Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Les Andalous à Bougie (xie-xve siècle)

Dominique Valérian

Texte intégral

  • 1 Les causes en sont sans doute la rupture dans le peuplement, provoquée par l’occupation espagnole (...)

1On raconte aujourd’hui dans une vieille famille bougiote que les ancêtres avaient autrefois quitté la région pour participer, avec les armées musulmanes, à la conquête de l’Espagne, et que lorsque al-Andalus fut reconquise par les chrétiens, leurs descendants revinrent s’installer à Bougie. Le souvenir des origines andalouses est donc toujours présent. Malgré tout aujourd’hui cette mémoire est moins forte que dans d’autres villes du Maghreb comme Tunis1. On sait seulement qu’il existait un quartier des Andalous, mais dont la toponymie urbaine n’a pas retenu la localisation, et l’un des cimetières est aujourd’hui encore connu comme le cimetière des Andalous.

  • 2 Ibn al-Athîr, Annales du Maghreb et de l’Espagne, trad. E. Fagnan, Alger, 1898, p. 476.
  • 3 Al-Bakrī. Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, éd. A. van Leuwen et A. Ferré, Tunis, 1992, p. 757. trad. (...)

2Pourtant l’élément andalou à Bougie a été l’une des composantes importantes de la population et a sans doute joué un rôle décisif dans son histoire. La ville fut fondée en 1067 à partir d’un village peu peuplé2 (mais déjà, peut-être, d’Andalous3), et elle s’est développée grâce à l’immigration de populations venant parfois de son arrière-pays, parfois de plus loin, et notamment de la péninsule Ibérique.

3Il est donc important de comprendre et d’évaluer le rôle qu’ont pu jouer ces Andalous dans le peuplement et l’histoire de la ville, depuis sa fondation jusqu’à l’arrivée des Espagnols en 1510.

  • 4 H. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », Le Maghreb au (...)
  • 5 Abū al-‘Abbās al-Ghubrīnī, ‘Unwān al-dirāya fi man ‘Urafa min al-’ulamā fî al-mi’a as-sābi’a bi Bi (...)
  • 6 Al-Maqqarī al-Tilimsānī, Nafḥ al-ṭīh min ghaḍn al-Andalus al-raṭīb, éd. Iḥsān ‘Abbās, Beyrouth, 19 (...)

4Pour cela les sources sont moins riches que pour une ville comme Tunis ou Ceuta4. Il n’existe pas de chronique locale conservée, et il faut se contenter de récits plus généraux, qui ne font pas toujours apparaître la spécificité de la ville. La source la plus importante pour ce type d’étude reste les recueils de biographies (ṭabaqāt). L’un deux, le ‘Unwān al-dirāya d’al-Ghubrīnī5, est consacré exclusivement aux savants ayant eu un lien avec Bougie. Mais il ne concerne qu’une partie de la population, les élites savantes, et ne va pas au-delà du xiiie siècle. D’autres, plus tardifs, viennent le compléter, notamment le Nafḥ al-Ṭ ib d’al-Maqqārī6.

5Les sources chrétiennes sont également utilisables, même si elles s’intéressent plus au départ des Andalous qu’à leur arrivée.

  • 7 Les documents de la Geniza du Caire sont, malheureusement, souvent d’une date trop reculée pour co (...)

6Enfin, les textes et les documents émanant de la communauté juive, qui a participé à ce mouvement migratoire, peuvent être sollicités, mais ils sont rarement traduits et donc difficiles d’accès7.

7Le thème des migrations andalouses au Maghreb a souvent été traité, mais presque toujours en privilégiant un seul type de sources, et surtout pour l’époque moderne. A partir du cas de Bougie, et en croisant les sources musulmanes, chrétiennes et juives, je voudrais faire le point sur la question et parfois nuancer certains jugements portés ici ou là.

8Plusieurs questions se posent : un problème de chronologie de ces mouvements migratoires, puis la question du rôle de ces populations dans la vie politique, économique et culturelle de la ville, enfin celle de leur intégration au reste de la population.

I. Les étapes de l’arrivée des Andalous à Bougie

9Il est bien sûr impossible de mesurer l’importance quantitative de l’élément andalou dans le peuplement de la ville. Aucune donnée démographique fiable n’est disponible, mais nous pouvons au moins chercher à cerner quelles furent les étapes de leur installation et les moments d’accélération.

10Nous devons distinguer deux moments dans cette migration : dans un premier temps, en gros jusqu’au début du xiiie siècle, la reconquête chrétienne intervient peu. Par la suite, en revanche, le mouvement s’accélère nettement sous l’effet de l’avancée chrétienne dans la péninsule Ibérique.

Les premiers temps de l’immigration andalouse

11Les premiers Andalous viennent en effet à Bougie pour des raisons diverses, sans relation explicite avec l’avancée chrétienne dans la péninsule, et se déplacent dans le Dàr al-Islām comme beaucoup d’autres musulmans au Moyen Âge. Mais trois facteurs contribuent à leur installation à Bougie.

  • 8 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du xie au xve siècle », Cahiers de Tunisie, 97/8 (...)
  • 9 Al-Bakrī, op. cit., p. 166. Cet auteur écrit en 1068, soit au moment de la fondation de Bougie et (...)
  • 10 Ibn al-Athīr, op. cit., p. 476.

12Tout d’abord le contexte global dans la région est favorable. On sait que depuis le xie siècle, l’Ifrīqiya dans son ensemble connaît une grave crise démographique, aux raisons mal expliquées, et qui provoquent ce que Mohammed Talbi a qualifié de « basses pressions démographiques »8, propres à attirer des populations en quête d’une terre d’accueil. La deuxième raison est que Bougie est une ville neuve, à peupler, et en plein essor politique et économique. Une partie du peuplement s’est sans doute faite grâce à un déplacement de population depuis la Qal‘a des Banū Ḥammād, l’ancienne capitale de la dynastie Hammadide. Les régions environnantes y ont également contribué, d’autant que la ville était à l’abri des troubles de l’intérieur, mais elle a aussi été une terre d’accueil pour des gens venus de plus loin, et en particulier d’al-Andalus. En effet, et c’est le dernier facteur, un premier noyau andalou était déjà présent à Bougie avant la fondation de la capitale hammadide par al-Nāsir, et cela a pu contribuer à attirer d’autres Andalous. On sait par al-Bakrî que, avant la fondation de la capitale hammadide, le site était occupé par des marins et sans doute des marchands andalous, comme du reste d’autres sites littoraux du Maghreb comme Ténès, Oran ou Bône9. On ne sait pas par contre quelle était l’ampleur de cette installation. Les récits de la fondation de la ville par le souverain hammadide al-Nāṣir en 1067 nous disent - mais nous ne sommes pas obligés de les croire - que le site n’était « qu’une simple localité habitée par des paysans berbères »10. Ce genre de récit de fondation s’accommode fort bien de ce type de remarque, et rien ne nous prouve que le site était vraiment aussi vide qu’on nous le dit. L’implantation andalouse en tout cas ne devait pas être importante. Sans doute était-ce une halte pour les bateaux, avec un petit comptoir pour faire quelques affaires avec les populations berbères locales.

13De cette première période n’émergent guère de notre documentation que quelques savants dont les vies ont été rapportées par les auteurs de Ṭabaqāt, en particulier par al-Ghubrīnī au xiiie siècle, mais aussi par des auteurs andalous.

  • 11 Est-ce un hasard si la rencontre décisive entre le Mahdî Ibn Tūmart et le futur calife almo-hade ‘ (...)

14Bougie, à l’époque hammadide, est en effet une cité florissante, et déjà un centre intellectuel important. C’est de surcroît une étape presque obligée sur le trajet entre al-Andalus et l’Orient, et il n’est pas étonnant dès lors de rencontrer plusieurs savants, attirés par la vie intellectuelle de la cité. Ils s’y arrêtent, pour y poursuivre leur formation ou pour enseigner. On trouve là des Andalous partis vers l’Orient pour le pèlerinage ou pour parfaire leur formation intellectuelle. On les voit qui s’arrêtent à Bougie à l’aller ou au retour de leur voyage, parfois pour une brève période, parfois définitivement. D’une manière générale, la ville apparaît comme un lieu de contact pour ces savants11.

  • 12 Sur ce personnage, devenu le saint patron de Tlemcen, la bibliographie abonde. Voir la mise au poi (...)

15Mais si l’on cherche à comprendre les raisons qui les poussent à s’installer à Bougie, on ne constate pas que la Reconquista, pourtant déjà bien entamée à cette époque, fut un facteur déterminant. On pourrait citer plusieurs de ces savants, dont la présence à Bougie est attestée dans le ‘Unwān al-dirāya d’al Ghubrīnī. Le plus célèbre d’entre eux - celui dont la biographie ouvre le recueil - est sans aucun doute Abū Madyan12. Né vers 520-1126 à Cantillina. à une trentaine de kilomètres de Séville, il décide de fuir ses frères qui l’exploitent en le faisant garder leurs troupeaux. Son voyage le mène dans plusieurs villes d’al-Andalus et du Maroc, puis il part en pèlerinage et revient au Maghreb, s’installant à Bougie, où il reste presque jusqu’à sa mort, survenue à Tlemcen entre 588/1192-1193 et 594/1197-1198. À aucun moment, dans les nombreux récits de sa vie, n’apparaît la nécessité de fuir les Chrétiens.

16Si la première poussée de la Reconquista n’a pas eu un impact notable sur l’immigration des Andalous à Bougie, il semble bien que ce soit la prospérité et la vitalité de la vie intellectuelle et religieuse dans la ville qui fut un facteur déterminant. C’est en particulier un lieu de développement du soufisme, comme en témoigne la présence d’Abū Madyan et d’autres soufis à son époque. Le mécénat des princes hammadides a également dû jouer un rôle pour certains, en particulier les poètes. Les premiers Andalous de Bougie y sont donc venus le plus souvent non pas en fuyant al-Andalus, mais attirés par le dynamisme de la ville ifrīqiyenne.

