison située rue du Grand Pont au moment où celle-ci fut vendue. Toutes les pièces furent mesurées avec précision et le tout fut ensuite reporté dans l’acte de vente89. C’étaient également les maîtres des œuvres qui déterminaient les bornages des maisons. En 1468, la fabrique de l’église Saint-Nicolas acheta une maison qui appartenait aux chanoines de Notre-Dame-de-la-Ronde. On la déplaça pour l’installer sur un terrain situé non loin du cimetière de l’église. Pour établir avec précision les limites du terrain, on fit appel à Jean Pontif et Colin le Franchoys, maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie du roi dans le bailliage de Rouen, qui reçurent 6 sous 3 deniers « pour leur droit »90. On peut supposer que lors de la période de reconstruction qui suivit l’occupation anglaise, ce genre de travail fut assez fréquent pour les maisons des particuliers sans que cela laisse de traces dans les sources notariales.

Les maîtres des œuvres dans la société

Recrutement

  • 91 L. Delisle, op. cit. n. 53, no 1953, p. 947.
  • 92 Ces hommes n’étaient pas imposés du dehors, mais s’affirmaient grâce à leurs qualités de praticiens (...)
  • 93 Un acte assez obscur montre Jean de Bayeux assumant les dettes, correspondant peut-être à des frais (...)
  • 94 AM Rouen, A 5, fol. 145v et 171 v et tiroir 53. BNF, ms. fr. 26014, no 4855.
  • 95 BNF, ms. fr. 26024, no 1542.
  • 96 BNF, ms. fr. 26052, no 1138. Il était d’origine anglaise et s’était d’abord installé à Harfleur (cf (...)
  • 97 BNF, ms. fr. 26073, no 5194.
  • 98 Il y répara le mois suivant plusieurs lucarnes et les pieux d’un des boulevards puis, en avril 1436 (...)

45Les maîtres des œuvres étaient, en principe, recrutés par celui ou ceux qui allaient les engager. Ils devaient présenter un certain nombre de qualités qui rendaient leur choix à la fois délicat et important pour le bon entretien des bâtiments. La réputation du futur maître des œuvres auprès de ses collègues et de son employeur était donc essentielle. En 1380, quand Charles V décida de nommer Jean de Bayeux l’Aîné, maître des œuvres de maçonnerie dans le bailliage de Gisors, il précisa qu’il avait fait son choix « pour le bon rapport et le tesmoignage que eu avons de la souffisance, loyauté et diligence dudict maistre »91. Les maîtres des œuvres avaient, en effet, une expérience professionnelle qui permettait à leurs collègues de les désigner et aux employeurs potentiels de vérifier les résultats de leurs travaux92. C’est pourquoi le fait d’avoir été apprenti ou associé d’un maître des œuvres était un avantage important et Jenson Salvart comme Alexandre de Berneval, par exemple, avaient commencé leur carrière en travaillant avec Jean de Bayeux93. La fonction d’appareilleur était à cet égard, un bon tremplin. Le maçon Guillaume Moignet qui avait pris à tâche plusieurs des travaux de fortifications proposés par la ville de Rouen, connut au cours de l’année 1408, une promotion rapide puisqu’il était en avril « appareilleur maçon des ouvrages » et, en novembre, maître des œuvres du roi dans le bailliage de Caux94. Le plus souvent, une activité régulière et efficace suffisait. Le charpentier Simon le Fèvre, très actif dans les années 1389-1390 dans les châteaux qui jalonnaient la Seine, devint en 1393 maître des œuvres du roi dans le bailliage de Gisors95. Jean Wyllemer, en compagnie de Guillaume Flye, sans doute d’origine anglaise, avait effectué des travaux importants au château de Rouen en 1429 avant de devenir maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Rouen en 143896. Étienne le Marié, maître des œuvres de charpenterie pour le roi dans le bailliage de Rouen en 1451, apparut pour la première fois dans les comptes en 1445, pour des travaux exécutés au palais du roi97. Quant à Jean Laurens qui lui succéda officiellement, au plus tard en 1466, il fut présent dès décembre 1435 également au château de Rouen, pour la réfection d’un des ponts-levis98.

  • 99 AD Seine-Maritime, G 6874, fol. 72.
  • 100 AD Seine-Maritime, G 7323, fol 105, AM Rouen, A 8, fol. 27v et AM Rouen, XX 2, fol. 212v. En fait, (...)
  • 101 AD Seine-Maritime, G 7164, fol. 103v et G 609, passim.
  • 102 BNF, ms. fr. 26216, no 316. Michel Ferey devint lui aussi maître des œuvres du roi dans le bailliag (...)

46Cette expérience n’était pas seulement acquise sur les chantiers royaux. Simon le Noir qui devint maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen en 1441 à la mort d’Alexandre de Berneval, avait apparemment commencé sa carrière à l’église Saint-Maclou en 1436-37 où il avait travaillé une quinzaine de jours sous les ordres de Oudin de Mantes, maître des œuvres de cette église99. De même, Jean Pontif fils, également maître des œuvres de maçonnerie, eut l’occasion de montrer ses capacités en 1453 sur le chantier de restauration de l’église Saint Nicolas et lors de la construction du boulevard de maçonnerie édifié en avant de la porte Cauchoise, puis en 1458, lorsqu’il refit le pavement de la cour de l’hôtel de ville de Rouen100. Cette situation dura pendant toute la fin du Moyen Âge puisque Pierre de l’Orme, qui devint maître des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen en 1516, avait, en 1502, effectué avec ses aides, le pavage en pierre de liais de la nef de l’église Saint-Michel et avait surtout construit entièrement un bâtiment neuf au château de Gaillon qui appartenait à l’archevêque de Rouen101. De même, Jean Gauvain, qui avait commencé sa carrière à Rouen, la poursuivit à Harfleur et construisit avec Michel Ferey la tour du port du Havre à partir de 1517, avant de devenir, l’année suivante, maître des œuvres du roi dans le bailliage de Caux102.

  • 103 BNF, ms. fr. 26010, no 1165.
  • 104 Il avait « piastre le costé fait par led. carpentier, renfourmé le pingnon sur quoy est la cheminée (...)

47Parfois, ces hommes n’étaient pas absolument spécialistes du métier dont ils devenaient maîtres des œuvres ou avaient des aptitudes multiples. Pierre de Carcuit qui devint maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen en 1381, avait pourtant commencé sa carrière comme plâtrier. En 1371, avec ses « compaignons plastriers », il avait effectué des travaux de réfection au château de Rouen103 et, en 1373, avait élevé les parois de la maison dans laquelle habitait le bourreau104.

  • 105 AD Seine-Maritime, 2E 1/154, fol 180, 3 juillet 1392. Il vend à cette date tous les biens qu’il a h (...)
  • 106 AM Rouen, A 6, fol. 177v et BNF, ms. fr. 26037, no 4357.
  • 107 AD Seine-Maritime, 2E 1/185, 25 juin 1451.

48L’appartenance à une famille de maître des œuvres ou, au moins, d’entrepreneurs ayant fait leurs preuves était aussi un avantage certain pour devenir maître des œuvres. Jean le Caretier, dit Sotteville, avait quitté son village du Pays d’Auge pour Rouen, où il avait travaillé sous les ordres de Guillaume Coulette avant de devenir maître des œuvres de la ville de Rouen, puis du roi105. Son fils, Jacques de Sotteville, travailla d’abord en 1410 sur le chantier du Pont de Seine, où il était responsable de l’avancement des travaux sous l’autorité théorique de son père, et il put ainsi faire ses preuves avant de lui succéder en 1412106. De même, Pierre Pontif, maître des œuvres de maçonnerie du roi dans le bailliage de Rouen, et son frère Guillaume, maître des œuvres de la cathédrale, étaient les fils de Pierre Pontif l’Aîné qui avait participé aux deux campagnes de travaux de construction du palais d’Henri V107.

  • 108 En mai et juin 1438, des travaux effectués au palais de Henri V à Rouen sont certifiés par Jacques (...)

49Il pouvait aussi se faire que le maître des œuvres choisisse lui-même son successeur ou en tout cas se charge de sa formation. Dans les années 1437-1438, Jacques de Sotteville, vieillissant, se fit accompagner de plus en plus souvent par Jean Wyllemer lorsqu’il devait visiter des chantiers et, à sa mort, le 11 août 1438, celui-ci lui succéda apparemment sans difficulté au poste de maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Rouen108.

La culture des maîtres des œuvres

50Si les maîtres des œuvres du roi avaient, en principe, une position sociale qui les plaçait au-dessus de la plupart des autres artisans du bâtiment, ils s’en différenciaient sans doute moins en ce qui concernait la culture. On a déjà dit que leurs capacités d’architectes, bien que réelles, étaient dans l’ensemble assez limitées. Par contre, ils savaient mesurer et compter, et les résultats étaient en général fiables, puisque c’était une des bases de leur activité.

  • 109 Cet aspect a été récemment mis en valeur par Y. Coutant, « Une invention empirique : le frein du mo (...)
  • 110 AM Rouen, A 4, fol. 70v.

51Pourtant, ils étaient avant tout des techniciens. Ils savaient reconnaître un ouvrage convenablement fait, imaginer des transformations et même créer pratiquement de toutes pièces un nouvel édifice, mais cela se faisait le plus souvent de façon empirique ou du moins, concrète, leurs connaissances théoriques étant en fait moins apparentes dans les sources109. En 1399, quand il fallut résoudre le problème des fondations de la porte Martainville qu’on allait construire, une importante délégation composée des maîtres des œuvres de charpenterie et de maçonnerie de la ville et du roi, du maître-charpentier de la cathédrale et de plusieurs officiers étudia la situation et « deliberé fu que l’en fonderoit deulx grans pelx longs ou lieu ordené [...] et se l’en trouvoit ferme terre, ycelle seroit exquise pour faire lesdiz fondemens et se non l’en mettroit la terre à l’envy et piloteroit l’en oudit lieu pour fonder lad. porte »110.

  • 111 AM Rouen, tiroir 324, liasse no 3, 23 avril 1504. Le même empirisme existait déjà au XIIIe siècle p (...)

52Encore en 1504, quand les maîtres des œuvres de maçonnerie du roi, de la ville et de la cathédrale, ainsi que le charpentier de la ville établirent le devis d’une muraille située près du château de Rouen, ils estimèrent qu’il faudrait chercher à savoir si le sol était suffisamment résistant en enfonçant des pieux parce que « se le pais n’estoit bon, il seroit besoing pilloter partout où il seroit necessaire » et ils ajoutaient : « nous semble que c’est la vraie experience comme l’en y doibt seurement et proufitablement besongner »111.

  • 112 Voir notamment E. Spalinowski, Le Palais de Justice et son histoire, Rouen, 1939.
  • 113 AM Rouen, tiroir 160, 12 septembre 1502.

53C’est avec le même empirisme que fut construit au début du XVIe siècle le Palais de Justice de Rouen112. À peine achevé, il commença à se fissurer et il fallut rafistoler comme on le pouvait, les murs et les fenêtres qui se délabraient. En septembre 1502, une délégation composée de quatre maçons, parmi lesquels se trouvait Rouland le Roux, responsable probable de la construction, inspecta le nouveau bâtiment et repéra « plusieurs freslures, brisures et cassures ». Face à cette situation, on eut recours à des « trucs » de métier. On remplit les fêlures de plâtre et on fit creuser un certain nombre de trous « pour veoir et scavoir se les fondemens estoient assez profonds ». Si les fondations étaient finalement trouvées convenables, cela signifierait que les fenêtres étaient trop nombreuses et il faudrait boucher celles des boutiques du rez-de-chaussée car, notaient les maçons, « les trumeaux desd. fenestres de hault sont troussez et portent partie en faulx sur les fenestres de bas »113. C’était donc par tâtonnement, par déduction, après observation sur le terrain, qu’on espérait arranger la situation.

  • 114 Voir textes en annexe, notamment celui de Jean aux Tabours.
  • 115 AD Seine-Maritime, G 7682. C. de Beaurepaire (op. cit. n. 63) pense qu’il apposait sa marque au bas (...)
  • 116 L’épisode de la dénonciation est dans BNF, nouv. acq. fr. 5233, no 12 ; les lettres de rémission da (...)
  • 117 Selon B. Gille (Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, 1964, p. 66), qui s’appuie notamment sur d (...)

54Les capacités littéraires des maîtres des œuvres semblent avoir été en général assez limitées. Il n’est pas certain que tous aient su écrire. La plupart faisaient écrire par des « clercs » les devis qu’ils dictaient, ce qui n’est pas véritablement significatif, car il pouvait être plus pratique de faire appel à un spécialiste de l’écriture114. Il est néanmoins remarquable que, jusqu’au milieu du XVe siècle, les quittances et les certificats dont ils étaient théoriquement les signataires, n’aient comporté le plus souvent que leur marque professionnelle et aucunement leur seing manuel, c’est-à-dire leur véritable signature. Si Jean Laurens savait parfaitement écrire son nom, Guillaume Touchet au début du XVIe siècle, semble avoir été incapable de signer et se contentait du signe très simpliste qui authentifiait ses actes et qui n’était peut-être que sa marque de tailleur de pierre115. Cela ne l’empêchait pas d’être le maître de la reconstruction de l’église Saint-Vincent. Que les compétences de ces hommes ne fussent en aucune façon basées sur leur culture, était parfaitement admis. Quand Jenson Salvart et Alexandre de Berneval furent impliqués, sur la dénonciation d’un suspect, dans l’affaire Ricart Mittes, ils tentèrent de se disculper en expliquant qu’ils n’avaient pas réussi à lire les messages qui leur avaient été transmis par les conjurés. Jenson Salvart aurait ainsi répondu à Ricart Mittes qui lui donnait des lettres, qu’il « n’estoit point grand clerc, que il ne les sauroit lire et que il ne sauroit que il y avoit dedans », tandis qu’Alexandre de Bemeval à qui Salvart les avait confiées, prétendait ne pas avoir réussi à les lire « pour ce qu’elles estoient trop menues escriptes »116. Il faut évidemment faire la part de l’exagération chez ces hommes qui se retrouvaient dans une très mauvaise situation, mais cela signifie que, dans l’entourage royal, on ne trouvait pas anormal que celui qui était en train de construire le palais du roi ne soit pas capable de lire une lettre et que celui qui avait fait la rosace de Saint-Ouen ne sache pas lire certaines écritures à moins qu’il ne soit en train de perdre la vue, ce qui aurait été particulièrement gênant s’il n’avait eu que des plans à réaliser. En fait, c’étaient essentiellement des qualités professionnelles, une capacité à organiser, à prévoir, à choisir les matériaux ou les hommes et, bien sûr, un véritable sens esthétique que l’on attendait d’eux. Ils étaient donc plutôt des « humanistes de chantiers » que des hommes de cabinet117.

Les revenus des maîtres des œuvres

  • 118 Noël Canat de Chizy estimait que les gages de ceux de Bourgogne « ne devaient pas leur procurer une (...)

55Dans l’ensemble, il est admis par les historiens que les maîtres des œuvres n’atteignaient pas une bien grande aisance118. Pourtant, seule une connaissance aussi exhaustive que possible de tous leurs revenus et de l’ensemble de leurs biens pourrait nous permettre de connaître la fortune réelle de ces hommes, ce qui n’est pas le cas puisque les sources sont dispersées et souvent incomplètes.

  • 119 P. Le Cacheux, op. cit. n. 89, p. 42, quittance d’Alexandre de Berneval du 23 octobre 1421.
  • 120 À la cathédrale de Rouen, quand l’âge venant, un maître des œuvres n’était plus en mesure de rempli (...)
  • 121 AD Seine-Maritime, 2E 1/152, fol 1, 1er octobre 1369.

56Les maîtres des œuvres du roi étaient classés dans les comptes parmi les officiers et, à ce titre, ils recevaient des gages ou des pensions. Depuis le milieu du XVIe siècle au moins, les maîtres des œuvres du roi recevaient deux sous par jour, 365 jours par an, c’est-à-dire 36 livres 10 sous par an. J’ignore malheureusement si le montant de ces gages évolua car, à ma connaissance, on ne possède apparemment aucune quittance de maître des œuvres après le règne de Charles VII119. Cette pension dont les versements se faisaient en deux termes, à Pâques et à la Saint-Michel, leur était payée même les jours où ils étaient absents. Cette habitude était donc très avantageuse pour les maîtres des œuvres quand ils cumulaient plusieurs fonctions120. Dans certains cas, les maîtres des œuvres pouvaient aussi recevoir des récompenses parce que le travail qui leur avait été confié avait été rapidement exécuté. En octobre 1369, Pierre le Fèvre, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Gisors reçut 20 francs en pièces d’or « par vertu de don faict à li par le roi pour l’avanchement des œuvres des chastiaux de Vernon, Goulet et Gaillart »121.

  • 122 On est sûr du fait pour les maîtres des œuvres de la cathédrale et de la ville. Ainsi, Jean Périer (...)
  • 123 . Jean Laurens devait néanmoins payer à la ville une rente de 4 livres par an (AM Rouen, XX l, fol. (...)

57À ces gages en argent s’ajoutaient un certain nombre d’avantages matériels qui ne nous sont malheureusement pas connus pour les maîtres des œuvres du roi122. Les quittances conservées à la Bibliothèque nationale de France ne permettent pas de savoir si les maîtres des œuvres du roi disposaient d’un logement de fonction. En tous cas, le fait d’occuper plusieurs charges en même temps leur permettait de multiplier les avantages. À Rouen, les maîtres des œuvres de charpenterie de la ville étaient logés dans une maison qui leur était réservée. Au milieu du XVe siècle, Jean Laurens, qui était à la fois maître des œuvres de charpenterie de la ville et du roi, habitait dans une maison près de la Vieux-Tour appartenant à la ville et dans laquelle avait déjà vécu Jacques de Sotteville qui exerçait la même double fonction123.

  • 124 Ordonnances des rois de France, t. ΧΠ, p. 156-157.
  • 125 AD Seine-Maritime, G 39, fol. 54.
  • 126 AM Rouen, tiroir 24, 2e rouleau. Jean Pontif vendit à plusieurs reprises des pierres à l’archevêché (...)

58Les maîtres des œuvres avaient aussi la possibilité de se fournir directement dans les matériaux issus des démolitions et c’est parce que cette pratique était courante que le roi Charles VI promulgua en février 1388, une ordonnance interdisant de récupérer « tant merrien, clou, fer, latte, tuille, ardoise, fenestres et pierre qui devaient lui revenir entièrement nonobstant ordonnances et coutumes contraires »124. Pourtant, les maîtres des œuvres se faisaient aussi vendeurs de matériaux. Les charpentiers vendaient des pièces de bois et les maçons des pierres. En 1438, Jacques de Sotteville livra des poutres et des soliveaux aux officiers de l’archevêché pour refaire les plafonds de la grande salle de l’hôtel archiépiscopal125 et en 1459, Nicolle Duval vendit à la ville de Rouen dix pierres de Vernon destinées à faire l’auge de la fontaine Massacre, tandis que quatre autres pierres étaient fournies par Jean Pontif, commis du maître des œuvres du roi126. Il est donc probable que cette ordonnance n’était pas toujours appliquée avec rigueur.

  • 127 BNF, ms. fr. 26019, no 388 et no 455. La journée de déplacement était même payée plus cher quand il (...)

59Les maîtres des œuvres avaient encore d’autres ressources. Ils se faisaient rembourser les déplacements qu’ils effectuaient. Cette source de revenus était notamment importante pour les maçons et les charpentiers du roi car, du fait de la multiplicité des bâtiments dont ils avaient la charge, ils étaient amenés à se déplacer fréquemment. Pour la période comprise entre la Saint-Michel 1382 et Pâques 1383, par exemple, Pierre le Fèvre, charpentier, passa dix-huit jours sur les routes du bailliage de Gisors. Pendant la même période de l’année suivante, le maçon Pierre de Carcuit se fit rembourser treize jours de déplacement à travers le bailliage de Rouen. Chaque journée de déplacement était payée 6 sous, ce qui correspondait à peu près au salaire quotidien d’un ouvrier spécialisé augmenté de ses « despens » c’est-à-dire de ses frais de nourriture et de logement127.

  • 128 AD Seine-Maritime, G 2149.
  • 129 En 1405, la ville de Rouen racheta deux chevaux qui appartenaient à Jean de Bayeux (AM Rouen, A 5, (...)

60Les plus prestigieux des maîtres des œuvres pouvaient aussi être appelés très loin de leur lieu habituel de travail pour donner leur avis sur des projets de construction. En 1515, Rouland le Roux fut invité par les chanoines de Beauvais à venir dire ce qu’il pensait des transformations qui devaient être faites à la cathédrale et, en 1518, on le fît venir à Angers pour un motif analogue128. Tous ces voyages étaient donc des revenus indirects pour les maîtres des œuvres dans la mesure où ils réduisaient leurs dépenses normales, et cela d’autant plus qu’ils pouvaient parfois revendre les chevaux qu’ils utilisaient dans leurs déplacements129.

  • 130 20 livres de la fabrique de la cathédrale, 20 livres de la ville, 36 livres et demie du roi pour se (...)

61On le voit, il est particulièrement difficile de connaître la totalité des revenus des maîtres des œuvres. Ceux-ci étaient très divers et très variables d’une année sur l’autre. Mais, tant qu’ils étaient en activité, ces hommes faisaient partie des artisans les mieux et les plus régulièrement rémunérés. Rien qu’en pensions, Jean de Bayeux recevait au début du XVe siècle près de cent livres130. À cela s’ajoutaient les marchés, les journées, les ventes de matériaux, les déplacements, et les « vins » ; ce qui permet de situer ses revenus au moins entre 150 et 200 livres par an. Il est donc difficile de voir en lui, comme l’écrivait Charles de Beaurepaire, « un maître ouvrier parmi des ouvriers ses égaux ».

62On pourrait croire par ailleurs, au vu des sources, notamment de celles de la cathédrale, que les maçons avaient des revenus beaucoup plus importants que les charpentiers, mais en fait, ces derniers disposaient, de leur côté, d’une clientèle potentielle considérable, puisqu’ils intervenaient pour la construction et l’entretien des maisons traditionnelles des villes. Il est donc nécessaire d’avoir recours à un autre moyen pour tenter de connaître la situation financière de ces hommes.

La fortune des maîtres des œuvres

63Grâce aux registres de tabellionage, assez bien conservés pour Rouen, il est en partie possible de savoir ce que possédaient les maîtres des œuvres et, éventuellement, s’ils prêtaient ou empruntaient de l’argent par l’intermédiaire des rentes constituées.

  • 131 Si on considère que la rente est fixée, comme d’habitude en ville à 10 % de la valeur des biens (AD (...)
  • 132 AD Seine-Maritime, 2E 1/156, fol. 115, 8 janvier 1397 (n. st.).
  • 133 AD Seine-Maritime, 2E 1/157, fol. 205, 7 mai 1398.
  • 134 AD Seine-Maritime, 2E 1/158, fol. 195v et 199v, 10 et 11 juillet 1401.
  • 135 AD Seine-Maritime, 2E 1/160, 16 mars et 29 octobre 1406.

64À sa mort, Jean de Bayeux l’Aîné possédait des biens assez nombreux, notamment deux maisons, l’une dans la paroisse Saint-Maclou, l’autre dans la paroisse Sainte-Croix de Saint-Ouen sur lesquelles pesait une rente de 20 livres, ce qui permet de supposer qu’on leur accordait une valeur d’au moins 200 livres131. Grâce à sa femme, il avait hérité d’une terre située à Auzouville-sur-Ry qu’il loua à partir de 1396, contre une rente de 24 mines de blé par an132. Il possédait également dans la paroisse Saint-Maclou un lot de deux maisons à l’enseigne du Pot d’Etain où les époux vivaient en 1398133. Du vivant de Jean de Bayeux, le couple connaissait donc une incontestable aisance mais, après sa mort, sa veuve Agnès, qui tenait des étuves depuis 1384, commença à connaître des problèmes financiers qu’elle tenta de résoudre en se séparant d’une partie de ses biens. En juillet 1401, elle vendit à un sculpteur d’origine écossaise, Jean Toftis, une des deux maisons de sa propriété de la paroisse Saint-Maclou. Puis, quelques semaines plus tard, elle céda pour 28 livres tournois, 7 mines de blé sur les 24 qu’elle recevait de la propriété d’Auzouville-sur-Ry134. En 1406, elle vendit ce qui lui restait de sa maison de la paroisse Saint-Maclou, ne conservant qu’une cuisine qui se trouvait au rez-de-chaussée de la partie arrière de la maison, c’est-à-dire celle qui ne donnait pas sur la rue, l’étage supérieur étant désormais la propriété de l’acheteur. La vente se fit pour seulement 22 livres et demie, mais l’acheteur s’engageait à payer les 106 sous de rentes diverses qui pesaient sur la maison. En octobre de la même année, Agnès de Bayeux vendit enfin le jardin de cette propriété135.

  • 136 Le preneur racheta immédiatement 20 sous et versa 10 livres à Pierre de Bayeux (AD Seine-Maritime, (...)

65Guillaume de Bayeux, qui n’avait pas d’autre charge que celle de maître des œuvres du roi, laissa une fortune plus limitée lorsqu’il mourut vers octobre 1425. Son fils et unique héritier, Pierre de Bayeux, préféra bailler à rente à Jean de Mineray, un très riche bourgeois rouennais, les deux maisons que possédait son père dans la paroisse Saint-Maclou, pour 330 sous par an, mais il n’en reçut que 100 parce que ses biens étaient grevés de 230 sous d’autres rentes dues à diverses personnes. Les biens laissés par Guillaume de Bayeux étaient malgré tout estimés à environ 170 livres136.

  • 137 AD Seine-Maritime, 2E 1/168, fol. 499v, 20 décembre 1420.
  • 138 Enquête de juin 1428. La rente était de 9 livres 16 sous, mais pesait en fait sur trois maisons, do (...)

66En 1420, Jacques de Sotteville, maître des œuvres de charpenterie du roi à Rouen, prit à rente à héritage de l’écuyer Jacques d’Orléans une « maison ediffice chellier et le fons de la terre » dans la paroisse Saint-Lô pour 9 livres de rente par an137. Dix ans plus tard, devenu également maître des œuvres de la ville, il possédait aussi, une maison près de la halle au blé, à proximité de la Seine, où pendait l’enseigne de l’« ymage Nostre Dame » et pour laquelle il payait une rente modérée à la ville138.

  • 139 Jean Pontif fils n’avait que des filles, au nombre de cinq. Deux d’entre elles qui n’étaient pas ma (...)

67Les maîtres des œuvres possédaient donc une situation financière assez enviable et le phénomène se vérifie tout au long du siècle. Guillaume Pontif, maître de œuvres de la cathédrale, racheta une partie des biens – qui peuvent être estimés à environ 300 livres –que possédait son frère Jean, de son vivant maître des œuvres de maçonnerie du roi139.

  • 140 AM Rouen, XX 2, fol. 19v.

68Quand ils ne possédaient apparemment pas de biens personnels, les maîtres des œuvres avaient également les moyens, grâce à la régularité de leurs revenus, de prendre à bail des propriétés de valeur. Cette régularité leur permettait aussi de faire des placements. Jean Laurens, le charpentier de la ville et du roi, était ainsi, en 1458, fermier du Clos de la Ville, c’est-à-dire de l’octroi qui pesait sur les marchandises entrant par les différentes portes en dehors de celles des quais140.

  • 141 AD Seine-Maritime, 2E 1/260, 15 octobre 1536.