17Enfin, bien que les témoignages soient rares, on a sans doute également des gens plus simples qui s’installent pour travailler dans l’agriculture et surtout dans le commerce ou la marine, attirés par la prospérité de la ville.

18Dans cette première phase de l’immigration andalouse, Bougie apparaît comme une ville neuve qui attire par son dynamisme économique, par l’importance de sa cour et de son milieu intellectuel. Mais c’est encore une immigration quantitativement limitée.

Le choc de la Reconquista

19La deuxième étape correspond à un véritable exil, contraint par la poussée des armées de la Reconquista dans la première moitié du xiiie siècle et surtout après la défaite almohade de Las Navas de Tolosa en 1212. Encore ne faut-il pas s’imaginer un flux massif de toutes les populations d’al-Andalus vers le Maghreb dès les premières années : il y a bien un premier flux de réfugiés au moment de la prise d’une ville ou d’une région, mais beaucoup restent sous domination chrétienne.

  • 13 On parle alors de « l’année de la sortie générale » (M. Chérif, Ceuta à l’époque almohade et mérin (...)
  • 14 Par exemple Ibn Khaldûn, Kitâb al-‘Ibar, éd. Beyrouth, 1959, vol. VI. p. 705. Trad. de Slane, Hist (...)
  • 15 M. Talbi. « al-Ḥiğra al-andalusiyya ilā Ifrīqiya ayyām al-Ḥafsiyyin » (« L’émigration andalouse en (...)
  • 16 Encore faut-il se méfier de l’effet grossissant causé par un tel chroniqueur dont la famille, rapp (...)
  • 17 Al-Himyarī, Kitāb al-rawḍ al-Mi’ṭār, éd et trad. E. Lévi-Provençal, La Péninsule ibérique au Moyen (...)
  • 18 J. Vallvé, « La emigracion andalusī al Magreb en el siglo xiii (despoblación y repobla-cion en al- (...)
  • 19 Cronica de los moros de España, Valence, 1618, p. 462, col. 1, cité par J. D. Latham, « Toward a s (...)

20Si l’on en croit les sources littéraires, en particulier les chroniques arabes (contemporaines ou plus tardives), l’émigration andalouse fut brutale et massive après la chute de chaque ville, en particulier celle de Séville en 124813. Plusieurs personnages de la chronique d’Ibn Khaldûn sont d’origine andalouse, et cet auteur nous dit qu’ils sont venus - eux ou leurs ancêtres - à l’époque de la ğāliya14, mot qui signifie migration, mais aussi exil15, qui sous-entend en tout cas un mouvement massif16. Al-Ḥimyarī également parle d’évacuation totale de la ville17, et les nombreux savants andalous du recueil d’al Ghubrînî ont également migré à cette époque-là. Les chroniques et ṭabaqāt rapportent des cas de naufrages, dus dans de nombreux cas à la surcharge des bateaux d’émigrants, suggérant là encore un mouvement massif18. Les chroniques chrétiennes soulignent également l’ampleur des départs. À propos de la conquête de Séville, Bleda note que « en sortirent en quelques jours plus de 100 000 maures qui passèrent en Afrique, en plus de ceux qui partirent vers d’autres terres de l’Andalousie et de Grenade »19.

21Mais tout le monde sait qu’il faut toujours se méfier de l’effet grossissant de ces sources littéraires, surtout en matière de données chiffrées.

22Pour évaluer ce flux on peut également se placer du côté de la documentation d’archive. Pour le xiiie siècle, nous disposons malheureusement de très peu de documents permettant de mesurer l’ampleur de ce mouvement, mais nous savons en revanche par les documents des xive et xve siècles que les musulmans et les juifs restent nombreux, longtemps après la conquête chrétienne, et que leur départ se poursuit tout au long de notre période.

  • 20 R. Valencia, « La emigracion sevillana hacia el Magreb alrededor de 1248 », dans Actas del II colo (...)
  • 21 J. Vallvé, « La emigracion andalusi... », p. 111, 113. Ce même auteur estime cependant à 50 000 le (...)
  • 22 R. I. Burns, « Les mudejars du royaume de Valence au temps des croisades : une majorité traitée en (...)

23Ainsi pour Séville nous savons que la présence musulmane dans la ville est toujours attestée dans les années qui suivent la prise de la ville par les Castillans : en 1253 il y a un « alcade de los moros », et nous avons des documents sur la communauté musulmane de la seconde moitié du xiiie siècle20. De même à Valence à la fin du xiiie siècle, l’évêque de la ville estime que la moitié de la population du royaume de Valence est encore musulmane21. Nous savons, par ailleurs, grâce notamment aux travaux de Robert I. Burns et de Jacqueline Guiral, que la communauté musulmane de Valence reste importante et très active jusqu’au xve siècle22.

  • 23 En particulier on ne distingue pas toujours les différents types de départs : départs provisoires, (...)
  • 24 M. T. Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País Valenc (...)

24On enregistre des départs de musulmans tout au long des deux siècles et demi qui suivent la reconquête de la ville. Les rythmes de ces départs peuvent dans une certaine mesure être étudiés grâce aux licences d’émigration accordées aux musulmans et aux juifs. Mais dans une certaine mesure seulement car d’une part la documentation est loin d’être homogène23 et complète, et d’autre part elle ne tient pas compte, sauf exception, des départs clandestins qui ont dû être nombreux24.

  • 25 J. Sastre Moll, « Estancia y salida de musulmanes libres y esclavos durante el reinado de Sancho I (...)
  • 26 M. Sanchez, « Las relaciones de la Corona de Aragon con los países musulmanes en la época de Pedro (...)

25Or, les chiffres annuels sont en général assez faibles : cent cinquante-huit sorties de musulmans vers l’Ifrīqiya entre 1311 et 1320, quatre-vingt-onze pour la période 1325-132925. Toujours de Majorque entre 1344 et 1381, soixante musulmans en moyenne quittent chaque année l’île pour les terres d’islam, dont la moitié pour le Maghreb26. Encore ne s’agit-il pas toujours de migrations définitives.

  • 27 Ferrer i Mallol, « L’emigracio... », et sa communication à ce colloque.

26Sans entrer dans les détails de l’histoire de l’émigration musulmane des pays de la Couronne d’Aragon, par ailleurs très bien étudiée par Maria-Teresa Ferrer27, il faut souligner trois facteurs qui ont pu accélérer, ou au contraire ralentir, le départ des musulmans et des juifs.

  • Tout d’abord, bien sûr, le recul politique et militaire musulman, qui s’accélère après 1212. Notons simplement deux moments importants : le milieu du xiiie siècle, qui correspond à une forte poussée chrétienne28 et l’offensive de la fin du xve siècle, qui mène à la disparition du sultanat nasride de Grenade en 1492. A chaque fois on note une accélération des migrations vers le Maghreb. On sait qu’à Bougie, à la suite de la prise de Grenade, le sultan doit établir les Andalous dans un nouveau quartier car il n’y a plus assez de place à l’intérieur des murailles29.
  • Ensuite la tolérance plus ou moins grande des chrétiens. Globalement on ne peut pas dire qu’il y ait eu une politique systématique visant au départ des populations musulmanes ou juives. Les répressions de révoltes mudéjares provoquent des départs plus importants, mais ponctuels30. Quant à la constante insistance de l’Église (et notamment du pape) pour l’expulsion des musulmans, elle reste sans grands effets. Les conversions forcées concernent principalement les juifs, en 1391 et surtout en 143531. En revanche les vagues de mécontentement populaire contre les non-chrétiens aboutissent à des attaques de quartiers musulmans ou juifs, poussant certains à émigrer32. Ainsi la moreria de Valence est attaquée dans les années 1276-127833, et les pogroms de 1391 provoquent une forte émigration de juifs, notamment de Majorque, vers le Maghreb34. La fin du xve siècle, en revanche, est marquée par une politique plus violente, avec le nouvel assaut de la moreria de Valence en 145535. Quant aux accords de capitulation de Grenade en 1492, ils sont vite violés36 et très vite on en vient à une politique de conversions forcées des musulmans, les juifs étant, on le sait, tous expulsés. Cela provoque sans doute une accélération des départs, comme le montre la création d’un nouveau quartier à Bougie.
  • 37 Ferrer i Mallol. « L’emigració », op. cit., p. 19.
  • 38 Ibid., p. 22.

27Mais c’est le contrôle de l’émigration par les États chrétiens qui a surtout joué un rôle important dans les rythmes de départs. Le musulman ou le juif qui veut quitter le territoire doit demander une licence. En théorie elle doit lui être accordée car le droit d’émigrer est reconnu par les souverains chrétiens. Ils s’y sont engagés lors de la soumission des populations autrefois sous domination musulmane37. Les traités avec Grenade insistent régulièrement sur ce droit38. Mais dans la réalité s’affrontent deux logiques, ce qui provoque des « coups d’accordéon » dans les mouvements migratoires :

  • d’une part la logique des propriétaires de terres, qui tiennent à conserver leur main d’œuvre, d’autant que le repeuplement par les chrétiens n’est pas toujours très rapide. Cette pression des nobles se fait de manière plus assidue après les catastrophes démographiques du milieu du xive siècle (pestes et guerre contre la Castille)39 ;
  • d’autre part la logique des souverains, qui mettent en avant le respect des accords passés40, voient dans le départ des musulmans et des juifs un moyen de favoriser le repeuplement chrétien41 et surtout tirent des revenus importants des licences accordées aux musulmans et aux juifs candidats au départ.

28Nous nous trouvons donc face à une suite d’interdictions d’émigrer, souvent rapidement suivies d’une nouvelle autorisation avec, parfois, des restrictions.