69Dans les premières décennies du XVIe siècle, les maîtres des œuvres eurent peut-être une situation financière moins brillante, mais ils étaient loin de vivre dans la médiocrité. Si Rouland le Roux, malgré la multiplicité de ses tâches, semble avoir été moins bien pourvu que ses prédécesseurs, puisqu’il dut s’entendre avec un autre maçon, Robert le Grant, pour prendre à bail emphytéotique une maison avec cour et jardin, située dans la paroisse Saint Sauveur et appartenant aux Jacobins de Rouen, il n’en demeure pas moins que sa veuve vendit, en 1536, sa part au propriétaire d’une parcelle contiguë, pour 100 livres, ce qui n’était pas négligeable, puisque cela signifie que le terrain valait une cinquantaine de livres141.

  • 142 in necessitate et indigentia constitutus (AD Seine-Maritime, G 2146, fol. 149). Il ne faut toutefoi (...)
  • 143 Les difficultés de femmes d’artisans devenues veuves ont été également mises en évidence en Allemag (...)

70Tout au long de la période qui nous intéresse, les maçons comme les charpentiers, maîtres des œuvres des diverses administrations, ne connurent pas vraiment de difficultés financières tant qu’ils avaient la capacité de travailler. Mais il pouvait arriver que des mauvais placements, des marchés acceptés pour des montants trop bas provoquassent leur ruine. Cela fut peut-être le cas pour Jacques le Roux qui, selon une délibération capitulaire, connaissait en 1499 une réelle indigence142, mais le cas semble unique. Par contre, les difficultés s’accumulaient, en particulier pour les veuves, dès que les revenus réguliers se réduisaient ou venaient à disparaître. En effet, pour lancer les travaux dont ils étaient adjudicataires, les maçons-entrepreneurs devaient souvent emprunter en vendant des rentes. Tant qu’ils touchaient leurs pensions, qu’ils se lançaient dans des entreprises plus ou moins rentables, qu’ils étaient payés de leurs journées, ils pouvaient en payer les termes et, éventuellement les racheter, mais après leur mort, la situation de leurs héritiers se gâtait progressivement et il ne fallut que huit ans pour qu’Agnès, « deguerpie de feu Maistre Jean de Bayeux », en fut réduite à vivre dans une cuisine au fond d’une maison, sous l’habitation du nouveau propriétaire143.

Des serviteurs du roi

  • 144 BNF, ms fr. 26064, no 3474.
  • 145 BNF, ms. fr. 26070, no 4733. De même, en février 1408, les conseillers de la ville de Rouen firent (...)

71Il faut, pour finir, se demander comment les maîtres des œuvres du roi étaient traités par leur employeur. Dans tous les cas, ils agissaient rarement seuls. Il y avait le plus souvent à leurs côtés les officiers du roi qui étaient, en quelque sorte, les garants de leur honnêteté et de leur efficacité. Ceux-ci se comportaient donc à leur égard comme des maîtres qui commandaient et vérifiaient l’exécution de ce qu’ils avaient demandé. Ainsi, une fois que les matériaux étaient achetés et mis en garnison sur le chantier ou à proximité, les maîtres des œuvres en étaient comptables et devaient en justifier l’utilisation. Les comptes détaillent par conséquent la manière dont avaient été utilisées certaines quantités de pierre ou de plâtre et expliquent les disparitions éventuelles. En 1438, Alexandre de Berneval et Jean Wyllemer, maîtres des œuvres du roi à Rouen, durent certifier, en présence de plusieurs autres ouvriers-jurés de maçonnerie et charpenterie, qu’« à l’occasion de l’yver avoit esté pery une certaine quantité de pierres destinées aux reparacions du chasteau, qui par led. yver avoient esté demoliz, rompus et cassez tellement qu’en ne les povoient plus utiliser »144. En février 1443, quand le capitaine de Rouen ordonna à Jean Wyllemer, maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Rouen, de réparer les « trestes » du pont dormant du château de la ville, le mandement qui lui fut adressé, insistait sur la nécessité de faire vite, et Wyllemer dut engager un charpentier sans respecter les procédures habituelles car, comme il l’écrivait, « se la dicte reparacion ne fust tantost et hastivement reparée ce serait à mes dangiers, laquelle chose je n’ay voulu attendre »145.

  • 146 Toutefois, son sort fut moins rude que celui de Jenson Salvart, qui n’était pas maître des œuvres d (...)

72Plus éclairante encore est l’attitude des Anglais à l’égard des maîtres des œuvres de Rouen. En 1427, les représentants du souverain anglais n’eurent aucune hésitation lorsqu’ils eurent l’impression que Jenson Salvart et Alexandre de Berneval étaient impliqués dans la conjuration de Ricart Mittes, qui s’était pourtant déroulée sans succès quatre ans auparavant. Les deux hommes se retrouvèrent en prison et, selon la lettre de rémission qui le libéra, Alexandre de Berneval fut traité comme n’importe quel autre prisonnier puisqu’il était dans sa prison « en grant povreté et misère, [...] avec une grosse bosse en une jambe et si malade de fièvre qu’il estoit en dangier de briefment finer ses jours esdictes prisons »146.

  • 147 Dans Les bâtisseurs de cathédrales gothiques, op. cit. n. 18, p. 12.
  • 148 C’est aussi l’opinion de R. Favreau, op. cit. n. 1, p. 1366, qui décrit le maître des œuvres avant (...)

73S’il y eut bien une période, au lendemain de la reconquête de la Normandie par Charles VII, pendant laquelle les employeurs durent être attentifs à ne pas heurter leurs maîtres des œuvres, la fin du siècle marquée par la reprise démographique et la croissance quantitative et qualitative de la main-d’œuvre, vit une réaction des employeurs qui rétablirent un rapport de force qui leur était plus favorable. Bien sûr, cela ne signifie pas que les maîtres des œuvres furent désormais traités comme quantités négligeables. On continua à leur demander leur avis, à respecter leurs compétences professionnelles, mais on insista davantage sur les devoirs de leur charge. Les avantages matériels dont ils bénéficiaient auparavant se réduisirent et l’essentiel de leurs revenus provint de leurs journées et, éventuellement, de leurs devis et de leurs plans. Les maîtres des œuvres n’étaient plus les personnages tout puissants –si tant est qu’ils l’aient jamais été – qui nous sont décrits par les historiens de la construction des cathédrales. Ils étaient avant tout des salariés. Placés, selon l’expression de Jacques Le Goff à propos des maîtres des œuvres des cathédrales, « entre l’humilité de l’artisan et le mythe du technicien magique »147, les maîtres des œuvres du roi n’étaient pas vraiment, eux non plus, des architectes148. Ils étaient d’abord et avant tout des spécialistes de la construction aux activités multiples, parmi lesquelles le service du roi n’était qu’un élément plus ou moins important qui consistait, comme lorsqu’ils étaient au service d’autres employeurs, à entretenir et à améliorer les bâtiments dont ils étaient responsables. On ne leur demandait pas souvent de créer des bâtiments somptueux, mais avant tout de maintenir en bon état les édifices d’une portion d’un domaine désormais considéré comme inaliénable.

Annexes

Annexe 1. Les maîtres des œuvres du roi1

Bailliage de Rouen

Maçonnerie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Martin du Val

1374 (BN MF 26012 no 1475)

?

Pierre de Dînant

1376 (AN KK 1338 no 29)

?

Pierre Trienguel (19494)

1378 (BN NAF 9189 no 16)

?

Pierre de Carcuit (19494bis)

1382 (BN MF 26019 no 388)

1396 (AMR Tiroir 11)

Jean aux Tabours (19495)

13972 (BN MF 26029 no 2735)

1407 (BCASI, T.9, p.344)

Guillaume de Bayeux (19496)

1407 (BN MF 26035 no 3932)

1416 (BN MF 26041 no 5096)

Alexandre de Berneval (19497)

1424 (BN MF 26047 no 202)

1439 (BN MF 26066 no 3898)

Simon le Noir (19498)

1441 (BN MF 26068 no 4230)

1455 (AMR p105 no 54)

Richard des Bus (19499)

1451 (BN MF 26080 no 6323)

1464 (BN MF 26089 no 320)

Thierry du Pont (19500)

1466 (BN MF 26090 no 459)

?

Jean Pontif (19502)

1466 (AN KK 1338 no 126)

1483 (BN MF 26096 no 1536)

Guillaume Bacheler (19501)

1472 (BN MF 26094 no 1128)

?

Michel le Signerre

1482 (ADSM 2E1/208 24 févr.)

?

Jean le Boucher (19503)

1485 (AMR Tiroir 166)

1497 (AMR Tiroir 22)

Jean le Conte (19504)

1494 (AMR Tiroir 53)

1496 (AMR Tiroir 165)

Pierre d’Autan (19505)

1502 (BN MF 26108 no 393)

1504 (BN MF 26109 no 545)

Michel le Signerre

1510 (AMR Tiroir 78)

?

Pierre de l’Orme

1514 (ADSM G95 fol. 35)

1521 (BN MF 26118 no 593)

Jean le Roux

1521 (BN MF 26117 no 544)

1542 (AMR Tiroir 165)

Charpenterie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Guillaume Millet (19483)

1352 (BN MF 25999 no 145)

1352 (BNMF25999 no 163)

Jean du Seillot

1368 (BN MF 26008 no 484)

1378 (AN KK 1338 n° 29)

Guillaume du Fresnay (19484)

1381 (BN MF 26018 no 271)

1407 (BN MF 26035 no 3902)

Jean de Sotteville

1410 (BN MF 26037 no 4318)

 ?

Robert Patin (19485)

1411 (BN MF 26037 no 4432)

1417 (BNMF26041 no 5159)

Jacques de Sotteville (19486)

1420 (AMR Tiroir 164)

1438 (BN NAF 3654 no 355)

Jean Wyllemer (19487)

1438 (BN MF 26064 no 3474)

1445 (BN MF 26074 no 5357)

Lubin le Marié

14483 (BN MF 26077 no 5919)

1449 (BN MF 26078 no 6105)

Etienne le Marié (19488)

1451 (BN MF 26080 no 6399)

1462 (BN MF 26088 no 51)

Thierry du Pont (19500)

1466 (BNMF 26090 no 460)

 ?

Jean Laurens (19489)

1466 (BN MF 26090 no 459)

1485 (AMR Tiroir 186)

Nicolle le Franchoys (19490)

1469 (AMR Tiroir 186)

 ?

Jean du Mouchel (19491)

1486 (AMR Tiroir 165)

1516 (BN MF 26114 no 121)

Robert Becquet

1521 (BN MF 26117 no 544)

1542 (AMR Tiroir 165)

Bailliage de Gisors

Maçonnerie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Pierres Traynel (13215)

1368 (BN MF 26010 no 1094)

1378 (BN MF 26014 no 2161)

Pierres Sadet (13216)

 ?

1380 (Delisle4 no 1953)

Jean de Bayeux (13217)

1380 (Delisle4, no 1953)

1398 (ADSM G2119 fol. 83v)

Robert Coquin (13218)

1398 (BN MF 26029 no 2735)

1409 (BN MF 26037 no 4248

Pierre de Touronde

1418 (AN PP110 p. 116)

 ?

Thomas Matthieu

1421 (ADSM 2E1/169, fol. 38)

 ?

Thomas Vuiguier

1424 (BN MF 26046 no 188)

 ?

Guillaume Roussel (Commis)

1467 (BN MF 26094 no 789)

1479 (BN MF26097 no 1774)

Robin le Roux

1499 (BN MF 26206 no 69)

 ?

Pierre Hardereu

1538 (BN MF 26126 no 1899)

 ?

Charpenterie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Jean Villequin (13205)

1352 (BN MF 26000 no 198)

1354 (BN MF 26000 no 290)

Pierre le Fèvre (13206)

1369 (BN MF 26008 no 779)

1380 (BN MF 26017 no 10)

Guillaume du Fresnay (19484)

1381 (BN MF 26018 no 271)

 ?

Pierre le Fèvre (le Jeune)

1383 (BN MF 26019 no 455)

1386 (BSHN, T.V, p. 345)

Simon leFèvre (13207)

1396 (BN MF 26028 no 2377)

1416 (BN MF 26041 no 5125)

Jean de la Rivière (13208)

PRO 6-64 11)

1433 (AN KK 1338 no 87)

Jean Roussel (13209)

1453 (BN MF 26081 no 6530)

1455 (BN MF 26082 no 6817)

Pierre le Roux (13210)

1459 (BN MF 26086 no 3739)

 ?

Jean Hermel (13211)

1488 (BN MF 26100 no 348)

1499 (BN MF 26106 no 69)

Etienne Bernard (13212)

1507 (BN MF 26110 no 9)

 ?

Pierre Bernard (13213)

1509 (BN MF 26110 no 777)

 ?

Pierre Harderen

1538 (BN MF 26126 no 899)

 ?

Vicomté du Pont-de-l’Arche

Maçonnerie et charpenterie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Clément Yver

1373 (BN MF 26011 no 1387)

 ?

Pierre Taverne (19509)

1377 (BN MF 26014 no 2146)

1378 (BN NAF 9189 no 16)

Simon le Franchoys (19510)

1400 (B N MF 26031 no 3190)

1415 (BN MF 26040 no 4996)

Jacques de Sotteville

1422 (B N MF 26044 no 5748)

1437 (BSHN, T.IV, p. 206)

Jean le Fournierre

1466 (B N MF 26090 no 460)

 ?

Jean Hermel

1488 (BN MF 26100 no 398)

1516 (BN MF 26112 no 1052)

Jacques le Fournierre

1520 (BN MF 26117 no 459)

 ?