29Dans les décennies qui suivent, et jusqu’à la fin du xve siècle, le flux continue, sans doute moins rapide, en tout cas irrégulier.

30Il y a une certaine contradiction entre d’une part les textes (en particulier arabes), qui parlent d’une migration massive et immédiatement consécutive à la reconquête des villes, et d’autre part l’évidence des documents d’archives qui montrent au contraire un flux plus ou moins régulier, et étalé sur toute la période.

31En fait les deux types de sources sont complémentaires. Il est incontestable que la prise des villes a provoqué une fuite brutale de la population, mais pas de toute la population : une partie importante reste et n’émigre par la suite que de manière plus lente. Il faut en fait distinguer les catégories sociales.

Des rythmes différents selon les catégories sociales

32Sans doute les élites intellectuelles et politiques ont-elles fui les premières, et cela massivement. Cette émigration des élites est la plus visible, mais peut-on en déduire pour autant que le reste de la population a fui aussi massivement et rapidement ?

  • 42 M. H. Belkhodja, « Al-Higra al-Andalusiyya ilā Ifrīqiya fi 1-qarn 7/13 » (L’émigration andalouse v (...)
  • 43 M. Marin, « Des migrations forcées: les ‘Ulama’ d’al-Andalus face à la conquête chrétienne », dans (...)

33Nombreux sont ceux qui l’ont affirmé42, mais si l’on se reporte aux textes, les quelques personnages que l’on voit émigrer au moment de la conquête font tous partie des élites savantes et politiques. Ce sont eux que nous montrent nos textes, chroniques ou recueils de biographies. C’est le cas en particulier pour al-Ghubrīnī, témoin de cette migration du milieu du xiiie siècle et qui se fait le biographe de plusieurs de ces savants andalous installés à Bougie à cette époque. Une étude de Manuela Marin, à partir de la Takmila du Valencien Ibn al-Abbār aboutit aux mêmes conclusions43. Mais ces exemples ne sont pas pour autant représentatifs de l’ensemble de la population.

  • 44 Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 118-119.
  • 45 R. Arié, « Acerca del traje musulman en Espagna desde la caída de Granada hasta la expulsion de lo (...)

34Si l’on reprend le point de vue ibérique, on constate également que ce sont souvent les élites qui ont fui en premier. A Valence, où les musulmans restent longtemps majoritaires, la production intellectuelle est pourtant presque inexistante44. De même pour Grenade, Rachel Arié constate que l’aristocratie émigre en septembre 1492, au plus tard en mai 1493, à Tunis ou Bougie, en suivant le dernier souverain nasride Boabdil, même si la masse de la population reste, confiante dans les capitulations45.

  • 46 Je reprends ici pour l’essentiel les analyses de M. S. Baïzig, Bigāya fi al-‘ahd al-ḥafṣī : Dirāsa (...)

35Il est vraisemblable que le départ de ces élites a été plus précoce que pour le reste de la population andalouse, et cela pour plusieurs raisons46.

  • 47 Ch. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et m (...)

36Il faut tout d’abord souligner que certains disposent souvent de moyens financiers leur permettant un départ rapide et lointain. Christophe Picard a montré combien la richesse foncière en al-Andalus est également aux mains de ces élites savantes qui constituent le pouvoir47.

37La deuxième raison de leur départ précoce est que leur position sociale, dépendante le plus souvent du pouvoir, ne pouvait que souffrir du passage sous la domination chrétienne. Il n’est pas impossible d’ailleurs que, dans certains cas, les chrétiens les aient poussés au départ afin de décapiter les communautés musulmanes et mieux les contrôler. Par ailleurs ces notables retrouvent en Ifrīqiya des possibilités de carrière dans l’État hafside, et leur réinstallation est sans doute facilitée par les contacts intellectuels noués au cours de leurs voyages d’étude ou de leurs pèlerinages.

  • 48 F. Dachraoui, « Intégration ou exclusion des minorités religieuses. La conception islamique tradit (...)
  • 49 Abū al-Ḥasan ‘Alī b. ‘Uṯmān al-Zarwālī, cité par H. Bouzineb, « Respuestas de jurisconsultos... », (...)
  • 50 À cela M. Talbi ajoute l’importance de ce qu’il appelle « défaitisme » des élites anda-louses: Tal (...)

38Enfin, peut-être ces élites religieuses ont-elles été plus sensibles au fait qu’il n’était pas licite de demeurer sous domination infidèle48. Sur ce point, les juristes divergent, même si les positions se durcissent nettement à la fin de la période. Cependant, la tendance dominante semble avoir été de condamner ceux qui restaient sous domination chrétienne. Ainsi un faqīh de Bougie affirme qu’il faut fuir le pays des incroyants car l’incrédulité s’approprie la foi, et parce que la soumission aux lois autres que celles de l’islam est inconcevable49. Si ces réprobations ne semblent pas avoir eu beaucoup d’effet sur les populations musulmanes dans leur ensemble, il est probable qu’elles ont eu plus d’impact sur des gens dont la légitimité était avant tout religieuse50.

39Pour les autres catégories de la population andalouse au contraire, le flux a dû être plus lent. Pour les paysans, il était difficile de quitter une terre sans savoir s’il serait possible de trouver l’équivalent en pays musulman. Les artisans et les petits commerçants, peut-être plus facilement mobiles, devaient tout de même abandonner leur atelier ou leur échoppe et se reconstituer une clientèle dans un pays nouveau. Enfin, les grands marchands semblent avoir cherché à profiter d’un double ancrage, en terre musulmane et en terre chrétienne, sans abandonner totalement l’Espagne. Par ailleurs les moins fortunés, quand ils partaient, ont sans doute eu plutôt tendance à aller moins loin, dans ce qui restait de l’Espagne musulmane ou au Maroc tout proche.

Une émigration par étapes

  • 51 L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie-xiiie siècle ». Bulletin d’Études Orientales, 28 (1975), p (...)

40En effet, cette migration vers l’Ifrīqiya se fait souvent par étapes : les émigrés vont souvent au plus proche, c’est-à-dire dans le sultanat nasride. Mais ces exilés posent des problèmes de ravitaillement, voire d’ordre public, et les difficultés du sultanat de Grenade pour recevoir ces immigrés facilitent leur départ vers le Maghreb. Dès lors ils s’installent là où ils pensent trouver des moyens de refaire leur vie, fut-ce provisoirement. Ainsi Bougie ne constitue parfois qu’une étape vers l’Est, vers Tunis, voire plus loin vers l’Orient51.

  • 52 Le plus souvent cependant on indique simplement que la personne émigre en « Berbérie ».
  • 53 M. Ruzafa Garcia, « Las relaciones económicas entre los mudéjares valencianos y el reino de Granad (...)
  • 54 Par exemple en 1410 à Valence Cale ben Bical, qui rentre avec sa femme Fatima, sa belle fille Colc (...)
  • 55 ARV, Real cancileria, Reg. 705, fol. 330r-356v.

41En fait il n’est pas toujours facile de savoir où vont ces migrants. Les licences d’émigration délivrées par les autorités ibériques donnent parfois des destinations précises52, mais on ignore si cela correspond à une véritable installation ou simplement un premier point de chute. Il est possible que ceux qui avaient des relations avec une ville du Maghreb en particulier ont dû plutôt la choisir. Ces liens pouvaient être commerciaux, car de nombreux mudejars ont des activités commerciales au Maghreb53. Ils peuvent également être familiaux. En effet parmi les motifs des licences provisoires de départs de musulmans et de juifs figurent souvent des récupérations d’héritages54. Enfin ils peuvent être de nature intellectuelle. C’est le cas, comme nous l’avons vu, des élites savantes, qui ont pu nouer des relations au cours de leurs voyages d’études ou de leurs pèlerinages, mais également de ceux dont les documents chrétiens nous disent qu’ils partent au Maghreb pour apprendre à lire et écrire l’arabe. Ces relations sont fréquentes et régulières, comme on le voit en particulier avec les musulmans transportés par les galées de Venise : lorsque celles-ci passent à Valence entre le 22 et le 23 septembre 1359, vingt-sept musulmans embarquent pour le Maghreb, treize pour commercer, huit pour apprendre à lire et écrire l’arabe et six pour récupérer des héritages55. En ce sens, Bougie représentait une destination importante, en raison de ses relations anciennes avec al-Andalus et de la communauté andalouse qui y vivait déjà.

  • 56 H. Ferhat parle d’une « communauté andalouse déracinée, errante et aussi désespérée que cynique ». (...)
  • 57 Peut-être y était-il plus facile de repartir de rien ou presque qu’à Tunis.
  • 58 Al Ghubrīnī, ‘Unwan, op. cit., p. 101-102.
  • 59 Ibid., p. 301-302.

42Mais l’on a surtout le sentiment d’une grande mobilité, et parfois d’une errance entre les villes du sultanat nasride et du Maghreb56. Incontestablement Bougie, par son dynamisme, est une destination importante, mais elle n’est souvent qu’une étape dans un parcours plus large, qui va en général d’ouest en est. Nous avons connaissance de plusieurs cas de savants qui passent par Bougie avant de s’installer à Tunis57. Ainsi le médecin Abū 1-Qāsim Muḥammad b. Aḥmad b. Muḥammad al-Umawī, connu sous le nom d’Ibn Andrās (m. 674/1272-1173), venu de Murcie, reste un moment à Bougie et y enseigne avant d’être appelé par le sultan al-Mustanṣir à Tunis58. De même le faqīh Abū l-‘Abbās Aḥmad al-Gharnāṭī, qui va d’abord à Bougie, puis à Tunis où il s’adonne à l’enseignement59.

  • 60 Il est intéressant de noter que lorsqu’au xve siècle Alger tend à supplanter Bougie comme pôle éco (...)