Bailliage de Caux

Maçonnerie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Regnault Basnon (6242)

1402 (BN MF 26032 no 3400)

7

Guillaume Moignet (6244)

1408 (AMR A5, fol 171)

1414 (BN MF 26041 no 4855)

Guillaume de Bernay (6248)

1457 (B N PO 2948 no 16)

1497 (AMR Tiroir 164)

Pierre Fain (6250)

1512 (BN MF 26112 no 1053)

7

Jean Gauvain

1518 (BN MF 25116 no 306)

1518 (Merval)5

Charles d’Imbleval

7

1524 (AN KK 1338 no 159)

Michel Ferey

1532 (BN MF 25123 no 1369)

1537 (BN MF 26126 no 1831)

Charpenterie

Nom

Année de la première mention

Année de la dernière mention

Jean du Bosc-Hélin

1401 (AN KK 1338 no 53)

1402 (BN MF 26032 no 3413)

Martin Enguannet (6243)

1403 (BN MF 26032 no 3453)

1411 (BN MF 26038 no 4451)

Pierre de Montegny

1414 (BN MF 26040 no 4857)

 ?

Jean Durdan

1421 (AN KK 1338 n" 75)

7

Jean le Vasseur

1422 (B N MF 26044 no 5751)

1426 (BN MF 26049 no 657)

Richard de Valois

1436 (BN MF 26061 no 2916)

7

Pierre de Valois (6246)

1431 (BN MF 26055 no 1662)

1443 (BN MF 26071 no 4858)

Philippe des Marais (6247)

1457 (BN PO 2948 no 16)

7

Guillaume le Vuiveur (6249)

1468 (BN MF 26091 no 724)

1488 (AN KK 1338 no 141)

Vicomté d’Arques

Maçonnerie

Nom

Date de la première mention

Jean de Louvessaines

1364 (BN MF 26006 no 71)

Jean Damont

1377 (BN MF 26013 no 1917)

Jehan Vaspail

1391 (BN MF 26025 no 1670)

Etienne le Marié

1455 (ADSM 2E36/5 fol. 77v)

Laurent Tournel

1522 (B N MF 26118 no 688)

Charpenterie

Nom

Date de la première mention

Jean de l’Eaue

1364 (BN MF 26006 no 74)

Jean du Boschélin

1391 (BN MF 26013 no 1917)

Jean Burtdent

1421 (Brecquigny no 1305)

Maître Fleury

1457 (ADSM 2E36/5 fol. 215)

Annexe 2. Pièces justificatives

États des déplacements des maîtres des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen à la fin du XVe siècle (BNF, ms. fr. 26029 no 2735 et no 2741)

- I -

Despence faicte par moy Jehan aux Tabours, maistre des œuvres de machonnerie et plastrerie du Roy nostre sire ou bailliage de Rouen pour le fait et à cause des reparacions qui ont esté faictes es chastiaux, manoirs et maisons du Roy nostre sire estans en la viconté de Rouen et pour veoir et visiter les œuvres qui y estoient necessaires à faire des dis mestiers depuis le 6e jour de janvier 1396 que je fus institué oud. office par monseigneur le bailli de Rouen jusques au jour d’huy premier jour de juin 1398.

Premièrement.

Pour un voyage par moy fait aux carrieres du Val des Leus environ la my karesme 1396 que je choisi et achetay certaine quantité de pierre et de parpains pour refaire et refourmer le tallu dez murs du chastel de Rouen entre la tour du coing d’endroit la maison ou demeure l’artilleur dud. chastel et pour soller de machonnerie de pierre de taille parpaine la solle du grant costé qui lors fu fait neuf de carpenterie es prisons dud. chastel. Ouquel voyage je vaquay 2 jours à 6 sous pour jour. Valent 12 s. t. Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à Moulineaux en la compaignie de monseigneur Guy Crestien trésorier de France et de Jehan Auber viconte de Rouen pour veoir et visiter les œuvres qui estoient à fere au dit chastel de Moulineaux et fu ou moys de may oudit an 397. Ouquel voyage je vaquay 1 jour. Pour ce, pour moy et mon cheval 6 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen au dit lieu de Moulineaux pour faire mettre en escript les œuvres des reparacions qui estoient necessaires à faire ou chastel du dit lieu par le commandement dez diz monseigneur le tresorier et viconte et icelles avoir baillées par escript aud. viconte et fu ou moys de juin 97. Ouquel voyage je demouray tant alant, seioumant que retournant par 2 jours ; pour chacun jour 6 s.t., pour moy et mon cheval. Pour les diz 2 jours 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la garenne de Cléon pour veoir et visiter les ouvraiges qui estoient à faire desdiz mestiers en la muette ou demoure le garennier de ladicte garenne. Ouquel voyage je demouray 1 jour. Pour ce, pour moy et mon cheval 6 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen es mons d’Yville en la compaignie de maistre Guillaume du Fresnay maistre des œuvres de carpenterie du Roy nostre sire en la viconté de Rouen pour prendre et arrester certaine quantité de tieulle pour fere les reparacions qui estoient à fere ou chastel de Rouen et es manoirs et hostelx de nostre dit seigneur estans en la dicte viconté affin de l’avoir plus prestement et à meilleur marchié. Ouquel voyage je vaquay tant alant, seioumant que retournant par 2 jours au pris de 6s.t. pour jour, valent 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la muette de la garenne de Cléon le 25e jour de mars 1397 pour veoir et scavoir se les œuvres de machonnerie et plastrerie qui y avoient esté faictes par Jehan Guéroult dit Beauvalet, plastrier, estoient faites et parfaites deuement selon le devis sur ce fait, lesquelles œuvres je vy et visitay et les ay depuis certiffiées devant le tabellion de Rouen, où je vaquay 1 jour. Pour ce, pour moy et mon cheval 6s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à Moulineaux ouquel lieu de Moulineaux je menay plusieurs machons et plastriers ausquels je montray les œuvres qui estoient à faire dedens œuvre ou chastel du dit lieu pour les mettre à pris et alouer à fere, c’est assavoir fere les embassements des solles des maisons qui y ont esté faites nouvellement et autres ouvrages de machonnerie et plastrerie selon les devis sur ce faiz et parti de Rouen pour aler oudit voyage le mardi 26e jour de mars 97 et y fu et vaquay ledit jour, le mercredi et jeudi ensuivans au pris de 6s.t. pour jour. Valent les diz 3 jours 18 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen au dit lieu de Moulineaux en la compaignie de monseigneur le viconte de Rouen le samedi veille de Pasques fleuries, penultieme jour du mois de mars 97 pour monstrer au dit viconte les œuvres de machonnerie et plastrerie qui estoient à fere ou dit chastel et pour veoir et adviser place où l’en pourroit fere une fosse pour cuyre chaux au pres du dit chastel et monstrer la place aux ouvriers pour la alouer à fere, laquelle a depuis esté faite, où je vaquay le dit jour. Pour ce, pour moy et mon cheval 6 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait par le commandement de Monseigneur le viconte de Rouen au dit lieu de Moulineaux et parti de Rouen le 18e jour d’avril 98 après Pasques pour porter au verdier de la forest de la Londe un mandement du maistre des forestz pour avoir du mort boiz en la dicte forest pour cuyre un ré de caux qui estoit aloué à fere auprès du dit chastel et pour alouer à coupper, fagoter et ouvrer le dit boys, où je vaquay par 2 jours. Pour ce, pour moy et mon cheval 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait par le commandement et ordenance de Monseigneur le viconte, de Rouen jusques à Vernon, de Vernon à Blarru, de Blarru à Ville le Gas poursuir Monseigneur le viconte de Meleun souverain maistre des forestz pour avoir mandement adrechans aux maistres des forestz pour avoir du boys qu’il convenoit pour lez reparacions qui estoient à fere es chasteaux de Rouen et de Moulineaux et dont le viconte de Rouen luy avoit parlé er requis avoir la delivrance dud. boys à Rouen. Auquel lieu de Ville le Gas je ou 2 mandements adrechans aux diz maistres des forestz pour avoir le boys es forestz de Roumare et de Rouvray ; parti de Rouen le mardi matin derrain jour du moys d’avril 98 et y vaquay 5 jours à 10 s. t. pour jour pour ce que estoit hors les mettes de mon dit office valent 50s.t. Et au clerc du dit Meleun et autres clercs pour fere les diz mandements et affin de moy avancer 10s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen au dit lieu de Moulineaux en la compaignie de Monseigneur le viconte de Rouen le dymence 19e jour de may derrain passé ou je fu led. jour pour veoir et mesurer en la presence dud. viconte la fosse du ré à caux scavoir se elle estoit bien faicte et du grant qu’elle avoit esté alouée à fere et pour aidier à marchander à vuidier tous les gravous et ordures qui estoient oudit chastel de Moulineaux et d’assembler et mettre en monceaulx la pierre et les plastreaulx qui estoient oudit chastel de Moulineaux et alouer à traire et admener dedens led. chastel cent benelées de sablon. Et le lundi ensuivant par le commandement du dit viconte alay avec maistre Guillaume du Fresnay aux tieulleries des mons d’Yville où le dit maistre et moy comptasmes et feismes chargier en un batel que nous alouasmes 7 millers 2 cens fournis de tieulle et 100 festieres qui convenoient de necessité pour achever et acomplir les œuvres de couverture que l’en faisoit ou chastel de Rouen et en la rue de l’Omosne et le mardi ensuivant et le mercredi jusques à disner fu et vaquay avec Colin le Prevost qui devoit traire et mener led. sablon pour querre et savoir où l’en pourrait trouver bon sablon pour mener ou chastel de Moulineaux, lequel fu trouvé en la forest de Rouvray et le mercrdi après disner retoumay à Rouen. Ouquel temps a 4 jours qui se montent au feur de 6 s.t. pour jour 24 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen au chastel de Gaillart par le commandement et en la compaignie de Monseigneur le viconte de Rouen pour veoir et visiter lez œuvres de plommerie nagueres faites es terrasses du donjon de la tour plommée dud. chastel de Gaillart par Guillaume Costart plommier demourant à Andeli et savoir se elles estoient bien et deuement faites, lesquelles œuvres de plommerie furent visitées par maistres Robert Coquin et Simon le Fèvre, maistres des œuvres du Roy nostre sire en bailliage de Gisors et par moy en la presence dud. viconte et parti de Rouen en la compaignie dud. viconte le jeudi 18e jour d’avril derrain passé et y vaquay alant, seioumant et retournant par 3 jours au dit feur de 6 s.t. pour jour. Valent 18 s.t.

Pour plusieurs escriptures par moy faites, c’est assavoir pour avoir fait escripre et doubler en papier et après en parchemin les devis de plusieurs ouvragezs et tasches faites et advisées à faire oudit temps es diz chasteaulx et manoirs Premierement pour avoir fait et escript le devis d’une tasche de couper les arbres herbes et yerres qui estoient entour les talus et es fossés du chastel de Rouen ; laquelle tasche fu faite par Jehan de Bunnetot et comptée au terme de Pasques 97. Item pour avoir fait le devis d’une tasche de machonnerie et plastrerie faite par Raoulin Houlette et Guillaume Lespengnol es prisons du chastel de Rouen comptée au terme de Pasques.

Item avoir fait le devis d’une tasche de machonnerie faite par maistre Pierre le Cler, machon, c’est assavoir avoir refait les talus et autres machonneries du chastel de Rouen, laquelle tasche fu comptée et certiffiée aud. terme de Pasques.

Item avoir fait le devis d’un degré de piastre qui fu fait ou manoir des changes par Jehan Duel, plastrier, et comptée aud. terme.

Item avoir fait le devis de 2 cheminées de piastre ou dit chastel de Rouen et comptée au terme Saint Michel derrain passé, c’est assavoir une cheminée double en la chambre Monseigneur d’Orleans et une cheminée sengle en la chambre du chastellain dudit chastel.

Item pour avoir fait le devis d’une tasche de vuidier tous les gravois, plastreaulx, tieullieaulx, fiens et autres ordures qui estoient es chambres et tours du dit chastel, faite par Jehan de Bunnetot, ouvrier de bras, et rendu au terme Saint Michel.

Item avoir fait par 2 fois et par le commandement de Monseigneur maistre Guy Crestien, trésorier de France, et aussi du commandement de Monseigneur le viconte, le devis des œuvres de machonnerie et plastrerie qui sont à faire ou chastel de Moulineaux et pour les avoir fait doubler en parchemin et en baillé un double au cappitaine du dit chastel pour le porter devant Messeigneurs des comptes.

Pour papier, parchemin, peine de clercs à ce fere et ce present roulle, pour ce pour tout 4 livres t. (sufficiant sibi 100s.t.)

Somme 13 livres 12s. t.

- II -

Cy ensuit la despense faicte par moy, Guillaume du Fresnay, Carpentier, maistre des œuvres de carpenterie du roy nostre sire en la viconté de Rouen pour plusieurs voyages et escriptures par moy faiz pour les ouvrages du Roy nostre sire touchant mon dit office en lad. viconté

Et premierement

Pour un voyage par moy fait en la compaignie de Monseigneur le viconte de Rouen et du verdier de la forest de Roumare en la dicte forest ou moys de may l’an 1397 pour choisir boys en estant pour faire les estaux des halles du viel marché de Rouen. En laquelle forest furent par moy esleus et choisis quatre grans hestres pour faire aes pour les diz estaux et martelés du martel dont je use en mon dit office en la présence des diz viconte et verdier. Ouquel voyage je vaquay par un jour. Pour ce 6 s t.

Pour un autre voyage par moy fait en la dicte forest pour les diz quatre hestres faire syer par tronches selon les longueurs des diz estaux, iceulx alouer à syer de travers, escarrir et doler, syer au long et faire charier les aes qui en furent fais du Heu où ilz furent faiz au port de Dieppedalle où ilz furent arrimés pour les mener par Seine à Rouen. Ouquel voyage je vaquay alant, seioumant et retournant par quatre jours, 6 s. t. pour jour valent 24 s. t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à Cailli où il a quatre lieues de chemin et fu ou moys d’avril l’an 1396 avant pasques en la compaignie dudit Monseigneur le viconte pour veoir et visiter les reparacions qui estaient à faire de necessité es halles dudit lieu de Cailli appartenant la moitié au Roy nostre sire et l’autre moitié à monseigneur de la Marche et à Philippe de Calleville à cause de sa femme. Et trouvasmes ledit Monseigneur le viconte et moy que la dicte halle estait à reparer de couverture de tieulle avec les reparacions des estaulx à bouchers et marchans vendant derrées en ladicte halle. Lesquelles reparacions je fiz écrire et mettre en cedulle et mettre à pris et sur ce faire les criées en tel cas acoustumées par le sergent du lieu par trois samedis continus ou marchié dud lieu. Ouquel voyage je vaquay en la compaignie dudit Monseingneur le viconte a faire les dictes visitacions par 2 jours et si fu par trois voyages audit lieu les diz trois samedis pour faire faire les dictes criées et savoir s’il y avoit aucun rabaiz où je vaquay pour chacun voyage 3 jours qui font 8 jours au pris de 6 s. t. pour jour, valent 48 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen audit lieu de Cailli pour veoir et savoir se les dictes reparacions estaient faictes et parfaites affin de les certiffier pour les mettre en la dépense dudit monseigneur le vicomte en terme de pasques l’an 1397.

Lesquelles reparacions je trouvay faictes et parfaictes et les ay certiffïées et fu ou moys de juillet ou dit an 1397. Ouquel voyage je vaquay, alant, seioumant et retournant par 2 jours. 6s. t. pour jour, valent 12 s t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à Moulineaux en la compaignie de Monseigneur maistre Guy Crestien trésorier de France et de Jehan Auber viconte de Rouen pour veoir et visiter les réparations qui y estoient à faire de necessité des mestiers de charpenterie et de couverture de tieulle. Lesquelles visitations furent veues et visitées par moy en leur presence et les fiz mettre par escript et puis grosser et les baillay en escript audit Monseigneur le tresorier. Ouquel voyage je vaquay tant à visiter les dictes reparcions que pour les faire escripre par 2 jours. 6 s. pour jour valent 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen aux tuilleries des mons d’iville sur Seine où il a 7 lieues par le commandement de Monseigneur le viconte en la compaignie de maistre Jehan aux Tabours maistre des œuvres de machonnerie du Roy nostre sire ou bailliage de Rouen et de Jehan Parent soussergent de Couronne qui, par lettres dud. viconte, y estait commis pour prendre et mettre en la main du Roy nostre sire tout la tieulle qui lors estait esdictes tieulleries jusques à ce que par moy en fussent prins et choisis 40 milliers qui faloit pour les reparacions qui estoient à faire ou chastel de Rouen, ou manoir des changes et es autres manoirs et hostelx du Roy nostre sire en ladicte viconté. Lesquelles tieulleries furent lors arrestées par le soussergent maiz lad tieulle ne peut estre chargée pour ce qu’il n’y en avoit guères de cuyte et en avoit grant quantité es fours. Et parti de Rouen le lie jour de septembre l’an 1397. Ouquel voyage je vaquay alant, seioumant et retournant par 2 jours audit pris de 6s. t. pour jour valent 12 s. t.

Pour un autre voyage par moy fait aux dictes tieulleries en la compaignie de Jehan Tourbot, sergent de Couronne pour choisir, eslire et compter lez diz 40 milliers de tieulle et prendre dez bateaux pour la admener à Rouen et icelle tieulle avoir fait chargier es diz bateaux. Et parti de Rouen pour y aler le mardi 18 jour du moys de septembre l’an 1397. Et y fu et vaquay les mardi, mercredi, jeudi et vendredi ensuivant pour la choisir, compter et chargier es diz bateaux et le samedi ensuivant retournay à Rouen. Ouquel temps a 5 jours qui valent au dit pris de 6s. t. pour jour 30 s.t. Pour ce 30 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la muette de Cléon par le commandement et en la compaignie de Monseigneur maistre Guy Crestien tresorier de France et par le commandement et en la compaignie du vicomte de Rouen pour veoir et adviser et mettre par escript les reparacions qui estoient à faire en la dicte muette tant des mestiers de carpenterie, machonnerie, platrerie et couverture de tieulle, le devis des dictes réparations fu lors fait et escript et furent mises à pris par Symon le Franchoys à 100 livres et depuis rabaissé et demouré à Jehan Guéroult dit Beauvarlet plastrier par le pris de 80 livres. Et parti de Rouen le lundi des feriés de penthecoustes an 397 et y vaquay ledit jour et landemain qui font 2 jours au feur de 6s.t. pour jour jour, valent 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait es forests de Rouveray et la Londe à l’entrée du moys d’aoust ou dit an 97 c’est assavoir en la forest de Rouvray pour marteller et livrer au dit plastrier du mort bois qui estait ordené à prendre en la dicte forest pour cuyre le piastre qui convenoit à plastrer la dicte muette et en la dicte forest de la Londe pour marteler et livrer au dit Beauvalet le bois de quesne qui convenoit pour les reparacions de carpenterie d’icelle muette. Ouquel voyage je fu et vaquay pour ce faire choisir et eslire le dit boys par 3 jours aud. feur de 6s. t. pour jour, valent

18 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la dicte muette par le commandement et en la presence de monseigneur le viconte et de maistre Jehan aux Tabours maistre des œuvres de machonnerie du Roy nostre sire ou bailliage de Rouen en moys de septembre oud. an 97 pour veoir et savoir comme les ouvriers y besongnoient où je vaquay par 2 jours audit feur de 5s.t. pour jour, valent 12 s.t.

Pour un voyage par moy fait de Rouen à la dicte muette par le commandement du viconte ou moys de novembre 97 pour veoir si elle estoit faicte, et pour prendre garde qu’elle estoit bien faicte selon le devis sur ce fait. Laquelle n’estoit pas lors encore parfaicte. Ouquel voyage je vaquay par 2 jours aud. feur de 6s.t. pour jour, valent 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la dicte muette en la compaignie du viconte ou moys de mars oud. an 97 pour veoir et adviser se les dictes reparacions estoient bien faictes. Lesquelles je trouvay bien faictes selon le devis et et depuis l’ay certiffié avec Jehan aux Tabours, maistre des œuvres de machonnerie du Roy nostre sire ou bailliage de Rouen. Ouquel voyage je vaquay par 1 jour audit feur, vault 6 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait en la compaignie dud. vicomte et dud. maistre Jehan aux Tabours de Rouen audit lieu de Moulineaux pour adviser et choisir des quesnes ordenés à prendre en la forest de la Londe pour faire 14 milliers de late et 60 milliers d’essende qui convenoient pour les reparacions des couvertures dudit chastel et dudit lieu de Moulineaux aux tieulleries des mons d’Yville avec le dit aux Tabours où nous comptasmes et feismes chargier en 1 batel que nous alouasmes 7 milliers et 2 cens fournis de tieulle et 100 festières qui convenoient de nécessité pour achever et acomplir les œuvres de couverture que l’en faisoit ou chastel de Rouen et en la rue de l’Omosne. Et parti de Rouen le dymence 19e jour de may 98 et y retournay le mercredi ensuivant ouquel temps font 4 jours qui valent au feur de 6s.t. pour jour 24 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen audit lieu de Moulineaux le dymence 9e jour de juin oudit an 98 par le commandement dudit viconte pour recevoir les rabés et passer les enchières des tasches de machonnerie et carpenterie dudit chastel qui devoient passer le dit jour au dit lieu et lesquelles furent passées et demourées aux derrains rabesseurs. Ouquel voyage je vaquay par 2 jours qui valent aud. pris de 6 s.t. par jour 12s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la forest de la Londe en la compaignie du lieutenant du verdier de ladicte forest le vendredi 4e jour de juin oud. an 98 pour choisir et marteller 60 quesnes ou environ qui estoient ordenés à prendre en la dicte forest pour parfaire les reparacions dud. chastel de Moulineaux. Ouquel voyage je vaquay par 2 jours qui valent aud. pris de 6s.t. pour jour 12 s.t.

Pour un autre voyage par moy fait de Rouen à la forest de Roumare en la compaignie du verdier de la dicte forest le lundi 6e jour de may oud. an 98 pour choisir et marteller le boys qui convenoit pour réparer le pont leveiz de derrière la grosse tour du chastel de Rouen, faire la quarreure de la queminée de la grant cuisine et 1 jou en la grant salle dud. chastel où je vaquay led. jour. Pour ce 6 s.t. Pour un autre voyage de Rouen à la dicte forest en compaignie dudit verdier le samedi premier juing oud. an 98 pour choisir et marteller 8 grans quesnes pour faire late et essende pour faire les reparacions du chastel de Rouen et de la rue de l’Omosne où je vaquay un jour 1 jour. Pour ce 6 s.t.

Pour avoir fait escripre et minuer les diz ouvrages et réparacions c’est assavoir le devys des estaux des halles du viel marché à Rouen, le devys des reparacions des halles de Cailli, les devys des reparations des chasteaux de Rouen et de Moulineaux, de la muette de la garenne de Cléon et de la rue de l’Omosne. Et iceulx avoir fait doubler en parchemin et baillé aud. viconte. Pour papier, parchemin, pour avoir faicte ceste escripre et pour paine de clerc. Pour tout 60 s.t.

Somme 16 livres 4s.t.

Notes

1 La bibliographie est vaste. On trouve certains éléments dans des ouvrages plus généraux comme G. Fagniez, Études sur l’industrie et la classe industrielle à Paris aux XIIIe et XIVe siècles, Paris 1877, p. 191-200. La question a beaucoup intéressé les historiens anglais. Par exemple W.J. Williams, « The King’s Master Mason ». Ars quatuor Coronatorum, 43 (1932), p. 75-135 : J. Harvey, « The Medieval Office of the Works », Journal of the British Archeological Association, 6 (1941), p. 20-47 ; Id., « The education of the Mediaeval Architects », Journal of the RIBA, 3rd s., 52 (1945) ; Id., « The King’s Chief Carpenters », Journal of the British Archeological Association, 11 (1948), p. 13-43 ; Id., The Medieval Architect, Londres, 1972 ; L.R. Shelby, « The Role of the Master Mason in Mediaeval English Building », Speculum, 39/3 (1964), p. 387-403. Il existe aussi, pour la France, de nombreuses études locales : Marcel Canat de Chizy, « Notice sur les maîtres des œuvres des ducs de Bourgogne », Bulletin monumental, 21 (1855), p. 7-55, continué par Noël Canat de Chizy, « Étude sur le service des travaux publics et spécialement sur la charge de maître des œuvres en Bourgogne sous les ducs de la race des Valois (1363-1477) », Bulletin monumental, 63 (1898), p. 245-272 ; M.-A. Prud’homme, « Les fonctions du maître des œuvres en Dauphiné au XVe siècle ». Bulletin monumental, 56 (1890), p. 240-242 ; H. Stein, « Jean Poncelet, architecte du duc de Bourbon et de la chapelle neuve de Souvigny », Bulletin monumental, 79 (1920), p. 85-99 ; Id., « Un maître d’œuvre au XVe siècle : Jean Poncelet », Bulletin monumental, 86 (1927), p. 123-127 ; Id., « Les maîtres des œuvres de la ville de Paris au XVe siècle », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 49 (1927), p. 18-30 ; R. Favreau, « Les maîtres des œuvres du roi en Poitou au XVe siècle », dans Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, 1966, p. 1359-1366 ; R. Oursel, « Maîtres d’œuvres et architectes en Savoie au Moyen Âge », Monuments historiques de France, t.6, 1970, p.78-88 ; H. Gilles, « Les maîtres des œuvres de la sénéchaussée de Toulouse au Moyen Âge », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, 42 (1972), p. 41-62 ; J.-Y. Ribault, « Chantiers et maîtres d’œuvre à Bourges durant la première moitié du XVe siècle. De la Sainte-Chapelle au palais Jacques Coeur », dans 93e Congrès national des Sociétés savantes, section archéologie, Paris, 1970, p. 387-410 ; A. Erlande-Brandebourg, « Raymond du Temple, architecte du XIVe siècle » dans Documents Archéologia, 3 (1973), p. 89-95 ; P. Henwood, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois Charles V et Charles VI », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 105 (1978), p. 55-74 ; J. Mesqui et C. Ribera-Perville, « Les châteaux de Louis d’Orléans et leurs architectes (1391-1407) », Bulletin monumental, 138 (1980), p. 293-345 ; F. Robin, « Les chantiers des princes angevins (1370-1480) : direction, maîtrise, main-d’œuvre », Bulletin monumental, 141 (1983), p. 21-65 ; B. Leroy, « Les grands chantiers publics en Navarre sous la dynastie d’Évreux (1328-1430) », Cahiers de la Méditerranée, 31 (1985), p. 55-71 ; A. Prache, « Un maître-maçon du XVe siècle : Florent Bleuet », Gazette des Beaux-Arts, 111 (1988), p. 21-26 ; P.-Y. Le Pogam, Les œuvres royaux à l’époque de Charles VII, d’après les documents de la Chambre des Comptes, thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe, dactyl. [résumé dans École nationale des Chartes. Position des thèses, Paris, 1989, p 131-137] ; M. Grandjean, « Les architectes “genevois” hors des frontières suisses à la fin de l’époque gothique », Nos monuments d’art et d’histoire, 43 (1992), p. 85-109 ; P. Plagnieux, « Robert de Hélébuteme, un charpentier devenu maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Paris et général maître des œuvres de Jean sans Peur, duc de Bourgogne », Bulletin de la Société des antiquaires de France, 1994, p. 153-164 ; A. Girard, « Biaise Lécuyer, “Maistre des ouvraiges” de la cathédrale de Carpentras et de la collégiale de Pont-Saint-Esprit au XVe siècle : profil d’une carrière », dans Autour des maîtres d’œuvre de la cathédrale de Narbonne, Narbonne 1995, p. 95-104 ; A. Prache, « Les architectes du XVe siècle en France et le gothique flamboyant », Dossiers d’archéologie, Les bâtisseurs du Moyen Âge, 219 (1996-1997), p. 40-46 ; Y. Bottineau-Fuchs, « Maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre en Haute-Normandie à la fin du Moyen Âge, dans L’architecture normande au Moyen Âge, 1, Regards sur l’art de bâtir, M. Baylé dir., Caen, 1997, p. 315-336 ; I. Chave, « Guillaume Milles dit le Tailleur, maître des œuvres du roi en la vicomté d’Alençon, actif de 1431 à 1447 », dans Autour du château médiéval, B. Fajal dir., Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1998 (Mémoires et Documents, 1), p. 87-130. On trouvera aussi un exposé plus détaillé sur l’ensemble des maîtres des œuvres de Haute-Normandie dans P. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècle) : Les matériaux et les hommes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 327-417.