43Le choix de Bougie par les Andalous est donc assez révélateur de l’importance relative de la ville dans l’espace maghrébin60, et ifrīqiyen en particulier : suffisamment dynamique pour attirer un grand nombre de gens, mais aussi moins importante que Tunis, où nombreux sont ceux qui se rendent après une étape plus ou moins longue à Bougie. Il n’est pas impossible que ce soit une ville où il était plus facile de démarrer une nouvelle carrière et d’où l’on partait lorsqu’un poste plus intéressant se présentait à Tunis.

II. Les activités des Andalous à bougie : un rôle dynamique ?

44L’une des raisons du choix de Bougie était la possibilité d’y retrouver une activité professionnelle.

  • 61 Au début du xviie siècle l’expulsion des morisques d’Espagne provoque un afflux considérable des A (...)
  • 62 Révélatrices à ce sujet sont les remarques d’Odette Petit dans un article de 1971 : « petit à peti (...)

45On a depuis longtemps souligné le rôle dynamique de l’élément andalou au Maghreb. Pourtant il faut prendre garde à ne pas exagérer leur rôle : les traces de leur présence et de leur activité sont encore très présentes aujourd’hui, mais il faut faire la différence entre les migrations médiévales et la grande migration de l’époque moderne61. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que les auteurs contemporains qui en parlent sont parfois eux-mêmes andalous et ont tendance naturellement à exagérer le rôle de cette minorité. Enfin, il faut se méfier d’une tradition historiographique qui a vu dans ces Andalous (entendons « Européens ») une population qui aurait provisoirement ralenti le déclin inexorable du Maghreb, dû aux migrations hilaliennes (entendons « Arabes »)62. Malgré tout, leur apport, ne serait-ce que par leur poids démographique, a été important, tant sur le plan politique que sur le plan intellectuel ou économique, et a contribué à la prospérité de la ville.

Leur rôle intellectuel et politique

46Nous disposons de nombreux exemples de ces élites savantes et politiques qui font une belle carrière à Bougie. Souvent, ils ne repartent pas de rien, mais doivent cependant asseoir leur réputation dans cette nouvelle ville avant d’occuper des postes importants.

  • 63 Talbi, « al-Ḥiğra al-andalusiyya... », p. 186-197.
  • 64 Les comptages varient selon les auteurs. Sur les 109 notices, Mohamed Talbi et Salah Baïzig trouve (...)
  • 65 A. Cahen, « Les juifs dans l’Afrique septentrionale », Recueil de la Société archéologique de Cons (...)

47Leur poids dans la vie intellectuelle et religieuse a été prédominant et est bien connu63. Les nombreux Andalous présents dans le recueil d’al Ghubrīnī (environ un tiers des notices) l’attestent64. Leur rôle intellectuel a également été important dans la communauté juive, où au début du xve siècle, Benjamin Amar, qui se trouve à la tête de la communauté juive de Bougie, est un rabbin venu d’Espagne65.

  • 66 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 382.
  • 67 Latham, « Toward a study... », p. 38.

48Ils ont également eu un poids politique réel. Les premiers souverains hafsides avaient vécu en al-Andalus avant de venir en Ifrīqiya66, et avaient une inclination pour les gens d’al-Andalus, appréciant notamment leurs compétences dans les domaines politique et diplomatique67. Les sultans Abū Zakariyā’ et al-Mustanṣir en particulier ont eu tendance à favoriser cet élément andalou qu’ils connaissaient bien. A en croire Ibn Khaldūn, Séville a été la ville d’al-Andalus ayant eu les relations les plus suivies avec Abū Zakariyā’ et ses descendants. Ce dernier avait en effet gouverné Séville pour les Almohades, de sorte que lorsque la région fut conquise par les chrétiens, ses habitants émigrèrent en nombre en Ifriqiya, et l’on trouva autour des souverains de nombreuses personnes originaires de Séville.

  • 68 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères , vol. II, p. 421.
  • 69 lbid., p. 436.

49Sans entrer dans le détail de leur rôle politique, qui a déjà donné lieu à plusieurs études, je me contenterai d’un exemple de ces belles carrières à travers le personnage du chambellan Ibn Ghamr, dont la famille avait émigré de Jativa vers 124868. Son père avait dans un premier temps établi des contacts utiles au Palais de Bougie, et c’est ainsi que le fils attira l’attention de l’émir de la ville Abū Zakariyā’ b. Abī Isḥāq qui le prit à son service comme receveur des impôts, puis ministre des finances. Mais il en fut délogé à la suite d’une intrigue, et dut attendre l’arrivée sur le trône d’Abū 1-Baqā’ pour être rappelé à la cour. Il devint alors chambellan (ḥāgib), élimina ses rivaux, soumit les fonctionnaires, puis il intrigua et arriva à faire remplacer Abū 1-Baqā’ par Abū Yaḥyā Abū Bakr, qui devint sa marionnette. Quand celui-ci devint trop entreprenant, il l’envoya avec la cour à Constantine, d’où il ne revint jamais à Bougie. Notons qu’au cours de sa carrière, Ibn Ghamr fut longtemps secondé par son protégé Muhammad b. al-Qālūn, originaire d’Almeria, donc un autre Andalou, chargé à Bougie de l’administration des impôts et de la direction générale de la douane69.

  • 70 M. Talbi, qui est très sévère sur leur rôle, écrit qu’au lieu de se ressaisir après avoir compris (...)

50Évidemment, tous n’ont pas connu de telles carrières. Mais celle d’Ibn Ghamr est intéressante, car elle montre bien que le point de départ de leur ascension est souvent un poste technique lié aux finances ou à la douane, ce qui leur permet de montrer leurs talents et de s’enrichir, avant de briguer des postes plus importants et politiques. Ainsi se créent de véritables dynasties andalouses, à la durée de vie à vrai dire assez courte en raison des rivalités très dures qui les déchirent70.

  • 71 Ibn Khaklūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 365.

51Leur présence dans l’armée, en revanche, n’est pas évidente. On sait qu’il y avait en 1270 un gund des Andalous contre les Croisés71, mais il ne semble pas qu’il ait duré, et l’on n’en relève aucune trace pour Bougie.

52Dans le domaine économique, les Andalous ont également joué un rôle important, du moins dans certains secteurs de l’activité urbaine.

Leur rôle dans l’économie

53Nous entrons là dans un domaine moins connu, tant les sources utilisables sont imprécises sur ces questions.

  • 72 J. D. Latham, « Toward a study... », op. cit., p. 25, 39.
  • 73 Géographe et historien grenadin du xiie siècle, auteur de la Farḥat at-Anfus, il fut au service du (...)
  • 74 Cité par Vallvé, « La emigración andalusi ». p. 108.
  • 75 Ibid.

54Plusieurs auteurs ont souligné le rôle moteur des Andalous dans l’activité économique du Maghreb. On les trouve comme artisans, commerçants, agriculteurs, introduisant à chaque fois de nouvelles techniques de travail, insufflant un nouveau dynamisme à l’économie maghrébine72. Ibn Ghâlib73 écrit ainsi « la majeure partie des gens d’al-Andalus émigra de leurs terres et se répandit dans les régions du Maghreb et de l’Ifriqiya. Les paysans préférèrent les campagnes [...] et s’associèrent aux indigènes : ils découvrirent des eaux souterraines, plantèrent des arbres, restaurèrent des moulins à farine mus par l’eau et autres choses. Ils leur enseignèrent des techniques nouvelles qu’ils n’avaient jamais apprises ni vues. Grâce à eux ces régions prospérèrent, améliorant leurs affaires et augmentant leurs récoltes, augmentant en tout leurs bénéfices et biens »74. Il ajoute, concernant les artisans, qu’ils étaient supérieurs aux indigènes, et suscitèrent l’admiration des gens75. Mais c’est un Andalou qui parle.

  • 76 Ferrer i Mallol, « L’emigració... », p. 20.

55On sait aussi que dans les plaintes des nobles de la péninsule Ibérique contre l’émigration des musulmans l’un des arguments avancé est qu’ils peuvent transporter au Maghreb des connaissances acquises en Espagne et qu’ils risquent de représenter rapidement une concurrence pour les chrétiens sur le plan économique76. De même, les plaintes des Maghrébins devant la concurrence des Andalous montre leur dynamisme.

  • 77 Archivo del Reino de Mallorca, Lletres Comunes 99, fol. 295 (01-10-1423).
  • 78 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judios (1391-1444) », Hispania, 45 (1985). p. 204
  • 79 C’est également le cas des convers qui, en Espagne, ont eu des contacts avec les juifs maghrébins. (...)
  • 80 J. Guiral, « L’apport des communautés juives... », p. 463; J. Hinojosa Montalvo, « Acti-vidades co (...)

56Cependant, il est un domaine où leur rôle est manifeste : celui du commerce, du moins le commerce maritime. Ils disposent là d’atouts incontestables face aux autres habitants de Bougie, et l’on trouve dans la documentation catalane des marchands, peu nombreux il est vrai, dont on nous dit qu’ils sont originaires d’al-Andalus mais sont installés à Bougie. C’est le cas par exemple, en 1423, d’Ali de Benxernit, né à Valence, mais qui vit à Bougie77. Les responsa du rabbin majorquin Simeon ben Zemah Duran, installé à Alger, nous montrent des juifs espagnols installés à Bougie et qui commercent avec le monde chrétien, profitant du réseau de communautés juives présentes dans les grands ports européens. Ainsi, dans les années 1390, on trouve la trace d’un certain Mosé Amer, immigrant de Majorque, établi à Bougie, qui commerce et reçoit du vin de son beau-frère, convers à Majorque78. Les études sur le commerce des juifs79 et des musulmans de la péninsule Ibérique nous montrent en effet les liens commerciaux entre coreligionnaires des deux côtés de la Méditerranée80. Ces marchands andalous connaissaient les marchés chrétiens, les techniques de commerce, la langue, et étaient ainsi bien placés pour exercer cette activité dans leur pays d’adoption.