2 Op. cit. n. 1, p. 247. C’est aussi la position de H. Gilles (op. cit. n. 1, p. 43) qui, négligeant un peu leurs activités professionnelles sur les chantiers, voit en eux des juges, des experts et des administrateurs. De même, P. Henwood (op. cit. n. 1, p. 55) décrit l’« activité incessante » de Raymond du Temple. Les exemples qu’il donne à propos de son activité de maître des œuvres de la cathédrale de Paris correspondent à ce qu’on va décrire ici.

3 Op. cit. n. 1, p. 388.

4 La maîtrise de l’œuvre à Notre-Dame de Chartres, la fabrique, les ouvriers et les travaux au XVe siècle, Extrait des Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loire, t. 15, Chartres, 1921, p. 35. Rappelons qu’il est question ici de maîtres des œuvres. Le terme maître d’œuvre généralement employé par les historiens ne se rencontre pas dans les documents que j’ai consultés. On désigne par le terme de maître de l’Œuvre le chanoine responsable de la fabrique de la cathédrale de Rouen, qu’on appelle plutôt receveur. Le terme désignant ce qu’on appelle aujourd’hui un maître d’œuvre est celui de maître de l’œuvre de quelque chose. Ainsi dans les années 1460, Philippot Viart était qualifié de « maistre de l’œuvre des chaeres » puisqu’il dirigeait l’important chantier des stalles dans la cathédrale de Rouen.

5 La fonction de maître des œuvres du roi dut naître dans la deuxième moitié du XIIIe siècle (voir I. Chave, op. cit. n. 1, p. 87-88). En juin 1320, Philippe le Long supprima les pensions et gages d’un grand nombre de maîtres des œuvres, n’en laissant subsister que quelques-uns entre lesquels il établit ou maintint la distinction entre maître des œuvres de charpenterie et de maçonnerie.

6 La situation était un peu différente à la cathédrale de Rouen où, jusqu’au milieu du XVe siècle, le maçon reçut une pension plus élevée que celle du charpentier. Les deux hommes eurent ensuite une pension d’un même montant pendant une quarantaine d’années puis la pension du charpentier disparut.

7 En 1398, Jean Aux Tabours et Guillaume du Fresnay, maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie pour le roi dans le bailliage de Rouen, se chargèrent ensemble de l’approvisionnement en matériaux pour les réparations du château de Rouen (BNF, ms. fr. 26029. no 2735 et 2741). Voir textes en annexe.

8 BNF, ms. fr. 26018, no 271.

9 Jean le Fournierre est commis dans la vicomté du Pont-de-l’Arche, sous Thierry Dupont, canonnier et maître des œuvres de charpenterie du roi (BNF, ms. fr. 26090, no 460, 3 février 1466). Jean Laurens est, lui. substitut à Rouen du même Thierry Dupont (ibid., no 464, 26 février 1466 et AN, KK 1338, no 124, 2 février 1464).

10 BNF, ms. fr. 26094, no 1128.

11 BNF, ms. fr. 26096, no 1536.

12 L’ordonnance royale du 12 août 1445 précisait d’ailleurs que c’était aux conseillers et trésoriers de France de « veoir et visiter noz places, chateaulx, forteresses estant de nostredit domaine et où ilz verront necessité de reparacions, ordonner icelles estre faictes. » (cité par G. Jacqueton, Documents relatifs à l’administration financière de Charles VII à François Ier (1443-1523), Paris, 1893, doc. no 5, p. 44). L’intervention des maîtres des œuvres n’avait lieu qu’après.

13 BNF, ms. fr. 26019, no 388 et 455.

14 BNF, ms. fr. 26022, no 1029.

15 BNF, ms. fr. 26024. no 1639.

16 BNF, ms. fr. 26011. no 1340.

17 BNF, ms. fr. 26023, no 1396.

18 Les bâtisseurs des cathédrales gothiques, R. Recht dir., Strasbourg. 1989, avant-propos, p. 9. Idée reprise dans le même ouvrage par D. Kimpel (« Les méthodes de production des cathédrales », p. 100), qui estime que l’« architecte [sic] doit maîtriser la géométrie pratique, ne se salit guère les mains et travaille avec sa tête ». Par contre. A. Deville (Revue des architectes de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1848 [réimpr. Luneray, 1983, p. 16]), écrivait : « Il n’y avait pas alors de corps d’artistes étrangers au travail manuel. La pensée ne se séparait pas de la main : au Moyen Âge, le maître-maçon, le maître de l’œuvre [sic] de maçonnerie, c’est l’architecte ». De même, N. Coldstream (Les artisans au Moyen Age : les maçons et les sculpteurs, Paris, 1992, p. 5) considère que « les architectes du Moyen Âge, à la différence de ceux de la Renaissance n’hésitaient pas à mettre la main à la pâte ». Plus confus, P. Deschamps (dans Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, V. Mortel et P. Deschamps dir., t. 2, Paris. 1923, introduction [rééd, Paris. 1995] fait une présentation assez complète des activités des « maîtres d’œuvre » [sic], mais en déduit qu’ils étaient des architectes au sens où on l’entendait à son époque.

19 J.H. Harvey (The Mediaeval Architect.... op. cit. n. 1, p. 245), dit exactement le contraire de ce que je voudrais essayer de montrer ici. Pour lui, jusqu’au XIIIe siècle, il était habituel, mais pas systématique que les deux fonctions d’architecte et d’entrepreneur soient exercées par le même homme. Par contre, il estime que pendant les trois derniers siècles du Moyen Âge, le phénomène devient moins fréquent car les textes feraient état, de plus en plus, d’une véritable activité d’architecte, ces hommes étant chargés du dessin, de la supervision et des mesures des travaux. Les documents normands ne permettent pas, à mon avis, d’être aussi catégorique. À l’inverse. Viollet-le-Duc (Dictionnaire raisonné de l’architecture française, du XIe au XVIe siècle, t. 1. Paris, 1861, s.v. architecte, p. 107-116) avait noté que le mot architecte n’est apparu qu’au XVIe siècle et que pendant le XVe siècle, la place occupée par ceux qu’on appelle aujourd’hui ainsi avait en fait peu à peu diminué.

20 Cela est vrai notamment pour les maîtres des œuvres de la cathédrale de Rouen. En 1468, le maçon Guillaume Pontif ne passa que 20 jours, en quatre semaines, à faire les « gectz, traiz, moulles et mesures pour l’ediffice de la tour saint romain », sur les 256 jours pour lesquels il fut payé cette année-là. De même, en 1480, il ne passa que 66 jours sur 242,5 à faire les trez et moles (AD Seine-Maritime, G 2503, fol. 59v à 61v et G 2510, fol. 29 à 52).

21 On trouve de nombreux devis dans les mandements et quittances conservés à la Bibliothèque nationale de France ; un certain nombre, concernant les fortifications de la ville de Rouen, se trouvent dans les délibérations municipales. On en trouve tout au long des comptabilités, notamment dans les comptabilités des seigneuries appartenant à l’archevêché. Certains historiens n’hésitent pourtant pas à traduire l’expression « selon le devis », par « selon le plan » ce qui est certainement très discutable (notamment L.F. Salzman, Building in England down to 1540 : A documentary History, Oxford, 1962, p. 462 et J.H. Harvey, The Mediaeval Architect, op. cit. n. 1, p. 248).

22 Ils sont assez proches de ceux de Rennes qui tiennent le plus souvent sur moins de deux pages de parchemin (J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris-Rennes, 1968, p. 111).

23 AM Rouen, tiroir no 67, liasse no 6, pièce no 10, document non daté. Le fait que le plan soit « en montée » montre sa nouveauté car, selon C. Lalbat, G. Marguerite et J. Martin (« De la stéréotomie médiévale : la coupe des pierres chez Villard de Honnecourt », Bulletin monumental, 145/4 [1987], p. 32), la construction gothique faisait essentiellement appel à la géométrie plane.

24 P.-Y. Le Pogam (Les œuvres royaux, op. cit. n. 1, p.154) n’a trouvé aucun plan dans les documents qu’il a consultés, pas plus que J.-P. Leguay (op. cit. n. 22, p. 111). Par contre, P. Didier (« Les contrats de travail en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, d’après les archives notariales », RHDF, 50 [1972], p. 37) en a trouvé quelques-uns dans les archives notariales. J.H. Harvey (The Mediaeval Architect, op. cit, n. 1, p. 112) constate qu’il reste peu de dessins en France et en Angleterre, notamment par rapport à l’Allemagne et à l’Italie. Il n’y a sans doute pas là qu’un problème de conservation des sources, mais aussi une trace de la rareté générale de ces dessins dans ces deux pays. D’ailleurs, tout au long du XVIe siècle à Auxerre, il est rarement question de plan ou de portrait dans les marchés de construction étudiés par O. Liébard (« Les maisons d’Auxerre au XVIe siècle », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1968 [1969], p. 166), parce qu’on se servait de modèles connus des deux parties. On remarquera qu’il n’y a aucune maquette de bâtiment pour la période qui nous intéresse. Celle de l’église Saint-Maclou de Rouen, longtemps datée du XVe siècle, est aujourd’hui considérée comme très postérieure, sans doute de la deuxième moitié du XVIIe siècle (J. Lafond, « La prétendue maquette de l’église Saint-Maclou », Gazette des Beaux-Arts, s. 6, 83 [1974], p. 65-74 et La Renaissance à Rouen [catalogue d’exposition], Rouen, Musée des Beaux-Arts, 1981, p. 35-36).

25 Par exemple, pour la construction des ponts, J. Mesqui (« Le pont de pierre au Moyen Âge. Du concept à l’exécution », dans Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, 1, Les hommes, X. Barrai y Altet dir., Paris, 1986, p. 205-206) pense qu’il est probable qu’on ne s’est pas embarrassé de mises en forme en deux ou trois dimensions, mais qu’on s’est contenté de rapports écrits, donnant les caractéristiques générales du pont et servant de base à la rédaction du devis.

26 AD Seine-Maritime, G 2519, fol. 59.

27 S. de Merval, Documents relatifs à la fondation du Havre, Rouen, 1875, p. 30-39.

28 M.-L. Regnier éd., « Devis pour la construction d’une maison forte à Elbeuf-sur-Seine pendant l’occupation anglaise au XVe siècle », Société de l’Histoire de Normandie. Mélanges et documents, 6e s., 1915, p. 345.

29 BNF, ms.fr. 26019, no 455.

30 BNF, ms. fr. 26023, no 1396.

31 Cette méthode, employée par tous les maîtres des œuvres est précisément décrite dans Vestiges des Finances, qui imposait de « faire proclamer et publier lesditz ouvrages estre à bailler aux moins disans par les officiers du roy » (C. Jacqueton, op. cit. n. 12, p. 212). On la trouve définie précisément, pour la ville de Rouen, dans un acte des conseillers de 1546 (AM Rouen, tiroir no 3, liasse no 9).

32 Les enchères à la chandelle existaient sans doute aussi, mais on n’en a apparemment qu’un seul exemple, en 1432, à Gisors, où les enchères se firent « à l’estint de la candela » (BNF, pièces originales, 1010 Domenc no 5).

33 BNF, ms. fr. 26038, no 4600.

34 BNF, ms.fr. 26019, no 455.

35 BNF, ms. fr. 26014, no 2161 et 26025, no 1863. Compte rendu de Pierre le Fèvre, Pâques 1393 (BNF, ms. fr. 25024, no 1467).

36 Toutefois, pour les enchères de la ville de Rouen, le délai était plus court et ne dépassait pas la semaine. En 1394, pour des travaux de maçonnerie à côté de l’Aubette, le délai était réduit à 5 jours (AM Rouen. A 3. fol. 20v).

37 Op. cit. n. 1, p. 166.

38 BNF, ms. fr. 26019. no 388.

39 BNF, ms. fr. 26023, no 1175.

40 BNF, ms. fr. 26019, no 388.

41 BNF, ms. fr. 26023, no 1175.

42 BNF, ms. fr. 26008, n° 808 et 26014, no 2161.

43 BNF, ms. fr. 26029, no 2735 et 2741.

44 Dans Vestiges des Finances, il est précisé : « apres lesditz ouvrages faictz, il fault qu’ilz soient visitez par le maistre des œuvres du roy, tant de massonnerie que de charpenterie, pour congnoistre si iceulx ouvrages sont bien et deuement faictz selon le devys qui en a esté faict ». Le texte énumérait ensuite les formalités administratives à remplir pour valider la dépense : le receveur devait reporter le devis sur son compte, avec le marché qui avait été établi, la « certification » du maître des œuvres et la quittance de l’ouvrier (G. Jacqueton, op. cit. n. 12, p. 212).

45 BNF, ms. fr. 26058, no 2368.

46 Op. cit. n. 1.

47 Voir plus bas.

48 BNF, ms. fr. 26061, no 2916.

49 Jean de Senlis apparaît partout, aussi bien à la cathédrale qu’à l’archevêché. Le tabellionage ne mentionne aucun autre verrier à Rouen pendant cette période.