57Incontestablement ils ont contribué à la prospérité de la ville à une époque où une grande partie de ses échanges maritimes se fait avec l’Espagne chrétienne.

Leur rôle dans la piraterie musulmane ?

  • 81 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », Revue Africaine, 69 (1928), p. (...)
  • 82 Lors du sac de Torreblanca par les corsaires bougiotes en 1397, le jour choisi est celui d’une gra (...)

58Il est une dernière activité pour laquelle on a affirmé que le rôle des Andalous a été prépondérant : celui de la piraterie81. Les exilés auraient nourri une animosité particulière contre les chrétiens, et auraient poussé à la course contre eux. Leur connaissance de la mer et des côtes espagnoles, voire leurs contacts sur place82 leur en auraient facilité la tâche. Sans exagérer leur rôle, nous pouvons relever quelques indices allant dans ce sens.

  • 83 Archivo de la Corona de Aragón, Cancelleria (par la suite ACA), Reg. 1994, fol. 172r-v (06/07/1391 (...)

59En 1391, une galiote armée de Joan de Sant Joan, habitant de Majorque, capture dans les eaux de cette île soixante-six Maures de la Couronne d’Aragon, partis pour Bougie avec des licences d’émigration sur la coca de Guillem Gentil de Majorque. Comme ils étaient porteurs d’un sauf-conduit royal, il s’ensuit un procès, durant lequel le corsaire se défend avec un argument intéressant, repris ensuite par le roi pour justifier sa décision de le considérer comme de bonne guerre : il avance qu’il s’agit de captures de bonne guerre car, parmi ces Maures, se trouvaient des forgerons, des menuisiers, des marins et des pêcheurs, et connaissant d’autres arts et métiers, et connaissant les lieux, ports et mers de la Couronne d’Aragon. Il ajoute que si par malheur ils parvenaient à Bougie, ils pourraient « faire divers armements de moros, qui facilement pourraient capturer et causer de grands dommages à nos sujets », et notamment aux Baléares83. Finalement en 1396, à la suite d’un nouveau procès intenté par le procurateur de plusieurs de ces musulmans, ils sont libérés. Mais on voit bien que les chrétiens considéraient ces Andalous comme l’une des raisons du développement de la piraterie à Bougie et dans d’autres ports du Maghreb, ce qui n’était pas forcément pure paranoïa.

III. Une minorité intégrée ?

60Cette population andalouse, nombreuse et active, s’est installée dans une ville déjà peuplée, même si nous avons vu qu’il y avait une certaine dépression démographique. Cela pose le problème de son intégration dans le reste de la population.

Une communauté à part ?

  • 84 J. D. Latham, « Toward a study... », op. cit., p. 40.

61Ce flux continu d’immigrants ne favorise guère l’intégration et crée au contraire les conditions d’une identité commune, voire communautaire, pour ces exilés84. Certes tous appartiennent au Dār al-Islām, ou à la communauté juive, mais cette même origine religieuse ne suffit pas à leur intégration parfaite.

  • 85 La chronique d’al-Marīnī. trad. Féraud (« Conquête de Bougie... », op. cit., p. 251-2) parle d’un (...)
  • 86 Il s’agit de Abū Bakr Muḥammad al-Muḥriz, mort en 655-1257 (al Ğubrīnī, ‘Unwān, op. cit., p. 242).
  • 87 D. Urvoy, « La structuration... », op. cit., p. 100.

62Nous avons vu qu’à la fin du xve siècle au moins il existait un quartier andalou, mais rien n’indique qu’il ait existé auparavant ; il semblerait au contraire que ce soit une création récente, en relation avec la chute du sultanat de Grenade85. Il semble bien que les Andalous aient conservé une forte identité commune, marquée par leur origine et leur histoire d’exilés. On sait qu’au xiiie siècle il existait à Bougie un chef du groupe des Andalous (rā s al-gamā a al-andalusiyya bi-Bigāya), ce qui indique une forme d’organisation86. Une étude de Dominique Urvoy à partir du recueil de biographies d’al-Ghubrīnī a montré une forte structuration du groupe des lettrés andalous à Bougie. Il constate qu’al-Ghubrīnī ne mentionne que rarement les rapports autres que ceux d’enseignement ou de consultation entre ses compatriotes, mais le fait fréquemment entre les Andalous et il lui paraît naturel qu’un maître espagnol à Bougie enseigne de préférence à des Espagnols87. Pourtant l’auteur de ce recueil, appartenant aux élites locales, ne semble pas faire de différence entre les deux groupes et suit indifféremment l’enseignement des uns ou des autres.

  • 88 Cité par H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, vol. 1, From the anti-quity to t (...)

63Nous retrouvons cette même organisation communautaire pour les juifs, et l’existence de deux communautés juives à Bougie est attestée par une consultation juridique donnée par Solomon b. Simon Dûrân88.

  • 89 Lorsque ‘Abd al-Bāsiṭ vient à Tunis, il est accueilli par les autres Andalous, et invité à une fêt (...)

64Cette identité est marquée par la conservation de coutumes propres89, et surtout par la conscience d’une supériorité sur les populations locales, source de conflits entre les deux groupes. Elle pose évidemment le problème des relations avec les autres populations vivant à Bougie.

Des relations parfois difficiles entre les deux communautés

  • 90 On retrouve ces mêmes tensions à Alexandrie où de nombreux immigrants maghrébins ou andalous pauvr (...)
  • 91 Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 318.
  • 92 Al-Wanšarīsī, al-Mi‘yār al-mughrib wa l-ğāmi‘ al-mughrib ‘an fatāwī ‘ulamā’ Ifrīqiya wa l-Andalus (...)

65La lecture des auteurs andalous montre parfois un mépris réel vis-à-vis des populations locales. Il semble bien qu’il y ait eu une conscience assez forte de leur supériorité sur les autres. À l’inverse, l’accueil de ces réfugiés n’a pas toujours été des plus cordiaux90. Nombreux sont d’ailleurs ceux qui cherchent à revenir en pays chrétien après une expérience malheureuse, droit qui leur est d’ailleurs explicitement accordé lors de la capitulation de Grenade91. Cette hostilité est visible dans une fatwa d’al-Wanšarīsī. Ce farouche adversaire du maintien de populations musulmanes dans l’Espagne chrétienne affirme qu’il vaut mieux choisir un pays où règne l’injustice (le Maghreb, où les Andalous sont rejetés) qu’un pays où règne l’incrédulité, ce qui revient à reconnaître implicitement le peu d’empressement des Maghrébins à accueillir les réfugiés andalous92.

66Il y a donc incontestablement eu des rivalités entre les communautés, visibles particulièrement sur les plans politique et économique.

a) Rivalité politique

  • 93 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 375-6.

67Notre source la plus riche pour l’histoire politique, même si elle n’est pas, de loin, la plus objective, est encore Ibn Khaldûn. Il parle des rivalités entre Almohades et Andalous, qui tournent en général sous sa plume au profit des seconds. Il nous décrit par exemple la carrière d’Ibn Ḥabbarar, natif de la province de Murcie, venu au Maghreb avec les émigrés qui abandonnèrent l’Espagne au moment de la conquête de cette région. Il se rend maître des affaires de Tunis, puis nomme son frère Abū l-‘Ulā administrateur des impôts de Bougie, s’attirant la haine des cheikhs almohades et des courtisans93.

  • 94 Ibid., p. 376-377.

68Le gouverneur de la ville, Muḥammad b. Abī Hilāl finit par être exaspéré et le fait assassiner en 667-126994.

  • 95 Ibid., p. 405.
  • 96 Ibn Qunfuḏ. al-Fārisiyya fī mabādī’ al-dawla al-Ḥafṣiyya, éd. ‘Abd al-Mağīd Turkī. Tunis. 1968, p. (...)

69Pourtant cette opposition a sans doute été moins forte qu’à Tunis, où le groupe des Almohades était puissant. Lorsque Ibn Khaldūn évoque le poids d’Ibn Sayyid al-Nās à Bougie, il le compare à Ibn Abī 1-Ḥusayn sous al-Mustanṣir, disant qu’il avait les mêmes privilèges que lui, et même plus grands, car, précise-t-il, on ne rencontre pas à Bougie de puissants chefs Almohades qui, à Tunis, avaient si bien su courber l’ambition et entraver les démarches du ministre d’al-Mustanṣir95. Surtout, si l’on parcourt la chronique sans s’attarder aux quelques crises entre Almohades et Andalous rapportées par notre auteur, on constate que souvent la co-existence n’est pas forcément si mauvaise. A l’époque d’al-Mustanṣir, Ibn Šayḫ, originaire de Dénia, va à Bougie où il s’occupe de parfums, lorsque le cheikh almohade Abū ‘Abd Allāh b. Yāsīn al-Hintātī le prend parmi ses compagnons. Plus tard, lorsque Ibn Yâsin est appelé à Tunis il demande à Ibn Šayḫ de le rejoindre96.

  • 97 Venu de Denia à Bougie en 694/1294-1295, occupe un poste de secrétaire auprès de Muḥammed b. Yāsīn (...)
  • 98 Ibn Khaldūn lui-même rappelle, à propos de l’accession au trône de Bougie d’Abū Zakariyā’ Yaḥyā, e (...)