50 BNF, ms. fr. 26014, no 2159. Pendant la même année, le maître des œuvres de maçonnerie du même bailliage fit, lui, cinq voyages à Rouen pour avoir de l’argent, tantôt pour les travaux de Gisors, tantôt pour ceux de Vernon (ibid., no 2161).

51 BNF, ms. fr. 26040, no 4855.

52 BNF, ms. fr. 26089, no 201. De même, en 1521, les maîtres des œuvres de charpenterie et de maçonnerie de la ville de Rouen fournirent aux conseillers l’estimation d’une maison qui devait être démolie pour permettre la construction du Palais de Justice, « sur un feuillet de papier muni de leur signe ou merq » (AM Rouen, tiroir 159, liasse 4, 21 avril 1521).

53 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V recueillis dans les collections de la Bibliothèque Nationale, Paris, 1874, no 1953, p. 947.

54 AD Seine-Maritime, G 2116, fol. 84.

55 AM Rouen, A 1, fol. 12.

56 En 1395, il est mentionné dans les délibérations municipales de Rouen comme « maistre des œuvres de machonnerie ou bailliage de Gisors » (AM Rouen, A 4, fol. 77).

57 AD Seine-Maritime, G 2119, fol. 73.

58 AD Seine-Maritime, 1 ER 34, passim.

59 BNF, ms. fr. 26042, no 5187, no 5192, 5200, 5203, 5205 ; AN, KK 1338, no 73.

60 L. de Brecquigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par L. de Brecquigny en 1764, 1765 et 1766 », dans Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 3e série, Caen 1854, p. 169, no 961, 24 février 1421 (n.s.) ; P.Y. Le Pogam, « Un chantier exemplaire, le palais royal d’Henry V à Rouen », Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 23 (1987-1988), p. 213-247 ; AD Seine-Maritime, 2E 1/168, fol. 210v, 12 avril 1420 ; AM Rouen, A 7 fol. 8.

61 AM Rouen, A 5, fol. 187 ; BNF, ms. fr. 26037, no 4373. Dans ce cas précis, il y avait direction conjointe des travaux entre le roi et la ville, ce qui rendait les choses plus faciles. Il aurait sans doute été difficile à la ville de retenir un maître des œuvres du roi dans d’autres circonstances. Le maître des œuvres de charpenterie du roi dans le bailliage de Caux, Martin Enguannet, remplaça son collègue de maçonnerie pendant le temps que durèrent les travaux (BNF, ms. fr. 26037, no 4329).

62 La carte établie par J.H. Harvey (The Medieval Architect, op. cit. n. 1, p. 134) montre que les voyages d’architectes anglais pendant la première moitié du XVe siècle se faisaient sur des distances relativement limitées et dans des zones géographiques assez restreintes.

63 Le Roux de Rincy et L.M.Tisserand donnent, dans Le Paris de Charles V et de Charles VI vu par les écrivains contemporains (rééd. Caen, 1992), une liste de bourgeois notables de Paris à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, selon eux « soigneusement relevée dans les pièces authentiques et dans les meilleurs ouvrages d’érudition », qui comprend dans la Dixième catégorie [charrons, égoutiers, fondeurs, maçons, maréchaux, serruriers, tuiliers] (p. 221), un Alexandre de Berneval, « maçon et bourgeois ». Dans le marché qu’il accepta en 1420, pour faire un tabernacle pour l’église de Fécamp, Alexandre de Berneval est indiqué comme « demourans de present à Rouen », ce qui peut prouver que son arrivée était récente (C. de Beaurepaire, « Notice sur les deux architectes Alexandre de Bemeval et Jacques Le Roux », Bulletin de la Commission des antiquités de Seine-Inférieure., 4 [1876], p. 83-88). Il est possible que sa famille ait été originaire de Hautot-sur-Seine. C’est ce que pensait C. de Beaurepaire (« Notes sur les architectes de Rouen », Bulletin des amis des monuments rouennais, 1902, p. 90) qui avait trouvé dans les actes du tabellionage de Rouen plusieurs de ses héritiers dans ce village. Lorsqu’il habitait à Paris, il était en relations étroites avec la Normandie, puisqu’en 1409, il prit un apprenti originaire de Rouen (AD Seine-Maritime, 2E 1/163, fol. 31, 27 mai 1409).

64 Il semble avoir été assez habituel que le même homme exerçât la double fonction de maître des œuvres du roi et de l’abbaye de Saint-Ouen. Jean de Bayeux avait eu les deux titres dans les années 1380 tandis que Guillaume de Bayeux, maître des œuvres de maçonnerie du roi était aussi en 1411 maître des œuvres de Saint-Ouen, puisqu’il fut chargé de la réception d’une cargaison de pierres achetées à Saint-Leu d’Esserent (AD Seine-Maritime, 2E 1/163, fol. 187,1er novembre 1411). En 1468, Pierre le Signerre, maître des œuvres de maçonnerie du roi, dirige deux maçons occupés à « cimenter » les allées du dortoir et du réfectoire de l’abbaye (AM Rouen, Y 174, p. 204).

65 AD Seine-Maritime, G 6878, passim.

66 AN, KK 1338, no 124. Il fut également, dans les années 1450-1460, maître des œuvres de charpenterie lors de la reconstruction du château de Longueville-sur-Scie qui appartenait au comte de Dunois (AN Q 1/1373 et AD Seine-Maritime, C 2803 à 2810).

67 AD Seine-Maritime, G 2522, fol. 39v.

68 AD Seine-Maritime, G 2147, fol. 277 ; Cartulaire de Saint-Maclou, 2 E 1/262, fol. 340, 12 avril 1524 ; AM Rouen, A 10, fol. 200.

69 Dans ces cas précis, on peut, à la rigueur, les appeler maîtres d’œuvre.

70 Selon A. Higounet (« Le financement des travaux publics à Périgueux au Moyen Âge », dans Les constructions civiles d’intérêt public dans les.villes d’Europe à la fin du Moyen Âge, Bruxelles, Pro Civitate, 1970), « les maîtres maçons ou charpentiers de Périgueux qui n’étaient au XIVe siècle que des ouvriers un peu plus qualifiés que leurs compagnons seraient devenus, au siècle suivant, des entrepreneurs s’engageant par des contrats passés devant notaire ».

71 La lettre que lui adressa le roi Henri V est révélatrice à la fois de son prestige et des tâches qu’on attendait d’un maître des œuvres : « Le roi à son cher Jehan Salvart. Sache que je t’ai mis à la teste d’autant d’ouvriers qu’il sera necessaire et opportun pour l’edification de certain palais à nous, à edifier à neuf dans nostre ville de Rouen, pour toi les arrester et prendre et payer raisonnablement ainsi qu’il pourra estre convenu entre toi et les dis ouvriers C’est pourquoi nous t’ordonnons que, sur ce qui dit est, tu avises avec diligence et fasses et executes en la teneur dessusdicte » (Rymer, Acta Foedera, t. 4, pars 111, p. 113-114).

72 Brecquigny, op. cit. n. 37, no 964, p. 167 Même si cela était destiné à nourrir les ouvriers, il se rattrapait en enlevant leurs « despens » du salaire quotidien qu’il leur versait.

73 En mai 1438, Jenson Salvart et Jean Pontif reçurent 7779 livres pour la maçonnerie du palais du Roi (BNF. ms. fr. 26064, no 3474).

74 C. de Beaurepaire, op. cit. n. 63, p. 85-87.

75 AD Seine-Maritime, 2E 1/167, fol. 278, 30 mai 1419.

76 AD Seine-Maritime, 3E 6/177, liasse 1, no 11 et no 12, juillet et novembre 1470.

77 AD Seine-Maritime, 3E 6/78, fol. 84.

78 AD Seine-Maritime, G 2517, fol. 29.

79 BNF, ms. fr. 26032, no 3433. Il touchait 6 sous par jour.

80 AM Rouen, tiroir 54, liasse 1, pièce 1.

81 AM Rouen, A 5, fol. 44v.

82 Ils effectuaient par exemple, chaque année, le lundi de la Pentecôte, l’inspection des moulins du Robec préalablement mis à sec. Les défauts qu’ils constataient étaient notifiés aux propriétaires et pouvaient donner lieu à des poursuites judiciaires parfois compliquées, surtout quand ils mettaient en cause des abbayes (voir AM Rouen, tiroir 53, liasse 1, pièce no 3 ; P. Lardin, op. cit. n. 1, p. 378-380).

83 AM Rouen, A 5, fol. 193.

84 En novembre 1407, une délégation imposante comprenant les maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie du roi, Guillaume du Fresnay et Guillaume de Bayeux, ceux de la ville, Jean de Sotteville et Jean de Bayeux, et plusieurs autres charpentiers et maçons, « tous jurés desd. mestiers de la ville », en présence des conseillers, se rendirent « au lieu dit de l’abreuvoir aux chevaulx près du pont de Seyne ». Ils constatèrent que les propriétaires des maisons voisines avaient fait des « aesies, conduis de dalle de cuisine et fenestres par lesquelles ordures fiens vuidages de maisons et autres choses arrivoient dans l’abreuvoir ». On rappela donc les règlements qui prévoyaient qu’il fallait les percer de telle façon qu’il soit impossible de jeter les ordures, mais pour éviter de tout « estouper », on décida de tolérer au besoin les « treillis », c’est-à-dire les grilles qui y seraient scellées (AM Rouen, A 5, fol. 119).

85 En 1435, un différend s’étant élevé entre Jean Engrenier, notaire du roi au Châtelet, et Régnault Julien, officier du duc de Bedford, à propos d’une cloison séparant leurs deux maisons et des « veues » de l’un sur le jardin de l’autre, il fut décidé de faire appel à Jenson Salvart, maître des œuvres de la ville et de la cathédrale, à Alexandre de Berneval, maître des œuvres du roi dans la vicomté de Rouen, à Pierre Robin, maître des œuvres du roi à Paris venu à Rouen pour préparer les travaux dans l’église Saint-Maclou et au plâtrier-juré, Pierres Amyot (AD Seine-Maritime, 2E 1/178, fol. 301, 1453 [n.st.]). De même, en 1489, deux teinturiers en garance de la paroisse Saint-Ouen de Rouen s’opposant sur un problème de porte, il fut décidé de faire appel au maître des œuvres de maçonnerie du roi, Jean le Boucher, et à celui de la cathédrale, Guillaume Pontif, pour trouver un compromis. Les deux hommes effectuèrent donc plusieurs visites en compagnie des ouvriers jurés, puis prirent une décision qu’il était interdit de rejeter sous peine d’une très forte amende (AD Seine-Maritime, 2E 1/211, 15 mars 1488 [v.st.]).

86 AD Seine-Maritime, 2E 1/167, fol. 227 à 231, 13 mars 1419. Cette estimation ne donna lieu à aucune contestation de la part des expropriés qui avaient peut-être réussi à sauvegarder l’essentiel de leurs intérêts et il y eut sans doute des ententes plus ou moins légales. Ainsi, quelques jours après l’estimation, le plâtrier Thomas des Hommes qui en faisait partie, vendit à l’un des expropriés, Jacquet Lancestre, une maison qui lui appartenait dans la paroisse Saint-Maclou. Il y a tout lieu de penser que cette vente récompensait une estimation bienveillante... (ibid., fol. 224, 22 mars 1419).

87 AD Seine-Maritime, G 6268.

88 AM Rouen, tiroir 159, liasse 3 (25 février 1419, n.st.).

89 AD Seine-Maritime, 2E 1/174, fol. 10, 10 mai 1430 (cité par P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise, Rouen-Paris, 1931, p. 174-178). Déjà en mars 1422, Alexandre de Berneval avait participé en compagnie de Jean le Monnier, maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale de Rouen, tous deux qualifiés de « jurés », après la mort de son propriétaire, à la vente d’une maison au profit de sa veuve et des enfants. Cette vente s’était faite sur le conseil des deux jurés et d’un groupe de neuf voisins (AD Seine-Maritime, 2E 1/169, fol. 345, 7 mars 1422).

90 AD Seine-Maritime, G 7323, fol. 189.

91 L. Delisle, op. cit. n. 53, no 1953, p. 947.

92 Ces hommes n’étaient pas imposés du dehors, mais s’affirmaient grâce à leurs qualités de praticiens et d’organisateurs. C’est ce que montre P. Braunstein, « Les salaires sur les chantiers monumentaux du Milanais à la fin du XIVe siècle », dans Artistes, artisans..., op. cit. n. 25, p. 131.

93 Un acte assez obscur montre Jean de Bayeux assumant les dettes, correspondant peut-être à des frais d’apprentissage, qu’un groupe de jeunes maçons devait à la famille d’un certain Jean Petit. Outre Jenson Salvart et « Sandrin » de Berneval se trouvait notamment Martin le Roux, devenu ensuite appareilleur à la cathédrale de Rouen (AD Seine-Maritime, 2E 1/154, fol. 64, 26 avril 1391).

94 AM Rouen, A 5, fol. 145v et 171 v et tiroir 53. BNF, ms. fr. 26014, no 4855.

95 BNF, ms. fr. 26024, no 1542.

96 BNF, ms. fr. 26052, no 1138. Il était d’origine anglaise et s’était d’abord installé à Harfleur (cf. P. Le Cacheux, op. cit. n. 89, p. 290). Après quoi, il était devenu maître des œuvres de charpenterie du duc de Bedford, ce qui était un atout pour sa nomination (AD Seine-Maritime, 2E 1/178, fol. 285-v, 9 mars 1435 [n.st.]).

97 BNF, ms. fr. 26073, no 5194.

98 Il y répara le mois suivant plusieurs lucarnes et les pieux d’un des boulevards puis, en avril 1436, dirigea deux autres charpentiers qui redressèrent des « alées » de bois suspendues le long des murs du palais du roi. Deux ans plus tard, il travaillait toujours au château de Rouen à étayer un des ponts-levis pour le passage d’une bombarde (BNF, ms. fr. 26060, no 2696, 2724 et 2796 et ms. fr. 26064, no 3504). En 1450, il est cité en tête de l’équipe de 15 charpentiers qui effectue en hâte l’installation d’une cloche dans le beffroi de la ville de Rouen (AM Rouen, XX 1, fol. 157v).

99 AD Seine-Maritime, G 6874, fol. 72.

100 AD Seine-Maritime, G 7323, fol 105, AM Rouen, A 8, fol. 27v et AM Rouen, XX 2, fol. 212v. En fait, la pénurie de main-d’œuvre était telle que Jean Pontif exerçait une sorte de monopole sur les marchés de la ville. En 1459, il prit à tâche la réfection des avant-murs de la porte Martainville (AM Rouen, A 8, fol. 166 et 175).

101 AD Seine-Maritime, G 7164, fol. 103v et G 609, passim.

102 BNF, ms. fr. 26216, no 316. Michel Ferey devint lui aussi maître des œuvres du roi dans le bailliage de Caux à partir de 1532 (BNF, ms. fr. 26123, no 1389).

103 BNF, ms. fr. 26010, no 1165.

104 Il avait « piastre le costé fait par led. carpentier, renfourmé le pingnon sur quoy est la cheminée et les panneaulx d’un degré ». Il avait en plus rebouché plusieurs trous et recouvert un solier (BNF, ms. fr. 26011, no 1420).

105 AD Seine-Maritime, 2E 1/154, fol 180, 3 juillet 1392. Il vend à cette date tous les biens qu’il a hérités de son père et de son oncle situés à Limoye et Saint-Paen-de-Mons, à proximité de Putot-en-Auge dans le Calvados.

106 AM Rouen, A 6, fol. 177v et BNF, ms. fr. 26037, no 4357.

107 AD Seine-Maritime, 2E 1/185, 25 juin 1451.

108 En mai et juin 1438, des travaux effectués au palais de Henri V à Rouen sont certifiés par Jacques de Sotteville et Jean Wyllemer, « ouvrier juré » (BNF, ms. fr. 26064, no 3481 et no 3488). La date de la mort de Jacques de Sotteville est indiquée dans la quittance de ses gages donnée par sa femme Jeanne (BNF, nouv. acq. fr. 3654, no 355). Dès novembre 1438 au plus tard, Jean Wyllemer exerça la fonction de maître des œuvres de charpenterie du roi (BNF, ms. fr. 26065, no 3612).

109 Cet aspect a été récemment mis en valeur par Y. Coutant, « Une invention empirique : le frein du moulin flamand » Revue du Nord, 322 (1997), p. 827-840.

110 AM Rouen, A 4, fol. 70v.

111 AM Rouen, tiroir 324, liasse no 3, 23 avril 1504. Le même empirisme existait déjà au XIIIe siècle pour les voûtes. On taillait au dernier moment des pierres de joints placées près de la clé en fonction du vide, sur le sol ou sous le cintre, preuve que l’on ne savait pas calculer préalablement le tracé des nervures dans les cas de grande portée (W. Müller, « Le dessin technique à l’époque gothique », dans Les bâtisseurs de cathédrales gothiques, op. cit. n. 18, p. 245-246).

112 Voir notamment E. Spalinowski, Le Palais de Justice et son histoire, Rouen, 1939.

113 AM Rouen, tiroir 160, 12 septembre 1502.

114 Voir textes en annexe, notamment celui de Jean aux Tabours.

115 AD Seine-Maritime, G 7682. C. de Beaurepaire (op. cit. n. 63) pense qu’il apposait sa marque au bas des documents.

116 L’épisode de la dénonciation est dans BNF, nouv. acq. fr. 5233, no 12 ; les lettres de rémission dans P. Le Cacheux, op. cit. n. 89, t. 2, doc. CLXX, p. 47-50 et CLXXI, p. 51-53. Ricart Mittes aurait essayé de faire pénétrer des troupes dans le château de Rouen grâce à la complicité des deux maîtres des œuvres. L’attitude des autorités anglaises s’explique largement par la méfiance qu’il nourrissaient à juste titre à l’égard des ouvriers du bâtiment. En octobre 1426, par exemple, ils perdirent le château de Torcy, dans lequel « furent mis les Franchoys [...] par les plastriers et machons qui y besoigniéent, lequel chastel estait une très forte place » (P Cochon, Chronique normande, C. de Beaurepaire éd., Rouen, 1870, p. 307 et Monstrelet, Chronique (1400-1444), Douet d’Arcq éd., t. 2, chap. 47).

117 Selon B. Gille (Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, 1964, p. 66), qui s’appuie notamment sur des exemples italiens, c’est dans le troisième quart du XVe siècle qu’à l’empirisme se substitue la cote, parfaitement établie et observée, au simple coup de main, la déduction logique. On voit qu’en Normandie la transformation est plus tardive.

118 Noël Canat de Chizy estimait que les gages de ceux de Bourgogne « ne devaient pas leur procurer une vie opulente, ni même leur assurer une tranquille vieillesse » (op. cit. n. 1, p. 272). C. de Beaurepaire estimait, quant à lui, qu’à Rouen, entre les ouvriers et ceux qu’il appelle des « artistes », c’est-à-dire pour nous, les maîtres des œuvres, « pour les émoluments [...] la différence était peu notable », le maître des œuvres n’étant guère qu’« un maître-ouvrier au milieu d’ouvriers ses égaux, dont il ne se distinguait ni par les manières, ni par l’éducation » (« Notice sur Saint-Vincent », Bulletin de la Commission des antiquités de Seine-Inférieure, 4 (1876), p. 121-122. Voir aussi M. Aubert, « La construction au Moyen Âge », Bulletin monumental, 119/2, 1961, p. 82-120).

119 P. Le Cacheux, op. cit. n. 89, p. 42, quittance d’Alexandre de Berneval du 23 octobre 1421.

120 À la cathédrale de Rouen, quand l’âge venant, un maître des œuvres n’était plus en mesure de remplir sa fonction, il continuait à toucher sa pension en totalité ou en partie. Jean le Marchand, qui avait été nommé maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale en 1433, cessa son activité en 1462 et fut remplacé l’année suivante par Colin le Franchoys. Pourtant, jusqu’à sa mort qui eut lieu entre 1469 et 1475, les deux charpentiers se partagèrent la pension de 6 livres qui était donc versée plus pour la fonction qu’à son titulaire (AD Seine-Maritime, G 2497, fol. 32v ; G 2505, fol. 28v ; G 2506, fol. 16v).

121 AD Seine-Maritime, 2E 1/152, fol 1, 1er octobre 1369.

122 On est sûr du fait pour les maîtres des œuvres de la cathédrale et de la ville. Ainsi, Jean Périer avait droit à une robe d’une valeur de 100 sous chaque année (AD Seine-Maritime, G 2483, passim). Certains maîtres des œuvres pouvaient aussi avoir parfois des cadeaux plus originaux. En 1405, Jean de Sotteville, charpentier de la ville de Rouen, fut exempté, pour deux queues, des aides qui pesaient sur le vin entrant dans la ville, « en recompensacion d’anciens services pour le bien et prouffit de la ville » (AM Rouen, A 5, fol. 38v). Quelques années auparavant, il avait vendu à la ville du vin qu’il avait acheté près de Jumièges où il avait été envoyé pour faire abattre du bois (AM Rouen, A 3, fol. 79).

123 . Jean Laurens devait néanmoins payer à la ville une rente de 4 livres par an (AM Rouen, XX l, fol. 19v).

124 Ordonnances des rois de France, t. ΧΠ, p. 156-157.

125 AD Seine-Maritime, G 39, fol. 54.

126 AM Rouen, tiroir 24, 2e rouleau. Jean Pontif vendit à plusieurs reprises des pierres à l’archevêché. De même, en 1475, Pierre le Signerre, maître des œuvres de maçonnerie de la ville, vendit plusieurs pierres pour des réparations à l’archevêché (AD Seine-Maritime, G 70, fol. 28).

127 BNF, ms. fr. 26019, no 388 et no 455. La journée de déplacement était même payée plus cher quand ils quittaient les limites de la circonscription dont ils avaient la charge. Voir pièces justificatives.

128 AD Seine-Maritime, G 2149.

129 En 1405, la ville de Rouen racheta deux chevaux qui appartenaient à Jean de Bayeux (AM Rouen, A 5, fol. 15).

130 20 livres de la fabrique de la cathédrale, 20 livres de la ville, 36 livres et demie du roi pour ses activités dans le bailliage de Gisors et une somme indéterminée pour ses fonctions à Saint-Ouen.

131 Si on considère que la rente est fixée, comme d’habitude en ville à 10 % de la valeur des biens (AD Seine-Maritime, G 9).

132 AD Seine-Maritime, 2E 1/156, fol. 115, 8 janvier 1397 (n. st.).

133 AD Seine-Maritime, 2E 1/157, fol. 205, 7 mai 1398.

134 AD Seine-Maritime, 2E 1/158, fol. 195v et 199v, 10 et 11 juillet 1401.

135 AD Seine-Maritime, 2E 1/160, 16 mars et 29 octobre 1406.

136 Le preneur racheta immédiatement 20 sous et versa 10 livres à Pierre de Bayeux (AD Seine-Maritime, 2E 1/171, fol. 451v, 9 novembre 1425).

137 AD Seine-Maritime, 2E 1/168, fol. 499v, 20 décembre 1420.

138 Enquête de juin 1428. La rente était de 9 livres 16 sous, mais pesait en fait sur trois maisons, dont l’une était en ruine (AM Rouen, tiroir 70, liasse 1, no 9).

139 Jean Pontif fils n’avait que des filles, au nombre de cinq. Deux d’entre elles qui n’étaient pas mariées, préférèrent laisser leur part à leur oncle, contre la somme de 60 livres chacune qui leur serait versée le jour de leur mariage (AD Seine-Maritime, 2E 1/204, 5 février 1480 (n.st.) et 2E 1/206, 23 septembre 1482).

140 AM Rouen, XX 2, fol. 19v.

141 AD Seine-Maritime, 2E 1/260, 15 octobre 1536.

142 in necessitate et indigentia constitutus (AD Seine-Maritime, G 2146, fol. 149). Il ne faut toutefois pas oublier que Jean le Roux avait intérêt à insister sur ses difficultés pour obtenir une augmentation de ses gages. Il serait intéressant de savoir qui était le « Maistre Jehan le Roux » qui hérite de Guillaume le Roux la noble fiefferme de Manneville-sous-Thil, dépendant du comté de Longueville (Beaucousin, Registre des fiefs et arrière-fiefs du bailliage de Cauxen 1503, Rouen, 1891, p. 121).

143 Les difficultés de femmes d’artisans devenues veuves ont été également mises en évidence en Allemagne par D. Dangiers, « Le rôle de la famille et la place de la femme dans l’organisation du travail en Allemagne à la fin du Moyen Âge. Bilan historiographique », dans Travail et travailleurs en Europe au Moyen Âge, C. Dolan dir., Toronto, 1991, p. 63-78.

144 BNF, ms fr. 26064, no 3474.

145 BNF, ms. fr. 26070, no 4733. De même, en février 1408, les conseillers de la ville de Rouen firent commandement à Jean de Sotteville, maître des œuvres de charpenterie de la ville « de porter remede au peril du pont dormant du pont leveys du bout du pont de Sayne que l’en disoit qu’il cheoit en la riviere ». Il devait faire effectuer les réparations dans les huit jours, faute de quoi, « les conseillers se retourneroient contre lui » (AM Rouen, A 5, fol. 137).

146 Toutefois, son sort fut moins rude que celui de Jenson Salvart, qui n’était pas maître des œuvres du roi d’Angleterre, puisque celui-ci aurait été condamné à mort et gracié juste avant son exécution tandis que ses biens, confisqués à cette occasion, ne lui furent pas rendus, même après sa « rémission ». La maison qu’il possédait dans la paroisse Saint-Lô fut récupérée par don royal par l’écuyer anglais Jean de Mortemer (AN, JJ 174, no 13. AM Rouen, tiroir no 239, liasse no 3, 30 mai 1436). Voir P.-Y. Le Pogam, op. cit. n. 60, p. 225.

147 Dans Les bâtisseurs de cathédrales gothiques, op. cit. n. 18, p. 12.

148 C’est aussi l’opinion de R. Favreau, op. cit. n. 1, p. 1366, qui décrit le maître des œuvres avant tout comme un surveillant des bâtiments royaux, alors que, selon lui, le maçon du XVe siècle est bien près de l’architecte Cette dichotomie est peut-être excessive, mais elle a l’avantage d’insister sur les aspects administratifs de la fonction, trop souvent négligés par les historiens de l’art. On notera aussi les remarques pertinentes d’O. Chapelot, dans Dossiers d’archéologie, op. cit. n. 1, p. 35-36, à qui il semble que « la dichotomie entre un architecte et un maître d’œuvre est obsolète en France à la fin du Moyen Âge ».

Notes de fin

1 N.B. Les noms des maîtres des œuvres sont suivis de leur numéro dans G. Dupont Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et des sénéchaussées de 1328 à 1515, 7 vol. Paris. 1942-1966.
Abréviations : AN : Archives nationales ; BN : Bibliothèque nationale de France ; MF : Manuscrits français ; ADSM : Archives départementales de Seine-Maritime ; AMR : Archives municipales de Rouen ; BSHN : Bulletin de la Société d’histoire de Normandie ; BCASI : Bulletin de la Commission des Antiquités de Seine-Inférieure ; PRO : Public Record Office.

2 Jean aux Tabours fut institué le 6 janvier 1397 (n.s.). Un Jean Autabours (le même ou son père ?) était maître des œuvres du roi dans le bailliage de Mantes en janvier 1369 (BN MF 26008 no 617).

3 En l’absence d’Etienne le Marié (BN MF 26077 no 5964).

4 Op. cit. n. 53.

5 Op. cit. n. 27, p. 23.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.