70Il semblerait qu’un équilibre ait été atteint et que les chambellans successifs, très souvent andalous à partir de la fin du xiiie siècle, se soient appuyés pour gouverner sur le groupe des cheikhs almohades, avec peut-être un personnel « technique » andalou. Mais assez rapidement cette spécialisation semble s’atténuer. A propos du chambellan andalou97 Abū 1-Qāsim al- Šayḫ, mort en 694/1294-1295, Ibn Khaldūn écrit « quant à l’administration de l’Etat et le commandement de l’armée, ces fonctions importantes furent réservées aux cheikhs almohades ; mais, dans la suite, plusieurs grands changements eurent lieu, ainsi que le lecteur verra plus loin, et l’on remplaça sans difficulté un almohade par une personne qui ne l’était pas, vice-versa ». Il ne semble donc pas qu’il faille exagérer cette rivalité entre Andalous et Almohades, lesquels conservent toujours une grande importance98.

b) Rivalité économique

  • 99 Cité par A. Cahen, « Les juifs dans l’Afrique septentrionale », op. cit., p. 150.
  • 100 Cité par M. Abitbol. « Juifs maghrébins et commerce transsaharien du viiie au xve siècle », Revue (...)
  • 101 On sait que les musulmans et les juifs avaient le droit de vendre leurs biens avant de quitter les (...)

71Cet accueil parfois difficile des immigrants s’explique surtout par la concurrence économique que représentent les Andalous pour les autres Bougiotes. On a pu dire que les Andalous ont apporté un savoir-faire nouveau, en particulier dans l’agriculture. Ce n’est pas impossible, même si les preuves ne sont pas nettes pour cette époque. Il est surtout vraisemblable que la nécessité de refaire leur vie les a poussés à un plus grand dynamisme. Mais il y a une autre raison, comme le montre une consultation juridique du rabbin Duran (1361-1444). Après 1391 l’afflux de nouveaux juifs au Maghreb provoque en effet des tensions au sein de la communauté, et l’on trouve même un cas où un rabbin doit intervenir pour atténuer la démarche de certains juifs auprès des autorités musulmanes visant à empêcher le débarquement de 45 familles juives andalouses, attendant dans le port la permission de débarquer99. À Bougie, les juifs locaux (toshavim) supportent mal la concurrence des « expulsés » (megorashim), et se plaignent au rabbin Duran, qui leur répond : « Avant l’arrivée dans votre ville des juifs du pays d’Edoum vous viviez aisément de vos rapports avec les Arabes qui avaient besoin de votre artisanat et vous donnaient des acomptes en numéraire que vous utilisiez pour votre commerce et votre subsistance. Or, comme les réfugiés étaient venus dans votre ville avec des fonds leur permettant de vous devancer dans la fabrication d’objets artisanaux, les Arabes les préférèrent à vous, y trouvant chez eux tout ce dont ils avaient besoin »100. Cette phrase montre que, outre les connaissances techniques professionnelles, les Andalous venaient avec des capitaux importants, visiblement beaucoup plus que ceux dont disposaient les juifs locaux, et exerçaient de ce fait une concurrence jugée déloyale101.

Conclusion

72Sans exagérer à l’excès l’apport quantitatif et qualitatif des Andalous à Bougie, on peut donc voir que la ville a bénéficié d’un apport régulier, et finalement important, de populations musulmanes ou juives d’origine andalouse. Elle apparaît comme une zone de contact importante en Méditerranée occidentale, et avant tout entre l’Espagne musulmane et le Maghreb.

73Sans doute cette arrivée d’une population consciente de sa propre identité andalouse a-t-elle posé des problèmes de cohabitation, en dépit d’une communauté de langue et de religion.

74Mais Bougie est aussi un point de contact entre les mondes chrétien et musulman, et les Andalous ont en ce sens joué un rôle de premier plan dans les relations avec les chrétiens. Peut-être leur passé d’exilés leur a-t-il donné un sentiment fort d’hostilité, qui s’est traduit par la piraterie. Mais ils ont surtout servi d’intermédiaires privilégiés, en particulier dans le domaine commercial, contribuant ainsi à la prospérité d’une ville qui vivait en grande partie de l’activité de son port. En tout cas ils furent des acteurs essentiels de l’ouverture maritime de Bougie.

Notes

1 Les causes en sont sans doute la rupture dans le peuplement, provoquée par l’occupation espagnole au xvie siècle, l’expulsion de la population, et la ruine de la ville qui en résulta.

2 Ibn al-Athîr, Annales du Maghreb et de l’Espagne, trad. E. Fagnan, Alger, 1898, p. 476.

3 Al-Bakrī. Kitāb al-Masālik wa l-mamālik, éd. A. van Leuwen et A. Ferré, Tunis, 1992, p. 757. trad. Mac Guckin de Slane, Alger. 1911-3, rééd. Paris, 1965, p. 166.

4 H. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles: les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 143-158.

5 Abū al-‘Abbās al-Ghubrīnī, ‘Unwān al-dirāya fi man ‘Urafa min al-’ulamā fî al-mi’a as-sābi’a bi Biğāya, éd. Rābih Būnār, Alger, 1970.

6 Al-Maqqarī al-Tilimsānī, Nafḥ al-ṭīh min ghaḍn al-Andalus al-raṭīb, éd. Iḥsān ‘Abbās, Beyrouth, 1988, 8 vol.

7 Les documents de la Geniza du Caire sont, malheureusement, souvent d’une date trop reculée pour concerner l’émigration andalouse. Les textes les plus intéressants sont sans doute les recueils de Responsa mais leur étude, à ma connaissance, reste encore en grande partie à faire.

8 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du xie au xve siècle », Cahiers de Tunisie, 97/8 (1977), p. 56. Ce problème démographique ne fait que s’accentuer par la suite, notamment après les grandes pestes du xive siècle (ibid., p. 58).

9 Al-Bakrī, op. cit., p. 166. Cet auteur écrit en 1068, soit au moment de la fondation de Bougie et ses informations, de seconde main, se reportent parfois à une situation antérieure à cette fondation, mais il écrit en al-Andalus, et dispose d’informations qui émanent en partie de marchands et de voyageurs qu’il a pu rencontrer, et qui ont pu lui parler de cette installation d’Andalous à Bougie. Sur les activités des Andalous sur les côtes du Maghreb à cette époque voir O. R. Constable, Trade and traders in Muslim Spain. The commercial realignement of the Iherian peninsula. 900-1500, Cambridge, 1994, p. 31-35.

10 Ibn al-Athīr, op. cit., p. 476.

11 Est-ce un hasard si la rencontre décisive entre le Mahdî Ibn Tūmart et le futur calife almo-hade ‘Abd al-Mu’min se déroule précisément à Bougie? Le premier revient d’Orient, et le second, selon certaines sources du moins, est en route pour aller « chercher la science ». Al-Baydhaq. « Kitāb akhbār al-Mahdī Ibn Tūmart », éd. et trad. E. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade, fragments inédits du « Legajo » 1999 du fonds arabe de l’Escurial, Paris. 1928, p. 82 de la trad.

12 Sur ce personnage, devenu le saint patron de Tlemcen, la bibliographie abonde. Voir la mise au point récente de H. Ferhat, « Un maître de la mystique maghrébine au xiie siècle : Abu Madyan de Tlemcen », dans Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles: les siècles de la foi, Casablanca. 1993, p. 55-78.

13 On parle alors de « l’année de la sortie générale » (M. Chérif, Ceuta à l’époque almohade et mérinide, Paris, 1996, p. 175). A Ceuta on doit construire une nouvelle muraille en 648/1250 à la suite de l’arrivée des réfugiés de Séville (ibid., p. 38).

14 Par exemple Ibn Khaldûn, Kitâb al-‘Ibar, éd. Beyrouth, 1959, vol. VI. p. 705. Trad. de Slane, Histoire des Berbères, Alger, 1852-6, vol. II, p. 405.

15 M. Talbi. « al-Ḥiğra al-andalusiyya ilā Ifrīqiya ayyām al-Ḥafsiyyin » (« L’émigration andalouse en Ifrīqiya à l’époque hafside »), al-Asāla, 26. 1975, p. 46-90. rééd. dans Études d’histoire ifrîqiyenne et de civilisation musulmane médiévale, Tunis, 1982, p. 175. On note parfois une certaine confusion des termes, entre gāliya et higra, certains juristes identifiant l’émigration des Andalous à l’Hégire du Prophète pour mieux en souligner l’absolue nécessité pour les musulmans. Cf. H. Bouzineb, « Respuestas de jurisconsultes magrebíes en torno a la inmigración de musulmanes hispánicos », Hespéris-Tamuda, 27-28 (1989-1990), p. 55.

16 Encore faut-il se méfier de l’effet grossissant causé par un tel chroniqueur dont la famille, rappelons-le, est originaire de Séville et a quitté la ville peu de temps avant sa chute, alors que les armées chrétiennes étaient sur le point de la prendre (Ibn Khaldūn, Le Voyage d’Occident et d’Orient, trad. A. Cheddadi, Paris, 1980, p. 41 : « Les Banû Khaldûn redoutèrent les suites d’une victoire du roi chrétien. Abandonnant Séville, ils passèrent la mer et s’installèrent à Ceuta »).

17 Al-Himyarī, Kitāb al-rawḍ al-Mi’ṭār, éd et trad. E. Lévi-Provençal, La Péninsule ibérique au Moyen Âge, Paris, 1938, trad. p. 28 : « la population quitta la ville, qui demeura vide pendant trois jours. Le souverain chrétien fit accompagner les émigrants par un détachement armé jusqu’à la zone de sécurité musulmane ».

18 J. Vallvé, « La emigracion andalusī al Magreb en el siglo xiii (despoblación y repobla-cion en al-Andalus) », dans Relaciones de la peninsula ibérica con el Magreb siglos xiii-xvi, actas del coloquio Madrid (17-18 diciembre 1987), dir. M. Garcfa-Arenal et M.-J. Viguera, Madrid, 1988, p. 114.

19 Cronica de los moros de España, Valence, 1618, p. 462, col. 1, cité par J. D. Latham, « Toward a study of Andalusian Immigrations and its place in Tunisian History », Cahiers de Tunisie, 5 (1957), p. 203-252, trad. fr. « Contribution à l’étude des immigrations andalouses et leur place dans l’histoire de la Tunisie », dans Recueil d’études sur les Moriscos andalous en Tunisie, éd. M. de Epalza et R. Petit, Madrid-Tunis, 1973, p. 24, rééd. From muslim Spain to Barbary, Londres, 1986.

20 R. Valencia, « La emigracion sevillana hacia el Magreb alrededor de 1248 », dans Actas del II coloquio hispano-marroqui de sciencias historicas. « Historia, ciencia y sociedad », Granada (6-10 noviembre de 1989), Madrid, 1992, p. 324.

21 J. Vallvé, « La emigracion andalusi... », p. 111, 113. Ce même auteur estime cependant à 50 000 les départs au moment de la conquête en 636/1238.

22 R. I. Burns, « Les mudejars du royaume de Valence au temps des croisades : une majorité traitée en minorité dans un royaume du Moyen Âge », dans Minorités et marginaux en Espagne et dans le Midi de la France (viie-xviiie siècles), Paris, 1986, p. 95-118. J. Guiral, « L’apport des communautés juives et musulmanes de Valence au commerce méditerranéen au xve siècle », dans Économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications, xiiie-xixe siècles. Deuxième colloque international d’histoire du Centre de recherches néohelléniques (Athènes, 18-25 septembre 1983), Athènes, 1985, p. 461-471.

23 En particulier on ne distingue pas toujours les différents types de départs : départs provisoires, retours d’anciens captifs maghrébins, émigrations de mudejars.

24 M. T. Ferrer i Mallol, « L’emigració dels sarraïns residents a Catalunya, a Aragó i al País Valencià durant la baixa edat mitjana », dans L’expulsió dels moriscos : consequències en el món islàmic i el món cristià, Barcelone, 1994, p. 21 (sur les années 1300-1330). On pouvait partir par terre, mais aussi par mer, en profitant des nombreux bateaux de pirates musulmans naviguant au large des côtes de l’Espagne.

25 J. Sastre Moll, « Estancia y salida de musulmanes libres y esclavos durante el reinado de Sancho I y Felipe de Mallorca », Boleti de la societat arqueologica lulliana, 44 (1988), p. 125-170.

26 M. Sanchez, « Las relaciones de la Corona de Aragon con los países musulmanes en la época de Pedro el Ceremonioso », Pere el Ceremoniós e la seve epoca, Barcelone, 1989, p. 93.

27 Ferrer i Mallol, « L’emigracio... », et sa communication à ce colloque.

28 Prise de Majorque en 1229, de Cordoue en 1236, de Valence en 1238, et surtout de Séville en 1248.

29 Cela est rapporté dans une chronique du début du xvie siècle, écrite par un témoin de l’attaque espagnole de Bougie, Abū ‘Alī Ibrahim al-Marīnī, le ‘Unwān al-aḫhār fῑmā marra ‘alā Biğāya, trad. L.-Ch. Féraud, « Conquête de Bougie par les Espagnols d’après un manuscrit arabe », Revue Africaine, 12 (1868), p. 251-252.

30 La révolte des musulmans de Valence entre 1254 et 1257 provoque des fuites à Grenade, puis au Maroc et en Ifrīqiya surtout. Cf. Talbi, « al-Ḥiğra al-andalusiyya... », op. cit., p. 173. En 1278 on procède à une expulsion de musulmans après une révolte, sur une nau génoise vers le royaume de Tlemcen, mais le chiffre est réduit (pas plus de 4 000 personnes). Cf. M. T. Ferrer i Mallol, La frontera ami? l’islam en et segle XIV. Cristians i sarraïns al pais Valencia, Barcelone, 1988, 533, p. 4.

31 D. Abulafia, A Mediterranean emporium. The Catalan kingdom of Majorca, Cambridge, 1994, p. 91.

32 L. P. Harvey, The islamic Spain. 1250 to 1500, Chicago-Londres, 1990, p. 134.

33 P. Guichard, « Les mudéjars de Valence aux xiiie-xive siècles », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, 63-4 (1992), p. 195-200.

34 M. D. López Pérez, « El pogrom de 1391 en Mallorca y su repercusion en los intercam-bios comerciales con el Magreb », I Colloqui d’Historia dels Jueus a la Corona d’Aragon, Lerida, 1989, Lérida, 1991, p. 242-244: assaut de diverses juderias de la Couronne d’Aragon: Séville en juin, Valence en juillet, et la Catalogne et les Baléares en août.

35 M. Ruzafa Garcia, « Façen-se cristians los moros o muryren ! », Revista d’historia medieval (Valence), 1 (1990), p. 87-110.

36 J.-E. López de Coca Castañer, « Granada y el Magreb: la emigración andalusi (1485-1516) », Relaciones de la Peninsula ibérica con el Magreb (siglos xiii-xvi), dir. M. Garcia- Arenal et M. J. Viguera, Madrid, 1988, p. 409-451.

37 Ferrer i Mallol. « L’emigració », op. cit., p. 19.

38 Ibid., p. 22.

39 Les Cortes de 1370 s’alarment du « grand nombre de Maures qui partent et vident le pays ». « Si ces Maures partent à l’étranger, vous, Seigneur, ne recevrez plus du tout de service de ces dits domaines, car s’ils partent, les évêques, chevaliers, hommes de noble naissance, bourgeois et peuple des villes vont manquer des moyens pour vivre, et ne pourront vous servir », Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 125.

40 En 1338 Pierre IV affirme que le droit d’émigrer est ancien et doit continuer, et cette déclaration est renouvelée en 1351 (ibid., p. 125).

41 Pour des raisons religieuses mais aussi stratégiques et de sécurité. Cf. Ferrer i Mallol, « L’émigració », p. 19.

42 M. H. Belkhodja, « Al-Higra al-Andalusiyya ilā Ifrīqiya fi 1-qarn 7/13 » (L’émigration andalouse vers l’Ifriqiya au viie-xiiie siècle), Cahiers de Tunisie, XVIII, 69-70 (1970), p. 129.

43 M. Marin, « Des migrations forcées: les ‘Ulama’ d’al-Andalus face à la conquête chrétienne », dans L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, dir. Mohammed Hammam, Rabat, 1995, p. 43-59.

44 Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 118-119.

45 R. Arié, « Acerca del traje musulman en Espagna desde la caída de Granada hasta la expulsion de los moriscos », Revista del Instituto de Estudios islámicos en Madrid, 13 (1965-1966), p. 106.

46 Je reprends ici pour l’essentiel les analyses de M. S. Baïzig, Bigāya fi al-‘ahd al-ḥafṣī : Dirāsat iqtisādiyya wa igtimā‘iyya (Bougie à l’époque hafside. Étude économique et sociale), Thèse de l’Université de Tunis I sous la dir. de M. Chapoutot, 1995, p. 375.

47 Ch. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 484-489.

48 F. Dachraoui, « Intégration ou exclusion des minorités religieuses. La conception islamique traditionnelle », dans L’expulsió dels moriscos: consequències en el mon islàmic i el mon cristià, Barcelone, 1994, p. 195-203.

49 Abū al-Ḥasan ‘Alī b. ‘Uṯmān al-Zarwālī, cité par H. Bouzineb, « Respuestas de jurisconsultos... », p. 55.

50 À cela M. Talbi ajoute l’importance de ce qu’il appelle « défaitisme » des élites anda-louses: Talbi, « al-Higra al-andalusiyya », p. 171.

51 L. Pouzet, « Maghrébins à Damas au viie-xiiie siècle ». Bulletin d’Études Orientales, 28 (1975), p. 167-199.

52 Le plus souvent cependant on indique simplement que la personne émigre en « Berbérie ».

53 M. Ruzafa Garcia, « Las relaciones económicas entre los mudéjares valencianos y el reino de Granada en el siglo xv », dans IV Coloquio de Historia Medieval Andaluza. Relaciones exteriores del reino de Granada (Almeria, 1985), Almeria, 1988, p. 352.

54 Par exemple en 1410 à Valence Cale ben Bical, qui rentre avec sa femme Fatima, sa belle fille Colcana, et deux petits-enfants, sont autorisés à aller à Bougie, pour recevoir un héritage. Archivo del Reino de Valencia (par la suite ARV), Maestre Racional, Reg. 31, fol. 23v-24r.

55 ARV, Real cancileria, Reg. 705, fol. 330r-356v.

56 H. Ferhat parle d’une « communauté andalouse déracinée, errante et aussi désespérée que cynique ». H. Ferhat, « Le rôle de la minorité andalouse dans l’intervention hafside à Sabta », dans Le Maghreb aux xiie et xiiie siècles: les siècles de la foi, Casablanca, 1993, p. 153.

57 Peut-être y était-il plus facile de repartir de rien ou presque qu’à Tunis.

58 Al Ghubrīnī, ‘Unwan, op. cit., p. 101-102.

59 Ibid., p. 301-302.

60 Il est intéressant de noter que lorsqu’au xve siècle Alger tend à supplanter Bougie comme pôle économique, les Andalous se dirigent de préférence vers Alger.

61 Au début du xviie siècle l’expulsion des morisques d’Espagne provoque un afflux considérable des Andalous en Ifrīqiya.

62 Révélatrices à ce sujet sont les remarques d’Odette Petit dans un article de 1971 : « petit à petit, la production intellectuelle ifriqiyenne, marquée du sceau de la civilisation andalouse, atteignit son plus vif éclat. Bien rares furent les lettrés qui, ayant tourné leurs regards vers l’Orient, restèrent fidèles à la culture traditionnelle et se dérobèrent à l’influence de l’Andalousie » (O. Petit, « Les relations intellectuelles entre l’Espagne et l’Ifrîqiya aux xiiie et xive siècles », IBLA, 127 (1971), p. 102), et plus loin : « Il semble qu’une curiosité assez large n’était pas habituelle chez les Ifrîqiyens et qu’il ait fallu que les Andalous débarquent sur leur territoire pour leur communiquer le goût qu’ils avaient des connaissances poussées et du savoir étendu » (ibid, p. 111), et de déplorer enfin: « Que pouvait donc apporter ce peuple affaibli et appauvri dans son patrimoine intellectuel à un pays qui l’avait depuis longtemps devancé en culture et en raffinement? » (ibid, p. 120).

63 Talbi, « al-Ḥiğra al-andalusiyya... », p. 186-197.

64 Les comptages varient selon les auteurs. Sur les 109 notices, Mohamed Talbi et Salah Baïzig trouvent 33 Andalous venus résider de manière provisoire ou définitive à Bougie (Talbi, « al-Ḥiğra al-andalusiyya... », p. 189; Baïzig, Biğāya..., op. cit., p. 377, 379), alors que Dominique Urvoy n’en compte que 28 nés en al-Andalus, ou dont la famille est originaire de la Péninsule (D. Urvoy, « La structuration du monde des ulémas à Bougie aux viie-xiiie siècle », Studia Islamica, 43 (1976), p. 100).

65 A. Cahen, « Les juifs dans l’Afrique septentrionale », Recueil de la Société archéologique de Constantine, 11 (1867), p. 151.

66 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 382.

67 Latham, « Toward a study... », p. 38.

68 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères , vol. II, p. 421.

69 lbid., p. 436.

70 M. Talbi, qui est très sévère sur leur rôle, écrit qu’au lieu de se ressaisir après avoir compris ce qui avait causé leur défaite face aux chrétiens en Espagne, ils ont emporté en Ifriqiya les querelles des palais andalous et il ajoute qu’ils ont emmené avec eux la maladie qui avait tué al-Andalus (Talbi « al-Ḥiğra », p. 185).

71 Ibn Khaklūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 365.

72 J. D. Latham, « Toward a study... », op. cit., p. 25, 39.

73 Géographe et historien grenadin du xiie siècle, auteur de la Farḥat at-Anfus, il fut au service du gouverneur almohade de Grenade de 552/1160 à sa mort en 575/1175-6, et aurait terminé son œuvre en 565/1169-70.

74 Cité par Vallvé, « La emigración andalusi ». p. 108.

75 Ibid.

76 Ferrer i Mallol, « L’emigració... », p. 20.

77 Archivo del Reino de Mallorca, Lletres Comunes 99, fol. 295 (01-10-1423).

78 E. Gutwirth, « El comercio hispano-magrebi y los judios (1391-1444) », Hispania, 45 (1985). p. 204.

79 C’est également le cas des convers qui, en Espagne, ont eu des contacts avec les juifs maghrébins. À Valence à la fin du xve siècle ils contrôlent une grande partie du commerce à longue distance (J. Guiral, « Les convers à Valence à la fin du xve siècle », Mélanges de la Casa de Velazquez, 11 (1975), p. 88).

80 J. Guiral, « L’apport des communautés juives... », p. 463; J. Hinojosa Montalvo, « Acti-vidades comcrcialcs de los judios en Valencia (1391-1492) », Saitabi, 29 (1979), p. 21-42; M.-D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV (1331-1410). Barcelone. 1995, p. 318-346.

81 F. Braudel, « Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », Revue Africaine, 69 (1928), p. 208: « Les Andalous ont d’ailleurs, cela ne fait aucun doute, contribué à l’accroissement de la piraterie barbaresque » ; G. Marçais, « Les villes de la côte algérienne et la piraterie au Moyen Âge », Annales de l’Institut d’Études Orientales, 13 (1955), p. 135: l’arrivée des Andalous aurait renforcé l’armée des combattants de la Guerre Sainte, car ils viennent avec une « haine solide » à l’égard des chrétiens et une technique de la course qui avait fait ses preuves dans leur pays natal. Ce même jugement est porté par M. Belhamissi, « Le rôle de Bidjaia dans la Méditerranée aux époques hammadite, almohade et hafside », dans Actes intégraux du 8e séminaire sur la pensée islamique, Bidjaia, du 25 mars au 5 avril 1974, II, s. 1., s. d., p. 71.

82 Lors du sac de Torreblanca par les corsaires bougiotes en 1397, le jour choisi est celui d’une grande fête locale qui rassemble une population importante, et il n’est pas impossible que les corsaires en aient été avertis par des musulmans locaux.

83 Archivo de la Corona de Aragón, Cancelleria (par la suite ACA), Reg. 1994, fol. 172r-v (06/07/1391) ; Reg. 1999, fol. 186r-187v (20/01/1396), éd. M. T. Ferrer, Els Sarraïns..., op. cit., doc. 124, 136 (06/07/1391) ; cf. aussi la concession d’un privilège à Majorque qui exclut du droit d’émigration les musulmans représentant une menace (fabri, magistri d’axia, spaserii et aliqui pescatores et marinarii scientes portus et maritimas regni Valencie et etiam Cathalonie prin-cipatus, sequitur quod ipsi marinarii veniunt cum galeis et galeotis ad dictum regnum et alia loca et maria nostri dominii contra nostros subditos piratica exercentes), ACA, Rg. 1994, fol. 171 v (08/07/1391), éd. J. Vincke, « Königtum und Sklaverei im aragonischen Staatenbund während des 14. Jahrhunderts », Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, 25 (1970), p. 95.

84 J. D. Latham, « Toward a study... », op. cit., p. 40.

85 La chronique d’al-Marīnī. trad. Féraud (« Conquête de Bougie... », op. cit., p. 251-2) parle d’un quartier près de l’ancien port, où se trouve la tombe du cheikh ‘Isa al-Sabūkī, c’est-à-dire sans doute du côté de la baie de Sīdī Yaḥyā ; il parle également d’installations d’Andalous dans les jardins du côté de la Soummam, donc de l’autre côté de la ville.

86 Il s’agit de Abū Bakr Muḥammad al-Muḥriz, mort en 655-1257 (al Ğubrīnī, ‘Unwān, op. cit., p. 242).

87 D. Urvoy, « La structuration... », op. cit., p. 100.

88 Cité par H. Z. Hirschberg, A History of the Jews in North Africa, vol. 1, From the anti-quity to the sixteenth century, Leyde, 1974, p. 386-387.

89 Lorsque ‘Abd al-Bāsiṭ vient à Tunis, il est accueilli par les autres Andalous, et invité à une fête où sont servis des plats andalous. ‘Abd al-Bāsiṭ b. Ḫalīl, Al-Rawḍ al-bāsim fī ḥawādiṯ al-‘umr wa l-tarāğim, trad. R. Brunschvig, Deux récits de voyages inédits en Afrique du Nord au xve siècle, ‘Abd al-Bāsiṭ b. Ḫalïl et Adorne, Paris, 1936, p. 72-75. En revanche on ignore s’il existait, à l’intérieur de ce qu’il faut bien appeler le groupe andalou, des subdivisions par origine géographique, villes ou régions, voire par tribus. Les indices sont trop peu nombreux pour une telle enquête.

90 On retrouve ces mêmes tensions à Alexandrie où de nombreux immigrants maghrébins ou andalous pauvres arrivent en espérant trouver un travail (E. Ashtor, The Jews and the Mediterranean economy 10th-15th centuries, Londres, 1983, p. 10).

91 Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 318.

92 Al-Wanšarīsī, al-Mi‘yār al-mughrib wa l-ğāmi‘ al-mughrib ‘an fatāwī ‘ulamā’ Ifrīqiya wa l-Andalus wa l-Maghrib, éd. Muḥammad Ḥağği, Beyrouth, 1981, vol. II, p. 440, cité par Bouzineb, « Respuestas... », op. cit., p. 59. De même une lettre d’un secrétaire du sultan de Fès de 1491 souligne les conflits entre Andalous et Maures « Les Andalous n’avaient point trouvé [en Afrique] l’accueil qui leur était dû..., ils n’avaient trouvé... dans leur recherche d’un gagne-pain, ni douceur, ni bienveillance, ni facilités d’aucune sorte pas plus du côté des administrateurs des provinces que du public » (cité par A. Cour, La dynastie des Beni Wattas (1420-1554), Constantine, 1920, p. 45-46).

93 Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 375-6.

94 Ibid., p. 376-377.

95 Ibid., p. 405.

96 Ibn Qunfuḏ. al-Fārisiyya fī mabādī’ al-dawla al-Ḥafṣiyya, éd. ‘Abd al-Mağīd Turkī. Tunis. 1968, p. 147.

97 Venu de Denia à Bougie en 694/1294-1295, occupe un poste de secrétaire auprès de Muḥammed b. Yāsīn, puis va à Tunis où, de secrétaire, il devient chambellan (Ibn Khaldûn. Histoire des Berbères, op. cit., vol. II, p. 408).

98 Ibn Khaldūn lui-même rappelle, à propos de l’accession au trône de Bougie d’Abū Zakariyā’ Yaḥyā, en 1283, que ce dernier ne prit pas le titre d’amīr al Mu’minīn pour ne pas heurter les dignitaires almohades de Tunis, « classe d’hommes qui était la seule à posséder encore quelque autorité dans la nation ». Ibn Khaldūn. Histoire des Berbères, op. cit., vol. II. p. 400.

99 Cité par A. Cahen, « Les juifs dans l’Afrique septentrionale », op. cit., p. 150.

100 Cité par M. Abitbol. « Juifs maghrébins et commerce transsaharien du viiie au xve siècle », Revue française d’histoire d’Outre Mer (1979). p. 187. Sur cette rivalité intra-communautaire. voir aussi J. Shatzmiller, « Au sein de la communauté juive : l’étranger et sa concurrence économique », dans Forestieri e stranieri nelle città basso-medievali, Florence, 1988, p. 223-233.

101 On sait que les musulmans et les juifs avaient le droit de vendre leurs biens avant de quitter les territoires chrétiens, et que cela leur était garanti par les traités de capitulation. Harvey, The islamic Spain, op. cit., p. 125, 314-316.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540